Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

L’influence des monastères sur le paysage urbain en Occident (IVe-VIIe siècles)

Jacques Biarne

Texte intégral

  • 2 J. Hubert, Évolution de la topographie et de l’aspect des villes de Gaule du Ve au Xe siècle, Setti (...)
  • 3 Ibidem, p. 533, p. 537.
  • 4 Cité ou citadelle ? Les enceintes romaines du Bas-Empire d’après l’exemple de Paris, REA, 53, p. 30 (...)
  • 5 La topographie religieuse d’Arles au VIe siècle, Cahiers archéologiques, II, 1947, p. 17-27.
  • 6 Aux origines de quelques villes médiévales du Midi de la Gaule, Riv. di stud. lig., 49, 1983, p. 31 (...)
  • 7 Topographie monastique d’Arles au VIe siècle, Études mérovingiennes, Paris, 1953, p. 13-17.
  • 8 La topographie de la ville d’Arles durant l’Antiquité tardive, JRS, 12, 1999, p. 143-167.

1On ne s’est jamais posé la question de savoir si le monachisme qui se développe en Occident dans la seconde moitié du IVe s. a contribué à modifier la physionomie des villes. Certes le phénomène n’en est encore qu’à ses débuts et il se répand lentement jusqu’aux VIe et VIIe s. Jean Hubert s’était intéressé à la topographie des villes. Mais dans un article écrit en 1951 sur l’évolution de cette topographie2 il traite surtout de l’ecclesia et des diverses sortes de basiliques et n’évoque guère les élévations des monuments. Son texte a beaucoup vieilli, il évoque à plusieurs reprises les "villes déchues"3 pour la période qui suit la crise du IIIe s. Il donne une importance excessive aux invasions barbares et à leurs conséquences. Enfin le plan de son article oppose à la forteresse étriquée de l’Antiquité tardive (IVe et Ve), la "ville sainte mérovingienne". Pourtant J. Hubert était trop bon historien, un esprit trop cultivé, pour ne pas noter, au passage, des éléments contradictoires : le maintien de la vie urbaine à l’extérieur du rempart ; l’idée que le quartier fortifié constitue une citadelle comme l’avait déjà avancé à cette date M. Roblin dans un article célèbre sur Paris4 Il ne faisait toutefois guère de place à l’apparition des monastères dans l’espace urbain. Les autres études qui ont évoqué des paysages urbains sont souvent partielles, ne traitant que d’une ou deux villes, ainsi celles qui concernent Arles, de J. Hubert5 à P.-A. Février6 en passant par Fernand Benoist7 pour aboutir récemment aux publications de M. Heijmans8.

  • 9 Topographie chrétienne des Cités de la Gaule, éditée par N. Gauthier et J.-Ch. Picard, 12 fasc. par (...)
  • 10 P.-A. Février, La ville et le "désert" (à propos de la vie religieuse aux IVe et Ve siècles), Les M (...)

2Les études récentes de la Topographie chrétienne des Cités de la Gaule9 montrent que le nombre des monastères urbains en Gaule est relativement important. On peut donc en déduire que ces constructions ont eu une influence sur les villes. Contrairement à ce que l’on a l’habitude de lire ici ou là, le monachisme n’est pas la recherche de la solitude ou de la vie difficile par des conditions géographiques extrêmes : désert, forêts profondes, montagnes sauvages. Ceci serait plutôt le fait d’une catégorie de moines que sont les ermites, au nom évocateur du désert, eremos. Mais qu’on ne s’y trompe pas, les moines, en Occident, ont d’abord vécu en ville. Ils cherchent non la solitude, mais l’isolement, et ils peuvent l’obtenir simplement par la clôture, caractéristique fondamentale de la vie monastique. P.-A. Février avait déjà remarqué, dans une conférence prononcée à Sénanque en 1974 sur la ville et le désert10 que la solitude du moine est une image romantique qui ne correspond que partiellement à la réalité. Jérôme s’est fait le chantre de cette vision, mais en Palestine, il a surtout vécu dans le monastère de la Nativité à Bethléem et pratiqué la vie cénobitique.

  • 11 Fr. Morard, Monachos, moine. Histoire du terme grec jusqu’au IVe siècle, Fribourg, 1974, et A. Guil (...)
  • 12 Mt. 18,21
  • 13 J. Biarne, Les Origines du Monachisme en Occident (IVe-VIe siècles), 3 volumes ronéotés, thèse de D (...)

3Un moine est un homme qui cherche d’abord à réaliser son unité intérieure d’où son nom "monachos", de "monos" "un" plutôt que "seul"11 Les différentes formes de vie sont secondaires, seule compte la vocation, la conversatio morum, qui consiste à répondre à l’appel du Seigneur, complètement, comme aurait dû le faire le jeune homme riche de l’Évangile selon saint Matthieu : "Va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, puis viens, suis moi et tu auras un trésor dans le ciel"12 À l’origine de la vie monastique il y a une rupture qui entraîne un départ, une peregrinatio qui débouche sur une vie de pauvreté, d’ascèse et d’obéissance. Le monastère est un lieu où vivent un, deux ou plusieurs moines ! Il n’a donc pas de forme particulière et n’importe quel local peut convenir à des hommes ordinaires qui appliquent seulement l’Évangile au pied de la lettre13.

4Cette institution assez floue et ce vocabulaire indifférencié ont assez rapidement évolué. La peregrinatio s’est limitée en une entrée dans le monde clos du monastère. Aux formes multiples et jaillissantes, parfois délirantes du premier monachisme a succédé la prépondérance du cénobitisme. Celui-ci va être peu à peu régi par des règles et le monachisme régulier va l’emporter partout en Occident au terme d’une histoire assez longue. Cependant l’érémétisme a subsisté de façon très minoritaire et maintenu une tradition anarchisante du monachisme.

  • 14 Ces définitions vagues ont provoqué des discussions sans fin du séminaire de la Topographie chrétie (...)
  • 15 J. Biarne, Cloître, clôture et peregrinatio : la frontière spirituelle du moine dans le monde antiq (...)

5Le vocabulaire s’est également transformé au cours de trois siècles : monachus désignait indistinctement tout moine qu’il soit solitaire ou cénobite, mais des termes spécialisés sont employés comme heremita, solitarius, et monachus a tendance a désigner de plus en plus des cénobites. Monasterium, cella et même leur diminutif monasteriolum ou cellula sont interchangeables14. Mais ils désignent plutôt un cénobium, un édifice ou un ensemble de bâtiments collectifs, les diminutifs désignant plutôt des ermitages. Les édifices sont indifférenciés, avec toutefois l’existence d’un mur qui entoure obligatoirement un espace clos. La porte prend dès lors toute son importance. L’oratoire est le lieu central de tout monastère : l’oratorium est aussi appelé basilica, voire ecclesia, et a tendance à s’agrandir, s’embellir. Les contemporains en parlent car il apparaît souvent au-dessus des murs comme un bel édifice, nouveau dans la ville antique. On sait de plus qu’il est souvent accessible au public, la simple clôture des origines s’étant dédoublée en une clôture externe (qui interdit la sortie des moines sans autorisation) et une clôture interne (qui protège les moines de l’incursion des séculiers à l’intérieur de leur domaine)15.

6En dépit de la médiocre spécificité des bâtiments monastiques, l’enquête peut s’engager dans plusieurs directions : d’abord le nombre des monastères et la place matérielle qu’ils occupent dans la topographie de la ville ; la perception qu’en avaient les contemporains dans un tissu urbain sûrement différent du nôtre ; l’exemple de quelques grands monastères qui ne pouvaient passer inaperçus, enfin les formes parfois spectaculaires que pouvaient prendre certains monastères que nous n’avons pas encore évoqués. Notre étude, centrée essentiellement sur la Gaule, ne prétend pas à l’exhaustivité, mais à réfléchir sur quelques faits, en présenter une interprétation et attirer l’attention sur un sujet qui mériterait des études plus nombreuses.

1 - LES MONASTÈRES ET LEUR PLACE DANS LA VILLE

7Les monastères jouent d’abord un rôle dans la ville par leur nombre et leur disposition dans la topographie urbaine. Peu nombreux au début de la période, ils se développent progressivement surtout à partir du VIe s. L’observateur est frappé par leur inégale répartition. Certaines villes comptent au VIIe s. jusqu’à cinq ou six monastères, alors qu’un grand nombre d’autres n’en ont pas. Une statistique en cours de réalisation pour les villes épiscopales de Gaule jusqu’au milieu du VIIIe s. révèlent que dans le diocèse de Viennoise 35 cités n’ont pas de monastère sur un total de 53. Dans le diocèse des Gaules où la recherche est moins avancée, sur 54 cités, 24 ont déjà révélé qu’elles ne possédaient pas non plus de monastères. Pour prendre un exemple encore plus précis, la Province de Viennoise (la vallée du Rhône de Genève à Marseille) dans le diocèse du même nom, compte 10 cités sur 14 sans monastère ; par contre 3 cités en ont un grand nombre : Marseille pourrait en compter 8, Arles 5, Vienne 8 sûrement et peut-être 13 ! Genève est un cas à part avec deux monastères possibles.

8La même constatation peut être faite ailleurs où l’abondance des édifices monastiques dans certaines villes est surprenante : Bourges avec 8 ou 9, Tours avec 8, Clermont avec 7 ou 8, Le Mans de 6 à 9, Auxerre avec 7, Paris avec 6. Dans cette dernière ville, 6 édifices chrétiens, dont 2 monastères, s’élevaient dans l’île de la Cité ! La présence monastique est impressionnante dans quelques villes peu nombreuses. À Rome où Augustin indiquait l’existence de cenobia dès la fin du IVe s., seulement 5 ou 6 monastères existent sûrement à la fin du Ve et il faudra attendre la fin du VIe pour que cette situation change.

  • 16 J. Hubert, Évolution de la topographie..., p. 545, le signale pour les basiliques funéraires et les(...)

9La position de ces monastères a aussi son importance. Il y a relativement peu de constructions intra-muros, la plupart des monastères sont installés dans le suburbium. Dans un certain nombre de cas ils sont situés à la périphérie de ce suburbium de sorte qu’on a pu penser qu’ils formaient une couronne défensive spirituelle16 Le Mans possède ainsi les monastères Saint-Vincent au Nord (sur la route de Chartres) et Saint-Germain au Nord-Ouest (route de Jublains), celui des Saints-Pierre-et-Paul au Sud-Est (route de Tours) et celui de Saint-Pavin-des-Champs au Sud-Ouest (route d’Angers).

  • 17 Actus Pontificum cenomannis in urbe degentium, éd. Busson et Ledru, AHM 2, Le Mans, 1902, p. 102-14 (...)
  • 18 Appelé par la suite N-D de la Couture.

10Cette disposition peut-elle s’expliquer par le désir de fixer la communauté dans une zone écartée ? On connaît bien la situation du Mans grâce au Testament très détaillé que l’évêque Bertichramnus rédige en mars 61617 Il a fondé une basilique et un monastère des Saints-Pierre-et-Paul18 dans un domaine dont on connaît le nom : la villa Vivereus. La situation de l’abbaye a été déterminée par son patrimoine, non par la recherche d’isolement. On peut supposer que son autre fondation monastique, la basilique et le monastère Saint-Germain, a été réalisée dans des conditions identiques.

  • 19 Actus Pontificum, p. 114 : "...viniolas secus Arenas, juxta quod ipsas maxima ex parte de deserto r (...)
  • 20 Ibidem : "Vineolas, pradela vel terraturium, quod in dextera parte de strada est qui vadit ad Ponti (...)
  • 21 J. Hubert, Évolution de la topographie..., p. 548.

11Le Testament nous informe aussi que le tissu urbain du suburbium n’a rien à voir avec celui d’une ville moderne. Il était beaucoup plus lâche, entrecoupé d’espaces ruraux. Bertichramnus décrit le paysage qui s’étend devant lui face à la cathédrale. Il mentionne les Arenae qui forment une sorte de monticule désert, sur lequel il a récupéré pour la plus grande part quelques parcelles de vigne. Au-delà passe la rue (strada) qui entoure le clos de l’abbaye des Saints-Pierre-et-Paul19 dont le site est appelé plus loin oppidum, c’est en effet le sommet du plateau. Il décrit la rue qui descend au Sud vers Pontlieue, bordée sur le côté droit de vignes, prés et terrains20 J. Hubert, suivant Flodoard, écrit à propos du suburbium de Reims à l’époque mérovingienne qu’il apparaissait comme "un habitat assez épars et d’aspect presque champêtre"21 C’était sans doute le cas de la plupart des villes de l’Antiquité.

  • 22 TCCG, 5, p. 51.

12L’habitat était probablement plus dense dans la zone remparée. On connaît le témoignage d’Ausone pour Bordeaux et on a cru y voir la raison de la faible implantation des monastères intra-muros. Pour prendre quelques exemples en Gaule, Tours sur 8 monastères n’en compte qu’un seul dans la Cité, encore s’agit-il d’une cellula qui ne donna pas naissance à un établissement durable, que Martin installa après son élection surprise sur le siège épiscopal. Au Mans, déjà cité, sur 9 monastères, deux seulement étaient installés intra-muros. L’un était établi dans une tour, nous y reviendrons. L’autre qui n’a pas laissé de traces, avait été fondé par un prêtre et une religieuse (deo devota). Une charte de Théodebert de 596 confirme la donation d’un emplacement pour construire un oratoire Saint-Martin sur une area, terme restrictif désignant une parcelle à bâtir, appartenant aux fondateurs infra murania Cenomannis. Le monastère, peut-être de religieuses, est attesté par la suite (710)22.

  • 23 Résultat d’une enquête que j’ai menée avec M. Gaillard dans le cadre de la Topographie chrétienne d (...)

13Dans ces conditions, Arles avec 3 monastères intra-muros sur 5 paraît comme une exception. Mais Bourges sur 9 établissements monastiques en compte 4 intramuros (dont 3 de femmes, alors que tous les monastères extérieurs sont masculins), et Cahors sur 4 en a 2 intra-muros dont au moins un de femmes. Par contre tous les monastères de Clermont (7 à 8) sont extra-muros, comme les 3 de Limoges. La province d’Aquitaine première est donc assez représentative d’une situation moyenne de la Gaule : sur 8 cités, 6 ont 25 monastères (dont 15 à Bourges et Clermont !). Sur ce chiffre 18 sont dans le suburbium et seulement 7 intra-muros, dont 4 de femmes et l indéterminé. Dans l’ensemble, les monastères sont implantés de préférence dans le suburbium, mais les monastères féminins sont plutôt situés intra-muros23.

  • 24 J. Biarne, Monachisme (Antiquité), Dictionnaire Historique de la Papauté sous la dir. de Ph. Levill (...)
  • 25 Liber Pontificalis, I, 234.
  • 26 Liber Pontificalis, I, 239.
  • 27 Liber Pontificalis, I, 245.

14Les monastères connus en Italie confirmeraient ces indications. À Milan, le premier monastère fondé par Ambroise dans la seconde moitié du IVe s. est dans le suburbium. A Rome, les premiers monastères attestés sont hors les murs24 : in catacumbas, (à Saint-Sébastien ?) par Sixte III (432-440)25 Léon-le-Grand (440-461) construit le monasterium majus dédié à Giovanni-e-Paolo au Vatican26 Il faut attendre le pape Hilaire (461-468) pour avoir une fondation intra-muros, ad Luna, près de Saint-Pierre-ès-Liens27.

  • 28 Cf. J. Hubert ci-dessus.

15L’importance du rôle des monastères dans la transformation de l’espace urbain ne doit pas être exagérée. En dépit de leur présence, ils ne touchent qu’un petit nombre de villes, parmi les principales. Ils sont installés surtout dans le suburbium, en fonction des biens des donateurs, dans des zones d’aspect bocager28 et n’occupent des parcelles importantes qu’à la fin de la période considérée. Aux IVe-Ve s., et même plus tard Intra-muros, les surfaces occupées paraissent minimes. Qu’en est-il des édifices qui apparaissent alors aux yeux des habitants ? On a dit qu’ils n’étaient pas spécifiques, contrairement aux autres constructions chrétiennes dont les principales sont l’ecclesia, souvent double, et le baptistère qui forment avec la maison de l’évêque le groupe épiscopal. On possède tout de même quelques informations, tant par les sources archéologiques que littéraires.

2 - CARACTÉRISTIQUES ARCHITECTURALES

  • 29 Dial. III, 14 : adpseudo forum monasterii.

16La seule spécificité architecturale des monastères ne réside pas dans un édifice à proprement parler, mais dans le mur de clôture de la propriété. Ce mur n’apparaît que négativement dans la description du monastère suburbain de Marmoutier à Tours. Le monasterium episcopi, comme le désigne Sulpice Sévère, est constitué d’un ensemble de cellules groupées autour de celle de Martin, ceinte d’un mur puisqu’il existe une porte dérobée29 et sans doute plusieurs autres. La clôture existait déjà dans le cénobitisme égyptien où la porterie est souvent décrite ; on y accueille les visiteurs, on y reçoit les hôtes, on y fait attendre les postulants.

  • 30 J. Biarne, Cloître, clôture et peregrinatio, o.c.
  • 31 Le cas du reclus Hospitius à Nice : Grégoire de Tours, Hist. VI, 6 et Glor. Conf. 95.
  • 32 RB 66, 6-7 : Monasterium autem, si possit fieri, ita debet constitui ut omnia necessaria, id est aq (...)

17Cette clôture a un côté paradoxal : les auteurs s’intéressent bien davantage au centre du monastère alors que l’enceinte condition fondamentalement de la vie cénobitique est négligée. Les règles monastiques qui apparaissent en Occident à l’extrême fin du IVe s. ou au début du Ve pour se multiplier aux Ve et VIe s. traitent rarement de cette enceinte mais plutôt de la porterie, de l’hôtellerie, du contrôle des sorties des moines et de l’exclusion des étrangers30 Les ermites eux-mêmes veillent dans un cadre urbain à vivre dans une cellula qui assure leur tranquillité dans laquelle on ne pénètre guère31 Au VIe s. les auteurs des Règles cherchent même à éviter complètement les sorties en regroupant à l’intérieur de l’enceinte tous les éléments nécessaires à la vie spirituelle et matérielle des moines. Benoît décrit vers la fin de sa règle, dans le chapitre Des portiers du monastère le cadre qui lui paraît idéal : "Quant au monastère, il doit être si possible, construit de telle façon que tout le nécessaire, c’est-à-dire l’eau, le moulin, le jardin et les divers métiers, s’exerce à l’intérieur du monastère, de sorte que les moines ne soient pas obligés de courir au dehors de tous les côtés, car ce n’est pas bon du tout pour leurs âmes"32.

18On passe ainsi d’une clôture entourant un oratoire et un immeuble où vivent quelques moines à une communauté forcément plus nombreuse où l’on trouve des bâtiments de vie communautaire, un ou plusieurs édifices de culte et des espaces cultivés, des ateliers et des communs, sans oublier les dessertes. Dès lors la surface devient considérable et le mur d’enceinte risque d’avoir un vaste périmètre. La conséquence pour la ville de telles implantations est importante : on devait être proche de ces quartiers actuels de villes provinciales où les rues sont bordées de longs murs aveugles doublés ici ou là de bâtiments à fenêtres élevées, survivance des monastères des XVIIe et XVIIIe s.

  • 33 TCCG, 6, p. 63-64.
  • 34 Vita S. Desiderii (BHL 2143) éd. Krusch, MGH, SRM, 4, p. 547-602, citée d’après Fr. Prévot, TCCG, 6 (...)

19Didier, évêque de Cahors (630-655), construisit un monastère à l’ouest de la ville remparée, dans le suburbium. L’auteur de sa Vie a donné une description relativement précise du monas-tère Saint-Amans devenu par la suite Saint-Didier33 Il indique d’abord le lieu et les conditions de la fondation, puis il décrit les bâtiments : "[Didier] a élevé l’enceinte de son monastère d’une majesté exemplaire par l’ampleur des très grands bâtiments et l’admirable élévation des basiliques ainsi que par la beauté de l’arrondi des voûtes, presque exceptionnelle et d’une facture originale. Enfin, là, il construisit la basilique principale en empruntant la manière des Anciens avec des pierres de taille, travaillées à la doloire, non comme nous à la manière gauloise. Mais de même que la structure des murs antiques est habituellement dressée en grand appareil, de même il réalisa son œuvre, des fondations au faîte, en pierres de taille et, en y ajoutant des portiques jumeaux, il la rendit semblable à l’œuvre la plus achevée"34.

20Cette description entraîne deux remarques : l’auteur de la Vie écrite sans doute un siècle après la mort de Didier connaît le monastère de l’extérieur et paraît décrire ce que les passants pouvaient voir derrière le mur d’enceinte : des bâtiments d’habitation et surtout les basiliques voûtées. Parmi celles-ci il s’attache à la principale qui était ouverte au public et dont on pouvait admirer la qualité architecturale. Elle était sans doute bordée d’annexes latérales, les portiques jumeaux (l’évêque était d’ailleurs enterré, dans celui de droite). Il est vraisemblable que beaucoup de Romains de l’Antiquité tardive ont dû avoir cette vision des monastères : un grand mur entourant des immeubles, peut-être d’un ou deux étages, et surtout un ou plusieurs édifices de culte, à la construction soignée, voûtée, dont on voyait les toitures et les absides. De l’organisation in-térieure on ne savait pas grand chose. D’ailleurs y avait-il des formes particulières ? Avant le plan de Saint-Gall du IXe s., on ne connaît aucune organisation interne spécifique de monastère.

  • 35 TCCG, 8, p. 62-63.

21Peut-être à cause de leur importance et de leurs qualités esthétiques, on a eu tendance à multiplier les lieux de prière. À Auxerre, l’évêque Palladius construisit en 634/637 un monastère pour des moniales, dans le suburbium de la ville35 11 comprenait trois basiliques et deux oratoires ! Les Gesta d’Auxerre ajoutent qu’il éleva de très grands bâtiments pour ce monastère et qu’il l’entoura complètement d’un mur : Nam et id monasterium maximis edificiis extulit ac muro undique circumcinxit. Nous retrouvons la même image que celle donnée par le monastère Saint-Amans, à la même époque.

  • 36 Br. Boissavit-Camus et al., Saint-Cybard : de l’abbaye au CNBDI, histoire d’un site, Angoulême, 199 (...)
  • 37 Historiae II, 37 ; IV, 50 ; V, 36 ; VI, 8.
  • 38 TCCG, 10, p. 51.
  • 39 Cf. Br.Boissavit-Camus, Saint-Cybard..., plan p. 20.

22Une fouille récente effectuée à Angoulême36 a permis de retrouver les restes d’une installation monastique du VIe ou début VIIe s., celle de saint Cybard, le monasterium sancti Eparchii. Eparchius est un ermite, mort vers 581, connu par Grégoire de Tours37 Il avait rassemblé autour de lui quelques moines dans une cellula dont il était l’abbé. Sur un terrain assez fortement dénivelé, en-dessous du rempart nord de la ville, les moines avaient aménagé du Sud au Nord trois terrasses successives relativement étroites. Sur chacune, ils avaient construit une pièce d’environ 5x5m formant ensemble un bâtiment rectangulaire, allongé selon la pente. Un chemin, ou un corridor bordait la façade est de cet édifice qui ouvrait, semble-t-il, sur une cour intérieure à l’ouest38 Des départs de murs de ce bâtiment vers l’emplacement, à l’ouest, de l’abbatiale romane semblent indiquer que celle-ci a succédé à une basilique mérovingienne qui faisait partie de cet aménagement. Mentionnée dans la Vita Eparchii, on n’en a pas retrouvé trace. D’autres locaux ont été mis au jour plus bas. Cette fouille montre les vestiges, dans une zone proche de la ville close, de bâtiments monastiques, de leur organisation par rapport au lieu de culte. Ici, malheureusement, l’enceinte du monastère a disparu sans laisser de traces39.

  • 40 TCCG, 8, p.l 14-115.

23À Paris, Eloi édifia un monastère avec une basilique élevée en l’honneur de saint Martial de Limoges, dans l’île de la Cité40 Il y logea les religieuses dans une maison préexistante, domum suam, qu’il avait reçue en cadeau du roi. Il recruta près de trois cents moniales aussi bien parmi les aristocrates de la cour que parmi ses propres esclaves. Devant les agrandissements nécessaires, il obtint du roi une parcelle complémentaire appartenant au fisc (area quoedam fiscalis). Il fit construire un logis, oedificandum domicilium, sans qu’on sache comment interpréter le terme domicilium (individuel ou collectif ?). Il édifia en outre une église funéraire Saint-Paul, sur la rive droite, pour les moniales.

  • 41 Actus Pontificum, o.c. p. 127, cf. TCCG, 5, p. 55.

24Au Mans, dans le suburbium, un passage du Testament de l’évêque Bertichramnus (616) révèle que cet évêque a élevé une basilique pour son patron, Germain évêque de Paris, qui l’a élevé et a veillé sur lui. Il a construit également des maisons (casœ) et institué des moines pour le service de la basilique (officium et servitium)41.

25Ces quelques témoignages, peu nombreux, montrent que les formes architecturales n’apparaissent vraiment qu’à la fin de la période considérée, au VIIe s. Elles concernent essentiellement les édifices de culte qui n’ont, en eux-mêmes, aucune spécificité. Reste la clôture qui est donc bien la marque du monachisme. On commence peut-être à mettre en place une organisation interne qui n’a cependant rien de systématique, ce que confirme l’examen de quelques grands monastères.

3 - LES GRANDS MONASTÈRES

26Le monastère de Sainte-Croix de Poitiers, fondé par Radegonde en 552, est bien connu par les descriptions qu’en ont faites Grégoire de Tours, Fortunat et la moniale Baudonivie. A la mort de la fondatrice, en 587, il comptait 200 religieuses. Cet important établissement était situé intra-muros, appuyé sur le rempart de la ville dont il utilise les tours. Lors des funérailles de Radegonde, les moniales montent sur le chemin de ronde pour suivre des yeux le cortège qui longe la ville à l’extérieur, tandis que d’autres se tiennent aux fenêtres des tours en chantant des cantiques. La Règle de Césaire a instauré une clôture absolue qui interdit aux religieuses de sortir du monastère : la muraille faisait partie de la clôture du monastère.

  • 42 Grégoire de Tours, Historioe, X, 15, éd. B. Krusch et W. Levison, MGH, SRM 1,1, Hanovre, 1951, réim (...)
  • 43 Ibid., X, 16, p. 507 :... accensis in curie cupis, vectibus ac securibus confractis postitiis, igno (...)

27Une révolte se produisit quelques années plus tard : Grégoire décrit des hommes en armes qui pénètrent dans le monastère la nuit et se perdent dans l’obscurité vagarentur per monasterium ! Ils trouvent finalement l’oratoire grâce à la lumière d’un cierge42 Le jugement final les montre envahissant progressivement le monastère : "…les tonneaux incendiés dans les communs, les portes enfoncées avec des barres et des haches, l’incendie allumé, les moniales frappées à l’intérieur de la clôture et blessées jusque dans leurs oratoires, le monastère pillé..."43 On constate que le monastère est vaste, comporte toute une partie de locaux de services hors de la clôture interne. Celle-ci est matérialisée par des portes solides fermées la nuit. Les religieuses disposaient peut-être d’oratoires privés, ce qui entraînerait l’existence de cellules personnelles alors que la Règle de Césaire pour les Vierges, en usage à Sainte-Croix, les interdit formellement (RCV 9 et RCV 51), mais peut-être s’agit-il seulement d’autres oratoires que l’oratoire principal. Toutefois aucun dortoir n’est mentionné. Radegonde avait sa cellule avec un oratoire ; devant, elle avait planté un laurier. Des recluses avaient également une cellule propre. Le monastère possédait des toilettes et des bains. Les communs occupent une place considérable avec des cours et des bâtiments de service, un puits et les cuisines (TCCG, 10, p.84). Ainsi coincé entre l’enceinte romaine de Poitiers et son mur d’enceinte propre, le monastère, en dépit de la surface importante qu’il devait couvrir, ne jouait peut-être pas un grand rôle dans le paysage urbain, sauf peut-être par les deux oratoires plus importants qui s’élevaient à l’intérieur, l’un sous le titre de sainte Barbe et un second dédié à la Sainte Croix après la réception des reliques en 569.

  • 44 Les incertitudes concernant la date de la mort de Césaire fournissent une fourchette de quatre ans (...)
  • 45 TCCG, 3, p. 81.
  • 46 M. Heijmans, La topographie de la ville d’Arles durant l’Antiquité tardive, JRS, 12, 1999, p. 163-1 (...)

28Le monastère Saint-Jean d’Arles est fondé par Césaire et inauguré vraisemblablement le 26 août 51244 Il était installé dans un angle de l’enceinte tardive, où se trouve l’actuelle tour des Mourgues (c’est-à-dire des religieuses), qu’il réutilisait ainsi qu’un ancien baptistère et une basilique, vraisemblablement l’ancien groupe épiscopal, transféré, peut-être depuis le Ve s., au centre de la ville45 On a découvert dans ce secteur un édifice datable du VIe s. dont il reste une abside polygonale et un mur du bas-côté sud sur une longueur de 20 m. L’édifice aurait eu une largeur de 10 m46.

  • 47 Vita Cesarii, 11, 47, éd. B. Krusch, MGH, SRM 3, Hanovre, 1896, réimp. 1995, p. 500.
  • 48 M. Heijmans, ibid. Peut-être le site de Saint-Césaire-le-Vieux ?

29D’après la règle de Césaire, les moniales n’avaient pas accès à la basilique où se trouvait la porte du monastère. Pour protéger les sœurs de l’extérieur, il avait aussi fait murer une porte qui se trouvait dans la tour et existe toujours. Plusieurs lieux de culte sont mentionnés, mais difficiles à identifier. Le monastère était aussi important que celui de Poitiers, puisqu’à la mort de Césaire, il comptait plus de deux cents moniales47 On ignore malheureusement les limites et l’espace occupé par ce monastère. Césaire décrit une basilique funéraire appelée Sainte-Marie, où il a fait préparer les tombes pour les religieuses et lui-même, sur la position de laquelle on discute. P.-A. Février pensait qu’il s’agissait de la basilique du monastère, M. Heijmans suppose qu’elle est extérieure à la ville, comme à Poitiers48.

30Les édifices de cette importance sont tout de même rares à la fin du VIe s. On remarque que les deux exemples cités sont installés le long des remparts qu’ils utilisent. En dépit de leur importance, ils n’ont pas de caractéristiques particulières, hormis la clôture particulièrement stricte à Saint-Jean d’Arles. Leur masse ne pouvait pas passer inaperçue !

4 - LES ÉDIFICES MONASTIQUES EXCEPTIONNELS

  • 49 A. Mandouze, S. Augustin, l’aventure de la raison et de la grâce, Paris, 1968, p. 213.
  • 50 Possidius, Vita, 5.

31À côté des monastères dont nous avons parlé, certaines formes un peu surprenantes ont existé que nous voudrions rappeler. La plus ancienne et la plus connue est le jardin du presbyterium d’Hippone. Augustin raconte qu’à son retour en Afrique après avoir été ordonné prêtre, il avait voulu continuer à mener la vie monastique. Son désir avait été compris du vieil évêque Valerianus, à qui il devait succéder, qui lui donna un jardin pour y instituer un monasterium49 ! "Je cherchais où je pourrais établir un monastère pour y vivre avec mes frères"50 Des formes de ce monastère nous ne savons rien de plus sinon qu’elle était dans l’enceinte de l’église.

  • 51 TCCG, 3, p.81.
  • 52 Ch. Bonnet, Les fouilles de l’ancien groupe épiscopal de Genève (1976-1993), Cahiers d’archéologie (...)
  • 53 Grégoire de Tours, Historiœ, IX, 33 et X, 12 ; TCCG, 5, p. 34.

32Une autre forme surprenante est le monastère annexé à l’ecclesia ou à une basilique. La Vie et le Testament de Césaire indiquent l’existence de cellae à l’entrée à droite dans l’atrium de l’ecclesia d’Arles, ainsi que d’autres à l’étage. Les clercs y menaient une vie commune protégée par une clôture interne. On trouve là un monastère de clercs qui remonte, à l’évêque Hilaire au Ve s.51 À Genève, les fouilles de la cathédrale ont révélé sur le côté nord de l’ecclesia du IVe s. cinq cellules chauffées qui ressemblent à la description de l’atrium de la cathédrale d’Arles. Il est impossible de savoir s’il s’agit là des vestiges d’un groupement de clercs qui menaient la vie communautaire ou si ces pièces étaient seulement destinées au personnel de service de la cathédrale52. À Tours l’immense atrium de la basilique construit sur la tombe de saint Martin abrite entre autres un petit monastère de femmes fondé par Ingitrudis53.

33Les ermites urbains pouvaient profiter de la zone périphérique du suburbium : à Trèves, Augustin raconte dans un passage célèbre des Confessions que des fonctionnaires impériaux ont découvert des cabanes d’ermites dans un parc, sorte de réserve de chasse à la sortie de la ville. Les ermitages pouvaient avoir toutes les formes.

  • 54 J. Biarne, L’espace du monachisme gaulois au temps de Grégoire de Tours, Grégoire de Tours et l’esp (...)

34Parfois la vie érémétique se manifeste en ville face à l’ecclesia. C’est le cas à Chinon où un prêtre breton, Jean, s’est installé en plein centre de cette agglomération secondaire au VIe s. D’après Grégoire de Tours, il avait construit un petit oratoire avec une cellule. Il y avait un verger attenant où l’ermite travaillait et venait lire et écrire à l’ombre d’un laurier54.

  • 55 TCCG, 1, p. 46-47.
  • 56 TCCG 1, p. 25-26.

35Il faut signaler la réutilisation d’édifices antiques pour installer soit le monastère lui-même, soit pour aménager un lieu de culte, basilique ou oratoire. Le cas le plus connu est sans doute celui de Saint-Pierre-aux-Nonains de Metz où l’église du monastère, Saint-Pierre, fut installée dans une basilique civile du Bas-Empire qui existe encore. La fondation remonte à la fin du VIe ou début du VIIe s., mais on ne sait rien des autres bâtiments monastiques55 De même à Trèves, le monastère SainteIrmina a été fondé probablement au milieu du VIIe s., dans les horrea de l’Antiquité tardive (d’où son nom moderne d’Oeren)56.

  • 57 Grégoire de Tours, Historiœ, V, 7.
  • 58 J. Biarne, L’espace du monachisme gaulois..., p. 124.

36Un cas semblable est rapporté par Grégoire de Tours : le prêtre Sénoch avait construit un petit monastère en utilisant des murs anciens et restauré un oratoire démoli depuis longtemps : In cellulam quant ipse inter pat ientes antiquos composuerat, se removit, collectisque monachis, oratorium, quod multo tempore dirutum fuerat, reparavit57 Il avait au début trois moines avec lui, pour lesquels il construit des habitationes, tandis que lui-même s’isole dans une cellule. Grégoire ne précise pas le lieu de cette fondation du territoire de la cité de Tours, qui n’est probablement pas urbain58 Il est vraisemblable que des monastères urbains ont profité de constructions antérieures, en ruine ou non. Les cas particuliers que nous allons étudier maintenant en sont d’autres exemples.

  • 59 TCCG, 5, p.52.

37Un cas spectaculaire est celui du monastère installé dans la tour d’une enceinte tardive. Au Mans, plusieurs textes indiquent qu’une chapelle et un monastère, sous le patronage de saint Aubin était situés dans une tour "à la porte de la cité et à la sortie de l’église cathédrale", c’est-à-dire sur le côté nord de l’enceinte où les vestiges de plusieurs tours subsistent59 On connaît une situation analogue à Torba en Lombardie, mais dans une zone rurale. Une tour de la fin du VIe s., début du VIIe s. a abrité un petit monastère qui paraît remonter au VIIIe s. après l’abandon de la forteresse. La tour carrée offre une surface plus importante que celle du Mans avec des dimensions intérieures un peu supérieures à 6 mètres et une surface globale d’environ 39 m2. Le monastère occupait trois niveaux : les religieuses utilisaient le niveau inférieur comme cuisine et réfectoire, le niveau supérieur comme dortoir. Des fresques subsistent au niveau intermédiaire et prouvent que la chapelle l’occupait. Le monastère n’est cité pour la première fois qu’au XIe s., mais les fresques sont datées du VIIIe s.. De cette époque date l’église voisine de Santa-Maria qui montre que la tour n’était qu’une partie du monastère et avait probablement une fonction de refuge. Ce monastère tardif permet de comprendre le fonctionnement de Saint-Aubin du Mans. Les moines pouvaient occuper des locaux variés. On peut se demander si le monastère Saint-Jean de Laon qui est à cheval sur le rempart n’était pas dans le même cas. À quelque distance de Nice, le célèbre reclus Hospitius était installé dans une tour d’où il dirigeait un monastère.

  • 60 J.-Fr. Reynaud et al., Mémoire de pierres, Abbaye de L’Ile-Barbe, Lyon, 1995.
  • 61 TCCG, 4, p. 28.
  • 62 TCCG, 3, p. 84.

38Les îles suburbaines ont aussi attiré l’installation de monastères. À Lyon, un monastère célèbre était installé dans l’Ile-Barbe60 insula Barbara, sur la Saône, en amont du confluent61 La même situation se retrouve en Arles avec la mention d’un monastère, in suburbana insula cenobium, dans une île du Rhône en aval d’Arles, où séjourna Césaire avant de devenir évêque62 Nous n’avons aucune idée des formes de ces monastères.

39Il ne faut pas se tromper, il est vraisemblable que les monastères n’ont pas eu un rôle très important dans le paysage urbain. D’abord parce que le monachisme est né tardivement et qu’il s’est répandu plutôt à la fin de la période considérée, ensuite parce que l’architecture monastique n’a rien de spécial, sinon l’existence de longs murs aveugles et l’impression étrange qu’ils créent : ils donnent à un quartier un aspect calme, silencieux, un peu mort, alors qu’ils recèlent des hommes et une vie active, mais cachée. Enfin parce qu’ils ont été inégalement répartis, absents de nombreuses villes, avec une tendance à être rejetés dans le suburbium, souvent à la périphérie de celui-ci. Il est étonnant de penser que la plus grande ville de l’empire, Rome, où le christianisme apparaît si tôt, a dû attendre l’arrivée d’un moine, Grégoire le Grand, sur le siège pontifical, pour dépasser cinq ou six fondations et posséder enfin de nombreux monastères. L’installation du groupe épiscopal a modifié beaucoup plus profondément le paysage urbain parce qu’il possédait une organisation et une architecture tout à fait originale.

40Cependant, par l’occupation du terrain, l’importance de certains établissements, la concentration dans certaines villes, le monachisme a joué un rôle dans la christianisation de l’espace urbain. Ce rôle a été mis en valeur par de grands établissements, par des fondations exceptionnelles et surprenantes qui faisaient partie de la vie quotidienne : monastères dans des ruines, cabanes d’ermites ou reclusoirs, cellula dans une tour ou dans une île, dans l’atrium d’une ecclesia ou d’une basilique.

  • 63 J. Hubert, o.c.

41On a parfois opposé la ville fortifiée du Bas-Empire à la ville sainte mérovingienne63 Je préférerais pour mon compte une opposition entre la ville ouverte du Haut-Empire et la ville fortifiée de l’Antiquité Tardive. Là est la vraie rupture. La christianisation de cette ville nouvelle n’a fait qu’entériner le maintien de la vie et de la civilisation dans un cadre nouveau comme la christianisation de l’Empire n’a fait que donner des couleurs particulières à une organisation mise en place et portée à son achèvement par Dioclétien. Dans ce concert le monachisme a tenu sa partie, modeste, éloignée de tout triomphalisme.

Notes

2 J. Hubert, Évolution de la topographie et de l’aspect des villes de Gaule du Ve au Xe siècle, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, VI, La Città nell’alto medioevo, 10-16 avril 1958, Spoleto, 1959, p. 529-558 et discussion p. 591-602.

3 Ibidem, p. 533, p. 537.

4 Cité ou citadelle ? Les enceintes romaines du Bas-Empire d’après l’exemple de Paris, REA, 53, p. 306-310.

5 La topographie religieuse d’Arles au VIe siècle, Cahiers archéologiques, II, 1947, p. 17-27.

6 Aux origines de quelques villes médiévales du Midi de la Gaule, Riv. di stud. lig., 49, 1983, p. 317-323.

7 Topographie monastique d’Arles au VIe siècle, Études mérovingiennes, Paris, 1953, p. 13-17.

8 La topographie de la ville d’Arles durant l’Antiquité tardive, JRS, 12, 1999, p. 143-167.

9 Topographie chrétienne des Cités de la Gaule, éditée par N. Gauthier et J.-Ch. Picard, 12 fasc. parus, citée désormais TCCG.

10 P.-A. Février, La ville et le "désert" (à propos de la vie religieuse aux IVe et Ve siècles), Les Mystiques du désert dans l’Islam, le Judaïsme et le Christianisme, Sénanque, 1975, p. 39-61.

11 Fr. Morard, Monachos, moine. Histoire du terme grec jusqu’au IVe siècle, Fribourg, 1974, et A. Guillaumont, Aux origines du monachisme chrétien, Sp.Or. 30, Bellefontaine, 1979.

12 Mt. 18,21

13 J. Biarne, Les Origines du Monachisme en Occident (IVe-VIe siècles), 3 volumes ronéotés, thèse de Doctorat d’État, Paris, 1990.

14 Ces définitions vagues ont provoqué des discussions sans fin du séminaire de la Topographie chrétienne dont cet article voudrait se faire l’écho !

15 J. Biarne, Cloître, clôture et peregrinatio : la frontière spirituelle du moine dans le monde antique d’Occident, Frontières terrestres, Frontières célestes dans l’Antiquité, Centre de recherches sur les problèmes de la frontière, Perpignan, 1995, p. 389-407.

16 J. Hubert, Évolution de la topographie..., p. 545, le signale pour les basiliques funéraires et les xenodochia, mais ne mentionne pas les monastères.

17 Actus Pontificum cenomannis in urbe degentium, éd. Busson et Ledru, AHM 2, Le Mans, 1902, p. 102-141.

18 Appelé par la suite N-D de la Couture.

19 Actus Pontificum, p. 114 : "...viniolas secus Arenas, juxta quod ipsas maxima ex parte de deserto recuperavi vel adunavi, de ipsa Arena usque ad strada, quod clausura ipsa circumcingit...."

20 Ibidem : "Vineolas, pradela vel terraturium, quod in dextera parte de strada est qui vadit ad Pontileugua....."

21 J. Hubert, Évolution de la topographie..., p. 548.

22 TCCG, 5, p. 51.

23 Résultat d’une enquête que j’ai menée avec M. Gaillard dans le cadre de la Topographie chrétienne de cités de la Gaule pour la publication d’un ouvrage de synthèse.

24 J. Biarne, Monachisme (Antiquité), Dictionnaire Historique de la Papauté sous la dir. de Ph. Levillain, Paris, 1994, p. 1128-1131.

25 Liber Pontificalis, I, 234.

26 Liber Pontificalis, I, 239.

27 Liber Pontificalis, I, 245.

28 Cf. J. Hubert ci-dessus.

29 Dial. III, 14 : adpseudo forum monasterii.

30 J. Biarne, Cloître, clôture et peregrinatio, o.c.

31 Le cas du reclus Hospitius à Nice : Grégoire de Tours, Hist. VI, 6 et Glor. Conf. 95.

32 RB 66, 6-7 : Monasterium autem, si possit fieri, ita debet constitui ut omnia necessaria, id est aqua, molendinum, hortum, uel artes diuersas intra monasterium exerceantur, ut non sit necessitas monachis uagandi foris, quia omnino non expedit animabus eorum. Une variante du texte ajoute le pistrinum, la boulangerie. Ed. A. de Vogué et J. Neufville, SC 181-182, Paris 1972, p. 660. Je cite cette traduction.

33 TCCG, 6, p. 63-64.

34 Vita S. Desiderii (BHL 2143) éd. Krusch, MGH, SRM, 4, p. 547-602, citée d’après Fr. Prévot, TCCG, 6, p. 64 : Sui monasterii septa proerogativa quadam dignitate in sublimium domorum amplitudine et basilicarum miranda altitudine ac volucionum ambienda pulchritudine insigni pene ac singulari fabrica sustulerit. Denique prima inibi basilicam more antiquorum proeripiens quadris ac dedolatis lapidibus oedificavit non quidem nostro gallicoque more, sed sicut antiquorum mororum ambitus magnis quadris extrui solet, ita a fundamentis ad summa usque fastigia quadris lapidibus opus explevit cui geminos summo porticus adiciens opere adsimilavit.

35 TCCG, 8, p. 62-63.

36 Br. Boissavit-Camus et al., Saint-Cybard : de l’abbaye au CNBDI, histoire d’un site, Angoulême, 1991.

37 Historiae II, 37 ; IV, 50 ; V, 36 ; VI, 8.

38 TCCG, 10, p. 51.

39 Cf. Br.Boissavit-Camus, Saint-Cybard..., plan p. 20.

40 TCCG, 8, p.l 14-115.

41 Actus Pontificum, o.c. p. 127, cf. TCCG, 5, p. 55.

42 Grégoire de Tours, Historioe, X, 15, éd. B. Krusch et W. Levison, MGH, SRM 1,1, Hanovre, 1951, réimp. 1993, p. 501.

43 Ibid., X, 16, p. 507 :... accensis in curie cupis, vectibus ac securibus confractis postitiis, igno accenso, intra septa coesis et vulneratis monachabus in ipsis oraturiis, spoliato monasterio...

44 Les incertitudes concernant la date de la mort de Césaire fournissent une fourchette de quatre ans qui se reporte sur la date de sa fondation 30 ans et un jour auparavant, soit 509-513. Le 26 août 512 est la seule date qui tombe un dimanche.

45 TCCG, 3, p. 81.

46 M. Heijmans, La topographie de la ville d’Arles durant l’Antiquité tardive, JRS, 12, 1999, p. 163-164 et plan.

47 Vita Cesarii, 11, 47, éd. B. Krusch, MGH, SRM 3, Hanovre, 1896, réimp. 1995, p. 500.

48 M. Heijmans, ibid. Peut-être le site de Saint-Césaire-le-Vieux ?

49 A. Mandouze, S. Augustin, l’aventure de la raison et de la grâce, Paris, 1968, p. 213.

50 Possidius, Vita, 5.

51 TCCG, 3, p.81.

52 Ch. Bonnet, Les fouilles de l’ancien groupe épiscopal de Genève (1976-1993), Cahiers d’archéologie genevoise, 1, p. 22-25.

53 Grégoire de Tours, Historiœ, IX, 33 et X, 12 ; TCCG, 5, p. 34.

54 J. Biarne, L’espace du monachisme gaulois au temps de Grégoire de Tours, Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Actes du Congrès international, Tours, 3-5 novembre 1994. Textes réunis par N. Gauthier et H. Galinié, 13e supplément à la Revue Archéologique, p. 128.

55 TCCG, 1, p. 46-47.

56 TCCG 1, p. 25-26.

57 Grégoire de Tours, Historiœ, V, 7.

58 J. Biarne, L’espace du monachisme gaulois..., p. 124.

59 TCCG, 5, p.52.

60 J.-Fr. Reynaud et al., Mémoire de pierres, Abbaye de L’Ile-Barbe, Lyon, 1995.

61 TCCG, 4, p. 28.

62 TCCG, 3, p. 84.

63 J. Hubert, o.c.

Auteur

Professeur émérite, Université du Maine

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540