Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

IV. VARIATIONS

15. Alfred le Grand et les burhs planifiés anglo-saxons : conception et adoption d’un modèle

Stéphane Joly

Texte intégral

  • 1 Joly S., 1994, 246 p. réalisé en 1993-1994 conjointement aux universités de York et de Tours grâce (...)
  • 2 Dans le même état d’esprit les illustrations sont présentées « brutes », telles qu’elles ont été pu (...)

1Cet article est issu pour sa plus grande part d’un mémoire de maîtrise1 et sa prétention est moins d’aborder la réalité du phénomène de planification dans les burhs que la façon dont les archéologues anglais l’ont étudiée, simplement car il aurait été impossible dans un cadre universitaire aussi étroit de procéder aux multiples études parcellaires nécessaires2. Son intention est de mettre en avant certains des dangers inhérents à la conception, à la diffusion et à l’adoption d’une hypothèse, rapidement transformée en modèle, sans qu’une véritable analyse critique ait eu lieu à chaque étape. C’est donc un regard volontairement critique qui sera ici porté, regard qui ne doit pourtant pas cacher l’intérêt et la qualité du travail effectué par les archéologues. L’objet d’étude se limitera aux burhs saxons qui sont depuis le début des années 1970 de plus en plus fréquemment interprétés comme des villes-forteresses planifiées, matérialisation d’une politique de promotion urbaine mise en œuvre par certains rois, grandes figures de l’histoire nationale comme Alfred de Wessex (871-899) et Offa de Mercie (757-796), lors de leurs luttes contre les Vikings. Le terme anglo-saxon de burh, ancêtre de l’anglais moderne borough, vient du verbe beorgan signifiant défendre, mais son emploi recouvre des réalités changeantes. Place exclusivement militaire, et plus particulièrement défensive, au VIIe s., le terme renvoie, à la veille de la conquête normande, à des centres ayant des fonctions politiques, administratives et économiques pour les régions alentours. Parallèlement à cette évolution sémantique, entre le VIIIe et le XIe s., une « renaissance urbaine » est peu à peu perceptible et ne semble pas pâtir, tout au contraire, des affrontements périodiques avec les Danois installés dans une large part de l’Angleterre dès 875.

GENÈSE DU MODÈLE : WINCHESTER ET LA RENAISSANCE URBAINE EN ANGLETERRE

1. Découverte

2Winchester (Fig. 1) est une ville déjà anciennement fouillée lorsque commence en 1961, sous la direction de M. Biddle, une série de campagnes de fouilles qui allait révolutionner notre connaissance de l’urbanisme médiéval. En effet il apparaît rapidement que le réseau viaire de la ville, malgré son agencement régulier, n’est pas d’origine antique (Biddle M., 1964). La topographie antique a bien eu une influence, mais indirecte, par la persistance d’éléments structurant l’espace, en particulier les défenses et les portes permettant de les franchir. On distingue quatre composantes principales du système viaire : un tour de ville, rue placée directement derrière les défenses, une large artère est-ouest encadrée de près par deux rues parallèles, l’ensemble étant recoupé par une série de rues nord-sud. L’indéniable homogénéité d’ensemble témoigne d’un plan directeur suivi (Crummy P., 1979).

  • 3 Les sources documentaires, en particulier l’enquête de 1100 et le Winton Domesday de 1148 enregistr (...)

3Postérieur à l’Antiquité et antérieur à la conquête normande3, ce plan est un produit du haut Moyen Age et donc une production saxonne, les Vikings n’ayant pas occupé Winchester. L’archéologie venait d’aborder un problème touchant les causes même de la renaissance urbaine en Angleterre. Le phénomène urbain avait longtemps été perçu par les historiens comme le produit d’un apport étranger à la société saxonne plutôt que d’un développement interne. Ce débat a longtemps animé la recherche anglaise et la controverse entre C. Stephenson et J. Tait est célèbre. Selon le premier, la conquête normande est le stimulus essentiel à l’apparition, bien documentée, du borough au XIIe s. car les burhs saxons n’auraient pas atteint un stade avancé de développement, avec des activités presque exclusivement agricoles et militaires (Stephenson C., 1933, 205-213). Le second met l’accent sur la continuité du développement des burhs, la conquête normande n’étant qu’un stimulus accélérateur (Tait J., 1936, 130-138). « Nous sommes tous Taitiens maintenant » (Loyn H., 1971, 116), mais la recherche n’était pas allée plus avant que cette simple reconnaissance du phénomène. La multiplication des fouilles urbaines dans les années 1960 et 1970 permit d’apporter matière à réflexion.

2. D’une datation prudente à une hypothèse

  • 4 L’actuelle Lower Brook Street (Taennerestret) en 990, Parchment Street (Flaeescmangere Straet) et U (...)

4Les sources écrites sont impuissantes à proposer un cadre chronologique précis, les premières rues identifiables n’étant pas citées avant l’extrême fin du Xe s.4 (Biddle M., 1976, 427). Certes une charte de 904 mentionne bien, lors de la description d’une parcelle, une rue sud, une rue est et une rue nord, mais il est impossible de les identifier ou même de savoir si elles font véritablement partie du réseau viaire connu (Biddle M. et Quirk R.N., 1962, 177). Toutefois il a été supposé que ce document démontrait l’existence d’une voirie plus ou moins rectiligne en place (Biddle M. et Hill D., 1971, 76).

  • 5 En reprenant en partie la classification proposée par M. Biddle (1976, 126-127) :
    - les anciennes vi (...)
  • 6 Pour chacun des burhs est précisé le nombre de hides (mesure de surface suffisant pour faire vivre (...)
  • 7 Ainsi une cartographie des sites concernés par le Burghal Hidage montre clairement que tout lieu du (...)

5Winchester est, en outre, cité dans le Burghal Hidage, « la plus importante source pour l’histoire du burh saxon » (Hill D., 1974, 97). Au début du Xe s., un clerc compile une liste de trente trois5 burhs avec la mention des services dus pour leur défense6. Ce document s’intéresse presque exclusivement à la région de Wessex et les trois exceptions, Buckingham, Warwick et Worcester, toutes en Mercie et connues par d’autres sources comme des fondations qui ne sont pas antérieures au deuxième quart du Xe s., peuvent être un ajout postérieur. Les autres burhs sont parfois cités individuellement dans les Chroniques anglo-saxonnes dès l’extrême fin du IXe s. (Whitelock D., 1961). L’absence de Londres dans cette liste indique peut-être que ce document a été réalisé avant sa prise par Alfred en 886 (Stenton F.M., 1971, 265 ; Biddle M., 1974, 222), mais s’explique aussi simplement parce que, se trouvant en Mercie, elle ne pouvait pas en faire partie techniquement et administrativement. Ce réseau de fortins et de forteresses représente peut-être l’organisation défensive du royaume de Wessex contre les armées danoises7. Néanmoins ce document ne s’intéresse par essence qu’à la fonction défensive des burhs.

  • 8 « Une étude détaillée des limites et extension finale des trois minsters dans le quartier sud-est d (...)

6Dans le cas de Winchester, il ne peut donc servir directement à dater la voirie mentionnée cidessus. Une étude, jamais publiée, même brièvement, et donc inexploitable malheureusement, prouverait l’antériorité de la voirie par rapport au quartier cathédral, plutôt mieux connu8.

7L’archéologie a permis d’apporter des éléments précieux par la fouille partielle de trois rues. Deux d’entre elles, à Castle Yard, furent scellées par un rempart construit vraisemblablement dès 1067. Elles possèdent chacune jusqu’à 8 surfaces successives dont les datations sont peu précises. La plus ancienne surface, qui repose directement sur les niveaux antiques, a donné une date 14C recalibrée de 902 ± 60, et la quatrième a livré un éperon du Xe ou XIe s. (Biddle M., 1970, 285).

8Par contre à Trafalgar Street la découverte d’une monnaie tardive d’Edouard le Vieux (899-924) sous la plus ancienne des 5 surfaces de rue soutient l’hypothèse que sa construction, en tenant compte des démonétisations successives et du temps nécessaire à l’accumulation d’une épaisse couche de terre noire, n’est pas antérieure à la fin du règne d’Edouard ou de la période immédiatement postérieure (Biddle M., 1965, 242). Cette rue s’installe sur un niveau d’occupation composé d’« une surface de galets ni usée, ni creusée comme les rues postérieures » et percée de multiples trous de piquet délimitant notamment un enclos de 3,9 m sur 2,1 m (ibid.). En 1971 est avancé le rôle d’Alfred en tant qu’initiateur d’une politique urbaine et les résultats publiés concernant Trafalgar Street datant celle-ci au plus tôt de 915, sont réinterprétés dans une note de bas de page : « il est devenu clair que la surface sous Street 1 doit elle même être regardée comme une surface de rue » (Biddle M. et Hill D., 1971, 77). Désormais le terminus post quem de 915 ne s’applique plus à la plus ancienne rue mais à son successeur direct, ne contredisant plus ainsi la nouvelle hypothèse du rôle déterminant d’Alfred. Une monnaie d’Alfred trouvée plus récemment sous la plus ancienne surface de rue à Trafalgar Street (Ottaway P., 1992, 135) ne remet rien en cause.

9Bien qu’archéologiquement il n’y ait pas eu d’informations nouvelles on perçoit très clairement une tendance générale au recul dans le temps des datations avancées, selon les étapes suivantes :

  • la construction de Castle Yard n’est pas antérieure à la fin du règne d’Edouard le Vieux (Biddle M., 1965, 242) ;

  • « pas plus tard que le milieu du Xe s. et probablement avant 904 » (Biddle M. et Hill D., 1971, 78) ;

  • « peut être montrée, à partir d’informations archéologiques et historiques pour être antérieure à 900, une datation qui s’accorde bien avec la probable période 878-86 pouvant être supposée à partir d’informations historiques pour la mise en place du système de burhs en tant qu’un tout » (Biddle M., 1974, 225) ;

  • à la fin du IXe s. notamment car la fondation de New Minster en 901-3 est dite en avoir détruit une partie (Biddle M., 1976, 130) ;

  • des années 880 et 886 car Alfred a fondé plusieurs burhs avant 892 selon les Chroniques anglo-saxonnes et l’on sait qu’après 886 il s’intéresse à Londres, preuve qu’il aurait alors fini de s’occuper des défenses du Wessex (Biddle M., 1976, 450) ;

  • une datation antérieure à 886 est toujours d’actualité (Biddle M., 1983).

10On constate clairement le rôle joué par les sources écrites et l’usage que l’on en a fait pour construire un historiquement probable justifiant une datation toujours plus ancienne.

3. La diffusion du modèle et la recherche du prototype

  • 9 Bath, Chichester, Cricklade, Exeter, Oxford, Southampton, Wallingford, Wareham et Wilton.
  • 10 Bedford, Chester, Colchester, Dorchester, Gloucester, Hereford et Londres.
  • 11 Voir notamment Campbel J., 1991, 152-153, Richard J.D., 1991, 54, Clarke H. et Ambrosiani B., 1991, (...)

11Concomitamment à ses recherches à Winchester son inventeur a cherché à savoir dans quelle mesure ce qu’il observait était unique ou plutôt le révélateur d’une situation plus générale. Dès 1964 les burhs de Wareham et Cricklade sont positivement comparés à Winchester (Biddle M., 1964, 215-217) (Fig. 3 et 4). En 1971 c’est l’ensemble des burhs cités dans le Burghal Hidage qui est étudié et au moins neuf sites sont identifiés comme ayant été eux aussi planifiés9 (Biddle M. et Hill D., 1971). Comme les documentations archéologiques, en dépit des fouilles surtout de leurs défenses, et documentaires ne sont pas aussi riches qu’à Winchester c’est cet exemple qui est implicitement utilisé pour permettre de les dater (Biddle M. et Hill D., 1971). En outre sont aussi supposés planifiés plusieurs burhs fondés ou pris aux Danois pendant la reconquête du Danelaw au début du Xe s. et ceux qui en Wessex remplacent des burhs d’urgence sur des sites plus favorables pour le développement commercial10 (ibid.). Il est désormais acquis que l’agencement régulier des burhs de Wessex est le produit d’une politique délibérée de fondation urbaine à la fin du IXe s., et « le plan de la voirie de Winchester fournit le type auquel les voiries des autres burhs planifiés de Wessex peuvent être comparées » (Biddle M., 1974, 225). Les mêmes éléments ont été repris et théorisés en 1976 (Biddle M., 1976) et ce qui a été publié depuis par d’autres chercheurs reprend dans l’ensemble les mêmes informations et conclusions11. Il faut signaler qu’il n’y a jamais eu une liste des burhs planifiés et les auteurs sont parfois restés assez vagues signalant par exemple que « certains des burhs de promontoire possèdent une voirie similaire dans ses éléments principaux au type de Winchester » dont Lydford et Lyng (Biddle M., 1976, 28), mais sans que l’on sache si les autres sont supposés l’être ou pas, notamment Lewes, Malmesbury et Shaftesbury qui sont les plus grands.

12Parallèlement à l’étude de la diffusion spatiale et chronologique du modèle de Winchester, l’origine a été aussi recherchée, dès 1974, quand il est proposé que Hamwic et la Mercie puissent fournir les plus intéressants prototypes (Biddle M., 1974, 219 et 1976, 120-122). Dès le milieu du VIIIe s. dans le royaume de Mercie les documents mentionnent la Trinoda Necessitas, un ensemble de trois obligations militaires : le service militaire, la construction de forteresses et celle de ponts (Brooks N., 1971, 82). Cette pratique se généralise sous le règne d’Offa (757-796). Or en Wessex les rois ne mentionnent pas ces obligations avant Aethelbald (855-860) (Hill D., 1974, 81). La clause référant à l’édification et à l’entretien des forteresses pouvant faire référence aux burhs, il est avancé que l’apparition et le développement de ces obligations sont en étroite relation avec le phénomène des burhs (Biddle M., 1974, 217). Ainsi l’origine du phénomène ne se trouverait pas nécessairement en Wessex, mais peut être en Mercie pendant les VIIIe et IXe s.

13En fait, devant l’absence de sources écrites explicites, les découvertes archéologiques à Tamworth et Hereford ont seules cautionné cette hypothèse (ibid.). Ainsi à Hereford un talus de graviers et d’argile est interprété comme un système défensif (Shoesmith R., 1982) à l’intérieur duquel « les rues forment un agencement extraordinairement régulier », traces d’une planification urbaine du VIIIe-IXe s. (Biddle M., 1974, 218). L’archéologue considère aussi avoir découvert les traces d’une opération de planification urbaine datée du règne d’Offa, avec une série de bâtiments orientés entre deux rues (Shoesmith R, 1982, 91). Pourtant la sinuosité relative de la seule rue fouillée et l’espacement aléatoire des bâtiments, en l’absence de limites parcellaires conservées, ne permettent pas d’écarter la spontanéité dans l’occupation de l’espace. En outre la destruction de ces bâtiments, construits en matériaux légers et n’ayant pas fait l’objet de plus d’une réfection, est datée selon la méthode du radiocarbone de 960±70 et par une monnaie vraisemblablement perdue autour de 925 (ibid., 48-49), ce qui permet de supposer leur construction au plus tôt à la fin du IXe s., voire pendant la première moitié du Xe s. Quant au talus défensif il recouvre un bâtiment lui même postérieur à un four daté par la méthode du radiocarbone de 760±85 (ibid., 30 et 48-49), et n’est donc certainement pas antérieur au IXe s. Archéologiquement rien ne soutient une datation du VIIIe s, ce qui a été déjà remarqué (Carver M.O.H., 1984), mais reste pourtant encore très largement accepté (Clarke C. et Ambrosiani B., 1991, 45).

14A Tamworth, c’est l’existence d’un système défensif antérieur au burh de 913 qui est déterminante (Biddle M., 1974, 218 et 1976, 121). Pourtant, de l’aveu même de l’archéologue, ce petit fossé, de peu d’utilité défensive, n’est qu’indirectement daté car le fossé postérieur, plus conséquent, est simplement supposé être, selon une vraisemblance historique utilisée pour pallier le peu d’éléments datants découverts, celui du burh construit par Aethelflaed en 913 (Rahtz P. et Meeson R., 1977, 111). D’ailleurs aujourd’hui l’archéologue préfère parler d’enclos fossoyé autour d’une résidence royale de la maison de Mercie, aucun élément ne permettant de regarder cet établissement comme ayant une quelconque importance économique ou commerciale (Rahtz P., 1992, 3).

  • 12 Mon désaccord est net avec notamment H. Clarke et B. Ambrosiani qui affirment que Hereford est à pr (...)

15Malgré l’inexistence de preuves documentaires ou archéologiques démontrant la présence d’au moins un établissement fortifié et proto-urbain en Mercie12 – en l’absence de sources écrites, on s’abstiendra d’utiliser le terme burh avant la fin du IXe s. – on constate que les chercheurs, apparemment séduits par cette hypothèse, considèrent désormais comme établi qu’Offa, peut-être à l’imitation d’exemples carolingiens, a construit, en réponse aux raids vikings, une série de villes forteresses près de ponts défendus, véritables centres économiques et administratifs civils et religieux (Haslam J., 1987 ; Richard J.D., 1991, 50 ; Clarke H. et Ambrosiani B., 1991, 45).

4. Tableau synthétique de la diffusion et de l’utilisation du modèle forgé à Winchester

16La très grande majorité, si ce n’est la totalité, des exemples trouvés dans la bibliographie archéologique de burh, ou de « ville », planifié(e) est regroupée ici dans ce tableau où sont séparées et explicitées, brièvement, d’une part les interprétations des archéologues et chercheurs et d’autre part l’analyse critique que l’on peut en faire en se fondant notamment sur leurs « pièces justificatives » mais aussi sur ce qui a été publié depuis.

ville

interprétations des auteurs

analyse critique des sources archéologiques ou topographiques

Bath (Somerset) (Fig. 6)

La voirie est du type de Winchester et daterait donc du règne d’Alfred (Biddle M., 1976, 130).

La topographie saxonne reste inconnue, en l’absence d’étude morphologique ou métrologique mais aussi de découvertes archéologiques conséquentes ou de sources écrites (Cunliffe B., 1984). Tout repose en fait sur la mention dans le Burghal Hidage et sur une certaine régularité apparente au nord.

Bedford (Bedford-shire)

Des traces d’une planification régulière ont été détectées et mises en relation avec la reconquête d’Edouard le Vieux (Biddle M. et Hill D., 1971, 84 ; Biddle M., 1974, 227 et 1976, 137). Burh placé le long de la frontière par Offa (757-796) témoin « d’une politique délibérée de fondation urbaine » (Haslam J., 1983, 33).

Un burh danois est pris par Edouard le Vieux en 915. « Il n’a pas été possible de localiser les défenses, de dater une des rues, ou d’établir l’existence, ou la non existence, d’aucun des principaux éléments du burh nord » (Haslam J., 1983, 33). Les traces d’occupation saxonne tardive sont pourtant relativement nombreuses (Baker D. et al, 1979 et Hassal J., 1983). Rien ne soutient les hypothèses qu’Offa ait été le fondateur d’un burh antérieur et qu’Edouard ait planifié après 915 le burh danois. Malgré l’absence d’étude morphologique la voirie possède une certaine régularité, sans doute plus due aux défenses disparues qu’à une éventuelle planification.

Chester (Cheshire)

La voirie est planifiée en 907 après sa prise par les Saxons (Biddle M. et Hill D., 1971, 71 et 84 ; Biddle M., 1974, 226).

En 893 Chester est dite déserte lorsque des Danois vont s’y réfugier. En 907 elle est dite restaurée. Malgré plusieurs fouilles les traces d’occupation saxonne sont peu nombreuses (Ward S.W., 1988 et 1990), mais les bâtiments du milieu du Xe s découverts à Lower Bridge Street démontrent l’existence de la rue à cette date, reprenant à peu près le tracé d’une rue antique (Mason D.J.P., 1985). Une certaine régularité de la voirie est perceptible mais l’influence de la topographie antique semble avoir été très importante (Strickland T., 1988), excluant donc une planification saxonne.

Chichester (Sussex)

La voirie est du type de Winchester et daterait donc du règne d’Alfred (Biddle M. et Hill D., 1971, 81 et Biddle M., 1976, 130).

Le burh est cité dans le Burghal Hidage. En l’absence d’étude morphologique il est difficile de juger les quelques régularités apparentes qui ne semblent pas correspondre à un module. Malgré de nombreuses fouilles, les découvertes saxonnes sont très rares (Munby J., 1984 et Down A., 1971, 1974, 1978, 1979, 1981 et 1989). La référence dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne.

Colchester (Essex)

La voirie montrant des traces d’une planification régulière est établie sous la direction d’Edouard le Vieux et est le « plus clair exemple hors du Wessex » (Biddle M. et Hill D., 1971, 71 et 84 et Biddle M., 1974, 227 et 1976, 134-7). Plus prudemment il a été rappelé qu’une telle opération suppose un pouvoir fort et un espace libre, conditions qui pourraient se retrouver après la prise armée, et destructrice ?, du burh en 917 (Crummy P., 1981).

Le burh danois, réemployant les défenses romaines, est pris par les Saxons en 917. Les nombreuses fouilles sont peu éclairantes sur la topographie saxonne, les deux rues fouillées, probablement saxonnes, n’ayant pas pu être datées (Crummy P., 1981, 1984 et 1992 et Drury P.J., 1982). Par contre une étude métrologique a découvert l’existence d’un module d’écartement d’une partie de la voirie, peut-être antérieure à l’occupation normande (Crummy P., 1981). Si une planification de la voirie est possible, sa datation reste inconnue, la personnalité d’Edouard le Vieux et la date de sa reconquête n’étant aucune preuve suffisante.

Cricklade (Wiltshire) (Fig. 4)

La voirie est du type de Winchester et daterait donc du règne d’Alfred (Biddle M. et Hill D., 1971, 81 et Biddle M., 1976, 130).

Le burh est cité dans le Burghal Hidage et en 903. Malgré plusieurs fouilles les traces d’occupation saxonne restent rares et les défenses demeurent très mal datées (Haslam J., 1984 et Radford C., 1972). Le tracé de l’enceinte a été certes conçu avec soin mais la régularité de la voirie actuelle est beaucoup plus incertaine (Haslam J., 1986) et ne permet pas de supposer une quelconque planification. La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne.

Dorchester (Dorset)

Athelstan (925-39) planifie de manière régulière Dorchester (Biddle M. et Hill D., 1971, 71 et 84).

Le réseau viaire est supposée être construit au Xe s. car à cette époque Dorchester a une certaine importance, notamment en tant que port et atelier monétaire (Penn K.J., 1984, 60). Pourtant les sources documentaires et archéologiques ne livrent aucune information sur la topographie médiévale antérieure au XIIIe s. (ibid., 63 et Draper J. et Chaplin C., 1982). Il est donc difficile d’attribuer à Athelstan les régularités perceptibles.

Exeter (Devonshire) (Fig. 5)

La voirie est du type de Winchester et daterait donc du règne d’Alfred (Biddle M. et Hill D., 1971, 81 et Biddle M., 1976, 130).

Le burh est cité en 893 et dans le Burghal Hidage, alors qu’en 877 c’est le terme faesten qui est employé. Les fouilles n’ont livré aucune trace d’occupation antérieure au Xe voire au XIe s. et aucune rue ne peut être attestée avant le XIe s. (Allan J. et al, 1984). L’organisation spatiale ne révèle aucune régularité apparente mais il n’y a jamais eu d’étude parcellaire ou métrologique. La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne.

Gloucester (Gloucestershire) (Fig. 2)

Un plan similaire à celui de Winchester est établi au début du Xe s. (Biddle M. et Hill D., 1971, 84 et Biddle M., 1974, 226). « En partie par analogie avec d’autres villes, particulièrement Winchester, il peut être déduit (...) que l’agencement des rues fut délibérément établi au Xe s. » (Heighway C., 1974, 9).

« La voirie est très semblable à celle des burhs d’Alfred en Wessex, et il est probable, au vu des étroites connections entre Gloucester et Eathelflaed, qu’il l’a établie comme un burh à la façon de son père », au tout début du Xe s. (Heighway C., 1984, 366).

Le burh, sans être cité, est sous entendu en 914. Les liens étroits entre Eathelflaed et Gloucester sont seulement supposés. Aucun module n’est apparent dans l’organisation spatiale qui présente néanmoins une certaine régularité, difficilement appréciable en l’absence d’étude parcellaire. Malgré de nombreuse fouilles « ces rues n’ont fourni aucune donnée archéologique permettant de confirmer cette hypothèse, mais d’un autre côté rien ne la contredit » (Heighway C., 1984a, 366). D’ailleurs « toutes les rues ont très bien pu exister au Xe s. mais ne pas être empierrées » (Heighway C., 1984b, 41). La première surface de Berkeley Street est postérieure à la disparition du rempart et fossé ouest de la ville antique et la troisième surface est postérieure à du matériel des environs de l’an mil, mais l’archéologue est peu convaincante lorsqu’elle explique qu’il « est difficile de croire que les rues saxonnes étaient très fréquemment entretenues, et une date du début du Xe s pour la première rue est très possible » (Heighway C.M., 1984, 368). D’après les données fournies dans les articles de synthèse (ibid., 1984a et 1984b) l’installation de certaines rues peut dater du Xe s., sans que l’on puisse être plus précis.

Guildford (Surrey) (Fig. 7)

Ce burh saxon planifié, remplace sans doute Eashing dans le courant du Xe s. (O’Connel et al, 1984, 44-45).La ville est « délibérément établie » avec un parcellaire perpendiculaire à la rue centrale, ce qui est un « agencement typique des burhs de Wessex du Xe s. » (Alexander M., 1997, 62).

Cette résidence royale, mentionnée en 880, n’a jamais été qualifiée de burh. La topographie saxonne reste inconnue en l’absence de découvertes archéologiques et d’étude parcellaire (O’Connel et al, 1984 et Alexander M., 1997). La seule « preuve » est que la motte normande serait topographiquement postérieure à une partie de la voirie jugée « régulière », ce qui ne me semble pas acquis. Il n’y a donc aucun élément sérieux soutenant l’hypothèse de planification au Xe s.

Hamwic (Hampshire)

Son plan régulier, supposé être à l’origine du phénomène saxon tardif de planification urbaine, est établi pendant le règne d’Ine (688-726) (Biddle M., 1974, 214 et 225).

La voirie découverte par les fouilles porte des traces d’organisation volontaire, mais les anomalies constatées laissent plus penser à une « extension pragmatique d’un système existant » (Morton A.D., 1992, 187) qu’à un plan conçu et réalisé en une fois. Le règne d’Ine est suffisamment long pour correspondre aux estimations chronologiques de la première occupation (Ibid., 26).

Hereford (Hereford-shire)

Un plan similaire à celui de Winchester est établi au début du Xe s. (Biddle M. et Hill D., 1971, 84). « La régularité de l’enceinte et de son agencement interne suggèrent qu’il s’agit d’une création planifiée », datant du VIIIe ou IXe s. et étant une des origines du modèle du burh planifié (Biddle M., 1974, 218). Cette « ville royale planifiée » est fondée par Offa (757-796) (Shoesmith R., 1982, 91).

En l’absence d’étude parcellaire ou métrologique et au vu des découvertes archéologiques publiées (Shoesmith R., 1980 et 1982) aucune planification de l’espace n’est établie. La voirie, composée d’une rue principale est-ouest à partir de laquelle des rues secondaires nord-sud se distribuent, possède une régularité toute relative. La mise en place d’un burh, jamais mentionné en tant que tel dans les sources écrites, n’est certainement pas antérieure au IXe, voire au Xe s.

Leicester (Leicester-shire)

Une planification urbaine du VIIIe-IXe s. est supposée, par comparaison avec le modèle connu ailleurs dans le royaume de Mercie (Buckley R. et Lucas J., 1987, 57).

Aucune donnée archéologique, topographique ou documentaire ne soutient cette hypothèse basée uniquement sur le fait que Leicester se trouve en Mercie. Rien n’est connu archéologiquement du burh danois, conquis par Aethelflaed en 917, de la voirie ou des défenses saxonnes (Buckley R. et Lucas J., 1987, Lucas et al, 1989, Cooper L., 1993 et Hall R.A., 1989).

Londres (Middlesex)

Un plan similaire à celui de Winchester est établi au début du Xe s. (Biddle M. et Hill D., 1971, 84). Une certaine organisation spatiale est supposée sur une partie du site consécutive à la reprise du burh par Alfred en 886 (Crummy P., 1979).

En 886 Londres passe sous contrôle d’Alfred qui la « restaure ». Plusieurs rues sont connues par les sources écrites et l’archéologie pour être établies dès l’extrême fin du IXe s. (Horsman et al, 1988). La mise en place topo-chronologique de la voirie est différemment perçue selon les auteurs. T. Tatton-Brown propose de larges planifications à la fin du IXe s. et au Xe s. à chaque fois sur de vastes espaces vierges (Tatton-Brown T., 1986), mais son hypothèse est souvent contredite par l’archéologie, Thames Street par exemple n’étant pas antérieure à la fin du XIe s. (Vince A., 1990, 88) alors qu’il la suppose être du IXe s. Les découvertes archéologiques témoignent plutôt d’une évolution moins dirigée, avec non plus création en une fois de véritables quartiers mais de rues qui se développent à partir des routes ou des rues primaires et divisent toujours un peu plus l’espace (Horsman et al, 1988), respectant peut-être des limites antérieures à l’époque d’Alfred (Blackmore L., 1997). A. Vince propose néanmoins deux réseaux de rues différents : l’un à l’ouest existe peut-être dès la fin du IXe s. alors que l’autre à l’est est un peu plus tardif avec des rues secondaires continuant d’être établies, comme Pudding Lane, au XIe s. (Vince A., 1990, 124-128). Une étude métrologique d’une petite partie de la voirie démontre l’existence d’un module d’espacement (Crummy P., 1979, 150 et 159), mais ces rues n’existent peut-être pas avant le XIe s. (Vince A., 1990, 128).

Lydford (Devonshire) (Fig. 8)

« La voirie est similaire dans ses éléments principaux à celle du type de Winchester » (Biddle M., 1976, 131). Elle est supposée être établie par Alfred (ibid.).

Le burh est cité dans le Burghal Hidage, mais les découvertes archéologiques restent peu précises et surtout très mal datées (Haslam J., 1984). Les fouilles du système défensif ont mis en évidence deux phases saxonnes non datées mais antérieures à la conquête normande (Medieval Archeology 1964, 232). Des fossés parallèles entre eux et perpendiculaires au système viaire datent aussi de la fin de l’époque saxonne, sans plus de précision (Medieval Archeology 1965, 170-171 et 1966, 168-169). Même en l’absence d’étude parcellaire il semble difficile de comparer sa morphologie, rudimentaire et sans régularité particulière, avec celle de Winchester. La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne.

Lyng (Somerset)

burh planifié par Alfred (Biddle M., 1976, 29).

Lyng avec sa rue centrale et son parcellaire, et ses deux rues secondaires à angle droit, aurait très bien pu être interprétée comme un simple village rue si sa mention dans le Burghal Hidage n’avait pas justifié son interprétation de burh planifié par Alfred. Pourtant d’assez vastes fouilles n’ayant rien découvert d’antérieur au XVIIIe s., ce burh semble plutôt une fortification d’urgence, n’ayant jamais été organisée pour une occupation permanente (Aston M., 1984, 183-185).

Oxford (Oxfordshire)

Un plan similaire à celui de Winchester est établi au début du Xe s. (Biddle M. et Hill D., 1971, 84). La voirie porte des traces de « planification délibérée » peut-être due à Edouard (Ashdown J.H. et Hassal T.G., 1975, 133-135), selon le modèle de Winchester (Biddle M., 1976, 130). « Il est maintenant virtuellement certain qu’Edouard le Vieux a établi les éléments de base de la grille viaire » (Hassal T., 1986, 118).

Le burh est cité dans le Burghal Hidage et certaines des rues datent apparemment du début du Xe s. alors que certaines rues secondaires notamment, n’ont été percées qu’après la conquête normande (Hassal T., 1986, 120-124). Malgré l’absence d’étude parcellaire, on peut percevoir une certaine régularité dans l’agencement de la voirie, mais il reste difficile de savoir si un plan directeur a été suivi.

Southampton (Hampshire)

Athelstan établit, en remplacement du site d’Hamwic, un nouveau burh planifié (Biddle M. et Hill D., 1971, 84).

Southampton est mentionnée dans les chroniques en 1001, 1006, 1009 et 1011 lors de pillages par les Danois. La voirie possède certaines régularités, plus particulièrement au sud-ouest, où un fossé saxon tardif a pu servir de défense (Holdsworth P., 1984, 339). Pourtant Broad lane n’a pas été construite avant la fin du XIIe s. (Platt C. et Coleman R., 1975) et les traces d’occupation saxonne sont plutôt faibles (Holdsworth P., 1984). La topographie saxonne est inconnue et la voirie médiévale n’est peut-être établie qu’après la conquête normande.

Stamford (Lincoln-shire)

Des éléments de voirie planifiée caractéristiques des burhs de Wessex peuvent être reconnus (Biddle M., 1974, 227). Par cartographie régressive « il nous reste ce qui semble être un noyau urbain planifié séparé du château par un marché, exactement ce que l’on aurait pu attendre » (Mahany C. et Roffe D., 1983, 209). Edouard le Vieux a été supposé être à l’origine de cette organisation (Biddle M., 1976, 137), mais une origine danoise semble aujourd’hui favorisée (Mahany C. et Roffe D., 1983).

Le burh danois a été soumis par Edouard en 918. D’après l’archéologie, la rue principale est densément occupée des deux côtés, dès la fin du IXe s. (Mahany et al, 1982 et Roffe D. et Mahany C., 1986). Malgré l’absence d’étude parcellaire le site du burh « danois » possède apparemment une certaine régularité.

Tamworth (Stafford-shire)

Ce burh du VIIIe s. est une véritable ville forteresse planifiée (Biddle M., 1976, 121).

Un médiocre système défensif, peut-être antérieur à 913, témoigne d’une possible occupation dont rien n’est connu (Rahtz P., 1977, 111-117). Aethelflaed construit le burh en 913 et il est possible qu’une rue suivant les défenses date du Xe s (Rahtz P., 1977, 117). Pourtant la morphologie du burh saxon reste quasi inconnue et « les éléments rectilignes du réseau viaire, caractéristiques d’une planification urbaine, ne sont pas introduits avant la conquête normande » (Rahtz P., 1992, 2).

Wallingford (Berkshire)

La voirie est du type de Winchester et daterait donc du règne d’Alfred (Biddle M. et Hill D., 1971, 80-81 et Biddle M., 1976, 130).

Le burh est cité dans le Burghal Hidage, mais en 895 le terme de burh n’est pas employé. Malgré l’absence d’étude morphologique la régularité apparente est peut-être superficielle, et en tous cas limitée au quart sud-est. Aucune rue n’a été datée (Astill G., 1984, 67-76). Aucune occupation du IXe ou même Xe s. n’a été découverte et les deux phases du système défensif antérieures à la conquête normande n’ont pas pu être datées plus précisément que postérieures à l’antiquité (Astill G., 1984, 67-76). La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne.

Wareham (Dorset) (Fig. 3)

La voirie est du type de Winchester et daterait donc du règne d’Alfred (Biddle M. et Hill D., 1971, 80-81 Biddle M., 1976, 130).

Un castellum est cité dès 876 et le burh est mentionné dans le Burghal Hidage, alors qu’une communauté religieuse occupe le site depuis plusieurs générations déjà. Une certaine régularité de la voirie est discernable malgré l’absence d’étude parcellaire. Mais la seule rue datée par l’archéologie est très tardive, peut-être même postérieure au XIIIe s. (Penn K.J., 1980, 106 et Hinton D.A., 1984, 157) et la voirie a pu évoluer graduellement (Penn K.J., 1980, 112), certains de ses éléments étant peut-être même antérieurs au burh (Keen L., 1984, 235-236). La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne.

Warwick (Warwick-shire)

Aethelflaed y fonde un burh planifié, selon le modèle général des burhs saxons (Klingelhofer E., 1975, 3).

Le burh fondé en 914 par Aethelflaed et cité dans le Burghal Hidage n’a pas livré d’occupations antérieures à la conquête normande et même ses défenses sont inconnues (Klingelhofer E., 1978 ; Cracknell S. et Bishop M.W., 1992). Malgré l’absence d’étude parcellaire aucune régularité apparente n’a été discernée. La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification d’Aethelflaed..

Wilton (Wiltshire)

Le burh présente des traces de planification régulière et date d’Alfred ou d’Edouard (Biddle M. et Hill M., 1971, 71).

Capitale du royaume de Wessex dès 838, évêché dès 909 et cité dans le Burghal Hidage, Wilton a eu une importance certaine. Mais la topographie de l’établissement saxon est pourtant totalement inconnue, malgré plusieurs fouilles qui n’ont rien livré d’antérieur au XIe s. (Haslam J., 1984). Malgré l’absence étude parcellaire aucune régularité particulière n’est discernée, les parcelles s’orientant tout simplement en fonction de la voirie principale ou des défenses. La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification alfrédienne ou edouardienne.

Winchester (Hampshire) (Fig. 1)

Fondement du modèle du burh saxon planifié Winchester en subit aussi le contrecoup. Désormais sa voirie est dite planifiée puisque : elle est régulière et prévisible, les premières surfaces ont une construction homogène et, enfin, car l’utilisation de plan de ce type se retrouve dans d’autres villes à la même époque (Ottaway P., 1992, 135).

Une étude métrologique confirme l’existence d’un module d’espacement de la voirie (Crummy P., 1979, 159). Il n’a pas été encore possible de prouver son existence avant le début du Xe s. Une étude métrologique confirme l’existence d’un module d’espacement de la voirie (Crummy P., 1979, 159). Il n’a pas été encore possible de prouver son existence avant le début du Xe s.

La construction homogène des premières rues n’est pas vérifiée. Le dernier argument, dans l’état actuel de la recherche, est un parfait exemple de raisonnement circulaire.

Worcester (Worcester-shire)

Aethelred dans les années 880 et 890 fonde, à l’extérieur des défenses romaines, un burh planifié (Baker et al, 1992 et Dalwood H., 1992).

Le burh est cité dans le Burghal Hidage. Les défenses, dont le tracé est hypothétique, bien qu’apparemment saxonnes, restent mal datées. Une étude du parcellaire a permis d’individualiser 12 unités de plan (Baker et al, 1992), mais les deux unités de plan relatives au supposé burh saxon ne possèdent pas de régularité particulière. Les traces d’occupation du Xe ou XIe s. sont nombreuses et anticipent peut-être les limites parcellaires futures (Carver M.O.H., 1980 et Dalwood et al, 1992), mais la topographie générale et en particulier la voirie restent inconnues. La mention dans le Burghal Hidage semble avoir été déterminante pour proposer une planification à l’époque d’Alfred.

17Cette revue rapide des données permet de remarquer assez facilement la manière dont l’hypothèse du burh planifié a été diffusée et adoptée. Le rôle joué par Winchester est déterminant, mais ce qui choque le plus ce sont les rapprochements et les parallèles justifiés théoriquement par la morphologie urbaine. L’absence en réalité de véritable étude topographique nous renvoie bien au problème de fond qui est la subordination des résultats archéologiques aux sources écrites et à l’historiquement vraisemblable.

5. Winchester : fondement du modèle mais non exempt d’incertitudes

18Winchester est le véritable pilier fondateur de tout raisonnement sur les burhs planifiés. Aucun auteur n’a jusqu’à présent mis en doute la réalité de ce réseau viaire fortement organisé installé de manière homogène à la fin du IXe s. Tout repose, archéologiquement, sur la croyance en l’existence de plusieurs rues fouillées dont l’homogénéité suppose un programme commun de création et une datation du début du Xe s. pour la seconde rue de Trafalgar. Pourtant en l’absence d’une publication définitive et exhaustive des fouilles la seule bibliographie disponible est celle des rapports intérimaires qui ne supportent pas vraiment ces affirmations.

matériel utilisé

largeur

évolution

Castle Yard 1

(Biddle M., 1970, 285)

petits silex broyés fortement agglomérés

environ 1,5 m

7 autres surfaces postérieures constituées de larges silex non broyés, toutes antérieures à 1067

Castle Yard 2

(Biddle M., 1970, 285)

petits silex broyés

environ 2 m

développement très similaire à Castle Yard1

Trafalgar Street

(Biddle M., 1965, 242)

cobbled surface pour la première « rue » et silex et gravier pour la suivante

> 6,5 m

4 autres surfaces postérieures, toujours constituées de silex et gravier et séparées entre elles par une couche de terre noire, dont la datation s’étale jusque au XVe s.

19La construction de la voirie n’est donc pas uniforme, tant dans les matériaux employés que dans ses proportions. Les évolutions sont en outre très différentes. Ceci ne permet pas d’en déduire une création organisée ni un entretien par une autorité supérieure, même si cela ne peut bien sûr l’exclure.

  • 13 8 surfaces de rue attestées pour un intervalle chronologique de moins de 200 ans si la rue est étab (...)

20Enfin la datation n’est pas sans poser problème car seule Trafalgar Street permet une datation relativement fine. Or, même en faisant abstraction de la coïncidence entre la réinterprétation des résultats initiaux de Trafalgar Street et le rôle désormais attribué à Alfred, une datation du tout début du Xe s. pour l’installation de la rue serait probablement plus proche des résultats de la fouille, si comme à Castle Yard1 on peut estimer la durée de vie moyenne d’un niveau de rue à 20/25 ans pour l’époque saxonne tardive13. Cette remise en cause illustre bien le danger de faire reposer la datation de plusieurs voirie sur une seule, et surtout sur une seule rue datée, dont la datation elle même n’est pas dénuée d’incertitudes. Car si la datation de cette simple rue se révélait plus tardive, alors selon la chaîne d’inférences jusqu’ici utilisée, près d’une dizaine de burhs devrait être réinterprétés, seul Londres offrant des preuves indépendantes concernant sa voirie. Les découvertes faites à Trafalgar Street sont les seules cautions archéologiques du rôle attribué à Alfred. Sur la confiance que l’on est prêt à leur accorder se fonde tout le raisonnement.

6. Une utilisation excessive de simples comparaisons, masquant le manque de preuves

  • 14 Dont les datations prudentes du Xe s. semblent conformes aux données archéologiques (Heighway C.M., (...)
  • 15 Pour une bibliographie récente (Slater T.R., 1990), mais les travaux les plus célèbres restent ceux (...)
  • 16 Voir notamment à Canterbury (Urry W., 1967) et à Wells (Scrase A.J., 1989), mais il faut avouer que (...)

21La morphologie interne des autres burhs saxons est quasi inconnue si l’on s’intéresse aux éléments structurants tels que la voirie, à l’exception de quelques rues fouillées à Gloucester, Oxford et Londres14. Seules les sources modernes et contemporaines peuvent permettre de proposer des reconstitutions hypothétiques des voiries, pour les étudier individuellement mais surtout pour les comparer et mettre en valeur certains types, leurs évolutions, leurs datations. Les archéologues n’ont pas été intéressés par une étude du parcellaire, malgré l’ancienneté et la richesse que cette discipline possède au Royaume-Uni, il est vrai développée et pratiquée surtout par des géographes15. Car il semble que celui-ci s’est fixé tardivement au Moyen Age, voire à l’Epoque Moderne, et il serait donc d’un intérêt très limité pour des périodes plus anciennes16. La documentation écrite exceptionnelle disponible à Winchester permet, par exemple, de constater les changements importants, entre la conquête normande et les deux enquêtes de 1100 et 1148, caractérisés par des empiétements sur la voirie et des subdivisions de parcelles dont les traces ont disparu du parcellaire actuel (Biddle M., 1976, 342). Les premières parcelles devaient être très étendues et ont été divisées par leurs possesseurs selon des modalités et des rythmes propres sans qu’il y ait jamais eu de mise en place d’un parcellaire dense et régulier (ibid., 452).

  • 17 1/5000e environ.

22Par contre la voirie a été supposée plus stable et plus facilement et rapidement étudiable. Dans les articles fondateurs il n’y a pas eu d’analyses individuelles de la morphologie des burhs et les comparaisons avec Winchester ont été faites à partir des voiries contemporaines dessinées à petite échelle17. Le regard des lecteurs est naturellement porté sur certaines régularités ainsi mises en valeur, comme à Bath (Fig. 6), mais finalement cette approche très superficielle, si elle peut susciter de l’intérêt pour la question soulevée, ne permet pas de convaincre la critique. L’impression est qu’on a moins cherché à construire un modèle à partir de plusieurs exemples bien connus et plus ou moins similaires, qu’à tenter de généraliser le cas assez particulier, et peut-être unique, de Winchester.

23Les éléments apparemment trouvés qui légitiment cette parenté sont l’existence d’une artère centrale principale, à partir de laquelle s’organisent perpendiculairement les rues secondaires et enfin d’un tour de ville, rue suivant les défenses, véritable cadre et limite de ce plan en arête de poisson.

24Ce tour de ville est essentiel car il serait le lien privilégié, topographiquement, entre l’espace d’habitation et celui purement défensif du burh et, sémantiquement, entre la forteresse connue et la ville supposée (Biddle M., 1976, 130). D’ailleurs lorsqu’il n’est plus aujourd’hui discernable, les archéologues tentent d’en retrouver les traces ou d’en reconstituer le parcours pour se conformer au modèle. Peut-être parfois avec un peu d’empressement car, le plus souvent, il ne se retrouve plus que sur une toute petite portion, à Wallingford par exemple sur moins de 10 % du périmètre théorique du burh. De même lorsque T. Tatton-Brown imagine la voirie de Londres à la fin du IXe s. ce tour de ville s’y retrouve (Tatton-Brown T., 1986), pourtant il serait ainsi parfois éloigné de plusieurs centaines de mètres du reste de la voirie et en contradiction avec certains résultats archéologiques, certaines portions comme Thames Street n’étant pas établies avant la fin du XIe s., alors que d’autres ne sont jamais attestées (Vince A., 1990, 88). Le problème est donc de savoir à partir de quel moment une aussi petite portion de rue, parfois en outre attestée tardivement, peut être considérée comme la trace préservée d’une rue suivant, intra muros, l’ensemble du circuit défensif. Car les défenses, en limitant les points de franchissement, poussent aussi les rues à les longer, intérieurement et extérieurement. Restituer une rue dans ces conditions risque donc plus de renvoyer à l’image véhiculée et acceptée du burh saxon, qui se nourrit ainsi elle-même, qu’à une quelconque réalité. Le lien entre tour de ville et planification urbaine est tel que la découverte en fouille d’une portion de rue suivant les défenses ou le long de celles-ci sert de preuve, à Cricklade notamment, pour démontrer l’existence d’une voirie établie en une fois en même temps que les défenses et dont le but est de diviser la terre à l’intérieur de l’enceinte, comme à Winchester (Haslam J., 1984, 110).

25Quant à l’organisation du parcellaire et de la voirie secondaire de manière plus ou moins perpendiculaire, autour d’une rue principale centrale, elle est tellement récurrente dans la morphologie de toutes époques qu’elle ne peut pas être une preuve suffisante, quoi qu’on puisse en dire, à Guildford notamment (Fig. 7). Aucun de ces éléments, ni même la combinaison de ceux-ci, ne sont remarquables. Le plan type du burh saxon a été réduit de telle manière que finalement il n’a plus de substance propre et peut convenir à beaucoup de sites, même aux petits burhs de promontoire tels que Lydford (Fig. 8) et Lyng. En fait le plus étonnant n’est pas vraiment que la similitude entre ces petits burhs de promontoire et le plan type de Winchester ait pu être proposée en tant qu’hypothèse, mais qu’elle ait été acceptée, semble-t-il, par l’ensemble des archéologues, et donc validée. Nos exemples sont déclarés le plus souvent similaires à Winchester, et renvoient implicitement à l’idée qu’une fois le modèle conçu et ayant atteint sa pleine maturité comme à Winchester, un net appauvrissement du plan dans ses applications postérieures est tout à fait normal alors même qu’elles feraient partie d’un programme commun de fondation urbaine conçu à la même époque et à l’initiative des mêmes personnes.

26Ainsi des voiries pourtant très éloignés morphologiquement sont rapprochées avec ce type. A Chichester, par exemple, mais aussi à Dorchester, Wareham, Wallingford, et dans une moindre mesure à Exeter, la voirie s’organise autour des deux rues principales perpendiculaires qui divisent en quartiers plus ou moins égaux l’espace défendu. A Colchester les deux rues principales forment un T. A Dorchester la régularité apparente de la voirie découle en réalité des contraintes liées à l’enceinte romaine et aux trois principales portes. Les deux rues principales, qui ne se coupent pas à angle droit, divisent l’espace enclos en quatre portions inégales. Des rues secondaires suivent plus ou moins parallèlement ces axes et des rues de liaison complètent l’ensemble. En outre, jusqu’à récemment, l’occupation se limitait le long de ces deux rues principales et du château, ce qui a pu permettre la création de ces rues parallèles plus tardivement pour desservir les larges espaces inoccupés.

27De manière générale on constate l’absence d’étude critique par de nombreux archéologues qui, séduits par le modèle, ont cherché à l’appliquer sur leur propre objet de recherche, propageant et aggravant ainsi la réaction en chaîne. A Leicester, par exemple, mais aussi à Guildford, on mesure le pouvoir de séduction du modèle en constatant l’inadéquation flagrante entre l’utilisation que l’on fait de la bibliographie lue et les données topographiques et archéologiques de terrain qui ne justifient pas un tel rapprochement.

  • 18 Le risque d’erreur pour chacune est néanmoins estimé à une demi-perche au plus, soit 2,5 m (Crummy (...)

28Les études métrologiques des voiries restent très exceptionnelles malgré leur intérêt démontré pour Colchester, Cricklade, Londres et Winchester (Crummy P., 1979 et Haslam J., 1986). La méthode employée est simple. Un plan contemporain à grande échelle, généralement 1/2500e, sert pour calculer les distances séparant les rues18. Les mesures sont prises à partir des bords de rue plutôt qu’en leur centre car il est supposé que la division de l’espace précède l’établissement de la voirie. En outre afin de découvrir des traces d’un module, le bord de la rue utilisé est choisi non pas arbitrairement mais en fonction des résultats espérés. La découverte d’un module d’espacement à Colchester, Londres et à Winchester est un indice sérieux de planification, même s’il reste à savoir s’il correspond à une fondation urbaine ou plus simplement à un remembrement agricole, qui aurait influencé la voirie postérieure.

  • 19 M. Biddle considère qu’elles auraient fréquemment disparu, sauf à Winchester, suite à des réorganis (...)

29En fait, le problème essentiel est que la présence d’un minimum de régularité, dont la reconnaissance n’exclut pas la subjectivité, n’est pas suffisante en elle même pour soutenir l’hypothèse d’une création par Alfred, Edouard ou tout autre possible commanditaire. Car, quoi qu’on en dise, il n’y a pas de plan type spécifique du burh de la fin du IXe s. ou du début du Xe s. Il reste à mettre en évidence des éléments remarquables, véritables marqueurs d’une époque ou signatures personnelles. Ainsi, les deux rues parallèles à l’artère principale, qui, attestées nulle part ailleurs malgré les tentatives19, laissent Winchester sans parallèle morphologique connu. Les tentatives de regrouper les plans morphologiquement dans une seule famille, selon le type de Winchester par exemple, ou encore en lignée, Hereford étant alors le prototype, Winchester une sorte de perfection et les autres cas des reprises plus ou moins réussies du modèle, sont encore illusoires.

7. ...et révélant la subordination de l’archéologie aux textes

  • 20 La céramique est le plus souvent très mal connue, A. Vince constate par exemple qu’à Londres la cér (...)

30La morphologie de la voirie n’étant pas déterminante, ce sont bien les sources écrites et le contexte historique que l’on a construit à partir d’elles qui servent plus ou moins consciemment de cadre assez restrictif pour l’interprétation des données archéologiques. L’utilisation de l’historiquement vraisemblable a été ici utilisé par les archéologues pour répondre aux problèmes de datation bien compréhensibles de sites urbains du haut Moyen Age20 et permettre d’estimer la période la plus probable de mise en place de la voirie. La connaissance des événements militaires, politiques, économiques et sociaux est alors indispensable mais on se base aussi sur les aptitudes connues ou supposées des différents acteurs, en particulier les rois.

  • 21 « De civitatibus et urbibus renovandis et aliis, ubi nunquam ante fuerant, construendis (Asser, ch (...)
  • 22 Rappelons au passage, pour exemple, que la reine Victoria et le prince Albert ont nommé leur plus j (...)

31La personnalité qu’on leur prête a été particulièrement déterminante. Ainsi, si on attribue à Alfred plutôt qu’à Edouard la création de la voirie de Winchester, ce n’est sans doute pas pour vieillir d’une génération une politique urbaine, mais surtout parce que le second est beaucoup moins perçu par les historiens comme un innovateur que comme le simple continuateur de la politique de son père (Stenton F.M., 1971). Lorsqu’une région passe sous contrôle d’Alfred, alors on lui attribue la planification des burhs qui s’y trouvent. Si une région n’a pas pu être reconquise avant la mort du père alors le mérite des burhs planifiés revient à son fils. Jamais n’a été envisagé que le fils ait pu planifier ce que le père avait défendu ou reconquis. La dépendance envers la qualité des sources écrites est flagrante. Le recueil des chroniques anglo-saxonnes, seule source documentaire couvrant toute la période, reste très partial et reflète une vision particulièrement provinciale des événements en s’intéressant avant tout aux Saxons de l’ouest. Il est biaisé par ses différents auteurs et nous présente très favorablement, par exemple, Alfred ou Edouard le Vieux alors qu’Edouard le Confesseur est apparemment déprécié (Hill D., 1974, 67). Certaines sources ponctuelles renforcent le déséquilibre de nos connaissances, ainsi la personnalité d’Alfred est principalement connue par sa biographie, très élogieuse, attribuée traditionnellement à Asser, son contemporain, bien que sa date et sa paternité restent incertaines (Smyth A.P., 1995). Alfred y est décrit comme très énergique et très volontaire, ayant une politique certaine d’urbanisation21. En outre « plus de documents écrits par Alfred, ou à son sujet, ont survécu depuis le Moyen-Age que pour n’importe quel autre roi anglo-saxon » (Smyth A.P., 1995, 3). Ceci et son rôle dans la lutte contre les Vikings expliquent qu’Alfred le Grand tienne une place primordiale dans la mémoire nationale22. Ainsi l’hétérogénéité naturelle des sources écrites, en déterminant une supposée vraisemblance historique, a conditionné par là-même la datation des découvertes archéologiques. Désormais le poids d’Alfred dans l’historiographie suffit souvent pour justifier qu’on lui attribue la création d’une ville-forteresse planifiée dès que celle-ci est citée dans le Burghal Hidage.

32L’exemple des fouilles de Wareham permet de constater à quel point les archéologues, en tentant de résoudre leurs problèmes de datation, sont dépendants de cet historiquement vraisemblable qu’ils trouvent dans les publications et qu’ils vont eux-mêmes propager et amplifier après lui avoir donné une nouvelle caution scientifique. Les 2 011 m des trois cotés des défenses médiévales correspondent aux 1600 hides mentionnées dans le Burghal Hidage, ce qui implique leur existence au plus tard au début du Xe s. Asser parle d’un castellum dans les années 890, alors qu’une mention dans les chroniques saxonnes en 876 ne fait pas référence à une quelconque défense mais n’en exclut pas l’existence. Archéologiquement la construction du premier rempart est postérieure à l’Antiquité, et peut-être même à 700 (R.C.H.M., 1959, 137). Son renforcement est daté entre le VIIIe et le XIe s. alors que sa récupération partielle est « certainement postérieure à la conquête normande » (ibid.). Malgré ce cadre chronologique très large, les archéologues attribuent à Alfred la construction du burh, et à Aethelred II (979-1013) sa rénovation, car c’est l’époque de la reprise des attaques danoises (ibid., mais aussi Penn K.J., 1980, 109). Les exemples peuvent être multipliés, comme à Bath, où l’archéologue, tout en reconnaissant son incapacité à dater les défenses entre la fin du IVe et le XIe s., propose une datation de la fin IXe-début Xe s. (O’Leary T.J., 1981).

  • 23 En 695 Bede raconte que l’ancienne ville romaine est complètement désertée (civitatulam quandam des (...)
  • 24 Notamment dans les chroniques anglo-saxonnes des années 875, 917 et 1010.

33Dans la série des grands hommes, l’exemple d’Offa (757-796) est lui aussi éclairant. Il est crédité d’une véritable politique de création urbaine en Mercie, et même de planification urbaine (Haslam J., 1987). Cette hypothèse repose uniquement sur les fameuses obligations militaires (voir supra), dont il n’est pourtant pas l’inventeur, et sur la supposition indémontrée, malgré les tentatives à Tamworth et Hereford, que les forteresses danoises et saxonnes tardives réemploient, dans son ancien royaume, des burhs existants. Cette théorie découle de la réputation d’Offa d’être un monarque d’importance européenne, comparable, dans une certaine mesure, à Charlemagne supposé avoir construit des fortifications pour lutter contre les Vikings (Haslam J., 1987, 77). « Il est probable qu’Offa a appliqué des solutions équivalentes à un problème identique et contemporain. Ce serait principalement le manque de documentation disponible pour la Mercie qui aurait caché la présence d’un tel système » (ibid.). L’exemple de Cambridge est exemplaire puisqu’il a été avancé qu’Offa y fonde un burh, véritable forteresse et centre commercial, puis que les Danois après 875, et Edouard le Vieux en 917, y établissent à chaque fois des burhs, le dernier étant « aussi une nouvelle fondation urbaine » (Haslam J., 1984, 13). Sans aller aussi loin, M.D. Lobel avait lui aussi attribué à Offa la construction du pont, existant certainement dès 875 au plus tard, car c’est un « monarque de réputation européenne et dont le règne fut une période de paix et de stabilité » et à Edouard le Vieux celui du King’s Ditch, malgré le manque de preuves (Lobel M.D, 1975, 3-5). Or aucune source archéologique ou documentaire23 ne permet de supposer une quelconque occupation du site à l’époque du royaume indépendant de Mercie et aucun élément de la topographie n’est de toutes façons daté antérieurement à la conquête normande (Haslam J., 1984, 15 et 20). En outre Cambridge n’a jamais été mentionné explicitement en tant que burh, malgré plusieurs références documentaires24, et rien n’est connu des occupations danoises et saxonnes, en dépit de plusieurs fouilles notamment (Firman P. et Pullinger J., 1987). La spéculation est ici particulièrement évidente.

  • 25 Les doubles burhs, un burh sur chaque rive d’un cours d’eau pour en contrôler le trafic, jouent un (...)

34Une autre dérive due aux sources écrites, ne l’oublions pas, par les Saxons, est que le rôle des Vikings a été systématiquement amoindri. En exagérant à peine on peut dire que les burhs ne sont dits planifiés que lorsqu’ils entrent dans la mouvance du royaume de Wessex, même s’ils étaient occupés auparavant par les Vikings. Pourtant il est aisé de constater que la faiblesse de la documentation archéologique ne permet pas d’écarter a priori cet héritage viking que ce soit à Bedford, Colchester, Oxford, Stamford ou Londres. Seuls les burhs vikings conquis le plus tardivement ont été étudiés dans cette optique, sans succès notable (Hall R.A., 1989). Dans la même logique on voit dans les villes planifiées d’époque normande comme Ludlow ou Bury St Edmund, le produit de la longue expérience de fondation anglo-saxonne dont les racines, comme Hamwic et Hereford, sont plus insulaires que continentales (Biddle M., 1974), ce qui apparemment ne semble pourtant pas le cas (Gauthiez B., 1998). De toutes façons, si Alfred a conçu le réseau de burhs-forteresses révélé par le Burghal Hidage, il a moins innové que réutilisé avec succès ce qui était déjà employé sur le continent, en particulier dans le royaume franc, voisin et souvent mentionné dans les chroniques anglo-saxonnes, que ce soit pour la tactique du double burh, la remise en état des enceintes romaines pour la protection des populations, ou le partage du travail de fortification et de défense par l’utilisation d’un simple rapport homme/longueur du périmètre25. L’exemple de la planification urbaine de Rouen, peut-être du début du Xe s. (Gauthiez B., 1991, 1993 et 1998), démontre aussi que toute étude ne se conçoit vraiment qu’à l’échelle du nord-ouest de l’Europe, en s’attachant notamment aux transferts d’idées et d’hommes entre les différents royaumes.

  • 26 La charte est octroyée entre 889 et 899. « ... à la requête de l’évêque Waeferth leur ami, Ealdorma (...)

35L’a priori supposant que la fondation d’un burh ne se limite pas à la construction ou à la rénovation des défenses mais englobe aussi le réseau viaire est, lui, basé sur la croyance qu’un burh pour pouvoir assurer sa fonction militaire doit disposer d’une population nombreuse qui dès l’origine doit pouvoir être accueillie et circuler (Biddle M., 1976, 129-130). Les sources documentaires souffrent pourtant de leur caractère peu explicite et les mentions dont on dispose font référence presqu’exclusivement au rôle défensif des burhs, la charte de Worcester étant une véritable exception26.

36Ne pas fonder tout le raisonnement archéologique sur les données documentaires aurait permis de distendre le lien établi entre le phénomène de création urbaine, l’établissement des rues et de l’habitat, et celui purement militaire de restauration des défenses. Rien n’assure leur contemporanéité, l’urgence pouvant susciter tout d’abord un système défensif, à l’abri duquel on organise plus tard l’espace. Par simplicité les archéologues semblent croire que le simple fait que la voirie s’inscrit parfaitement dans le système défensif indique qu’elle est contemporaine de sa construction. Pourtant souvent la voirie « saxonne » s’adapte parfaitement aux défenses romaines ou vikings. La même erreur a déjà été commise auparavant, en particulier lorsqu’on a considéré la voirie de Winchester comme d’origine antique (Lavedan P, 1926, 379-84), et ceux qui l’ont dénoncée prennent en fait maintenant eux-mêmes ce raccourci dangereux.

CONCLUSION

37Plusieurs points peuvent être soulevés. Tout d’abord, l’absence de critique dans la chaîne de raisonnement a abouti à lier le modèle du burh planifié par Alfred de Wessex à une unique rue datée, premier maillon faible. Que la datation de cette rue soit remise en cause et les liens se rompent. La recherche archéologique ne doit pas être subordonnée aux sources écrites sous peine de ne pouvoir aboutir, au mieux, qu’à leur vérification.

38Enfin le véritable danger d’une hypothèse c’est son succès, qui peut finir par la corrompre. On ne remet que difficilement en cause une hypothèse qui plaît et que l’ensemble des chercheurs accepte. L’esprit critique des chercheurs à toutes les étapes doit permettre d’éviter de transformer en modèle établi ce qui n’est qu’à peine fondé.

39Pourtant cet article très critique envers le modèle du burh planifié ne doit pas être perçu comme une négation du phénomène. Il existe des cas troublants et indubitables, Winchester reste l’un des plus intéressants, qui doivent servir de base pour d’autres recherches où il faudra tout simplement faire la différence entre les données archéologiques et ce que l’on aimerait en faire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alexander M., « Medieval Guildford », Urbanisme in Medieval Europe, Papers of the « Medieval Europe Brugge 1997 », vol. 1, 1997, p. 61-73.

Allan J., Henderson C. et Higham R., « Saxon Exeter », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 385-414.

Ashdown J.H. et Hassall T.G., « Oxford », Rodwell K., Historic towns, 1975, p. 133-146.

Astill G., « The towns of Berkshire », Haslam J. éd., Anglo-saxons towns, 1984, p. 53-86.

Aston M., « The towns of Somerset », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 167-201.

Baker D., Baker E., Hassall J. et Simco A., « Excavations in Bedford, 1967-1977 », Bedfordshire archaeological journal, vol. 13, 1979, 309 p.

Baker N., Dalwood H., Holt R., Mundy C. et Taylor G., « From Roman to medieval Worcester : development and planning in the Anglo-Saxon city », Antiquity, vol. 66, 1992, p. 65-74.

Barley M.W. éd., The plans and topography of medieval towns in England and Wales, C.B.A research report 14, 1976, 90 p.

Benton J.F éd., Town origins, the evidence from medieval England, C Heath and Co, Boston, 1968, 108 p.

Biddle M., « Excavations at Winchester, 1962-3 », The Antiquaries Journal, vol. 44, 1964, p. 188-219.

Biddle M., « Excavations at Winchester, 1964 », The Antiquaries Journal, vol. 45, 1965, p. 230-264.

Biddle M., « Excavations at Winchester, 1969, eight interim report », The Antiquaries Journal, vol. 50, 1970, p. 277-326.

Biddle M., « The development of the anglo-saxon town », Settimane di studio del centro italiano degli studi sull’alto medioevo 21 : topografia urbana e vita cittadina, 1974, p. 203-31.

Biddle M., « The evolution of towns : planned towns before 1066 », Barley M.W. éd., The plans and topography of medieval towns, 1976, p. 19-31.

Biddle M., « Towns », Wilson D. éd., The archaeology of Anglo-Saxon England, Londres, 1976, p. 99-150.

Biddle M. éd., Winchester in the early middle ages, an edition and discussion of the Winton Domesday, Winchester Studies n° 1, Oxford, 1976, 612 p.

Biddle M., « The study of Winchester : archeology and history in a british town, 1961-1983 », Proceedings of the British Academy, vol. 59, 1983, p. 93-135.

Biddle M. et Hill D., « Late saxon planned towns », The Antiquaries Journal, vol. 51, 1971, p. 70-85.

Biddle M. et Quirk R.N., « Excavations near Winchester Cathedral », The archaeological journal, vol. CXIX, 1962, p. 150-194.

Blackmore L., « From beach to burh : new clues to entity and identity in 7th- to 9th-century London », Urbanism in Medieval Europe, Papers of the « Medieval Europe Brugge 1997 », vol. 1, 1997, p. 123-132.

Briggs G., Cook J. et Rowley T. éd., The archaeology of the Oxford region, Oxford university department for external studies, 1986, 189 p.

Brooks N., « The development of military obligations in eighth- and ninth-century England », Clemoes P. et Hughes K. éd., 1971, p. 69-84.

Buckley R. et Lucas J., Leicester town defences, excavation 1958-74, Leicestershire museums publication n° 85, 1987, 116 p.

Campbell J. éd., The Anglo-Saxons, Penguin, Londres, 1991, 272 p.

Carver M.O.H. éd., Medieval Worcester, an archaeological framework, Transactions of the Worcestershire Archaeological Society, vol. 7, 1980, 356 p.

Carver M.O.H., « Review of Shoesmith », The Antiquaries Journal, vol. 64, 1984, p. 176-178.

Carver M.O.H., Underneath english towns, interpreting urban archaeology, Batsford Ltd, Londres, 1987, 160 p.

Clarke H. et Ambrosiani B., Towns in the viking age, Leicester university press, Londres, 1991, 207 p.

Clemoes P. et Hughes K. éd., England before the conquest, studies in primary sources presented to Dorothy Whitelock, Cambridge University Press, 1971, 418 p.

Conzen M.R.G., « The use of town plans in the study of urban history », Dyos H.J. éd., The study of urban history, 1968, p. 113-130.

Conzen M.R.G., « Historical townscapes in Britain : a problem in applied geography », Whitehand J.W.R. éd., The urban landscape, 1981, p. 55-74.

Conzen M.R.G., « Morphogenesis, morphological regions and secular human agency in the historic townscape, as exemplified by Ludlow », Denecke D. et Shaw G. éd., Urban Historical geography, 1988, p. 253-273.

Cooper L., « An archaeological evaluation at Bath lane, Leicester », Transactions of the Leicestershire Archaeological and Historical Society, vol. 67, 1993, p. 83-86.

Cracknell S. et Bishop M.W., « Excavations at 25-33 Brook Street, Warwick, 1973 », Birmingham and Warwickshire archaeological society, vol. 97, 1992, p. 1-40.

Crummy P., « The system of measurement used in town planning from the ninth to the thirteenth centuries », Hawkes S, Brown D. et Campbell J. éd., Anglo-saxon studies in archaeology and history, B.A.R 72, 1979, p. 149-164.

Crummy P., Aspects of anglo-saxon and norman Colchester, Colchester Archaeological Report 1, C.B.A. research report 39, Londres, 1981, 91 p.

Crummy P., Excavations at Lion Walk, Balkerne Lane and Middleborough, Colchester, Essex, Colchester archeological report 3, Colchester archeological trust, 1984, 224 p.

Crummy P., Excavations at Culver Street, the Gilberd School and other sites in Colchester 1971-85, Colchester archeological report 6, Colchester archeological trust, 1992, 426 p.

Cunliffe B., « Saxon Bath », Haslam J éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 345-358.

Dalwood H., « Continuity and change in the urban fabric of Worcester, England », Medieval Europe 1992, Urbanism, p. 69-74.

Dalwood C.H., Buteux V.A. et Jackson R.A., « Interim report on excavations at Deansway, Worcester 1988-89 », Transactions of the Worcestershire archaeological Society, vol. 13, 1992, p. 121-128.

Down A., Chichester excavations II, Phillimore, 1974, 162 p.

Down A., Chichester excavations III, Phillimore, 1978, 375 p.

Down A., Chichester excavations IV, Phillimore, 1979, 203 p.

Down A., Chichester excavations V, Phillimore, 1981, 299 p.

Down A., Chichester excavations VI, Phillimore, 1989, 302 p.

Down A. et Rule M., Chichester excavations I, Chichester Civic Society excavations committee, 1971, 173 p.

Draper J. et Chaplin C., Dorchester excavation vol1, excavations at Wadham Court 1968, Dorchester Prison 1970, 1975 and 1978 and Glyde Path Road 1966, Dorset Natural History and Archaeological Society Monograph Series, vol. 2, 1982, p. 113.

Drury P.J., « Aspects of the origins and development of Colchester Castle », Archaeological Journal 139, 1982, p. 302-419.

Eddy M.R. et Petchey M.R. éd., Historic towns in Essex : an archaeological survey of saxon and medieval towns, with guidance for their future planning, Essex County Council, 1983, 104 p.

Faull M.L. éd., Study in late anglo-saxon settlement, Oxford University Press, 1984, 207 p.

Firman P. et Pullinger J., « Excavation at riverside, Thompson lane, Cambridge », Proceedings of the Cambridge antiquarian society, vol. 76, 1987, p. 83-96.

Gauthiez B., La logique de l’espace urbain, formation et évolution ; le cas de Rouen, thèse non publiée, EHESS, Paris, 1991.

Gauthiez B., « La réoccupation planifiée de la cité de Rouen au haut Moyen Age », Stratford J. éd., Medieval Art, architecture and archaeology at Rouen, The British Archaeological Association Conference Transactions, Leeds, 1993, p. 12-9.

Gauthiez B., « The planning of the town of Bury St Edmunds : a probable norman origin », Gransden A. éd., Bury St Edmund, medieval art, architecture, archaeology and economy, The british Archaeological Association Conference Transactions XX, Leeds, 1998, p. 81-97.

Hall R.A., « The Five Boroughs of the Danelaw : a review of present knowledge », Anglo-saxon England, vol. 18, Cambridge University Press, 1989, p. 149-206.

Haslam J., « The origins and plan of Bedford », Bedfordshire archaeology, vol. 16, 1983, p. 29-36.

Haslam J. éd., Anglo-saxon towns in southern England, Phillimore, Chichester, 1984.

Haslam J., « The development and topography of saxon Cambridge », Proceedings of the Cambridge Antiquarian Society vol. 72, 1984, p. 13-29.

Haslam J., « The towns of Devon », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 249-283.

Haslam.J., « The towns of Wiltshire », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 87-147.

Haslam J., « The metrology of anglo-saxon Cricklade », Medieval Archaeology, vol. 30, 1986, p. 99-103.

Haslam J., « Market and fortress in England in the reign of Offa », World Archaeology, vol. 19/1, 1987, p. 76-93.

Haslam J. et Edwards A., Wiltshire towns, the archaeological potential, The Wiltshire archaeological and natural history society, 1976, 111 p.

Hassal J., « Excavations in Bedford 1977 and 1978 », Bedfordshire archaeology, vol. 16, 1983, p. 37-65.

Hassall J.M. et Hill D., « Pont de l’Arche : frankish influence on the west saxon burh ? », Archaeological Journal, vol. 127, 1970, p. 188-195.

Hassall T., « Archaeology of Oxford City », Briggs G. et al., The archaeology of the Oxford region, 1986, p. 115-134.

Heighway C.M. éd., Archaeology in Gloucester, a policy for city and district, Gloucester District Council, 1974, 38 p.

Heighway C.M., « Anglo-saxon Gloucester to A.D 1000 », Faull M.L. éd., Study in late anglo-saxon settlement, 1984, p. 35-54.

Heighway C.M., « Saxon Gloucester », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 359-81.

Heighway C.M., Garrod A.P. et Vince A.G., « Excavations at 1 Westgate Street, Gloucester, 1975 », Medieval Archaeology, vol. 23, 1979, p. 159-213.

Hill D., The anglo-saxon town, unpublished PhD thesis, University of Southampton, 1974, 315 p.

Hill D., « The saxon period », Schoffield J. et Leech R. éd., Urban archaeology in Britain, Londres, 1987, p. 46-53.

Hill D., « The Burghal Hidage : the establishment of a text », Medieval Archaeology, vol. 13, 1969, p. 84-92.

Holdsworth P., « Saxon Southampton », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 331-344.

Horsman V., Milne C. et Milne G., Aspects of saxo-norman London, vol. 1, building and street development near Billingsgate and Cheapside, London and Middlesex Archaeological Society Special Paper 11, Londres, 1988, 123 p.

Jäschke K.V., Burgenbau und Landesverteidigung um 900, überlegungen zu Beispielen aus Deutschland, Frankreich und England, Vorträge und Forschungen sonderband 16, 1975, 136 p.

Joly S., Les indices archéologiques de planification urbaine dans les établissements anglais de 700 à 1200 ap J.C, Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1994, 246 p.

Keen L., « The towns of Dorset », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 203-47.

Klingelhöfer E., « Evidence of town planning in late saxon Warwick », Midland History, vol. 3, 1975, p. 1-10.

Klingelhöfer E., « Barrack Street excavations, Warwick 1972 », Transactions of the Birmingham and Warwickshire archaeological society, vol. 88, 1978, p. 87-104.

Lavedan P., Histoire de l’urbanisme t1 antiquité et Moyen Age, Paris, 1926, 520 p.

Lucas J. et al, « An excavation in the North-East Quarter of leicester : Elbow Lane, 1977 », Transactions of the Leicestershire Archaeological and Historical Society, vol. 63, 1989, p. 18-47.

Lobel M.D., « Cambridge », in Lobel M.D. éd., The atlas of historic towns, vol. 2, 1975.

Mahany C., Burchard A. et Simpson G., Excavations in Stamford, Lincolnshire, 1963-69, The Society for medieval archaeology monograph series n° 9, Londres, 1982, 186 p.

Mahany C. et Roffe D., « Stamford, the development of an anglo-scandinavian borough », Anglo-norman studies, vol. 5, 1983, p. 197-219.

Mason D.J.P., Excavations at Chester, 26-42 Lower Bridge Street 1974-6, the Dark Age and saxon period, Grosvenor museum archaeological excavation and survey reports n° 3, 1985, 72 p.

Morton A.D. éd., Excavations at Hamwic vol. 1 : excavations 1946-83 excluding Six Dials and Melbourne Street, CBA 84, 1992, 237 p.

Munby J., « Saxon Chichester and its predecessor », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 315-30.

O’Connel M. et Poulton R., « The towns of Surrey », Haslam J. éd., Anglo-saxon towns, 1984, p. 37-51.

O’Leary T.J., « Excavations at Upper Borough Walls, Bath, 1980 », Medieval Archaeology, vol. 25, 1981, p. 1-30.

Ottaway P., Archaeology in towns, from the Emperor Claudius to the Black Death, Routledge, Londres, 1992, 249 p.

Penn K.J., Historic towns in Dorset, Dorset Natural History and Archaeological Society, monograph series n° 1, 1980.

Platt C. et Coleman-Smith R., Excavations in medieval Southampton 1953-69, vol. 1 the excavation reports, Leicester University Press, 1975, 356 p.

Radford C.A.R., « Excavations at Cricklade/1948-1963 », The Wiltshire archaeological and natural history magazine, vol. 67, 1972, p. 61-111.

Rahtz P.A., « The archaeology of West Mercian towns », Dornier A. éd., Mercian Studies, 1977, p. 107-129.

Rahtz P. et Meeson R., An anglo-saxon watermill at Tamworth, excavation in the Bolebridge Street area of Tamworth, Staffordshire in 1971 and 1978, C.B.A. vol. 83, 1992, 167 p.

Richard J.D., Viking age England, English Heritage, 1991, 143 p.

Rodwell K., « Wallingford », Rodwell K. éd., Historic towns in Oxfordshire, 1975.

Rodwell K. éd., Historic towns in Oxfordshire : a survey of the new county, Oxfordshire archeaological unit survey n° 3, 1975, 202 p.

Roffe D. et Mahany C., « Stamford and the norman conquest », The Lincolnshire History and Archaeology vol. 21, 1986, p. 5-9.

Royal Commission on Historical Monuments, « Wareham West Walls, report on excavation », Medieval Archaeology 3, 1959, p. 120-138.

Scrase A.J., « Development and change in burgage plots : the example of Wells », Journal of Historical Geography, vol. 15, 1989, p. 349-365.

Shoesmith R., Hereford City excavations volume 1, excavations at Castle Green, C.B.A n° 36, Londres, 1980, 61 p.

Shoesmith R., Hereford City excavations volume 2, excavations on and close to the defences, C.B.A n° 46, Londres, 1982, 106 p.

Slater T.R. éd., The built form of western cities, essays for M.R.G Conzen on the occasion of his eightieth birthday, Leicester University Press, 1990, 446 p.

Smyth A.P., King Alfred the great, Oxford University Press, Oxford, 1995, 744 p.

Stenton F.M., Anglo-saxon England, Oxford, 1971.

Stephenson C., Borough and town, a study of urban origins in England, The Medieval Academy of America, 1933, 236 p.

Strickland T.J., « The roman heritage of Chester : the survival of the buildings of Deva after the roman period », Hodges R. et Hobley B. éd., The rebirth of towns, 1988, p. 109-118.

Tait J., The medieval english borough, studies on its origins and constitutional history, Manchester University Press, 1936, 371 p.

Tatton-Brown T., « The topography of anglo-saxon London », Antiquity, vol. 60, 1986, p. 21-29.

Urry W., Canterbury under the Angevins Kings, Londres, 1967.

Vince A., Saxon London : an archaeological investigation, Seaby, Londres, 1990, 160 p.

Ward S.W., Excavations at Chester, 12 Watergate Street 1985, Roman headquarters building to medieval row, Chester city council, 1988, 75 p.

Ward S.W., Excavations at Chester, the lesser medieval religious houses, sites investigated 1964-1983, Chester city council, 1990, 292 p.

Whitelock D. éd., English Historical Documents, vol. 1, Londres, 1955.

Whitelock D. éd., The Anglo-Saxon Chronicle, Londres, 1961, 240 p.

Notes

1 Joly S., 1994, 246 p. réalisé en 1993-1994 conjointement aux universités de York et de Tours grâce au programme européen Erasmus. Que soient ici remerciés M.O.H. Carver et H. Galinié pour leurs aides et conseils.

2 Dans le même état d’esprit les illustrations sont présentées « brutes », telles qu’elles ont été publiées par les différents chercheurs, sans tentative d’uniformisation ou de normalisation. En outre, afin de faciliter la publication seul un choix très réduit, mais du moins exemplaire, d’illustrations est présenté ici, la bibliographie citée permettant d’accéder aux autres facilement.

3 Les sources documentaires, en particulier l’enquête de 1100 et le Winton Domesday de 1148 enregistrant toutes les propriétés, attestent son existence à l’époque d’Edouard le Confesseur.

4 L’actuelle Lower Brook Street (Taennerestret) en 990, Parchment Street (Flaeescmangere Straet) et Upper Brook Street (Scyldwyrhtana Straet) en 996.

5 En reprenant en partie la classification proposée par M. Biddle (1976, 126-127) :
- les anciennes villes fortifiées romaines : Bath, Chichester, Exeter et Winchester ;
- les anciennes fortifications de l’Age du Bronze ou romaines : Chisbury, Halwell, Hastings, Pilton, Porchester et Southampton ;
- les nouveaux sites de promontoire : Axebridge, Bridport, Burpham, Christchurch, Eashing, Eorpeburnam, Langport, Lewes, Lydford, Lyng, Malmesbury, Shaftesbury, Watchet et Wilton ;
- les nouveaux sites de plaine : Cricklade, Oxford, Sashes, Wallingford et Wareham.

6 Pour chacun des burhs est précisé le nombre de hides (mesure de surface suffisant pour faire vivre une famille entière et qui varie entre 60 et 120 acres) nécessaires pour l’entretien des hommes servant à sa défense. « Pour l’entretien et la défense d’une longueur de 4 poles (= 20,1 m) de mur, 16 hides seront nécessaires. Si chaque hide est représenté par un homme ainsi chaque pole du mur pourra être défendue par 4 hommes » (Benton J.F., 1968, 49-50). La similitude entre l’évaluation du périmètre des défenses par ce document et ce que l’on en connaît, est remarquable. Ainsi les 3.034 m théoriques des défenses de Winchester correspondent clairement aux 3.017 m des défenses antiques connues.

7 Ainsi une cartographie des sites concernés par le Burghal Hidage montre clairement que tout lieu du Wessex est à moins de 20 miles, c’est-à-dire environ 30 km, du plus proche burh (Stenton F.M., 1971, 264).

8 « Une étude détaillée des limites et extension finale des trois minsters dans le quartier sud-est de la ville montre que le réseau viaire rectiligne s’étendait originellement sur la plus grande partie de cet espace » (Biddle M., 1976, 278).

9 Bath, Chichester, Cricklade, Exeter, Oxford, Southampton, Wallingford, Wareham et Wilton.

10 Bedford, Chester, Colchester, Dorchester, Gloucester, Hereford et Londres.

11 Voir notamment Campbel J., 1991, 152-153, Richard J.D., 1991, 54, Clarke H. et Ambrosiani B., 1991, 91, mais il faut avouer que personne n’a repris cette problématique pour en faire l’élément principal d’une recherche, preuve s’il en fut, que ce qui a déjà été publié reçoit une large adhésion de la part des chercheurs.

12 Mon désaccord est net avec notamment H. Clarke et B. Ambrosiani qui affirment que Hereford est à présent le seul établissement dans l’Angleterre anglo-saxonne où les fouilles archéologiques et les recherches historiques ont démontré qu’il y avait à la fois des défenses, non romaines, nouvellement construites et un réseau viaire délibérément établi à la fin du VIIIe-début du IXe s. (Clarke H. et Ambrosiani B., 1991, 45).

13 8 surfaces de rue attestées pour un intervalle chronologique de moins de 200 ans si la rue est établie lors du règne d’Alfred ou d’environ 150 ans si elle date du début du Xe s.

14 Dont les datations prudentes du Xe s. semblent conformes aux données archéologiques (Heighway C.M., 1984, 368 et 1984, 41-42 ; Hassal T., 1986, 118 et Horseman et al, 1988, 13-30), même si les rapports de fouille, en l’absence de publication exhaustive des fouilles, n’ont pas été consultés.

15 Pour une bibliographie récente (Slater T.R., 1990), mais les travaux les plus célèbres restent ceux de M.R.G. Conzen (1968, 1981 et 1988).

16 Voir notamment à Canterbury (Urry W., 1967) et à Wells (Scrase A.J., 1989), mais il faut avouer que personne n’a étudié une ville saxonne dite planifiée.

17 1/5000e environ.

18 Le risque d’erreur pour chacune est néanmoins estimé à une demi-perche au plus, soit 2,5 m (Crummy P., 1979, 150).

19 M. Biddle considère qu’elles auraient fréquemment disparu, sauf à Winchester, suite à des réorganisations de l’espace urbain mais sans citer d’exemple précis (Biddle M., 1976, 130). Les tentatives d’en découvrir les témoins me semblent dans l’ensemble peu convaincantes, comme à Exeter avec Waterbeer Street et Catherine Street (Allan et al, 1984, 400-402), ou à Wallingford (Astill G., 1984, 76).

20 La céramique est le plus souvent très mal connue, A. Vince constate par exemple qu’à Londres la céramique saxonne tardive n’est pas différenciable entre le milieu du IXe s. et le début du XIe s. (Vince A., 1990, 25), remarque qui peut être généralisée à l’ensemble de l’Angleterre.

21 « De civitatibus et urbibus renovandis et aliis, ubi nunquam ante fuerant, construendis (Asser, ch 91) » (Whitelock D., 1955, 272) (« et des villes et des cités qu’il reconstruisit et des autres qu’il construisit là où avant il n’y avait rien ») et concernant l’année 886 Eodem anno Aelfred, Angulsaxonum rex, post incendia urbium stragesque populorum Londoniam civitatem honorifice restauravit et habitabilem fecit (Asser, ch 69).

22 Rappelons au passage, pour exemple, que la reine Victoria et le prince Albert ont nommé leur plus jeune fils en son honneur et qu’en 1901 le pays célébrait en Alfred le génie de la civilisation anglo-saxonne et les débuts de la grandeur impériale en lui érigeant notamment une statue à Winchester pour le millénaire de sa disparition (Smyth A.P., 1995, 422).

23 En 695 Bede raconte que l’ancienne ville romaine est complètement désertée (civitatulam quandam desolatam) (Lobel M.D., 1975, 3).

24 Notamment dans les chroniques anglo-saxonnes des années 875, 917 et 1010.

25 Les doubles burhs, un burh sur chaque rive d’un cours d’eau pour en contrôler le trafic, jouent un rôle considérable dans la stratégie défensive d’Alfred à partir de 895, alors que Charles le Chauve (843-877), dès 862, a utilisé cette méthode, au Pont de l’Arche sur la Seine par exemple (Hassall J. et Hill D., 1970). Les fortifications perceptibles à travers les chartes, édits et capitulaires, semblent s’être multipliées sous l’impulsion de Charles notamment. Le capitulaire de Pitres en 864 mentionne les trois obligations liées à la fortification selon « la vieille, et chez les autres peuples commune, habitude » iuxta antiquam et aliarum gentium consuetudinem (Jäschke K.V., 1975, 111). De même Charles demande en 868 que le périmètre total des fortifications au Pont de l’Arche soit mesuré et divisé pour en attribuer la responsabilité d’entretien et de défense à différentes personnes alors qu’en 869 il demande aux habitants de Tours et du Mans de fortifier leurs civitates pour offrir à la population alentour un refuge défensif contre les vikings (Smyth A.P., 1995, 141).

26 La charte est octroyée entre 889 et 899. « ... à la requête de l’évêque Waeferth leur ami, Ealdorman Ethelred et Aethelflaed ordonnèrent la construction du burh de Worcester pour la protection de tout le peuple (...) à l’église St Peter la moitié des droits qui leur appartiennent, aussi bien dans le marché que dans la rue, à la fois à l’intérieur des fortifications et à l’extérieur... » (Benton J.F., 1968, 65).

Auteur

Institut National de Recherches Archéologiques Préventives

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540