Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

La confrontation des sources. Les sources archéologiques et les opérations d’urbanisme

Henri Galinié

Texte intégral

1Dans le principe, deux cas de figure peuvent se présenter. Dans le premier, une opération d’urbanisme est attestée par des textes ; par le terrain, on cherchera alors à la confirmer ou à en restituer la réalité physique. L’autre cas est celui de la répétition d’une même figure formelle sur le terrain ou sur le plan, sans contrepartie textuelle.

2Ces deux figures correspondent aussi à des temps urbains ou documentaires distincts, le premier relevant (plutôt) du Moyen Age, le second (plutôt) du haut Moyen Age.

3Parmi les révélateurs urbains retenus par les archéologues dans les dernières décennies pour étudier, entre autres, l’urbanisation médiévale (Heighway 1972, van Es et al. 1982), l’existence d’un plan pré-établi a tenu une place majeure pour attester deux choses :

  • l’acte politique à l’origine de la création d’une ville
  • la continuité d’existence d’une ville que manifesterait le maintien du plan primitif.

4Cette question a été au cœur du débat sur l’urbanisation médiévale de l’Europe du nord-ouest, des cités anglaises aux villes neuves que furent les wics comme Dorestad, Hamwic ou Haithabu et jusqu’à la fondation de Dublin. Etait ainsi posée la question de la capacité des hommes du Moyen Age à penser et à organiser l’espace, qualité réservée jusque-là aux hommes de l’Antiquité.

5Dans les faits, un plan pré-établi peut comporter diverses composantes : un système viaire plus ou moins élaboré et régulier, une clôture ou un système défensif, enfin des lots. Seule la délimitation de l’enclos est un prérequis, car si le plan de voirie doit être conçu, la mise en place des rues et le bornage des lots peuvent, eux, être réalisés progressivement, les réserves foncières étant faites et connues, et leur respect imposé. Ces aménagements différés comme la réalisation matérielle du projet sinon du programme manifestent le succès de l’opération, le maintien d’une autorité reconnue susceptible de faire prévaloir l’intérêt général. Cet argument vaut bien une attestation textuelle ; il en dispense même, car l’espace ne s’organise pas de lui-même.

6C’est sur la base de tels principes que les archéologues extrapolent du point d’observation à la surface puis interpolent à mesure de l’enrichissement de leur corpus dans une même ville. Le principe qui consiste à considérer qu’un plan de ville organisé n’a rien de spontané et qu’il résulte nécessairement d’un projet initial d’organisation de l’espace n’a rien de nouveau. Il s’agit, d’après des exemples attestés, d’étendre le principe à des villes dont le plan ne présente pas une grande régularité, comme les plans en damier, mais un degré d’organisation qui implique la simultanéité de mise en place des éléments majeurs que sont les défenses et la voirie.

7Les données archéologiques sont directement utiles à la datation de ces éléments. Un nombre minimum de preuves acquises à différents endroits d’un système défensif et/ou d’un système viaire apparaissent comme une garantie nécessaire. Des précautions doivent néanmoins être prises. Ainsi, la datation d’un fossé de plusieurs kilomètres de tracé ne peut être généralisée à partir d’une coupe et celle de la mise en place de toutes les rues inférée de la datation d’une seule surface à un seul endroit.

8Dans le raisonnement, les deux pas suivants sont plus difficiles à franchir :

  1. la datation du projet et de sa réalisation effective ;
  2. la caractérisation du projet comme urbain.

9Des exemples comme Winchester (Biddle, Hill 1971), Rouen (Gauthiez 1993), Londres (Hobley 1988) ou Tours (cf. supra) ont mis en évidence de façon indiscutable que des cités d’origine antique pouvaient avoir été l’objet de réorganisations à la fois étendues et coordonnées aux IXe et Xe siècles. L’histoire de ces cités souligne le rôle majeur que tient l’analyse morphologique dans la révélation de décisions qui ont radicalement modifié leur structure. Or, ces décisions sont tues, aucun texte ne les documente.

10Pour autant, l’extrapolation trouve ses limites dans la révélation des éléments structurants de la morphologie. Pour connaître et dater la façon dont on est passé (ou pas) du projet à sa transcription parcellaire, donc pour une véritable compréhension de la teneur du projet initial, de sa réalisation ou de sa transformation, il faut pouvoir procéder par interpolation et plus seulement par extrapolation, ce qui nécessite une base documentaire suffisamment fournie.

11Les attestations de la réorganisation médiévale de villes antiques invitent à la prudence (Joly supra). Elles doivent conduire à considérer que la régularité ou la périodicité d’un parcellaire ne renvoie pas nécessairement à l’acte fondateur. La simultanéité de la création et du plan régulier doit être prouvée, ce que l’analyse morphologique à elle seule ne permet pas.

12Cette question est particulièrement sensible dans les villes où l’ampleur de l’héritage antique reste à mesurer. Il en va différemment des villes neuves, des créations. L’attestation du projet y est parfois plus aisée à établir, qu’il s’agisse de Hamwic ou de Pont-Audemer.

13Autre difficulté, un certain nombre de cas, révélés par l’archéologie, montrent aujourd’hui l’existence, pour des créations médiévales, d’une phase antérieure à la phase de régularisation du plan de ville, que la lecture rapide des plans modernes tendrait à placer à l’origine de la ville. A un premier établissement, ou à une première forme d’occupation, a succédé une organisation plus stricte. Celle-ci se traduit parfois, à l’échelle de la parcelle, par un transfert du bâti en front de rue, parfois, à l’échelle du quartier, par la suppression d’îlots pour créer des places publiques. Là encore, on ne connaît pas l’ampleur réelle des phénomènes observés. Des cas de modifications parcellaires ont été observés à Lübeck, à Schleswig, de modifications ou d’éradications d’îlots à Bois-le-Duc, à Compiègne ou à Lille (Verhaeghe 1994, Galinié 1998).

LE CARACTÈRE URBAIN D’UN PROJET

14Ce caractère n’est attestable, pour l’origine, que si l’intention de fonder une ville, ou de procéder à une opération de lotissement, est clairement exprimée. Sinon, c’est l’attestation plus tardive, le résultat de l’opération primitive qui conduit à interpréter, et parfois à surinterpréter, les informations en considérant que, dès l’origine, l’objectif visé était de faciliter un développement, qui plus est en le typant comme urbain. Si organiser l’espace, y compris à micro-échelle, atteste nécessairement l’existence d’un projet, il reste à en établir le caractère urbain. Le raisonnement rétroactif, à partir du résultat connu, est ici porteur d’un risque de surinterprétation. Et, sauf découverte exceptionnelle, l’archéologie de terrain n’est ici d’aucune aide dans l’analyse. Rien ne distingue en soi une disposition urbaine. A Dorestad carolingien ou à Dublin viking, les constructions ne se différencient pas des constructions contemporaines rurales. La pérennité d’usage, la diversité des structures, leur densité relative sont de bien meilleurs critères, sans pour autant qu’elles attestent la qualité urbaine au départ.

LA PART DES ANONYMES DANS LE PLAN ET SUR LE TERRAIN

15Un plan de ville se compose de divers types de composantes présentes à des échelles différentes. Un premier type comprend les composantes dont origine, fonction, occupant ou possesseur ou encore dépositaire des droits sont ou peuvent être connus de façon continue ou intermittente par d’autres sources : écrit, architecture typique.

16Ces composantes peuvent être des édifices, des emprises, des tracés linéaires. Elles ont relevé, ou relèvent encore au moment de l’élaboration du plan étudié, d’une institution ou d’un détenteur de la puissance publique. Avec un risque d’erreur souvent tolérable, on peut dans les cas les mieux documentés suivre les vicissitudes de ces composantes, plus souvent disposer de jalons documentaires qui permettent d’en attester la présence pendant plusieurs siècles, parfois attester avec précision la date de création, voire les changements d’affectation.

  • 1 Le lecteur peut se référer, par exemple, aux champs retenus par le Centre National d’Archéologie u (...)

17Relèvent de ces catégories des tracés linéaires comme les remparts et la voirie, des emprises comme les châteaux et les enclos canoniaux ou monastiques, des édifices individuels comme les églises paroissiales, les maisons de ville, les hospices, les hôtels particuliers. Ces quelques exemples n’épuisent pas la liste1.

18Quand une autorité, laïque ou ecclésiastique, entreprend une construction ou en hérite, lui assigne une fonction même changeante, assure sa pérennité physique, y fait référence dans des sources écrites, elle lui donne un poids documentaire qui peut outrepasser la place que cette construction a tenue dans la vie des habitants, du temps de sa présence et de son usage.

19Certes un monastère, une collégiale épiscopale ou abbatiale, un couvent de frères mendiants ont dû tenir, chacun à un moment précis, un rôle éminent pour la population de la ville. Pour autant, il serait excessif de considérer la valeur urbaine de chacune de ces composantes comme permanente. Quel lien, quelles valeurs partagées, établir entre le monasterium d’une moniale du VIe siècle, de l’entourage d’un souverain mérovingien, et l’église paroissiale en quoi il a été transformé par un évêque du XIe siècle qui doit assurer le maintien de l’édifice dans le patrimoine de l’Eglise ?

20A cet égard, il est souvent difficile de nous prémunir contre le caractère faussement neutre du plan. Même si nous savons qu’il n’est ni un instantané objectif ni porteur de la somme des interventions menées en ville, nous éprouvons des difficultés à nous soustraire à l’idée qu’il garde trace des actes et décisions majeurs, qu’il présente et résume les éléments générateurs. Rapporté aux composantes les mieux documentées par les sources archéologiques, architecturales et écrites, il tend à résumer l’histoire de l’espace urbain qu’il est censé représenter à la somme des histoires des institutions laïques et religieuses en leur servant à la fois de support et de justification. Il en est le support quand il précise les étendues concernées, il en justifierait l’importance et serait gage de véracité par la représentation qu’il livre et qui sert de base au raisonnement. Ainsi nous considérons que l’importance historique d’une composante est proportionnelle au nombre de siècles qui sépare sa construction ou son apparition dans une source, du plan où elle est représentée. Le rôle des cathédrales, des remparts du Haut ou du Bas Empire, des basiliques funéraires suburbaines est ainsi amplifié dans les cités d’origine antique. Le rôle moteur des châteaux, palais, monastères l’est de même pour les villes de création médiévale.

21Or la pérennité des composantes est à mettre en relation avec les institutions dont elles relèvent. Ce que nous discernons en ville résulte de la juxtaposition des institutions pluriséculaires et des initiatives publiques dont nous faisons l’addition.

22En regard, ce qui relève de l’initiative privée est beaucoup plus délicat à saisir. Il faut attendre l’apparition des institutions municipales, ou au moins les comptes de ville pour voir apparaître dans la documentation des séries qui concernent les anonymes dont tout nous laisse deviner la présence bien avant les XIIIe-XVe s. selon les lieux. Ce qui relève des fonctions banales, comme l’approvisionnement, les services, l’artisanat est absent aussi bien que ce qui relève de celles des fonctions développées qui assurent la place d’une ville dans un système d’échange à échelle régionale ou supra-régionale. Nous subodorons la présence de ces gens et sommes pourtant incapables d’apprécier la place qu’ils tenaient. En la matière, le plan nous confronte à un état du parcellaire où la densité du découpage tient le rôle de substitut documentaire. La typologie des unités de plan nous présente des situations que l’on attribuerait volontiers à la période de genèse de la ville, une sorte d’état figé au terme d’une croissance. Le résultat que manifeste le plan s’impose comme une réalité de toute antiquité à laquelle il est difficile de résister dans l’interprétation.

23Ainsi, d’un côté la surreprésentation des institutions, au travers de leurs réalisations pérennes, souligne à l’excès le caractère ville d’Ancien Régime, comme les désignait Bernard Lepetit (1988), de nombre de cités, alors que le caractère anhistorique de la part des anonymes, où se mêlent indistinctement secteurs d’activités banales et secteurs d’activité spécifiques, fait de ces derniers une composante historiquement non discriminante de l’espace urbain : ils seraient nécessaires en tous temps et en tous lieux, donc sans réelle valeur historique ; ils constitueraient une sorte de tout-venant urbain. Si l’on sait éprouver les pires difficultés à identifier ces secteurs, on peut être certain qu’ils ne constituaient pas toujours cette masse composite que le plan nous révèle.

24Il existe en effet un décalage entre la mise en place de la voirie, celle du parcellaire et celle de l’architecture civile statistiquement représentative. La capacité d’étudier la constitution de l’espace urbanisé d’une ville doit prendre en considération des phases d’éradication et de transformation profonde dont le bâti courant, répétitif, garde la documentation au même titre que le plan. L’architecture n’a pas que le rôle de remplissage du plan qu’on lui assigne souvent entre les édifices identifiables comme les châteaux, les monastères, les églises, les remparts ou les ponts.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BIDDLE, HILL 1971
Biddle M., Hill D.- Late Saxon planned Towns, The Antiquaries Journal 51, 1971 : 70-85.

DEMOLON, GALINIE, VERHAEGHE 1994
Demolon (P.), Galinié (H.), Verhaeghe (F.) dir. - Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe (VIIe-XIIIe siècle), actes du IVe congrès international d’archéologie médiévale (Douai 1991), Douai 1994.

GALINIE 1998
Galinié (H.) - Chronique d’archéologie urbaine 4, Revue Archéologique du Centre de la France 37 : 235-37.

GAUTHIEZ 1993
Gauthiez B.- La réoccupation planifiée de la Cité de Rouen au haut Moyen Age, The British Archaeological Association Conference Transactions for the year 1986, XII, Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, Londres, 1993 : 12-19.

HEIGHWAY 1972
Heighway (C.) - The Erosion of history, Londres 1972.

HOBLEY 1988
Hobley (B.) - Lundenwic and Lundenburg : two cities rediscovered in Hodges, Hobley 1988 : 69-82.

HODGES, HOBLEY 1988
Hodges (R) Hobley (B) éds. 1988 - The rebirth of towns in the West AD 7OO-1050, CBA Research Report 68, London.

LEPETIT 1988 ;
Lepetit (B) - Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris 1988.

VAN ES et al. 1982
Van Es (W.Z.), Poldermans (J.M.), Sarfatij (H.) et al. - Het bodemarcheif bedreigtd : archeologie en planologie in de binnensteden van Nederland, Amersfoort 1982.

VERHAEGHE 1994
Verhaeghe (F.) - L’espace civil et la ville in DEMOLON, GALINIE, VERHAEGHE 1994 : 145-190.

Notes

1 Le lecteur peut se référer, par exemple, aux champs retenus par le Centre National d’Archéologie urbaine pour la réalisation de l’Annuaire des opérations de terrain en milieu urbain, Tours 1985.

Auteur

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540