Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

IV. VARIATIONS

16. L’urbanisme en Normandie au Moyen Âge d’après l’analyse morphologique des plans de villes

Bernard Gauthiez

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’objectif recherché dans cette étude de synthèse sur les villes de Normandie est de cerner le développement urbain sous son aspect physique, dans son ensemble. La sélection des sites est fondée sur le statut de chef-lieu de canton à la date du premier plan cadastral établi au début du XIXe siècle. On dispose ainsi de la plus grande partie des agglomérations urbaines ayant existé dans la région au Moyen Age, à de rares exceptions près, identifiables un peu au hasard de la connaissance qu’on pouvait avoir du passé de certains sites. Cette règle a donc dû faire l’objet d’aménagements, et des ajouts ont été faits. En revanche, les sites de banlieue de grandes villes, par exemple Sotteville-les-Rouen, ont été exclus. L’additif a concerné la prise en compte d’opérations d’urbanisme associées à des abbayes, de façon à permettre des comparaisons : on a retenu ici Saint-Wandrille, dans la Seine-Maritime, Cerisy-la-Forêt dans le Calvados, et Le Bec-Hellouin dans l’Eure ; plus un certain nombre de sites dont la configuration géométrique paraît impliquer de premières fonctions urbaines.

2Le temps requis pour établir la cartographie, considérable, n’a pas permis une couverture exhaustive des départements retenus. Il manque quelques chef lieux en Seine-Maritime et dans une moindre mesure le Calvados. L’Eure, quant à elle, a été traitée de façon qu’on peut considérer comme complète (il manque Le Vaudreuil, et peut-être devrait-on ajouter Ivry-la-Bataille...). Cette règle de sélection conduit cependant à une certaine neutralité dans le choix des opérations d’urbanisme, et donc à une valeur statistique des résultats d’ensemble. Ce point, à savoir une certaine neutralité dans le constat des urbanisations remarquables et plus banales, est l’un des objectifs majeurs de cette étude.

3Ces sites ont fait l’objet d’un « Atlas morphologique des villes de Normandie » publié par ailleurs, qui regroupe pour chaque notice un plan du cadastre ancien, une analyse morphologique et un certain nombre de données recueillies dans les textes (Gauthiez 1999). Les éléments utilisés dans la présente synthèse, lorsqu’ils ne sont pas référencés, proviennent des notices de l’atlas.

4Au cours de l’avancement de la recherche, il est apparu qu’un certain nombre de sites avait eu une importance nettement plus marquée au Moyen Age qu’au début du XIXe siècle. A tel point que des sites comportant un nombre de feux dépassant 200, voire 300 ou même 400 feux avant le milieu du XIVe siècle, n’étaient plus au XIXe siècle que des villages, et n’avaient donc pas été élevés lors de la Révolution au statut de chef-lieu de canton. Ces sites qui dérogent à la règle de sélection pourront être évoqués dans le texte. Au total 109 sites ont été étudiés, sur un potentiel d’environ 130-140 pour les trois départements couverts, et d’environ 200-220 pour l’ensemble de la Normandie. D’évidence, tous ces sites ne sont pas des villes. Certains ne le sont jamais devenus, c’est le cas le plus fréquent. Mais d’autres l’ont été, et ne le sont plus au XIXe siècle, comme Dives dans le Calvados, dont le tissu largement inoccupé témoigne, par l’importance du réseau des rues, d’un développement passé intense. A la fin du Moyen Age, si l’on prend en compte la présence d’une enceinte active, on compte environ 29 villes dans les trois départements étudiés, auxquelles il faut probablement en ajouter 5 dont la fortification n’a pas été remise à niveau.

5Cette synthèse s’appuie d’une part sur une analyse succincte des 109 sites évoqués, et sur six monographies approfondies (voir Gauthiez, supra), auxquelles on peut ajouter celle de Rouen, faite précédemment (Gauthiez 1991). Ses résultats donnent des éléments de comparaison avec d’autres régions, et peuvent contribuer à la discussion sur ce qui définit une ville.

ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CORPUS

1. Méthodologie

6L’examen approfondi des six villes retenues pour des analyses monographiques, Falaise, Lisieux, Louviers, Fécamp, Verneuil-sur-Avre et Pont-Audemer, a permis d’affiner la méthode, qui pour l’essentiel avait été mise au point à l’occasion de l’analyse de Rouen (Gauthiez 1991). Ces villes ont été retenues d’une part pour leur taille relativement importante, qui pouvait laisser présager des fonds d’archives importants sinon suffisants, et d’autre part pour leur morphologie variée, à chaque fois différente, allant d’une structuration dans l’espace assez homogène, due à un urbanisme volontaire perceptible, à un apparent désordre, à expliquer.

La fixité variable des structures parcellaires dans le temps

7La méthodologie a été affinée principalement sous l’angle de la caractérisation des unités de plan, de l’importance relative à attacher au parcellaire, de l’organisation des espaces publics (rues et places) et des édifices majeurs. Un certain nombre de recherches antérieures ont mis l’accent sur les structures parcellaires (Conzen 1968 ; Lilley 1997 ; Slater 1990). Il faut semble-t-il, dans la plupart des cas, nuancer cette approche, du fait des grandes variations qu’ont pu connaître des secteurs urbains dans le temps. Le nombre des parcelles, pour un lieu donné, a pu considérablement se réduire, puis a nouveau augmenter, et connaître plusieurs fois un tel processus, dans des proportions qui sont telles que faire une hypothèse de découpage foncier d’origine à partir d’un plan datant du début du XIXe siècle peut conduire à des résultats erronés. L’étude du parcellaire du quartier des Halles, à Paris, avait déjà montré une variation importante (Boudon et al. 1977, 45-51). Elle était cependant atténuée, par comparaison à des agglomérations plus petites et donc a priori nécessairement moins stables, du fait de l’inertie inhérente à la grande ville. Le découpage des parcelles s’avère à l’analyse, pour peu que des données suffisantes permettent d’en décrire l’évolution sur une période assez longue, fortement fluctuant. La ville médiévale n’est pas un espace figé, mais un espace dynamique, qu’il s’agisse de croissance, de réduction, ou même de stagnation. Et une même ville a pu connaître, sur les cinq ou six siècles qui nous occupent, pour l’essentiel, du Xe au XVe, à la fois des moments de prospérité remarquable et des périodes d’abandon plus ou moins marqué. Le découpage parcellaire, en conséquence, n’est que rarement, et probablement exceptionnellement au début du XIXe siècle, un reflet fidèle des conditions de sa mise en œuvre originelle. Il faut donc, autant que possible, l’examiner avec en tête les évolutions qu’il a pu connaître.

8En complément de cet aspect qui ne concerne que le plan au sens strict, il faut ajouter que les formes des maisons et le rapport des masses bâties aux parcelles ont vraisemblablement beaucoup évolué dans le temps. Un changement majeur, peut-être le plus important en dehors des processus de densification, est le passage d’une disposition perpendiculaire à la rue, avec un pignon sur celle-ci et présence d’allées entre les maisons, à une disposition parallèle à la rue, accompagnée de la disparition des allées latérales et d’une occupation plus en profondeur de la parcelle, autour d’une courette (Gauthiez 1993b, 149-54). Les formes anciennes, à pignon sur rue et allées intercalaires, datables par le bâti, ne subsistent qu’exceptionnellement, et pour au plus quelques maisons, dans les sites étudiés (à Rouen, Verneuil, à Livarot d’une façon assez remarquable). Elles sont parfois renseignées par l’iconographie ancienne (Lisieux particulièrement). Une analyse archéologique du bâti, quand il subsiste suffisamment, montrerait probablement que cette disposition était présente dans de nombreux sites, et pouvait en fait prédominer partout avant le XVe siècle. Cette évolution, et la difficulté à reconstituer le paysage bâti avant le XVe siècle, sont une autre illustration des transformations que l’espace des agglomérations étudiées a pu connaître. Et pourtant cette transformation n’est que très rarement perceptible d’après les plans. Ceux-ci, dans l’immense majorité des cas et pour une proportion écrasante des édifices, ne reflètent qu’un bâti postérieur au XIVe et même au XVe siècle, et le plus souvent établi à la période moderne.

Un espace public plus stable

9Le terrain du parcellaire et du bâti apparaissant beaucoup plus mouvant qu’on ne le dit généralement, sur quoi alors appuyer une analyse morphologique ? Les fluctuations de l’espace public, de ses limites, sont dans l’ensemble beaucoup plus réduites que celles de l’espace privé, dans le temps et dans l’espace, parce que semble-t-il tôt contrôlées (dès le XIIIe siècle voire avant) par la puissance publique (Gauthiez 1997). Il s’agit donc d’un objet plus aisé à cerner, et dont les caractéristiques morphologiques au XIXe siècle ont dans l’ensemble peu varié par rapport au Moyen Age. La disposition des édifices majeurs est elle aussi un élément qui paraît en général plus stable que celle du parcellaire. Les analyses ont donc été menées en discernant d’abord les configurations remarquables du réseau de la voirie et des places, en y associant ensuite, avec un poids moindre, des découpages parcellaires particuliers dont la forme pouvait sembler en partie provenir d’une mise en place conjointe, et les édifices majeurs impliqués.

La liaison entre les unités de plan

10Une deuxième mise au point méthodologique s’est avérée nécessaire pour mieux rendre compte de l’interaction entre les unités de plan, une notion qui reste très féconde (Slater 1990). Les unités de plan sont en effet souvent dépendantes les unes des autres, particulièrement lorsque la mise en place de l’une induit, et implique, des aménagements à porter sur une ou plusieurs autres(s) unité(s) déjà existante(s). Il peut s’agir d’un effacement partiel, du percement de voies de raccordement, etc. La détermination des conséquences d’un aménagement urbain dans un environnement constitué permet de rendre compte de figures souvent plus petites que des unités de plan traditionnelles, et qui les lient dans le temps et dans l’espace.

11De même, une distinction plus claire des catégories de processus de formation de l’espace urbain, permet d’aller plus loin dans la compréhension des plans (voir Gauthiez, infra).

2. Résultats

12L’analyse des villes des trois départements de Normandie retenus a mis en valeur un certain nombre de figures en plan, dont une part importante est attribuable à des opérations d’urbanisme. Qui plus est, chose remarquable, ces figures se ressemblent souvent, et pourraient donc, dans ce cas, renvoyer soit à une mise en place à une même époque, soit, lorsqu’il y a non pas identité morphologique mais différenciation, à une évolution chronologique. Dans la mesure où les figures ainsi identifiées sont nombreuses, il est apparu possible de les classer, comme unités de plan correspondant à tout ou partie d’une agglomération, suivant un nombre limité de caractères morphologiques permettant de rendre compte de la très grande majorité des formes organisées, attribuables à un urbanisme. Ils rendent possible un tri efficace de plus de 90 % des structures planifiées identifiées :

13Les figures retenues pour le classement des opérations d’urbanisme sont les suivantes (chaque n° renvoie à une colonne dans le tableau de classement) :

141 : rue large, en forme de fuseau, en général affectée à la fonction de marché.

152 : rue large, à bords parallèles et rectilignes, en général affectée à la fonction de marché.

163 : rue en forme de triangle allongé, en général affectée à la fonction de marché.

174 : place en forme de triangle, en général affectée à la fonction de marché.

184b : place en forme de rectangle ou de trapèze allongé, en général affectée à la fonction de marché

195 : place en forme de carré ou de rectangle court, en général affectée à la fonction de marché.

206 : disposition symétrique des rues, soit par rapport à une rue axiale, soit par rapport à un îlot axial.

217 : présence d’une rue transversale en plus d’une disposition symétrique.

228 : structure 1, 2, 3, 4, 5 ou 6 axée sur une église placée à proximité mais en dehors de la structure, avec perception visuelle à partir de la structure.

239 : structure 1, 2, 3, 4, 5 ou 6 axée sur une église placée à l’intérieur ou dans son prolongement direct.

2410 : structure 3 axée sur une halle en extrémité.

2511 : disposition réunissant une église et un château selon un axe (résidence aristocratique, donjon).

2612 : disposition réunissant deux églises selon un axe.

2713 : structure 1, 2, 3 ou 4 orientée vers un château selon un axe de disposition.

2814 : Disposition d’éléments à partir d’un système rayonnant.

2915 : idem, avec matérialisation des tracés par des rues, des portions de mur d’enceinte, etc.

3016 : Autres formes organisées géométriquement et non assimilables à celles précédemment décrites

3117 : datation de la structure, précise, probable (?), approximative (c.), ou antérieure à telle date (av.).

3218 : présence d’une ou plusieurs halle(s) dans l’axe de la structure.

33Les résultats de l’analyse des sites sont regroupés soit dans l’Atlas morphologique des villes de Normandie (Gauthiez 1999), soit dans les six monographies présentées dans ce volume (Gauthiez, supra), soit dans la monographie sur Rouen (Gauthiez 1991). Le tableau de classement reprend les désignations adoptées dans ces études.

Tableau 1 – Caractérisation des opérations d’urbanisme

Tableau 1 – Caractérisation des opérations d’urbanisme

Eléments de chronologie relative

  • 1 Les critères morphologiques utilisés ici sont la centralité relative dans le dispositif des unités (...)

34Parmi les opérations décrites dans le tableau, plusieurs sont regroupées dans des villes qui ont connu plusieurs interventions organisées dans leur espace. Il est possible de dresser la liste des villes concernées, et des antériorités entre les opérations qui apparaissent à l’analyse morphologique1 ou lorsqu’elles ont pu être datées, en voici la liste :

35Aulnay-sur-O. : rue large en fuseau antérieure à rue large à bords parallèles

36Cerisy-la-F. : rue large à bords parallèles postérieure à rue large en fuseau

37Conches-en-O. : rue large en fuseau antérieure à rue large à bords parallèles

38Damville : disposition axée donjon-église antérieure à place quadrangulaire.

39Falaise : axe résidence-église antérieur à système symétrique axé sur rue large
système rayonnant postérieur à système symétrique axé sur rue large
Lisieux : place en triangle allongé postérieure à une rue large courbe

40Mézidon : place quadrangulaire postérieure à fuseau donnant sur une église.

41Orbec : rue large parallèle postérieure à rue large en fuseau.

42Thury-Harcourt : place quadrangulaire postérieure à rue triangulaire allongée.

43Pont-Audemer : système rayonnant et place triangulaire allongée postérieurs à système symétrique à rue large.

44S. Georges-du-V. : place quadrangulaire postérieure à rue en fuseau.

45Vernon : place quadrangulaire postérieure à place triangulaire allongée irrégulière

46Bellencombre : rue triangulaire postérieure à rue large parallèle.

47Envermeu : place quadrangulaire postérieure à système triangulaire allongé.

48Fécamp : place quadrangulaire postérieure à système triangulaire allongé.

49Fécamp : système triangulaire allongé postérieur à axe résidence-église

  • 2 Dans le cas de Rouen, on utilise ici les résultats de l’étude menée en 1987-91 (Gauthiez 1991).

50Rouen2 : place quadrangulaire postérieure à système symétrique avec rue large.

51Rouen : système symétrique avec îlot central postérieur à système symétrique.

52Rouen : axe résidence-église postérieur à système symétrique avec rue large.

53Rouen : système symétrique avec îlot central postérieur à rue parallèle large

54Ces relations d’antéro-postériorité permettent de définir un certain nombre d’évolutions, pour lesquelles il n’y a pas de contre-exemples dans les cas connus. Les formes les plus remarquables, souvent abritant un marché, ont donc vraisemblablement connu dans le temps les formes suivantes :

  1. Rue en fuseau

  2. Rue large à bords parallèles (régularisation des bords de la rue)

  3. Triangles allongés / places rectangulaires (élargissement de la voie à l’une ou aux deux extrémités)

  4. Places quadrangulaires (égalité entre longueur et largeur)

55Le système de composition a connu successivement ces étapes :

561. Axe résidence aristocratique-église

572. Système symétrique avec rue axiale / axe marché-église

583. Système rayonnant

593/4. Système symétrique avec îlot ou place axiale

60De plus les structures à forme relativement irrégulière, notamment des alignements courbes, comme les rues larges en fuseau ou certaines places comme Vernon 1 et Caen 9, paraissent dans l’ensemble plus anciennes que les structures à tracé régulier. Un lieu de culte est très souvent présent dans l’axe de composition, soit inclus dans la structure, soit à l’extrémité de celle-ci, ou plus éloigné, quelle que soit l’époque.

61L’ordre d’apparition dans le temps des différentes manières de composer les espaces étudiés est donc à la fois logique et constant si l’on s’appuie sur les villes qui ont connu plusieurs opérations d’urbanisme. Ceci suggère une évolution par étapes, affectant en général l’urbanisme dans les trois départements normands étudiés (Fig. 1). Cependant, la marge d’imprécision incite à la prudence. Les nouvelles formes ne se substituent probablement pas totalement aux précédentes, mais ont dû coexister pendant un certain temps avec elles. De telles coexistences correspondent, en particulier, au temps nécessaire à la diffusion d’un nouveau modèle, une fois celui-ci validé par une opération prestigieuse. Un certain nombre de formes semblent relativement regroupées dans l’espace. De plus, on peut remarquer une régularité de plus en plus affirmée des tracés géométriques avec le temps, connaissant une première étape avec les alignements rectilignes des « rues larges », puis avec des tracés plus complexes intégrant des éléments orthogonaux.

EXPLORATION DES SOURCES ÉCRITES

62La compréhension de l’origine d’une forme donnée est un vieux problème en histoire de l’art. C’est une question qui a fait l’objet dans différents domaines de nombreux travaux reconnus, mais aussi moins reconnus, d’où la nécessité de clarifier les bases d’une telle enquête. Bien sûr, on peut s’en passer, et rester au constat brut des faits. C’est une démarche prudente, qui n’expose pas à la critique et encore moins à l’hyper-critique, mais qui peut aussi paraître insuffisante. Dans le cas présent, comment ne pas chercher à comprendre ces formes dont l’évidence s’impose, ou du moins à les éclairer à partir des sources disponibles ?

63La recherche sur la compréhension historique de ces structures spatiales peut porter sur deux aspects différents. Tout d’abord, on peut s’interroger sur le sens de telle ou telle forme, utilisée pendant une période donnée. L’enquête est alors limitée par le fait qu’il n’y avait pas nécessairement de sens, ou bien que la forme utilisée ne l’était pas pour un sens particulier, mais simplement parce que c’était la manière de faire de la période correspondante : un sens purement technique, sans dimension symbolique, idéologique ou autre. C’est probablement le cas général, ce qu’on peut vérifier pour d’autres périodes aussi bien en urbanisme qu’en architecture.

64De sorte que l’enquête doit porter principalement sur l’autre aspect, celui du changement. En effet, lorsqu’une façon de faire est en place, pratiquée par tous, pourquoi en changer ? Le changement peut avoir différentes origines : une évolution à proprement parler technique, le désir d’un personnage d’investir d’un sens particulier l’aménagement d’un espace, etc. Dans le corpus étudié, rares sont en fait les formes qui présentent une innovation. Par exemple, parmi les rues-places triangulaires, on doit considérer que seules les premières ont été innovantes, peut-être dans ce cas deux ou trois réalisations qui ensuite servent de modèle pour d’autres du fait du prestige de leur commanditaire. C’est sur ces deux ou trois réalisations qu’il faut alors concentrer les recherches. Avant tout, il s’agit de les identifier, ce qui pose un problème qui ne peut être résolu par la datation, trop imprécise. L’identification repose ici sur le présupposé que les innovations apparaissent dans les milieux favorisés, ceux où la recherche de sens peut être un enjeu politique et social, ou dans lesquels la dimension de la culture fait l’objet d’investissements importants. Le biais possible des sources ne doit pas être oublié.

65Deux hypothèses de travail sont nécessaires :

66a. La correspondance mention-objet

67Tout d’abord, on a supposé qu’il était possible de dater une structure dès lors que les éléments constituants en étaient eux-mêmes datés, avec la prudence qui s’impose quant à la première apparition de ces éléments constituants. Ceci est valable lorsque la géométrie des éléments les lie de telle manière que la datation d’un seul peut être raisonnablement étendue à l’ensemble, suivant un principe d’interdépendance morphologique. Toutefois, les données datant les structures restent dans l’ensemble peu nombreuses et une étude approfondie de chaque site serait, idéalement, nécessaire. L’édifice interprétatif repose donc en partie sur la validité des analyses des sept villes bien étudiées, analyses aux résultats confirmant dans l’ensemble les hypothèses précédemment énoncées, mais dont on a vu qu’elles n’étaient pas toujours suffisamment étayées par les sources disponibles. L’établissement d’un lien de correspondance entre une structure morphologique, une date et une mention dans un texte, reste une difficulté majeure, en général insuffisamment affrontée dans les études concernant les villes. C’est pour mieux cerner la question qu’on a recherché systématiquement les mentions les plus anciennes des rues, en tâchant de s’assurer de leur correspondance avec des dénominations plus récentes, localisées en plan, une question en soi souvent délicate, qui n’a d’ailleurs pu être complètement résolue pour Verneuil et Louviers.

68b. Le lien objet-acteur-culture

69L’objectif de cette étude est de comprendre la forme des opérations d’urbanisme dont on a établi l’existence, celle des villes, et les processus qui en sont à l’origine. La description ne suffit donc pas. Il faut rechercher, derrière la forme, d’abord l’auteur, puis sa culture. De ce point de vue, la situation en Normandie aux XIe-XIIe siècle paraît favorable. En effet, face aux formes régulières décrites ci-dessus, dont on peut semble-t-il décrire l’évolution au travers de quelques phases et de structures morphologiques simples, on peut souvent, lorsque la date peut être approchée, identifier un aristocrate, roi, duc ou autre, ou un ecclésiastique, abbé ou évêque, à qui on peut en attribuer la commande. De plus, les sources sont relativement abondantes quant à la culture de ces personnages. Il est donc possible de proposer une interprétation argumentée des nouvelles formes identifiées. La culture et la manière dont elle a pu être reprise et utilisée peuvent être décrites par le biais de sources locales, émanant du milieu même dont les personnages en question étaient issus. Il paraît se dégager en Normandie une étroite corrélation entre culture théologique et philosophique, culture séculière, milieux aristocratiques et hiérarchie ecclésiastique, et réalisations urbanistiques majeures. Cette situation ne peut être décrite, il faut insister sur ce point, qu’en ayant recours à des sources locales. Il n’est pas sûr qu’il en aille ainsi en d’autres lieux de manière identique, du fait de la conservation variable des sources et de contextes culturels et politiques différents.

70L’évidence des tracés est là. Ils s’imposent par leur régularité, présente aussi bien dans les opérations d’urbanisme ici décrites que dans les grandes architectures ou les parcellaires ruraux. Cependant, la façon dont ils pouvaient être d’abord conçus, puis établis au sol, reste posée. Les sources sont de ce point de vue très décevantes, et ne permettent pas d’identifier les agents de la mise en œuvre : religieux, géomètres-arpenteurs, architectes ou ingénieurs.

  • 3 Il pourrait cependant s’agir d’une utilisation purement rhétorique de l’expression, reprise d’auteu (...)

71Vers 1050, on a une évocation directe du tracé d’un camp lorsque le duc Guillaume « ordonna à son armée de tracer son camp à Saint-Aubin » (« exercitum jubens apud Sanctum Albinum castra metari »3 ; dans un autre ordre d’idées, on sait mesurer le territoire, avec des outils adaptés, quand on procède à l’octroi à Richard de Bienfaite de terres en Angleterre en échange de Brionne, après 1066 : « emmenant la lieue de Brionne une fois qu’elle avait été mesurée dans toute son étendue avec un cordeau, et cette corde apportée en Angleterre, on entreprit de borner la lieue de Tonbridge d’un espace équivalent à celui du mille de Brionne qu’on avait arrêté et vérifié » (« asserentes leugam Brionii cum funiculo circumcirca fuisse mensuratam, et eodem fune in Anglia delato, leugam Toneburgae tantumdem spatii in metiendo recepisse, quantum hactenus Brionnense miliarium probatur retinere ») (Marx 1914, 120 ; 289). Ce savoir est déjà évoqué dans l’ouvrage de mathématique de Gerbert d’Aurillac, vers l’an mille, qui donne souvent des exemples de calculs très pratiques, comme la mesure de la superficie d’un champ ou l’évaluation du nombre de maisons dans une ville.

72Les formes décrites sont cependant d’une mise en œuvre simple sur le terrain, longtemps bien en deçà de la complexité requise par le tracé au sol d’une grande église ou d’une abbaye, une opération parfaitement maîtrisée dans l’architecture normande contemporaine. Cette simplicité laisse entendre que le niveau technique nécessaire était faible, et à la portée d’un grand nombre d’acteurs. Elle pose en des termes particuliers la question de l’origine des formes nouvelles, qui ne paraissent devenir réellement complexes et impliquer un savoir-faire à la seule portée de spécialistes, architectes, ingénieurs ou arpenteurs, qu’à partir du courant du XIIe siècle avec Bourgerue à Pont-Audemer, la Ferrière-sur-Risle, le quartier de la Couture à Lisieux, et surtout le Petit-Andely. Il est possible que les tracés simples aient pu être mis en œuvre par des agents sans technicité particulière, religieux ou laïcs. Pour ce qui est des tracés complexes, je n’ai pu identifier les personnages qui les ont réalisés, bien qu’ils apparaissent peut-être dans les textes.

1. Les formes au Xe siècle : les édifices axés

73Les opérations attribuables à ce siècle, datées et renseignées archéologiquement, sont d’une part la ré-urbanisation de Rouen (Gauthiez 1993a), et d’autre part l’association entre une résidence aristocratique et une chapelle à Fécamp. Elles sont attribuables à Guillaume-Longue-Epée, second prince à diriger la Normandie, et datables des années 935-42 (Le Maho 1993 pour Rouen).

74La juxtaposition spatiale d’une résidence princière et d’une chapelle, comme à Fécamp, est un cas fréquent dans le monde carolingien, y compris en Île-de-France proche de la Normandie (Bourgeois 1995), Il s’agit donc vraisemblablement ici d’une reprise d’un modèle courant, établissant dans l’espace l’association du pouvoir laïque et du pouvoir religieux. Toutefois, l’axiation précise entre le lieu de culte et la maison du prince, à Fécamp, est une caractéristique qu’on ne retrouve pas ailleurs, sauf en des cas exceptionnels, ainsi à Francfort (Guidoni 1991, 80 ; 87). On retrouve probablement là une façon de penser l’espace d’origine carolingienne. Dans le cas de Fécamp et de Rouen, où l’axe de la recomposition de la cité est orienté sur l’ancien baptistère, placé au milieu des deux basiliques de la cathédrale double, légèrement en retrait (Fig. 2), on constate cependant une insistance toute particulière à marquer l’importance de l’église (cette insistance n’est pas une surprise, lorsqu’on connaît l’attrait de la religion pour Guillaume-Longue-Epée. Celui-ci, en plus de la refondation de l’abbaye de Jumièges, pensa même, aux dires de Dudon de Saint-Quentin, un moment abandonner ses fonctions et s’y retirer) (Dudon, 180 ; 201).

  • 4 « à son époque, le prévôt Ermhier... édifia une basilique au très bienheureux archange Michel, à sa (...)

75Les idées qui ont présidé à ces mises en formes ont pu être transmises par l’archevêque de Rouen à cette époque, Francon, un ancien moine de Saint-Denis (GC XI, coll. 25), site où l’on constate, en place au début du IXe siècle, l’alignement aux deux extrémités d’une rue vraisemblablement établie dans ce but de l’ancienne église abbatiale et d’un nouveau lieu de culte, Saint-Denis-de-l’Estrée, lui faisant face sur le côté ouest de l’ancienne voie romaine passant à quelques distance de l’abbaye (Wyss, supra). Une telle disposition, moins dilatée, avait déjà été retenue à l’abbaye de Saint- Wandrille proche de Rouen lorsque l’église Saint-Michel avait été construite en « frontispice » de l’abbatiale entre 734 et 738. L’église paroissiale actuelle, dédiée à Saint-Michel, perpétue cette disposition d’origine4. Plus proche de Guillaume-Longue-Epée dans le temps, on trouve à Reims la construction d’une église dédiée à Saint-Denis, dans l’axe de la cathédrale, par delà le mur de la cité, à près de 200 m de distance. Le rapport liturgique instauré entre église mère et nouveau lieu de culte est décrit en détail par la chronique de l’abbaye de Mouzon. L’antéglise de la cathédrale Notre- Dame est détruite en 976, et remplacée par un édifice plus simple (Heitz 1963, 29 ; 60). La nouvelle église Saint-Denis prend le rôle liturgique de la partie supprimée, comme un « un ange très orné et armé » (« angelus paratissimus atque armatus ») (Mouzon, 170). Ici, saint Denis prend la place de l’archange Michel. A Fécamp, le rôle est en quelque sorte dévolu au comte normand, dans une évolution déjà préparée dans des églises comme la chapelle palatiale d’Aix, où l’antéglise est comme réservée à l’empereur (Heitz 1963, 152-7).

76Le prince normand est donc placé en protecteur de l’Eglise, suivant en cela un modèle développé dans le monde carolingien. Les sources culturelles de ces réalisations sont probablement à chercher du côté de la Lotharingie, avec laquelle les premiers princes normands ont eu d’étroits contacts, notamment au travers de Guillaume de Volpiano. La disposition d’une résidence aristocratique et d’un lieu de culte selon un axe commun trouve ainsi une explication vraisemblable dans l’idéologie du rapport entre le pouvoir et l’église à cette époque.

  • 5 La période précédant le baptême de Rollon, suivant Dudon de St-Quentin, aurait été ainsi utilisée p (...)

77Les dispositions de la ré-urbanisation de Rouen sont cependant plus complexes. On y retrouve peut-être une idée comparable dans la mise en place à l’ouest de l’axe de la recomposition d’un lieu de culte, dédié à saint Michel. Cependant, l’axe, du côté est, naît d’un emplacement qui était certainement celui de l’ancien baptistère, sous la partie nord du transept actuel (Orderic, II, 313). Cet accent dans la disposition pourrait renvoyer à l’une des conditions posées, semble-t-il, par Charles-le-Simple pour octroyer le territoire de la Normandie à Rollon. Celui-ci, de fait, s’était converti peu de temps après 911, et avait pris un nom de baptême chrétien, Robert (Renaud 1989, 62)5. Rollon sera enseveli dans ce baptistère, qui prendra à ce moment un sens allégorique amplifié, par association au saint Sépulcre (Krautheimer 1941).

78D’autres éléments du plan rouennais ont une origine moins nette, mais qui peut trouver une origine dans la culture de cette époque (Gauthiez 1991, 101, 160). Le premier consiste dans le fait que, avec le percement de nouvelles portes dans l’enceinte au nord et à l’ouest, on pouvait probablement compter trois portes pour chaque côté de l’enceinte tourné vers un point cardinal (le mur dessinait un carré presque parfait). Seul le côté est, donnant sur une zone marécageuse, ne comportait qu’une porte, vraisemblablement nouvellement établie. Le paysage ainsi marqué pourrait renvoyer à la description du temple de la Jérusalem Céleste de l’Apocalypse, dont les quatre côtés de l’enceinte sont percés chacun de trois portes.

  • 6 Analyse métrologique menée par Philippe Lanos, UMR CNRS n° 153, communication personnelle.
  • 7 L’utilisation de rapport mathématiques tirés de l’harmonie musicale est par la suite attestée par u (...)

79Le second est de nature différente. Il réside dans la disposition symétrique des rues au nord et au sud de l’axe constitué par la rue du Gros-Horloge. La probabilité est importante pour que les écarts entre les rues soient établis selon un module de 6,2 m environ6. La variation de ces écarts est remarquable, avec une décroissance au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’axe (Fig. 3). On peut faire l’hypothèse, pour une telle disposition calculée, de l’utilisation d’intervalles établis suivant les règles de l’harmonie musicale. L’esthétique de la proportion est nourrie à cette époque de textes comme le De musica de Boèce, ou le De civitate Dei, d’Augustin, pour ne citer que des ouvrages très diffusés et faisant autorité (De Bruyne 1946, 26-34, 375, 482 ; Eco 1997, 55-62). Pour Augustin, « ce que les musiciens appellent harmonie en musique, est connu dans l’Etat comme concorde » (II, 21), la modulation des tons est alors celle d’accords très divers dans l’Etat ; la « cité est une multitude d’hommes en association harmonieuse » (I, 15), ou encore, à propos de David, qu’il « aimait l’harmonie de la musique... comme une dédicace religieuse à Dieu... Et c’était pour servir (Dieu) qu’(il) faisait usage de la musique, de façon à exprimer une vérité terrible par le moyen de symboles mystiques, car que peut mieux suggérer l’unité dans la variété d’une ville bien ordonnée que l’harmonie produite par l’accord rationnel et contrôlé des différents tons ? » (XVII, 14). L’utilisation d’une mathématique musicale pouvait donc être, dans le cas du Rouen de Guillaume Longue-Epée, l’expression d’une pensée de la ville idéale, la Cité de Dieu, allégoriquement la Jérusalem céleste, fortement teintée de platonisme7. L’idéal de l’état normand se nourrit d’un idéal religieux indissociable de sa naissance. Cette allégorie, dans le plan de Rouen, ne peut cependant être que supposée, en dehors de toute information détaillée sur les acteurs de sa recomposition, et dans l’incertitude qui subsiste de l’interprétation des mesures qu’il comporte.

80Enfin, on connaît hors les murs de la cité, vers l’ouest un lieu de culte dédié à saint Jean, vers le sud une chapelle consacrée à saint André, et vers l’est, de même, à saint Marc. Ces lieux de culte dédiés à deux évangélistes et à un apôtre, dont la disposition a un sens religieux évident, n’apparaissent toutefois dans les sources que tardivement, à partir du XIe siècle.

81Les réalisations de Rouen et Fécamp attribuables à Guillaume Longue-Epée n’ont vraisemblablement pas été uniques. Si, à ce jour, aucune opération d’urbanisme comparable à celle de Rouen n’a été rencontrée pour cette période, ce qui peut s’expliquer par la seule importance du site, métropole du nouvel état, deux dispositifs urbanistiques ont été décrits ou supposés dans l’analyse morphologique, qui pourraient lui être attribués. Le premier est localisé à Eu, aux confins nord de la Normandie, où une fortification attestée au début du Xe siècle abrite un lieu de culte qui aurait été fondé par Guillaume Longue-Epée (GC XI, coll. 293), et avant 1026 transformé en collégiale, comme la chapelle de Fécamp (Musset 1961, 7, 28). On ne sait malheureusement rien de la position de la résidence aristocratique à l’intérieur du castrum, intérieur vers lequel est dirigé l’axe de l’église dans son état actuel, issu d’une reconstruction au XIIe siècle. Le château médiéval a en effet été détruit au XVIe siècle, et remplacé par un bâtiment composé suivant les règles de son époque, effaçant les dispositions anciennes.

82Un candidat un peu mieux documenté est le couple formé à Falaise par le donjon et l’église de la Trinité. Celle-ci porte la même dédicace que la chapelle de Fécamp, mais les données archéologiques et écrites ne font pas apparaître le château avant 1026 et l’église avant le XIe siècle. Cette structure paraît cependant être morphologiquement antérieure à l’urbanisation sur le site, probable à partir du début du XIe siècle.

Avec l’Angleterre, parallélisme, mais non identité

83Il est tentant, pour des réalisations du début du Xe siècle sur la rive sud de la Manche, de faire le parallèle avec les opérations d’aménagement qui ont été attribuées au roi saxon Alfred et à ses successeurs, en Angleterre. La similitude des circonstances est frappante. Alfred a en effet, selon les auteurs anglais, provoqué un réinvestissement d’enceintes héritées de l’empire romain, peu urbanisées dans les courants des VIe-IXe siècles (Joly, supra), mais abritant les sièges du pouvoir ecclésiastique, parfois des palais royaux. On sait maintenant que l’essentiel de l’urbanisation se trouvait avant Alfred probablement à l’extérieur des murs (Biddle et Hill 1971). De plus, l’objectif semble avoir été la mise en défense du royaume de Wessex contre des envahisseurs Vikings : la même mission est confiée par Charles-le-Chauve en 911 à Rollon. Dès lors, la ré-urbanisation de Rouen, dont la cité était probablement peu occupée avant la période Viking (Le Maho à paraître), et qui avait subi un violent incendie en 841, pouvait contribuer à mieux tenir cette partie de l’ancienne Neustrie.

84La forme que prennent ces opérations d’urbanisme, au travers de la disposition des rues notamment, est cependant très différente. La composition symétrique rouennaise, axée sur un édifice religieux majeur, et nourrie d’une culture apparemment carolingienne, n’a pas d’équivalent Outre- Manche. Il n’est que de placer côte à côte les plans des cités de Winchester, la capitale d’Alfred, et de Rouen, pour s’en convaincre. On trouve bien dans certaines villes saxonnes remodelées semble-t-il au Xe siècle, une croisée de rues, au symbolisme religieux possible, mais elle n’a jamais la complexité de la croix rouennaise, associée à d’autres éléments dans l’espace. Si reprise d’un modèle il y a eu, ce qui est possible au vu de ce qu’on sait des contacts entre Normands et Saxons, notamment vers la fin du Xe siècle (Musset 1974, 288-90), cela a pu aussi se faire au travers d’un processus de simplification, donc plutôt de Francie vers l’Angleterre, un mouvement parallèle à celui qui a pu être supposé en architecture au IXe siècle (Gem 1993, 55). La question ne pourra être réglée qu’après affinement des datations et compréhension plus détaillée des formes utilisées.

2. L’apparition des « rues-larges » au début du XIe siècle

85Certaines réalisations du XIe siècle reprennent la disposition axée d’un lieu de culte et d’une résidence aristocratique, maintenant un donjon. c’est le cas à Damville et Le Neubourg, peut-être à l’exemple de Rouen où, au tournant du XIe siècle, la Tour, nouvelle résidence ducale, a probablement été accompagnée du percement d’une rue donnant sur le transept sud de la cathédrale (Gauthiez 1992, 68-9). Une autre illustration de la continuité avec l’époque de Guillaume Longue- Epée est, en 990, la construction d’une collégiale à l’emplacement de la chapelle de Fécamp érigée un demi-siècle plus tôt. Les circonstances de la décision de reconstruction par Richard Ier, telles que Dudon de St-Quentin les décrit, conduisent à penser que l’emplacement en était le même : « Un certain jour, arrivé dans les murs de sa résidence de Fécamp, et se tenant dans l’entrée de sa maison, de haut, et remarquant que cette même maison était plus haute et plus vaste que la basilique dédiée en l’honneur de la Trinité..., il décide alors de la reconstruire plus grande et plus haute » (« quadam die Fiscanninnae sedis aggressus moenia, stansque in introitus domus suae suggestu, atque ipsam domum altiorem capacioremque basilica in honore deificae Trinitatis dedicata conspiciens... ») (Dudon, 290). On sait, depuis les fouilles d’Annie Renoux, que la porte de la résidence construite par Guillaume Longue-Epée à Fécamp était dans l’axe de la collégiale édifiée en 990 (Gauthiez, supra). A sa fondation, la collégiale compte 12 chanoines, et est dotée de 12 églises : un symbolisme religieux est évident.

86La partie occidentale du duché est toujours mal maîtrisée, à tel point que l’abbé Durand de Troarn dit de Brionne, sur la Risle, en 1053, qu’elle est aux milieu des terres (« ad mediterraneam sedem, Briotnam vocabulo... », PL 149, coll. 1422). Brionne est de fait au centre d’un territoire qui serait limité vers l’ouest vers Bayeux et l’Orne. Falaise, encore à ce moment, du moins jusqu’à la victoire de Guillaume-le-Bâtard à Val-es-Dunes en 1047, est en quelque sorte une place forte de frontière face aux vassaux turbulents de l’ouest, et particulièrement du Cotentin (Bates 1989, 27). C’est probablement en ce sens qu’il faut envisager l’opération d’urbanisme qui y est menée peut-être au début du XIe, lors de laquelle un axe majeur est tracé à partir de l’église de la Trinité, accompagné de deux rues symétriques, rappelant de façon simplifiée le plan de Rouen (Fig. 4).

Les débuts de l’urbanisation en Normandie

87C’est aussi dans ce contexte qu’interviennent plusieurs opérations d’urbanisme aux formes régulières, un ensemble d’une quinzaine de structures partageant une disposition commune : rue large en fuseau, ayant abrité dans huit cas au moins une longue halle axiale, en place au début du XIe siècle (Fig. 6). Dans sept cas, une église est placée dans l’axe de la structure, soit intégrée, soit en limite, soir légèrement éloignée. Les datations possibles s’étagent de 1025 ou un peu avant pour Le Neubourg (Fig. 5), à peut-être 1032 pour Cerisy, qui pourrait être contemporaine de la création de l’abbaye, et 1035 pour le noyau de Conches-en-Ouche. L’ensemble des sites est présent dans les textes au milieu du XIe siècle. La majeure partie de ces opérations d’urbanisme est probablement postérieure à un autre ensemble de sites qui apparaît un peu plus tôt dans les sources, comme la place du marché à Caen, ou celle de Vernon (l’ancienne place supposée à l’analyse morphologique), ou même peut-être Le Neubourg et Lisieux. Ces sites sont caractérisés par une morphologie déjà organisée, mais d’une géométrie plus approximative que celle du groupe de la quinzaine d’opérations mentionné ci-dessus.

88Ces opérations d’urbanisme sont de peu d’étendue, de l’ordre d’un à deux hectares, mais ont souvent été à l’origine d’agglomérations relativement importantes, par exemple à Conches-en-Ouche, Saint-Saens, Orbec, peut-être Pont-Audemer. Parfois, il semble qu’on ait localisé ces opérations en site peu ou pas occupé, et que la fondation d’une église ait été contemporaine de celle d’une place de marché, ainsi à Conches et Pacy. En règle générale, on a plutôt le sentiment que le lieu de culte préexistait. On peut le supposer d’après sa dédicace, comme à Pont-Audemer (Saint-Ouen) ou à Montfort, ou encore d’après la disposition des chemins ruraux, qui parfois convergent ou devaient converger vers le lieu de culte, témoignant de la sorte d’une occupation ensuite perturbée par la structure nouvelle. C’est particulièrement le cas à Bourg-Achard et Bourgtheroulde. A Lisieux, le processus de ré-urbanisation que la structure implique est d’une certaine manière comparable à celui de Rouen. Il témoigne du degré d’effacement de l’urbanisation au haut Moyen Age.

89Ces urbanisations concernent des sites de plateau au sud et au sud-ouest de Rouen, dans le Roumois (Bourgtheroulde, Bourg-Achard, le Neubourg, Routot), et de la vallée de la Risle avec Pont-Audemer et Montfort. Il s’agit là d’agglomérations secondaires, souvent non accompagnées d’un château, à la fonction principale de marché local. L’association du toponyme bourg dans trois cas, dans ce contexte, est remarquable. Montfort est un important chef-lieu de châtellenie, dont le château est, en 1093 qualifié de « vieux » (Robert de Torigni, I, 79). On ne peut affirmer toutefois qu’il soit contemporain de la structure de marché, même si la présence d’une structure morphologique arrondie suggère, par sa ressemblance avec des structures de forme identique et ayant cette fonction à Arques ou Fécamp, une fortification antérieure au milieu du XIe siècle.

  • 8 Leur position excentrée par rapport au centre de la principauté, et dans un contexte de frontière, (...)

90D’autres sites forment un groupe occupant une bande allant de Mézidon au nord-ouest à Pacy-sur-Eure au sud-est, entre Caen et Vernon, dont on a vu qu’ils pouvaient exister peu avant8. Il semble s’agir, dans la plus grande part des cas, d’agglomérations liées dès l’origine à des châteaux (Mézidon, Pacy, Conches, Orbec, Le Neubourg). Ces sites sont à l’origine du semis de petites villes, nombreuses dans cette partie de la Normandie, qui contraste de ce point de vue avec le reste du territoire. Leur association avec la mise en place de familles aristocratiques, dont elles ont pour certaines constitué le point d’appui initial, évoque un dispositif de marche destinée à protéger la partie de la Normandie orientale, dont on a vu plus haut qu’elle était celle que contrôlaient bien les premiers comtes normands, face à de possibles adversaires venant de l’ouest, du Maine et de l’Anjou. De potentielles menaces ont longtemps existé de ce côté, parmi lesquelles celle des Bellêmes peut-être placés là dès le Xe siècle pour s’opposer aux Normands, si l’on suit l’opinion de Jacques Boussard reprise par David Bates (Bates 1994, 23). Ce phénomène de création de points d’appui pour des familles aristocratiques apparaît au moment où Robert-le-Magnifique, peu avant 1031, distribue en Pays de Caux un certain nombre de terres à ses fidèles (Le Maho 1976, 35). Il semble donc que le duc ait mis en place la structure féodale de l’occupation de l’espace dans la partie de la Normandie qu’il maîtrisait complètement, et que cette mise en place ait conduit à la création d’un certain nombre d’urbanisations nouvelles, certes modestes, sur sa marche sud.

91Il reste que, du point de vue morphologique, les rues larges en fuseau n’ont pas encore trouvé d’explication satisfaisante. La disposition axiale d’un lieu de culte a une signification symbolique trop vague ou évidente, et l’on manque d’éléments de comparaison pour comprendre la forme en fuseau, qui apparaît dès l’origine associée à une fonction de marché. On retrouve cette forme dans des sites d’Angleterre et d’Europe centrale pour des périodes nettement plus tardives.

3. Les formes en « rues larges » régulières

92La forme en « rue large » dérive de la précédente par régularisation du tracé des rives selon un parallélisme régulier. Elle est présente à plus de 25 exemplaires dans le corpus. La répartition géographique des sites concernés concerne un territoire plus vaste que celle du groupe étudié précédemment, avec une concentration dans un triangle compris entre Pont-Audemer à l’est, Orbec au sud et Cheux à l’ouest, soit le secteur le plus central de la Normandie (Fig. 7). D’autres opérations sont localisées au nord de Rouen, sans regroupement remarquable. Il est probable que l’analyse des agglomérations du département de la Manche y ferait ressortir une concentration assez forte de ce type de site, supposable à partir de l’examen de la carte au 1/25 000e de l’IGN. Les sites à « rue large » correspondent donc en majorité, soit probablement à des urbanisations nouvelles dans le Cotentin et dans une moindre mesure dans le Pays de Caux (Bellencombre, Montville, Auffay...), soit à des extensions urbaines en Normandie orientale et à Rouen (Fig. 8). On retrouve, avec Gisors, une création urbaine de frontière, à la limite du Vexin français et du Vexin normand, associée à un puissant château construit à partir de 1096 (Beck 1986, 38). La datation d’une partie de ces sites montre qu’il s’agit souvent d’aménagements intervenus dans la seconde moitié du XIe siècle. Les plus anciens sont peut-être ceux de Lisieux, devant la cathédrale et à Saint-Désir, qui datent des environs de 1050 (Gauthiez, supra). Breteuil, où une rue droite est aussi présente comme axe de la composition, date très probablement de 1054 (Guillaume de Jumièges, coll. 866). Les réalisations comportant une rue large, les plus tardives, sont celles de Gisors, de Rouen au sud de l’église Saint- Sever, peut-être vers 1093, et de l’extension ouest de Pont-Audemer, qu’on a pu dater de l’extrême fin du siècle.

93Le programme urbanistique comprend pour les structures les plus simples une halle de marché ou du moins dans un premier temps un marché en plein air. La halle est attestée dans plus de la moitié des cas de ce type au XIXe siècle. Dans neuf cas, la structure est plus complexe, et comprend des rues parallèles disposées symétriquement par rapport à l’axe de la rue large. Il n’y a pas alors de marché intégré. Ces dernières opérations semblent avant tout être des extensions urbaines, relativement ambitieuses au vu des créations antérieures et de la taille très modeste des urbanisations nouvelles dans la plupart des cas. Ces extensions s’étendent sur deux à environ dix hectares.

  • 9 « Il construit une autre ville fortifiée, qu’on appelle Breteuil jusqu’à aujourd’hui, et ordonne à (...)
  • 10 Ils envahissent la Normandie par le sud, via Evreux (Bates 1989, 37).

94La création du château de Breteuil-sur-Iton par Guillaume-le-Bâtard, avec une agglomération nouvelle, en 10549, à l’occasion d’une guerre dans laquelle sont impliqués le roi de France et le comte d’Anjou Geoffroi Martel10, est certainement la poursuite de ce qui paraît avoir été une politique délibérée de la part du duc Robert-le-Magnifique, dans un contexte d’urgence stratégique. Breteuil sera confiée au plus proche lieutenant de Guillaume, Guillaume-Fils-Osbern, qui aura après la conquête de l’Angleterre une tâche comparable à Hereford, face aux princes rebelles du Pays de Galles (Bates 1989, 81, 86). A Breteuil, on retrouve une rue large axiale, bordée de deux rues plus étroites parallèles, rattachées par une rue transversale. La rue principale lie le château, à l’ouest, à l’église Saint-Sulpice, à l’est. La figure est donc ici celle de Rouen, mais simplifiée et superposée au couple résidence-église apparu avec Guillaume Longue-Epée. La réalisation de l’ensemble a cependant été faite avec une certaine irrégularité, peut-être attribuable à la préexistence de l’église et du chemin sur lequel l’opération d’urbanisme est greffée.

  • 11 Cf. l’expression « Ad limina archangeli Michaelis », utilisée avant 1008 (Marx 1914, 88).

95La manière d’aménager l’espace paraît donc à cette époque dans la continuité de celle du siècle précédent. Dans sa continuité conceptuelle, l’abbaye fondée au Tréport, Ulterior Portus, par le comte d’Eu en 1059, est dédiée à l’archange Saint-Michel, comme pour placer, aux confins nord-est du duché, l’équivalent de ce qui le bordait déjà au sud-ouest (GC XI, inst. X, coll. 13-6)11. Les sources, maintenant, permettent de mieux aborder la question de la culture des commanditaires de ces opérations.

Quelle signification pour l’axe orienté vers une église ?

96Les éléments dont on peut disposer conduisent à faire le parallèle entre des considérations d’ordre théologique et les dispositions spatiales alors mises en œuvre, et d’aborder, si ce n’est les modalités de la mise en forme de l’espace, du moins celles de sa pratique, et du lien de cette pratique avec sa conceptualisation.

  • 12 Le mot axiation a le sens ici de « orienté en direction de », par le biais d’un axe de composition. (...)
  • 13 La conception de l’espace dans La cité de Dieu (Cité de Dieu ; Eslin 1994) :
    Augustin raisonne en di (...)

97Dans plus de la moitié des occurrences, les « rues larges » sont axées12 sur un édifice religieux, localisé soit en limite de structure, soit légèrement éloigné, et dans ce cas probablement présent antérieurement au tracé de la rue. Cette disposition, associant une rue large et droite à une église entourée de son cimetière, rappelle la conception de l’espace qui transparaît dans le De Civitate Dei d’Augustin. Il est possible, à partir des allégories spatiales présentes dans cet ouvrage, de reconstituer une forme urbaine simple, à laquelle peut être agrégé un ensemble de notions complémentaires. Le tout est à la fois cohérent et puissant, et permet de construire un espace réel sans difficulté, tout en lui associant une grande richesse de sens. Cet espace, celui d’une ville idéale, est formé de deux unités principales, la Cité de Dieu d’une part, dont le symbole est l’église, et la cité terrestre symbolisée en partie par la voie qui mène à Dieu, droite, qui doit ménager la vision de la divinité, et est donc nécessairement disposée vers la Cité céleste. De là, il est aisé et sensé de tracer une rue large et droite, évoquée comme telle, axée sur un lieu de culte13.

  • 14 L’allégorie de la voie est utilisée à plusieurs reprises par Orderic Vital (Orderic, II, 308, 1077  (...)

98Un tel espace, réalisé, acquiert une forte dimension pastorale, qu’on peut retracer au travers de pratiques liturgiques. L’idée qu’on pouvait concevoir l’espace selon les termes d’Augustin est confirmée par les sources écrites. Ainsi, au XIe siècle, en Normandie, lors de la dédicace d’une église, on chante une homélie de saint Augustin, « Sermon de l’évêque saint Augustin lors de la dédicace du temple : toutes les fois que, très chers frères, nous honorons d’une fête l’hôtel et le temple... » (« Sermo beati Augustini episcopi de dedicatione Templi quotienscunque, fratres karissimi, altaris templive festivitatem colimus... ») (Annales du Mt-St-Michel, Robert de Torigni, II, 214). On retrouve une telle formule à l’abbaye du Bec, où l’on chante, lors d’une même circonstance, « En dédicace. Elle est fondée... voilà la maison... bien fondée... Vois la Cité, elle est édifiée... » (« In dedicatione. Fundata est... haec est domus... bene fundata est... Vidi civitatem. Aedificatum est…») (Consuetudines, 259). Un autre exemple se trouve chez Guillaume de Jumièges, à propos de la mort du duc Robert, en 1035 : « viam petens universi generis humani... non enim indignum estimo credere et pennae officio signare, quod eterno celestis Jerusalem Moderatori, cujus et sepulturae locum in terrena veneratus est in huius viae medio labore ad perennis gloriae consortium eum assumere placuerit » (Marx 1914, 114)14.

La sources de la culture des élites : l’école de l’abbaye du Bec

  • 15 « l’artisan, voulant fabriquer quelque chose, la conçoit tout d’abord dans son esprit, puis, une fo (...)
  • 16 Jean de Salisbury a été formé au cœur de la culture anglo-normande du XIIe siècle, héritière de cel (...)

99Le rôle des écrits d’Augustin a été de premier plan dans la culture normande de cette époque. La clé de compréhension du passage de l’image intellectuelle à la forme réalisée nous est donnée dans les commentaires de Platon, par Guillaume de Conches vers 1110-20, selon qui l’artiste ou l’artisan « imite la création du monde par l’intelligence divine », et encore « Les formes peuvents se discerner avec les yeux dans l’œuvre de la création, tandis que les idées doivent être démontrées à partir des formes : tout ce qui subsiste dans l’œuvre préexiste dans l’esprit surnaturel de l’architecte (Dieu) » (De Bruyne, 1946, I, 753, 633)15, et par Jean de Salisbury en 1159 : « suivant le sens du dogme de Platon, les formes sont des exemples matérialisés de choses ayant été préalablement élaborées en pensée par l’esprit divin » (« Non autem sic dicuntur genera et species exemplaria singularium, ut juxta Platonici dogmatis sensum formae sint exemplares quae in mente divina, intelligibiliter constiterunt antequam prodirent in corpora...») (Jean de Salisbury, 96)16. Platon était lu à l’abbaye du Bec au XIe siècle, or, le rôle de cette abbaye en matière de formation a été déterminant.

  • 17 Pierre Riché s’oppose à cette vision des choses, pourtant amplement renseignée (Riché 1984, 217).

100Le milieu intellectuel dominant au XIe siècle en Normandie est celui des grandes abbayes. La Trinité de Fécamp et le Mont-Saint-Michel en sont d’abord les foyers principaux. Le relais est pris peu après 1050 par l’abbaye du Bec, qui devient un centre majeur de formation de religieux, mais aussi de laïcs. L’école du Bec est fondée par Lanfranc, un clerc italien venu de Pavie, moine vers 1042, puis prieur jusqu’à son départ pour devenir abbé à la Trinité de Caen en 1063, et enfin archevêque de Canterbury de 1070 à 1093. Les témoignages de l’enseignement laïc de l’abbaye sont nombreux. Parmi eux, la chronique de l’abbaye : «... les auditeurs de Lanfranc étaient nombreux, et même des personnages importants de la noblesse, à se rassembler à cette époque autour de lui au monastère du Bec » (« Lanfranci auditores multi etiam nobilitate generis conspicui vivi se suaque Beccensi coenobio hoc tempore contulerunt ») (Porée 1901, I, 53)17, et celui de Guillaume de Jumièges : « accourent les clercs et les fils de ducs, les maîtres renommés des écoles du monde latin, les puissants laïcs, les hommes de haute noblesse » (« Accurrunt clerici ducum filii, nominatissimi scolarum latinitatis magistri, laici potentes, alta nobilitate viri ») (Marx 1914, 239).

  • 18 Pour ne citer que ceux qui sont devenus archevêques de Canterbury, à la fin du XIe et dans la premi (...)
  • 19 Lanfranc « enseigne à de nombreux les disciplines libérales et les lettres divines en Gaule » ; Lan (...)

101L’enseignement portait aussi bien sur les « liberales artes » que sur les « sacrae lectiones » (BNF lat 12884, 23, 43). Ce programme était en plein exercice dès 1045, et fut amplifié par Anselme lorsqu’il devint à son tour prieur, remplaçant Lanfranc en 1063. Pour citer Orderic Vital : « L’immense dépôt des arts libéraux et des leçons sacrées fut apporté par Lanfranc à l’église du Bec, et s’accrut magnifiquement avec Anselme, pour que de là proviennent les éminents docteurs, les capitaines avisés et les auriges spirituels, à qui sont confiées les rênes de l’église pour qu’ils les mènent dans l’arène de leur siècle » (« Ingens in ecclesia Beccensi liberalium artium et sacrae lectionis sedimem per Lanfrancum coepit, et per Anselmum magnifice crevit, ut inde procederent egregii doctores et providi nautae ac spirituales aurigae, quibus ad regendum in huius saeculi stadio divinitus habenae commissae sunt ecclesiae ») (Porée 1901, I, 102). Le nombre très important des moines du Bec devenus abbés ou évêques, et même archevêques de Canterbury, avec d’abord Lanfranc et Anselme, puis plus tard Guillaume et Thibaud18, était une grande fierté pour l’abbaye, mais aussi pour ceux qui en étaient sortis. Guitmond, qui fut élu archevêque de Rouen en 1079 (GC XI, coll. 37), mais dont la nomination ne fut pas confirmée (PL 149, coll. 1512), évoque « son maître, un homme remarquable et croyant sans le doute, Seigneur Lanfranc, qui faisant se réchauffer les arts libéraux des hommes les plus doctes » (« magister... vir eximius sine dubitatione credendus, Dominus Lanfrancus, qui virum aeque doctissimum liberales artes deux recalescere, atque optime reminiscere fecisset ») (PL 149, coll. 1449, 1428). Robert de Torigni évoque en 1117, à la mort d’Yves de Chartres, le fait que dans sa jeunesse « Il avait écouté maître Lanfranc, prieur du Bec, traiter des lettres profanes et divines dans cette fameuse école qu’il y tenait, à laquelle nombreux, et de la noblesse du siècle, et de mœurs honnêtes, se réunissaient sans crainte, et qui (nombreux) parvenaient ensuite au plus haut sommet de la dignité ecclésiastique et religieuse » (« audivit magistrum Lanfrancum, priorem Becci, de secularibus et divinis litteris tractantem in illa famosa scola quam Becci tenuit ; in qua multi et nobilitate seculari et honestate morum convenerunt viri praediti, et qui postea ad summum apicem ecclesiasticae dignitatis et religionis attigerunt ») (Robert de Torigni, I, 153)19. Le rayonnement du Bec se traduit dans les nombreuses donations faites à son profit par des grands du duché, au premier rang desquels les ducs (Gazeau 1984, 263-9).

  • 20 Le De Civitate Dei est présent dans toutes les listes d’ouvrages des bibliothèques des abbayes norm (...)

102La culture diffusée à partir de l’abbaye est d’abord nourrie des œuvres des Pères de l’Eglise, et tout particulièrement de saint Augustin. Ses œuvres sont étudiées pour ce qu’elles contiennent en propre (Foreville 1984, 47), et pour les ouvertures (fort nombreuses) qu’elles donnent sur l’Ancien Testament et les philosophes antiques (Graboïs 1984, 162-5). Les autres grandes abbayes normandes, comme la Trinité de Fécamp, Saint-Ouen de Rouen, et le Mont-Saint-Michel avec laquelle le Bec entretenait d’étroits rapports, notamment dans la fourniture de livres, diffusaient la même culture, identifiable au travers de leurs bibliothèques (Nortier 1971). Cette culture sera peu après la conquête de l’Angleterre diffusée Outre-Manche, où elle viendra recouvrir un fonds plus ancien (Walker 1984, 238-45). Dans ce tableau qui fait la part belle à saint Augustin, la rareté des ouvrages non religieux présents dans la bibliothèque de l’abbaye du Bec ne peut que frapper. Augustin lui-même y est présent par 58 ouvrages, sur près de 200, avant 1164. Sa présence est tout aussi dominante dans d’autres bibliothèques de grandes abbayes à la même époque, ainsi Fécamp, et le Mont-Saint-Michel (Nortier 1971, 192-233). Le De Civitate Dei était partout présent20.

  • 21 L’Arithmetica et la Musica pourraient être celles de Boèce.

103Au Bec, la culture technique qui pouvait être diffusée s’appuyait sur quelques références seulement, par exemple une Arithmetica, le Timée de Platon dans sa traduction par Calcidius, une Musica21 (Nortier 1971). A Fécamp, au milieu du XIe siècle, la bibliothèque ne comprenait aucun livre antique ou scientifique, et était pour la moitié consacrée aux Pères de l’Eglise et aux commentaires bibliques. Seuls deux textes classiques, de Priscien et Boèce, y étaient présents (sur quelque 200 livres) au milieu du XIIe siècle, et propres à enseigner les Arts Libéraux (Walker 1984, 246). La nature de ces derniers ouvrages, particulièrement Boèce, va d’ailleurs dans le sens des interprétations faites ci-dessus des opérations urbanistiques normandes, sous l’angle de la mathématique musicale.

  • 22 La lecture d’Augustin par Lanfranc est attestée par une citation relative au livre XXII du De Civit (...)
  • 23 Comme dans le Proslogion : « abrite encore toujours, seigneur, mon âme dans ta lumière et dans ta b (...)
  • 24 « Je t’exorte, te conseille, te supplie, te prie instamment, te recommande, mon très aimé, de quitt (...)

104L’utilisation de ces éléments de culture en matière temporelle est plus délicate à cerner dans ses modalités. En effet, la littérature produite à cette époque, celle de Lanfranc22 et surtout celle d’Anselme, fait peu usage d’allégories spatiales, à la différence de saint Augustin, dont Anselme utilise toutefois parfois les images23. Les lettres d’Anselme donnent peut-être la clé de la compréhension de cette attitude intellectuelle. En général, les allusions spatiales sont rares lorsqu’il s’adresse à des lettrés. Une exception concerne Hernostus, avec une image musicale : « Comme il est un fait que nous plaisons toujours au dieu tout puissant, autant que nous dissonons le moins quant à ses dispositions » (« Cum enim semper placeamus omni potenti deo, quotiens eius dispositionibus in nullo dissonamus ») (Lettre n° 9, S. Anselmi Opera omnia, III, 111-2). Les images sont plus nettes, plus explicites, et très augustiniennes, lorsqu’il écrit à de moins lettrés, ainsi à Guillaume, jeune, puis moine à Chester24. En bref, Anselme évite les allégories quand il s’adresse aux plus cultivés, et ne les emploie que quand l’image peut faciliter la compréhension de son propos. Le fait qu’aucun mot dans ses échanges épistolaires avec Gondulfe, moine du Bec devenu évêque de Rochester, et architecte de la Tour de Londres, n’évoque l’espace, montre combien les choses terrestres ne devaient être évoquées qu’en cas de nécessité (S. Anselmi Opera omnia). Il est vrai que, pour Augustin, même si « il est erroné de nier que les buts de la cité humaine sont bons, quand elle est la fin la plus élevée que le genre humain de lui-même peut atteindre », les « matières (de) l’agriculture, (de) l’architecture ou l’économie (sont) relativement indifférentes » (XV, 4 ; XVIII, 41).

  • 25 « Le peuple d’Israël dans la Jérusalem terrestre a servi de type prophétique pour la Cité céleste » (...)

105La culture en Normandie, et tout particulièrement dans la région du Bec, est donc profondément marquée par la pensée de saint Augustin. Elle était enseignée aussi bien à des religieux qu’à des laïques, d’où peut-être cet ensemble de réalisations qui paraissent matérialiser les allégories spatiales qu’elle contient. Un autre indice en ce sens nous est donné à l’occasion de l’extension de Pont-Audemer par Robert de Meulan, « sapientissimus in rebus secularibus omnium usque in Jerusalem degentium » (Robert de Torigni, 155), à l’extrême fin du XIe siècle. L’abbé du Bec à ce moment n’est en effet autre que Guillaume de Beaumont, son cousin, qui avait succédé à Anselme à son départ pour l’archevêché de Canterbury en 1093. L’évocation de Jérusalem par Robert de Torigni fait référence à la croisade de 1099, à laquelle Robert de Meulan a participé avec Robert duc de Normandie. Elle laisse penser que l’apparition d’un lieu de culte dédié au Sépulcre à Pont-Audemer, dans l’extension probablement faite par le même Robert de Meulan, est liée certes à ces événements, mais aussi à une culture commune. En effet, la littérature de saint Augustin fait souvent usage d’allégories mettant en scène Jérusalem. L’association du Sépulcre et de Notre-Dame, autre dédicace du lieu de culte, est moins fréquente, elle symbolise la mort et la résurrection, un thème commun dans l’architecture du haut Moyen Age (Krautheimer 1941). Le problème majeur posé dans l’interprétation du plan de l’extension de Pont-Audemer est en fait la présence au cœur de l’opération, sur la rue principale, d’une communauté juive active dans les années 1130, et en place peut-être dès l’urbanisation du quartier, d’où le nom de « rue aux Juifs », attesté à la fin du XIIe siècle. On sait la protection exercée par le duc Robert envers les Juifs après les exactions de 1096. A l’exemple de Rouen, la communauté de Pont-Audemer a pu bénéficier d’une protection particulière. Cependant, cela ne suffit pas à expliquer une position aussi centrale. De ce point de vue, les arguments présents dans le De Civitate Dei sont probablement insuffisants25, on en trouverait de plus convainquants chez Jérôme. Le comte de Meulan a pu, cependant, intégrer les Juifs dans un objectif de rédemption, dans la perspective de l’amende honorable dont il dut s’acquitter auprès de l’abbaye du Bec après des spoliations opérées au début des années 1090 (Yves de Chartres, GC XI, col. 838).

106Cette hypothèse d’une configuration de l’espace selon une conception explicitement présente dans un ouvrage très largement diffusé pose cependant un problème, du fait de la simplicité de la forme ainsi produite, qui pouvait aussi bien s’imposer dès lors qu’on était religieux. Si tel était le cas, de premières réalisations n’auraient cependant pas manqué de faire penser au texte d’Augustin, tant ces formes en paraissent des « exemples matérialisés ». On a pu alors par la suite, une fois ce lien opéré, projeter avec ce lien en tête, et donc imaginer la forme de l’espace a priori, après l’avoir interprété symboliquement a posteriori. Ainsi, une telle genèse en quelque sorte accidentelle ne remettrait pas en question l’interprétation de la plus grande part des réalisations décrites.

107Il reste à explorer la possibilité que d’autres modes de pensée, d’autres modèles aient présidé à l’origine de la forme de ces mêmes réalisations. Trancher cette question nécessiterait de lire attentivement tous les textes présents dans les bibliothèque des époques concernées en Normandie, et d’en faire autant dans les régions voisines, en y explorant de même la forme des opérations d’urbanisme. Cela n’a pas été fait pour ce qui est des textes. Il faudrait de plus que ce modèle ait pu s’imposer avec la même autorité que celle d’Augustin, ce qui limite fortement le champ des possibles, et le réduit en fait aux autres Pères de l’église, dont pourtant aucun n’a, dans les bibliothèques, une place aussi écrasante que celle d’Augustin.

4. Places triangulaires, rectangulaires et carrées du début du XIIe siècle

108Le quatrième groupe de formes urbaines identifiées comprend un ensemble de places triangulaires, qui apparaît chronologiquement dans la suite des « rues larges », semble-t-il à partir d’une première réalisation, associée à la dédicace de la nouvelle nef de l’abbatiale de Fécamp en 1106. Elle compte plus de vingt objets (Fig. 9). Dans dix cas, une église est directement placée dans l’axe de la composition, et dans six cas légèrement éloignée. Dans deux, la place est orientée perpendiculairement à une halle de marché.

  • 26 Le cas du Bec est parmi les mieux renseignés par les sources. L’abbaye a connu deux phases principa (...)
  • 27 Abbayes auxquelles on peut vraisemblablement ajouter Montebourg, dans le Cotentin, où une telle pla (...)

109On rencontre ces formes en Seine-Maritime et dans le Calvados, mais elles sont concentrées dans un espace borné par Lisieux, Pont-Audemer et Verneuil au sud, dans l’Eure. Si l’on associe à ces structures les places triangulaires plus proches de l’équilatéral (quatre occurrences), la concentration est identique. Elles sont associées soit à des extensions d’agglomérations déjà assez importantes (Lisieux, Pont-Audemer, Bernay...), soit à des créations urbaines nouvelles, comme le Bec26, Broglie, Isigny, Trévières, Valmont, Vassy, ou des villes comme la Ferrière-sur-Risle (Fig. 10), soit encore à l’ajout de places de marché à des sites au développement jusque là embryonnaire (Beuzeville, Cormeilles, Bellencombre). Dans l’ensemble, le niveau hiérarchique des seigneurs concernés est donc variable, avec toutefois une représentation forte des milieux les plus élevés. Les milieux religieux sont aussi présents, avec en particulier les opérations au Bec, à Fécamp, Cormeilles et Bernay27, et une extension à Lisieux, ville dominée par son évêque. Cette présence forte des abbayes et des religieux nous renvoie à la culture mise en œuvre dans les réalisations de l’époque précédente. Ici encore, l’allégorie de l’espace urbain telle que saint Augustin la conçoit a probablement opéré, dans le même milieu intellectuel, et par les mêmes catégories de personnages, moines, hauts ecclésiastiques et aristocrates principalement de l’entourage royal.

110Ces opérations présentent cependant dans leur composition une nouveauté remarquable, la substitution de la « rue large » par un triangle plus ou moins allongé. Il semble en effet que plus aucune « rue large » n’ait été tracée dans la première moitié du XIIe siècle. Quelle peut-être l’origine de ce triangle, une forme certes simple, mais inexistante auparavant ?

Une influence de Guillaume de Conches et Adélard de Bath ?

111Elle réside peut-être dans les gloses de Guillaume de Conches sur le Timée de Platon, connu dans sa traduction partielle, seule disponible à l’époque, celle de Calcidius. Guillaume de Conches est originaire de Conches-en-Ouche, une petite ville incluse dans le périmètre de densité des structures triangulaires où il a vécu une partie de sa vie (Jean de Salisbury, 136). Il a peut-être été moine à l’abbaye du lieu, Saint-Pierre-de-Castillon. Ses gloses sont connues par un manuscrit de la bibliothèque municipale d’Avranches, provenant de l’abbaye du Mont-Saint-Michel (BM Avranches n° 226, Jauneau 1965). Une copie de cet ouvrage, peut-être très proche de l’original si l’on suit Geneviève Nortier, était vraisemblablement aussi présente dans la bibliothèque de l’abbaye du Bec, du moins peu après le milieu du XIIe siècle.

112Sur le folio de l’incipit d’une copie du début du XIIe siècle conservée à Florence, figurent trois dessins, tracés à l’époque où le texte a été écrit, au début du XIIe siècle (Jauneau 1965, 49). Le deuxième dessin concerne les quatre éléments, et ne nous intéresse pas ici, à la différence des deux autres :

Schémas d’harmonie symétriques (Fig. 11)

113Le troisième de ces dessins montre comment déterminer, par des figures géométriques simples, des intervalles, à partir de proportions harmoniques, géométriques et arithmétiques. Ce dessin réunit trois croquis associés à ces trois catégories de proportions (Jauneau 1965, 160-1), par un schéma tri ou quadripartite, dont l’axe de symétrie est constitué par un blanc ou par une case assortie d’un nombre.

  • 28 C’est aussi celle des parties du corps du Christ, modèle des corps ressuscités après le Jugement de (...)

114Son intérêt est qu’il permet un parallèle avec des tracés de villes introduisant une symétrie entre des rues par rapport à une rue large axiale, comme à Breteuil vers 1054, à Verneuil-sur-Avre dans le Grand Bourg dans les années 1120, et encore au Petit-Andely en 1197, cette-fois par rapport à un îlot axial. Cette symétrie issue de rapports de proportions est évoquée par le même auteur : «... en raison harmonieuse, ou encore en proportion équilibrée des parties, c’est à dire et des éléments, comme il est dit ci-dessus, équilibrée » («... id est concordi ratione id est proportione equalibritatis partium id est elementorumque, sicut supradictum est, equalibrata ») (Jauneau 1965, 137). Elle est donc une autre manière d’exprimer l’harmonie, et « l’équilibre » des parties28.

Schéma du triangle d’harmonies (fig. 12)

115Le premier dessin est en forme de triangle, et dénommé « conus ». Il assortit à une forme triangulaire une échelle d’harmonies formée de nombres entretenant des rapports de type harmonique (une catégorie mathématique développée dans le texte). Le cône, ou plutôt le triangle, est donc ici une expression géométrique de l’harmonie.

  • 29 « Car c’est ce qui est admirable, alors qu’une condition est réunie, c’est la proportion. Ainsi, lo (...)

116Ces dessins sont remarquables par leur similitude avec certaines structures morphologiques présentes dans certains plans des parties d’agglomération précédemment décrites, et peuvent donc laisser supposer une conception commune. Le milieu d’origine et de formation de Guillaume de Conches est précisément, géographiquement, celui où ces figures sont les plus fréquentes dans les plans, et l’époque dont datent ses Gloses, vers 1110 ou un peu plus tard, est celle où elles apparaissent. L’idée de conformer le monde selon un jeu de rapports de proportions, en particulier de type harmonique, musical, n’est pas nouvelle29. Elle est en particulier reprise par saint Augustin des philosophes platoniciens, qu’il cite souvent, puis par Boèce. Guillaume de Conches se situe donc dans la tradition culturelle développée au Bec par Lanfranc et Anselme. Chez lui, le cône renvoie à l’idée de l’accord des tons comme allégorie de la concorde dans la cité.

  • 30 Les rayons lumineux sont issus de l’œil, vont frapper les objets et s’y répercuter, puis retournent (...)
  • 31 Guillaume de Conches n’explique pas comment passer des proportions harmoniques au dessin du cône lu (...)

117Il est donc tentant de relier le schéma du « conus » aux formes triangulaires d’un certain nombre de places et de rues. Il est, en première analyse, surprenant de voir ce triangle associé à des proportions. Cependant, il est probable qu’une autre notion participe à sa définition. En effet, le mot conus placé sur la figure et la référence à la visibilité dans la description d’un système de proportions « équilibré » des parties renvoie à la notion de vision telle qu’elle pouvait être comprise à cette époque, à savoir selon son contenu allégorique lié à la divinité, et selon la théorie du fonctionnement de l’œil présente chez Platon, et reproduite par Guillaume de Conches30. Il est de la sorte possible que les formes triangulaires aient ainsi été formées sur la base d’une part d’un système de proportions harmoniques31, d’autre part selon le fonctionnement des rayons lumineux à partir de l’œil, d’où un cône de vision.

  • 32 Un parallèle peut être fait ici avec les débuts de l’introduction de dispositions issues de la pers (...)

118Cette hypothèse bute sur d’une part le manque de précision du texte de Guillaume de Conches, qui empêche de conclure, et sur le fait que dans les plans d’urbanisme décrits, le petit côté du triangle est en général tourné vers le lieu de culte. Cette dernière difficulté peut toutefois être levée, du fait que la vision est opérée de l’église. Dans l’allégorie de la Jérusalem céleste, en effet, l’Eglise est la résidence du Christ roi sous la vision duquel on doit se trouver. Un autre argument pourrait ici intervenir : la vision d’une rue large d’un point placé dans son axe, à son extrémité, conduit en fait à former l’image d’un triangle, les deux côtés de la rue se rejoignant en théorie à l’infini, et s’écartant au fur et à mesure qu’ils se rapprochent de celui qui observe32. Cette interprétation permet de donner une solution possible à l’absence de matérialisation, dans les opérations où des tracés rayonnants sont présents, du point vers lequel ils convergent (par exemple à Pont-Audemer). Ce point, utile à la mise en œuvre du tracé, n’a aucune importance dans la signification allégorique de la figure, tout le sens résidant dans le rapport entre le lieu de culte et l’espace placé par devant, vu du lieu de culte lui-même.

  • 33 Voir en particulier la définition 4 : « les choses vues selon un angle plus grand apparaissent plus (...)
  • 34 Daniel de Morley, dans un manuscrit des alentours de 1180 utilisant des sources des années 1135-40 (...)
  • 35 Des manuscrits de Gondissalvi sont connus en Angleterre à la fin du XIIe siècle (Burnett 1997, 67).

119Les origines de la figure triangulaire, en soi très simple, pourraient donc être complexes, d’autant que l’exemple le plus ancien identifié, la place dégagée par devant la façade de l’église de la Trinité de Fécamp vers 1106, est probablement en partie le fruit d’une circonstance fortuite, à savoir la nécessité de dévier la rue passant devant l’abbatiale du fait de son allongement vers l’ouest. L’occasion fut ici saisie de tracer un espace selon une forme nouvelle, symétrique, et de produire un effet scénique qui devait s’avérer saisissant. La dimension de mise en scène de ces réalisations ne semble pas devoir être minorée, tant elle est, dans les cas où l’espace construit a gardé les traces de son modelage initial (le Bec, La-Ferrière-sur-Risle...), perceptible in situ. De ce point de vue, la traduction vers 1120 de l’œuvre mathématique d’Euclide, y compris son Optique, ouvrage qu’un historien des mathématiques (Heath 1981, I, 441) décrit comme « un traité élémentaire de perspective », a sans doute constitué un apport important33. La perspective, évoquée sous ce nom, n’est pas absente de sources légèrement plus tardives34. Elle a de plus un sens théologique exposé par Gondissalvi au milieu du XIIe siècle « de ces choses provient la qualité d’aspect selon l’art, qui oriente la vue vers la compréhension de la vérité des choses cachées alors que nous les regardons » (« de iis est ingenium aspectuale secundum artem, quae dirigit visus ad comprehendam veritatem rerum remotarum cum ad eas respicimus ») (De Bruyne 1946, 123)35.

  • 36 Citons les tracés rayonnants des villes baroques, issus de la perspective, ou le quadrillage réguli (...)

120On peut objecter à cette mise en parallèle de formes simples réalisées et de textes d’un haut niveau culturel, inaccessibles au commun des réalisateurs, la pauvreté des formes mises en œuvre elles-mêmes devant la complexité du raisonnement intellectuel présent dans les textes. La difficulté n’est pas irréductible si l’on considère que des personnages comme Guillaume de Conches élaboraient des concepts qui pouvaient être diffusés par leur enseignement ou auprès de leur patronage, et être symbolisés par des formes simples. Ce qu’auraient retenu de ces concepts les commanditaires des opérations d’urbanisme (et uniquement des rares opérations innovantes introduisant une forme nouvelle, un événement en soi exceptionnel), n’était évidemment pas le raisonnement complexe, mais l’intérêt de la forme nouvelle elle-même, à la fois simple et proche des formes pratiquées antérieurement. Il est certain que les occasions où un commanditaire à même de saisir l’intérêt de formes nouvelles a pu être en contact avec un intellectuel à même d’en élaborer avec un sens renouvelé ont été rares. C’est précisément ce qui paraît avoir été le cas à Pont-Audemer dans les années 1130, et peut-être à la Ferrière-sur-Risle à la même époque. On peut ajouter que la traduction de concepts intellectuels sophistiqués sous forme de tracés simples dans des réalisations architecturales ou urbanistique est un phénomène connus à d’autres époques36.

Adélard de Bath

121C’est probablement dans cette perspective qu’il faut considérer la possibilité que l’introduction du carré dans les opérations d’urbanisme puisse avoir pour origine Adélard de Bath. Adélard de Bath, auteur de la traduction d’Euclide évoquée ci-dessus, écrit dans son premier ouvrage important, les Quaestiones naturales dédiées à l’évêque de Bayeux Richard peu après 1116 (Cochrane 1994, 42), « L’âme aime dans le corps tout ce qui est régulier ou proche de la régularité... Il est naturel qu’elle aime la régularité. Et cette régularité doit être avec attention recherchée dans la composition des éléments... Ceux qui (...) toujours s’éloignent de la régularité de leur composition ne finissent jamais de mourir » (Adelard de Bath, 168). La référence au Timée de Platon est claire, mais elle l’est tout autant à saint Augustin, qui associe les nombres, l’harmonie et la composition à la divinité. La régularité dans la composition des éléments doit donc être entendue ici comme un gage de vie éternelle, en Dieu. Cette conception du rapport entre composition et divinité entraîne une conception toute particulière des mathématiques. Elles sont en effet l’expression même de cette régularité, dans les proportions, les figures géométriques, ou les nombres.

122Tracer un plan selon ces règles de composition, c’est donc se rapprocher de Dieu, d’autant plus qu’un lieu de culte est impliqué. Cette attitude intellectuelle explique sans doute les interrogations portées par Guillaume de Conches sur le Timée, tout comme la curiosité d’Adélard de Bath pour des textes écrits par des Anciens, ou encore la lecture très attentive de saint Augustin et de l’Ancien Testament qui a pu être menée à cette époque en Normandie, entre le début du XIe siècle et le milieu du XIIe.

  • 37 Le manuscrit étudié par Burnett provient du Mont-Saint-Michel, d’où il avait été apporté du Bec.

123Adélard de Bath a pu contribuer à la fortune des figures rayonnantes. C’est le cas en particulier de celles qui sont les plus complexes, comme à Pont-Audemer (Fig. 14) et à un moindre degré à Falaise. Adélard a été proche du roi Henri Ier, qui est intervenu à Falaise. Il est de plus possible, dans ces cas, qu’on ait eu recours à un astrolabe pour établir les figures sur le terrain. En effet, dans son traité sur cet instrument dédié au roi Henri II en 1150, Adélard de Bath en propose l’utilisation pour mesurer les hauteurs et les distances, en un mot pour l’arpentage37 (Burnett 1997, 3, 6). Il semble qu’il ait été associé au milieu dans lequel l’Echiquier, le mode de gestion financière adopté dans les années 1120 par les souverains anglo-normands, fut mis au point (Cochrane 1994, 24-7). Adélard fut certainement présent à la cour royale sous Henri Ier. Dans un tel contexte, il a pu trouver un terrain propice à la diffusion de ses idées et de ses traductions. Henri Ier Beauclerc, auprès de qui il avait pu être introduit par l’impératrice Mathilde, est toujours décrit dans les sources comme un homme extrêmement curieux, « sapientissimus » (Warren-Hollister 1986, 414-5 ; Robert de Torigni, 175), ou encore, formé par Lanfranc, « noblement, dans les sciences aussi bien naturelles que doctrinales » (« tam naturali quam doctrinali scientia nobiliter ») (Orderic, III, 267).

Un exemple : le milieu intellectuel anglo-normand et l’urbanisme à Pont-Audemer

124La région de Pont-Audemer est, entre le milieu du XIe siècle et celui du XIIe, un foyer intellectuel parmi les plus actifs en Normandie. Près de Pont-Audemer même, on peut signaler la présence de Guillaume de Poitiers, moine pendant quelques temps à l’abbaye Saint-Pierre de Préaux. Sa sœur Emma fut abbesse de Saint-Léger de Préaux (Orderic, II, 217). L’abbaye du Bec-Hellouin, d’où Lanfranc et Anselme contribuent au XIe siècle à la renaissance des lettres en Normandie, avant de gagner l’Angleterre, est à 25 km au sud-est de la ville, près de la vallée de la Risle. Lisieux, ville dont il est aussi traité dans ce volume (Gauthiez supra), eut comme évêque à la fin du XIe siècle Gillebert Maminot, plus connu pour son intérêt pour les mathématiques que pour son activité pastorale (Orderic, II, 310-12). Enfin, nous sommes pratiquement à égale distance de Caen et de Rouen, à deux jours de marche, et Pont-Audemer est un port d’embarquement pour l’Angleterre. L’archevêque de Dol-de-Bretagne, Baudry, fin lettré, a souvent résidé à l’embouchure de la Risle, dans une emprise détachée de son évêché, à Saint-Samson. Il avait sa sépulture à l’abbaye de Préaux (Orderic, III, 459 ; 623).

  • 38 « Avant sa conversion, il avait demeuré à la cour du comte Robert de Meulan, où il était puissant c (...)
  • 39 Orderic dit de lui : « très prudent dans les affaires séculières, très érudit dans la science des l (...)

125Le lien entre Adélard de Bath et Galeran de Meulan est une explication possible du tracé rayonnant qui fut mis en place à Pont-Audemer dans le faubourg de Bourgerue, peut-être en 1118, mais plus vraisemblablement vers 1135 ou peu après. Ils se sont connus certainement à la cour de Henri Ier, où Galeran est à la suite de son père conseiller, surtout à partir des années 1130. Le frère jumeau de Galeran, Robert de Leicester, avait lui aussi été associé à la mise en place de l’Echiquier d’Angleterre (Tardiff 1881, app. XXV, 116). Il était souvent présent en Normandie, où le roi lui avait donné l’honneur de Breteuil, héritage de Guillaume Fils Osbern. De Robert de Leicester on sait que c’était un homme très cultivé, amateur de livres. A la même époque, en 1137, un Richard de Leicester devient abbé de Saint-Evroult, au sud de cette région centrale en Normandie, il avait été un homme important de la cour de Robert de Meulan38. Un autre témoignage du haut degré d’éducation des jumeaux est celui de Guillaume de Malmesbury, selon lequel les jumeaux remportèrent, alors qu’ils n’avaient pas 20 ans, en 1119, une dispute sur un point de logique avec un groupe de cardinaux (Warren-Hollister 1986, 312). Les deux frères avaient été formés dans leur jeunesse à Abingdon, sous la tutelle de l’abbé Faritius, un italien, médecin du roi et de Mathilde, dans une abbaye très favorisée par le patronage royal (Warren-Hollister 1986, 312 ; Cownie 1994, 155)39.

126On doit probablement ajouter à ce tableau un rôle possible des lettrés juifs de Pont-Audemer, en liaison notamment avec le passage d’Abraham ibn Ezra, qui résida plusieurs années à Rouen et dans la région, où il écrivit des livres d’astrologie, dans les années 1150. Ibn Ezra a été très impliqué dans la traduction de livres scientifiques arabes en latin à la même époque, et a pu connaître Adelard de Bath (Burnett 1997, 47-57 ; Golb 1985, 206)

Le carré comme figure de composition

127En parallèle avec le développement des formes triangulaires des places, à partir de « rues larges », il semble qu’un autre mouvement se mette en place. Il s’agit d’une autre évolution de la « rue large », non pas vers un triangle, mais vers un rectangle, par élargissement des deux côtés. Ce mouvement est sensible par exemple à Cheux, dont le marché est créé en 1102. Dans des réalisations comme celle-ci, ou à Bourguébus et à Bény-Bocage, le rectangle est encore légèrement trapézoïdal, montrant ainsi sa parenté avec les places triangulaires. A Bourguébus, la place est orientée dans sa longueur vers l’église paroissiale. Il en va de même à Lillebonne, où la place de marché, occupée par une halle axiale, fait face à l’église Notre-Dame.

  • 40 Ici, l’opération est peut-être datable de la période de remise en état du château, vers 1198 (MRSN (...)

128Ces places sont vraisemblablement un intermédiaire entre les « rues larges » et un ensemble de places de marchés et de foires de forme carrée (Fig. 15). Elles apparaissent pour la première fois semble-t-il à Vernon et à Nonancourt, deux lieux associés à des châteaux construits par Henri Ier (Robert de Torigni, 165 ; 197). Ces formes se rencontrent aussi dans des sites où il s’agit d’agrandir des espaces de marché préexistants. C’est le cas à Saint-Georges-du-Vièvre certainement avant 1191 (Musset 1976, 8), à Mézidon, Thury-Harcourt, Damville40 et probablement Envermeu. Les contraintes dues à la configuration de l’agglomération alors en place expliquent certainement la simplicité des figures correspondantes, qui, en particulier, ne présentent souvent pas d’élément d’axiation par rapport à des églises. Toutefois, à Damville, une halle est placée dans l’axe de la place, et orientée vers la motte castrale éloignée de 150 m. A Vernon, on trouve de même une halle axiale. A Nonancourt, la nouvelle agglomération est centrée par une église placée au milieu de la place. Ici, de plus, le départ le long de deux côtés de la place carrée de deux rues symétriques par rapport à l’église rappelle le mode de composition de villes plus anciennes, ou même de La-Ferrière-sur- Risle, presque contemporaine. Il paraît clair que lorsqu’une église est projetée dans une opération d’urbanisme incluant une place carrée, elle lui est directement associée, voire placée en son centre.

  • 41 Orderic Vital relate un prodige intervenu dans la cathédrale de Coutances en 1108 : « les chandelle (...)

129Cette forme géométrique nouvelle du point de vue de la planification urbaine, mais d’un symbolisme religieux ancien et toujours renouvelé41, pourrait aussi avoir été promue par la traduction d’Euclide par Adélard de Bath. Là encore, outre le contenu même du texte, la présence de figures dans un manuscrit du milieu du XIIe siècle permet de faire le lien entre des plans établis à cette époque et la géométrie qui les sous-tend (Fig. 16) (Cochrane 1994, fig. 7). L’examen des plans du quartier de la Couture à Lisieux (Fig. 17) et de La Ferrière-sur-Risle (Fig. 13), dans l’Eure, conduit à supposer de plus, du fait des dimensions des côtés des places et des espacements des rues, l’utilisation d’une composition fondée sur un carré de base et le report, pour déterminer certains éléments, de la diagonale de ce carré dans un sens ou dans un autre.

  • 42 Il s’agit d’un résultat fruit d’une pratique géométrique, et non d’une mesure.

130A Lisieux, la partie centrale de la place, vers l’est, est formée d’un rectangle allongé, auquel est joint à l’ouest une place en triangle. La liaison entre les deux figures laisse apparaître un léger décalage sur le côté nord, qui permet de bien les distinguer. La mesure de la longueur de la place, 69 m, rapportée à sa largeur, donne 2,14, soit un plus racine de deux42. On peut donc supposer, ici, un report de la diagonale d’un carré de base pour donner la longueur totale de la partie rectangulaire de la place. Cette diagonale semble aussi avoir été reportée au nord et au sud du même carré, pour tracer l’emplacement du départ des rues qui encadrent symétriquement la place centrale.

131A La Ferrière-sur-Risle, la place est de même formée de deux parties, l’une triangulaire et dans l’axe de laquelle est placée une halle, l’autre rectangulaire. La limite de cette dernière est discernable par un léger décalage au niveau de son raccordement avec la figure triangulaire au nord-ouest. A la différence de Lisieux, elle est semble-t-il formée de trois carrés égaux alignés. Mais, comme à Lisieux, l’espacement mesuré entre les rues symétriques de part et d’autre de la place axiale paraît être égal à la diagonale des carrés formant la place.

  • 43 La prophétie est formée de 27 vers « ce qui est le cube de trois », dont les initiales forment la p (...)

132Ces compositions paraissent très proches l’une de l’autre, à deux différences près. La première a trait au mode de tracé supposé ici des deux parties rectangulaires des places. Si rien de plus ne peut être dit de Lisieux, il en va autrement pour La Ferrière. Là, les trois carrés portent un symbolisme évident (la Trinité, les trois jours avant la Résurrection...), l’église occupant le carré central. De plus, si l’hypothèse que les carrés mesurent 150 pieds de côté est juste (Gauthiez 1998, 90), chacun d’entre eux est lui-même formé de neuf carrés de 50 pieds de côté. La figure serait alors composée de trois carrés de trois fois trois carrés. La signification symbolique d’une telle disposition renvoie à la prophétie de la Sybille d’Erythrée, reprise dans la Cité de Dieu (XVIII, 23), prophétie qui annonce la venue du Sauveur43. Il y a donc dans la composition de La Ferrière-sur-Risle, peut-être, une allégorie de la Passion et de la résurrection du Christ Sauveur.

  • 44 Une fouille archéologique permettrait peut-être de résoudre la question.

133La deuxième différence réside dans le fait que la partie rectangulaire de la place est occupée à La Ferrière par une église, à Lisieux par une halle. Elle est peut-être fortuite. On peut en effet faire l’hypothèse que le projet de Lisieux comprenait une église, par la suite non construite, du fait d’événements comme l’incendie de la ville en 1136 et le changement politique qui s’ensuivit44.

  • 45 Orderic, V, 64. Des indices archéologiques plaident pour une création de peu antérieure, en effet, (...)
  • 46 La ville se développe à partir de la première moitié du XIIe siècle (Leprévost 1864), en associatio (...)
  • 47 A Vernon, le château est dit construit en 1123 (Robert de Torigni, II, 165). Des marchands sont men (...)
  • 48 Les édifices de cette époque dans l’Etat Anglo-Normand comportent parfois des décors peints formés (...)

134Il semble donc que des tracés à partir d’un carré et de sa diagonale fassent leur apparition dans des plans d’urbanisme en Normandie dans le courant du XIIe siècle, avant 1136, date de la première citation de La Ferrière-sur-Risle45. Le lien de ces tracés avec la traduction d’Euclide a déjà été proposé dans le domaine de l’architecture. De plus, un certain nombre d’édifices religieux ont comporté semble-t-il un tracé ainsi généré quelque temps auparavant en Angleterre, d’où le mode de tracé a pu se propager au Continent (Fernie 1994, 111). Les exemples architecturaux normands, selon Eric Fernie, semblent en effet rares à comporter de tels tracés. Cette différence peut être aussi expliquée par la raréfaction des opérations d’urbanisme en Normandie à partir des années 1140, et, de même, en architecture, le faible nombre de grands édifices construits pendant cette période. Parmi les bâtiments dont la composition paraît basée sur la rotation de la diagonale du carré, on peut mentionner le donjon de Falaise, dont on a vu qu’il était associé au tracé rayonnant touchant cette ville. On retrouve dans ce cas, à nouveau, une association avec le roi. Dans le même contexte, mais sans que la rotation de la diagonale soit identifiable, des tracés urbains comme celui de Nonancourt46 et de la place de marché de Vernon47, deux opérations vraisemblablement associées à la construction de nouveaux châteaux royaux, sont établis, on l’a vu, à partir d’un carré central. D’autres origines, vraisemblablement liées aussi à la réactivation de sources antiques et à l’introduction de textes arabes, sont cependant possibles pour la forme du carré. L’une est le tracé des abaques, utilisé en particulier pour établir les comptes de l’Echiquier, créé sous Henri Ier48 ; l’autre est le schéma géométrique des horoscopes, tels ceux destinés au roi Etienne d’Angleterre vers 1150, qui comportent des carrés traversés de diagonales (Burnett 1997, 46-7).

135A la liste des réalisations majeures de l’urbanisme royal, il faut ajouter Verneuil-sur-Avre et Lyons-la-Forêt. A Verneuil, les solutions retenues, sauf le possible alignement des églises et d’une partie du mur de la ville selon des droites rayonnantes à partir d’un point localisé à l’extérieur de la ville, ne paraissent pas nouvelles : axiation sur les églises soit par une rue, soit un îlot, soit encore par une place, sans grande régularité géométrique. Verneuil, de fait, est une opération des années 1120, ne manifestant peut-être pas encore les nouveautés qu’on a pu constater en d’autres sites, comme Lisieux et La Ferrière, probablement plus récents d’une décennie. A Lyons, l’organisation du lotissement adjoint au nord-est du château est fortement contrainte par le site, une croupe de colline, d’où peut-être l’absence des figures de composition précédemment décrites.

  • 49 Les relations entre les Beaumont-Meulan et les Tosny ont souvent été fort orageuses. Au milieu du X (...)

136L’ensemble des plus remarquables opérations d’urbanisme de la première moitié du XIIe siècle est donc attribuable au milieu royal et à celui des grands du royaume, parmi lesquels Galeran de Meulan, « qui était le premier parmi les grands de Normandie » (« qui omnibus Normanniae primatibus (...) praestabat ») (Robert de Torigni, I, 225), l’évêque Jean de Lisieux, justicier du roi, et donc son premier représentant en Normandie lors de ses absences, ou encore un Tosny49.

137L’usage du carré pour tracer des places publiques, marchés, foires, voire cimetières autour des églises qui s’y trouvent, connaîtra un vif succès par la suite. On le retrouve par exemple, avec une adaptation au site qui conduit à en modifier légèrement la régularité, à Rouen pour les halles de la place de la Vieille Tour, érigées en 1259 par Louis IX (Gauthiez 1991, 246), et à Fécamp, au début des années 1270 (Gauthiez, supra). Le plan carré, de même, est de plus en plus souvent adopté pour des fortifications nouvelles, par exemples des maisons fortes du Pays de Caux avant la fin du XIIe siècle (Le Maho 1976, 88-9), puis un peu plus tard pour les châteaux royaux, à Caen, tel qu’il est modifié par Philippe-Auguste (De Boüard 1979, 33), et à Rouen, où le château de Bouvreuil est édifié sur un plan de principe carré, avec des angles recoupés, par le même souverain (Gauthiez et Pitte 1987, pl. 11). Ici, l’exemple en était certainement le Louvre, construit peu de temps auparavant.

5. La période finale de l’urbanisme Normand, deuxième moitié du XIIe siècle

138Les opérations d’urbanisme deviennent rares passées les années 1140 en Normandie. Il est possible que ce constat soit le fruit d’un manque d’éléments de datation, mais il s’agit plus probablement d’une réalité. Seules deux agglomérations nouvelles paraissent relever de la deuxième moitié du XIIe siècle. Il s’agit d’abord de Valmont, dont la place triangulaire participe d’une tradition bien présente dans la première moitié du siècle, et dont le développement est peut-être dû à un Giffart, en parallèle à sa création d’une abbaye vers 1169 (Le Maho 1976, 61).

  • 50 « Dans les opérations (de construction) des maisons, des hérissons et des fossés de la Couture, et (...)
  • 51 A la date de 1201, Guillaume Le Breton mentionne que Richard a fait construire, auprès du bourg d’A (...)

139Le second site est le Petit-Andely, une petite ville créée en 1196-98, en accompagnement du château construit par Richard-Coeur-de-Lion sur la Roche d’Andely : Château-Gaillard (Fig. 18 et 19). Cette opération est certainement, en dehors des fortifications nouvelles touchant plusieurs villes, l’une des dernières manifestations d’un urbanisme à proprement parler normand. Les sources qui la concernent sont abondantes. Les financements en sont détaillés dans le compte de l’Echiquier subsistant pour 119850. Guillaume Le Breton loue la qualité du site et de la réalisation51. Cette fondation, associant château et ville, poursuit une tradition bien établie en Normandie, qui avait vu par exemple la création d’une telle association probablement à Breteuil en 1054, peut-être à Gisors en 1096, ou sous Henri Ier à Verneuil et à Nonancourt.

La fin de la prééminence du Bec et le rôle de l’Impératrice Mathilde

140L’abbaye du Bec paraît rester un centre de culture majeur jusque dans les années 1130, même si son école n’est plus alors active. La présence dans sa bibliothèque d’ouvrages récemment traduits ou d’œuvres d’auteurs comme Adélard de Bath et Guillaume de Conches en fait foi, de même le rôle de ses abbés, alors que Thibaut est devenu archevêque de Canterbury. Un autre indice de ce rôle est la volonté de Mathilde, elle-même très cultivée, fille d’Henri Ier, de faire inhumer son père dans ce monastère « très célèbre de religion et de renommée » (« percelebri et religione et fama ») (Marx 1914, 304). Henri Ier sera en fait inhumé à Reading, une abbaye qu’il avait fondée en Angleterre. Mathilde, cependant, conservera son idée, et aura sa propre sépulture au Bec.

  • 52 Après l’assassinat de Thomas Becket, il est proposé à l’abbé de le remplacer. Il refuse, mais le mo (...)

141A partir de l’effacement du Bec, dont le prestige resta longtemps intact52, la culture normande qui y avait été développée aura des prolongements en d’autres lieux, et principalement à Chartres et en Angleterre. Les deux auteurs qui illustrent au mieux ce glissement géographique sont Adélard de Bath, pour l’Angleterre, et Guillaume de Conches, pour Chartres. Leurs écrits, cependant, seront lus au Bec, et utilisés pour la formation de Henri II, fils de Mathilde, elle-même fille de Henri Ier et femme de Geoffroi d’Anjou. Les rejetons culturels du Bec sont alors en quelque sorte réunis dans l’éducation du futur roi d’Angleterre.

  • 53 Les liens familiaux entre Tosny et Meulan ont pu jouer. La femme de Robert de Meulan, mort en 1118, (...)

142Avant d’aborder la nature de la formation de Henri II, il reste à s’arrêter sur le rôle de Guillaume de Conches. De sa vie, on sait surtout qu’il a participé à l’éducation du futur roi, et enseigné à l’école de Chartres, dont il est l’une des principales figures. Sa ville d’origine est Conches-en- Ouche, siège des terres des Tosny, ralliés dès 1136 aux Plantagenêt. Les Tosny sont les créateurs de la Ferrière-sur-Risle, dont on a examiné le plan remarquable. Dans ce contexte, on est tenté de rapprocher le plan de cette ville, qui apparaît dans les sources en 1136, et les éléments connus de la pensée de Guillaume de Conches. Celui-ci a pu être employé par un Tosny pour donner à une urbanisation nouvelle une sophistication formelle et symbolique à même de rivaliser avec Pont-Audemer, où Galeran de Meulan, ennemi héréditaire, avait mis en œuvre à partir de 1118 une forme remarquable, et pouvait en compléter les traits à partir de sa libération en 1134 par Henri Ier. Les réalisations de Bourgerue à Pont-Audemer (notamment la forme rayonnante) et de la Ferrière-sur- Risle seraient dans cette hypothèse l’expression d’une rivalité entre deux grands « magnats » normands, rivalité militaire (ils sont en guerre en 1136), mais qui concernerait aussi le champ intellectuel, et qui expliquerait le caractère quelque peu idéal des plans ici mis en œuvre53.

L’éducation de Henri II Plantagenêt et de ses fils

  • 54 Geoffroi Plantagenêt en avait fait le précepteur de ses fils (Verger 1996, 114).
  • 55 Des textes de ces deux auteurs sont souvent associés dans les manuscrits du XIIe siècle (Burnett 19 (...)
  • 56 Les liens culturels entre Chartres et le monde anglo-normand ont été très étroits. Yves de Chartres (...)
  • 57 « Nous savons, par expérience, tout le profit que votre royaume a tiré de l’éducation libérale que (...)
  • 58 Il s’agit du Policraticus et du De principis instructione.
  • 59 Il est possible que l’usage du De re militari de Végèce vienne à la suite de sa retranscription à l (...)
  • 60 Les éléments transposables à un plan de quartier sont les suivants : « Les castra sont faits soit c (...)
  • 61 Voir par exemple le chapitre I. XXVIII : « De l’encouragement à la chose militaire et à la vertu ro (...)

143La transmission de la tradition culturelle normande dans l’entourage de Henri II, s’est opérée par l’éducation donnée par le duc d’Anjou Geoffroi Plantagenêt à son fils, Henri II, puis par celui-ci à ses propres fils Richard et Jean. Cette éducation fut en partie le fait de Guillaume de Conches54, et vraisemblablement également d’Adélard de Bath, dont on a vu la place pour la période antérieure, dans les années 1140 (Burnett 1996, 31s)55. Une telle culture est aussi le fruit des attentions de leur mère Mathilde. Elle a pu être prodiguée pour partie à la cour de Geoffroi d’Anjou et à Chartres. Guillaume de Conches est souvent, dans l’historiographie, attaché à l’école épiscopale de cette ville56. Il est fort probable, de plus, qu’Abraham ibn Ezra y ait aussi été associé (Burnett 1996, 58). Lorsque l’archevêque de Rouen, Rotrou de Warwick, petit fils de Roger de Beaumont (Leprévost 1864, 450) et donc cousin de Galeran de Meulan, exhorte Henri II à bien instruire son propre fils Henri, c’est en rappelant la haute qualité de l’éducation qu’il avait lui-même reçue57. Le règne de Henri II a d’ailleurs suscité les premiers traités de philosophie politique, ceux de Jean de Salisbury, lui-même formé notamment par Guillaume de Conches (Jean de Salisbury, 54, 71), puis de Giraud le Cambrien (Verger 1997, 138-9)58. Pour compléter ce qu’on peut savoir de la formation de Henri II, il faut ajouter la lecture du De re militari, de Végèce, un ouvrage traitant essentiellement de questions militaires pratiques, d’où son usage lors d’un siège par Geoffroi Plantagenêt à Montreuil- Bellay, en 1149 (Mortet-Deschamps 1995, 96, n. 6)59. Le texte de Végèce n’a probablement pas eu d’effet très notable sur la manière de tracer les opérations d’urbanisme60. Il était cependant un puissant encouragement à mener une politique urbanistique active, du fait qu’en cela on pouvait retrouver la gloire de Rome61.

Un personnel compétent de plus en plus spécialisé : le Petit-Andely (Fig. 18)

  • 62 Bernard Beck dit de lui qu’il « semble (être) l’architecte en chef » (Beck 1986, 39), mais rien ne (...)
  • 63 Il siège aussi à l’Echiquier en 1190 (Tardiff 1881, app. III, 106).
  • 64 Il ne s’agit vraisemblablement pas du seul personnage à être passé du service des Meulan à celui du (...)

144Les architectes et les ingénieurs chargés de la fortification de Château-Gaillard au Petit-Andely furent probablement aussi impliqués dans les travaux de la ville. Le premier personnage cité dans les comptes de travaux de 1198, certainement le principal responsable de cette opération qui concerne aussi la ville, est Sawale Fils Henri62. Il s’agit du fils de Henri de Pont-Audemer, lui aussi chargé de tâches importantes, en particulier dans le recouvrement des impôts en liaison avec l’Echiquier de Normandie, auprès du roi Henri II dans les années 1180 (MRSN 1180)63. Henri de Pont-Audemer était auparavant au service du comte Galeran de Meulan et de son fils Robert64. Il avait certainement été formé par son père Raoul Fils Durand, dont on a vu les importantes fonctions, militaires mais aussi dans la mise en œuvre de l’urbanisme, à Pont-Audemer, auprès de Galeran. Ces hommes composent une dynastie de ce que nous appellerions de nos jours des hauts fonctionnaires techniques, au service d’une des plus éminentes familles aristocratiques du royaume anglo-normand, puis du roi lui-même. Cette dynastie, à l’égal des Beaumont-Meulan, avait aussi formé des attaches en Angleterre, dans l’entourage du frère de Galeran, Robert de Leicester, puisque le frère d’Henri de Pont-Audemer était certainement Guillaume Fils Raoul, justicier du roi Henri II de 1178 à 1200, à qui avait été confiée la remise en ordre de Lisieux en 1180 (Le Patourel 1980, 321-2 ; Tardiff 1881, app. III, 105).

145La création du Petit Andely, et du château de la Roche, Château-Gaillard, fut en quelque sorte un chantier école. L’architecte Jean d’Andely, à l’œuvre à la cathédrale de Rouen vers 1206, en provient probablement. Peut-être avait-il été formé sur l’église Saint-Sauveur érigée dès la fin du XIIe siècle au centre de la ville nouvelle (Grant 1993, 60, 64). Le charpentier militaire du roi Jean-sans- Terre, au début du XIIIe siècle en Angleterre, est un Nicolas d’Andely (Allen-Brown 1955, 353 s).

  • 65 Ces mesures ont été déterminées à partir de l’analyse des plans, et alors que la possible filiation (...)

146Le plan du Petit-Andely est donc à placer dans ce contexte. On y retrouve un axe de disposition liant le château, l’église, mais en partie seulement les rues, du fait certainement d’une occupation déjà en place le long de la rive de la Seine (Gauthiez 1998). A l’église répond à l’ouest un îlot axial, solution déjà présente à la Ferrière-sur-Risle, ce qui n’est vraisemblablement pas le fruit du hasard, comme on l’a vu précédemment. Un aspect particulier du plan, mais aussi le plus difficile à prouver, est la probable utilisation d’un principe de tracé à partir d’un carré et de l’application de sa diagonale, en répétant à plusieurs reprises le procédé. Un tel principe de tracé permettrait d’expliquer un nombre important de dispositions présentes, de façon simple. Si l’hypothèse est juste, le plan du Petit-Andely, établi à partir d’une mesure de base qui serait équivalente à celle de La Ferrière-sur-Risle (150 pieds pour environ 48,6 m65), montrerait une complexification du mode de tracé, qu’on pourrait mettre en parallèle avec celui des édifices gothiques contemporains.

La sécularisation de la culture technique relative à l’aménagement

  • 66 « Comment veux-tu que je sois en état de suivre la piste des choses alexandrines, grecques, ou bien (...)
  • 67 « Alors qu’il était en exil, comme on philosophait, Platon, jadis de l’Académie, alluma son esprit (...)
  • 68 BMR ms Y 27, p. 128
    La liste, rajoutée dans une écriture du XIIe siècle sur un manuscrit du XIe, con (...)
  • 69 Autre illustration de cet intérêt pour l’Antiquité et ses productions, lorsque Henri de Blois, évêq (...)
  • 70 Guillaume de Conches examine de fort près, dans ses Gloses sur le Timée, les propriétés des formes, (...)
  • 71 « Et c’est : tu poursuivras librement jusqu’au bout toutes les voies de l’érudition, à savoir tous (...)

147En parcourant les chroniqueurs du premier XIIe siècle, on est frappé par l’appétit de connaissance des auteurs quant aux textes antiques, un appétit qu’on a déjà rencontré chez Guillaume de Conches et Adélard de Bath. Orderic Vital dit son regret de ne pas en savoir plus sur les « affaires d’Alexandrie, de la Grèce et de Rome »66, et la dette de Lanfranc envers Platon67. Robert de Torigni mentionne en 1128 la traduction par Jacques de Venise de « quosdam libros Aristotilis..., scilicet Topica, Analyticos priores et posteriores et elencos, quamvis antiquior translatio super eosdem libras haberetur » (Robert de Torigni, I, 177). La liste des livres reçus par la bibliothèque du chapitre de Notre-Dame de Rouen entre 1111 et 1130, du temps de l’archevêque Geoffroi, confirme cet intérêt68. Sur plus de 65 ouvrages, on en compte une trentaine d’auteurs antiques et une bonne douzaine qu’on peut qualifier de scientifiques, parmi lesquels en particulier une Harmonie de Martianus Capella, une Arithmétique, un Livre des divisions, un Liber de abaco, un Boèce. Le contraste de ce point de vue, avec ce qu’on sait de la période précédente, est saisissant69. Adélard de Bath, mais aussi Guillaume de Conches et Hugues de Saint-Victor, ont exprimé l’intérêt que les textes antiques, particulièrement relatifs à la géométrie, et à l’astrolabe pour Adélard, présentaient pour un usage pratique (Burnett 1997, 3-9 ; Cochrane 1994, 64-101 ; Verger 1997, 109). Leur traduction pouvait donc avoir des retombées directes dans un milieu religieux et aristocratique très curieux de ces nouveautés70. Guillaume de Conches terminait ses Gloses sur le Timée en exprimant une grande confiance dans le développement de la pensée (Guillaume de Conches, Glosae, 290-1)71. Cet intérêt pour les ouvrages antiques et particulièrement scientifiques, à cette époque, apparaît remarquablement précoce lorsqu’on le met en parallèle à la situation décrite par Jean-Loup Abbé pour une période nettement plus tardive, dans le sud de la France (Abbé 1998).

  • 72 A sa mort en 1136 : « homme de grande autorité, illustre dans le monde, estimé pour le conseil de s (...)

148L’intérêt de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, pour les auteurs antiques ne semble pas se démentir jusque vers 1160. Jusque là, il ne manque pas de parler, à la mort de personnages ou à leur élection comme abbé, de leur savoir non seulement religieux, mais aussi profane. C’est le cas par exemple de Boson, « érudit au plus haut niveau en Vieux et Nouveau Testaments, homme admirable de science et incomparable de doctrine » (« in novo et vetero Testamento apprime eruditus, vir scientiae admirabilis et doctrinae incomparabilis »), élu abbé du Bec en 1124 (I, 169)72.

  • 73 En parlant des astrologues : « de ceux-là même qui profitent de la science des astres, d’autres d’o (...)
  • 74 Il faut rappeler ici que Jean de Salisbury, un prélat très proche des archevêques de Canterbury, Th (...)

149Le ton change ensuite. Déjà, il avait évoqué, à la mort de Robert de Beaumont, il est vrai impliqué dans de graves exactions envers l’Eglise, le fait qu’il avait été « sapientissimus », mais en concluant : « à la fin il apparut insensé » (« in fine stultus apparuit »), évoquant les restitutions de biens qu’il avait dû faire (I, 155). Henri de Huntingdon avait salué la mort de ce même personnage par : « la science de ce monde est sottise auprès de dieu » (« Sapientia hujus mundi stulticia est apud Deum ») (Robert de Torigni, I, 155, n. 1). En 1157, la formule utilisée pour Aquila de Cluny : « homme religieux et craignant dieu » (« vir religiosus ac timens Deum »), dénote un état d’esprit nouveau, qu’on retrouve en 1180 pour la mort de Roger, abbé du Bec, « homme religieux, honnête, lettré et craignant dieu » (« vir religiosus et honestus et litteratus et timens Deum ») (I, 307 ; II, 89). Il n’est pratiquement plus alors question de science. En 1163, il avait utilisé l’expression déjà mentionnée à propos de Henri de Huntingdon, cette fois pour la mort de l’évêque de Bayeux, Philippe d’Harcourt : « qui fut un homme prudent et astucieux dans l’augmentation des biens de cette église, et dans leur récupération, et il y ajouta beaucoup, mais la science de ce monde est sottise auprès de dieu » (« qui fuit vir prudens et astutus in augmentandis et revocandis rebus illius ecclesiae, et multum ibi profecit ; sed sapientia hujius mundi stulticia est apud deum ») (I, 344). Jean de Salisbury, de même, condamne fermement l’astrologie dans son Policraticus, en 1159, lui retirant tout caractère de science. De la sorte, il condamne une forme d’utilisation des textes d’Aristote, dont la doctrine a nourri l’astrologie contemporaine73. Certains travaux d’un Adélard de Bath sont ainsi à considérer comme des actes impies, éloignant de Dieu. On assiste là à un recentrage des préoccupations culturelles du milieu religieux dominant et du milieu aristocratique74.

  • 75 Voir notamment la liste des ouvrages collectés pour l’abbaye de Saint-Evroult en Ouche (Orderic, II (...)
  • 76 La vie de Jean de Salisbury est un parfait résumé de ces trois phases, puisqu’il est d’abord formé (...)

150En Normandie au XIe siècle toute science est bienvenue (Dosdat 1995)75, mais assortie de considérations techniques assez rudimentaires. Cette phase est dominée par le Bec. Suit une période de grande curiosité pour les textes des Anciens, et notamment de nature scientifique, qui semble culminer dans les années 1120-30. Elle est animée particulièrement par le milieu royal – en y incluant nombre de prélats et de grands aristocrates – et sans rupture avec les enseignements du Bec. Cette période est aussi un moment d’approfondissement des textes religieux, notamment les deux Testaments. Le De Civitate Dei de saint Augustin apparaît comme l’un des textes encyclopédiques dont l’étude était alors au premier plan de la formation intellectuelle. On voit, troisième temps, après cette période d’intense renouveau intellectuel, Robert de Torigni, pourtant abbé du Mont-Saint- Michel, dépositaire de la culture du Bec, où l’on trouvait à cette époque par exemple les Gloses du Timée par Guillaume de Conches, prendre du recul face à cette culture de plus en plus profane, jusqu’à en condamner la nécessité chez un prélat comme Philippe d’Harcourt, évêque de Bayeux76.

L’évolution du contenu des bibliothèques

151Il est certes difficile de faire le lien entre le contenu des bibliothèques, la nature réelle de la culture active à un moment donnée, et leur lien avec les pratiques profanes. Cependant, leur examen donne une indication sur les évolutions principales. Une liste des ouvrages présents dans la bibliothèque de l’abbaye du Bec à la mort de Philippe d’Harcourt, qui lui avait légué ses livres, permet d’en déterminer la composition. Il est ainsi possible de faire la part de la bibliothèque abbatiale antérieure et du fonds nouveau apporté par Philippe d’Harcourt à sa mort en 1164.

  • 77 Une quarantaine d’ouvrages d’auteurs latins non chrétiens sont présents chez Philippe, par exemple (...)
  • 78 De même, l’évêque Arnoul de Lisieux lègue en 1182 des livres de droit à Saint-Victor, à Paris, où i (...)
  • 79 « The beginnings of Oxford university », Burnett 1997, 61-80.

152La comparaison de ces listes fait apparaître une différence de nature importante. Tout d’abord, les auteurs romains anciens, peu nombreux au Bec, sont en grand nombre chez Philippe77. On trouve chez lui de nombreux textes d’histoire, ou encore de droit, utiles pour un homme chargé d’importantes fonctions administratives78. On trouve aussi, dans sa bibliothèque, parmi les livres qui n’étaient pas présents au Bec, des ouvrages qui montrent son ouverture aux courants intellectuels contemporains, comme quatre textes d’Hugues de Saint-Victor (contre un seul au Bec), et deux livres qui illustrent la place que commencent à prendre des auteurs anglais dans le paysage culturel normand, la Disciplina clericalis de Petrus Alphonsi et les Lettres de Gérard d’York (Nortier 1971). Al’opposé, il possédait proportionnellement environ deux fois moins de livres des Pères de l’Eglise (par exemple 23 de saint Augustin, dont l’inévitable De Civitate Dei, contre 58, pour un nombre total d’ouvrage comparable). La culture intellectuelle normande semble, à cette époque, se partager de manière de plus en plus sensible en deux branches. L’une s’oriente vers l’étude de textes presqu’uniquement religieux. Elle est comme enfermée dans les abbayes, et ne s’ouvrira qu’avec un certain retard aux nouveautés, notamment continentales, à partir de la fin du XIIe siècle. L’autre est centrée sur les milieux de la haute aristocratie, y compris ecclésiastique, et du gouvernement royal, et est plus particulièrement ouverte aux textes profanes et techniques, dans la suite du mouvement amorcé autour de Henri Ier79.

Un changement dans le recrutement des responsables ecclésiastiques

153Jusque vers la fin du XIe siècle, les centres de formation des responsables ecclésiastiques sont soit des abbayes, au premier rang desquelles le Bec, dont on a vu la place, soit des évêchés (Spear 1995, 96-7). La formation, pour reprendre les mots de Lucien Musset, concerne une culture « vouée principalement aux arts libéraux et à la théologie,... et à diverses connaissances techniques » (Musset 1989, 282). A partir du début du XIIe siècle, il semble que deux filières se mettent en place. L’une reste confinée à la Normandie, et principalement autour du Bec, dont le rayonnement est encore fort, bien qu’atténué, jusque vers le milieu du siècle. L’autre concerne plus particulièrement le haut clergé anglais, formé notamment à Laon, où Henri Ier réussit même à placer un évêque choisi par lui, Gaudry, entre 1106 et 1112 (Musset 1989, 285). Le milieu constitué par l’entourage royal et les membres des grandes familles aristocratiques occupant de hautes fonctions cléricales est un autre foyer de formation. Lucien Musset a fait le bilan du rôle des chapelains du roi, aux « aptitudes (souvent) très variées, allant de la médecine à l’architecture », et de leur implication dans le haut clergé (Musset 1988b, 105). On a vu les liens qui avaient pu se tisser entre les fonctions laïques et religieuses dans l’entourage des Beaumont-Meulan, dans le sens à la fois d’un contrôle partiel de l’abbaye du Bec par la famille, et d’une culture fortement déterminée par le milieu intellectuel abbatial.

154Passée la moitié du XIIe siècle, une scission entre les cultures normande et anglaise semble s’être développée, d’une part sous l’effet d’une autonomisation des milieux intellectuels anglais, qui conduira à la formation de l’université d’Oxford, d’autre part par l’arrivée en Normandie de prélats de plus en plus nombreux formés en Angleterre et surtout en France, notamment dans les écoles parisiennes. Le mouvement, de ce point de vue, a peut-être aussi concerné les hautes fonctions administratives du duché, pourvues par un personnel de plus en plus souvent anglais (en général descendant d’émigrés normands) comme le laissent penser les parcours des personnages évoqués à propos de la construction du Petit-Andely et de Château-Gaillard.

  • 80 Jean de Salisbury sera évêque de Chartres en 1176, Jean Bellemains archevêque de Lyon en 1184.

155Un bon exemple de cette évolution nous est donné par l’archevêque de Rouen. Jusqu’en 1130, c’est un Normand. Geoffroi a alors pour successeur Hugues d’Amiens, auparavant abbé de Reading, ancien moine formé à Cluny dans un milieu où les Anglais étaient nombreux (Marx 1914, 308). Ensuite, il s’agit de Rotrou de Warwick, évêque d’Evreux, descendant de la branche des Beaumont- Meulan établie en Angleterre, ayant encore de fortes attaches dans le centre de la Normandie. En 1184, est élu Gautier de Coutances, évêque de Lincoln, mais ayant étudié à Paris (Musset 1989, 285). Dans l’autre sens, l’élection de Thibaud à l’archevêché de Canterbury en 1138 est la dernière d’un abbé du Bec à cette fonction (Chibnall 1989, 239). En effet, l’abbé Hubert refuse cette charge en 1174, au profit du moine Roger, du Bec lui aussi, il est vrai. En retour, des personnages formés dans l’entourage de Thibaud, comme Jean de Salisbury, lui-même passé par Paris entre 1137 et 1149 (Jean de Salisbury, 70), ou Jean Bellemains, auront d’importantes fonctions sur le Continent, sans être passés par le Bec80. Le changement effectué en une génération est donc majeur.

  • 81 Le rite de consécration des églises tel que Hugues de Saint-Victor le décrit dans son De Sacramenti (...)
  • 82 L’évêque de Coutances Algare, mort en 1151, en avait fait de même à Saint-Lô de Rouen (en 1132), à (...)

156L’une de ses premières illustrations est en Normandie l’élection de l’évêque Arnoul de Lisieux en 1141. Sa culture, telle qu’elle se manifeste dans ses lettres (PL 201), ne rappelle aucunement dans sa nature celle d’Anselme ou de Lanfranc, nourrie notamment par saint Augustin81. En particulier, il n’utilise jamais d’allégories spatiales. Il avait été formé à l’école de Saint-Victor à Paris, puis avait passé quelque temps comme archidiacre à Sées, où la réforme canoniale grégorienne venait d’être mise en place (Bouet-Dosdat 1995, 35)82. On y avait réussi, alors que Jean de Lisieux et l’évêque Geoffroi de Chartres avaient essayé, sans succès, dans leur ville respective (Robert de Torigni, I, 236). Mais le changement touche aussi l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, où le nouvel abbé en 1157 est un moine de Cluny, et celle de Saint-Georges de Bocherville, où il s’agit, la même année, de Louis, de Saint-Victor à Paris, comme Achard, nouvel évêque d’Avranches en 1161 (Robert de Torigni, I, 307 ; 332). Deux autres illustrations en sont l’association formée en 1172 entre l’abbé de Cluny et celui du Mont-Saint-Michel, Robert de Torigni (Robert de Torigni, II, 294), et l’élection à l’abbaye de Jumièges en 1198 d’Alexandre, qui y était prieur depuis 1180, docteur de l’université de Paris (Nortier 1971, 149).

  • 83 Pierre Damien, cité par De Bruyne : « Quant à moi, je repousse Platon, surtout les mystères cachés (...)
  • 84 Jacques Le Goff cite aussi Guillaume de Saint-Thierry, dont les critiques vont dans le même sens, e (...)
  • 85 A leur propos, Daniel de Morley dit d’eux qu’il ne « vit que des sauvages installés avec une grave (...)
  • 86 Citons De Bruyne : « sous les polémiques du XIIe siècle se cachent des conceptions diverses de la v (...)

157Ces éléments montrent que dès la fin du XIIe siècle, conséquence d’un mouvement amorcé au milieu du siècle, la culture normande ne peut plus être distinguée comme telle, largement dominée par une culture intellectuelle d’origine clunisienne ou parisienne. De sorte que le débat oppose, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, et probablement dès la fin du XIe siècle83, d’un côté une pensée diffusée par les écoles parisiennes, et de l’autre une pensée fortement teintée de néo-platonisme, représentée par l’école de Chartres et les Anglais, elles-mêmes héritières du Bec et de la théologie normande. Ces deux tendances pouvaient s’affronter parfois durement, et la distinction qu’en pouvaient faire les contemporains était vive, comme en témoignent la critique des chartrains par Absalon de Saint-Victor qui, pour reprendre les mots de Jacques Le Goff, « se scandalise de l’intérêt qu’on porte à la conformation du globe, la nature des éléments, l’emplacement des étoiles, la nature des animaux, la violence du vent, la vie des plantes et des racines »84 (Le Goff 1957-85, 53-4), ou celle des professeurs parisiens par Daniel de Morley vers 1180 (Burnett 1997, 61-2)85. La différence de doctrine est profonde86. Pour reprendre les termes d’Erwin Panofsky, le proto-humanisme anglo-normand (il faut ajouter : et chartrain) s’oppose à la proto-renaissance française (Panofsky 1960-93, 117, 119 ; Le Goff 1957-85, 53-4).

Les conséquences architecturales du changement culturel

  • 87 L’église est consacrée le 20 mai 1178 par l’archevêque Rotrou de Warwick, en présence d’Henri II. U (...)
  • 88 Il ne reste de ces deux édifices majeurs pour l’histoire de l’architecture en Normandie que quelque (...)

158Les conséquences de tels mouvements de personnel, et de la disparition des filières traditionnelles de formation, furent importantes pour la culture normande, telle qu’elle s’était développée au XIe siècle et dans la première moitié du XIIe siècle. Les changements, ou plutôt les incertitudes dans l’architecture religieuse de la région, sont à envisager sous cet angle. En 1168, la reconstruction de l’église l’abbatiale de Fécamp est entreprise en style gothique, un gothique cependant moins « français » que la nef de la cathédrale de Lisieux commencée vers 1170, très probablement par l’architecte Gohier, au nom si peu normand. Le style gothique, originaire d’Ile-de-France, est reconnu comme tel, et comme remarquable, ainsi Robert de Torigni écrit-il à la date de 1177 : « Maurice, évêque de Paris travaille beaucoup depuis longtemps et ajoute à l’édification de l’église de cette cité, dont le chevet est achevé, sauf son toit principal. Cet ouvrage était si parfait qu’il n’y avait pas d’œuvre de ce côté des monts qui pût s’y comparer » (« Mauricius, episcopus parisiensis, jam diu est quod multum laborat et proficit in aedificatione ecclesie praedictae civitatis, cujus caput jam perfectus est, excepto majori tectorio. Quod opus si perfectum fuerit, non erit opus citra montes, cui apte debeat comparari ») (Robert de Torigni, II, 68). Son appréciation de la nouvelle église du Bec, achevée et dédiée par l’abbé Roger87, à la date de 1180 : « dont la beauté n’a pas d’égal dans toute la Normandie » (« cujus pulchritudine nulla aequatur in tota Normannia »), n’est pas en contradiction, car limitée à la seule Normandie (Robert de Torigni, II, 89). Dans son esprit, l’église du Bec succédait peut-être à Notre-Dame d’Evreux, reconstruite grâce aux subsides de Henri Ier à la suite de la destruction de la ville en 1119, et qui « par sa beauté dépassait presque toutes les églises de Normandie » (« omnes fere ecclesias Neustriae sua pulchretudine superat »), à la mort du roi en 1135 (Marx 1914, 313)88.

  • 89 L’orientation « française » de la culture d’Arnoul de Lisieux est aussi illustrée par un sarcophage (...)

159Il n’est cependant pas exclu qu’une copie peut-être trop servile du style gothique d’Ile-de-France, perceptible comme un excès d’un point de vue normand à Lisieux, ait conduit à des choix d’architectes, et d’architectures, plus normands ou anglo-normands. C’est le cas à Caen, où le cœur de l’abbatiale Saint-Etienne est réédifié dans les années 1180 suivant une architecture qui mêle des apports divers, parmi lesquels ceux en provenance de Canterbury, où Guillaume de Sens était à l’œuvre depuis quelques années, sont importants (Grant 1990, 113-26 ; Tatton-Brown 1989, 75-83). A Lisieux, les événements du début des années 1180, qui voient l’éviction de l’évêque Arnoul et son remplacement par Raoul, sont aussi l’occasion d’un changement radical dans le style de la reconstruction de la cathédrale, maintenant conduite par un nommé Guillaume. Il est possible, ici, qu’en se plaçant au premier plan dans la crise politique de 1180, l’architecte Gohier ait associé à la mauvaise gestion de l’évêque son origine extérieure au duché, et donc son style architectural. Son remplacement par un architecte pratiquant un style plus « normand » ne pouvait qu’être un signe fort du nouvel évêque envers les habitants, pour exprimer la normalisation des affaires de la ville, à tous points de vue89.

Le rôle particulier de l’abbaye du Bec dans cette culture

160Une autre raison de l’effacement de la culture normande relative à l’espace tient certainement, peut-être de façon déterminante, aux circonstances de son apparition. En effet, son développement est le fait de lettrés d’origine italienne, qui transposent en Normandie une culture en partie étrangère au monde carolingien de Neustrie, dans un cadre institutionnel très particulier. Le Bec est à l’origine une obscure abbaye fondée par un seigneur de second rang. Ses coutumes, établies par Lanfranc, sont très particulières, et ne doivent que peu de choses à celles des grandes abbayes contemporaines, notamment Cluny (Consuetudines, xxxs). La règle abbatiale n’est donc l’expression d’aucune obédience particulière, qui se serait assortie d’un moule culturel donné. De plus, Lanfranc, depuis son arrivée au Bec en 1045 jusqu’à 1063, date à laquelle il part pour l’abbaye Saint-Etienne de Caen, reste prieur, de même Anselme à sa suite, jusqu’à la mort du fondateur et premier abbé, Hellouin, en 1079, quand il devient lui-même abbé. Pendant plus de quatre décennies, ces deux hommes, qui n’ont pas la responsabilité d’abbé, sont chargés des écoles de l’abbaye, dont celle des laïques. La culture alors élaborée avait une fonction multiple, puisqu’elle devait fournir une base à la fois pour la vie monastique et la pratique pastorale, et des savoir pour la vie laïque.

161Cette situation explique au moins en partie le lien très étroit qu’on peut établir entre des textes de référence dans la bibliothèque de l’abbaye, très utilisés, une pratique pastorale évoquée dans les sources, et une conceptualisation de l’espace à même d’être reprise par des laïques pour des réalisations concrètes. On peut penser, de ce point de vue, que l’opportunité particulière que les prieurs Lanfranc et Anselme ont eue en matière de formation d’élites ecclésiastiques et laïques a été une incitation précisément à rechercher comment traduire des orientations théologiques dans des modalités matérielles adaptées. La pensée de saint Augustin, appuyée sur un système d’allégories spatiales cohérent et explicite, était évidemment très favorable à un tel exercice intellectuel.

162Cet enseignement associant théologie et vie pratique de façon intégrée, dispensé à nombre de personnages appelés aux plus hautes fonctions ecclésiastiques et laïques, explique qu’on trouve en Normandie, et particulièrement dans la région la plus directement concernée, tant d’expressions spatiales de sa conception de l’univers terrestre.

163Ce cadre est resté solide et efficace jusqu’après la conquête de l’Angleterre et l’établissement d’un fort corps de prélats normands dans l’île. Deux facteurs ont ensuite joué, le développement d’une nouvelle culture normande Outre-Manche, notamment dans l’entourage royal, mais aussi l’évolution de la fonction de prieur au Bec et du rôle de son abbé. Il semble que la prise de responsabilité d’Anselme, d’abord comme abbé, puis comme archevêque de Canterbury en 1093, l’ait conduit dans la suite de Lanfranc à repenser le rapport entre la théologie et le monde laïc (Consuetudines, XXXVIIIs). Son recul quant à celui-ci est alors évident, et ses textes abandonnent, sauf cas particulier abordé plus haut, toute référence au monde spatial profane. Seule compte la religiosité, qui le conduit à s’opposer parfois vivement, comme représentant de l’église d’Angleterre, au roi (Foreville 1984, 45). En parallèle, au Bec, les abbés sont maintenant des hommes à la culture religieuse solide, ce que n’était pas Hellouin, et les considérations de cet ordre vont prendre le devant. La disparition de l’école laïque de l’abbaye, qu’on peut situer à la fin du XIe siècle ou au début du suivant, est la conséquence de cette évolution. C’est d’ailleurs à cette époque que la formation des futurs prélats anglais se développe de place en place sur le Continent, notamment à Laon, une école épiscopale. L’école épiscopale de Chartres reprit alors pour quelque temps la tradition du Bec, avec des hommes comme Yves de Chartres et Guillaume de Conches. La religion d’Anselme, une fois archevêque de Canterbury, avait déjà conduit à une vive critique d’un certain nombre de pratiques condamnées par la réforme grégorienne.

164La culture du Bec, intégrant pensée religieuse et pratiques spatiales, apparaît comme un phénomène permis par un patronage politique exceptionnel. Elle a semble-t-il conduit à un mode de penser le monde, un « habitus », assez comparable dans ses conséquences à celui qu’Erwin Panofsky a proposé pour la période gothique, et puisant ses sources dans un nombre limité de textes (Panofsky 1967). Elle a disparu, une fois son centre d’enseignement principal ne fonctionnant plus comme tel, après la disparition de ceux qui y avaient été formés, au milieu du XIIe siècle, dans des circonstances politiques et intellectuelles nouvelles. Il en est resté cependant d’importantes traces. On les trouve dans la culture anglaise développée autour de l’archevêque de Canterbury, puis à Oxford, et encore dans les techniques employées par les officiers royaux pour tracer des villes, par exemple au Petit-Andely.

165Pour conclure cette partie de l’étude, il faudrait considérer dans quelle mesure l’urbanisme en Angleterre aux XIe-XIIe siècles est comparable à l’urbanisme normand ; il faudrait aussi mieux connaître les différences qui séparent les cultures française et normande.

  • 90 On trouve bien trace du De architectura de Vitruve dans une bibliothèques normande de la période, l (...)

166Quelques données supplémentaires ont été réunies qui concernent la France, en plus de celles évoquées précédemment. Il semble que les réalisations normandes aient eu, jusque vers le milieu du XIIe siècle, quelque écho en Ile-de-France. On rencontre par exemple à Houdan une forme urbaine reprenant la « rue large » apparue en Normandie dans la deuxième moitié du XIe siècle. On retrouve ici une halle axiale et une église placée dans l’axe (Bourgeois 1995, 94-5). Au début du XIIe siècle, la ville est tenue par Simon de Montfort, qui a épousé Agnès, fille du comte d’Evreux Richard et d’Adèle, veuve de Roger 1er de Tosny (Orderic, II, 404). Le fils de Simon de Montfort, Amaury, fait partie en 1124 de l’entourage de Galeran de Meulan (Marx 1914, 293). Il sera lui-même comte d’Evreux et à l’origine de la construction du donjon de Houdan entre 1105 et 1137 (Beck 1986, 55). Il est dans ce cas aisé de supposer une transposition directe d’un modèle normand. Un autre cas possible de transposition est celui de la rue neuve percée vers 1160 dans l’axe de Notre-Dame de Paris à l’emplacement de l’ancienne église Saint-Etienne. L’évêque de Paris est alors Maurice de Sully. Ces liens entre la Normandie et l’Ile-de-France sont anciens, comme en témoignent le financement par Guillaume-le-Conquérant d’une tour à l’abbaye Saint-Denis (Wyss 1996, 37), ou les donations importantes effectuées par Henri Ier à Saint-Martin-des-Champs, mais aussi à Marmoutier, Cluny et au Grand-Beaulieu à Chartres (Marx 1914, 312-3). Ce souverain a de plus entretenu des relations avec Suger qui renoue par ailleurs avec la lecture du Pseudo-Denys, un texte dont l’importance est grande dans la culture française de la fin du XIIe siècle (Panofsky 1960-93, 335), mais dont la lecture en Normandie ne renaît que vers la fin du XIIe siècle avec la traduction nouvelle de Jean Sarrasin90.

  • 91 On peut inclure ici le domaine de l’architecture, jusque vers 1130.
  • 92 Non sans qu’un régionalisme assez marqué ne subsiste, perceptible par exemple dans le style du chœu (...)

167Tout ceci laisse penser que la culture normande, intellectuelle et technique, est bien dominante jusqu’au début du XIIe siècle, avec des effets sur les régions voisines (qu’il faudrait explorer de la même façon que la Normandie)91. La culture française, quant à elle, apparaît comme dominante en Normandie à partir des environs de 1160-7092. Favorisée par la crise due aux difficultés entre Thomas Becket et Henri II, elle dominera d’une façon écrasante après la conquête de 1204. Dans ce contexte, on peut se demander s’il est resté quelque chose des pratiques normandes en matière d’aménagement de l’espace. De fait, les idées venant de France ne semblent avoir dominé que le champ intellectuel et l’architecture, et non celui des pratiques d’aménagement. On voit d’ailleurs apparaître dans les années 1170 des réalisations urbanistiques dues au milieu royal français trahissant des considérations nouvelles de ce point de vue, tout en restant assez sommaires en comparaison du Petit-Andely (Abbé 1993). De plus, cette dernière ville, on l’a vu, montre la déconnexion qui s’est opérée entre les milieux intellectuels religieux et la conception des aménagements urbains, depuis les années 1120-30 essentiellement laïque.

  • 93 Les extensions de ces deux derniers sites interviennent postérieurement à la mise en place de march (...)

168Les effets de la conception de l’espace en Normandie telle qu’elle a été élaborée aux XIe-XIIe siècles sont aussi perceptibles en Angleterre. Si une enquête systématique reste à faire, un cas au moins montre cette influence. Il s’agit de la ville de Bury-St-Edmond, où un agrandissement est mené dans les années 1080, structuré par une rue formant axe de symétrie, et où de nouveaux et ambitieux aménagements sont entrepris dans les années 1120 autour de l’abbaye. Le dessin de ces aménagements implique vraisemblablement l’emploi du rapport entre le côté du carré et sa diagonale (Fernie 1998 ; Gauthiez 1998). L’abbé à l’origine des transformations du XIIe siècle est Anselme, neveu d’Anselme du Bec (Orderic, IV, 429), sa culture dérive donc en large part de celle du Bec. Le milieu aristocratique anglais est à l’origine dans le courant du XIIe siècle, surtout entre 1150 et 1200, d’opérations d’urbanisme régulières à Lichfield vers 1140, Coventry vers 1150 (Lilley 1998), Ludlow peut-être avant 1170, ou Bridgnorth93, des villes localisées dans cette partie du centre-ouest de l’Angleterre dont les liens étaient étroits avec le centre de la Normandie, notamment du fait de la famille Beaumont-Meulan, villes qui rappellent par leur forme des exemples normands un peu plus précoces, comme le quartier au sud de St-Sever à Rouen, peut-être créé vers 1093, et le quartier ouest de Pont-Audemer mis en place à l’extrême fin du XIe siècle. L’urbanisme en Angleterre après la conquête semble ainsi avoir été fortement marqué par les antécédents normands (Gauthiez 1998), un phénomène par ailleurs bien connu en architecture.

169Enfin, les techniques urbanistiques développées dans l’entourage de Henri II semblent elles aussi avoir eu des échos dans des villes hors de Normandie. Cela a probablement été le cas à Paris, où Philippe-Auguste, à partir des années 1190, s’emploie à développer sa capitale à l’intérieur d’une nouvelle enceinte destinée à abriter des quartiers à créer (Gauthiez 1993). A Lyon, l’archevêque Jean Bellemains, un Anglo-normand membre du groupe des plus proches de Thomas Becket, en place entre 1184 et 1193, a de même mené une politique de développement urbain volontaire, avec une nouvelle enceinte induisant une vive croissance urbaine et le pont sur le Rhône (Gauthiez 1994). Jean de Salisbury, autre intime de Thomas Becket, et donc proche du roi avant 1170, semble être à l’origine du développement de Chartres à partir de 1180, année où il y est nommé évêque (Billot 1987). Ce développement comprend, là aussi, une enceinte nouvelle entourant de nouveaux quartiers. L’urbanisme rouennais de Henri II semble donc avoir fait école dans plusieurs villes majeures.

  • 94 Guillaume de Conches était lu dans l’abbaye Saint-Ouen, comme en témoigne un manuscrit des XIIe-XII (...)

170Faute d’opérations d’urbanisme en Normandie au début du XIIIe siècle, il est difficile de faire le point sur cette question, mais l’exception du plan du quartier Saint-Nicaise à Rouen, créé en 1240, pourtant vraisemblablement établi par des moines de l’abbaye St-Ouen, montre la persistance de la culture urbanistique normande. Ainsi, dans ce quartier, on dessine des lots de deux fois 20 pieds en façade, assortis d’une rente de 20 sous, le long de rues de 20 pieds de large, et la hauteur des maisons pouvait aussi atteindre 20 pieds, soit 10 par étage (composition de deux fois deux fois deux, fois dix) (Gauthiez 1988-9, 42). Une telle conception de l’espace évoque étrangement Guillaume de Conches, qui écrivait au début du XIIe siècle : « Il y a donc une unité dans la composition de l’âme, de façon à ce que l’indivisibilité de l’essence de l’âme prenne sens dans son indivisibilité même ; binaire et ternaire – 2 et 3 –, ce sont les lignes, selon lesquelles on voit la puissance animée du corps se mouvoir en longueur ; de même quaternaire et ‘novenaire’ – 2x2 et 3x3 –, ce sont les superficies, que suit la puissance de se mouvoir en largeur ; ‘octonaire’ et 27 – 2x2x2 et 3x3x3 –, ce sont les solides, d’où la puissance de se mouvoir en épaisseur » (« est ergo unitas in compositione anime ut per eius indivisibilitatem indivisibilitas essentie anime significetur ; binarius et ternarius, qui sunt lineares, ut ostendatur in anima potentia movendi corpus in longum ; quaternarius vero et novenarius, qui sunt superficiales, ut ostendatur potentia movendi in latum ; octonarius et XXVII qui sunt solidi, propter potentiam movendi in spissum ») (Guillaume de Conches, Glosae, 155)94. La régularité du plan, comparée à celle d’Aigues-Mortes ou de la ville basse de Carcassonne, des exemples d’urbanisations contemporaines, atteste du niveau de compétence conservé en Normandie.

CONCLUSION

Les origines des sites urbains

171Les éléments recueillis sur les sites étudiés nous permettent de reposer la question de la formation des villes, au sens où nous entendons ce mot de nos jours. Du point de vue de l’urbanisme, si l’on excepte celle qui touche le centre de Rouen au Xe siècle, il faut attendre, sauf en de très rares cas comme Breteuil-sur-Iton, le premier tiers du XIIe siècle pour trouver des opérations qui concernent des superficies supérieures à cinq hectares. Pourtant, de nombreuses petites opérations ont été repérées pour la période antérieure, probablement à partir de 1020-30. Il y a donc eu développement urbain volontaire à grande échelle sur le territoire, mais sous la forme de très petites unités. De plus, les études monographiques montrent que la préexistence de structures antérieures, qui en général se manifestent par des lieux de culte, est une règle à laquelle ne dérogent que de rares sites, dont Verneuil-sur-Avre et probablement Falaise. Il est donc bien souvent impossible de décrire autrement l’émergence d’une agglomération que comme une urbanisation développée à partir d’une occupation en place, sur laquelle nous n’avons pas d’informations précises. Le monde des agglomérations normandes est profondément enraciné dans le monde carolingien, mais les aspects de l’occupation du territoire en matière d’agglomérations au Xe siècle restent largement inconnus. Par défaut, parce que l’urbanisation du XIe siècle démarre par de très petites unités, on peut tout de même supposer l’absence d’agglomérations aux caractéristiques physiques urbaines, sauf peut-être Rouen, à cette époque.

172Le processus de formation des agglomérations semble avoir le plus souvent commencé par la création d’un marché associé à un lotissement, et généralement lié à une église, soit ancienne, soit nouvelle. Le château, parfois élément premier (Beaumont-le-Roger, Monfort-sur-Risle ?), est mis en place dans un deuxième temps. Il n’est pas toujours présent. Dans le cas des sites importants de la période antérieure (Fécamp), il est impossible de savoir quel élément a précédé les autres. Cependant, l’apparition d’une place de marché, voire de lotissements, peut être considérée comme la première étape du développement d’une agglomération de type urbain. Celle-ci est toujours, quantitativement, avant tout constituée de sa composante habitat et activités privées.

173Le développement d’agglomérations à proprement parler urbaines, sous l’aspect d’un paysage densément occupé par des maisons et comportant plus d’une rue principale, est en général le fruit de la succession de plusieurs opérations de lotissement, comme à Lisieux, Pont-Audemer, Verneuil-sur-Avre, et même Fécamp. Le cas d’Orbec est intéressant par l’illustration d’une urbanisation qui se constitue de sections de rue loties successivement au long d’un même parcours, une configuration qu’on retrouve à Gisors, Conches-en-Ouche, ou en partie à Pont-Audemer. Cette constitution progressive, par morceaux, des agglomérations est frappante par sa récurrence. La situation normande est bien différente de celle du sud-ouest des bastides, agglomérations créées en une seule fois. Elle doit conduire à une description plus complexe qu’une répartition entre « villes de création » et « villes d’accession », chère à Pierre Lavedan. Aucune ville ne correspond en Normandie à ce schéma, puisque les vieilles cités ont connu un processus de re-développement par petits et grands lotissements, comme la plupart des agglomérations importantes de la région, et que les villes créées d’un seul coup y sont inexistantes, la seule répondant à cette catégorie étant Balleroy, qui date du XVIIe siècle, et encore ne s’agit-il pas vraiment d’une ville.

174Les sites qui connaissent plus d’une opération d’urbanisme participent d’un niveau hiérarchique supérieur, souvent lié à une châtellenie importante ou à une abbaye. La hiérarchisation du réseau urbain en Normandie s’est accompagnée d’une différenciation des agglomérations par ordre croissant entre un premier niveau défini principalement par la présence d’un marché et un second associé à un château ou une abbaye, et des franchises. Un troisième niveau est celui des agglomérations sièges de comtés ou de résidences ducales.

175Les acteurs de ce développement agissent toujours à titre intéressé. Il s’agit de seigneurs du lieu, aristocrates ou ecclésiastiques, recherchant la prospérité de leur famille ou de leur communauté. L’affirmation du pouvoir des aristocrates est rendue possible par les revenus des marchés et des agglomérations urbaines. Un puissant château nécessite des revenus importants qu’en règle générale seule une ville peut engendrer. Le duc et les magnats normands en donnent l’exemple. Les comptes de l’Echiquier nous disent très bien comment les fermes urbaines contribuent à l’entretien des châteaux. Cette réalité des transferts financiers entre producteurs et utilisateurs, et en particulier la part des agglomérations dans ces flux, gagneraient à être mieux connues. Aucun cas d’association de seigneurs pour créer une agglomération ou un quartier n’est connu en Normandie. Chaque seigneur, laïc ou ecclésiastique, agit pour son propre compte. Il faudrait aussi, en revanche, mieux connaître la part prise par la grande bourgeoisie dans le développement urbain. Elle paraît probable, bien qu’à une échelle restant à préciser, dans les plus grandes villes, comme Rouen, Dieppe ou Caen. Le site où elle apparaît la plus nette est encore Louviers, à une période tardive.

La chronologie des opérations d’urbanisme nouvelles

176Du fait qu’il est impossible, à de rares exceptions près, de parler en Normandie de créations de villes, mais seulement d’opérations d’urbanisme (marchés, lotissements...), et de développement urbain, on ne peut parler d’une chronologie des villes nouvellement créées. La seule façon d’étudier la question est donc d’étudier la répartition des opérations d’urbanisme dans le temps (Fig. 20). Cette répartition est très caractérisée. Elle marque une montée en puissance continue du début du XIe siècle jusqu’au milieu du XIIe. Avant, rien ou presque, seule Rouen apparaît. Après, peu de choses, quelques opérations vraisemblablement dans la deuxième moitié du XIIe siècle, deux ou trois au XIIIe, une au XIVe à Rouen et un réaménagement à Louviers, puis une création urbaine au XVIe au Havre, une au XVIIe à Balleroy, un développement pré-industriel important au XVIIIe siècle dans plusieurs villes, difficile à définir en matière d’opérations d’urbanisme.

177Dans l’ensemble de la Normandie, il semble donc que les agglomérations soient en place au milieu du XIIe siècle pour ce qui est de leurs traits physiques principaux et de leur étendue, hormis des développements de type spontané d’une importance secondaire. Ce tableau est confirmé par les études monographiques, parmi lesquelles seule celle de Louviers dégage une réalité différente, qui à vrai dire fait exception.

L’émergence de la notion de ville

178Cette histoire des agglomérations n’est qu’en partie une histoire des villes, et d’ailleurs couvre pour partie un ensemble de sites qu’on ne qualifierait pas de nos jours de villes. Il est possible d’aborder cette question des villes sous divers angles. Nous disposons de suffisamment d’informations pour établir un tableau à la fin du XIIe siècle, qui semble corroboré par les droits urbains connus, franchises et autres, et par la présence de fortifications, dont une part notable paraît avoir été mise en place vers la fin du siècle. Il n’y a guère de doute qu’à cette époque la conscience des villes, en tant que corps physique densément constitué et corps social à la personnalité propre, est présente. Lorsqu’on parle de villa pour Dieppe en 1198, une agglomération dont la part intra-muros avoisine 35 hectares, ce n’est certes pas pour décrire un établissement rural. Il semble que la notion de ville soit alors proche de celle des « bonnes villes » (Chevalier 1982), une notion qui perdurera jusqu’au XIXe siècle. Mais quand cette notion de ville apparaît-elle ?

179Du point de vue du vocabulaire, la réponse à cette question est difficile, tant la confusion semble régner dans les termes employés (confusion réelle, ou confusion due à notre manque de discernement), à tous les niveaux. Au niveau le plus élémentaire des agglomérations, le mot « rue » lui même est ambigu. Il est employé en milieu urbain dans le sens que nous lui connaissons de nos jours. Du moins est-ce probable, car son emploi très fréquent dans toute la Normandie pour désigner, en milieu rural, des lotissements de maisons ou de fermes relativement organisés, certes le long d’un chemin, évoque étroitement les lotissements urbains (ou pré-urbains...) du XIe siècle. D’ailleurs, un secteur de Pont-Audemer s’appelle la Ruelle, et un autre Bourgerue, appellation présente à Rouen et ailleurs. Le mot rue renvoie alors certainement à un lotissement, éventuellement attaché à un statut particulier (ici peut-être le bourgage). Les « rues » de Falaise pourraient avoir été désignées ainsi parce que ce sont à l’origine des lotissements ; en effet, le mot employé pour les rues est pratiquement toujours vicus dans la région. Les choses se compliquent encore précisément si l’on prend la traduction du mot rue dans les textes latins : vicus. Il peut s’agir alors de rue au sens que nous connaissons, mais aussi de village, ou de rue au sens de lotissement. Comment trancher ? Dans le cas de Rouen au XIIe siècle, il est clair que le sens est celui d’une voie ouverte au public. Mais dans le cas du vicus d’Isnelvilla qui donne place à Auffay en 1079, est-ce un village ou un lotissement ? Il est impossible en l’état de répondre.

180Le mot bourg est aussi ambigu. Sans rentrer dans une analyse approfondie, on peut mentionner ses sens principaux de « zone à laquelle le droit de bourgage est octroyé » et de « lotissement organisé (le plus souvent le long d’une rue et à l’intérieur d’un périmètre matérialisé) ».

181Les deux termes renvoient donc dans un certain nombre de cas à une réalité physique identifiable, fruit d’une décision d’aménagement, et, souvent dans le même temps, à une réalité juridique. Il est possible que les mots employés pour décrire les maisons et terrains à Pont-Audemer aient eu eux aussi un sens à la fois physique et juridique.

182L’équivoque concerne de même le vocable villa pour ces mêmes époques. Cependant, dans les sites étudiés comme Pont-Audemer, Fécamp, Falaise, où il est utilisé, jamais le mot bourg n’est employé au sens d’agglomération. Dans ces cas d’agglomérations de taille importante mais nouvelles, à la différence des cités épiscopales, on n’emploie que le toponyme seul ou associé à villa. Bourg, lorsqu’il est utilisé, ne désigne ici qu’une partie du site, généralement dans le sens évoqué ci-dessus de lotissement. Pour des sites plus petits, en revanche, l’ambiguïté demeure, puisque Touques et Gisors ont pu être indifféremment appelés burgus ou villa par Orderic Vital vers 1120 (Orderic, V, 116 ; IV, 451). Lorsqu’il y avait fortification, le même auteur hésitait plutôt entre burgus ou villa et municipium, comme à Orbec (Orderic, IV, 345 ; IV, 463-72). Il est possible qu’une subtile distinction des agglomérations ait alors prévalu, basée sur le droit (bourgage, franchises, commune), sur la présence de fortifications (castrum, oppidum) et la taille, pour en définir la dignité (burgus, municipium, villa, civitas).

183C’est vers le deuxième tiers du XIIe siècle que semble s’affirmer le sens de « ville » pour le mot villa appliqué aux agglomérations urbaines. En milieu rural, il conserve son sens de village. Les arguments qui conduisent à penser que c’est à ce moment qu’émerge petit à petit une notion de la ville proche de la nôtre sont au nombre de trois. En premier lieu, résultat de plus d’un siècle de croissance urbaine, un certain nombre d’agglomérations ont atteint une taille importante, qui souvent n’a rien à envier aux cités, voire les dépasse, et qui se manifeste dans l’espace, outre l’étendue, par une masse compacte de constructions plus ou moins jointives : un paysage à proprement parler urbain. Ensuite, les opérations d’aménagement des agglomérations importantes prennent un caractère nouveau. Il ne s’agit plus, dans le cas des enceintes, de protéger un quartier d’extension, mais à Verneuil-sur-Avre, Pont-Audemer, Rouen, de donner une cohérence d’ensemble à l’espace urbain, en englobant l’essentiel de la partie urbanisée. L’agglomération n’apparaît plus alors comme un agrégat de secteurs plus ou moins bien liés les uns aux autres, mais comme une unité soulignée par une enveloppe commune. Le troisième argument concerne les droits des habitants. Déjà depuis le milieu du XIe siècle à Rouen, et dans un nombre croissant d’agglomérations importantes, les bourgeois bénéficient non seulement d’un droit unifié pour les différents quartiers développés au cours du temps, mais aussi d’une représentation politique, d’un corps de ville à même de discuter avec le roi comme à Falaise en 1106 ou de décider seul du sort de sa ville en cas de guerre, comme à Verneuil-sur-Avre en 1144. Ce n’est bien sûr pas un hasard si ces trois phénomènes concordent dans le temps.

Un apogée au XIIe siècle, puis une histoire contrastée

184Tant les monographies détaillées que les nombreuses données éparses concernant plus d’une centaine de sites tendent à montrer que le développement urbain, au sens physique, est à son maximum pour la plupart des villes en Normandie vers le milieu du XIIe siècle. Rares sont les opérations d’urbanisme postérieures à 1150, et l’on n’a pu repérer entre cette date et le XIIIe siècle que quelques lotissements, souvent de peu d’étendue. Seules Rouen, dont le développement est vif entre 1220 et 1250, puis au début du XIVe siècle de façon atténuée, et Louviers, une véritable ville nouvelle de la première moitié du XIIIe siècle, font exception. On a vu que le changement du contexte géopolitique, et probablement tout particulièrement la séparation de l’Angleterre, ont amené une forte récession dans les principales villes portuaires. Le niveau de développement spatial du XIIe siècle ne sera pas rejoint avant longtemps, le XVIe siècle pour Dieppe, le XIXe pour Eu, Fécamp, Pont-Audemer.

185Du début du XIe siècle jusque vers 1150 la croissance urbaine est forte, puis ralentie, semble-t-il, dans la seconde moitié du XIIe siècle. Après 1204, la croissance des villes est dans l’ensemble stoppée, sauf exceptions dans des contextes particuliers. Un regain est perceptible dans le troisième quart du XIIIe siècle, mais Fécamp est bien avant la guerre de Cent Ans une ville déchue, et à Pont-Audemer les signes d’une même déchéance sont palpables dès la fin du XIIIe siècle.

186L’espace des villes est marqué par des actes d’aménagement, des opérations d’urbanisme, des lotissements, mais aussi par les recompositions parcellaires et viaires qui ont accompagné les grandes évolutions démographiques et économiques. L’inoccupation relative de l’aire protégée d’Eu (Gauthiez 1999), les jardins à l’emplacement d’anciennes maisons à Fécamp, sont des effets de la déprise urbaine que ces villes ont connue à un moment ou à un autre. Cette déprise pourrait bien avoir été un phénomène fréquent, occulté par l’écrasement de la perspective donné par la longue durée. A Falaise, on a pu repérer des moments d’apogée spatial (et certainement démographique) au XIIe siècle, et au début du XIVe, avec des périodes prospères peut-être après le début du XIIIe siècle et au XVIe. Elles sont entrecoupées de moments de grande difficulté, au tournant du XIIIe siècle et pendant la guerre de Cent Ans par exemple. Plusieurs cycles de croissance/décroissance se sont succédé, sans que l’aire urbanisée ait connu de sensible modification : le cas est probablement la règle dans les villes de Normandie après le XIIe siècle.

187L’idéal serait de pouvoir saisir les variations démographiques et économiques relatives à chaque aire géographique et à chaque ville voire chaque quartier. L’interprétation des sources correspondantes reste à mener, délicate, comme celle de toute source. Elle requiert une confrontation étroite aux données morphologiques, principalement aux opérations de lotissement, de construction d’enceinte, à l’étendue de l’aire urbanisée. Les données relatives à la Normandie sont riches de ce point de vue, et restent encore largement à explorer, de même que dans d’autres régions. Cette nécessité d’avoir des niveaux d’investigations comparables entre les régions s’impose aussi pour les aspects culturels du développement urbain.

Abréviations

188ADE
Archives Départementales de l’Eure

189ADC
Archives Départementales du Calvados

190ADSM
Archives Départementales de la Seine-Maritime

191AN
Archives Nationales

192BML
Bibliothèque Municipale de Lisieux

193BMR
Bibliothèque Municipale de Rouen

194BSHL
Bulletin de la Société Historique de Lisieux

195GC
Gallia Christiana

196PL
Patrologia latina, édition Migne

Bibliographie

Sources imprimées

Adelard de Bath
Quaestiones naturales, éd. S. Balossi, A. Di Giovanni, B. Ferrari, Scientia Veterum n° 86, Arti Grafiche Canessa, Rapallo, 1965.

Arnoul, Lettres
« Arnulfi Lexiovensis episcopi epistolae », PL 201, Paris.

Benoit de Ste-Maure
Chronique des ducs de Normandie, 2 vol., éd. C. Fahlin, Uppsala 1951.

Cité de Dieu
St-Augustine, City of God, éd. abrégée V. J. Bourke, New York, 1958.

Cart. Louviers
Cartulaire de Louviers, éd. Th. Bonnin, Evreux puis Rouen-Paris, I, 1870 ; II, 1871 ; III, 1878 ; IV, 1879.

Cart. Normand
« Cartulaire Normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi », éd. L. Delisle, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XVI, Paris-Caen, 1852.

Chronique de la Pucelle…
Chronique de la Pucelle, suivie de la chronique normande de Pierre Cochon, Ed. M. Valet de Viriville, Delahays, Paris, 1859.

Consuetudines
Consuetudines Beccenses, éd. M.P. Dickson, Corpus Consuetudinum monasticarum vol. IV, éd. D. Knowles et F. Schmitt, Siegburg, 1967.

Cousinot
Chronique, éd. Vallet de Viriville, Delahays, Paris, 1859.

Cousinot de Montreuil
Chronique, éd. Vallet de Viriville, Delahays, Paris, 1859.

Dudon
Dudon de Saint-Quentin, « De moribus et actis primorum Normanniae ducum », éd. J. Lair, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 23, Caen, 1865.

Durand de Troarn
« De corpore et sanguine domini », PL 149, Paris, 1853.

Eslin 1994
Augustin (saint) De Civitate Dei, éd. J.-Cl. Eslin, trad. L. Moreau (1846), 3 vol.

Eudes
Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, éd. Th. Bonnin, Rouen, 1852.

Fawtier (R.) 1930
Comptes du trésor (1296, 1316, 1384, 1477), éd., Imprimerie Nationale, Paris.

GC XI
Gallia Christiana, XI, Paris, 1759.

Gesta Fontanellensis
Gesta sanctorum patrum Fontanellensis coenobii, éd. Dom F. Lohier et J. Laporte, Rouen-Paris, 1936.

Guillaume de Conches
« Philosophia Mundi », (attribué par erreur à Honorius d’Autun, cf. Jauneau 1965), PL 172, Paris, 1854.

Guillaume Le Breton
Vie de Philippe-Auguste, Coll. des mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Guizot, Paris, 1825.

Guillaume de Jumièges
« Historia Northmannorum », PL 149, Paris, 1853.

Guitmondus
« Oratio ad Guillelmum primum Anglorum regem cum recusaret episcopatum », PL 149, Paris, 1853

Henri II
Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, éd. L. Delisle et E. Berger, 4 vol., Paris, 1909-1924.

Inventaire 1779
« Inventaire et extrait historique des titres et papiers de la ville de Pont-Audemer fait en 1779 », 3 vol., manuscrit.

Jean de Salisbury
Jean de Salisbury, Metalogicon, Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis XCVIII, éd. Hall, Turnhout, 1991.

Guillaume de Conches, Glosae
Guillaume de Conches, Glosae super Platonem, éd. E. Jeaunau, Vrin, Paris, 1965.

Longnon 1903
Pouillés de la province de Rouen, Paris.

Lot (F.) 1913
Recueil des actes de Charles II le Chauve, dir., Paris, 3 vol.

Marx (J.) 1914
Guillaume de Jumièges, Gesta normannorum ducum, éd., Rouen-Paris.

Milones Crispinus
« Vita beati Lanfranci archiepiscopi Cantuarensis », PL 150, 1854.

Mortet-Deschamps 1995
Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Age, rééd. CTHS, Paris.

Mouzon
Chronique ou livre de fondation du monastère de Mouzon, éd. M. Bur, Paris, 1989.

MRSN
« Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae », I, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XV, Paris 1846, éd. Léchaudé d’Anisy, 1180, 1-33 ; 1184, 34-38 ; 1195, 39-86 ; II, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XVI, éd. Léchaudé d’Anisy et A. Charma, Paris-Caen, 1852 ; 1180, XXIX-XXX ; 1198, 1-79 ; 1201, 80 ; 1203, 82-104.

Orderic
Orderic Vital, Ecclesiasticae Historia, éd. A. Leprévost, Paris, I, 1838 ; II, 1840 ; III, 1845 ; IV, 1852 ; V : 1855.

RHF Pouillés, II
Recueil des Historiens de la France, pouillés, II, éd. A. Longnon, Paris, 1893.

RHF XI
Recueil des Historiens de la France, « Ex chronico Fiscanensi », Paris, 1767.

RHF XIII
Recueil des Historiens de la France.

RHGF XXIII
Recueil des Historiens de la France, « Chronique de Fécamp ».

Rigord
Vie de Philippe-Auguste, Coll. des mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Guizot, Paris, 1825.

RNTL 1204
« Rotuli Normanniae in Turri Londinensi », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XV, Paris 1846, éd. Léchaudé d’Anisy, 93-129.

Robert de Torigni
Chronique, 2 vol., éd. L. Delisle, Rouen, 1872.

Roles
« Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 23, 1858.

RRAN
Regesta Regum Anglo-normannorum, I - Willelmi Conquestoris et Willelmi Rufi 1066-1100, éd. H. W. C. Davis ; II - Henrici primi 1100-1135, éd. Ch. Johnson et H. A. Cronne ; III - Regi Stephani ac Mathildis imperatricis ac Gaufridi et Henrici ducum Normannorum 1135-1154, éd. H. A. Cronne et R. H. C. Davis, Clarendon Press, Oxford, 1913, 1956-1968.

SNRF
« Scaccarium Normanniae sub regibus Francie », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XV, Paris 1846, éd. Léchaudé d’Anisy, 137-161.

S. Anselmi Opera omnia
5 vol., éd. F.S. Schmitt, Stuttgart, 1968.

Vegece
« Institutorum rei militaris », Collection des auteurs latins publiés sous la direction de M. Nisard, Ammien-Marcellin, Jornandès, Frontin, Vegece, Modestus, Paris, 1878.

Bibliographie

Bardet (J.-P.) 1987
« L’économie normande du XVIe au XVIIIe siècle », Histoire de la Normandie, dir. De Bouärd (M.), Toulouse.

Bates (D.) 1989
William the Conqueror, George Philip, Londres.

Bates (D.) 1994
« The rise and fall of Normandy, c. 911-1204 », England and Normandy in the Middle Ages, éd. D. Bates et A. Curry, Londres.

Battisti (E.) 1989
Filippo Brunelleschi, Milan.

Baudot (M.) 1968
« Pont-Audemer », et « Verneuil-sur-Avre », Dictionnaire des églises de France, IV, Paris.

Beck (B.) 1986
Châteaux forts de Normandie, Rennes.

Benevolo (L.) 1978
The Architecture of the Renaissance, Routledge et Kegan Paul, Londres.

Biddle (M.)-Hill (D.) 1971
« Late Saxon planned towns », The Antiquaries journal, 51.

Bois (G.) 1976
Crise du féodalisme, PFNSP/EHESS, Paris.

Boudon et al. 1977
Boudon, Chastel, Couzy et Hamon, Système de l’architecture urbaine, le quartier des Halles à Paris, Paris.

Bouet-Dosdat 1995
« Les évêques normands de 985 à 1150 », Les évêques normands au XIe siècle, dir. P. Bouet et F. Neveux, Presses universitaires de Caen.

Bourgeois (L.) 1995
« Les agglomérations secondaires antiques et noyaux urbains du haut Moyen Age dans l’Ouest parisien », L’habitat rural du haut Moyen Age en Ile-de-France et dans les régions voisines, actes du colloque de Vincennes-Paris, Rouen.

Brandenbourg (A.) 1989
La cathédrale, Paris.

Brundage (J. A.) 1984
« St-Anselm, Ivo of Chartres and the ideology of the first crusade », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum Beccense II, actes du colloque du Bec- Hellouin 1982, CNRS.

Burnett (Ch.) 1997
The introduction of Arabic Learning into England, The Panizzi Lectures 1996, The British library.

Canel (A.) 1835
Essai historique, archéologique et statistique sur l’arrondissement de Pont-Audemer, 2 t., Paris.

Canel (A.) 1885
Histoire de la ville de Pont-Audemer, Paris.

Cardine (P.M.) 1984-5
« Lisieux de la fin du Moyen Age à l’époque classique », Art de Basse Normandie, n° 89, 90, 91.

Cavallo (G.) 1983
« Aspetti della produzione libraria nell’Italia meridionale longobarda », Libri e lettori nel medioevo, dir., Laterza, Rome-Bari.

Chevalier (B.) 1982
Les bonnes villes de France, du XIVe au XVIe siècle, Paris.

Chibnall (M.) 1986
Anglo-Norman England 1066-1166, Blackwell, Oxford.

Chibnall (M.) 1989
« Innocent II and the Canterbury election of 1138 », Mediaevalia Christiana, hommage à Raymonde Foreville, éd. C. E. Viola, Editions universitaires, Paris.

Cochrane 1994
Adelard of Bath, The first English scientist, British Museum Press, Londres.

Conzen (M. R. G.) 1968
« The use of town plans in the study of urban history », The study of urban history, éd. H. J. Dyos.

Cousin (don P.) 1959
« Le monastère de Fécamp des origines à sa destruction par les Normands », L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Fécamp.

De Beaurepaire 1872
Robillard De Beaurepaire (Ch.), Recherches sur l’instruction publique dans le diocèse de Rouen avant 1789, Evreux, 3 vol.

De Bruyne (E.) 1946
Etudes d’esthétique médiévale, De Tempel, Bruges 1946, rééd. Albin Michel 1998, Paris, 2 vol.

Deck (S.) 1960
« Formation des communes en Haute-Normandie et communes éphémères », Annales de Normandie, II, n° 4, p. 317-29.

Delacampagne (F.) 1990
Carte archéologique de Gaule, le Calvados 14.

Desert (G.) 1962
« Mesures agraires anciennes et nouvelles dans le Calvados », Annales de Normandie, II, 12e année, juin, p. 69-72.

Doranlo 1945
« Les origines de la Falaise et les voies antiques de sa région », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie.

Dosdat 1995
« Les évêques de la province de Rouen et la vie intellectuelle au XIe siècle », Les évêques normands au XIe siècle, dir. P. Bouet et F. Neveux, Presses universitaires de Caen.

Dutour (F.) 1985
Le Calvados : 1945-1947, Caen

Eco (U.) 1997
Art et beauté dans l’esthétique médiévale, Grasset, Paris.

Erlande-Brandenburg (A.) 1989
La cathédrale, Fayard, Paris.

Fauroux (M.) 1961
« Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066 », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen.

Fernie (E.) 1994
« Architecture and the effects of the Norman conquest », England and Normandy in the Middle-Ages, éd. D. Bates et A. Curry, Hambledon press, Londres.

Foreville (R.) 1984
« St Anselme et son temps, la place de St Anselme dans l’histoire socio-culturelle au tournant des XIe-XIIe siècles », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum beccense II, actes du colloque du Bec-Hellouin 1982, CNRS, Paris.

Formeville (H. de) 1873
Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, 2 vol., Lisieux.

Gazeau (V.) 1988
« Le domaine continental de l’abbaye de Notre-Dame et Saint-léger de Préaux au XIe siècle », L. Musset, J.M. Bouvris et V. Gazeau, Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-IIIe siècles), Cahier des Annales de Normandie n° 22, Caen.

Gauthiez (B.) 1988-89
« Le quartier St-Nicaise à Rouen, une ‘opération d’urbanisme’ du XIIIe siècle ? », Bulletin des amis des monuments rouennais.

Gauthiez (B.) 1991
La logique de l’espace urbain, formation et évolution : le cas de Rouen, 2 vol., thèse EHESS, Paris.

Gauthiez (B.) 1992
« Hypothèses sur la fortification de Rouen au XIe siècle », Anglo-Norman studies, XIV.

Gauthiez (B.) 1993a
« La ré-occupation planifiée de la Cité de Rouen au haut Moyen Age », Medieval art, architecture and archaeology at Rouen, éd. J. Stratford, BAA conference transactions.

Gauthiez (B.) 1993b
« Les maisons de Rouen, XIIe-XVIIIe siècles », Archéologie médiévale, XXIII, Caen.

Gauthiez (B.) 1997
« Le rôle du contrôle de l’espace public et l’urbanisme au XIIIe siècle en France », Urbanism in Medieval Europe, éd. G. De Boe et F. Verhaeghe, Zellik.

Gauthiez (B.) 1998
« The planning of the town of Bury St Edmunds : a probable Norman origin », Bury st Edmunds Medieval art, architecture, archaeology and economy, The British Archaeological Association conference transactions XX, éd. A. Gransden, Leeds, p. 81-97.

Gauthiez (B.) 1999
Atlas morphologique des villes de Normandie, Cosmogone, Lyon.

Gauthiez (B.) et Pitte (D.) 1987
Le château de Philippe-Auguste à Rouen, nouvelles recherches, Rouen.

Gazeau (V.) 1984
« Le domaine continental du Bec – aristocratie et monachisme au temps d’Anselme », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum beccense II, actes du colloque du Bec-Hellouin 1982, CNRS, Paris.

Gem (R.) 1983
« Architecture of the Anglo-Saxon church, 735 to 870 : from Archbishop Ecgberht to Archbishop Celnoth », Journal of the British Archaeological Association, CXLVI.

Germann (P.) 1984
Histoire de Falaise, Condé-sur-Noireau.

Germann 1991
Vitruve et le vitruvianisme, Presses du Polytechnique de Lausanne.

Golb (N.) 1985
Les Juifs de Rouen au Moyen Age, portrait d’une culture oubliée, Pub. de l’univ. de Rouen n° 66, Rouen.

Graboïs (A.) 1984
« Anselme, l’Ancien testament et l’Idée de croisade », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum beccense II, actes du colloque du Bec-Hellouin 1982, CNRS, Paris.

Grant (L.) 1990
« The choir of St Etienne at Caen », Medieval architecture and its intellectual context, éd. E. Fernie et P. Crossley, Hambledon Press, Londres.

Grant (L.) 1993
« Rouen cathedral, 1200-1237 », Medieval art, architecture and archaeology at Rouen, éd. J. Stratford, BAA conference transactions.

Guibert (H.) 1912
« Les origines de Louviers », Bulletin de la société d’Etudes diverses de l’arrondissement de Louviers, XIII, 1911.

Guide bleu 1950
Guide bleu France automobile en un volume, Paris.

Guidoni (E.) 1989
Storia dell’urbanistica, Il Duecento, Laterza, Rome-Bari.

Guidoni (E.) 1991
Storia dell’urbanistica, Il Medioevo, secoli VI-XII, Laterza, Rome-Bari.

Harmand 1987
« La romanisation », Histoire de la Normandie, dir. M. De Bouärd, Privat, Toulouse.

Heath 1981
A history of greek mathematics, 2 vol., Dover publications, New York.

Heitz (C.) 1963
Architecture et liturgie à l’époque carolingienne, SEVPEN, Paris.

Henry (J.) 1967
« Les abbayes de Préaux », La Normandie bénédictine au temps de Guillaume le Conquérant (XIe siècle), Faculté Catholique de Lille, Lille.

Houth (E.) 1981
« Les comtes de Meulan, IXe-XIIIe siècles », Mémoires de la société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, LXX, Pontoise.

Huard (G.) 1919
« La cathédrale de Lisieux aux XIe et XIIe siècles », Etudes lexoviennes, II.

Krautheimer (R.) 1941
Introduction à une iconographie de l’architecture médiévale, 1941, rééd. G. Monfort 1993, Brionne.

Lanfry (G.) 1956
« La cathédrale dans la cité romaine et la Normandie ducale », Les cahiers de Notre-Dame de Rouen.

Laporte (J.) et De Beaurepaire (Ch.) 1982
Dictionnaire topographique de la France, département de la Seine-Maritime, Bibliothèque Nationale, Paris.

Lavedan (P.) et Hugenet (J.) 1974
L’urbanisme au Moyen Age, Genève.

Lechaudé d’Anisy 1834
Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie.

Le Goff (J.) 1985
Les intellectuels au Moyen Age, Seuil, Paris (Paris, 1957).

Le Maho (J.) 1976
« L’apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand-Caux à l’époque ducale », Archéologie médiévale, VI.

Lemaître 1984-85
« Lisieux dans l’Antiquité », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, spécial Lisieux.

Lemarignier 1979
« Réflexions sur l’essor du monachisme aux Xe et XIe siècles », Monuments historiques, 103, spécial Abbayes normandes.

Le Mercier (F.) 1906
Monographie de l’église Notre-Dame de Louviers, Hérissey, Evreux.

Le Patourel (J.) 1980
« Guillaume fils Raoul, sénéchal de Normandie, 1178-1200 », Annales de Normandie, n° 4, 1980.

Leprévost (A.) 1862-1864
Mémoires pour servir à l’histoire du département de l’Eure ; 2 T., éd. L. Delisle et L. Passy, Hérissey, Evreux.

Lescroart (Y.) 1984-85
« L’église Saint-Jacques », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, spécial Lisieux.

Lesquier (J.) 1928
« Les fortifications de Lisieux au XVe siècle », Etudes lexoviennes, III, Paris-Caen.

Libourel (J.-L.) 1990
Falaise, coll. Image du patrimoine n° 76, Caen.

Lilley (K.) 1997
« Colonialism and urbanism in High Medieval Europe ; identifying morphologies of urban change », Urbanism in Medieval Europe, éd. G. De Boe et F. Verhaeghe, Zellik.

Lilley (K.) 1999
« Urban landscape and the cultural politics of territorial control in Anglo-Norman England »,
Landscape Research, vol. 24, n° 1, p. 5-23.
Lisieux avant l’an mil, essai de reconstitution, catalogue d’exposition, Musées de la ville de Lisieux, 1994.

Marie-Cardine (G.) 1899
Histoire de Lisieux, éd. Morière, Lisieux.

Marie-Cardine (P.) 1933
Lisieux, le pèlerinage, la ville, Arthaud, Grenoble.

Moisy (A.) 1915
« Lisieux sous Louis XVI », Etudes lexoviennes, I, Paris-Caen.

Mollat (M.) et Nortier (M.)
« Notes et documents sur la pêche harenguière à Fécamp à la fin du XVe siècle », L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Durand et Fils, Fécamp.

Moss 1994
« Normandy and England in 1180 : The Pipe Roll evidence »,
England and Normandy in the Middle Ages, éd. D. Bates et A. Curry, Hambledon Press, Londres.

Musset (L.) 1942
« Les domaines de l’époque franque et les destinées du régime domanial du IXe au XIIe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 49.

Musset (L.) 1948
« Les villes épiscopales et la naissance des églises suburbaines en Normandie », Revue de l’histoire de l’église de France, 34.

Musset (L.) 1959
« La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous l’abbatiat de Jean de Ravenne (1028-1078) », L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Durand et Fils, Fécamp.

Musset (L.) 1960
« Recherches sur les bourgs et les bourgs ruraux du bocage normand », Le Pays bas-Normand, 2.

Musset (L.) 1966
« Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale Xe-XIIe siècles, IX.

Musset (L.) 1968
« Falaise », Dictionnaire des églises de France, IV, Robert Laffont, Paris.

Musset (L.) 1974
« Rouen et l’Angleterre vers l’an mil », Annales de Normandie, 34.

Musset (L.) 1976
« Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », Annales de Normandie, 26.

Musset (L.) 1984
« L’église anglo-normande et l’église d’Angleterre », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum beccense II, actes du colloque du Bec-Hellouin 1982, CNRS, Paris.

Musset (L.) 1988a
« Réflexions autour du problème de l’esclavage et du servage en Normandie ducale (Xe-XIIe siècles) », Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIe siècles), Cahier des Annales de Normandie n° 22, Caen.

Musset (L.) 1988b
« La formation d’un milieu social original : les chapelains normands du duc-roi au XIe siècle et au début du XIIe », Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIe siècles), Cahier des Annales de Normandie n° 22, Caen.

Musset (L.) 1988c
« Réflexions sur les moyens de paiement en Normandie aux XIe et XIIe siècles », Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIe siècles), Cahier des Annales de Normandie n° 22, Caen.

Musset (L.) 1989
« Observations sur la formation intellectuelle du haut clergé normand (vers 1050-vers 1150) », Mediaevalia Christiana, hommage à Raymonde Forveville, éd. C. E. Viola, Editions universitaires, Paris.

Neveux (F.) 1984-85
« Lisieux au Moyen Age », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, spécial Lisieux.

Neveux (F.) 1996
Bayeux et Lisieux, villes épiscopales à la fin du Moyen Age, éd. du Lys, Caen.

Nortier (M.) 1957-8
« Recherches sur l’étendue, les subdivisions et la population des vicomtés de Caen et de Falaise au XIVe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 54.

Nortier (G.) 1971
Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines normandes, Bibl. d’Histoire et d’Archéologie Chrétienne, Paris.

Omont 1886
Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques. Départements, T. 1, Rouen, Paris.

Panofsky (E.) 1967
Architecture gothique et pensée scholastique, éd. de Minuit, Paris.

Panofsky (E.) 1993
La renaissance et ses avants -courriers dans l’art d’Occident, Flamarion, Paris (Stockholm, 1960).

Petit-Dutailly (Ch.) 1970
Les communes françaises, caractère et évolution des origines au XVIIIe siècle, Albin Michel, Paris.

Piletta 1980
« Les bourgs du sud du Pays d’Auge du milieu du XIe au milieu du XIVe siècle », Annales de Normandie, n° 3, 1980.

Porée (chan.) 1901
Histoire de l’abbaye du Bec, 2 vol., Evreux.

Pouzet (Ph.) 1927
L’anglais Jean dit Bellesmains (1122-1204 ?), Lyon.

Remy-Watte (M.) 1990
Le camp du Canada à Fécamp, catalogue d’exposition, Fécamp.

Renaud (J.) 1989
Les Vikings et la Normandie, Ouest-France, Rennes.

Renoux (A.) 1990
« Châteaux et résidences fortifiées des ducs de Normandie aux Xe et XIe siècles », Les mondes normands (VIIIe-XIIe s.), actes du IIe Congrès International d’Archéologie Médiévale (Caen, 2-4 oct. 1987), p. 113-24.

Renoux (A.) 1991
Fécamp, du palais ducal au palais de dieu, CNRS, Paris.

Renoux (A.) 1994a et 1994b
« Palais et châteaux des ducs de Normandie », et « Abbaye de la Trinité », Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, dir. Renoux (A.), Publications de l’université du Maine, p. 48 et p. 179.

Renoux (A.) 1995
« Lisieux », Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, dir. A. Renoux, Pub. de l’univ. du Maine, Le Mans.

Richards 1991
Viking age England, Batsford/English Heritage.

Riché (P.) 1984
« La vie scolaire et la pédagogie au Bec au temps de Lanfranc et de saint Anselme », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum beccense II, actes du colloque du Bec-Hellouin 1982, CNRS, Paris.

Saforge (J.-P.) 1969
« L’habitat gallo-romain chez les Calètes et les Véliocasses », Bulletin de la Société Normande d’Etudes Préhistoriques, T. 39, fasc. 3, 141-46 et carte hors texte.

Sauvage (R. N.) 1928
« Fragments d’un cartulaire de St-Pierre de Lisieux », Etudes lexoviennes, III, Paris-Caen.

Sauvage (R. N.) 1938
« Cartulaire communal de Falaise », Mélanges de la société d’Histoire de la Normandie, XIVe série.

Spear (D.) 1995
« L’administration épiscopale normande, archidiacres et dignitaires des chapitres », Les évêques normands du XIe siècle, éd. P. Bouet et F. Neveux, Presses universitaires de Caen.

Tatton-Brown (T.) 1989
Great cathedrals of Britain, BBC Books, Londres.

Thibout (M.), 1946
dans Bulletin de la société normande d’études préhistoriques, XXXIV, fasc. III.

Türk (E.) 1977
Nugae Curialium, le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189) et l’éthique politique, Droz, Genève.

Vallez (J.-M.) 1961
« Recherches sur l’histoire sociale et économique de Falaise du XIe siècle à la guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, LV, 1959-60, Rouen.

Vauchez (A.) 1994
La spiritualité du Moyen Age occidental VIIIe-XIIIe siècle, Seuil, Paris.

Verger (J.) 1996
La renaissance du XIIe siècle, éd. du Cerf, Paris.

Verger (J.) 1997
Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Age, PUF, Paris.

Vipard (P.) 1990
« Inscriptions funéraires et dédicaces », Les dossiers de l’archéologie, n° 144, janv. 1990, p. 72-8.

Walker (K.) 1984
« Rochester cathedral library and English book collection based on Norman models », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Spicilegum beccense II, actes du colloque du Bec-Hellouin 1982, CNRS, Paris.

Warren-Hollister 1986
Monarchy, magnates and institutions in the Anglo-Norman world, Hambledon Press, Londres.

Wheeler (M.) et Richardson (D.M.) 1957
« Hill-Forts of Northern France », Reports of the Research Committee of the Society of the Antiquaries of London, XIX, Oxford.

Wyss (M.) 1996
Atlas historique de Saint-Denis, des origines au XVIIIe siècle, DAF n° 59, MSH, Paris.

Notes

1 Les critères morphologiques utilisés ici sont la centralité relative dans le dispositif des unités de plan et les éléments montrant une mise en place postérieure d’une forme par rapport à une autre, en particulier lorsque cette mise en place a conduit à des réaménagements de l’espace déjà en place.

2 Dans le cas de Rouen, on utilise ici les résultats de l’étude menée en 1987-91 (Gauthiez 1991).

3 Il pourrait cependant s’agir d’une utilisation purement rhétorique de l’expression, reprise d’auteurs anciens ; un procédé fréquent à cette époque.

4 « à son époque, le prévôt Ermhier... édifia une basilique au très bienheureux archange Michel, à savoir un ouvrage modeste, mais très beau, fait de pierres polies transportées de Lillebonne, pour construire un arc ou un frontispice à son temple » (« Sub hujius denique tempore Ermharius, praepositus..., aedificavit basilicam beatissimi archangeli Michaelis, licet modico, pulcherrimo tamen opere, allatis videlicet petris politis de Juliobona..., ad construendas arcus seu frontispicium eiusdem templi ») (Gesta Fontanellensis, 54).

5 La période précédant le baptême de Rollon, suivant Dudon de St-Quentin, aurait été ainsi utilisée par le chef normand : « le premier jour il donna à dieu et à l’église Sainte-Marie de Rouen une très grande terre, en possession perpétuelle pour les chanoines, le second jour à l’église Sainte-Marie de Bayeux..., le troisième jour à l’église Sainte-Marie d’Evreux..., le quatrième à l’église de l’archange Saint-Michel..., le cinquième à l’église Saint-Pierre et Saint-Ouen..., le sixième à l’église Saint-Père et Saint-Achard de Jumièges, le septième il donna Brenneval et ses dépendances à Saint-Denis, le huitième jour de son expiation, habillé de vêtements d’oction et baptismaux. » (« Prima die baptisterii, deo et Santae Mariae Rothomagensis ecclesiae terram praemaximam, canonicis in perpetuum possidendam, secondo die Sanctae Mariae Bajocensis ecclesiae..., tertio die Sanctae Mariae Ebroicacensis ecclesiae..., quarto Archangeli Sancti Michaelis ecclesiae..., quinto Sancti Petri sanctique Audoeni ecclesiae..., sexto Sancti Patri Sanctique Aichardi Gemeticensis ecclesiae..., septimo Brenneval cum ommnibus appendiciis Sancto Dyonisio dedit, octavo die expiationis ejus, vestimentis chrismalibus et baptismalibus exutus.... ») (Dudon 1865, 171).
Dudon paraît avoir reconstruit l’histoire de cette période. Mais, même s’il n’écrit que près d’un siècle plus tard, on ne peut que remarquer la symbolique très marquée du passage, dont on sait qu’il reflète des actes de donation, ou plutôt de restitution, réels. La durée sur laquelle ils s’étendent, 7 jours, fait évidemment référence à la Genèse. Les donations concernent d’abord les principales églises cathédrales normandes, Rouen, métropole, Bayeux et Evreux, suivies par l’abbaye du Mont-Saint-Michel, dont la localisation à l’occident est particulièrement propice à la protection du nouvel état. On trouve ensuite trois abbayes majeures, Saint-Ouen de Rouen et Jumièges, puis Saint-Denis, en France, dans un geste à la fois politique et religieux signifiant en quelque sorte l’attachement au royaume.

6 Analyse métrologique menée par Philippe Lanos, UMR CNRS n° 153, communication personnelle.

7 L’utilisation de rapport mathématiques tirés de l’harmonie musicale est par la suite attestée par un certain nombre de textes. Guillaume de Conches, au début du XIIe siècle, en fait une description détaillée dans son commentaire du Timée de Platon (Guillaume de Conches, Glosae), de même Jean de Salisbury, voir infra. Plus tard, au XVe siècle, Alberti fait encore référence à ces rapports comme à un système propre à la disposition d’éléments architecturaux (Germann 1991, 57-8 ; Eco 1997, 39).

8 Leur position excentrée par rapport au centre de la principauté, et dans un contexte de frontière, rappelle celles d’Eu et de Falaise. Il pourrait s’agir, là aussi, d’urbanisations décidées dans un but stratégique.

9 « Il construit une autre ville fortifiée, qu’on appelle Breteuil jusqu’à aujourd’hui, et ordonne à Guillaume Fils Osbern de la garder contre tous ses ennemis » (« Aliud oppidum... quod Bretolium usque hodie vocatur, instaurat, et Willelmi Osberni Filio ad custodiendum contra cunctos sibi adversantes commendat ») (Guillaume de Jumièges, PL 149, coll. 866).

10 Ils envahissent la Normandie par le sud, via Evreux (Bates 1989, 37).

11 Cf. l’expression « Ad limina archangeli Michaelis », utilisée avant 1008 (Marx 1914, 88).

12 Le mot axiation a le sens ici de « orienté en direction de », par le biais d’un axe de composition. L’église elle-même peut donc ne pas être disposée selon cet axe, son porche orienté vers l’axe, mais aussi se présenter de biais.

13 La conception de l’espace dans La cité de Dieu (Cité de Dieu ; Eslin 1994) :
Augustin raisonne en divisant l’espace en deux partie principales, la cité céleste et la cité terrestre, chacune étant porteuse d’une spatialisation particulière, et d’allégories chargées de sens multiples. Ces deux espaces sont réunis par la lumière divine.
La Cité de Dieu est aussi : Sion ou la Cité de Dieu (X, 25), la Jérusalem céleste, nom mystique qui signifie la vision de paix (XVI, 31 ; XVII, 3 ; XIX, 11), le Paradis, ou Jardin d’Eden, allégorie de l’Eglise (XIII, 16), prophétisée par le Temple de Salomon et la Jérusalem terrestre (XV, 20 ; XVII, 3), symbolisée par le Tabernacle, le Temple, l’Eglise (XIII, 16), Maison, temple ou cité de Dieu (XV, 19).
La voie : voie de la béatitude souveraine (IX, 15), voie de toutes les nations, seule voie pour la libération, dont l’infaillible rectitude mène à la contemplation de Dieu (X, 32), la route du Roi qui conduit au royaume (X, 32), Dieu est la voie (XI, 2), la voie droite est le Christ (XII, 20), (voie) de la foi qui conduit à Dieu (XVIII, 47).
La lumière : elle réunit la voie et la cité céleste, dans la vision de Dieu, « d’une beauté si sublime » (X, 16), lumière de Dieu qui illumine chaque homme qui vient dans le monde (X, 2 ; XI, 9), les citoyens de la cité de Dieu, royaume éternel, heureux dans la vision de Dieu (X, 32), la vraie voie de la vision de Dieu (X, 32), le peuple d’Israël voit Dieu (XVII, 13), que la lumière de la contenance divine brille sur les hommes... Qu’ils puissent connaître la voie sur terre (X, 32).
La lecture de saint Augustin ne s’est imposée qu’à un stade relativement avancé de cette recherche. La raison en est tout d’abord l’immensité de son œuvre et son caractère religieux, et peut-être plus encore l’idée que la solution à la question posée, celle de l’origine des dispositions spatiales rencontrées, ne pouvait résider que dans des textes de nature philosophique ou technique. D’où en premier lieu une lecture d’Anselme et de Guillaume de Conches, dans son commentaire du Timée de Platon. Cette idée s’est avérée en partie erronée, et les renvois nombreux à saint Augustin dans la littérature des XIe-XIIe siècles, puis le nom même de l’ouvrage De Civitate Dei, devaient s’imposer.

14 L’allégorie de la voie est utilisée à plusieurs reprises par Orderic Vital (Orderic, II, 308, 1077 ; III, 430, 1096 ; IV, 301, 1113 ; III, 445, 1126).

15 « l’artisan, voulant fabriquer quelque chose, la conçoit tout d’abord dans son esprit, puis, une fois la matière réunie, opère suivant son esprit « (« Et Faber volens aliquid fabricare prius illud in mente disponit, postea, quaesita materia, juxta mentem suam operatur ») (De Bruyne 1946-1998, 753) ; « Ne mireris si opifex dat formam operi quippe id est quia opifex suus formans effigiem id est effigiatum opus ad similitudinem exempli talis. Et est exemplum id iuxta cuius similitudinem fit aliquid, exemplar vero id quod fit ad similitudinem alterius rei. Sed sepe unum pro alio ponitur. Unde in hoc loco proprie exemplum dicitur divina sapientia ad cuius similitudinem omnia sunt facta. Quod possumus per omnes qualitates quas illi attribuit denotare, dicens immortalis quia caret fine, et persistentis in genuino id est naturali, statu quia est immutabilis. Et he due qualitates, immortalitas et immutabilitas, nulli nisi divino conveniunt. Unde certum est quod de divino exemplo hoc dicit. Sed ne aliquis putaret parvam esse similitudinem inter illud exemplum et mundum, addit : atque emulationem id est expressum similitudinem. Vel similitudo consideretur in compositione, emulatio in operis imitatione.
Necesse est id est inevitabile, efficiat honestum simulacrum. Simulacrum nec penitus est id cuius est simulacrum nac penitus diversum. Unde hic mundus divine sapientie simulacrum dicitur quia, cum eius sit effectus, in illius compositione et dispositione potest perpendi quanta et qualis sit divina sapientia et, per talem et tantam sapientiam que maxima et infinita est, illa substantia cuius est ea sapientia. Et sic mundus est imago divine sapientie est divina sapientia divine sapientie. Et hoc est simulacrum honestum id est a deo factum, nichil in se continens nisi bonum nec in aliqua sui parte diminutum »
. (Guillaume de Conches dans Jeauneau 1965, 105-6).

16 Jean de Salisbury a été formé au cœur de la culture anglo-normande du XIIe siècle, héritière de celle du Bec (voir infra).

17 Pierre Riché s’oppose à cette vision des choses, pourtant amplement renseignée (Riché 1984, 217).

18 Pour ne citer que ceux qui sont devenus archevêques de Canterbury, à la fin du XIe et dans la première moitié du XIIe siècle.

19 Lanfranc « enseigne à de nombreux les disciplines libérales et les lettres divines en Gaule » ; Lanfranc, né d’une famille noble de sénateurs de Pavie, admirablement érudit dans les sept arts libéraux (« vero disciplinas liberales et litteras divinas in Galliis multos edocens » ; « Lanfrancus, de senatorium Papiae nobili genere natus, in VII liberalibus artibus mirabiliter eruditus ») (Robert de Torigni, I, 36 ; 43).

20 Le De Civitate Dei est présent dans toutes les listes d’ouvrages des bibliothèques des abbayes normandes analysées par Geneviève Nortier (1971).

21 L’Arithmetica et la Musica pourraient être celles de Boèce.

22 La lecture d’Augustin par Lanfranc est attestée par une citation relative au livre XXII du De Civitate Dei, reproduite dans un manuscrit du XIIe siècle de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen (« Lanfrancus. Sententia quam beatus Augustinus de Tymeo Platonis », BMR A. 108, cf. Omont 1886, n° 482).

23 Comme dans le Proslogion : « abrite encore toujours, seigneur, mon âme dans ta lumière et dans ta béatitude, cette âme jusqu’ici tourmentée dans les ténèbres pour son malheur. Elle regarde bien autour d’elle, mais ne voit pas ta beauté » (« adhuc lates, domine, animam meam in luce et beatitudine tua, et idcirco versatur illa adhuc in tenebris et miseria sua. Circumspicit enim, et non videt pulchritudinem tuam » ou dans le « Sumptum ex eodem libello : iam sic intelligo te illuminante... ») (S. Anselmi Opera omnia, I, 113 ; 123).

24 « Je t’exorte, te conseille, te supplie, te prie instamment, te recommande, mon très aimé, de quitter cette Jérusalem, qui maintenant n’est pas vision de paix mais de trouble, mais un trésor pillé des mains ensanglantées des Constantinopolitains et des Babyloniens, et prends le chemin de la Jérusalem céleste, qui est vision de paix... » (« Moneo, consulo, precor, obsecro, praecipio ut dilectissimo, ut dimittas illam Jerusalem, quae nunc non est visio pacis sed tribulationis, et thesauro Constantinopolitanos et Babylonios cruentatis manibus diripiendos ; et incipe viam ad caelestem Jerusalem, quae est visio pacis... ») « que tu étudies pour toujours intérieurement dans le regard de dieu, que tu voies ce qui est en dehors au regard des hommes » (« ut semper in conspectu Dei intus studeas esse quod foris in conspectu hominum videris.. ») (Lettres n° 117-189, S. Anselmi Opera omnia, III, 254 ; IV, 74-5)

25 « Le peuple d’Israël dans la Jérusalem terrestre a servi de type prophétique pour la Cité céleste » (XV, 20) ; les Juifs « témoins répartis partout des anciennes prophéties concernant le Christ » (XVIII, 46) ; lors du Jugement Dernier, le second événement sera que « les Juifs croiront » (XX, 30). Voir aussi (X, 32).

26 Le cas du Bec est parmi les mieux renseignés par les sources. L’abbaye a connu deux phases principales de constructions. La première commence peu après son transfert sur le site définitif, vers 1060 (Porée 1901, I, 66). Une procession a lieu en 1073 de l’ancienne à la nouvelle église, suivie en 1077 de la dédicace de cette dernière, commencée 16 ans plus tôt (Robert de Torigni, I, 59 ; 61). Herluin, l’abbé fondateur, est inhumé en 1078 « in medio area capituli » (BN lat. 12884, 90-1). La confirmation des biens par l’archevêque de Rouen suggère la présence d’une agglomération : « son église et la paroisse du lieu, avec ses paroissiens résidents » (« ecclesia ipsa, eiusque ipsius loci parochia, cum residentibus parochianis suis ») (BN lat. 12884, 126). La deuxième phase de construction intervient probablement sous l’abbé Boson, élu en 1124, qui « pourvoyait de toutes nécessités son couvent et ceux qui survenaient à l’improviste, quand cela était nécessaire » (« omnia necessaria conventui suo et supervenientibus, ut opus erat, affluenter tribuerat ») (Robert de Torigni, I, 169). Un marché est accordé entre 1100 et 1135, et les libertés et coutumes des hommes du Bec redéfinies en 1134 (RRAN II, n° 1966 ; n° 1901). La reconstruction du chapitre est entreprise sous l’abbé Lethard en 1143, financée par Robert de Neubourg qui y est enseveli en 1159, suivie de celle du chœur de l’abbatiale à partir de 1145 (Robert de Torigni I, 322 ; 240). L’église est achevée et dédicacée en 1178 par l’abbé Robert, mort en 1180. La construction d’un marché (de halles ?) est alors évoquée, financée par Robert de Meulan (Robert de Torigni, II, 89). Il y a donc parallélisme entre les opérations de reconstruction des bâtiments de l’abbaye et les étapes du développement de l’agglomération, et particulièrement du marché. Le marché autorisé entre 1100 et 1135, vraisemblablement dans les années 1130, correspond certainement à la place triangulaire devant l’église paroissiale. Le financement octroyé par Robert de Meulan (après 1166, avant 1180), peut soit concerner l’édification des halles sur cette place, ce qui est le plus probable, soit la création d’un nouvel espace de marché, peut-être à l’emplacement de la place rectangulaire face à la porte de l’abbaye.

27 Abbayes auxquelles on peut vraisemblablement ajouter Montebourg, dans le Cotentin, où une telle place, remarquablement préservée, existe encore, donnant sur une église reconstruite au XIVe siècle.

28 C’est aussi celle des parties du corps du Christ, modèle des corps ressuscités après le Jugement dernier, et allégorie de l’Eglise (De Civitate Dei, XXII, 19).

29 « Car c’est ce qui est admirable, alors qu’une condition est réunie, c’est la proportion. Ainsi, lorsque tout est fait un et le même dans l’union réalisée des parties, à savoir en accord, c’est l’harmonie » (« Quippe id est quid mirum, cum sit eorum una conditio, id est proportio. Et membris effectis unis, id est concordibus, totus inde factum erit unum et idem, id est concors ») (Jauneau 1965, 134). On retrouve cette idée chez Jean de Salisbury, en 1159 : « la connaissance, à savoir doctrinale, tient tout dans ces quatre espèces, et touche à la perfection dans les quatre limites de la science philosophique du monde. Le premier degré est de changer la vertu à partir de l’arithmétique des nombres. Le second est de d’atteindre la grâce des proportions par la musique. Le troisième est obtenir la science des mesures par la géométrie. De même le quatrième et très nouveau est de suivre la vraie position des astres par l’observation de la force des objets célestes » (« In his vero quattuor speciebus mathesis, id est doctrinalis, tota constitit, et quasi quattuor philosophiae limitibus mundanae sapientiae perfectionem assequitur. Primus itaque gradus est ab arithmetica numerorum virtutem mutuare. Secundus proportionum gratiam a musica trahere. Tertius obtinere scientiam a geometria mensurarum. Quartus idem novissimus veram positionem siderum assequitur et vim caelestium perscrutatum ») (Keats-Rohan 1993, 111).

30 Les rayons lumineux sont issus de l’œil, vont frapper les objets et s’y répercuter, puis retournent former l’image sur l’œil (Jeauneau 1965, 239-40). On retrouve cette notion dans un texte de Jean de Salisbury, formé à l’école de Thibaud de Canterbury, puis de Guillaume de Conches et à Paris auprès de maîtres comme Abélard (Jean de Salisbury, 21 ; 71).

31 Guillaume de Conches n’explique pas comment passer des proportions harmoniques au dessin du cône lui-même.

32 Un parallèle peut être fait ici avec les débuts de l’introduction de dispositions issues de la perspective dans des tracés urbains à la Renaissance. L’un des tous premiers est celui du bourg associé à la villa Lanta, à Bagnaia, où de la large terrasse de la résidence partent trois rues qui convergent en s’en éloignant. Chez Brunelleschi, l’un des principaux « inventeurs » de la perspective plane de la Renaissance, l’un des tous premiers dispositifs élaborés dans le but de montrer une perspective place encore l’œil comme au point de fuite (Battisti 1989, 104). Une disposition inversée par rapport à celleci sera plus tard adoptée, par exemple à partir de la piazza del’Popolo à Rome et à Versailles dans le courant du XVIIe siècle. Dans ces cas, le point de convergence est l’élément majeur de la composition (Benevolo 1978, I, 352).

33 Voir en particulier la définition 4 : « les choses vues selon un angle plus grand apparaissent plus grandes, et celles selon un angle plus petit plus petites » (Things seen under a greater angle appear greater, and those under a lesser angle lesser), et « on peut déduire facilement de la Proposition 6 la proposition fondamentale en perspective que des lignes parallèles (considérées comme en permanence équidistantes) paraissent se rejoindre » (From Proposition 6 can be easily deduced the fundamental proposition in perspective that parallel lines (regarded as equidistant throughout) appear to meet) (Heath 1981, I, 442).

34 Daniel de Morley, dans un manuscrit des alentours de 1180 utilisant des sources des années 1135-40 et Adélard de Bath, fait une liste des domaines dont la science est composée : « astrologie, médecine, nécromancie naturelle, talismans, agriculture, navigation, alchimie, et perspective » (Burnett 1997, 65). Roger Bacon, au XIIIe siècle, se situe dans cette tradition, écrivant dans son Opus majus que « Les latins (o)nt posé les bases de la science en ce qui concerne les langues, la mathématique et la perspective... », cité par Le Goff 1957-85, 129.

35 Des manuscrits de Gondissalvi sont connus en Angleterre à la fin du XIIe siècle (Burnett 1997, 67).

36 Citons les tracés rayonnants des villes baroques, issus de la perspective, ou le quadrillage régulier de nombreux quartiers du XVIIIe siècle et du début du XIXe, certes pratique, mais qui pourrait trouver une partie de son origine dans la géographie de Mercator, etc.

37 Le manuscrit étudié par Burnett provient du Mont-Saint-Michel, d’où il avait été apporté du Bec.

38 « Avant sa conversion, il avait demeuré à la cour du comte Robert de Meulan, où il était puissant comme censeur des affaires légales, informé des secrets et conseiller dans la gestion des affaires de tous les jours » (« In curia Rodberti consulis de Mellanto ante conversionem diu commoratus fuerat, causarumque censor et arcanorum conscius ac in agendis rebus familiaris consiliarius pollebat ») (Orderic, V, 86-7).

39 Orderic dit de lui : « très prudent dans les affaires séculières, très érudit dans la science des lettres, et plus encore exercé dans la connaissance de la médecine » (« saeculari prudencia cautissimus, litterarum adprime scientia eruditus, medicinae peritia adeo exercitatus ») (Orderic, IV, 94). Robert de Leicester, justicier du roi, reçoit des ouvrages qui concernent notamment l’astrologie (Burnett 1997, 58).

40 Ici, l’opération est peut-être datable de la période de remise en état du château, vers 1198 (MRSN 1198, 11).

41 Orderic Vital relate un prodige intervenu dans la cathédrale de Coutances en 1108 : « les chandelles brûlèrent ensuite jusqu’à la fin des matines, et furent consumées à l’aurore. Elles se tenaient, en vérité, dans l’air, en ordre au-dessus de l’autel, mais cependant ne touchaient pas la nappe de l’autel. Celle du milieu était très grande et carrée, les deux autres de taille moyenne et rondes... Ensuite personne n’osa toucher les chandelles, mais les clercs pouvaient lire un texte ainsi formé dans le carré de cire... » (« cerei autem usque ad finem matutinorum arserunt, et tunc ad aurorem consumpti sunt. In aere quidem super aram ordinate stabant, sed tamen altaris mappulam non tangebant. Medius eorum maximus erat et quadratus, alii vero duo mediocres et rotundi... Porro nullus cereos ausus fuit tangere, sed in quadrato cereo clerici scripturam hujus modi legere ») (Orderic, III, 392).

42 Il s’agit d’un résultat fruit d’une pratique géométrique, et non d’une mesure.

43 La prophétie est formée de 27 vers « ce qui est le cube de trois », dont les initiales forment la phrase « Iesous Chreistos Theou Uios Sôter » (Jésus Christ fils de dieu sauveur, en grec). Les initiales de ces cinq mots (d’où 50 pieds de côté du carré élémentaire ?) forment le mot IChTUS (poisson en grec), « par application mystique, le nom du Christ ». Un symbolisme du même ordre avait été appliqué à la pierre tombale d’Helluin, le premier abbé du Bec, mort en 1079 (Porée 1901, I, 147-8). Le côté de la pierre était décoré de 27 scènes. Si l’on admet que chaque côté était formé d’une juxtaposition continue de scènes, la forme probable de la pierre tombale était un trapèze bordé de quatre scènes à l’extrémité de la tête, trois à celle des pieds, et de 10 scènes sur chaque côté, soit un rapport longueur sur largeur de sensiblement trois. 10 est le nombre des Lois, alors que 11 est le symbole du péché chez Augustin (De Civitate Dei, XV, 20), et conduirait à une dalle très allongée (allongement supérieur à 4). 9 carrés par côté donneraient, en revanche, un allongement d’environ 2, insuffisant.

44 Une fouille archéologique permettrait peut-être de résoudre la question.

45 Orderic, V, 64. Des indices archéologiques plaident pour une création de peu antérieure, en effet, les soubassements de l’église sont en « grison », la pierre dont sont construits les principaux édifices de Verneuil, non loin de là, dans les années 1120-40. Le mur est du chœur présente un biais qui correspond exactement avec le côté est du carré central de la composition, la construction du chœur est donc postérieure à la matérialisation de ce carré. Le clocher et la nef ont probablement été construits avant la fin du XIIe siècle, en style gothique assez archaïque, et non au XIIIe siècle, comme il est souvent écrit.

46 La ville se développe à partir de la première moitié du XIIe siècle (Leprévost 1864), en association donc avec le nouveau château, que Robert de Torigni évoque à la date de 1135 (Robert de Torigni, 197).

47 A Vernon, le château est dit construit en 1123 (Robert de Torigni, II, 165). Des marchands sont mentionnés à l’occasion de la prise du faubourg de la ville en 1153 (Robert de Torigni, I, 271). La nouvelle place remplace celle, allongée, aux contours souples, qui était auparavant localisée au débouché du pont, et qui fut vraisemblablement lotie à cette occasion. Elle englobe des éléments préexistants, comme une église dédiée à saint Jacques et quelques maisons le long d’une rue qui parcourait le site en biais. Toutefois, une halle est construite dans l’axe du carré. La présence de restes de l’état antérieur du site à l’intérieur du carré fait supposer que l’opération de dégagement de la place ne put être complètement menée à bien, à moins qu’il ne s’agisse d’une occupation antérieure.

48 Les édifices de cette époque dans l’Etat Anglo-Normand comportent parfois des décors peints formés de carrés et de carrés coupés de diagonales.

49 Les relations entre les Beaumont-Meulan et les Tosny ont souvent été fort orageuses. Au milieu du XIe siècle, Roger de Tosny « méprisait ouvertement tous ses voisins, et dévastait leurs terres par la rapine et l’incendie, en particulier celles d’Omfroi de Vieilles (l’ancêtre des Beaumon-Meulan) » (« omnes vicinos suos palam despiciabat, et terras eorum, maxime Unfridi de Vetulis, rapinis et incendiis devastabat ») (Marx 1914, 158). Elles sont aussi jalonnées par des mariages qui marquent la proximité des familles : celui, peu après 1117 de Robert du Neubourg, lui aussi justicier du roi, petit fils de Roger de Beaumont, avec Godechilde de Tosny (Leprévost 1864, 450). Ala date de 1162, Robert de Torigny évoque Roger, fils de Raoul de Tosny et de Marguerite, fille de Robert de Leicester, lui-même frère de Galeran de Meulan (Robert de Torigny, I, 339).

50 « Dans les opérations (de construction) des maisons, des hérissons et des fossés de la Couture, et dans les opérations des maisons de la ville sous la Roche... » (« In operationibus domorum et heriçonorum et fossatorum de Cultura, et in operationibus domorum ville de subtus Rokam... ») (Mortet-Deschamps 1995, 811-2).

51 A la date de 1201, Guillaume Le Breton mentionne que Richard a fait construire, auprès du bourg d’Andely, « sur les bords de la Seine, du côté de l’orient, une ville très agréable, dans un lieu très fortifié. Elle était entourée d’un côté par la Seine, et de l’autre par un étang très vaste et très profond d’où naissaient deux ruisseaux, qui pourraient bien être appelés rivières, et qui se jetaient dans la Seine aux deux entrées de la ville. Il fit construire des ponts sur ces ruisseaux, fit élever, tant qu’à l’entrée qu’autour de la ville, des tours en pierre et en bois, avec des plate-formes et des ouvertures pour les arbalétriers... » (Guillaume Le Breton, 222).

52 Après l’assassinat de Thomas Becket, il est proposé à l’abbé de le remplacer. Il refuse, mais le moine Roger accepte. De sorte que le siège de l’archevêché de Canterbury est alors à nouveau occupé par un homme du Bec.

53 Les liens familiaux entre Tosny et Meulan ont pu jouer. La femme de Robert de Meulan, mort en 1118, se remarie. L’une de ses filles épouse son cousin Roger, comte de Warwick, fils d’Henri, frère de Robert de Meulan. Le frère de Roger est Robert du Neubourg, qui épouse Godeheud de Conches, fille de Raoul II de Tosny. Robert de Neubourg fut « amator intimus et benefactor Beccensis ecclesie » (Marx 1914, 333). Ces personnages sont très proches du roi, et en général associés au plus haut niveau de l’administration du royaume anglais et du duché normand.

54 Geoffroi Plantagenêt en avait fait le précepteur de ses fils (Verger 1996, 114).

55 Des textes de ces deux auteurs sont souvent associés dans les manuscrits du XIIe siècle (Burnett 1996, 43).

56 Les liens culturels entre Chartres et le monde anglo-normand ont été très étroits. Yves de Chartres, évêque au début du XIIe siècle, était un ancien moine du Bec (BNF lat 12884, f° 9 ; Brundage 1984, 176). La diffusion de la monnaie chartraine dans l’étendue des territoires tenus par les Beaumont-Meulan atteste de liens économiques très étroits après 1100 (Musset 1988c, 81-3), sans équivalent avec le reste de la Normandie (un autre indice des flux économiques suggérés par les transports de harengs à partie de Pont-Audemer en utilisant la vallée de la Risle). Les liens culturels, dans ce cas, vont de pair avec les liens économiques. Il faut ajouter à ces éléments que Galeran avait donné en 1135 au prieuré Saint-Gilles, à Pont-Audemer, le nom de Beaulieu, provenant certainement de la léproserie du Grand-Beaulieu à Chartres, dont Henri Ier avait été un bienfaiteur (BMR ms Y 200, f° 7 r°).

57 « Nous savons, par expérience, tout le profit que votre royaume a tiré de l’éducation libérale que vous avez reçue dans les premières années de votre adolescence. Les autres rois ont l’esprit grossier et sans culture. Vous, au contraire, exercé à l’étude des lettres, vous vous êtes montré prudent dans l’administration des grandes affaires de l’Etat, sagace dans vos jugements, réservé dans vos commandements, circonspect dans le conseil. Aussi, tous nos évêques sont-ils d’accord pour désirer que Henri, votre fils et votre héritier présomptif, soit appliqué à l’étude des lettres, afin que nous puissions retrouver en lui, quand vous ne serez plus, un successeur et pour la dignité royale et pour la sagesse. Toute la sagesse, en effet, est comme résumée dans la littérature. S’il faut gouverner l’Etat, engager des batailles, tracer des camps, construire des machines de guerre, renouveler des retranchements, élever des citadelles ; s’il faut enfin assurer le repos d’un peuple libre, le culte de la justice, le respect des lois, des bonnes relations avec les peuples voisins, les livres ne fournissent-ils pas à cet égard les leçons les plus parfaites ? Un roi sans lettres, c’est un vaisseau sans rames, un oiseau sans ailes... (suit une évocation de Jules César, Salomon, Constantin, Théodose, Justinien, Léon, et Alexandre) Veillez à ce que votre fils consacre à l’étude des sciences libérales tout le cours de son enfance, en sorte que, grâce à cette bénigne influence, il se dépouille de la malice naturelle à l’homme et s’habitue à régler sa vie par l’exemple des actions dignes de louanges » (De Beaurepaire 1872, 82-84). Les liens entre la famille des Meulan et l’entourage intellectuel royal incluaient aussi Robert de Leicester (Burnett 1997, 59).

58 Il s’agit du Policraticus et du De principis instructione.

59 Il est possible que l’usage du De re militari de Végèce vienne à la suite de sa retranscription à l’abbaye de Monte Cassino par Pierre Diacre, dans un milieu dominé par les Normands d’Italie du sud, dans les années 1130 (Cavallo 1983, 117).

60 Les éléments transposables à un plan de quartier sont les suivants : « Les castra sont faits soit carrés, soit triangulaires, soit en demi-rond, suivant ce qu’imposent la qualité ou les contraintes du lieu » (« Interdum autem quadrata, interdum trigona, interdum semirotunda, prout loci qualitas aut necessitas postulaverit, castra facienda sunt ») (I. XXIII), et, « Les castra sont construits, suivant les contraintes du lieu, une fois faite une prudente étude du site, soit carrés, soit triangulaires, soit oblongs. mais l’utilité ne doit pas nuire à la forme. On croit que les formes les plus belles sont celles où l’on ajoute à l’espace de la largeur un tiers pour déterminer la longueur » (« Quibus caute studiose que provisis, pro necessitate loci, vel quadrata, vel trigona, vel oblonga castra constitutes. Nec utilitati praejudicat forma. tam pulchriora creduntur, quibus, ultra latitudinis spatium, tertia pars longitudinis additur »). Une telle proportion est issue du triangle’égyptien’, dont les côtés mesurent 3, 4 et 5, et qui permet d’obtenir des angles droits (III. VIII) (Végèce, 670, 697).

61 Voir par exemple le chapitre I. XXVIII : « De l’encouragement à la chose militaire et à la vertu romaine » (« De adhortatione rei militaris, Romanaeque virtutis »), et, le prologue du livre IV (Vegèce, 717).

62 Bernard Beck dit de lui qu’il « semble (être) l’architecte en chef » (Beck 1986, 39), mais rien ne l’indique.

63 Il siège aussi à l’Echiquier en 1190 (Tardiff 1881, app. III, 106).

64 Il ne s’agit vraisemblablement pas du seul personnage à être passé du service des Meulan à celui du roi. Le compte de 1198 mentionne aussi à cette occasion un Robert Harenc, membre d’une famille de chevaliers dépendants des Meulan au tournant des XIe-XIIe siècles, et impliquée dans l’agrandissement de la ville de Pont-Audemer au XIIe siècle (Gauthiez supra).

65 Ces mesures ont été déterminées à partir de l’analyse des plans, et alors que la possible filiation entre les deux plans n’était pas supposée (Gauthiez 1998, 89-90).

66 « Comment veux-tu que je sois en état de suivre la piste des choses alexandrines, grecques, ou bien romaines, et d’autres dignes d’être rapportées, alors que moine du cloître, de mon propre vœu, je suis réduit à supporter sans protestation l’observance monastique » (« Quam vis enim res Alexandrinas, vel Graecas, vel Romanas, aliasque relatu dignas indagare nequeam, quia claustralis coenobita ex proprio voto cogor irrefragabiliter ferre monachilem observantiam ») (Orderic, I, 3).

67 « Alors qu’il était en exil, comme on philosophait, Platon, jadis de l’Académie, alluma son esprit d’un feu éternel, et l’amour de la vraie science illumina son cœur » (« At cum in exilio velut Plato quondam academicus philosopharetur, ingnis aeterne mentem ejus incendit, et amor verae sapientiae cordi ejus illuxit ») (Orderic, II, 209).

68 BMR ms Y 27, p. 128
La liste, rajoutée dans une écriture du XIIe siècle sur un manuscrit du XIe, concerne au minimum 65 ouvrages.
« Hi sunt libri qui recepti sunt in ecclesia Rothomagi tempore Gaufridi archiepiscopi.
Exameron. Egesippus. Augustinus supra Iulianum hereticum. Effrem. Epistole Pauli quas Radulfus Pentecostes dedit ecclesie. Exceptiones ex epistolis Augustini de diversis questionibus. Breviarium quod fuit Radulfi Longi. Liber de formoso papa. Benedictionarius Roberti archiepiscopi et quatuor alii breviarii quod vocatur Ricardus. Liber de capitulo. Troparii quatuor. Liber Marciani de armonia. Omerus. Libri Gerardi. Ovidus metamorfoseon. Virgilius. Juvenal. Oratius. Exceptiones canonum. Liber beati Augustini de dialectica. Topica Tullii. Cathegorici sillogismi. Primum commentarium super cathegorias Perhiermenie. Pars arismetice. Sedulius et Juvenal in uno volumine. Arator. Liber de duodecim versibus Virgilii. Donatus. Expositio Gregorii super Ezechielem. Liber divisionum. Hespericus. Maior Donatus et Barbarismus in uno volumine. Cantica canticorum Radulfi Pentecostes. Miracula sancti Stephani et aliorum martyrium. Breviarius Johannis archiepiscopi de communi servicio ecclesie. Ovidius de amatoria arte, sine titulo et de remedio amoris. Liber Juvenalis. Glose super epistolas Pauli. Liber Virgilii Eneidos. Libellus de obedientia. Medicinalis liber ubi herbe sunt picte. Vita sancti Ansberti et sancti Audoeni. Donatus et Beda de arte metrica. Ferd(-m) Salomonis. Libellus de cura ancipitrum. Quedam pars antiphonarii. Maximianus et Perhiermenie Apuleii. Liber de abaco. Boecius. Terentius. »

69 Autre illustration de cet intérêt pour l’Antiquité et ses productions, lorsque Henri de Blois, évêque de Winchester de 1129 à 1170, et frère du futur roi d’Angleterre Etienne (et donc beau-frère de Galeran de Meulan, marié à la fille d’Etienne en 1136, Orderic, V, 58), importe de Rome des statues antiques, « d’un artifice délicat, d’un grand travail et d’une grande science » (« subtili et laborioso magis quam studioso errori ») (Panofsky 1960-93, 120).

70 Guillaume de Conches examine de fort près, dans ses Gloses sur le Timée, les propriétés des formes, et notamment : « Dans les ‘môles’, à savoir les figures géométriques, il est vrai, on trouve ceci. Mais puisque présentement il n’y a pas à en faire état, maintenant nous n’en parlons pas » (« In molibus vero, id est in geometricis figuris, hoc idem invenitur. Sed quia ad presens nichil attinet, de illis nunc taceamus ») (Guillaume de Conches, Glosae, 133). Les « moles » nomment les gabarits dessinés et utilisés pour tailler les pierres en architecture (Mortet-Deschamps 1995, 579 ; 583). L’évocation concerne donc ici l’architecture.

71 « Et c’est : tu poursuivras librement jusqu’au bout toutes les voies de l’érudition, à savoir tous les arts libéraux » (« Et hoc est : qui peragraveritis omnes vias ingenue eruditionis id est omnes liberales artes »).

72 A sa mort en 1136 : « homme de grande autorité, illustre dans le monde, estimé pour le conseil de son esprit élevé, en science et en prudence » (« vir magnae auctoritatis, orbi clarus, sapientia, prudentia, praecipueque spiritu consilii pollens ») (I, 202) ; 1137, Thibault est élu abbé du Bec : « homme de grande probité et science » (« vir magnae probitatis et scientia ») (I, 208) ; 1139, Lethardus, élu abbé du Bec : « homme de grande sainteté et science, érudit au plus haut point dans les deux Testaments » (« vir magnae sanctitatis et scientiae... in utroque Testamento apprime eruditu » I, 217) ; 1141, Arnolfus, élu évêque de Lisieux : « homme très chaleureux, éloquent, lettré » (« vir admodum callidus, eloquans, litteratus ») (I, 224) ; 1143, Hugues de Saint-Victor meurt : « homme religieux, et très érudit dans les lettres aussi bien profanes que divines, laissant de nombreux livres en témoignage de sa science » (« vir religiosis, et admodum tam secularibus quam divinis litteris eruditus, relinquens multos libros in monimento suae sciencia ») (I, 231) ; 1149, Roger élu abbé du Bec : « très érudit dans les deux Testaments, mais aussi décemment pourvu en science cléricale et profane » (« in utroque Testamento apprime eruditus, necnon clericali ac seculari scientia decenter ornatus ») (I, 250).

73 En parlant des astrologues : « de ceux-là même qui profitent de la science des astres, d’autres d’opinion erronée se laissent entraîner à des mensonges, ce en quoi ils sont surpris » (« Eorum vero qui scientiam profitentur astrorum, alii opinionis errore prolabuntur ad fabulas, in quo deprehenditur... ») ; « ils s’éloignent si loin de la science de la vérité qu’ils entreprennent de la forcer de leur enflure » (« Tantoque longius a scientia veritatis aberrant, quanto ad eam tumidius irrumpere moliuntur ») ; « En vérité les mathématiciens ou astronomes, lorsqu’ils s’efforcent d’agrandir la puissance de leur profession, courent à leur perte dans l’erreur et l’impiété du mensonge » (« Verum mathematici vel planetarii, dum professionis suae potentiam dilatare nituntur, in erroris et impietatis mendacia perniosissime corruunt ») (Keats-Rohan 1993, 111 ; 112 ; 115).

74 Il faut rappeler ici que Jean de Salisbury, un prélat très proche des archevêques de Canterbury, Thibaud ancien moine du Bec puis Thomas Becket, avait reçu, par le biais de Guillaume de Conches, une formation qu’avait aussi reçue Henri II, contre lequel il va lutter dans les années 1160 pour défendre Thomas Becket. Il est probable que ces événements ont pesé d’un poids considérable sur l’inflexion culturelle dont on peut faire état pour cette époque.

75 Voir notamment la liste des ouvrages collectés pour l’abbaye de Saint-Evroult en Ouche (Orderic, II, 47-8).

76 La vie de Jean de Salisbury est un parfait résumé de ces trois phases, puisqu’il est d’abord formé auprès de Thibaud de Canterbury, puis en exil par Guillaume de Conches, enfin dans des écoles parisiennes.

77 Une quarantaine d’ouvrages d’auteurs latins non chrétiens sont présents chez Philippe, par exemple 17 œuvres de Cicéron, contre seulement 3 au Bec ; la Guerre des Gaules, de César, l’Histoire romaine de Florus, les Stratagèmes de Frontin, ou encore des vies d’Alexandre le Grand et de Néron (Nortier 1971, 192-233).

78 De même, l’évêque Arnoul de Lisieux lègue en 1182 des livres de droit à Saint-Victor, à Paris, où il finit sa vie (Robert de Torigni, II, 107).

79 « The beginnings of Oxford university », Burnett 1997, 61-80.

80 Jean de Salisbury sera évêque de Chartres en 1176, Jean Bellemains archevêque de Lyon en 1184.

81 Le rite de consécration des églises tel que Hugues de Saint-Victor le décrit dans son De Sacramentis, est une autre illustration de cette différence. Il est complètement différent de celui évoqué plus haut à propos de la Normandie.

82 L’évêque de Coutances Algare, mort en 1151, en avait fait de même à Saint-Lô de Rouen (en 1132), à Cherbourg et à Saint-Lô (Robert de Torigni, I, 257 ; 257 n. 5).

83 Pierre Damien, cité par De Bruyne : « Quant à moi, je repousse Platon, surtout les mystères cachés de la nature, étudiant le tracé des cercles planétaires, calculant le cours des astres. Je méprise Pythagore, je renonce à Nicomaque, je rejette Euclide... C’est le Christ qui (...) résume pour moi toutes les règles et tous les auteurs » (De Bruyne 1946, I, 523).

84 Jacques Le Goff cite aussi Guillaume de Saint-Thierry, dont les critiques vont dans le même sens, et la réplique de Guillaume de Conches : « Ignorant les forces de la nature ils veulent que nous restions liés à leur ignorance, nous refusent le droit de recherche, et nous condamnent à demeurer comme des rustauds dans une croyance sans intelligence ». A la fin du siècle, Robert Grosseteste, évêque de Lincoln, dira : « impossible de connaître la nature sans la géométrie : ses principes valent absolument dans l’univers tout entier et pour chacune de ses parties : c’est par des lignes, des angles, des figures qu’il faut représenter toutes les causes des phénomènes naturels : il est impossible, sans ce moyen, d’atteindre le ‘propter quid’ dans la nature » (De Bruyne 1946, I, II, 121-22).

85 A leur propos, Daniel de Morley dit d’eux qu’il ne « vit que des sauvages installés avec une grave autorité dans leurs sièges scolaires... Leur ignorance les contraignait à un maintien de statue mais ils prétendaient montrer leur sagesse par leur silence même. », cité par Le Goff 1957-85, 23.

86 Citons De Bruyne : « sous les polémiques du XIIe siècle se cachent des conceptions diverses de la vie chrétienne ‘dans le monde’, des théories opposées concernant l’humanisme et les méthodes de formation, des systèmes antithétiques d’esthétique et de philosophie de l’art », il cite aussi saint Bonaventure (XIIIe siècle) : « Augustin est le prince de la théologie, Grégoire celui de la morale, Denys celui de la mystique. Saint Anselme suit Augustin, Saint Bernard suit Grégoire, Richard de Saint-Victor suit Denys. Hugues les synthétise tous » (De Bruyne, 1946, I, 542 note 2 ; 588).

87 L’église est consacrée le 20 mai 1178 par l’archevêque Rotrou de Warwick, en présence d’Henri II. Un agrandissement est mis en œuvre à partir de 1214, mais l’édifice est détruit en partie par un incendie en 1264 (Bourget 1779, 27 ; 32).

88 Il ne reste de ces deux édifices majeurs pour l’histoire de l’architecture en Normandie que quelques éléments inclus dans la reconstruction de Notre-Dame d’Evreux après une nouvelle destruction en 1194, et les ruines arasées de l’église du Bec. L’évêque d’Evreux, Audin, responsable de la reconstruction de la cathédrale, est un autre de ces personnages de haute culture entourant Henri Ier. Il est dit par Orderic Vital qu’il « approfondit l’étude des lettres, il atteignit l’excellence parmi les plus doctes en s’imprégnant des arts libéraux, et, plaisant au roi Henri, fut fait familier parmi ses secrétaires particuliers » (« studia litterarum inquisivit (à Bayeux), peritiaque liberalium artium imbutus inter doctissimos coaluit, et regi Henrico familiaris effectus inter praecipuos scribas complacuit ») (Orderic, V, 118-9).

89 L’orientation « française » de la culture d’Arnoul de Lisieux est aussi illustrée par un sarcophage décoré de médaillons, peut-être destiné à sa sépulture, et qui témoigne d’une influence d’Ile-de-France (Panofsky 1960-93, 100).

90 On trouve bien trace du De architectura de Vitruve dans une bibliothèques normande de la période, lorsque l’archevêque de Rouen Rotrou en lègue au chapitre de Notre-Dame de Rouen un manuscrit. Il est cependant douteux qu’il s’agisse d’une version complète, mais plus vraisemblablement de la version abrégée retranscrite par Pierre Diacre au Mont-Cassin peu avant le milieu du XIIe siècle. C’est cet aspect du De architectura qui semble avoir connu le plus de faveur aux XIIe-XIIIe siècles (De Bruyne 1946, I, 246-47).

91 On peut inclure ici le domaine de l’architecture, jusque vers 1130.

92 Non sans qu’un régionalisme assez marqué ne subsiste, perceptible par exemple dans le style du chœur de la cathédrale de Bayeux ou des travaux à la cathédrale de Rouen, où l’on peut même lire une tentative d’en conserver le statut d’église dynastique dans les années 1230 (Grant 1993).

93 Les extensions de ces deux derniers sites interviennent postérieurement à la mise en place de marchés en forme de « rue large ». Bridgnorth, dans les années 1090, était tenue par Robert de Bellême, et le parallélisme avec Gisors peut être remarqué. La « rue large » à Ludlow pourrait dater du tournant du XIIe siècle (Lilley 1999, 12-3 ; 15).

94 Guillaume de Conches était lu dans l’abbaye Saint-Ouen, comme en témoigne un manuscrit des XIIe-XIIIe siècles provenant de la bibliothèque de l’abbaye (BMR ms A 452).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Caractérisation des opérations d’urbanisme
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

Auteur

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540