Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Les cinémas dans l’espace urbain : un siècle de mutations

Éric Blin

Texte intégral

1S’il est un loisir étroitement associé à la ville, à l’animation de la cité, c’est bien le cinéma. Il est d’ailleurs souvent considéré comme un marqueur, un symbole du centre-ville. Et pourtant le cinéma est un loisir récent : il n’a que cent ans. Mais cent ans au cours desquels les salles de cinéma n’ont cessé d’évoluer, depuis les premières salles obscures jusqu’aux multiplexes. Aussi est-il intéressant de s’interroger, en tant que géographe, sur l’évolution des rapports entre l’équipement -la salle de cinéma - et l’espace urbain ; d’apprécier les mutations, les recompositions de cet objet urbain. Comment les salles de cinéma se sont-elles adaptées à l’évolution de la ville et comment ont-elles pu elles-mêmes marquer la ville ? Trois aspects seront abordés, de façon succincte : l’évolution spatiale des salles de cinéma, l’évolution de leur identité et enfin leur récente utilisation au travers des multiplexes comme instruments d’aménagement urbain.

L’ÉVOLUTION SPATIALE : LE CINÉMA ENTRE CENTRE ET PÉRIPHÉRIE

2Au cours du siècle, trois périodes ont marqué l’évolution spatiale du cinéma dans la ville : une période d’expansion, une de rétraction et à nouveau une d’expansion. Cette évolution en trois temps est à replacer au cœur du débat centre-périphérie.

UNE PÉRIODE D’EXPANSION

3Le cinéma est né en centre-ville. Les premières projections eurent lieu sur les champs de foire ou dans des salles de spectacle situés dans les lieux centraux de la ville et les premières salles obscures, apparues dès 1907, s’installèrent au cœur de la ville. La diffusion vers la périphérie, d’abord timide, s’amplifia à partir des années 1930 gagnant les premières banlieues et s’accéléra après-guerre, si bien qu’à la fin des années 1950, malgré la densification des centres-villes, les périphéries comptaient plus de cinémas.

4L’exemple de Tours permet d’apprécier ce mouvement de diffusion (Fig. 1, 2, 3, 4). Les premiers films sont projetés dans l’hypercentre : sur le champ de foire, au Cirque de Touraine, au Théâtre Français, dans des cafés-concerts ou d’autres salles. Les deux premières véritables salles obscures, l’American Cosmo Pathé et le Mondain Gaumont, sont créées en plein cœur de ville en 1911 et 1913. Mais déjà l’équipement des quartiers s’amorce puisque plus au sud le Ciné Grammont et le Casino ouvrent également avant la Première Guerre mondiale.

5Le centre-ville s’étoffera surtout avant la Seconde Guerre mondiale. En 1939 on compte 6 salles de cinémas : l’American Cosmo Pathé, le Rex, le Caméo, le Studio, le Select et le Majestic. Quatre seront détruites pendant la guerre, mais 3 reconstruites. Les ouvertures reprendront après 1950 avec 3 nouvelles salles (l’ABC, le Rio, le Cyrano).

6La diffusion des cinémas hors du centre-ville sera lente jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale puisque seuls ouvriront comme cinémas stricto sensu La Riche Cinéma quartier Lamartine, pour peu de temps l’Étoile boulevard Thiers, enfin l’Entracte à Saint-Pierre-des-Corps. La diffusion s’intensifiera pendant la guerre avec 3 salles supplémentaires (le Gallia quartier Giraudeau, le Vox à Saint-Symphorien et l’Éden à Joué-lès-Tours). Elle explosera après 1955 puisque 7 nouvelles salles verront le jour : à Tours, le Beaujardin, le Mexico, le Ciné-Lux et le Myriam Ciné ; à Sainte Radegonde, le Ciné-Pax ; à Saint-Pierre-des-Corps, le Paris et le Rexy. Au début des années 1960, Tours compte 12 salles de quartier pour 8 salles de centre-ville.

7Pendant cette première phase d’extension, les cinémas bien que répartis sur l’ensemble de la ville entretiennent la dichotomie centre-périphérie, opposant des équipements d’envergure à des équipements de proximité. Les salles du centre-ville attirent les spectateurs de la ville entière parce qu’elles sont souvent plus grandes et plus confortables, offrent plus de séances et présentent des films en exclusivité. À l’inverse, les salles de quartier, moins performantes, ne sont que des salles de faible attractivité.

UNE PÉRIODE DE RÉTRACTION

8À partir des années 1960, l’essor des loisirs - de la télévision en particulier - entraîne une désaffection des salles qui se traduit par un mouvement de centralisation. Les salles de quartier beaucoup moins attractives que celles du centre ferment les unes après les autres et peu à peu l’offre se réduit au centre-ville. À Tours, sur les 12 cinémas de quartier, 8 ferment en l’espace de 10 ans (Fig. 5).

Fig. 1 : Les premières projections à Tours 1896-1910

Fig. 1 : Les premières projections à Tours 1896-1910

Fig. 2 : Les cinémas à Tours 1911-1914

Fig. 2 : Les cinémas à Tours 1911-1914

Fig. 3 : Les cinémas à Tours 1915-1939

Fig. 3 : Les cinémas à Tours 1915-1939

Fig. 4 : Les cinémas à Tours 1940-1962

Fig. 4 : Les cinémas à Tours 1940-1962

9Pour enrayer la chute de la fréquentation, les exploitants décident au début des années 1970 de scinder leur cinéma en plusieurs salles afin d’augmenter l’offre de films par cinéma. Cette stratégie « multisalles » stabilisera la fréquentation mais ne freinera pas le mouvement centripète. En effet, comme seuls quelques cinémas de centre-ville ont les moyens de se transformer en multisalles, les salles de quartier comme les unisalles restantes de centre-ville continuent de fermer. À Tours, les 4 derniers cinémas de quartier (l’Éden, le Rexy, le Vox et le Mexico) et les 3 dernières unisalles du centre-ville (le Palace, le Cyrano et l’ABC) disparaîtront au cours des années 1980. La rétraction ne s’arrêtera pas là puisque les multisalles les moins attractives devront s’incliner à leur tour (le Majestic en 1992). Tant et si bien qu’au début des années 1990, même les centres-villes n’offrent plus que quelques cinémas. Tours n’en comptait que 4.

10D’une certaine manière, les multisalles ont raté l’évolution de la ville. Se contentant de leur rente de situation, elles n’ont pas su innover et recouvrer une population qui ne cessait de se périphériser. Qui plus est, circonscrites au centre-ville, elles n’ont fait qu’accentuer la dichotomie centre-périphérie.

UNE NOUVELLE PÉRIODE D’EXPANSION

11Depuis 1993 une nouvelle génération de cinémas est née, les multiplexes, et avec elle une nouvelle période d’expansion. En effet, pour rentabiliser ces équipements géants qui comptent parfois plus d’une vingtaine de salles, une large clientèle est nécessaire. Aussi les deux-tiers des multiplexes ont fait le choix de la périphérie qui seule peut offrir disponibilité foncière et facilité d’accès. Plus précisément, 40 % sont installés sur une zone commerciale, plus de 10 % à proximité d’axe(s) routier(s), autant au sein de quartiers périphériques dynamiques. Les multiplexes marquent donc le retour des cinémas en périphérie et par-là même contribuent à rééquilibrer l’offre cinématographique sur la ville.

12Le centre-ville n’est pas abandonné pour autant. Malgré sa moindre accessibilité, il reste le lieu d’attractivité et de centralité majeures ; aussi un tiers des multiplexes y est implanté. Par ailleurs les salles classiques, bien que menacées, résistent assez bien. Seuls disparaissent certains cinémas qui ne se sont pas modernisés et d’autres dont les exploitants sont à l’origine des multiplexes comme à Tours qui, avec deux fermetures mais la création de deux multiplexes, l’un central l’autre péricentral, compte aujourd’hui 3 cinémas en centre-ville et 1 en périphérie, soit une proportion de 19 pour 12 salles (Fig. 6).

13Désormais, non seulement les cinémas au travers des multiplexes sont devenus des équipements d’envergure dont l’aire d’attraction s’étend bien souvent au-delà de la seule agglomération, mais de plus les salles de périphérie n’ont plus rien à envier aux salles de centre-ville. De telle sorte qu’aujourd’hui, au-delà du rééquilibrage entre le centre-ville et la périphérie, ces nouveaux cinémas d’agglomération témoignent d’une autre lecture de la ville où disparaît la dichotomie centre-périphérie.

Fig. 5 : Les cinémas à Tours 1963-1995

Fig. 5 : Les cinémas à Tours 1963-1995

Fig. 6 : Les cinémas à Tours 1996-2003

Fig. 6 : Les cinémas à Tours 1996-2003

UNE ÉVOLUTION IDENTITAIRE PARADOXALE

14L’évolution des cinémas n’a pas seulement été spatiale. Elle s’est doublée d’une évolution de leur identité, de leur statut dans la ville. Deux mutations quelque peu paradoxales peuvent être mises en évidence.

UN ÉQUIPEMENT BANAL MAIS DE PREMIER PLAN

15Tout d’abord l’équipement s’est banalisé au cours du siècle tout en demeurant paradoxalement un équipement majeur.

16Banalisation parce qu’en se généralisant rapidement à l’ensemble du territoire, il est devenu un équipement courant. Aujourd’hui, malgré les fermetures, toutes les villes de plus de 50 000 habitants sont équipées, souvent multi-équipées, 80 % des villes de 20 à 50 000 habitants sont équipées et 60 % des villes de 10 à 20 000 habitants le sont.

17Banalisation aussi née de la multiplication des activités et des équipements de loisirs qui le conduit à n’être plus aujourd’hui qu’un loisir parmi tant d’autres.

18Banalisation encore à travers l’architecture des salles. Les premiers cinémas suivaient les canons de l’architecture théâtrale et avaient des allures de palais. Il est vrai que la plupart d’entre eux s’étaient installés dans les théâtres ou des music-halls. Les contraintes de la projection, la révolution du parlant et la crise de 1929 ont favorisé une architecture plus fonctionnelle en rupture avec celle des théâtres, avec moins d’ornements et des formes plus simples, même si de véritables monuments ont toujours été érigés avec marquises et escaliers d’honneur. Les multisalles ont intensifié la banalisation au point que l’on ait pu parler de disparition de l’architecture. Il est vrai que l’attraction reposait davantage sur la programmation que sur le lieu. Avec les multisalles, les cinémas se sont fondus dans les immeubles alentours et ont perdu toute magnificence. Quant aux multiplexes, la plupart accentuent encore cette banalisation architecturale en imitant les grandes surfaces. Qui plus est, pour la première fois un des exploitants, CGR, va même jusqu’à construire ses cinémas à l’identique, détruisant la personnalité des établissements.

19Banalisation enfin des noms de cinémas. À partir des années 1970, les grands opérateurs (Gaumont, UGC, Pathé) ont rebaptisé leurs cinémas de l’enseigne du groupe. Ce phénomène associé à la fermeture de nombreuses salles a concouru à la disparition de noms prestigieux, magiques (l’Éden, le Palace, le Majestic) qui contribuaient pour beaucoup à la personnalité de l’équipement. Nommer un lieu c’est lui accorder une existence.

20Malgré cette banalisation, le cinéma a toujours été et reste un équipement majeur, un équipement qui compte dans la ville. D’une part, par sa taille, sa monumentalité, l’équipement se démarque et se remarque. Si l’architecture s’est peu à peu dévalorisée, quelques multiplexes de centre-ville, à Paris, Lyon, ou Bordeaux, témoignent du retour d’une architecture de qualité. Certains portent même la signature d’architectes de renom. Il est vrai que les multiplexes cherchent à remettre à l’honneur le lieu. D’autre part, l’équipement a toujours été particulièrement attractif. Au début du siècle, les foules se pressant devant les salles impressionnaient. Aujourd’hui encore le cinéma est l’un des équipements de loisir les plus pratiqués, il génère des flux importants voire impressionnants. Les multiplexes attirent 500 000 à 1 million de spectateurs par an, le plus grand en accueille 3 millions, autant que le château de Versailles, une fois et demie le Parc Astérix.

UN ÉQUIPEMENT CULTUREL DE PLUS EN PLUS RÉCRÉATIF, DE PLUS EN PLUS COMMERCIAL

21Une autre tendance peut être mise en évidence : les cinémas, équipements culturels, deviennent aujourd’hui à travers les multiplexes des équipements plus récréatifs, plus commerciaux.

22La salle de cinéma a toujours été un équipement culturel devenu même relativement élitiste puisque le public à l’origine bien réparti dans toutes les catégories de la population - un public populaire - s’est plutôt orienté vers les milieux aisés à partir des années 1960. Il est vrai que les milieux populaires se sont aussi détournés des salles, à la fois parce qu’ils se sont retrouvés éloignés des cinémas qui se concentraient en centre-ville et parce qu’ils ont davantage réduit leur pratique cinématographique au profit de la télévision. Par ailleurs s’étaient développés dès les années 1950 des cinémas plus pointus (d’art-et-essai, de recherche) qui représentent aujourd’hui 16 % des établissements.

23Les multiplexes qui totalisent quand même 40 % de la fréquentation tendent donc à faire des cinémas un équipement beaucoup plus récréatif, beaucoup plus commercial. D’une part, des commerces et des attractions destinés à agrémenter et prolonger la séance sont présents dans le hall : bar, espace restauration, jeux, coin lecture, boutique cinéma. Cette présence prend une allure particulièrement mercantile qui dénature l’esprit culturel du cinéma. On comprend que certains les traitent d’hypermarchés du cinéma. D’autre part, des restaurants, des équipements de loisirs (bowlings, discothèques ou encore des commerces liés aux loisirs) viennent encadrer les multiplexes de façon spontanée ou planifiée au point de constituer parfois de véritables pôles de loisirs. Cet environnement récréatif ne peut que déteindre sur le caractère du cinéma. Enfin, les multiplexes favorisent cette disposition au divertissement en privilégiant les films à grand spectacle.

24Cette tendance vers un cinéma plus récréatif, plus commercial ne fait que s’inscrire dans l’émergence d’une « ville des loisirs » et l’essor de la « culture-loisir ». Elle doit cependant être relativisée. Non seulement elle ne concerne que les multiplexes mais de plus, depuis peu, avec la reprise de la fréquentation, se multiplient des ouvertures de salles art-et-essai.

UN ACTEUR DE LA CONSTRUCTION URBAINE

25Parallèlement à ces évolutions spatiale et identitaire, les rapports du cinéma avec l’espace urbain ont pris une autre dimension depuis l’avènement des multiplexes : ils sont pour la première fois utilisés comme instruments dans la fabrication de la ville qui cherche à tirer partie de leurs effets spatiaux.

DES OPPORTUNITÉS À SAISIR

26Les effets sont connus, ils sont à la fois matériels et immatériels. Tout d’abord les cinémas jouent un rôle d’animation. Les quartiers de cinéma ont toujours été connus pour être parmi les lieux les plus animés ; une animation cadencée puisque les flux de spectateurs imposent à intervalles réguliers un rythme au quartier ; dès l’après-midi contrairement aux autres salles de spectacle et jusque tard dans la soirée. Les multiplexes accentuent même cet effet de foule en programmant toutes leurs séances à la même heure. De plus, la concentration des cinémas dans une même rue, un même secteur, ne fait qu’accroître cette animation. Par ailleurs, les cinémas sont également vecteurs d’images : l’animation, le loisir se répercutent sur l’image du quartier lui insufflant une image d’agréabilité. De plus, devenus progressivement un symbole des centres-villes ils véhiculent aussi une image de centralité.

27Depuis l’avènement des multiplexes, ces effets sont donc exploités dans l’aménagement. Jusqu’à présent les cinémas ne faisaient que suivre l’urbanisation. Pour être rentables, ils s’installaient dans les lieux les plus peuplés, les plus attractifs : le centre-ville, les quartiers et les banlieues les plus denses, mais aussi dans certains grands centres commerciaux. À la différences de ces anciens cinémas, l’irruption des multiplexes représente une opportunité pour les élus car ces cinémas, devenus des équipements d’agglomération, peuvent s’installer n’importe où dans la ville. Aussi depuis 1998, un tiers des multiplexes est associé à des projets urbains.

28Deux stratégies sont adoptées : l’incitation ou la contrainte. La première consiste à convaincre l’exploitant de rejoindre un projet d’aménagement. Parfois les élus n’hésitent pas à faire quelques concessions, par exemple à baisser le prix du terrain comme à La Rochelle ou à Pau. La seconde stratégie consiste à lancer un appel d’offres à l’échelle de l’agglomération. Cette politique encore peu répandue nécessite sinon une bonne entente intercommunale au moins une réflexion collective. Par exemple, la Communauté Urbaine de Strasbourg a établi un cahier des charges qui impose notamment une installation précise près du centre-ville, au moins vingt salles et une vraie signature d’architecte.

LES MULTIPLEXES INSTRUMENTS D’AMÉNAGEMENT URBAIN

29Dans tous les cas, les multiplexes sont invités à renforcer voire amorcer un lieu de centralité ou un lieu promis à un fort dynamisme. Quatre situations peuvent être distinguées.

30Le plus souvent les multiplexes sont intégrés à des projets d’extension de l’hypercentre sur des friches industrielles, ferroviaires, portuaires ou militaires. Les multiplexes, même s’ils ne sont qu’un élément de ces restructurations, permettent d’apporter l’animation et l’attraction inhérentes à un centre-ville. Par exemple à Dunkerque, un projet ambitieux prévoit de doubler la taille du centre-ville en aménageant des bassins et des friches portuaires. Le multiplexe a été intégré à un complexe de loisirs abritant également 5 restaurants et 4 moyennes surfaces de loisirs (Virgin, Connexion, La Grande Récré, Go Sport). La municipalité a volontairement opté pour un multiplexe de très grande taille (20 salles) afin qu’il joue un rôle de locomotive au sein de ce pôle de loisirs (Fig. 7).

31Parallèlement, certaines communes de banlieue cherchent à se créer un centre parce qu’elles ont été dépassées par l’urbanisation, bouleversées par des centres commerciaux, ou encore fractionnées par des voies de communication. Or les multiplexes sont des équipements suffisamment imposants, suffisamment symboliques pour participer à la reconquête de ces centralités. Ainsi Talence, près de Bordeaux, marquée par le campus universitaire et ses 40 000 étudiants, restructure actuellement son centre-ville un peu épars qui est d’ailleurs depuis 2004 desservi par le tramway. En convaincant Gaumont d’y implanter un multiplexe, la municipalité a considérablement dynamisé le projet. Le multiplexe qui a ouvert ses portes en juin 2002 vient renforcer le rôle de la place de l’église aux côtés d’un nouveau centre culturel et d’arts plastiques (Fig. 8).

32Par ailleurs, quelques villes mettent en place des zones de loisirs périphériques, juxtaposant des équipements sportifs, ludiques et culturels, ainsi que des restaurants et des commerces liés aux loisirs. Les multiplexes sont des équipements suffisamment puissants pour constituer un élément moteur de ces nouveaux pôles. Par exemple à Montpellier, un pôle de loisirs baptisé Odysseum accueille déjà un multiplexe, une patinoire et un planétarium et prévoit également un aquarium, un bowling, des cafés, des restaurants, une discothèque et à terme un musée de l’urbanisme et un complexe commercial (Fig. 9). D’autres projets plus modestes sont en cours, comme à Lille ou Cagnes, où les multiplexes représentent l’amorce et la locomotive de ces zones.

33Enfin, certaines villes cherchent à créer de nouveaux quartiers dynamiques reposant sur la mixité des fonctions comme la Bastide à Bordeaux, les Minimes à La Rochelle, l’Amphithéâtre à Metz ou les Deux Lions à Tours. Les multiplexes représentent une opportunité pour y introduire la dimension loisir. Par exemple à Tours, la municipalité a décidé de restructurer le technopôle en difficulté en envisageant des logements, des commerces et des services. Elle a saisi l’opportunité du projet d’implantation de CGR sur l’agglomération pour y adjoindre des loisirs en le convainquant de s’y installer. Le multiplexe est largement exploité dans les discours politiques et les publicités pour traduire l’agrément du quartier et attirer de nouveaux résidents (Fig. 10).

Fig. 7 : L’opération Neptune à Dunkerque

Fig. 7 : L’opération Neptune à Dunkerque

Fig. 8 : Le centre-ville de Talence

Fig. 8 : Le centre-ville de Talence

Fig. 9 : Le projet du pôle de loisirs Odysseum à Montpellier

Fig. 9 : Le projet du pôle de loisirs Odysseum à Montpellier

Fig. 10 : Le quartier des Deux Lions à Tours

Fig. 10 : Le quartier des Deux Lions à Tours

34Les relations entre le cinéma et la ville ont donc largement évolué au cours du siècle. À l’heure actuelle, le cinéma à travers les multiplexes réaffirme sa place dans la cité après avoir failli disparaître faute d’avoir su s’adapter à l’évolution de la société mais aussi de la ville. Aujourd’hui, le déferlement des multiplexes touche à sa fin et un nouveau paysage cinématographique se dessine. Néanmoins, les loisirs urbains évoluent si rapidement que d’ici quelques années le cinéma devra sans doute encore s’adapter, se transformer. À l’image des mutations commerciales marquées par un engouement pour le commerce de proximité compatible avec celui des grandes surfaces, un nouveau cinéma de proximité -de proximité élargie - pourrait très bien se développer s’appuyant sur des miniplexes comme il en existe depuis peu dans les villes moyennes.

Bibliographie

Bibliographie :

Annuaire de Tours et du Département d’Indre-et-Loire, Tours, Éd. Deslis Frères et Cie, Archives municipales. Augustin J.-P., juillet-août 2001, « La ville des loisirs », Urbanisme, n°319, p. 54-57.

Blin É., juin 2002, « La ville à l’heure des multiplexes : enjeux et dynamiques territoriales », Mosella, tome XXVI, p. 305-312.

Bosseno C.-M. (dir.), 1993, « Le siècle du spectateur », Vertigo, n°10, Paris.

Centre National de la Cinématographie, 1998, Les salles de cinéma, lieu de culture et de loisir, Paris, Ministère de la Culture.

CERTU (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques), 1999, Les nouvelles frontières de la ville, Banlieues, centres, périphéries, Lyon.

Cladel G. et alii, 2001, Le cinéma dans la cité, Paris, Éd. du Félin.

Felix F., fév. 2000, « Les multiplexes leviers de la ville émergente », Le Moniteur des TPB, vol. 5022, fasc. 25, p. 62-65.

Forest C., 1995, Les dernières séances, Paris, CNRS Éditions.

Lacloche F., 1981, Architectures de cinéma, Paris, Le Moniteur.

« Le cinéma en Touraine. Des projectionnistes ambulants aux multisalles », avril 1983, Le Magazine de la Touraine, tome 1, n°6, p. 5-19.

Le Film Français, Hebdomadaire.

Lemonnier M., fév. 1995, « Du grand café aux multiplexes : le cinéma, un siècle d’aventures urbaines », Diagonal, n°111, p. 32-37.

Vaccaro P., 1992, Les débuts du cinéma à Tours 1896-1922, Mémoire de Maîtrise d’Histoire, Université de Tours.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les premières projections à Tours 1896-1910
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Fig. 2 : Les cinémas à Tours 1911-1914
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 3 : Les cinémas à Tours 1915-1939
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 4 : Les cinémas à Tours 1940-1962
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 5 : Les cinémas à Tours 1963-1995
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 6 : Les cinémas à Tours 1996-2003
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 7 : L’opération Neptune à Dunkerque
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 8 : Le centre-ville de Talence
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 9 : Le projet du pôle de loisirs Odysseum à Montpellier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 10 : Le quartier des Deux Lions à Tours
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/644/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 390k

Auteur

Université François-Rabelais de Tours, CITERES-VST

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540