Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La naissance de la ville chrétienne

 | 
Brigitte Beaujard

Préface

Joëlle Burnouf

Texte intégral

1Remplaçant les traditionnels "hommages" des collègues, amis et étudiants, fabriqués dans le secret des cabinets et des bibliothèques, et remis solennellement, et tout prêts, quelques temps après l’arrêt de l’activité professionnelle de l’intéressé, les "journées" sont devenues depuis une décennie un nouveau "rite de passage" dans les milieux savants : elles rassemblent l’espace d’un moment toutes celles et tous ceux qui, à un moment ont partagé la vie professionnelle de l’impétrant. Dans cette foule de fidèles il y a ceux qui préparent la journée avec le dédicataire, ceux qui sont appelés à parler, ceux qui sont conviés à participer et écouter, enfin ceux qui sont conviés à la compotatio rituelle qui clôt l’événement. Cette nouvelle pratique sociale a de nombreux mérites : retrouver celles et ceux avec lesquels on a fait un bout de chemin, partagé des convictions, combattu pour des idées ; croiser les générations : ce qui permet aux plus jeunes de mettre un visage sur un nom qui leur a donné quelques insomnies, dont ils ont lu et travaillé des volumes de pages et découvert avec intérêt à travers l’apparat critique la pratique de la recherche ; croiser la Gaule du nord et celle du sud ; brasser l’Europe ; évoquer des situations cocasses, voire comiques, raconter des anecdotes ou disserter savamment. Bref tous ces fils ténus de la vie quotidienne qui créent la sociabilité et font de chacun de ceux qui sont honorés ce jour-là, le héros d’une fête, le centre d’un cercle de famille intellectuel. Reste au premier cercle, celui des proches et organisateurs à transformer cette pratique sociale, à la pérenniser, à en laisser trace : c’est l’objet de cet ouvrage.

2Ce jour-là, nous nous sommes réunis autour de Nancy Gauthier pour la naissance d’un concept que consacre cet ouvrage : "la naissance de la ville chrétienne". Comprendre la dynamique de la "fabrique de l’urbain" à un moment où "ni tout à fait la même ni tout à fait une autre", encore très antique et déjà tellement autre chose, "la ville chrétienne" est perceptible, se placer au coeur difficile du changement, chercher à mettre en évidence les processus, savoir ce que font les groupes sociaux de ce qui est là, comment ils le transforment, qui transforme et pour quel résultat.

3Pendant longtemps l’espace de temps entre l’Antiquité et le Moyen Âge a été cet "entre-deux" auquel nous convie à réfléchir H. Galinié, les archives du sol sont pour cette période d’une rare complexité qui requiert, ce que souligne Ch. Bonnet, une interdisciplinarité studieuse et patiente. Plusieurs mètres de "terres noires" qu’il faut effeuiller pour les comprendre, des vestiges assez peu spectaculaires que les nouvelles méthodes de l’archéologie du bâti, entre autre, permettent d’interpréter. Les sources archéologiques de ce demi-millénaire ont très longtemps été interprétées à la lumière de présupposés idéologiques qui sont en cours de critique et conduisent à repenser la fabrique de la ville chrétienne.

4Ce jour-là nous avons fait un voyage en "Europe chrétienne" : Gaule du nord, Gaule du sud, Germanie, Dalmatie dans toute la "romania" dans les villes certes, c’était le sujet, mais aussi dans les campagnes et leurs agglomérations en Gaule centrale et en Syrie. Tous les moyens furent bons pour parvenir au but : l’affirmation de ce nouveau concept, la mise au jour de ce nouvel objet : "la ville chrétienne". Toutes les sources furent requises : l’épigraphie, les sources écrites, archéologiques. Toutes les méthodes d’analyses et de traitement de ces sources et les nouvelles conclusions auxquelles elles ont permis d’aboutir.

5Il en est à cette époque pas si lointaine, il y a seulement 1500 ans, comme de la condition d’un groupe social contemporain : "on ne naît pas chrétien on le devient" et comment marque-t-on la différence ? par la distance, comme les moines : un espace et un mur, par les signes distinctifs, un chrisme, une colombe, une croix, par les mots par les "dits" : les récits de ceux qui ont raconté les formes nouvelles des pratiques sociales et des objets.

6Au bout du compte, le résultat n’a plus rien à voir avec le projet initial mais ce sont les chercheurs qui le disent et le spécialiste de l’Antiquité tardive passe alors le relais à son confrère médiéviste. Il n’était pas de notre propos ce jour-là de faire l’historiographie du sujet. C’est toutefois un aspect de la question qui méritera d’être étudié. Les mots mêmes dans l’évolution de leur usage apporteront leur contribution à l’évolution de la manière de penser cet espace de temps : Bas-empire, Antiquité tardive, époque paléochrétienne : les mots pour le dire ont leur importance les mots des contemporains mais aussi les nôtres c’est pourquoi il est particulièrement fécond de voir naître un nouvel objet/nouveau sujet : "la ville chrétienne".

7Cette nouveauté, n’est pas apparue toute armée du RICG, elle est le fruit d’un patient travail de collecte des données, de confrontation des sources, de critique dont le laboratoire dynamique a été le groupe de travail sur "la topographie chrétienne des cités de la Gaule" que Nancy Gauthier a animé pendant plus de dix ans. D’une fermeté tranquille et souriante, elle a piloté cette opération avec une grande vigilance, une curiosité renouvelée et une grande ténacité et grâce à elle les onze volumes parus constituent une collection de référence et un outil de travail incontournable aussi bien pour les étudiants, les chercheurs que pour les gestionnaires de la recherche en archéologie de cette période.

8Lorsque l’ouvrage sortira, lorsque nous l’aurons lu, nous comprendrons surtout que le rôle de Nancy Gauthier a été, avec audace mais avec rigueur, avec patience mais avec une urgente opiniâtreté, en conservant les acquis des travaux antérieurs mais en stimulant les audaces, comme tous les pionniers, d’ouvrir un nouveau champ de la recherche. Et nous garderons tous en mémoire que ce rôle moteur elle l’a assumé avec une parfaite et élégante courtoisie, une grande humanité, une sourcilleuse vigilance de qualité, une fermeté des principes... et le sourire... en Grande Dame.

Auteur

Professeur d’Archéologie Médiévale Université de Paris I Panthéon-Sorbonne UMR-CNRS 7041 ARSCAN Archéologie et Sciences de l’Antiquité Équipe Archéologie Environnementale MAE - Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable