Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

Les acteurs. Milieux intellectuels, concepts spatiaux et mise en œuvre des plans

Bernard Gauthiez

Texte intégral

1La variété des situations rencontrées dans les différents sites étudiés, où l’urbanisme est présent à des degrés très divers, et d’ailleurs parfois pratiquement inexistant, pose la question du rapport à l’espace des acteurs impliqués, et donc en dernier ressort du contenu de leur formation. Dès lors qu’on constate une forme régulière, ou à la géométrie remarquable comme celles qui ont été décrites, elle est nécessairement le fruit d’un projet. On peut se demander alors dans quelle mesure elle reflète des considérations spirituelles ou intellectuelles, et/ou suppose la maîtrise de connaissances scientifiques ou techniques. La question est de savoir dans quelle mesure les concepts spatiaux enseignés étaient mis en œuvre dans des formes concrètes par les promoteurs et les réalisateurs des opérations d’urbanisme. Se pose aussi la question des méthodes pratiques de tracé, au travers des moyens matériels disponibles et des techniques géométriques. Pour un certain nombre de formes identifiées sur les plans étudiés, il a été possible de proposer un modèle géométrique qui semble impliquer un modèle conceptuel, particulièrement en Normandie. Pour les sites des autres régions, la recherche n’a pas été menée, mais conduirait-elle à des résultats du même ordre ? Seule une enquête systématique élargie permettrait de répondre à cette question. Cependant, la réponse est d’autant plus délicate que les opérations d’urbanisme identifiables sont rares. Un certain nombre de sites au tracé remarquablement régulier (cf. L. Schneider, supra) laissent supposer l’existence d’autres modèles conceptuels. L’hétérogénéité régionale est considérable, si l’on compare les deux seuls exemples suffisamment renseignés, l’Anjou-Touraine et la Normandie orientale et centrale. Il faudrait cependant pouvoir mesurer plus précisément cette différence par l’analyse de corpus constitués sur les mêmes bases. Une fois la différence régionale posée, le cas échéant, il reste à faire la part de la formation des acteurs. De ce dernier point de vue, les données recueillies sont maigres. Tout d’abord, sur le plan technique, on ne connaît pour l’instant rien de la formation des acteurs angevins et tourangeaux. La comparaison est seulement possible, en première analyse, entre la culture diffusée en Normandie et celle qui pouvait prévaloir aux bords de la Loire, encore cette dernière est-elle à explorer plus avant. En Normandie, au XIe siècle, il semble qu’on soit en présence d’une culture largement néo-platonicienne, nourrie de la lecture d’Augustin, de Boèce et du Timée de Platon. Cette culture a conduit à un intérêt pour les choses mathématiques et naturelles. Elle participe d’un mouvement qui s’épanouira au XIIe siècle à Chartres et en Angleterre, tout en restant présent en Normandie en particulier au Bec (cf. Gauthiez supra, L’Urbanisme en Normandie). Des réalisations contemporaines de la majeure partie de la France, il reste à savoir l’essentiel. La question des différences dans les réalisations et des éléments culturels qu’elles expriment éventuellement est donc toujours posée. Cette mise en parallèle de réalisations et de modèles conceptuels, outre leur identification respective, suppose une mise en relation suffisamment sûre par des données historiques. En principe, il faut pouvoir associer à chaque réalisation, en plus de sa datation, un nom de personnage l’ayant décidée, pouvoir suffisamment connaître la formation et le milieu intellectuel de celui-ci, enfin identifier les modalités de la réalisation technique. Les modèles identifiés pour la Normandie, sont :

  • Une mise en œuvre dans l’espace du lien entre pouvoir et religion, par un alignement des bâtiments correspondant, issue d’une conception de ce rapport développée pendant la période carolingienne. Le milieu intellectuel correspondant est formé d’ecclésiastiques associés au pouvoir.
  • L’établissement de rues droites face à des églises, peut être la matérialisation du système d’allégories spatiales contenu dans les ouvrages de saint Augustin, et tout particulièrement le De Civitate Dei. Milieu intellectuel à base d’italiens émigrés, à l’origine d’une école formant religieux et laïques.
  • La mise en œuvre de figures géométriques, rectangles et carrés, tirées d’ouvrages d’auteurs antiques redécouverts (Euclide) ou de commentaires d’auteurs antiques déjà connus, mais objets d’une nouvelle lecture (le Timée de Platon). Milieu de philosophes laïques de l’entourage de Henri Ier et de la haute aristocratie, et de l’école épiscopale de Chartres (cf. G. de Conches, qui était toutefois aussi proche des Tosny, famille de la haute aristocratie). Ce mouvement est enraciné au Bec.
  • Le développement de tracés à partir du carré et de sa diagonale, probablement issu lui aussi d’ouvrages comme celui d’Euclide. Milieu de techniciens, architectes et ingénieurs.

2Les niveaux de culture à l’œuvre sont variables, en parallèle avec le niveau de diffusion et de sophistication des modèles. Certains sont extrêmement réfléchis, et ne concernent qu’une réalisation particulière, expression d’une culture associée à un ou quelques individus (La-Ferrière-sur-Risle, Le-Petit-Andely) ; d’autres sont très diffusés, et correspondent à une culture commune. Enfin, dans les régions les plus pauvres en opérations d’urbanisme identifiées, les rares réalisations paraissent répondre à des modèles simples (rares cas d’axiation rue-église en Anjou-Touraine).

3Il serait intéressant de pouvoir situer de la même façon des réalisations comme celles de Limoux. S’agit-il de la traduction de modèles sophistiqués, ou de la reproduction de solutions communes ? L’enquête régionale peut seule apporter des éléments de réponse.

4Ces modèles culturels ont des natures très différentes. La conception de l’espace sous-jacente concerne en effet des objets non directement assimilables. Le modèle carolingien concerne en fait uniquement la résidence aristocratique et le lieu de culte associé, dans une conception eschatologique de l’espace. C’est une conception peut-être du même ordre qu’on retrouve chez Téotolon à Tours, avec une déconnexion entre conception du monde monastique autour de Saint-Martin et aménagement concret de l’espace, laissé aux contingences du foncier, tout de même réorganisé, et des traces qui le parcourent. Le modèle augustinien est celui de la cité céleste, mais cité d’abord entendue dans un sens eschatologique, puis politique et social ; il n’y a peut-être qu’en Normandie où il a pu être transcrit dans le concret. Le modèle que nous pouvons appeler des philosophes se rapproche un peu plus de celui d’une ville idéale, mais ce n’est pas une cité, et il cherche encore à associer signification théologique chrétienne et signification philosophique des anciens. Le modèle qui émerge dans les milieux techniques de la fin du XIIe siècle et qui conduira vraisemblablement au modèle de tracé des bastides du sud-ouest de la France et de nombreuses villes en Europe, est peut-être beaucoup moins chargé de symbolisme ; il tend semble-t-il vers une conception esthétique de l’espace de plus en plus empreinte de considérations géométriques à rapprocher de celles qu’on trouve dans le milieu de l’architecture.

5La conception de l’espace est longtemps indissociable de ses significations théologiques, le sens prime en quelque sorte sur la forme donnée et sa précision. Elle glisse à partir du début du XIIe siècle vers une recherche de cette même précision géométrique, au travers de tracés de plus en plus précis et de l’usage de proportions certes à l’origine à connotation philosophique ou religieuse, mais qu’on sent de plus en plus dégagées de ces surcharges de sens. La régularité d’un espace, sa symétrie et son ordre mathématiques, valent de plus en plus pour eux-mêmes au fur et à mesure que leur usage se développe et que le symbolisme religieux des allégories spatiales des pères de l’Eglise est concurrencé par le sens philosophique que leur donnent les auteurs antiques. Cette évolution a pour conséquence, on l’aura noté, de conduire à une explication du peu de régularité des tracés les plus anciens et du fait que l’ordre est alors concentré sur la disposition des éléments signifiants de l’espace, notamment les édifices majeurs. Il n’est nul besoin de tracer des rues secondaires rectilignes quand c’est l’espace de l’axe de symétrie et de son rapport à la cathédrale double, à Rouen, qui seul a un sens précis. Le rôle du patronage est déterminant, qu’il s’agisse d’une réalisation de prestige faisant l’objet d’un projet particulier adapté aux circonstances, ou d’une réalisation commune faisant appel à un savoir-faire répandu, certes dérivé des précédentes, mais affaibli sous les aspects de la complexité et de la qualité de mise en œuvre. Une réalisation qui apparaît comme complexe dans son contexte historique et culturelle semble en général, d’après les exemples recueillis, renvoyer à des circonstances particulières.

LE PASSAGE À LA RÉALISATION

6Le modèle conceptuel appliqué à la mise en forme de l’espace concret n’est qu’un aspect de la question. Il faut aussi prendre en compte le projet et toutes ses composantes, programmatiques, politique, économique, symbolique. C’est l’adéquation de ces dimensions avec le modèle conceptuel d’une part, et les contraintes matérielles et de réalisation d’autre part (terrain disponible, niveau de dégagement de ce terrain, moyens financiers et techniques, acteurs secondaires de l’opération comme les investisseurs publics et religieux, etc.), qui détermine la forme finale de l’opération, en supposant que la réalisation en est menée à terme. L’autre aspect de cette question, et non des moindres, touche aux pratiques de mise en œuvre. Les sources sont ici très ténues. De fait, elles nous interdisent, pour les sites étudiés, toute certitude quant au lien exact entre commande et patronage, conception, maîtrise d’œuvre et réalisation. La mention d’un cordeau pour mesurer une lieue au XIe siècle en Normandie nous livre un outil d’arpentage qui a pu être utilisé pour établir les éléments principaux d’un plan de ville, mais elle est pratiquement unique. A côté, la description de l’établissement de camps militaires (castra metatio) apparaît trop empruntée aux auteurs antiques pour qu’on puisse sans imprudence s’en emparer. Il reste deux séries de témoignages paraissant dignes de confiance. La première est constituée des mentions en nombre croissant au XIIe siècle d’ingénieurs, hommes liées étroitement à de grands aristocrates ou même au roi, et parfois associés dans les sources à des opérations d’urbanisme. C’est probable à Pont-Audemer dès 1118, sûr au Petit-Andely en 1197. Là encore, les seules données recueillies concernent la Normandie. Ce n’est cependant probablement pas un hasard si elles concernent deux des sites les plus remarquables du point de vue de l’urbanisme. La présence de ces ingénieurs pose, en retour, la question de la culture d’où provient le modèle conceptuel mis en œuvre : celle du commanditaire, ou celle du technicien ? La réponse n’est certainement pas univoque. Dans les exemples cités, les nouveautés formelles ne pouvaient vraisemblablement pas provenir des techniciens, du moins peut-être jusqu’au début du XIIe siècle. Ils ont pu toutefois apporter un savoir-faire, en particulier dans les modes de tracés, issu de l’architecture et du développement des techniques militaires.

DU PROJET INITIAL AU PRODUIT PERCEPTIBLE

7La difficulté qui vient d’être soulevée s’ajoute au fait qu’un projet n’est pas toujours entièrement réalisé, qu’il peut connaître une évolution qui le modifie au cours de sa mise en œuvre (qui, rappelons-le, peut s’étaler sur plusieurs années, voire des décennies, comme les sources l’indiquent pour le quartier de Bourgerue à Pont-Audemer), et qu’enfin les éléments qui nous permettent de le restituer, ou du moins d’en approcher la teneur, ont pu subir des transformations.

8Le produit que nous percevons doit donc, idéalement, faire l’objet d’une analyse de ces trois dimensions :

  1. Bilan des composantes morphologiques, programmatiques, sociales et des données chronologiques qui permettent de faire l’hypothèse d’une opération d’urbanisme. Les éléments qui sont morphologiquement associés par des liens géométriques non fortuits sont à prendre en compte (lotissements, rues et places, édifices majeurs), et à qualifier du point de vue de leur fonction et usage. Le modèle conceptuel qui les lie est décrit. L’ensemble peut permettre de décrire le projet « idéal » conçu à l’amont de la réalisation.
  2. Détermination du niveau de réalisation et de persistance du projet à partir de ce qui paraît en avoir été réalisé et de ce qui semble manquer. On a vu par exemple qu’une église semblait avoir été prévue au milieu de la partie rectangulaire de la place du quartier de la Couture à Lisieux. Une halle occupe cet emplacement. Un certain nombre de bastides, autre exemple, n’ont pas connu le niveau de remplissage que leur réseau viaire laissait envisager. Il y a dans ce cas défaut de prévision du (ou des) maître d’ouvrage, et inadéquation entre potentiel réel de développement et potentiel imaginé. Le niveau de réalisation peut être grevé par des évènements extérieurs, comme une baisse de la pression démographique ou des faits militaires.
  3. Détermination du niveau de persistance du projet réalisé. Villeneuve-Maugis, créée en 1224 par le comte de Champagne, fut brisée net en 1229 dans son développement par une incursion militaire bourguignonne, puis effacée. Les enceintes ont pu tronquer l’assiette primitivement prévue pour le développement d’un projet. Là encore, certaines bastides sont des témoins très parlants. A Pont-Audemer, l’enceinte du XVe siècle a vraisemblablement tronqué une partie du quartier projeté par Galeran de Meulan. L’évolution des villes peut avoir contribué à effacer une part parfois importante des opérations d’urbanisme anciennes, et de leurs composants. L’exemple des villes antiques est de ce point de vue presque caricatural, mais les villes développées au Moyen Age ont aussi connu, à un moindre degré, de tels processus, ne serait-ce que par les recombinaisons parcellaires et les reconstructions d’édifices au cours du temps. La régularité d’un parcellaire de lotissement modulaire parfaitement mis en œuvre (Rouen Saint-Nicaise, Paris à l’ouest des halles) n’apparaît que bien estompée sur les premiers plans cadastraux.

Auteur

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540