Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

Les inscriptions funéraires du site de la probable basilique saint-Félix à Narbonne (fouille d’O. Ginouvez et R. Sabrié, 1994)

Jean Guyon

Texte intégral

  • 2 Et qui est paru cinq ans plus tard : N. Gauthier, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule (...)
  • 3 J. Guyon, Les inscriptions chrétiennes de Marseille, Alpes Maritimes et Narbonnaise Seconde (des or (...)

1Que pour cette contribution aux Mélanges que lui offrent ses amis, collègues et élèves, j’aie voulu présenter quelques épitaphes chrétiennes ne devrait pas surprendre Nancy Gauthier. Lorsque voici plus de trente ans, je préparai sous la direction d’Henri-Irénée Marrou, dont elle était alors l’assistante, un mémoire d’études supérieures consacré au christianisme à Arles et sa région pendant l’Antiquité tardive, c’est elle en effet — elle s’en souvient peut-être — qui m’avait guidé dans mes premières lectures des inscriptions du Midi. Et quand je fus ensuite admis à assister au séminaire d’épigraphie chrétienne, c’est elle d’abord que j’ai vue à l’œuvre puisque le gros corpus des épitaphes de Trèves et sa région qu’elle s’était employée avec détermination à établir a fourni plus d’une fois, au tournant des années 70, l’ordinaire des séances de ce petit cénacle réuni dans la salle haut perchée de la Sorbonne où était alors installée la Bibliothèque d’Histoire des religions. Grâce à toute une réflexion collective autour de notices encore inchoatives, j’ai assisté là à la progressive élaboration, au lent affermissement d’une méthode — sinon d’une doctrine — qui devait devenir la règle du Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule (RICG) que l’on élaborait en ces lieux. Et je me souviens encore de la valeur d’omen qui était attachée au tome I dont Nancy Gauthier avait la charge2 : lorsqu’elle maintenait, avec cette fermeté tranquille et souriante que ses amis lui connaissent bien, tel ou tel point de vue sur la façon dont il fallait présenter les inscriptions, H.-I. Marrou lui lançait, avec son humour coutumier : "décidément, il faudra qu’à l’avenir, nous en passions tous par vos petites manies". Et de fait, c’est bien ce qui est advenu pour moi quand j’ai eu à mon tour à m’attacher à la rédaction d’une partie d’un autre volume du RICG dont les circonstances ont voulu qu’il soit encore resté aujourd’hui à l’état de manuscrit3.

  • 4 Grégoire de Tours, In gloria martyrum, 1, 91, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, p. 99.
  • 5 N. Gauthier et J.-Ch. Picard éd., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au mili (...)

2Cela suffirait à expliquer que j’aie fait le choix de présenter ici quelques inscriptions de Narbonne, grâce à l’aimable autorisation de leurs découvreurs, O. Ginouvez et R. Sabrié, qui m’avaient invité à les examiner à peine étaient-elles sorties de leur fouille. Ces textes relèvent pourtant (au moins lato sensu, comme on le verra) d’une église funéraire auprès de laquelle ils ont été découverts : si l’on doit croire à la longue permanence des hagionymes, sans doute s’agit-il de la basilique Saint-Félix que nous fait connaître Grégoire de Tours4 puisque le bâtiment est situé dans un secteur où se trouvait autrefois le bastion Saint-Félix de l’enceinte moderne de la ville. Cette identification topographique, au nord de l’agglomération antique, avait été soupçonnée de longue date ; sans être absolument prouvée, elle apparaît désormais plus probable encore, de sorte que l’on devra, sinon se livrer à une retractatio (comme aurait aimé à dire H.-I. Marrou), du moins apporter un indispensable supplément à la notice que P.-A. Février et X. Barrai i Altet ont consacrée à Saint-Félix dans le t. VII de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule5 Or l’on sait qu’en association d’abord avec le regretté Jean-Charles Picard, puis à elle seule, Nancy Gauthier a été pendant des années l’éditrice de la collection de la Topographie (qui est forte aujourd’hui de dix volumes), en même temps que l’infatigable animatrice de cette entreprise collective ; avoir fait le choix de Saint-Félix de Narbonne est donc une autre façon de lui rendre ici hommage.

  • 6 O. Ginouvez et R. Sabrié, «  Narbonne, 74, boulevard Frédéric-Mistral », dans Préfecture de la régi (...)

3Dans l’attente d’une publication définitive, je ne dirai qu’un mot de l’église elle-même, me bornant à résumer ce que nous en ont appris les fouilleurs à l’issue d’une campagne de sauvetage urgent qu’ils ont conduite en mars-avril 1994 à la faveur d’une opération immobilière6 Il s’agit d’un bâtiment à nef unique augmentée d’une abside orientée, sans doute de forme semi-circulaire, qui était d’ailleurs pourvue d’une annexe rectangulaire de 6 m x 5,40 m hors œuvre sur le côté sud, le seul qu’il ait été donné d’explorer sur l’emprise du garage à démolir (fig. 1).

Fig. 1 – Plan général des vestiges de la probable basilique funéraire Saint-Félix de Narbonne et du cimetière environnant fouillés en 1974 par O. Ginouvez et R. Sabrié, dessin O. Ginouvez extrait du Document final de synthèse, fig. 3.

  • 7 Ce qui lui confère, on le notera, une longueur supérieure à celle de l’autre grande basilique funér (...)
  • 8 O. Ginouvez, R. Sabrié, DFS, p. 33-37.

4L’église proprement dite, qui mesure 11 m environ de largeur dans l’œuvre pour une longueur inconnue (mais supérieure à 16,70 m pour la seule nef7), n’est guère connue que par ses fondations, ce qui a permis du moins d’observer que celles-ci font un large usage de matériaux en remploi peut-être issus, comme les fouilleurs l’ont supposé, de la démolition du Capitole antique qui était relativement proche. Et bien que tout, ou presque, ait été détruit au-dessous du niveau du sol, on peut songer cependant à restituer un banc presbytéral sur une partie du pourtour de l’abside et un chancel supporté par un mur transversal qui isolait du reste de l’édifice l’extrémité orientale de la nef et l’abside tout entière8.

  • 9 Année épigraphique, 1928, n° 85 ; E. Esperandieu, Inscriptions latines de la Gaule (Narbonnaise) (c (...)
  • 10 Sur cette inscription, voir H.-l. Marrou, Le dossier épigraphique de l’évêque Rusticus de Narbonne, (...)
  • 11 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 9.
  • 12 Grégoire de Tours, loc. cit. supra, n. 1, p. 80.

5Même si les données de la fouille (qui fut pourtant très soigneuse) ne fournissent guère d’éléments pour fonder une chronologie précise, l’ensemble est évidemment à interpréter à la lumière d’une inscription gravée sur un linteau monumental en marbre et datable de février-mars 456 qui avait été découverte en 1928 à la faveur de la construction du garage récemment démoli9 Même lacunaire, son texte constitue l’une des pièces essentielles du "dossier épigraphique" de Rusticus de Narbonne cher à H.-I. Marrou. Datée par la vingt-neuvième année de son épiscopat, cette dédicace ne précise malheureusement pas la titulature de l’édifice dont elle sommait la porte mais elle permet de vérifier que, comme à son ordinaire, Rusticus avait eu recours pour la construction à la fois aux ressources propres de son Église et à la générosité de nombreux notables : des clercs, prêtre, diacre et sous-diacre ; un clarissime, Lympidius, par ailleurs connu de Sidoine Apollinaire, un inlustris et bien d’autres encore10 Ces indications permettent de tempérer l’impression de modestie que laissent les vestiges livrés par la fouille à cause des reconstructions qui ont affecté ultérieurement une église démolie seulement entre 1521 et 152511 : l’édifice primitif était probablement en fait un bâtiment imposant et raffiné tout à la fois, surtout s’il s’agissait bien de Saint-Félix dont Grégoire de Tours, dans sa notice, déjà signalée, de l’In gloria martyrum, rapporte qu’Alaric fit démolir une partie de l’élévation parce qu’elle gênait la vue depuis son palais, deponatur ex hoc aedificio una structura machinae12.

  • 13 O. Ginouvez, R. Sabrié, DFS, p. 31.
  • 14 Ed. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle (cité désormais Le B (...)
  • 15 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 6.

6L’église était en tout cas certainement une basilique funéraire, ainsi que le montrent bien les tombes et la trentaine de sarcophages anépigraphes qui ont été fouillés tant dans son annexe méridionale que dans tout le secteur qui s’étend plus au sud encore (fig. 1), comme autant de témoins de la dévotion des fidèles envers le martyr de Gérone dont elle abritait probablement les reliques. Au jugement des fouilleurs, la nécropole était pourtant antérieure pour une part à l’édifice chrétien13 ; c’est qu’elle participait d’un ensemble plus vaste de noyaux funéraires plus ou moins lâches qui avaient pris la place, pendant l’antiquité tardive, d’anciens secteurs urbanisés situés aux abords occidentaux de la voie domitienne, à son entrée dans la ville au nord. De là une longue fréquentation dont témoignaient suffisamment, avant même la fouille de 1994, les trouvailles épigraphiques faites sur le même site en 1927-1928 et celles, plus anciennes, qui avaient eu lieu non loin de là au XIXe siècle à l’occasion de la construction de la gare et de la voie de chemin de fer : neuf inscriptions au total dont les exemplaires datés, non compris le linteau déjà signalé, s’échelonnent de 486 à 56814 C’est dans ce contexte large (et un peu imprécis, comme on voit) qu’il faut replacer les nouvelles épitaphes que l’on va maintenant présenter. Leur lieu exact de provenance est incertain en effet, et pas seulement parce qu’elles n’ont pas été trouvées en fouille mais à la faveur de "purges" réalisées sur l’ensemble du chantier par l’entreprise de travaux publics pendant le sondage préalable au sauvetage proprement dit, en février 1994. La chose est de peu de conséquence cependant pour la connaissance du contexte du matériel épigraphique (mais non, bien entendu, pour le reste des données archéologiques), dans la mesure où le caractère fragmentaire de trois des inscriptions et les traces de mortier que l’on relève sur la plupart d’entre elles montrent assez que leurs marbres avaient été remployés, très probablement dans l’appareil de tombes médiévales ou modernes ainsi que l’a supposé O. Ginouvez15 : eût-on pu les fouiller correctement que l’on ne saurait pas mieux s’ils provenaient des abords mêmes de l’église ou d’un environnement plus lointain.

  • 16 Cette exposition, due à une initiative de Chr. Landes, conservateur du musée, avait pour titre Barb (...)

7Des cinq textes issus de ces "purges", trois sont déjà connus de Nancy Gauthier qui a pu les voir en 1996 au musée archéologique de Lattes à l’occasion d’une exposition qui coïncidait avec la réunion annuelle de l’Association pour l’Antiquité tardive créée et animée par Noël Duval16 Ils figurent en tête du catalogue ci-après, dans lequel on a commencé par les inscriptions datées avant de présenter les autres épitaphes en suivant l’ordre alphabétique des noms des défunts, pour en terminer par un fragment. Leurs datations, comme on le verra, confirment la fréquentation de la nécropole au VIe s. et même jusqu’au terme de ce siècle, ou presque ; tous ont en outre été gravés sur des marbres en remploi, dont l’un est un fragment de sarcophage historié et non un élément emprunté à une maison ou à un monument public, ce qui montre assez combien était justifiée la crainte des Anciens que leur sépulture fût violée en faveur de nouveaux utilisateurs des nécropoles. Des deux fragments qui complètent la série, l’un (n° 5) a été donné ici par simple souci d’exhaustivité puisqu’il ne porte guère que la mention du mois dans lequel est survenu un décès ; l’autre (n° 4) est plus intéressant en revanche, tant par sa graphie soignée que par son formulaire original qui le désignent sans doute comme une pièce composée pour garder mémoire de l’un de ces notables dont Rusticus, en son temps, avait su si bien solliciter la générosité — sans parler du nom de son destinataire, qui est relativement rare, comme le sont d’ailleurs les deux autres cognomina de ce petit corpus.

8Ces textes ne permettent donc pas seulement d’augmenter de plus de moitié le manipule des inscriptions chrétiennes connues pour la nécropole nord de Narbonne ; à leur façon, ils témoignent de modes de faire et, pour employer un mot aujourd’hui un peu passé de mode, de traits de mentalité propres à l’Antiquité tardive. Ce qui constitue l’ultime justification de leur présence dans ce recueil de Mélanges offert à Nancy Gauthier.

1 - Fragment d’épitaphe daté de 538/539

9Dépôt archéologique de Narbonne.

10Marbre blanc de remploi.

11H. : 0,30 m ; L. : 0,22 m ; é. : 0,09 m.

12H. des lettres : 3 à 3,5 cm.

13Le lapicide a remployé comme support la face postérieure d’un fragment de sarcophage historié dont les scènes étaient disposées dans des niches flanquées de colonnes torsadées, selon l’usage des ateliers romains ou arlésiens à la fin du IVe s., et l’épitaphe a ensuite été retaillée à la faveur d’un autre remploi (dans une tombe médiévale ?), ce qui a conduit à la perte d’une partie du texte à gauche.

14Pour la graphie, noter surtout la forme des C, à mi-chemin de la graphie classique et des "C carrés" de certaines inscriptions du haut Moyen Âge, et celle, particulière, du G, l. 4, ainsi que l’emploi d’une ligature, VI — le prétendu episemon —, dans la mention des années de règne, l. 3, et la présence d’une croix à la fin du texte. L’unique abréviation, INDIC, l. 2, est sommée d’un tilde.

Fig. 2 – Inscription n° 1 et son revers : un sarcophage historié de la fin du IVe siècle
(Cliché Ph. Foliot – Centre Camille Jullian – CNRS)

15La lecture et la compréhension n’offrent de difficulté qu’à la première ligne conservée car si l’on distingue bien à cet endroit les lettres IS, puis le mot obiit, il subsiste en outre à droite cinq hastes verticales et à gauche, l’extrémité du jambage oblique d’une lettre (un K ou un X, qui sont peu probables en raison du contexte ; plutôt un R ou encore un L, si la traverse de cette lettre était oblique comme sur la plupart des autres inscriptions de Saint-Félix)— tous éléments dont l’interprétation est plus délicate.

  • 17 Tels patris ou matris, par exemple, qui pourraient aisément trouver place sur une épitaphe.
  • 18 Mais cela vaudrait également, au nominatif comme au génitif, pour un adjectif aussi commun que fide (...)

16L’usage des formulaires de Narbonne —et singulièrement de ceux de Saint-Félix comme on verra bientôt— inviterait en effet à restituer avant obiit la mention du nombre d’années de la vie du défunt, ce qu’interdisent évidemment les lettres conservées. On devra donc songer à un développement original, et, partant, renoncer à toute restitution assurée, d’autant que la désinence -is peut indifféremment appartenir à un mot au génitif17 ou encore au nominatif, tel le cognomen luuenalis que l’on trouvera sur l’épitaphe n° 318.

  • 19 E. Diehl, Inscriptiones latinae christianae ueteres, 3 vol., Berlin, 1925-1941 ; Supplementum par J (...)

17On n’aurait aucune difficulté en revanche à interpréter les hastes qui suivent obiit comme la mention du chiffre attendu à cet endroit pour indiquer la date du décès, n’était leur nombre de cinq car la graphie ordinaire pour le chiffre 5 est V (cf. infra les inscriptions nos 2 et 3). Plutôt que de songer à une négligence ou à un repentir du lapicide, on préférera donc voir dans la dernière haste le I initial du mot idus dont la suite aurait pris place à la ligne suivante (éventuellement sous une forme abrégée, comme idu par exemple) ; suivrait dans la lacune de la l. 2 la mention du mois qui pouvait être réduite, elle aussi, à trois ou deux lettres, voire une seule : Dec, Dcb, De, Dc ou D, ainsi, pour decembris, comme le montre le précieux index des Inscriptiones latinae christianae ueteres (ILCV)19 La coupure au sein du mot idus ne serait pas autrement surprenante en effet que celle de p/lus sur l’épitaphe de Clara (infra, n° 2) et les intégrations proposées ne disconviendraient pas d’autre part sur un marbre où la longueur des lignes décroît régulièrement de haut en bas.

  • 20 Qui avait accédé au trône aussitôt après l’assassinat d’Amalaric au début de décembre 531, et peut- (...)

18Le choix du mois de décembre pour donner quelques exemples d’abréviations n’a pas été fait au hasard, mais commandé par la suite du texte qui ne fait pas difficulté (on y reconnaît sans peine une datation, fournie à la fois par l’indiction et les années de règne du souverain) : décembre 538 inaugure en effet l’intervalle de temps qui correspond à la fois à la huitième année du règne de Theudis20 et à une deuxième année de l’indiction. Outre le 10 décembre 538, quatrième jour avant les ides de ce mois, huit solutions sont donc envisageables de mois en mois jusqu’au 10 août 539 qui est la dernière date possible avant le terme de l’indiction, le 31 août. À moins qu’en cette période qui touche au milieu du VIe s., l’inauguration de l’indiction n’ait (peut-être) déjà été anticipée au 1er janvier précédant le 1er septembre comme on le dira à propos de l’inscription suivante ; auquel cas, seul decembris serait recevable.

19On pourra donc proposer à titre d’exemple les restitutions et développements suivants : ---r ? ou l ?]is. Obiit iiii i/[du(s) ? dec(embris) ?], indic(tione) secuu/[da, an]no viii Theudi/[re]gis, soit, en faisant l’économie des trois premières lettres : "Il (ou elle) s’en est allé(e) le quatrième jour avant les ides de décembre ( ?), seconde indiction, la huitième année du roi Theudis" — donc, par hypothèse, le 10 décembre 538.

20Si l’ordinatio du texte a bien été aussi soignée qu’il le semble par le rétrécissement progressif des lignes, on pourrait, par souci de symétrie, restituer en outre une autre croix à gauche du mot regis pour encadrer, et peut-être volontairement mettre en valeur, l’unique mot de la dernière ligne.

21Le fragment aurait ainsi conservé en largeur à peu près les deux tiers d’une épitaphe dont le début du texte a sûrement été amputé d’autre part d’une ou plusieurs lignes : quatre à cinq au plus à supposer que le lapicide ait remployé sur toute sa hauteur (une soixantaine de cm sans doute), puis gravé dans son intégralité l’élément de sarcophage historié qui lui a servi de support.

2- Épitaphe de Clara (+ 596 ou 597)

22Dépôt archéologique de Narbonne.

23Marbre blanc de remploi.

24H. : 1,36 m ; L. : 0,38 m ; é. maximum : 0,22 m.

25H. des lettres : 3,5 à 4 cm.

  • 21 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 10.

26Le support de l’inscription, un bloc de section triangulaire — une probable marche d’escalier selon le fouilleur21 — présente une différence de couleur entre ses parties droite et gauche et il a été très usé, spécialement à hauteur des l. 12-13 dont la lecture, difficile, est cependant très largement assurée : l’usure est-elle due à des intempéries ? ou à un piétinement, si l’épitaphe a servi de dalle dans le pavement de Saint-Félix ou de ses annexes ?

27Une croix marque le début du texte dont la disposition, sur quinze lignes, laisse au bas de la pierre une zone vierge de 0,52 m de haut. Les lettres, d’une hauteur un peu inégale, sont médiocrement gravées ; on notera la forme particulière des G, d’un K, au moins, au début de la l. 3, des Q onciaux ; les A ont une traverse brisée, les D sont triangulaires et la traverse inférieure des L est inclinée vers la droite. L et X sont ligaturés dans la mention de l’âge, l. 8. Deux abréviations seulement sont sommées d’un tilde : N, l. 13 et INDC, l. 15.

28La langue n’est pas des plus soignées. Voir ainsi la graphie, banale, qui pour quae, l. 5, sans parler de nombreux autres vulgarismes également très communs pendant l’antiquité tardive, bone, l. 3, anus, l. 6, menus, l. 7-8, obiet, l. 8-9, Apriles, l.10-11.

Fig. 3 – Inscription n° 2
(Cliché Ph. Foliot – Centre Camille Jullian – CNRS)

29Le développement est sans difficulté : +hic requiescit in pace bone memoriae Clara qui uixit anus plus menus lxv. Obiet sub die x kal(endas) Apriles anno x regno gl(oriosissimi) dom(i)[ni] n(ostri) Reccaredi regis, ind(i)c(tione) xv.

30"Ici repose en paix, de bonne mémoire, Clara, qui a vécu plus ou moins 65 ans. Elle s’en est allée le dixième jour des kalendes d’avril, la dixième année du règne de notre très glorieux seigneur le roi Reccared, l’année quinzième de l’indiction (23 mars 596 ou 597)".

31Le formulaire est banal pour les inscriptions chrétiennes de Narbonne et singulièrement celles de la nécropole de Saint-Félix ; on le retrouvera, presque mot pour mot, sur l’épitaphe suivante dans laquelle l’abréviation plus minus, comme c’est le cas ici aussi, précède un nombre d’années arrondi à la demi-dizaine.

  • 22 I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki-Helsingfors, 1965, p. 278 relève ainsi plus de 250 attest (...)
  • 23 Y. Duval, Loca sanctorum Africae, Rome, 1982, t. 1, n° 29, p. 64 = ILCV, 2096.

32Le patronyme porté par la défunte, Clara, "claire", a fréquemment été utilisé, tant au masculin qu’au féminin, durant le Haut-Empire mais il paraît être largement tombé en désuétude pendant l’Antiquité tardive et particulièrement chez les chrétiens22 bien qu’une martyre africaine du nom de Clara soit mentionnée sur une mosaïque de la basilique d’Uppena, en Tunisie23.

  • 24 Le Blant, 620 A.
  • 25 Puisque celui-ci a succédé à son père Liuvigild, mort à Tolède en mai 586 (cf. G. Glotz, op. cit. p (...)

33Comme sur l’épitaphe précédente, la date du décès est indiquée par la double mention de l’indiction et de l’année de règne du souverain en exercice, ici exprimée par une formule dont on trouverait, à suivre les restitutions d’Ed. Le Blant, l’équivalent à Narbonne sur une inscription qui fut mutilée et partiellement martelée à l’occasion de son remploi comme chapiteau à époque romane : inditione duod[ec/ima ann(o) septem r[eg]/no dom(i)ni nostr[i]/[g]l o[rios]issim[i R]e[cca]/r ? [edi regis24 Et le parallèle peut être poussé plus loin encore car dans les deux cas, les indications fournies par les deux computs juxtaposés sont contradictoires : l’inscription publiée par Le Blant est en effet datée du 4 des kalendes de janvier, d. IIII k(a)l(en)d(as) Ianuar[ias, donc d’un 29 décembre, soit en 593 pour une douzième indiction ou en 592 pour une septième année du règne de Reccared25 ; la nôtre on l’a vu, est d’un 23 mars, soit en 596 si l’on se fie aux années de règne mais en 597 si l’on se rapporte à l’indiction, la quinzième indiction n’ayant en principe commencé que le 1er septembre 596. De telles discordances sont fréquentes, on le sait, sur les inscriptions tardives et on les justifie le plus souvent par des erreurs dues à la difficulté d’accorder des computs assurément complexes. Une autre explication est pourtant possible, qui disculperait les lapicides ou leurs commettants : supposer que, par souci de simplification, les Anciens auraient reporté au 1er janvier les termes de ces différents computs.

  • 26 Le Blant, p. 475.
  • 27 RICG, XV, p. 58-59.

34Le Blant avait ainsi proposé que dans son inscription "les années de règne soient comptées à partir du 1er janvier [scil. : suivant l’anniversaire de l’avènement], et non du jour de l’avènement26", ce qui le conduisait à retenir la date de 593 et cette solution, on le notera, vaudrait également pour notre inscription car le 23 mars 596 répond à une dixième année du règne de Reccared, que celle-ci soit décomptée à partir du 8 mai 595 ou du 1er janvier 596. Et pour l’indiction, on peut également songer à partir du milieu du VIe s., date ronde, à un report de son terme au 1er janvier précédant le 1er septembre, puis, dans le dernier tiers du siècle, au 1er janvier suivant cette même date : telle est du moins l’explication qui a paru la plus plausible à F. Descombes pour rendre compte des anomalies rencontrées en Viennoise27 Comparaison n’est pas raison, cependant, d’autant que les Wisigoths n’étaient pas les Francs, mais l’on peut former l’hypothèse qu’eux-mêmes (ou les habitants de Narbonne) étaient restés fidèles à la fin du siècle au système apparemment en usage dans la Viennoise voisine vers 550 puisqu’un avancement du décompte de l’indiction au 1er janvier précédant son terme normal du 1er septembre permettrait de lever les contradictions chronologiques rencontrées sur les deux inscriptions à la fois. Sur celle étudiée par Le Blant en effet, le 29 décembre relève également d’une douzième indiction, que celle-ci ait commencé le 1er janvier ou le 1er septembre 593, tandis que sur celle qui nous occupe présentement, l’année 596, dizième du règne de Reccared, ressortirait tout entière alors à une quinzième indiction, conformément aux données de son formulaire.

  • 28 Dans laquelle la plus tardive des inscriptions datée était jusqu’ici de 568 (Le Blant, 616 B).
  • 29 Le Blant, 621, (a° 689).
  • 30 Puisque l’inscription la plus tardive datée de cette façon connue en Viennoise est de 694 : RICG, X (...)

35Il serait donc séduisant de retenir l’année 596 comme date de cette épitaphe mais le plus sage est sans doute de laisser ouvertes les deux possibilités —596 ou 597— tout en notant que si l’inscription permet désormais de prolonger d’une génération au moins la fréquentation assurée de la nécropole de Saint-Félix28, elle n’est pas la plus récente du corpus antique de Narbonne qui se clôt sur une épitaphe juive postérieure de près d’un siècle29. Et si elle fait bien partie d’autre part du manipule des inscriptions gauloises les plus tardives qui fournissent une datation conjointe par l’indiction et les années de règne, ce mode de faire a pourtant encore duré près d’un siècle encore dans la Viennoise voisine30.

3- Épitaphe de Iuvenalis

36Dépôt archéologique de Narbonne.

37Marbre blanc de remploi.

38H. : 0,73 m ; L. : 0,34 m et 0,24 m à hauteur des l. 5-6 ; é. : 0,11 m.

39H. des lettres : 3 cm.

  • 31 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 9.

40Comme support pour cette épitaphe dont les dimensions conviendraient bien à la couverture d’une tombe d’enfant, le lapicide a utilisé une dalle déjà brisée à gauche — sans doute un élément de seuil, comme l’a supposé lefouilleur31— ce qui l’a conduit à régler son texte selon le cours de la cassure, tout en laissant au bas de la pierre une zone vierge de 0,48 m de hauteur.

41Les lettres, d’une hauteur un peu inégale, sont plus profondément gravées que sur l’épitaphe précédente ; on notera les A à traverse horizontale et la forme particulière des Q ainsi que la ligature VI — le prétendu episemon — employée dans la notation de la date ; les abréviations sont toutes sommées d’un tilde : AN, l. 4, D et KAL, l. 6.

42Pour la langue, on retrouve d’autre part deux des vulgarismes du texte précédent : bone, l. 2, menus, l. 5.

Fig. 4 – Inscription n° 3
(Cliché Ph. Foliot – Centre Camille Jullian – CNRS)

43Le développement ne présente aucune difficulté : hic requiescit in pace bone memoriae luuenalis qui uixit an(nos) plus menus v. Sub d(ie) viii kal(endas) Maias.

44"Ici repose en paix, de bonne mémoire, Iuvenalis qui a vécu plus ou moins 5 ans. Le huitième jour avant les kalendes de mai (24 avril)".

  • 32 Ainsi sur l’inscription d’Adelfius, Le Blant, 613, qui fut trouvée "dans une vigne près de la gare (...)

45Le formulaire est comme une version abrégée de celui de l’épitaphe précédente : point de croix au début, ni de mention de l’année du décès et obiit a même été omis avant la date de la déposition (volontairement, ou par suite d’une distraction du lapicide ?) comme cela se rencontre ailleurs à Narbonne aux environs de Saint-Félix32.

  • 33 92 attestations, dont seulement 4 dans des textes chrétiens selon I. Kajanto, The latin cognomina, (...)
  • 34 RICG, XV, 182.

46Comme Clara, le cognomen porté par le défunt, luuenalis, "juvénile", avait été très prisé au Haut-Empire, pour devenir beaucoup plus rare pendant l’Antiquité tardive33 ; on connaît cependant au moins un autre louenales en Gaule, sur une épitaphe de Vienne sans doute du VIe s.34. À cause des similitudes multiples avec l’inscription précédente, c’est une datation que l’on retiendra volontiers également pour le présent texte.

4 - Fragment d’épitaphe de Malcus

47Dépôt archéologique de Narbonne.

48Marbre blanc H. :0,33 m ; L. : 0,27 m ; é. : 0,07m.

49H. des lettres : 2,2 cm.

50Le support est le plus mince de toute la série des inscriptions récemment trouvées à Saint-Félix. Son épaisseur n’exclut pas cependant que l’épitaphe ait pu être gravée elle aussi sur une dalle de pavement dont l’angle supérieur droit pourrait même être conservé —à moins, plus probablement, qu’à l’occasion d’un remploi, la pierre n’ait été soigneusement sciée par le travers au-dessus de la première ligne aujourd’hui lisible ; Chr(istu)m, en tout cas, était sans doute bien le dernier mot de la l. 1.

51La facture est très soignée : de fines réglures servent à guider le cours des lettres dont la graphie est précise, voire raffinée (voir ainsi la forme des A, du F de la 1. 6, des L très étirés et des Q, ou encore le dessin original des tildes "à crochets" qui somment toutes les abréviations du texte, l. 1 et 3) ; la seule négligence serait dans le G de la fin du 1. 7, qui est presque semblable à un C.

52La langue manifeste la même qualité : on ne relève aucun vulgarisme dans ce texte manifestement très développé et d’un formulaire original.

Fig. 5 – Inscription n° 4
(Cliché J.-M. Colombier – Ville de Narbonne)

53Pour proposer des restitutions et une traduction d’un fragment aussi mutilé, il convient cette fois, selon l’usage du RICG, de procéder à un commentaire ligne par ligne pour deviner en particulier quels pouvaient être, au début ou à la fin, les fragments de lettres conservés qui ont été notés par des barres obliques dans la copie ci-dessus.

  • 35 Le Blant, 623.

54L. 1. À l’initiale, il faut certainement imaginer un R dont l’extrémité de la haste oblique viendrait au contact du A voisin, de la même façon qu’un R vient au contact d’un E, l. 3. On restituera donc mig]rauit ad Chr(istu)m, une expression dont le seul parallèle approché, à feuilleter l’index des ILCV, serait fourni par l’épitaphe de la petite-fille de Marius Victorinus (ILCV, 104 a, 9 : rite quod aeterno migrarim dedita Christo) mais qui revient plus fréquemment, dans des textes en vers ou en prose, sous la forme migrauit ad Deum, ou ad Dominum. — ainsi à Aix-en-Provence sur l’inscription d’un pénitent du tournant des Ve-VIe siècles35 Il reste que des expressions de ce type se rencontrent, comme il est naturel, plutôt en fin (ou en cours) d’un texte qu’à son tout début, ce qui rend plausible l’hypothèse que la pierre telle qu’elle nous est parvenue aurait été retaillée pour un remploi.

55L. 2. Le premier élément conservé est certainement l’apex supérieur du jambage oblique d’une lettre : un V sans aucun doute, ce qui autorise à restituer ici (mais au parfait, non au présent) un formulaire des plus communs en épigraphie chrétienne, y compris à Narbonne (voir ici les inscriptions nos 2 et 3), ---req]uieuit in [pace---.

  • 36 T. III, p. 453 et 580.
  • 37 Le Blant, 615.
  • 38 Datations relevées respectivement sur les inscriptions Le Blant, 391 (à Aoste, a° 496) et 586 A (à (...)

56L. 3. Tandis que l’on ne lit plus à d. après le R que le départ d’une lettre inidentifiable, la lettre qui figurait à g. avant le O est à demi conservée ; le contexte invite à restituer un B dont la panse supérieure serait très en retrait par rapport à la panse inférieure, ce qui ne disconviendrait pas sur ce marbre à la graphie originale. On devra donc songer à la formule bon(ae) recor[dationis qui était suffisamment prisée dans les Gaules au témoignage de l’Index des ILCV pour que cinq des six exemples recensés proviennent des Sept Provinces ou de la Gaule du Nord36 ; à quoi l’on ajoutera, à Narbonne même, l’expression très voisine uenerande recordationis qui figure sur l’épitaphe d’une religieuse, Maria37 On remarquera en outre que ces inscriptions, dont les exemplaires datés s’échelonnent de la fin du Ve s. au milieu du VIIe s. 38, offrent le plus souvent, comme la nôtre, des formulaires très développés qui ont en outre fréquemment été rédigés en vers ou en prose rythmée.

  • 39 Les Inscriptiones latinae selectae (ILS) d’H. Dessau, Berlin, 1892-1916, n’en fournissent ainsi que (...)
  • 40 ILCV 623 (= ICUR, NS, VII, 20608), à Saint-Laurent et ICUR, II, 6467 à Saint-Pancrace ; ILCV, 1880 (...)

57L. 4. Avant le relatif qu[i, il faut reconnaître en Malcus un patronyme qui se rencontre aussi sous la forme Malchus. Ce cognomen, qui a été infiniment moins usité que Clara ou Iuvenalis pendant le haut-empire39 est également resté une rareté pendant l’Antiquité tardive : deux attestations cependant au moins sur des épitaphes romaines et une troisième, sur mosaïque, à Aquilée40.

58L. 5 : La lecture r]equiescit est entièrement assurée puisque l’on perçoit encore à g. l’extrémité du jambage incliné du R initial.

  • 41 Sur cette inscription que Le Blant avait écartée parce qu’il la jugeait à tort postérieure au VIIIe(...)
  • 42 ILCV, 1090, 13.

59L. 6 : La première lettre, dont seul le jambage droit est conservé, est certainement un N à cause de l’absence d’apex au bas de la haste ; on restituera donc an]nos felic[iter, d’autant plus aisément que cet adverbe de bon augure se rencontre, dans des inscriptions en vers, associé à la mention de la durée de la vie : ainsi à Aix-en-Provence sur l’épitaphe d’un sacerdos en qui il faut probablement reconnaître un évêque local, Basilius, mort sans doute dans la décennie 500-510 — --- ]quadragenis feliciter aeuo41— ou encore sur celle, de peu postérieure, de l’évêque Jean de Tarragone, mort octogénaire — octiens denos uita peragens feliciter annos—, dont on sait qu’il présida des conciles dans sa province en 517 et 51842.

60L. 7 : Après la dernière lettre entièrement conservée ne se lit plus que l’apex d’une lettre qui pourrait être un I ; d’où la restitution hautement probable sexag]inta, soit un nombre dont la présence se conçoit bien dans le contexte de la ligne précédente.

61L. 8 : Impossible de se livrer ici à la moindre restitution ; on indiquera seulement qu’après le V et le I très largement conservés, la dernière lettre visible pourrait être un N.

62Au total, on restituera donc...migr[auit ad Chr(istu)m... requi]euit in lpace...]bon(e) recor[dationis...] Malcus qu[i...... r]equiescit[... an]nos felic[iter...] sexag[inta...]VIN, soit : “il a migré vers le Christ... il s’est endormi en paix... de bon souvenir... Malcus, qui... repose... ses ans, heureusement,... soixante...”.

  • 43 Ce qui a justifié que F. Descombes leur ait consacré un long développement spécifique dans son intr (...)
  • 44 Voir sur ce point l’introduction du RICG, XV, § 129, p. 89.

63On ne peut évidemment que regretter la perte de l’essentiel de ce texte qui est, de loin, le plus original de toute la série à cause de son formulaire dont les parallèles sont le plus souvent à chercher, on l’a vu, dans le corpus des elogia en vers ou en prose rythmée qui ont fleuri de façon privilégiée dans le Midi de la Gaule, et particulièrement en Viennoise, dès la fin du Ve s. et pendant les deux siècles suivants43 C’étaient là, on le sait, des épitaphes de notables, clercs ou laïcs, et il en allait sans doute de même pour la présente inscription que l’on jugera volontiers d’autre part de la seconde moitié du VIe siècle, à cause d’un autre rapprochement avec la Viennoise qui tient cette fois à la paléographie : les années 550 et suivantes sont en effet celles où les lapicides de cette région ont affectionné les tildes "à crochet" du même type que ceux du marbre de Narbonne44 Mais une datation plus large dans le VIe s. n’est évidemment pas à exclure.

5 - Fragment d’épitaphe anonyme

64Dépôt archéologique de Narbonne.

65Marbre blanc

66H. : 0,70 m ; L. : 0,59 m ; é. : 0,16 m.

67H. des lettres : 3,5 cm.

  • 45 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 11.

68Le support est fait d’une dalle aujourd’hui cassée à peu près par le milieu (à en juger par la longueur subsistante) et dans l’angle inférieur droit, mais dont la largeur est intégralement conservée. Le fouilleur a supposé qu’il pourrait s’agir d’un élément de pavement45 La chose est possible bien que l’épiderme de la pierre ne présente aucune trace d’usure. Le texte était en tout cas cantonné en partie haute comme le montre l’espace très important —0,65 m— laissé libre au-dessous des deux dernières lignes.

69Graphie relativement soignée, conforme aux usages de l’Antiquité tardive : noter en particulier les A à traverse brisée et la forme du K et du L.

Fig. 6 – Inscription n° 5
(Cliché J.-M. Colombier – Ville de Narbonne)

70L. 1, avant le N partiellement conservé mais dont la lecture est sûre, figurent les départs de deux hastes obliques et convergentes qui peuvent avoir appartenu à un A ou à un M ; on préférera évidemment la lecture AN. À la 1. 2 d’autre part, avant la séquence conservée, se lisent les départs de deux et sans doute trois hastes verticales.

71On devra donc imaginer ici une fin de texte analogue à celle qui figure sur l’inscription de Iuvenalis, supra, n° 3, à cette différence près que l’indication de la date du décès aurait été précédée de la simple mention die, et non sub die, qui est beaucoup plus fréquente, non seulement à Narbonne mais dans l’ensemble du monde chrétien comme le montrent les ILCV. Quant aux hastes qui précèdent d(ie), elles appartiendraient au nombre (inconnu) des années de vie du défunt ou de la défunte, éventuellement accompagné, comme dans les épitaphes de Clara et Iuuenalis, de la mention plus minus.

72On proposera donc les restitutions suivantes : ---]an(nis)/plus minus ?...] III d(ie) vi k(a)l(endas) Maias, ".... qui vécut (plus ou moins ?)... années. Le sixième jour des kalendes de mai" (26 avril).

73La datation doit évidemment rester dans le vague, même si la qualité soignée de la graphie inviterait assez à placer l’inscription avant celles de Clara et Iuuenalis ; mais l’on sait bien le caractère problématique des appréciations de ce type.

Notes

2 Et qui est paru cinq ans plus tard : N. Gauthier, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, I, Première Belgique, Paris, 1975.

3 J. Guyon, Les inscriptions chrétiennes de Marseille, Alpes Maritimes et Narbonnaise Seconde (des origines jusqu’en l’an 800), mémoire de l’École pratique des Hautes-Études (IVe section), Paris, 1972. Ce travail devait être publié dans le volume XIV du RICG qui aurait en outre contenu les inscriptions d’Arles dont Ch. Pietri avait la charge et celles du reste du territoire arlésien, étudiées par H.-I. Marrou : cf. la préface de Ch. Pietri à F. Descombes, RICG, XV, Viennoise du Nord, Paris, 1985. La mort prématurée de ces deux maîtres en a décidé autrement, mais des exemplaires du mémoire sont consultables à la fois à l’E.P.H.E. et à la Bibliothèque d’Histoire des religions, à la Sorbonne.

4 Grégoire de Tours, In gloria martyrum, 1, 91, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, p. 99.

5 N. Gauthier et J.-Ch. Picard éd., Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe s., VII. Province ecclésiastique de Narbonne (Narbonensis Prima), par P.-A. Février et X. Barrai i Altet, Paris, 1989, p. 22.

6 O. Ginouvez et R. Sabrié, «  Narbonne, 74, boulevard Frédéric-Mistral », dans Préfecture de la région Languedoc-Roussillon - Direction régionale des Affaires culturelles - Service régional de l’archéologie - Bilan scientifique 1994, Paris, 1995, p. 68-69. Cette brève notice résume les plus amples développements des mêmes auteurs, Narbonne, 74 boulevard Frédéric-Mistral (11 262 086 H) (Aude), Document final de synthèse de sauvetage urgent (39/94), manuscrit dactylographié consultable au Service régional de l’archéologie de Languedoc-Roussillon (cité désormais O. Ginouvez, R. Sabrié, DFS). Mais on devra également recourir au Document final de synthèse de sondage (16/02/94-15/03/94) (cité désormais O. Ginouvez, DFS, 1), un autre manuscrit consultable au Service régional de l’archéologie qui rend compte des premières investigations menées sur le site par le seul O. Ginouvez et dont les résultats ont commandé l’ouverture de la campagne de sauvetage ultérieure.

7 Ce qui lui confère, on le notera, une longueur supérieure à celle de l’autre grande basilique funéraire de Narbonne, d’ailleurs voisine, du Clos de la Lombarde : cf. Y. Solier dir., La basilique paléochrétienne du Clos de la Lombarde à Narbonne, Revue archéologique de Narbonnaise, Supplément n° 23, Paris 1991.

8 O. Ginouvez, R. Sabrié, DFS, p. 33-37.

9 Année épigraphique, 1928, n° 85 ; E. Esperandieu, Inscriptions latines de la Gaule (Narbonnaise) (cité désormais ILGN), Paris, 1929, n° 604.

10 Sur cette inscription, voir H.-l. Marrou, Le dossier épigraphique de l’évêque Rusticus de Narbonne, dans Rivista di archeologia cristiana, 45, 1970, p. 331-349 ; à noter que la liste des donateurs comprend également une comtesse, dont la présence tient sans doute à "des libéralités faites à l’Église à une époque bien postérieure" et que commémorerait une addition (d’époque carolingienne ?) au texte originel (ibid., p. 344).

11 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 9.

12 Grégoire de Tours, loc. cit. supra, n. 1, p. 80.

13 O. Ginouvez, R. Sabrié, DFS, p. 31.

14 Ed. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle (cité désormais Le Blant), t. II, Paris, 1865, nos 613, 613 A, 616 A, 616 B et ld., Nouveau recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, Paris, 1892, n° 318 ; ILGN, nos 604, 605, 606 et 612. Les dates extrêmes sont 486 pour l’épitaphe ILGN, nos 606 et 568 pour l’épitaphe Le Blant, 616 B.

15 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 6.

16 Cette exposition, due à une initiative de Chr. Landes, conservateur du musée, avait pour titre Barbares ! ? ; dans son catalogue, actuellement sous presse, on trouvera une ébauche de la présente étude.

17 Tels patris ou matris, par exemple, qui pourraient aisément trouver place sur une épitaphe.

18 Mais cela vaudrait également, au nominatif comme au génitif, pour un adjectif aussi commun que fidelis sur les inscriptions chrétiennes.

19 E. Diehl, Inscriptiones latinae christianae ueteres, 3 vol., Berlin, 1925-1941 ; Supplementum par J. Moreau, H.-I. Marrou, Dublin-Zurich, 1967 : ici t. III, p. 301.

20 Qui avait accédé au trône aussitôt après l’assassinat d’Amalaric au début de décembre 531, et peut-être plus précisément le 5 de ce mois : cf. G. Glotz dir, Histoire du Moyen Age, t. I, Les destinées de l’Empire en Occident de 395 à 888, par F. Lot, Chr. Pfister et L. Ganshof, Paris, 1928 p. 170, n. 178.

21 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 10.

22 I. Kajanto, The Latin Cognomina, Helsinki-Helsingfors, 1965, p. 278 relève ainsi plus de 250 attestations de Clarus/a, toutes périodes et classes sociales confondues (dont une centaine pour des femmes), contre deux seulement sur des inscriptions chrétiennes.

23 Y. Duval, Loca sanctorum Africae, Rome, 1982, t. 1, n° 29, p. 64 = ILCV, 2096.

24 Le Blant, 620 A.

25 Puisque celui-ci a succédé à son père Liuvigild, mort à Tolède en mai 586 (cf. G. Glotz, op. cit. p. 235), le 8 de ce mois : cf. Y. Duval, Nativola-les-trois-églises (évêché d’Acci, 594-607), d’après Vivès, ICERV, 303, dans MEFRA, 103, 1991, p. 814, n. 17.

26 Le Blant, p. 475.

27 RICG, XV, p. 58-59.

28 Dans laquelle la plus tardive des inscriptions datée était jusqu’ici de 568 (Le Blant, 616 B).

29 Le Blant, 621, (a° 689).

30 Puisque l’inscription la plus tardive datée de cette façon connue en Viennoise est de 694 : RICG, XV, 17.

31 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 9.

32 Ainsi sur l’inscription d’Adelfius, Le Blant, 613, qui fut trouvée "dans une vigne près de la gare de chemin de fer".

33 92 attestations, dont seulement 4 dans des textes chrétiens selon I. Kajanto, The latin cognomina, p. 300.

34 RICG, XV, 182.

35 Le Blant, 623.

36 T. III, p. 453 et 580.

37 Le Blant, 615.

38 Datations relevées respectivement sur les inscriptions Le Blant, 391 (à Aoste, a° 496) et 586 A (à Bordeaux pour une épitaphe datée de la cinquième année du règne de Clovis : II ou III ?).

39 Les Inscriptiones latinae selectae (ILS) d’H. Dessau, Berlin, 1892-1916, n’en fournissent ainsi que deux attestations (nos 2090 et 2624) mais l’on sait que Malchus était également le nom porté par un serviteur du grand prêtre lors de l’arrestation du Christ dans l’Évangile de Jean, 18, 10.

40 ILCV 623 (= ICUR, NS, VII, 20608), à Saint-Laurent et ICUR, II, 6467 à Saint-Pancrace ; ILCV, 1880 pour Aquilée.

41 Sur cette inscription que Le Blant avait écartée parce qu’il la jugeait à tort postérieure au VIIIe s., je me permets de renvoyer à mon étude À propos d’une inscription du cloître SaintSauveur — La double vie posthume d’un clerc aixois : chanoine du XIe s. ou évêque du Ve s. ?, dans Revue archéologique de Narbonnaise, X, 1977, p. 199-216.

42 ILCV, 1090, 13.

43 Ce qui a justifié que F. Descombes leur ait consacré un long développement spécifique dans son introduction au RICG, XV, p. 187-201.

44 Voir sur ce point l’introduction du RICG, XV, § 129, p. 89.

45 O. Ginouvez, DFS, 1, p. 11.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan général des vestiges de la probable basilique funéraire Saint-Félix de Narbonne et du cimetière environnant fouillés en 1974 par O. Ginouvez et R. Sabrié, dessin O. Ginouvez extrait du Document final de synthèse, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2 – Inscription n° 1 et son revers : un sarcophage historié de la fin du IVe siècle(Cliché Ph. Foliot – Centre Camille Jullian – CNRS)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3 – Inscription n° 2(Cliché Ph. Foliot – Centre Camille Jullian – CNRS)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4 – Inscription n° 3(Cliché Ph. Foliot – Centre Camille Jullian – CNRS)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5 – Inscription n° 4(Cliché J.-M. Colombier – Ville de Narbonne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6 – Inscription n° 5(Cliché J.-M. Colombier – Ville de Narbonne)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6460/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

CNRS – Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540