Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

Percevoir la ville chrétienne aujourd’hui

Charles Bonnet

Texte intégral

1La mise au point d’une méthodologie d’intervention a permis depuis quelques décennies de mieux comprendre sur le terrain les phases du développement urbain. Cette approche fondée sur une analyse minutieuse du bâti aussi bien que du sous-sol, n’est pas pratiquée par tous les archéologues. Elle implique un appareil documentaire très détaillé dont la constitution, relativement astreignante, ne repose pas uniquement sur des règles techniques mais réclame un savoir spécifique, de l’expérience et surtout un solide bagage de références. Nous avons souvent débattu de l’information ainsi obtenue au cours des réunions de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule et les discussions, parfois vives, étaient toujours riches d’enseignements. Nancy Gauthier, avec sa rigueur, a su tirer parti de cette démarche ; à l’occasion de nombreuses visites, nous avons pu confronter les acquis de l’archéologue à ceux de l’historienne, aboutissant ainsi, dans la confiance et l’amitié, à une perception de la ville chrétienne.

2Ce qui peut surprendre aujourd’hui, c’est que l’étude stratigraphique, l’examen des maçonneries ou les classifications suscitent encore des polémiques, nous obligeant parfois à revenir, de façon quelque peu provocatrice, sur les carences des méthodes plus conventionnelles. Notre démarche nous paraît pourtant être le passage obligé vers une pluridisciplinarité qui a tant de peine à s’imposer, en dépit de son indiscutable nécessité. Les propositions interprétatives développées en cours d’analyse résultent d’une interaction complexe entre observation, savoir archéologique et connaissances historiques. Tout en admettant que ce type de recherche a ses limites, nous pensons néanmoins qu’il ne saurait être correctement apprécié sur la seule base d’une visite hâtive du site concerné. Par ailleurs, cette méthode permet aussi de constituer une base de données, souvent entièrement nouvelles, qui pourra être exploitée par d’autres chercheurs dans de futurs travaux.

3Les fouilles de sauvetage et d’autres chantiers à l’étranger sont bien souvent menés avec l’unique souci d’obtenir au plus vite un bilan de l’intervention. Des notions aussi fondamentales que le nettoyage des structures, les relations entre les maçonneries et les études systématiques de la chronologie sont ainsi négligées ; les rapports de synthèse qui s’ensuivent restent forcément inaboutis. Si le recours à l’informatique a notablement facilité et accéléré les opérations, il peut aussi, dans quelques cas, supplanter la réflexion faite sur place et les retours indispensables vers le vestige. La rigueur des publications issues de telles fouilles n’est qu’apparente et l’on reste consterné par les lacunes de la documentation, déplorant la perte irrémédiable d’une substance historique. Le potentiel des réserves archéologiques n’est que rarement exploité de manière exhaustive et il importe de tout mettre en œuvre pour une sauvegarde.

4Les interventions en milieu urbain compliquent singulièrement ce genre d’entreprise. D’une part, on ne peut investiguer qu’une portion de l’ensemble bâti, généralement dans un laps de temps limité, et, d’autre part, les structures conservées livrent rarement tous les états successifs d’une évolution architecturale complexe. Le matériel inventorié dans chaque couche est également très fragmentaire. Pour ce qui est de la stratigraphie, si elle peut mettre en évidence plusieurs dizaines d’étapes de modifications, démantèlements ou reconstructions et fournir certains points d’ancrage bien datés, elle reste d’une lecture extrêmement délicate. C’est pourquoi l’étude du tissu moderne ou médiéval doit compléter la méthode régressive. Quant aux vestiges retrouvés en profondeur, généralement romains, ils calent la chronologie grâce à l’abondance d’une céramique connue ou de monnaies. Cet élargissement souhaitable de la vision archéologique a naturellement des conséquences sur le programme de recherche ; l’investissement en temps et en argent se fait plus lourd, obligeant les responsables à revoir leurs échéances.

5Ce sont sans doute les fouilles dans les églises qui illustrent le mieux les difficultés de l’analyse. Dans un monument dont on connaît les fonctions et l’organisation spatiale, la diversité des constructions mises au jour laisse entrevoir les possibilités d’interprétation. Durant notre génération, le nombre des édifices de culte ayant fait l’objet de fouilles détaillées s’est considérablement accru, ce qui a permis à bien des archéologues de profiter d’expériences faites parfois dans des conditions pratiquement similaires. Il n’est pas fréquent dans notre métier de pouvoir mener plusieurs recherches consécutives sur des bâtiments analogues et de disposer ainsi d’une aussi grande quantité d’éléments de comparaison. Les séries d’églises édifiées à partir d’un même modèle offrent un terrain particulièrement favorable pour mesurer l’état des connaissances. D’autant que ces bâtiments ne sont pas le seul reflet de l’autorité ecclésiastique, mais bien aussi celui de toute une communauté.

6Des programmes de restauration nous ont donné l’occasion d’effectuer des investigations systématiques dans plusieurs églises intra muros ou suburbaines. Que ce soit à Genève, Aoste, Martigny, Barcelone ou Tournai, ces différentes interventions nous permettent de faire quelques observations générales. La topographie chrétienne est d’une extrême complexité puisque les édifices majeurs ont presque toujours fait l’objet de nombreuses modifications. L’image d’un sanctuaire est donc multiple et doit être observée dans la perspective d’une évolution qui touche autant l’aspect que le volume intérieur ou les aménagements liturgiques. Il faut encore tenir compte, dans le cas de groupes épiscopaux ou d’églises doubles, des abords, habitat des clercs, annexes réservées à un usage particulier, etc., sans compter les cimetières et les édifices funéraires. Les relations que l’on peut établir entre les éléments constitutifs de ces ensembles peuvent apporter de précieuses informations voire, parfois, éclairer certains points discutés dans les textes. Mais cet environnement n’est pas sans poser problème car les relations chronologiques entre toutes ces constructions sont presque impossibles à établir avec précision.

7Les mutations de l’organisation urbaine sont de même plus ou moins importantes suivant les époques ; le quadrillage orthogonal de la ville romaine se modifie dès la fin du IIIe s. et l’on observe une occupation progressive des voies du Haut-Empire. L’implantation d’une cathédrale dans un quartier du Bas-Empire n’a bien évidemment pas les mêmes incidences que celle de mausolées dans une aire funéraire, à l’origine de nombre d’églises suburbaines. Plus tard, l’influence des peuples germaniques se traduira aussi par la fondation d’autres églises épiscopales ou de nécropoles ; le type des édifices a bien sûr changé, comme la manière de construire. Sensiblement remodelé par ces programmes architecturaux, l’urbanisme de l’Antiquité tardive reste néanmoins encore perceptible à l’intérieur des systèmes de fortifications dont certains se maintiennent jusqu’à l’an mil, voire au-delà. L’archéologue doit associer les sanctuaires reconnus aux circulations, comme au plan général dont les caractéristiques offrent une information complémentaire, l’église pouvant être un fil conducteur pour l’étude des différentes phases de l’urbanisation.

8Si l’analyse des structures des bâtiments médiévaux reste peu pratiquée dans les chantiers menés sur le territoire de la Gaule, ce n’est pas seulement pour des raisons d’ordre administratif ou financier, mais bien parce que nous manquons de spécialistes de l’archéologie du bâti. Ce que nos collègues allemands appellent la Bauforschung n’existe pas dans nos régions et il est intéressant de relever qu’archéologues et architectes y bénéficient de formations complémentaires, qui apportent beaucoup à l’Egyptologie par exemple. Une telle formation est pourtant essentielle pour comprendre l’histoire d’un édifice, puisqu’on découvre presque toujours dans les murs des éléments significatifs de constructions antérieures du haut Moyen Âge, ou même d’époque romaine. C’est donc aux modalités d’un tel enseignement qu’il conviendrait de réfléchir.

9Une autre difficulté que l’on aimerait évoquer dans la perspective d’une meilleure approche de la ville chrétienne tient à la spécialisation respective des responsables de chantier ; elle peut en effet se traduire par un relatif désintérêt pour certaines périodes et amener le responsable à privilégier systématiquement, lors de l’interprétation, un moment de l’histoire d’un édifice de culte au lieu de s’attacher à démontrer la continuité. L’image proposée, bien que tronquée puisqu’elle ne s’appuie que sur une partie des résultats, devient progressivement la seule référence. Il est évident qu’un chef de chantier ne peut, à lui seul, même dans des conditions optimales de recherche, maîtriser 2000 ans d’occupation ou répondre à toutes les questions soulevées par l’étude du matériel inventorié. Il doit impérativement être entouré d’une équipe de spécialistes.

10Pour établir le bilan de son opération, l’archéologue doit encore faire appel à des chercheurs extérieurs appartenant à des horizons scientifiques très différents. La synthèse qu’il est appelé à faire n’est pas aisée ; certaines de ces contributions sont d’accès difficile et soulèvent parfois plus de problèmes qu’elles n’en résolvent. La présentation de la documentation pose aussi dilemme ; pour faciliter la lecture du monument, on élabore des schémas à partir des relevés architecturaux détaillés, généralement très complexes ; toutefois, lorsque l’utilisateur voudra à son tour refaire le cheminement de la démonstration, il en sera empêché par l’absence de certains documents. Enfin, pour des raisons économiques évidentes, la publication archéologique doit aussi pouvoir toucher un public élargi, or l’exposé conçu dans cette perspective ne satisfait guère l’historien averti, avec lequel la collaboration est déjà délicate...

11Repenser les collaborations des uns et des autres sur les chantiers m’apparaît plus que jamais comme une priorité. Les expériences engagées dans ce sens dans les années 80 avaient été très fructueuses, puisqu’elle s’étaient concrétisées par la mise en commun des résultats obtenus à l’ouest de l’arc alpin pour le XIe Congrès international d’archéologie chrétienne. Malheureusement, dans les projets plus récents où historiens, historiens de l’art ou épigraphistes sont associés dès le début des fouilles, la concertation est difficile. Pour des raisons politiques, personnelles ou simplement de disponibilité institutionnelle, les spécialistes s’opposent plus qu’ils ne collaborent.

12Comme on peut le constater, notre réflexion critique porte avant tout sur l’organisation des groupes de travail. Sans doute faudra-t-il y réfléchir davantage si l’on veut inscrire nos recherches dans le futur et inciter les nouvelles générations à poursuivre la tâche. La création de banques de données conservant les dessins à grande échelle, les reproductions photographiques numérisées, ou les lieux de stockage pour le matériel (à cet égard, l’exemple de Marseille est à relever puisque le matériel est directement mis à disposition des chercheurs du C.N.R.S.) vont, nous l’espérons, se généraliser. Toutefois, l’effort devrait également se porter vers l’aménagement de nouveaux sites archéologiques. Les ensembles d’Aoste, de Genève, de Grenoble ou de Barcelone s’avèrent extrêmement utiles puisqu’ils permettent de discuter les interprétations ou de tester les limites des méthodes utilisées. Ils fonctionnent un peu à la manière des bibliothèques, pouvant être consultés en permanence et offrant d’innombrables pistes de recherche, leur potentiel étant pratiquement inépuisable.

13Si, pour percevoir la ville chrétienne aujourd’hui, diverses stratégies peuvent être appliquées, la conservation des vestiges reste encore le plus sûr moyen d’y parvenir. Cependant, toute mise en valeur risque de faire disparaître une partie des données utiles à l’étude puisque les fouilles détruisent les restes "tardifs" pour atteindre les plus anciens. Certains principes doivent donc être définis pour limiter les décapages et préserver des niveaux qui autorisent des vérifications. Des maçonneries seront maintenues in situ tandis que certains secteurs ne seront dégagés que par sondages, ce qui implique que des structures significatives resteront partiellement enterrées. Si le site ne se prête pas à la création d’espaces suffisants pour protéger les vestiges durant les travaux, il vaut mieux renoncer au projet et recouvrir les restes.

14La restauration et la lecture des élévations des édifices médiévaux sont aussi un moyen d’apprécier la signification d’un site archéologique paléochrétien. Il est essentiel de concevoir une présentation qui tienne compte du développement architectural jusqu’à l’époque moderne et donne une force didactique à des murs qui, pris isolément, paraissent peu représentatifs. Pour préserver cette capacité d’évocation, il faut limiter les reconstructions qui masquent l’original et réduire le nombre de panneaux explicatifs car ceux-ci finissent par détourner l’attention. Les aménagements les plus convaincants sont souvent les plus sobres, ils conservent de cette façon pour le scientifique toute leur valeur. La collaboration avec l’architecte des monuments historiques prend donc tout son sens, d’autant que les exemples bien intégrés favorisent la prise de conscience des responsables politiques.

15Le groupe de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule nous a rendus attentifs à ces différentes perceptions qui peuvent encore apporter tant de compléments à l’approche historique. L’engagement de chacun est un gage de ces échanges qui démontrent les mille possibilités de retrouver la ville chrétienne. Nous n’avons présenté ici que quelques-unes des préoccupations issues de nos travaux, bien d’autres points mériteraient d’être abordés. L’analyse architecturale directement associée aux fouilles archéologiques pourrait ainsi amener de nouveaux développements, si l’on en juge par les grands chantiers en cours dans d’autres pays. Nous pensons aussi à l’exemple qui nous a été donné par Nancy Gauthier d’allier la recherche à son enseignement, pour préparer l’avenir. C’est vraisemblablement sur ce point qu’un effort supplémentaire doit encore être consenti.

Auteur

Membre de l’Institut

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540