Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Les créations d’entreprises de loisirs. L’exemple de Tours (1870-1936)

Cédric Perrin

Texte intégral

1Le xxe siècle est perçu comme le siècle des loisirs. Nombre de symboles alimentent cette image : la législation sur la réduction du temps de travail, les congés payés... Cette conquête du temps libre nourrit le développement de nouvelles activités, par exemple sportives, l’historiographie, jusqu’ici a abordé les loisirs sous l’angle social et culturel. Elle possède pourtant aussi une dimension économique qu’il convient d’appréhender. Les bénéficiaires de ce temps gagné deviennent des consommateurs de loisirs. La pratique sportive, pour rester sur cet exemple, nécessite l’acquisition d’équipements particuliers. Elle va se faire dans des boutiques spécialisées. Le commerçant se fournit lui-même auprès des fabricants de ces nouveaux équipements... Les activités de loisirs sont donc créatrices d’activités économiques. L’émergence des loisirs conduit à celle d’une économie des loisirs. Peut-on déceler l’apparition d’une économie des loisirs en France à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle ?

  • 1 A. Corbin (dir.), L'avènement des loisirs, 1850-1960, Flammarion, Paris, 1995, p. 16.
  • 2 Ibid., p. 22.
  • 3 J.-C. Richez et L. Strauss, « Un temps nouveau pour les ouvriers » in A. Corbin, op. cit., p. 395.

2Pour consommer des loisirs, il faut avoir du temps, un temps libre, « un temps pour soi » selon l’expression d’Alain Corbin1. C’est encore l’apanage de peu de monde à la fin du xixe siècle. Alain Corbin parle d’une « classe de loisir »2. Les classes populaires profitent de la diminution progressive du temps de travail et de l’introduction des congés payés mais il reste le problème des ressources financières. Dans les années 1930 et encore dans les années 1950 bien peu partent en voyage durant leurs vacances3. Une économie des loisirs peut-elle se construire sur une assise sociale aussi restreinte ?

  • 4 Le fonds s’arrête en 1936, césure des archives modernes et contemporaines. La suite est classée sé (...)
  • 5 Un relevé plus limité sur le premier canton de Rouen permet quelques comparaisons.

3Les bornes chronologiques de cette étude sont celles du fonds d’archives utilisé, la série 4U des archives départementales où sont conservés les actes de sociétés parmi les papiers des justices de paix4. Après avoir sondé plusieurs fonds départementaux, le choix s’est porté sur le cas de Tours où ces actes sont les mieux conservés et répertoriés et les plus commodément classés5.

LES ENTREPRISES

UNE CHRONOLOGIE

4Dans le fonds des actes de société (qui débute en 1870), il ne se trouve aucune société commerciale de loisir avant 1879. Celles-ci apparaissent donc assez tardivement. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les créations restent très occasionnelles. Il n’y en jamais plus d’une par an (exception faite de l’année 1879). Elles semblent correspondre à des cycles courts. En effet, ces créations se concentrent sur quelques années entrecoupées de périodes creuses. Ainsi, il n’y a aucune création entre 1880 et 1883, puis quelques-unes entre 1883 et 1889, de nouveau rien jusqu’en 1893, quelques créations jusqu’en 1897, rien jusqu’en 1901 et de nouvelles sociétés entre 1901 et 1904. Le rythme cyclique s’interrompt alors puisqu’il n’y en a plus aucune jusqu’à l’année 1920 (Ill. 1).

Illustration 1 : Nombre annuel de créations de sociétés dans le secteur des loisirs à Tours entre 1879 et 1936

Illustration 1 : Nombre annuel de créations de sociétés dans le secteur des loisirs à Tours entre 1879 et 1936

5On peut observer une nette césure entre l’avant et l’après-Première Guerre mondiale. Alors qu’avant la guerre, il n’y a que 3 à 4 créations par décennie, celles-ci montent brusquement à 15 dans les années 1920. On enregistre alors plus de créations en dix ans que dans les cinquante années précédentes. Peut-on y voir l’émergence d’une économie des loisirs. L’hypothèse est tentante. Les années 1920 ne sont-elles pas restées à la postérité comme les « années folles » ? Cette appellation traduirait une volonté débridée de profiter de la prospérité retrouvée pour oublier les horreurs de la guerre. Dans cette optique, il serait normal que l’industrie des loisirs en profite. Les créations d’entreprise seraient une réponse à cette demande.

6Mais, en réalité, cet essor des créations de société n’est pas particulier aux loisirs. Il colle au contexte local et national. C’est l’ensemble des créations de sociétés qui décolle dans les années 1920. À la veille de la guerre, entre 1910 et 1913, la moyenne annuelle des créations totale à Tours n’est encore que de 18,25 ; soit moins que le minimum enregistré dans les années 1920 (21 créations en 1922). Cette nette différence entre les années 1920 et l’avant­guerre se retrouve au niveau national avec 7 272 créations par an en moyenne entre 1910 et 1913 et 12 230 dans les années 1920.

  • 6 À Toulouse, entre 1868 et 1940, 45 % des sociétés meurent prématurément. J.-P. Alline « Firms demo (...)

7La durée de ces sociétés n’est connue que dans dix cas, soit seulement environ un tiers du total. La moitié meurent avant deux ans, ce qui correspond à la situation générale des sociétés6. Ce qui est plus étonnant, c’est l’écart entre la médiane et la moyenne. Alors que la première est donc de 2 ans, la seconde est nettement supérieure avec 9,7 ans. Celle-ci reflète la forte proportion d’entreprises qui durent. Si 30 % disparaissent au cours de leur première année, 40 % durent entre 1 et 10 ans et 30 % perdurent plus de 10 ans. On constate donc qu’une fois passé le seuil critique des deux ans, ces sociétés s’installent durablement dans le paysage économique local. La plus pérenne d’entres-elles dure 45 ans. Créée en janvier 1886, la société du théâtre français de Tours n’est dissoute que lors de la crise économique en novembre 1931.

LES ENTREPRISES DE LOISIRS DANS LA VILLE

  • 7 Voir à ce sujet la contribution d’Éric Blin dans ce même ouvrage.

8Dans l’espace, le développement des entreprises de loisirs suit la croissance de la ville. Avant la guerre, 77 % des créations sont enregistrées dans le canton de Tours-centre et 23 % dans celui de Tours-sud. Après la guerre, 42 % des créations se font encore dans Tours-centre mais désormais 58 %, soit la majorité, se font dans les nouveaux quartiers de Tours-sud. Dans Tours-centre, les implantations se font presque toutes dans la rue Nationale et les rues adjacentes qui sont les principales voies commerçantes de Tours. Au sud, les créations se font sur, ou à proximité de, l’avenue de Grammont qui prolonge cet hyper-centre. À l’échelle de la ville, l’axe rue Nationale - avenue de Grammont se détache clairement. Tous les cinémas notamment se concentrent dans cette poche7.

9Mais d’autres quartiers apparaissent : les Halles, Febvotte ou Sanitas. Les entreprises de loisirs ne s’implantent donc pas uniquement dans le centre-ville, la partie la plus animée de la cité. Un facteur ressort pour expliquer cette localisation : celui des activités. Les commerces spécialisés peuvent se détacher de l’hyper-centre, leur clientèle saura les retrouver. C’est ce que fait ce commerce d’articles de pêche installé place Gaston Pailhou, près des Halles, c’est-à-dire dans une zone commerçante mais à l’écart de la rue Nationale. Dans le canton sud, beaucoup d’entreprises sont industrielles. Elles fabriquent des articles tels que des jouets, des voitures d’enfants... Elles ne s’adressent pas directement à la clientèle des particuliers. Elles n’ont donc pas spécialement besoin de s’implanter en centre-ville. Au contraire, la partie sud de la ville est celle des activités industrielles. Les industriels des loisirs s’implantent donc à proximité des autres industriels et probablement pour les mêmes raisons : réserves d’espace, proximité de la gare et des grands axes routiers... Toutefois, tous ne sont pas des fabricants. Il se trouve aussi parmi eux de petits cabaretiers par exemple. Le développement des nouveaux quartiers s’accompagne donc de la création de leurs propres services de loisirs.

LES SECTEURS D’ACTIVITÉS

  • 8 Ces deux cinémas sont créés en octobre sur des emplacements proches. Il s'agit probablement de pro (...)

10Les activités peuvent être regroupées en quatre grandes catégories : les divertissements, les jouets, les sports ou assimilables, et les autres. Le secteur des divertissements domine nettement en rassemblant 37,5 % des créations. Il regroupe trois activités : les cinémas, les théâtres et les cabarets. Le premier cinéma est fondé en 1901 mais c’est une société fragile. Ses actes sont incomplets et il n’est pas certain qu’elle ait eu une activité réelle. Il faut ensuite attendre 1928 pour voir apparaître de nouveaux cinémas. Deux sont créés simultanément cette année-là8. L’un est l’initiative d’un cafetier du centre-ville qui s’organise pour faire des projections dans son établissement. C’est pour lui une activité nouvelle complémentaire. L’autre est une affaire plus importante, implantée également en centre-ville, et dont la projection de films est l’unique objet. Un dernier est créé en 1932. Les théâtres sont beaucoup moins porteurs de créations d’entreprises. On n’en trouve que deux dans la période et encore s’agit-il en fait du même établissement. Une première société est créée pour construire le théâtre en 1883. Puis, celui-ci bâti, une nouvelle société est fondée pour l’exploiter. La principale source de créations dans cette catégorie des divertissements est le cabaret à spectacles. Six sociétés sont créées pour exploiter un tel cabaret ou une salle de spectacle. C’est la moitié des entreprises de divertissement et la plus importante source de créations tous loisirs confondus.

11La fabrication de jouets est une activité assez importante sur la place tourangelle avec 18,75 % des créations. En outre, ce sont d’importantes sociétés. On trouve là les sociétés aux plus gros capitaux.

  • 9 AD37 4U1/122. Dans cette période, deux sociétés sont fondées avec cet objet à Amboise : un commerc (...)

12Les sports et assimilables représentent la même proportion de créations de sociétés. Les activités de cette catégorie concernent l’équitation ou le tir, à travers l’exploitation d’un stand de tir, d’un hippodrome ou d’une écurie et la commercialisation d’articles pour la chasse et la pêche. En revanche, certains sports qui deviennent populaires au début du xxe siècle, comme le football, voire le tennis, ne suscitent encore aucune création. Cette catégorie semble faire apparaître une certaine spécialisation régionale des loisirs des Français. Ainsi, par exemple, à Rouen, des sociétés colombophiles sont créées dont il n’existe aucun exemple à Tours et dans les villes voisines. À Tours en revanche sont créées des sociétés d’articles de pêche, que l’on trouvent aussi ailleurs dans le Val de Loire, à Amboise par exemple9, mais pas dans la capitale normande.

13Enfin, un quart des créations se font autour d’autres activités. À Tours, il s’agit d’abord de la fabrication, de la vente ou de la location d’instruments de musique (principalement de pianos). Quatre sociétés sont fondées avec cet objet, soit 12,5 % de toutes les créations. Deux sociétés concernent la photographie, et enfin deux autres sont des établissements de bains.

14Certaines activités sont encore insuffisamment développées pour susciter l’apparition de sociétés. Dans le domaine des voyages, une société propose bien à la vente des articles de voyage mais seulement à côté des articles pour la chasse. Les articles de voyage ne représentent pas la seule, ni même la principale activité. Aucune agence de voyage n’est créée. Dans le secteur des sports, on ne voit pas non plus apparaître de fabricants ou commerçants spécialisés.

LES ENTREPRISES

FORME

15La majorité de ces entreprises sont des sociétés de personnes. SARL et SNC cumulent 62,5 % des créations. Les SNC représentent à elles seules près de la moitié des créations (43,7 %). Jusqu’à la guerre, elles sont même largement majoritaires (61,5 %). Jusqu’à cette date, on ne trouve d’ailleurs que deux formes sociales. Les sociétés sont soit des SNC, soit des SA, à l’exception d’une SCA, la seule de toute la période, en 1879. Le décolage des créations dans les années vingt introduit une diversification des formes juridiques avec non seulement l’apparition des SARL mais aussi l’utilisation des SCS, négligées jusque-là et dont l’utilisation paraît donc assez tardive.

16La domination des SNC correspond à la modestie des sociétés créées. En moyenne, sur l’ensemble de la période considérée, celles-ci n’ont que 3 créateurs. Pour ces petites associations, la SNC reste la forme juridique la mieux adaptée et la plus simple jusqu’à l’apparition des SARL. La SCS, où l’un ou plusieurs des associés ne sont là que pour financer l’entreprise sans prendre part à sa gestion, est un montage financier plus compliqué qui séduit peu les entrepreneurs tourangeaux des loisirs. L’apparition des SARL fait chuter de moitié la part des SNC dans l’entre-deux-guerres. Celles-ci ne représentent plus que 31,5 % des créations, soient autant que les SARL. L’introduction des SARL par la loi en 1925 apparaît donc comme un élément important dans l’essor d’une économie des loisirs. C’est cette nouvelle forme de société qui absorbe l’essentiel de l’essor de créations. Les SA ne sont pas beaucoup plus nombreuses dans l’entre-deux-guerres qu’avant la guerre ; cinq créations prennent alors cette forme contre trois avant. Elles représentent 23 % des créations avant la guerre et 26,3 % dans l’entre-deux-guerres. Les SARL se substituent avantageusement aux SNC. La substitution est même nette et brutale puisque la totalité des SNC créées dans l’entre-deux-guerres le sont entre 1920 et 1925. Dès que les entrepreneurs peuvent former des SARL, il n’y a plus de SNC. La SARL a l’avantage, comme son nom l’indique, de limiter la responsabilité financière des entrepreneurs à leurs seuls apports dans l’entreprise et non plus à la totalité de leurs biens. Cette innovation était attendue par les entrepreneurs des loisirs. Un autre indice le montre : l’utilisation tardive des SCS semble également indiquer que dans les années vingt les créateurs d’entreprises sont à la recherche d’alternative à la traditionnelle SNC. L’apparition des SARL répond alors à cette attente.

17À partir de 1926, les SARL représentent 60 % des créations. Ce lien entre le décollage des créations et les SARL n’est pas spécifique aux loisirs. Les SARL ont dynamisé l’ensemble des créations. Mais, elles le font aussi en apportant des nouveautés. Les loisirs font partie de ces nouveautés. Ils font partie des secteurs que favorisent plus particulièrement l’introduction de la SARL.

LA SURFACE FINANCIÈRE

18Les SARL et les SCS, en limitant la responsabilité aux seuls apports permettent d’attirer des investisseurs et des capitaux dans l’entreprise. Le développement des entreprises de loisirs serait-il alors une question de capitaux ?

  • 10 Calculé en francs de 1918.

19Sur toute la période, le capital moyen en francs constants est de 120 096 francs10. Il semble que cette moyenne a beaucoup varié mais la modestie des créations par période impose de la prudence. Le capital moyen a diminué, semble-t-il, à la fin du xixe siècle avant de se redresser dans les premières années du xxe siècle. La différence est surtout nette entre l’avant et l’après-guerre. La multiplication des entreprises de loisirs dans les années 1920 entraîne une hausse du capital moyen. En somme, plus il y a de créations dans ce secteur, plus les capitaux investis y sont importants et plus il se trouve de grosses sociétés. La crise des années 1930 fait retomber la moyenne du capital, en même temps que le nombre de créations.

  • 11 Cédric Perrin, La démographie des entreprises à Tours dans les années 1920, mémoire de maîtrise, U (...)
  • 12 D'après les données de J.-P. Alline, « Firms demography... », op. cit.

20Ces capitaux sont-ils importants ? Les sociétés créées dans les loisirs sont-elles de grosses créations ? Pour les années 1920, la comparaison peut être faite avec l’ensemble des sociétés créées à Tours11. Dans cette décennie, la moyenne annuelle varie entre 53 475 francs et 187 165 francs. Avec une moyenne de 168 789 francs, les sociétés de loisirs se situent donc plutôt parmi les grosses créations. Dans les loisirs, la médiane des capitaux n’est que de 66 814 francs. L’écart est important avec la moyenne ce qui s’explique par l’existence d’un groupe de grosses créations qui tire la moyenne vers le haut. D’autres indicateurs abondent dans ce sens. Le capital moyen des loisirs est de 38 499 francs dans les années 1890 alors que dans la même période il est de 16 340 francs pour l’ensemble des créations à Toulouse (Ill. 2)12.

Illustration 2 : Capital moyen des nouvelles sociétés dans le secteur des loisirs à Tours entre 1880 et 1936

Illustration 2 : Capital moyen des nouvelles sociétés dans le secteur des loisirs à Tours entre 1880 et 1936
  • 13 O. Marchand, C. Thélot, Le travail en France, Paris, Nathan, 1997, annexe 12.

21Même quand le capital n’est pas très important, comparé aux autres, il est divisé en actions dont le montant nominal porte assez haut le niveau d’entrée dans le secteur. En 1879, la SA des Tirs d’Indre-et-Loire, par exemple, n’a qu’un capital de 8 000 francs mais divisé en 80 actions de 100 francs, ce qui représente alors un peu plus d’un mois de salaire pour un ouvrier13.

22L’importance relative des capitaux conduit à se demander qui peut réaliser ces investissements et pourquoi ?

LES CRÉATEURS ET LEURS MOTIVATIONS

ORIGINES GÉOGRAPHIQUES ET SOCIALES

23Géographiquement, 89 % des associés viennent d’Indre-et-Loire et 79,5 % habitent Tours même. Ils ne sont donc que 11 % à ne pas être Tourangeaux. Ces derniers sont le plus souvent Parisiens ou d’un département proche comme le Cher ou la Sarthe. Quelques-uns viennent d’un peu plus loin (sans dépasser un rayon de 350 kilomètres), de Lorient, du Havre ou de Clermont-Ferrand. Le marché des loisirs dans une ville moyenne comme Tours n’est donc pas encore assez dynamique pour attirer des investisseurs étrangers à la région. Il reste essentiellement une affaire locale.

  • 14 Par contre, ils sont très présents dans la création d'entreprises individuelles, notamment artisan (...)
  • 15 J.-P. Alline, « Firms demography... », op. cit., C. Perrin, « La démographie... », op. cit., p. 15 (...)

24L’origine professionnelle est également assez marquée. Les ouvriers et les employés sont d’une grande rareté. De toute la période considérée, il ne s’en trouve que deux pour tenter l’aventure. Ils forment à peine 3 % des créateurs. Quelle que soit leur activité et probablement parce qu’ils n’en ont pas les moyens, ces catégories sociales participent assez peu à la création de sociétés14. Néanmoins, ils sont, dans les loisirs, beaucoup moins nombreux qu’ailleurs puisqu’à Tours, dans les années 1920, ouvriers et employés constituent 6 % des créateurs et leur part oscille entre 12 % et 15 % à Toulouse entre 1885 et 194015. La création d’une entreprise des loisirs apparaît donc comme l’affaire des classes moyennes et plus encore des classes aisées.

25Les classes moyennes sont représentées essentiellement par les artisans et les commerçants. Leurs membres proviennent donc des classes moyennes indépendantes, celles des petits patrons, habituellement nombreux parmi les créateurs de sociétés. Toutefois, ils sont un peu moins nombreux dans les loisirs que dans les autres activités. Ensemble, artisans et commerçants représentent 47 % des créateurs du secteur contre 51 %, tous secteurs confondus, à Tours (dans les seules années 1920). Les classes moyennes salariées, tout comme les classes populaires, sont peu présentes. Leur présence se résume à celle d’un technicien alors que les professions intermédiaires rassemblent 9 % des créateurs tourangeaux des années 1920. Là aussi, la sous-représentation est nette.

26Les salariés qui participent à la création d’une société proviennent donc principalement des classes aisées. Ils sont ingénieurs, directeurs d’établissement... Les ingénieurs se retrouvent plutôt dans des entreprises industrielles (ici, l’industrie du jouet) où leurs compétences techniques trouvent à s’employer. Ce sont des entreprises importantes : la société Nusbaumer et compagnie a un capital de 1,5 millions de francs (c’est d’ailleurs la plus grosse création de la période) et les voitures d’enfants Novelty un capital d’un million. Dans le cas de la firme Nusbaumer, l’ingénieur, Eugène Nusbaumer, est le principal fondateur ; ses 9 associés sont ses commanditaires. Alors que les ingénieurs sont fréquemment associés à un entrepreneur (industriel ou commerçant), les cadres se passent plus facilement de cette expérience. Ils sont davantage présents dans le commerce ou les services. On voit ainsi deux cadres s’associer pour ouvrir un cinéma en 1901. Toutefois, leur association paraît aussi être la plus précaire ; leur société semblant n’avoir jamais dépassé le stade de l’enregistrement. Les autres cadres se trouvent dans des cinémas ou des cabarets, un seul dans une entreprise industrielle.

27Les inactifs renforcent la prédominance des classes aisées. Ils sont souvent âgés. Ils sont industriels ou officiers à la retraite ou encore se déclarent propriétaires. L’un d’eux est au contraire encore jeune. C’est un élève-officier associé avec sa mère, industrielle selon sa déclaration, dans une entreprise d’articles de pêche. Cette association atypique, puisque l’un comme l’autre appartiennent à des catégories sociales peu présentes dans les créations d’entreprises, reprend l’activité d’une entreprise déjà existante. Vraisemblablement, le décès du père, dirigeant l’entreprise jusque-là, conduit ses héritiers à s’associer pour poursuivre l’activité familiale. Parmi les inactifs, se retrouvent d’autres femmes qui se déclarent, elles, sans profession.

  • 16 G. Jacquemet, « L'entreprise à Belleville dans l'entre-deux-guerres », Entreprises et entrepreneur (...)

28Le secteur des loisirs apparaît comme un milieu extrêmement masculin, seulement 6 % des entrepreneurs sont des femmes, ce qui est néanmoins un peu plus que dans les autres secteurs : 4,7 % à Tours, 2,6 % à Belleville16. Une seule société est fondée uniquement par des femmes : la SARL Le Cabaret créée en 1933 par deux sœurs, Julia et Maria Hérissé. L’une se déclare artiste, l’autre sans profession. Leur situation familiale est particulière puisque l’une est veuve et l’autre divorcée. Être libérées de toute tutelle masculine a certainement facilité le projet des deux sœurs. En effet, la loi oblige les femmes mariées à présenter le consentement de leur époux pour fonder une société, ainsi qu’on l’exigerait d’enfants mineurs. Le cas des autres femmes engagées dans la création d’une société confirme cette dépendance. Toutes ont des liens familiaux avec leur associé dont elles sont l’épouse, la mère ou la sœur. On devine la subordination de ces femmes dans ces entreprises. Il est même fortement vraisemblable qu’elles ne servent, à quelques entrepreneurs individuels, qu’à obtenir le statut de société et qu’elles n’ont aucun véritable pouvoir dans l’entreprise. Ainsi donc, pour être nouveau, le secteur des loisirs n’est pas particulièrement innovant dans ces pratiques sociales.

29Certains notables jouent un rôle particulier sur ce marché. Par exemple, c’est à l’initiative du président de la chambre de commerce, Louis Mirault, qu’est créée la société hippique de Tours. Son siège social est domicilié dans les locaux de la chambre de commerce et, après la souscription, elle rassemble 65 actionnaires.

30Professionnellement, les créateurs d’entreprises des loisirs sont majoritairement des entrepreneurs. Les trois catégories des artisans, des commerçants et des industriels rassemblent 60 % de l’ensemble. Ce sont principalement de petits entrepreneurs. Les artisans et les commerçants constituent presque la moitié (47 %) des créateurs. Les artisans à eux seuls en représentent un tiers. Assez souvent, ils travaillent déjà dans les loisirs. Ils sont facteurs de pianos, fabricants de jouets, photographes... La mise en société n’est qu’une étape dans la vie de leur entreprise. Entrepreneurs individuels, ils se trouvent un, voire plusieurs, associés pour poursuivre leur activité. D’ailleurs, la moitié des sociétés ont un antécédent, c’est-à-dire qu’ils poursuivent sous une nouvelle forme l’activité d’une entreprise déjà existante.

RAISONS ET MOTIVATIONS DES CRÉATEURS

31Qu’est-ce qui motive ce changement de statut ? Pourquoi le créateur se cherche-t-il un associé ? L’une des raisons est la croissance de l’entreprise ou la recherche de capitaux frais. On voit alors l’entrepreneur apporter son fond de commerce à la société et son associé du numéraire. C’est la configuration la plus fréquente. Elle correspond à 68 % des cas où l’entreprise a un antécédent. Plus rarement, l’associé n’apporte pas directement du numéraire mais une créance. Les actes ne le mentionnent pas mais peut-être s’agit-il d’une créance sur l’associé. Auquel cas, l’association est une façon d’effacer la dette de l’un envers l’autre en la faisant passer au capital de l’entreprise. Quoiqu’il en soit, les loisirs apparaissent comme un secteur neuf où des besoins de capitaux frais se font sentir.

32Également dans une perspective de croissance, qui montre que le marché des loisirs est en développement, certaines sociétés sont fondées pour fusionner les entreprises individuelles des associés. Ainsi, en 1921, Bloch, Suberville et compagnie associe des patrons de PME du jouet pour créer une société importante au capital de 1,2 millions de francs.

33Dans quelques cas, encore rares, la croissance est géographique. Alexandre Lecoz, par exemple, directeur de café-concert à Lorient, s’associe en 1902 à son frère Pierre, résidant au Mans, pour exploiter deux établissements du même type à Tours. Certains entrepreneurs commencent ainsi à avoir une surface nationale ou au moins régionale en possédant des établissements dans plusieurs villes.

34Certains associés sont recherchés pour leur savoir. Le seul ouvrier engagé dans la création d’une société dans cette période l’est pour ses compétences. Avec un industriel, il monte une fabrique de jouets sur la base d’un brevet qu’ils détiennent en commun. De même, en 1897, un artisan photographe de Tours s’associe avec un technicien en photographie de Clermont-Ferrand qui lui apporte ses connaissances particulières. Autre exemple significatif, dans l’une des sociétés liant trois personnes, la société en commandite Trimpont et compagnie, l’un apporte le fond de commerce, l’autre ses compétences et le commanditaire du numéraire. Ainsi, dans ce secteur neuf, posséder des compétences particulières est un atout convoité. Pour mieux retenir ceux qui les détiennent, certains entrepreneurs sont prêts à associer ceux-ci à leur affaire personnelle plutôt que simplement les embaucher. L’apport de connaissances est mentionné dans un quart des actes des sociétés ayant un antécédent.

35On trouve des associations plus originales comme celle de ce patron de cabaret à spectacles qui s’associe à l’artisan à qui il a commandé des travaux. Ce dernier fait l’apport de ses travaux et de leur montant à la société. On peut supposer que ce cabaretier voulait rénover son établissement mais sans en avoir les moyens financiers et qu’il a proposé à l’artisan de l’intéresser à son affaire en guise de rémunération. En tant qu’associé, celui-ci a droit à une part des bénéfices proportionnelles à ses apports au capital de la société.

36Avec cet exemple, apparaît une autre raison à la présence d’artisans dans le domaine des loisirs. Tous ces petits entrepreneurs ne fondent pas une société pour poursuivre leur activité. Leur métier d’origine peut n’avoir aucun rapport avec les loisirs. L’exemple précédent se retrouve dans le cas de ce groupe d’artisans du bâtiment qui s’associent à un architecte de la ville pour construire puis exploiter un théâtre. Eux aussi font l’apport de leur travaux à la nouvelle société. Dans toutes ces situations, les loisirs sont un marché nouveau pour ces artisans. C’est une opportunité qui les y fait entrer (dans ces deux exemples : une commande de travaux). Dans un cas comme dans l’autre, ce qui est intéressant, c’est qu’ils acceptent l’association qu’on leur propose. Ils acceptent l’opportunité qui se présente à eux. Autrement dit, ils croient suffisamment dans l’avenir du marché des loisirs pour accepter d’y investir.

37D’autres encore, participent à une société parce que celle-ci concerne leur propre loisir. En 1879, par exemple, six personnes s’associent pour former la société anonyme des Tirs d’Indre-et-Loire. Leur but est l’exploitation d’un terrain de tir. Mais, son originalité est de dépasser ce seul objectif marchand. Cette société a aussi pour objet de répandre le goût et la pratique du tir notamment par l’organisation de concours. Ses membres s’interdisent toute discussion politique ou religieuse. De surcroît, la société se donne une devise : « fraternité-patrie ». Cette création cadre tout à fait avec le contexte patriotique, voire revanchard des années 1870. Ce qui surprend davantage, c’est le choix de former une société commerciale. Pourtant, l’exemple n’est pas isolé, ni propre à la Touraine. En Normandie, plusieurs sociétés sont fondées par des colombophiles. Par exemple, la SA Le progrès du sport colombophile est fondée par six Rouennais en 1906 pour fournir aux colombophiles des constatateurs automatiques en vente avec facilité de paiement ou en location. Le capital est très petit (2 000 francs) et il est divisé en actions d’un montant moderé (25 francs). On est ici plus proche de la coopérative que de la société commerciale. Le but n’est pas réellement de faire des bénéfices mais d’offrir un service particulier aux pratiquants d’un loisir. Probablement n’ont-ils pas trouvé d’entreprises capables de les satisfaire, aussi décident-ils de la fonder eux-même. Cela en dit long sur l’état du marché des loisirs à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Dans ces exemples, ce sont des consommateurs qui fondent eux-même la société qui leur vend les produits ou les services dont ils ont besoin. Ils démontrent une certaine atonie du marché, incapable de satisfaire spontanément cette demande.

38Il est probablement encore trop tôt pour parler d’une économie des loisirs au début du xxe siècle. Les créations de sociétés restent limitées. Des consommateurs doivent fonder eux-mêmes les entreprises dont ils attendent les services. L’assise sociale paraît encore trop limitée aussi. Ces entreprises s’adressent à une clientèle bourgeoise et sont créées par des bourgeois. Les classes aisées sont clairement surreprésentées dans la population des créateurs de sociétés.

39Mais, en même temps, les loisirs présentent des caractères d’une activité en gestation et en développement. Les sociétés se font plus nombreuses dans les années 1920. Des fusions font apparaître quelques grandes entreprises, ou du moins de grosses PME. Quelques patrons du secteur commencent à élargir leur implantation géographique. C’est aussi un secteur où les compétences sont encore assez rares pour être recherchées et justifier la création d’une société. Les loisirs constituent donc encore une activité économique modeste mais qui commence à se développer.

Notes

1 A. Corbin (dir.), L'avènement des loisirs, 1850-1960, Flammarion, Paris, 1995, p. 16.

2 Ibid., p. 22.

3 J.-C. Richez et L. Strauss, « Un temps nouveau pour les ouvriers » in A. Corbin, op. cit., p. 395.

4 Le fonds s’arrête en 1936, césure des archives modernes et contemporaines. La suite est classée séparément, en général dans la série W qui le plus souvent n’est pas réellement ou précisément inventoriée, sans compter qu’elle n'est pas toujours libre d’accès.

5 Un relevé plus limité sur le premier canton de Rouen permet quelques comparaisons.

6 À Toulouse, entre 1868 et 1940, 45 % des sociétés meurent prématurément. J.-P. Alline « Firms demography in Toulouse. A case of delayed industrialization. 1868-1940 », in P. Jobert et M. Moss (dir.) Birth and death of company. An historical perspective, Carnforth (GB)-Park Ridge (USA), Parthenon publishing, 1990.

7 Voir à ce sujet la contribution d’Éric Blin dans ce même ouvrage.

8 Ces deux cinémas sont créés en octobre sur des emplacements proches. Il s'agit probablement de projets rivaux.

9 AD37 4U1/122. Dans cette période, deux sociétés sont fondées avec cet objet à Amboise : un commerce d'articles de pêche en 1895 et un fabricant de ces articles en 1924.

10 Calculé en francs de 1918.

11 Cédric Perrin, La démographie des entreprises à Tours dans les années 1920, mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1995, p. 45.

12 D'après les données de J.-P. Alline, « Firms demography... », op. cit.

13 O. Marchand, C. Thélot, Le travail en France, Paris, Nathan, 1997, annexe 12.

14 Par contre, ils sont très présents dans la création d'entreprises individuelles, notamment artisanales.

15 J.-P. Alline, « Firms demography... », op. cit., C. Perrin, « La démographie... », op. cit., p. 152.

16 G. Jacquemet, « L'entreprise à Belleville dans l'entre-deux-guerres », Entreprises et entrepreneurs 19e-20e siècles, Paris, Presses de Paris-Sorbonne, 1980, p. 238.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Nombre annuel de créations de sociétés dans le secteur des loisirs à Tours entre 1879 et 1936
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Illustration 2 : Capital moyen des nouvelles sociétés dans le secteur des loisirs à Tours entre 1880 et 1936
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

Université François-Rabelais de Tours, CEHVI

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540