Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

ANNEXE

Vocabulaire de l’analyse morphologique*

Bernard Gauthiez

Texte intégral

1. COMPOSANTS DE L’ESPACE URBAIN

  • * Voir aussi B. Gauthiez, Espace urbain, vocabulaire et morphologie, éd. du Patrimoine, Paris, à par (...)

1Il s’agit des composants de l’espace urbain, entendu comme un cadre spatial. L’expression tissu urbain renvoie à la même réalité, en supposant cependant implicitement une organisation organique de l’espace urbain.

  • 1 Il est possible de distinguer d’autres unités dans l’espace urbain (ou rural). Il s’agit des unité (...)

2Ils comprennent des unités élémentaires : a. les bâtiments, les parcelles, les voies, et des des structures organisées, b. les lotissements, les opérations d’urbanisme, et, plus généralement, les unités de plan1.

3Il faut y ajouter les traces.

Trace

4Une trace est, en général, l’empreinte laissée dans la disposition de certaines constructions et de certaines limites parcellaires par des phénomènes d’aménagements antérieurs à la date du plan, qu’ils soient spontanés ou non (voir infra ces mots). Ces traces peuvent être de nature non foncière, par exemple sous la forme de talus, de fossés, etc.

5Plus particulièrement, une trace sera relative à un événement non plus lisible directement dans un espace donné, mais perceptible au travers d’une transmission indirecte ou partielle. C’est le cas par exemple des enceintes militaires, dont l’emplacement peut être identifié à des tracés parallèles d’escarpe et de contrescarpe, englobants, repris dans des limites parcellaires et des masses bâties, et des rues. De même, certains édifices majeurs, comme des théâtres ou des amphithéâtres antiques, ont-ils laissé l’empreinte de leur plan, repris par la disposition du tissu urbain, alors même qu’ils ont disparu en tant que bâtiments.

6Une trace, en ce sens, est le fruit d’une évolution qui a vu le bouleversement d’un état de plan donné, état de plan dont les éléments subsistants sont autant d’épaves d’un monde disparu, et ne sont en général perceptibles que par les discordances qu’ils forment avec la morphologie de l’état du site, actuel ou tel qu’on peut le restituer pour la fin de l’époque moderne.

a. Unités élémentaires

Bâti

7Le bâti est constitué par les bâtiments qui occupent la surface du sol. Il est entendu aussi bien en plan qu’en élévation, ou encore en sous-sol. L’architecture des édifices est l’un des aspects majeurs du bâti. On parle aussi d’occupation bâtie, expression qui concerne plutôt le niveau d’intensité de l’occupation.

8La trame bâtie est constituée de l’organisation des bâtiments par rapport aux parcelles foncières, et de l’organisation propre de chaque ensemble fonctionnel, en tenant compte notamment du rapport entre plein et vides (espaces non bâtis). S’y ajoutent les éléments adventices constituant les accompagnements nécessaires d’une telle unité : murs, haies, constructions légères, puits, etc.

9De manière plus précise, on pourra parler d’implantation du bâti, par rapport aux limites foncières, et par rapport à la rue ou à tout autre espace public.

Parcelle

10La parcelle est en général une unité de propriété, mais ce peut être aussi une unité de location ou de concession. Elle est définie par une limite parcellaire. L’ensemble des limites parcellaires forme le découpage parcellaire. On emploie le mot parcellaire pour le désigner, parfois d’une manière ambiguë, l’ensemble formé par le bâti et les parcelles.

11Il arrive que le mot parcelle soit appliqué non pas à une unité de propriété, mais à une unité foncière correspondant à une unité d’usage, par exemple lorsque plusieurs habitations occupent un même terrain, et que l’usage de celui-ci est réparti en fonction de ces habitations.

12La taille relative des parcelles dans un même site amènera à distinguer de grandes parcelles, nettement plus grandes que la majorité, et donc plus rares, et de petites parcelles, voire des micro-parcelles, expression qui suggère le découpage d’une parcelle de taille moyenne en plusieurs unités plus petites. Les parcelles peuvent être organisées de manières très diverses. On parlera de parcellaire laniéré lorsqu’une série de parcelles allongées, de conformation identique, accolées, donne sur une même rue ou un même ensemble de rues. Si la géométrie est moins régulière, on pourra ne parler que d’une bande de parcelles, ce qui implique un cadre commun les singularisant de l’environnement.

13La disposition des parcelles entre elles peut faire ressortir la géométrie régulière de certaines (parcelle géométrique, expression à expliciter dans tous les cas), ou encore la forme enveloppante d’autres, qui entourent un ensemble de parcelles plus petites et l’isolent.

14Le parcellement est entendu sous deux sens différents. L’un est celui de parcellaire. L’autre est une opération de découpage du parcellaire, ce qui peut impliquer une concertation. L’ambiguïté est donc possible entre ces emplois, d’où une nécessaire clarification. Le plus simple est en général d’éviter ce mot, et de le remplacer par des formulations évitant toute équivoque.

Îlot

15L’îlot est l’espace, constitué de parcelles et de constructions, circonscrit par des rues ou d’autres espaces publics. L’examen rapide des plans montre que la taille des îlots est fort variable. Il montre aussi que certaines urbanisations ne sont pas organisées en îlots bien identifiables ; il y a des urbanisations sans îlots (disposées par exemple tout en longueur).

16L’îlot est en fait une configuration de lotissement résultant de l’organisation des unités fonctionnelles (parcellaires et bâtiments), de façon rationnelle en fonction de contraintes éthologiques, économiques, sociales, géométriques, etc., par rapport aux voies et places.

b. Structures organisées

Unité fonctionnelle

17L’unité fonctionnelle est une unité de pratique et d’usage. C’est, par exemple, le complexe formé par une habitation, le jardin associé, l’espace d’activité artisanale, et regroupé sur une même parcelle dans une structure architecturale adaptée. Elle est en général parfaitement reconnaissable, sous la forme d’une maison ou d’un immeuble, placé sur une parcelle définie en fonction de ses exigences et des contraintes du moment. L’unité fonctionnelle est à l’origine du façonnement de l’espace urbain. Son évolution dans le temps, sa diversité à un moment donné, sont les facteurs majeurs de la configuration des tissus urbains.

18Plus que le découpage des parcelles et la disposition des édifices, l’organisation des unités fonctionnelles est ce qui permet le mieux, avec les unités de plan, de décrire l’espace urbain et de le comprendre. Cependant, ce n’est le plus souvent que par le découpage des parcelles et le plan du bâti que l’espace urbain peut être étudié, d’où l’accent mis en général dans les études sur la morphologie urbaine sur ces deux objets, et en particulier sur les parcelles.

Unité de plan

19L’unité de plan est une unité géométrique, et doit donc être définie comme telle (voir Géométrie et figures). L’unité géométrique permet de supposer qu’un ensemble de parcelles, voire seulement de limites parcellaires, ou éventuellement de constructions, a une histoire au moins en partie commune. Cette unité géométrique est définie d’une part par des caractères internes à la structure, de régularité, polarisation, symétrie, etc., d’autre part par la différence d’organisation spatiale qui sépare cette structure de ce qui l’entoure (ou éventuellement s’y superpose si l’unité de plan est présente à l’état de trace). La séparation (en anglais plan seam) peut être franche, sous la forme d’une limite clairement identifiable, ou prendre la forme d’une frange plus ou moins large, dans laquelle on passe, par exemple, d’un espace peu organisé à un espace quadrillé.

20L’expression fragment de parcellaire est parfois employée. Elle nécessite une explicitation. De ce fait, on aura plutôt recours à unité de plan.

21Il est possible de distinguer, dans les unités de plan, des formes linéaires ou ne concernant que des points dans l’espace (voir Géométrie et figure), et des ensembles homogènes couvrant une aire plus ou moins grande, les lotissements et les opérations d’urbanisme.

Lotissement

22Un lotissement est un ensemble de parcelles, associées en milieu urbain à des bâtiments, dont la régularité et la forme géométrique, notamment par la reproduction en certain nombre d’exemplaires de la même organisation de détail, suppose une mise en place contemporaine de ses composants, et la subdivision d’un unique terrain originel (ou de plusieurs terrains regroupés pour former cette unité) en unités foncières plus petites.

23Le plus petit lotissement est la subdivision d’un terrain en deux parties, de sorte que, pour qu’il n’y ait pas de confusion avec une urbanisation spontanée (voir ce mot), il est préférable de n’utiliser le mot lotissement qu’à partir d’une subdivision en 3 ou 4 parties au minimum.

24La subdivision du terrain peut prendre des formes variées. Il peut s’agir d’une partition en lots égaux, définis en fonction d’un module répété, avec cession des lots soit individuellement, soit par paquets. Il peut aussi s’agir d’une division en quelque sorte à la demande, conduisant à des lots de tailles différentes, etc.

25La forme d’un lotissement possède donc un certain degré, variable, de régularité et d’organisation géométrique.

26Elle peut être contrainte par l’existence d’un cadre urbain déjà constitué, à l’intérieur duquel il vient prendre place. Un lotissement peut ainsi être un lotissement de raccordement ou un lotissement de comblement entre des secteurs déjà urbanisés.

Opération d’urbanisme

27L’expression opération d’urbanisme peut concerner des interventions différentes, qu’on peut regrouper dans trois catégories principales : les créations d’urbanisation nouvelles, les agrandissements d’urbanisations existantes, les remodelages d’urbanisations existantes. Une opération d’urbanisme est le fruit d’un aménagement planifié de l’espace ; soit en vue de son urbanisation, soit qu’il soit déjà urbanisé.

28Au sens de la fin du XXe siècle, toute intervention dans un espace urbanisé ou en voie d’urbanisation est une opération d’urbanisme. Il nous faut donc définir avec précision l’usage de l’expression opération d’urbanisme en matière d’analyse morphologique.

29L’opération d’urbanisme peut être une unité de plan, lorsqu’il y a création d’urbanisation ou agrandissement, ou non, lorsqu’il s’agit d’un remodelage.

2. GÉOMÉTRIE ET FIGURES

30Les éléments géométriques qu’on peut distinguer dans l’organisation spatiale de l’espace urbain peuvent être répartis en deux catégories principales, a. les structures géométriques, ou régulières, formées de manière homogène en un cours laps de temps suivant une composition (terme présent dans les textes médiévaux) ou planification, et b. les structures dynamiques, résultant soit de facteurs induisant une mise en place en général non contrôlée dans son ensemble, étagée dans le temps, soit d’une contrainte induite par une disposition donnée de l’urbanisation en place.

31Dès lors que le rapport de deux éléments morphologiques laisse supposer l’antériorité de l’un sur l’autre, une datation relative est possible.

a. Structures géométriques régulières

32Les structures géométriques peuvent être scindées en trois catégories principales : les formes planifiées, les formes contraintes, les formes spontanées.

33Formes planifiées :

Composition/planification

34Il y a composition ou planification de l’espace lorsque ses caractéristiques géométriques sont telles qu’une intervention volontaire d’organisation peut être supposée. Les figures qui vont être décrites entrent dans ce cadre. Une composition peut concerner une disposition prenant en compte un élément préexistant, ou/et une forme nouvelle, éventuellement hors de toute connexion avec ce qui préexiste. Elle peut être partielle, ou concerner l’ensemble de l’urbanisation.

Alignement

35Il y a alignement lorsque plusieurs objets, formant au minimum une ligne de trois points, sont placés en ligne. Ce peut être trois églises, ou même deux églises lorsque leurs axes coïncident, une rue dans l’axe d’un édifice, etc.

Axiation

36L’alignement peut être présent sous la forme d’une axiation, lorsque l’axe de l’un des objets en présence (église, rue, porte, etc.) génère l’alignement.

Continuité

37Un alignement qui ne suit pas une droite rigoureuse, mais qui relie plusieurs objets suivant un tracé courbe, avec éventuellement une interruption, puis une reprise par delà un obstacle, est appelé continuité (par exemple entre des tronçons de voirie et une porte dans une enceinte, entre deux rues de part et d’autre d’un mur, etc.).

Parallélisme

38Il y a parallélisme lorsque deux lignes, de rues ou de limites parcellaires, sont parallèles. Cependant, il faut se garder d’attribuer inconsidérément une qualité de parallélisme, donc d’organisation volontaire planifiée, à des tracés qui sont trop peu parallèles.

Système orthogonal/orthonormé

39Un parallélisme présent dans une direction peut être accompagné d’un autre, orienté à plus ou moins 90°, on est alors en présence d’un système de tracés orthogonaux, ou orthonormé. De même que pour les parallèles, ce qualificatif ne doit être employé qu’en cas suffisamment avéré et contrôlé. Toutefois, si les parallèles dans les deux directions doivent être suffisamment constantes, on peut admettre, d’expérience, une divergence de quelques degré par rapport à l’angle relatif de 90° entre les deux directions, du fait d’un possible défaut dans la mise en place du réseau d’alignements.

Symétrie

40De même que pour le parallélisme, on parlera de symétrie d’un ensemble géométrique lorsque le degré d’équivalence entre les éléments disposés de part et d’autre d’un axe sera considéré comme suffisant pour que la symétrie ne puisse pas être attribuée au hasard. La symétrie implique généralement l’alignement, l’axiation, et un certain degré de parallélisme.

Patte d’oie/polarisation/tracés rayonnants

41La disposition convergente de rues vers un point est appelée patte d’oie si elle ne couvre qu’un angle inférieur à 180°. La disposition est alors polarisée. On peut aussi employer l’expression tracé rayonnant, lorsque les objets concernés comprennent non seulement des rues, mais aussi d’autres éléments, murs, limites parcellaires, édifices, etc. De même (voir systèmes dynamiques), une patte d’oie pourra ne pas avoir été planifiée.

Polarisation/système radio-concentrique

42Un système polarisé est radial si l’angle couvert est supérieur à 180°, radio-concentrique s’il est accompagné de tracé transversaux disposés à une distance rigoureuse du point de convergence.

b. Formes contraintes

43Les systèmes de formes contraintes ont une mise en place étagée dans le temps, dynamique, déterminée par une disposition en place. Dans tous les cas, ils supposent un cadre spatial existant, urbanisé ou non. Certains d’entre eux sont induits par une interaction directe entre l’existant et la forme nouvelle.

Escarpe/Contrescarpe

44Il arrive que des limites ou ensembles parcellaires, des rues, voire des bâtiments, prennent la forme de deux ou de plusieurs lignes parallèles. Ces lignes peuvent avoir pour origine un système de fortification autour d’un site urbanisé ou non. La ligne intérieure pourra être appelée tracé d’escarpe, l’extérieure tracé de contrescarpe. Une fortification, en elle-même planifiée, induit souvent des tracés d’accompagnement, non planifiés par eux-mêmes.

Englobement

45Ces lignes d’escarpe et de contrescarpe peuvent être organisées suivant des segments de droites ou des courbes entourant un secteur urbanisé, il y a alors englobement. L’englobement peut aussi prendre la forme d’une rue concentrique, d’un lotissement, ou d’une opération d’urbanisme entourant un espace déjà urbanisé.

Raccordement/déviation

46Par exemple des pattes d’oie peuvent apparaître à l’occasion de la création d’une nouvelle enceinte, lors de la réorganisation de voies d’accès aux nouvelles portes. Un raccordement est souvent la déviation d’un chemin.

Contournement/parcours de contournement

47On peut parler de contournement lorsqu’un obstacle oblige soit à déplacer une rue ou un chemin, soit, dans des circonstances identiques, lorsqu’on crée un parcours de contournement, par exemple une voie de contrescarpe, permettant de contourner le cœur de l’agglomération sans la traverser.

Juxtaposition

48Lorsqu’une unité de plan est simplement placée à côté d’une autre, sans raccord ni lien avec elle.

Contact

49La zone de contact entre deux unités de plan présente en général des caractéristiques morphologiques ménageant la transition, soit de façon organisée, soit par le jeu de systèmes de raccordement/contournement à la mise en place dynamique.

Association spatiale

50Il y a association spatiale, terme trop vague, donc à expliciter, lorsque deux ou plusieurs éléments formels sont disposés de telle manière que cette disposition ne semble pas le fruit du hasard.

Intrusion/perforation/perturbation/oblitération

51Il arrive qu’une unité de plan paraisse empiéter sur un domaine qui pouvait avoir été auparavant couvert par une autre structure. Ce phénomène se manifeste par un arrangement particulier des limites parcellaires. Il y a alors intrusion, voire perforation si la structure antérieure est linéaire. Il peut n’y avoir que perturbation, par exemple lors du percement d’une rue nouvelle dans un tissu existant. Mais l’oblitération ou effacement est possible, notamment lors de l’établissement d’une fortification nouvelle, dans l’espace délimité par la contrescarpe et le circuit intérieur du mur, par effacement total de la disposition parcellaire et bâtie antérieure.

3. FORMES D’ÉVOLUTION, FORMES SPONTANÉES

52Les formes d’évolution de l’espace urbanisé sont relatives à sa mise en place, son agrandissement, son effacement plus ou moins total.

Urbanisation spontanée et non spontanée

53Le mot urbanisation recouvre trois sens : a. processus d’urbanisation (voir infra), b. occupation de l’espace urbain, c. développement d’un maillage de villes sur un territoire.

Occupation de l’espace urbain

54Le développement d’une urbanisation, au sens d’occupation de l’espace urbain sur un site peut être le fruit soit d’un processus spontané, soit non spontané=planifié.

55Lorsqu’il est spontané, il est en fait le cumul de décisions individuelles de subdivision de terrains, de fusion de terrains et de construction, à un échelle qui ne dépasse pas, à chaque fois, plus de deux ou trois parcelles. L’apparition de rues nouvelles peut aussi être un processus spontané lorsqu’il est induit par la nécessité d’établir des accès, par exemple à une porte dans une enceinte, d’où probablement certaines pattes d’oie à la forme irrégulière.

56L’urbanisation spontanée est un système dynamique.

57Une urbanisation planifiée est le fruit d’une décision volontaire d’aménagement, soit de créer un ou des lotissements, soit de mettre en place un réseau viaire adapté. L’urbanisation volontaire peut se traduire aussi en mesures d’ordre uniquement économique, administratif, fiscal, etc., sans pour cela que l’espace urbain résultant ait une forme planifiée.

58L’urbanisation volontaire n’implique donc pas un urbanisme, par définition volontaire, ni une mise en forme déterminée du bâti dans l’espace. Celle-ci est reconnaissable à certaines caractéristiques géométriques, telles la régularité, le parallélisme, la symétrie, etc.

59L’urbanisme peut consister à mettre de l’ordre dans un espace à la forme jusque là non contrôlée. A l’inverse, un espace urbain qui a pour origine une opération d’urbanisme connaît le plus souvent ensuite une évolution de type spontané.

60Dans les faits, l’espace urbain des agglomérations, tel qu’on peut le constater à un moment donné, n’est jamais totalement issu d’un aménagement contrôlé et composé, ni jamais totalement le fruit d’un développement spontané.

Processus d’urbanisation

61Le processus d’urbanisation est le processus de développement du bâti sur un site.

Croissance urbaine/densification/extension/agrandissement

62La croissance urbaine peut se faire soit par densification, ajout de bâtiment sur un espace déjà en partie bâti (un lotissement pourra être ainsi complètement réalisé, ce qui veut dire occupé, après une phase de remplissage progressif), soit par extension ou agrandissement du site, par ajout de secteur(s) de nouvelle urbanisation.

Réaménagement/bouleversement/reparcellisation/remembrement

63Une fois un espace urbain constitué, éventuellement après densification, il peut connaître une évolution conduisant à la modification de sa morphologie. Ce peut être par réaménagement lors d’une opération d’urbanisme, réaménagement qui peut en certaines occasions conduire à un bouleversement oblitérant le parcellaire antérieur dans un secteur donné. Lors d’un bouleversement ou après une crise prononcée ayant conduit à un état relatif d’abandon, on assiste parfois à une reparcellisation (nouveau lotissement), après un remembrement, le redécoupage foncier d’un ensemble initialement découpé, puis réuni dans une seule main.

Rétraction/désurbanisation/ruralisation/disparition

64La morphologie résultant d’un abandon partiel de l’occupation d’un site urbanisé peut être décrite en termes de rétraction du bâti (soit en superficie, soit en densité), voire de désurbanisation, lorsque le processus est avancé, et laisse apparaître des secteurs d’abandon importants, vides de maisons, avec des rues interrompues, annexées à l’espace privé, ou simplement devenues chemins ruraux. Plus avant, lorsque les maisons laissent place aux champs, que les rues tendent à disparaître, on parlera de ruralisation d’un site, processus qui peut être planifié. La disparition complète de l’occupation urbaine et de ses traces est un phénomène relativement rare (à l’exception de la fin de l’Antiquité, et dans une moindre mesure de la période qui a suivi le milieu du XIVe siècle. On le rencontre à d’autres moments, dans des circonstances particulières).

Notes

1 Il est possible de distinguer d’autres unités dans l’espace urbain (ou rural). Il s’agit des unités de construction (partie d’édifice, édifice, ou ensemble d’édifices construits en une seule fois, en une seule opération), des unités de financement (idem). Dans une grande partie des cas, les unités ici distinguées sont confondues. Il arrive cependant souvent que cela ne soit pas le cas, et qu’une analyse par unité soit nécessaire pour comprendre l’espace d’étude (Gauthiez, Lyon entre Bellecour et terreaux, 1999).

Notes de fin

* Voir aussi B. Gauthiez, Espace urbain, vocabulaire et morphologie, éd. du Patrimoine, Paris, à paraître.

Auteur

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540