Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

Les cités de Chartres et d'Orléans au Bas-Empire : et les campagnes ?

Alain Ferdière

Texte intégral

1On pourra juger incongru de parler des campagnes dans un recueil concernant "la Naissance de la Ville chrétienne", mais, en dehors du réel plaisir que j’ai à contribuer à cet hommage à Nancy Gauthier, je pense vraiment - et ce n’est pas particulièrement original ! - que, pour l’Antiquité et y compris l’Antiquité Tardive, villes et campagnes constituent un tout indissociable, entretenant des rapports dialectiques étroits. J’aurais pu jouer sur le double sens du mot "cité", mais l’une et l’autre sont bien, culturellement, socialement, économiquement, et donc au plan politique et religieux, interdépendantes.

2On considère traditionnellement que les campagnes accusent, en matière de "christianisation", un retard par rapport aux villes : qu’en est-il des cités des Carnutes et des Aureliani ?

3Sans doute à la toute fin du IIIe s. (réformes de Dioclétien’ ?), la cité des Carnutes, avec sa capitale à Chartres-Autricum, est amputée, au sud-est, d’un vaste territoire, alors affecté à la nouvelle civitas des Aureliani, prenant pour capitale Orléans-Cenabum. Cette décision administrative ne fait apparemment qu’entériner un état de fait déjà ancien, celui de l’importance croissante d’Orléans, au plan notamment économique (emporion déjà chez Strabon), au détriment de la capitale primitive (Ferdière 1978 : 471 ; Debal 1983 : 147 sq.).

  • 2 On se fonde ici – bien entendu en partie à tort – sur les limites des diocèses du Haut Moyen Âge t (...)

4Cette coupure (Fig. 1) eut entre autres pour conséquence de couper en deux le "grenier" de ce territoire, la Beauce, par une ligne transversale passant par l’important carrefour d’Allaines et suivant en gros l’actuelle limite nord-ouest du département du Loiret pour rejoindre le Cher vers Thésée2 Au Bas-Empire, les agglomérations secondaires et stations routières des deux axes voyers qui joignaient Chartres à Orléans à travers ce plateau beauceron semblent péricliter (Ferdière 1976 : 222 ; 1978 : 469-470 ; 1983 : II, p. 47 ; IV, p. 77 ; voir par ex. tout récemment : Selles 1999 : 34 et 62), alors que, sur d’autres axes routiers, de tels sites se maintiennent bien aux IVe-Ve s. (cf. par ex., récemment, Mérouville "Sampuy" – Jalmain 1999 : 73 ; cf. Ferdière 1983 : IV, p. 77 – ou Pithiviers-le-Vieil – Cribellier 1993 : 80 ; 1999 : 210). La seule agglomération secondaire (ou simple station routière) qui semble subsister sur l’un de ces deux axes est celle d’Artenay "Auvilliers" (Ferdière 1978 : 470, 584 ; 1983 : IV, p.77). Ce n’est donc sans doute pas un hasard si aucun de ces deux itinéraires Chartres-Orléans ne sont mentionnés dans les documents tardifs que sont l’Itinéraire d’Antonin d’une part, et la Carte de Peutinger de l’autre : cet axe devient alors secondaire, au plan commercial comme administratif, et la coupure en deux de la civitas primitive est bien réelle, consacrée par la décision politique du IIIe s.

5Le déclin de Chartres-Autricum est matérialisé au Bas-Empire par la probable absence d’enceinte, de castrum (Carré 1983 : 43-44 ; Brunet et al. 1982 : 436 ; Delaplace, Picard, 1992 : 38 ; Ollagnier, Joly 1994 : 162 sq. ; confirmé par les fouilles plus récentes), alors que sa rivale, Orléans-Cenabum, en est dotée, sans doute au IVe s. (Debal 1983 : 144-147 ; Picard 1992 : 86-87 ; cf. récemment : l’Enceinte... 1994 : 81-89, pour la datation).

6Et le décalage chronologique important qui existe entre les mentions des premières communautés chrétiennes et premiers évêques pour ces deux villes (Delaplace, Picard 1992 : 38 ; Picard 1992 : 88 ; Ferdière, Prévot, 1996) n’est sans doute pas non plus un simple hasard dû aux lacunes des sources : 346 pour Diclopetus d’Orléans, et seulement 511 pour Adventinus de Chartres, même si on peut penser que ce dernier a pu avoir ici des prédécesseurs...

7Quelle mutation observe-t-on ici, parallèlement, dans le monde rural ? Aucun élément ou presque ne nous est fourni par les textes, et seule l’archéologie peut nous informer en la matière. Ceci n’est pas sans poser des problèmes, notamment d’ordre chronologique, tant on a par exemple de difficulté à disposer d’éléments de datation fiable (autant pour la céramique que pour les monnaies) pour le IIIe s. : plus que cette évolution, ces mutations plus ou moins amples et rapides, notamment au cours de ce dernier siècle, ce sont deux états que l’on observe, et leurs différences, entre la période de la "Paix Romaine" (IIe s.) et le plein Bas-Empire (IVe s.).

8En ce qui concerne l’occupation du sol, la Beauce, qui constitue donc l’essentiel de l’aire géographique séparant Chartres d’Orléans, a fait l’objet d’un certain nombre de recherches, dont les nôtres (Ferdière 1978 ; 1983).

9Toutefois, l’aire que nous avons étudiée à partir de 1972, autour des fouilles de Dambron (Eure-et-Loir) est presque exclusivement dans le territoire de la civitas Aurelianorum, au sud-est de la nouvelle frontière (selon les limites des diocèses médiévaux) et du carrefour d’Allaines (Ferdière 1978 : 31 sq. ; Pl. XXV, Fig. 36 ; 1983 : IV, Fig. 30).

10Il en est de même du petit secteur (commune du Lion-en-Beauce) où nous avons réalisé en 1976 une prospection systématique (Ferdière, Fourteau 1979 ; Ferdière 1982a).

11Sur les quelques 30 000 ha concernés par le rayon de 10 km étudié autour de Dambron, 143 sites gallo-romains ont été recensés, dont seulement 79 avec suffisamment de mobilier pour proposer une fourchette d’occupation : 41 ont fourni des éléments du Bas-Empire (céramique d’Argonne, de Jaulges-Villiers-Vineux, monnaies...), soit plus d’un sur deux, dont 17 perdureront d’ailleurs au Bas-Empire (op. cit. et Ferdière 1998b : 208) ; à Lion-en-Beauce, sur seulement 700 ha, ce sont 24 sites antiques qui ont été enregistrés en prospection de surface : sur les 13 datables, 5, soit plus du tiers, subsistaient au Bas-Empire, sous une forme ou sous une autre (ibid. ; Ferdière 1998b : 208).

12Notons qu’il n’est pas bien sûr possible de savoir, par les seules données de la prospection au sol et en l’absence de fouille, quel est le type d’occupation : reconstruction, continuité, ou simple "squat".

13Quant à la "coupure" des deux cités, tout au plus peut-on observer ici (cf. carte : par ex. Ferdière 1998 : Fig. 1) que les sites qui subsistent dans l’aire autour de Dambron sont assez majoritairement dans la moitié sud du cercle étudié, et même dans sa partie sud-est, c’est-à-dire sensiblement à l’écart de cette frontière, du côté orléanais.

14Mais nous ne pouvons donc malheureusement comparer, en l’état actuel de nos connaissances, avec un secteur de Beauce qui soit nettement inclus dans la cité des Carnutes, réduite, du Bas-Empire. On devra se contenter ici de noter, sans qu’on puisse le chiffrer de manière comparable, que les sites ruraux dont l’occupation se poursuit au Bas-Empire n’y sont quand même pas absents ni même rares (Ollagnier, Joly 1994 : 53, etc. ; cf. par ex. Jalmain, Hofmann 1972 : 2 sur 4 sites).

15On peut par exemple citer, au titre des fouilles récentes, la villa de Coltainville (Sellès 1991), occupée du Ier au IVe s., et surtout, bien que plus marginale par rapport à la Beauce (vallée du Loir), la célèbre villa de Marboué "Mienne", occupée jusqu’au Haut Moyen Âge (Blanchard-Lemée 1981), sans parler de celle de Loché, près de Chartres (ci-dessous).

16On l’a dit, il est la plupart du temps très difficile de déterminer le caractère et l’importance de l’occupation de ces sites ruraux au Bas-Empire, en l’absence de fouilles étendues. C’est pourquoi un site tel que Dambron (Eure-et-Loir) (Ferdière 1983) mérite qu’on s’y arrête, à quelques kilomètres au sud-est de la limite des deux cités, et tout proche (500 mètres) de la voie romaine d’Orléans-Chartres par Allaines. Son occupation au IVe s. est importante (op. cit. : I, p.47 ; III ; IV ; VI) ; elle semble s’installer dans des ruines de l’état du Haut-Empire, et l’abandon, alors, du site routier tout proche semble attesté (op. cit. : II, p. 47 ; IV, p. 77). Au milieu du IVe s. (335-355) (op. cit. : III, p. 39), le comblement d’un fond de cabane atteste son établissement au plus tard dans la première partie du siècle. Ce genre de construction en matériau léger, excavé, réapparaît en Gaule au plus tôt à la fin du IVe s. (Van Ossel 1992 : 127 ; 1997 : 84-86 ; cf. aussi Chapelot 1980), mais l’exemple de Dambron est atypique : doublement des poteaux d’angle, présence de solins sur les petits côtés, grandes dimensions (7,50 sur 3,50 m). La résurgence de ce type de structure, à fonction semi-artisanale (textile), pourrait être à cette époque attribuée à des influences orientales, notamment dues à la présence en Gaule de populations germaniques installées par le pouvoir romain (Fédérés et Lètes).

17Certes, une préfecture de fédérés teutons est mentionnée en pays carnute (Notitia dignitatum, Occ., XLII : Seeck 1876 ; cf. Ferdière 1998a : 49) et l’on connaît en territoire carnute ou Orléanais des nécropoles à inhumation qui ont fourni du mobilier apparemment attribuable à ce type de population (Ferdière 1998a : 49), mais aucune de celle-ci n’est située en Beauce, si ce n’est peut-être Saint-Firmin-des-Prés, marginale (vallée du Loir : Lorans, Theureau 1994 ; cf. Ferdière 1998a : 36-37 ; 50).

18Mais bien sûr rien de comparable, pour la période du IVe s., à ce qui a été mis en évidence à Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-et-Marne) (Gonzalès, Ouzoulias, Van Ossel 1999).

19La répartition, la nature, le type d’occupation de ces sites ruraux ne nous renseignent donc que très partiellement sur la réalité des campagnes chartraines et orléanaises au Bas-Empire (IVe-Ve s.).

20Quoi qu’il en soit, la "récession" - si récession il y a – paraît très relative, d’autant que la réduction du nombre d’exploitations agricoles peut tout aussi bien s’interpréter en terme de remembrement foncier (Ferdière 1998b). À la même époque, les relations commerciales au long cours sont aussi loin d’être interrompues, comme le montrent par exemple les produits importés à Dambron (Ferdière 1982b ; 1983 : III, p. 78-79 et Fig. 19). Mais il est difficile de déduire de la seule apparente désaffection au Bas-Empire des sites routiers sur les axes Chartres-Orléans une réelle coupure des relations commerciales entre les deux cités et leurs chefs-lieux.

21Dans quelle mesure peut-on en la matière mettre en œuvre les enfouissements de cachettes monétaires ? Car ceux-ci traduisent-ils bien des abandons de sites, soit à la fin du IIIe s., soit encore au IVe ? Il est vrai que la carte (Ferdière 1983 : IV, p. 75 et Fig. 28 ; cf. Ferdière 1986 : Fig. 1 ; Chevallier 1958 : carte, p. 16-17) semble montrer que ces cachettes sont curieusement assez absentes de toute une partie de la Beauce comprise dans le territoire de Chartres entre Orléans et cette ville, alors qu’elles sont apparemment beaucoup plus nombreuses au sud-est de cette zone, en Beauce orléanaise, sur le même axe. Mais quelle est la signification réelle de ce constat ? Il serait plus qu’aventureux d’en déduire un abandon des sites ruraux, entre Chartres et Orléans, dans la portion de cette zone ressortissant à la civitas Aurelianorum, plus systématique que dans la portion alors dépendant de Chartres : ce n’est certainement pas ce qui apparaissait au vu des cartes d’occupation du sol (ci-dessus), même si, on l’a vu, la partie nord-ouest de ce secteur est dans ce domaine beaucoup plus mal documenté. D’autant que, si l’on prend l’ensemble de la Beauce (Ferdière 1986 : 75 et Fig. 1), les cachettes monétaires beauceronnes se répartissent sinon à peu près équitablement entre les deux nouvelles cités, bien qu’il est vrai, la plus grande partie (trois-quarts) de la Beauce restera alors carnute.

22Reste le monde des morts (Ferdière 1998a ; cf. 1983 : IV, p. 77-80) : il est ici remarquable que la plupart des nécropoles ou sépultures mises au jour pour le Bas-Empire en Beauce se situent en fait plutôt aux marges de cette région (ibid. 1998a : carte, Fig. 1 et p. 48). Ici aussi, les découvertes sont plus nombreuses à être signalées dans la partie carnute, la plus vaste, de la Beauce. Mais le cœur de la région, autour des deux axes reliant Autricum à Cenabum, reste en vérité très vide en la matière.

23Mais c’est peut-être en revanche dans ce domaine funéraire que la question de la christianisation des deux cités et de leurs campagnes que l’archéologie a fourni les éléments les plus intéressants, alors qu’il est clair que la question – comme tout ce qui touche aux croyances et aux mentalités – est difficile à documenter par ce type de sources, et sans doute souvent plus accessible par les textes, notamment dans le domaine urbain.

24En effet, pour le Bas-Empire – en fait au Ve s. dans tous les cas –, ce sont bien trois ensembles funéraires qui sont plus ou moins attestés en Beauce, et il apparaît qu’il s’agisse pour tous trois de monuments funéraires chrétiens (Ferdière 1998a : 51-51).

  • le premier concerne Tavers (Loiret) (op. cit. : 39-43, n° 236, Fig. 38-42 ; Baratin 1985a et b ; 1996), où une memoria est établie au Ve s. dans la nécropole du Bas-Empire, concernant un haut personnage, ensuite déplacé, édifice qui semble bien ensuite donner naissance à la "paroisse" chrétienne ;
  • le second est le sarcophage sculpté, de style "provençal", attribué au Ve s., considéré comme la tombe de saint Piat, dans l’église de Saint-Piat (Eure-et-Loir) (Ferdière 1998a : 38, n° 234, Fig. 36) ;
  • le troisième enfin est la tradition du tombeau de saint Lucain à Loigny-la-Bataille (Eure-et-Loir), après son martyre en 407 (op. cit. : 31, n° 222).

25Paradoxalement par rapport à ce que l’on a dit plus haut, ces trois ensembles seraient bien quant à eux en territoire carnute et non des Aureliani, même si tous trois aux marges de ce territoire (Tavers et Loigny) ou de la Beauce (Saint-Piat).

26À noter encore, dans ce domaine du "funéraire", qu’aucune des deux nécropoles du Bas-Empire récemment fouillées à Chartres (Saint-Barthélémy et Saint-Chéron : Ollagnier, Joly 1994 : 165-168) – ni d’ailleurs aucun ensemble d’inhumations antérieurement connu ici pour cette période – n’a fourni d’éléments sur une quelconque appartenance à une communauté chrétienne de l’un ou l’autre des individus concernés. Bien plus, une observation intéressante a été faite à Saint-Barthélémy sur l’orientation des inhumations (celle est-ouest étant parfois à tort utilisée comme argument en faveur de la christianisation : cf. Ferdière 1998a : 51) : les sépultures présentent ici deux groupes, d’orientation différente (est-ouest et nord-sud), et c’est le groupe le plus récent (fin IVe-début Ve s.) qui est nord-sud... On a en effet, pourtant, noté ci-dessus que le premier évêque attesté des Aureliani (346) est nettement plus ancien que celui des Carnutes (511).

27Quant aux premiers édifices de ces deux chefs-lieux de cités, l’église épiscopale de Chartres n’est mentionné qu’au VIIIe s., même si l’on peut penser que les églises Saint-Serge et Saint-Martin-au-Val puissent remonter au VIe s. (Delaplace, Picard 1992 : 39-40 ; Ferdière, Prévot 1996 : 81) ; à Orléans (Picard 1992 : 88-91 ; 1996 ; Debal 1983 : 173 sq.), la cathédrale, et les églises Saint-Aignan et Saint-Avit sont aussi attestées plus tôt, dès le VIe s.

28Notons toutefois qu’une communauté chrétienne est attestée au moins au VIe s. à Châteaudun, au sud de la civitas Carnutum et à l’ouest de la Beauce, par Grégoire de Tours (Histoire des Francs, VII, 17 ; Delaplace, Picard 1992 : 43 sq. ; Robreau 1996).

29Il reste malgré cela paradoxal de constater que les témoignages les plus anciens du christianisme se situent dans ces deux civitates, dès le Ve, en milieu rural et non urbain.

30D’autant que ces documents, de caractère funéraire, évoqués plus haut ne sont pas les seuls : deux autres sites ruraux peuvent en effet être évoqués à ce titre :

  • le premier est la grande villa suburbaine de "Loché", commune de Dammarie, tout près de Chartres (Ollagnier, Joly 1994 : 190-192 ; cf. Métais 1904 : 7 et Pis.), où l’on mit au jour parmi le mobilier, au cours de fouilles du XIXe s., deux objets attribuables au Bas-Empire (sans doute Ve s.) et qui témoignent d’une présence chrétienne alors ici : une cuillère en argent porte en effet un poisson gravé, que l’on peut considérer comme un symbole chrétien, et un peigne en os, triangulaire, comporte plusieurs chrismes gravés (Ollagnier, op. cit. : Fig. 240 et 241) ;
  • le second est sans doute la villa de Marboué "Mienne", déjà évoquée, où l’occupation de l’Antiquité Tardive est particulièrement importante, et où il est peut-être possible d’évoquer un édifice cultuel chrétien vers le VIe s. ( ?) (Blanchard-Lemée 1996).

31Deux autres éléments "paléo-chrétiens" donc, encore une fois assez précoces (l’un au moins du Ve s.), en milieu rural, et encore une fois dans la cité de Chartres et non d’Orléans, même s’il s’agit de sites exceptionnels (très grandes villae)... A noter donc qu’il n’est sans doute pas étonnant que l’un des seuls sites ruraux à avoir fourni des éléments paléo-chrétiens hors contexte funéraire est une villa péri-urbaine de la ville de Chartres. Observons que Bourges présente un cas semblable avec le site de "Lazenay", dont la nécropole du Bas-Empire a fourni des graffiti de chrismes attestés sur fonds de vases (Ferdière 1998a : 31). Les autres éléments mobiliers de caractère chrétien de la région (Ferdière, Prévot 1996 : 84-85) sont soit douteux, soit plus tardifs.

32La première communauté chrétienne attestée ici, chez les Carnutes ou les Aureliani, est donc bien entendu urbaine, mais concerne, dès le milieu du IVe s. Orléans-Cenabum (Aureliani) et non l’ancienne capitale de Chartres-Autricum (Carnutes) qui n’émerge à ce titre de manière certaine qu’au début du VIe s. Les campagnes comprises entre les deux villes, après le démembrement du IIIe s., et particulièrement la Beauce, sont touchées par quelques traces de christianisation au Ve s., notamment dans le domaine funéraire. Paradoxalement, ceci semble surtout concerner la civitas Carnutum ; mais sans doute est-ce l’effet du hasard des découvertes...

Fig. 1 – Les cités de Chartres (civ. Carnutum) et Orléans (civ. Aurelianorum) dans la IVe Lyonnaise (Senonaise)
(d’après Debal 1983, Fig. p. 149)

Fig. 2 – Reconstitution (axonométrie) du fond de cabane de Dabron
(dessin : A.F. ; d’après Ferdière 1983, IV, Fig. 11)

Fig. 3 – Carte des ensembles funéraires (nécropoles ou sépultures isolées) du Bas-Empire(lVe-Ve s.) en Beauce. Légende : 1 : sépulture isolée ; 2 : id., douteux ; 3 : groupe de sépultures ou nécropole ; 4 : id., douteux ; 5 : sépulture privilégiée ; 6 : réutilisation funéraire de tumulus ou mégalithe ; 7 : id., douteux ; 8 : agglomération secondaire ; 9 : continuité funéraire depuisle Haut-Empire ; 10 : limites de la Beauce ; 11 : limites de civitas
(dessin Ch. Theureau ; d’après Ferdière 1998a, Fig. 1)

Fig. 4 – Évolution de la memoria de Tavers (Loiret) : l’état (a) est des IVe-Ve s.
(d’après Baratin 1996, Fig.)

Fig. 5 – Sarcophage de style provençal de Saint-Piat (Eure-et-Loir)
(d’après Ferdière 1998a, Fig. 36)

Fig. 6 – Cuillère en argent décorée d’un poisson, et peigne en os avec chrismes gravés, provenant de la villa de Damarie "Loché" (Eure-et-Loir)
(d’après Ollagnier, Joly 1994, Fig. 240 et 241)

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

- Baratin 1985a
Baratin J.F. – Les nécropoles de Tavers, IVe-Xe siècles. – Mémoria et église, in : la Neustrie – Les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve(VIIe-IXe s.), Catal. Expo. (Rouen), XXIe Congrès Hist. France-Allemagne, Inst. Hist. All., Paris : 182-184, 2 Fig.

- Baratin 1985b
Baratin J.F. – Les nécropoles de Tavers, IVe-Xe s. – Les édifices cultuels et les sépultures reconnues sur le site de la Gratinière en 1979 et 1980, Bull. Soc. Arch. et Hist. Orléanais, n.s., 9, n° 67 : 15-20, 2 Fig.

- Baratin 1996
Baratin J.F. Tavers – Memoria et chapelle funéraire, in : Les premiers monuments chrétiens de la France, 2 : Sud-Ouest et Centre, Picard, Paris : 122-124, Figs.

- Blanchard-Lemée1981
Blanchard-Lemée M. – La villa à mosaïques de Mienne-Marboué (Eure-et-Loir), Gallia, 39, 1 : 63-83, Figs.

- Blanchard-Lemée 1996
Blanchard-Lemée M. – Mienne – Lieu-dit Mienne-Marboué – villa de Mienne-Marboué, in : Les premiers monuments chrétiens de la France, 2 : Sud-Ouest et Centre, Picard, Paris : 96-97, Figs.

- Brunet et al. 1982
Brunet Ph., Chartrain A., Joly D. et Robatel F. – Chartres, in : Archéologie Urbaine, Actes Coll. Internat. (Tours, 17-20 nov. 1980), A.F.A.N., Paris : 425-438.

- Burnell, Lorans, Theureau 1994
Burnell S., Lorans E., Theureau Ch. – La nécropole du Haut Moyen Âge de la Mouline à Saint-Firmin-des-Prés (Loir-et-Cher), Rev. Arch. Centre, 33 : 133-190, 31 Fig., 7 Pl.

- Carré 1983
Carré F. – Des origines obscures, in : A. Chédeville (dir.) – Histoire de Chartres et du pays chartrain, Privat, Toulouse : 15-46.

- Chapelot 1980
Chapelot J. – Le fond de cabane dans l’habitat rural Ouest-Européen – Etat de la question, Arch. M éd., X, 5-57, Figs.

- Chevallier 1958
Chevallier G. – Les trésors de monnaies romaines découverts dans le département du Loiret, Gien, 28 p., Figs.

- Cribellier 1993
Cribellier Ch. – Un quartier d’habitat gallo-romain à Pithiviers-le-Vieil (Loiret) – Les "Ouches du Bourg" (Fouilles 1992/93), Rev. Arch. Loiret, 18 : 15-119, 63 Fig. + Annexes.

- Cribellier 1999
Cribellier Ch. – Pithiviers-le-Vieil (Loiret), in : M.E. Bellet et al. (dir.) – Agglomérations secondaires antiques en Région Centre (vol. 1), F.E.R.A.C/A.R.C.H.E.A., Tours : 205-210, 2 Fig.

- Debal 1983
Debal J. (dir.) – Histoire d’Orléans et de son terroir, t. I – Des origines à la fin du XVIe s., Horvath, Roanne, 550 p.

- Delaplace, Picard 1992
Delaplace Ch., Picard J.-Ch. – Chartres – Annexe : Châteaudun, in : J.-Ch. Picard (dir.) – Province ecclésiastique de Sens (Lugdunensis Senonia), Topogr. Chrét. des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe s., t. VIII, de Boccard, Paris : 33-45.

- Ferdière 1976
Ferdière A. – La question des vici en Beauce Orléanaise, in : Actes coll. "Le Vicus gallo-romain" (Paris, ENS, 14-15, juin 1975), Caesarodunum, 11, Tours : 221-223, 1 Fig.

- Ferdière 1978
Ferdière A. – Recherches sur l’habitat rural gallo-romain en Beauce : autour de la fouille de Dambron (1972), thèse 3e cycle, Univ. Paris IV, 6 vol., 946 p., 266 Pl. h.t. (1 ex. aux Archives Départementales du Loiret ; 1 ex. au S.R.A. Centre).

- Ferdière 1982a
Ferdière A. – Archéologie et histoire socio-économique. Apport de la prospection systématique à l’étude de l’habitat rural gallo-romain : l’exemple de Lion-en-Beauce, in : P.-A. Février et Ph. Leveau (dir.) – Villes et campagnes dans l’Empire romain, Actes Coll. (Aix-en-Provence, 16-17 mai 1980), Publ. Univ. de Prov., Aix-en-Provence : 43-55, 3 Fig.

- Ferdière 1982b
Ferdière A. – Organisation et contrôle de l’espace rural sur la ville, contribution au débat. Dépendance de la campagne par rapport à la ville dans l’approvisionnement céramique : deux exemples en Gaule du Nord, in : P.-A. Février et Ph. Leveau, Villes et campagnes dans l’Empire romain, Actes coll. (Aix-en-Provence, 16-17 mai 1980), Univ. de Provence, Aix-en-Provence : 95-100, 1 Fig.

- Ferdière 1983
Ferdière A. (dir.) – Un site rural gallo-romain en Beauce : Dambron, publ. Fédér. Arch. Loiret, Neuville-aux-Bois, 176 p.

- Ferdière 1986
Ferdière A. – Répertoire des cachettes monétaires d’Eure-et-Loir et des monnaies gauloises en or, in : Monnaies et trésors en Pays Danois, Bull. Soc. Dunoise, XIX, 275-276 : 9-26, 7 Fig. (ibid., Bull. Soc. Arch. Eure-et-Loir, N.S. 129e année (4e trimestre) : 9-26, Figs).

- Ferdière 1998a
Ferdière A. – Ensembles funéraires du Bas-Empire en Beauce. Inventaire des nécropoles et sépultures des IVe-Ve s., Rev. Arch. Loiret, 23 : 13-45.

- Ferdière 1998b
Ferdière A. – L’occupation du sol au Bas-Empire dans le centre de la Gaule (Lyonnaise centrale, Aquitaine septentrionale) : l’apport des prospections, Rev. Arch. Centre, 37 : 207-217, 5 Fig.

- Ferdière, Fourteau 1979
Ferdière A., Fourteau A.M. – Gestion des archives du sol en milieu rural. Expérience de prospection systématique à Lion-en-Beauce (Loiret), Rev. d’Archéométrie, 3 : 67-96, 11 Fig.

- Ferdière, Prévot 1996
Ferdière A., Prévot F. – Centre : Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, in : Les premiers monuments chrétiens de la France, 2, Sud-Ouest et Centre, Paris, Picard : 79-86.

- Gonzalès, Ouzoulias, Van Ossel 1999
Gonzalès V., Ouzoulias P. et Van Ossel P. – Saint-Ouen-du-Breuil : un habitat germanique du IVe s. ap. J.C. en Haute-Normandie, Rev. Arch. (Bull. SFAC), 1 : 203-210, Figs.

- Jalmain 1999
Jalmain D. – Mérouville (Eure-et-Loir) "Sampuy", in : M.E. Bellet et al. (dir.) – Agglomérations secondaires antiques en Région Centre (vol. 1), Ferac/Archea, Tours : 69-73, 2 Fig.

- Jalmain, Hofmann 1972
Jalmain D., Hofmann B. – Aperçu sur l’occupation romaine en Beauce, Forum, Rev. du Groupe d’Arch. Ant. (suppl. au n° 840 de la Rev. du T.C.F.), 2 : 14-19, Figs.

- L’Enceinte... 1994
L’Enceinte au Bas-Empire, Archéologie de la ville : Orléans, 5, Rev. Arch. Loiret, 19-20, 178 p.

- Métais 1904
Métais Ch. – Église de Thivars, Archives du diocèse de Chartres, IX, 7 p.

- Ollagnier, Joly 1994
Ollagnier A., Joly D. – L’Eure-et-Loir – 28, coll. Carte Archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 369 p., Figs.

- Picard 1992
Picard J.-Ch. – Orléans, in : J.-Ch. Picard (dir.) – Province ecclésiastique de Sens (Lugdunensis Senonia), Topogr. Chrét. des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe s., t. VIII, de Boccard, Paris : 81-96.

- Picard 1996
Picard J.-Ch. – Orléans – Histoire et topographie – Orléans – cathédrale Sainte-Croix, in : Les premiers monuments chrétiens de la France, 2 : Sud-Ouest et Centre, Picard, Paris : 113-117, Figs.

- Robreau 1996
Robreau B. – Châteaudun – Eglise Saint-Lubin, in : Les premiers monuments chrétiens de la France, 2 : Sud-Ouest et Centre, Picard, Paris : 93-95, Figs.

- Seeck 1876
Seeck O. – Noticia Dignitatum, Berlin.

- Selles 1991
Sellés H. – Première approche sur l’occupation du sol à l’époque gallo-romaine en pays chartrain, in : 15 années de recherches archéologiques en Eure-et-Loir, Comité Archéologique d’Eure-et-Loir, Chartres : 45-50, Figs.

- Selles 1999
Sellés H. (dir.) – Une agglomération secondaire pré-romaine et romaine – Allaines-Mervilliers - Liaison R.N. 134 – A. 10 (28.002.43 AN) (Eure-et-Loir), DFS, 2 vol. (1 ex. S.R.A. Centre).

- Van Ossel 1992
Van Ossel P. – Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, 51e suppl. à Gallia, éd. C.N.R.S., Paris, 470 p.

- Van Ossel 1997
Van Ossel P. – La part du Bas-Empire dans la formation de l’habitat rural du VIe s., in : N. Gauthier et H. Galinié (dir.) – Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Actes Congrès international (Tours, 3-5 novembre 1994), 13e suppl. à la Rev. Arch. Centre, Tours : 81-91.

Notes

2 On se fonde ici – bien entendu en partie à tort – sur les limites des diocèses du Haut Moyen Âge tels que connus par les listes des paroisses d’Ancien Régime.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les cités de Chartres (civ. Carnutum) et Orléans (civ. Aurelianorum) dans la IVe Lyonnaise (Senonaise)(d’après Debal 1983, Fig. p. 149)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 2 – Reconstitution (axonométrie) du fond de cabane de Dabron(dessin : A.F. ; d’après Ferdière 1983, IV, Fig. 11)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 3 – Carte des ensembles funéraires (nécropoles ou sépultures isolées) du Bas-Empire(lVe-Ve s.) en Beauce. Légende : 1 : sépulture isolée ; 2 : id., douteux ; 3 : groupe de sépultures ou nécropole ; 4 : id., douteux ; 5 : sépulture privilégiée ; 6 : réutilisation funéraire de tumulus ou mégalithe ; 7 : id., douteux ; 8 : agglomération secondaire ; 9 : continuité funéraire depuisle Haut-Empire ; 10 : limites de la Beauce ; 11 : limites de civitas(dessin Ch. Theureau ; d’après Ferdière 1998a, Fig. 1)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6463/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4 – Évolution de la memoria de Tavers (Loiret) : l’état (a) est des IVe-Ve s.(d’après Baratin 1996, Fig.)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6463/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 5 – Sarcophage de style provençal de Saint-Piat (Eure-et-Loir)(d’après Ferdière 1998a, Fig. 36)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6463/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 6 – Cuillère en argent décorée d’un poisson, et peigne en os avec chrismes gravés, provenant de la villa de Damarie "Loché" (Eure-et-Loir)(d’après Ollagnier, Joly 1994, Fig. 240 et 241)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6463/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Professeur d’histoire ancienne et d’archéologie – Université de Tours – UMR 6575 "Archéologie et Territoires"

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540