Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

IV. VARIATIONS

18. Morphogenèse des agglomérations en Anjou-Touraine : la place du désordre

Elisabeth Zadora-Rio, Bernard Gauthiez et Isabelle Audinet

Texte intégral

1Ni l’analyse des quinze agglomérations dans lesquelles l’abbaye de Marmoutier possédait des bourgs au XIe s., ni l’étude (partielle) des villes d’Angers et de Tours, n’ont mis en évidence d’opérations de planification urbaine de quelque ampleur. On peut cependant s’interroger sur la représentativité du corpus, en raison de la petite taille de l’échantillon, mais plus encore en raison du mode de sélection. En effet, le choix des objets étudiés a été entièrement subordonné aux sources écrites : les textes, dans le cas de l’œuvre de Téotolon à Tours au Xe s. comme dans celui des fondations de bourgs par l’abbaye de Marmoutier au XIe siècle, laissant présager l’existence d’opérations d’urbanisme, il s’agissait d’en vérifier la réalité à l’aide de l’analyse morphologique.

2Il a donc paru nécessaire de replacer les sites étudiés dans un contexte régional plus large, afin de vérifier dans quelle mesure l’élargissement du corpus serait susceptible de modifier les résultats obtenus.

3Pour l’Anjou, les tentatives effectuées dans des publications antérieures (ZADORA-RIO 1989, 1994, 1996) ne constituent pas un corpus de référence satisfaisant : elles présentent en effet le même inconvénient d’une sélection fondée entièrement sur les sources écrites médiévales, et, de plus, les analyses ont été conduites dans une perspective de topographie historique plus que d’étude morphologique ; les plans publiés, centrés sur les « éléments générateurs » (église, château) ne donnent souvent qu’une vue insuffisamment complète des agglomérations.

4Dans L’Eglise, le Terroir (1989), il y a sept plans qui concernent des localités angevines : outre Saint-Georges-des-Gardes (repris dans l’étude des bourgs de Marmoutier), Saint-Florent-le-Vieil, Broc, Pommérieux, Juvardeil, La Chapelle-du-Genêt, Courchamps. Le seul plan présentant des traces d’organisation est celui de Juvardeil (ZADORA-RIO 1989, fig. 31), où on constate la présence d’une voie axée sur l’église, et d’un ensemble de voies orthogonales plus ou moins régulières, mais pas de véritable lotissement : le parcellaire n’est guère régulier, et l’opération d’urbanisme paraît avoir été limitée à la mise en place des voies. Les plans des agglomérations de Montfaucon-sur-Moine et Vihiers, fondées par le comte d’Anjou Foulque Nerra au début du XIe s., révèlent des tracés d’enceintes fortifiées englobant des quartiers d’habitation, mais on ne voit aucune trace de lotissement (ZADORA-RIO 1994, fig. 1 et 2). Seul le plan de l’agglomération fortifiée de Châteauneuf-sur-Sarthe, fondée dans le second tiers du XIIe s., révèle un embryon d’organisation spatiale avec la mise en place, à l’intérieur du castrum, d’une voie associée à un petit lotissement dans l’axe du château (ZADORA-RIO 1996, fig. 39). Dans le cas du village de Bourg-l’Evêque, fondé dans le second quart du XIIe s., il est tout à fait excessif d’y voir un plan régulier, comme je l’ai fait dans la publication : le village s’inscrit plus ou moins dans un parcellaire rural lui-même assez irrégulier, et rien n’y indique l’existence d’un lotissement (ZADORA-RIO 1996, fig. 40 et 41).

  • 1 Nous remercions Isabelle Audinet de nous avoir autorisés à utiliser et à reproduire les plans qu’el (...)

5Pour la Touraine, on dispose heureusement d’un corpus de plans plus riche, et qui a surtout le mérite d’avoir été sélectionné en fonction de critères tout à fait indépendants des sources écrites médiévales : dans le cadre d’une thèse1, Isabelle Audinet a étudié un ensemble de soixante-quatre agglomérations d’Indre-et-Loire sélectionnées en fonction de leur importance à l’époque contemporaine, évaluée à partir de deux critères : 1) une superficie supérieure à 6 ha sur la carte au 1/25 000e ; 2) une population supérieure à 800 habitants dans le recensement de 1831 (AUDINET 1996 : 18-19). Parmi les bourgs de l’abbaye de Marmoutier en Touraine, seul celui de Semblançay satisfait aux deux critères de sélection et a donc été inclus également dans ce corpus.

TRACÉS DE FORTIFICATIONS

6L’examen des plans indique que sur ces soixante-quatre localités, dix-neuf présentent des tracés de fortifications englobant des quartiers d’habitation. Certaines enceintes sont représentées par des tours et des courtines encore en élévation, d’autres ne sont plus attestées que par des traces dans le parcellaire et la voirie parfois incertaines (c’est le cas à Sonzay et Manthelan). On peut identifier trois tracés distincts à Loches, deux à Chinon, Sainte-Maure, Beaulieu-les-Loches, Amboise, Montbazon, Azay-le-Rideau (Fig. 1). Tous les sites qui présentent plus d’un tracé d’enceinte sont dotés d’un château, à l’exception de Beaulieu-les-Loches.

Tableau 1 – Enceintes fortifiées identifiées par l’analyse morphologique, triées par ordre de superficie (en ha)

Tableau 1 – Enceintes fortifiées identifiées par l’analyse morphologique, triées par ordre de superficie (en ha)

7Si on confronte ce tableau avec les données des sources écrites, on constate que tous les châteaux identifiés par l’analyse morphologique sont déjà attestés par les sources écrites au XIe s., voire bien avant (Chinon et Loches sont déjà mentionnés comme castra par Grégoire de Tours au VIe s.). Il faut y ajouter celui de l’Ile-Bouchard, attesté dès le Xe s., dont l’emplacement, sur une île de la Vienne, n’est plus identifiable actuellement.

8Parmi ces agglomérations fortifiées, on trouve également deux sites d’abbayes : Cormery, fondée à la fin du VIIIe s., et Beaulieu-les-Loches, fondée au début du XIe s. Leur superficie enclose est cependant largement inférieure à celle de la seule enceinte monastique de l’abbaye de Marmoutier (17 ha).

TRACÉS POUVANT RÉVÉLER DES OPÉRATIONS D’URBANISME

1. Lotissements

9Sur les 64 sites du corpus, seuls 14 présentent des lotissements plus ou moins réguliers, associés à des rues à peu près parallèles ; 8 d’entre eux sont dotés d’un château (Amboise, Château-Renault, La Haye-Descartes (Fig. 2), Langeais (Fig. 3), Loches, Luynes (Fig. 4), Montbazon, et Montrésor). Toutes ces agglomérations castrales comportent un tracé de fortification englobant l’agglomération, à l’exception de La Haye-Descartes, dont l’enceinte extérieure, attestée au XIe s. par les sources écrites, n’est plus lisible dans la morphologie parcellaire.

Tableau 2 – Lotissements

Nombre de lotissements

Superficie lotie (en ha)

AMBOISE

1

1

BEAULIEU

1

4 environ

BLÉRÉ

2

1,5+1,5

CHÂTEAU-RENAULT

3

3+1,5+2

CHOUZÉ-SUR-LOIRE

1 (en rive)

3

LA HAYE-DESCARTES

1

2

LANGEAIS

1

2,7

LOCHES

2

1+1

LUYNES

2

1+1

MANTHELAN

1

1,3 (3 à l’origine ?)

MONTBAZON

2

1,2+1,2

MONTRÉSOR

1

0,5

SAINT-EPAIN

1

1,5

SONZAY

1

2,5

2. Places organisées

10Quelques agglomérations comportent des places dont la forme paraît résulter d’une planification. Dans les cas les plus nets, il s’agit d’un espace régulier dégagé autour de l’église et bordé de maisons alignées : ainsi à Bléré, Ligueil (Fig. 5) et Manthelan (Fig. 6), où on observe en outre une rue large et régulière débouchant sur la place. On retrouve également une rue large et régulière à Cormery. Aucun de ces sites ne paraît avoir été associé à un château, même s’ils ont tous été entourés d’une enceinte fortifiée.

11A Sonzay, et, peut-être, Neuillé-Pont-Pierre, une place triangulaire relativement régulière est formée à la jonction de trois voies, sans que l’existence d’une planification soit cependant assurée.

3. Planification d’ensemble

12Le seul exemple de planification d’ensemble, dans le corpus, est celui de Beaulieu-les-Loches (Fig. 7), où un ensemble de rues parallèles à un canal de dérivation de l’Indre et une enceinte présentant la même orientation ont été mis en en place autour de l’abbaye, et où une proportion assez importante de l’agglomération est constituée de lotissements. L’enceinte de pierre, qui subsiste encore en grande partie, date du XVe s., mais elle a pu reprendre un tracé plus ancien (LORANS 1996 : 188). Le canal, qui était destiné à alimenter des moulins, est sans doute antérieur (LORANS 1996 : 178 n.71). Les tracés de ce qui apparaît comme la seule opération d’urbanisme d’une certaine ambition dans le corpus ne sont pas, cependant, d’une régularité parfaite.

13La confrontation avec les soixante-quatre agglomérations du corpus sélectionné par Isabelle Audinet sur des critères indépendants des sources écrites médiévales semble donc confirmer la représentativité, sur le plan morphologique, des agglomérations angevines et tourangelles analysées dans le présent volume. L’éventail des superficies encloses est du même ordre, mais les enceintes de Sainte-Maure et surtout de Chinon dépassent cependant de loin les plus vastes fortifications étudiées avec le corpus des bourgs de Marmoutier. La planification est très peu représentée dans le corpus, et lorsqu’elle existe, elle apparaît très sommaire. Les superficies loties sont également comparables à celles qui ont été identifiées dans les agglomérations associées à des bourgs de Marmoutier. En dehors d’une seule opération d’urbanisme incontestable (Beaulieu-les-Loches), on ne rencontre qu’une quinzaine de localités présentant des lotissements plus ou moins réguliers, souvent liés à des sites castraux, et un très petit nombre de places organisées, dont aucune n’est associée à la présence d’un château.

14Cette rareté des opérations d’urbanisme identifiables apparaît donc comme une spécificité régionale bien réelle, alors même que la documentation écrite atteste très largement la volonté des seigneurs laïques et ecclésiastiques d’organiser l’habitat : en témoignent la fondation par les comtes d’Anjou d’un réseau d’agglomérations fortifiées dotés dès leur création d’un marché ou d’une foire et d’une organisation religieuse complexe, ou l’importance particulière prise par le mouvement de fondation de bourgs aux XIe-XIIe s., qui a touché plus de cent cinquante localités en Anjou-Touraine (LORANS 1990 ; ZADORA-RIO 1979, 1994, 1996). Ce contraste entre l’abondance des sources écrites révélant un regroupement volontaire de l’habitat et l’absence de régularité révélée par l’analyse morphologique est surprenant si on compare les sites étudiés en Anjou et en Touraine avec les agglomérations normandes, qui révèlent des opérations d’urbanisme de grande ampleur peut-être dès le XIe-XIIe s., ou avec les agglomérations languedociennes, où les tracés réguliers semblent un peu plus tardifs (deuxième moitié du XIIe s. et surtout XIIIe s.), et cela bien que les sources écrites y aient bien moins conservé le souvenir des actes de fondations.

15Comment expliquer ces différences ?

16Dans le cas du Languedoc, Jean-Loup Abbé explique les opérations d’urbanisme en invoquant l’essor économique, le rôle joué par les pouvoirs régionaux, l’emprise royale qui se manifeste à la suite de la croisade des Albigeois, les initiatives des Templiers.

17Pour la Normandie, Bernard Gauthiez, tout en invoquant également la puissance ducale, en particulier pour la diffusion des programmes urbanistiques sur le territoire normand, s’est efforcé de rendre compte de la forme des opérations d’urbanisme en faisant appel à d’autres schémas interprétatifs, principalement le symbolisme religieux et l’influence de la culture savante : les rues larges, axées sur une église, sont interprétées par référence à une conception de l’espace issue de La Cité de Dieu de Saint Augustin. L’apparition des places triangulaires, rectangulaires ou carrées, dans la première moitié du XIIe s., serait peut-être reliée à l’influence des gloses de Guillaume de Conches sur le Timée de Platon. Certains tracés urbains sont rapprochés des schémas d’harmonie symétriques, exprimés parfois sous la forme d’un triangle – l’idée de conformer le monde à un jeu de rapport de proportions harmoniques, musicales, renvoyant aux philosophes néo-platoniciens et représentant une allégorie de la concorde dans la cité. L’introduction de la forme carrée est attribuée à l’influence de la traduction d’Euclide, due à Adelard de Bath. C’est à ce dernier, qui a proposé l’utilisation de l’astrolabe pour l’arpentage, que B. Gauthiez attribue une influence indirecte sur la diffusion des figures rayonnantes, du type de celle qu’il a observée à Pont-Audemer. Ces hypothèses, qui s’efforcent de retrouver derrière certaines formes la pensée d’un auteur, s’appuient également sur des considérations prosopographiques indiquant la façon dont la pensée de Guillaume de Conches et Adélard de Bath s’est diffusée dans les milieux aristocratiques et tout particulièrement à la cour d’Henri I.

18On voit bien comment on aurait pu expliquer, dans une perspective politique et économique, des opérations d’urbanisme de grande envergure en Anjou-Touraine : on aurait pu tenter d’en rendre compte en invoquant la puissance des comtes d’Anjou, en particulier Foulque Nerra (987-1040), et son fils Geoffroy Martel (1040-1060), qui ont fondé un nombre important d’agglomérations fortifiées. Selon la datation présumée des opérations d’urbanisme, on aurait pu aussi mettre l’accent sur les règnes de Geoffroi Plantagenêt, d’Henri II et Richard Coeur-de-Lion, voire éventuellement sur l’emprise royale après la conquête de l’Anjou et de la Touraine par Philippe-Auguste au début du XIIIe s. Il n’aurait pas été difficile non plus de trouver des abbayes puissantes et entreprenantes (à commencer par Marmoutier), ni des preuves d’un essor urbain précoce. Dans le domaine de la culture, on aurait pu utiliser directement les pages de Bernard Gauthiez sur le haut niveau culturel de la cour des Plantagenêts et l’éducation reçue par Henri II, nourrie de l’influence de Guillaume de Conches. On aurait pu évoquer la richesse des bibliothèques monastiques du Val-de-Loire et l’importance des scriptoria de Saint-Martin de Tours et de Saint-Aubin d’Angers (LALOU, RABEL, 1997 ; VEZIN 1974). Le problème est que les mêmes causes – ou tout au moins, ce qui peut passer pour les mêmes causes en première analyse – ne semblent pas produire les mêmes effets : doit-on considérer que les pouvoirs dominants ou l’essor économique, étaient moindres en Anjou-Touraine qu’en Normandie ou en Languedoc ? Peut-être, mais à quelle aune les mesurer ? La formation des élites était-elle si différente en Normandie et en Anjou-Touraine ? Comment expliquer l’influence de la culture savante sur l’urbanisme dans le premier cas, et son absence dans le second ?

19Il y a un hiatus évident entre les explications générales d’ordre politique, économique ou culturel et la compréhension des spécificités de la morphogenèse des agglomérations à l’échelle régionale. Comment aller au-delà de ce constat ? Comment rendre compte de l’absence d’investissement en matière d’urbanisme d’une abbaye comme Marmoutier, en regard des lotissements réguliers mis en place autour de l’abbaye de Fécamp en Normandie, des plans orthonormés des agglomérations monastiques de Lagrasse, de Saint-Hilaire et de Saint-Paul-de-Fenouillet, ou des plans réguliers de certaines dépendances de l’abbaye de Gelone/Saint-Guilhem-le-Désert en Languedoc ? Comment expliquer l’exception que constitue, en Touraine même, l’agglomération monastique de Beaulieu-les-Loches ? Quelle est la part réelle prise par les monastères dans ces opérations d’urbanisme ?

20Nous sommes loin, actuellement, de pouvoir répondre à ces questions. Le désordre spatial des agglomérations en Anjou-Touraine, qui ne trouve guère sa place dans les schémas interprétatifs invoqués pour rendre compte des opérations d’urbanisme dans d’autres régions, ne met pas en cause la validité de ceux-ci : on ne peut douter du fait que les conditions économiques ou la volonté de prestige ont joué un rôle dans la mise en œuvre d’opérations d’urbanisme, comme il y a de bonnes raisons d’admettre que la culture chrétienne dont étaient imprégnés les acteurs de l’urbanisme ait pu guider l’organisation de l’espace urbain. Il souligne cependant le caractère sans doute encore trop macro-historique de ces explications, et la difficulté de trouver des critères d’évaluation permettant de comparer les différents contextes politiques et sociaux ou de définir les milieux culturels. Les explications ne pourront être jugées satisfaisantes que lorsqu’elles seront suffisamment spécifiques pour rendre compte à la fois de la présence d’opérations d’urbanisme dans certaines régions, et de leur absence dans d’autres. On ne peut espérer y parvenir qu’en multipliant les analyses morphologiques mais aussi les enquêtes sur la formation des acteurs de l’urbanisme, les modalités de la prise de décision en matière d’aménagement, et les conditions de la mise en œuvre des projets.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUDINET 1996
Audinet, I.- Recherches sur la morphogenèse des agglomérations de Touraine (Antiquité, Moyen Age), Thèse de doctorat d’histoire, Université de Tours.

GALINIÉ 2000
Galinié, H.- Ville, espace urbain et archéologie, Tours.

LALOU, RABEL 1997
Lalou, E., Rabel, C.- « Dedens mon livre de pensée... ». De Grégoire de Tours à Charles d’Orléans. Une histoire du livre médiéval en région Centre.

LORANS 1990
Lorans, E.- Bourgs, églises et châteaux en Touraine aux XIe et XIIe siècles, Annales de Bretagne, 97 : 437-461.

LORANS 1996
Lorans, E.- Le Lochois du haut Moyen-Age au XIIIe siècle. Territoires, habitats et paysages, Publication de l’Université de Tours, 1996.

VEZIN 1974
Vezin, J.- Les scriptoria d’Angers au XIe s., Paris 1974.

ZADORA-RIO 1979
Zadora-Rio, E.- Bourgs castraux et bourgs ruraux en Anjou aux XIe-XIIe siècles, Châteaux et peuplements, colloque de Flaran 1, Auch 1979 : 173-179.

ZADORA-RIO 1989
Zadora-Rio, E.- Touraine, Anjou, Maine dans M. Fixot, E. Zadora-Rio dir., L’Eglise, le terroir, Paris : 71-91.

ZADORA-RIO 1994
Zadora-Rio, E.- L’Eglise et le regroupement de l’habitat en Anjou aux XIe et XIIe s., dans M. Fixot, E. Zadora-Rio dir., L’environnement des églises et la topographie des campagnes médiévales, Paris : 139-148.

ZADORA-RIO 1996
Zadora-Rio, E.- Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine : la part des fondations des XIe-XIIe s. dans Fabre et al. 1996 : 69-80.

Notes

1 Nous remercions Isabelle Audinet de nous avoir autorisés à utiliser et à reproduire les plans qu’elle a réalisés. Les tableaux présentés dans ce chapitre et les calculs de superficies d’enceintes et de lotissements sont dûs à Bernard Gauthiez.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Enceintes fortifiées identifiées par l’analyse morphologique, triées par ordre de superficie (en ha)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteurs

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours (1995-1998)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540