Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

L’entre-deux : les terres noires des cités

Henri Galinié

Texte intégral

  • 2 C. Cammas, F. Champagne, C. David, B. Desachy et L. Guyard. Voir Cammas et al. 1995.

1Les terres noires, dans l’acception que l’on retiendra ici, font leur apparition dans la bibliographie française en 1995, dans un article collectif que publièrent les Nouvelles de l’Archéologie2 L’expression y est présentée comme une traduction des termes black earth ou dark earth utilisés par des archéologues britanniques pour qualifier le niveau peu ou pas stratifié qui, dans les cités, sépare l’Antiquité du Moyen Âge, entendons par là les niveaux encore stratifiés des IVe-Ve s. de ceux des Xe-XIe s. qui le sont à nouveau. L’appellation terres noires n’a pour elle que d’identifier le sujet dont on parle, sans plus. Elle sert aujourd’hui à évoquer un problème spécifique, commun à beaucoup de chefs-lieux de cités antiques, en France, en Angleterre et vraisemblablement aussi en Allemagne ou en Belgique. Cette question est bien connue des archéologues dans les chefs-lieux de cités, elle est moins présente dans les castra et autres agglomérations de "dignité" inférieure (Boissavit-Camus et al. 2000).

2L’expression sert donc à regrouper sous un terme générique des réalités, des observations ou des interprétations archéologiques diverses bien antérieures à l’apparition de son usage raisonné. Ce dernier, en même temps, marque la prise de conscience d’un problème archéologique qui, pour partie, a été créé de façon artificielle dans la dernière décennie par une pré-interprétation du rôle du haut Moyen Âge urbain.

3Aujourd’hui, l’expression a pour objet, en quelque sorte, d’élargir le milieu scientifique sensibilisé aux questions qui touchent à la ville du Bas-Empire et du haut Moyen Âge. Elle doit ainsi servir à mettre en contact des corps ou des groupes de spécialistes dont le rapprochement ne va pas de soi, celui des historiens, celui archéologues-historiens, celui des archéologues de terrain, ceux des spécialistes des sciences de la terre et des sciences de la nature ou de la vie. Chacun, à sa façon, pose ou résoud un problème historique dont ni l’énoncé, ni la réponse ne sont partagés et entendus au-delà des limites de son groupe.

1 - L’INTERPRÉTATION HISTORICO-ARCHÉOLOGIQUE

4Les stratifications urbaines, dans les villes d’origine antique, montrent des ensembles variés où des strates de différentes couleurs se superposent. Du noir, du brun, mais aussi du jaune, du rouge, entre autres, alternent de façon irrégulière mais incessante. Qui plus est, ces strates se rattachent à des vestiges de constructions visibles et interprétables.

5Les fouilles ont montré que ces alternances correspondaient, grossièrement parlant, au Haut-Empire et au Moyen Âge classique ou central. Toujours très grossièrement, elles s’arrêtent au Bas-Empire et reprennent aux Xe-XIIe s. Dans ces niveaux variés, quand il se trouve du brun ou du gris-noir indifférencié et épais, c’est toujours la marque de sols, de surfaces extérieures : cours, jardins ou zones de cultures.

6Entre ces deux ensembles diversifiés, l’un antique et l’autre médiéval, s’intercale un ensemble homogène indifférencié à l’œil quand on l’observe en coupe, de couleur sombre, grise, gris-brun, brune, brun-noir ou quasi noire sans stratification interne aisément perceptible. C’est ce que l’on commence d’appeller, par convention, les terres noires. L’épaisseur de ces terres varie d’une trentaine de centimètres à parfois plus d’un mètre.

7À la question simple à énoncer : de quoi résultent ces terres noires ? les réponses sont multiples, contradictoires et souvent simplificatrices.

  • 3 "Correctement" et "au mieux" sont des appréciations implicites courantes dans la bibliographie.

8Un premier type de réponse est fortement imprégné de l’idée générale que l’on se fait des villes, donc des cités, du Bas-Empire et du haut Moyen Âge et qu’un mot suffit à résumer : déclin. Le déclin se marque par la diminution du nombre des fonctions urbaines correctement satisfaites, donc par la transformation de nombreux espaces habités au mieux en zones cultivées, le plus souvent en friches ou en terrains vagues3.

9Dans cette appréhension du phénomène urbain, la ville – en l’occurrence, la cité – est le lieu de séjour des détenteurs de la puissance publique, évêque et comte, de leur entourage et de leurs serviteurs. L’élite est urbaine, au moins de façon sporadique ou saisonnière, le reste de la population vit dans les campagnes. La reprise urbaine à proprement parler n’étant pas antérieure aux XIe-XIIe s., les terres noires reflètent bien l’état de désurbanisation qui caractérise un haut Moyen Âge plus ou moins long selon les lieux ou les archéologues.

10Bien sûr, toutes les cités et tout l’espace d’une même cité ne sont pas affectés au même titre et au même rythme. Il existe des lieux de concentration de l’activité, mais celle-ci est étroitement liée aux sites résidentiels ou palatiaux, ou ecclésiaux, ou monastiques, ou encore funéraires. Cette interprétation, chez les archéologues, conduit à sous-estimer les informations que peuvent contenir les terres noires.

Post- ou Proto-

11En Angleterre, en France du Nord, dark earth et terres noires désignent, dans le milieu archéologique, un affaiblissement quantitatif de l’occupation (urbaine). Atteindre les niveaux de terres noires, en fouille, c’est atteindre le haut Moyen Âge, le Bas-Empire. C’est le vrai moyen âge stratigraphique urbain : celui qui sépare la vraie ville médiévale de la vraie ville antique, toutes deux marquées par des stratifications complexes - donc urbaines, à proprement parler. La simplicité, la pauvreté stratigraphique apparentes résultent de la faible démographie urbaine.

  • 4 faudrait examiner la bibliographie en langues danoise, suédoise et norvégienne.

12En Europe du Nord, sous réserve d’inventaire4 le terme black earth, que je ne connais, employé au sens générique qui lui est donné ici, que par Bjorn Ambrosiani pour Birka, désigne exactement le contraire : la délimitation de la zone censée recéler des activités autres qu’agricoles ou funéraires, dans le wic ou l’emporium...

13Ces contraires, selon la latitude, ne le sont qu’au niveau interprétatif ou historique : ils expriment un même degré de l’urbain, dans des situations distinctes. En baisse en Angleterre (dans les cités) et en France du Nord par rapport à ce qui précède, faible par rapport à ce qui suit, au contraire marquant le début d’une occupation plus dense et plus continue que ce qui se passe alentour en Angleterre (dans les wics ou emporia) et plus au nord, dans les régions non romanisées, mais là aussi moins dense que ce qui suit, au Moyen Âge.

14En somme, un moins urbain ici, un presque urbain là. Post puis proto- ici, seulement proto- là. Pour autant, est-ce archéologiquement la même chose ? Certainement non si l’on pense à une homogénéité quasi totale. Peut-être bien, si l’on pense à des conditions de production de sols comparables.

Les schémas interprétatifs

15Pour les cités, deux schémas interprétatifs, souvent exclusifs, ont vu le jour. La première interprétation ressortit au thème de l’abandon. La colonisation par la végétation arboricole explique l’exhaussement du sol. Dans un contexte de bâti abandonné, surtout si des mines en élévation forment obstacle et se dégradent lentement, un mécanisme de fixation de poussières ou de fines se met en place sous l’action éolienne et sous celle du ruissellement. Il engendre un cycle marqué par le développement de la végétation, la décomposition des matières organiques, l’accumulation de déchets et la fixation de minéraux. La phytosociologie rend bien compte de ce phénomène qui est plus complexe que cette présentation ne le laisse entendre. Ce mécanisme conduirait donc, sans intervention humaine, à la constitution de niveaux qui ne prennent de valeur archéologique que parce qu’ils sont intercalés entre les niveaux stratifiés de l’Antiquité et du Moyen Âge. Ailleurs, ils ne relèveraient pas de l’attention des archéologues.

  • 5 Travaux de H. Sukopp, H. P. Blume et W. Kunick (1979) cités par B. Yule (1990 : 626).

16Pour l’époque actuelle, des expériences ont été conduites à Berlin, dans les mines de l’après-guerre5 Elles montrent la rapidité avec laquelle un niveau de deux à trois décimètres peut se mettre en place. Pour les siècles qui nous occupent ici, une présence humaine à proximité, donc des usages occasionnels du sol, expliqueraient la présence de déchets d’origine anthropique, en petites quantités.

17La seconde interprétation ressortit aux pratiques culturales. Dans des quartiers abandonnés des villes antiques, on se mettrait à cultiver la terre. Cultures vivrières, de type potagers, avec bêchage de la terre ou agriculture avec labour à l’araire ou à la charme, ou encore culture de vignes dont chacun sait qu’elles accompagnent inévitablement la christianisation. Le travail de la terre conduirait à l’exhaussement du sol et à l’uniformisation de la stratification sous l’effet conjugué du foisonnement et du brassage.

18Ces interprétations téléguidées ont pour elles leur vraisemblance historique, leur adéquation à l’idée que l’on se fait de la cité du Bas-Empire et du haut Moyen Âge. Bien qu’elles résultent d’un large consensus, ces conclusions demanderaient à être démontrées au cas par cas. Elles ont contre elles de considérer le Bas-Empire et le haut Moyen Âge comme un ensemble homogène et de se satisfaire d’une interprétation générale commode.

2 - COMPLICATION ET SIMPLIFICATION

19Un deuxième type de réponse à la question de la constitution des terres noires en est à ses balbutiements. On cherche à distinguer les arguments qui prouvent que cette pseudo-unité n’en est pas une. Elle ne serait qu’apparente. Ce sont nos techniques de fouille ou d’enregistrement qui seraient inadaptées et conditionnées par nos présupposés, mais aussi par les conditions matérielles et économiques de l’archéologie préventive. L’hypothèse de travail est qu’il faut établir scientifiquement, au cas par cas, la nature de l’utilisation du sol. Il ne s’agit pas de dire que rien n’a été abandonné, rien mis en culture et tout occupé en permanence. Il s’agit de différencier les arguments qui permettent d’établir l’abandon d’une part et d’autre part les différents types de culture ou encore les différents modes d’habitation.

20On observe en ce moment deux phénomènes à la fois contradictoires et imbriqués qui se confortent mutuellement :

  • des sciences de la terre et de la nature au débat. Le crédit qu’elles donnent par leur caractère scientifique à l’hypothèse d’une origine variée des terres noires ;
  • choix pratiqués en archéologie préventive.
  • 6 Je fais allusion ici à la question de la continuité des cités anglaises.

21En faveur de la complication du problème, on note l’hypothèse d’usages diversifiés à l’origine des terres noires en question que, comme archéologues de terrain, nous saurions mal appréhender L’irruption des sciences à protocole, celles qui séduisent les archéologues, a beaucoup fait, ces dernières décennies, pour élargir le champ des préoccupations. En la matière, la micromorphologie, et l’on pense à Marie Agnès Courty en France et à Richard Macphail en Angleterre, qui ont dès les années 1980 soulevé la question, à partir de problématiques anglaises, distinctes de celles qui prévalent de ce côté de la Manche6.

22Peut-être n’y a-t-il rien de révolutionnaire dans l’idée que la part organique des constituants des sols est aussi importante à prendre en considération que la part minérale, mais il a fallu du temps pour que cette idée fasse son chemin, en parallèle avec celle que l’Homme ne domine pas entièrement la Nature et qu’en ville tout n’est pas un produit entièrement social. Des prélèvements de sols soumis à analyse, il est ressorti que ces niveaux de terres noires, dits homogènes dans toute leur épaisseur, peuvent être microstratifiés, qu’ils peuvent résulter d’une accumulation progressive et non d’un brassage, qu’ils peuvent résulter de bioturbations, c’est-à-dire d’une activité biologique intense. Cette dernière constatation est lourde de conséquences car elle implique que les stratifications que nous lisons ne sont pas celles qui résultaient à l’origine de l’activité des habitants des villes. Elles ont été retravaillées, comme le dit Macphail, par des micro-organismes qui fabriquèrent une nouvelle stratification, notamment des vers de terre, lombrics et enchytréides.

3 - TRANSFORMATIONS, ALTÉRATIONS, SUBSTITUTIONS ET FALSIFICATION

23Il est acquis aujourd’hui que les terres noires sont des horizons organo-minéraux qui résultent de la présence de nombreux éléments organiques intégrés à un encaissant minéral dont ils modifient la teinte (Cammas et al. 1998). L’activité biologique tient donc une place prépondérante dans ce processus. Les vers de terre en sont les principaux acteurs. La question porte aujourd’hui sur le rapport entre la stratification primitive et l’activité des vers de terre, sur la capacité de ces derniers à modifier le sol à plus ou moins grande profondeur. Tout cela est l’explication du mécanisme, et l’on peut penser que le débat restera pendant assez longtemps. Mais une question de fond est ailleurs, qu’il convient de poser, sans attendre. Pourquoi ces lombrics et enchytréides arrivent-ils, en masse alors qu’ils sont sinon absents, du moins discrets au Haut-Empire ?

24Le changement stratigraphique structurel que l’on observe peut être lié à un changement dans les modes d’habiter aussi bien qu’à un changement d’affectation du sol. Ce n’est pas nécessairement la transformation de quartiers d’habitations en terrains vagues ou en zones de culture. Ce peut aussi être une autre forme d’habitat. On sait, par de multiples exemples urbains ou ruraux, que des types de construction existant à l’âge du Fer firent leur réapparition au Bas-Empire ou au haut Moyen Âge en milieu urbain. Architecture à poteaux plantés, fonds de cabanes, maisons longues qui perdurèrent de façon massive, presque exclusive, aux franges de l’Empire. Bois, clayonnage, chaume, roseaux, osier, végétaux en tout genre, dans la construction mais aussi dans l’équipement domestique, tenaient une place prépondérante. On sait par ailleurs que la construction à poteaux plantés dispose d’une durée d’usage limitée, que les bois se décomposent dans le sol et qu’ils doivent être remplacés au terme de quelques décennies, et qu’il en va de même pour les matériaux de couverture végétale. Ces éléments, comme par exemple un rapport autre à l’ordure, peuvent fournir, non pas des explications de substitution, une autre raison dernière, mais des hypothèses de travail pour l’examen de la constitution des terres noires.

25Si des manières d’habiter distinctes de celles qui prévalaient au Haut-Empire se sont répandues à partir du Bas-Empire, si les traces qu’elles ont laissées ont été transformées par l’activité biologique, alors les phénomènes que nous percevons sont faussés.

26Le caractère assuré des démonstrations des scientifiques conduit parfois les archéologues à considérer que leurs interprétations de terrain fondées sur une lecture purement stratigraphique de la stratification comportent des contradictions ou des lacunes et que d’autres sont plus qualifiés qu’eux pour conclure. En conséquence, la confiance qui peut être mise dans l’identification des unités stratigraphiques connaîtrait, elle aussi, des limites. Le remède devrait être attendu d’une lecture plus objective, plus scientifique puisqu’en laboratoire. Cela conduirait ainsi les archéologues à se défaire de leur responsabilité en confiant à d’autres le soin de trancher.

27Les conditions économiques de la pratique de l’archéologie préventive, l’idée bien ancrée du caractère non-urbain du haut Moyen Âge, tout est allé, pendant la dernière décennie, dans le sens d’une pré-interprétation des niveaux tardo-antiques ou haut-médiévaux et de leur enlèvement expéditif. Si, de plus, nous enlevons ces niveaux au motif qu’ils n’auraient pas de caractère urbain, alors nos résultats relèvent de la désinformation.

28Dans le mouvement archéologique des dernières décennies, on peut distinguer plusieurs phases perceptibles dans la bibliographie. Pendant une première phase, la plus longue, les niveaux postérieurs au Haut-Empire ont été considérés comme négligeables. Dans une seconde phase, celle des années 1970-85 en gros, on a vu, dans quelque cas trop rares, tous les niveaux, antiques, haut-médiévaux, médiévaux examinés avec une égale attention mais avec des problématiques essentiellement macro-historiques et un faible intérêt porté aux questions naturalistes, conduisant souvent à une sous-estimation du haut Moyen Âge. Une troisième phase, ouverte depuis 1985, appuyée sur les résultats de la deuxième, dont la généralisation prématurée de la mise en évidence d’un haut Moyen Âge non urbain, s’est préoccupée de questions d’ordre culturel et technique. À cette troisième phase correspond aussi le développement de l’archéologie préventive et l’enlèvement expéditif de niveaux peu éloquents.

29Dans ce contexte général, les terres noires sont donc, à certains égards, une pseudo-découverte et une facilité langagière mais aussi, et c’est le plus important, une réaction salutaire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

- Addyman 1975
Addyman P. - Excavations in York, 1972-1973, First interim report, The Antiquaries Journal, 54, 1975, p. 200-231.

- Ambrosiani, Clarke 1992
Ambrosiani, B. & H. Clarke (eds.) - Investigations in the Black Earth. Early investigations and future plans, Stockholm, Birka Studies, 1.

- Ambrosiani, Clarke 1995
Ambrosiani, B. & H. Clarke (eds.) - Excavations in the Black Earth 1990. Birka Project, Riksantikvareämbetet & Statens Historiska Museer, Birka Studies, 2.

- Biddle 1969
Biddle M. - Excavations at Winchester, 1968, Seventh interim report, The Antiquaries Journal, 49, 1969, p. 295-329.

- Biddle 1970
Biddle M. - Excavations at Winchester, 1969, Eighth interim report, The Antiquaries Journal, 50, 1970, p. 277-326

- Boissavit-Camus et al. 2000
Boissavit-Camus B., Cerrutti M.-C., Chasles D. - Villes de France dans lesquelles ont été mentionnées des terres noires entre Antiquité et Moyen Âge, in : Terres noires 1, Maison des Sciences de la Ville de Tours, collection Documents, Tours, 2000, p. 7-14.

- Cammas 2000
Cammas C. - Apports et perspectives de l’analyse micromorphologique des " terres noires ", in : Terres noires 1, Maison des Sciences de la Ville de Tours, collection Documents, Tours 2000 in Terres noires 1, Maison des Sciences de la Ville de Tours, collection Documents, Tours, 2000, p. 41-54

- Cammas et al. 1995
Cammas C., Champagne F., David C., Desachy B., Guyard L. - Le problème des "terres noires" sur les sites urbains tardo-antiques et médiévaux : réflexions et propositions méthodologiques à partir de l’exemple du collège de France à Paris, Les Nouvelles de l’Archéologie, N° 61, automne 1995, p. 22-29.

- Cammas et al. 1998
Cammas C., Courty M.-A., Fedoroff N. - Dynamique de la bio-structuration dans les sols cumuliques. Cas des "terres noires" de Paris, Proceedings on the 16th World Congress of Soil Sciences, Montpellier 1998, International Society of Soil Science, CD ROM.

- Cammas et al. 1998
Cammas C., Courty M.-A., Fedoroff N. - Dynamique de la bio-structuration dans les sols cumuliques. Cas des "terres noires" de Paris. Symposium 18 : Rôle et contributions des processus biologiques dans le fonctionnement et l’évolution des systèmes de sols, in : Proceeding of 16th World Congress of Soil Science, Montpellier, 20-26 août 1998, International Society of Soil Science (CDRom).

- Courty, Goldberg, Macphail 1989
Courty M.-A., Goldberg P., Macphail R. I. - Soil and micromorphology in archaeology, Cambridge University Press, Cambridge.

- David et al. 2000
David Ch., Cammas C. - Problématique archéologique. Méthodes et techniques appliquées à l’étude des terres noires : état de la recherche, in Terres noires 1, Maison des Sciences de la Ville de Tours, collection Documents, Tours, 2000, in : Terres noires 1, Maison des Sciences de la Ville de Tours, collection Documents, Tours, 2000, p. 15-35.

- Galinie 2000
Galinié H. - Terre noire, terres noires, les mots ont-ils un sens ?, in : Terres noires 1, Maison des Sciences de la Ville de Tours, collection Documents, Tours, 2000, p. 99-101.

- Macphail 1981
Macphail R. I. - Soil and botanical studies of the "Dark Earth", in : M. Jones et G. Dimbleby (eds) The Environment of Man, Oxford, 1981, BAR, BS n° 87, p. 309-331.

- Macphail 1983
Macphail R. I. - The micromorphology of dark earth from Gloucester, London and Norwich : an analysis of urban anthropogenic deposits from the Late Roman to Early Medieval periods England, in : P. Bullock et C. P. Murphy (ed.), Soil Micromorphology. Techniques and applications, A B Academic Publishers, Rothamsted, vol. 1, p. 245-252.

- Macphail 1994
Macphail R. I. - The Re-working of urban stratigraphy by human and natural processes, in : A. Hall et H. Kenward (ed.), The archaeology of town and country : economic connection and environemental contrasts, Oxbow, Oxford, p. 13-44.

- Macphail et al. 1985
Macphail R. I., Courty M.-A. - Interpretation and significance of urban deposits, in : T. Edgren and H. Jungner (ed), Nordic Archaeometry 3, Finnish Archaeological Society, Helsinki, p. 71-81 (ISKOS ; 5).

- Macphail et al. 1995
Macphail R. I., Goldberg P. - Recent advances in micromorphological interprétations of soils and sediments from archaeological sites, in : A.-J. Barham et R.-I. Macphail (eds.), Archaeological Sediments and Soils : Analysis, Interpretation and Management. Papers from the Tenth Anniversary Conference of the Association for Environnemental Archaeology, Institute of Archaeology, Londres, p. 1-24.

- Macphail et al. 1998
Macphail R. I., Cammas C., Gebhardt A., Langhor R., Linderholm J. - Anthropogenic influences on soils in the Late Quaternary. Symposium 16 : Archivage, dans les sols, des changements de leur environnement naturel ou anthropique, in : Proceeding of 16th World Congress of Soil Science, Montpellier, août 1998, International Society of Soil Science (CD ROM.).

- Perring et al. 1991
Perring D., Roskams S., Allen P. - Early development of Roman London west of the Walbrook, CBA Research Report, 70. The archaeology of Roman London, Museum of London and Council for British Archaeology, Nottingham, vol. 2, p. 64-65.

- Schofield, Dyson 1980
Schofield J., Dyson T. - Archaeology of the city of London, Londres, 1980.

- Sikopp, Blume, Kunick 1979
Sukopp H., Blume H.-P., Kunick W. – The soil, flora and vegetation of Berlin’s waste lands, in : I. C. Laurie (ed.), Nature in Cities, Chichester 1979, p. 115-132.

- Yule 1990
Yule B. - The "dark earth" and late Roman, London, Antiquity, 64, p. 620-628.

Notes

2 C. Cammas, F. Champagne, C. David, B. Desachy et L. Guyard. Voir Cammas et al. 1995.

3 "Correctement" et "au mieux" sont des appréciations implicites courantes dans la bibliographie.

4 faudrait examiner la bibliographie en langues danoise, suédoise et norvégienne.

5 Travaux de H. Sukopp, H. P. Blume et W. Kunick (1979) cités par B. Yule (1990 : 626).

6 Je fais allusion ici à la question de la continuité des cités anglaises.

Auteur

CNRS – UMR 6575 "Archéologie et territoires"

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540