Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Bribes de vie, bribes de ville. Fêtes des saints (mouled-s) au Caire

Anna Madœuf

Texte intégral

« Une fête ne saurait attendre sous peine de voir le soufflé s’affaisser » Pierre Sansot,
Poétique de la ville, 1973, p. 144.

  • 1 Fréquentation impossible à évaluer de manière précise mais qui concernerait selon la presse (quoti (...)

1Les mouled-s (appellations locales de mawâlid, anniversaires) sont, en Égypte, des célébrations festives organisées en l’honneur d’un personnage saint autour du lieu de culte qui lui est consacré. Leur pratique est tout particulièrement répandue au Caire où reposent, dans ses nécropoles mais aussi dans la ville même, un grand nombre de saints, issus notamment de la lignée du Prophète Mohammed (dits ahl al-bayt « gens de la maison »), comme Husayn et sa sœur Zaynab (ses petits-enfants) dont les mosquées-mausolées sont situées au centre de la cité, et dont les mouled-s sont les plus fréquentés de la capitale1. Ces fêtes associent résidents et pèlerins venus en masse de l’ensemble du pays et mettent en scène les quartiers concernés selon des pratiques codifiées et rythmées de l’espace. Ces deux événements majeurs culminent lors de la « grande nuit », layla al-kabira, qui clôture la célébration, mais se déroulent pendant environ une semaine, durant laquelle les pèlerins provinciaux, venus essentiellement dans le cadre de confréries religieuses (soufies), campent sur place, dans de vastes tentes de cérémonie ou des abris plus sommaires, et investissent tous les lieux disponibles dans le quartier, notamment les mosquées.

DU MOULED À LA FÊTE

  • 2 Coran, sourate Yûnis, verset 63.

2Il s’agira ici d’évoquer, tout en les masquant en partie, les mouled-s du Caire, ou plus exactement, depuis ces mouled-s, utilisés en tant qu’expériences de recherches, d’essayer de présenter un certain nombre de réflexions et d’hypothèses sur les fêtes urbaines, élaborées dans un contexte qui, sans être dissimulé, ne sera pas surexposé. Ce procédé d’abstraction partielle a pour objet de soumettre la recherche à un questionnement fondé sur la notion de divertissement. De fait, les mouled-s sont simultanément, et en un même mot, pèlerinages et fêtes ; c’est donc cette dernière dimension qui sera plus particulièrement évoquée, même si le motif d’essence religieuse est essentiel et donne à l’évidence un caractère et une identité propres à ces fêtes. Isoler le festif relève totalement d’un artifice puisque ces célébrations sont des combinaisons, à tonalités multiples, où la piété n’exclut pas la joie du divertissement, au contraire, et où sont associés et entrecroisés les aspects religieux et profanes de la fête. Les pratiques se mêlent, se complètent ;l’amour et la dévotion envers le Prophète et sa parentèle sont, en Égypte, synonymes de joie. En témoigne notamment ce verset du Coran, inscrit sur de nombreux mausolées : « Non certes les saints de Dieu ne sont soumis à aucune peur ni ne connaissent la tristesse »2. Comment mieux honorer ces personnages qu’en reproduisant des traits de leur caractère, exemplaire s’il en est ? Même s’il s’agit d’une interprétation peut-être très égyptienne.

3Les mouled-s ne peuvent pas être définis exclusivement comme étant des loisirs ou des divertissements, mais par contre les énoncer en tant que tels peut être une façon de décrypter ces manifestations. Par le biais du mouled, on peut voir, penser et créer la ville autrement, et cette perspective peut être une proposition de lecture de ces événements. Entrer ou passer dans un monde autre grâce à une échappée, la fête, même si celle-ci n’est ni aléatoire ni hasardeuse, mais résulte d’un projet et d’un projet consensuel. Il y a bien sûr une issue à cette histoire, puisque l’on ressort toujours du mouled, de son lieu, de son temps, de son ambiance. Par définition, rythmes et temporalités des fêtes sont spécifiques, le temps y est cyclique et mesuré, on le sait, mais il en va de même pour l’espace : les fêtes se produisent en des lieux qu’elles investissent et surinvestissent, les soumettant à une prise puis à une déprise. Cette inscription spatiale, constitutive de territoires dans la ville, est aussi une des pistes possibles d’une réflexion sur le sens des loisirs et des divertissements dans les sociétés urbaines. De fait, la ville elle-même peut apparaître comme fête ou illusion de fête pour ceux qui la vivent ordinairement et la voient transfigurée, et plus encore pour ceux qui ne la vivent pas au quotidien (visiteurs) pour qui elle est aussi la destination du voyage, et pour qui elle peut n’exister concrètement que par le mouled et lors du mouled. L’aspect clinquant et chatoyant de la cité lui donne l’allure d’une fête perpétuelle ; le nouvelliste Youssef Idris évoque cette confusion, lors de l’arrivée au Caire d’une jeune provinciale :

« Des lumières, de toutes les couleurs du spectre, qui s’allumaient et s’éteignaient en une sorte de symphonie... (…) Elle s’était figurée, en descendant du train (...) qu’il y avait en ville une grande célébration religieuse pour laquelle les gens se rassemblaient en foules nombreuses. (...) Quelle ville que celle-là où les gens vivent tous les jours comme des jours de fête ! ». (Youssef Idris, La sirène, 1986, p. 27-28).

4Lors du mouled, chacun, visiteur ou habitant, participe à la transformation festive du quartier, ce qui attribue à chaque individu un rôle et par là un certain pouvoir sur les lieux et l’événement. De la même manière, le premier des divertissements est le(s) spectacle(s) résultant de la simple présence de l’Autre, des autres : hommes et femmes ; Cairotes et provinciaux ; pèlerins et badauds, etc. Regarder les autres, regarder la ville, regarder les autres s’amuser et regarder la même chose que soi, ou soi ou autre chose : toutes ces possibilités, toutes ces figures sont autant de sources évidentes, infinies et inlassables de connivences et/ou de moqueries. Au-delà de l’amusement d’être ensemble est le plaisir trouble d’être ensemble, de « respirer de l’humain comme d’autres s’enivrent de l’air du large » (Pierre Sansot, 1973 p. 57). Aussi, les mouled-s dans leur intentionnalité ne sont ni loisirs, ni divertissements, mais ils le deviennent. La célébration s’inscrit dans une mise en scène qui relève d’autres motivations ; la pratique religieuse n’est pas un prétexte mais impulse la fête laquelle n’est pas pour « rien », mais bien pour un tout (une foi et une identité partagées). Pourtant, la fête s’autonomise toutefois et se conforme à des logiques d’inscriptions dans des espaces, à la fois conformes et contraints, qui sont ceux de la ville laquelle, par définition, a aussi ses logiques de production d’espaces-temps festifs et d’interactions liées à ce registre.

DEUX MOITIÉS DE VILLE…

« La ville de Sophronia se compose de deux moitiés de ville. Dans l’une, il y a le grand-huit volant aux bosses brutales, le manège avec ses chaînes en rayons de soleil, la roue avec ses cages mobiles, le puits de la mort avec ses motocyclistes la tête en bas, la coupole du cirque avec la grappe de trapèzes qui pend en son milieu. L’autre moitié de la ville est en pierre, en marbre et en ciment, avec la banque, les usines, les palais, l’abattoir, l’école et tout le reste. L’une des moitiés de ville est fixe, l’autre est provisoire, et quand le terme de sa halte est arrivé, ils la déclouent, la démontent et l’emportent pour la replanter sur les terrains vagues d’une autre moitié de la ville ». (Italo Calvino, Les villes invisibles, 1972, p. 77).

5Sophronia, l’une des Villes invisibles d’Italo Calvino, est une cité festive, mais elle ne peut l’être totalement ou de manière continue. Si l’une des moitiés de la ville est utile, pragmatique et fonctionnelle, l’autre n’est pas pour autant son contraire exact, mais plutôt tout le reste, ce qui est étrange, un autre monde, peut-être infini, surtout indéfini. Est posée ici la question combinée du stable et de l’instable fondant un équilibre, du sécable et de l’insécable fondant une totalité-globalité, du permanent et du temporaire construisant l’espace et le temps, de l’association du fixe et du flou, soit quelques éléments fondateurs d’une dialectique binaire et/mais complexe. Sophronia, espace allégorique, suggère que la fête est à la fois dissociée dans l’espace absolu de la cité et à la fois moitié de sa réalité. Elle est aussi une ville itinérante, qui se fixe de manière provisoire en un espace flottant -un terrain vague - qui est dans la ville sans en être, sans faire partie de sa composition, une forme supplémentaire.

6De fait, dans le cas des mouled-s, la fête se surimpose et se rajoute, se monte et se démonte, en des quartiers dont elle contribue cependant à fonder la territorialité et l’identité. Plus largement, la pratique des mouled-s contribue à faire du Caire une capitale, un espace originel, la ville appropriée par l’ensemble des Égyptiens et la « mère du monde » (Oum al-duniya), comme elle est aussi nommée. Formulé autrement par Kevin Lynch (1998, 140) : « l’homme a besoin d’un environnement qui ne soit pas simplement bien organisé, mais également poétique et symbolique ». Les mouled-s sont à cette image, des événements attendus, reproduits, lesquels impliquent une adhésion et une participation collectives et mettent en scène et en valeur, pour un temps, des espaces de la ville. Les célébrations festives, moments cycliques qui rythment le cours de l’existence des êtres et marquent la symbolique des lieux, résultent de la fusion d’un moment célébré et d’un lieu distingué.

  • 3 Voir la contribution de Lea Freitas Perez « Lieux de fêtes au Brésil », in Lieux et non-lieux de l (...)

7Pour poursuivre cette assertion, c’est peut-être parfois la fête qui institue la ville comme le suggère le romancier Jorge Amado en d’autres contrées. Ainsi, c’est à l’occasion de la célébration de la Saint-Jean que Tocaia, bourgade du nord-est brésilien, se « civilise » ; pour l’affirmer en tant que cité, ses habitants décident d’y organiser une fête. C’est ce véritable acte fondateur qui va marquer irréversiblement sa promotion, son accession dans les représentations et dans les pratiques au rang de ville. Cette intuition romanesque est d’ailleurs corroborée par nombre de recherches montrant que les « processions et fêtes religieuses sont les activités urbaines les plus anciennes du Brésil »3.

8Les fêtes contribuent ainsi à produire et à penser la ville en tant que telle, comme un lieu investi, notamment spirituellement et symboliquement, un espace animé. La fête est une des traductions de l’existence d’une société en place ; elle est à la fois forme et esprit, mais bien sûr elle est temporaire et soluble, ici forme et esprit ne sont jamais les mêmes et s’évaporent à chaque fois pour se reproduire de manière différente une autre fois.

ÊTRE ENSEMBLE ET ÊTRES ENSEMBLE

  • 4 Voir l’interview de Michel Maffesoli dans le Monde du 14 juillet 2000, à propos du pique-nique cit (...)
  • 5 Le recours à la fête est un procédé ou artifice récurrent en littérature, utilisé comme une alchim (...)
  • 6 À l’occasion d’une fête, une rencontre due au hasard entre deux êtres, s’ensuit un coup de foudre, (...)
  • 7 Scénario de Jacques Prévert, film réalisé entre 1943 et 1945. On peut aussi penser à Jour de fête, (...)

9Si l’on considère la ville comme une expression du vouloir être ensemble, la fête en est sa consécration, un concentré, elle est aussi une manifestation de ce que Michel Maffesoli nomme la « viscosité sociale », cette « curieuse pulsion qui pousse à se coller à l’autre »4, pulsion ni verbalisée ni consciente. La foule c’est l’autre au pluriel et dans tous ses singuliers. La foule permet simultanément de s’exhiber et de se dissimuler, de rencontrer intensément sa société et de l’oublier tout aussi intensément. Le personnage de « somnambule » tel qu’il est réinterprété par Isaac Joseph (Le passant considérable), se construit en tant qu’individu et nourrit sa pratique de la société depuis un espace urbain hanté par la foule. Si l’envie sociale d’être ensemble résulte certainement de motivations universelles, les prétextes, conditions et formes de ces rencontres diffèrent, les mouled-s en sont une illustration. La fête est aussi une forme possible d’espace public lorsqu’elle est associée à l’imaginaire d’une société, à sa culture, lorsqu’elle se fait modèle et ferment. Dans le registre culturel français, la fête peut apparaître comme étant le lieu-contexte de la quête et de la rencontre de l’amour ; en témoignent de nombreuses œuvres populaires issues de divers genres, par exemple un roman5, Le Grand Meaulnes, une chanson : La foule interprétée par Édith Piaf6, ou un film : Les enfants du paradis de Marcel Carné7. L’amour, au dénouement souvent tragique, surgit lors d’une circonstance légère, qui est celle du divertissement, prenant les protagonistes au dépourvu.

  • 8 « Si la signification est un jeu de relations, il n’y a rien au-delà de celles-ci, elle est comme (...)

10La fête est une perspective, un horizon attendu, pensé, imaginé, deviné, sans réalité unanime et objective mais qui existe néanmoins et a l’aspect et la fonction que chacun lui projette. L’horizon peut être vu comme une figure abstraite et sans contours, simultanément rien et tout, à la fois espace et temps, une figure ouverte, dégagée vers des possibles, des probables, sans limites. L’horizon est un ferment pour l’imaginaire, il est objet d’inspiration et de créations, en tant qu’il laisse envisager un élargissement du monde, une reconfiguration du réel. Cette thématique est souvent traitée dans la littérature romanesque (notamment dans le Désert des Tartares de Dino Buzzati, ou le Rivage des Syrtes de Julien Gracq) et de manière particulièrement explicite pour les mouled-s par Abdel-Hakim Qassem dans Les sept jours de l’homme, roman en partie autobiographique et écrit en empruntant le rythme saccadé d’un mouled. L’horizon symbolise aussi l’attente et l’attente est elle-même imaginisante. Cette métaphore peut aussi être l’un des cadres d’une recherche, puisque l’on sait que c’est lorsque les horizons s’oblitèrent et se referment, que du point de vue choisi, on peut mettre fin à l’interprétation8.

11Il y a des choses qui se lisent dans la ville, d’autres qui se voient, certaines dont on parle, et d’autres encore qui se savent et se vivent ; ces dernières ne sont pas toujours les plus exposées, celles que l’on décèle d’un regard. Le mouled est une voie d’accès à une réalité autre que matérielle, à un monde invisible. Lorsque la fête en l’honneur du saint est passée, son aura demeure. Le mouled est un moment d’exaltation des valeurs idéelles et symboliques de l’espace, lesquelles deviennent alors plus apparentes, car exprimées et vécues de manière visible ; le reste du temps, ces significations sont diffuses, moins lisibles, mais néanmoins présentes.

MIXAGES D’ESPACES ET DE TEMPS

  • 9 Le Nouveau Petit Robert, dictionnaire de la langue française, éd. de 1993.
  • 10 Sentiment évoqué par le narrateur, relatant le déroulement d’une fête dans la nouvelle Sarrasine, (...)

12L’existence pleine de la fête suppose une élaboration en trois temps, qui n’existent et ne sont définis que les uns par rapport aux autres et comme constituants d’un ensemble solidaire. Ces temps sont essentiels bien qu’inégaux : un avant -l’attente -, un pendant -le vécu -, et un après -le souvenir - avec sa recomposition au travers de la constitution de récits et de commentaires. Un exemple en est d’ailleurs fourni par John Steinbeck avec les relations magnifiées et détaillées des péripéties d’une soirée donnée à Tortilla Flat. Le souvenir, « possession en apparence irréelle et accessoire (…) par l’intermédiaire duquel le passé se blottit doucement, insensiblement contre le présent » (Stefan Zweig, 1996, p. 186), permet d’ébaucher des contours à l’avenir, de le contourner. Le souvenir d’un mouled, à un moment transitionnel, changera de nature pour devenir l’idée du prochain mouled, soit une reprise du cycle du temps. Pourtant, comment savoir exactement de quelle manière et à quel moment passe-t-on de l’évocation du passé à l’énonciation de l’avenir, comment une idée se « transvase » d’un temps à l’autre, et de surcroît de deux temps a priori contraires ? S’amuser, se divertir autant d’actions qui prennent souvent la forme d’échappées, d’esquives, de déprises à des oppressions tant individuelles que sociales, dont celle du temps. Quant au temps même de la fête, il est absolu, il a un commencement et une fin, comme une parodie résumée du temps de la vie, mais dont on connaît le moment fatidique, celui de l’issue ; on sait qu’il faut alors exister entre ces repères. Le mot divertir vient du latin divertere : détourner. Son deuxième sens est celui d’une occupation qui détourne l’homme des problèmes essentiels qui devraient le préoccuper : « le divertissement nous amuse et nous fait arriver insensiblement à la mort » (Pascal)9. Pourtant, la fête conjugue ces deux tonalités en apparence contradictoires, et c’est peut-être cette dimension de « comédie humaine » qui lui donne un caractère tragique et poignant. Elle suscite des émotions vives, contradictoires, heurtées, des bouffées de joies et d’angoisses concentrées, soit un état d’âme bien particulier, une « macédoine morale, moitié plaisante, moitié funèbre » selon Balzac10. Moments de conscience aiguë de soi, des autres, de la vie, qui se traduisent par une propension à être plus visible, plus bruyant, plus présent, à manifester et à exacerber ses « territoires du moi » (Erving Goffman, 1973).

13Nous sommes toujours, par notre condition humaine, plus ou moins dans un état d’expectative, on peut supposer que la fête fournit un débouché, une issue momentanée, une pause (ou peut-être même une raison ?) à cet état. Vers la fête, chacun peut condenser, faire converger ces souhaits, aspirations, quêtes, attentes et désirs, laissés en des états vagues, confus, non formulés, qui sont projetés ou juste canalisés vers un moment et un lieu qui eux sont objectifs et deviennent alors un objectif plus précis, même s’il est probable que tout cela reste dans l’inaccompli. Quoiqu’il en soit, la fête aura toujours, à l’issue de beaucoup d’agitations, un effet apaisant sur les corps et les esprits. La fête est volatile, elle se déroule, se défait, tout y est agitation, à commencer par l’état d’esprit des participants qui suppose un soupçon d’exaltation. Le temps de la fête est compté, et même décompté, borné, il file, ce qui implique des « syndromes », dont on peut imaginer qu’ils sont ceux de la citrouille et du sablier, et qui se manifestent notamment par une angoisse du temps qui passe, tout particulièrement de la venue de l’aube, du retour du jour, qui va remettre en phase la normalité, le rythme binaire dominant diurne-nocturne, balancier régulier qui cadence la vie des hommes.

DIVERSIONS ET DIVERTISSEMENTS

  • 11 Un procédé qui rappelle la fin de la fête annuelle de la ville phœnix de Burning Man, lorsque la c (...)

14S’intéresser aux fêtes implique que l’on dispose de peu de temps réel, ce temps dont on a pourtant besoin pour construire sa pensée à propos de l’objet étudié, pour que paroles, faits et images puissent décanter. Le caractère évanescent de l’événement conduit à une collecte de fragments. Par ailleurs, tout le monde semble alors vivre et agir de manière accélérée et il est aussi difficile de considérer la simultanéité de situations et de scènes. Il faut alors s’accommoder d’une saisie instantanée, spontanée, mais peut-être doit-on justement raisonner la fête ainsi, accepter l’immédiateté et en faire une condition de travail. Il faut dans ce contexte mentionner aussi l’immersion, la proximité des scènes et des personnes, la promiscuité ; la réduction des intervalles usuels entre individus, le confinement. Les rythmes et directions de circulation de chacun sont différents, les gens passent, repassent, les combinaisons sont variables à l’infini, le paysage change en permanence ; à la longue, le défilé des personnes en présence prend la forme d’une galerie de portraits animés qui suscite le vertige. Les lieux, éventuellement déjà connus, sont autres, deviennent sujets à exploration. La fête va induire un rapport au lieu spécifique en tant qu’elle est elle-même, avec ses composantes et ses limites, un espace, qu’elle se surimpose à un quartier, rendant les parcours usuels et les circuits du quotidien obsolètes. Le paysage, par les effets de foule qui l’animent, crée un décor toujours changeant, suscite des troubles de l’orientation, amène une découverte de nouvelles topographies. La fête se fonde sur un mouvement perpétuel, incessant, dont la cadence, soutenue, finit toutefois par décliner vers le milieu de la nuit, à partir d’un moment imprévisible où le rythme général bascule, se rompt. Cette cadence s’inverse, une sorte de langueur succède à l’agitation et puis la fête s’achève, dans le cas des mouled-s, non pas selon une dégradation progressive mais par une déconstruction, une « démolition générale »11 (Abdel-Hakim Qassem, 1998, p. 170).

15Les mouled-s, tous différents, se ressemblent pourtant ; en s’inspirant d’un espace préexistant, en se fondant sur un lieu unique et distingué, ils semblent néanmoins l’absorber ou l’estomper en partie, le modeler. Ils présentent une gamme de caractères dominants qui font leur faculté à créer un climat à la fois unique et banal, un paysage aussi original que familier. La fête adhère à la ville et l’ingère, l’engloutit en partie. L’ordinaire se fait exceptionnel, la ville est esthétisée, sublimée, devient elle-même spectacle. Les formes des bâtiments sont redessinées, stylisées par le jeu des guirlandes lumineuses. La grande mosquée, centre et âme de la fête, est une fois l’an, illuminée ; selon la métaphore poétique, elle est parée et étincelante « comme une mariée » (‘arûsa) ; parfois elle devient invisible sous la cascade de lumières éblouissantes. Un mouled est aussi un système esthétique. Des guirlandes d’ampoules colorées, des tissus aux vifs imprimés, des pyramides de confiseries (Ill. 1), des accessoires festifs, des étals de jouets et de colifichets, des stands de tir (Ill. 2), des spectacles ou des exhibitions, une panoplie de jeux d’adresse et de force, des grandes roues, des auto­tamponneuses… Attractions ou animations, les sollicitations sont multiples. Sur fond rouge soutenu, couleur récurrente et obsédante des tentures dressées le long des édifices, des arceaux ponctuent les rues, une profusion de guirlandes lumineuses, de fanions multicolores et de banderoles, tout un jeu récursif mêle ingénieusement drapés et éclairages, dissimule ou accentue des traits de la configuration des lieux. L’espace devient aussi extrêmement bruyant, dense de sons de toutes sortes, gorgé de sonorités : musiques et chants, récitations, louanges, appels, cris, plaintes, pétards, crécelles et paroles profanes ou non amplifiées par les équipements de sonorisation. Le paysage visuel et sonore se trouve réordonné, recomposé, sujet à une nouvelle harmonie. La fête est aussi l’occasion de dons et d’abandons, sous des modes très divers : on s’oublie, un peu ou beaucoup, parfois on n’est plus exactement soi (sous l’effet de la transe, de la danse, de la fatigue, des stupéfiants, etc.), on se donne en spectacle, on s’abandonne même en se livrant au hasard, aux autres, parfois juste en déambulant ou en se laissant ballotter par la foule. La hiérarchie des prévalences est changée, selon une logique différente, le sucré est préféré au salé, ce qui régale plutôt que ce qui nourrit, l’esthétique l’emporte sur le pratique, etc.

  • 12 Comme on le voit dans le film Sueurs froides où Alfred Hitchcock met en scène le meurtre d’une jeu (...)

16Un ordre éphémère prévaut, qui modifie les parcours, place, déplace ou replace les éléments de la composition urbaine. La hiérarchie, du sacré au profane, est lisible dans la distribution graduée des éléments : la fête foraine et les tentes d’habitation sont plutôt excentrées et mises en arrière-plan tandis que les tentes de cérémonie des institutions officielles et des confréries importantes se serrent devant la grande mosquée. La fête est un territoire qui a un épicentre, la mosquée-mausolée, des lieux d’exposition, très éclairés, bruyants et nets, des bas-côtés, des coins et recoins, des culs-de-sac, des zones de lumières et de pénombres12, elle se poursuit en des lieux mitigés puis se perd vers des halos de lumières et de sons déclinants, transitions vers la ville ordinaire. En ce sens, aller à une fête peut être comme accomplir un voyage idéal, aller vers un univers tout à la fois surprenant et rassurant. La fête marque toujours une discontinuité à la fois dans l’espace et le temps, mais elle est une sorte d’intervalle autonome. Par ailleurs, le lieu de la fête -ici - est un lieu précis, mais cet ici est aussi un ailleurs, une combinaison a-territorialisée, une sorte de nulle part.

17Ainsi, la fête peut être énoncée comme un phénomène socio-spatial qui permet de distinguer par l’unicité -une figure, un temps, un lieu - le monde, de lui donner forme et sens, permettant à chacun d’être (en tant qu’acteur et moteur) un participant de cette société éphémère, et par là de la société. On est heureux que la fête existe, de cette extériorisation, mais on est également satisfait qu’elle s’achève, qu’elle cesse, du retour de l’ordre dominant, auquel on aspire puisque l’on vit en société, mais ordre induit aussi par le caractère cyclique de l’existence des choses et des êtres : le décor se dégrade, les vêtements se froissent, les traits se tirent, les corps se relâchent, l’énergie s’épuise. Alors, la fête semble se dissoudre, de la décomposition de sa mise en scène émerge une autre figure. Au fur et à mesure de l’avancée de la nuit, les Cairotes rentrent chez eux ; les départs des provinciaux se feront au cours de la matinée suivante. Enfin, le quartier est rendu à la ville. Le temps n’est plus à la fête, les lieux non plus.

Illustration 1 : Stand d'un confiseur, mouled de Sayyida Zaynab

Illustration 1 : Stand d'un confiseur, mouled de Sayyida Zaynab

Septembre 2004, cliché A. Madœuf

Illustration 2 : Stands (fermés) de tir à la carabine, mouled de Sayyida Zaynab

Illustration 2 : Stands (fermés) de tir à la carabine, mouled de Sayyida Zaynab

Septembre 2004, cliché A. Madœuf

Bibliographie

Bibliographie :

Amado J., 1985, Tocaia Grande, Stock, Le Livre de Poche, Paris.

Bachelard G., 1989, La poétique de l’espace, PUF, Quadrige, Paris.

Berque J. et Al-Shakaa M., 1974, « La Gamâliya depuis un siècle essai d’histoire sociale d’un quartier du Caire », Revue des Études Islamiques, XLII-1, Librairie Orientaliste, Le Caire, p. 45-99.

Biegman N.-H., 1990, Egypt. Moulids Saints Sufis, Gary Schwartz-SDU, La Haye.

Calvino I., 1996, Les villes invisibles, Paris, Seuil, coll. Points.

Chih R., 2000, Le soufisme au quotidien. Confréries d’Égypte au xxe siècle, Sindbad, Actes Sud, Paris.

De Balzac H., 1996, « Sarrasine », Mille et une nuits.

Di Méo G. (dir.), 2001, La géographie en fêtes, Géophrys, Paris.

Eliade M., 1965, Le sacré et le profane, Gallimard, Folio, Paris.

Fabre D., 1989, « Le symbolisme en question », in L’autre et le semblable. Regards sur l’ethnologie des sociétés contemporaines, Paris, CNRS, p. 61-78.

Freitas-Perez L., 1994, « Lieux de fêtes au Brésil », in Lieux et non-lieux de l’imaginaire, Internationale de l’imaginaire, nouvelle série n° 2, Babel, Maison des cultures du monde, Paris.

Freud S., 1965, Totem et tabou, Petite Bibliothèque, Payot.

Frishkopf M., 1995, « La voix du poète : tarab et poésie dans le chant mystique soufi », Égypte Monde Arabe n° 25, CEDEJ, Le Caire, p. 85-117.

Ghasarian C., 2002, (dir.), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive, Armand Colin, Paris.

Ghitany G., 1993, Épître des destinées, Seuil, Paris.

Goerg O. (dir.), 1999, Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Karthala, Paris.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. II Les relations en public,Éd. de Minuit, Paris.

Hoffman-Ladd V., 1992, « Devotion to the Prophet and his Family in Egyptian Sufism », International Journal of Middle East Studies 24 (4), p. 615-637.

Idris Y., 1986, La sirène et autres nouvelles, Sindbad, Paris.

Illouz C. et Vidal L. (coord.), 2000, Jean Duvignaud. La scène, le monde, sans relâche. Internationale de l’imaginaire, nouvelle série n° 12, Babel, Maison des cultures du monde, Paris.

Joseph I., 1984, Le passant considérable, Essai sur la dispersion de l’espace public, Librairie des Méridiens, coll. Sociologie des formes, Paris.

Lynch K., 1998, L’image de la Cité, Dunod, Paris.

Mac Pherson J.-W., 1941, The Moulids of Egypt. (Egyptian Saints-Days), Nile Mission Press, Le Caire.

Mahfouz N., 1985-1989, Trilogie. Impasse des Deux-Palais, Le Jardin du passé, Le Palais du désir, J.-C. Lattès, coll. Lettres arabes, Paris.

Mayeur-Jaouen C., 1995, « Gens de la maison et mouled-s d’Égypte », in A. Vauchez (dir.), La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et islam),, École française de Rome, Rome, p. 309-322.

Nora P., 1984, « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », in Les lieux de mémoire, I. La République, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, p. XVII-XLII. Qassem A.-H., 1998, Les sept jours de l’homme, Sindbad, Actes Sud.

Sansot P., 2003, Jardins publics, Petite Bibliothèque Payot, Paris.

Sansot P., 1973, Poétique de la ville, Paris, Éd. Klincksieck.

Sennett R., 2002, La chair et la pierre. Le corps et la ville dans la civilisation occidentale, Éd. de la passion, Paris.

Steinbeck J., 1972, Tortilla Flat, Denoël, Folio.

Veillon M., sans date, Egyptian festivals, B. Ronfard Éd., The American University in Cairo Press, Le Caire.

Zweig S., 1996, Pays, villes, paysages. Écrits de voyage, Belfond, Le livre de poche.

Notes

1 Fréquentation impossible à évaluer de manière précise mais qui concernerait selon la presse (quotidien al-Ahrâm notamment) plusieurs centaines de milliers de visiteurs.

2 Coran, sourate Yûnis, verset 63.

3 Voir la contribution de Lea Freitas Perez « Lieux de fêtes au Brésil », in Lieux et non-lieux de l’imaginaire, Internationale de l’imaginaire, p. 83.

4 Voir l’interview de Michel Maffesoli dans le Monde du 14 juillet 2000, à propos du pique-nique citoyen organisé en France à l’occasion de la fête nationale.

5 Le recours à la fête est un procédé ou artifice récurrent en littérature, utilisé comme une alchimie, il permet de troubler le récit, de bouleverser les caractères et de précipiter l’action. À titre d’exemple, la séduction d’Emma Bovary par Rodolphe a lieu lors de la fête du bourg où elle vit. Quant au destin du Grand Meaulnes, il est scellé après la rencontre de la fête au château.

6 À l’occasion d’une fête, une rencontre due au hasard entre deux êtres, s’ensuit un coup de foudre, mais la foule séparera les amoureux qu’elle avait unis.

7 Scénario de Jacques Prévert, film réalisé entre 1943 et 1945. On peut aussi penser à Jour de fête, de Jacques Tati.

8 « Si la signification est un jeu de relations, il n’y a rien au-delà de celles-ci, elle est comme un tissu dont on suit le motif en ses tours et détours. Il n’y a donc ni essence cachée, ni noyau intime et ultime, le sens n’a pas de profondeur, il n’a que des horizons et c’est lorsque ceux-ci se répètent et se referment, lorsque aucune relation nouvelle ne se dessine sous le regard que l’on peut décider que, selon le point de vue choisi, l’interprétation est finie » (Daniel Fabre, 1989, p. 78).

9 Le Nouveau Petit Robert, dictionnaire de la langue française, éd. de 1993.

10 Sentiment évoqué par le narrateur, relatant le déroulement d’une fête dans la nouvelle Sarrasine, laquelle débute ainsi : « J’étais plongé dans une de ces rêveries profondes qui saisissent tout le monde, même un homme frivole, au sein des fêtes les plus tumultueuses ».

11 Un procédé qui rappelle la fin de la fête annuelle de la ville phœnix de Burning Man, lorsque la cité, construction temporaire, est démolie, puis incendiée. Chaque année depuis 1992, en août, dans le désert du Nevada, cette ville, fréquentée par des milliers d’Américains venus y faire la fête, naît et meurt en sept jours (cf. Le Monde du 30 sept. 2002).

12 Comme on le voit dans le film Sueurs froides où Alfred Hitchcock met en scène le meurtre d’une jeune fille lors d’une fête foraine : l’alternance de la lumière et de la pénombre marque le passage de la vie à la mort, du rire à l’agonie.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Stand d'un confiseur, mouled de Sayyida Zaynab
Légende Septembre 2004, cliché A. Madœuf
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Illustration 2 : Stands (fermés) de tir à la carabine, mouled de Sayyida Zaynab
Légende Septembre 2004, cliché A. Madœuf
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteur

Université François-Rabelais de Tours, CITERES-EMAM

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540