Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

La confrontation des sources. Les actes de fondation et la question de la planification

Elisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

1Parmi les sources écrites susceptibles de renseigner les opérations d’urbanisme, les actes de fondation occupent tout naturellement une place privilégiée. On regroupe généralement sous cette expression des documents de nature différente : d’une part les contrats de paréage établissant une co-seigneurie dans le but de créer ou de développer un habitat groupé dont la désignation et la définition varie selon la région et selon l’époque ; d’autre part les chartes de franchises qui exonèrent les habitants d’un certain nombre de coutumes.

LES CONTRATS DE PARÉAGES

2Dans l’Ouest de la France, les actes de fondation de bourgs, qui sont nombreux en Anjou et dans le Maine, plus rares en Touraine, et pratiquement absents en Normandie (Musset 1966 : 186-187), sont toujours des contrats de paréage associant un seigneur laïque et un seigneur ecclésiastique. Leur fourchette de datation n’excède guère un siècle, entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe s. Dans la première moitié du XIIe s., en Anjou et dans le Maine, à un moment où les créations de bourgs se font rares, les actes de fondation de cimetières habités prennent le relais. Contrairement aux bourgs, ce sont des fondations ex nihilo, souvent liées à des défrichements, et qui entraînent en général la constitution d’une nouvelle paroisse. Elles rappellent les sauvetés de l’Aquitaine.

  • 1 Terram juxtam ecclesiam quietam ad burgum faciendum usque ad centum domos (Cartulaire Saint-Nicola (...)
  • 2 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, éd. Chanoine Urseau, Angers 1908, n° 179, 1125-1136.

3Dans les actes de fondation de bourgs ou de cimetières habités, l’objet du document est le paréage lui-même, le partage de la juridiction et des redevances, et non la mise en place concrète de l’agglomération : les informations sur l’organisation de l’espace n’apparaissent qu’incidemment. Dans certains cas exceptionnels, le texte donne des indications sur la superficie de la nouvelle fondation ou sur la nature de ses limites, mais c’est à peu près tout. Dans deux cas, à Semblançay (Indre-et-Loire ; cf. supra) et à La Chapelle de Miré1 le terrain donné à la fin du XIe s. pour la fondation du bourg était destiné à la construction de cent maisons mais rien n’indique que le projet ait jamais été réalisé ni même que ce chiffre ait eu une signification concrète. Les clauses portant sur l’organisation de l’espace, quand elles existent, se bornent à la délimitation de l’espace à bâtir et à la définition du ressort de la juridiction des co-seigneurs. Dans le cas du cimetière habité de Belle-Noue, les deux co-seigneurs s’engagent à attirer en commun des habitants, à leur prodiguer aide et conseil pour la construction de leurs maisons, puis au bout de quatre années à se partager la nouvelle fondation « et chacun d’entre nous saura la part qui lui revient, tant en ce qui concerne la terre que les hommes qui y habitent »2 – mais les modalités concrètes de l’installation ne sont pas précisées dans le texte, sans doute parce qu’elles sont du ressort de chacun des contractants et n’entrent pas dans le champ de la co-seigneurie.

4Les actes de fondation de bourgs et de cimetières habités contiennent également des clauses octroyant des franchises ou des droits d’usage ou codifiant des coutumes, mais elles sont toujours octroyées par le seigneur laïque au seigneur ecclésiastique dans le cadre du paréage, et jamais directement aux habitants. Ceux-ci n’en ont pas toujours bénéficié : ainsi lors de la fondation du cimetière habité de Courchamps en 1138, en paréage entre les moines de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers et Samson de Passavant, le seigneur laïque a exempté l’objet de la donation de toute coutume et exaction, dont la taille, mais vers 1200, les moines la percevaient à leur profit. C’est en raison de ces clauses fréquentes dans les actes de paréage que ceux-ci sont souvent confondus avec les chartes de franchises.

  • 3 La plus ancienne attestation figure dans un diplôme de Charles le Chauve en 852 en faveur de Marmo (...)

5Aucun contrat de paréage en Anjou-Touraine n’a pour objet la fondation d’une villa nova, bien que le terme soit attesté dans la toponymie3.

6Dans le Bassin Parisien, ce sont au contraire les villeneuves qui font l’objet du plus grand nombre d’actes de paréages, à une date plus tardive que celle des actes de fondation de bourgs et de cimetières habités, puisque les créations culminent entre le deuxième tiers ou le milieu du XIIe s. et se prolongent jusqu’au milieu du XIIIe s. (Higounet 1990). En Normandie, où seulement quatre chartes de fondations de villeneuves sont connues, elles s’échelonnent entre le dernier tiers du XIIe s. et 1230 (Bauduin 2001) ; trois d’entre elles (Villedieu-la-Montagne, Gourchelles et Pissy) résultent de paréages entre des seigneurs laïques et l’Hôpital Saint-Jean de Jérusalem (Miguet 1995 : 434). Les actes de fondation de bastides, qui prennent généralement aussi la forme de contrats de paréage, sont encore plus tardifs, puisqu’ils culminent entre le second tiers du XIIIe s. et le premier tiers du XIVe s. (Higounet 1992 : 17, 32, 149).

7Ce n’est guère avant le XIIIe s. au plus tôt que la mesure des lots est spécifiée dans les actes de paréage : ainsi en 1202 à Gourchelles, en Normandie, où chacun des cinquante hôtes se voit attribuer un lot de 80 pieds carrés et huit journaux de terre (Bauduin 2001) ; à Grenade-sur-Garonne, l’acte de paréage de 1290 entre le sénéchal Eustache de Beaumarchais et les Cisterciens spécifie qu’il y aurait trois mille places à bâtir de cinq brassées sur quinze et que les futurs habitants de la bastide recevraient en outre trois mille casals de jardins et deux mille arpents de vigne (Higounet 1975 : 272 ; Lavigne 1996).

8L’inégale répartition géographique et chronologique des actes de fondation n’est pas aisée à interpréter, et la conservation différentielle des sources écrites ne peut sans doute pas être seule en cause. Comment expliquer l’absence d’actes de fondation de bourgs en Normandie, alors même que les bourgs y sont nombreux (Musset 1966), et leur relative fréquence en Anjou-Touraine ? En raison d’une pratique plus répandue du paréage dans cette dernière région, ou d’un usage différent de l’écrit ? Il est certain, en tout cas, que la répartition des actes de fondation ne reflète pas la réalité du mouvement de création des bourgs. Dans le Maine, ainsi que l’a remarqué A. Chédeville, la fin des actes de paréage ne marque pas la fin des créations de bourgs puisque de nouvelles fondations sont nées, entre les années 1160 et 1230, de l’initiative princière ou royale, sans passer par l’intermédiaire d’établissements monastiques (Chédeville 1995). Certaines de ces fondations ont des plans réguliers, comme l’Epinay le Comte, fondé entre 1223 et 1235 par le fils de Philippe-Auguste, Philippe Hurepel, tandis que d’autres, comme Bourg-le-Roi, fondé vers 1160-1170 par Henri II Plantagenêt, ne révèlent pas de plan d’aménagement concerté (Louise 1998). Leur point commun est de ne pas avoir donné lieu à la rédaction d’un acte de fondation.

9Les termes utilisés pour désigner les fondations varient à la fois en fonction de la région et de la chronologie, et il est donc très difficile de déterminer dans quelle mesure les différences de terminologie peuvent refléter des différences dans les dispositions matérielles des fondations. Il semble en tout cas que burgus, comme villa nova ou bastide, peuvent, dans des proportions variables, s’appliquer à des extensions ou à des fondations ex nihilo.

LES CHARTES DE FRANCHISE

10Les chartes de franchises, contrairement aux contrats de paréage, toujours conclus entre deux coseigneurs, sont octroyées à des communautés d’habitants dont l’assise est variable : il peut s’agir des habitants d’une paroisse, d’un bourg, d’une villa, d’une bastide. Leur répartition géographique est très inégale, et elles sont rares dans les régions de l’Ouest : selon L. Musset, le bourg a été le concurrent le plus sérieux des chartes de franchises (Musset 1988 : 53). En Normandie, on n’en dénombre guère plus d’une douzaine (Bauduin 2001 : 131).

11La concession de franchises est parfois allée de pair avec la fondation de l’agglomération : le diplôme de Louis VII créant Villeneuve-sur-Yonne en 1163-1164 accorde ainsi d’emblée à la nouvelle fondation les Coutumes de Lorris afin d’en favoriser la croissance (Higounet 1990 : 106). Le plus souvent, cependant, la charte de franchise était octroyée à des agglomérations existantes, et il est difficile de dire si cette reconnaissance de la communauté d’habitants avait des répercussions sur l’organisation de l’espace. Si bon nombre d’agglomérations ayant reçu des chartes de franchises présentent des plans réguliers, la mise en œuvre de ceux-ci ne découle guère des clauses des chartes.

  • 4 ... quicumque in Lorriaci parrochia domum habebit, pro domo sua, et pro quodam arpenno terre, si i (...)
  • 5 Art. XI. Si quis burgensibus ad inhabitandum ibi noviter advenerit... a majore accipiet masuram et (...)

12Si on prend le cas des Coutumes de Lorris, octroyées par Louis VII en 1155 et adoptées ensuite par un grand nombre de localités, on constate qu’une seule clause – la première – concerne l’habitat : « quiconque aura une maison dans la paroisse de Lorris paiera six deniers de cens pour sa maison et pour un arpent de terre s’il en a un dans la même paroisse ; s’il acquiert cet arpent, il le tiendra au cens de sa maison »4. Elle n’implique nullement une réorganisation de l’espace, ni l’existence de lots uniformes, puisque les habitants peuvent avoir, ou pas, un arpent de terre dans la même paroisse : il s’agit seulement d’établir un module de redevance. Dans son étude de Villeneuve-l’Archevêque (Yonne), J.L. Abbé indique qu’il n’est guère possible d’évaluer le rôle joué par l’octroi de la charte de Lorris en 1172 dans la mise en place du plan régulier de cette agglomération, mais il souligne également les similitudes avec les tracés de villages voisins ayant reçu les Coutumes de Lorris vers la même date (Abbé 1993 : 68). La planification fait-elle partie du non-dit des chartes de franchises ? La charte de Beaumont-en-Argonne, concédée par l’archevêque de Reims en 1182 et accordée ensuite à plusieurs centaines de villes et de villages, prévoyait également les conditions d’installation de nouveaux bourgeois, qui devaient recevoir du maire une masure et une terre5, mais là encore, les implications spatiales sont peu claires. Les localités affranchies à la loi de Beaumont en Lorraine au XIIIe s. ont cependant été qualifiées de « villes neuves » : ainsi à Neuvilly, village attesté depuis le XIe s., les co-seigneurs disent « faire nove ville » en lui accordant la loi de Beaumont en 1246 bien que les aménagements fonciers attestés dans la charte semblent concerner le finage plus que l’agglomération elle-même (Girardot 1998). Ainsi que le rappelait Pierre Lavedan, le risque est grand de confondre histoire de l’urbanisme et histoire des institutions (Lavedan 1926 : 281).

13A Montferrand, où l’agglomération présente un plan régulier (cf. J. Teyssot, supra), la charte octroyée par Guillaume Dauphin et sa mère à leurs hommes, entre 1196 et 1199, donne des indications précises sur la dimension des lots et J. Teyssot constate que ces mesures se retrouvent dans le parcellaire actuel (cf. supra), mais on peut se demander si le lotissement planifié est antérieur à la charte ou s’il en résulte. A Riom, la seule mention de lotissement figure dans la première tentative de charte de franchise en 1249, qui n’a jamais été officialisée par Alphonse de Poitiers, et elle n’est pas reprise dans la charte définitive de 1270, qui n’évoque plus le découpage du sol ; le plan de Riom n’en révèle pas moins l’existence de deux phases de lotissement (cf. J. Teyssot, supra).

14Les actes de fondation, dans leur ensemble, ont pour objet de définir les clauses d’un contrat de co-seigneurie ou la condition juridique et fiscale des habitants, et non un projet urbanistique.

15Les actes de paréage révèlent, avant toute chose, la nécessité pour un seigneur laïque de passer par l’intermédiaire d’un établissement monastique pour fonder une agglomération : les plus grands, on l’a vu, peuvent s’en dispenser. La répartition géographique des actes de fondation conservés n’a donc qu’un rapport incertain avec celle des bourgs, villeneuves ou bastides réellement fondés. Parmi les fondations qui ont fait l’objet de chartes, certaines ont été réalisées selon un plan préconçu, d’autres pas. Le lien apparemment fréquent entre franchises et planification ne résulte pas directement des chartes de coutumes. Inversement, bon nombre d’opérations d’urbanisme attestées par l’analyse morphologique n’ont laissé aucune trace dans les sources écrites : les monographies rassemblées dans ce volume montrent qu’en Normandie, ainsi que dans la vallée de l’Aude et dans la vallée de l’Hérault, où il n’existe guère d’actes de fondation, il y a des opérations d’urbanisme attestées au Moyen Age, alors qu’on constate l’inverse en Anjou-Touraine. Dans le Maine, où les actes de fondation sont nombreux aux XIe-XIIe s., l’un des rares bourgs – peut-être le seul – qui témoigne d’une planification aussi rigoureuse que celle des bastides de l’Aquitaine ou des villeneuves du Bassin Parisien est celui de l’Epinay-le-Comte, créé dans les années 1223-1235 par Philippe Hurepel, fils de Philippe Auguste, et il n’est connu que par une simple mention (Louise 1998).

16Il n’y a donc aucun rapport nécessaire entre l’existence d’un acte de fondation, qu’il s’agisse d’un contrat de paréage ou d’une charte de franchises, et la mise en œuvre d’un plan pré-établi. Seule l’analyse morphologique est susceptible d’attester les opérations d’urbanisme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ABBÉ 1993
Abbé, J.L.- Formation d’un paysage médiéval dans le Bassin Parisien : Villeneuve-l’Archevêque (Yonne), Archéologie médiévale, XXIII, 1993, p. 57-105.

ABBÉ 1995
Abbé, J.L.- L’aménagement de l’espace : le parcellaire rural de la bastide de Saint-Denis (Aude), in Les Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à Robert Fossier, Paris 1995, p. 103-119.

ABBÉ 1996
Abbé, J.L.- Permanences et mutations des parcellaires médiévaux, in G. Chouquer dir., Les Formes du paysage. Tome 2 : Archéologie des parcellaires. Actes du colloque d’Orléans (mars 1996), p. 223-233.

ABBÉ 1997
Abbé, J.L.- Le parcellaire rural des bastides du sud-ouest de la France : l’apport des sources écrites et planimétriques, in G. De Boe, F. Verhaeghe dir., Rural Settlements in Medieval Europe, Papers of the Medieval Europe Brugge 1997 Conference, Zellik 1997, p. 309-319.

BAUDUIN 2001
Bauduin, P.- Trois cas de peuplement en franchise en Normandie orientale, Histoire et Société Rurales, n° 15, 2001, p. 131-164.

CHARBONNIER 1988
Charbonnier, P.- Les chartes de franchises d’Auvergne. Des franchises en terre seigneuriale, in La charte de Beaumont et les franchises municipales entre Loire et Rhin (Colloque, Nancy, sept. 1982), Nancy 1988.

CHÉDEVILLE 1995
Chédeville, A.- La « guerre des bourgs ». Concurrence châtelaine et patrimoine monastique dans l’Ouest de la France (XIe-XIIe s.), in Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à Robert Fossier, Paris 1995.

GIRARDOT 1998
Girardot, A.- Chartes de franchise, remodelage des terroirs et métrologie. Le cas lorrain, in Le pouvoir et les libertés en Lotharingie médiévale, Actes des huitièmes Journées Lotharingiennes, 28-29 oct. 1994, Centre Universitaire de Luxembourg, Luxembourg 1998, p. 79-93.

HIGOUNET 1975
Higounet, Ch.- Paysages et villages neufs du Moyen Age, Bordeaux 1975.

HIGOUNET 1990
Higounet, Ch.- Défrichements et villeneuves du Bassin parisien (XIe-XIVe s.), Paris 1990.

HIGOUNET 1992
Higounet, Ch.- Villes, sociétés et économie médiévales, Bordeaux 1992.

LAVEDAN 1926
Lavedan, P.- Histoire de l’Urbanisme. Antiquité, Moyen Age, Paris 1926.

LAVIGNE 1996
Lavigne, C.- Recherches sur les systèmes parcellaires de fondation en Gascogne au Moyen-Age, in G. Chouquer dir., Les Formes du paysage, t. I, Etudes sur les parcellaires, p. 182-198.

LOUISE 1998
Louise, G. avec la contribution de C. Lavigne – Dernières fondations de villages à la frontière de la Normandie et du Maine à l’initiative des Plantagenêt et des Capétiens (fin XIIe-début XIIIe siècle), In C. Laurent, B. Merdrignac, D. Pichot dir., Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes 1998, p. 457-469.

MIGUET 1995
Miguet, M.- Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris 1995.

MUSSET 1966
Musset, L.- Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle, Cahiers de Civilisation Médiévale, IX, 1966, p. 177-205.

MUSSET 1988
Musset, L.- Le problème des chartes de franchises en Normandie (XIe-XIVe siècles), in La charte de Beaumont et les franchises municipales entre Loire et Rhin (Colloque, Nancy, sept. 1982), Nancy 1988, p. 43-57.

PROU 1884
Prou, M.- Les Coutumes de Lorris et leur propagation aux XIIe et XIIIe siècles, Paris 1884.

Notes

1 Terram juxtam ecclesiam quietam ad burgum faciendum usque ad centum domos (Cartulaire Saint-Nicolas d’Angers, éd. Y. Labande Mailfert, thèse de l’Ecole des Chartes, n° CIII, 1080-1096). La localité, qui était située dans la paroisse de Saint-Georges-des-Gardes (Maine-et-Loire), a disparu ou changé de nom et n’a pu être identifiée.

2 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, éd. Chanoine Urseau, Angers 1908, n° 179, 1125-1136.

3 La plus ancienne attestation figure dans un diplôme de Charles le Chauve en 852 en faveur de Marmoutier et on en rencontre une demi-douzaine d’autres aux XIe-XIIe s., dont deux seulement sont devenus chef-lieux de paroisses.

4 ... quicumque in Lorriaci parrochia domum habebit, pro domo sua, et pro quodam arpenno terre, si in eadem parrochia habuerit, sex denarios census tantum persolvat ; et si illud acquisierit, ad censum domus sue illud teneat (PROU 1884 : 445).

5 Art. XI. Si quis burgensibus ad inhabitandum ibi noviter advenerit... a majore accipiet masuram et terram (éd. Bonvalot, Le Tiers-Etat d’après la charte de Beaumont et ses filiales, Paris 1883 p. 99-101, cité par HIGOUNET 1990 : 175).

Auteur

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540