Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

Les acteurs. Les promoteurs de l’urbanisme

Josiane Teyssot

Texte intégral

1Mis à part les cas d’Angers, de Lodève, de Rodez et de Poissy où aucune opération d’urbanisme volontaire et planifiée n’a pu être démontrée par l’étude morphologique, toutes les autres agglomérations observées, grandes ou petites, présentent des aménagements qui ne doivent rien au hasard. Se pose alors la question des promoteurs de ces aménagements. Qui sont-ils ? Quels buts poursuivent-ils ? Quels programmes appliquent-ils ? Les réponses qu’apporte, en partie, cet ouvrage collectif à ces diverses interrogations peuvent modifier sensiblement la perception que l’on a jusqu’à présent de l’évolution urbaine médiévale.

QUI SONT-ILS ?

2Les promoteurs d’aménagements urbains appartiennent à toutes les couches sociales possédant l’autorité, judiciaire et politique, et les moyens, financiers et matériels, du Moyen Age. Il peut donc s’agir d’ecclésiastiques, réguliers ou séculiers, ou de seigneurs laïcs. Les bourgeois, qui apparaissent plus tardivement, restent en retrait. Ces promoteurs sont mentionnés par les textes, mais ils sont également retrouvés par déduction, d’après des datations prouvées ou probables des opérations d’urbanisme.

3Il y a ainsi les ecclésiastiques. Maîtres de la culture écrite, ils ont laissé les traces documentaires les plus nombreuses, même si ces sources restent souvent laconiques, imprécises, et difficiles à interpréter aujourd’hui. Téotolon, d’abord, est un précurseur dans la première moitié du Xe siècle à Tours. Mais il est plus un aménageur dans l’intérêt des communautés religieuses auxquelles il appartient qu’un véritable promoteur urbain. A l’heure où le grand réveil urbain occidental n’est pas encore de mise, il prépare, sans le savoir, l’accroissement organisé de la ville à partir du XIe siècle. L’abbaye de Marmoutier en Anjou-Touraine, l’abbaye de Saint-Denis au nord de Paris, les archevêques de Narbonne à Quillan, l’archevêque de Rouen à Louviers, les Templiers dans la vallée de l’Aude, sont autant de promoteurs ecclésiastiques importants, qu’ils soient réguliers ou séculiers. D’autres s’associent à des seigneurs laïcs pour aménager, comme c’est le cas à Limoux et peut-être également en Biterrois.

4Les seigneurs laïcs ont généralement moins écrit, ce qui a conduit de nombreux historiens des textes à minimiser leur action (il en a été de même pour les défrichements agricoles, longtemps attribués aux seuls moines). Cet ouvrage collectif a le mérite de démontrer que, dans toutes les régions étudiées, les seigneurs laïcs, grands ou petits, loin de mépriser les villes, ont cherché à les développer, à les organiser, dans leur propre intérêt matériel. Le duc et les magnats normands, le lignage des Guillaume à Montpellier, les vicomtes de Trencavel à Limoux, les comtes d’Auvergne à Montferrand et à Riom figurent parmi les promoteurs les plus importants, à la fois par leur titre et leur prestige, et par leurs programmes urbains de grande envergure. En-dessous d’eux dans la hiérarchie féodale, les petits seigneurs sont eux aussi intervenus, à des échelles plus modestes, par exemple dans certaines petites villes du Languedoc : ils restent bien souvent anonymes.

5Les seigneurs n’ont donc pas été hostiles aux villes. L’image véhiculée par certains d’une lutte sans merci résulte de la seule analyse du mouvement communal du XIIe siècle, mouvement certes très brutal et spectaculaire, mais finalement très minoritaire et non représentatif de la masse des agglomérations françaises.

6Le roi de France apparaît peu. Il semble nettement moins actif que les rois Plantagenêt, ducs de Normandie. Cette relative absence s’explique d’abord par le choix des régions étudiées : toutes, ou presque, relèvent tardivement de l’autorité royale, et peu d’exemples se situent au nord de la Seine. Quand les villes analysées ici entrent dans le domaine du souverain, les actions d’urbanisme volontaire sont largement engagées, voire achevées. C’est en effet entre le XIe et le XIIIe siècle que les aménagements qui les concernent sont réalisés. Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis et grand prince capétien, constitue quant à lui un cas particulier. Il agit sur ses terres d’abord pour défendre ses intérêts personnels, en imitant à Riom l’action entreprise par son prédécesseur, le comte d’Auvergne. Mais la récupération de son apanage par Philippe III en 1271 fait que c’est le roi qui, au bout du compte, hérite de l’action de promoteur du défunt.

7Enfin, les bourgeois, même dans les plus grandes villes, ne semblent pas faire partie des promoteurs à proprement parler. Ils accompagnent parfois les opérations planifiées, par des mesures de salubrité publique et surtout par l’édification d’enceintes que le seigneur peut ordonner ou non, mais qu’à coup sûr les habitants financent. C’est le cas notamment à Montpellier au début du XIIIe siècle. A Montferrand en Auvergne, les consuls ont peut-être coordonné, ou surveillé, les travaux d’extension du lotissement au XIIIe siècle. Et il paraît probable que des villes normandes importantes comme Rouen ont eu un patriciat dynamique en matière d’urbanisme. A Verneuil par exemple, les habitants auraient donné une impulsion supplémentaire à l’essor de leur ville vers 1140. Mais ce volet de la question reste encore largement à découvrir.

LEURS BUTS

8Peu explicites dans les textes et pas toujours évidents sur les plans, les buts recherchés par les promoteurs urbains du Moyen Age sont souvent multiples. Il y a rarement une seule motivation à l’origine d’une action finalement lourde et coûteuse.

9On connaît bien les causes politiques des bastides du sud-ouest de la France, dans le cadre de la longue rivalité franco-anglaise du XIIe au XVe siècle, et le souci militaire, à des fins de croisade, de saint Louis pour l’érection d’Aigues-Mortes. Mais comment justifier tel ou tel aménagement d’un petit bourg du Val de Loire ou du Languedoc ?

10D’après l’étude morphologique, les buts économiques paraissent essentiels dans la plupart des exemples retenus. La création d’un marché, avant et à côté d’un lotissement, dans beaucoup de villes normandes le démontre. De même, tous les aménagements autour d’un axe de circulation (cours d’eau ou route) ou près d’un pont ou près d’un passage à bacs, tels ceux d’Esperaza dans la vallée de l’Aude ou ceux le long de la Loire, mettent en valeur des motivations économiques. Téotolon à Tours a lui aussi ce genre de préoccupations en aménageant les terrains gagnés sur la rive du fleuve, sans pour autant chercher à urbaniser. D’ailleurs, s’agit-il d’urbaniser, c’est-à-dire aménager, concevoir un espace limité et densément peuplé, ou s’agit-il plutôt d’attirer, avant tout, de nouveaux habitants pour augmenter simplement les revenus fiscaux et judiciaires des promoteurs ? Excepté en Normandie où il existe véritablement une réflexion globale de certains milieux dirigeants sur la conception générale d’une ville, il ne semble pas qu’une telle hauteur de vues touche beaucoup d’autres promoteurs. Mais il est vrai que ce problème reste encore peu approfondi en l’état actuel de la recherche.

11Les buts politiques ne sont pas non plus absents, comme à Verneuil, pivot de la défense de la frontière sud-est du duché de Normandie. A Montferrand, en Auvergne, le comte a d’abord des visées politiques vers 1120 : il veut surveiller l’évêque qui l’a chassé de Clermont. Puis, il a des buts économiques car le roi de France, en aidant l’évêque, l’a dissuadé de continuer le combat militaire, et parce que le château comtal, reconstruit en pierre, nécessite une population nombreuse pour l’entretenir et le financer par les corvées et les impôts. C’est l’explication du lotissement axial de la ville, le long du Chemin des Français. Et finalement, les buts économiques l’emportent au XIIIe siècle, avec la protection des habitants et de leurs foires par le roi Louis VIII en 1225.

12Les promoteurs, quels qu’ils soient, jouent donc un rôle moteur, essentiel, dans l’urbanisation médiévale, avec des buts qui peuvent varier dans les détails de la réalité locale, mais qui sont de plus en plus économiques. Cette action se caractérise également par sa pérennité : les successeurs poursuivent l’œuvre de bâtisseur de celui qui a commencé, qu’ils soient clercs ou laïcs. La ville peut ainsi devenir le symbole d’un lignage, d’une dynastie, comme à Montpellier. Cela conduit cependant à des programmes, parfois « en dents de scie », avec des phases intenses d’aménagement volontaire qui alternent avec des périodes beaucoup moins fécondes en la matière.

LEURS RÉALISATIONS

13Qu’ils soient clercs ou laïcs, les promoteurs appliquent certains principes de base identiques tout au long du Moyen Age. Ils reproduisent les mêmes procédés de détail au niveau des rues et des parcelles. Celles-ci sont conçues dans un souci de commodité et de régularité, ce qui facilite la réalisation et la gestion des projets. On retrouve donc partout des parcelles homogènes entre elles, avec le plus souvent une maison et un jardin dans chacune d’elles. Mais leurs dimensions peuvent varier selon leur destination : à Montferrand, des parcelles plus grandes sont découpées en bordure de l’axe principal, en prévision d’activités commerciales qui exigent des entrepôts.

14C’est l’organisation d’ensemble qui diffère. Il y a les lotissements le long d’un axe rectiligne comme à Riom et à Montferrand, ou autour d’une place de marché triangulaire comme à Pont-Audemer, ou au débouché d’un pont comme à Quillan, etc. Les fonctions prévues du site à mettre en valeur déterminent le choix d’ensemble du promoteur, tout en tenant compte des contraintes du relief.

15Ces fonctions futures expliquent aussi, en partie, l’ampleur du projet d’aménagement. Plus l’ambition d’origine est grande, plus l’action entreprise est vaste, à condition que le promoteur ait les moyens matériels de cette ambition, sous peine de tout faire avorter. Cela aboutit à de grands lotissements sur plusieurs hectares, comme en Auvergne ou en Normandie, ou au contraire, à des planifications très inférieures, comme en Biterrois. Cela justifie également les reprises et les continuations de chantiers. Riom devenant la capitale de l’apanage auvergnat d’Alphonse de Poitiers, ce prince doit prolonger l’action précédente du comte d’Auvergne, mais en la modifiant et en l’adaptant à sa nouvelle destination, plus politique et administrative.

16L’étendue d’un programme ne se mesure pas seulement à la superficie d’un projet unique. Certains promoteurs choisissent de multiplier les cas d’aménagement plutôt que de tout risquer sur un seul. C’est apparemment le modèle normand qui privilégie la mise en valeur de tout un territoire, et non d’une agglomération isolée. Cette option est éminemment politique, tout en contribuant à l’essor économique du duché. Elle ne se fait pas au hasard puisque les sites retenus présentent le plus souvent un noyau déjà existant, une église par exemple, pour garantir au mieux les chances de réussite future.

17Cette multiplicité des chantiers constitue une piste de recherches à venir. Et l’étude morphologique démontre toute sa valeur en ce domaine. Elle complète heureusement l’analyse des sources écrites, et parfois la corrige, comme à Marmoutier. L’abbaye tourangelle conserve de nombreux textes de fondations ou de donations de bourgs neufs (19 en tout), ce qui donne une réputation de grands promoteurs à ses moines. Or, en étudiant les plans de près, on s’aperçoit qu’il n’en est rien : ces bourgs monastiques manquent de dynamisme et ne sont pas à l’origine d’un peuplement très dense. A contrario, il n’existe qu’une seule mention de lotissement à Riom, en 1249, alors que l’urbanisme volontaire concerne plus des deux tiers des 30 ha de la ville. Textes et plans prouvent là leur complémentarité fondamentale.

18L’ampleur des projets ne résulte pas uniquement de tous ces éléments. Il y a des contingences « extérieures » dont il faut tenir compte. La relative modestie de l’opération de Téotolon à Tours au Xe siècle s’explique par la faiblesse urbaine de l’époque : dans un monde rural, la perception d’une telle entreprise n’est certainement pas la même que deux siècles plus tard, quand les ducs et les nobles normands se lancent dans des projets multiples. Les plus grandes réalisations étudiées ici datent, pour la plupart, des XIIe-XIIIe siècles, quand la renaissance urbaine occidentale atteint son apogée, quand le phénomène « ville » est intégré dans la société et les mentalités médiévales. D’ailleurs, à côté de ces programmes ambitieux, des petits projets perdurent par la volonté de promoteurs plus modestes et moins connus, aux moyens limités, jusqu’à la fin du Moyen Age et au-delà.

19La paix et la guerre interviennent aussi dans les processus d’urbanisation. La conquête de la Normandie par Philippe Auguste en 1204 casse l’essor urbain, et les villes normandes périclitent tout au long du XIIIe siècle, contrairement à d’autres villes en Occident. Tous les plans d’aménagement déjà lancés ou prévus s’arrêtent : ce sont la déprise urbaine et l’interruption de l’action des promoteurs normands. A l’opposé, Montferrand n’existe que parce qu’il y a le conflit latent entre l’évêque de Clermont et le comte d’Auvergne. La guerre est donc là un moteur d’urbanisation.

20De ce bref bilan, on peut conclure que la ville médiévale résulte d’un long et complexe processus, dans lequel l’initiative des promoteurs, c’est-à-dire de ceux qui ont l’autorité et les moyens pour cela, apparaît toujours déterminante. Un seigneur entreprenant peut stimuler la croissance de sa ville qui devient alors le reflet de sa puissance, tout en constituant une source de revenus importante pour lui. Au contraire, l’absence d’ambition et de moyens peut entraîner ou accentuer une phase de ruralisation, qui se traduit sur les plans par des aménagements inachevés ou détruits. Cette déprise urbaine existe en Normandie au XIIIe siècle, et un peu partout ailleurs en France, à des degrés divers, à la fin du XIVe siècle.

21Mais l’activité continue ou sporadique des promoteurs ne signifie pas vision globale de la ville. Il y a plutôt « empilement » de projets, ceux-ci devant s’adapter aux actions précédentes. Il semble donc artificiel de cataloguer les villes médiévales seulement en villes neuves et en villes anciennes issues spontanément des cendres antiques. Les cas de villes totalement neuves, sorties de terre ex nihilo, n’existent pratiquement pas, hormis l’exemple exceptionnel des bastides du Sud-Ouest. Or, l’exceptionnel n’est pas la norme. Au contraire, il apparaît de plus en plus que les villes, dans leur grande majorité, sont un agrégat d’aménagements successifs, parfois contradictoires, parfois complémentaires, où le hasard seul n’explique pas tout. Les hommes du Moyen Age ont agi sur les villes et sur leurs paysages. L’étude morphologique, complétée par les sources écrites et archéologiques, peut aider à mesurer cette emprise humaine.

22Une réflexion générale sur l’entité même de la ville s’amorce chez les promoteurs dès le XIIe siècle en Normandie. Mais il faut attendre l’extrême fin du Moyen Age pour voir naître, sous l’impulsion des urbanistes italiens et grâce à l’amélioration des techniques de construction, une véritable théorie de l’espace urbain, celui-ci devant être à la fois beau et pratique. D’autres promoteurs, modernes et contemporains, se chargeront alors de mettre en pratique ces nouvelles conceptions. Et parmi eux, les bourgeois joueront désormais un rôle essentiel.

Auteur

Université, Clermont-Ferrand

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540