Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

IV. VARIATIONS

17. La genèse des agglomérations languedociennes au Moyen-Âge : le rôle des XIIIe-XVe siècles

Jean-Loup Abbé

Texte intégral

1Le processus d’urbanisation des régions méridionales est l’un des domaines où la recherche a le plus progressé. La genèse des villages est aujourd’hui bien connue. Au castrum méditerranéen, d’origine castrale ou ecclésiale, ceinturé par un rempart commun, répondent le castelnau et la bastide d’Aquitaine et du Toulousain, agglomérations souvent régulières dont le quadrillage des artères révèle la volonté des promoteurs seigneuriaux. Même si cette présentation est simplificatrice, elle met l’accent sur les points forts du paysage urbain méridional tel qu’il est aujourd’hui restitué.

  • 1 Notices de J.-L. Abbé (Couiza, Espéraza, Quillan, Limoux), G. Fabre et T. Lochard (Montpellier) et (...)

2Les exemples languedociens traités dans les notices de ce volume sont trop peu nombreux pour qu’il soit possible d’en tirer des conclusions satisfaisantes1. Le corpus est par ailleurs très hétérogène, de la métropole montpelliéraine aux modestes villages de la moyenne vallée de l’Aude. Il n’en reste pas moins que ces dossiers incitent à porter l’attention sur des phénomènes négligés jusqu’ici, en particulier les extensions régulières des agglomérations. Sans charte de franchises, dévalorisés par leur situation périphérique de barri (faubourg) extra-muros, souvent éloignés des prestigieux et symboliques pôles de l’église et du château, ces quartiers témoignent pourtant du dynamisme urbain et de la maturité d’un urbanisme concerté.

3Ainsi, dans la moyenne vallée de l’Aude, les quatre agglomérations étudiées mettent en valeur l’importance de l’urbanisme régulier, et plus spécifiquement orthogonal. À l’évidence, Quillan et Limoux procèdent d’opérations d’envergure conduites à partir de la seconde moitié du XIIe siècle et dont l’apogée paraît être le XIIIe siècle. C’est assez simple pour Quillan dont le plan traduit sans ambiguïté son statut de villeneuve. À Limoux, la genèse est plus évolutive et complexe. Un premier noyau régularisé est mis en place au cours du XIIe siècle sous l’égide des vicomtes de Carcassonne et de Razès. La reprise en main de la ville par la Couronne semble marquée par la création d’une villeneuve sur la rive droite. Des opérations dirigées se poursuivent à la fin du Moyen Âge dans les nouveaux quartiers à la périphérie de la « vieille ville » initiale.

  • 2 Comment ne pas souscrire à l’affirmation de B. Cursente selon laquelle « Fonder une ville, c’est d (...)

4À l’instar de Carcassonne, Quillan et Limoux participent pleinement au renouveau urbain et mettent en évidence le rôle joué par les principaux pouvoirs régionaux. Ce développement repose évidemment sur des potentialités économiques. Mais il faut aussi souligner, semble-t-il, l’impact de la croisade des Albigeois. À Limoux comme à Carcassonne, l’emprise royale sur la région se manifeste par des fondations urbaines spectaculaires. Il n’est pas impossible que la villeneuve de Quillan s’insère dans cette phase qui suit la fin des guerres provoquées par la croisade, c’est-à-dire les années 1230-12402.

5Moins impressionnante mais tout aussi importante apparaît l’évolution des villages. Couiza et Espéraza, très certainement à l’origine des sites ecclésiaux conçus selon les canons des conciles de Paix, se développent en ajoutant au noyau initial des barris dont certains résultent d’un processus volontaire de lotissement. Ces quartiers ruraux s’urbanisent selon un rythme malaisé à déterminer. Par contre, il faut relever leur point commun : les terrains appartiennent aux Templiers au XIIe siècle, avant d’être repris par les Hospitaliers au début du XIVe siècle. Des initiatives templières sont tout à fait concevables, comme d’autres cas voisins le suggèrent. En tout cas, le rôle des ordres militaires dans la genèse des agglomérations languedociennes, et en particulier des barris, est un axe de recherche à développer.

6Par conséquent, dans un espace réduit, l’urbanisation de la moyenne vallée de l’Aude accorde une large place à des opérations volontaires jusqu’à aujourd’hui mal connues. Elles se traduisent par un urbanisme très régulier, laniéré ou orthogonal, qui a pris sa plus grande ampleur au XIIIe siècle. De plus, des plans orthonormés apparaissent aussi dans les agglomérations monastiques voisines (Lagrasse, Saint-Hilaire, Saint-Polycarpe, Saint-Paul-de-Fenouillet), sans oublier le village castral de Pieusse qui semble planifié pendant les premières décennies du XIIe siècle (BAUDREU 1998).

  • 3 Sans présenter dans ce volume une monographie sur ces quatre agglomérations monastiques, D. Baudre (...)

7Arrêtons-nous sur cette dernière catégorie de villages qui a été abordée dans le cadre de ce groupe de recherche par D. Baudreu3. Les quatre sites correspondent à des monastères bénédictins carolingiens auxquels sont associés des villages dont les plans cadastraux du XIXe siècle révèlent une certaine régularité morphologique des îlots d’habitation et de leurs parcelles.

  • 4 A. D. Aude, PW 6892. Daté de 1809-1810, comme ceux de Saint-Hilaire et de Lagrasse.

8Saint-Polycarpe (Aude, ancien comté de Razès, fig. 14) est situé sur une rivière homonyme, affluente de l’Aude, à l’est de Limoux. « Le village, non fortifié, est implanté sur un plan incliné près d’un ruisseau, immédiatement à l’ouest de l’enclos abbatial qui, jusqu’au XIXe siècle, contenait l’église paroissiale, à proximité de l’église abbatiale. Dans l’agglomération, cinq îlots quadrangulaires, avec une largeur identique d’environ 24 m, contiennent des parcelles bâties et non bâties de 5 m et de 4 m de large ».

  • 5 A. D. Aude, PW 6890.

9Saint-Hilaire (Aude, ancien comté de Carcassès, fig. 25) est implanté entre Limoux et Carcassonne, sur le Lauquet, affluent de la rive droite de l’Aude. « Le secteur de l’abbaye est le seul à avoir généré une fortification : le nom de “Fort”, probablement hérité du XIVe siècle, correspond à un enclos défensif grossièrement circulaire, attesté en 1386. Ce Fort est inclus dans un ensemble plus vaste, non bâti, de tracé ovale, peut-être plus ancien et témoignage d’une probable aire de sauvegarde à l’échelle d’une église majeure, telle une église abbatiale. En contrebas de l’abbaye, en bordure de rivière, le village présente des îlots de dimensions diverses à tendance quadrangulaire et à découpage “laniéré” fondé sur des parcelles de 5 m, 6,25 m ou 7,50 m de large, associant habitations et jardins attenants ».

  • 6 A. D. Aude, PW 6871.

10Lagrasse (Aude, ancien comté de Carcassès, fig. 36), est au cœur du massif des Corbières, entre Carcassonne et Narbonne, sur l’Orbieu, important affluent de la rive droite de l’Aude. « Abbaye et village sont séparés par le cours de l’Orbieu. L’agglomération comprend une majorité d’îlots qui, sans atteindre une stricte régularité, sont desservis par un réseau de rues orthogonales. Des largeurs de parcelles de 5 m ou de 6,25 m sont décelables dans tous les secteurs du village. Quelques façades datées du XIVe siècle peuvent être corrélées avec de telles dimensions. Les textes donnent ici quelques renseignements précis sur plusieurs équipements collectifs du XIVe siècle, époque où le village est déjà constitué : implantation intra-muros du marché en 1315, construction de l’église paroissiale à cheval sur deux îlots d’habitations en 1359, rénovation de la fortification collective la même année ».

  • 7 A. D. Pyrénées-Orientales, 2 J 127/ 189.

11Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales, ancien comté de Razès, fig. 47), est au sud des Corbières, sur l’Agly, fleuve côtier du Roussillon. « Au bord de l’Agly, le plan du village anciennement fortifié se compose d’une part, d’un probable enclos lié à l’ancienne église abbatiale Saint-Paul de Monisat, et d’autre part, d’un ensemble organisé en éventail où six rues convergent vers l’église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul. Cependant, ce lieu de culte ne semble pas antérieur au début du XIVe siècle et n’a dû jouer aucun rôle dans l’apparition du plan en éventail. Les largeurs de façades les plus fréquentes atteignent 3,75 m et un peu plus de 6 m ».

12Il est possible d’ajouter aux observations sur Saint-Paul l’existence de deux groupes d’îlots réguliers au nord et au sud de la ville extra-muros, formant par conséquent des faubourgs. Au nord, deux îlots d’orientation nord-sud et très découpés sont parallèles, la largeur de l’un, 20 m, étant le double de l’autre. Il faut aussi relever la présence de plusieurs autres îlots parallèles aux précédents plus à l’est. Au sud, trois îlots orientés nord-est – sud-est ont la même morphologie et la même largeur de 20 m. Le découpage interne des parcelles est régulier et structuré par un grand axe longitudinal délimitant les propriétés. Il est possible d’y adjoindre un quatrième îlot, parallèle et bordant un cours d’eau, affluent de l’Agly. Dans les deux cas et surtout au sud, l’hypothèse de lotissements est hautement probable.

13D. Baudreu conclut son étude sur la difficulté d’ancrer historiquement l’analyse morphologique. « Pour les quatre sites, la difficulté est de proposer une datation précise quant à la naissance des agglomérations, faute de textes suffisamment explicites. Par voie de conséquence, difficulté aussi de pouvoir dater les largeurs de façades repérées dans la mesure où on peut les considérer a priori comme des modules originels lors de la mise en place des habitats. Leur projection au sol a pu correspondre à de véritables lotissements, à la manière des sauvetés du Sud-Ouest ».

  • 8 Villages de Saint-Félix-de-Lodez, Saint-Jean-de-Fos et Saint-Pargoire (cf. infra) et de Ceyras (SC (...)

14La part des monastères dans l’urbanisme régulier n’est par conséquent pas contrôlable. Mais c’est à l’évidence une hypothèse qu’il faut retenir en effectuant des comparaisons. Ainsi, plusieurs villages lodévois de l’abbaye de Gellone/Saint-Guilhem-le-Désert présentent des plans réguliers, voire planifiés, et montrent par conséquent que les monastères n’hésitent pas à diriger l’urbanisation de leurs dépendances8. Même s’il ne s’agit pas de villages abbatiaux à proprement parler, la réflexion doit intégrer les agglomérations dont un monastère est le seigneur principal. Elle doit aussi s’intéresser au rôle des communautés villageoises qu’il ne faut pas imaginer passives, surtout lorsque leurs franchises s’accroissent de manière significative à partir du XIIIe siècle.

15Le Languedoc méditerranéen, en l’occurrence héraultais, fournit en effet des exemples comparables d’un urbanisme fondé sur le quadrillage des voies et des parcelles. Des faubourgs aménagés selon un plan orthogonal apparaissent à Saint-Jean-de-Fos et à Saint-Pargoire, comme à Saint-Paul-de-Fenouillet (cf. supra). Ils bordent aussi les villes principales : le quartier de « Villeneuve » au nord de Lodève, les îlots autour de Saint-Paul et des Dominicains à Clermont-l’Hérault, enfin quatre quartiers de Montpellier dont ceux de la Valfère et du Légassieu. Il s’agit dans tous les cas d’un plan orthogonal où les rues délimitent des îlots rectangulaires plus ou moins découpés par les parcelles, selon les cas.

16Cette parenté morphologique peut incliner à y voir des phénomènes contemporains. La période des XIIIe-début du XIVe siècle est souvent proposée. Mais cette datation s’appuie sur la périodisation générale de l’essor économique et urbain, plus que sur les exemples présentés. Même si le bon sens n’est pas ennemi de la vérité, cette hypothèse doit être approfondie pour être validée. Il faut aussi prendre en compte le fait que la morphologie du parcellaire et l’état du bâti au XIXe siècle ne révèlent pas les étapes de leurs genèses. À quel moment le lotissement est-il occupé, bâti ou abandonné pour se ruraliser ? Voilà ce qu’il est bien difficile de savoir pour le quartier de « Villeneuve » à Lodève, par exemple. Il n’est pas impossible que la rive droite d’Espéraza ait connu aussi des phases alternées de lotissement et d’abandon.

17C’est encore plus le cas pour les agglomérations nouvelles de Saint-Félix-de-Lodez, Canet et Plaissan. Les deux dernières, en particulier, rappellent l’urbanisme des bastides de la dernière période. Même si la place centrale manque, le quadrillage des rues, la symétrie des îlots, la régularité des parcelles sont symptomatiques. La perfection géométrique du parcellaire et l’adéquation des orientations avec le tracé des remparts invitent à placer Canet et Plaissan à la fin du Moyen Age, mais faut-il pour autant envisager les temps difficiles postérieurs aux années 1330, voire le XVe siècle, comme cela est fait ? Cela n’est guère conforme, encore une fois, aux schémas historiques généraux, et demande par conséquent à être approfondi si les sources le permettent.

18C’est là tout l’intérêt de cette réflexion sur l’urbanisme tardif des agglomérations. La même question se pose à propos des quartiers nord (Trinité, Toulzane) de Limoux. Ils ont pu être initiés au cours du XIIIe siècle et se densifier ultérieurement. Les remparts édifiés après le début de la guerre de Cent Ans ont alors englobé les nouveaux quartiers et favorisé leur essor. C’est l’inverse du village de Saint-Félix où l’enceinte tronque des îlots, prenant probablement acte de leur inoccupation.

  • 9 Si les forts villageois languedociens n’ont pas fait l’objet de synthèse, G. Fournier a dressé un (...)

19Un autre point est esquissé dans ces dossiers languedociens : la question des forts villageois. C’est l’ultime avatar de la genèse morphologique de nombreuses agglomérations méridionales au Moyen Age. Par souci de protection, les villages aménagent un réduit fortifié intérieur au moment de la guerre de Cent Ans et parfois aussi pendant les affrontements religieux de la seconde moitié du XVIe siècle. Les sites varient : autour d’une église, d’une tour, à l’intérieur d’une basse-cour castrale ou tout simplement un quartier du village, jouxtant le rempart collectif antérieur. Ces quartiers ont laissé des traces toponymiques (rues du Fort), topographiques (vestiges de murailles) et morphologiques. En effet, les plans parcellaires permettent souvent de localiser cette mise en défense spécifique. À l’intérieur de l’espace clôturé par le mur du fort, un microparcellaire régulier et original correspond à cet habitat de refuge9.

20Le vocabulaire est aussi significatif. Le « fort » des XIVe-XVIe siècles renvoie clairement aux forciae des XIe-XIIIe siècles : même fonction défensive, même topographie de « réduit » villageois. À Couiza, l’absence de fort s’explique peut-être parce que la forcia du XIIIe siècle conserve le rôle de réduit défensif à l’extrême fin du Moyen Age. Le parcellaire rayonnant contigu à l’église pourrait être lié à cette phase. Dans le cas d’Espéraza, le fort est associé à l’église paroissiale et l’espace vaquant qui l’entoure révèle le périmètre défendu. La continuité est marquée avec le site ecclésial des origines. À Quillan, la situation est originale. L’église Sainte-Marie est à l’extérieure de l’agglomération. Elle sert pourtant de fort (« fort de l’église » en 1573) pendant les guerres de religion.

21Ces trois cas montrent l’importance militaire de l’édifice religieux pour la défense des communautés rurales. Les villages de la vallée de l’Hérault présentés ici laissent beaucoup moins percevoir ces aménagements tardo-médiévaux. Le quartier entourant l’église de Vendémian affecte néanmoins une grande régularité dans le parcellaire bâti. Il pourrait s’agir d’un réaménagement défensif contemporain de la reconstruction de l’église au XIVe siècle. Cependant, là comme à Saint-Félix-de-Lodez, Canet ou Plaissan, la défense des villageois est avant tout assurée par l’enceinte collective des XIVe-XVe siècles. Cette « castralisation » des villages semble particulièrement vigoureuse dans cette région à la fin du Moyen Age.

22Les forts villageois et les enceintes collectives demandent à l’évidence une étude d’ensemble pour comprendre le devenir des agglomérations médiévales. L’examen des sources planimétriques est évidemment essentiel dans cette recherche. Plus tardifs que d’autres, ces aménagements à vocation militaire impriment encore leur marque régulière sur les plans parcellaires, y compris contemporains.

23L’objet de ces quelques lignes est de montrer tout le parti qu’il est possible de tirer d’une étude de la dernière phase médiévale, celle des XIIIe-XVe siècles, jusqu’à présent délaissée au profit de la « naissance » des agglomérations. Les dossiers présentés dans ce projet doivent inciter à globaliser au niveau régional certaines questions qui ont été esquissées ici :

  • la forme, régulière ou non, des faubourgs-barris et leur évolution : quand sont-ils créés ? comment se fait leur occupation ? quels sont les principaux intervenants ?
  • quelles sont les phases et les modalités des opérations concertées repérables aussi bien dans les villages que les villes ? Les crises du XIVe siècle constituent-elles une vraie barrière chronologique ? Les aménagements défensifs sont-ils les seuls après les années 1330 ?

24Autant de questions auxquelles il faut répondre pour traiter des agglomérations méridionales en termes de développement, et pas seulement d’origine.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BAUDREU 1998
Baudreu (D.), « Tipologia del vilatge medieval dins le bassin d’Aude e regions vesinas (Lengadoc occidental) », Territori i Societat a l’Edat Mitjana, II, Publ. de l’Université de Lleida, Lleida, p. 50-52.

CURSENTE 1993
Cursente (B.), « Les villes de fondation du royaume de France (XIe-XIIIe siècles) », dans R. Comba, A. Settia (dir.), Il borghi nuovi, Cuneo, p. 39-53.

FOURNIER 1966
Fournier (G.), « La défense des populations rurales pendant la guerre de Cent Ans en Basse-Auvergne », Actes du 90e congrès national des Sociétés Savantes, Nice 1965, section d’archéologie, Paris, p. 157-199.

SCHNEIDER 1996
Schneider (L.), Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (VIIIe-XIIe siècle), thèse de doctorat, Université de Provence, 3 vol, 612 p.

Notes

1 Notices de J.-L. Abbé (Couiza, Espéraza, Quillan, Limoux), G. Fabre et T. Lochard (Montpellier) et L. Schneider (Canet, Clermont-l’Hérault, Lodève, Plaissan, Saint-Félix-de-Lodez, Saint-Jean-de-Fos, Saint-Pargoire, Vendémian).

2 Comment ne pas souscrire à l’affirmation de B. Cursente selon laquelle « Fonder une ville, c’est donc affermir son pouvoir, en mettant généralement à mal un pouvoir rival » (CURSENTE 1993, p. 46) ?

3 Sans présenter dans ce volume une monographie sur ces quatre agglomérations monastiques, D. Baudreu a présenté ce dossier aux réunions de travail du groupe ainsi qu’au séminaire du FRAMESPA (ERS-2085, Univ. Toulouse-Le Mirail) du 18 février 2000 dans le cadre d’une communication : « Agglomérations d’origine monastique : problématique et méthodes. Exemples dans les pays d’Aude ». Les citations sont extraites du compte rendu de ce séminaire. Je remercie D. Baudreu de m’en permettre l’utilisation. Les plans cadastraux (fig. 1 à 4) ont été dessinés par Christian Theureau (UMR 6575) d’après les photocopies des originaux du cadastre « napoléonien ».

4 A. D. Aude, PW 6892. Daté de 1809-1810, comme ceux de Saint-Hilaire et de Lagrasse.

5 A. D. Aude, PW 6890.

6 A. D. Aude, PW 6871.

7 A. D. Pyrénées-Orientales, 2 J 127/ 189.

8 Villages de Saint-Félix-de-Lodez, Saint-Jean-de-Fos et Saint-Pargoire (cf. infra) et de Ceyras (SCHNEIDER 1996, III, p. 546-548).

9 Si les forts villageois languedociens n’ont pas fait l’objet de synthèse, G. Fournier a dressé un tableau excellent pour l’Auvergne : FOURNIER 1966.

Auteur

Université, Montpellier

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable