Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

Naissance du village chrétien en Syrie du Sud

Maurice Sartre

Texte intégral

  • 2 Bien que j’aie ajouté en note l’appareil scientifique habituel, j’ai conservé volontairement à cet (...)

1Le propre de l’auteur d’un corpus d’inscriptions est d’être sans cesse confronté à l’immensité de ses ignorances2 Ayant à traiter de textes qui s’étalent sur plus de sept ou huit siècles, et qui touchent aux activités les plus diverses des habitants d’une région, il lui faut jongler avec une bibliographie immense et tenter de combler sans relâche ses lacunes les plus criantes.

2Je n’ai certes pas la prétention d’être devenu au fil des ans et sous la pression de la nécessité un spécialiste de l’histoire du christianisme antique, mais je suis heureux aujourd’hui que mes longues et nombreuses pérégrinations hauranaises m’aient donné l’occasion de fréquenter une abondante documentation chrétienne et m’aient obligé à m’intéresser d’assez près à la christianisation de la région. Comment, sans cela, aurais-je pu m’associer autrement que par une présence muette à l’hommage qui est rendu à celle qui fut pendant près d’une décennie ma plus proche collègue et reste une amie très chère. Les quelques réflexions que je voudrais vous soumettre évoqueront sans doute aussi pour elle comme pour moi notre quasi première rencontre, sur les terres arides de l’Arabie nabatéenne, romaine et byzantine.

3Comment se signale, concrètement, le passage de la société polythéiste hauranaise à une société chrétienne ou, plus exactement sans doute, à dominante chrétienne ? Comment cela se marque-t-il dans le paysage, non seulement le paysage monumental, mais aussi le décor, les signes symboliques, le paysage épigraphique ? À partir de quand peut-on repérer les signes de la christianisation dans le village hauranais et comment peut-on expliquer le décalage chronologique entre l’existence assurée d’une communauté chrétienne qui n’a pas à se cacher et l’apparition des signes de son existence ? Peut-on, enfin, constater des différences entre les villages et les villes de la région ? Autant de questions auxquelles je ne suis pas sûr de pouvoir répondre mais pour lesquelles on peut du moins apporter quelques éléments de réponse. L’historien du Hauran dispose par chance d’une documentation d’une exceptionnelle densité, à la fois urbaine et rurale ; certes, aucun d’entre nous n’en conclura qu’il peut tenter cette "résurrection intégrale du passé" que souhaitait Michelet, mais du moins cette abondance laisse-t-elle espérer un reflet moins déformé des réalités antiques.

4L’épigraphiste se trouvant être un individu plutôt simple, attiré par l’inscription comme le tournesol par le soleil, mon premier réflexe a naturellement été de faire le tour des inscriptions. En parcourant le corpus en cours de rédaction, j’ai donc relevé tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, contribuait à marquer l’espace du village du sceau de la foi nouvelle. Le résultat n’est pas sans intérêt et méritera peut-être d’être comparé avec des régions voisines ou lointaines.

  • 3 Annie Sartre-Fauriat, Des tombeaux et des morts, Beyrouth, BAH, 2001.
  • 4 Cf. Annie Sartre-Fauriat, "Culture et société dans le Hauran (Syrie du Sud) d’après les épigrammes (...)
  • 5 On les trouve presque uniquement sur le Leja et dans le Jebel Druze : IGLS XV, 286, 407, 482 ; XVI (...)

5Une première remarque concerne l’épigraphie funéraire. Je n’y insisterai pas puisque des travaux ont été conduits par ailleurs sur ce thème, dont les résultats sont en cours de publication3 On peut en dégager cependant quelques réflexions. En premier lieu, on peut être certain qu’il exista sans aucun doute dès le IVe s. des épitaphes qui surmontaient des tombes chrétiennes, riches ou modestes. Or, il est pratiquement impossible de les identifier, c’est-à-dire de les distinguer comme spécifiquement chrétiennes. En ce qui concerne les belles épitaphes métriques, on sait que le Hauran se distingue notamment par les tombeaux surmontés d’un pigeonnier, dont la mode se développe vers le milieu du IVe s. Il y a sans aucun doute dans les thèmes abordés par la poésie funéraire des images qui convenaient particulièrement bien aux Chrétiens, ne serait-ce que le symbole de la colombe qui s’élève vers le ciel. Mais rien ne distingue matériellement ces épitaphes peut-être chrétiennes d’épitaphes non-chrétiennes de même inspiration et de même forme. On a pu souligner d’ailleurs comment des épitaphes sans aucun doute chrétiennes (comme celle de Bassos à Shaqqa, à une date un peu plus tardive) puisaient évidemment dans le même fond d’images et de formules de la tradition païenne que les épitaphes des païens4. Les rares exemples de formulaire funéraire explicitement chrétien sont tardifs, guère antérieurs au VIe s.5

6Ce n’est donc sans doute pas par le cimetière - du moins dans les épitaphes - que s’amorce la transformation du village hauranais. Certes, il faut rester conscient que le texte écrit n’est qu’un élément non indispensable du monument funéraire. Il faut tenir compte d’une part de l’apparition de symboles chrétiens sur les stèles inscrites, et de la présence de "stèles" (ne devrai-je pas plutôt parler de "pierres" ?) anépigraphes mais ornées d’une croix comme on le trouve si souvent à Khirbet Samra. On peut faire à ce propos deux remarques. En premier lieu, sur les deux mille stèles funéraires du Hauran, celles qui portent une croix sont en nombre infime (quelques petites dizaines tout au plus) et il n’est pas sûr que dans quelques cas la croix n’ait pas été rajoutée après coup. Or, il est probable qu’une partie importante de ces stèles appartient aux IVe-Ve s., c’est-à-dire à une époque où nombre des défunts étaient chrétiens. Force est de constater que nul ne songeait alors à faire apparaître cette distinction.

7Plus intéressant me paraît, en second lieu, la progressive disparition de la stèle funéraire. Alors que l’on possède des épitaphes monumentales des Ve-VIe s., la stèle simple inscrite semble devenir rare. On ne peut être trop affirmatif sur ce point puisque rares sont les stèles datées. C’est donc plus une impression fondée sur quelques constats (mélange de stèles grecques et nabatéennes dans plusieurs nécropoles) qu’une certitude ; d’ailleurs d’autres éléments inviteraient apparemment à conclure en sens inverse : maintien de la stèle à époque tardive à Khirbet Samra ou dans le pays de Moab, entre autres. Mais, précisément, dans ces deux cas, les symboles chrétiens abondent ! Leur absence sur les stèles hauranaises invite donc à conclure ou bien à la disparition de la stèle dans le village chrétien, ou bien à l’indifférence des Chrétiens du Hauran pour les symboles chrétiens. Les deux phénomènes mériteraient une explication.

8Quittant le cimetière pour le village, peut-on déceler l’apparition de signes témoignant du changement en profondeur que constitue l’adoption du christianisme ? Laissant de côté pour l’instant la question de la chronologie – dont je n’ignore ni ne néglige l’importance – j’ai tenté de procéder à un inventaire dont je vous livre les résultats sans attacher d’importance particulière à l’ordre de présentation.

  • 6 Je n’ai pas tenu compte des indications abondantes fournies par la célèbre Lettre des archimandrit (...)
  • 7 Liste dans mon article Bostra, du RAC, à paraître. La liste était à jour en 1994.
  • 8 IGLS XV, 177 (début de la dédicace de l’église Saint-Georges : "Le séjour des démons est devenu un (...)

9Le premier phénomène marquant est évidemment l’abondance des édifices dédiés au culte d’une manière ou d’une autre. Par le seul moyen de l’épigraphie et pour m’en tenir aux villages (j’ai donc laissé de côté Bostra, Canatha, Dionysias), j’ai repéré pas loin d’une soixantaine d’églises, martyria, couvents6 répartis dans la seule partie syrienne de la région (il faudrait en rajouter une bonne trentaine, voire plus, pour la partie jordanienne). Mais, l’épigraphie, en ce domaine, se révèle bien insuffisante et l’archéologie apporte évidemment des informations complémentaires indispensables. Pour le seul diocèse de Bostra, j’avais repéré naguère 66 édifices conservés au moins partiellement en dehors de Bostra même7. Si l’on combine ces deux données, on constate que des églises sont attestées dans pratiquement chaque village. Plus impressionnant encore, on est surpris par le nombre d’églises élevées dans des agglomérations d’une importance moyenne : une quinzaine à Umm al-Jimal, huit à Umm al-Qottein et autant à Rihab et à Khirbet Samra, six à Mutayyeh, quatre à Jizeh et à Zorava, trois dans de petits villages comme Sammah ou Umm as-Surab. Force est de constater que la présence des communautés chrétiennes se marque fortement dans le paysage architectural des villages : quatre églises, voire huit ou dix, cela ne passe pas inaperçu. On assiste à un véritable quadrillage de l’espace villageois comme on l’observe à Umm al-Jimal, ou à Khirbet Samra par exemple. Personne n’habite à plus d’une centaine de mètres d’une église. De ce point de vue, la présence chrétienne se fait insistante, prenant volontiers le relais des monuments du culte païen, que ceux-ci aient été transformés sommairement, ou qu’ils aient été détruits pour laisser la place : à Ezraa, deux dédicaces d’églises, celles de SaintGeorges et celle de Saint-Serge rappellent que les églises s’élèvent à la place des sanctuaires païens8.

  • 9 XVI, 600 :’Eπί ΤΟῦ ἀγιωτ(ἀτου) Eὐλογίου πρԑσβ(υτέρου) κ(ὰι) ἀρχιµανδρ(ίτου) κ(αί) Δωԑρԑου πρ(ԑ)σ(β (...)

10Si le nombre des églises impressionne, on n’en doit pas pour autant négliger de poser la question de leur chronologie. Certes, toutes ne sont pas datées, mais beaucoup le sont, au moins approximativement. Longtemps on a tenu pour l’une des plus anciennes dédicaces d’église une inscription de Hit (Eitha) où figurait, sous une forme énigmatique, le nom de Serge9 et, clairement, la date de 245 d’une ère indéterminée. On a donc sauté rapidement deux pas à la fois : l’église Saint-Serge de Hit a été qualifiée de plus ancienne église du Hauran, voire de Syrie, et datée de 350-351 ap. J.-C., en calculant la date de 245 d’après l’ère provinciale de Bostra. J’ai le regret d’annoncer un double "scoop" : il est fort peu probable que la date doive être calculée d’après l’ère de Bostra. En effet, une enquête dans les villages voisins m’a convaincu que l’ère employée avait de forte chance d’être celle de Maximianopolis, débutant en 286-287 ou en 301-302 ; il faut donc repousser de près de deux siècles la date du texte. Le deuxième "scoop" atténuera sans doute votre déception : il ne s’agissait pas de la dédicace d’une église de Saint-Serge car la mention Σέργιν, à la fin, désigne plutôt le graveur du texte. Le corps du texte doit renvoyer à la dédicace d’un édifice lié d’une manière ou d’une autre à un lieu sacré (il est question de prêtres, archimandrite et diacres) mais on ne peut définir lequel. Exit donc l’église Saint-Serge de Hit en 350-351 ap. J.-C., désormais rangée au rayon des mythes historiques.

  • 10 XVI, 1355.
  • 11 XIV, 299.
  • 12 E. Littmann, PAES III A, 262.

11Que reste-t-il donc en matière de chronologie ? Il n’est pas question de nier qu’il y ait eu des églises dans les villages du Hauran dès le IVe s. Mais, pour ce qui est précisément daté par une inscription, dans la partie syrienne du Hauran, la plus ancienne construction me paraît être une église de Deir al-Jukh, près de Imtan, datée de 458-459 ap. J.-C10 puis un naos de Mzeirib daté de 497-49811. Elles seraient les seules églises villageoises datées expressément du Ve s. dans cette partie du Hauran : toutes les autres appartiennent au VIe, voire au VIIe ou VIIIe s. Dans la partie jordanienne, les datations ne sont guère assurées et, à Umm al-Jimal, il faut sans doute dissocier l’inscription de Iulianus12 de l’église où on l’a trouvée, même si l’inscription est incontestablement chrétienne et est bien datée de 344 ap. J.-C. À Rihab, toute la documentation datée relative aux églises date de l’extrême fin du VIe s. et du premier tiers du VIIe s. Mais les inscriptions proviennent toutes de mosaïques : la réfection ou l’offrande des tapis de sol n’impliquent pas que l’église elle-même soit aussi tardive.

12Il reste qu’aucune église ne peut être datée avec certitude antérieurement au milieu du Ve s., d’après les vestiges et les inscriptions. Non qu’il y en n’ait pas eu plus tôt, mais, faute de documentation, nous sommes dans l’incapacité de dire quand a commencé à se faire sentir cette transformation du paysage architectural du village.

13Peut-on alors relever d’autres indices, d’autres signes qui compléteraient les informations tirées des inscriptions de construction ? J’en ai relevé deux séries, d’importance inégale.

  • 13 Continuent à être mentionnés des économes et des épimélètes mais ces termes me semblent assez géné (...)

14En premier lieu, on peut noter le poids croissant des clercs dans les dédicaces de toutes sortes. Prêtres, diacres, archimandrites, abbés, moines, évêques sont de plus en plus souvent mentionnés dans les inscriptions. Dans quelques cas, ils y figurent comme éponymes, présidant à la construction de quelque édifice sacré. Cette indication n’implique guère qu’ils aient eu un rôle direct à jouer dans les processus de décision, mais la substitution des responsables villageois par les clercs, même en matière de datation, est un indice révélateur. Plus encore, dans de nombreux cas, ils apparaissent comme les constructeurs eux-mêmes, soit comme maîtres d’œuvres ou économes s’ils agissent au nom de la communauté, soit comme généreux donateurs. Dans la plupart des textes, pour autant que figure une indication sur la nature de l’édifice, il s’agit d’édifices religieux avérés (églises, martyria, etc...). Mais dans quelques exemples, on s’aperçoit qu’il s’agit d’édifices civils privés : une maison, une étable, un tombeau monumental. Ainsi les clercs tendent à prendre la place des notables villageois dont la tradition était pourtant bien installée dans le Hauran : pistoi, dioikétai disparaissent peu à peu des textes13 et sont massivement remplacés par les notables ecclésiastiques mentionnés plus haut. Là encore, le phénomène est assez massif et réparti sur toute la région (une soixantaine d’attestations dans les villages).

  • 14 XVI, 881 : mais ne peut-il pas encore s’agir d’un prêtre païen ?
  • 15 XIII, 9835 : il fait construire une maison.
  • 16 XIII, 9836.

15Mais comme pour les églises, la chronologie est en grande partie impossible à préciser. Si l’on s’en tient aux seules inscriptions datées, on peut repérer un prêtre dans une inscription de Bosana en 390-39114 un autre à Rakham en 414-41515 et, dans le même village, un prêtre et un diacre en 438-43916 Mais il y a trop peu d’inscriptions datées pour que l’on puisse en tirer des conclusions fermes.

  • 17 Je songe en particulier à l’abréviation XMΓ, X(ριστòς) M(αρίας) γ(ԑννηθԑίς) selon le développement (...)

16Un deuxième grand groupe de textes, le plus important en nombre, est constitué par les invocations chrétiennes : citation de Psaumes, proclamations en faveur du Dieu unique, du Christ Vainqueur, de la Trinité, de la Vierge Mère de Dieu, des Saints. C’est de loin la série la plus longue des inscriptions chrétiennes : plus de 125 textes répartis dans 65 villages de la région (sur environ 350 sites ayant livré des inscriptions). On aimerait savoir où elles se trouvaient précisément, mais le fait que beaucoup soient gravées sur des linteaux indiquent qu’elles étaient bien en vue, soit sur des bâtiments liés au culte, soit sur des maisons comme les nombreuses citations des Psaumes priant Dieu de protéger l’entrée et la sortie. Ainsi, en plus des édifices de culte eux-mêmes, des symboles chrétiens parfaitement identifiables jalonnent le village, signalant de manière évidente les dévotions des habitants. Je ne doute pas que certaines de ces invocations soient à caractère polémique et ne reflètent les débats christologiques notamment17 mais, dans la perspective qui est la mienne ici, cela importe peu : seul compte le marquage du cadre villageois par des signes visibles des progrès de la christianisation.

  • 18 XV, 127.
  • 19 XVI, 1247 : la date a été lue CUZ par Dussaud et Macler, mais ce U incongru doit être la trace d’u (...)
  • 20 On considère habituellement comme telle une inscription de Smad (XIII, 9574) datée de 327-328 et o (...)
  • 21 PAES III A, 262.
  • 22 XVI, 1310.

17On ne s’étonnera pas de retrouver, en ce qui concerne les invocations, les mêmes difficultés chronologiques qu’avec les autres séries documentaires. Elles sont très rarement datées, ou même datables. Cependant, deux textes sont anciens. L’un, à Mjaidel du Leja, remonte à 37718 : invoquant la prévoyance divine, un indigène signale l’achèvement d’une tour en l’an 689 de Damas, soit 377. Faute de description de la pierre, on ne peut être sûr que le Dieu est bien celui des chrétiens. Plus intéressant encore, une inscription commençant par "Un seul Dieu, celui qui secourt le village" (à Tell Gharriyyeh), daterait de 352-353 si je lis la date correctement (à dire vrai seul le chiffre des dizaines pose problème, ce qui peut en repousser la date d’un demi-siècle)19. Si l’on accepte la date la plus haute, cela nous fournirait l’un des plus anciens textes chrétiens du Hauran20 avec l’épitaphe de Julianus à Umm alJimal, daté de 344-34521 et la dédicace d’un tour à Mashquq par un vétéran en 35022.

  • 23 Sur les métrokômiai, cf. mon article dans Syria, 76, 1999, p. 197-222.
  • 24 XVI, 1032. Sur Théandrios, cf. R. Donceel et M. Sartre, "Théandrios, dieu de Canatha", Electrum, 1 (...)

18On le voit, à s’en tenir aux monuments datés, on devrait conclure à une transformation tardive du paysage villageois. A en juger par les découvertes faites dans les villes de la région, Bostra, Canatha, Adraha, Dionysias (il faudrait leur ajouter les fondations tardives de Philippopolis, Maximianopolis et, logiquement, les métrokômiai devenus autant d’évêchés)23 on peut affirmer que cette transformation n’est pas plus tardive dans les villages que dans les villes. Certes, on y connaît parfois des noms d’évêques très tôt (à Bostra de façon sûre dès le début du IIIe s.), mais aucun signe apparent ne figure sur les monuments, ni dans les inscriptions. Et si l’on compare les conclusions présentées ci-dessus en ce qui concerne les épitaphes, les constructions d’églises, le rôle des clercs ou les invocations chrétiennes avec les découvertes provenant des villes du Hauran, le résultat est identique. C’est là une conclusion qui ne peut surprendre, tant on a montré que dans tous les domaines (usage de l’écriture, adoption des procédés architecturaux ou des motifs décoratifs, onomastique, etc...), les villages du Hauran ne se distinguaient pas ou peu des villes. En matière de publicité du christianisme, la situation n’est guère différente. Certes, un texte très intéressant de Damascius, dans la Vie d’Isidore, rappelle que les dieux païens se sont réfugiés dans les campagnes du Hauran, notamment l’énigmatique Théandrios ; indication confirmée par une inscription d’Awwas mentionnant la dédicace d’un Théandrition à l’extrême fin du IVe s. (387 ou 394)24 Mais qu’un village à l’écart des yeux du gouverneur et de l’évêque ait abrité un sanctuaire païen à cette date tardive ne peut vraiment surprendre et ne permet pas d’affirmer que les villages accusent du retard par rapport aux villes de la région en matière de christianisation. Ce serait aussi absurde que de déduire d’une remarque faite plus haut que les plus anciennes églises se trouvaient dans les villages.

19Que conclure de ce survol un peu rapide quant à la naissance du village chrétien dans le Hauran. La conclusion la plus assurée me paraît être que le village devint chrétien aussi tôt que la ville, et sans doute dans les mêmes formes : constructions d’églises et de martyria, développement d’une épigraphie chrétienne, mise en évidence des clercs comme nouveaux notables, y compris dans les fonctions évergétiques. Pour le reste, je reste beaucoup plus circonspect. Nous n’avons apparemment aucun moyen de savoir à quel rythme se fit la construction d’églises dans les villages : certaines apparaissent sûrement dès le IVe s. mais, en raison des embellissements constants et des besoins d’une population en forte expansion au moins jusqu’au milieu du VIe s., les reconstructions du VIe et du début du VIIe s. ont fait disparaître l’essentiel des constructions antérieures. Sans nouvelles fouilles, il n’est donc, de toute évidence, point de salut et point de progrès à attendre.

  • 25 Dans sa lettre aux habitants de Bostra, Julien cite un passage de la lettre qu’il a reçu de l’évêq (...)

20Plus intéressant me semblent être en définitive ces deux signes en apparence secondaires mais en réalité fondamentaux : la multiplication des invocations chrétiennes et l’affirmation de la place des clercs. Les premières prennent logiquement le relais des dédicaces aux dieux païens, qui peuplaient le village. On dut procéder par étape et sans grande violence car l’abondance des dédicaces païennes retrouvées non mutilées dans les villages montrent que l’on n’a pas cherché à les faire disparaître systématiquement ; d’autant que beaucoup appartiennent au IVe s. et se trouvaient donc encore bien en place au moment du triomphe définitif des Chrétiens. Ainsi pour le promeneur, Dousarès, Zeus, Athéna-Allat et les autres furent-ils peu à peu concurrencés avant d’être supplantés par les acclamations en l’honneur du Dieu Unique, du Christ Vainqueur ou de la Théotokos. Chacun affichait ses choix, sans que l’on puisse déceler un climat particulier de violence : les païens restaient nombreux et les Chrétiens n’avaient pas nécessairement besoin d’agresser leurs voisins de chaque jour. D’ailleurs, la forte résistance des païens qui dans bien des cas formaient une puissante minorité25 qui partage avec les Chrétiens l’appartenance à une même culture grecque, ne permettait pas d’effacer complètement toutes les traces du paganisme. En second lieu, le basculement que l’on observe vers le milieu du Ve s. dans les inscriptions de constructions, où l’on voit les clercs remplacer presque complètement les anciens notables villageois, traduit concrètement la modification des rapports de pouvoir au sein du village même. Rien n’indique que les nouveaux maîtres ne sont pas identiques aux anciens, je veux dire qu’ils sont probablement issus, au moins pour partie, des mêmes familles aisées. Mais il n’est pas sans importance qu’ils fassent désormais état des fonctions ecclésiastiques, et non de leurs titres municipaux. Le phénomène a été observé ailleurs, notamment en Palestine, mais il n’est pas sans intérêt de le mettre en évidence dans une région où la documentation est dense et permet d’affiner la chronologie. En combinant toutes les données, ce n’est peut-être pas avant le milieu du Ve s. que le village hauranais devient véritablement – je veux dire de façon visible – un village chrétien.

Notes

2 Bien que j’aie ajouté en note l’appareil scientifique habituel, j’ai conservé volontairement à cet exposé sa forme orale primitive.

3 Annie Sartre-Fauriat, Des tombeaux et des morts, Beyrouth, BAH, 2001.

4 Cf. Annie Sartre-Fauriat, "Culture et société dans le Hauran (Syrie du Sud) d’après les épigrammes funéraires (IIIe-Ve s. ap. J.-C.)", Syria, 75, 1998, p. 213-224.

5 On les trouve presque uniquement sur le Leja et dans le Jebel Druze : IGLS XV, 286, 407, 482 ; XVI, 12, 747, 754, 920. Je donne systématiquement les références au nouveau corpus en voie d’achèvement car ces textes sont pour beaucoup inédits et, lorsqu’ils ne le sont pas, se trouvent dans des publications relativement peu accessibles.

6 Je n’ai pas tenu compte des indications abondantes fournies par la célèbre Lettre des archimandrites d’Arabie, datée de 581, car beaucoup de toponymes restent à identifier. Pour ce qui est reconnu avec certitude, cela ajouterait peu à mes relevés, si ce n’est dans le nord-ouest de la région, dans la Batanée proprement dite.

7 Liste dans mon article Bostra, du RAC, à paraître. La liste était à jour en 1994.

8 IGLS XV, 177 (début de la dédicace de l’église Saint-Georges : "Le séjour des démons est devenu une demeure de Dieu. La lumière salvatrice resplendit là où les ténèbres recouvraient tout. Là où se tenaient les sacrifices des idoles, maintenant les choeurs des anges, là où Dieu s’irritait, maintenant Dieu manifeste sa bienveillance") et XV, 186 (extrait de la dédicace de l’église Saint-Serge : "Rends gloire au saint Souverain, qui a fait périr les œuvres des idoles. Car cette demeure autrefois avait été bâtie (pour être celle) des démons sculptés, construites en mauvaises pierres, que la parole du Christ a dissociées").

9 XVI, 600 :’Eπί ΤΟῦ ἀγιωτ(ἀτου) Eὐλογίου πρԑσβ(υτέρου) κ(ὰι) ἀρχιµανδρ(ίτου) κ(αί) Δωԑρԑου πρ(ԑ)σ(βυτέρου) κ(ἀι) ’Hλία διακ(όνου), Σαβινιανòς διάκ(ονος) κ(αί) οἰκονόµος ἕκτισԑν κὰι ἀνέγιρԑν. Ἔτους ομέ, µην(ὶ) Mα[ρ]τί[ῳ]. KEPO Σέργιν.

10 XVI, 1355.

11 XIV, 299.

12 E. Littmann, PAES III A, 262.

13 Continuent à être mentionnés des économes et des épimélètes mais ces termes me semblent assez généraux pour être utilisés indifféremment dans le cadre des institutions civiques, villageoises ou ecclésiastiques. Ce n’est pas le cas de pistos ou de dioikétès, étroitement spécialisés dans le Hauran dans la gestion des villages ; les attestations abondent durant tout le IVe s., et parfois dès le IIIe. Cf. les tableaux (incomplets mais utiles) de S. M. Moors, De Decapolis. Steden en Dorpen in de romeinseprovincies Syria en Arabia, 's-Gravenhage, 1992.

14 XVI, 881 : mais ne peut-il pas encore s’agir d’un prêtre païen ?

15 XIII, 9835 : il fait construire une maison.

16 XIII, 9836.

17 Je songe en particulier à l’abréviation XMΓ, X(ριστòς) M(αρίας) γ(ԑννηθԑίς) selon le développement le plus communément admis. En revanche, l’invocation Eῖς θԑóσ ne se trouve pas exclusivement dans un milieu chrétien.

18 XV, 127.

19 XVI, 1247 : la date a été lue CUZ par Dussaud et Macler, mais ce U incongru doit être la trace d’un M écrasé comme on les fait habituellement dans le Hauran à cette époque. Évidemment, si l’on voulait faire de ce U les vestiges d’un coppa ouvert, comme on les trouve également dans le Hauran, cela repousserait la date d’un demi-siècle.

20 On considère habituellement comme telle une inscription de Smad (XIII, 9574) datée de 327-328 et ornée de trois croix ; mais les croix semblent avoir été ajoutées après coup puisqu’elles mordent sur le texte.

21 PAES III A, 262.

22 XVI, 1310.

23 Sur les métrokômiai, cf. mon article dans Syria, 76, 1999, p. 197-222.

24 XVI, 1032. Sur Théandrios, cf. R. Donceel et M. Sartre, "Théandrios, dieu de Canatha", Electrum, 1, 1997, p. 21-34.

25 Dans sa lettre aux habitants de Bostra, Julien cite un passage de la lettre qu’il a reçu de l’évêque Titus où celui-ci estime que les Chrétiens peuvent mesurer leur nombre à celui des Hellènes ; ce qui me semble indiquer clairement que les Chrétiens sont nombreux mais encore minoritaires au début des années 360 : Julien, Lettres, 114.

Auteur

Université de Tours – Institut Universitaire de France

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540