Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

III. POLITIQUE FONCIÈRE, RESSORT DE JURIDICTION ET DÉVOLUTION DE L'ESPACE

14. Les fondations de bourgs de l’abbaye de Marmoutier en Anjou-Touraine : ressorts de juridiction ou espaces urbanisés ?

Elisabeth Zadora-Rio et Bernard Gauthiez

Texte intégral

1A en juger par les sources écrites, le mouvement de fondation de bourgs a connu un beau succès en Anjou-Touraine puisqu’il a touché environ 150 localités en moins d’un siècle, à peine plus de trois générations : les fondations commencent peu avant le milieu du XIe pour prendre fin assez brutalement dans le second quart du XIIe s.

2Deux types d’actes nous informent sur les bourgs :

  • les actes de fondation : il s’agit toujours de contrats conclus entre un seigneur laïc et un établissement religieux : le seigneur laïc donne un terrain pour fonder un bourg, avec des terres, des prés, des droits d’usage sur les bois, parfois aussi sur les eaux, et, surtout, des droits de justice ; le partage des droits sur les échanges commerciaux est généralement détaillé avec précision ;

  • les actes de donation de bourgs à des établissements religieux par des seigneurs laïcs ressemblent beaucoup aux précédents à cette différence près que les bourgs, en principe, existent déjà. La différence n’est, cependant, peut-être pas toujours aussi nette : il arrive qu’un terrain donné pour y fonder un bourg soit déjà partiellement bâti ; d’autre part, les textes ne permettent guère d’évaluer la densité des constructions déjà existantes lors des « donations » de bourgs.

3Enfin, à ces bourgs bien documentés, il faut ajouter les fondations qui ne sont connues que par de simples mentions et qui sont celles qui ont été réalisées par les établissements religieux sur des terres leur appartenant, ou celles qui sont restés en mains laïques : ni les unes ni les autres n’ont fait l’objet de contrats écrits.

4Les sources écrites permettent d’établir avec certitude que dans la quasi-totalité des cas (à trois ou quatre exceptions près) les bourgs ne sont pas des créations d’agglomérations ex nihilo, mais viennent s’ajouter à un pôle préexistant, église ou castrum. Elles indiquent aussi que les limites du bourg sont toujours précisément connues puisqu’elles définissent un ressort de juridiction. Enfin, il apparaît clairement dans les textes que l’installation des hôtes dans un bourg est soigneusement réglementée : n’y habite pas qui veut.

5En revanche, les textes ne permettent guère de mesurer les effets concrets des fondations de bourgs. On peut en effet s’interroger sur la nature réelle de celles-ci. Les créations de bourgs, leur importance numérique, traduisent-elles une activité de construction considérable, ayant abouti, en un laps de temps très court, à une transformation du paysage bâti, ou bien correspondent-elles seulement à un transfert de droits de justice et à la construction d’un prieuré ? Dans quelle mesure ces fondations se sont-elles accompagnées d’une réorganisation de l’espace, voire de la mise en œuvre d’un projet d’urbanisme ? Enfin, quel a été leur impact sur la hiérarchisation de l’habitat et la constitution d’un réseau urbain ?

6La datation précoce proposée pour certaines phases de planification, en particulier en Angleterre et en Normandie (GAUTHIEZ 1993 ; JOLY infra), ainsi que certains exemples présentés lors du colloque sur la morphogenèse du village médiéval à Montpellier en 1993 (FABRE et al. 1996), m’ont incitée à aborder la question à travers l’analyse morphologique, avec la collaboration de Bernard Gauthiez, l’hypothèse de travail étant qu’une activité de construction intensive, pendant une période assez courte, était susceptible d’entraîner l’adoption de solutions standardisées, et cela d’autant plus qu’elle était contrôlée par une même autorité.

  • 1 Peut-être faut-il ajouter encore à cette liste des bourgs de Marmoutier les localités de Luynes et (...)

7Dans cette perspective, le choix de Marmoutier s’est imposé parce que l’abbaye, qui a été restaurée à la fin du Xe s. par le comte Eudes de Blois après avoir été presque anéantie par les Normands en 853, a connu une montée en puissance très rapide au cours du XIe s. Elle a eu un grand rayonnement spirituel, comme en témoigne le fait que plusieurs de ses moines ont été appelés à la tête d’abbayes angevines nouvellement créées ou refondées, et elle a bénéficié d’un nombre considérable de donations qui lui ont permis de reconstituer son temporel, tout particulièrement sous les abbatiats d’Albert (1028/37-1064) et de Barthélémy (1064-1084). En à peine plus d’un demi-siècle, dans les seuls diocèses de Tours et d’Angers, Marmoutier a acquis au moins dix-sept bourgs1, dont onze ont été fondés par l’abbaye elle-même (à Marmoutier – aujourd’hui commune de Sainte-Radegonde –, Saint-Symphorien, Tavant, Chalonnes-sur-Loire, Cholet, Champtoceaux, Rillé, Liré, Bocé, Semblançay, Saint-Georges des-Gardes) et six lui ont été donnés par des seigneurs laïques (à Daumeray, à Chemillé – bourgs Saint-Pierre, Notre-Dame et Saint-Gilles –, à Saint-Quentin-en-Mauges, à Pouancé). Enfin, last but not least, la documentation conservée pour les XIe-XIIe s. est abondante (plusieurs dizaines d’actes pour bon nombre de ces localités).

Répartition géographique (fig. 1)

8A l’intérieur des limites du diocèse de Tours, Marmoutier semble n’avoir possédé que quatre bourgs : outre celui de Sainte-Radegonde, aux portes de l’abbaye, et celui de Saint-Symphorien, presque contigü au précédent, au débouché du pont de Tours, on peut citer Semblançay, au nord de la Loire, et Tavant, au sud-ouest du diocèse, au bord de la Vienne.

9En Anjou, Marmoutier possédait quatre bourgs au nord de la Loire, distants de 30 à 60 km les uns des autres (Rillé, Bocé, Daumeray, Pouancé) et un groupe de neuf bourgs au sud-ouest, dans la région des Mauges, à cheval sur la limite du diocèse (Chemillé (bourgs Saint-Pierre, Notre-Dame et Saint-Gilles), Saint-Quentin-en-Mauges, Chalonnes-sur-Loire dans le diocèse d’Angers, Liré et Champtoceaux dans le diocèse de Nantes, Saint-Georges-des-Gardes (aujourd’hui Les Gardes) et Cholet dans le diocèse de Poitiers). L’ensemble appartenait, au XIe s., au comté d’Anjou, auquel la Touraine a été réunie en 1044.

Présentation du corpus

10Les notices sont présentées dans l’ordre suivant : d’abord, les deux bourgs situés dans la périphérie de l’abbaye, Sainte-Radegonde et Saint-Symphorien, auxquels leur proximité géographique, de même que le voisinage à la fois de l’abbaye et de la ville de Tours, confèrent une place particulière. Ensuite, les agglomérations éloignées du monastère, qui se divisent nettement en deux groupes, en fonction de leur degré de complexité morphologique, mesuré par le nombre d’unités de plan identifiées par l’analyse : d’une part, les agglomérations de structure complexe, dont l’analyse morphologique a révélé une quinzaine d’unités de plan, ou structures linéaires, voire plus ; d’autre part, les agglomérations qui présentent une structure morphologique plus élémentaire (six unités de plans, ou structures linéaires, voire moins). Cette définition de la complexité morphologique n’a, bien sûr, qu’une valeur relative, mais dans le cas présent l’écart entre les deux groupes est suffisamment important pour qu’on puisse considérer qu’il est significatif.

LA PÉRIPHÉRIE DE L’ABBAYE DE MARMOUTIER

Sainte-Radegonde et Saint-Symphorien (Indre-et-Loire)

11Sainte-Radegonde et Saint-Symphorien, forment aujourd’hui une même agglomération, qui a été intégrée à la ville de Tours, située sur la rive gauche de la Loire. Sur le cadastre du XIXe s., il s’agissait encore de deux villages distincts, bien que très proches, alignés au pied du coteau abrupt qui domine la rive droite de la Loire, entre l’abbaye de Marmoutier à l’est et le pont de Tours.

Analyse morphologique

Sainte-Radegonde

12Le village de Sainte-Radegonde (fig. 2) est construit le long d’une voie qui longe le coteau, à distance de la Loire, et s’étend vers le nord-est le long d’un chemin de thalweg qui monte vers le plateau (fig. 3 et 4).

13La voie qui longe le coteau, et qui est interrompue par l’enceinte de l’abbaye de Marmoutier (fig. 2), a été déplacée pour contourner la clôture, en passant le long du mur. Elle a été supplantée ensuite par un nouveau tracé empruntant la levée et longeant directement la berge : l’axe majeur de la vallée passe maintenant le long du fleuve, en évitant Sainte-Radegonde. L’emprise de la clôture de l’abbaye couvre une superficie de 17 ha.

14L’église abbatiale (fig. 2, n° 1), dont seules sont visibles actuellement les fondations, a été bâtie contre le coteau en empiétant sur l’ancien tracé du chemin, peut-être dans un souci de composition scénographique : le chemin conservé à l’ouest débouchait, au delà de la porte, face au portail principal.

Saint-Symphorien

15L’agglomération de Saint-Symphorien (fig. 5 et 6), construite elle aussi au pied du coteau, présente une morphologie très différente de celle de Sainte-Radegonde. Il s’agit d’un lotissement régulier le long de la Loire. La rue centrale (rue Losserand) (fig. 5, n° 1) est l’ancienne voie de berge, tandis que la voie sud, au bord de la rive, emprunte la levée. Les rues perpendiculaires à la rue centrale, de part et d’autre, sont rarement alignées, ce qui suggère que l’opération d’urbanisme a eu lieu en deux temps. Le côté nord de la rue est certainement le plus ancien ; l’irrégularité des fonds de parcelle s’explique par le fait qu’ils ont fait reculer la falaise, et que plusieurs constructions sont en partie troglodytes. Le côté sud paraît avoir été gagné sur la berge. Comme à Sainte-Radegonde, le village s’est étendu le long d’un chemin de thalweg remontant vers le plateau, mais le découpage parcellaire est beaucoup plus dense et plus régulier. L’église Saint-Symphorien, construite à une distance de 1 400 m de Sainte-Radegonde, est située à un carrefour où se rencontrent la rue centrale et le chemin de thalweg. L’implantation de l’église par rapport à ces voies témoigne d’un aménagement destiné à la mettre en valeur ; la voie centrale, à l’ouest, est axée sur le portail principal, puis s’élargit pour former une petite place à proximité du carrefour. Le souci de composition apparaît dans l’adaptation du monument aux axes viaires : le collatéral nord a un plan en biseau destiné à laisser un large débouché au chemin venant du plateau.

16La partie occidentale de l’agglomération, entre la rue des Capucins à l’est, et le pont à l’ouest, présente une trame parcellaire beaucoup plus lâche que dans la partie orientale, où les parcelles sont beaucoup plus étroites et plus subdivisées.

Analyse des sources écrites

  • 2 Ch. le Chauve, n° 147.
  • 3 A la suite de Carré de Busserolle, on considère habituellement que le toponyme de Briga a été suppl (...)
  • 4 ADIL, H200 n° 2. ARTEM n° 1422.

17L’église de Saint Symphorien est mentionnée pour la première fois en 852 dans un diplôme de Charles le Chauve qui confirma aux frères vivant à Marmoutier la possession de la villa de Briga, proche du monastère, avec toutes les villae qui en dépendaient, avec l’église Saint-Symphorien, située sur la Loire, et le port sur les deux rives (necnon ecclesiam sancti Symphoriani supra Ligeris alveum cum portu utriusque ripae2). On peut penser que cette dernière expression désigne un bac qui assurait la liaison des deux rives. Le toponyme Briga a disparu, sans doute au profit de celui de Saint-Symphorien, qui était le vocable de l’église de la villa3. L’église et le port sont mentionnés à nouveau en 970, dans un acte par lequel Hugues, duc des Francs, concéda au prêtre Otbert et à sa mère trois arpents et demi de vignes dépendant de la porterie de l’abbaye de Marmoutier et situés près du port localisé sur la Loire à proximité de l’église Saint-Symphorien, le long d’une voie publique4.

  • 5 W.M. Newman, Catalogue, n° 16 ; ed. RHF X, p. 584, entre 996 et 1001. Autre mention : BNF, Dom Hous (...)
  • 6 ADIL, H226, 15 sept. 1670 : bail de la terre Saint-Nicolas « ...à scavoir l’enclos et pourpris de l (...)

18L’église Sainte-Radegonde, dont le vocable initial, jusqu’au XVIIe siècle, était Saint-Ouen, est mentionnée pour la première fois à la fin du Xe siècle, lorsqu’elle fut restituée à l’abbaye de Marmoutier avec ses dépendances par Bouchard, comte de Vendôme, dans un acte confirmé par le roi Robert5. Construite au pied du coteau, à 500 m à l’ouest de l’abbatiale (fig. 2 n° 2), elle est en partie troglodyte. Le cimetière paroissial s’étendait, au XVIIe s., au sud de la rue principale du village, presque jusqu’à la chapelle Saint-Nicolas située près de la clôture de l’abbaye6 (fig. 2, n° 3).

  • 7 ADIL, H260.

19Jusqu’à la construction de la levée, une bonne partie de la vallée au sud de Sainte-Radegonde et à l’intérieur même de l’enceinte de Marmoutier était sujette aux inondations. La date de construction de la levée n’est pas connue, mais son existence est attestée à la fin du XVe s. : elle a été détruite sur l’ordre de Louis XI en 1480, et presqu’aussitôt reconstruite7.

  • 8 Cart. de Chemillé n° 183 ; BNF, Dom Housseau n° 1733.
  • 9 BNF, Dom Housseau, vol. II, n° 365 et 366, publié par LEX : 142.
  • 10 ADIL, H375, f°26 r° en 1271 ; H375, f°34, r°, en 1277 ; H376, f°185, v°, en 1302. En 1596, un bail (...)
  • 11 Totum etiam coenobium istud muris eminentibus circumcirca munivit (Chronicon abbatum Majoris Monast (...)
  • 12 Fecit enim clausuram hujus abbatiae cum manerio de Rubeo monte (Chronicon abbatum Majoris Monasteri (...)

20Outre Saint-Symphorien et Saint-Ouen, il existait d’autres églises autour du monastère de Marmoutier, qui n’ont guère laissé de trace dans la topographie. Ainsi l’église Saint-Gorgon, construite au IXe s. pour exalter les reliques de ce saint lorsqu’elles ont été transférées à Marmoutier, et qui était située entre l’enclos de Marmoutier et l’église Saint-Ouen (aujourd’hui Sainte-Radegonde) (ZADORA-RIO 2000) ; elle est encore mentionnée dans une confirmation du pape Innocent II en 1136, puis dans une confirmation de l’archevêque de Tours Engebault en 11498. La chapelle Saint-Barthélémy n’est expressément attestée que dans le second quart du XIIe s., mais la mention, en 1015, du port et du marché Saint-Barthélémy témoigne vraisemblablement de l’existence, à cette date, du lieu de culte9. Dans une confirmation du pape Innocent II en 1136, qui mentionne à la fois l’église Saint-Ouen et la chapelle Saint-Barthélémy, c’est cette dernière qui est désignée comme le siège d’un prieuré de l’abbaye de Marmoutier. Dans la seconde moitié du XIIIe s., il est fait mention à plusieurs reprise d’une paroisse de Saint-Barthélémy10. Le lieu-dit subsiste actuellement, au sommet du coteau de Saint-Symphorien, au bout de la rue Saint-Barthélémy. Il est englobé actuellement dans l’agglomération de Tours-nord, mais sur le cadastre napoléonien, il constituait un écart de la commune de Saint-Symphorien. Enfin l’église Saint-Nicolas, dont le cimetière fut consacré en présence du pape Urbain II en 1096, était située près de la Loire, dans une zone qui devait être inondable (fig. 1, n° 3). Le récit de la dédicace implique que l’enceinte de l’abbaye, à la fin du XIe s., n’incluait pas une superficie aussi importante qu’aujourd’hui (ZADORA-RIO 2000). Le tracé de la clôture actuelle remonte sans doute à l’abbatiat de Guillaume de Combourg (1104-1124), dont la Chronique des abbés de Marmoutier indique qu’il fit entourer le monastère d’une haute muraille11, et à celui de Simon le Maye (1330-1352) qui fit construire le logis abbatial de Rougemont et agrandir la clôture de l’abbaye du côté nord12.

  • 13 Livre des Serfs, n° LXXVII. Cf. aussi n° III, 1032-1084.
  • 14 BNF, Dom Housseau n° 686.

21L’existence d’un bourg, à Sainte-Radegonde et à Saint-Symphorien, est attestée à peu près simultanément ; celui de Sainte-Radegonde est mentionné entre 1032 et 1064 à propos de l’entrée en servage d’un pelletier, habitant du bourg13. Situé devant l’entrée du monastère, il est toujours qualifié de burgum nostrum, sans déterminatif. Un acte de 1064, qui évoque le règlement d’un litige entre Thibaud de Rochecorbon et les moines au sujet des « portes du bourg », suggère l’existence d’une clôture14.

  • 15 BNF, Dom Housseau n° 667.
  • 16 BNF, Dom Housseau n° 1733.

22Le bourg de Saint-Symphorien, toujours désigné par le terme de bourg du Pont, est mentionné pour la première fois en 1063 dans un acte du comte d’Anjou Geoffroy Martel15. En 1149, l’église Saint-Symphorien est désignée par l’expression ecclesiam Sancti Symphoriani de Ponte dans un acte de confirmation de l’archevêque Engelbault16.

  • 17 retinuit in sua manu III chiminos : chiminum montanum qui tendit ad Membrariolam, chiminum de Bria (...)
  • 18 ...procuravit remotionem viae communis quae est inter Dormientes et Rubeum Montem (Chronicon abbatu (...)

23Le pont qui a donné son nom au bourg de Marmoutier est celui qui a été construit vers 1034 par le comte Eudes de Blois. Il était situé à peu près sur l’emplacement de l’actuelle passerelle, dans le prolongement de la rue du Vieux Pont à l’ouest de l’église Saint-Symphorien (fig. 7). Après de nombreux avatars, il fut abandonné en 1750 et remplacé en 1765 par un ouvrage neuf, situé plus à l’ouest (actuel pont Wilson) (BOISSEUIL 1992 : 11). Un procès qui opposa en 1073 le comte d’Anjou aux moines de Marmoutier indique que Saint-Symphorien était, au débouché du pont, un carrefour routier important : le comte exigea en effet de garder le contrôle de quatre voies, sur lesquelles circulaient des marchands et des quadrigae, voitures attelées de quatre bêtes, qui se dirigeaient à l’ouest vers Langeais, le long de la Loire, à l’est vers Blois par le monastère de Marmoutier, au nord-ouest par le coteau vers La Membrolle (et au-delà, vers Le Mans) enfin au nord-est vers Vendôme17 (fig. 8). Ces routes sont restées les principales voies d’accès à Tours depuis le nord, jusqu’à la construction du nouveau pont au XVIIIe s. et jusqu’à l’aménagement de la nouvelle route d’Espagne, qui évite Saint-Symphorien. Elles étaient certainement déjà en place lors de la construction du pont vers 1034. La voie comtale mentionnée dans l’acte de 1073 qui se dirigeait vers Blois en passant par Marmoutier doit peut-être être identifiée avec la via communis qui passait entre l’église et le coteau et que l’abbé Simon le Maye, qui acheva la construction de l’abbatiale gothique, fit fermer entre 1330 et 135218.

24Dans son état actuel, l’église de Saint-Symphorien date en partie du XIIe s., mais la réfection du portail, ainsi que la construction du collatéral nord, sont attribuables au XVIe s. (BAS 1909 ; PALUSTRE 1873). Il est probable que l’aménagement des voies autour de l’église appartient à la même campagne de travaux.

  • 19 ADIL, G971, 1580, cité par KOEKENBIER 1999 : 54.
  • 20 ADIL, AC, CC14, cité par KOEKENBIER 1999 : 55.

25La partie orientale de l’agglomération de Saint-Symphorien, à l’est de la rue des Capucins, qui présente un parcellaire très découpé, correspond au noyau d’urbanisation le plus ancien. A l’est de l’église Saint-Symphorien, il était limité, au XVIe s., par la « barrière de Marmoutier » ; au nord de l’église, par la « barrière de Saint-Barthélémy », et à l’ouest, un peu en retrait de l’actuelle rue des Capucins, par « la barrière de la croix Quentin19. La partie occidentale, qui présente des parcelles de plus vastes dimensions, a été urbanisée seulement au XVIIIe s., en liaison avec la construction du nouveau pont à l’ouest du précédent : les limites du faubourg de Saint-Symphorien furent redéfinies et une nouvelle barrière fut établie au bout du pont neuf en 178820.

26Par rapport aux autres églises périphériques de l’abbaye de Marmoutier, comme Saint-Gorgon, Saint-Barthélémy ou Saint-Nicolas, qui ont disparu, on peut penser que la création de bourgs autour des églises de Saint-Symphorien et de Sainte-Radegonde a donné une impulsion initiale qui leur a permis de subsister comme centres de paroisses, puis de communes. Le contraste entre le développement des deux agglomérations est cependant très net : celle de Sainte-Radegonde est restée un village jusqu’au XIXe s., alors que Saint-Symphorien, qui présente des lotissements réguliers, en partie gagnés sur la rive, a bénéficié de la présence du pont et d’un carrefour routier important, et a profité du développement de la ville de Tours qui l’a absorbé, dès la fin du Moyen Age, dans sa zone d’attraction. L’absence de développement du bourg de Sainte-Radegonde résulte-t-elle d’un choix délibéré des moines, ou d’un échec du peuplement dû à la concurrence de Saint-Symphorien et, peut-être, à une situation plus menacée par les crues de la Loire ? Il est possible que la construction, à l’extérieur du monastère, de l’église Saint-Nicolas dont le pape Urbain II a consacré le cimetière en 1096, témoigne de la volonté de l’abbaye de fixer un nouveau noyau de peuplement qui aurait avorté, mais les preuves font défaut. La faible extension du village de Sainte-Radegonde contraste, en tout cas, avec le développement habituel des agglomérations qui se sont constituées autour des abbayes rurales, comme par exemple, en Touraine, Beaulieu-les-Loches, Bourgueil ou Cormery.

LES AGGLOMÉRATIONS À STRUCTURE MORPHOLOGIQUE COMPLEXE

1. Chalonnes-Sur-Loire (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 9, 10, 11)

27L’agglomération qui couvre, sur le cadastre du XIXe s., environ 16,5 ha, s’étend sur plus d’1 km le long d’un bras de Loire. Elle présente une morphologie complexe due, d’une part, à la présence de deux noyaux de développement distincts, éloignés d’environ 600 m, d’autre part au fait qu’un franchissement de la Loire existait en ce point, et que sa localisation a, semble-t-il, connu plusieurs déplacements.

28Dans la description qui va suivre, les chiffres en gras renvoient à l’analyse morphologique (fig. 11).

Tracé de clôture autour de l’église Notre-Dame (1)

29La rue des Noyers (fig. 12) forme un arrondi très régulier autour de cette église, qu’elle contourne à une distance de 50-70 m. Certaines des parcelles longeant la rue vers l’intérieur sont limitées vers l’arrière par une ligne placée à environ 12 m de la voie. Ce tracé, assez continu à l’est et au sud, s’estompe à l’ouest. Il pourrait correspondre à l’emplacement d’une clôture, matérialisée par un mur sur lequel seraient venues s’appuyer les maisons riveraines de la rue des Noyers, qui pourraient avoir été construites sur un fossé ou une zone non aedificandi.

30Au nord-est, la rue des Noyers s’arrête à la rue Notre-Dame, et ne se prolonge pas jusqu’au fleuve. Cependant, la ligne placée en retrait subsiste jusqu’à l’eau, longée par une ruelle.

31Au nord-ouest, la rue des Noyers passe sous la rue Notre-Dame – élément qui semblerait confirmer l’hypothèse de l’existence d’un fossé autour de l’église – et rejoint l’eau.

32Il est intéressant de constater qu’en ce point, le tracé d’accès au « moulin à eau » indiqué sur le plan, bien que très proche, ne touche pas le prolongement de la rue des Noyers. Cette indépendance entre un tracé intérieur à la clôture supposée et la rue de contournement est un autre indice en faveur de l’existence d’une fortification autour de Notre-Dame. La limite ouest du secteur de Notre-Dame est ici, de plus, confondue avec le ruisseau de la Couperie.

Tracés orthogonaux autour de Saint-Maurille (2)

33Les tracés parcellaires à l’ouest et au sud de l’église forment une série de lignes orthogonales, jusqu’à la place Saint-Maurille, à l’ouest, et une ruelle est-ouest au sud. L’ensemble forme approximativement un rectangle d’environ 120 m d’est en ouest, et 75 m du nord au sud, qui pourrait représenter un enclos autour de l’église. La rue est-ouest déforme localement l’organisation orthogonale des parcelles, et de ce fait représente vraisemblablement une structure postérieure aux éléments qui ont pu engendrer leur orientation. L’organisation du parcellaire est probablement due à la disposition des bâtiments dépendant de Saint-Maurille, dont l’enclos aurait été loti.

34Les orientations des parcelles, tout autour de cet ensemble, sont beaucoup plus variées.

Tracé de clôture autour de l’église Saint-Maurille ? (3)

35Le site de l’église est entouré par une rue, la rue du Pilory, qui joint la Grande rue Saint-Maurille à l’ouest à la rue du Pont au sud-est. Ce tracé n’est pas longé d’une ligne parallèle qui délimiterait une zone initialement vide de construction, et permettrait d’avancer avec assurance l’hypothèse d’une clôture longée d’un fossé. L’organisation orthogonale des voies, au nord de la rue du Pilory, et le fait qu’elles ne se prolongent pas au sud de celle-ci (à l’exception de la rue des morts), semble indiquer, cependant, que la rue du Pilory a constitué une limite, matérialisée ou non.

36La mise en place de la rue du Pilory, et sa jonction avec la Grande rue Saint-Maurille, sont vraisemblablement dues à la nécessité de contourner Saint-Maurille et son enclos, pour aller d’ouest en est. Du côté est, le franchissement du Layon, affluent de la Loire, a pu connaître un déplacement lié à l’abandon d’un point situé à l’est de Saint-Maurille, au profit d’un autre point, plus au sud, et plus éloigné de la Loire (cf. ci-dessous le paragraphe sur le franchissement du fleuve).

37D’où l’hypothèse chronologique suivante :

  1. Saint-Maurille et son enclos, et voie sur berge au nord, conduisant à un franchissement du Layon à l’est.

  2. déplacement du franchissement du Layon, d’où la voie de contournement de l’enclos par le sud, venant de la Grande rue Saint-Maurille à l’ouest.

  3. mise en place des voies et d’un parcellaire orthogonal au nord de la rue du Pilory (et apparition de maisons au sud de celle-ci ?).

38Il est à noter que le contournement de Saint-Maurille ne donnait pas directement sur un pont traversant le Layon, comme aujourd’hui, mais sur un chemin franchissant le petit ruisseau de l’Armange, longeant ensuite la vallée du Layon en rive gauche, pour aboutir à un franchissement de la rivière situé beaucoup plus loin vers l’amont.

Les tracés associés au château (4), (5) et (6)

39La forme d’un château, une courtine flanquée de tours semi-circulaires disposée en demi-ellipse le long de la Loire, est clairement reconnaissable au nord-ouest de Notre-Dame (4). Un fossé, qui longe la structure, semble avoir conduit à un détournement de la voie sur berge (Grande rue Notre-Dame) vers le sud. La continuité entre les sections de celle-ci placées à l’est et à l’ouest semble en effet interrompue par le château. Ce détournement a conduit à créer un nouvel accès à Notre-Dame, dans l’axe, face à sa façade ouest. De là, une ruelle rejoint la rue Notre-Dame, dans sa section préservée à l’est du château, tandis qu’une autre conduit vers le site du « Moulin à eau » indiqué sur le plan cadastral. La configuration de ce moulin, porté par deux piles implantées dans la Loire, suggère l’existence d’un pont, à l’état de ruines sur le plan. Sa situation à proximité immédiate du château suggère une appartenance commune.

40En liaison avec le déplacement de la rue Notre-Dame déterminé par la construction du château, l’espace entourant l’église fut réorganisé. Son lotissement, commandé par des rues orthogonales, semble postérieur à la clôture semi-circulaire à laquelle le parcellaire paraît s’adapter.

41A l’ouest du château, les parcelles forment un ensemble régulier de part et d’autre de la rue (5). On peut supposer ici l’existence d’un lotissement régulier, limité au sud par une ruelle qui prolonge vers l’ouest la déviation de la Grande rue Notre-Dame. Cette déviation étant due à la construction du château, on peut en déduire que le lotissement y était également lié. Celui-ci est prolongé, vers l’ouest, le long de la Loire, par une zone urbanisée de façon moins régulière (6) dont il faut sans doute le distinguer.

42L’analyse de l’ensemble des tracés associés au château, modifiés ou induits par lui, conduit à y voir une urbanisation organisée, comprenant des éléments de fonctions différentes (défense, habitat dans un lotissement et autour de Notre-Dame, et pont).

Un tracé de clôture à l’ouest du château ? (7)

43A l’ouest du château, un ensemble de limites parcellaires et viaires semble souligner la bande urbanisée le long du fleuve : les parcelles au sud de la partie déviée de la rue Notre-Dame sont délimitées, à l’arrière, par un chemin qui est lui-même longé par un ensemble de parcelles qui sont toutes arrêtées au même niveau, suivant une ligne qui remonte à l’ouest vers le fleuve, venant de ce côté fermer le lotissement, et se prolonge vers l’est jusqu’à l’enclos autour de Notre-Dame. De plus, cette ligne est en partie longée par une ligne parallèle, placée à environ 12 m de distance qui pourrait révéler la trace d’un fossé.

Un hypothétique lotissement disparu (8)

44Au sud-ouest du château, un certain nombre de parcelles étroites, non bâties au début du XIXe siècle, dessine, perpendiculairement à un chemin étroit, une structure très régulière, parallèle au lotissement (5). Il peut s’agir d’un découpage à destination agricole, mais l’étroitesse des parcelles, notamment vers l’ouest, pourrait provenir d’un lotissement à vocation urbaine. Le toponyme « Bas Bourg » est associé à cet ensemble, et garde peut-être la trace de son origine.

Des terrains gagnés sur les rives (9)

45L’ensemble des parcelles bordant la Loire entre le pont hypothétique à l’ouest et la place Saint-Maurille à l’est, sur un peu plus de 700 m, paraît occuper un terrain gagné sur le fleuve. Le tracé continu et sinueux de la rue entre le château et Saint-Maurille, bordant au sud des parcelles dont le front, sur la Loire, est irrégulier, et dont l’organisation est discontinue par rapport aux tracés du côté sud de la rue, suggère fortement un ancien emplacement de la rive. Il n’existe pas, ainsi, de réelle ouverture de la place du marché des Halles vers le fleuve, alors que, plus à l’est, l’ouverture du Port Chailloux n’a pour correspondance qu’une étroite ruelle. Il semble que l’organisation des rues soit antérieure au sud, et se soit mise en place dans un contexte de plus grande ouverture de la berge du fleuve. La fermeture de la rive face à la place du marché suggère, par ailleurs, un affaiblissement de son activité, sans doute moins nourrie par des échanges impliquant l’autre rive du fleuve. L’ouverture du Port Chailloux, au contraire, est à mettre en relation avec une activité du champ de foire favorisant de tels échanges, au moyen d’une ruelle promue au rang d’axe important, la rue du Port-Chailloux.

  • 21 C’est d’ailleurs à l’emplacement du Port-Chailloux que le pont de la route actuelle RN 161bis a été (...)

46En conclusion, le développement de l’urbanisation le long de la rive de la Loire semble être un phénomène relativement tardif par rapport au développement des noyaux urbanisés autour de Saint-Maurille et de Notre-Dame, et même autour du marché des Halles, du fait de l’absence ou de l’étroitesse des accès pratiqués jusqu’au fleuve, en particulier là où on aurait pu en attendre, face aux rues donnant vers le sud. A l’inverse, le développement du champ de foire, qui a un débouché important sur la rive, mais au travers d’une rue étroite, qui n’était sans doute pas prévue initialement pour assurer une fonction de liaison entre la foire et le port, est certainement un phénomène relativement tardif dans la formation de l’agglomération21.

Les franchissements de la Loire et leurs accès (fig. 13)

47L’examen du cadastre ancien, couplé à celui de la carte au 1/25 000e, suggère qu’un certain nombre de chemins et de rues, à Chalonnes, sont en relation avec différents points de franchissement de la Loire :

  • A environ 500 m à l’ouest de la structure arrondie autour de Notre-Dame, au lieu-dit Saint-Vincent, un chemin perpendiculaire à la Loire descend sur la rive en profitant d’un petit thalweg (fig. 11 et 13). Il existe encore sur plus de 2 500 m (10). Cependant, aucun tracé ne semble lui correspondre sur l’autre rive dans l’île de Chalonnes.

  • Un chemin perpendiculaire à la Loire prend naissance près du chevet de Notre-Dame (11). Il est repris au sud-ouest par la RN 762.

  • au sud-ouest de Chalonnes, au lieu-dit La Promenade, une branche se détache de la route nationale en direction du champ de Foire, puis de Saint-Maurille (13).

  • Un chemin provenant de l’ouest, passant par les lieux-dits Les Pirouets, Sainte-Anne, Les Sablons, coupe en biais ces tracés, et rejoint la place du champ de foire (12).

  • A partir du champ de foire, la rue du Port-Chailloux (14) rejoint ensuite le Port-Chailloux, dont il a déjà été fait état.

  • Le chemin qui longe la vallée de l’Armange en rive gauche, et prend ensuite le nom de rue des Bords de Vihiers, mène à l’est de l’église Saint-Maurille (15).

48Face à ces tracés, l’absence presque totale de correspondance sur la rive droite du bras de Loire est surprenante. Le seul chemin auquel on peut affecter une fonction de cet ordre se situe face à Saint-Maurille, en un point où on ne voit pas de tracé d’accès en rive gauche, au lieu-dit du Port de l’Asnerie.

49L’interprétation de ces chemins et leur mise en ordre chronologique peuvent s’appuyer sur les éléments déjà analysés, mais doivent probablement faire intervenir une modification importante de la configuration de la confluence de la Loire, de l’Armange, du Layon, et même du Louet (fig. 13).

  • 22 L’existence d’un pont jusqu’au XVIIe s. à l’embouchure du Layon est attestée par le Dictionnaire to (...)
  • 23 A ceci près que, depuis, une digue a été établie en rive gauche de la Loire, et permet un franchiss (...)

50En effet, l’organisation des parcellaires et des voies suggère l’existence, à proximité de Saint-Maurille, à la fois d’un franchissement de la Loire, et d’un franchissement de la vallée commune de l’Armange et du Layon22. Il est possible que la rive de la Loire, à l’est de l’église, ait formé un bourrelet alluvial permettant de franchir aisément cette vallée, bourrelet dont le site de la Chapelle, en rive droite, pourrait être un vestige. Une forte crue a pu conduire à une rupture du cordon alluvial, et à un déplacement du bras de la Loire vers le sud. Le franchissement de la vallée tributaire serait de ce fait devenu très difficile, et aurait été déplacé loin vers le sud-est, configuration encore présente actuellement23. La modification du tracé de la berge, à proximité de Saint-Maurille, est attestée par le fait que l’ancien cimetière paroissial se trouve actuellement sous la Loire : en période d’étiage, les fosses de sépultures creusées dans le schiste sont nettement identifiables.

Le secteur du marché (16)

51Le secteur du marché, qui paraît avoir connu plusieurs phases de lotissement, est abondamment renseigné par la toponymie (Marché des porcs, rue de la Poterie, rue du Marché au lin), et l’emplacement des halles est clairement identifiable. On constate que la place du marché, largement ouverte sur l’ancienne voie de berge, ne communique plus avec la Loire qu’à travers une ruelle étroite du lotissement de rive (9). Il est possible qu’il y ait eu à cet emplacement un port à proximité du marché, antérieur au lotissement de la rive et à la création du Port Chailloux.

Synthèse de l’analyse morphologique

52A l’origine de la morphologie actuelle de l’agglomération, il semble y avoir eu deux pôles générateurs : d’une part, l’église Saint-Maurille et ses probables dépendances, d’autre part l’église Notre-Dame entourée vraisemblablement d’une fortification. Deux pôles, donc, et un ou plusieurs points de franchissement de la Loire, contemporains ou successifs.

53Dans un second temps, du côté est, la modification de la confluence du Layon et de l’Armange avec la Loire a conduit à une réorganisation des tracés dans ce secteur.

54Du côté ouest, la construction du château a entraîné une déviation de la voie de berge ; un lotissement régulier, sans doute entouré d’une clôture, a été créé à l’ouest du château. La solidarité topographique observable entre le château, le pont, la fortification autour de Notre-Dame et le lotissement à l’ouest du château suggère que ces différents éléments relevaient d’une même puissance.

55Le secteur protégé par la fortification autour de Notre-Dame a été urbanisé progressivement, de même que le secteur autour de Saint-Maurille.

56La création d’un marché et, sans doute, d’un port associé, dans l’intervalle entre les deux noyaux ecclésiaux primitifs, est intervenue à un moment qu’on ne peut situer chronologiquement par rapport à la construction du château. Le quartier du marché a été urbanisé en plusieurs étapes, entraînant une subdivision de plus en plus fine de l’espace, mais en l’absence d’un dessin d’ensemble. Il est probable que les deux parties de la ville se sont développées d’abord de manière détachée, voire en concurrence, puis qu’un compromis est intervenu, conduisant à l’urbanisation de la zone intercalaire. On remarque que le quartier du marché est nettement plus proche de Notre-Dame que de Saint-Maurille : le noyau ouest de la ville paraît avoir été le plus dynamique.

57Au-delà du lotissement régulier associé au château, vers l’ouest, l’urbanisation a progressé le long de la rive jusqu’à Saint-Vincent, et plus au sud, sous la forme d’un hypothétique lotissement organisé au sud-ouest du château (le Bas-Bourg).

58Postérieurement à l’urbanisation du secteur du marché, mais à un moment qu’on ne peut situer chronologiquement par rapport à la construction du château, le terrain gagné sur la Loire, au-delà de la voie de berge, a été loti ; il ferme le débouché du marché au niveau des halles.

59Enfin, le champ de foire a été aménagé alors que la croissance urbaine était arrêtée depuis déjà quelque temps. En effet, sa disposition laisse penser que ses limites ont été établies progressivement, sur des terrains peu occupés. Il est possible même que ce site ait été urbanisé de manière plus intense, puis en partie abandonné, avant l’apparition du champ de foire, qui fut certainement un élément majeur du fonctionnement urbain de Chalonnes à l’époque moderne. Le Port Chailloux, seule ouverture importante sur le fleuve, très certainement le point de franchissement le plus actif jusqu’au début du XIXe siècle, lui est en effet étroitement associé. Cette fonction de carrefour central de l’agglomération est d’ailleurs renforcée par l’arrivée sur le champ de foire de deux grandes routes créées par les Ponts et Chaussées, vraisemblablement à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe, la « Grande route de Montrevault à Chalonnes », et la « Grande route de Chalonnes à Chemillé », actuelle nationale 161 bis. Enfin, on l’a vu, le pont récent prend la place du Port Chailloux, et ne fait que perpétuer une situation antérieure.

60Le développement du champ de foire, en relation avec le Port Chailloux, marque peut-être un déplacement vers l’est du centre actif de Chalonnes et un rééquilibrage entre les deux pôles. Cependant, les nombreuses parcelles non bâties dans le tissu urbain, de même que peut-être la disparition des maisons du « Bas-Bourg », montrent que l’apogée de la ville doit se situer au Moyen Age, et que l’époque moderne marque un net déclin.

Analyse des sources écrites

61Bien que Chalonnes n’ait pas fait l’objet de recherches archéologiques récentes, les découvertes anciennes sont suffisamment nombreuses pour attester une occupation importante du site au cours de l’Antiquité. L’existence d’un atelier monétaire mérovingien est attestée par la découverte, sur place, de tremissis portant l’inscription CALOMVA VICO.

  • 24 Vita S. Maurilii : 72.

62La Vie de saint Maurille, attribuée à saint Maimbeuf et datée du VIIe s., indique que saint Maurille, à la fin du IVe siècle, y construisit une église sur l’emplacement d’un fanum et y fonda un vicus (ecclesiam Christi ibidem fidelis famulus construxit, vicumque instituit) où il résida jusqu’au moment où il fut appelé à l’évêché d’Angers. Le même texte indique que « près de l’oppidum du vicus de Chalonnes », il y avait une colline appelée Prisciacus où se trouvaient des idoles païennes ; le saint les brûla et construisit près de ce lieu un monastère « qui subsiste jusqu’à aujourd’hui à la gloire de Notre Seigneur Jésus-Christ et en mémoire du grand confesseur Maurille » (monasterium ibi proxime constituit, quod permanet usque in praesentem diem ad gloriam Domini nostri Jesu Christi et memoriam inclyti Maurilii confessoris)24.

  • 25 Levillain, n° 26.
  • 26 Ch. le Chauve, n° 32.

63L’appartenance de Chalonnes au domaine épiscopal est attestée au IXe s. En 837, le roi Pépin I d’Aquitaine restitua à Saint-Maurice d’Angers des biens distraits du temporel de l’évêque, et en particulier des biens appartenant à la cella de Chalonnes25. En 844, Charles le Chauve, sur la vue d’un précepte de Louis le Pieux, confirma à l’église cathédrale Saint-Maurice d’Angers la possession de la cella de Chalonnes (cella Calonna similiter sita supra idem flumen, cum omnibus appendiciis et omni integritate)26.

Les possessions de l’abbaye Saint-Serge d’Angers aux XIe-XIIe s. : Saint-Maurille, Saint-Pierre, Saint-Laurent

  • 27 St-Serge, n° 18.
  • 28 St-Serge, n° 19 ; acte souscrit par le comte : GUILLOT 1972, C91.
  • 29 St-Serge, n° 20, 1046-1047.
  • 30 ...concedo eis et in jus perpetuum trado ad necessarias usus suos supplendos totam integritatem rer (...)
  • 31 Copié partiellement par Jean Hiret, Des Antiquitez d’Anjou, Angers 1605, qui dit avoir alors ce tes (...)

64Une notice de la première moitié du XIe s. dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Serge relate que l’église construite par saint Maurille à Chalonnes avait été relevée de ses ruines par l’évêque Renaud (entre 973 et 1005) ; l’évêque Hubert, voulant poursuivre l’œuvre de son prédécesseur, vint la dédicacer, et lui donna, à cette occasion, les droits de sépulture des deux églises Saint-Maurille et Saint-Pierre et, parmi d’autres biens, une écluse sur la Loire, et des droits sur divers moulins, entre 1007 et 104627. En 1046, le jour où Vulgrin fut élu abbé de Saint-Serge, à la demande de celui-ci, l’abbé Hubert donna à l’abbaye Saint-Serge le petit monastère qu’il avait fondé à Chalonnes, avec tous ses biens (cellulam quoque sancti Maurilii quam videlicet apud Calonnam sedis meae vicum ex parochitana ecclesia ad coenobium monachorum extuleram)28. Peu après, il donna aux moines de Saint-Serge toutes les coutumes qu’il possédait sur les terres qu’il avait données à Saint-Maurille29. Dans une charte délivrée entre 1049 et 1054, à la prière de Vulgrin abbé de Saint-Serge, l’évêque d’Angers Eusèbe abandonna aux moines tout ce qui appartenait aux autels des deux églises du vicus de Chalonnes, à savoir Saint-Maurille et Saint-Pierre, dont son prédécesseur Hubert leur avait donné une partie, à l’exception de la sépulture et des oblations du seul autel de la chapelle Saint-Laurent30. On peut supposer que Saint-Laurent était la chapelle funéraire située sans doute dans le cimetière des églises Saint-Pierre et Saint-Maurille, qui devaient constituer un groupe ecclésial (ce qui ne signifie pas qu’elles étaient nécessairement contiguës, comme le montre l’exemple de Saint-Florent-le-Vieil (ZADORA-RIO 1989 : 72-74)). L’église Saint-Pierre est encore mentionnée en 1291 dans un testament par lequel Thomas du Port Challou laisse 25 sols à la fabrique de Notre-Dame de Chalonnes, et 10 sols à celle de Saint-Pierre31.

65Dans le Pouillé de 1330, les seules églises mentionnées à Chalonnes sont Saint-Maurille (avec le prieuré) et Notre-Dame, sans indication de patronage (LONGNON : 197). Le pouillé de 1648 indique, en revanche, que la cure de Notre-Dame de Chalonnes, comme celle de Saint-Maurille, était à la collation de l’abbé de Saint-Serge.

Les possessions de l’abbaye de Marmoutier

  • 32 ...quoddam oratorium, in pago civitatis supradictæ juxta castrum Calunnense in beatæ dei genitricis (...)
  • 33 ADML, 45 H1 n° 2.
  • 34 ADML, 45 H1 n° 2.
  • 35 ADML, 45 H1 n° 3.
  • 36 ADML, 45 H1 n° 5.
  • 37 ADML, 45 H1 n° 4.
  • 38 Chemillé n° 183 ; Dom Housseau n° 1843 ; Ramackers n° 117.
  • 39 ...in eodem loco Paganus filius Hugonis frater Gaufredi dedit nobis decimam et tres patellas vinagi (...)

66Peu avant le milieu du XIe s., donc peu après le moment où il avait fait don de Saint-Maurille à l’abbaye Saint-Serge, l’évêque Hubert donna à Marmoutier un oratoire à moitié en ruines, dédié à Notre-Dame-et-Saint-Vincent, qui était appelé autrefois monasterium Aiae32. Les moines de l’abbaye Saint-Serge d’Angers, qui possédaient l’église Saint-Maurille depuis avant 1046, voulurent s’opposer à la donation : ils expulsèrent violemment les moines, enlevèrent les reliques de saint Vincent de l’autel et détruisirent l’oratoire de fond en comble33. L’évêque d’Angers Eusèbe, successeur d’Hubert, fit reconstruire l’oratoire, et procéda à sa dédicace, mais la notice précise clairement que celui-ci devait rester soumis à l’église-mère Saint-Maurille34. Une autre version du même texte, contemporaine de la première, ajoute que lors de la dédicace, l’évêque fit don à Marmoutier d’une terre voisine de l’oratoire avec un ruisseau appelé Juncarias pour y faire un étang et un moulin35. Entre 1047 et 1064, l’évêque Eusèbe donna encore à Marmoutier, dans un acte confirmé par le comte, une terre située près du château de Chalonnes, avec une vigne localisée entre la petite église appelée monasterium Aiae et la Loire36. Une notice de 1055-1056 précise les termes de l’accord entre Marmoutier et Saint-Serge : les moines de Marmoutier étaient maintenus en possession de l’oratoire qu’ils avaient reconstruit, mais celui-ci devait rester soumis à l’église Saint-Maurille qui conservait tous les droits paroissiaux37. Postérieurement à l’acte de donation initial, dans lequel figurent les deux vocables Notre-Dame et Saint-Vincent, la chapelle possédée par l’abbaye de Marmoutier est régulièrement désignée par le seul vocable de Saint-Vincent dans les confirmations épiscopales et pontificales (capella sancti Vincentii, 1136 ; obedientia sancti Vincentii, 1161 ; 116238) ; à la fin du XIIe s., le prieuré Saint-Vincent de Chalonnes fut réuni à celui de Saint-Quentin-en-Mauges. Une notice datée de 1094, qui énumère divers dons reçus par Marmoutier à Chalonnes, mentionne des droits perçus sur les ventes dans le bourg des moines39. C’est le seul acte qui mentionne un bourg de Marmoutier à Chalonnes.

Les possessions de l’évêque et du chapitre

67Les sources écrites attestent qu’en dépit des donations importantes qu’ils avaient faites aux abbayes de Saint-Serge d’Angers et de Marmoutier, les évêques d’Angers conservaient encore des biens considérables à Chalonnes. Ils y possédaient un château, un pont, de nombreux moulins, l’île de Chalonnes face au pont, des maisons et un « bourg neuf » mentionné au XIIe s.

68Le château

  • 40 ADML, 45 H1 n° 2.
  • 41 ADML, 45 H1 n° 5.
  • 42 Calonnam, castellum meum de fevo episcopali (Cart. Noir n° 151).
  • 43 Cart. Noir n° 75.
  • 44 Cart. Noir n° 207.

69Le castrum est mentionné vers 1046-1047 dans l’acte de donation du monasterium Aiae à Marmoutier par l’évêque Hubert, qui localise l’oratoire juxta castrum Calunnense, et l’église Saint-Maurille in vico castri40. Le castrum est mentionné une seconde fois entre 1047 et 1064 dans un acte de l’évêque Eusèbe à propos de la donation à Marmoutier d’une terre située prope castrum quod Calumnam appellant41. L’appartenance de la fortification à l’évêque est spécifiée en 109642. La tour de l’évêque est mentionnée en 110543, puis à nouveau dans un acte de l’évêque Ulger, daté entre 1136 et 1148, qui raconte que des voleurs qui avaient attaqué des marchands sur la route d’Angers à Chemillé étaient passés sur le pont de Chalonnes, et avaient été capturés par des officiers de l’évêque puis emprisonnés dans la tour de son château44.

70Le pont et le port

  • 45 ADML, 45 H1 n° 2.

71L’existence d’un bac, ou peut-être déjà d’un pont, est probable vers le milieu du XIe s. : un certain Hubertus pontonerius est témoin, avec l’évêque Eusèbe, de l’accord entre les moines de Saint-Serge et ceux de Marmoutier à propos de Chalonnes45.

  • 46 Cart. Noir n° 216.
  • 47 Ramackers, n° 64, 17 janvier 1146.

72Entre 1138 et 1146, un certain Gaufridus Carpitus, avec l’accord de sa femme et de ses enfants, donna à l’évêque le pont de Chalonnes avec ce qui en dépendait, à condition que le pont ne soit pas détruit ou rompu ; au cas où le pont serait emporté, Gaufredus reprendrait la partie du port qui lui appartenait jusqu’à ce que le pont soit reconstruit ; si, en revanche, il résistait, l’évêque garderait les revenus du port46. La possession du pont de Chalonnes, avec le bourg neuf (burgum novum iuxta Calumpnam), fut confirmée à l’évêque par le pape Eugène III47.

  • 48 Cart. noir n° 202.

73Une notice datée entre 1140 et 1145 relate les litiges entre l’évêque Ulger et Abbon de Rochefort à propos à la fois de l’église Saint-Pierre d’Angers et du pont de Chalonnes. A propos de ce dernier, Ulger indique d’abord qu’Abbon et son fils ont commencé à revendiquer le pont de Chalonnes alors que lui-même l’avait possédé sans contestation depuis de nombreuses années, puis qu’il lui ont concédé l’autorisation de faire un pont à Chalonnes48. Ces deux informations, situées à quelques lignes de distance, sont contradictoires à moins de considérer qu’il s’agit d’une reconstruction.

74En 1561, l’évêque autorisa la construction d’un nouveau pont près de son château sur l’emplacement d’un pont plus ancien (CHOLLET 1952 : 28).

75Moulins

  • 49 Cart. Noir n° 151.

76En 1096, les chanoines reçurent encore de l’évêque Geoffroi de Mayenne la dîme de ses moulins de Chalonnes (decimam molturae molendini mei qui est in ductu meo, apud Calonnam, sed et caeterorum molendinorum, qui sunt tam in eodem ductu meo quam in caeteris ductibus, qui sunt juxta Calonnam, castellum meum de fevo episcopali) ; par le même acte, l’évêque s’engagea à ne jamais autoriser nul autre que les chanoines à posséder des moulins ou des pêcheries dans l’autre partie de la Loire, appelée Meduanilis49.

77Maisons

  • 50 Cart. Noir n° 54.
  • 51 Cart. Noir n° 149, anal. fr. du XVIIIe s.
  • 52 Cart. Noir, n° 150, anal. lat. et fr. du XVIIIe s.

78Les chanoines de la cathédrale d’Angers possédaient des maisons à Chalonnes ainsi que l’indique un acte délivré entre 1081 et 1093 par Geoffroi I de Tours, dans lequel il leur fait remise des droits qui lui étaient dus sur ces maisons50. Le même évêque leur donna en 1092 la terre de Geoffroy de la Chapelle, proche de son château de Chalonnes51. En 1093, Gui le Poitevin leur donna une censive située devant la nouvelle église Saint-Michel (non localisée)52.

  • 53 Cart. Noir n° 172.
  • 54 Cart. Noir n° 211, entre 1133 et 1135.

79En 1125-1136, l’évêque Ulger fit construire un four banal à Chalonnes dans une maison appartenant au domaine épiscopal53 ; il s’agit peut-être du four dont le comte restitua les coutumes après les avoir usurpées54.

  • 55 Ramackers n° 64.

80La possession d’un bourg neuf (burgum novum iuxta Calumpnam) fut confirmée à l’évêque en 1146 par le pape Eugène III55.

81L’île de Chalonnes

  • 56 Cet acte indique que la partie du cours de la Loire qui coulait au nord de l’île portait le nom de (...)
  • 57 Cart. Noir, n° 65.
  • 58 Cart. Noir, n° 109.

82L’île de Chalonnes appartenait à l’évêque depuis la fin du XIe s. : par un acte daté de 1096, le comte Foulque le Réchin donna à Saint-Maurice d’Angers et à l’évêque tout ce qu’il avait dans l’île de Chalonnes, avec l’eau56, pour la somme de cinq mille sous57. Saint Hervé, disciple de Robert d’Arbrissel, y fonda une communauté de clercs réguliers avec un oratoire dédié à saint Eutrope, dans lequel il fut inhumé en 1119. En 1120, l’évêque Renaud de Martigné donna le lieu – aujourd’hui appelé Saint-Hervé – aux disciples de l’ermite58.

Synthèse de l’analyse morphologique et de l’analyse des sources écrites

83Le vicus mentionné dans les sources écrites du XIe s. est associé aux églises Saint-Maurille et Saint-Pierre ; la chapelle Saint-Laurent apparaît comme une dépendance des deux précédentes. L’église Saint-Maurille passe pour avoir été construite sur le même emplacement que celle qui a été fondée par le saint évêque au IVe s., ce qui suggère que le vicus mentionné au XIe s. était localisé approximativement au même endroit que celui de l’Antiquité tardive. Aucun indice ne permet, en revanche, de localiser l’oppidum que la vie de saint Maimbeuf, écrite au VIIe s., situe près du vicus.

84Contrairement à Saint-Maurille et à Saint-Pierre, l’oratoire Notre-Dame et Saint-Vincent donné à Marmoutier, appelé monasterium Aiae, n’est jamais localisé à Chalonnes même ; l’acte de donation de l’évêque Hubert le situe juxta castrum Calunnense, tandis qu’il place Saint-Maurille in vico castri superius memorati.

85Où localiser cet oratoire ? dans une publication antérieure (ZADORA-RIO 1994), j’avais proposé de le situer sur l’emplacement de l’église Notre-Dame, l’hypothèse sous-jacente étant que le vocable de Notre-Dame, initialement associé à celui de saint Vincent, se serait progressivement substitué à ce dernier. Du même coup, l’identification du bourg de Marmoutier avec le noyau fortifié autour de l’église Notre-Dame paraissait aller de soi. Le constat, fait par Bernard Gauthiez, de l’interdépendance des tracés du château, du pont et de l’espace fortifié entourant Notre-Dame, qui suggère une mise en place coordonnée de ces éléments, m’a amenée à réexaminer les sources écrites et à remettre en cause mon hypothèse initiale, pour les raisons suivantes :

  • l’église Notre-Dame est localisée entre le château et Saint-Maurille que les textes situent l’un comme l’autre à Chalonnes même ; or l’oratoire (monasterium Aiae) porte un toponyme qui lui est propre, et il est localisé, dans l’acte de donation, à proximité du castrum de Chalonnes ; il semble donc plus plausible de le situer à l’ouest du château, et non entre celui-ci et Saint-Maurille ;

  • le vocable de Saint-Vincent est resté en usage pour désigner le prieuré de Marmoutier et, postérieurement à l’acte de donation du milieu du XIe s., il est utilisé seul, sans être associé au vocable de Notre-Dame ;

    • 59 Le monasterium Aiae, à Saint-Vincent, a-t-il été construit sur l’emplacement du monastère fondé par (...)

    à l’ouest de Chalonnes subsiste un lieu-dit Saint-Vincent, construit sur les hauteurs du même nom, où la tradition, rapportée par C. Port, localise un ancien ermitage. C’est vraisemblablement là qu’il faut situer le prieuré de Marmoutier59. Le ruisseau de Saint-Vincent, au fond d’un thalweg présentant les traces d’un ancien étang, peut sans doute être identifié avec le ruisseau Juncarias proche du monasterium Aiae. Dans cette hypothèse le bourg de Marmoutier pourrait être le Bas Bourg. L’échec de cette opération d’urbanisme devrait peut-être alors être mise en relation avec la suppression du prieuré Saint-Vincent, dont les biens ont été dès la fin du XIIe s. attribués au prieuré Saint-Quentin-en Mauges.

  • 60 Partiellement copié par Jean Hiret, Des Antiquitez d’Anjou, Angers 1605 : 138-139.

86Dans l’hypothèse d’une localisation du monasterium Aiae, puis du prieuré de Marmoutier, à Saint-Vincent, reste la question de l’église Notre-Dame et du noyau fortifié dont elle est le centre. L’église est mentionnée dans un testament de 129160, puis dans le pouillé de 1330, mais sans indication de patronage. Il faut attendre le pouillé de 1648 pour apprendre que la cure de Notre-Dame est à la collation de l’abbé de Saint-Serge. L’analyse morphologique a mis en lumière la solidarité topographique entre le château, le noyau fortifié autour de Notre-Dame, le pont et le lotissement régulier à l’ouest du château. Le château, de même que le pont, appartenaient à l’évêque dès le XIe-XIIe s., et il faut sans doute admettre que l’église Notre-Dame relevait également de lui, au moins depuis cette époque, sinon antérieurement. Le burgum novum juxta Calumpnam dont la possession est confirmée à l’évêque en 1146 par le pape Eugène III doit être identifié, très probablement, avec le lotissement régulier enclos à l’ouest du château épiscopal.

87Les vestiges du château épiscopal, dans leur état actuel, ne peuvent guère remonter plus haut que la fin du Moyen-Age. Le château du XIe s. était-il déjà situé sur le même emplacement, ou bien se trouvait-il à l’intérieur de la fortification qui entoure Notre-Dame ? il n’est guère possible de se prononcer. Le château qui subsiste dans le parcellaire semble postérieur à l’enceinte autour de Notre-Dame, contre laquelle il vient buter, mais les relations chronologiques avec le lotissement, à l’ouest, ne sont pas claires : la rue qui traverse ce dernier est dans le prolongement de la voie sur berge qui traverse l’enclos Notre-Dame et non de la déviation entraînée par la construction du château ; celui-ci peut donc tout aussi bien avoir oblitéré une partie du lotissement qu’être antérieur à ce dernier.

88En ce qui concerne les franchissements de la Loire, un texte de 1136-1148, mentionné ci-dessus, indique que le pont qui appartenait à l’évêque a été emprunté à cette date par des voleurs qui avaient attaqué des voyageurs sur la route d’Angers à Chemillé ; celle-ci passait-elle, comme aujourd’hui, par Chalonnes ? le passage obligé, au débouché du pont dont les vestiges sont représentés sur le plan cadastral, traversait l’enclos Notre-Dame.

  • 61 Cf. note précédente.

89L’existence du Port-Chailloux au XIIIe s. est attestée par le nom de Thomas de Port Challou qui a fait un testament daté de 129161.

90Des deux pôles générateurs, celui de Saint-Maurille, qui remonte sans doute à l’Antiquité tardive, dépendait à partir du XIe s. de l’abbaye Saint-Serge d’Angers ; celui de Notre-Dame, associé au château, au pont, et à la création d’un lotissement régulier, était dominé par les évêques d’Angers. C’est, semble-t-il, le pôle principal du développement de l’agglomération aux XIe-XIIe s. Le rôle du prieuré de Marmoutier paraît avoir été tout à fait insignifiant : il a perdu son autonomie dès la fin du XIIe s. et le bourg auquel il a donné naissance a sans doute rapidement périclité.

2. Cholet (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 14, 15, 16)

91La ville de Cholet, telle qu’elle est représentée sur le cadastre de 1813, semble fortement marquée par le relief : un promontoire rocheux, sur lequel était construit le château (1), longé par la Moine au sud et par le vallon du ruisseau du Pineau à l’ouest ; plus à l’est, un autre vallon tributaire, drainé par le ruisseau de Montruonde, marque la limite de l’agglomération au début du XIXe s. La topographie du site a été presqu’entièrement transformée depuis : la superficie de la ville a quintuplé, le vallon du Pineau a été comblé, et le réseau viaire profondément remanié.

Tracés de clôtures et tracés courbes induits par le relief

92- Une structure englobante (2), marquée par un ruisseau et par un ensemble de limites parcellaires, au nord et à l’ouest, est soulignée à l’extérieur par une rue contournant le rocher (3). Il s’agit sans doute d’un tracé d’enceinte longée d’un fossé et d’une voie de contrescarpe, qui devait constituer la basse-cour du château.

93- Une seconde structure englobante (4), marquée par un ensemble de limites parcellaires, et soulignée au nord et au nord-ouest par une rue, entoure une église (église Notre-Dame) (5). Ce tracé est celui de l’enceinte de l’agglomération castrale.

94- A l’intérieur de l’espace délimité par (2), une structure de lotissement (6) associée à une rue perpendiculaire à (2) et à (4), est axée sur le château.

95- A l’est de la ville, les tracés courbes (7) à l’est, sur le rebord du vallon de Montruonde semblent déterminés par le relief et non par un enclos autour de l’église Saint-Pierre (8) et de la chapelle Notre-Dame d’Aubigné (9). En effet, ces tracés courbes ne se retrouvent pas du côté ouest de la place, et doivent plutôt s’expliquer par l’adaptation à la topographie du vallon.

Réseau viaire

96- Un chemin est-ouest (10), franchit à l’est le vallon du ruisseau de Montruonde, puis longe une église (chapelle Notre-Dame d’Aubigné (9)), et se poursuit tout droit jusqu’au vallon du Pineau ; au-delà de celui-ci, il semble prolongé par un tronçon de chemin qui passe au nord du rocher du château et vient buter sur la clôture (3) – mais cette hypothèse pose le problème du franchissement du vallon avant la construction de la chaussée (rue de Salbérie). Y avait-il un gué ?

97- Une voie de direction sud-ouest-nord-est, part du château et traverse le ruisseau du Pineau par la chaussée de l’étang (rue de Salbérie) (11).

98- Un embranchement (12) part de la voie (11), franchit le vallon du Pineau par une chaussée (rue des Vieux Greniers), et contourne l’enceinte (2) (chemin de contrescarpe ?) pour déboucher sur le pont sur la Moine.

99- Un nouvel embranchement (13) prend son départ sur la rue (11), à environ 100 m au nord de (12), et se dirige vers l’est. Le tracé presque orthogonal de cet embranchement suggère que la rue (13) est postérieure à (12). La rue (13) se subdivise en arrivant sur la place devant l’église Saint-Pierre : une branche franchit sur chaussée le vallon du ruisseau de Montruonde en se dirigeant vers le sud-est (14), une autre rejoint le chemin (10), une troisième enfin se dirige vers le nord-est (15).

100- Une voie de direction nord-ouest-sud-est (16) rejoignait le pied du château en franchissant le vallon du Pineau, là aussi sur une ancienne chaussée, clairement reconnaissable au coude à angle-droit décrit par le ruisseau. Peut-être permettait-elle de contourner le château par le sud et de rejoindre la voie (12).

101- Extension vers le nord : la croissance urbaine a été organisée par la suite, au nord de (4), autour d’une place de marché régulière, quadrangulaire, bordée de lotissements disposés tout aussi régulièrement (17), et, à l’est de cette structure, un ensemble de halles (18). Le dessin très rectiligne des tracés de cet ensemble contraste avec celui du reste du site, et leur disposition orthogonale ou à peu près orthogonale implique une intervention unitaire. Cette intervention a induit le franchissement de l’enceinte (4), et peut-être l’élargissement de la rue (19). La petite rue parallèle à cette dernière, un peu plus à l’ouest, fut probablement tracée dans ce contexte (20). Le défaut d’alignement de quelques bâtiments sur son flanc ouest montre qu’elle fut établie dans un espace au moins partiellement urbanisé.

102- Aménagements routiers périphériques : un ensemble de routes larges, d’accès et de contournement de l’agglomération, fut ensuite mis en place (21). L’examen de la carte IGN au 1/25 000e montre qu’à l’époque de l’établissement du cadastre ancien, sa mise en place n’était que partielle.

103- Extensions de type « industriel » : cet ensemble de routes a guidé la croissance urbaine du XIXe s., par le biais de petites rues qui viennent s’y raccorder, et le long desquelles de petits lotissements ont été établis. Les habitations prennent, dans ces extensions, la forme caractéristique de maisons formant un ruban le long de la rue, longées par derrière par une allée les séparant d’un petit jardin (22).

Analyse des sources écrites

104Cholet est situé dans une partie du diocèse de Poitiers qui a été rattachée dès le début du XIe s. au comté d’Anjou. La ville s’est développée à partir de deux pôles d’habitat, séparés à l’origine par un vallon marécageux drainé par le ruisseau de Pineau :

    • 62 Cart. Chemillé, n° 68.

    d’une part, le castrum de Cholet (castrum Calletum) qui est mentionné pour la première fois en 106962 ;

    • 63 ...Gausfredum Crassum et Bernerium filium Guillelmi dedisse nobis apud Albiniacum (...) terram que (...)
    • 64 ...capella beatae Marie de Aubigné, 1513 ; la chapelle d’Auburgné au cimetière de saint Pierre, Pou (...)

    d’autre part Albiniacum où dans la seconde moitié du XIe s., deux seigneurs laïques, Geoffroi le Gras et Bernier, donnèrent à l’abbaye de Marmoutier « la terre appartenant aux églises Saint-Pierre et Saint Aubin, avec toutes les coutumes qu’ils y possédaient, pour y fonder un bourg »63. Bien que le castrum Calletum ne soit pas cité dans ce texte, la localisation d’Albiniacum à Cholet, proposée par dom Chamard (CHAMARD 1886 : 13), ne fait aucun doute : le nom d’Aubigné, qui survit dans celui de faubourg du Bigné, est resté attaché à une chapelle dont les sources de l’époque moderne nous indiquent qu’elle était placée sous le vocable de Notre-Dame64 et située dans le cimetière de l’église Saint-Pierre. Elle est représentée sur le cadastre de 1813 à 150 m de l’église Saint-Pierre, qui doit certainement être identifiée avec celle qui est citée dans l’acte ; le moulin de la Grange que le même document situe sur la Moine, subsiste encore dans la toponymie à proximité immédiate de Cholet. Enfin, l’un des donateurs, Geoffroi le Gras, porte dans d’autres actes, le qualificatif de Choleto. L’église Saint-Aubin, également mentionnée dans l’acte de donation du XIe s., ne semble pas avoir laissé de traces. La grande place entre l’église Saint-Pierre et la chapelle Notre-Dame d’Aubigné conserve certainement la trace de l’ancien cimetière où, selon C. Port, se tenait le Marché aux Moutons (PORT 1878 : 702).

105A l’origine, Cholet et Aubigné représentaient des entités distinctes. La mise au jour, à proximité de Saint-Pierre, d’une nécropole à sarcophages contenant du mobilier du haut Moyen Age (PORT 1965-1996 : 749) permet de postuler l’ancienneté du groupe ecclésial formé par Saint-Pierre et Saint-Aubin, suggérée également par les vocables. Il est probable qu’Albiniacum représente un site ecclésial (vicus ?) du haut Moyen Age qui a été absorbé dans le courant du XIIe s. par le castrum établi sur une hauteur voisine. On ignore combien de temps Marmoutier a conservé les églises et le bourg : Albiniacum n’est pas mentionné dans les confirmations pontificales du XIIe s. en faveur de l’abbaye. Dès le XIIIe s. le castrum et le bourg sont réunis sous un même toponyme puisque le premier pouillé du diocèse de Poitiers, dit Grand-Gauthier, qui date des environs de 1280, cite « Saint-Pierre de Cholet » à côté des églises du castrum, Notre-Dame et Saint-Georges (BEAUCHET-FILLEAU : 67). Ces deux églises sont mentionnées pour la première fois dans ce document. Notre-Dame est devenue le siège d’un prieuré de l’abbaye Saint-Michel-en-l’Herm. La paroisse Saint-George avait pour ressort l’enceinte castrale. Selon C. Port, elle a été réunie à celle de Notre-Dame au XVIIe s. Une quatrième paroisse, Saint-Mélaine de la Treille, fondée en 1584 à l’ouest de l’enceinte, fut supprimée en 1790 (PORT 1965-1996 : 750).

106Jusqu’à l’époque moderne, le château et le bourg Saint-Pierre constituaient deux noyaux d’habitat distincts, séparés par un vallon, qui ne communiquaient que par la chaussée de l’étang (actuelle rue Salbérie). C’est au XVIIe s. qu’a été construite en amont une nouvelle chaussée d’étang barrant le vallon du Pineau et reliant les deux rives par la rue des Vieux-Greniers. C’est à cette époque également que fut percée – ou peut-être seulement élargie – la Grande Rue (actuelle rue du Commerce) (19).

107Au nord de l’enceinte (4), dans le prolongement de la rue du Commerce, le parcellaire régulier organisé autour d’une place quadrangulaire (place Rougé) (17) correspond à une opération d’urbanisme de la seconde moitié du XVIIIe s., contemporaine de la construction des nouvelles halles à l’est de la place (18) (ARNAULT 1960 : 20-22).

108La jonction entre les deux pôles d’habitat n’a été véritablement achevée qu’après 1836, postérieurement donc à la réalisation du premier cadastre, avec le comblement du vallon de Pineau et la mise en place d’un nouvel axe nord-sud (rue Travot). En un siècle, la ville est passée de 25 ha sur le cadastre de 1813 à 130 ha en 1912 (ARNAULT 1960 : 21-25), et sa topographie a été entièrement transformée.

109Cholet représente donc un exemple d’agglomération médiévale bi-polaire, constituée à l’origine par deux noyaux distincts, identifiés par des toponymes différents, qui ont été réunis sous un même nom bien avant d’avoir été enserrés dans une même trame bâtie. La partie la plus dynamique de l’agglomération est sans nul doute liée à l’agglomération castrale, et Marmoutier ne semble guère avoir laissé de trace dans l’organisation urbaine ; il faut rappeler, cependant, que les possessions de l’abbaye à Cholet paraissent avoir été de courte durée.

3. Pouancé (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 17, 18, 19, 20)

110Deux noyaux d’importance inégale, séparés par une distance de 1,5 km à vol d’oiseau sur le plan cadastral de 1833, constituaient l’agglomération médiévale (fig. 17) :

  • Saint-Aubin au nord, qui était le siège de la paroisse-mère et qui a conservé son monopole jusqu’en 1701. Un fragment de sarcophage remployé dans la construction de l’église paraît attester l’ancienneté des inhumations (MEURET 1993 : 273). Sur le cadastre de 1833, le site est presque désert : seules quelques maisons sont figurées autour du cimetière qui entoure l’église.

  • au sud, un ensemble constitué de trois enceintes emboîtées qui couvre environ 13 ha sur le cadastre de 1833, perché sur une hauteur dominant l’étang de Saint-Aubin (fig. 18, 19).

Tracés de clôtures (fig. 20)

111- Un espace d’environ 1 ha (1a) est entouré aux deux tiers par un gros mur cantonné de tours rondes. Le troisième tiers est marqué par un simple trait dans le prolongement du mur. Ce fait suggère que ce site, celui du château dans la toponymie, a fait l’objet à un moment donné d’une réfection de sa fortification, renforçant son pourtour extérieur, intégré à celui de la ville, et abandonnant l’usage défensif de la partie interne. Vers la ville, cet enclos est bordé d’un espace qu’on peut interpréter comme un fossé (1b) et qui est traversé par l’allée d’accès. Cependant, la largeur variable du simple au triple de cet espace, du sud-ouest vers le nord, est vraisemblablement due à l’existence d’un thalweg, simplement réaménagé pour répondre aux besoins de la fortification.

112- Un gros mur, accompagné de tours, en particulier au niveau des rues transversales (portes), enserre une partie de l’agglomération (2). Il est rattaché au mur du château. Le tracé du mur, jalonné par les tours, est accompagné, vers l’extérieur, d’une bande de parcelles marquant probablement l’emplacement du fossé, large d’environ 20 m, au nord, à l’est et au sud-est (2a). Au sud-ouest, cet emplacement a certainement été oblitéré par une large voie, plus tardive, qui ne fait qu’effleurer le tracé du mur.

113- Un ensemble de limites parcellaires, constitué de tracés à peu près parallèles, suggère l’emplacement d’un fossé entourant les secteurs est et, en partie, sud de l’agglomération. Sa largeur est d’environ 20-25 m (3). il se raccorde au tracé (2) au nord dans un alignement légèrement décalé, et au sud de façon perpendiculaire, près d’une tour. De ce côté, la ligne extérieure du tracé n’est plus clairement lisible, mais la ligne intérieure forme un arrondi passant d’une orientation nord-est/sud-ouest à une orientation perpendiculaire. Elle devait ensuite traverser la place de l’église (place de la Madeleine) presque en son milieu avant de rejoindre le mur d’enceinte (2). La partie ouest de la place est ainsi, peut-être, située sur l’emplacement d’un fossé de fortification.

Ensembles associant voie, bâti et parcelles

114- A l’est de la rue qui traverse l’espace délimité par le mur (2) du nord au sud, une bande de parcelles orientées perpendiculairement à la voie paraît, du fait de sa régularité, être le fruit d’un lotissement planifié (4a). Certaines de ces parcelles ont même une largeur à peu près égale de 12-13 m, sur une profondeur d’environ 52 m (rapport longueur/largeur de 1 à 4 ?). Cette bande de parcelles bute au sud sur une rue est-ouest, autre accès à l’intérieur du mur d’enceinte (2).

115- A l’ouest de la rue, l’organisation du parcellaire est beaucoup plus irrégulière, et témoigne d’une mise en place en plusieurs temps, sans qu’il soit évident d’en discerner la chronologie relative. On peut distinguer trois groupes de parcelles. L’un (5a), au centre, paraît, du fait de sa similitude formelle, contemporain de (4a).

116Au nord, on peut distinguer une annexe du château, une sorte de basse-cour (5b) bordée sur son côté est de bâtiments et d’un mur comprenant, semble-t-il, des vestiges de tour. Dans cette hypothèse, les parcelles longeant la rue, et laissant place à un accès (en porche au niveau de (5b), seraient le produit d’un lotissement du fossé placé entre cette basse-cour et la rue (5c).

117Au sud, quelques limites parcellaires forment un angle aigu avec la rue, et participent d’un ensemble organisé autour d’une impasse formant cour, dont le côté est est fermé par une halle de marché (14). Cet ensemble pourrait être le fruit du comblement progressif d’une place de marché par des édifices (5d).

118- A l’est de la place occupée par l’église de la Madeleine, et son cloître, identifiable dans le parcellaire (15), deux bandes de parcelles profondes d’environ 25 m accompagnent la rue (6). Au nord de celle-ci, elles sont placées en-deçà du fossé (2a) et elles sont interrompues pour laisser passage à une section de rue, parallèle aux limites mitoyennes des parcelles, rejoignant l’accès est-ouest à l’intérieur du mur d’enceinte (2).

119- Les parcelles qui suivent la rue à l’est de la ville à l’intérieur de l’espace délimité par (3), au nord et au sud, sont vastes (7). Leur irrégularité suggère un tissu de faubourg enclos par la fortification (3), et non un lotissement régulier. Cette structure se prolonge avec les mêmes caractéristiques en dehors de (3) vers l’est, et a entraîné une traversée légèrement discordante de la rue par la fortification. L’angle nord-est de l’espace enclos par (3) porte le nom de quartier de l’hospice sur le plan cadastral de 1833 ; le bâtiment, lui-même identifié sur le plan cadastral, était construit au bord de la rue.

120- A l’ouest de la place de la Madeleine, la disposition des parcelles est vraisemblablement due principalement à deux interventions. La plus ancienne (8a) serait le découpage d’un terrain dans le prolongement du bord sud de la place, en dehors de (3), et faisant face à la place.

121La seconde (8b), est un petit lotissement occupant l’espace dans le prolongement de la place, qui était probablement nettement plus étendue à l’origine.

Tracés viaires remarquables

122- La rue est-ouest (9a) traversant l’enclos délimité par (3) se prolonge à l’intérieur de (2) dans un parfait alignement (9b) interrompu par la structure (6), déterminée par l’emplacement du fossé (2a) et de sa contrescarpe. En tenant compte du tracé parcellaire oblique signalé en (5d), ce tracé pouvait rejoindre à l’origine le chemin qui traverse la Verzée devant le château, sur la chaussée d’étang dite du Grand Moulin. Cet axe, dans cette hypothèse, empruntait le petit thalweg décrit en (1b).

123- Le chemin d’accès à la ville, depuis le nord (10a), se prolonge à l’intérieur de l’enceinte (2), puis vient buter sur la halle, légèrement inclinée par rapport à lui, et forme un angle droit avec (9b).

124- Une route de grande largeur, venant de l’ouest, fut établie en passant au ras de (2) pour déboucher en biais sur la place de la Madeleine. Dans la partie est de celle-ci, la variation de l’alignement des maisons témoigne de leur reconstruction sur le nouvel alignement imposé pour donner un gabarit constant au nouvel axe (11). Les accès à la ville, vers l’est, furent de même recalibrés.

125- Un axe viaire longeait la rive gauche de la Verzée (12), depuis la chaussée du Grand moulin (9c), en contrebas du château, jusqu’à la chaussée dite du Petit moulin, au sud, qu’il empruntait pour traverser la Verzée (12a) et poursuivre vers le sud-ouest. Un embranchement, au nord du Petit moulin, permettait de contourner l’agglomération en suivant la rue du champ de foire (13) qui longe le fossé (3) à l’extérieur.

Analyse des sources écrites

126Pouancé, situé au nord-ouest du diocèse d’Angers, appartient à une zone disputée entre l’Anjou et la Bretagne.

  • 65 Archives d’Anjou, II : 1.

127Le château de Pouancé est mentionné pour la première fois vers le milieu du XIe s.65 ; sans doute château comtal à l’origine, il devint le siège d’une seigneurie châtelaine dès les années 1066-1084 (GUILLOT 1972, I : 290 et II, C209).

  • 66 ADML, 43 H1 n° 2 ; ARTEM n° 3584.
  • 67 coram hisdem testibus vero, disseruit retinere sibi id etiam, de jure ecclesie, predictus Haimericu (...)

128Les moines de Marmoutier commencèrent par acquérir des droits paroissiaux : vers 1090, ils obtinrent du premier seigneur connu, Gualterius Oditus, le tiers des dîmes et des droits de sépulture de la paroisse Saint-Aubin de Pouancé ainsi que le tiers des cens appartenant à l’église66. Vers la même date, un vassal de Gautier, Haimericus Capellus, renonça en faveur de Marmoutier à tout ce qu’il prélevait sur « les églises de Pouancé » à l’exception de quelques dîmes, en se réservant toutefois le droit de construire une maison dans le cimetière quand il le souhaiterait67.

  • 68 ADML, 43 H1 n° 3 ; ARTEM n° 3585.
  • 69 Aecclesiam faciemus in burgo nostro, ad quam construendam dabit ipse Gualterius *X libras preter au (...)

129En 1094, Gualterius Oditus et sa femme Basilia accrurent les possessions des moines par des dons importants, comprenant un ensemble de droits et de revenus sur leur chapelle, leur marché, leur péage et leurs moulins ; ils leur donnèrent également la vicaria du Breuil Bocé (vicaria de Broillo Boceto, aujourd’hui Bribossé, commune de Pouancé), l’étang de la Fontaine de Breteau (Fons Britelli), ainsi que la dîme du poisson de leurs propres étangs. Enfin, ils les gratifièrent du « bourg du petit marché depuis la porte du château jusqu’à la porte de l’étang » (burgum de marcatillo a porta castelli usque ad portam stagni) en les autorisant à y construire un four banal et en leur faisant remise de toutes les coutumes68. Une autre version du même texte mentionne la construction par les moines d’une église dans le bourg, pour laquelle Gautier devait donner dix livres, en plus de ses autres aumônes69.

  • 70 ...capellam Sancti Martini de Poenceio et omnia ipsi obediencie pertinencia (ADML, 39 H2, Cart. de (...)
  • 71 BNF Dom Housseau, n° 1671.
  • 72 ADML, 43 H1 n° 6.

130La construction de l’église, sous le vocable de Sainte-Marie-Madeleine, n’est peut-être pas antérieure au milieu du XIIe s. : la première mention du vocable apparaît seulement en 1160, et la confirmation des biens de Marmoutier par le pape Innocent III en 1136 ne cite encore à Pouancé qu’une chapelle dédiée à Saint-Martin et le prieuré70. Cette chapelle Saint-Martin est peut-être la chapelle seigneuriale qui est citée dans l’acte de donation de 1094 (cf. supra) sans indication de vocable. On ignore sa localisation et elle n’est plus mentionnée par la suite. Vers le milieu du XIIe s., le seigneur de Pouancé délivra un acte in claustro monachorum71 mais il est difficile de dire si le terme désigne un cloître à galerie, ou plus généralement les bâtiments compris dans la clôture monastique. Vers 1200, le nombre des moines affectés au prieuré devait passer de trois à quatre72.

  • 73 ...decimam de cohua mea que est apud Poenceium, scilicet de omnibus que ibidem vendentur et de loag (...)

131Un acte délivré vers 1200, à l’occasion d’un conflit provoqué par la construction d’un nouvel étang seigneurial et l’inondation subséquente des prairies des moines, récapitule soigneusement les droits respectifs du seigneur laïque et du prieur. La partie de l’agglomération restée sous le contrôle direct du lignage châtelain est uniformément désignée par le terme de castrum et ses habitants par l’expression homines mei de castro Poenceii ou celle de burgenses castri. La partie de l’agglomération qui dépendait de Marmoutier, presque toujours désignée par le terme de burgum monachorum, est appelée aussi vicus monachorum ; ses habitants sont les homines burgi ou les homines monachorum. L’enceinte du castrum marquait la limite entre la juridiction seigneuriale et celle du prieur. Ce même texte mentionne l’existence de halles : Guillaume de La Guerche donne à Marmoutier « la dîme de (sa) cohue de Pouancé, à savoir la dîme de ce qui s’y vend et celle des revenus provenant de la location des étals »73.

  • 74 ADML, 43 H6.
  • 75 ADML, 43 H6.

132Un plan du prieuré au XVIIIe s. situe le four à ban des moines (16), dont la construction a été autorisée par l’acte de donation de 1094, à l’ouest du cloître, et indique l’existence des « fossés du faubourg » au sud de celui-ci74. Grâce à une sentence arbitrale datée du 12 janvier 1760 entre le seigneur laïque et le prieur de Pouancé, on possède une description précise des limites du fief du prieuré au XVIIIe s.75. Celle-ci se réfère explicitement, dans ses attendus, à l’examen de l’acte de donation de Gautier en 1094 et de l’acte de Guillaume de La Guerche cité ci-dessus, qu’elle date de 1190. Les toponymes mentionnés étant les mêmes, on est en droit d’en déduire la pérennité des limites du fief et d’utiliser la précision de la sentence arbitrale pour reconstituer l’étendue des possessions de Marmoutier au XIe s. (cf. ci-dessous et fig. 21). Il est rare qu’on puisse établir avec autant d’assurance la stabilité des limites d’un fief depuis le XIe jusqu’au XVIIIe s., et le fait vaut d’être souligné.

133L’hôpital (ou hospice) (17) qui occupe presque tout l’angle nord-est de l’enceinte extérieure (3) a été fondé au début du XVIIIe s. et doté en 1780 d’un cimetière particulier (PORT 1878 : 170) ; il a remplacé des bâtiments antérieurs : des maisons ont été rachetées entre 1690 et 1702 pour permettre sa construction (GODIVIER 1906).

Confrontation de l’analyse morphologique et de l’étude historique

Le bourg de Marmoutier

  • 76 ADML, 43 H6, 12 janvier 1760.

134La localisation du bourg mentionné en 1094 est difficile à comprendre si on se réfère à la topographie actuelle puisque le château surplombe l’étang de Saint-Aubin : la porta castelli devrait être la même que la porta stagni et s’ouvrir au nord de l’enceinte. Le texte s’éclaire cependant si on admet que l’étang en question n’est pas l’étang de Saint-Aubin, qui seul subsiste actuellement, mais l’étang de la Fontaine de Breteau donné aux moines par le même acte ; un lieu-dit Bretault est indiqué immédiatement au sud de Pouancé sur le cadastre napoléonien, et l’étang du même nom se trouvait également de ce côté de l’agglomération ainsi que l’indique la sentence arbitrale de 1760 qui précise que les limites du fief des moines de Marmoutier passaient, au sud, « le long de l’ancien lit de l’étang de Bretault »76 (fig. 21). On peut donc admettre que la porta castelli était percée dans l’enceinte (2) (à l’emplacement de la porte angevine (18) ?). Le « bourg du petit marché », donné aux moines, se trouvait donc compris entre cette enceinte et l’étang de Bretault, à l’emplacement où fut construite l’église Sainte-Marie-Madeleine. La mention de la porta stagni indique peut-être que l’enceinte (3) existait déjà au XIe s., mais ce n’est pas certain : le terme de porta stagni peut désigner non une porte de la fortification, mais la bonde de l’étang, la limite étant constituée alors par le thalweg.

135Il faut sans doute voir dans la place attenante à l’église Sainte-Marie-Madeleine, sur laquelle donnait le four banal du prieuré, le lieu où se tenait le « petit marché » qui a laissé son nom au bourg donné aux moines en 1094 ; cette mention suggère l’existence, dès cette époque, d’un « grand marché » – sans doute le mercatum seigneurial mentionné dans le même texte – en un lieu différent qu’on peut vraisemblablement identifier avec l’emplacement des halles figurées sur le cadastre de 1833 à l’intérieur de l’enceinte du castrum restée sous le contrôle direct du seigneur (5d). L’existence d’une halle, désignée par le terme de cohue, est attestée vers 1200.

Les possessions du prieuré (fig. 21)

136La limite du fief de la Madeleine, telle qu’elle est décrite dans la sentence arbitrale de 1760, part de la porte angevine (18), à l’est de l’enceinte (2), et se poursuit en droite ligne vers le sud ; elle franchit les fossés du faubourg (3), passe par dessus la fontaine de Bretault et suit (vers l’ouest) l’ancien lit de l’étang de Bretault jusqu’au Petit moulin sur la Verzée, puis remonte vers le nord le long de la rivière jusqu’au Grand moulin ; ensuite elle revient vers la porte angevine en suivant le « fossé de la dite ville de Pouancé » (2a). Sur la rive droite de la Verzée, le prieuré possédait également depuis la fin du XIe s. le Breuil Bocé (aujourd’hui Bribocé), (brollium Bocetum dans les actes de Gautier en 1094 et de Guillaume de la Guerche vers 1200, Brinbolé dans la sentence arbitrale de 1760) et les garennes situées le long du grand étang (ou étang de Saint-Aubin), au-delà du chemin de Martigné (fig. 22).

137Il ressort de ce texte :

  1. que le bourg des moines n’occupait qu’une partie de l’espace enclos par le fossé (3) : l’unité de plan (7) ne dépendait pas de Marmoutier. La limite du fief, à l’est, correspond à un alignement de limites de parcelles ; il est possible qu’elle ait été matérialisée par une clôture, d’autant plus qu’elle est longée par des lignes parallèles qui se poursuivent au nord de la rue (9a) et qui pourraient représenter un ancien fossé venant se raccorder à l’enceinte (2) près de la porte angevine : dans cette hypothèse, l’inclusion de l’unité de plan (7) à l’intérieur de l’enceinte délimitée par (3) résulterait d’une extension de celle-ci vers l’est.

  2. les unités de plans (8a) et (8b), situées au sud-ouest, en dehors de l’espace enclos par le fossé (3), appartenaient au domaine du prieuré.

  3. les limites du fief indiquent que le nouvel étang seigneurial, dont la construction a noyé les prés des moines à Pouancé et a été à l’origine du conflit qui a pris fin avec l’acte délivré par Guillaume de la Guerche vers 1200, était très certainement l’étang formé par la chaussée du Petit moulin (à sec sur le plan de 1833). On peut donc en déduire, semble-t-il, que la chaussée du Petit moulin a été construite – ou rehaussée – dans la seconde moitié du XIIe s., et qu’elle est donc sans doute postérieure à celle du Grand Moulin.

Le réseau viaire (fig. 22)

  • 77 Apud Broillium Bocetum nichil mihi juris retinui nec reclamabo aliquid ibi de cetero preter vicaria (...)

138L’acte délivré vers 1200 par Guillaume de la Guerche indique que le seigneur de Pouancé se réservait, dans un lieu appelé Breuil Bocé, la viguerie de trois voies qui conduisaient respectivement à Carbay, à Châteaubriand et à Martigné (– Ferchaud)77. Le Breuil Bocé, à l’intérieur duquel les moines de Marmoutier possédaient des pièces de terre avant même de s’établir à Pouancé, est déjà mentionné dans l’acte de donation de 1094, et cité à nouveau sous la forme Brinbolé dans la sentence arbitrale de 1760 ; il a laissé des traces dans la toponymie sur la rive droite de la Verzée : deux fermes portent le nom de Grand et Petit Bribossé, et le souvenir des défrichements monastiques s’est conservé dans les toponymes voisins de Grand et Petit bois des moines.

  • 78 Est autem villa supradicta inter duo praefata castella, Castellum scilicet Brientii et Poenciacum.. (...)

139Seule la voie conduisant au village de Carbay, qui pénétrait dans Pouancé par la chaussée du Petit moulin, correspond à une petite route actuelle (D109). Les deux autres, qui ont été supplantées par la construction, sur un tracé nouveau, de la route du XIXe s. (aujourd’hui N775), ne subsistent plus que sous la forme de chemins sur la carte au 1/25 000e. Elles se rejoignent en formant une fourche à 500 m au nord-ouest de Pouancé avant de pénétrer dans l’agglomération par la chaussée du Grand moulin. L’ancienneté du chemin qui conduisait à Châteaubriand est attesté par le fait qu’il constitue, sur 3 km, la limite nord de la commune de Carbay. Il correspond certainement à la via publica d’Anjou en Bretagne qui délimitait la villa de Carbay vers le milieu du XIe s.78.

140Il est intéressant de constater qu’avant la construction de la route du XIXe s., les deux accès à la ville, du côté ouest, franchissaient la vallée de la Verzée, encaissée et marécageuse, sur des digues d’étangs. Faut-il en conclure que leur mise en place – y compris celle de la via publica qui délimitait la villa de Carbay au milieu du XIe s. – n’est pas antérieure à l’aménagement des étangs, qui lui-même est très probablement contemporain de la construction du château ?

Conclusion

141On peut donc reconstituer la séquence chronologique suivante :

  • Dans le courant du XIe s., établissement d’un château sur un promontoire au-dessus de la Verzée, et sans doute construction de la chaussée du Grand moulin, qui permettait à la fois de franchir la rivière, de constituer un étang et de faire fonctionner un moulin.

  • Création d’une agglomération à l’est et au sud-est du château, entourée d’une enceinte (2), avec deux marchés, l’un (5d) à l’intérieur de l’enceinte (2), l’autre au sud, sur l’emplacement de (8a) et (8b). Aménagement de l’étang de Bretault.

  • Au XIIe s., construction, par les moines, de l’église de la Madeleine et du prieuré, ainsi, sans doute, que du four à ban. Construction, par le seigneur laïque, de la chaussée du Petit moulin et création d’un nouvel étang.

  • L’intérieur de l’enceinte (3) a fait l’objet de plusieurs opérations de lotissement, à des dates inconnues.

  • La construction de l’enceinte extérieure a peut-être été faite en deux temps. Elle était peut-être d’abord limitée, à l’est, au fief du prieuré. Dans cette hypothèse, la construction de (3) représenterait une extension, à une date inconnue. A l’intérieur de cette enceinte, la trame bâtie est peu dense, soit par suite d’un semi-échec du projet d’extension, soit par suite d’un repli urbain.

  • L’enceinte (3) traverse, à l’ouest, le fief du prieuré, A l’extérieur, sur les terres des moines, deux petits lotissements ont été réalisés.

142De cette analyse, il ressort que l’introduction des moines de Marmoutier à Pouancé, à la fin du XIe s., n’a eu qu’une influence limitée sur la morphologie de l’agglomération. L’existence du bourg du petit marché est antérieure à leur installation. Il faut certainement leur attribuer la construction de l’église Sainte-Marie-Madeleine et celle du prieuré, mais ils ne semblent guère avoir réussi à développer leur bourg, qui paraît chétif à côté de l’agglomération seigneuriale. On s’explique mal l’importance de l’espace enclos par l’enceinte extérieure dont le bourg monastique n’occupe qu’une minuscule partie : son ampleur révèle-t-elle un projet d’urbanisme qui aurait avorté ou une rétraction de la population depuis le Moyen Age ? La même question se pose pour d’autres agglomérations castrales fondées aux XIe-XIIe s. en Anjou-Touraine (ZADORA-RIO 1996 : 72-74)

143Les seuls lotissements organisés de quelque ampleur observables à Pouancé sont situés dans l’enceinte intérieure du castrum et doivent être très probablement attribués à l’initiative du seigneur laïque.

4. Chemillé (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique

144Chemillé comprend deux noyaux agglomérés, distants d’1 km à vol d’oiseau, l’un à proximité de l’église Saint-Pierre, l’autre autour du castrum, construit sur un promontoire au confluent de la vallée de l’Hyrôme et de celle du Cherré (fig. 23, 24)

Saint-Pierre (fig. 25, 26, 27)

145Trois voies importantes se rejoignent devant l’église. Deux d’entre elles [(1) et (2)] conduisent, vers l’ouest et le nord, à des traversées de la vallée de l’Hyrôme, tandis que la troisième longe la vallée au nord est (3).

146La place située juste au nord de l’église a interrompu l’axe est-ouest, d’où un raccordement transversal vers le chemin du nord-est (3). Les rues entre les chemins (2) et (3) ont vraisemblablement été percées après ceux-ci, comme en témoigne la disposition perpendiculaire de leurs débouchés. Il en va de même des rues qui débouchent sur la voie (3), à l’est de celle-ci. Cet ensemble de rues sud-est/nord-ouest permettait de traverser la ville dans le prolongement de la voie (4) en débouchant sur la voie (2), à 250 m au nord de l’église. La voie (5), à l’ouest, est une route du XIXe s. Sa construction n’a guère eu d’effet sur l’habitat.

147Le cœur de l’agglomération est localisé, au XIXe s., au point d’intersection de la voie (3) et des rues qui prolongent l’axe de la voie (4) vers une traversée de la vallée située au nord-ouest. L’église et le prieuré occupent une position marginale au sud-ouest de l’agglomération, sans qu’on puisse savoir si cette disposition est originelle ou si elle résulte d’un transfert de l’agglomération à l’époque moderne ou contemporaine des abords de l’église vers le carrefour situé au nord-est.

Le castrum

148Le second noyau aggloméré, plus vaste, couvre une superficie d’une quinzaine d’hectares sur le cadastre du XIXe s. Il est constitué de trois éléments distincts qui se succèdent du nord au sud le long de la vallée de l’Hyrôme (fig. 28, 29, 30) :

  • au nord, le quartier de Notre-Dame, qui forme pratiquement une agglomération indépendante. Il est traversée par un axe viaire nord-sud fortement régularisé. Il est, de ce fait, difficile d’évaluer la situation viaire ancienne. De même, les alignements de la place autour de l’église ont été régularisés. Il semble qu’un enclos ait existé autour de ce quartier, marqué au sud par une rue, puis par une limite parcellaire prolongeant cette rue vers l’est, au delà de la rue nord-sud qui traverse le quartier Notre-Dame ; du côté est, enfin, sa trace a été conservée par une double ligne de limites parcellaires. Le plan du XVIIIe s. renforce l’hypothèse de la présence d’une clôture (fig. 24).

  • au sud, le quartier de Saint-Léonard forme lui aussi une entité presque indépendante, séparée du reste de l’agglomération par la vallée du ruisseau du Chéré. Il semble qu’ici un premier noyau se soit développé au débouché d’un chemin r traversant le ruisseau et conduisant à l’église Saint-Léonard. De là, un autre chemin s partait vers le sud-ouest, peut-être vers un moulin établi sur une chaussée d’étang sur l’Hyrôme. Le quartier s’est ensuite développé sous l’effet de deux facteurs. Tout d’abord, un ensemble de débouchés vers le nord-est ont été ménagés, se raccordant « en peigne » au chemin r venant du nord en évitant des parcelles et des maisons le bordant. La manière dont se fait ce raccordement indique la postériorité des voies « en peigne ». Ensuite, une vaste place t a été créée au sud-ouest de l’église. Elle mesure environ 25 m par 200 m. Elle ne se prolongeait sans doute pas plus loin vers le sud, comme le laisse penser la disposition du raccordement de la grande route des « Ponts et Chaussées ».

  • dans la partie centrale, le quartier du castrum proprement dit présente une morphologie plus complexe. Le réseau viaire y est particulièrement entremêlé. Il semble cependant possible de distinguer, en considérant en particulier les structures parcellaires internes aux îlots, un certain nombre de figures.

149On peut ainsi supposer l’existence de trois systèmes de clôture, induisant chacun un ensemble de formes (fig. 30) :

  • le château (1) et la zone non aedificandi qui l’entoure. D’où la courbe des rues de contrescarpe voisines (a et b), et la forme du lotissement entre (1) et b.

  • le tracé de clôture (2) est suggéré par un ensemble de limites parcellaires, pratiquement continues, à l’intérieur des îlots. Dans cette hypothèse, la présence d’une porte d’enceinte, ouvrant au nord-est, expliquerait, d’une part, l’effet d’arrondi, très marqué, de la rue c, d’autre part la présence d’une rue d partant de Saint-Gilles pour rejoindre cette même porte. La présence d’une seconde porte, au sud-est, permettrait de rendre compte de la figure de patte-d’oie irrégulière e, à l’est de Saint-Gilles. Les rues f-g-h correspondent vraisemblablement à la contrescarpe du fossé, qui devait mesurer environ 30 m de largeur.

  • la ligne de clôture (3) est marquée de place en place par des limites parcellaires parallèles, espacées d’environ 20-30 m, qui suggèrent un fossé. Elle répond à un besoin de protection des quartiers développés à l’extérieur de (2), et peut expliquer l’interruption des rues j et k, au sud-est, coupées pour limiter le nombre de portes.

150Ces trois clôtures hypothétiques n’expliquent pas tout. En particulier, l’espace interne de l’enceinte (2) suggère d’autres éléments. Il semble que la première phase de développement à l’extérieur de l’enceinte (1) soit représentée par la place située devant l’église Saint-Gilles, liée au chemin donnant vers l’est. Cette place a connu par la suite plusieurs modifications importantes, du fait de la création de la rue d, et de la construction d’un îlot L, qui a interrompu au sud le chemin est-ouest, auparavant direct entre le château et Saint-Gilles. L’accès vers le nord se faisait en passant au niveau de la place m. La place m est un aménagement régulier, autour d’une halle orientée vers le château. La clôture (2) recoupant la rue vers Notre-Dame, une porte n aurait été établie en ce point. De l’autre côté du fossé, la rue f contournait la nouvelle clôture en se prolongeant par o, où le dessin des parcelles montre l’emplacement antérieur de la rue. La rue p, comme la rue q, sont des percements ultérieurs, ce dont témoignent leur régularité et la façon dont elles interfèrent avec le tissu environnant.

Analyse des sources écrites

151L’église Saint-Pierre de Chemillé était, au IXe s., le siège d’une cella dont Charles le Chauve confirma la possession à la cathédrale Saint-Maurice d’Angers en 844. L’existence du castrum, ainsi que celle du bourg construit autour de Saint-Pierre, est attestée avant 1040 : vers cette date en effet, le possesseur du château restitua l’église, non à la cathédrale à laquelle elle appartenait à l’époque carolingienne, mais à l’abbaye de Marmoutier à laquelle il donna également le bourg attenant. Saint-Pierre devint le siège d’un des principaux prieurés de Marmoutier. Au XIIe s., les sources écrites attestent l’existence, à Chemillé, de neuf églises ou chapelles, et de quatre bourgs : outre celui de Saint-Pierre, déjà évoqué, on trouve mentionnés avant 1082 le bourg Notre-Dame et le bourg Saint-Gilles et en 1103 celui de Saint-Léonard, tous aux mains de l’abbaye de Marmoutier à l’exception du bourg Saint-Léonard qui était possédé par le chapitre de la cathédrale d’Angers (ZADORA-RIO 1994 : 144).

Synthèse

152Chemillé a donc connu une histoire morphologique complexe, due à la multiplicité des pôles d’urbanisation. Si le bourg Saint-Gilles, compris dans l’enceinte, se distingue assez mal du reste du castrum, le bourg Notre-Dame et le bourg Saint-Léonard s’en détachent nettement, et le bourg Saint-Pierre constitue un noyau isolé, à distance de l’agglomération principale. L’aménagement du castrum s’est fait par petites étapes, sans plan préétabli autre que celui des clôtures successives. Seule la place des halles (m) est une opération d’urbanisme composée dans l’espace.

153Ensuite, le site a connu une phase d’abandon marquée en particulier dans les quartiers à l’est de Saint-Gilles et au nord de la clôture (2). Le fait que l’abandon semble avoir d’abord gagné les zones les plus tardivement urbanisées est assez courant. Le plan témoigne enfin d’un début de recomposition par l’ouverture des rues p et q et en partie par le lotissement partiel de la place devant Saint-Gilles. La poursuite de cette recomposition est manifeste sur la carte au 1/25 000e, puisque la rue q y est prolongée vers le sud à travers le site du château jusqu’à la place Saint-Léonard.

5. Conclusion

154Chalonnes-sur-Loire, Cholet, Pouancé et Chemillé sont les quatre agglomérations du corpus qui présentent, de loin, la structure morphologique la plus complexe (quinze unités de plans ou structures linéaires identifiées, voire plus). Le point commun de ces agglomérations est d’être toutes associées à un château, épiscopal dans le cas de Chalonnes, seigneurial dans les autres, et d’avoir une structure polynucléaire. Chemillé, comme Pouancé, sont encore actuellement des agglomérations doubles, où le site ecclésial primitif, marginalisé, est à l’écart du castrum et de ses bourgs satellites. A Cholet, l’agglomération est née de l’absorption par le castrum d’un site ecclésial qui portait à l’origine un toponyme distinct. A Chalonnes, deux noyaux d’urbanisation distincts ont été réunis par le développement d’un quartier constitué autour du marché et du port.

155Dans le développement de ces agglomérations, l’influence de l’abbaye de Marmoutier ne semble pas avoir pesé très lourd. A Pouancé, comme à Cholet, c’est le pôle laïque qui paraît avoir joué le rôle moteur. A Chalonnes, c’est la partie de l’agglomération directement liée au château épiscopal qui paraît avoir eu le plus grand dynamisme, tandis que celle qui relevait de l’abbaye de Marmoutier paraît s’être rapidement étiolée.

LES AGGLOMÉRATIONS À STRUCTURE MORPHOLOGIQUE ÉLÉMENTAIRE

156Parmi ces agglomérations qui présentent une structure morphologique plus élémentaire, certaines ont conservé la trace d’un château ou d’une enceinte : ainsi Champtoceaux, Semblançay, Rillé, Tavant, Saint-Georges-des-Gardes et peut-être, de façon beaucoup plus hypothétique, Liré ; dans le cas des quatre premiers sites, l’existence d’une fortification est mentionnée dès le XIe s., voire antérieurement – mais pas dans les deux derniers. Enfin, les trois derniers bourgs, ceux de Saint-Quentin-en Mauges, de Bocé et de Daumeray, ne présentent, sur le plan cadastral, aucune trace de clôture ou de château, bien que dans le cas de Saint-Quentin-en-Mauges l’existence d’un oppidum soit mentionnée au XIe s.

1. Champtoceaux (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 31, 32, 33)

157Le site, qui occupe le rebord d’une falaise abrupte dominant la Loire, est composé de deux parties distinctes.

  • 79 Plan du prieuré de Marmoutier à Champtoceaux, ADML, 1 Fi 383 (38 H16).

158La première, à l’est, est la seule occupée sur le cadastre du XIXe s. Elle est formée d’une rue (1) longée de maisons, et bordée d’un parcellaire au découpage régulier, plus allongé à l’ouest qu’à l’est. L’église, orientée nord-sud, est en retrait, sur une petite place en hémicycle. Cette disposition est postérieure au plan du XVIIIe s. (fig. 34), qui représente l’église avec l’orientation est-ouest habituelle, au bord de la rue79. Il est possible que la place occupe l’emplacement de plusieurs maisons antérieures. Le découpage parcellaire est régulier et le bâti est dense.

159La deuxième partie, à l’ouest, occupe un éperon barré qui est divisé en trois enclos échelonnés d’ouest en est, séparés les uns des autres par des fossés. Le pourtour de chacune des enceintes est marqué par un tracé de fortification avec des tours et une zone non aedificandi plus ou moins réaffectée. Seule l’enceinte située à la racine de l’éperon (2), la plus vaste (environ 12 ha), présente une subdivision parcellaire. On y observe :

  • Un secteur en croissant (3) accolé au château à l’est, qu’on peut attribuer à une annexe de celui-ci. Cette annexe a manifestement empiété sur un parcellaire établi antérieurement.

  • Un ensemble de limites parcellaires formant une croix.

160Le bras ouest (4a) de cette croix, et particulièrement son bord sud, semble correspondre à une rue ancienne. Le bras nord (4b) est une parcelle longue et large, dont le côté ouest pourrait être un ancien alignement de rue. Le bras sud (4c) est une simple ligne parcellaire conduisant à une tour ; une rue devait la border vers l’est.

161Le bras est (4d) est formé par une ligne parcellaire qui relie directement la porte au bras ouest, et qui constitue vraisemblablement l’alignement nord d’une rue ancienne, remplacée par une voie de contournement plus au sud, aboutissant elle aussi à la porte et destinée sans doute à éviter les ruines accumulées le long de l’ancienne rue. Il est impossible d’affirmer que d’autres rues parcouraient cet espace enclos, mais les lignes parcellaires qui le découpent, dont plusieurs présentent une forme en manivelle, pourraient en représenter les traces, les manivelles révélant le passage d’une limite de propriété d’un côté à l’autre d’une rue disparue. L’alignement, d’est en ouest, de deux limites en manivelles suggère fortement l’existence d’une rue (5), parallèle aux bras ouest et est de la croix.

162L’état d’abandon et le degré de ruralisation de cette partie du site sont remarquables.

Analyse des sources écrites

  • 80 HF IV §18.
  • 81 Recueil des chartes..., n° 4.
  • 82 Eginhard : 148 ; Frédégaire : 191.
  • 83 Chronique de Nantes : 123.

163Champtoceaux – dont le nom actuel est la corruption de Château-Ceaux, Castrum Celsum – était situé aux confins de l’Anjou, du Poitou et du Nantais. Le castrum, qui occupe un site d’éperon, est mentionné pour la première fois au VIe s. par Grégoire de Tours qui raconte qu’Austrapius en fit le siège d’un évêché éphémère, distrait pour quelque temps de celui de Poitiers80. Il est possible que le castrum ait appartenu au fisc royal, comme le port (portus) qui y était associé, et que le roi Sigebert III donna en 652-653 à l’abbaye de Stavelot-Malmedy81. En 768, Pépin le Bref célébra la fête de Pâques dans le castrum et y reçut une ambassade du roi des Sarrazins82. Vers la fin du Xe s., le castrum était passé sous la domination du comte de Nantes Guérec puisque c’est de celui-ci que Renaud le Thuringien obtint l’autorisation d’y construire une maison (domum)83.

  • 84 ...quicquid videor habere in dominio intra muros prefati castri, vineas scilicet, culta et inculta, (...)
  • 85 ADML, 38 H1 n° 3.

164Entre 1040 et 1044, Geoffroi de Champtoceaux donna aux moines l’église Saint-Jean Baptiste ainsi que « tout ce qu’(il avait) en propre à l’intérieur des murs du castrum, à savoir des vignes, des terres cultivées et des friches84. Le fait que la charte porte la souscription du comte Geoffroi indique que le castrum était entré à cette date dans la mouvance des comtes d’Anjou. Ce texte montre également que dans la première moitié du XIe s. encore, certaines enceintes castrales abritaient de vastes espaces non bâtis qui pouvaient être mis en culture. Il est notable que la donation ne prévoit pas de fondation de bourg mais seulement le droit, pour les moines, de faire de leurs biens ce qu’il leur plaira. L’existence d’une foire, pour la fête de Saint-Jean-Baptiste, est attestée dès 1050 puisque le successeur de Geoffroi, Orri, en concéda vers cette date une part de revenus à Marmoutier. Le bourg n’est mentionné qu’à la fin du XIe s. lorsque Geoffroi, petit-fils d’Orri, au moment de mourir sous l’habit de moine des blessures reçues au combat, fit remise de toutes les coutumes qu’il y percevait85.

  • 86 Marchegay : 85.

165Outre l’église Saint-Jean, qui était le siège du prieuré, il y avait deux autres églises à Champtoceaux : Sainte-Marie-Madeleine, qui était l’église paroissiale, et Saint-Pierre, qui était la chapelle castrale. Elles sont mentionnées toutes deux en 1151, dans un acte de l’archevêque de Tours confirmant l’accord intervenu entre l’évêque de Nantes et les moines de Marmoutier86.

  • 87 ...census dove quae est inter burgum monachorum et meum castrum eis in integrum concessi, ita tamen (...)

166En 1185, un acte de Geoffroi, seigneur de Champtoceaux, donna aux moines de Marmoutier le produit de l’acensement du fossé : « je donne intégralement aux moines les cens du fossé situé entre leur bourg et mon château, en me réservant toutefois, pour moi et pour mes successeurs, au cas où il serait nécessaire de renforcer les défenses du château, le droit de construire un mur d’enceinte et d’abattre les édifices construits dans le fossé, s’il y en a, sans que les moines puissent s’y opposer87 ».

  • 88 ADML, 38 H1 n° 11.
  • 89 Marchegay : 68.

167Vers 1190, Geoffroi Crespin autorisa Marmoutier à fonder un second prieuré situé dans l’enceinte du château proprement dit, à proximité de la chapelle castrale Saint-Pierre qui leur appartenait déjà, et leur donna à cette fin l’espace compris entre la chapelle et l’enceinte au nord88. La nouvelle fondation fut confirmée par l’évêque de Nantes89.

  • 90 ...totum illud quod habebant infra muros Sarracenos castri Celsi michi et heredibus meis usque ad p (...)
  • 91 ADML, 38 H1 n° 12.

168En 1224, le seigneur de Champtoceaux Thibaud Crespin, qui s’était révolté contre Louis VIII, fut assiégé et vaincu par Pierre Mauclerc, duc de Bretagne, à qui le roi donna le château. Quelques années plus tard, en 1231, Pierre Mauclerc obtint des moines de Marmoutier qu’ils abandonnent « tout ce qu’ils avaient à l’intérieur des murs sarrazins de Champtoceaux... depuis les portes du château appelé château des bourgeois... à l’exception de la foire de la saint Jean, des dîmes de la foire de la saint Michel et des menues dîmes qu’ils possédaient dans (son) château, et à l’exception de l’emplacement attribué aux moines de Marmoutier pour la construction de leur monastère et de leurs maisons »90, et s’engagea à reconstruire dans un lieu convenable les maisons appartenant aux moines qu’il avait renversées pour fortifier son château91. Il est difficile de dire dans quelle mesure ces décisions furent suivies d’effet et si, dès la première moitié du XIIIe s., le bourg des moines fut déplacé à l’extérieur de l’enceinte. Le transfert fut accompli au plus tard au début du XVe s., lorsque le château et l’agglomération fortifiée furent rasés, à la suite d’un siège, sur l’ordre du duc de Bretagne Jean V.

169L’enceinte la plus vaste (2) est celle du bourg fondé au XIe s. par l’abbaye de Marmoutier à l’intérieur de la fortification : c’est le castrum burgensium, mentionné en 1231, à l’intérieur duquel des vestiges du prieuré sont encore visibles, de même que les traces du réseau viaire. L’ensemble constitue actuellement le parc d’une résidence du XIXe s. L’enceinte suivante, séparée du bourg par un fossé, constituait la basse-cour du château. Ce dernier, situé à l’extrémité de l’éperon présente des ruines conservées en élévation sur plusieurs mètres et envahies par une végétation très dense qui les rend difficilement accessibles.

170L’agglomération au plan régulier, construite à l’extérieur de la fortification, résulte du déplacement du bourg à la fin du Moyen Age.

2. Semblancay (Indre-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 35, 36)

171Le village est composé de trois parties principales :

172Autour de l’église

173Le parcellaire paraît désordonné, et une seule structure ressort avec une certaine clarté : la place (1), aménagée devant la façade de l’église, destinée à la mettre en valeur. Plusieurs chemins convergent vers cette place. Les importantes discontinuités dans le bâti suggèrent un état d’abandon très poussé d’un site auparavant plus densément occupé. Cependant, un début de réaménagement est perceptible, au travers des maisons au sud-ouest de l’église, qui forment un angle droit sur la place, ou encore, plus au nord, des tracés très rectilignes, en discordance avec l’orientation dominante.

174Le château

175Le château comprend un réduit central, avec un donjon quadrangulaire au sommet d’une butte naturelle aménagée (2), entouré d’un étang asséché, et un vaste enclos au nord-est, avec une porte encadrée par deux tours demi-circulaires vers le nord (3). Il n’y a pas, ici, de composition dans l’espace, mais une simple utilisation d’un méandre de la rivière, pour ses qualités défensives.

176Le secteur nord-est

177La régularité du découpage parcellaire de ce secteur tranche nettement avec l’irrégularité du front des rues. Ce quartier a donc certainement connu un développement plus récent, qui a oblitéré une occupation antérieure sans doute très réduite.

178Le quartier de l’église est le premier noyau de développement, peut-être lié au château, sans qu’on puisse dire si celui-ci est plus ancien ou plus récent, la cause ou la conséquence de l’urbanisation, bien que cette dernière hypothèse soit tentante, du fait du trajet malcommode qui relie l’église au château.

179Il y a eu ensuite une période d’abandon sans doute très marqué, d’où l’irrégularité des fronts de rues, qui souvent ne sont plus que des chemins. A nouveau, l’urbanisation s’est développée, mais surtout sur un emplacement qui devait être très marginal auparavant, au nord du château. Le centre de gravité de l’agglomération s’est alors déplacé, au détriment de l’ancien centre, autour de l’église.

Analyse des sources écrites

  • 92 Inde comes... per Semblanchiacum, quam etiam firmaverat sibi.... (Chronica de Gestis consulum Andeg (...)
  • 93 Adelelmus et uxor ejus Rohadis donaverunt Sancto Martino... ecclesiam S. Martini de Simpliciaco cum (...)
  • 94 CARRE DE BUSSEROLLE 1878, III, art. Semblançay, p. 36.

180D’après la Chronique des comtes d’Anjou, rédigée dans la première moitié du XIIe s., Semblançay aurait été fortifié par Foulque Nerra, donc avant 104092. Le castrum de Semblançay est mentionné pour la première fois dans la notice de Marmoutier qui relate le don, par le seigneur de Semblançay, de l’église Saint-Martin avec les oblations et les droits de sépulture, de la chapelle du castrum, et d’un terrain pour y construire un bourg de cent maisons, libre de toutes coutumes93. La notice n’est pas datée, mais les faits relatés datent au plus tard de 1083 puisque le donateur, Adelelme I de Semblançay, est mort cette année-là. Juste avant son décès, il donna en outre à Marmoutier la moitié d’une terre et d’un four situés dans son propre bourg. Dans le dernier quart du XIe s., il y avait donc deux bourgs à Semblançay, l’un appartenant à l’abbaye, l’autre au seigneur laïque. Le prieuré était situé à proximité de l’église Saint Martin, ainsi que l’indique une déclaration de 169894, mais cette information n’est sans doute pas suffisante pour voir dans le noyau aggloméré autour de l’église le bourg de Marmoutier, et dans celui qui est situé au nord du château, le bourg seigneurial.

  • 95 ADIL, H325.

181En 1517, Jacques de Beaune, seigneur de Semblançay, fut accusé par le prieur de l’abbaye de Marmoutier d’avoir fait hausser la chaussée de son étang de Semblançay et d’avoir noyé les bâtiments et le clos du prieuré95.

3. Rillé (Indre-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 37, 38)

  • 96 L’étang de Rillé, qui était, au XVIIe s., le plus vaste de Touraine (500 ha environ), fut asséché à (...)

182Rillé est situé sur un rebord de plateau au confluent de la vallée du Lathan et de celle du Changeon. Le vaste système d’étangs représenté sur le plan cadastral de 1835 est aujourd’hui asséché96, mais les routes D49 et N749 les traversent sur l’emplacement d’anciennes chaussées.

183L’église s’élève au bord de l’ancien étang, à l’extrémité du promontoire. L’agglomération est enclose par un mur d’enceinte flanqué de tours. Le parcellaire semble indiquer l’existence d’une autre clôture, moins pérenne, au nord du cours du Lathan qui partage le site en deux parties. En dehors de la rue axée sur la façade sud-ouest de l’église, nulle structure organisée ne semble marquer l’espace enclos principal. L’axe nord-sud qui longe l’étang a connu une histoire mouvementée, et il n’est guère possible de proposer une chronologie relative pour les divers tracés.

Analyse des sources écrites

  • 97 ADIL, H302, n° 1 ; ARTEM n° 1467 : Est in Andecavo castellum quoddam Ruiliacus nomine quod cum ad i (...)
  • 98 Original ADIL, H302 n° 6. ARTEM n° 1472. Ed. Archives d’Anjou, II, p. 32 (entre 1064 et 1081). Cf. (...)

184Le toponyme apparaît pour la première fois dans les sources attaché au château qui appartenait, vers le milieu du XIe s., à Airard, prévôt du comte d’Anjou, qui le donna en dot à sa fille. Une notice originale de 1063 indique que son gendre, Geoffroy Papeboeuf, a donné à l’abbaye de Marmoutier une terre au nord du château (castellum) pour la construction d’une église et d’un bourg ainsi que divers autres biens, dont les oblations et la sépulture des habitants de l’enceinte extérieure du château (désignée par les termes de porprisa ou amplificatio castelli) localisée vers Channay, donc au nord de Rillé97. Il n’est pas certain que l’église dont la construction était prévue dans cette notice ait jamais vu le jour : divers actes, à peine postérieurs, indiquent que Geoffroy Papeboeuf a établi les moines de Marmoutier dans l’église dédiée à Notre-Dame et Saint-Loup qui avait été construite dans le castrum (infra munitionem supradicti castri) par le prévôt Airard, pour remplacer les quatre chanoines que celui-ci y avait placés98. Les comptes du diocèse d’Angers ne mentionnent qu’une seule église à Rillé, en 1330 comme en 1467 (LONGNON : 204 et 227).

  • 99 BNF, Dom Housseau n° 675. Ed. Archives d’Anjou, II, p. 31.

185Un acte daté entre 1058 et 1064, postérieur à la mort d’Airard, relate les contestations relatives aux droits de tonlieu ou péage qui avaient été donnés à Marmoutier par ce même Airard sur tous les biens de l’abbaye transitant par sa poesté (per loca suae potestatis transeuntibus)99.

  • 100 BNF, Dom Housseau n° 1560. Ed. Archives d’Anjou, II, p. 47.

186En 1133, Robert Papeboeuf donna à l’abbaye la dîme de la foire de saint Loup100.

  • 101 BNF, Dom Housseau n° 3378. Ed. LEDRU, 1905, III, Preuves, n° 121, p. 94-95 : quoddam fossatum nostr (...)

187En 1290, Hardouin de Maillé donna au prieuré de Rillé, pour y fonder son anniversaire, « un fossé situé près du prieuré, tel qu’il s’étend en longueur et en largeur, ainsi que s’étend l’hébergement qui fut autrefois au défunt Guillelmus Britellus, depuis nos marécages jusqu’aux fossés de nos murs (d’enceinte) ». Il donna en outre aux moines « un emplacement situé entre, d’une part, le cimetière des Innocents de Rillé et, d’autre part, la roche du prieuré, ainsi qu’elle s’étend jusqu’aux fossés que Rodulfus Nicholay et Berthelotus Moys tenaient de (lui) »101. Il les autorisa, enfin, à construire une chaussée d’étang avec des bondes ainsi qu’à enclore d’un mur la platea qu’il leur avait donnée (ibid.).

  • 102 LEDRU 1905, n° 297, p. 207, d’après le Trésor généalogique de dom Villevieille, BNF, ms. fr. 31937, (...)
  • 103 CARRE DE BUSSEROLLE 1978, III, art. Rillé : 329. La source mentionnée à la note précédente ne donne (...)

188Quelque temps avant 1444, le seigneur de Rillé fit rehausser la chaussée de son étang, ce qui causa des torts au prieuré auquel il dut verser un dédommagement important102. Selon Carré de Busserolle, cet exhaussement de la chaussée construite sur la rive droite du Lathan noya l’église paroissiale, dont le service fut transféré dans l’église du prieuré, ainsi que le presbytère et de nombreuses maisons103.

Synthèse

189La confrontation des sources écrites avec l’analyse morphologique s’avère difficile, sans doute en partie en raison des modifications entraînées par l’agrandissement des étangs au XVe s.

190L’église Saint-Loup, construite par Airard dans la première moitié du XIe s., était localisée à l’intérieur du castrum, mais la topographie initiale de celui-ci est inconnue : rien ne permet d’affirmer que son tracé était le même que celui de l’enceinte maçonnée de la fin du Moyen-Age dont les vestiges subsistent encore.

  • 104 CARRÉ DE BUSSEROLLE 1878, art. Le Portail, cne Channay.

191Le terrain donné à Marmoutier en 1063 pour y construire une église et un bourg est localisé au nord du château, de même que l’enceinte extérieure à l’intérieur de laquelle l’abbaye a reçu les droits de sépulture et les oblations. Peut-on identifier cette enceinte avec l’enclos lisible sur le plan cadastral sur la rive nord du Lathan, qui est désigné en 1759 par le toponyme Le Portail-de-la-vieille-ville-de-Rillé104 et où subsistent encore les vestiges d’une porte fortifiée ?

192L’église Saint-Loup est devenue le siège du prieuré lorsque les quatre clercs qui la desservaient initialement ont été remplacés par des moines de Marmoutier, jugés plus aptes. Cet évènement est légèrement postérieur à la donation à l’abbaye par Geoffroy Papebeuf d’un terrain pour la construction d’une nouvelle église. Celle-ci a-t-elle été jugée désormais superflue, ou bien a-t-elle été réellement construite, comme l’indique Carré de Busserolle, sur la foi de sources que je n’ai pu retrouver ?

193Si beaucoup d’incertitudes demeurent, il apparaît nettement que ni l’enceinte principale, ni la fortification annexe située sur la rive nord du Lathan, n’ont fait l’objet d’opérations d’urbanisme de quelque ampleur.

4. Tavant (Indre-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 39, 40, 41)

194Le site est localisé à la croisée de deux axes, l’un longeant la Vienne (1), l’autre provenant du sud et joignant ce qui était vraisemblablement un point de traversée de la rivière (2). Les structures apparentes sont les suivantes :

195- 2a. : Continuité entre une rue et une ligne parcellaire séparant deux champs distincts, de part et d’autre de 1. Il pourrait s’agir du tracé primitif de 2.

196- 2b. : Tracé de 2 pouvant avoir été établi pour rejoindre plus directement l’église Saint-Nicolas (A), dans un contexte d’interruption de 2a préludant à l’effacement de la partie sud de 2a.

197- 3. : Tracé de clôture, encadrant une bande de parcelles donnant sur 2a au nord-ouest, puis englobant par le sud l’agglomération formée autour de quelques rues en 4. A l’est, la clôture devait rejoindre par le chevet l’église Notre-Dame (B). Une ligne parcellaire bien marquée est présente de ce côté. L’ensemble courbe 3a, au sud, peut s’expliquer par la présence d’un fossé longeant 3, et une légère déviation de 1 par le sud pour l’éviter. Les traces d’un porche subsistent de ce côté, en C.

198- 4. : Ensemble de rues témoignant du développement de l’agglomération avant la mise en place de 3. L’ordre d’apparition des rues paraît être le suivant :

  • établissement de 4a, parallèle au tronçon sud de 2a, vers la rive et Notre-Dame. La rue 4b existait probablement déjà, et reliait Notre-Dame à 2a. En effet, le débouché de 4a sur 4b semble avoir été établi postérieurement au tracé de 4b.

  • percement de 4c en arrière de 4a pour établir de nouvelles parcelles. Le débouché de 4c sur 4a montre sa postériorité.

  • percement de la ruelle 4d en arrière de 4b. Ses débouchés sur 4b et 4c montrent qu’elle leur est postérieure.

  • établissement de la rue 4e, reliant les deux églises Saint-Nicolas et Notre-Dame. Cette rue, permettant aussi un lien direct entre Notre-Dame et 2 au sud, suppose que 2b est alors en place. Cette hypothèse suppose que 4e se prolongeait initialement jusque devant Notre-Dame, et que son interruption résulte d’un réaménagement.

199Ces éléments conduisent à proposer la séquence suivante dans la mise en place de la morphologie de Tavant :

  • Axe 1 et axe 2, donnant sur un « port ». Existence probable des deux lieux de culte.

  • Développement d’une agglomération liée au « port », et attirée par Notre-Dame, d’où des rues en biais partant de 2 vers le nord-est.

  • Suite de ce développement, une rue 2b-4e, issue de la voie 2, devant Saint-Nicolas, et Notre-Dame.

  • Etablissement de la clôture 3 et du fossé associé 3a, et déplacement vers le sud de 1. La clôture interrompt les rues 4 au sud, d’où l’apparition d’une rue transversale 3b les raccordant le long du mur.

  • Abandon relatif du site, conduisant à l’effacement partiel des rues 2a et 4e.

  • Redéveloppement du site suivant de nouvelles lignes de force, d’une part le long de l’axe 1, avec en particulier la colonisation du fossé 3a, d’autre part autour de l’église Saint-Nicolas. Evolution en clos de la rue 4e, donnant uniquement sur 1. Le « port », élément moteur dans le développement initial du site, ne joue plus alors qu’un rôle marginal.

200Ces hypothèses conduisent à supposer que le bâti de ces secteurs est d’époque moderne. Il est possible que des traces d’un bâti plus ancien subsistent sur les rues 2a nord, 4a, 4b et 4c.

Analyse des sources écrites

  • 105 ADIL, H332 n° 2 ; ARTEM 1497.
  • 106 BNF, Dom Housseau n° 533.
  • 107 ...apud Tavennum villam quae cella est monachorum Majoris Monasterii, castellum firmaret (ADIL, H33 (...)
  • 108 ADIL, H332 n° 5 ; ARTEM n° 1498.
  • 109 ADIL, H332 n° 5 ; ARTEM n° 1498.
  • 110 BNF, ms. lat. 12878 f°255.

201En 988, le comte de Blois Thibaud donna à l’abbaye de Marmoutier un alleu situé dans la villa de Tavant, avec une église, des terres et des vignes105 ; en 1020, Bouchard, seigneur de l’Ile-(Bouchard) fit remise aux moines établis dans l’église Notre-Dame de toutes les coutumes et droits de justice et y ajouta le don d’une écluse à poissons. Dans une notice datée entre 1044 et 1068, Tavant est qualifié de vicus106. La première mention du bourg est de 1070-1071 : à cette date, au cours d’une guerre opposant Bouchard de l’Ile à son oncle Geoffroy Fuel pour la possession du château de l’Ile-Bouchard, ce dernier se retrancha dans la villa de Tavant107, et l’église, le prieuré et tout le bourg furent incendiés108. Le nombre de moines, à cette date, était de 18, ce qui est un nombre largement supérieur à celui des effectifs connus dans les autres prieurés, si toutefois il ne s’agit pas d’une erreur de copiste : ce nombre, en effet, ne figure pas dans l’original de la notice, très mutilé109, mais dans une copie du XVIIe s.110.

  • 111 ...ecclesiam Sancte Marie de Tavenno cum omnibus ad ipsam pertinentibus tam in ecclesiis, altaribus (...)
  • 112 ...frater Gaufredus tunc temporis prior beate Marie de Tavento cum assensu et volontate capituli su (...)
  • 113 BNF, Dom Housseau n° 1733.

202En 1136, le pape Innocent II confirma à Marmoutier la possession de l’église Notre-Dame de Tavant avec toutes ses appartenances, tant les églises, les autels et les dîmes que les terres, le bourg, les vignes, les moulins et le reste111. Le pluriel utilisé à propos des églises et des autels, fait peut-être allusion à l’existence de l’église Saint-Nicolas. Celle-ci, dont l’architecture et les fresques sont datées par les historiens de l’art de la fin du XIe ou du début du XIIe s., n’est pas mentionnée expressément avant le XIIIe s. En 1223, elle était desservie par un prêtre séculier auquel le prieur de Notre-Dame de Tavant concéda pour la durée de sa vie une maison et une cave appartenant à l’abbaye112. Au milieu du XIIe s. encore, les fonctions paroissiales étaient exercées par Notre Dame de Tavant, ainsi que l’atteste une charte de l’archevêque de Tours Engebaud qui confirme à Marmoutier, en 1149, cellam Sanctae Mariae de Tavento... parrochialem ecclesiam Sanctae Mariae de Tavento113.

  • 114 ADIL, H333.

203En 1207, l’archevêque de Tours dut intervenir dans une querelle opposant le prieur de Tavant à un chevalier, Michelis de Ponte, à propos d’une voie publique (via publica), qui avait été obstruée par ledit chevalier, et à propos d’un four construit par celui-ci sur une place (platea) dont le prieur soutenait qu’elle appartenait aux lépreux, parce que leur maison y était construite (ita quod in ea fuerat domus leprosorum)114. C’est la première mention de l’existence d’une léproserie à Tavant.

  • 115 « C’est assavoir les église et prieuré de N.D. dudit lieu de Tavant, cloistres et manoir dudit prie (...)

204Un aveu de 1506 indique que le prieuré était solidement fortifié à cette date115, et que le village avait beaucoup souffert de la guerre de cent ans.

205La confrontation des sources écrites avec l’analyse morphologique illustre bien le caractère aléatoire de l’exercice. Le litige de 1207 à propos de l’obstruction d’une voie publique doit être en relation avec l’un des changements de tracé viaire identifié par l’analyse morphologique, sans qu’il soit possible de préciser lequel. La clôture identifiable dans la trame parcellaire (3) pourrait être mise en relation avec l’une ou l’autre des fortifications mentionnées par les sources écrites : celle qui fut élevée en 1070-1071 par Geoffroy Fuel à l’occasion de la guerre qui l’opposait à Bouchard de l’Ile (mais a-t-elle eu une durée et une importance suffisantes pour laisser une empreinte durable dans la morphologie ?), ou avec celle qui est attestée autour du prieuré par l’aveu de 1506 (mais englobait-elle également, outre le prieuré, une partie de l’agglomération ?). On ne peut exclure non plus la possibilité que la fortification mentionnée en 1506 perpétue le tracé de celle du XIe s., ou encore que la clôture qui a marqué de son empreinte la morphologie soit à rattacher à une troisième campagne de fortification qui n’aurait pas laissé de trace écrite.

5. Saint-Georges-des-Gardes (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 42, 43)

206Sur le cadastre napoléonien, seules subsistent quelques maisons dispersées autour de l’église. Celle-ci, qui est attenante au prieuré, occupe une éminence. A l’ouest, une vaste parcelle portant le microtoponyme « ouche du château » est délimitée, sur une partie de son tracé, par deux lignes parallèles enveloppantes, qui indiquent peut-être l’emplacement d’un fossé. La route qui traverse le site du sud-ouest au nord-est est récente, et a peut-être succédé à un tracé (1) qui passait initialement devant l’église.

Analyse des sources écrites

  • 116 ...donum quod fecit Sigebrannus... de ecclesia Sancti Georgii de Podio de Guarda, de feuvo presbyte (...)

207A Saint-Georges-des-Gardes (autrefois Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde), le prieuré Saint-Pierre de Chemillé dépendant de l’abbaye de Marmoutier reçut de Sigebrand, au début du XIIe s., l’église Saint-Georges, le fief presbytéral et tout le cimetière, où se trouvaient déjà des maisons, pour y construire un bourg116. La même notice, datée de 1110, rapporte que dès les premières années il a fallu régler des conflits avec les seigneurs laïques qui ont entraîné des interruptions momentanées de l’édification du bourg. Les sources écrites ne mentionnent aucun château à Saint-Georges.

208La confrontation avec le plan cadastral semble indiquer que l’entreprise de peuplement des moines de Marmoutier s’est soldée par un échec, sans qu’il soit possible de dire s’il a été immédiat ou différé (ZADORA-RIO 1989 : 83).

6. Liré (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 44, 45, 46)

209L’église est située sur le rebord d’un plateau. La voie qui se dirige vers le nord descend le versant en forte pente et rejoint la route qui longe la vallée de la Loire. La seule structure organisée est la place (1) devant l’église. Le tracé courbe (2) qui se développe au sud-est de l’église correspond approximativement à une courbe de niveau, mais une structure d’enclos ne peut cependant être totalement exclue. Ses limites au nord-est (3), au sud (4) et à l’ouest (5), pourraient correspondre à des décrochements marqués dans l’alignement de la voirie.

Analyse des sources écrites

  • 117 Archives d’Anjou, éd. Marchegay, t. II, 1853 : 15.
  • 118 ...ut ipsi monachi de Liriaco facerent unaquaque dominica processionem ad ecclesiam sancti Martini (...)

210Une notice de Marmoutier indique qu’entre 1070 et 1080 Archembaud de Liré donna aux moines un terrain pour y construire un bourg, libre de toutes coutumes, avec les deux tiers des sépultures, des oblations et des dîmes sur les terres dominicales ; il ajouta également, pour le prix de quatre livres, deux arpents de vigne, deux prés, deux tiers de la dîme du pain et du vin et des menues dîmes qu’il possédait dans la paroisse sur les agneaux, les porcelets, le lin, le chanvre et la laine. Il donna également le panage et des droits d’usage dans son bois de la Vallée pour la construction des maisons et des officines des moines, ainsi que la moitié d’un étang et la moitié d’un moulin sur ce même étang situé dans la Vallée près de l’église, avec un droit de pêche illimité dans ses eaux et un droit de chasse restreint aux oiseaux117. Un acte contemporain signale qu’un certain Gaulterius filius Arraldi a donné aux moines le fief presbitéral de Notre-Dame de Liré, à savoir le tiers des dîmes à l’exception du pain et du vin et chaque année deux muids de céréales, un de froment et un de seigle. Une charte délivrée vers 1130 par Roland de Liré, qui restitue aux moines toutes les dîmes de la paroisse de Liré, indique cependant que les premières donations n’avaient pas été suivies d’effet. Le même acte révèle l’existence à Liré d’une église Saint-Martin, qui devait être reliée à Notre-Dame par un cloître à galeries car le seigneur de Liré demande aux moines d’aller chaque dimanche en procession à l’église Saint-Martin soit par la voie publique soit à travers le cloître au cas où la voie publique serait impraticable en raison des intempéries118.

  • 119 ADML, 41 H1, 1221 : ...Homines monachorum manentes in cimiterio de Lireio ibunt in pasturis et in c (...)

211Une charte de Mathieu de Liré, en 1221, définit les droits des dépendants du prieuré de Marmoutier, et distingue les hommes des moines qui habitent dans le cimetière de Liré, qui ont les mêmes droits d’usage sur les prés et le bois de chauffe que les bourgeois du seigneur, et ceux qui habitent dans les « villae », qui ont droit uniquement aux pâtures communes119.

212L’église a été reconstruite en 1822 (antérieurement à la réalisation du plan cadastral, qui date de 1830) « sur l’emplacement d’un terrain appelé le Prieuré, l’ancienne église devant être réutilisée comme place » (PORT 1965-1996 : 371).

213La confrontation avec le plan cadastral n’apporte aucune information nouvelle : l’église Saint-Martin n’a pu être localisée. Rien ne permet de dire si le bourg seigneurial était topographiquement distinct du cimetière habité des moines. Ce qui paraît certain, cependant, c’est que le village n’a jamais connu d’opération d’urbanisme de quelque ampleur, et que l’aménagement de la place devant l’église n’est pas antérieur au XIXe s.

7. Saint-Quentin-en-Mauges (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 47, 48, 49)

214Il y a peu de choses à dire sur ce plan. La trame parcellaire est, dans l’ensemble, rurale. La seule structure pouvant être qualifiée d’unité de plan concerne tout le secteur à l’ouest de l’église, de part et d’autre du chemin majeur est-ouest (1). Les parcelles sont ici régulièrement disposées perpendiculairement au chemin. Cependant, on constate d’une part une irrégularité de la disposition dans une bande de 20-40 m des deux côtés de la voie, et d’autre part la présence de maisons à la fois le long du chemin et en retrait. Cette situation pourrait résulter de la colonisation d’un espace ouvert, beaucoup plus large initialement (environ 50 m), et pris en écharpe par le chemin.

Analyse des sources écrites

  • 120 ADML, 45 H2 n° 1 ; ARTEM n° 3602.
  • 121 Nosse debebitis... quemdam nomine Tescelinus de castro Monte Rebelli vocato donasse Sancto Martino. (...)

215Une notice originale de Marmoutier raconte qu’entre 1028 et 1058, sous l’abbatiat d’Albert, les moines reçurent de Tescelin de Montrevault une moitié de l’église de Saint-Quentin-en Mauges et achetèrent l’autre au prêtre Hardouin120. Une autre notice, contemporaine de la précédente, indique que Tescelin donna la moitié de l’église avec sa part du bourg de Saint-Quentin, une borderie de terre et deux arpents de vigne121.

  • 122 ADML, 45 H2 n° 31, copie XIXe s. par P. Marchegay, BNF, Paris, n.a.fr. 5021 f° 367 ; ADML, 45 H2 n° (...)
  • 123 ADML, 45 H2 n° 12, n° 13, ARTEM n° 3612, n° 3613.

216L’existence d’un prieuré est attestée par plusieurs actes du temps de l’abbé Albert (1028/1037-1064). Au cours du XIe et du XIIe s., de nombreux actes témoignent des efforts de l’abbaye pour se faire donner ou pour acheter des terres, des maisons, des emplacements de moulins, des dîmes et des coutumes dans la paroisse de Saint-Quentin. Certains actes précisent que les lopins reçus ou achetés sont situés juxta ecclesiam Sancti Quintini122. D’autres actes indiquent que telle terre nouvellement acquise est mitoyenne des possessions de l’abbaye (collimitat terre ex una parte123). Il semble que les moines aient tenté de constituer un domaine d’un seul tenant.

  • 124 Copie XIXe s. par P Marchegay, BNF, n.a.fr. 5021 f° 370.
  • 125 BNF n.a.fr. 5021 f° 371.

217L’existence d’une fortification (oppidum) à Saint-Quentin en Mauges est mentionnée dans deux actes. Dans le premier, daté de la fin du XIe ou du début du XIIe s. par la présence, en tant que témoin d’Etienne du Pin, prieur de Saint-Quentin, une certaine Alberga donne la dîme de ses ouches situées près de l’oppidum de Saint-Quentin et obtient, en récompense, d’être inhumée dans le verger des moines124 ; dans le second texte, à peu près contemporain du premier, Giraudus filius Andefredi, donne une parcelle à l’intérieur de la fortification (unam aream in oppido) en échange d’un arpent et d’une parcelle dont il s’était indûment emparé ailleurs125. D’autres documents permettent de rattacher ce Giraudus filius Andefredi à la famille seigneuriale de Saint-Quentin, attestée dès le second quart du XIe s. dans la mouvance du lignage châtelain de Montrevault.

218La confrontation des sources écrites avec le plan cadastral n’apporte rien : les efforts de remembrement de Marmoutier ne semblent pas avoir débouché sur des aménagements durables, et il n’est guère possible de localiser l’oppidum mentionné dans les textes.

219La comparaison avec le plan cadastral actuel (non reproduit) indique que l’église (reconstruite en 1838, d’après C. Port) a été déplacée au centre du quadrilatère formé par les voies.

8. Bocé (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (Fig. 50, 51)

220Le cadastre du XIXe s. révèle un site pratiquement déserté. L’importance relative du réseau viaire ainsi que le découpage parcellaire indiquent cependant qu’il a dû être plus densément occupé avant d’être en grande partie abandonné.

Analyse des sources écrites

  • 126 ADML36 H3 n° 4, ARTEM n° 3498 : Noverint universi, maxime nostri presentes et posteri, militem quen (...)
  • 127 Cart. St-Aubin n° 262 (1060-1087) ; ADML, 36 H3 n° 11, ARTEM n° 3507 (vers 1091).
  • 128 ADML, 36 H3, ARTEM n° 3504.

221En 1081, un chevalier du nom de Guillaume Chamallard donna aux moines de Marmoutier l’église de Bocé avec le cinquième de la dîme, tous les droits de sépulture, le fief presbytéral, la moitié des oblations. Il leur donna en outre la moitié d’un pré, la moitié d’un courtil, la moitié d’un arpent de vigne, et la terre qu’il possédait autour de l’église pour y construire un bourg ; il leur abandonna les droits de justice, mais il se réserva la moitié des redevances sur les ventes et sur le four du bourg126. Vers la même époque, Bocé est qualifié également de vicus et de villa127. L’existence d’un prieuré (qualifié dans une même notice d’obediencia, de monasterium et de curia monachorum) est attestée dès 1093128. Diverses notices originales du XIe et du XIIe s. montrent les moines recevant ou achetant des maisons, des terres et des vignes à Bocé, ou luttant âprement contre les contestations des héritiers des donateurs.

9. Daumeray (Maine-et-Loire)

Analyse morphologique (fig. 52, 53)

222L’église et le prieuré, attenant au croisillon nord du transept, sont situés en marge du village, au nord. Une rue (1) est établie devant l’église, dans l’axe de celle-ci. L’armature de l’agglomération était formée par la route de Sablé, venant de l’est, qui à l’origine devait rencontrer la route d’Angers (axe nord-sud) à angle droit, en suivant une limite de parcelle encore bien présente sur le cadastre du XIXe s., qui est prolongée vers l’ouest par une autre section de rue (2). L’axe nord-sud, sur lequel viennent buter les rues est-ouest, doit également être ancien. Trois autres rues sont le fruit d’aménagements volontaires : celle qui longe l’axe nord-sud sur près de 100 m, en retrait vers l’ouest, à environ 30 m de distance (3) ; celle qui relie le chemin de l’est à la place de l’église, au détriment de l’axe central plus ancien, en coupant en biais une grande parcelle à l’est de l’église (4) ; celle, enfin, qui part du chemin de l’est vers le sud-ouest, et se raccorde au chemin nord-sud à l’extrémité sud de la rue (1). Il y a eu, au nord, captation par l’église du parcours central qui devait à l’origine passer plus au sud, et création d’un parcours de contournement entre le sud et l’est (5). De ce côté, une rue transversale nord-sud, reliant l’axe central et la voie de contournement, est ensuite apparue, bordée d’un lotissement (6). En raison de l’orientation des limites de ce lotissement et de celle des parcelles voisines, il semble que cette rue transversale soit nettement plus tardive.

223La façon dont la rue (3), à l’ouest, se raccorde à l’axe nord-sud par des sections qui font face à la rue en face de l’église, d’une part, et au débouché du contournement sud-est (5) d’autre part, suggère une mise en place coordonnée.

Analyse des sources écrites

  • 129 ...ecclesiam Sancti Martini de Dalmariaco et censum, et alias consuetudines de burco qui circa eccl (...)
  • 130 ADLM, 40 H1 n° 3, ARTEM n° 3536.
  • 131 ...vicum etiam unum burgi qui vicus tendit Andegavim quem mater ipsius Rainardi nobis dederat. Pret (...)
  • 132 Rainardus de Dalmariaco calumniam quam nobis faciebat in quadam parte ejusdem vici, quae vulgari se (...)
  • 133 ADML, 40 H1 n° 40.
  • 134 ADML, 40 H1 n° 41 ; BNF, n.a.fr. 5021 f° 277.
  • 135 ...Ecclesiam insuper Dalmeriaci cum omni burgo et cum omnibus hominibus ibi habitantibus atque omne (...)

224Une charte délivrée entre 1031 et 1037 indique qu’un chevalier du nom de Rainardus a donné aux moines de Marmoutier l’église Saint-Martin de Daumeray ainsi que le cens et les autres coutumes du bourg qui se construit autour de l’église, toute la vicaria, deux métairies, tous les prés autour du cimetière, deux arpents et demi de vignes dominicales et le cens des autres, ainsi que la forêt de Châtillon129. Le roi Henri I confirma entre 1034 et 1047 la donation de l’autel de Daumeray faite par l’évêque Hubert130. Vers 1060, on constate que les moines se trouvaient obligés de racheter peu à peu des parcelles appartenant à la dot de l’église. Une notice datée de 1094 rapporte le règlement d’un conflit entre Rainard, fils de Marcoard de Daumeray, qui revendiquait la possession d’une rue du bourg que sa mère avait donnée aux moines, et reprochait au prieur d’avoir réduit la largeur d’une autre rue afin d’étendre d’autant sa vigne131. Quelques temps après, Rainard concéda à nouveau la dite rue, appelée Sermone rua, tendant vers Angers, devant de nombreux témoins, dont un certain nombre de bourgeois132. Au début du XIIe s., Rainardus de Daumeray, devenant moine, abandonna ses prétentions sur la maison du cimetière qu’il revendiquait après l’avoir donnée aux moines133 ; peu de temps après, en 1130, ceux-ci la concédèrent au fils de Rainard, Gauvain, pour qu’il renonce à ses prétentions sur la terre du Bois de Châtillon et sur la rue contestée134. Les textes ne permettent guère de dire si le cimetière dans lequel la famille seigneuriale possédait une maison faisait partie du bourg ou s’en distinguait. Plusieurs dizaines d’actes éclairent les transactions menées par les moines et les conflits nombreux avec les donateurs ou leurs héritiers. Vers 1110, ils obtinrent de Hugues de Mathefelon qu’il fasse amende honorable135.

225Daumeray est le seul bourg rural, en Anjou-Touraine, dans lequel des rues soient mentionnées, et cela à quatre reprises entre la fin du XIe et le début du XIIe s. La Sermone Rua, tendant vers Angers, doit être représentée par l’axe nord-sud qui traverse le village.

226Le plan paraît présenter un embryon d’organisation dans le réseau des voies, mais seule la mise en place de la voie (6) paraît associée à un petit lotissement, pour lequel on ne possède aucun élément de datation. Le dossier de textes des XIe-XIIe s. révèle la complexité des droits qui s’exerçaient sur le bourg des moines. Loin de refléter « l’importance » de l’agglomération, le nombre élevé d’actes du XIe-XIIe s. qui se rapportent à Daumeray témoigne de la fréquence des litiges à cette époque, et donc sans doute des faibles possibilités d’action de l’abbaye de Marmoutier.

CONCLUSION

227Le corpus des bourgs de l’abbaye de Marmoutier en Anjou-Touraine, dont la cohérence était fondée sur des critères issus des sources écrites, s’est révélé très hétérogène du point de vue morphologique. L’analyse a rapidement montré qu’il était impossible d’identifier des caractéristiques qui seraient communes à l’ensemble des bourgs de Marmoutier, et qui seraient susceptibles de représenter « l’empreinte de l’abbaye » ou « la marque des XIe-XIIe s. ».

228Plus surprenant, elle a révélé, au-delà de ce constat, une absence de dynamisme des bourgs monastiques qui va à l’encontre du rôle d’entrepreneur de peuplement qu’on attribue volontiers aux abbayes bénédictines, et s’oppose également au sentiment – confus, et même inavoué, mais sans doute d’autant plus prégnant – que l’importance numérique d’un dossier de textes n’est pas sans rapport avec l’importance de la localité qu’il documente. Un autre présupposé de départ qui n’a pas résisté à l’épreuve était que les petites localités étaient plus susceptibles que les autres d’avoir conservé des traces fossilisées des aménagements médiévaux, et qu’elles devaient donc présenter des conditions plus favorables à une bonne articulation des sources écrites des XIe-XIIe s. et de l’analyse morphologique. En fait, l’étude a montré l’inverse, et c’est pour les localités qui présentent la structure morphologique la plus élémentaire, réunies dans le troisième groupe, que la convergence entre les données textuelles et l’analyse morphologique a été la plus faible, et leur insignifiance ne les a pas nécessairement mises à l’abri de bouleversements importants à l’époque contemporaine puisque des villages comme Liré ou Saint-Quentin-en-Mauges ont vu leur église déplacée au XIXe s.

229L’apport de l’analyse morphologique a été de mettre en évidence, dans certains cas, le non-dit des sources écrites : ainsi, par exemple, à Chalonnes, le déplacement des franchissements de la Loire et du Layon ou encore l’importance de l’ensemble fortifié autour de l’église Notre-Dame et sa dépendance morphologique à l’égard du château épiscopal qui conduit à en attribuer la fondation à l’évêque d’Angers. Dans certains cas, elle a permis de prendre du recul par rapport à l’état de la documentation textuelle en montrant l’importance morphogénétique de certains éléments qui sont peu ou pas mentionnés dans les sources écrites. Inversement, elle a révélé parfois l’effacement complet, de structures potentiellement importantes attestées par les sources écrites.

230Si on compare les données de l’analyse morphologique avec celles des textes (tableaux 1 et 2), on constate que l’existence des six châteaux identifiés par l’analyse morphologique est attestée également par les sources écrites dès le XIe s., mais que trois autres châteaux mentionnés à la même époque ne sont plus identifiables, soit parce qu’on ne peut distinguer le château de l’enceinte de l’agglomération (Rillé et Tavant), soit parce que toute trace de fortification a disparu (Saint-Quentin-en-Mauges), mais ce dernier cas est tout à fait exceptionnel.

231Les châteaux ont donc laissé une empreinte forte dans la structure des agglomérations, certainement en raison de l’importance des terrassements qui ont exercé fréquemment une contrainte à la fois sur le réseau hydrographique et sur les voies : un des résultats de l’analyse morphologique, à Cholet comme à Pouancé, a été de révéler l’interdépendance des tracés de la fortification, des étangs et du réseau viaire, ce qui indique que la dérivation des cours d’eau et l’aménagement des chaussées sont vraisemblablement contemporains de la construction de ces châteaux au XIe s. Ils représentent ce que H. Galinié appelle l’architecture prégnante, celle dont le caractère massif oppose un obstacle aux initiatives et se révèle comme un héritage avec lequel il fallait composer (GALINIE 2000 : 71). Sans doute a-t-on trop facilement tendance à interpréter cet effet de trace comme la preuve du rôle du château dans la naissance de l’agglomération.

232Les églises, en revanche, ont assez peu marqué la morphologie, à de rares exceptions près, et beaucoup de celles qui sont mentionnées dans les sources du XIe-XIIe s. ne sont plus identifiables, ni parfois même localisables, sur le cadastre du XIXe s. Il faut souligner, une fois de plus, que la fréquence des mentions dans les sources écrites peut être tout à fait sans rapport avec l’importance réelle de l’édifice et son influence sur la morphologie. En témoigne le cas de Chalonnes, où le prieuré Saint-Vincent, bien documenté, n’a laissé pratiquement aucune trace dans la morphologie de l’agglomération, alors que l’église Notre-Dame, qui a joué précocement un rôle morphogénétique, n’apparaît pas avant une date tardive dans les sources médiévales. Dans les agglomérations du corpus, il n’y a guère de trace d’enclos ecclésial qui soit susceptible d’être interprété comme la matérialisation des limites de l’asile, à l’exception peut-être de l’enceinte arrondie autour de Notre-Dame de Chalonnes, dont l’église occupe approximativement le centre.

233Au-delà du cadre monographique, l’analyse morphologique constitue également un garde-fou contre les interprétations trop unilatérales des textes. Mes premières lectures des documents m’avaient fait considérer que l’acquisition ou la fondation par Marmoutier de dix-sept bourgs en à peine plus d’un demi-siècle, dans les seuls diocèses d’Angers et de Tours, était une manifestation de la puissance temporelle de l’abbaye, et révélait l’importance de son rôle dans l’organisation du peuplement. Le retour aux sources, à la lumière de l’analyse morphologique, m’incite à mettre en avant un autre aspect de la documentation que j’avais peut-être sous-estimé : le fait que dans ces bourgs qui lui appartiennent, l’abbaye n’est presque jamais seule à exercer des droits. Ce partage conflictuel, fait d’une alternance de donations-restitutions et d’usurpations, n’est pas limité aux seules agglomérations castrales, dans lesquelles les bourgs de Marmoutier sont directement exposés aux empiètements des seigneurs châtelains : il apparaît très nettement dans de petits villages sans château comme Daumeray, Liré ou Bocé. Si la puissance temporelle de Marmoutier ne peut être mise en doute, et si on peut penser que la possession de bourgs y participait, il ne s’ensuit pas pour autant que l’abbaye ait eu la capacité d’exercer un pouvoir organisateur réel dans chacun d’entre eux.

234Les éléments qui ressortent de l’analyse morphologique sont les traces de clôtures, dont certaines sont des enceintes fortifiées, parfois encore en élévation et dotées éventuellement de tours de flanquement, d’autres des traces dans le parcellaire parfois partiellement effacées. La nature des espaces enclos est généralement identifiable (château, quartier d’habitation ou agglomération entière, établissement monastique…) et leur superficie est mesurable, même si leur datation peut rarement être établie avec précision. On peut penser que la comparaison des superficies encloses constitue un élément d’appréciation (parmi d’autres) de l’importance relative des agglomérations, mais pas forcément sur le plan démographique. Rien ne permet d’affirmer que ces enceintes abritaient l’ensemble de la population, ni que la densité de l’occupation intérieure était forte : on connaît des exemples de fortifications qui englobaient des espaces vides, soit en prévision d’une urbanisation future qui n’a pas été réalisée, soit pour servir de refuge à la population environnante. C’était le cas, par exemple, de Champtoceaux (cf. ci-dessus). La comparaison des superficies encloses au Moyen-Age avec la superficie des agglomérations sur le cadastre du XIXe s. constitue également un élément d’évaluation du développement de l’urbanisation à l’époque moderne.

235Sont identifiables également d’autres éléments qui donnent des indications sur le degré de planification et la place tenue par les opérations d’urbanisme dans le développement des agglomérations : ainsi les lotissements, qu’il est possible de dénombrer et de mesurer, ou les gains de rives, qui témoignent, par définition, d’une extension organisée de l’habitat sur les berges. Des configurations révélant l’interdépendance de certains tracés, enfin, sont susceptibles de révéler des opérations d’organisation de l’espace plus ou moins complexes.

236Le tableau 1, trié par ordre d’importance des superficies sur le cadastre du XIXe s., indique qu’à cette époque trois groupes se distinguent assez nettement :

  1. un groupe de trois localités de grande taille : Cholet (25 ha), Chemillé (le castrum, 23,5 ha et Saint-Pierre, 11,5 ha) et Chalonnes-sur-Loire (16,5 ha). Si on regroupe les superficies des deux noyaux constitutifs de Chemillé, le castrum et Saint-Pierre, c’est cette localité qui arrive en tête avec 35 ha.

  2. un groupe de trois localités de taille moyenne (9 à 11,5 ha) : Pouancé, Semblançay, Saint-Symphorien.

  3. un groupe de neuf localités de petite taille, de 0,95 ha (Bocé) à 5 ha (Tavant).

237La comparaison des superficies du XIXe s. avec celle des enceintes identifiées par l’analyse morphologique montre que des deux agglomérations qui présentent la superficie enclose la plus vaste au Moyen Age – Chemillé et Champtoceaux – seule la première se retrouve dans le groupe de tête au XIXe s. Le tableau révèle également l’absence d’extension à l’époque moderne d’agglomérations comme Pouancé ou Rillé, et la rétraction de localités comme Champtoceaux ou Saint-Georges des Gardes dont les tracés de clôture enserrent des espaces vides sur le plan cadastral. Il souligne, enfin, l’ampleur de l’enceinte de l’abbaye de Marmoutier par comparaison avec l’exiguïté du bourg voisin de Sainte-Radegonde : celui-ci occupe sur le cadastre du XIXe s. une superficie d’à peine 2 ha, mais l’enclos de l’abbaye auquel il est accolé dépasse, avec ses 17 ha, les plus vastes enceintes castrales conservées dans la morphologie des agglomérations du corpus.

238Les lotissements sont très faiblement représentés : les seules localités où la superficie lotie atteigne ou dépasse 5 ha sont Chalonnes et Saint-Symphorien où les lotissements, situés en partie sur des gains de rive, représentent respectivement le tiers et la moitié de la superficie de l’agglomération au XIXe s. ; les bourgs de Daumeray et Saint-Quentin-en-Mauges en présentent de très petits (0,28 et 1,2 ha) ; à Pouancé, le seul lotissement régulier, d’à peine 1 ha de superficie, est situé à l’intérieur du castrum seigneurial.

239Les tracés pouvant révéler des projets urbanistiques sont peu nombreux et surtout très sommaires. Les seuls éléments notables sont les voies axées sur l’église qu’on rencontre à plusieurs reprises : ainsi à Daumeray, à Rillé, à Saint-Symphorien. Les places de plan régulier sont à peu près absentes : il y en a deux à Chemillé, l’une autour des halles, dans le castrum, et une autre devant l’église Saint-Léonard. Il y en a également à Cholet (unité de plan n° 17) et à Champtoceaux, à l’extérieur de l’enceinte fortifiée, mais ces deux dernières datent au plus tôt de la fin du XVIIIe s. Des espaces dégagés devant l’église, destinés à la mettre en valeur, sont observables à Liré et à Semblançay, mais dans le premier cas au moins on sait que cet aménagement n’est pas antérieur au XIXe s.

240Les informations apportées par les sources planimétriques du XIXe s. ne sont guère réductibles à celles que donnent les sources écrites contemporaines de la fondation des bourgs. Celles-ci apportent d’autres critères d’appréciation qui peuvent être utilisés pour tenter d’évaluer l’importance relative des agglomérations aux XIe-XIIe s. sur le plan administratif, militaire ou religieux (mentions de châteaux, ou d’enceintes, nombre d’églises, de prieurés…). D’autres éléments, comme les mentions de marchés, de foires, d’infrastructures d’échanges (halle, pont, port), d’équipements collectifs (four banal, moulins), de structures hospitalières (léproseries, hospices), ou encore les mentions de noms de rues, peuvent être considérés comme des indicateurs de la place d’une localité dans la hiérarchie des agglomérations.

Tableau 1 Indicateurs identifiés par l’analyse morphologique

Tableau 1 – Indicateurs identifiés par l’analyse morphologique

241Le tableau 2 a été trié en fonction de deux critères : d’une part la présence ou l’absence d’un château mentionné aux XIe-XIIe s., d’autre part le nombre d’églises attestées à la même époque. On constate que la plupart des bourgs (11 sur 15) ont plus d’une église mentionnée dans les sources écrites des XIe-XIIe s. et c’est le cas, en particulier, de tous ceux qui sont associés à un château, à l’exception de Saint-Quentin-en Mauges. Les agglomérations de Chalonnes et Chemillé sortent du lot avec respectivement six et neuf lieux de culte attestés aux XIe-XIIe s.

242Les localités dotées d’un château sont les seules à être dotées de plus d’un bourg : deux à Semblançay, deux à Chalonnes, quatre à Chemillé.

243Les mentions de marchés et de foires sont également liées à des localités dont le château est attesté dans les sources écrites aux XIe-XIIe s., auxquelles il faut ajouter Saint-Georges-des-Gardes, qui a conservé une trace d’enceinte identifiable par l’analyse morphologique.

244Les mentions de four banal et de moulins sont moins spécifiques : elles peuvent être associées à des bourgs ruraux, mais elles sont associées de façon plus fréquente, et en plus grand nombre, aux localités dotées d’un château, de même que les ponts, les ports et les établissements hospitaliers. Par l’ensemble de ces critères, l’agglomération de Tavant, qui n’a sans doute eu qu’un château éphémère mais qui était le siège de l’un des deux principaux prieurés de l’abbaye de Marmoutier en Anjou-Touraine, avec Saint-Pierre de Chemillé, se situe dans le groupe des agglomérations castrales importantes. L’unique mention de rue, qui concerne le petit bourg rural de Daumeray, ne paraît pas significative dans ce contexte. Les agglomérations de Chalonnes et Chemillé se distinguent nettement à la fois par le nombre d’églises, de bourgs, de moulins attestés, et par l’éventail des indicateurs présents.

  • 136 UMR 6575 Archéologie et Territoires, Tours.

245La dernière colonne, intitulée TAT (Toposources Anjou-Touraine), donne, à titre indicatif, le nombre d’actes antérieurs à 1200 contenant des informations sur la topographie ou le statut de l’agglomération (à l’exclusion des simples mentions) enregistrés dans la base de données136. On constate que celui-ci n’a qu’un rapport incertain avec l’importance des agglomérations telle qu’elle ressort de l’examen des descripteurs : parmi les agglomérations les mieux documentées, on retrouve Chemillé et Chalonnes, qui sont restées dans le groupe de tête jusqu’au XIXe s., ainsi que Champtoceaux, dont le déclin est postérieur au Moyen Age, mais on y trouve également des localités comme Daumeray ou Saint-Quentin-en-Mauges, dont le développement paraît avoir été insignifiant.

Tableau 2 – Indicateurs mentionnés dans les sources écrites des XIe-XIIe s.

Tableau 2 – Indicateurs mentionnés dans les sources écrites des XIe-XIIe s.

246Le tableau 3 présente une confrontation des descripteurs tirés des sources écrites des XIe-XIIe s. avec ceux qui sont issus de l’analyse morphologique. Si on trie le tableau en fonction de la superficie des enceintes identifiées dans le parcellaire, on retrouve en tête, dans un ordre légèrement différent, les agglomérations jugées les plus importantes d’après les descripteurs tirés des sources écrites.

247On constate que les agglomérations qui occupent les cinq premiers rangs d’après les indices des sources écrites (tableau 2) se trouvent également dans les cinq premiers rangs des superficies encloses, mais que leur ordre est cependant un peu différent : Champtoceaux et Pouancé supplantent Cholet et Chalonnes. La convergence des résultats est donc très relative : les indicateurs ne varient pas tous dans le même sens et ne permettent pas d’obtenir un classement unique par ordre d’importance – ce qui n’a rien de surprenant – mais ils permettent néanmoins de distinguer et d’ordonner des groupes d’agglomérations.

Tableau 3 – Confrontation des descripteurs tirés des sources écrites et de l’analyse morphologique

Tableau 3 – Confrontation des descripteurs tirés des sources écrites et de l’analyse morphologique

248Dans tous les cas, le rôle joué par Marmoutier dans la morphogenèse de ces agglomérations paraît faible. Les lotissements organisés sont limités à de très faibles superficies, et là où ils existent, il semble que le plus souvent leur création ne doive rien à l’abbaye.

249Dans un certain nombre de localités, les emplacements occupés par les bourgs de l’abbaye paraissent même presque désertés sur le cadastre du XIXe s. A Chalonnes, le parcellaire a peut-être conservé la trace d’un lotissement disparu, si toutefois l’hypothèse d’identification de l’unité de plan n° 8 s’avère juste (fig. 11). Mais qu’en est-il de Bocé, de Saint-Georges-des-Gardes, ou de localités comme Sainte-Radegonde, Liré et Daumeray, qui sans être désertées, ne présentaient au XIXe s. qu’une occupation très clairsemée ? Doit-on considérer que les fondations n’ont guère été suivies d’effet, ou bien que les bourgs ont périclité ultérieurement ? L’importance du réseau viaire, par exemple à Bocé, les traces d’abandon relevées à Chemillé ou Semblançay, indiquent qu’on ne peut exclure cette dernière hypothèse, mais l’absence de tout urbanisme régulier de quelque envergure semble néanmoins assurée. Sur le site même de Marmoutier, le faible développement du bourg de Sainte-Radegonde, qui contraste avec l’amplitude de l’enclos monastique, dont la superficie dépasse, rappelons-le, celle des agglomérations castrales du corpus, paraît confirmer l’absence d’intérêt de l’abbaye pour le développement urbain.

250Les résultats de cette étude incitent donc à mettre en question l’importance attribuée aux fondations de bourgs monastiques dans le développement des agglomérations médiévales. Cette absence d’investissement urbain est-elle propre à l’abbaye de Marmoutier ? Sans doute faut-il considérer qu’il a pu y avoir, en matière d’urbanisme, des différences importantes entre les établissements monastiques, auxquelles on n’a peut-être pas prêté suffisamment attention parce qu’elles sont masquées par une certaine uniformité du vocabulaire des actes et parce que le volume de la documentation conservée peut faire illusion : dans de nombreux cas, celui-ci reflète davantage l’importance du nombre de litiges, et donc des entraves qui limitaient l’action des moines, que l’ampleur des aménagements entrepris.

Bibliographie

Abréviations et sources

ADIL
Archives départementales d’Indre-et-Loire.

ADML
Archives départementales de Maine-et-Loire.
Archives d’Anjou
Archives d’Anjou, éd. P. Marchegay, Angers 1843-1856.

ARTEM
ARTEM (Atelier de recherches sur les textes médiévaux et leur traitement assisté), CNRS/Université Nancy II. Archives départementales d’Indre-et-Loire et de Maine-et-Loire (originaux antérieurs à 1120).

BEAUCHET-FILLEAU
Beauchet-Filleau, H.- Pouillé du diocèse de Poitiers, Niort-Poitiers 1868.

BNF
Bibliothèque Nationale de France, Département des manuscrits, Paris.

BNF, Dom Housseau
Collection Touraine-Anjou (Dom Housseau), BNF.

BNF, ms.lat.12878 à 12880
Recueil de titres relatifs à l’abbaye de Marmoutier par Dom Martene, copie du début du XVIIIe s., BNF, ms. lat. 12878 à 12880.

BNF, ms. lat. 5441
Chartularium Majoris Monasterii par Gaignères, copie du XVIIe s., BNF, ms. lat. 5441 (vol. 1 à 4).

BNF, n.a.fr. 5021-5024
Recueil des titres des prieurés de Marmoutier en Anjou, reconstitué par P. Marchegay, copie du XIXe s., BNF, n.a.fr. 5021-5024.

Cart. de Chemillé
Cartulaire de Saint-Pierre de Chemillé, éd. Hemmer, Le rôle économique et social des prieurés de Marmoutier en Anjou, thèse de l’Ecole des Chartes, 1944.

Cart. Noir
Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, éd. Urseau, Angers 1908.

Cart. St-Aubin
Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, éd. Bertrand de Broussillon, Angers 1896.

Cart. Trinité de Vendôme
Cartulaire de La Trinité de Vendôme, éd. Métais, Paris, 1893-1897.

Ch. le Chauve
Recueil des actes de Charles le Chauve (840-877), éd. Giry, Prou et Tessier, Paris 1943-1955, 3 vol.
Chronica de Gestis consulum Andegavorum
Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. Halphen et Poupardin, Paris 1913.

Chronicon abbatum Majoris Monasterii
Chronicon abbatum Majoris Monasterii, Recueil de chroniques de Touraine, éd. Salmon, Tours 1854.

Chronique de Nantes
La Chronique de Nantes, éd. Merlet, Paris 1896.

Eginhard
Eginhard, Annales Francorum, éd. Teulet, Œuvres complètes d’Eginhard, I, Paris 1840.

Frédégaire
Fredegarii scholastici continuationes, éd. Krusch, M.G.H., s.r.m. II, Hannover 1888.

HF
Grégoire de Tours, Historiarum libri decem, éd. B. Krusch et W. Levison, M.G.H., s.r.m., I,1, 1937-1951, rééd.1962.

LEDRU
Ledru, A., Denis, L.J.- Histoire de la maison de Maillé, II. Preuves, Paris 1905.

LEVILLAIN
Recueil des actes de Pépin I et Pépin II d’Aquitaine (814-848), éd. Levillain, Paris 1926.

LEX
Lex, L.- Eudes, comte de Blois, de Tours, de Chartres, de Troyes et de Meaux (995-1037) et Thibaud son frère (995-1004), Troyes 1892, Catalogue d’actes et pièces justificatives.

Livre des serfs
Liber de servis Majoris Monasterii, éd. Salmon et Grandmaison, M.S.A.T., XVI, Tours 1864.

LONGNON
Longnon, A.- Pouillés de la Province de Tours, Paris 1903.

MARCHEGAY
Marchegay, P.- Les prieurés de Marmoutier en Anjou, Archives d’Anjou, II, Angers 1846.

NEWMAN
Newman, W.M.- Catalogue des actes de Robert II roi de France, Paris 1937.

RAMACKERS
Papsturkunden in Frankreich, neue Folge, V, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, éd. Ramackers, Göttingen 1956.

Recueil des chartes...
Recueil des chartes de l’abbaye de Stavelot-Malmedy, éd. J. Halkin et C.G. Roland, Bruxelles 1909.

RHF X
Recueil des Historiens de la France, tome X, Paris, 1874.

St-Serge
Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers, éd. Y. Chauvin, Angers 1997.

Supplementum ad chronicon abbatum Majoris Monasterii
Supplementum ad chronicon abbatum Majoris Monasterii, Recueil de chroniques de Touraine, éd. Salmon, Tours 1854.

Vita S. Maurilii
Vita sancti Maurilii auctore sancto Magnobodo, éd. Stiltingo et al., Acta Sanctorum, sept. IV, Paris-Rome 1868.

Bibliographie

ARNAULT 1960
Arnault, C.- Etude sur l’urbanisme de la ville de Cholet, Cholet 1960.

BAS 1909
Bas, H.- L’église Saint-Symphorien de Tours, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, XVII, 1909, p. 287.

BOISSEUIL 1992
Boisseuil, D.- Les ponts sur la Loire à Tours au Moyen-Age à travers les registres des comptes municipaux (1385-1520), Recherches sur Tours, 6, Tours 1992.

BOURDEAUT 1913
Bourdeaut, abbé- Les origines féodales de Champtoceaux, Bulletin de la Société Archéologique de Nantes et de la Loire Inférieure, 1913.

CARRÉ DE BUSSEROLLE 1878
Carré de Busserolle, J.X.- Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire, Tours 1878-1884.

CHAMARD 1886
Chamard, dom F.- Les premiers seigneurs de Cholet, Revue historique de l’Ouest, mars 1886.

CHOLLET 1952
Chollet, M.- Chalonnes à travers les âges, Angers 1952.

COOWAR 1999
Coowar, N.- Evolution topographique de l’abbaye de Marmoutier du Moyen-Age au XIXe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1999.

DURVILLE 1898
Durville, G.- Château-Ceaux aux VIe, VIIe et VIIIe siècles, Bulletin de la société archéologique de Nantes et de la Loire Inférieure, 1898.

FABRE et al. 1996
Fabre, G., Bourin, M., Caille, J., Debord, A., dir.- Morphogenèse du village médiéval, IXe-XIIe s., Cahiers du Patrimoine, 46, 1996.

GALINIÉ 2000
Galinié, H.- Ville, espace urbain et archéologie, Tours 2000.

GAUTHIEZ 1993
Gauthiez, B.- La ré-occupation planifiée de la Cité de Rouen au haut Moyen Age, dans The British Archaeological Association Conference transactions for the year 1986, XII, J. Stratford éd., Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, 1993, p. 12-19.

GIFFARD 1961
Giffard, R.- Châteauceaux, son histoire, ses ruines, Cholet 1961.

GODIVIER 1906
Godivier, H.- Histoire de Pouancé et des environs, Mayenne 1906.

GUILLOT 1972
Guillot, O.- Le comte d’Anjou et son entourage au XIe s., Paris 1972.

HIRET 1605
Hiret, J.- Des Antiquitez d’Anjou, Angers 1605.

KOEKENBIER 1999
Koekenbier, S.- Topographie historique des bourgs de Saint-Symphorien et Sainte-Radegonde (XIe-XVIIIe s.), Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1999.

MEFFRE 1843
Meffre, J.A.- Notes sur l’église et la crypte de Sainte-Radegonde, Mémoires de la Société Archéologique de Touraine, II, 1843, p. 126-131.

MEURET 1993
Meuret, J.C.- Peuplement, pouvoir, paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen-Age), La Mayenne : Archéologie, Histoire, supplément n° 4, Laval 1993.

PALUSTRE 1873
Palustre, L.- Notes sur l’église Saint-Symphorien, Bulletin Monumental, 1873, p. 48-70.

PORT 1878
Port, C.- Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 3 vol., Angers 1874-1978.

PORT 1965-1996
Port, C.- Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, réédition, 4 vol. : 1, A-C, 1965 ; 2, D-M, 1986 ; 3, N-R, 1989 ; 4, S-Z, 1996.

SLATER 1998
Slater, T.R.- Benedictine Town Planning in Medieval England : Evidence from St Albans, dans T.R. Slatter, G. Rosser, dir., The Church in the Medieval Town, Ashgate 1998, p. 155-176.

ZADORA-RIO 1989
Zadora-Rio, E.- Touraine, Anjou, Maine dans M. Fixot, E. Zadora-Rio dir., L’Eglise, le terroir, Paris 1989, p. 71-91.

ZADORA-RIO 1994
Zadora-Rio, E.- L’Eglise et le regroupement de l’habitat en Anjou aux XIe et XIIe s., dans M. Fixot, E. Zadora-Rio dir., L’environnement des églises et la topographie des campagnes médiévales, Paris 1994, p. 139-148.

ZADORA-RIO 1996
Zadora-Rio, E.- Morphogenèse des villages et des petites agglomérations en Anjou-Touraine : la part des fondations des XIe-XIIe s. dans FABRE et al. 1996, p. 69-80.

ZADORA-RIO 2000
Zadora-Rio, E.- Lieux d’inhumation et espaces consacrés : le voyage du pape Urbain II en France (août 1095-août 1096), dans A. Vauchez dir., Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires. Approches terminologiques, méthodologiques, historiques et monographiques, Ecole Française de Rome, 2000, p. 197-213.

Notes

1 Peut-être faut-il ajouter encore à cette liste des bourgs de Marmoutier les localités de Luynes et de Fondettes (Indre-et-Loire), dont les églises ont été données aux moines avec les terres qui en dépendent, mais où la décision de créer un bourg est laissée au choix des moines (BNF, ms. lat. 5441 vol. 1, p. 379 (1084)).

2 Ch. le Chauve, n° 147.

3 A la suite de Carré de Busserolle, on considère habituellement que le toponyme de Briga a été supplanté par celui de Saint-Barthélémy, du nom d’une chapelle située dans la commune de Saint-Symphorien. Il me semble plus plausible de considérer que le nom de la villa a été remplacé par Saint-Symphorien, hagionyme de l’église qui en dépendait au IXe s., plutôt que par Saint-Barthélémy, chapelle mentionnée seulement au XIe s., et sans lien avec la villa de Briga.

4 ADIL, H200 n° 2. ARTEM n° 1422.

5 W.M. Newman, Catalogue, n° 16 ; ed. RHF X, p. 584, entre 996 et 1001. Autre mention : BNF, Dom Housseau, n° 359, avant 998.

6 ADIL, H226, 15 sept. 1670 : bail de la terre Saint-Nicolas « ...à scavoir l’enclos et pourpris de la chapelle Saint-Nicolas situé près laditte abbaye joignant le grand cimetière de Sainct-Oyen ».

7 ADIL, H260.

8 Cart. de Chemillé n° 183 ; BNF, Dom Housseau n° 1733.

9 BNF, Dom Housseau, vol. II, n° 365 et 366, publié par LEX : 142.

10 ADIL, H375, f°26 r° en 1271 ; H375, f°34, r°, en 1277 ; H376, f°185, v°, en 1302. En 1596, un bail à ferme est conclu pour la métairie de Saint-Barthélémy (ADIL, H 310). La chapelle, la métairie et les 42 arpents de terre qui en dépendaient furent vendus comme bien national le 27 avril 1791 (CARRE de BUSSEROLLE 1878, I : 144).

11 Totum etiam coenobium istud muris eminentibus circumcirca munivit (Chronicon abbatum Majoris Monasterii, p. 320).

12 Fecit enim clausuram hujus abbatiae cum manerio de Rubeo monte (Chronicon abbatum Majoris Monasterii, p. 331) (COOWAR 1999 : 58).

13 Livre des Serfs, n° LXXVII. Cf. aussi n° III, 1032-1084.

14 BNF, Dom Housseau n° 686.

15 BNF, Dom Housseau n° 667.

16 BNF, Dom Housseau n° 1733.

17 retinuit in sua manu III chiminos : chiminum montanum qui tendit ad Membrariolam, chiminum de Bria qui tendit ad Vindocinum, chiminum qui tendit ad Leniaicum juxta Ligerim, chiminum qui tendit ad Blesim per Majus Monasterium de quibus nunquam pateretur quod vel ararentur vel haiarentur vel fossa in eis fieri ne impediretur iter transeuntibus mercatorum vel quadrigarum (BNF, Dom Housseau II 2, n° 77).

18 ...procuravit remotionem viae communis quae est inter Dormientes et Rubeum Montem (Chronicon abbatum Majoris Monasterii, p. 331) ; ...via communis quae patet inter ecclesiam et prioratum Septem Dormientium ac turrim, et qua iter erat ad sacellum Sancti Johannis (Supplementum ad chronicon abbatum Majoris Monasterii, éd. Salmon, Tours 1854, p. 383) (KOEKENBIER 1999 : 69 ; COOWAR 1999 : 53).

19 ADIL, G971, 1580, cité par KOEKENBIER 1999 : 54.

20 ADIL, AC, CC14, cité par KOEKENBIER 1999 : 55.

21 C’est d’ailleurs à l’emplacement du Port-Chailloux que le pont de la route actuelle RN 161bis a été établi, et la rue du Port-Chailloux a été élargie.

22 L’existence d’un pont jusqu’au XVIIe s. à l’embouchure du Layon est attestée par le Dictionnaire topographique du Maine-et-Loire qui cite un texte de 1602 localisant « les maisons et terres appelées le Fourneau au bout du pont de Chalonnes » ; or le Fourneau était situé à l’embouchure du Layon, sur la rive droite. Le même article signale devant ce lieu « un îlot, formé récemment par le débouché que le Louet se créa au XVIe s. en emportant la levée de Juigné » (PORT 1878, article Fourneau, cne Chalonnes-sur-Loire).

23 A ceci près que, depuis, une digue a été établie en rive gauche de la Loire, et permet un franchissement aisé de la vallée (RN 751).

24 Vita S. Maurilii : 72.

25 Levillain, n° 26.

26 Ch. le Chauve, n° 32.

27 St-Serge, n° 18.

28 St-Serge, n° 19 ; acte souscrit par le comte : GUILLOT 1972, C91.

29 St-Serge, n° 20, 1046-1047.

30 ...concedo eis et in jus perpetuum trado ad necessarias usus suos supplendos totam integritatem rerum que pertinere jure noscuntur ad altaria ambarum ecclesiarum vici Callone, hoc est Sancti Maurilii et Sancti Petri, quequidem altaria partim eis dederat antecessor meus bone memorie Hubertus episcopus, excepta sepultura et oblationibus altaris solius cappelle sancti Laurentii... (St-Serge, n° 30).

31 Copié partiellement par Jean Hiret, Des Antiquitez d’Anjou, Angers 1605, qui dit avoir alors ce testament en sa possession (p. 138-139).

32 ...quoddam oratorium, in pago civitatis supradictæ juxta castrum Calunnense in beatæ dei genitricis et semper virginis MARIAE sancti quoque martyris Vincentii memoriam constructum. Monasterium Aiae vulgaris hoc appellavit antiquitas... (ADML 45 H 1 n° 2 et 3).

33 ADML, 45 H1 n° 2.

34 ADML, 45 H1 n° 2.

35 ADML, 45 H1 n° 3.

36 ADML, 45 H1 n° 5.

37 ADML, 45 H1 n° 4.

38 Chemillé n° 183 ; Dom Housseau n° 1843 ; Ramackers n° 117.

39 ...in eodem loco Paganus filius Hugonis frater Gaufredi dedit nobis decimam et tres patellas vinagii de vineis nostris et venditiones burgi nostri et Haimericus prepositus dedit ibidem partem suam venditionum... (Dom Housseau n° 960).

40 ADML, 45 H1 n° 2.

41 ADML, 45 H1 n° 5.

42 Calonnam, castellum meum de fevo episcopali (Cart. Noir n° 151).

43 Cart. Noir n° 75.

44 Cart. Noir n° 207.

45 ADML, 45 H1 n° 2.

46 Cart. Noir n° 216.

47 Ramackers, n° 64, 17 janvier 1146.

48 Cart. noir n° 202.

49 Cart. Noir n° 151.

50 Cart. Noir n° 54.

51 Cart. Noir n° 149, anal. fr. du XVIIIe s.

52 Cart. Noir, n° 150, anal. lat. et fr. du XVIIIe s.

53 Cart. Noir n° 172.

54 Cart. Noir n° 211, entre 1133 et 1135.

55 Ramackers n° 64.

56 Cet acte indique que la partie du cours de la Loire qui coulait au nord de l’île portait le nom de Meduanilis (dérivé de Meduanum, qui désigne la Maine ou la Mayenne ?) ; ce fait est confirmé par un acte contemporain de l’évêque Geoffroi (in altera parte Ligeri quae vocatur Meduanilis, Cart. Noir n° 151).

57 Cart. Noir, n° 65.

58 Cart. Noir, n° 109.

59 Le monasterium Aiae, à Saint-Vincent, a-t-il été construit sur l’emplacement du monastère fondé par saint Maurille sur une colline (Priciacus) près de Chalonnes ?

60 Partiellement copié par Jean Hiret, Des Antiquitez d’Anjou, Angers 1605 : 138-139.

61 Cf. note précédente.

62 Cart. Chemillé, n° 68.

63 ...Gausfredum Crassum et Bernerium filium Guillelmi dedisse nobis apud Albiniacum (...) terram que pertinet ad ecclesias Sancti Petri et Sancti Albini ad burgum faciendum, cum omnibus quas in ea habebant consuetudinibus... Partem etiam suam areae molendini de Grangia, et piscationem in fluviolo Meduana nuncupato. ADML 39H2 - Cart. Chemillé n° 52 - ARTEM n° 4705 (3e quart du XIe s.).

64 ...capella beatae Marie de Aubigné, 1513 ; la chapelle d’Auburgné au cimetière de saint Pierre, Pouillé de 1648 (PORT 1878 : 702).

65 Archives d’Anjou, II : 1.

66 ADML, 43 H1 n° 2 ; ARTEM n° 3584.

67 coram hisdem testibus vero, disseruit retinere sibi id etiam, de jure ecclesie, predictus Haimericus, ut si aliquando domum agere vellet in atrio ecclesie, pro conventu nobiscum habito, non possemus denegare (ADML 43 H1 n° 1 ; ARTEM n° 3583).

68 ADML, 43 H1 n° 3 ; ARTEM n° 3585.

69 Aecclesiam faciemus in burgo nostro, ad quam construendam dabit ipse Gualterius *X libras preter auxilia que ibidem sepe faciet. Et cum aedificata fuerit, faciet eam dedicare de suo, et monachi nichil ibi mittent (ADML43H1 n° 3bis ; ARTEM n° 3586). C’est certainement par inadvertance que J.C. Meuret a vu dans ce texte la preuve que les moines devaient faire une haie pour clore leur bourg (MEURET 1993 : 430 et n. 120) : il est clair qu’il n’y est pas question de haie et que sepe représente ici l’adverbe saepe, et non le terme sepes.

70 ...capellam Sancti Martini de Poenceio et omnia ipsi obediencie pertinencia (ADML, 39 H2, Cart. de Chemillé n° 183).

71 BNF Dom Housseau, n° 1671.

72 ADML, 43 H1 n° 6.

73 ...decimam de cohua mea que est apud Poenceium, scilicet de omnibus que ibidem vendentur et de loagio stallorum... (ADML, 43 H1 n° 6).

74 ADML, 43 H6.

75 ADML, 43 H6.

76 ADML, 43 H6, 12 janvier 1760.

77 Apud Broillium Bocetum nichil mihi juris retinui nec reclamabo aliquid ibi de cetero preter vicariam quam ego habeo in tribus chiminis quorum unus ducit ad Carbae, alius ad Castrum Brientii, tertius ad Martiniacum (ADML, 43 H1 n° 6).

78 Est autem villa supradicta inter duo praefata castella, Castellum scilicet Brientii et Poenciacum... Latitudo vero ejus terminum habet, a septentrionali plaga, viam publicam Novae Villae quae ducit in Britanniam et in Andegaviam (1049-1060), Copie du XVIIe s., BNF, ms. lat. 12878, fol. 174. Ed. P. Marchegay, Archives d’Anjou, II, p.1, GUILLOT 1972, C209.

79 Plan du prieuré de Marmoutier à Champtoceaux, ADML, 1 Fi 383 (38 H16).

80 HF IV §18.

81 Recueil des chartes..., n° 4.

82 Eginhard : 148 ; Frédégaire : 191.

83 Chronique de Nantes : 123.

84 ...quicquid videor habere in dominio intra muros prefati castri, vineas scilicet, culta et inculta, ADML, 38 H1 n° 2 ; ed. Bourdeaut 1913 : 276-277.

85 ADML, 38 H1 n° 3.

86 Marchegay : 85.

87 ...census dove quae est inter burgum monachorum et meum castrum eis in integrum concessi, ita tamen quod si contigerit castrum firmari, liceat mihi, vel successoribus meis, sine contradictione monachorum et murum erigere et de dova illa, si qua ibi sunt edificia removere (ADML, 38 H1, éd. Bourdeaut 1913 : 309-311).

88 ADML, 38 H1 n° 11.

89 Marchegay : 68.

90 ...totum illud quod habebant infra muros Sarracenos castri Celsi michi et heredibus meis usque ad portas castelli quod dicitur castrum burgensium in perpetuum dimiserunt et concesserunt exceptis nundinis Beati Johannis et decima nundinarum Sancti Michaelis et minutis decimis sicut in castro meo de Castro Celso habere solebant et excepta platea monachis Majoris Monasterii ibidem habitantibus assignata ad faciendum monasterium suum et domos suas (ADML, 38 H1 n° 13).

91 ADML, 38 H1 n° 12.

92 Inde comes... per Semblanchiacum, quam etiam firmaverat sibi.... (Chronica de Gestis consulum Andegavorum : 48).

93 Adelelmus et uxor ejus Rohadis donaverunt Sancto Martino... ecclesiam S. Martini de Simpliciaco cum oblatione et sepultura vel omnibus ad eam pertinentibus... et capellam de ipso castro... Ipse etiam Adelemus et uxor ejus donaverunt monachis terram ad faciendum burgum C mansionum in quo ipse nullam consuetudinem habebit sed omnes nostrae erunt (BNF, Dom Housseau, n° 852).

94 CARRE DE BUSSEROLLE 1878, III, art. Semblançay, p. 36.

95 ADIL, H325.

96 L’étang de Rillé, qui était, au XVIIe s., le plus vaste de Touraine (500 ha environ), fut asséché à partir de 1836. Un nouveau plan d’eau fut créé en 1977 sur un autre emplacement.

97 ADIL, H302, n° 1 ; ARTEM n° 1467 : Est in Andecavo castellum quoddam Ruiliacus nomine quod cum ad ipsum circum circa pertinentibus casamentis, ex paterno jure ejusdem Marcae conjugis suae in Gausfredi devenerat possessionem (...). Donavit itaque nobis sub eam qua tenuerat libertate /04/ perpetuo possidendam quandam terrae partem, ante memoratum ab aquilone sitam castellum, ad aedificandum in ea ecclesiam et burgum (...). Donavit praeterea oblationem et sepulturam de hominibus qui in ea amplificatione castelli que a parte Chadenaci a stagno usque ad praedictam mansuram porrigitur inhabitant, ut videlicet omnes in hac quam vulgo porprisam vocitant amplificatione commanentes, non alii quam ecclesiae nostrae illic consistenti ecclesiasticos reditus debeant persolvere (...) His etiam adhuc addendo septem pariter terrae mansuras, solidas et quietas, sitas versus peregrinam in corte praefati castelli sui, devotus contulit (...). Donavit etiam in aqua de eodem stagno subtus castellum duas areas molendinorum, tali ratione, ut quisquis hominum vel ipsius Gausfredi vel aliorum sive burgensis sive rusticus, ad molendinos illos ire voluerit, non debeat prohiberi (...).

98 Original ADIL, H302 n° 6. ARTEM n° 1472. Ed. Archives d’Anjou, II, p. 32 (entre 1064 et 1081). Cf. aussi un acte de l’évêque d’Angers Eusèbe, vers 1070 (BNF, Dom Housseau n° 521 ; éd. Archives d’Anjou, II, p. 34).

99 BNF, Dom Housseau n° 675. Ed. Archives d’Anjou, II, p. 31.

100 BNF, Dom Housseau n° 1560. Ed. Archives d’Anjou, II, p. 47.

101 BNF, Dom Housseau n° 3378. Ed. LEDRU, 1905, III, Preuves, n° 121, p. 94-95 : quoddam fossatum nostrum quod habemus juxta seu prope predictum prioratum, sicut se possidet in longo et lato, prout herbergamentum quod fuit quondam defuncti Guillelmi Bretelli se extendit a maragiis nostris usque ad murorum nostrorum fossata. Item, quamdam plateam quam habemus, sitam inter cymiterium Innocentium de Reilleio, ex una parte, et rocham predicti prioratus, sicuti se possidet usque ad fossata que Rodulphus Nicholay et Berthelorus Moys tenent a nobis, prout premissa sunt limitata seu bornata.

102 LEDRU 1905, n° 297, p. 207, d’après le Trésor généalogique de dom Villevieille, BNF, ms. fr. 31937, f° 31.

103 CARRE DE BUSSEROLLE 1978, III, art. Rillé : 329. La source mentionnée à la note précédente ne donne aucune indication sur la nature des dommages subis, et je n’ai pas retrouvé l’origine des informations de Carré de Busserolle.

104 CARRÉ DE BUSSEROLLE 1878, art. Le Portail, cne Channay.

105 ADIL, H332 n° 2 ; ARTEM 1497.

106 BNF, Dom Housseau n° 533.

107 ...apud Tavennum villam quae cella est monachorum Majoris Monasterii, castellum firmaret (ADIL, H332 n° 3 ; Cart. Trinité de Vendôme n° 399).

108 ADIL, H332 n° 5 ; ARTEM n° 1498.

109 ADIL, H332 n° 5 ; ARTEM n° 1498.

110 BNF, ms. lat. 12878 f°255.

111 ...ecclesiam Sancte Marie de Tavenno cum omnibus ad ipsam pertinentibus tam in ecclesiis, altaribus, decimis quam terris, burgo, vineis, molendinis et quibuslibet aliis (Cart. de Chemillé, n° 183).

112 ...frater Gaufredus tunc temporis prior beate Marie de Tavento cum assensu et volontate capituli sui tradidit et concessit coram nobis (i.e. Philippus archidiaconus transvigennensis) Johanni persone beati Nicholai de Tavento domum que fuit Bernardi de Glorieta et rocham que fuit Raginaldii Baudii habenda et possidenda sibi tot tempore vite sue (ADIL, H333).

113 BNF, Dom Housseau n° 1733.

114 ADIL, H333.

115 « C’est assavoir les église et prieuré de N.D. dudit lieu de Tavant, cloistres et manoir dudit prieuré assis sur et jouxte le fleuve et rivière de Vienne, ensemble les jardins et pourprinse d’iceulx, fortifiez et construits et bastis d’ancienneté à tours et tourelles, bien grant et anciens bastiments de murailles tout au tour et environ, à grans douves et fossez, boulevards, pontlevys, crenels, canonnières, archières, arbalestrières et à tout autre fortification... » (CARRÉ DE BUSSEROLLE 1878, VI : 115).

116 ...donum quod fecit Sigebrannus... de ecclesia Sancti Georgii de Podio de Guarda, de feuvo presbyteri, de terra ad burgum faciendum circa eandem ecclesiam sitam sicut ipsius ecclesie cimiterium in se illa continebat et domibus hospitata et vestita erat (Cart. de Chemillé n° 16).

117 Archives d’Anjou, éd. Marchegay, t. II, 1853 : 15.

118 ...ut ipsi monachi de Liriaco facerent unaquaque dominica processionem ad ecclesiam sancti Martini sibi proximam aut per viam publicam euntes aut per claustrum si aliqua aeris intemperie per publicam viam ire non poterint (Archives d’Anjou, éd. Marchegay, t. II, 1853 : 25).

119 ADML, 41 H1, 1221 : ...Homines monachorum manentes in cimiterio de Lireio ibunt in pasturis et in calfagium ubi vadunt burgenses domini de Lireio, nec poterit isdem dominus de dictis hominibus manentibus in cimiterio, quicquid de suis hominibus faciat, dictam libertatem denegare. Homines vero monachorum de Lireio de villis ibunt in pasturis communes sed non habebunt calfagium ubi habent homines de cimiterio de Lireio.

120 ADML, 45 H2 n° 1 ; ARTEM n° 3602.

121 Nosse debebitis... quemdam nomine Tescelinus de castro Monte Rebelli vocato donasse Sancto Martino... dimidiam ecclesiam Sancti Quintini in Andegavo pago sitam in territori Medalgiae pago, jamdicto proximam castro, cum parte tota quantam habebat burgi illius loci cum una bordaria terrae quae dicitur Borderia Ingebaldi de Fago cum duabus arpennis vinearum, id est arpenno de Pinario et arpenno de ecclesia (ADML, 45 H2 n° 2, copie XIXe s. par P. Marchegay, BNF, n.a.fr. 5021 f° 339).

122 ADML, 45 H2 n° 31, copie XIXe s. par P. Marchegay, BNF, Paris, n.a.fr. 5021 f° 367 ; ADML, 45 H2 n° 5, ARTEM n° 3605 ; ADML, 45 H2 n° 38, copie XIXe s. par P. Marchegay, BNF, n.a.fr. 5021 f° 374.

123 ADML, 45 H2 n° 12, n° 13, ARTEM n° 3612, n° 3613.

124 Copie XIXe s. par P Marchegay, BNF, n.a.fr. 5021 f° 370.

125 BNF n.a.fr. 5021 f° 371.

126 ADML36 H3 n° 4, ARTEM n° 3498 : Noverint universi, maxime nostri presentes et posteri, militem quendam nomine Guillelmum cognomine Chamallardum donasse sancto Martino et nobis Majoris videlicet sui Monasterii monachis, ecclesiam de Boceio, cum parte decimae tantum quinta, sepultura autem tota, et cum junioratu presbiteratus, cumque medietate oblationis quinque festivitatum (...). Donavit etiam dimidium prati dimidiumque cortilii quod in eodem loco habebat. Vineae quoque dimidium ibidem donavit arpennum, et terram quantam circa predictam ecclesiam habebat in dominium, dedit ad construendum in ea burgum, cujus scilicet burgi haberet ipse medietatem omnium que in eo fierent venditiones et furni ibi constituti. At vero vicariam dedit [nobis t]otam.

127 Cart. St-Aubin n° 262 (1060-1087) ; ADML, 36 H3 n° 11, ARTEM n° 3507 (vers 1091).

128 ADML, 36 H3, ARTEM n° 3504.

129 ...ecclesiam Sancti Martini de Dalmariaco et censum, et alias consuetudines de burco qui circa ecclesiam aedificatur, et totam vicariam, et bellum si ibi fuerit arramitum, et duas meditarias, et cuncta prata quae ibi juxta cymiterium in meo dominio habebantur, et duos arpennos, et dimidium de vineis dominicis, et de aliis vineis totum censum quem in meo dominio tenebam, et silvam quë appellatur Castellonium... (ADML, 40 H1 n° 1 ; ARTEM n° 3534).

130 ADLM, 40 H1 n° 3, ARTEM n° 3536.

131 ...vicum etiam unum burgi qui vicus tendit Andegavim quem mater ipsius Rainardi nobis dederat. Preterea calumniabatur nobis, quod domnus Fulcodius monachus noster cum prepositus esset illius obedientiae restringens quendam alium vicum, de spacio ipsius ampliaverat quandam vineam nostram ipsi vico coherentem... (ADML, 40 H1 n° 19, ARTEM n° 3552).

132 Rainardus de Dalmariaco calumniam quam nobis faciebat in quadam parte ejusdem vici, quae vulgari sermone rua nuncupatur, a parte Andegavensi sita, eo quod illam de dotalicio matris suae, et de fevo Girardi cognomine de Arableio esse dicebat, accepto a nobis ëquo uno, et datis uxori suae Beatrici *X solidis, annuentibus filiis suis, Marcoardo, et Gausfredo, et etiam favente filia sua nomine Dominella, deo et beato Martino et nobis monachis ipsius, liberam et solutam ab omni calumnia in perpetuum prorsus dimisit (ADML, 40 H1 n° 20, ARTEM n° 3553. A propos de ce même conflit, cf. aussi ADML, 40 H1 n° 21, ARTEM n° 3554).

133 ADML, 40 H1 n° 40.

134 ADML, 40 H1 n° 41 ; BNF, n.a.fr. 5021 f° 277.

135 ...Ecclesiam insuper Dalmeriaci cum omni burgo et cum omnibus hominibus ibi habitantibus atque omnes res monachorum inibi habitantium a se et a suis hominibus omni tempore fiducialiter concessit esse securam, et quod magis est in suam suscepit custodiam... (ADML, 40 H1 n° 36, ARTEM n° 3569).

136 UMR 6575 Archéologie et Territoires, Tours.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Indicateurs identifiés par l’analyse morphologique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 2 – Indicateurs mentionnés dans les sources écrites des XIe-XIIe s.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 3 – Confrontation des descripteurs tirés des sources écrites et de l’analyse morphologique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

Auteurs

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540