Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Disneyland, entre parc de loisir et modèle de ville pour la suburbia nord-américaine

Sophie Didier

Texte intégral

  • 1 Les parcs du groupe sont actuellement au nombre de 11 dans le monde, et ils sont regroupés sur 5 s (...)

1Les parcs du groupe Disney connaissent dans l’ensemble un succès indéniable depuis l’ouverture du premier d’entre eux en Californie en 1955, et, s’ils ne participent plus aujourd’hui que pour une part mineure de la fortune de ce géant mondial des médias, ils conservent un rôle symbolique important pour l’image de l’entreprise. Au-delà de ce succès qui en fait une véritable machine de guerre touristique, il est important de souligner l’influence que ces parcs ont pu avoir en matière d’aménagement, auprès des architectes et urbanistes relevant tant du secteur privé que du secteur public (Didier, 2000). Le Disneyland originel ainsi que les différentes reproductions ultérieures de ce parc1, ont en effet été élevés au rang de modèle de ville pour l’Amérique du Nord urbaine, à la suite d’un glissement de sens dont l’identification sera ici le moteur de l’analyse.

2De simple parcs de loisir, ils sont en effet devenus en l’espace de quelques décennies des villes idéales. Or, l’examen des villes idéales est riche d’un double sens en études urbaines (Bonzon et al., 1993) :

3- premièrement, parce qu’elles nous informent sur les transformations de la société elle-même. En un sens, il n’est pas très étonnant qu’un parc de loisir endosse aujourd’hui le rôle des cités ouvrières et autres familistères : voilà qui consacre l’avènement de la société post-industrielle dans les villes des pays développés, où le secteur tertiaire a pris la première place et où, selon la même logique, les espaces de la consommation sont désormais plus signifiants que les espaces de la production (Zukin, 1992 ; Soja, 2000).

4- deuxièmement, parce que l’étude des villes idéales permet de mettre le doigt sur les dysfonctionnements de la ville elle-même. Leur élaboration s’inscrit dans les faisceaux de réflexion sur les différentes crises, historiquement situées, que traversent les espaces urbains, et qui consacrent la faillite de certains modèles d’urbanisation. Je montrerai que c’est par opposition à la suburbia des années 1950, en voie de stigmatisation à partir du milieu de la décennie 1960, que les parcs à thème du groupe Disney ont pris valeur de ville idéale et de modèle à suivre pour les aménageurs.

  • 2 J’entends ici le terme de suburbia au sens donné par Fishman (1987, 6) : « Suburbia can thus be de (...)
  • 3 D’un strict point de vue méthodologique, je rejoins ici le travail de R. A. Beauregard (1993) sur (...)

5Une première partie replacera la création de Disneyland dans l’histoire de la compagnie qui l’a créé, en insistant sur la filiation existant entre le parc et d’autres formes de loisirs populaires inventées au tournant du vingtième siècle. Cette filiation permet de replacer Disneyland résolument du côté de la modernité, laquelle s’exprime au travers des valeurs qui sont affirmées dans l’enceinte du parc. Le second point permettra de montrer le lien profond qu’entretient Disneyland avec son environnement immédiat, la suburbia nord-américaine2, puisque le parc est bien un pur produit de cette culture suburbaine qui a trouvé son terrain d’expression privilégié à Los Angeles. Une troisième partie aura pour but de caractériser la dissociation entre Disneyland et la suburbia, puis le glissement du statut du parc vers celui de ville idéale à partir de la décennie 1960. Ce glissement résulte en fait d’un double plébiscite venant d’une part des architectes, urbanistes et commentateurs de la ville en général qui ont reproduit plus ou moins consciemment le modèle, mais aussi et surtout de la presse nationale qui a joué le rôle de puissant relayeur du mythe Disney à partir de la fin des années 19503.

L’INVENTION DU PARC À THÈME, ENTRE EXPOSITION UNIVERSELLE ET LUNA PARK POUR LES CLASSES MOYENNES DE L’APRÈS-GUERRE

6Le groupe Disney actuel est l’héritier des studios de cinéma fondés par les frères Disney et qui connaissent dès les années 1930 une série de succès sans précédent. Outre les avancées technologiques indéniables en matière de dessin animé (Blanche Neige, premier long métrage d’animation, obtient l’oscar en 1936), les deux frères ont très tôt diversifié les productions du groupe et mis au point des techniques de promotion originales, notamment le principe de synergie qui permet de faire le lien entre les différents produits estampillés Disney (Didier, 2000). D’après les biographes officiels (Thomas, 1994) ou officieux (R. Schickel, 1968) de Walt Disney, l’idée de construction d’un parc d’attraction d’un nouveau type a mobilisé l’énergie de son créateur dès les années 1940. Malgré la renommée de son concepteur, la mise en place du parc est difficile, particulièrement en ce qui concerne son financement : les parcs de loisir sont largement en perte de vitesse depuis la Crise de 1929, et les investisseurs potentiels sont très méfiants vis-à-vis du projet. Le succès immédiat du parc dès son ouverture en 1955 vient toutefois changer la donne et suscite un grand nombre d’imitations à travers les États-Unis.

7En fait, Disneyland n’est pas à proprement parler une nouveauté : il se nourrit tout d’abord de l’expérience des Expositions universelles, et tout particulièrement de l’Exposition colombienne de 1892, qui avait attiré sur son site de Chicago près de 27 millions de spectateurs. Le projet de Walt Disney emprunte aux idéaux pédagogiques de ces grands évènements, à travers des exposés « scientifiques » sur l’atome (section Tomorrow-Land) ou l’histoire de l’Amérique (section Main Street) traités sur un mode ludique à l’intérieur de l’enceinte du parc. Les manèges et les environnements artificiels du parc trouvent par ailleurs leur origine dans la section commerciale de l’Exposition de 1892, le Midway Plaisance, qui avait accueilli les tout premiers manèges illustrant la domestication de la machine à des fins ludiques : flume-rides (chutes d’eau que l’on parcourt en bateau), Ferris Wheel (grand-roue), etc.

8Ce type d’attractions très populaire permettant l’expérimentation du vertige et de la vitesse avait aussi trouvé sa place au tournant du siècle dans les parcs de loisir associés aux stations balnéaires de proximité fréquentées par la classe ouvrière des grandes agglomérations de l’Est du pays, et notamment à Coney Island (Kasson, 1978) dont le parc le plus célèbre, le Luna Park, abritait manèges et monstres de foire dans un décor à l’architecture délirante. Toutefois ces parcs de la génération Coney Island représentent plus un anti-modèle pour Walt Disney qu’un point direct de référence : l’hagiographie disneyienne insiste toujours sur le dégoût qu’inspirait Coney à Walt, et sur son insistance à dénoncer la saleté, la vulgarité et l’indécence de ces formes de loisir. En ce sens, Disneyland représente bien un effort de moralisation d’un loisir populaire (décrié depuis les années 1930) à travers son ajustement à la classe moyenne dont les valeurs deviennent dominantes à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Renouant avec la tradition des philanthropes et réformistes du xixe siècle (Corbin, 1995), Walt Disney propose une combinaison, le divertissement familial (family entertainment) mêlant science, divertissement et histoire nationale, et qui s’inscrit à la croisée de l’industrie du loisir de masse alors en plein essor, et d’un projet moral et pédagogique pour l’occupation des temps de loisirs de la classe moyenne américaine.

9La forme spatiale même du parc reflète cette distanciation vis-à-vis des Luna Parks : face à l’apparente anarchie de Coney Island, Disneyland fait figure de modèle d’environnement contrôlé, le fond (l’entreprise d’éducation des foules) coïncidant ici avec la forme (propreté méticuleuse et planification), comme dans le cadre des Expositions universelles. La forme enclose fait ainsi s’apparenter le parc à une île : l’efficacité de Disneyland repose sur un principe d’isolement physique vis-à-vis de son environnement immédiat, ce qui facilite l’illusion sensorielle d’entrée dans un monde imaginaire cohérent. En interne, le maintien de l’ordre s’illustre dans l’attention portée au cheminement des visiteurs, à l’aide de divisions internes entre les différents mondes mais aussi, héritage des techniques du studio de cinéma, à travers une manipulation des échelles architecturales facilitant la circulation en entraînant les visiteurs dans des séquences narratives (Francaviglia, 1977). Le décor est ainsi planifié au millimètre près et repeint de frais la nuit, et les employés, obéissant à des codes d’apparence très stricts, complètent le dispositif spatial mis en œuvre à l’intérieur des limites du parc.

UN PUR PRODUIT DE LA SUBURBIA : LE LIEN ÉTROIT ENTRE DISNEYLAND ET LE COMTÉ D’ORANGE

  • 4 In Disneyland Public Relations Divisions (1961), Disneyland interim report to the City of Anaheim, (...)

10Les thématiques développées à l’intérieur de l’enceinte du parc correspondent bien à une adaptation aux classes moyennes d’une forme de loisir populaire plus ancien, mais le lien social entre Disneyland et la classe moyenne américaine est renforcé par une coïncidence spatiale entre les deux. Disneyland est en effet localisé dans la ville d’Anaheim qui appartient au comté d’Orange. Cette frange sud-est de l’agglomération de Los Angeles connaît une urbanisation brutale à la fin de la Seconde Guerre mondiale : la population totale du comté passe ainsi de 100 000 habitants en 1940 à près de 500 000 en 1957, et compte aujourd’hui près de 3 millions d’habitants. Ce processus d’urbanisation, bien identifié sur la plupart des franges urbaines des grandes agglomérations américaines au sortir de la guerre, résulte des effets combinés de l’équipement croissant en automobile, du lancement de programmes de liaison autoroutière entre les centres d’agglomération et leurs périphéries et de la facilité d’accession à la propriété des ménages dès l’immédiat Après-Guerre (Didier, 2000). La classe moyenne blanche qui a quitté le centre de l’agglomération angelena (phénomène là encore très classique de white flight) forme désormais la majeure partie de la population du comté d’Orange. La particularité culturelle de cette suburbia, outre sa relative uniformité sociale, est son orientation vers le tout-automobile, ce que consacre finalement l’articulation très étroite de Disneyland avec l’axe majeur de communication qui traverse le comté de part en part et le relie au centre de l’agglomération de Los Angeles. Les premières études lancées par la Direction de Disneyland auprès des visiteurs du parc illustrent cette suprématie de l’automobile : en 1959, 96 % des visiteurs ont ainsi rejoint le parc en automobile individuelle4, et l’immense parking de 10 000 places qui jouxte l’entrée du parc en témoigne tout aussi bien. En ce sens, Disneyland est un pur produit de cette suburbia, tout autant que le centre commercial régional (mall) qui a vu le jour à peu près à la même époque et qui présente le même profil insulaire combiné à une excellente connexion aux grands réseaux de communication (voir par exemple le Southdale Shopping Center mis au point par l’architecte-urbaniste Victor Gruen en 1956 dans la banlieue de Minneapolis, et qui est très similaire à Disneyland dans son rapport à son environnement).

  • 5 D’où le titre de l’article : « You have to pay for the public life ».

11Surtout, l’expérience Disneyland consacre finalement la montée en puissance d’une culture privée de la ville, qui s’articule autour de quelques fondamentaux : l’automobile, le logement pavillonnaire (single-family dwelling), la consommation de loisirs prenant de plus en plus place dans le cadre domestique (télévision, etc.) en sont les traits les plus distinctifs. Dans cette culture privée de la ville, particulièrement bien représentée à Los Angeles, Disneyland fait figure d’espace partagé (pour ne pas dire public) pour la communauté suburbaine, au même titre que l’église, le campus universitaire, la plage ou le centre commercial. Le parc consacre ainsi la montée en puissance des espaces semi-publics (ou semi-privés) dans la ville qui vont progressivement prendre de plus en plus d’importance (et même gagner les cœurs d’agglomération), mais qui constituent dans le cadre de la suburbia un des lieux de sociabilité d’une ville privée où la puissance publique se fait très discrète dans le paysage. Un article de Charles Moore paru en 1965 dans la revue de l’école d’architecture de Yale (dont il était alors directeur) apparaît à ce titre très révélateur : s’intéressant à l’architecture monumentale représentative de l’espace public, Moore tente de démontrer la difficulté de traiter de ce thème à Los Angeles, alors même qu’il en a été chargé par la revue. Pour Moore, le résultat de l’enquête est claire : pour accéder à l’espace public à Los Angeles, il faut payer, et ce prix est précisément celui du billet d’entrée à Disneyland pour lequel il ne tarit pas d’éloges5. Par comparaison, les monuments publics de Los Angeles (au premier rang desquels l’Hôtel de Ville) ne lui semblent représenter qu’un intérêt mineur et bien peu représentatif des valeurs de la société qu’ils sont censés incarner. Moore conclut enfin par une interrogation sur l’espace public en tant que lieu privilégié de l’expression politique : où faut-il faire une révolution à Los Angeles ? La réponse n’est pas simple, et il semblerait que seules les villes traditionnelles de l’Est soient susceptibles d’en offrir le cadre :

  • 6 Moore (1965, p. 62-63).

« It is interesting, if not useful, to consider where one would go in Los Angeles to have an effective revolution of the Latin American sort : presumably, that place would be the heart of the city. If one took over some public square, some urban open space in Los Angeles, who would know ? A march on City Hall would be equally inconclusive. The heart of the city would have to be sought elsewhere. The only hope would seem to be to take over the freeways, or to emplane for New York to organize sedition on Madison Avenue »6.

  • 7 Mouvement Hippie politisé issu des émeutes urbaines du milieu des années soixante, et qui s’est pa (...)

12Et pourtant, la révolution ne s’emparera pas des autoroutes, pas plus qu’elle ne s’exportera dans ce lieu éminemment représentatif de l’espace public qu’est Madison Avenue : c’est bien à Disneyland qu’elle aura lieu, au cours d’une journée ordinaire du mois d’août 1970 qui voit un groupe de 300 Yippies7 envahir le parc, prendre d’assaut l’île de Tom Sawyer pour y faire flotter le drapeau rouge, fumer de la marijuana et chanter des slogans contre la guerre du Vietnam. La police du comté d’Orange, appelée à la rescousse par la Direction du parc, fait rapidement le ménage et l’ordre règne à nouveau dans Disneyland (même si le lendemain, les images pour le moins surprenantes de policiers en tenue anti-émeutes défilant dans Main Street s’étaleront en une de la presse locale). Le jour suivant, après publication d’un communiqué dans la presse locale, la Direction instaure une discrimination « au faciès » à l’entrée pour prévenir la répétition de ce type d’incident... L’épisode serait anecdotique s’il ne soulignait une double leçon : en tant que cible privilégiée de la contre-culture, Disneyland fait bien figure de symbole pour la suburbia blanche middle-class (Findlay, 1992). Ensuite, la question de l’accessibilité, rendue difficile par le filtrage tout autant que par le prix du billet, souligne la grande ambiguïté de la dimension publique de cet espace, et ce malgré les affirmations contraires de Charles Moore.

UNE DISSOCIATION PROGRESSIVE ENTRE LE PARC ET SON MONDE D’ORIGINE : DISNEYLAND DEVIENT UNE VILLE IDÉALE

13Les barrières qui ceinturent le parc ne suffisent donc plus à l’isoler du monde extérieur et l’épisode Yippie d’août 1970 souligne cette ouverture de Disneyland aux troubles du monde réel. Mais l’interpénétration fonctionne également dans l’autre sens, alors même que Disneyland se dissocie de plus en plus de l’environnement qui l’a vu naître.

14À partir du milieu des années 1960 en effet, la crise de la ville américaine est largement soulignée par les commentateurs, cette crise se manifestant notamment par le déclin des centres dû au double glissement des logements et des emplois vers les périphéries urbaines (Beauregard, 1993). Pendant direct au déclin des centres, la croissance anarchique des périphéries est également dénoncée, à travers notamment de jugements de valeurs esthétiques stigmatisant le sprawl (étalement urbain anarchique) : l’anomie de la suburbia est vigoureusement décriée par des commentateurs/urbanistes en vue comme Lewis Mumford (1956). L’architecte Victor Gruen (qui, on s’en souvient, avait construit l’emblématique Southdale Shopping Center) représente parfaitement ce courant critique. Dans son ouvrage majeur datant de 1964, il fustige ce qu’il a baptisé le subcityscape, avatar abâtardi de la ville dont le développement pathogène est comparable à la fois au viol et à la mauvaise herbe :

  • 8 Gruen (1964, p. 45).

« Subcityscapes features gas stations, repair shops, shacks and shanties, used-car lots, billboards, dump heaps, roadside stands, highway stores, rubbish, dirt and trash. It grows like a weed in all directions, reaching into cityscape, raping suburbia, cluttering up the spaces between cities and towns, between one metropolitan area and another »8.

15Le rêve suburbain est en train de se transformer en véritable cauchemar, et l’automobile qui l’avait rendu possible est désormais rendue responsable de tous les vices de formes qui affectent non seulement la suburbia mais aussi les centre-villes traditionnels. Pour les commentateurs, le chaos, imputable à l’absence de planification d’ensemble, rend le paysage totalement incompréhensible et donc fou : cette folie, à laquelle est invariablement rattachée la saleté (selon le vieux principe des hygiénistes du xixe siècle), contraste dès lors sérieusement avec la propreté méticuleuse et l’ordre architectural régnant à l’intérieur de Disneyland. Alors même que le parc, on l’a vu, ne serait rien sans l’automobile, le voilà désormais paré de toutes les vertus. Walt Disney lui-même, qui fréquente bon nombre d’architectes et urbanistes (dont Victor Gruen) emboîte le pas aux critiques à partir de cette époque :

  • 9 Déclaration de Walt Disney lors d’un entretien avec Bob Thomas, in Thomas (1994, p. 338).

« I’m not against the automobile, but I just feel that the automobile has moved into communities too much. I feel that you can design so that the automobile is there, but still put people back as pedestrians again, you see. I’d love to work on a project like that »9.

  • 10 D’un point de vue méthodologique, il faut souligner bien entendu le rôle considérable des services (...)

16Très vite, la perfection technique en matière d’urbanisme que représente Disneyland est mobilisée dans la critique de la suburbia, tant chez les professionnels que dans la presse nationale10. Ainsi, dès le dixième anniversaire du parc en 1965, plusieurs quotidiens opèrent une comparaison entre Disneyland et la « vraie » ville, comparaison qui tourne bien sûr à l’avantage du parc :

  • 11 Emporia Gazette, 15 juillet 1965, « The trip : conclusion ».

« Ironically, the most artificial attraction in L. A. turns out to be the sanest one. This down-to-earth fantasy is Disneyland, perhaps the only true good thing about the entire smog-bound metropolis »11.

17Ou encore :

  • 12 Newsweek, 12 juillet 1965, « Tinker Bell, Mary Poppins, cold cash ».

« [Disneyland is] cleaner than any other city of 50,000 I’ve ever seen »12.

18Surtout, cette idée de perfection technique est rapidement élargie à celle de perfection sociale, frisant en celà le déterminisme architectural le plus simpliste. De cette manière, Disneyland, en tant que ville idéale, n’est pas seulement un remède aux dysfonctionnements architecturaux de la ville, mais aussi à ses dysfonctionnements sociaux, si évidents à partir du milieu des années 1960 et de ses grandes émeutes urbaines (et le quartier de Watts n’est pas si éloigné géographiquement du comté d’Orange). Loin de la violence urbaine, Disneyland apparaît comme un havre de paix pour la classe moyenne, et son ordre architectural est aussi le garant de la bonne harmonie sociale. Un article de l’auteur de science-fiction, Ray Bradbury dans la revue Holiday offre un bon témoignage de ce déterminisme architectural :

  • 13 Holiday, n°38, octobre 1965, « The machine tooled Happyland », p. 100-102

« In Disneyland, [Walt Disney] has proven again that the first function of architecture is to make men over, make them wish to go on living, feed them fresh oxygen, grow them tall, delight their eyes, make them kind. Disneyland liberates men to their better selves »13.

19Dès lors, la seule solution possible pour régler ces problèmes urbains est, très logiquement, d’appeler Walt Disney aux fonctions de maire, et cette conclusion est explicitement formulée à partir du début des années 1970, lors de l’ouverture en fanfare de Walt Disney World en Floride. Ainsi, Peter Blake, un critique d’architecture très actif dans plusieurs grands organes de presse, préconise-t-il en 1972 ce transfert de pouvoir :

  • 14 Christian Science Monitor, 26 avril 1972, « Let Disney do it ».

« The truth of the matter is that the only New Towns of any significance built in this country since World War II are Disneyland, in Anaheim, Calif., and Disney World, in Orlando, Fla. Both are ‘New’, both are ‘Towns’, and both are staggeringly successful. [Suit un long exposé affirmant la supériorité technique de la compagnie en matière d’urbanisme, ses résultats économiques éblouissants, et la joie ressentie par les visiteurs des parcs]. (...) In other words, the only way to have Fun-City, urban-design-wise, is to take it away from the do-gooders and lease it to Walt Disney Productions »14.

  • 15 Il s’agit du projet EPCOT : Experimental Prototype Community of Tomorrow. Sur ce point, voir Didie (...)

20Finalement, ce glissement n’est pas très surprenant, ni même très original : la White City, surnom du site de l’Exposition Colombienne de Chicago de 1892, avait suscité à peu près le même type de commentaires et de fait, la comparaison avec la situation de Disneyland est très riche : à l’époque de la White City, la société étatsunienne était en effet en pleine transformation et connaissait une certaine crise de confiance dans les pouvoirs publics, et cette transformation affectait particulièrement les espaces urbains. Les effets combinés de l’industrialisation et de la Dépression du début des années 1890 rendaient alors la ville de plus en plus étrangère et incompréhensible pour les citadins. Les travaux de Jacob Riis avaient révèlé par ailleurs à la même époque la montée de la pauvreté urbaine et les conditions de vie sordide de l’ » autre moitié » de la société. Dans le cadre de Chicago, on pourrait de façon similaire évoquer le South Side noir en formation, lequel était géographiquement si proche de la White City que la comparaison entre l’intérieur et l’extérieur en était devenue inévitable. Au final, Walt Disney n’apparaît donc pas si différent de Daniel Burnham, l’architecte en charge des plans de la White City, lequel, après son expérience sur le site de l’exposition, partit fonder le City Beautiful Movement : Walt Disney se lancera d’une manière assez similaire dans un grand projet de ville idéale sensée accueillir les employés de son parc de Floride15, mais sa mort prématurée en 1966 signera l’abandon du projet et sa transformation en simple parc de loisirs par le groupe Disney.

21Ainsi, le glissement que connaît Disneyland du statut de simple parc à thème à celui de ville idéale est très ancré dans les évolutions tant sociales que paysagères qui affectent la ville nord-américaine (et plus particulièrement la suburbia) à partir du début des années 1960. Cette élévation au rang de ville idéale inaugure à partir de cette époque la diffusion de ses recettes d’aménagement dans les espaces urbains étatsuniens : soit les pouvoirs publics des grandes villes font appel directement au groupe Disney pour « revamper » leurs espaces publics (expérience du réaménagement récent de Times Square à New York, sous l’impulsion du groupe Disney), soit ses formules sont réemployées plus ou moins consciemment par les aménageurs tant publics que privés (thématisation de districts historiques, création de villes nouvelles, etc.). C’est cette circulation perpétuelle du modèle Disney en transformation permanente qui entraîne au final un brouillage des limites entre domaines publics et privés dans la ville, accentuant la difficulté de lecture de la ville contemporaine.

Bibliographie

Bibliographie :

Beauregard R. A., 1993, Voices of decline : the postwar fate of U.S. cities, Cambridge, Blackwell, 342 p.

Bonzon Th., Boucheron P., Marin B. & Moret F., 1993, « Idées de villes, villes idéales et histoire urbaine », Cahiers de Fontenay, n° 69/70, p. 7-18.

Calweti J. G., 1968, « America on display : the World’s Fairs of 1876, 1893, 1933 », in The age of industrialism in America : essays in social structure and cultural values, F. C. Jaher (dir.), New York, The Free Press, 317-363.

Corbin A., 1995, « L’avènement des loisirs », in L’avènement des loisirs : 1850-1960, A. Corbin (dir.), Paris, Aubier, p. 9-18.

Csergo J., 1995, « Extension et mutation du loisir citadin, Paris xixe siècle-début xxe siècle », in A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs : 1850-1960, Paris, Aubier, 121-168.

Didier S., 2000, Une île dans la ville ? Invention, négociation et mise en pratique du modèle de ville Disney à Anaheim, Californie (1950-2000), Thèse de doctorat en Géographie, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 423 p.

Didier S., « Disney urbaniste : la ville de Celebration, Floride », actes du colloque de l’UGI Les problèmes culturels des grandes villes (Paris, 8-11 décembre 1997), mis en ligne sur Cybergeo, http://www.cybergeo.presse.fr/revgeo.

Findlay J.-M., 1992, Magic lands : western cityscapes and American culture after 1940, Berkeley, University of California Press, 394 p.

Fishman R., 1987, Bourgeois utopias : the rise and fall of suburbia, New York, Basic Books, 241 p.

Francaviglia R. V., 1977, « Main Street U.S.A. : the creation of a popular image », Landscape, vol. 21, n°3, p. 18-22.

Gruen V., 1964, The heart of our cities : the urban crisis : diagnosis and cure, New York, Simon & Schuster, 368 p.

Kasson J., 1978, Amusing the million : Coney Island at the turn of the century, New York, Hill & Wang, 120 p.

King M. J., 1981, « Disneyland and Walt Disney World : traditional values in futuristic form », Journal of Popular Culture, vol.15, n°1, spécial : American amusement parks, p. 116-140.

Moore C. W., 1965, « You have to pay for the public life », Perspecta : the Yale architectural journal, n°9-10, p. 57-106.

Mumford L., 1956, Le déclin des villes, ou la recherche d’un nouvel urbanisme, Paris, France-Empire, 1970, [première édition New York, Harcourt Brace & World].

Riis J., 1890, How the other half lives, en ligne sur le serveur de l’Université de Yale @http://www.cis.yale.edu/amstud/inforev/riis/title.html.

Schickel R., 1968, The Disney version : the life, times, art & commerce of Walt Disney, New York, Simon & Schuster, 382 p.

Soja E.W., 2000, Postmetropolis : critical studies of cities and regions, Oxford, Blackwell, 440 p.

Thomas B., 1994, Walt Disney : an American original, New York, Hyperion, [première édition 1976, Simon & Schuster], 379 p.

Zukin Sh., 1991, Landscapes of power : from Detroit to DisneyWorld, Berkeley, University of California Press, 326 p.

Notes

1 Les parcs du groupe sont actuellement au nombre de 11 dans le monde, et ils sont regroupés sur 5 sites : Californie (2 parcs), Floride (4 parcs), Japon (2 parcs), France (2 parcs) et Chine (1 parc, ouverture prévue en 2004).

2 J’entends ici le terme de suburbia au sens donné par Fishman (1987, 6) : « Suburbia can thus be defined first by what it includes -middle-class residence - and second (perhaps more importantly) by what it excludes : all industry, most commerce except for enterprises that specifically serve a residential area, and all lower-class residents (except for servants) ». Bien entendu, cette définition est dépassée dès la fin des années 1950 du fait de la transformation de la suburbia (et notamment de son industrialisation).

3 D’un strict point de vue méthodologique, je rejoins ici le travail de R. A. Beauregard (1993) sur la notion de déclin des villes américaines, notion dont la popularité ne peut se comprendre qu’en raison du relais que lui donne la presse populaire américaine dès le début des années 1960.

4 In Disneyland Public Relations Divisions (1961), Disneyland interim report to the City of Anaheim, prepared for : City of Anaheim, Anaheim, 11 p. Document conservé aux archives de la ville d’Anaheim (cité in Didier, 2000).

5 D’où le titre de l’article : « You have to pay for the public life ».

6 Moore (1965, p. 62-63).

7 Mouvement Hippie politisé issu des émeutes urbaines du milieu des années soixante, et qui s’est particulièrement illustré à Chicago.

8 Gruen (1964, p. 45).

9 Déclaration de Walt Disney lors d’un entretien avec Bob Thomas, in Thomas (1994, p. 338).

10 D’un point de vue méthodologique, il faut souligner bien entendu le rôle considérable des services de relations publiques du groupe Disney dans la transmission de cette idée, notamment auprès du grand public : une large part de l’énorme couverture médiatique consacrée à l’époque à Disneyland est plus ou moins directement recopiée des communiqués de presse du groupe.

11 Emporia Gazette, 15 juillet 1965, « The trip : conclusion ».

12 Newsweek, 12 juillet 1965, « Tinker Bell, Mary Poppins, cold cash ».

13 Holiday, n°38, octobre 1965, « The machine tooled Happyland », p. 100-102

14 Christian Science Monitor, 26 avril 1972, « Let Disney do it ».

15 Il s’agit du projet EPCOT : Experimental Prototype Community of Tomorrow. Sur ce point, voir Didier (1997).

Auteur

Université Paris 13, CRESC

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540