Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

La naissance de la ville chrétienne - deux exemples : Salona et Narona

Emilio Marin

Texte intégral

  • 2 Paris, 1980.
  • 3 J. Zeiller, Les origines chrétiennes dans la province romaine de Dalmatie, Paris, 1906.
  • 4 Cf. E. Marin, Salone - un profil de la ville à renouveler, à propos de recherches récentes, in : L (...)
  • 5 P. Chevalier, Ecclesiae Dalmatiae, in : Salona II, Recherches archéologiques franco-croates, dir. (...)
  • 6 N. Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle..., p. 2.

1Lorsque l’on rend hommage à Nancy Gauthier en évoquant les deux exemples croates pour illustrer le thème de cette rencontre, inévitablement la mémoire remonte au début des années 80 : alors boursier du Gouvernement français, initié aux études paléochrétiennes par Noël Duval, j’ai eu le plaisir de découvrir un livre qui venait de sortir aux Éditions De Boccard2 et qui traitait de L’évangélisation des pays de la Moselle - La province romaine de Première Belgique entre Antiquité et Moyen Age (IIIe-VIIIes.). Son auteur, je l’ai rencontré un peu plus tard à la Sorbonne aux séminaires du regretté Charles Pietri, sans imaginer qu’une dizaine d’années plus tard nous allions devenir collaborateurs dans le cadre d’un vaste projet qui visait à établir un recueil des inscriptions paléochrétiennes de Salona (Salone). À l’époque, n’ayant pas les moyens de me procurer le livre de Nancy Gauthier, je me suis donc doté d’un certain nombre de photocopies que je conserve toujours, avec l’ambition de rédiger un jour un ouvrage qui porterait sur l’évangélisation d’une autre province romaine et de remplacer ainsi un vieil ouvrage sur la Dalmatie d’un savant français du début du siècle 3. Les vicissitudes de ces deux décennies ne m’ont pas permis d’y aboutir, mais de multiples recherches et des articles publiés4 ainsi que les volumes édités, et surtout un ouvrage que j’avais co-dirigé5 ont apporté une nouvelle vision sur le processus de l’évangélisation de la Dalmatie. Cependant, le devoir n’est pas entièrement accompli. Et nous sommes en ce qui concerne la question en Dalmatie sur la piste de Nancy Gauthier telle qu’elle l’avait définie dans son premier chapitre sur les objectifs et méthodes : "Sans doute l’heure est-elle venue, comme en d’autres secteurs de l’histoire (...) d’utiliser les acquis de l’histoire générale et des sciences auxiliaires pour établir des bilans régionaux dont la précision et l’exactitude serviront de tremplin à de nouvelles synthèses"6 En l’occurrence, deux villes, Salona et Narona (qui ont également marqué ma vie professionnelle), peuvent nous servir - comme pars pro loto - pour démontrer le thème choisi.

  • 7 Cf. F. Carrara, Topografia e scavi di Salona, Trieste, 1850 ; F. Bulic, Po rusevinama stare Salone (...)
  • 8 Salona III : (dir. par N. Duval, E. Marin et C. Metzger) ; Manastirine, établissement préromain, n (...)
  • 9 E. Marin, Nouvelles recherches sur Marusinac à Salone, in : Akten des XII. internationalen Kongres (...)
  • 10 E. Marin et al., Salona Christiana, Split, 1994.

2La métropole de la Dalmatie romaine, Salona, est bien connue en archéologie et en histoire ancienne, dès le début du XIXe s.7. Mais, les très nombreux monuments, tantôt dans les réserves du Musée, tantôt sur le site même, réclamaient une révision détaillée et globale. Et nous nous sommes engagés dans ce sens, travaillant nous-même et encourageant les autres. Nous avons terminé les fouilles de révision du célèbre site de Manastirine8 et avons entamé une recherche analogue à Marusinac9. Des recueils du décor architectural chrétien et des inscriptions chrétiennes, déjà mentionnés, ainsi que des artes minores (céramiques, verrerie etc.)10 sont le fruit des efforts d’une révision très difficile des réserves et de la bibliographie dispersée.

  • 11 C. Patsch, Zur Geschichte und Topographie von Narona, Wien, 1907.
  • 12 E. Marin, Bedemi Narone - The walls of Narona, in : Materijali 11, Pula, 1999, p. 41-42, 100-101.
  • 13 Id., Les fouilles récentes du Forum et de l’Augusteum de Narona - découverte de l’emporion helléni (...)
  • 14 Id., Découverte d’un Augusteum à Narona, in : Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Bel (...)
  • 15 E. Marin, M. Mayer, G. Paci, I. Rodà, Corpus Inscriptionum Naronitanarum I - Eresova kula - Vid, M (...)

3L’autre grande ville de la Dalmatie, au sud de Salona, Narona, n’était pas connue comme sa métropole, car les fouilles, très limitées, n’y avaient pas commencé avant le début du XXe s.11. Au XIXe s., seule l’épigraphie était étudiée. Au cours de la dernière dizaine d’années, en revanche, des fouilles de grande envergure ont été menées sur cinq points du tissu urbain ou suburbain, accompagnées de révision des monuments des réserves du Musée de Split ou de la collection archéologique sur le site même. La fouille portait sur les remparts12 sur le forum13 l’Augusteum et une partie de l’acropole14 sur l’emplacement de la basilique paléochrétienne de Sv. Vid et sur celui d’une autre, construite sur les ruines d’une villa romaine dans le suburbium (toponyme actuel : Eresove bare). Un corpus des inscriptions latines est aussi en cours, le premier fascicule qui contient les monuments de la Tour Ereš vient d’être publié15. Ces recherches ont apporté une connaissance tout à fait inattendue sur Narona, ce qui lui a valu une priorité pour la période du Haut-Empire en Dalmatie.

4Pour la période de la tétrarchie, la plus remarquable entreprise qui a marqué non seulement le paysage de l’ager de Salona avec ses structures funéraires, agriculturales et architecturales, mais aussi son destin, a été le château de Dioctétien. Il finira par accueillir les Salonitains qui vont y établir leur nouveau siège : la future ville de Split. La hiérarchie salonitaine forcée de fuir choisit cet espace bien fortifié pour se réfugier, dans la première moitié du VIIe s. La continuité de la vie de l’Antiquité tardive et du droit sera assurée. L’évêque en sera le garant se fondant sur les reliques des martyrs, qu’il a fait transporter dans l’ancien mausolée de Dioclétien, devenu cathédrale. Aux alentours orientaux de Salona, les Croates continueront dans un espace réduit certaines valeurs de la Salona paléochrétienne - une ville haut-médiévale qui portera le nom de Solin assurera une continuité topographique. Les deux types de continuité (l’héritage physique et l’héritage de droit) ne peuvent être attestés à Narona. Il s’agissait de la "deuxième" naissance de la ville chrétienne seulement pour Salona-Solin-Split. Mais, déjà la "première" naissance aurait vu une différence considérable, du moins si on n’arrive pas à trouver des preuves contraires. Si on compare les résultats actuels, on peut admettre pour Salona une continuité de l’activité urbaine, une juxtaposition des tombes chrétiennes et païennes, une lente dégradation de la vie païenne et une progression des implantations chrétiennes dès la deuxième moitié du IIIe s., tandis que Narona a vu une destruction des édifices cultuels païens et l’abandon du quartier relatif et sa transformation en zone cimétériale. Le paganisme semble finir à Narona avec le IVe s. et le christianisme ne semble pas trouver son implantation avant le Ve s.

  • 16 E. Marin, in : Salona Christiana, p. 30.
  • 17 Id., in : Salona Chrisliana, p. 31.
  • 18 F. Bulić, J. Bervaldi, Kronotaksa solinskih biskupa, Zagreb, 1912, p. 15.
  • 19 D. Rendić-Miočević, Salonitana Christiana IV, Question de la chronologie du développement des basi (...)
  • 20 Cf. E. Dyggve, History of Salonitan Christianity, Oslo, 1951, p. 23.

5Salona a vu les inhumations des premiers Chrétiens, y compris l’évêque et martyr Domnio, le martyr Anastasius et les autres martyrs du groupe d’Asterius aux emplacements au nord de la ville, au milieu des nécropoles romaines, connues d’après leurs toponymes : Manastirine, Marusinac et Kapljuc. Ces premières sépultures saintes sont de 304, mais nous ne voyons pas l’inconvénient d’admettre les premières inhumations chrétiennes dans la même zone dès la deuxième moitié du IIIe s. Je pense aux Chrétiens de la première communauté, avant les persécutions de Dioclétien, de la communauté qui se serait mise dans le sillage de la première évangélisation de la Dalmatie et de sa métropole vers la fin du Ier s.16 et qui aurait pu se regrouper dans le cadre d’une mission romaine autour de Venantius, éventuellement à l’époque de Valérien (253-260), qui dans un premier temps ne présentait pas des inconvénients aux Chrétiens, mais qui dans les années 257-259 avait connu des persécutions lors desquelles Venantius aurait subi son martyrium17. Nous avons des données assez précises pour implanter les premières installations chrétiennes de cette époque tumultueuse dans le coin nord-ouest de la partie orientale de la ville, où, par conséquent, le groupe épiscopal va se développer. La Vita de Domnio indique qu’il avait fait bâtir une ecclesia18. Nous pourrions reconnaître cette église soit comme celle que l’on suppose au sud de la cathédrale postérieure avant que ne fut, sur le même emplacement, reconstruite une autre basilique19 soit comme domus ecclesiae appelée aussi l’oratoire A20. L’église qui se réunissait dans ce quartier de la ville va engendrer un premier échelon de Salonitains qui vont mourir en tant que chrétiens et qui vont trouver leurs sépultures parmi les concitoyens païens dans la zone cimétériale au nord de la ville.

  • 21 E. Marin, in : Salona 1, p. 315 sqq.
  • 22 Ibid., p. XXIII sq.
  • 23 Ibid., p. 317 sqq, fig. 1 et n. 20 sqq.
  • 24 Ibid., p. 316 sqq, fig. 2-6.

6Dans un mausolée à l’est de Manastirine, au milieu de plusieurs tombes tardives du IIIe s., celle d’Aurelius Aurelianus avait été couverte d’un pavement de mosaïque21. Si l’on considère l’ensemble du mausolée, on s’aperçoit que l’aspect de ces tombes païennes n’est pas différent de celui qui sera propre aux tombes qui vont accueillir les premières inhumations chrétiennes. Dans la nécropole ouest, dite hortus Metrodori (qui longe la route vers Tragurium, actuellement Trogir) et dans la nécropole sud, dite de Crikvine (près de l’actuel Vranjic)22 on trouve des preuves d’inhumations chrétiennes à côté de celles, des païens, au IVe s. On pourrait en proposer l’hypothèse pour la deuxième moitié du IIIe s. La clef pour comprendre la naissance d’un cimetière chrétien, implicitement de la ville chrétienne, est le lieu de la sépulture des martyrs. Tout devenait bouleversé avec les événements de l’an 304. La mémoire en était vive lorsque quelques décennies plus tard, sous l’influence d’une tendance générale au culte des martyrs et à l’inhumation ad sanctos, des chapelles particulières, abritant leurs tombes, ont pu être construites, chapelles qui allaient par conséquent devenir des basiliques cimétériales. D’autre part, lorsqu’on n’a pas de tombe de martyr, aucun culte de martyr ne se développe, et il n’y avait pas de raison d’y édifier une basilique cimétériale. L’épitaphe d’Aelia Licinia, d’après C. Lanza, inscrite dans la deuxième moitié du IIe s., vraisemblablement entre 160 et 17023, et celle d’Aurelius Lupus et de son épouse Iulia Maxima, du IIIe s.24 nous démontrent que la nécropole occidentale de Salona avait vu la première – dans ses horti – des tombes-piscinae, qui vont par leur appellation spécifique marquer l’Antiquité tardive à Salona.

  • 25 Id., Martia iulia Valeria Salona Felix and the growth of Christianity, Religio Deorum, in : Actas (...)
  • 26 Id., in : Salona Christiana, p. 38.
  • 27 L’inhumation privilégiée à Salone, L’inhumation privilégiée du IVeau VIIIes. en Occident (Colloque (...)

7Cette Antiquité tardive sera placée "sous le haut patronage" de Tyche Salonitana, la personnification de la ville représentée en relief sur la clef de voûte de la porte qui unissait la partie de la ville la plus ancienne avec l’extension orientale (appellation moderne : Porta Caesarea). Une figuration tout à fait païenne de Tyche, dotée d’une couronne en forme des remparts de la ville et d’un panier plein de blé, porte un vexillum avec les lettres initiales de la titulature de Salona à l’époque de Dioctétien et à celle qui fallait succéder : Martia Iulia Valeria Salona Felix. Elle y fut placée pour protéger la ville au milieu du IVe s. et elle y persista jusqu’à la fin de l’existence de la Salona paléochrétienne, vers la fin de la première moitié du VIIe s. 25. Etrange protection pour une cité désormais chrétienne ! Ou, plutôt, une preuve pour la continuité de l’Antiquité tardive, pour une société, certes, blessée lors des persécutions de 304, mais qui retrouve les valeurs anciennes et qui les met à côté des nouvelles. Notamment dans cette extension orientale de la ville, dans son angle nord-est, où la première communauté chrétienne avait eu son lieu de rassemblement, un groupe épiscopal va se développer et ses premiers édifices seront bâtis sur l’impulsion de l’évêque Symferius, l’homme fort de Salona, au début du IVe s. : une magnifique cathédrale, la plus grande en Dalmatie devait être achevée par son successeur Hesychius, correspondant des plus importantes personnalités du monde contemporain, peu après 405, cum clero et populo et consacrée au Christ26. Nous assistons à un changement radical du centre cultuel de la ville : la hiérarchie a simplement choisi d’abandonner le vieux centre païen sur le forum romain, sans pourtant, du moins d’après les connaissances actuelles, le détruire, et a opté pour la poursuite de la cité chrétienne dans ce quartier déjà commode aux Chrétiens, peut-être tenant compte de sa proximité des tombes des martyrs, qui vont devenir la crypte des évêques de Salona27.

  • 28 Id., in : Salona Christiana, p. 31 sq.
  • 29 N. Cambi, Sarkofag Dobroga pastira iz Salone i njegova grupa - The Good Shepherd Sarcophagus and i (...)
  • 30 E. Marin, Some notes on Sabiniani of Dalmatia and Pannonia, in ; Ziva antika - Antiquité vivante 2 (...)
  • 31 N. Cambi, La figure du Christ sur les monuments paléochrétiens de Dalmatie, in : Disputationes Sal (...)

8La figuration du Christ comme Bon Pasteur était chère aux Salonitains et il nous semble que cette parabole biblique avait trouvé le meilleur écho dans la communauté imprégnée antérieurement ou simultanément des mêmes présentations figuratives, mais associés avec humanitas de l’Antiquité tardive28. Le Pastor apparaît dans la position centrale du sarcophage monumental, qui est datable vers 313, lorsqu’il fut déposé dans une des chapelles érigées en conséquence du culte du martyr Domnio à Manastirine29. Peut-être, deux promoteurs de l’activité caritative qui avait marqué la communauté, la matrona Octavia et son époux Antonius Sabinianus, ont été représentés en relief, à gauche et à droite du Bon Pasteur30. Le Pastor apparaît aussi sur l’acrotère du sarcophage de Iulia Aurelia Hilara, dans le même cimetière et à la même époque, ainsi que sur deux autres sarcophages contemporains. Sur d’autres types de monuments nous trouverons également la figure du Bon Pasteur. Il faut y ajouter les sarcophages dotés des scènes pastorales, c’est-à-dire les variantes du pasteur et sa brebis, dans lesquelles les allusions bibliques sur le Christ trouvent un écho métaphorique31.

  • 32 E. Marin, dans les Actes XI CIAC, t. Il, p. 1127 sqq et dans Salona 1, p. XXI.
  • 33 Id., in : Salona Christiana, p. 32.
  • 34 Id., in : Salona Cliristiana, p. 66-68.

9Pendant la précédente époque tétrarchique, la ville avait connu un renouveau spirituel et urbanistique et cet héritage a dû certainement persister dans la ville et dans l’ex-palais de Dioclétien. Les Chrétiens n’ont pas eu, ni la nécessité ni l’opportunité d’effectuer des changements considérables au-delà du groupe épiscopal avant la fin du Ve s., si du moins on reste fidèle à mon interprétation de la diachronie de l’implantation monumentale chrétienne, que j’avais formulée toutefois sans des fouilles nécessaires pour y parvenir32. Au début du Ve s. un esprit païen parfois persiste encore. Au IVe s., la communauté juive est attestée et, certainement au courant de la première moitié du même siècle également, les religions en provenance de l’Asie Mineure, de l’Egypte, ou bien le mithraïsme. Leur disparition de la scène salonitaine devrait être attribuée plutôt à leur propre désintégration et celle de leur message, et sans doute pas causée par une violence prétendue des Chrétiens au IVe s.33. Parmi les dignitaires inhumés aux IVe et Ve s. à Salona, il faut compter un nombre non négligeable de païens34.

  • 35 Cf. J.-P. Caillet, L’amende funéraire dans l’épigraphie chrétienne de Salone, in : VAHD, 81, 1988, (...)
  • 36 CIL III 2654.
  • 37 Forschungen in Salona II, Wien, 1926, inscription n° 109 = ILCV 3835B
  • 38 Ibid., inscription n° 217.
  • 39 Ibid., inscription n° 202 ; Salona IV, en cours de préparation.
  • 40 Ibid., inscription n° 263 ; Salona IV, en cours de préparation.
  • 41 CIL III 13124.
  • 42 CIL III 9535 = ILCV 3837 = Bullettino di archeologia e storia dalmata (BD) 10, 1887, p. 106, inscr (...)
  • 43 Inv. AMS (Musée Archéologique de Split) A 5929 : inscription inédite, cf. Salona IV, en cours de p (...)
  • 44 Inv. AMS A 5416 : cf. J.-P. CAILLET, op. cit., p. 38 ; ILCV 3834, 3835, 3835A, 3835C, 3835D, 3836, (...)

10En tout cas, au début du Ve s., les évêques Symferius (cca 391-405) et Hesychius (405-426) réussissent à consolider d’une manière définitive l’Église salonitaine. Pendant la deuxième moitié du IVe s. et les premières décennies du Ve s., celle-ci deviendra finalement la propriétaire dominante des cimetières. Les inscriptions avec les mentions pour la protection contre la violation des tombes en témoignent35. L’épiscopat voit en toute splendeur Sancta ecclesia catholica Salonitana dans la ville qui a été auparavant, notamment en 359, considérée comme Civitas splendida Salona. La souveraineté de l’aecclesia Salon(itana) aurait été reconnue une année auparavant, c’est-à-dire en35836. Toute une série de témoignages en provenance de Manastirine viennent en appui : dans l’inscription de 375, eklesia s(upra) s(cripta) suppose la mention explicite de l’Église salonitaine dans la partie initiale de l’épigraphe, qui malheureusement ne s’est pas conservée37 ; dans l’inscription grecque du début du Ve s., d’après Egger : τῆς ἐνθάδԑ ἀγία[ς]/δἐ και καθολικῆς [ἐκ] κ λησίας38 ; dans l’épitaphe de Iunius, qui, d’après J.-P. Caillet, remonte à la fin du Ve s. ou seulement au VIe s. : ec]clisia Salonit[ana39 ; dans l’épitaphe de Domnio ( ?), qui, toujours, d’après J.-P. Caillet, serait du VIe, voire même du début du VIIe s., un monogramme auparavant lu comme Mundus mentionne : s(an)c(t)ae eccles(iae) Sal(onitanae)40. Le cimetière méridional de Salona, dit encore le cimetière de Crikvine possédait une épitaphe de Duione ( ?), datable à l’an 426 ou à l’an 430, qui nous fournit la mention explicite eclisie catolice Sal(onitane)41. Une autre inscription salonitaine précise aussi ecclesiae c]atol(icae) Salonit[anae42 tandis qu’une autre épitaphe, vraisemblablement aussi de Salona, mentionne ecclesia] catolic[a43. Enfin, une série d’autres inscriptions retrouvées à Salona font mention d’ecclesia ou sancta ecclesia44. La majeure partie de ces inscriptions appartient grosso modo au Ve s. L’Église finit par contrôler tous les grands cimetières.

  • 45 E. Marin, in : Salona I, p. XXIII.

11Le cimetière de Kapljuč avait suscité l’érection de la première basilique cimétériale salonitaine au milieu du IVe s. Celle-ci avait influencé la construction des basiliques urbaines. Une tombe privilégiée et respectable, d’après son emplacement même et d’après son couvercle en forme de dalle épaisse en calcaire local fragile, qui fut conservée dans l’église, pourrait être mise en lien avec la depositio du martyr, le prêtre Asterius45.

  • 46 Voir nos conclusions dans Salona III.
  • 47 Forschungen, in : Salona II.
  • 48 E. Marin, in : Salona Christiana, p. 38.
  • 49 Id., in : Salona II, p. 185 et n. 7 ; surtout la discussion avec J. Fontaine, dans les Actes XI CI (...)
  • 50 Pour une dernière mise au point du dossier des évêques de Salona, voir : M. Ivanišević, Salonitans (...)

12Le cimetière de Manastirine avait vu l’implantation des chapelles – à la suite des aménagements dans la partie sud du futur transept, notamment là où les tombes saintes ont été regroupées – terminée vers 360, mais on a continué à y enterrer comme dans l’espace central jusqu’aux années 30 du Ve s. C’était plutôt vers cette date, et non au début du Ve s., d’après nos recherches archéologiques franco-croates, qu’il faut placer la construction de la grande basilique cimétériale, qui fut construite d’un seul jet, à l’exception du vestibule, ajouté plus tard (en utilisant les maçonneries antérieures, notamment pour le mur sud et le mur est du transept)46. Si ce détour par rapport à la datation de Rudolf Egger, consacrée dans le fameux ouvrage sur Manastirine qui a fait autorité depuis sa publication47 et le retour aux positions de Frane Bulić et Luka Jelić, s’avéraient corrects, il resterait à expliquer le motif pour un retard évident dans la modernisation de l’ensemble cultuel. Il nous a semblé raisonnable de placer une nouvelle construction à Manastirine sous l’impulsion de Symferius, évêque bâtisseur de la cathédrale, d’ailleurs voisine48. Mais, il faut sans doute rappeler le conservatisme salonitain, qui se manifeste à divers endroits et à des époques bien différentes, comme nous l’avions déjà fait en arguant l’évangélisation tardive de la Dalmatie hors sa capitale49. Apparemment, l’impulsion, du moins pour l’organisation de la crypte des évêques, aurait pu être donnée par Symferius (mort en 405), et l’œuvre aurait été accomplie dans les années 420 par le successeur de Symferius, Hesychius, d’ailleurs son successeur au chantier de la cathédrale, et qui s’avéra comme un des personnages les plus éminents de la Salona chrétienne50.

  • 51 Forschungen in Salona 111, Wien, 1939, p. 85, 108.
  • 52 A. Grabar, Les monuments paléochrétiens de Salone et les débuts du culte des martyrs, in : Disputa (...)
  • 53 E. Marin, L’inhumation privilégiée à Salone, p. 225.
  • 54 Pour la question de l’église du nord, d’après Dyggve basilica discoperta, voir, en dernier, E. Mar (...)

13Le cimetière de Marusinac a vu les constructions des basiliques grosso modo dans la même période que nous venons d’affirmer pour la basilique de Manastirine. Cependant, le mausolée édifié, d’après E. Dyggve et R. Egger, au début du IVe s.51 par une famille qui y ensevelit le corps du martyr Anastasius, représente selon A. Grabar "un exemple rarissime d’un stade intermédiaire entre le mausolée et le martyrium, et cela le rend particulièrement précieux. En effet, il s’agit malgré tout d’un mausolée familial, dans lequel ses fondateurs ont eu l’audace de transporter le corps d’un saint"52. La recherche sur les inhumations privilégiées nous a conduit à la conclusion que le couple, qui a accueilli le martyr Anastasius dans son mausolée, s’est fait ensevelir dans le même mausolée, certainement dans l’esprit de reposer près du martyr, donc ad sanctum. En effet, les deux sarcophages dans le mausolée appartiennent aux premières inhumations privilégiées à Salona. La matrona Asclepia s’avère ainsi comme une des promotrices du culte des martyrs et des inhumations ad sanctos53. Elle sera suivie par beaucoup de ses concitoyens, à Marusinac, où la même volonté, semble-t-il, de promouvoir ce culte a été à l’origine de la translatio du mausolée ce qui a dû provoquer la construction de la nouvelle et grande basilique au sud du complexe cimétérial54.

14Avant de tourner notre regard vers l’autre ville dalmate, Narona, quelques considérations liminaires en relation avec notre thème. Nous avons déjà fait le point en ce qui concerne la différence essentielle entre les recherches menées jusqu’à présent à Salona et Narona. De la nature de ces recherches ressort le caractère différent des trouvailles dans ces deux villes. Ceci dit, il faut tenir présent à l’esprit que nous n’avons pas les mêmes éléments pour composer les deux histoires. À Salona, une richesse topographique, une hagiographie bien connue et une grande abondance d’inscriptions, nous viennent en appui pour dresser une esquisse pour la naissance de la ville chrétienne. À Narona, une topographie limitée, l’absence d’hagiographie et des inscriptions chrétiennes, voire tardives (par rapport à mille et cent inscriptions chrétiennes salonitaines !) marquent une frappante divergence. On ne peut donc pas analyser les rapports minutieux entre les habitants païens et chrétiens, comme nous venons de le faire pour Salona. En revanche, la fouille stratigraphique que nous avons menée dans les chantiers naronitains, nous a livré des éléments indispensables et presque inexistants à Salona, qui nous autorisent à nous prononcer au sujet de la naissance de la ville chrétienne à Narona. Tout à fait conscient de la fragilité des moyens et des éléments dont on dispose, mais confiant en la méthode, j’ouvre ce débat, afin qu’on puisse mieux mesurer les diverses voies de la christianisation en Dalmatie. Comme pour Salona, c’est ici aussi à Narona, qu’une trouvaille nouvelle pourrait démonter les points de vues exposés. Faute d’en avoir, l’interprétation qui est la mienne se manifeste, je l’espère, homogène et provocante.

  • 55 Voir infra.
  • 56 E. Marin, Consecratio in formam Veneris dans l’Augusteum de Narona, in : Imago Antiquitatis (Mélan (...)
  • 57 Id., Narona vom 6. bis zum 9. Jahrhundert, in : Domum Tuam Dilexi (Miscellanea A. Nestori - Studi (...)
  • 58 Voir infra.

15La réponse à la question : quand et où se manifeste le christianisme à Narona, s’impose. Anticipons : au Ve s. et en dehors du centre ancien. Et la seconde question se relève aussitôt : est-ce que jusqu’à ce temps-là le paganisme persiste à Narona. Anticipons : l’Augusteum n’a été detruit, semble-t-il, qu’à la fin du IVe s. ou au début du Ve s. Naturellement, la conclusion s’impose. Narona est restée un peu en dehors des principaux courants historiques en Dalmatie. Voici encore une fois le conservatisme dalmate qui se manifeste. D’ailleurs, dès la fin du IIe s. Narona perd de la vitesse par rapport à la capitale Salona. Le paganisme semble persister à Narona, alors que l’évangélisation ne franchit pas le seuil de la ville, paraît-il, avant le Ve s., du moins si on en juge d’après l’implantation monumentale chrétienne et si on reste fidèle à la datation prônée par P. Chevalier pour la première église dégagée comme l’église inférieure lors des fouilles de sauvetage à l’occasion de la percée d’une canalisation d’eau55. Or, la destruction de l’Augusteum de Narona, où la dernière action connue ne dépasse pas la fin du IIe s., semble être survenue à la fin du IVe s. L’époque sévérienne, nous offre, à l’heure actuelle, les derniers témoignages de paganisme actif à Narona : les protagonistes du culte privé dans l’Augusteum ont, peut-être, aussi financé une rénovation du temple56. Rénové, il a dû servir encore pour plusieurs générations. Mais, vraisemblablement en vertu de l’édit de Théodose, l’Augusteum fut brutalement détruit. Son emplacement est abandonné. La destruction fut totale. Qui l’avait imposé ? Le pouvoir impérial ou les Chrétiens ? Nous ne disposons, au IVe s., d’aucune donnée incontestable sur la présence chrétienne dans la ville. Il nous semble que la naissance de la Narona chrétienne n’a eu lieu qu’après la disparition du paganisme de la ville et en choisissant un endroit nouveau pour la monumentalisation chrétienne : la Ville Basse était propice pour un nouvel urbanisme, lorsque la Ville Haute avec le forum perd de sa signification. Au VIe s. celle-ci deviendra submergée par des cimetières57. Mais, aucune des nombreuses tombes n’a pas pu être identifiée comme chrétienne, du moins explicitement. Faute d’une nécropole chrétienne à la manière salonitaine, nous sommes privés d’une histoire du christianisme naronitain. Nous ignorons les personnes, leurs noms ; un éclatant contraste avec la prosopographie salonitaine ! On peut se reporter à l’évêque Marcellus qui a participé aux conciles de Salona en 530 et 533. Si, en revanche la destruction de l’Augusteum a eu lieu au début, voire dans la première moitié du Ve s. (il revient aux recherches que nous devons encore mener avec nos collaborateurs de trancher cette question), alors on pourrait lier cette destruction avec la construction des premiers édifices chrétiens et, par conséquent, on pourrait attribuer cette destruction à l’activité chrétienne. Il revient au même si on admet une datation au IVe s. pour l’église inférieure lors des fouilles de sauvetage à l’occasion de la percée d’une canalisation d’eau58.

  • 59 P. Chevalier, in : Salona II, p. 434-435.
  • 60 F. Buskariol, Prinosi kasnoantickoj sakralnoj topografiji Narone, in : Lychnid 7, 1989, p. 150 sq (...)
  • 61 Cf. E. Marin, Sv. Vid de Narona : un exemple désormais établi pour la discontinuité, in : Orbis Ro (...)

16Deux des trois églises paléochrétiennes à Narona existaient déjà au Ve s. : l’église de Sveti Vid et l’église à trois nefs dotée d’une abside semi-circulaire inscrite dans un massif extérieur rectangulaire, dégagée comme l’église inférieure lors des fouilles de sauvetage à l’occasion de la percée d’une canalisation d’eau. Celle-ci paraît devoir être située au début du Ve s.59 et pourrait donc être la première église de Narona. Mais, d’après le fouilleur, le regretté Frane Buškariol, la première église serait du IVe s., l’inondation suivie d’un incendie se serait produite entre la fin du IVe s. et le milieu du Ve s., donc la deuxième église serait de la seconde moitié du Ve s., ou du VIe s.60. Il faut rappeler que l’étude du petit matériel du site n’a pas été achevée par le fouilleur et sera faite par un petit groupe de chercheurs sous ma direction. S’il faut lier la construction de la première église à une inondation, elle serait du IVe s., ce qui serait plus conforme aux dates de l’avènement du christianisme à Salona, métropole, et à Iader, troisième centre urbain important au nord de Salona. Pour apporter des réponses précises, il faudra un jour fouiller l’ensemble des deux basiliques superposées61.

  • 62 Id., Narona - basilique et baptistère paléochrétiens de Sv. Vid, in : Acta XIII CIAC, III, Città d (...)
  • 63 E. Marin et al., Sveti Vid (Narona I), Split, 1999,

17L’évangélisation de l’intérieur de la province (l’actuelle Bosnie-Herzégovine), en empruntant l’axe du fleuve Naron (l’actuelle Neretva), a débuté depuis cette ville. Un modèle commode, semble-t-il, a été aperçu dans l’église de Sveti Vid, d’ailleurs la seule église connue jusqu’au présent à Narona, dotée d’un baptistère. Vu cette particularité, elle aurait été davantage pratique aux missionnaires pour servir à leur implantation et à la construction des édifices chrétiens, à l’intérieur des terres, au nord de Narona, aux Ve et VIe s. La troisième église (d’autres pourraient être un jour révélées à Narona), construite plus tard, au VIe s. et qui est connue d’après son toponyme Eresove bare, est la seule à avoir été bâtie au-dessus des ruines d’une villa suburbaine romaine, mais nous n’en voyons pas un motif spécifique. La fouille y est terminée, mais non l’étude du matériel ; pour cette raison nous patienterons pour apporter des conclusions au sujet de ce rapport unique à Narona. Dès maintenant, je suis tenté d’expliquer se rapport comme une pure coïncidence : une longue période semble s’être écoulée entre la ruine de la villa et la construction de l’église. Comme l’église de la fouille de sauvetage à l’occasion de la percée de la canalisation d’eau, déjà mentionnée, n’a pas pu être complètement étudiée jusqu’à présent, il convient de nous tourner vers Sveti Vid, église que nous venons de publier dans les Actes du XIIIe CIAC62 et en monographie63.

18On notera surtout la découverte du baptistère, doté d’une piscine octogonale peinte, dans une des annexes de l’église et le fait que le matériel (céramique, verrerie et monnaies), recueilli dans la couche de terre située sous le sol de la pièce à l’ouest du baptistère, confirme la datation du complexe architectural au Ve s.

  • 64 Ibid., p. 16 sq.

19En général, jusqu’à présent, nous n’avions pas d’éléments sûrs, provenant de la fouille stratigraphique, pour dater les constructions chrétiennes en Dalmatie. Même si la stratigraphie du site de Sveti Vid est suffisamment perturbée, les circonstances nous incitent à lui prêter une certaine confiance. Lors de la fouille de l’annexe à l’ouest du baptistère, au niveau du sol, et 10, voire 20 cm au-dessous de celui-ci, nous avons constaté une couche intacte. La céramique de cette couche, qui correspond à l’époque de la construction de l’église, et à celle qui l’a précédée, s’avère, par conséquent, homogène, et les fragments les plus récents peuvent être datés du Ve s. La verrerie recueillie dans cette couche de terre nous vient en appui : parmi d’autres fragments significatifs, surtout les fragments d’un type de lampe paléochrétienne, attesté à partir de la fin du IVe s. Les trouvailles du métal et des monnaies confirment en surcroît la datation de l’église au Ve s. Toujours dans la couche au-dessous du sol mentionné, on trouve des monnaies du IVe s. et, plus précisément, de la fin du IVe s.64.

  • 65 Ibid., p. 19.

20Plusieurs sondages que nous avons pratiqués au nord des annexes de l’église de Sveti Vid ont prouvé l’inexistence de tout élément d’architecture, voire d’autres trouvailles significatives, et ils nous ont amené à la conclusion que, au moment même de la construction de la basilique au Ve s, cette partie du territoire de Narona était privée d’urbanisme et qu’elle deviendra, ce que nous appelons la Ville Basse, par la suite des implantations monumentales chrétiennes. L’église, quant à elle, restera, comme sur un îlot, isolée, jusqu’à nos jours65.

Notes

2 Paris, 1980.

3 J. Zeiller, Les origines chrétiennes dans la province romaine de Dalmatie, Paris, 1906.

4 Cf. E. Marin, Salone - un profil de la ville à renouveler, à propos de recherches récentes, in : La Venetia nell’area Padano-Danubiana, Le vie di comunicazione, Padova, 1990, 453-469 ; Les provinces danubiennes et balkaniques : épigraphie chrétienne - L’œuvre de Jacques Zeiller sur la Dalmatie, in : Actes du Colloque du centenaire de l’Année Épigraphique (Paris, 1988), Paris, 1990, p. 183-203 ; La datation indictionelle en Dalmatie, in : Le temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen ÂgeIIIe-XIIIe s. (Colloques internationaux du C.N.R.S. n° 604, 1981), Paris, 1984, p. 149-162.

5 P. Chevalier, Ecclesiae Dalmatiae, in : Salona II, Recherches archéologiques franco-croates, dir. N. Duval, E. Marin, Rome-Split, 1995.

6 N. Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle..., p. 2.

7 Cf. F. Carrara, Topografia e scavi di Salona, Trieste, 1850 ; F. Bulic, Po rusevinama stare Salone (Par les ruines de l’antique Salone), éd. E. Marin, Split, 1986.

8 Salona III : (dir. par N. Duval, E. Marin et C. Metzger) ; Manastirine, établissement préromain, nécropole et basilique paléochrétienne à Salone (éd. N. Duval, E. Marin), RomeSplit, 2000 (sous presse).

9 E. Marin, Nouvelles recherches sur Marusinac à Salone, in : Akten des XII. internationalen Kongresses fur christliche Archäologie (Bonn 1991), Città del Vaticano - Munster, 1995, t. 2, p. 1016-1023, tab. 139-140.

10 E. Marin et al., Salona Christiana, Split, 1994.

11 C. Patsch, Zur Geschichte und Topographie von Narona, Wien, 1907.

12 E. Marin, Bedemi Narone - The walls of Narona, in : Materijali 11, Pula, 1999, p. 41-42, 100-101.

13 Id., Les fouilles récentes du Forum et de l’Augusteum de Narona - découverte de l’emporion hellénistique, in : Bulletin de la Societé française d’archéologie classique 1997-1998, Rev. Arch., 1/99, p. 179-184.

14 Id., Découverte d’un Augusteum à Narona, in : Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Juillet-Octobre, Paris, 1996, p. 1029-1040.

15 E. Marin, M. Mayer, G. Paci, I. Rodà, Corpus Inscriptionum Naronitanarum I - Eresova kula - Vid, Macerata - Split, 1999.

16 E. Marin, in : Salona Christiana, p. 30.

17 Id., in : Salona Chrisliana, p. 31.

18 F. Bulić, J. Bervaldi, Kronotaksa solinskih biskupa, Zagreb, 1912, p. 15.

19 D. Rendić-Miočević, Salonitana Christiana IV, Question de la chronologie du développement des basiliques doubles de Salone, in : Vjesnik za arheologiju i historiju dalmatinsku (VAHD) 77, 1984, p. 180, fig. I. Rendié, p. 182, attribuait cette église au successeur de Domnio, son neveu Primus. Cf. E. Marin, in : Salona/ : Recherches archéologiques franco-croates à Salone (dir. par N. Duval et E. Marin) ; Catalogue de la sculpture architecturale paléochrétienne de Salone (éd. N. Duval, E. Marin, C. Metzger), Rome-Split, 1994, p. XVI et XVIII-XIX : Fig. 1 : Plan de Salone.

20 Cf. E. Dyggve, History of Salonitan Christianity, Oslo, 1951, p. 23.

21 E. Marin, in : Salona 1, p. 315 sqq.

22 Ibid., p. XXIII sq.

23 Ibid., p. 317 sqq, fig. 1 et n. 20 sqq.

24 Ibid., p. 316 sqq, fig. 2-6.

25 Id., Martia iulia Valeria Salona Felix and the growth of Christianity, Religio Deorum, in : Actas del Coloquio Internacional de epigrafia, (Colloque de Tarragone, 1988), éd. M. Mayer, Barcelona, 1992, p. 333 sq.

26 Id., in : Salona Christiana, p. 38.

27 L’inhumation privilégiée à Salone, L’inhumation privilégiée du IVe au VIIIe s. en Occident (Colloque Créteil, 1980), éd. Y. Duval et J.-C. Picard, Paris, 1986, p. 221-232.

28 Id., in : Salona Christiana, p. 31 sq.

29 N. Cambi, Sarkofag Dobroga pastira iz Salone i njegova grupa - The Good Shepherd Sarcophagus and its group, Split, 1994. p, 57.

30 E. Marin, Some notes on Sabiniani of Dalmatia and Pannonia, in ; Ziva antika - Antiquité vivante 25/1-2, Skoplje, 1975, p. 324-330.

31 N. Cambi, La figure du Christ sur les monuments paléochrétiens de Dalmatie, in : Disputationes Salonitanae I, 1970, Split, 1975, p. 60 sqq.

32 E. Marin, dans les Actes XI CIAC, t. Il, p. 1127 sqq et dans Salona 1, p. XXI.

33 Id., in : Salona Christiana, p. 32.

34 Id., in : Salona Cliristiana, p. 66-68.

35 Cf. J.-P. Caillet, L’amende funéraire dans l’épigraphie chrétienne de Salone, in : VAHD, 81, 1988, p. 33 sqq.

36 CIL III 2654.

37 Forschungen in Salona II, Wien, 1926, inscription n° 109 = ILCV 3835B

38 Ibid., inscription n° 217.

39 Ibid., inscription n° 202 ; Salona IV, en cours de préparation.

40 Ibid., inscription n° 263 ; Salona IV, en cours de préparation.

41 CIL III 13124.

42 CIL III 9535 = ILCV 3837 = Bullettino di archeologia e storia dalmata (BD) 10, 1887, p. 106, inscription n° 112.

43 Inv. AMS (Musée Archéologique de Split) A 5929 : inscription inédite, cf. Salona IV, en cours de préparation.

44 Inv. AMS A 5416 : cf. J.-P. CAILLET, op. cit., p. 38 ; ILCV 3834, 3835, 3835A, 3835C, 3835D, 3836, 3836A, 3837A, 3837B.

45 E. Marin, in : Salona I, p. XXIII.

46 Voir nos conclusions dans Salona III.

47 Forschungen, in : Salona II.

48 E. Marin, in : Salona Christiana, p. 38.

49 Id., in : Salona II, p. 185 et n. 7 ; surtout la discussion avec J. Fontaine, dans les Actes XI CIAC Lyon 1986, Rome-Città del Vaticano, 1989, vol. II, p. 1240-1241.

50 Pour une dernière mise au point du dossier des évêques de Salona, voir : M. Ivanišević, Salonitanski biskupi (I vescovi salonitani), in : VAHD 86/1993, 1994 (imprimé de facto en 1995), p. 223-252.

51 Forschungen in Salona 111, Wien, 1939, p. 85, 108.

52 A. Grabar, Les monuments paléochrétiens de Salone et les débuts du culte des martyrs, in : Disputationes Salonitanae 1, 1970, Split, 1975, p. 72.

53 E. Marin, L’inhumation privilégiée à Salone, p. 225.

54 Pour la question de l’église du nord, d’après Dyggve basilica discoperta, voir, en dernier, E. Marin, Nouvelles recherches sur Marusinac à Salone, op. cit.

55 Voir infra.

56 E. Marin, Consecratio in formam Veneris dans l’Augusteum de Narona, in : Imago Antiquitatis (Mélanges R. Turcan), Paris, 1999, p. 319, 321.

57 Id., Narona vom 6. bis zum 9. Jahrhundert, in : Domum Tuam Dilexi (Miscellanea A. Nestori - Studi di antichità cristiana LIII), Città del Vaticano, 1998, p. 553 sqq.

58 Voir infra.

59 P. Chevalier, in : Salona II, p. 434-435.

60 F. Buskariol, Prinosi kasnoantickoj sakralnoj topografiji Narone, in : Lychnid 7, 1989, p. 150 sq (= E. Marin et alii, Narona, Zagreb - Opuzen, 1999, p. 134 sq).

61 Cf. E. Marin, Sv. Vid de Narona : un exemple désormais établi pour la discontinuité, in : Orbis Romanus Christianusque (Mélanges N. Duval), Paris, 1995, p. 268 ; id., Proslov, in : Sveti Vid (Narona I), Split, 1999, p. 5-8.

62 Id., Narona - basilique et baptistère paléochrétiens de Sv. Vid, in : Acta XIII CIAC, III, Città del Vaticano-Split 1998, p. 475-506.

63 E. Marin et al., Sveti Vid (Narona I), Split, 1999,

64 Ibid., p. 16 sq.

65 Ibid., p. 19.

Auteur

Musée Archéologique de Split.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540