Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

III - Contrôles et encadrements

De l’« homme laborieux » à la sociabilité bourgeoise : loisirs contrastés au Pirée pendant le xixe siècle

Yannis Yannitsiotis

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Flammarion, 1995, p. 9.

1La polysémie du terme « loisir » rend vaine toute tentative de cerner sa définition, dans la mesure où l’on récuse, en tant que simpliste et scientifiquement révolue, son opposition au travail. La compréhension de ce temps exige, essentiellement pour l’historien, de le réinsérer dans son contexte social, économique, politique et culturel, sinon de rechercher « des manières dont les temps sociaux ont été perçus, représentés, symbolisés et utilisés »1, pour nous rapporter à Alain Corbin.

2Dans cette étude, notre objectif sera d’examiner les moyens par lesquels le loisir a été compris par la société grecque de la fin du xixe siècle et, notamment, par la société piréote. Notre attention va se porter sur les représentations du loisir dans la presse locale. Plus particulièrement nous allons examiner les conceptions quant aux pratiques collectives de gérance, d’organisation, de valorisation du temps dédié aux distractions et aux divertissements. Notre hypothèse de travail a deux volets : pour le premier, les significations de ce temps au xixe siècle dans la société piréote s’avèrent être dues à des éléments constitutifs de plus larges représentations sociales, représentations aux attributs fortement sexués et de classe. Pour le second volet, ces significations jouent un rôle déterminant dans l’élaboration de l’image que les Piréotes ont de leur ville, en d’autres termes elles façonnent une identité culturelle de l’espace urbain.

3En guise d’introduction, nous nous référerons brièvement à l’évolution socio-économique du Pirée. En premier lieu, nous étudierons les manières dont la relation entre le travail et le loisir a été conçue pendant la première période de cette ville, quand celle-ci n’était encore que l’insignifiant port de la capitale. En second lieu, nous nous efforcerons de dégager les conceptions différentes, existant au sein de la bourgeoisie locale, concernant les activités collectives de gérance, d’organisation, de valorisation du temps consacré au loisir, conceptions apparaissant au cours de la deuxième période de cette ville, quand le Pirée est devenu la ville industrielle et commerciale la plus importante du pays.

  • 2 Vassias Tsokopoulos, Le Pirée, 1835-1870. Introduction à l’histoire du Manchester grec, Athènes, 1 (...)
  • 3 Eleni Bastea, Planning the Myth. The Creation of Modern Athens, Cambridge, Cambridge University Pr (...)

4Le Pirée constitue un cas à part dans l’évolution des villes grecques au xixe siècle. Il surgit de nulle part en 1835 afin de devenir le port desservant Athènes, la capitale du nouveau royaume grec, apparu après la Guerre d’Indépendance contre l’Empire ottoman. Jusqu’aux années 1850, il n’est qu’une cité insignifiante, dont la population n’excède pas les 5 000 habitants. Cette dernière se consacre au commerce intérieur et aux manufactures. Il s’agit d’une société indifférenciée aussi bien au niveau des fortunes qu’au niveau de l’emploi, à l’exception d’un petit groupe de grossistes, une élite locale qui se constitue sur place, vers la fin des années 18502. Le Pirée ne peut rivaliser ni avec les deux ports grecs, déjà importants sous l’Empire ottoman, Hermoupolis et Patras, ni non plus avec Athènes, siège du pouvoir politique et au poids symbolique d’un passé glorieux aussi bien pour les Grecs que pour les étrangers3.

  • 4 Yannis Yannitsiotis, La formation de la bourgeoisie piréote 1860-1909, Thèse de doctorat non publi (...)

5Cette ville si minime connaît, cependant, à partir des années 1860, un développement de sa population spectaculaire comparativement à celui du pays, grâce aux flux migratoires continus. Le Pirée atteint les 80 000 habitants, à l’aube du xxe siècle et se hisse au deuxième rang du pays, après Athènes, de par sa population. Déjà au milieu des années 1880, il est devenu le premier port commercial, le point de départ des deux axes ferroviaires du pays et le centre industriel grec par excellence, dans le cadre d’une économie principalement agraire et arriérée, caractérisée par un capitalisme marchand4.

  • 5 Journal Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°210, 24 mars 1869.

6Quelques décennies auparavant quand les premières cheminées d’usine avaient fait leur apparition dans le ciel piréote, la presse locale soulignait, incitée en cela par le contexte politique et économique, que le Pirée était la seule ville grecque à ressembler tellement aux villes américaines. Puisque au Pirée, comme là-bas, on n’entendait point de discussions sur des questions politiques, mais uniquement autour du travail, de l’agriculture, des innovations et du commerce5. Très souvent la société locale était comparée à une ruche dans laquelle tous les membres, soudés, œuvraient pour l’objectif commun, le progrès. À propos de publications d’articles dans la presse athénienne relatifs à la détermination des qualifications nécessaires pour le recrutement des fonctionnaires afin de mettre un terme au clientélisme et aux brigues en tout genre pour l’acquisition de ces postes, on pouvait lire que :

  • 6 Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°261, 15 octobre 1869.

« Notre ville se consacrant à ses activités industrielles, est étrangère à tout cela, ne désirant pas avoir comme qualification d’employabilité la nullité. La vapeur, le marteau, l’industrie, le commerce maritime telles sont les qualifications que possède l’employé du Pirée, ce véritable citoyen de la Grèce »6.

  • 7 Jourrnal Pronoia (Prévoyance), n°238, 25 janvier 1883.
  • 8 Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°169, 22 octobre 1868 et journal Sfaira (Globe), n°40, 29 avri (...)
  • 9 Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°82, 5 décembre 1867 ; n°169, 22 octobre 1868 et n°283, 14 fév (...)
  • 10 Sfaira (Globe), 31 mai 1885.

7Le dévouement de ses habitants pour le travail la différenciait des autres sociétés locales, et surtout d’Athènes dont les habitants, toujours selon la presse locale piréote, travaillaient moins et gaspillaient leur temps à s’occuper de politique. Les Piréotes restaient indifférents aux médisances répandues, apparemment, par la société athénienne qui les traitait de rétrogrades, de véritables « garçons d’épicerie »7, refusant toute distraction. De plus, dans l’ordre des centres d’intérêt des Piréotes, « la mairie détenait la seconde place, juste après la famille » : ils lui attribuaient les rôles de meneur de leur vie collective et de garante de leur indépendance face aux députés et aux partis8. Sans compter que, contrairement aux gouvernements, elle gérait le budget municipal avec rationalité et sagesse, guidée par son souci du bien public9. Même en 1885, en pleine crise économique, la sagesse piréote dans la gestion des affaires économiques, notamment le choix de la mairie de ne pas entretenir de théâtre luxueux, comme ceux d’Hermoupolis ou Patras, était mentionnée comme étant une raison pour laquelle le Pirée avait été la ville la plus épargnée par l’effondrement du système bancaire10.

  • 11 Nikos Bakounakis, Le fantôme de Norma. La réception du mélodrame en Grèce au xixe siècle, Hermoupo (...)

8La spécificité piréote pourrait donc être circonscrite par un ensemble d’attitudes, telles que le détachement de ses membres des partis politiques et des engrenages étatiques, leur intérêt exclusif pour leur municipalité et leur indifférence face à une sociabilité bourgeoise athénienne ayant pour siège les bals à domicile, les premiers cafés grecs à l’européenne, les bals du Palais et les invitations, aux frais de l’État, de troupes de théâtre venant de l’étranger. À cette même époque, au début des années 1870, les marchands de Patras et d’Hermoupolis considéraient l’opéra italien comme un élément constitutif de leur vie. Les conseils municipaux de ces ports et les membres des couches supérieures dépensaient des sommes considérables afin d’inviter des troupes italiennes du mélodrame dans les théâtres luxueux qu’ils avaient érigés en un temps record11.

  • 12 Journal Poséidon n°484, 8 septembre 1876 et n°485, 9 septembre 1876, où l’on peut lire le statut d (...)
  • 13 Phoni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°138, 2 juillet 1868 ; n°237, 1er juillet 1869 et n°261, 15 o (...)

9On pourrait se demander si la réponse de l’élite piréote ou, en tout cas, d’une partie de celle-ci, n’a pas été de fonder l’« Association austère » dont l’objectif était d’insuffler à la société locale et à ses familles, le rejet du luxe et de la richesse ostentatoire. Malheureusement on ne connaît pas bien le sort de cette association, probablement unique en Grèce12. Dans la presse locale, les diatribes contre les femmes piréotes, tentées par la mode et le luxe, étaient fréquentes. Parallèlement, on incitait les femmes des marchands à ne pas rester oisives au foyer, à aider leurs époux dans leur fonds de commerce, comme cela se pratiquait dans beaucoup de pays européens, même en France, le pays des innovations et du luxe, où l’épouse se chargeait de la correspondance, la fille tenait les livres de compte, et où l’épouse et la fille de l’employé se consacraient nuit et jour à leurs belles broderies13.

10Tout cela révèle une certaine conception concernant l’organisation et la valorisation du temps personnel aussi bien que du temps collectif, conception aux dimensions fortement sexuées. Ainsi le travail, trait évident de l’identité masculine, est perçu comme un but en soi et il est symbolisé par le fonctionnement incessant des machines. La marginalisation du loisir était une conséquence naturelle pour ces citoyens, à partir du moment où leur unique objectif était le progrès et qu’ils considéraient que le loisir était nuisible au travail, seul moyen d’atteindre le progrès. La valeur du travail pouvait allouer un sens, même à la vie des femmes qui, par définition, semblaient s’identifier à l’oisiveté du foyer et, de ce fait, à l’effacement social. La gestion municipale rationnelle et économe peut être comparée à celle du budget familial qui devait suivre les préceptes d’austérité.

  • 14 Eleni Fournaraki, « ‘‘Pour quelle raison ne pas lui accorder le droit de vote ?’’. Suffrage univer (...)

11Si on tient compte du fait que, durant cette période, les femmes étaient tenues à l’écart de la vie politique14 et qu’on leur attribuait systématiquement le défaut d’être gaspilleuses par leur tendance à la consommation, on peut comprendre pourquoi les qualités de « travailleur », « mesuré », « rationnel », « bon gestionnaire des finances » étaient perçues comme des valeurs exclusivement masculines, décernées non seulement aux habitants du Pirée mais à la ville, elle-même.

  • 15 Yannitsiotis, op.cit., p. 76-108.

12À partir des années 1880 et surtout dans les années 1890, la situation change. Il s’agit d’une période où le Pirée exerce son emprise économique sur tout le territoire grec. La société locale se caractérise par une différenciation sociale et professionnelle très prononcée15. La mythologie locale découvre ses héros non plus dans la totalité de ses habitants mais dans les traits de ses industriels self-made. Cependant, conjointement à la physionomie emblématique de l’homme d’affaires dévoué à son travail, un autre modèle de citoyen fait son apparition, celui de l’homme cultivé qui parvient à conjuguer labeur et loisir productif, éducatif et divertissant.

  • 16 Pronoia (Prévoyance) n°2402, 8 février 1894 et n°2406, 12 février 1894.

13Les porte-parole de ces nouvelles conceptions en faveur de la légitimation du temps du loisir, dans le cadre de la culture locale, étaient principalement des membres des professions libérales, des journalistes, des fonctionnaires, des employés ainsi que quelques industriels en voie d’ascension. On soulignait que, malheureusement, le Pirée était aussi puissant économiquement qu’impuissant et pauvre quant aux modes de divertissements qu’il mettait à la disposition de ses habitants. Les discussions et débats autour de cette question étaient occasionnés par la rareté des représentations théâtrales de bonne qualité, montées en ville, phénomène qui était dû aussi à l’absence de bâtiment dédié au jeu théâtral16. L’édification d’un théâtre municipal avait été décidée dès 1884, mais la crise économique et les désaccords relatifs à l’exploitation des différents locaux du bâtiment avaient empêché l’aboutissement de ce projet.

  • 17 Pronoia (Prévoyance) n°1939, 4 novembre 1891 ; n°4028, 25 octobre 1899 ; n°4342, 12 mai 1901 et n° (...)

14À part la question de l’absence de théâtre, ces discussions s’étendaient sur toute une série de sujets, comme l’embellissement des places publiques, le besoin de restructurer la fanfare municipale, l’organisation d’expositions culturelles et surtout le fait que la mairie devait tout mettre en œuvre afin que les Piréotes puissent se divertir dans leur ville et non plus à Athènes, comme ils en avaient l’habitude17. Les cibles, plus ou moins explicites, de ces critiques étaient les conseils municipaux, composés principalement de gros commerçants et d’industriels, ainsi que les membres de ce que l’on surnommait « aristocratie locale » qui préféraient se divertir dans la capitale et ses banlieues, délaissant le Pirée.

15Tout cela se passant dans un cadre changeant, à tous les niveaux de la vie piréote et surtout au niveau de la sociabilité. Associations éducatives, artistiques et sportives, conférences, représentations théâtrales, bals au club des commerçants, fêtes à domicile, cafés-pâtisseries déterminaient le cadre dans lequel évoluait la sociabilité bourgeoise. Ce cadre se caractérisait aussi par la mixité des sexes et l’adoption de codes comportementaux et vestimentaires spécifiquement masculins et féminins fonctionnant comme critères d’admission ou d’exclusion. Cependant, à part la sociabilité privée, les autres formes n’avaient aucune viabilité. Les différentes associations dont les fondateurs étaient de jeunes scientifiques et des étudiants, avaient une vie brève en raison principalement de problèmes financiers. Certaines places publiques plus anciennes avaient été laissées à leur sort, chassant leurs habitués. Les troupes athéniennes ou étrangères de qualité prenaient difficilement la décision de visiter le Pirée, puisqu’elles n’étaient pas financées par la mairie, seules les troupes populaires venaient jouer dans les théâtres à ciel ouvert pour les ouvriers qui étaient de plus en plus nombreux.

16Par rapport à la génération précédente, ces nouvelles conceptions indiquaient trois manières différentes de percevoir le temps individuel et collectif, ainsi que ses connotations.

  • 18 Pronoia (Prévoyance), n°2406, 12 février 1894.
  • 19 Ibid. et Pronoia (Prévoyance), n°2338, 28 janvier 1894.

17Premièrement, s’appuyant sur l’importance de la culture théâtrale relativement au contenu du concept progrès leur approche substituait, à l’ancienne équation travail = progrès, la nouvelle (équation) travail + loisir = progrès + culture, modifiant ainsi les symboles de cette relation. Aux machines des usines venaient s’ajouter les théâtres, en tant que condition sine qua non, pour qu’une société soit caractérisée progressiste et civilisée. Et ce parce que le déficit théâtral de la société était perçu comme un déficit identitaire pour la ville. Ainsi la différenciation du Pirée de la première période était sentie alors comme une altérité par rapport aux gestions régulières du temps libre effectuées dans les autres centres urbains. En plus des trois villes déjà citées (Athènes, Hermoupolis, Patras), le Pirée était comparé à d’autres petites villes, insignifiantes économiquement, mais qui avaient bâti leur salle de théâtre18. La conviction des Piréotes d’appartenir à une communauté « indépendante », « unique » et « pionnière », si différente de celle d’Athènes, cédait la place à un effort fébrile pour corriger l’image que leurs rivaux leur avaient prêtée à eux et à leur ville. On soulignait qu’il était injuste d’accuser les Piréotes d’être bornés culturellement, et on les invitait à prouver, à l’occasion de l’arrivée dans la ville, pour une série de représentations, de la plus éminente artiste du mélodrame grec que « la noble ardeur pour l’art, celle qui anime toutes les sociétés développées, n’est pas considérée chez eux comme un luxe superflu »19.

  • 20 Sfaira (Globe), n°5399, 22 février 1900.

18L’achèvement du théâtre municipal en 1895, malgré tous les espoirs que l’on avait fondé sur lui, n’a pas modifié la situation. Les années qui ont suivi, selon la presse, étaient caractérisées par l’engourdissement culturel et l’absence du public piréote des théâtres, des concerts ou des conférences littéraires20.

19Parallèlement, le choix des villes que le Pirée se donnait comme exemple et auxquelles il s’identifiait, se transformait : les lointaines villes américaines, symboles du travail incessant, étaient remplacées par les européennes, et même par les toutes proches cités italiennes, afin de signaler désormais le déficit culturel du premier port grec.

  • 21 Concernant le contenu culturel des rapports entre la Grèce et l’Europe, on trouve une bibliographi (...)

20Rappelons qu’au xixe siècle, la relation des Grecs avec l’Europe a joué un rôle déterminant concernant le contenu et la conception de leur identité nationale. L’Europe n’a jamais cessé de fonctionner comme un modèle de développement politique et économique malgré les fluctuations des rapports aux niveaux culturels et idéologiques. L’identification de l’Europe aux concepts de progrès et de culture était un fait incontestable. L’enjeu après la Lutte pour l’Indépendance contre l’Empire ottoman et la création de l’État grec, était l’européanisation de la société grecque et l’effacement de toute trace du passé ottoman21. Par conséquent, l’engagement ou non du cas piréote dans les canons de l’européanisation constituait un signe primordial. Les couches supérieures de la société grecque se considéraient comme des agents de ce processus en adoptant les modes de vie européens. Au-delà de cette composante permanente d’européanisation, ou plutôt dans le cadre de celle-ci, la comparaison du Pirée aux autres villes européennes se pliait à un autre fait : au cours du dernier quart du xixe siècle, pour une petite partie de la société piréote, les formes urbaines européennes de distraction et de divertissement façonnaient une partie de leur propre expérience, en raison de leurs visites régulières à l’étranger, visites qui, semble-t-il, n’étaient pas uniquement dues à des déplacements professionnels. Le caractère « américain » de la société piréote paraissait lointain et vague, ou tout au moins se limitait au champ du travail, comparativement à l’immédiate réalité de l’expérience européenne d’une « classe de loisir » en formation.

21Deuxièmement, on faisait état de nuits « prosaïques » et « lassantes » que les citoyens auraient souhaité consacrer à la « culture de leur esprit », et on soulignait que les rares ruptures à cette platitude ne pouvaient suffire. Si au cours de la première période, le temps du travail paraissait rythmer à lui tout seul la quotidienneté du Piréote, au cours de la seconde, son règne vacille à la tombée de la nuit pendant laquelle s’instaure un temps vacant du point de vue des centres d’intérêt et surtout disponible. Il s’agissait donc d’un temps potentiellement créatif et édificateur moralement, dans la mesure où le divertissement en question répondait aux aspirations culturelles et morales de la société et de ses membres, un temps répétitif et inséré pleinement dans la quotidienneté de cette société, de manière à paraître naturel et non pas luxe superflu.

  • 22 Sfaira (Globe), n°8585, 27 décembre 1903.
  • 23 Op.cit., et Sfaira (Globe), n°7484, 22 novembre 1906.

22Enfin, troisièmement, ces nouvelles mentalités ramenaient à l’épicentre de l’ordre du jour non seulement la collectivité mais aussi le sujet. Le loisir, à part le fait qu’il était reconnu comme un élément constitutif d’une société cultivée, était ressenti comme un temps nécessaire dans la vie quotidienne de l’individu. Le dévouement au travail non seulement ne constituait plus une preuve de virilité mais bien au contraire condamnait l’homme à l’esclavage. En 1903, un rédacteur du journal Sfaira (Globe) « au nom de soixante-dix mille ilotes » soutenait avec ferveur la proposition d’un docteur, membre du conseil municipal, qui au cours d’un débat de celui-ci, avait proposé la formation d’un comité visant au développement culturel et artistique de la ville, et il ajoutait que la seule musique au monde ne pouvait être les sirènes des bateaux22. La jouissance ou non du temps libre touchait désormais la réputation, le bien-être physique et psychique et le développement culturel de l’individu. On soulignait de plus en plus souvent que le repos et un passe-temps créatif étaient nécessaires pour la santé physique et intellectuelle de toute personne travaillant23. Toutefois la collectivité n’avait plus les mêmes traits qu’au temps de la première période. À la place d’une « ruche laborieuse » dévouée exclusivement au travail-progrès, qui ne connaissait ni division, ni discrimination intestine, on vantait les mérites de ces citoyens qui eux, contrairement « aux centaines de spectateurs de la petite classe », recherchaient de nouvelles formes d’expression et de nouveaux espaces de loisir.

  • 24 Pronoia (Prévoyance), n°1887, 5 août 1891 ; n°2406, 12 février 1894 et Sfaira (Globe), n°5501, 22 (...)
  • 25 Pronoia (Prévoyance), n°2402, 8 février 1894.

23À part ces différentes approches, présentes au sein même de la bourgeoisie, la revendication d’un divertissement varié et de qualité dans les limites territoriales de la ville, répondait à un autre besoin, toujours de la part de cette bourgeoisie, celui de se différencier des pratiques populaires du loisir. Les spectacles de rue, les cafés avec danseuses et chanteuses, les fêtes spontanées accompagnées d’instruments de musique semblaient dominer dans cet espace urbain. La musique populaire et les chansons aux fortes influences orientales donnaient l’occasion aux bourgeois de dénoncer une ville qui « s’orientalise » alors qu’elle devrait « s’occidentaliser », assimilant à la barbarie et à la vulgarité tout trait « oriental » et par conséquent populaire24. En 1894, le fait qu’une célèbre actrice du mélodrame grec, avec sa troupe, allait devoir monter sa pièce dans un des théâtres des couches populaires, a été l’occasion de porter de virulentes attaques contre ces « bourgeois, porteurs de lunettes, de redingotes et de faces-à-main » qui se rendaient dans les salles de distraction du peuple. Ce peuple avait montré, quant à lui, qu’il était en mesure d’entretenir deux salles, alors que les amateurs de « Wagner […], qui dormaient avec les oiseaux du ciel, étaient prêts à étrangler M. Retsina [le maire de la ville], si jamais celui-ci songeait à accorder des crédits pour soutenir des œuvres théâtrales »25.

  • 26 Yannitsiotis, op. cit., p. 204-208.

24Au cours des premières décennies après la naissance de ce port, la coexistence dans les cafés d’hommes provenant de toutes les catégories sociales était un phénomène très courant. Malgré toutes les réticences formulées à l’endroit de leur morale, l’arrivée de chanteuses étrangères dans ces lieux était saluée avec enthousiasme par la presse locale, en raison de l’ambiance européenne qu’elles apportaient à la ville. Durant les vingt dernières années du xixe siècle, de tels spectacles et les lieux les hébergeant étaient jugés distractions populaires et condamnés comme étant dangereux pour la santé morale de la société. Les efforts coordonnés de la mairie, de la police et des « citoyens respectables » pour le contrôle de la prostitution, en les cantonnant dans des locaux bien précis, loin du centre, venaient tout juste, au milieu des années 1870, de donner ses premiers résultats. Cependant ces « citoyens respectables » sceptiques quant à ces résultats exprimaient vivement leur pessimisme jusqu’à la fin du siècle26.

  • 27 Sfaira (Globe), n°74, 16 juin 1880 ; n°44, 20 septembre 1880 et 30 décembre 1883, Pronoia (Prévoya (...)
  • 28 Concernant les représentations des groupes sociaux inférieurs et des pratiques moralisatrices à le (...)

25Dans le cadre d’un discours normatif naissant, les dangers encourus par les bourgeois, en raison de leur coexistence avec les couches sociales inférieures, redéfinissaient les termes de l’hégémonie de la masculinité bourgeoise par l’instauration de nouveaux rapports aussi bien avec les versions de la masculinité et de la féminité populaires qu’avec celles de la féminité bourgeoise qui, elle aussi, à son tour, traversait une phase de redéfinition. Dans ce processus, un rôle primordial était tenu par l’invocation de la famille et du nouveau contenu qui lui était attribué. Si le temps personnel de l’homme, axé durant la journée autour du travail et de la famille paraissait à l’abri de tout danger, il n’en était pas de même pour la nuit. Au cours de celle-ci, il était très facile, premièrement, que l’« industriel parvenu », le « jeune homme cultivé », l’« honnête père de famille » soient poussés par des escrocs à l’adoption de vices populaires tels que la passion du jeu et l’alcool ; et deuxièmement, que les femmes aux mœurs faciles pouvaient les inciter à dilapider leur fortune, ruiner leur santé à cause des maladies sexuellement transmissibles et, de ce fait, à dissoudre leur famille27. Le fait que, à cette époque-là, on parle du besoin de moraliser les couches inférieures, n’est pas sans relation avec les discours que nous venons de rapporter. À ces couches était attribuée une série de comportements, d’opinions et de pratiques diamétralement opposés aux stéréotypes moraux bourgeois : rejet du travail, prédisposition à la criminalité, à l’alcoolisme, dissolution des rapports familiaux, rupture avec l’Église28.

  • 29 Sfaira (Globe), n°83, 27 juin 1880.

26La « famille » en tant qu’auditrice et spectatrice semblait certaines fois imposer ses règles au spectacle. Un programme culturel bien organisé risquait de connaître l’échec si les familles locales étaient mécontentes en raison du manque de pudeur de la part des artistes et surtout des femmes29.

  • 30 Sfaira (Globe), n°5605, 23 octobre 1900.

27Dans les propos, le mépris pour la qualité médiocre des spectacles théâtraux était suivi de la constatation que les couples amateurs de théâtre étaient souvent obligés de suivre ces spectacles, en souffrant les comportements brutes de la populace masculine, envers les actrices. De plus, dans certains articles, on soulignait l’absence dans la ville de cafés-pâtisseries familiaux où il n’y aurait ni les billards des cafés populaires, ni les lourds nuages de fumée, ni la clientèle exclusivement masculine. L’apparition de familles dans des cafés « purgés » des éléments évoqués, cafés qui jusqu’alors étaient des lieux de sociabilité par excellence masculine, était saluée avec enthousiasme en tant que signe d’européanisation des mœurs de la société locale30.

  • 31 Eleni Varika, La révolte des dames. La naissance d’une conscience féministe en Grèce 1833-1907, At (...)
  • 32 Judith R. Walkowitz, City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian Londo (...)
  • 33 Concernant le rapport mode et construction des identités féminines, cf. à titre indicatif, Cheryl (...)

28L’invocation de la famille, en tant que modèle normatif des modes de distractions de la population masculine, survient au moment où se constitue l’idéal familial et où ce dernier est promu élément fondamental d’une société saine. Le poids social croissant de la famille ainsi que celui de la présence féminine en cette dernière, à travers ses rôles de femme premièrement chargée de diriger le foyer, espace de développement de relations humaines désintéressées, refuge pour l’homme-époux-sujet de l’espace public, et deuxièmement d’élever les enfants, ont été renforcés sous l’impulsion des visées irrédentistes du nationalisme grec et par l’avènement de l’ambition de modernisation du pays. Les femmes étaient considérées les piliers moraux de la société et de la nation, et pour cette raison les voix qui considéraient fondamentale leur éducation se multipliaient, réclamant bien évidemment une éducation limitée au cadre de leurs nouveaux devoirs. En tant que mères, elles auraient la responsabilité d’élever les futurs citoyens et soldats de la nation ; et en tant qu’incarnations des idéaux supérieurs du champ privé, elles étaient jugées capables d’améliorer l’image tragique donnée par l’espace public, par leurs œuvres de charité31. Notre propos ne serait pas exagéré si nous soutenions que la féminisation de l’espace public commence au cours du dernier quart du xixe siècle. Si les femmes n’avaient pas le droit de devenir membres des diverses associations éducatives, culturelles ou sportives ou d’y donner des conférences (à quelques très rares exceptions près), les femmes des couches sociales moyennes et supérieures suivaient toutes les manifestations de ces associations, organisaient des expositions artistiques, fréquentaient les théâtres, se déplaçaient, dans le cadre de leurs activités de charité, dans les quartiers pauvres, et se rendaient dans les magasins de « nouveautés » de la ville. Néanmoins la rue demeurait toujours un lieu dangereux, voire ennemi, puisqu’on l’appréhendait, dans l’imaginaire collectif, comme un lieu où se liaient et s’opéraient les affaires amoureuses. Ainsi, contrairement au domaine pur de la sphère privée, le passage dans cet univers dépravé rendait vulnérables les dames « comme-il-faut »32. Le fait de s’intéresser à la mode vestimentaire européenne pouvait, lui aussi, d’une part, être condamné en tant que témoignage d’une propension au luxe et au gaspillage, ou encore en tant qu’élément suspect incriminant la sexualité féminine et mettant en péril la « simplicité » et la « chasteté », deux qualités traditionnellement attribuées aux femmes grecques ; mais, d’autre part, il annonçait l’apparition d’une nouvelle structure de pratiques familiales de consommation à travers lesquelles les bourgeoises redéfinissaient leur genre et acquéraient leurs attributs distinctifs33. Dans une société en voie d’urbanisation, où les pratiques de distraction et de divertissement culturel dans l’espace public métamorphosaient les sujets eux-mêmes en spectacle, la parade publique de la femme au côté de son époux, pouvait renforcer le prestige de ce dernier, en tant que reflet de son honneur et de sa richesse et conséquemment de sa fortune familiale.

29Le divertissement en famille et la présence féminine présupposaient donc l’existence d’espaces différents de ceux réservés au peuple et caractérisés par des comportements masculins raffinés.

  • 34 Yannitsiotis, op.cit., p. 233 – 236

30L’ensemble des critiques que nous venons d’énumérer, concernait le besoin de créer les conditions nécessaires pour un loisir tel que le concevait la bourgeoisie et ayant pour foyer l’espace public urbain. Cela nécessitait l’appui systématique de la municipalité qui, quant à elle, s’était fixé d’autres priorités. La majeure partie du budget municipal était allouée à l’éducation, à l’édification d’églises, d’aménagements portuaires, à des œuvres de charité et au financement régulier du club de commerce. Parcimonieuse envers les associations culturelles, artistiques et sportives de la ville, la municipalité se transforme en enthousiaste bienfaiteur de l’association la plus pérenne et active du Pirée, l’« Alliance Piréote », dont l’objectif était d’élever le niveau éducatif et culturel de la classe ouvrière34. Nous sommes en droit de nous demander si la coïncidence entre le financement systématique de cette association et l’apparition des premières mobilisations de grève, à l’aube du xxe siècle, est un pur hasard.

  • 35 Liza Miheli, Le Pirée, De Porto Leone à la Manchester de l’Orient, Athènes, 1993, p. 200-203 (en g (...)

31La politique des conseils municipaux concernant la question du loisir ne semblait pas se différencier des pratiques sociales des quelques dizaines de familles de l’« aristocratie financière » qui pratiquaient des formes privées de sociabilité, tels que les bals et les fêtes dans leurs palaces ou dans le club de commerce local, « Hermès ». Ces manifestations se distinguaient par leur ostentation et leur splendeur. Quand ces familles décidaient de suivre une représentation théâtrale, elles se rendaient à Athènes. En été, elles recherchaient la détente et les distractions à Phaliron, un bord de mer entre la capitale et le Pirée dont l’infrastructure comprenait un théâtre, des hôtels splendides, des infrastructures pour des baignades en mer, une estrade pour des promenades, un kiosque à musique35. C’est là qu’elles rencontraient les familles athéniennes de l’aristocratie politique, de la bureaucratie d’État et des riches grecs de la diaspora.

32Dans cet espace situé hors de la ville et bien protégé, puisqu’on y avait interdit même les baignades à toute personne non conviée, ces familles piréotes exhibaient leur richesse, suivaient la mode, concluait leurs affaires et réglaient les mariages de leurs enfants, le Pirée demeurant un lieu de divertissement exclusivement pour les classes laborieuses et un paysage culturellement désert, décevant les espoirs des bourgeois cultivés et des classes moyennes de cette ville.

Bibliographie

Bibliographie :

Bafounis Yannis, 1985, La formation d’une ville nouvelle : Le Pirée au xixe siècle (1835-1879), Thèse de doctorat non publiée, Paris.

Bakalaki Alexandra et Elegmitou Eleni, 1987, L’éducation « pour la bonne conduite deson foyer » et les tâches des femmes. De la création de l’État grec jusqu’à la réforme éducative de 1929, (en grec), Athènes.

Bakounakis Nikos, 1991, Le fantôme de Norma. La réception du mélodrame en Grèce au xixe siècle, Hermoupolis - Patras, (en grec), Athènes.

Bastea Eleni, 2000, Planning the Myth. The Creation of Modern Athens, Cambridge, Cambridge University Press.

Buckley Cheryl et Fawcett Hilary, 2002, Fashioning the Feminine. Representation and Women’s Fashion from the Fin de Siècle to the Present, London, I. B. Tauris.

Corbin Alain (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Flammarion, 1995.

Fournaraki Eleni, 2002, « Pour quelle raison ne pas lui accorder le droit de vote ? Suffrage universel masculin et exclusion féminine de la politique en Grèce au xixe siècle », Mnimon, t. 24, p. 179-226 (en grec).

Kardassis Vassilis, 1985, « Hermoupolis, pratiques et comportements bourgeois », dans les Actes du Colloque International d’Histoire La ville néohellénique. Héritages ottomans et état grec, Athènes, t. II, p. 585-589 (en grec).

Miheli Liza, 1993, Le Pirée, De Porto Leone à la Manchester de l’Orient, Athènes, (en grec).

Rojek Chris (dir.), 1989, Leisure for Leisure. Critical Essays, Londres, Macmillan Press.

Rojek Chris, 1995, Decentring Leisure. Rethinking Leisure Theory, Londres, Sage Publications.

Tsokopoulos Vassias, 1984, Le Pirée, 1835-1870. Introduction à l’histoire du Manchester grec, (en grec), Athènes.

Varika Eleni, 1987, La révolte des dames. La naissance d’une conscience féministe en Grèce 1833-1907, (en grec), Athènes.

Walkowitz Judith R., 1994, City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, London, Virago Press, p. 46.

Yannitsiotis Yannis, 2001, La formation de la bourgeoisie piréote 1860-1909, (en grec), Thèse de doctorat non publiée, Athènes.

Notes

1 Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Flammarion, 1995, p. 9.

2 Vassias Tsokopoulos, Le Pirée, 1835-1870. Introduction à l’histoire du Manchester grec, Athènes, 1984 (en grec) et Yannis Bafounis, La formation d’une ville nouvelle : Le Pirée au xixe siècle (1835-1879), Thèse de doctorat non publiée, Paris, 1985.

3 Eleni Bastea, Planning the Myth. The Creation of Modern Athens, Cambridge, Cambridge University Press, 2000. Concernant la ville de Patras : Nikos Bakounakis, Patras, 1828-1860. Une capitale grecque au xixe siècle, Athènes, 1988 (en grec). Concernant Hermoupolis, la capitale de l’île de Syros : Vassilis Kardassis, « Hermoupolis, pratiques et comportements bourgeois » dans les Actes du Colloque International d’Histoire La ville néohellénique. Héritages ottomans et État grec, Athènes, t. II, 1985, p. 585-589 (en grec), Christina Agriantoni, « Les transformations de la structure industrielle d’Hermoupolis au xixe siècle » dans les Actes, ibid., p. 603-608, Christos Loukos « Une capitale grecque en déclin : Hermoupolis la seconde moitié du xixe siècle » dans les Actes, ibid., p. 591-601 et du même auteur, Mourir à Syros au xixe siècle, Hérakleion, 2000 (en grec).

4 Yannis Yannitsiotis, La formation de la bourgeoisie piréote 1860-1909, Thèse de doctorat non publiée, Athènes, 2001 (en grec). Concernant la première phase de l’industrialisation grecque et ses axes urbains : Christina Agriantoni, Les débuts de l’industrialisation en Grèce au xixe siècle, Athènes, 1986 (en grec). Concernant les traits caractéristiques de l’économie grecque : Georges B. Dertilis (dir.), Banquiers, usuriers et paysans. Réseaux de crédit et stratégies du capital en Grèce (1780-1930), Paris, Éditions La Découverte et Fondation des Treilles, 1988. Enfin, pour la société grecque au xixe siècle : Philip Carabott (dir.), Greek society in the making, 1863-1913. Realities, symbols and visions, Hampshire et Vermont, Ashgate/Variorum, 1997.

5 Journal Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°210, 24 mars 1869.

6 Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°261, 15 octobre 1869.

7 Jourrnal Pronoia (Prévoyance), n°238, 25 janvier 1883.

8 Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°169, 22 octobre 1868 et journal Sfaira (Globe), n°40, 29 avril 1880.

9 Foni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°82, 5 décembre 1867 ; n°169, 22 octobre 1868 et n°283, 14 février 1870.

10 Sfaira (Globe), 31 mai 1885.

11 Nikos Bakounakis, Le fantôme de Norma. La réception du mélodrame en Grèce au xixe siècle, Hermoupolis-Patras, Athènes, 1991 (en grec).

12 Journal Poséidon n°484, 8 septembre 1876 et n°485, 9 septembre 1876, où l’on peut lire le statut de cette association.

13 Phoni tou Peiraios (Voix du Pirée), n°138, 2 juillet 1868 ; n°237, 1er juillet 1869 et n°261, 15 octobre 1969.

14 Eleni Fournaraki, « ‘‘Pour quelle raison ne pas lui accorder le droit de vote ?’’. Suffrage universel masculin et exclusion féminine de la politique en Grèce au xixe siècle », Mnimon, t. 24, 2002, p. 179-226 (en grec).

15 Yannitsiotis, op.cit., p. 76-108.

16 Pronoia (Prévoyance) n°2402, 8 février 1894 et n°2406, 12 février 1894.

17 Pronoia (Prévoyance) n°1939, 4 novembre 1891 ; n°4028, 25 octobre 1899 ; n°4342, 12 mai 1901 et n°4534, 29 avril 1902

18 Pronoia (Prévoyance), n°2406, 12 février 1894.

19 Ibid. et Pronoia (Prévoyance), n°2338, 28 janvier 1894.

20 Sfaira (Globe), n°5399, 22 février 1900.

21 Concernant le contenu culturel des rapports entre la Grèce et l’Europe, on trouve une bibliographie très fournie, citons à titre indicatif : Harald Heppner/Olga Katsiardi-Hering (dir.) Die Griechen und Europa. Aussen- und Innensichten im Wandel der Zeit, Vienne, Cologne, Weimar, Bohlau Verlag, 1998 et notamment pour la période traitée : Effi Gazi, « ‘‘Europe’’ : Writing an ambivalent concept in 19th century Greek Historical Culture » ibid., p. 103-124 ; Philip Carabott (dir.) Greece and Europe in the Modern Period : Aspects of a Troubled Relationship, Londres, Centre for Hellenic Studies King’s College London, 1991 ; Anthony Liakos, « The Canon of European Identity : Transmission and Decomposition », Modern Greek Studies n°3, 1995, p. 129-138 ; Dimitris Kyrtatas, « La conquête de l’histoire de l’antiquité grecque par le néo-hellénisme aux xviiie et xixe siècles par l’intermédiaire de l’Occident », dans les Actes du Congrès Scientifique Les usages de l’Antiquité par le Néo-Hellénisme, Athènes, 2002, p. 251-266 (en grec) ; enfin, les deux œuvres de Michael Herzfelt, Ours Once More. Folklore, Ideology, and the Making of Modern Greece, University of Texas Press, 1982 et Anthropology through the Looking Glass. Critical Ethnography in the Margins of Europe, Cambridge University Press, 1987.

22 Sfaira (Globe), n°8585, 27 décembre 1903.

23 Op.cit., et Sfaira (Globe), n°7484, 22 novembre 1906.

24 Pronoia (Prévoyance), n°1887, 5 août 1891 ; n°2406, 12 février 1894 et Sfaira (Globe), n°5501, 22 juin 1900.

25 Pronoia (Prévoyance), n°2402, 8 février 1894.

26 Yannitsiotis, op. cit., p. 204-208.

27 Sfaira (Globe), n°74, 16 juin 1880 ; n°44, 20 septembre 1880 et 30 décembre 1883, Pronoia (Prévoyance), n°405, 14 janvier 1884 et Sfaira (Globe), 7 mars 1890.

28 Concernant les représentations des groupes sociaux inférieurs et des pratiques moralisatrices à leur égard, principalement la charité, Maria Korassidou, Les misérables d’Athènes et leurs thérapeutes. Pauvreté et charité dans la capitale grecque au xixe siècle, Athènes 1995 ; Vasso Theodorou, « Charité et ville. Orphelins et enfants sans abris au Pirée aux alentours de 1875 », Mnimon, t. 14, 1992, p. 71-90 ; du même auteur, « Systèmes disciplinaires et travail dans les orphelinats dans la seconde moitié du xixe siècle », Mnimon, t. 21, 1999, p. 55-84 et Yannitsiotis, op.cit., p. 225-251.

29 Sfaira (Globe), n°83, 27 juin 1880.

30 Sfaira (Globe), n°5605, 23 octobre 1900.

31 Eleni Varika, La révolte des dames. La naissance d’une conscience féministe en Grèce 1833-1907, Athènes, 1987 (en grec). Concernant le contenu de l’éducation des filles, Alexandra Bakalaki et Eleni Elegmitou, L’ éducation « pour la bonne conduite de son foyer » et les tâchesdes femmes. De la création de l’État grec jusqu’à la réforme éducative de 1929, Athènes, 1987 (en grec).

32 Judith R. Walkowitz, City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, Londres, Virago Press, 1994, p. 46.

33 Concernant le rapport mode et construction des identités féminines, cf. à titre indicatif, Cheryl Buckley et Hilary Fawcett, Fashioning the Feminine. Representation and Women’s Fashion from the Fin de Siècle to the Present, London, I.B. Tauris, 2002, et plus particulièrement concernant le xixe siècle, p. 1-49.

34 Yannitsiotis, op.cit., p. 233 – 236

35 Liza Miheli, Le Pirée, De Porto Leone à la Manchester de l’Orient, Athènes, 1993, p. 200-203 (en grec) et Sfaira (Globe) qui consacre souvent, dans sa une, une colonne couvrant la vie mondaine à Phaliron pendant les mois d’été (cf. à titre indicatif, les numéros de l’été 1900).

Auteur

Université de la Mer Égée
Département d’Anthropologie Sociale et d’Histoire

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540