Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

La confrontation des sources. Les sources écrites : le dit et le non-dit en matière de morphologie

Jean-Loup Abbé

Texte intégral

L’URBANISME EST-IL ABSENT DU VOCABULAIRE MÉDIÉVAL ?

1Assurément, l’examen et l’interprétation d’un plan parcellaire en vue de faire l’histoire du développement d’une ville recèlent de nombreuses difficultés. Pour autant, les sources écrites ne représentent pas la planche de salut qu’il serait possible d’escompter. En effet, le lien entre la forme et l’écrit est l’une des interrogations majeures de cet ensemble de dossiers. Il faut en effet se poser la question de savoir s’il existe un vocabulaire de l’urbanisme et de la planification, si les documents écrits contiennent des indications pouvant informer sur une opération concertée ou une forme qui en serait le produit.

2Deux mots peuvent résumer l’impression qui ressort à la lecture des monographies : inadéquation et ambiguïté. Inadéquation tout d’abord parce qu’il n’existe pas de corrélation entre, d’une part, les lotissements urbains ou villageois, voire les créations d’agglomérations nouvelles, dont la régularité est révélée par les plans et, d’autre part, le vocabulaire des textes. En premier lieu, beaucoup d’unités de plan aux formes quadrillées ou laniérées suggestives ne laissent pas de traces dans les sources écrites. Pour les extensions d’agglomérations, c’est aussi bien le cas à Rodez (faubourg au nord de la ville), à Montpellier (quatre quartiers dont la Valfère et Légassieu) ou en Anjou-Touraine (Saint-Symphorien-de-Tours, Daumeray ou Chalonnes).

3Les villages neufs de la vallée de l’Hérault (Saint-Félix-de-Lodez, Vendémian, Plaissan, Canet) ne font l’objet d’aucune désignation spécifique. Aucune charte ne sanctionne leur apparition et, en fait, la situation est la même en Normandie à une plus grande échelle. Les grandes villes normandes marquées par des opérations d’urbanisme souvent importantes et parfois spectaculaires (Verneuil, Falaise, Pont-Audemer, Lisieux) n’ont pas conservé d’actes seigneuriaux notables liés à ces interventions. Autant les seigneurs sont attentifs à transcrire les droits et coutumes, sources de revenus, autant la rédaction d’un acte officiel paraît inutile pour initier une entreprise d’urbanisme.

4Les bastides du Sud-Ouest, depuis longtemps étudiées, ne démentent pas cet état de fait. Certes, les chartes de fondation et de franchises existent, marquant une politique de création et de peuplement devant être codifiée. Il arrive fréquemment que les dimensions de certaines parcelles à bâtir ou à cultiver soient mentionnées. Mais il s’agit de fixer le montant des redevances, non d’indiquer le module annonçant la réification d’un plan d’ensemble de l’habitat et du terroir. C’est cette situation qui prévaut aussi dans la charte de franchises de Montferrand, en Auvergne, à la fin du XIIe siècle : les mesures des parcelles sont immédiatement suivies des redevances qui sont dues. Le nouveau parcellaire n’est évoqué de manière indirecte dans les bastides qu’ultérieurement, à l’occasion de conflits juridiques obligeant à remesurer ou à repartager un terrain. L’opération d’urbanisme planifié n’est cependant pas décrite en tant que telle. Il n’est pas étonnant dans ces conditions de trouver peu de traces des réalisateurs de ces opérations, les arpenteurs et les géomètres (cf. supra, J.L. Abbé, Réalisateurs et techniques de réalisation).

5Autre discordance, autre inadéquation du vocabulaire est celle que reflète le dossier des bourgs de Marmoutier en Anjou-Touraine. La documentation écrite, riche pour les XIe-XIIe siècles, permet de connaître avec précision les circonstances de création des bourgs (actes de fondation ou de donation). Mais cette abondance est illusoire : l’examen monographique se traduit par très peu de cas de lotissements (cf. supra), de tracés réguliers. Qui plus est, leur identification passe par les plans, non par les textes, muets en ce qui concerne la réalisation des bourgs. Cela dit, le cas des bastides abordé juste auparavant laisse entendre qu’une opération planifiée bien réelle n’est pas pour autant décrite, voire évoquée, par des termes spécifiques.

6C’est ce qui amène à considérer maintenant l’ambiguïté du vocabulaire. Trois vocables sont représentatifs : ceux de « villeneuve », de « bourg » et de « rue ». Le premier est emblématique des agglomérations fondées à l’époque médiévale : les historiens en ont fait un terme générique appliqué aux fondations des XIIe-XIVe siècles. Ces agglomérations ayant souvent un plan régulier, villeneuves et planification finissent par être des termes interdépendants. C’est faire l’impasse sur l’histoire de la villa nova qui désigne pendant le haut Moyen Age un domaine nouveau, puis progressivement un habitat groupé, mais bien antérieurement au XIIe siècle et sans urbanisme caractéristique.

7Le toponyme « villeneuve » présent dans les dossiers est éloigné de toute réalité urbanistique propre. Certes, à Quillan, la « villeneuve » du XIIIe siècle correspond à une agglomération ordonnée géométriquement et par conséquent conforme au schéma classique. Par contre le quartier de Montpellier de la Villanova est difficile à localiser car les plans ne suggèrent aucune forme particulière. À Lodève, il est difficile de trancher pour le quartier homonyme au nord de la ville : à la régularité approximative des voies répond le désordre apparent des parcelles rurales au XIXe siècle. La situation n’est pas très éloignée à Grenoble. La villanova mentionnée au sud-ouest de la ville en 1501 n’est en fait urbanisée de manière régulière que postérieurement.

8En fait, les quatre cas sont proches. Le point commun des trois derniers (Montpellier, Lodève, Grenoble) tient dans le fait que les « villeneuves » désignent des sites hors de l’enceinte collective et correspond par conséquent à un projet d’extension urbaine extra-muros. « In villa nova seu burgo » est-il dit à Grenoble en 1501 : la « villeneuve » est un nouveau bourg, une urbanisation nouvelle projetée, mais sans planification obligatoire de l’espace. Il faut aussi retenir cette situation à Quillan où l’hégémonique agglomération régulière succède et se juxtapose probablement à un premier village (quartier de la Hille, au sud-est).

9Le « bourg » est particulièrement présent dans les dossiers normands et d’Anjou-Touraine, ce qui ne peut surprendre puisque c’est là une dénomination principale de l’habitat aggloméré des régions occidentales. En Normandie, elle a une double dimension, juridique : la zone où s’exerce le droit de bourgage, et morphologique : un « lotissement organisé ». De multiples exemples confirment la mise en place de bourgs présentant des traits morphologiques tout à fait réguliers. Il en est ainsi à Verneuil et à Lisieux en Normandie au XIIe siècle, ou encore pour les petites agglomérations d’Anjou-Touraine, comme Saint-Symphorien-de-Tours, Chalonnes et Champtoceaux, dont la mise en place remonte parfois au XIe siècle. À Semblançay, un terrain est cédé avant 1083 à Marmoutier ad faciendum burgum C mansionum : le projet d’urbanisation est clairement énoncé. Pourtant l’étude du plan ne permet pas de repérer un lotissement régulier.

10Parallèle à « ville neuve », l’expression de « bourg neuf » correspond à certains de ces bourgs lotis, comme à Chalonnes et à Lisieux. À Limoux, le bourguet neuf du XIVe siècle est aussi un espace régularisé (le quartier de la Trinité). Si les dénominations de « bourg » et de « bourg neuf » relèvent bien d’une extension perçue en tant que telle, il faut certainement les mettre dans le même registre que celle de « ville neuve ». Elles n’impliquent pas par elles-mêmes une planification, un urbanisme régulier. C’est seulement un indicateur éventuel. L’équivalence grenobloise déjà citée, in villa nova seu burgo, est symptomatique : les deux termes sont mis sur le même plan, mais concrètement aucune forme spécifique, aucun agencement remarquable de l’habitat et des parcelles ne lui donnent une originalité.

11B. Gauthiez a aussi montré toute l’ambiguïté qui s’attache au toponyme de « rue », voire « bourguerue » à Pont-Audemer. Je n’y reviendrai pas, mais la situation est tout à fait comparable aux deux termes qui viennent d’être brièvement examinés.

12En fait, « non-dit » et « dit » se rejoignent. Si beaucoup d’entreprises concertées ne font pas l’objet d’acte spécifique et ne sont désignées par aucun terme propre, le vocabulaire de l’habitat n’a pas non plus de véritable singularité lorsqu’il faut nommer une opération d’urbanisme. Il faut évidemment s’interroger sur ce « non-dit » global et, auparavant, conforter ou non ce que ce travail collectif laisse apparaître par des enquêtes plus étendues. Une investigation approfondie sur le vocabulaire de la morphologie urbaine s’impose, non seulement pour les agglomérations planifiées (villeneuves en général, bastides en particulier, comparaisons avec les autres pays), mais encore pour les extensions et remodelages urbains.

13Enfin, les différentes études n’ont que peu abordé un point important : la dénomination des rues. Seules les villes normandes ont fait l’objet d’une recherche systématique sur l’évolution des toponymes (Falaise, Fécamp, Lisieux, Louviers, Pont-Audemer). Il faudrait réfléchir sur les relations entre des appellations comme « grande rue », « rue droite », « rue haute », « rue basse », d’autres encore sûrement, et l’urbanisme. Bien sûr, de tels noms se rencontrent dans des agglomérations de nature et d’origine très diverses, aussi bien antiques que médiévales, planifiées ou non. Autrement dit, le cas de figure sera le même qu’avec le vocabulaire de la ville et du village étudié auparavant : une véritable spécificité n’existe pas. C’est par conséquent une réflexion certainement complexe sur la perception et la dénomination de l’espace urbain qu’il faut poursuivre. Mais elle semble indispensable pour améliorer la définition et la compréhension du processus d’urbanisation médiéval.

Auteur

Université, Montpellier

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540