Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

V. MISE EN PERSPECTIVE DE L'APPROCHE MORPHOLOGIQUE

Les formes. Les catégories de formes et leur interprétation

Bernard Gauthiez

Texte intégral

1L’analyse de la planimétrie fait apparaître plusieurs niveaux d’échelle pertinents pour la compréhension de la forme : la parcelle et l’organisation du bâti qu’elle supporte, les unités de plan et leur interaction, les agglomérations elles-mêmes et leur rapport au site, éventuellement le groupe d’agglomérations.

LA PARCELLE ET L’ORGANISATION DU BÂTI

2Le niveau de la parcelle a surtout été abordé ici pour identifier le degré d’évolution des agglomérations, et particulièrement de densification ou d’abandon relatif. Le parcellaire des agglomérations comprend un ensemble de propriétés jointives, à l’origine déterminées pour abriter un type d’activité précis, et donc conformées et combinées en ce sens lors du lotissement ou de la subdivision parcellaire, et distribuées de façon adéquate par une voirie existante ou créée pour l’occasion. Ala parcelle sont alors associés un ou plusieurs bâtiments selon un type d’édifice donné, par exemple le « bourgage » normand ou anglo-normand. Chaque édifice comprend, outre un bâtiment principal, un ou plusieurs espaces libres attenants et parfois des dépendances, le tout sur un même fonds. Conzen (1960), Larkham et Jones (1991), qui ont repris et synthétisé les résultats théoriques de la recherche morphologique de langue anglaise, décrivent l’évolution parcellaire comme un cycle commençant par le lotissement et la mise en place d’un premier tissu aggloméré, suivi par une densification par l’ajout de bâtiments additifs ou la reconstruction en plus grand sur la même parcelle, jusqu’au comblement de l’espace disponible des parcelles et des îlots, et finissant soit par la désurbanisation, qui peut être parfois une ruralisation, soit par la rénovation urbaine (par exemple celle de la période haussmannienne ou celle des années 1960-70), caractérisée par un remplacement plus ou moins complet du tissu urbain. Le tissu urbain d’une agglomération, constaté sur le cadastre du début du XIXe siècle, et lorsque qu’il est issu d’une première urbanisation aux XIe-XIIIe siècles, a pu connaître un ou plusieurs cycles parcellaires principaux. On peut supposer à Evrecy et Dives (Gauthiez 1999a) un cycle principal aboutissant à un état d’abandon prononcé dès la fin du Moyen Age, alors qu’à Falaise, Pont-Audemer ou Louviers (voir ci-dessus), la présence de deux voire trois cycles principaux est très probable, aux XIe-XIIIe siècles, aux XVe-XVIe et à partir du XVIIe ou du XVIIIe. La superposition des effets de plusieurs cycles parcellaires est une cause majeure d’effacement des formes parcellaires relatives à la première urbanisation. Il devient très difficile, dans ce cas, et sans enquête archéologique, d’attribuer aux limites parcellaires une datation, même approximative. Il arrive cependant que les cycles parcellaires soient peu marqués, et permettent une grande stabilité sur la longue durée, ainsi à Lyon, où un tissu de lotissement a pu se transmettre avec très peu de modifications de la fin du XIIIe siècle au début du XIXe (rue Neuve, Gauthiez 1994 : 24). A l’intérieur d’un cycle parcellaire, des transformations interviennent par subdivision (parcelles « mères », « filles », « dérivées », « médiales », Larkham, Jones 1991 : 66) et par réunion de fonds, brouillant à chaque fois la régularité qui a pu exister à l’origine dans le cadre d’un éventuel lotissement. Lors des phases de désurbanisation, où la réunion de fonds domine, ces phénomènes agissent de même, sans considération pour les limites originelles des lots, et parfois seules les voies peuvent témoigner d’une possible régularité initiale.

LES UNITÉS DE PLAN ET LEUR INTERACTION

3On peut définir les unités de plan comme des unités de cohérence géométrique, formées de voies, de limites parcellaires et de bâtiments. Elles sont caractérisées par une structure géométrique propre à une partie du plan, et formant un ensemble en cela distinct du reste du plan, suivant deux principes : une unité géométrique interne, et une différence avec l’environnement immédiat. Cette différence peut ne pas prendre la forme d’une limite nette, mais celle d’une frange plus ou moins épaisse. Les éléments qui déterminent l’unité interne sont parfois facilement repérables, comme un quadrillage ou simplement un parallélisme et une orthogonalité des tracés. Il peut s’agir aussi de figures plus complexes, comme des dispositions symétriques par rapport à un axe (cas du centre de Rouen), des systèmes de tracés rayonnants ou d’ensembles de tracés courbes plus ou moins parallèles. Ces unités de plan renvoient généralement à une opération d’urbanisme, lotissement plus ou moins régulier, mise en place d’une trame viaire organisée dont les lots ou les îlots (comme à Brescia en 1237, Frati et al. 1989 : 37-43) ont été ensuite lotis (pas nécessairement tous de la même manière). Deux niveaux de régularité peuvent être distingués, celui des voies et espaces publics, souvent le plus stable parce que non affecté par l’évolution parcellaire, et donc celui sur lequel doit en premier lieu s’appuyer l’analyse, et celui des lotissements, dont la taille peut être fort variable, et dont le tissu a pu être profondément affecté par un ou plusieurs cycles parcellaires.

4L’unité de plan est souvent confondue avec l’opération d’urbanisme qui a conformé une portion de l’espace d’une agglomération, en incluant ses effets indirects, en général induits par les structures qui sont alors mises en place. En fait, c’est principalement en ce sens que le mot « unité de plan », en référence au terme anglais « plan unit », a été utilisé dans les travaux présentés ici. Cet emploi part du présupposé que la régularité implique une planification. Il est en ce sens différent de l’emploi anglais, qui utilise « plan unit » aussi pour des parties du plan dont l’origine est spontanée (Larkham, Jones 1991 : 64 ; Lilley 2000), et donc le fruit de multiples décisions individuelles n’obéissant pas à un schéma planifié. L’analyse morphologique doit porter essentiellement sur les formes auxquelles un processus de genèse est attribuable, à la différence d’une analyse « morphographique » qui mettrait l’accent sur le classement des formes (Larkham 1998 : 160), sans s’interroger sur leur mode de formation ni leur évolution, les agents de leur formation et les vecteurs de leur transmission. Dans l’idéal, chaque élément de forme sur un plan doit pouvoir être reconnu comme le fruit d’un processus social identifié ou d’un effet d’induction dû aux contingences du site ou à un aménagement préexistant introduisant une contrainte topographique. Dans la pratique, les processus à identifier sont tellement nombreux qu’on s’en tient à l’échelle la plus pertinente pour comprendre une agglomération, à savoir principalement celle des unités de plan. Cette réduction du champ d’étude ne laisse pour chaque agglomération médiévale qu’un faible nombre d’objets, quelques dizaines tout au plus, pour lesquels toutefois l’information autre que planimétrique peut être (c’est le cas général pour le Moyen Age avant le XIVe siècle) rare, lacunaire, voire absente, auquel cas la planimétrie, avec ses limites (Gauthiez 1999b : 18-20, Galinié 2000 : 102-03), est la seule source disponible. Les catégories d’unités de plan ont été décrites par ailleurs (Larkham, Jones 1991 ; Gauthiez 1999b). Elles sont reprises et affinées dans le vocabulaire en annexe.

L’ORDRE ET LE DÉSORDRE

5L’exemple de la disposition des édifices majeurs illustre un ensemble de cas qui passe en général inaperçu, tant ils paraissent relever du sens commun, et d’une disposition en quelque sorte « naturelle ». En fait, lorsqu’une église est dans l’axe d’une rue, il a bien fallu décider soit du tracé en ce sens de la rue, soit de la position remarquable de l’église. C’est ici la question du « spontané » et du « délibéré » qui est posée. Bien la poser permettra de passer à la seconde étape de l’analyse, la confrontation aux données écrites et archéologiques. Le « spontané » peut être défini comme le cumul de décisions individuelles d’aménagement de l’espace, à une échelle ne dépassant par celle d’un bâtiment ou d’une parcelle. Par opposition, un aménagement planifié de l’espace urbain peut être supposé dès lors que des unités de plan présentent une régularité géométrique, que les effets de leur mise en place sont discernables, ou que des structures alignées ou linéaires ne peuvent être attribuées au hasard. Se pose évidemment une question d’échelle. La création d’un petit lotissement sur un terrain privé apparaîtra négligeable dans une ville d’une certaine taille, mais importante dans un village.

6Le « spontané » peut aussi être le fruit de décisions ayant des conséquences sur le développement de l’urbanisation, mais sans dimension spatiale propre. Ainsi, par exemple, une mesure d’ordre économique peut-elle induire un essor urbain remarquable, comme c’est le cas au nord-est de Rouen (Gauthiez 1991, 2 : 222-241) ou à Louviers, sans se traduire nécessairement par une planification de l’espace concerné. Il en va de même peut-être pour certains bourgs de l’abbaye de Marmoutier ou pour l’octroi d’un droit de bourgage en Normandie (ou d’une commune, ou de franchises). Une mesure d’essence juridique et administrative n’implique pas nécessairement qu’un lotissement organisé soit mis en place.

7Le désordre spatial, rare même lorsqu’il s’agit d’un processus d’urbanisation spontanée, est généralement le signe d’un réinvestissement partiel d’un site auparavant urbanisé et ayant connu une désurbanisation, selon une logique parcellaire différente. Il est perceptible dans certaines villes d’Anjou-Touraine, comme Chemillé ou Semblançay.

LA RECONNAISSANCE DES OPÉRATIONS D’URBANISME SUR LES PLANS

8Il y a opération d’urbanisme dès lors que l’aménagement porte sur plusieurs parcelles ou plusieurs bâtiments. Cette définition inclut les lotissements, qu’ils comprennent des contraintes architecturales, voire la construction des maisons qu’ils supportent, ou non (Gauthiez 1995 : 276-293, 298). Cela peut concerner un agrandissement d’une agglomération, quelle que soit sa taille, l’urbanisation d’un secteur enclavé comme un enclos religieux ou le site du fossé d’une enceinte, l’établissement d’une enceinte dans toute la largeur des bouleversements qu’elle introduit, un réaménagement portant sur les équipements publics, comme à Louviers (qui peut ne pas se traduire, en plan, par une quelconque régularité). L’identification d’une opération d’urbanisme renvoie donc, dans un grand nombre de cas, mais pas tous, à celle d’une unité de plan à la géométrie présentant une régularité ne pouvant être attribuée au hasard. Les opérations d’urbanisme sont reconnaissables sous les formes suivantes :

  • Unités de plan, lorsque les tracés témoignent d’un contrôle de la géométrie. L’urbanisme peut concerner l’ensemble du tissu urbain, voirie, parcellaire et bâti, ou seulement le parcellaire ou la voirie.
  • Interactions entre unités de plan, sous la forme d’aménagements complémentaires. Il peut s’agir de structures dynamiques.
  • Structures linéaires. Elles sont de nature un peu différente, car il s’agit parfois de formes induites, fortement contraintes. Mais une enceinte nouvelle, par exemple, est évidemment à considérer comme une opération d’urbanisme, par son échelle et par les bouleversements qu’elle apporte.
  • Les tissus urbains cohérents associant tracés viaires, lotissements et bâti. Ils ne sont pas nécessairement le fruit d’opérations d’urbanisme. Leur ordre d’ensemble peut être le fruit de mécanismes coutumiers d’interaction entre les individus. Le critère qui permet de distinguer un tissu urbain cohérent du tissu d’une opération d’urbanisme est l’organisation formelle. L’opération d’urbanisme procède d’une géométrie déterminée par un concepteur suivant des configurations variables ; le tissu urbain cohérent peut être aussi le fruit d’une formation spontanée. Le tissu urbain cohérent est caractérisé par une forte unité des types architecturaux, de la voirie et du parcellaire : ce n’est pas nécessairement le cas d’un tissu formé dans le cadre d’une opération d’urbanisme (Gauthiez, à paraître).
  • Les structures dynamiques peuvent être le fruit de décisions volontaires d’aménagement de l’espace, mais elles sont fortement contraintes par des circonstances particulières quant à la forme. La mise en ordre de l’espace n’est pas alors dictée par une quelconque préconception. Les gains de rive peuvent se faire par le cumul des gains des occupants riverains (Verhaeghe 1994 : 165) ou par des lotissements organisés (cas de Rouen en 1224, Gauthiez 1991 : 218-22).
  • La disposition des édifices majeurs, lorsqu’elle ne peut être attribuée au hasard, renvoie nécessairement à une décision d’aménagement de l’espace, de l’ordre de l’urbanisme. Les exemples en sont parfois remarquables, comme la croix des églises d’Utrecht au XIe siècle (Mekking 1996 : 99-111).

9La reconnaissance d’une opération d’urbanisme suppose donc l’identification d’éléments géométriques ordonnés suivant une configuration remarquable, ne pouvant être attribuée au hasard (une question qui mérite attention), et une évaluation des contraintes de mise en œuvre utile à la détermination des degrés de déformation présents. La variété de ces configurations peut-être très grande. Elle n’est limitée que par notre capacité à les reconnaître. La tendance naturelle, en la matière, est de reconnaître ce qu’on connaît déjà à partir d’un savoir établi à propos d’autres objets, par exemple dans le cas des tracés rectilignes et orthogonaux. Cette reconnaissance peut donc reposer sur la connaissance préalable de modèles conceptuels bien ou non identifiés, en tout cas supposés, ce qui présente un risque si le modèle est plaqué sans critique suffisante (cf. supra Stéphane Joly). Elle peut aussi porter sur l’identification de conformations géométriques renvoyant à des modèles non identifiés. Le système de tracés rayonnants de Pont-Audemer, par exemple, de doit pas être a priori interprété à partir des autres systèmes rayonnants connus, de quatre siècles plus tardifs.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CONZEN 1960
Conzen M.R.G.- Alnwick, Northumberland : a study in town-plan analysis, Publication n° 27, Institute of British Geographers, Londres.

FRATI et al. 1989
Frati V., Massa R., Piovanelli G., Robecchi F.- Brescia, Laterza (Le città nella storia d’Italia), Rome-Bari.

GALINIÉ 2000
Galinié H.- Ville, espace urbain et archéologie, Maison des Sciences de la Ville, de l’Urbanisme et du Paysage, Tours.

GAUTHIEZ 1991
Gauthiez B.- La logique de l’espace urbain, formation et évolution ; le cas de Rouen, Thèse d’histoire nouveau régime, 2 vol., EHESS, Paris.

GAUTHIEZ 1994
Gauthiez B.- La topographie de Lyon au Moyen Age, Archéologie du Midi médiéval, T. XII, 1994.

GAUTHIEZ 1995
Gauthiez B.- La forme des immeubles et le statut juridique des terrains ; l’exemple de Rouen du XIIIe au XVIIIe siècle, Le sol et l’immeuble, les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (XIIe-XIXe siècle), éd. O. Faron et E. Hubert, Ecole Française de Rome/Presses universitaires de Lyon, Rome-Lyon 1995.

GAUTHIEZ 1999a
Gauthiez B.- Atlas morphologique des villes de Normandie, Edition du Cosmogone, Lyon.

GAUTHIEZ 1999b
Gauthiez B.- Approche morphologique des plans de villes, archéologie et sources écrites, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 16 : 17-26.

GAUTHIEZ, à paraître
Gauthiez B.- Espace urbain, vocabulaire et morphologie, éd. du Patrimoine, Paris, à paraître.

LARKHAM 1998
Larkham P.J.- Urban morphology and typology in the United Kingdom, Typological process and design theory, éd. Attilio Petruccioli, Agan Khan program for islamic architecture at Harvard University and Massachusetts Institute of Technology, Cambridge.

LARKHAM., JONES 1991
Larkham P.J., Jones A.N.- A glossary of urban form, Historical Geography Research Series n° 26, Birmingham.

LILLEY 2000
Lilley K.- Mapping the medieval city : plan analysis and urban history, Urban history, t. 27, 1 : 5-30.

MEKKING 1996
Mekking A.J.J.- A cross of churches around Conrad’s heart, in Utrecht, Britain and the Continent, archaeology, art and architecture, E. De Bièvre éd., The BAA conference transactions XVIII, Leeds.

VERHAEGHE 1994
Verhaeghe F.- L’espace civil et la ville. Rapport introductif, Archéologie des villes dans le nord-ouest de l’Europe (VIIe-XIIIe siècle), Actes du IVe congrès international d’archéologie médiévale, Douai 1991, textes réunis par P. Demolon, H. Galinié et F. Verhaeghe, Société archéologique de Douai, Douai.

Auteur

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540