Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

La mémoire des pierres. L’apport de l’épigraphie à la topograhie chrétienne de la Gaule

Françoise Prévot

Texte intégral

  • 2 Voir en particulier N. Gauthier, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, I, Première Bel (...)
  • 3 En association avec le regretté J.-Ch. Picard, puis seule, N. Gauthier a assuré jusqu’en 1998 l’éd (...)
  • 4 Voir le chapitre consacré par N. Gauthier à l’épigraphie dans Naissance des arts chrétiens, Paris, (...)
  • 5 Sur ces monuments, voir la TCCG citée n. 3 et Les Premiers monuments chrétiens de la France. Atlas (...)
  • 6 Sur l’évergétisme monumental dans l’épigraphie chrétienne, voir Y. Duval et L. Pietri, "Évergétism (...)
  • 7 Les principaux recueils épigraphiques seront cités selon les abréviations suivantes :
    AÉ = Année ép (...)

1C’est un plaisir pour moi de rendre hommage à Nancy Gauthier en réunissant sous un même titre deux thèmes de recherche dans lesquels elle s’est illustrée : l’épigraphie2 et la topographie3 chrétiennes de la Gaule. C’est aussi sans doute une solution de facilité car l’intérêt de l’épigraphie pour la connaissance des premiers monuments chrétiens de la Gaule est une évidence4 : chacun connaît en effet un certain nombre d’inscriptions qui soit nous apportent des renseignements uniques sur des monuments de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge5 soit complètent ou confirment d’autres sources. L’épigraphie peut ainsi fournir la première attestation d’un sanctuaire, sa fonction, la date de sa fondation, le nom de son fondateur6 ou encore le nom de son ou de ses saints patrons. L’apport est plus ou moins important selon les types d’inscriptions7 Les plus riches pour notre propos sont en général celles qui ont précisément pour objet un monument, c’est-à-dire qui ont été rédigées pour le présenter ou le célébrer (1). Mais sont également très utiles celles qui évoquent simplement l’édifice dans lequel elles se trouvent, soit directement, soit indirectement (2). Cependant, il ne faut pas demander aux inscriptions plus que ce qu’elles peuvent donner. Aussi terminerai-je en montrant les limites et les dangers d’un usage parfois abusif de l’épigraphie pour notre connaissance de la topographie chrétienne de la Gaule (3).

1- INSCRIPTIONS AYANT POUR OBJET UN MONUMENT

2Les textes les plus riches pour notre propos sont évidemment ceux qui ont pour objet le monument dans lequel ou sur lequel ils ont été gravés : dédicaces, inscriptions liées à la fonction funéraire d’un édifice ou encore adresses aux visiteurs.

Les dédicaces

• Les dédicaces au sens strict

  • 8 Cf. Y. Duval, Loca sanctorum Africae, II, Rome, 1892, p. 593, n. 69 et p. 594. Y. Duval et L. Piet (...)
  • 9 Le Blant 91.

3L’épigraphie chrétienne de Gaule n’offre à ma connaissance que deux exemples — tous deux tardifs — de dédicace au sens strict du terme, c’est-à-dire commémorant la cérémonie liturgique de la dédicace d’un sanctuaire et donc en indiquant le jour précis, indispensable pour sa célébration annuelle au jour anniversaire8. Ainsi, un texte gravé sur une table d’autel du monastère de Ham (Manche)9 précise que l’évêque de Coutances, Frodomundus, "a pieusement élevé ce temple et cet autel en l’honneur de la bienfaisante Marie, mère de Notre Seigneur et les a dignement dédiés au milieu du mois d’août", soit le 15 août :

Constantinensis urbis rectur domnus Frodomundus, pontifex, in honore alme Maria genetricis Domini, hoc templum hocquae altare construxsit fidiliter adquae digne dedicavit minse agusto medio et hic festus celebratus dies sit per annu singolus, etc...

4L’année n’est pas précisée mais un terminus ante quem est fourni par la suite du texte : en 677/678, le même Frodomundus entoura l’édifice de murs et y rassembla "un chœur de vierges".

  • 10 Le Blant, NR 245 A et B. Cf. C. Heitz, "L’hypogée de Mellebaude à Poitiers", dans Y. Duval et J.-C (...)

5À Poitiers, dans l’hypogée des Dunes, fondé par Mellebaude pour abriter son tombeau, une inscription peinte sur un arcosolium10 donnait le jour de la dédicace, mais sans précision de l’année :

[...] In primis s(an)c(t)a dedicatio ingressa est III k(alendas) Augustas (30 juillet).

• Les dédicaces au sens large : les "textes de fondation"11

  • 11 Expression qui m’a été suggérée par N. Duval que je remercie pour sa constante disponibilité et se (...)

6Ce sont des textes qui signalent la fondation d’un édifice, éventuellement sa date, et nomment son fondateur. Le mot dedicavit peut y figurer mais, si le jour précis de la cérémonie n’est pas indiqué, il ne s’agit pas d’une dédicace au sens liturgique du terme. Les quatre inscriptions ci-dessous sont toutes gravées sur des linteaux qui surmontaient vraisemblablement la porte principale du sanctuaire dont elles commémoraient la fondation.

  • 12 Le Blant 617 = CIL XII, 5336 = ILC 1806. Voir H.-I. Marrou, "Le dossier épigraphique de l’évêque R (...)

7La plus célèbre et la plus riche de renseignements est celle qui rappelle la reconstruction de l’ecclesia de Narbonne par l’évêque Rusticus12. Non seulement ce texte nous fournit le nom du fondateur (Rusticus) et la fonction du sanctuaire (cathédrale), mais encore il détaille le déroulement des travaux menés sous la conduite du prêtre Ursus, du diacre Hermès et du sous-diacre Montanus, du 13 octobre 441 au 29 novembre 445. Comme il fallut commencer par "déposer les murs de l’ecclesia ruinée récemment par un incendie", nous sommes sûrs que la nouvelle cathédrale fut construite à l’emplacement de la précédente et, comme ce linteau fut découvert près de l’abside de la cathédrale gothique, il est très probable que l’église épiscopale n’a jamais changé de lieu depuis l’origine.

  • 13 , 1928, 95 = ILN 604. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 340-344 et fig. 5-6
  • 14 Voir X. Barrai i Altet et P.-A. Février, TCCG, VII, 1989, p. 22, n° 5.
  • 15 In gloria martyrum, 91, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, Hanovre, 1969, p. 99.
  • 16 Voir, dans ce même volume, la contribution de J. Guyon.

8Une autre inscription de Narbonne13 malheureusement mutilée, retrouvée dans le secteur de l’ancien bastion Saint-Félix, permet d’attribuer au même évêque Rusticus l’érection, en 456, d’une basilique14 citée par Grégoire de Tours, qui abritait au VIe s. des reliques du martyr Félix de Gérone15. Ses vestiges ont été mis au jour lors de fouilles de sauvetage en 1994, mais l’archéologie n’aurait pu permettre une datation aussi précise16.

  • 17 Le Blant 610 et pl. 81, n° 612 = CIL XII, 4311 = ILC 1807. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 346-348 (...)

9À Poilhes (Hérault), une inscription gravée sur un linteau de marbre autrefois scellé au-dessus de la porte de l’église Saint-Loup de Régimont nous apprend que "le prêtre Othia, dans la 33e année de sa prêtrise, à la suite d’un voeu, construisit et dédia cette basilique en l’honneur des saints martyrs Vincent, Agnès et Eulalie" en 45517 :

Othia pr(es)b(yter), anno XXXIII/pr(es)b(y)t(eratu)s sui, baselicam ex voto/suo, in hon(orem) s(an)c(to)r(u)m mart(yrum) Vincenti, /Agnetis et Eulaliae, con(s)tr(uxit) et d(e)d(i)c(avit)/Valentiniano VI (pour VIII) et Anthem[io conss].

  • 18 DACL, VII, l, col. 864-867 et ftg. 5888-5889.
  • 19 Julien de Tolède, Carm. 12 (10), v. 1-5, éd. F. Vollmer, MGH, AA, XIV, Berlin, 1905, p. 242.

10Enfin, à Belcodène (Bouches-du-Rhône), on a retrouvé près de l’ancienne église de l’ermitage des fragments du titulus qui surmontait la porte de l’édifice primitif18. Après cinq vers empruntés à Eugène de Tolède19 le texte annonce au visiteur que cette "maison du Seigneur" (domus Domini : expression d’Eugène de Tolède) a été construite à ses frais par Secundinus. La paléographie suggère que cette inscription n’est guère postérieure au poète dont elle s’inspire (VIIe s.).

Textes de fondation évoquant la fonction funéraire de l’édifice

11C’est le cas quand l’édifice a été construit pour abriter le tombeau de son fondateur. Le texte prend alors des accents funéraires, comme dans les quatre exemples suivants :

  • 20 Flodoard, Historia Remensis Ecclesiae, I, 6, éd. M. Stratmann, MGH, Scriptores, 36, Hanovre, 1998, (...)

12Citons d’abord à Reims, une inscription métrique copiée au Xe s. par Flodoard dans l’église Saint-Nicaise qu’il appelle aussi templum quondam a Jovino... fundato in coemeterio sancti Agricolae20. Après huit vers consacrés à l’éloge de Jovin, les vers 9-12 évoquent l’édifice qui abrite son corps :

Conscius hic sancto manantis fonte salutis sedem vivacem moribundis ponere membris corporis hospitium laetus metator adornat reddendos vitae salvari providet artus.

"Devenu conscient ici, grâce à la sainte fontaine d’où coule le salut, d’établir une demeure vivante pour ses restes mortels, il apprête, joyeux fourrier, le cantonnement destiné à son corps et prend des dispositions pour sauvegarder sa dépouille promise à la résurrection" (trad. L. Pietri).

  • 21 Texte du testament de Rémi dans Flodoard, op. cit., 18, p. 100.
  • 22 Voir L. Pietri, op. cit. : en 367, lors de son consulat, Jovin est encore païen ; en 368, il est m (...)
  • 23 Une autre épitaphe également copiée par Flodoard, Historia Remensis Ecclesiae, I, 23, dans l’églis (...)

13Ce poème est donc beaucoup plus explicite que la simple mention d’une basilica ioviniana dans le testament de saint Rémi au début du VIe s.21 ; il nous fournit à la fois le nom du fondateur et la fonction de l’édifice : une basilique funéraire, dotée peut-être de reliques, comme pourrait le suggérer l’expression "demeure vivante". Le texte n’est pas daté mais le nom de Jovin, ancien officier de l’armée de Julien devenu consul en 367, fournit un point de repère chronologique qui permet à L. Pietri de placer cette fondation, après 369-37022. À cette date, si le sanctuaire possédait des reliques (ce qui n’est pas sûr), ce ne pouvait évidemment pas être celles d’Agricola dont le corps fut inventé par Ambroise à Bologne en 393. Plus tard, l’ecclesia joviniana et le cimetière dans lequel elle s’élevait furent placés sous le patronage d’Agricola, lui-même ensuite supplanté par celui de Nicaise quand l’évêque rémois y eut été inhumé. Si Flodoard n’avait pas recopié cette inscription, la datation de l’ecclesia ioviniana et l’histoire de l’église Saint-Nicaise seraient restées incertaines23.

  • 24 RICG I, 19.
  • 25 Grégoire de Tours, Vitae Patrum, 17, 4, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, p. 281.

14Le vers 11 du poème de Jovin que nous venons de voir figure presque mot pour mot à Trèves dans une inscription copiée jadis dans le secteur de la nécropole S. Matthias et déjà perdue au XVIIe s.24. Ce texte commémore la construction par l’évêque Cyrillus (attesté au milieu du Ve s.) d’une basilique pour abriter les corps de deux de ses prédécesseurs, Eucharius et Valerius, auprès desquels il compte se faire inhumer ad sanctos. Ainsi pouvons-nous faire remonter au Ve s. la basilique S. Eucharius signalée indirectement à la fin du VIe s. par Grégoire de Tours qui précise qu’à Trèves ad unam portam Eucharius sacerdos observat, ad aliam Maximinus excubat25.

  • 26 Le Blant, NR 307 = CIL XII, 5349 = ILC 1811.
  • 27 M. Durliat, Les autels... (cité p. 62, n. 1), p. 549.
  • 28 P.-A. Février, À propos d’une inscription chrétienne du Grau d’Agde, Riv. di arch. crist., 36, 196 (...)

15Dans l’Aude, une inscription trouvée dans une petite chapelle à quelques mètres du château de Gléon commémore la construction de "ces temples" (hec templa) par Diusvirus et son épouse Vuiliesinda26. Par cette pieuse fondation, le couple a racheté ses péchés et "loué pour l’éternité des demeures auprès du Christ" : in eterno locaverunt atria Chr(ist)o. La fonction funéraire de l’édifice est donc clairement suggérée. La paléographie et la langue de cette inscription permettent de placer au VIe/VIIe s. l’érection de ce petit sanctuaire qui fut voûté à l’époque romane mais conserve encore aujourd’hui son plan ancien et des motifs décoratifs du VIe/VIIe s27. Au Grau d’Agde (Hérault), une inscription de la même époque, malheureusement mutilée, nous apprend que la vierge consacrée Rinilo "a fondé ce temple" : fundabit hoc te(m)plu(m). II est ensuite question d’un autel, d’oratoires, de l’apôtre Pierre et de Marie ; les derniers mots visibles (laboribus expiens, hic...) suggèrent ici aussi la fonction funéraire de l’édifice. Ce texte atteste donc l’existence d’un sanctuaire au Grau d’Agde dès le VIe/VIIe s., donc bien avant la première mention en 990 d’un monastère Sainte-Marie : ad Grado monasterium sanctae Mariae28.

  • 29 Le Blant, NR 245 A et B. Voir bibliographie supra p. 61, n. 1.

16Enfin, à Poitiers, les inscriptions gravées sur le chambranle sud de la porte d’entrée et sur le seuil de l’hypogée des Dunes informent le visiteur que la "crypte" (speluncula) dans laquelle il entre, a été construite par Mellebaude pour lui servir de sépulture29. La paléographie confirme les autres indices chronologiques fournis par exemple par les sculptures et permet d’attribuer ce tombeau aux VIIe/VIIIe s.

Adresses aux fidèles

17D’autres inscriptions interpellent le visiteur, pour son instruction. L’édifice est alors souvent évoqué, sa beauté louée, son ou ses saints patrons célébrés. La majorité de ces textes ne nous sont connus que par des copies médiévales ou par les sources littéraires quand leurs auteurs sont des écrivains célèbres.

  • 30 Voir F. Descombes, TCCG, III, p. 27-28, n° 5.
  • 31 RICG XV, 98 B.

18Une inscription de ce genre, provenant de la basilique Saint-Pierre de Vienne30 nous est cependant parvenue, gravée sur la même pierre qu’une épitaphe datée de 557/558 dont elle est contemporaine31 :

Tu quicumque ve[[ne]]nes devoto pectore supples, Solecetus vutis, hinc relaturus hopem. Uteletas miranda, vero laudanda volumtas ! Namquid patruciniis sanc[(to]]torum templa duorum Ornantur tetolis ospitiosque simol, In quanta famolis pristantur munera Chr(ist)i, vivita (= vivida ?) cu(iu)s virtus sempe[r] a dextra levat.

"Toi, qui que tu sois, qui viens, suppliant au coeur empli de dévotion, assidu dans tes prières, d’ici tu repartiras ayant obtenu secours. Action admirable, intention vraiment digne d’éloges ! Car, placé sous le patronage des deux saints, le temple qui s’orne de leurs titres est aussi leur demeure. Dans la mesure où sont accordés à ses serviteurs les dons du Christ, celui-ci, par sa puissance toujours vivante ( ?), les élèves à sa droite" (trad. F. Descombes).

  • 32 Adon, Chronica, aetas sexta, PL 123, col. 82. Une lettre d’Avit de Vienne suggère l’existence à Vi (...)

19Ce n’est pas la plus ancienne inscription trouvée à Saint-Pierre (cf. infra) mais elle nous fournit la première attestation certaine du patronage des apôtres (les "deux saints" auxquels elle se réfère) qui n’est pas mentionnée dans les sources littéraires avant la Chronique d’Adon au IXe s.32.

  • 33 Texte, traduction et commentaire dans L. Pietri, La ville de Tours, Paris, 1983, p. 800-822. Voir (...)
  • 34 L. Pietri, La ville de Tours, p. 811, n° 17 et TCCG, V, 1987, p. 34, n° 7. Le mot memoria figure d (...)
  • 35 TCCG, V, 1987, p. 34, n° 7, v. 9-10 : Efficiunt celsam magno certamine palmam/perpetuis dignisque (...)
  • 36 N° 9, 10, 11 (ce dernier est l’œuvre de Paulin de Périgueux).
  • 37 N° 16 = Sidoine Apollinaire, Pp., IV, 18, 5.
  • 38 L. Pietri, op. cit., p. 812-815.

20Parmi les inscriptions de ce genre, connues uniquement par des copies médiévales, on peut citer les textes de la Sylloge du Martinellus de Tours, concernant les cellules de Marmoutiers et la basilique Saint-Martin33. L’un d’entre eux est le seul à nous faire connaître une domus abritant des reliques des saints Jean-Baptiste, Félix, Victor, Gervais et Protais34. D’après L. Pietri, "il s’agit très probablement d’une petite chapelle aménagée comme une dépendance de la basilique martinienne par [l’évêque] Perpetuus [458/459-488/489], sur le nom duquel joue le dernier vers de l’inscription"35. Les poèmes qui ornaient la basilique permettent de suivre le trajet du pèlerin ; certains, dont une pièce composée par Paulin de Périgueux, impliquent l’existence de peintures, dont ils constituent en quelque sorte la légende, peinture qu’aucune autre source ne mentionne36. Un autre carmen, œuvre de Sidoine Apollinaire, rappelle le modeste édifice qui précéda le sanctuaire élevé par Perpetuus37. Contrairement à ce qu’on a longtemps cru, tous ces textes ont bel et bien été gravés38.

  • 39 Voir par exemple F. Prévot, RICG, VIII, Intr., p. 3.
  • 40 Paulin de Nole, Ep., 32.
  • 41 Sidoine Apollinaire, Ep., I, 5, 2. Des œuvres de Constantius et Secundinus ornaient "les côtés de (...)
  • 42 Par exemple les poèmes II, 3 et 14 : voir L. Pietri, op. cit., p. 824.
  • 43 Exemples : Carm., I, 4, 6, 7, 8, 11, etc.
  • 44 Fortunat, Carm., I, 5. Voir Sulpice Sévère, Dial., Il, 1 et L. Pietri, op. cit., p. 825-826.
  • 45 Fortunat, Carm., X, 5 et 10. Voir L. Pietri, op. cit., p. 826.

21D’une manière générale, il n’y a pas de raison de douter systématiquement du caractère épigraphique des poèmes composés par des écrivains célèbres pour célébrer la beauté de tel ou tel édifice39. C’est une question à discuter au cas par cas. Cependant, comme ces œuvres nous ont été transmises davantage comme textes littéraires que comme épigraphes, je me contenterai d’en citer quelques exemples parmi les plus riches d’enseignement. Ainsi, les vers envoyés par Paulin de Nole à Sulpice Sévère pour orner son baptistère de Primuliacum nous font connaître le décor peint de l’édifice40. Ceux que composa Sidoine Apollinaire vers 469/470 pour orner l’abside de l’ecclesia de Lyon41 célèbrent, malheureusement de façon assez obscure, l’élévation du sanctuaire, son décor luxueux, sa forêt de colonnes, ses portiques et ses atria. Plusieurs poèmes de Fortunat consacrés à des sanctuaires sont des pièces de circonstance qui n’étaient pas destinées à la gravure42 d’autres évoquent des édifices non localisés43 mais certains sont bien des pièces épigraphiques et concourent à notre connaissance des édifices chrétiens : par exemple celui qui ornait la "cellule" où Martin vêtit un pauvre dans l’ecclesia de Tours44 et surtout les deux textes relatifs à l’oratoire d’Artanne ; l’un précise que le sanctuaire, édifié par l’évêque Grégoire, était dédié à l’ange Gabriel ; l’autre énumère les brandea qui y étaient conservés45.

2 - INSCRIPTIONS EVOQUANT LE SANCTUAIRE DANS LEQUEL ELLES SE TROUVENT

22Un grand nombre d’inscriptions n’ont pas été spécialement conçues pour célébrer l’édifice dans lequel elles se trouvent mais elles l’évoquent néanmoins, directement ou indirectement.

Inscriptions nommant un sanctuaire

  • 46 CIL XII, 936 = ILC 1808. Voir P.-A. Février, TCCG, III, 1986, p. 84, n° 16.
  • 47 Le Blant 31 = CIL XIII, 2372 = ILC 46.
  • 48 Ibid., v. 20 : Angelicisque dedit limina celsa choris. Voir J.-F. Reynaud et alii, TCCG, IV, 1986, (...)
  • 49 Fortunat, Carm., IV, 5 = RICG VIII, 11. Les premiers vers prouvent le caractère épigraphique du po (...)

23Il s’agit toujours d’épitaphes, dont certaines louent le défunt d’avoir construit une basilique. Quand la date de mort du fondateur est donnée, elle fournit un terminus ante quem pour l’érection de l’édifice. Ainsi, sans l’épitaphe de Petrus, fils d’Asclepius, nous ignorerions que l’église Saint-Pierre de Mouleyrès aux Alyscamps d’Arles, dans laquelle il se fit inhumer, a été fondée avant le 18 janvier 530 et qu’elle était alors sous le vocable de Saint-Pierre-et-Saint-Paul46. De même, l’épitaphe de la reine Carétène, épouse du roi burgonde Gondebaud morte en 506, copiée au IXe s. à Lyon, in basilica sancti Micahelis archangeli, nous apprend qu’elle en était la fondatrice47. Elle l’avait dédiée "aux chœurs angéliques"48 ; d’où le patronage ultérieur de saint Michel. Citons également le carmen funéraire composé par Fortunat pour les Ruricii49 tous deux évêques de Limoges, le premier entre 476 et 506, le second attesté de 535 à 549. Les vers 12-14 évoquent les édifices qu’ils ont construits :

Exultant pariter, hinc avus, inde nepus. Tempore quisque suo fundans pia templa patroni iste Augustini, condidit ille Petri.

"Ils exultent pareillement, d’un côté l’aïeul, de l’autre le petit-fils. Chacun à son époque fondant pieusement un temple à son patron, celui-ci l’a construit pour Augustin, celui-là pour Pierre".

  • 50 Sur cette interprétation et la localisation de S. Pierre, voir ma notice "Limoges" dans TCCG, VI, (...)
  • 51 Le Blant 209 et NR, p. 459. L’épitaphe, aujourd’hui disparue, se trouvait encore au XVIIIe s. dans (...)
  • 52 RICG VIII, 25, 1. 7-9 : hane, inquid, ed(em) in pro<p>ria praedia sublimavit fabrica (commentaire (...)

24Le balancement hinc/inde au v. 12, iste/ille au v. 14, montre que c’est Ruricius Ier qui a fondé Saint-Pierre et Ruricius II Saint-Augustin50. Ajoutons encore l’épitaphe de saint Cloud qui précise que le saint basilicam studuit hanc fabricare51 ou celle de l’évêque Genesius à Clermont-Ferrand qui atteste que ce pontife avait fait construire au milieu du VIIe s., sur ses propres terres, l’édifice qui abritait son tombeau, sans doute la basilique Saint-Symphorien où il reposait au Xe s. et dont il devint ensuite le titulaire52.

  • 53 Le Blant 512 = CIL XII, 944 = ILC 1644. Voir L. Pietri, "Un abbé arlésien promu à la sainteté : Fl (...)
  • 54 Comme l’a montré L. Pietri, op. cit., ce texte est un remarquable témoignage sur la naissance d’un (...)
  • 55 Une lettre du pape Grégoire le Grand à l’évêque Vergilius d’Arles en juillet 599 (Ep., IX, 217, CC(...)
  • 56 Aurelianus, Regula ad monachos, PL 68, col. 385-398.
  • 57 Ibid., col. 395-396.
  • 58 Ibid. : et basilica ibidem in honore sanctorum Apostolorum et Martyrum. Elle abrite des reliques d (...)
  • 59 Voir P.-A. Février, TCCG, 111, 1986, p. 82-83, n° 11.

25D’autres inscriptions évoquent le sanctuaire dans lequel repose le défunt sans qu’il en soit le fondateur. Tel est le cas du long poème funéraire de l’abbé Florentinus à Arles, encore visible au XVIIe s. dans l’église Sainte-Croix53. Après l’éloge du défunt, elle précise que "le corps saint" a été "transféré" et "déposé... sous les voûtes bénies de la sainte croix" (à la croisée du transept ?) où son tombeau "établi sur de massifs supports revêtus de marbre" reçut "un couronnement précieux". Là, après "sept lustres", "de la demeure de saint Pierre (Petri... de sede beati) rayonnèrent les signes du salut", c’est-à-dire des miracles54. La fin du texte, en prose, signale que Florentinus dirigea pendant cinq ans et six mois le monastère dont il fut le premier abbé et qu’il mourut le 12 avril 553. Il s’agit sans conteste du monastère d’hommes que fonda l’évêque Aurélien à l’instigation du roi Childebert55 et pour lequel il rédigea une règle56. L’épitaphe de Florentinus confirme donc et complète une courte notice copiée dans un manuscrit du début du IXe s. à la suite de la dite règle57. Cette notice signale en effet que le monastère d’Aurélien a été fondé un 17 novembre, sous le 5e postconsulat de Basile (546 ?), durant une11e indiction (548 ?) et qu’il y a au même endroit une basilique dédiée "aux saints apôtres et martyrs", abritant des reliques de la sainte croix et de nombreux saints58. Vu la discordance entre les deux références chronologiques de la notice manuscrite, seule l’épitaphe de Florentinus permet de calculer l’année de fondation du monastère — 547 — et atteste le patronage de saint Pierre dès l’origine. Elle renseigne en outre sur la disposition du tombeau dans le sanctuaire et prouve que l’église Sainte-Croix est l’héritière de cette basilique du VIe s.59. Le changement de dédicace s’explique par la présence d’une relique de la sainte croix mais a peut-être aussi été favorisé par l’épitaphe de Florentinus qui évoque, on l’a vu, "les voûtes bénies de la sainte croix".

  • 60 Le Blant 483.
  • 61 P.-A. Février, TCCG, III, 1986, p. 55-61.
  • 62 J. Bruno-Dupraz, Atlas, 1, 1996, p. 218-223 (photo de l’inscription p. 218).

26À Viviers, l’épitaphe de Pascasius60 est également très précieuse. Elle a été découverte en 1737, non en place, "dans le jardin de l’évêché", lors des travaux de reconstruction de la chapelle Notre-Dame-du-Rhône. Son emplacement d’origine était alors inconnu mais le texte indiquait que le défunt reposait dans "le sanctuaire d’un illustre patron" : in s(an)c(t)oario praeclari patroni. Or des fouilles de sauvetage menées en 1987 dans ce secteur, dans l’enceinte du palais épiscopal du XVIIIe s., ont permis de retrouver cet édifice. Ces fouilles — postérieures à la publication de la notice Viviers dans la TCCG61 — ont mis au jour une basilique chrétienne qui a connu deux états successifs. Dans l’état I, plusieurs tombes ont été creusées dans le sol de l’abside : l’une parfaitement dans l’axe, les autres au N. et au S. Or la dalle sur laquelle est gravée l’épitaphe de Pascasius s’adapte parfaitement "au creux conservé actuellement" dans le sol de l’abside au-dessus de la tombe n° 262. En voici le texte accompagné d’une traduction qui ne recherche pas l’élégance mais se veut la plus proche possible du latin.

  • 63 pie ? ou pi(et)a(t)e ?
  • 64 = senum.
  • 65 = lacrimae. L’accusatif lacrimas a été induit à tort par l’infinitif rigasse. Si on maintient lacr (...)

Conduntor hoc tumulo in s(an)c(t)oario praeclari patroni membra famoli susceptiq(ue) fedelis, cuius servitus in aula presenti divinetus data, multiplicem ipsi apud superus tribuit laudem. Fuit iste caretate primus, humilitate alt(u)s, humanetate largissimus, Omnes piae63 dilegens, odio habens nemenem, de profectu cunctorum indiscrete gaudens et proftcere provocans multus. Pascasius iste pr(es)b(yter) quem invida mors raptim tolit de mundo, cuius ultima die saenum64 ac iovenum incipientumq(ue) et pauperum lacrimas65 rigasse hunc locum fusae probantur, priscam beati tenens patris Venanti doctrinam, alere stoduit orfanus, tegens nudus virtute qua potuit. Habuit talem cum omnebus vitam ut funeris sui exsequias praesentia pontificis ac sacerdotum clerique et plebis meruerit cum lamentatione et laudebus honorari. Sicq(ue) vitam eius dum finitur in laude felix probavil exitus. Feliciter peractis decem lustr[is] vitam duxit in pace. Obiit kal(endas) decembr(es), indictione tercia decima.

"Dans ce tombeau, dans le sanctuaire d’un illustre patron, sont enfermés les membres d’un serviteur et protégé fidèle, dont le service dans ce même palais donné par inspiration divine, lui vaut au centuple des louanges aux Cieux. Il fut le premier par sa charité, grand par son humilité, généreux par son humanité, entourant tout le monde de son amour, n’ayant personne en haine, se réjouissant indistinctement des progrès de tous et incitant beaucoup à progresser. Pascasius, ce prêtre que la mort jalouse a enlevé prématurément de ce monde, au dernier jour duquel il est prouvé que les larmes des vieillards, des jeunes novices et des pauvres ont, en se répandant, inondé ce lieu, conservant l’ancienne doctrine du bienheureux père Venantius, s’est appliqué à nourrir les orphelins, à vêtir les nus, de toutes ses forces. Il eut une telle façon de vivre avec tous qu’il mérita que le cortège de ses funérailles soit honoré par la présence de l’évêque, des prêtres, du clergé et de la plèbe, avec des lamentations et des louanges. Ainsi, une fin heureuse confirma sa vie dans la louange, au moment où elle se terminait. Dix lustres ayant été accomplis avec bonheur, il a mené sa vie en paix. Il est mort aux kalendes de décembre, dans la treizième indiction" (trad. F. Prévot).

  • 66 L. 4 : Pascasius iste pr(es)b(yter) ; 1. 6 : priscam beati tenens patris Venanti doctrinam.
  • 67 Datation confirmée par une autre épitaphe, celle d’Emerita, trouvée à l’extrémité ouest de la nef, (...)
  • 68 La tradition a longtemps gardé le souvenir de son inhumation "dans le couvent des religieuses de N (...)
  • 69 J. Columbi, "De rebus gestis episcoporum Vivarensium", Opuscula varia, Lyon, 1668, p. 194.
  • 70 Le patronage de la Vierge est forcément plus récent puisque l’inscription n’en parle pas. Il s’est (...)
  • 71 Voir par exemple Sidoine Apollinaire, Ep., IX, 16, 3, v. 65-77 ; B. Beaujard, Le culte des saints (...)
  • 72 TCCG, III, 1986, p. 60, a.

27Le texte de cette longue inscription, malgré les problèmes qu’il pose, éclaire l’ensemble. Pascasius y est en effet présenté comme prêtre et disciple de Venantius66 très probablement l’évêque de Viviers qui signe aux conciles d’Epaone (517) et de Clermont (535). Son épitaphe date donc au plus tôt du VIe s. — comme le prouve aussi la mention de l’indiction —, et même sans doute de la seconde moitié du siècle, car l’expression priscam doctrinam employée à propos de Venantius suggère qu’il est mort depuis longtemps. Cela concorde avec la paléographie de l’inscription et donne un point de repère pour la datation de l’édifice67. Vu la référence à Venantius, c’est probablement lui qui bénéficiait d’une inhumation privilégiée au centre de l’abside68. Peut-être avait-il lui-même fondé la basilique dans ce but, quoique le début du texte inciterait à y voir plutôt l’œuvre de Pascasius : c’est en effet à son propos qu’est évoquée l’aula... divinetus data, formule dont la modestie convient semble-t-il d’ailleurs mieux au destinataire de l’épitaphe qu’à un évêque admiré, mort depuis longtemps. Si tel est le cas, Venantius pourrait être le praeclarus patronus titulaire de la basilique, ce qui expliquerait que son nom n’ait pas été précisé ici puisqu’il figurait plus loin. Ce n’est cependant pas ce qu’a retenu la tradition : en effet, d’après un vieux bréviaire cité au XVIIe s. par J. Columbi, le sanctuaire serait l’œuvre de Venantius qui aurait bâti une ecclesia beati Saturnini ac beatae Mariae genetricis Domini Dei69. Dans ce cas, le praeclarus patronus évoqué par l’inscription pourrait être Saturnin70 ce qui n’est pas invraisemblable car le culte du martyr de Toulouse est bien attesté en Gaule méridionale dès le Ve s.71. Mais on peut aussi penser que l’expression praeclarus patronus désigne non pas le titulaire du sanctuaire, mais son fondateur, Venantius, "patron" de Pascasius ici-bas et dans l’au-delà. Quoi qu’il en soit, cette épitaphe complète de manière importante les renseignements fournis par les fouilles archéologiques récentes : la chapelle Notre-Dame-du-Rhône remonte indubitablement au VIe s. et ne doit donc plus être considérée "de datation incertaine" comme P.-A. Février l’avait prudemment écrit en 198672.

  • 73 J.-Fr. Reynaud, Lugdunum christianum, Paris, 1998, p. 171.
  • 74 ILTG 297-298 ; J.-F. Reynaud, CRAI, 1976, p. 482, fig. 14 ; J.-F. Reynaud et F. Descombes, Riv. di (...)
  • 75 J.-F. Reynaud et alii, TCCG, IV, 1986, p. 31, n° 8.
  • 76 ILC 2175-2177.

28Ailleurs, l’épigraphie sert moins à dater un édifice qu’à fournir la première attestation de son titulaire. Ainsi, à Saint-Laurent de Choulans à Lyon, la plus ancienne épitaphe datée ne remonte qu’à 599 alors que le matériel archéologique permet de placer la construction de la basilique dans "le troisième tiers du Ve s. ou au début du VIe"73. En revanche, cinq épitaphes74 prouvent que le sanctuaire était déjà dédié à saint Laurent au VIIe s., alors que ce patronage n’est pas autrement attesté avant un diplôme de 88575. Les unes précisent que l’aula s(an)c(t)i Laurenti a reçu" ou "a mérité" d’avoir saint Laurent pour patron. Le même type de formule se lit à Andernach, sur le Rhin en aval de Coblence, sur des inscriptions que leur paléographie permet de dater du VIIe s. : meruit habire tumulo in adries [= atria] s(an)c(t)i Petri ; meruit tumulum in adria s(an)c(t)orum ; meruit s(an)c(t)orum esse consortes offici[i]76. La mention de saint Pierre d’un côté, "des saints" de l’autre, suggère que la basilique dans laquelle se trouvaient ces textes était dédiée aux apôtres Pierre et Paul.

29Ces derniers exemples montrent que les épitaphes évoquent indifféremment un sanctuaire en le nommant (aula sancti Laurenti, atria sancti Petri) ou en citant simplement son saint patron. L’évocation du monument est alors indirecte.

Inscriptions évoquant indirectement un sanctuaire

  • 77 RICG XV, 39.
  • 78 F. Descombes, RICG XV, Intr., p. 6. Voir. id., TCCG, III, 1986, p. 27, n° 4.

30C’est le cas, on vient de le voir, de certaines épitaphes ad sanctos. Aux exemples précédents, il faut ajouter, à Vienne, l’épitaphe de Foedula qui fait référence à la protection des saints Gervais et Protais dont jouit la défunte77. Le texte n’est pas daté mais précise que Foedula a été baptisée par "le grand saint Martin", donc entre 386 et 389, lors du passage de l’évêque de Tours à Vienne. Comme l’inscription fait le lien entre Martin et les deux martyrs milanais inventés par Ambroise en 386, il est probable que les reliques de ces derniers sont arrivées à Vienne au moment où Martin y faisait étape et qu’un sanctuaire fut alors édifié pour les abriter. Grâce à Foedula, on peut donc faire remonter la fondation de la basilique Saint-Gervais à la fin du IVe s., alors qu’elle n’est attestée pour la première fois dans les sources littéraires que dans la Vita s. Clari (BHL 1225) qui, "tout en étant elle-même tardive (entre 750 et 1000’ ?), dresse un tableau des églises et des monastères viennois au VIIe s."78.

  • 79 Le Blant 389 et pl. 46, n° 272, sur une table d’autel ou d’offrande : Eufrasius p(res)byter in hon (...)
  • 80 M. Durliat, Les autels... (cité p. 62, n. 1), p. 547 ; E. Chatel, Autels cippes de Septimanie, Gau (...)
  • 81 E. Chatel, op. cit., p. 115 et 118, fig. 1 ; C. Metzger, Naissance des arts chrétiens, Paris, 1991 (...)

31Les inscriptions gravées sur les autels (outre les textes de fondation vus supra) peuvent, elles aussi, évoquer un édifice, même si elles ne le nomment pas, car l’existence d’un autel induit celle d’un sanctuaire. Il peut s’agir d’une dédicace comme à Grézy-en-Genevois79 ou d’une inscription signalant un dépôt de reliques : à Joncels (Hérault), elles sont anonymes (reliquiae sanctorum)80 à Saint-Marcel-de-Careiret (Gard), ce sont des reliques de sainte Marie, de la sainte Croix et des martyrs Marcel et Valérien81.

Inscriptions n’évoquant pas l’édifice dans lequel elles se trouvent mais fournissant un repère chronologique pour le dater

  • 82 RICG XV, 77.
  • 83 Adon, Chronica, aetas sexta, PL 123, col. 82. Voir supra p. 64, n. 5.

32À Vienne par exemple, une soixantaine d’épitaphes ont été retrouvées en place, sous le sol de la basilique Saint-Pierre. La disposition des tombes prouve qu’elles sont postérieures à la construction de l’édifice dans lequel elles s’insèrent. La plus ancienne de ces inscriptions, datée de 49182 fournit donc un terminus ante quem pour la fondation du sanctuaire qui n’est pas mentionné de façon certaine dans les sources avant la Chronique d’Adon au IXe s.83.

  • 84 RICG XV, 274-275. Le formulaire et la paléographie permettent de les rapprocher d’inscriptions dat (...)
  • 85 Voir R. Perraud, Atlas, 1, p. 200-203.

33Inversement, à Briord, deux fragments d’inscription découverts en 1961 et datables du VIIe s.84 suggèrent que la basilique dont ils proviennent pouvait être encore en usage à cette époque, alors que les archéologues l’avaient d’abord cru démolie au VIe s.85.

34L’apport de l’épigraphie à la connaissance des monuments chrétiens est donc incontestable. Il faut cependant garder conscience de ses limites et des dangers d’une interprétation abusive de certaines inscriptions.

3- LIMITES ET DANGERS D’UN USAGE ABUSIF DE L’ÉPIGRAPHIE

35L’épigraphie est en effet souvent incapable de résoudre deux des principaux problèmes que pose l’histoire de la topographie chrétienne : la localisation des édifices et leur datation.

Le problème de la localisation des édifices évoqués

  • 86 Le Blant 492 = CIL XII, 1499 = ILC 211. Voir P.-A. Février, TCCG, III, 1986, p. 92-93, n° 1.
  • 87 Le Blant 641 ; épitaphe connue par un manuscrit qui ne précise pas sa localisation.
  • 88 Le Blant 545 = CIL XII, 482 = ILC 1670 ; cf. J. Guyon, TCCG, III, 1986, p. 132, n° 13.

36Parfois, l’emplacement de l’édifice évoqué dans l’inscription est totalement inconnu, parce que la pierre n’a pas été trouvée en place ou parce que sa provenance n’a pas été signalée ou encore parce que l’édifice qu’elle mentionne n’est pas celui dans lequel elle se trouve. Ainsi, l’épitaphe de Pantagatus86 conservée au XVIIe s. dans la cathédrale de Vaison — donc non en place — nous apprend qu’il "a confié son corps à cette terre qui lui appartient (...), sous la protection des martyrs (...), le très saint Vincent et ses compagnons", mais on ne sait où se trouvait cette basilique funéraire, nécessairement différente de l’ecclesia. On ignore également l’emplacement du sanctuaire, dédié au martyr Hyppolite, qui abrita en Provence le tombeau du patrice Dynamius et de sa femme87 ; même ignorance pour le monasterium sancti Cyrici mentionné dans l’épitaphe d’Eusebia (VIe s. d’après l’écriture) trouvée dans la crypte de saint Victor à Marseille88.

  • 89 Le Blant 618 et pl. 505 = CIL XII, 5335 = ILC 1858. Voir H.-I. Marrou, "Le dossier épigraphique... (...)
  • 90 C’est ce que suggère avec prudence M. Gayraud dans J. Michaud et A. Cabanis (dir.), Histoire de Na (...)
  • 91 X. Barral i Altet et P.-A. Février, loc. cit.

37Parfois, la localisation de l’édifice concerné reste incertaine, voire suscite la controverse. Comment interpréter par exemple le texte gravé sur une base de colonne remployée au XVIIe s. pour soutenir un autel dans l’église Notre-Dame-dela-Major à Narbonne et portant simplement : Anno XVII episc(o)p(a)t(us) Rustici, anni dies CCLXVI, k(a)l(endas) iulias (1er juillet 444)89 ? Il s’agit manifestement de la date d’achèvement d’une construction, mais laquelle ? Quoique la pierre ne soit pas en place, peut-on y voir un vestige d’un état antique de Notre-Dame-de-la-Major qui n’est pas formellement attestée dans les textes avant 78290 ? Dans le doute, X. Barrai i Altet et P.-A. Février restent volontairement ambigus : tout en évoquant cette inscription dans un paragraphe consacré à l’église Sainte-Marie, ils notent qu’elle date de 444, "époque où les travaux étaient en cours dans l’ecclesia", ce qui suggère qu’elle provient de cette dernière91. Cette solution paraît effectivement la meilleure. En effet, les travaux de l’ecclesia ont commencé le 13 octobre 441, l’abside fut achevée le 9 oct. 442 et l’édifice entier le 29 nov. 445 : le 1er juillet 444 pourrait donc être la date de l’achèvement de la nef.

  • 92 Le Blant 609 et pl. 82, n° 500 = CIL XII, 4311 = ILC 1852a. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 345 et (...)
  • 93 Par exemple Le Blant, p. 449, H.-I. Marrou, op. cit., p. 345, n. 17 et É. Griffe, Histoire religie (...)
  • 94 Ph. Héléna, "Un problème important d’archéologie languedocienne élucidé par des fouilles récentes" (...)

38On retrouve le nom du même Rusticus à Minerve (Hérault) dans un texte gravé sur la tranche d’une table d’autel et daté de 456 : Rusticus, ann(o) XXX ep(iscopa)tus sui f(ieri) i(ussit)92. On déduit en général de ce texte l’existence d’une église à Minerve dès le Ve s. : soit Saint-Étienne, attestée pour la première fois le 1er mai 1095, soit Saint-Nazaire, située ante castrum Minerba, mentionnée dans un plaid et un serment de 87393. Mais, pour Ph. Héléna et L. Sigal, la date de cet autel suggère qu’il provient plutôt de la basilique Saint-Félix de Narbonne, achevée par Rusticus en 45594. La quasi coïncidence de date n’est certes pas un argument dirimant vu l’activité constructrice de Rusticus, et la première hypothèse est la plus vraisemblable, mais il ne faut jamais perdre de vue la facilité avec laquelle les pierres peuvent se déplacer.

  • 95 Le Blant 619 = CIL XII, 5338 = ILC 1852b. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 344 ; M. Durliat, op. ci (...)
  • 96 Il n’est attesté dans les textes qu’à partir du Xe s., sous le titre de S. Vincent. Voir bibliogra (...)
  • 97 C’est pourquoi X. Barrai i Altet et P.-A. Février, loc. cit., classent cette chapelle parmi les éd (...)
  • 98 Le Blant, NR 445 = M. Durliat, op. cit., p. 546-547 ; C. Metzger dans Naissance des arts chrétiens(...)
  • 99 E. Chatel, "Autels-cippes..." (cité p. 71, n. I), p. 115-116, d’après une notice manuscrite de M. (...)
  • 100 F.-P. Thiers, Bull. de la commission archéologique de Narbonne, 1891, p. 389-400, cité par M. Durl (...)
  • 101 Les reliques ont été "dédiées la deuxième année" : d(e)d(i)k(atae) ann(o) secundo. Ces mots ne fon (...)

39C’est pourquoi on ne peut pas non plus être totalement sûr que la base d’autel mentionnant le prêtre Hermès95 contemporain de Rusticus, conservée au XVIIe s. dans la chapelle Saint-Loup de Narbonne, s’y trouvait depuis le Ve s. et qu’elle atteste l’existence de ce sanctuaire dès cette époque96. C’est possible car sur l’autre face de l’autel une inscription invitait à prier pour l’évêque Rusticus : comme l’édifice (aujourd’hui disparu) se dressait dans une nécropole antique, il pourrait avoir été construit pour abriter le tombeau de ce pontife, mais la prudence s’impose97. Même incertitude pour l’inscription gravée sur un autel reliquaire autrefois conservé au château de Céleyran à Salles d’Aude98 : la basilica s(an)c(to)rum, id est Sat(u)rnini et Marcelli dont elle fait mention appartenait-elle à cette localité ou bien s’agit-il de la basilique Saint-Marcel de Narbonne (attestée au IXe s.) comme le propose M. Chalon99 ? Le doute est de rigueur même si la première hypothèse reste la plus probable, d’autant qu’une visite pastorale du XVe s. prouve que l’église de Céleyran, aujourd’hui dédiée à saint Jean pour avoir appartenu à l’ordre de SaintJean de Jérusalem, était autrefois sous le titre de Saint-Marcel100 : notre texte fournirait donc un terminus ante quem pour la fondation de ce sanctuaire rural. Il n’est pas daté de façon précise101 mais sa paléographie permet de l’attribuer au VIe s.

Le problème de la datation des édifices évoqués

40Comme on vient de le voir, beaucoup des textes que nous utilisons ne sont pas datés. Seuls leur formulaire, leur langue ou leur paléographie en permettent une datation approximative. D’où une relative incertitude ou, pire, des erreurs.

  • 102 G. Moracchini-Mazel, "La fouille des basiliques paléochrétiennes de Corse", Actas des VIII Congr. (...)
  • 103 Consultés par G. Moracchini-Mazel, loc. cit.
  • 104 Cité par Ph. Pergola, loc. cit.
  • 105 N. Duval, Atlas, I, p. 329.

41L’incertitude est gênante mais pas dramatique quand elle porte sur quelques dizaines d’années, voire même un siècle comme dans plusieurs exemples cités supra, attribués de façon assez vague au VIe/VIIe s. Même imprécision à Sagone en Corse où les fouilles de la cathédrale ont livré une estampille sur tuile portant : [San]cti Apiani,/iubante D(e)o, Paulus fecit102. Document primordial, le seul à nous donner le titulaire de l’ecclesia, un martyr africain, mais document datable uniquement par sa paléographie : alors que A. Grabar et H.-I. Marrou proposaient la fin du Ve s.103, N. Duval a d’abord préféré la deuxième moitié du VIe s.104 mais reconnaissait en 1996 son incertitude : "l’inscription... date du Ve s. ou du début du s. d’après l’écriture et le formulaire. Une date un peu plus tardive est possible cependant". Notant en outre que la dédicace à un saint est insolite sur une tuile, il ajoute qu’"il n’est pas exclu que cette tuile ait été utilisée pour un reliquaire ou une fosse d’autel"105 qui ne serait donc pas forcément contemporain de la construction de l’édifice.

  • 106 N. Gauthier, "Origine et premiers développements de la légende de s. Ursule à Cologne", CRAI, 1973 (...)

42Dans d’autres cas, le recours au seul critère paléographique a pu entraîner de graves erreurs, comme celle que N. Gauthier a justement dénoncée à propos de la célèbre inscription Divinis flammeis... de Cologne106 Il s’agit d’une inscription très soignée, gravée en très belles capitales sur une pierre encastrée dans le mur du chœur de la basilique Sainte-Ursule.

Divinis flammeis visionib(us) frequenter admonit(us) et virtutis magnae mai/iestatis martyrii caelestium virgin(um)/imminentium, ex partib(us) Orientis/exsibus, pro voto, Clematius, v(ir) c(larissimus), de/proprio, in loco suo, hanc basilicam,/voto quod debebat, a fundamentis/restituit. Si quis autem,/super tantam/maiiestatem huiius basilicae ubi sanc/tae virgines pro nomine Chr(ist)i san/guinem suum fuderunt, corpus alicuiius/deposuerit, exceptis virginib(us), sciat se/sempiternis Tartari ignib(us) puniendum.

"Fréquemment exhorté par des visions divines flamboyantes, (montrant) la grande et majestueuse puissance du martyre des vierges célestes qui le menaçaient, suscité depuis l’Orient, pour son vœu, Clematius, clarissime, a reconstruit à ses frais, sur son terrain, cette basilique à partir des fondations, conformément au vœu qu’il devait (accomplir). Et si quelqu’un, dans cette basilique d’une telle majesté, où les vierges saintes ont répandu leur sang pour le nom du Christ, dépose le corps de qui que ce soit, les vierges exceptées, qu’il sache qu’il doit être puni par les feux éternels du Tartare" (trad. N. Gauthier).

43Cette inscription a donné lieu à une bibliographie impressionnante. La plupart des grands auteurs (Le Blant, De Rossi, Levison, Delehaye, etc.) l’ont attribuée au IVe ou au Ve s. C’est pourquoi, quoique Diehl ne l’ait pas retenue dans son recueil, la majorité des historiens du christianisme à Cologne y voient le témoin d’une basilique antique, preuve d’un culte martyrial précoce. On aurait donc là un document exceptionnel en Gaule. Or N. Gauthier a montré de façon magistrale que ce texte est en fait carolingien mais qu’il en a remplacé un autre, plus ancien, transmis par un manuscrit médiéval copié au XVIe s.

Christ<o>, quem Dominum caeli regemque Deumque Crux iubet agnosci, mortem qui vicit acerbam Martyrioque suo reparavit secula cunctis, Hic, ubi virginem fudit inanus impia sanguem, Angli seu Christi casto inter somnia iussu, Clematius fuso posuit pro sanguine templum Et Diodora simul, cara et gratissima coniux. In tantum meritum caelestia facta resurgunt.

"Au Christ, que la croix fait reconnaître comme Seigneur du ciel, roi et Dieu, qui a vaincu la mort cruelle et, par son martyre, restauré le monde pour tous, ici où une main impie a répandu le sang virginal, sur l’ordre inspiré reçu en songe, d’un ange ou du Christ, Clematius a élevé ce temple pour le sang répandu et, avec lui, Diodora, son épouse très chère et très aimable. Les hauts faits divins se renouvellent dans un acte si méritoire" (trad. N. Gauthier).

44Comme l’inscription a disparu, on ne peut apprécier son écriture, mais l’étude du vocabulaire et du style permet à N. Gauthier de l’attribuer à la fin du VIe ou au début du VIIe s., ce qui correspond d’ailleurs mieux à ce que l’on sait du développement du culte des martyrs en Gaule. À partir de là, elle reconstitue l’histoire du culte et des édifices successifs : à la fin du VIe s., Clematius et Diodora font construire une église là où "une main impie avait répandu le sang virginal" ; cela suppose l’existence d’une tradition préexistante, mais on ignore laquelle. À l’époque carolingienne, on estime cette inscription indigne des temps nouveaux et l’on décide de la refaire, sans doute à l’occasion d’une réfection de la basilique. La nouvelle version, proche de la première, en est en fait une interprétation : ainsi, "le sang virginal" (virginem), est devenu "le sang des vierges" (virginum). On voit poindre là l’idée des fameuses 11000 vierges, mais il n’est pas encore question de sainte Ursule, qui n’apparaît pas dans les textes avant le Xe s. Sans doute est-ce la découverte de l’inscription funéraire d’une certaine virgo Ursula qui est à l’origine de l’introduction d’Ursule dans la légende. Le travail exemplaire de N. Gauthier n’est malheureusement pas encore assez reconnu en Allemagne où beaucoup d’historiens continuent de considérer l’inscription divinis flammeis comme antique et à y voir le témoin d’une très ancienne basilique...

  • 107 RICG VIII, 6*.
  • 108 Par exemple Le Blant 572 = CIL XIII, 1575 = ILC 1068 adn.
  • 109 Voir F. Prévot, "Le chef-lieu de la cité des Vellaves et les origines du siège épiscopal du Velay" (...)

45Autre exemple d’erreur, cette fois en France, au Puy-en-Velay. Sur un linteau surmonté d’un fronton orné d’un chrisme, est gravé en caractères soignés : Scutari papa vive Deo !107. Le chrisme et la paléographie ont poussé à attribuer cette inscription au IVe/Ve s108. On pensait donc qu’elle surmontait la porte du mausolée d’un évêque de cette époque. En fait, ce type de chrisme (avec rhô latinisé et lettres apocalyptiques suspendues aux branches) a été utilisé bien au-delà du Ve s. et a même connu une véritable renaissance à partir du VIIIe s. Or c’est précisément une datation carolingienne que suggère le trait horizontal surmontant le mot papa : il ne signale pas, en effet, une abréviation, puisque le mot n’est pas abrégé, mais un titre, qu’il surligne pour le mettre en valeur comme on l’observe parfois dans les manuscrits carolingiens. Cette inscription ne prouve donc pas que Scutarius était évêque au Puy au IVe/Ve s. et y avait été inhumé dans un mausolée : elle est seulement le reflet de l’organisation d’un culte en son honneur à une époque où la cité des Vellaves cherchait à reconstituer ses origines chrétiennes109.

  • 110 N. Duval, Atlas, II, p. 283.

46À Ligugé, l’interprétation des vestiges de la basilique Saint-Martin a été en grande partie conditionnée par l’épitaphe d’un abbé anonyme qui dit avoir construit l’édifice : aedificavi basilica s(an)c(t)i Martini. Dom Coquet, qui fouilla la basilique à partir de 1952, data cette inscription du VIIe s. et identifia le défunt avec Ursinus, abbé de la fin du VIIe s. qui écrivit une vie de saint Léger. Cet Ursinus serait donc l’auteur d’une reconstruction de la basilique qui correspondrait à la crypte actuelle. En fait, cette inscription pourrait aussi bien être carolingienne et la crypte que Dom Coquet attribuait à Ursinus, n’est pas antérieure à l’époque romane. Avec N. Duval, on peut donc "regretter qu’une idée a priori, fondée sur les rares points de repère historique et sur deux inscriptions, ait influencé d’emblée l’interprétation des fouilles"110

La surexploitation

  • 111 Id., ibid., II, p. 23. Le texte a été publié pour la première fois par A. de Sarrau, "Episcopus Ec (...)

47Enfin, un dernier danger guette l’épigraphiste soucieux d’apporter sa contribution à la connaissance de la topographie chrétienne : c’est la surexploitation des documents dont il dispose. Un bel exemple en est fourni par un fragment d’inscription trouvé à Andernos (Landes) en fouillant un édifice de l’antiquité tardive au sud de l’église S. Éloi. Il s’agit d’un bâtiment de type basilical à nef unique orienté N/NE, inséré dans un ensemble monumental plus vaste et terminé par une abside avec déambulatoire. L’inscription, gravée sur une petite plaque de griotte pyrénéenne (28 x 19 x 3 cm), a été trouvée, non en place, "dans une tranchée profonde au pied d’un mur parallèle à celui de l’église actuelle"111. Les quelques lettres qui subsistent permettent de restituer : [...]idius ep[iscopus]/[ecc]les(iae) Boio[rum]. Cette découverte a fait grand bruit et échauffé les imaginations :

  • d’une part, elle a renforcé l’interprétation de l’édifice comme une basilique funéraire, d’autant qu’il est situé près de l’église médiévale et qu’il contient des tombes112. Or, cette interprétation est très incertaine : les tombes sont pour la plupart des XIIe-XIVe s. et le bâtiment, d’après F. Braemer, s’insère plutôt dans une villa113 ; N. Duval admet qu’il puisse s’agir d’une basilique mais recommande la prudence114 ;
  • d’autre part, la découverte de cette inscription a relancé la querelle concernant la localisation du chef-lieu de la cité des Boïens devenu siège d’un évêché au Ve s.

48Ces dernières remarques ne doivent cependant pas pousser au pessimisme car, on l’a vu, dans de très nombreux cas, l’apport de l’épigraphie à la connaissance de la topographie chrétienne est indiscutable et l’œuvre de Nancy Gauthier est là pour nous le rappeler. Puisse notre amie trouver dans ce modeste article un écho de l’admiration de tous les épigraphistes qui utilisent ses travaux et de tous ceux qui ont la chance de travailler avec elle, en Gaule, en Germanie, en Dalmatie ou en quelqu’autre province de la Romania.

Notes

2 Voir en particulier N. Gauthier, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, I, Première Belgique, Paris, 1975.

3 En association avec le regretté J.-Ch. Picard, puis seule, N. Gauthier a assuré jusqu’en 1998 l’édition des volumes de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule = TCCG (douze volumes parus).

4 Voir le chapitre consacré par N. Gauthier à l’épigraphie dans Naissance des arts chrétiens, Paris, 1991, p. 154-163.

5 Sur ces monuments, voir la TCCG citée n. 3 et Les Premiers monuments chrétiens de la France. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, I, 1995 ; II, 1996 ; III, 1997 (cité Atlas).

6 Sur l’évergétisme monumental dans l’épigraphie chrétienne, voir Y. Duval et L. Pietri, "Évergétisme et épigraphie dans l’Occident chrétien" [= "Évergétisme..."] dans Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, 4-9 octobre 1992, Paris, 1997, p. 371-396, particulièrement p. 372-378.

7 Les principaux recueils épigraphiques seront cités selon les abréviations suivantes :
AÉ = Année épigraphique.
CIL = Corpus inscriptionum latinarum.
ILC = E. Diehl, Inscriptiones latinae christianae veteres3, 3 vol., Berlin-Zurich, 1970.
ILN = E. Espérandieu, Inscriptions latines de Gaule, I, Narbonnaise, Paris, 1929.
ILTG = P. Wuilleumier, Inscriptions latines des trois Gaules, Paris, 1984.
Le Blant = Ed. Le Blant, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, 2 vol., Paris, 1856-1865.
Le Blant, NR = Ed. Le Blant, Nouveau recueil d’inscriptions chrétiennes de la Gaule, Paris, 1892.
RICG = Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, l, 1975 (N. Gauthier) ; VIII, 1997 (F. Prévot) ; XV, 1985 (F. Descombes).

8 Cf. Y. Duval, Loca sanctorum Africae, II, Rome, 1892, p. 593, n. 69 et p. 594. Y. Duval et L. Pietri, "Évergétisme...", p. 385-386.

9 Le Blant 91.

10 Le Blant, NR 245 A et B. Cf. C. Heitz, "L’hypogée de Mellebaude à Poitiers", dans Y. Duval et J.-Ch. Picard (éd.), L’inhumation privilégiée du IVe au VIIIe s. en Occident, Paris, 1986, p. 91-96 ; X. Barrai i Altet, Atlas, II, Paris, 1996, p. 302-309 ; B. Boissavit-Camus, TCCG, X, 1998, p. 88-90, n° 11.

11 Expression qui m’a été suggérée par N. Duval que je remercie pour sa constante disponibilité et ses précieux conseils.

12 Le Blant 617 = CIL XII, 5336 = ILC 1806. Voir H.-I. Marrou, "Le dossier épigraphique de l’évêque Rusticus de Narbonne", Riv. di arch. crist., 46, 1970, p. 331-349, ici p. 332-340 et fig. 1-4.

13 , 1928, 95 = ILN 604. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 340-344 et fig. 5-6

14 Voir X. Barrai i Altet et P.-A. Février, TCCG, VII, 1989, p. 22, n° 5.

15 In gloria martyrum, 91, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 2, Hanovre, 1969, p. 99.

16 Voir, dans ce même volume, la contribution de J. Guyon.

17 Le Blant 610 et pl. 81, n° 612 = CIL XII, 4311 = ILC 1807. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 346-348 et fig. 9 ; M. Durliat, "Les autels de Septimanie du Ve au VIIe s", Actes du Ve congr. int. d’arch. chrét., Rome, 1957, p. 539-550, ici p. 543-544 et ftg. 2. Il ne s’agit pas d’une dédicace au sens liturgique du terme puisque le jour précis n’est pas mentionné. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’Othia soit prêtre et non pas évêque. Sur l’église, qui n’est pas autrement attestée avant 899, voir G. Barruol dans Atlas, I, p. 51-53 (photo de l’inscription p. 52).

18 DACL, VII, l, col. 864-867 et ftg. 5888-5889.

19 Julien de Tolède, Carm. 12 (10), v. 1-5, éd. F. Vollmer, MGH, AA, XIV, Berlin, 1905, p. 242.

20 Flodoard, Historia Remensis Ecclesiae, I, 6, éd. M. Stratmann, MGH, Scriptores, 36, Hanovre, 1998, p. 76 = Le Blant 335 = CIL XIII, 3256 = ILC 61. Voir L. Pietri, "La Conversion en Belgique Seconde d’un ancien officier de l’armée de Julien, Jovin", Revue du Nord, 52, 1970, p. 443-452.

21 Texte du testament de Rémi dans Flodoard, op. cit., 18, p. 100.

22 Voir L. Pietri, op. cit. : en 367, lors de son consulat, Jovin est encore païen ; en 368, il est magister rei castrensis (Ammien Marcellin, XXVII, 10, 6), jusqu’à son remplacement par Théodose en 369 ou 370 (Ammien Marcellin, XXVIII, 3, 9). Sa conversion et la construction de la basilique sont donc postérieures à 367 et probablement à sa retraite en 369/370 (du moins la construction).

23 Une autre épitaphe également copiée par Flodoard, Historia Remensis Ecclesiae, I, 23, dans l’église Saint-Julien (= Le Blant 334), nous apprend qu’un certain Atolus avait construit un xenodochium. Cf. Y. Duval et L. Pietri,, L’évergétisme..., p. 374 et 385.

24 RICG I, 19.

25 Grégoire de Tours, Vitae Patrum, 17, 4, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, p. 281.

26 Le Blant, NR 307 = CIL XII, 5349 = ILC 1811.

27 M. Durliat, Les autels... (cité p. 62, n. 1), p. 549.

28 P.-A. Février, À propos d’une inscription chrétienne du Grau d’Agde, Riv. di arch. crist., 36, 1960, p. 323-328. Voir id., TCCG, VII, 1989, p. 49, n° 4.

29 Le Blant, NR 245 A et B. Voir bibliographie supra p. 61, n. 1.

30 Voir F. Descombes, TCCG, III, p. 27-28, n° 5.

31 RICG XV, 98 B.

32 Adon, Chronica, aetas sexta, PL 123, col. 82. Une lettre d’Avit de Vienne suggère l’existence à Vienne au début du VIe s. d’une basilique dédiée aux apôtres mais l’édifice n’est pas précisément nommé (Ep. 50, éd. R. Peiper, MGH, AA, VI, 2, Berlin, 1888, p. 78-79).

33 Texte, traduction et commentaire dans L. Pietri, La ville de Tours, Paris, 1983, p. 800-822. Voir aussi L. Pietri, TCCG, V, 1987, p. 32.

34 L. Pietri, La ville de Tours, p. 811, n° 17 et TCCG, V, 1987, p. 34, n° 7. Le mot memoria figure dans le titre (malheureusement corrompu) donné à ce texte dans un des manuscrits.

35 TCCG, V, 1987, p. 34, n° 7, v. 9-10 : Efficiunt celsam magno certamine palmam/perpetuis dignisque Deo quam floribus ornant ("Ils concourent par un grand combat à une noble palme qu’ils ornent de fleurs immortelles et dignes de Dieu").

36 N° 9, 10, 11 (ce dernier est l’œuvre de Paulin de Périgueux).

37 N° 16 = Sidoine Apollinaire, Pp., IV, 18, 5.

38 L. Pietri, op. cit., p. 812-815.

39 Voir par exemple F. Prévot, RICG, VIII, Intr., p. 3.

40 Paulin de Nole, Ep., 32.

41 Sidoine Apollinaire, Ep., I, 5, 2. Des œuvres de Constantius et Secundinus ornaient "les côtés de la basilique voisins de l’autel". Voir P.-A. Février et alii, TCCG, IV, 1986, p. 23-24.

42 Par exemple les poèmes II, 3 et 14 : voir L. Pietri, op. cit., p. 824.

43 Exemples : Carm., I, 4, 6, 7, 8, 11, etc.

44 Fortunat, Carm., I, 5. Voir Sulpice Sévère, Dial., Il, 1 et L. Pietri, op. cit., p. 825-826.

45 Fortunat, Carm., X, 5 et 10. Voir L. Pietri, op. cit., p. 826.

46 CIL XII, 936 = ILC 1808. Voir P.-A. Février, TCCG, III, 1986, p. 84, n° 16.

47 Le Blant 31 = CIL XIII, 2372 = ILC 46.

48 Ibid., v. 20 : Angelicisque dedit limina celsa choris. Voir J.-F. Reynaud et alii, TCCG, IV, 1986, p. 31, n°9.

49 Fortunat, Carm., IV, 5 = RICG VIII, 11. Les premiers vers prouvent le caractère épigraphique du poème.

50 Sur cette interprétation et la localisation de S. Pierre, voir ma notice "Limoges" dans TCCG, VI, p. 76, n° 3 et 4.

51 Le Blant 209 et NR, p. 459. L’épitaphe, aujourd’hui disparue, se trouvait encore au XVIIIe s. dans la crypte de l’ancienne église de Saint-Cloud. On ne sait cependant si elle est contemporaine de la mort du saint. Sur saint Cloud, fils de Clodomir, voir Grégoire de Tours, Historiae, III, 18, éd. B. Krusch, MGH, SRM, I, 1, Hanovre, 1937. Au IXe s., sa Vita (BHL 1732) précise qu’il fonda un monasterium in loco cuius olim vocabulum fuit Novigentum, nunc ob insigne eius meritum sanctitatis vocatur monasterium sancti Clodoaldi... Cuius corpus in eadem cella summo honore humatum est (Vita s. Clodoaldi. 11, AASS, sept.. III, p. 101).

52 RICG VIII, 25, 1. 7-9 : hane, inquid, ed(em) in pro<p>ria praedia sublimavit fabrica (commentaire p. 143). Voir aussi TCCG, VI, 1989, p. 37, n° 17.

53 Le Blant 512 = CIL XII, 944 = ILC 1644. Voir L. Pietri, "Un abbé arlésien promu à la sainteté : Florentinus", dans De Tertullien aux Mozarabes, Mélanges offerts à J. Fontaine, I, Antiquité tardive et christianisme ancien (IIIe-VIe siècles), Paris, 1992, p. 45-57.

54 Comme l’a montré L. Pietri, op. cit., ce texte est un remarquable témoignage sur la naissance d’un culte en l’honneur d’un saint.

55 Une lettre du pape Grégoire le Grand à l’évêque Vergilius d’Arles en juillet 599 (Ep., IX, 217, CC 140 A, p. 780-781) "rappelle la fondation d’un monastère d’hommes “à l’intérieur des murs d’Arles” à l’instigation du roi Childebert (511-558), ainsi que la donation et les privilèges accordés à cet établissement par le souverain et ratifiés... par un décret du pape Vigile (537-555) expédié à l’évêque d’Arles Aurelianus (546-551)" (L. Pietri, op. cit., p. 48).

56 Aurelianus, Regula ad monachos, PL 68, col. 385-398.

57 Ibid., col. 395-396.

58 Ibid. : et basilica ibidem in honore sanctorum Apostolorum et Martyrum. Elle abrite des reliques de la sainte croix, d’apôtres et des saints Jean-Baptiste, Etienne, Genès, Symphorien, Baudile, Victor, Hilaire, Martin, Césaire.

59 Voir P.-A. Février, TCCG, 111, 1986, p. 82-83, n° 11.

60 Le Blant 483.

61 P.-A. Février, TCCG, III, 1986, p. 55-61.

62 J. Bruno-Dupraz, Atlas, 1, 1996, p. 218-223 (photo de l’inscription p. 218).

63 pie ? ou pi(et)a(t)e ?

64 = senum.

65 = lacrimae. L’accusatif lacrimas a été induit à tort par l’infinitif rigasse. Si on maintient lacrimas, il faut corriger fusas probatur : "il est prouvé que les larmes en se répandant...". Mais la présence du nominatiffusae et du pluriel probantur invite plutôt à corriger lacrimae.

66 L. 4 : Pascasius iste pr(es)b(yter) ; 1. 6 : priscam beati tenens patris Venanti doctrinam.

67 Datation confirmée par une autre épitaphe, celle d’Emerita, trouvée à l’extrémité ouest de la nef, et que sa paléographie permet également d’attribuer au VIe s.

68 La tradition a longtemps gardé le souvenir de son inhumation "dans le couvent des religieuses de Notre-Dame-du-Rhône" : cf. J. De Banne, Mémoyres des antiquités de l’église cathédrale de Viviers, copie des archives départementales de l’Ardèche, Privat, Fonds Mazon F 32, p. 7.

69 J. Columbi, "De rebus gestis episcoporum Vivarensium", Opuscula varia, Lyon, 1668, p. 194.

70 Le patronage de la Vierge est forcément plus récent puisque l’inscription n’en parle pas. Il s’est probablement imposé quand un monastère féminin a été fondé à côté de la basilique.

71 Voir par exemple Sidoine Apollinaire, Ep., IX, 16, 3, v. 65-77 ; B. Beaujard, Le culte des saints en Gaule, Paris, 2000.

72 TCCG, III, 1986, p. 60, a.

73 J.-Fr. Reynaud, Lugdunum christianum, Paris, 1998, p. 171.

74 ILTG 297-298 ; J.-F. Reynaud, CRAI, 1976, p. 482, fig. 14 ; J.-F. Reynaud et F. Descombes, Riv. di arch. crist., 1978, p. 285-291.

75 J.-F. Reynaud et alii, TCCG, IV, 1986, p. 31, n° 8.

76 ILC 2175-2177.

77 RICG XV, 39.

78 F. Descombes, RICG XV, Intr., p. 6. Voir. id., TCCG, III, 1986, p. 27, n° 4.

79 Le Blant 389 et pl. 46, n° 272, sur une table d’autel ou d’offrande : Eufrasius p(res)byter in honore s(an)c(t)i Petri apostoli voto suo fecet.

80 M. Durliat, Les autels... (cité p. 62, n. 1), p. 547 ; E. Chatel, Autels cippes de Septimanie, Gaule mérovingienne et monde méditerranéen. Les derniers Romains en Septimanie, 1988, p. 115-123, ici p. 115 et 119, fig. 2. Inscription sur un autel reliquaire qui se trouvait sans doute dans le monastère attesté en 851.

81 E. Chatel, op. cit., p. 115 et 118, fig. 1 ; C. Metzger, Naissance des arts chrétiens, Paris, 1991, p. 266.

82 RICG XV, 77.

83 Adon, Chronica, aetas sexta, PL 123, col. 82. Voir supra p. 64, n. 5.

84 RICG XV, 274-275. Le formulaire et la paléographie permettent de les rapprocher d’inscriptions datées du VIIe s., copiées jadis et aujourd’hui disparues, dont on ne connaissait pas la provenance.

85 Voir R. Perraud, Atlas, 1, p. 200-203.

86 Le Blant 492 = CIL XII, 1499 = ILC 211. Voir P.-A. Février, TCCG, III, 1986, p. 92-93, n° 1.

87 Le Blant 641 ; épitaphe connue par un manuscrit qui ne précise pas sa localisation.

88 Le Blant 545 = CIL XII, 482 = ILC 1670 ; cf. J. Guyon, TCCG, III, 1986, p. 132, n° 13.

89 Le Blant 618 et pl. 505 = CIL XII, 5335 = ILC 1858. Voir H.-I. Marrou, "Le dossier épigraphique..." (cité p. 61, n. 3), p. 344 et fig. 7, p. 343 ; X. Barrai i Altet et P.-A. Février, TCCG, VII, 1989, p. 21, n°2.

90 C’est ce que suggère avec prudence M. Gayraud dans J. Michaud et A. Cabanis (dir.), Histoire de Narbonne, Toulouse, 1981, p. 85. Notre-Dame de la Major est attestée au VIIIe s. (plaid de 782) et peut-être même un siècle plus tôt si on peut l’identifier à l’église dans laquelle Julien de Tolède, au VIIe s., signale un autel à la Vierge (Historiae Wambae, 12).

91 X. Barral i Altet et P.-A. Février, loc. cit.

92 Le Blant 609 et pl. 82, n° 500 = CIL XII, 4311 = ILC 1852a. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 345 et fig. 8 ; M. Durliat, "Les autels..." (cité p. 62, n. 1), p. 540-542. Tous les éditeurs, à la suite de Le Blant, donnent f(ieri) f(ecit), alors que les dernières lettres sont très nettes : FI pour f(ieri) i(ussit) et non FF.

93 Par exemple Le Blant, p. 449, H.-I. Marrou, op. cit., p. 345, n. 17 et É. Griffe, Histoire religieuse des anciens pays de l’Aude, Paris, 1933, p. 50, n. 1.

94 Ph. Héléna, "Un problème important d’archéologie languedocienne élucidé par des fouilles récentes", Bull, de la commission arch. de Narbonne, 12, 1928-1930, p. 224-253, ici p. 224 ; L. Sigal, "L’autel chrétien de Minerve", ibid., p. 332-385, ici p. 378. Après la destruction de Saint-Félix au XVIe s., la table d’autel aurait été concédée par l’archevêque de Narbonne à son chapitre qui l’aurait transportée à Minerve dont il possédait la cure.

95 Le Blant 619 = CIL XII, 5338 = ILC 1852b. Voir H.-I. Marrou, op. cit., p. 344 ; M. Durliat, op. cit., p. 545 ; X. Barrai i Altet et P.-A. Février, TCCG, VII, 1986, p. 23, c. Le texte, mutilé, est connu par un manuscrit du XVIIe s.

96 Il n’est attesté dans les textes qu’à partir du Xe s., sous le titre de S. Vincent. Voir bibliographie n. 89.

97 C’est pourquoi X. Barrai i Altet et P.-A. Février, loc. cit., classent cette chapelle parmi les édifices "de date incertaine".

98 Le Blant, NR 445 = M. Durliat, op. cit., p. 546-547 ; C. Metzger dans Naissance des arts chrétiens, Paris, 1991, p. 266.

99 E. Chatel, "Autels-cippes..." (cité p. 71, n. I), p. 115-116, d’après une notice manuscrite de M. Chalon.

100 F.-P. Thiers, Bull. de la commission archéologique de Narbonne, 1891, p. 389-400, cité par M. Durliat, op. cit., p. 546, n. 15.

101 Les reliques ont été "dédiées la deuxième année" : d(e)d(i)k(atae) ann(o) secundo. Ces mots ne font pas référence au règne d’Alaric, comme le pense M. Chalon qui date ainsi le texte de 486 (cité par E. Chatel, loc. cit.), mais plus vraisemblablement au presbytérat du dédicant, le prêtre Hilaire.

102 G. Moracchini-Mazel, "La fouille des basiliques paléochrétiennes de Corse", Actas des VIII Congr. Int. de arqu. Crist., Barcelona, 1969, Barcelone-Cité du Vatican, 1972, p. 363 et pl. CLXI, fig. 3. Voir Ph. Pergola, TCCG, II, 1986, p. 104, n° 1 ; N. Duval, Atlas, I, p. 324-329.

103 Consultés par G. Moracchini-Mazel, loc. cit.

104 Cité par Ph. Pergola, loc. cit.

105 N. Duval, Atlas, I, p. 329.

106 N. Gauthier, "Origine et premiers développements de la légende de s. Ursule à Cologne", CRAI, 1973, p. 108-119.

107 RICG VIII, 6*.

108 Par exemple Le Blant 572 = CIL XIII, 1575 = ILC 1068 adn.

109 Voir F. Prévot, "Le chef-lieu de la cité des Vellaves et les origines du siège épiscopal du Velay", Antiquité tardive, 2, 1994, p. 263-278, ici p. 275.

110 N. Duval, Atlas, II, p. 283.

111 Id., ibid., II, p. 23. Le texte a été publié pour la première fois par A. de Sarrau, "Episcopus Ecclesiae Boiorum, inscription d’Andernos", REA, 7, 1905, p. 74-76.

112 Cf. M. Vieillard-Troiekouroff, "Les fouilles de la basilique funéraire d’Andernos", Cahiers archéologiques, 27, 1978, p. 7-19.

113 F. Braemer, "Note" dans "Séance du 22 juin", BSNF, 1977, p. 120-123.

114 N. Duval, Atlas, II, p. 27.

Auteur

Université Paris XII – Val de Marne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540