Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

Les acteurs. Réalisateurs et techniques de réalisation : la place méconnue de l’arpenteur dans l’urbanisation médiévale

Jean-Loup Abbé

Texte intégral

1Les hommes de terrain sont les grands absents des études ici rassemblées. Quel paradoxe ! Alors qu’un grand nombre de notices font apparaître des opérations d’urbanisme significatives, les techniciens et hommes de métier font défaut. Comment comprendre cette lacune, que révèle-t-elle ?

2Par « réalisateurs », il faut entendre effectivement ceux qui mettent en œuvre les projets, autrement dit les arpenteurs et mesureurs qui tracent les voies, les îlots, les parcelles, qui font que le plan conçu devient une réalité. Le développement de l’urbanisation et la multiplication des aménagements volontaires, parfois très réguliers et géométriques sur de vastes superficies, impliquent forcément un ensemble de praticiens. Quel est leur statut ? Quelle formation ont-ils eue ? Quelles sont leurs méthodes de travail ?

3Autant de questions qui se révèlent vite ambitieuses. À deux reprises, il est question de personnalités qui jouent un rôle dans l’impulsion des travaux. Au Petit-Andely, agglomération construite en même temps que Château-Gaillard (cf. supra, B. Gauthiez, L’Urbanisme en Normandie), Sawale fils Henri, cité à partir de 1198, est semble-t-il « le principal responsable ». Sa fonction n’est pas définie, en fait. Il est issu d’une dynastie de « hauts fonctionnaires techniques ». Autrement dit, il serait le maître d’œuvre de l’opération, représentant du duc de Normandie. C’est par conséquent un officier de haut rang dont il est impossible de savoir jusqu’à quel point son rôle administratif s’enrichit d’une culture technique lui permettant d’intervenir dans la réalisation.

4À peu près au même moment, en 1204, Pierre d’Aragon traite avec sept « ouvriers » de la construction de l’enceinte de Montpellier (cf. G. Fabre, T. Lochard, supra). Cette fois-ci, il s’agit sans aucun doute d’administrateurs ainsi désignés : « ...electis et statutis administratoribus clausure Montispessulani » (FABRE, LOCHARD 1992, 275, n. 43). Ce sont des notables délégués à l’opération, en aucun cas des praticiens.

  • 1 Il est évident que cet espace est restrictif pour connaître les modalités selon lesquelles les ter (...)
  • 2 Bernoldus landmetra, témoin d’une confirmation par le chancelier Gérard d’Alsace d’une donation d’ (...)
  • 3 Historia comitum Ghisnensium, MGH, Scriptores, XXIV, p 589, 57 et 640, 152. La première référence (...)

5Cette période du tournant des XIIe-XIIIe siècles est en fait une charnière intéressante. Jusqu’alors, il est difficile de trouver mention d’arpenteurs ou de géomètres dans le royaume de France1. C’est en 1190 qu’un mesureur (landmetra) est cité comme témoin d’un acte du chancelier de Flandre2. Peu après, la chronique des comtes de Guines (Pas-de-Calais) écrite vers 1194-1204 évoque les geometrici du châtelain de Bourbourg mesurant une motte ou le geometricalis operis magister... fossarium du comte de Guines dirigeant le creusement d’un fossé autour du castrum d’Ardres3. Les mentions deviennent nombreuses à partir du XIIIe siècle : les mesureurs et les géomètres sont au service des seigneurs, des souverains et des villes. Une place particulière revient aux notaires dans les régions méditerranéennes.

  • 4 Il faut noter l’étude récente de l’arpenteur arlésien B. Boysset et de ses traités : PORTET 1995. (...)
  • 5 Sur la transmission des textes gromatiques de l’Antiquité au Moyen Age et à l’époque moderne : TON (...)

6Il n’est évidemment pas question de développer ici l’histoire des praticiens de l’arpentage au Moyen Age. Elle reste encore largement à faire4. Le manque de références dans les dossiers monographiques oblige évidemment à regarder avec beaucoup de circonspection la connexion entre le milieu des praticiens et la culture savante5. Tant que l’identification des premiers n’est pas suffisamment aboutie, et en particulier les conditions d’apprentissage de leur savoir-faire, il est difficile de comprendre pleinement la nature des projets d’urbanisme et de postuler la mise en œuvre de schémas idéologiques.

7Le cas des géomètres du fisc byzantin est sur ce point éclairant. Leur travail a pour objectif de calculer des superficies de parcelles en vue de leur imposition. Or, les traités qu’ils utilisent sont loin de se référer à une géométrie scientifique. Il s’agit essentiellement d’exemples faisant appel à un savoir élémentaire, surtout arithmétique, acquis chez les notaires du fisc. Les résultats sont approximatifs en cas de formes complexes, mais ne dépassent pas 10-15 % d’erreur dans l’ensemble (LEFORT et al. 1991, 219-265). La déconnexion entre savoir scientifique et méthode d’évaluation est volontaire, en fonction de l’objectif à atteindre. Il importe de réfléchir ainsi pour évaluer les liens entre savoir et savoir-faire.

8Des techniques de mesure, il est aussi difficile de retirer beaucoup d’informations des études ici rassemblées. L’utilisation de la corde ou cordeau d’arpenteur (funis, funiculus) mentionnée par le chroniqueur Guillaume de Jumièges au tournant des XIe-XIIe siècles (cf. supra, B. Gauthiez, L’Urbanisme en Normandie) est intéressante car rare pour cette période. Mais c’est bien sûr un instrument tout à fait traditionnel déjà représenté sur les peintures de l’Egypte ancienne (LEFORT et al. 1991, 13-14 et pl. Ia).

9Plus innovatrice est la proposition d’Adélard de Bath d’employer l’astrolabe pour la mesure des hauteurs et des distances au milieu du XIIe siècle (cf. supra, B. Gauthiez, L’Urbanisme en Normandie). Elle témoigne du désir de mettre en pratique une culture scientifique. S’il est possible de faire des suppositions, rien ne laisse cependant entrevoir l’usage réel de cet instrument en matière d’arpentage (GAUTIER-DALCHE 2000, 266). Le Moyen Age occidental ne paraît guère avoir innové dans le domaine des instruments de mesure. Reste posée la question des techniques de mesure et du savoir des arpenteurs dans ce domaine. Les traités de B. Boysset, rédigés au début du XVe siècle, laissent-ils apparaître une arithmétique et une géométrie « fortement obsolètes », selon P. Portet (PORTET 1996, 64) ou un savoir « empirique », « étranger à la science universitaire » avec une « volonté de fonder l’art de l’arpentage » (GAUTIER-DALCHE 2000, 263, 265, 543) ?

10Les divergences d’interprétation prouvent à quel point les arpenteurs et leurs techniques sont encore bien mal connus. Les sources directes, comme les textes de Boysset, sont très rares, en tout cas dans l’espace français. L’investigation ne peut que s’orienter vers des sources diverses. Si le contenu des ouvrages scientifiques et des bibliothèques délivre des informations sur la culture savante, l’arpenteur doit faire l’objet de recherches spécifiques pour mieux comprendre la nature et les modalités de l’urbanisme médiéval.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CHOUQUER, FAVORY 1992
Chouquer (G.), Favory (F.), Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris, 1992.

DE SMET 1966
De Smet (A.), « Landmeterstraditie en oude kaarten van Vlaanderen » (« La tradition de l’arpenteur et les cartes anciennes de la Flandre »), Verslagen en mededelingen van De Leiegouw, Courtrai, t. VIII, 1966, p. 209-218 ; rééd. Album Antoine de Smet, Publ. du Centre national d’histoire des Sciences, t. 4, Bruxelles, 1974, p. 109-116.

FABRE, LOCHARD 1992
Fabre (G.), Lochard (T.), Montpellier : la ville médiévale, coll. Etudes du Patrimoine, Inventaire Général, Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1992.

GAUTIER-DALCHE 2000
Gautier-Dalché (P.), « Bertrand Boysset et la science », Eglise et culture en France méridionale (XIIe-XIVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, 35, 2000, p. 261-285.

LEFORT et al. 1991
Lefort (J.), Bondoux (R.), Cheynet (J.-C.), Grélois (J.-P.), Kravari (V.), Géométries du fisc byzantin, coll. Réalités byzantines, éd. P. Lethielleux, Paris, 1991.

PORTET 1995
Portet (P.), Bertrand Boysset, arpenteur arlésien de la fin du Moyen Age (vers 1355/1358 – vers 1416), et ses traités techniques d’arpentage et de bornage. Etude, édition du texte provençal d’après le manuscrit de Carpentras, bibl. mun., n° 327 et commentaire de La siensa de destrar et de La siensa d’atermenar, thèse de doctorat, Univ. De Toulouse-Le-Mirail, Toulouse, 1995. Version CD-Rom, 2000.

PORTET 1996
Portet (P.), « Arithmétique, géométrie et arpentage au début du XVe siècle. L’arpenteur arlésien Bertrand Boysset et le calcul », La diversité locale des poids et mesures dans l’ancienne France, Cahiers de Métrologie, t. 14-15, 1996-1997, p. 47-74.

TONEATTO 1994 et 1995
Toneatto (L.), Codices artis mensoriae. I manoscritti degli antichi opuscoli latini d’agrimensura (Ve-XIXe sec.), Centro italiano di studi sull’alto medioevo, Spoleto, 1994-1995.

Notes

1 Il est évident que cet espace est restrictif pour connaître les modalités selon lesquelles les terres sont mesurées. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter le passionnant ouvrage sur les traités d’arpentage byzantins (LEFORT et alii 1991). Ces manuels de géométrie fiscales paraissent remonter aux Xe et XIe siècles.

2 Bernoldus landmetra, témoin d’une confirmation par le chancelier Gérard d’Alsace d’une donation d’un droit de capture d’anguilles près de l’Yser (DE SMET 1966, 109). Il s’agit de la mention la plus ancienne connue d’un arpenteur en Flandre et dans les anciens Pays-Bas en général selon l’auteur. Je remercie J.-M. Duvosquel de m’avoir indiqué la référence de cette publication.

3 Historia comitum Ghisnensium, MGH, Scriptores, XXIV, p 589, 57 et 640, 152. La première référence (les geometrici) correspond à des faits datés vers 1139. Il semble plus prudent de retenir le date de rédaction.

4 Il faut noter l’étude récente de l’arpenteur arlésien B. Boysset et de ses traités : PORTET 1995. Sur les arpenteurs antiques, mieux étudiés : CHOUQUER, FAVORY 1992.

5 Sur la transmission des textes gromatiques de l’Antiquité au Moyen Age et à l’époque moderne : TONEATTO 1994 et 1995.

Auteur

Université, Montpellier

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable