Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

III. POLITIQUE FONCIÈRE, RESSORT DE JURIDICTION ET DÉVOLUTION DE L'ESPACE

13. Fécamp et Louviers en Normandie

Bernard Gauthiez

Texte intégral

1Fécamp et Louviers ont connu une importante évolution de leur histoire foncière. A Fécamp, la dévolution progressive des droits sur la ville par le roi à l’abbaye de la Trinité a conduit à stopper son développement. Au contraire, à Louviers, le don des droits par le roi à l’archevêque de Rouen préside à un développement urbain remarquable, de nature industrielle.

FÉCAMP

2Développée autour d’une abbaye et d’une résidence du duc de Normandie, la ville de Fécamp s’étend sur environ 50 ha pour l’aire à proprement parler urbaine. Cette taille est atteinte, nous le verrons, probablement dès le XIIe siècle. Il s’agit donc de l’un des sites urbains majeurs en Normandie, à placer juste après Rouen, qui s’étend sur un peu plus de 100 ha à cette époque, et probablement devant Dieppe et Caen.

3Cette importance justifie à elle seule une enquête. De plus, les recherches d’Annie Renoux sur l’histoire de Fécamp donnent un cadre d’ensemble et de détail rarement disponible pour une ville, cadre dans lequel la morphologie urbaine ne prend cependant qu’une place mineure. La présente analyse se présente donc comme un complément. Les sources utilisées ici procèdent d’un travail d’investigation mené dans un premier temps indépendamment de la thèse d’Annie Renoux. Un certain nombre de textes fondamentaux ont ainsi été relus en fonction de la problématique morphologique. Cette investigation, qui ne saurait prétendre rivaliser avec sa recherche, a ensuite été confrontée et complétée par des informations déjà utilisées dans ce travail. Les sources utilisées dans la présente étude n’avaient toutefois pas encore toutes été mobilisées, c’est le cas par exemple des archives de l’hôpital, du cartulaire de l’abbaye du Valasse, et surtout d’un terrier de 1412 donnant un état très renseigné de la ville et de sa topographie.

  • 1 Le fluvium Fiscannum est mentionné en 860 (ADSM G 3680), mais son usage maritime n’apparaît dans le (...)

4La ville de Fécamp est localisée à l’embouchure d’un petit fleuve du pays de Caux, la rivière de Valmont, dont la vallée est profondément encaissée dans le plateau calcaire environnant. Une barre formée par des alluvions à son débouché crée un abri sûr pour des escales maritimes, protégé des houles et des vents dominants, sous la forme d’un plan d’eau d’environ 400 m de largeur s’enfonçant jusqu’à 1 500 m à l’intérieur des terres à marée haute. Ce havre se vide presque complètement à chaque marée basse. Cette situation, évoquée comme telle déjà dans les textes du XIIIe siècle, est ancienne1. On la retrouve sur d’autres sites côtiers de Haute-Normandie aux caractéristiques voisines, à Dieppe, Saint-Valery-en-Caux, ou au Tréport. Le site urbanisé concerne principalement le secteur où la transition entre le fond de la vallée et le plateau ménage, vers le sud, un méplat large de quelques centaines de mètres.

1. Analyse morphologique

  • 2 La ville compte 9 123 habitants en 1835, pour une configuration sensiblement équivalente.

5Le support d’analyse est constitué par le cadastre ancien établi en 1830 (Serv. Nat. Doc. du Cadastre, 76/259 U)2. Cependant, le secteur du centre de l’agglomération a fait l’objet à partir de la fin du XVIIIe siècle d’importantes modifications. Un plan de 1711 permet d’en restituer la physionomie avec un niveau acceptable de précision, sans toutefois couvrir l’ensemble du site (ADSM 7 H 49). Les documents à partir desquels l’étude a été menée sont donc le cadastre ancien pour l’ensemble de la ville (fig. 1), et le plan de 1711 pour sa partie centrale (fig. 2).

6La morphologie de la ville amène à distinguer deux ensembles morphologiques. Le premier correspond aux grandes masses du plan, unités de plan homogènes et structures dynamiques ; le second est celui des modifications successives du secteur de l’abbaye, en liaison avec sa fortification.

A. Unités homogènes et structures dynamiques3 (les numéros renvoient à la figure 3)

  • 3 Cette expression sera employée à propos de formes en plan qui sont issues, ou semblent être issues, (...)

7I - L’enclos abbatial, bien délimité par un mur de fortification, et entouré d’un large fossé, s’étend sur environ 3 ha.

8IIa-b - En connexion avec cet enclos, un certain nombre de lignes parcourant le parcellaire et certains segments de la voirie semble esquisser un enclos plus vaste, distinct du grand jardin de l’abbaye localisé au nord-est, en suggérant des tracés d’escarpes (IIa) et de contrescarpes (IIb) (voir fig. 4).

9III - Grand lotissement à la forme assez régulière au sud-est, sur environ 3,5 ha, dont la rue centrale mène d’une porte d’accès à la fortification de l’abbaye à un pont sur la rivière. Un petit lotissement latéral complète au nord-est cette structure, en liaison avec un parcours de contournement du jardin de l’abbaye par l’est. Il pourrait de ce fait être postérieur ou contemporain de la mise en place de ce contournement, et paraît donc postérieur à la mise en place du lotissement principal.

10IV - Secteur dont la logique d’organisation est peu lisible, entre l’abbaye et l’église Saint-Etienne. La disposition des rues suggère une mise en place progressive, sans plan d’ensemble, et partiellement polarisée en direction de la porte nord-ouest de la fortification abbatiale (structure dynamique), sous la forme d’une patte d’oie irrégulière. Une structure comparable en patte d’oie se retrouve au débouché de la porte sud-est.

11IVa - Le grand marché quadrangulaire a dû perturber un quartier déjà en place.

12V - Tout au long de la rue aux Juifs se développe un grand lotissement formé de deux bandes de parcelles perpendiculaires, traversantes, à la profondeur de 50-60 m, longées par derrière par deux rues étroites. L’ensemble couvre environ 12 ha, sur une longueur de près de 1 000 m, avec une grande régularité.

  • 4 En effet, les décalages d’alignement ne se font pas par un retrait des limites parcellaires perpend (...)

13Va - L’aspect de détail du tracé de la rue aux Juifs, dans sa partie ouest, est très remarquable. On y constate des avancées de terrains privés sur la voirie, lorsqu’elle n’est pas bordée de maisons. Cette forme suggère des gains réalisés par certains propriétaires riverains dans une phase d’abandon de l’occupation bâtie le long de la rue. C’est un argument en faveur à la fois d’un abandon et d’une occupation antérieurement plus dense4 (voir fig. 10).

14VI - La bande de terrain longeant la rive sur environ 1500 m semble témoigner d’un déplacement de celle-ci, du fait de gains en terrains hors d’eau réalisés à partir de la rue de Mer, qui paraît matérialiser la rive ancienne. En effet, la disposition des parcelles longeant la rive est très irrégulière, et n’indique pas un lotissement unitaire. De même, la rue des Prés a une largeur fort variable le long de ces parcelles, alors que sa bordure le long du havre est alignée. Ceci suggère qu’elle fut établie en arrière des parcelles, en gagnant sur la rive, selon un tracé plus régulier que celui des terrains privés. La largeur du terrain gagné varie de 30 m à 150 m, au niveau de l’abbaye (structure dynamique).

15VII - Entre cette structure dynamique et le lotissement V, deux rues témoignent d’une urbanisation progressive du secteur.

16VIII - Un lotissement assez régulier accompagne le quai qui barre le havre.

17IX - De même, sur la rive nord-est de la vallée, un lotissement organisé est probablement à l’origine du découpage parcellaire.

  • 5 Si l’on admet qu’un tracé plus irrégulier renvoie à une plus grande ancienneté. Ce phénomène, par a (...)

18L’organisation respective de ces structures apporte quelques indications sur leur datation relative. Dans l’ensemble, les urbanisations de part et d’autre de l’abbaye, dont les portes ont semble-t-il généré des pattes d’oie irrégulières, paraissent postérieures à l’établissement sur son site d’un point de fixation. De manière plus détaillée, le lotissement III paraît postérieur à la ligne suggérant une clôture II. Près de l’église Saint-Etienne, le grand marché a perturbé un quartier plus ancien. Vers l’ouest, la disposition des rues et des lotissements livre aussi quelques indices. On a vu l’emplacement vraisemblablement primitif de la rive, le long de la rue de Mer. La première rue à apparaître en retrait semble être celle dont le tracé est le plus irrégulier, soit la deuxième en allant vers le sud-ouest (rue du Tripot)5. Plus tard ont pu être établies la première (rue Crevet), au tracé rectiligne, et le lotissement de la rue aux Juifs. Enfin, l’accès au quai barrant le havre en rive gauche a été établi en passant par derrière des maisons bordant la rue de Mer. La rue des Prés, longeant la nouvelle rive, est apparue plus tard encore.

B. Le secteur de l’abbaye (fig. 4)

19Le plan du secteur de l’abbaye établi d’après le document de 1711, et dont la géométrie a été rectifiée sur la base du relevé cadastral ancien, amène à faire une série d’hypothèses sur son développement.

20Xa - Tout d’abord, il semble que l’enclos abbatial ait été étendu à deux reprises. Un tracé primitif est suggéré par la limite arrière d’une bande de parcelles donnant sur la rue principale, au sud de la fortification. De là, il pouvait rejoindre la grosse tour localisée au nord.

21Xb - Une première extension concerne l’est de l’enclos. Son tracé vient se raccorder sur la porte sud une dizaine de mètres en avant du précédent. Il englobe le chœur de l’église abbatiale, qu’il protégeait, puis rejoint la grosse tour nord avec un biais qui est un autre élément suggérant en ce point la postériorité du mur par rapport à la tour.

22Xc - La deuxième extension a donné à la fortification son caractère final. Elle concerne le même secteur, mais sur une longueur plus réduite. Le nouveau mur a pu être établi sur le bord extérieur du fossé tel qu’il existait jusque là, ce qui est suggéré par son tracé concentrique et la largeur de la zone enclose. Le décrochement du tracé est clairement lisible au nord. Il correspond à la chapelle axiale de l’abbatiale à l’est. Des deux côtés, la dimension du décrochement est la même.

23XI - L’organisation de la voie principale à l’intérieur de l’enclos semble résulter de la modification d’un tracé qui devait à l’origine relier directement les deux portes. Ce tracé est interrompu par la partie occidentale de la nef de l’église, dont le décalage par rapport aux bâtiments du cloître donne une possible position primitive de la façade de l’abbatiale. Une extension de la nef aurait ainsi conduit à remodeler la voirie, en donnant à la place formée au nord-ouest de la façade de l’église une forme triangulaire régulière, qui pourrait avoir été conçue de façon à mettre en valeur le front de l’édifice. L’effet scénographique, qu’il ait été voulu ou non, était ici évident.

2. Formation et évolution de l’espace urbain (La toponymie est donnée fig. 5.)

A. L’Antiquité

24Les données sont rares pour cette époque, et ne permettent que d’esquisser une évolution d’ensemble, sans grande précision topographique ni chronologique.

25Une fortification protohistorique occupe la hauteur des Canadas, à 2 km au sud-est du site de Fécamp (Wheeler et Richardson 1957), au confluent de la rivière de Valmont et du ruisseau de Ganzeville. L’occupation semble s’y densifier à la Tène Finale et tardive et au début de la période Gallo-Romaine. Le site est ensuite abandonné (Rémy-Watte 1990). C’est à cette époque qu’apparaît une occupation sur le site de la ville de Fécamp, attestée aux Ier-IIIe siècles (Renoux 1991, 54-92). Il est impossible en l’état de la documentation de cerner la disposition et les aspects morphologiques de ce qui a probablement été une station d’une certaine importance. En effet, le nombre des découvertes, et leur chronologie continue, suggèrent un site actif. La découverte d’une tombe féminine de type lète entre Saint-Etienne et Sainte-Croix ne contredit pas l’impression de continuité de l’occupation (Renoux 1991, 91) (fig. 6).

26Le parallélisme entre l’orientation des bâtiments du haut Moyen Age reconnus en fouille (Renoux 1990) et celle de tracés connus plus tardivement, comme la rue qui devait relier les deux portes de la fortification abbatiale avant l’extension de l’église vers l’ouest, la Frigidus vicus (ADSM 18 H 28 f° 199 r°, 1236), le mur d’enceinte au sud-ouest (début XIe siècle), ou encore l’axe de l’église Saint-Léger (XIe siècle ?), pourrait correspondre à une orientation de l’occupation antérieure au Xe siècle, voire antique (fig. 7). Bien que ces tracés soient en gros parallèles à la vallée, ils ne sont pas dictés par le détail du relief. Leur origine est donc probablement planifiée.

B. Le haut Moyen Age

27Un monastère est fondé à Fécamp par Waneng, comte de Caux, vers 658, dans un de ses domaines. Le site retenu est vraisemblablement celui de l’abbaye plus tardive, mais devait s’étendre au-delà, comme en témoignent les bâtiments rencontrés en fouille, datant des VIIIe et IXe siècles, notamment une chapelle à l’emplacement du château médiéval (Renoux 1991, 103-4).

28Ce qu’on peut supposer de l’état du site à cette époque provient de données postérieures, principalement des Xe-XIe siècles. Deux faits majeurs ressortent avec un niveau de probabilité raisonnable : la présence de lieux de culte nombreux, et une clôture peut-être fortifiée du secteur de l’abbaye.

29L’existence de celle-ci peut-être inférée d’une part des éléments parcellaires évoquées ci-dessus (IIa-b), d’autre part d’une mention tardive, du XIe siècle, évoquant un oppidum réutilisé par un comte normand (Renoux 1991, 115-6). Le tracé de la fortification construite peu après l’an 1000, particulièrement dans sa partie sud-ouest, est différent des éléments IIa-b (Renoux 1991, 441-2). Cette fortification est établie à l’intérieur de l’enclos primitif supposé. La partie sud-ouest de ce dernier, délimitée peut-être par le fossatum de Sancti Moissun et le fossatum Serataxissum, mentionnés en 1248 et 1247 (ADSM 18 H 28, f° 195 r° ; 7 H 643), aurait alors été exclue. De telles clôtures du haut Moyen Age sont attestées par ailleurs. Les premiers comtes normands ont pu naturellement s’implanter sur un tel site déjà protégé. L’analyse du plan nous conduit à en proposer un contour partiellement différent de celui qui a été avancé (Renoux 1991, fig. 39, 110 ; fig. 93, 317). Si les éléments parcellaires concordent pour l’emplacement au nord-ouest et au sud-est, ils conduisent à exclure le secteur du jardin de l’abbaye au nord-est, situé dans la dépression de la vallée au-delà d’un léger escarpement au niveau de l’enceinte attestée tardivement, à exclure de même le lotissement du côté nord de la rue de l’Hôpital, et à étendre l’espace enclos au sud-ouest au-delà de la Frigidus vicus, jusqu’au fossé de Saint-Moisson tel que les textes permettent, sans certitude quant aux détails, de le localiser (ADSM Terrier 32, f° 26 r°, 27 r°, 1412).

  • 6 Sur l’hypothèse qui localise le baile à l’extérieur des murs, voir A. Renoux (1991, 115-22, 228, 31 (...)

30En dehors des tracés lisibles sur le plan de la ville, qui permettent de supposer une telle enceinte primitive assez large, dont la lecture peut diverger mais gagne a être faite sur un plan parcellaire à petite échelle, et d’une mention d’oppidum au XIe siècle (Renoux 1991, 115-6), l’argument principal utilisé par A. Renoux pour en déterminer l’étendue est la mention d’un baile dans les sources. Le plan de 1711 place le baile à l’extérieur, au nord-ouest de l’enceinte castrale. Cependant, le terrier de 1412, au travers de diverses mentions de rues (rue du Baile à la Mer, chemin des Petits Moulins au Baile, voie du Baile à la Pêcherie, rue de la Porte du Baile au Marché – à l’ouest, rue de la Porte du Baile aux Fossés de Saint-Moesson – à l’est), montre que le baile est à cette époque sans aucun doute l’espace interne aux remparts, et que la localisation de 1711 est un toponyme tardif, déplacé. Ce qui est appelé en 1830 « place du Baile » et en 1711 « Baile » porte en 1412 le nom de « rue de la Porte du Baile au Marché ». Ces éléments restreignent donc le baile à la partie enclose par le mur dessiné sur les plans. Dans le même terrier de 1412, la place au devant de la façade de l’abbatiale, jusqu’à la porte ouest du château, porte d’ailleurs le nom de « Baile ». En remontant en arrière dans les mentions topographiques concernant le château, on rencontre en 1396 une rue du Castel, à l’évidence localisée à l’intérieur de l’enceinte, d’après les autres informations données dans l’acte (ADSM 7 H 671) ; puis en 1312 une vicus vocata le Baille, qui est en fait, au moins pour partie, la même (ADSM 7 H 9, f° 137 r°). Il nous semble donc qu’on doive localiser les mentions antérieures du baile, ainsi en 1250 (7 H 9, f° 18 r°), à l’intérieur de cette zone, et non en dehors des murs6.

31Les lieux de culte ont dû être nombreux au haut Moyen Age à Fécamp. Mais l’archéologie n’atteste à ce jour que la présence d’une modeste chapelle au sud-ouest de l’enclos abbatial (Renoux 1991, 153). Lors de la dotation de la collégiale de la Trinité en 990, il est fait mention des douze églises qui lui appartiennent déjà (Fauroux 1961, n° 4). La liste n’en est pas donnée. De plus, la ville ne comporte au XIIIe siècle que dix paroisses (dédiées à saints Benoît, Valéry, Léonard, Ouen, Nicolas, Fromond, Etienne, Léger, Thomas, et à la sainte Croix). Certaines de ces dédicaces pourrait renvoyer effectivement au haut Moyen Age.

  • 7 Dates de l’épiscopat de Mauger, alors archevêque de Rouen selon la source.

32Des neufs églises aux dédicaces anciennes, deux évoquent des faits de la fin du VIIe siècle. Saint Léger est un personnage dont les vicissitudes locales sont bien attestées à l’époque de Waneng (Cousin 1959). L’église Saint-Léger est mentionnée au milieu du XIe siècle (Renoux 1991, 264). Fromond, par ailleurs, est un évêque de Coutances du VIIe siècle qui eut un certain renom (Vipard 1990). Un oratoire à son nom est aussi mentionné à la fin du XIe siècle (Renoux 1991, 461). Les églises Saint-Etienne et Saint-Benoît sont citées en 1017-25 (Fauroux 1961, n° 31), puis Saint-Valéry entre 1037 et 10557 (RHF, XI, 363). La localisation de Saint-Thomas, étroitement associée à l’église Saint-Fromond, suggère un partage de cette dernière paroisse, ce que le terrier de 1412 tend à confirmer (ADSM, Terrier 32). Une chapelle portant une telle dédicace est attestée au XIe siècle (Renoux 1991, 461).

  • 8 Le bilan de l’analyse de la céramique rencontrée en fouille conclut sur d’éventuels contacts avec l (...)

33Les autres églises sont toutes attestées à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe. Si neuf des églises paroissiales du bas Moyen Age peuvent faire partie des douze églises appartenant à l’abbaye au Xe siècle, mais nous n’en avons pas de preuve, il reste trois lieux de culte à identifier. Peut-être doit-on compter dans ce nombre Saint-Martin, la chapelle de la maladrerie connue au XIIIe siècle (Renoux 1991, 513), localisée au sud-ouest de l’agglomération, qui possédait des terrains rue de Mer (ADSM 7 H 9 f° 4 r°-20 v°) ; et Saint-Moisson, dont un fossé a pris le nom, dont on ne sait s’il s’agit de celui d’une chapelle. On ne connaît pas non plus la titulature de la chapelle fouillée sur le site du château ducal, édifice antérieur au Xe siècle. Les incertitudes demeurent donc nombreuses. Un certain nombre de ces lieux de culte, toutefois, est étroitement confiné au secteur de l’abbaye et du quartier qui s’étend vers l’ouest jusqu’à Saint-Etienne, soit celui où la station antique était localisée. Il est donc possible qu’un quartier d’habitation existait en dehors de l’enclos abbatial, au bord du havre. Il faut peut-être y voir un portus, sa fonction économique ne pouvait en effet qu’inclure des échanges permis par le port, la pêche d’une part, le commerce avec d’autres sites côtiers d’autre part, sans exclure l’autre rive de la Manche8.

34Les éléments disponibles suggèrent ainsi un site d’une certaine importance au haut Moyen Age, comportant une abbaye et une résidence aristocratique, celle du comte de Caux, peut-être protégées vers la fin de la période par une enceinte dont ni la date ni les caractéristiques ne sont connues, et accompagnées d’un quartier d’habitation, lieu d’échange entre une basse vallée de la rivière de Valmont où les lieux de culte ruraux (Saints Valéry, Benoît, Nicolas, Léonard, Ouen) témoignent d’une occupation vraisemblablement assez dense, et des destinations maritimes (fig. 6).

C. Le Xe siècle et le début de la période normande

  • 9 Je rejoins ici Annie Renoux : « Les contingences naturelles ont eu peu de poids dans le choix de l’ (...)
  • 10 L’ensemble suggère que le site du lieu de culte de la Trinité n’a pas changé, ni de place ni d’orie (...)

35Le renouveau de Fécamp est très sensible à la fin du Xe siècle, à la fois dans les informations issues des textes et les informations archéologiques. L’installation des premiers comtes normands après 911 semble avoir très tôt conduit à une première réorganisation du site. Dudon de Saint-Quentin parle de la construction d’un palais par Guillaume-Longue-Epée, qui aurait établi un oratoire sur le site de l’abbaye du haut Moyen Age, à l’origine de l’église de la Trinité, au plus tard en 932. De fait, les fouilles ont permis d’identifier une résidence aristocratique, sous la forme d’une maison longue aux côtés arqués, caractéristique de ce genre de résidence en Normandie à cette époque. Elle est datée au plus tard du milieu du Xe siècle (Renoux 1991, 374). L’orientation de cette maison est en complète discordance avec celle des bâtiments antérieurs et postérieurs, qui seront disposés suivant l’orientation dominante de ce secteur de la ville, déjà évoquée, peut-être héritée de l’Antiquité9. Cette discordance pourrait s’expliquer par une volonté de composition de la résidence ducale dans l’axe de l’église de la Trinité, comme leur mise en plan le suggère (fig. 8)10.

D. Le renouveau urbain à partir de la fin du Xe siècle

36Le développement de la ville apparaît très vif au début du XIe siècle, mais il n’est guère aisé de faire le lien entre les structures morphologiques et les données des textes.

  • 11 Les limites de cette église (Renoux 1991, 458) confirment pleinement l’hypothèse morphologique d’un (...)

37Sur le site du château, nous disposons cependant des résultats des fouilles menées par Annie Renoux. A la fin du Xe siècle, Richard Ier édifie une nouvelle résidence comtale, suivant une disposition différente, rompant l’association spatiale avec la Trinité (Renoux, 1991, 374). Un peu plus tard, Richard Ier reconstruit l’oratoire sur un plan considérablement dilaté, lui donnant une longueur de plus de 60 m11. L’église est dédiée à la Trinité et largement dotée en 990. Elle est encore l’objet de grandes faveurs de Richard II en 1006, peu après la date du rétablissement de l’abbaye en 1001 avec l’arrivée de Guillaume de Volpiano, puis encore en 1017-25 (Fauroux 1961, n° 9, 31). C’est probablement à cette époque, comme semble l’indiquer l’acte de donation de 1017-25 dans lequel Richard II décide de illum locum ditari et augere, qu’est entrepris l’agrandissement de l’église. Une dédicace intervient en 1075 (Orderic, V, 158). Elle concerne probablement le nouveau chœur qui déborde de l’enceinte castrale primitive (forme Xa) (Renoux 1991, 503). La forme du chœur semble, d’après les éléments du XIe siècle visibles et le plan (Lanfry 1956), s’inspirer de celui de la cathédrale de Rouen dédicacée en 1063 (fig. 9), avec ses chapelles absidiales rayonnantes, alternant cependant avec des chapelles à forme quadrangulaire.

38Au début du XIe siècle, vers 1010-25, une fortification de pierre est établie par Richard II, englobant la collégiale et une nouvelle résidence ducale (tracé Xa) (Renoux 1991, 442). Le tracé de cette enceinte, on l’a vu, exclut vraisemblablement des secteurs qui étaient auparavant compris dans une possible fortification datant du haut Moyen Age. Ces zones furent affectées à des usages civils, comparables à ceux d’une grande basse-cour, incluant l’église Saint-Léger et son cimetière paroissial. Les abords de la Frigidus vicus ont pu être alors lotis, situation dont témoignent un certain nombre de textes pour le XIIIe siècle (ADSM 18 H 28, f° 50 r°, 195 r°-v°, 198 r°, 199 r° ; 7 H 9, f° 97 v° ; 7 H 623). Au sud, le marché apparaît, attesté lui aussi tardivement, en 1237 (ADSM 7 H 587). Son existence est cependant très probable dès le début du XIe siècle. En effet, il est localisé entre la nouvelle fortification et le lotissement III, et associé à l’église Saint-Léger et à son cimetière. Or, un certain nombre de textes établissent un développement urbain sensible dans la première moitié du XIe siècle, qui pourrait au moins en partie lui correspondre.

  • 12 Voir notamment le compte de la débite du bourgage de 1311 (ADSM, 7 H 9, f° 137 v°), et des textes a (...)

39En 1006, Richard II donne à l’abbaye le tiers des hospitium et de la terre de Fécamp à l’abbaye. En 1017-25, il y ajoute 12 maisons avec 12 bonniers de terre. En 1035-40, le duc Guillaume donne encore à l’abbaye « cinq hôtes à Fécamp, qu’on appelle bourgeois » (Fauroux 1961, n° 9-31-94). Le bourg de Fécamp est alors en place, peut-être depuis 1006, date de la première mention des hospites. Les sources du XIIIe siècle montrent que le bourgage de Fécamp était étendu à l’ensemble de l’aire urbaine12. Il n’est donc pas sûr qu’il ait été à l’origine réduit à un quartier donné. Il est tentant d’associer les textes que nous venons d’évoquer au lotissement III, dont la pleine appartenance à l’abbaye est largement attestée, et qui débouche directement sur le marché. Ce lotissement porte le nom de rue Arquaise (la rue d’Arques) au XIIIe siècle (ADSM 7 H 9-623-629). Il semble avoir été entouré d’une limite, comprenant peut-être un fossé, le fossé le Roy (ADSM Terrier 32, f° 25 r°, 1412). Et la rue Arquaise avait un « bout », évoqué dans un texte du début du XIIIe siècle (ADSM 7 H 9, f° 61 r°). L’étroite association de ce lotissement avec l’abbaye se retrouve dans la délimitation de la paroisse Saint-Fromond, dont le territoire de la paroisse Saint-Thomas fut probablement distrait (fig. 5).

  • 13 La pêche concernait principalement le hareng et le maquereau, comme en témoignent le droit de Maker (...)

40Le développement touche aussi d’autres secteurs. Ainsi, dans les alentours de la ville, on l’a vu, les églises Saint-Benoît et Saint-Valery sont-elles dédicacées entre 1037 et 1055. De même, le secteur de l’église Saint-Etienne était vraisemblablement fort actif, avec une foire qui, pendant la durée de la pêche aux harengs, s’établissait à proximité, attestée en 1088 (Musset 1959). Cette foire occupait vraisemblablement le site d’un grand cimetière, dont les places présentes dans le tissu urbain dans ce secteur pourraient être des vestiges13. Ala pêche s’ajoute le commerce. L’abbaye obtient aux XIe-XIIe siècles bon nombre d’exemptions de droits de circulations dans des ports voisins, jusqu’à Boulogne vers le nord-est, la Seine et l’Oise vers le sud (BMR ms Y 51). Elle obtient de même du roi anglais Aethelred, puis de Knut, le port de Winchelsea (Musset 1959). Enfin, c’est peut-être aussi à cette époque qu’il faut attribuer la création d’une banlieue à Fécamp, à l’imitation des cités épiscopales, et liée au droit d’exemption octroyé à l’abbaye au début du XIe siècle. La leuga est mentionnée à la fin du XIIe siècle (ADSM 7 H 9, f° 1 r°).

41L’essor du premier XIe siècle prend donc probablement la forme d’un lotissement organisé au sud (III), et d’un quartier portuaire à la forme peu structurée développé sur le site d’une implantation urbaine en partie au moins d’origine antique (IV).

E. L’apogée du XIIe siècle

42C’est dans le courant du XIIe siècle que la ville de Fécamp paraît avoir atteint son développement maximal au Moyen Age. L’archevêque Baudri de Dol, en fait une description élogieuse en 1110-12 (Mortet-Deschamps 1995, 345).

43Ce développement est certainement en partie lié à la croissance démographique dans le territoire qui entoure la ville. Celle-ci est bordée au sud-ouest d’une grande forêt dont les défrichements vont bon train dans le courant du siècle. En 1131, Henri Ier donne à l’abbaye les églises qui pourraient êtres construites dans la forêt (RRAN, n° 1689). De fait, les défrichements conduisent rapidement à de nouvelles paroisses, comme celle de Goderville, créée au plus tard en 1164 (BMR Y 51, f° 24 r°). L’église Saint-Jacques du Saint-Sépulcre apparaît de même au sud de la ville avant le début du XIIIe siècle (ADSM 7 H 9 f° 63 r°).

44Parallèlement, une troisième puissance émerge : les marchands, enjeu de pouvoir entre le duc-roi et l’abbaye. Peu avant la fin de son règne, Guillaume-le-Conquérant libère les burgenses de Fécamp de la propriété éminente détenue par l’abbaye. La période suivante voit la lutte que se livrent Guillaume II, roi d’Angleterre, et Robert, duc de Normandie, après la mort de Guillaume-le-Conquérant. Une fois la paix réinstallée, le duc redonne à l’abbaye ses droits antérieurs aux détriments des bourgeois, qui avaient peut-être pris le parti d’Etienne dans l’espoir de voir se maintenir les liens commerciaux avec l’Angleterre (BMR Y 51, f° 14 r°). Le roi Henri I semble avoir mené une politique moins favorable à l’abbaye, plus équilibrée en faveur des bourgeois. Lors d’une confirmation des biens de l’abbaye, il rappelle ainsi ses droits : sicuti res ad fiscum dominicum pertinentes (RRAN, n° CCXLIX). Son successeur, Henri II, aura une politique franchement en faveur de l’abbaye, dont l’abbé est alors son cousin Henri de Sully. C’est ainsi qu’il lui donne le portus de Fécamp, suite à une demande déjà faite devant Geoffroi Plantagenêt, donc entre 1144 et 1150 (BMR Y 51, f° 7 r°). Le don du port est fait, qui plus est, « contre les bourgeois de Fécamp qui demandaient contre lui des coutumes dans ce même port ». La décision est d’autant plus frappante qu’à la même époque, en 1156, Henri II octroie l’une des premières chartes communales en Normandie, celle d’Eu, ville proche géographiquement et dont l’histoire est à maint égards similaire (Henri II, n° 119). Le roi exige encore « des hommes de la ghilde des marchands » un corps de troupe tout équipé pour son armée. La mesure annonce les contreparties militaires qui seront demandées par Jean-sans-Terre lorsqu’il créera des communes au tournant du XIIIe siècle, dont celle de Fécamp (Deck 1960), même si l’on réaffirme à cette occasion le droit de commercer et de pêcher le maquereau (BMR Y 51 f° 15 v°). En parallèle, la domination de l’abbaye sur la ville s’affirme. Elle finira par être complète à la fin du XIIIe siècle, mais explique peut-être déjà l’absence d’implantation d’ordres mendiants au XIIIe siècle, dans une ville pourtant d’une importance qui aurait pu, semble-t-il, le justifier.

  • 14 Nam cancellum veteris ecclesiae quam Ricardus dux construxerat dejecit, et eximiae pulchritudinis i (...)

45Ce bref exposé de la situation politique locale, en mettant en relief les trois parties en présences, permet de mieux comprendre l’évolution de la morphologie urbaine à cette époque. La traduction de l’évolution politique en faveur de l’abbaye est clairement lisible dans les travaux qui y sont menés. Une nouvelle dédicace de l’église intervient, sous l’abbé Guillaume de Rots, soit en 1099 (Renoux, 1991, 318), soit plus vraisemblablement en 110614 (Orderic, V, 269). Ces dédicaces concernent dans un premier temps les autels de la Trinité et du Saint-Sauveur, celui-ci déplacé vraisemblablement d’un westwerk où il se trouvait, puis la nef et son extension vers l’ouest, en relation avec la construction de la paroissiale Saint-Fromond hors des murs (Renoux 1991, 459-61, 504, 515-7). Le réaménagement de la traversée de l’espace enclos et la création de la place régulière sur le côté de la façade de l’abbatiale dateraient ainsi de cette époque. C’est peut-être à ce moment qu’on étend l’enceinte vers le nord-est en englobant le chœur, œuvre probablement de l’abbé Jean de Ravenne (Renoux 1994b), objet de la dédicace de 1075. Les bâtiments abbatiaux sont alors remodelés. La date d’extension de l’enceinte n’est pas connue avec précision, pas plus que celle de la reconstruction du château. La courtine aurait été renforcée dès Henri Ier de tours quadrangulaires, ce qui est cohérent avec le fait que la reconstruction de l’abbatiale à la suite de son incendie en 1168 semble en avoir modifié le chœur au niveau du mur d’enceinte vers l’est. Puis le château est reconstruit par Henri II sous une forme très massive (Renoux 1994a) (fig. 8). Dès le début du XIIe siècle, cependant, le château n’est plus une résidence majeure du duc-roi. Ce relatif abandon peut expliquer en partie l’importance de plus en plus grande prise par l’abbaye dans la ville.

  • 15 L’église est à nouveau l’objet d’une dédicace en 1223 (BMR ms A 316, f° 134 v°).

46L’émergence d’une bourgeoisie marchande, liée au commerce avec l’Angleterre et à la pêche, est claire à partir de la fin du XIe siècle. Sa puissance connaît un apogée d’abord sous Guillaume-le-Conquérant, puis vraisemblablement à nouveau sous Henri Ier. Henri II mène à son encontre une politique fortement restrictive. Le contexte est donc semble-t-il le plus favorable au développement urbain dans les décennies qui précèdent 1087, puis pendant la première moitié du XIIe siècle. L’abbaye ne possède à cette époque qu’une partie de la ville. Ses archives ne nous renseignent pendant longtemps, jusqu’au XIVe siècle, que sur cette partie, soit le tiers de la ville, à l’exception de quelques actes. Ce tiers est avant tout constitué du secteur au sud-est du château, autour de la rue Arquaise, et de terres dans les paroisses Sainte-Croix, Saint-Fromond, Saint-Léger15 et Saint-Thomas, proches de l’abbaye. Les terres de la paroisse Saint-Etienne, soit l’essentiel du quartier portuaire, et la rue aux Juifs, en sont presque complètement exclues, et dépendent du roi avant cette époque. Il s’ensuit une lacune documentaire qui ne permet d’approcher qu’indirectement l’urbanisation de ce secteur.

  • 16 Il ne doit pas être confondu avec un homonyme, aristocrate, présent dans les sources à la même époq (...)

47Nous disposons encore de quelques éléments relatifs d’une part à la rive du havre, d’autre part aux Juifs. En ce qui concerne les abords sud du havre, les textes montrent une occupation assez continue au long de la rive au début du XIIIe siècle. L’un d’entre eux concerne un nommé Radulfus Gernet, bourgeois à la fin du XIIe siècle16, pour un terrain rue de Mer, probablement localisé aux abords du point où sera plus tard construit le quai (ADSM 7 H 9, f° 3 v°). Ce même Raoul Gernet, qu’on retrouve dans plusieurs actes de cette époque (ADSM 7 H 146 ; 7 H 623), pourrait être à l’origine de la rue Grenet, attestée en 1398 (ADSM 7 H 647), et dont on a pu remarquer la forme régulière (structure VII). Cette rue est proche de la Vicomté, mentionnée en 1180 (Laporte et De Beaurepaire 1982, 363). Elle est au cœur du quartier des marchands-marins, présente tout au long du Moyen Age sur le même site.

48La présence de Juifs à Fécamp est probable dès le XIe siècle. Un des moines de l’abbaye sous Jean de Ravenne (1028-1078) est en effet un Juif converti (Musset, 1959). En 1237, il est fait mention d’un emprunt réalisé par le tailleur de l’abbaye auprès des Juifs (ADSM 7 H 587). On les connaît encore que par les rappels que font les rois de leur appartenance, par Philippe-Auguste en 1211, Louis IX en 1269, Philippe-le-Hardi en 1273, enfin par Philippe-le-Bel en 1288 (ADSM 7 H 14, 7 H 9 f° 69 v°-70 r°). Ils sont alors simplement évoqués de pair avec les usurarii (« les usuriers », les prêteurs-banquiers) et les recognitiones (« les cens », probablement sur les biens immeubles). La question de la création du lotissement de la rue aux Juifs ne peut donc être résolue définitivement. Le nom même de la rue n’apparaît que dans une source du début du XVe siècle (ADSM Terrier 32, f° 33v°, 34 r°). Cependant, à l’instar de la Froide rue, qui n’est pas mentionnée après le XIIIe siècle avant de réapparaître sur le cadastre de 1830, le nom de rue aux Juifs, tel qu’il est mentionné au début du XIXe siècle et peut-être en 1412, paraît plus ancien. On ne peut guère, en conséquence, aller au-delà d’une hypothèse datant le lotissement de la rue aux Juifs du grand essor du commerce fécampois, soit pendant le règne de Guillaume-le-Conquérant, soit dans la première moitié du XIIe siècle (structure V).

49Il reste un lotissement à rattacher à cette période de grand développement urbain, c’est celui de la rive droite de la vallée, la structure morphologique IX. Il est attesté au début du XIIIe siècle sous le nom de Baltoini Burgus (ADSM 7 H 9 f° 61 r°), puis en 1289, dans un texte qui évoque le pont par out l’en va a Baudoinborc (ADSM 7 H 623). La chapelle surplombant la ville au nord du havre est connue au XIIIe siècle sous le nom de Notre-Dame de Bourg Baudouin (Renoux 1991, 514). Enfin, les gains en terrains sur le havre, à partir de la rue de Mer, sont probablement en partie réalisés dès le XIIIe siècle (VI). En 1257, on mentionne une maison entre la rue de Mer et les prés, peut-être ceux qui donneront leur nom à la rue du même nom (BMR Y 51 f° 125 v°). Les maisons et les terres localisées entre la mer et la rue de mer sont nombreuses en 1412 (ADSM Terrier 32, f° 35 r° v°).

F. Les réalisations du dernier tiers du XIIIe siècle

50La situation politique et sociale à Fécamp paraît stable pendant les deux premiers tiers du XIIIe. Aucun élément n’évoque, pendant cette période, de travaux significatifs du point de vue urbain, en dehors de l’achèvement de l’église abbatiale, largement reconstruite à la suite d’un incendie en 1168 (Renoux 1991, 505). Dans le dernier tiers du siècle, deux interventions majeures touchent la ville. La première est un ensemble de réalisations urbanistiques, la deuxième une modification de la propriété éminente du sol.

51En 1277, puis en 1279, on trouve mention, pour les premières fois, d’un Novum Mercatum, entouré d’un mur, localisé à proximité de l’aître de Saint-Etienne (ADSM 7 H 9 f° 97 r°-v°). Il ne fait pas de doute qu’il s’agit du marché à la forme quadrangulaire bien repérable sur le plan (IVa). Ce marché, clos et abritant des stalles (ADSM 7 H 9, f°158 v°, 1314), avait fonction de marché aux Bêtes (ADSM 7 H 648, 1344). Sa date de création n’est pas connue, cependant, elle est vraisemblablement liée à l’achat par l’abbaye, en 1273, d’une carrière « aboutant au cimetière de Saint-Etienne... et au chemin de la Mer » (ADSM 7 H 648). La superficie de cette carrière était importante, 101 perches, qu’on peut évaluer à environ 5-6 000 m2 (Désert 1962). Il ne manquait, si tel est le cas, pas beaucoup pour former le nouveau marché, dont la superficie est d’environ 7 800 m2. Il vient doubler le marché des Hallettes, localisé à la porte Est de l’enceinte, dans une logique de spécialisation des fonctions des espaces commerciaux.

  • 17 Le perré est évoqué sous le nom de Murs de la Mer en 1412 (ADSM Terrier 32 f° 31 r°). Les mentions (...)

52Une deuxième opération importante intervint un peu plus tard. La mention la plus ancienne du perrey de la mer, lié au pont par out l’en va à Baudoinborc, est de 1289 (ADSM 7 H 623). Il s’agit de la structure VII. Je n’ai cependant pas rencontré d’éléments permettant de dater le lotissement en arrière de la digue. La mention d’une maison devant les murs de la mer en 1412 pourrait cependant s’appliquer à une partie de celui-ci (ADSM Terrier 32, f° 31 v°). L’existence de ce perré est à mettre en relation avec l’« amélioration du port » évoquée dans un acte royal de 1288, dans lequel Philippe-le-Bel se réserve le droit d’utiliser un ouvrage portuaire, non précisé, en cas de nécessité de défense du royaume (ADSM 7 H 9 f° 69v°-70r°). Les termes de cet acte suggèrent que l’ouvrage, d’une certaine importance, est alors en travaux. Sa fonction est probablement double. Il s’agit d’une part de permettre l’accostage de navires le long d’un quai, et donc de permettre l’accès à Fécamp à des nefs au tonnage plus important17. D’autre part, la fermeture du havre par un quai et des portes (ADSM Terrier 32, f° 35 v°) permet de conserver un plan d’eau partiellement rempli à marée basse et de produire un effet de chasse pour parer à l’ensablement du port. Pour raccorder le quai, qui sert aussi de voie de traversée du havre jusqu’à l’autre rive, à la rue de Mer en rive gauche, on a établi une section de rive nouvelle en arrière des maisons longeant la zone inondable à marée haute. La partie de la rue de Mer ainsi doublée porte en 1412 le nom de rue ancienne de la Mer (ADSM Terrier 32 f° 34 v°-35 r°).

53La troisième réalisation d’ordre urbanistique de cette époque est la canalisation de la fontaine Gohier jusque dans l’abbaye au moyen de tuyaux de plomb, attribuée par une chronique à l’abbé Guillaume de Putot, entre 1280 et 1297 (RHF XXIII, 431). Cet abbé est probablement aussi à l’origine de la construction d’une nouvelle chapelle dans l’axe de l’abbatiale à son chevet, dépassant du mur d’enceinte, dédiée à la Vierge. Le soubassement date en effet de cette époque. L’abbé Guillaume a considérablement augmenté, suivant la même chronique, les biens de l’abbaye. De fait, en 1288, lorsque le roi intervient dans les affaires de la ville, une modification importante concerne le droit des sols, puisqu’il cède sa seigneurie éminente (recognitiones) à l’abbaye (ADSM 7 H 14). Peu après, la même année, le rachat des 280 L. de rentes tenues par le roi dans les dix paroisses de Fécamp prend effet, au prix de la somme considérable de 7 000 L. tournois (ADSM 7 H 596).

G. L’état d’abandon au début du XVe siècle

54Dans ses décisions de 1288, le roi conserve les Juifs de Fécamp et les usuriers. Les Juifs, cependant, sont déjà vraisemblablement alors dans une situation difficile (Golb 1985, 381). A partir de cette époque, l’ensemble de la seigneurie du sol appartient à l’abbaye, et nous commençons à trouver trace dans ses archives des secteurs urbains peu renseignés jusque là. Il est cependant remarquable qu’un certain nombre de rues n’apparaisse qu’au début du XVe siècle dans le terrier des biens de l’abbaye. Rien n’a encore été trouvé sur le devenir des biens des Juifs Fécampois. Le secteur de la rue aux Juifs, vraisemblablement le quartier où la majeure partie d’entre eux devait habiter, est pratiquement abandonné en 1412. La rue est alors appelée significativement rue Herbeuse, ou rue Verte (ADSM Terrier 32) (fig. 10).

55Dans l’ensemble, la ville apparaît à cette époque comme largement désertée. La Froide rue n’est plus bordée de maisons. De nombreux terrains sont évoqués comme ayant été bâtis, ainsi une terre, rue Herbeuse, en laquelle il soulloit avoir maisons, ou encore un clos anciennement constitué de plusieurs pièces de terre (ADSM Terrier 32, f° 32 v°). Les mentions d’abandon, dans ce secteur de la rue Herbeuse, mais aussi en périphérie de la ville, sont nombreuses (f° 33 v°-34 r°- 25 v°-29 r°). C’est à cette époque que des formes comme celles que nous avons décrites le long de la rue aux Juifs ont pu apparaître (structure Va). Des parcelles probablement anciennement construites furent réunies, pour ne parfois former que des jardins (f°33 r°).

56Il semble que l’abandon ait concerné en premier lieu les quartiers urbanisés tardivement, et en général les secteurs de la ville les plus périphériques. Ainsi, l’occupation a résisté en partie aux alentours de la Vicomté, près du quai, et dans le secteur compris entre Saint-Etienne et le château. Dans l’ensemble, toutefois, les quartiers liés au grand commerce ont été les plus touchés. L’urbanisation n’a probablement que peu reculé dans le quartier de la rue Arquaise, où l’on compte 25 maisons en 1412, surtout sur la paroisse Saint-Fromond (ADSM Terrier 32, f° 19-23), pour un seul terrain probablement non bâti, dit terre (f° 23 r°). Ce nombre, cependant, n’équivaut qu’au tiers des maisons présentes au XVIIIe siècle le long de la rue. Soit ces parcelles furent morcelées, ce qui est probable pour certaines d’entre elles à l’examen du plan cadastral de 1830, soit le terrier à partir duquel le décompte a été fait n’est que partiel. L’existence d’une barrière à l’extrémité de la rue Arquaise (f° 22 r°), reprenant le « bout » mentionné au XIIIe siècle, au niveau du point de traversée de la rivière, pourrait indiquer que ce quartier était alors protégé, au moins partiellement, par un fossé – le fossé Le Roy évoqué supra – et peut-être par une palissade. En parallèle avec la désurbanisation, le Marché Neuf semble avoir perdu une bonne part de son activité, alors que le Vieux Marché fonctionne toujours (f° 24 r°-v°). Dans l’ensemble donc, le processus d’abandon semble avoir suivi en sens inverse les étapes de l’urbanisation du XIIe siècle.

57L’état des sources présente ainsi le paradoxe de permettre de bien connaître Fécamp alors même qu’elle n’est plus que l’ombre de la ville active du XIIIe siècle, et peut-être plus encore du XIIe. L’explication de cet état de fait réside à n’en pas douter dans l’absence de sources renseignant sur les biens du domaine royal. Il fallut quelques décennies pour que la seigneurie du sol acquise par l’abbaye en 1288 transparaisse pleinement dans les actes conservés.

H. La ville atone, XVe-XVIIIe siècles

58Les investigations ont d’abord porté sur la période de formation de l’espace urbain. Les informations recueillies sont donc moins nombreuses pour la période qui suit, à partir du XVe siècle jusqu’au plan du début du XIXe siècle.

59Le terrier de 1412 nous donne cependant un état qui, après les importantes évolutions apportées par les Xe-XIIIe siècles, va rester très stationnaire jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

  • 18 Une autre source donne 400 maisons brûlées (Renoux 1991, 596).
  • 19 En tout état de cause, le terrier de 1412 aurait probablement multiplié les mentions de maisons dét (...)

60Les derniers apports importants à la forme de Fécamp concernent en fait l’enceinte de l’abbaye. Elle est étendue une nouvelle fois vers l’est, en enjambant le fossé, semble-t-il pour protéger une nouvelle résidence de l’abbé, peut-être construite dans le courant du XIVe siècle (Renoux 1994b) (fig. 11). Les travaux aux fortifications, notamment en 1356 (ADSM 7 H 14), puis 1364 (Renoux 1991, 597), n’empêcheront pas des événements douloureux comme l’incursion anglaise de 1409. Les Anglais, suivant la Chronique de Rouen, brûlèrent alors le havre, soit plus de 200 maisons (Chronique de la Pucelle…, 404)18. Le chiffre est en fait probablement très exagéré. En effet le terrier de 1412, pourtant assez détaillé, ne mentionne que par deux fois une maison arse par les Anglais (ADSM Terrier 32 f° 29 r°-35 r°). Une autre source ajoute une troisième maison brûlée et démolie à l’occasion de la guerre, au sud de l’enceinte, loin du havre (ADSM 107 HP 5, 1423). En fait, l’effet de désolation que pouvaient présenter les quartiers au nord-ouest de la ville a peut-être laissé croire à des témoins étrangers que la guerre avait dévasté Fécamp, alors que les causes de l’état d’abandon étaient plus anciennes19.

61L’occupation anglaise à partir de 1419 ne dut pas améliorer le sort de la ville, objet de nombreux événements militaires jusqu’au milieu du XVe siècle. Ensuite, la situation semble s’être stabilisée, mais à un niveau d’occupation à proprement parler urbaine très en deçà de celui des XIIe-XIIIe siècles. Un ouvrage avancé à la forme arrondie fut plus tard construit en avant de la porte est du château. Il est attesté en 1503 (Renoux 1991, 602). Le commerce et la pêche connaissent un certain renouveau à partir de la fin du XVe siècle (Bardet 1987, 291 ; 294). Le XVIIe siècle voit l’union de l’ancienne maladrerie Saint-Martin à l’hôpital du Havre en 1664, de même que l’arrivée de deux ordres de la Contre-Réforme, l’un féminin, les Annonciades, qui s’installent rue de l’Hôpital en 1648, l’autre masculin, les Capucins, en 1621 près de Sainte-Croix (Laporte et Beaurepaire 1982, 363). Ces couvents sont abrités par des ensembles architecturaux d’une certaine ampleur. C’est peut-être aussi à cette époque qu’apparaît une chapelle Notre-Dame au sud-ouest de l’église Sainte-Croix (ADSM 7 H 634). Les derniers événements majeurs à marquer l’espace de la ville avant 1830 sont l’établissement des grandes routes du Havre et de Rouen, l’une par l’ouest, l’autre par le sud-est, vers 1782 (Arch. Mun. Fécamp DD 21) ; et la suppression des communautés religieuses à la Révolution, qui amène d’importantes destructions parmi les bâtiments abbatiaux et conventuels, de même que le percement de rues nouvelles dans le centre de Fécamp. Ces nouveautés sont clairement lisibles à la comparaison du plan de 1711, sur lequel un certain niveau d’abandon de l’espace urbain est encore très lisible, particulièrement dans les abords du Neuf-Marché et à l’est des Hallettes, avec celui de 1830. Il n’y avait pas lieu, ici, de les décrire en détails.

3. Conclusion

62L’analyse de la morphologie de Fécamp, telle que les plans des XVIIIe-XIXe siècles permettent de la restituer, conduit à esquisser plusieurs phases de développement spatial distinctes, sous la forme de grands lotissements relativement réguliers. Il s’en faut cependant que ces lotissements couvrent la totalité de l’étendue urbanisée. En effet, les abords du havre, et plus encore le quartier compris approximativement entre Saint-Etienne, Sainte-Croix et Saint-Léger, ont connu un développement morphologiquement non dirigé. Il s’agit probablement du premier noyau urbain, redéveloppé à partir du Xe siècle sur le site d’une station antique. Ici, un morcellement foncier précoce a vraisemblablement conduit à une urbanisation progressive.

63Je n’ai pu, du fait de l’imprécision des sources, dater directement les grands lotissements de la rue Arquaise et de la rue aux Juifs. On atteint ici une limite de la méthode, que seules des investigations archéologiques sur le terrain permettraient de franchir.

64Les datations avancées, probablement le début du XIe siècle pour la rue Arquaise et vraisemblablement entre le milieu du XIe siècle et celui du XIIe pour la rue aux Juifs, reposent donc sur des hypothèses qui restent à vérifier.

  • 20 Une certaine stabilité du marché immobilier transparaît dans les clauses de maintien des biens conc (...)

65L’ensemble des données disponibles indique une extension maximale de l’urbanisation dans le courant du XIIe siècle, suivie probablement d’une période de décrue urbaine pendant la première moitié du XIIIe siècle. Le développement urbain peut être illustré par la présence d’un pont de pierre sur la rivière de Valmont, vers 1200, de même par la mention d’une maison également en pierre rue Arquaise, en 1230 (ADSM 7 H 9 f° 61 r° ; 7 H 623)20. Le déclin, perceptible dans l’effacement de la guilde des marchands et de la communauté juive, apparaît dès ce même siècle, pour s’accentuer au XIVe siècle. En fait, il semble que Fécamp a pu connaître une dépopulation significative dès avant la Peste Noire. Par la suite, les effets de cette dépopulation se seront confondus avec ceux des épidémies et de la guerre.

  • 21 Après le terrier de 1412, citons par exemple les terriers de la baronnie de l’abbaye en 1461-62-65 (...)

66Le grand essor urbain apparaît comme étroitement lié aux possibilités de développement de liens commerciaux maritimes, et donc aux circonstances politiques. La rupture avec l’Angleterre, avec laquelle les échanges s’étaient fortement développés avant 1204, est un moment décisif dans l’histoire de la ville. Fécamp ne put, jusqu’au XIXe siècle, retrouver un dynamisme économique comparable à celui de la période anglo-normande, d’où une perte importante de population et, dans l’espace antérieurement urbanisé, un développement des jardins au détriment des maisons. L’analyse de l’évolution sur le long terme de l’occupation urbaine – maisons et parcelles – entre le XVe et le XIXe siècle, alors que le réseau des rues ne varie pratiquement pas, reste à faire. Les sources disponibles permettent de penser qu’il est possible de la décrire avec une certaine précision21.

  • 22 L’abbaye de Fécamp a agi de même à Rouen, où elle possédait la paroisse du prieuré Saint-Gervais, f (...)

67A l’explication économique à la fortune puis au déclin de Fécamp, il faut ajouter l’action continue de l’abbaye pour détourner à son profit le dynamisme urbain. Les conséquences de cette politique furent aussi déterminantes. Le maintien sous tutelle des marchands, puis la récupération des biens royaux, sont des actes volontaires en ce sens. D’autres décisions n’apparaissent que par les vides qu’elles laissent sur le terrain et dans les sources, comme l’absence d’implantations d’ordres mendiants au XIIIe siècle pour une ville dont la taille semble l’avoir justifié amplement, comme aussi l’absence d’enceinte urbaine, qui contraste vivement avec des villes voisines comme Eu, Dieppe ou Pont-Audemer pour la période antérieure au XIVe siècle, puis avec Harfleur et Montivilliers pour la période de la guerre de Cent Ans22.

68Les particularités de l’évolution de Fécamp au Moyen Age s’expliquent ainsi, pour beaucoup, par le fait qu’à une urbanisation activement promue par les comtes et ducs normands, puis les premiers rois anglo-normands, résidant souvent dans la ville, a succédé une accaparation par l’abbaye devenue unique seigneur urbain, conduisant à une politique urbaine très restrictive.

(Les numéros sont la légende du plan toponymique – fig. 5 –. Les mentions entre parenthèses renvoient à des toponymes voisins)

LOUVIERS

  • 23 D’autres villes, Eu, Verneuil-sur-Avre, et peut-être Bayeux, eurent auparavant des clôtures plus va (...)

69La ville de Louviers, localisée dans le creux de la vallée de l’Eure à mi chemin entre Rouen et Evreux, comptait 9885 habitants en 1835. C’est alors l’une des principales agglomérations et une sous-préfecture du département de l’Eure. Cette taille relativement importante résulte d’un développement préindustriel remarquable, bien attesté aux XVIIe-XVIIIe siècles (Chaplain 1984). Le plan cadastral ancien paraît amplement refléter cet état de fait, dans la place que prennent les installations de fabrication au long des cours d’eau, d’une part, et d’autre part des lotissements de petites maisons, dont on peut penser, en première analyse, qu’elles abritaient des familles ouvrières. Cependant, la ville est déjà importante au XIVe siècle, puisque l’enceinte qui fut alors construite pour la protéger est au nombre des plus considérables édifiées pendant le Moyen Age tardif en Normandie. Elle vient par sa longueur en troisième position dans cette région après celles de Rouen et de Caen23. Les 28 ha de la ville close n’étaient auparavant semble-t-il pas protégés. Il s’agit donc de comprendre comment une ville qui n’a longtemps pas eu de statut hiérarchique, par exemple comme chef-lieu de châtellenie ou de circonscription ecclésiastique, a pu se développer indépendamment de ces réseaux et de ces facteurs (Fig. 12, 13 et 14).

70L’historiographie locale bénéficie du travail remarquable d’un érudit du siècle dernier : Th. Bonnin (Cart. Louviers), qui a constitué et publié, entre 1870 et 1879, les quatre volumes d’un Cartulaire de Louviers, ouvrage formé de pièces recollées dans des fonds d’archives divers, notamment ceux de l’archevêché de Rouen et de l’abbaye Saint-Taurin d’Evreux, et concernant la ville et son contexte historique. La plus grande partie des sources que nous utiliserons est issue de cet ouvrage.

1. Analyse morphologique

71Le support d’analyse est constitué principalement par le cadastre ancien, approuvé en 1823 (ADE III Pl. 1156) (Fig. 15). Le « Plan et description de la ville de Louviers », par Bachelay, datant de 1748, et le « Plan de la ville de Louviers en 1730 » permettent de compléter les données toponymiques modernes et la localisation de l’enceinte et des principaux édifices publics et religieux (Fig. 16).

72L’analyse du plan de Louviers ne fait pas apparaître, en dehors de l’enceinte, de nette volonté de modeler l’espace urbain. Ainsi, l’essentiel de la croissance urbaine semble avoir échappé à toute volonté de planification générale ou partielle, à tout urbanisme. Un certain nombre de structures sont toutefois lisibles, qui donnent un cadre d’ensemble à confronter aux sources écrites.

A. Structures d’ensemble

73I - Les continuités entre les tracés viaires et l’orientation générale du parcellaire de part et d’autre de la fortification sont nombreuses. Elles suggèrent que l’essentiel de l’urbanisation de la partie de Louviers délimitée à l’est par la Grande Rue a suivi les lignes de force d’un découpage parcellaire antérieur rural.

74II - La progression de l’urbanisation n’a pas été uniforme, mais semble avoir procédé par lotissements, composés de petites maisons, et associés à des percements de rues nouvelles, d’une taille de l’ordre de l’hectare ou du demi hectare. Le hasard des disponibilités foncières a conduit à préserver des terrains peu occupés importants entre ces lotissements.

75III - La Grande rue et la rue du Neubourg, à l’ouest des halles, apparaissent comme des axes anciens, générateurs de l’agglomération. La densité de celle-ci est maximale à leurs abords. La Grande rue mène au nord vers Le Vaudreuil, Pont-de-l’Arche et Rouen, et ne se prolongeait pas à l’origine vers le sud. La rue du Neubourg mène vers l’ouest vers cette même ville, et plus loin vers Lisieux et Caen. La route d’Evreux s’en détachait à un embranchement peu éloigné vers l’ouest, dans le prolongement de la rue du Vallet. Un troisième axe, la rue Saint-Jean, partait à l’est en direction des Andelys et de Vernon, et vers Paris.

76La Grande rue est doublée à l’ouest par le chemin à l’origine rural qu’est la rue du Vallet, elle aussi semble-t-il axe important de l’urbanisation. L’espace entre ces deux tracés fut loti par morceaux, et postérieurement, ce dont témoigne la manière dont les petites rues qui le parcourent débouchent sur la rue du Neubourg et la rue du Matré.

77IV - La répartition des parcelles en fonction de leur taille, et de celle de la maison correspondante, est remarquable. La partie sud de la Grande rue et la rue du Quay concentrent, le long de la rivière, les plus grandes maisons. Les habitats de la rue du Neubourg et du secteur sud-ouest sont nettement plus petits, renvoyant à des catégories sociales plus modestes. Cette situation pourrait être ancienne, et refléter un contexte économique spécifique.

B. Structures locales

78V - La structure la plus remarquable est formée par trois rues, au tracé courbe, qui enveloppent le site des halles. Elle évoque une grande place originelle, de foire ou de marché. Si tel est le cas, la place fut à un moment donné partiellement lotie, de façon régulière sur son côté est, moins régulièrement de part et d’autre des halles. Cette structure est en connexion avec un pont sur l’Eure dans le prolongement de la rue qui la borde à l’est. Il s’agit manifestement d’un carrefour routier majeur, entre les trois grandes voies décrites plus haut.

79VI - Les abords de l’église Notre-Dame présentent une inflexion des rues qui semble liée à une possible extension de l’église. Si la concavité de la rue à l’est de celle-ci paraît bien due à un tel phénomène – recul des façades des maisons pour agrandir le lieu de culte –, la situation au sud-ouest est plus incertaine, car moins accentuée, et pourrait donc être antérieure à tout agrandissement.

80VII - La grande place quadrangulaire dans l’angle nord-ouest de l’enceinte correspond, suivant les documents antérieurs au XIXe siècle, à un Grand Cimetière. Elle s’insère dans la trame parcellaire d’origine rurale décrite en (I). L’existence d’un tel lieu de sépulture loin d’un lieu de culte important appelle une explication.

81VIII - Une grande place à l’extérieur de la porte sud, longée par un petit ravin, appelle de même une explication.

2. Formation et évolution de l’espace urbain (Fig. 17)

A. L’Antiquité et le haut Moyen Age

L’Antiquité

82Les découvertes relatives à l’Antiquité sur le site de Louviers ne sont pas nombreuses. Des monnaies de Claude ont été trouvées dans le secteur de la place de la République (Grand Cimetière). D’autres trouvailles ont été faites place Ernest Thorel, vers la porte nord de l’enceinte médiévale. Près de l’église Notre-Dame, des tuiles et quelques bronzes de Marc-Aurèle pourraient correspondre à un habitat (Guibert 1912, 56-7). Dans l’ensemble donc, si l’on peut dire que le site était occupé, on ne peut dire si c’était de manière éparse et sporadique, ou au contraire par une petite agglomération. Des éléments rencontrés rue du Neubourg pourraient attester de la présence d’une voie antique dans ce secteur (Guibert 1912, 66).

Le haut Moyen Age

83Les témoignages du haut Moyen Age sont beaucoup plus consistants. De nombreuses sépultures ont été rencontrées tout autour du site de la chapelle Saint-Martin, à l’occasion de sa destruction en 1851. Elles comportaient souvent un sarcophage en plâtre ou en pierre de Vernon (Guibert 1912, 60-66). Les découvertes comprennent notamment des plaques de ceinture et un vase « franc » vernissé (Thibout 1946). Le cimetière se prolongeait sous des maisons bordant la place du Martré, dont le nom même de Martreyum, attesté avant 1204 (Cart. Louviers, I, n° XCIX), est très évocateur. Plus au nord, à proximité de Notre-Dame (sarcophages en pierre de Vernon), et surtout rue du Mûrier (sarcophages en pierre de Vernon et en plâtre), la nécropole est aussi présente, sans qu’on puisse dire en l’état des trouvailles s’il s’agit de la même ou d’un site funéraire distinct. Selon Guibert, il pourrait s’agir d’une extension plus tardive, utilisée jusqu’au « IXe-Xe siècle » de la nécropole mérovingienne de la place des Halles (Guibert 1912, 60-71). A ce ou ces cimetières correspond probablement au moins un lieu de culte, Saint-Martin. Cependant, les éléments archéologiques sont à son sujet très ténus. La nef avait été semble-t-il reconstruite à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe, et le chœur était probablement roman. Le mur sud de la nef recouvrait des sarcophages (Guibert 1912, 75/75, 65). On ne peut exclure que l’église Notre-Dame, construite au début du XIIIe siècle, ait connu un état antérieur, peut-être entrevu par Guibert (Guibert 1912, 74).

84On ne connaît pas l’habitat associé à ces sépultures, mais une résidence, la villa quae vocatur Veteres Domus, est attesté à Louviers dans deux actes de Charles le Chauve datés de 856, où l’on trouve l’attestation la plus ancienne du nom Locus veteres (Lot 1913, n° 180-182). Sa localisation est elle aussi inconnue. Peut-être l’église Saint-Germain, à quelques centaines de mètres au nord de la ville, est-elle à envisager dans ce contexte.

  • 24 L’une d’elles est appelée via Regia en 1212 (Cart. Louviers, I, n°CXXV).

85Il est possible en outre que le dessin du carrefour de voies importantes24 auquel est située Louviers ait été modifié par la structure arrondie qui entoure l’église Saint-Martin, dont la forme évoque un périmètre d’asile. Les routes vers le nord et l’ouest forment ainsi la place en évitant le lieu de culte d’une cinquantaine de mètres, et la route venant de l’est, qui pouvait auparavant se prolonger en ligne droite jusqu’à l’axe de celui-ci et donc un autre point de traversée de l’Eure, forme de même une inflexion qui lui fait rejoindre la route vers l’ouest en évitant la chapelle par le sud.

86L’ensemble de ces faits, trop lacunaires, établit indirectement une certaine continuité de l’habitat dans le secteur de Louviers au haut Moyen Age, habitat juxtaposé à une résidence royale connue tardivement. Il est impossible, pour ces époques, de décrire le lien éventuel entre habitat et résidence royale, de même que d’affirmer une quelconque relation entre le cimetière et une foire ou un marché. Il faut cependant remarquer qu’il s’agirait alors d’un cas de figure dont les exemples sont par ailleurs nombreux. Dans cette hypothèse, la résidence royale serait associée à un site d’échange économique, source de revenus, sur un carrefour important de voies marqué par une chapelle entourée d’un vaste cimetière.

Les Xe-XIIe siècles

  • 25 Dont le gardien est peut-être au début du XIIe siècle Rodbertus de Loveriis, cité comme témoin à un (...)

87Les informations relatives au site de Louviers sont tout aussi ténues pour la période suivante. l’ecclesia, unique, est évoquée dans un texte douteux de 962-996, de même que des moulins (Fauroux 1961, n° 5). Plus sûre est la mention de deux moulins vers 1026, dans la villa qui dicitur Lotvers (Cart. Louviers, I, n° II). La localité appartient alors au duc de Normandie, qui y possède à la fin du XIIe siècle un manerium25, d’une importance suffisante pour que la conférence de paix de 1195 entre Richard-Coeur-de-Lion et Philippe-Auguste y soit tenue (Cart. Louviers, I, n° LIII), et d’autres moulins (Cart. Louviers, I, n° LXXI ; n° VIII). Jusqu’en 1197, lorsqu’on mentionne les homines de Lovers, rien n’évoque la présence d’une agglomération (Cart. Louviers, I, n° LXXVII). Louviers est alors essentiellement un domaine ducal, comprenant une résidence probablement excentrée, dont on ne sait si elle est l’héritière du domaine de Charles le Chauve, et donc peut-être localisée au même endroit, associée au ministerium de la forêt voisine (Cart. Louviers, I, n° LXXI). La présence de plusieurs moulins et, nous allons le voir, probablement d’un marché autour de Saint-Martin, montre un premier développement économique ; à l’évidence au moins en partie lié aux défrichements effectués dans la forêt voisine. On évoque les « essarts de Louviers » en 1199, là où sera au début du XIIIe siècle créée la paroisse de la Haye-le-Comte, située à 2 km du centre de la ville vers le sud-ouest (Cart. Louviers, I, n° LXXXVIII).

B. La cession de Louviers à l’archevêque de Rouen et le développement de la ville

La réorganisation par l’archevêque

88Rien, jusqu’ici, ne permet de penser qu’une ville existe alors sur le site de Louviers. Sa cession par Richard-Coeur-de-Lion en 1198 à l’archevêque de Rouen, en échange du site du Petit-Andely usurpé par le roi, concerne en effet « le manoir de Louviers avec toutes ses appartenances, libertés et libres coutumes, avec le ministère… » (ADSM G 4489), ou encore la villa de Loveriis et ministerium foreste de Bort pertinenti ad eandem ville (MRSN 1198, 74). Les taxes perçues par le roi juste après l’échange permettent de se faire une bonne idée de la taille de l’agglomération. Une taille donne un revenu de 7 L., à 12 deniers par chef de famille, ce qui correspond à 140 feux, soit de l’ordre de 600-700 habitants (MRSN 1198, 75). Peu après la cession, un ensemble d’événements laisse penser qu’un vif développement urbain prend place.

  • 26 Il est vrai que les données de cette sorte sont complètement absentes des textes pour aussi la péri (...)

89Ils concernent tout d’abord la place du Martré. Le Grand Cimetière est créé peu avant 1204 sur un terrain « que tenait alors Oisellus boucher, à Louviers » vendu à l’archevêque (Cart. Louviers, I, n° XCVIII), avec pour vocation vraisemblable de recevoir des sépultures jusque-là accueillies autour de Saint-Martin. En l’absence de données sur la date des sépultures les plus tardives effectuées sur la place, un doute reste en effet possible sur le moment où son usage comme cimetière a pris définitivement fin. Aucun élément dans les textes ne permet de supposer cet usage après le début du XIIIe siècle26.

  • 27 Une autre mention est de 1210 (Cart. Louviers, I, n°CCII). Un accord intervient en 1213 entre Thoma (...)
  • 28 Du fait des éléments archéologiques.
  • 29 Le Mercier, au début de ce siècle, défendait l’opinion qu’il existait déjà un lieu de culte paroiss (...)

90Un peu plus tard, en 1208, la première mention de l’église Notre-Dame apparaît (ADE H 793, f° 81-84)27. Cette mention ne peut être interprétée comme une preuve de la création de l’église à cette époque, d’autant que l’église Saint-Martin, à l’existence très probable pour la période antérieure28, n’est pas citée avant le bas Moyen Age. Mais un acte de 1341 nous apprend que, deux cents ans auparavant, n’avoit église à Louviers excepté une église de Sainct-Martin, et que l’église Notre-Dame avoit esté fondée environ six vins ans et au fié de deux gentilshommes (Cart. Louviers, II, n° CCCXLII). Il n’y a dans la ville qu’une paroisse jusqu’en 1330 (Cart. Louviers, II, n° CCCXXX), en sorte que la construction de Notre-Dame, que l’architecture actuelle date du premier XIIIe siècle, correspond à un déplacement du lieu de culte paroissial, l’église Saint-Martin étant conservée comme une simple chapelle29. Les éléments architecturaux de Notre-Dame attribuables au XIIIe siècle concernent la nef sur toute sa longueur. En conséquence, il semble que le léger détour de la voirie à ses abords ne soit pas dû à des extensions postérieures ayant induit des déplacements du front des façades sur les rues, d’ailleurs absents des textes étudiés, mais ait été mis en place dès cette époque, de façon à laisser place à un lieu de culte d’une certaine ampleur, avec une longueur d’environ 45 m. Cette importance plaide en faveur d’une agglomération significative. Le déplacement de fronts de rue dans ce secteur de la ville pourrait toutefois indiquer qu’il n’est pas encore très touché par l’urbanisation, qui ne concernait à cette époque, si l’on suit cet argument, que les abords directs de la place du Martré.

91Le dégagement de la place de ses fonctions religieuses – lieu de culte paroissial et cimetière – s’accompagne de l’apparition d’édifices liés à l’activité commerciale et à l’autorité urbaine. Le premier d’entre eux à être attesté est une prison, en 1223 (Cart. Louviers, I, n° CXLIII). En 1253, on mentionne des halles (Cart. Louviers, I, n° CXCVII). D’autres sont probablement présents, comme ceux-ci, dès le début du XIIIe siècle, nous y reviendrons.

92Il semble donc que nous soyons en présence d’une opération de réaménagement de la place du Martré de façon à la consacrer entièrement à des usages civils, en favorisant ces mêmes usages par le biais de constructions adaptées. Cette opération d’urbanisme menée par l’archevêque peu après avoir acquis la ville se double d’un changement de statut des habitants. Les burgenses de Louviers apparaissent pour la première fois en 1212, lorsqu’ils reçoivent de l’abbaye Saint-Taurin d’Evreux une terre pour fonder un Hôtel-Dieu, autre équipement urbain (Cart. Louviers, I, n° CXXV, n° CXCVII).

Un très vif développement économique au début du XIIIe siècle

  • 30 Le rôle de l’Echiquier de Normandie mentionne en 1198 une taille encore due par les Homines de Louv (...)

93Le développement économique de la ville semble très rapide pendant la première moitié du XIIIe siècle. Les revenus de Louviers, qui dépendant jusqu’en 1198 de la ferme du Vaudreuil, se montent à ce moment à 67 L.30. La prévôté est affermée en 1252, pour un bail de 3 ans, à raison de 900 L. par an, à Roger du Martré, Raoul Bitaud et Guillaume l’Anglais (Eudes, 768). Le montant considérable de la ferme est augmenté en 1256 à 950 L., puis encore à 1000 L. en 1259 (Eudes, 769). La présence de Juifs dans la ville, telle qu’elle apparaît probable dans des noms cités en 1217, est un autre signe d’une économie active (Cart. Louviers, I, n° CXXXV). Il est probable que la fréquente présence de l’archevêque dans la ville agissait en ce sens (par exemple Eudes Rigaud, Eudes). D’ailleurs, la ville est entre temps devenu doyenné (ADE G 6 f° 67, n° 189, 1272).

94Une série de textes du milieu du XIIIe siècle témoigne de la formation de fortunes foncières importantes, qui apparaissent comme constituées à l’occasion de cessions d’ensembles de rentes, en particulier au chapitre de la cathédrale de Rouen et à l’abbaye Saint-Taurin d’Evreux. Voyons quelques uns d’entre eux :

    • 31 Un Gilbert des Planches est cité avec d’importants bien à Louviers en 1217 (Arch. dép. Eure H 759).

    1240 : Gillebertus de Plancheio vend au chapitre de Rouen, pour 360 L., 15 L. de rentes portant sur un tenementum lapideum et ligneum donnant sur le marché et 12 masures (ADSM G 3892)31.

  • 1249 : Radulphus de Plancheio, bourgeois, vend à Saint-Taurin, pour 218 L., « tout le pré et le jardin... avec toute la rue et un grenier... et toutes les masures avec tout le domaine et ses dépendances ». Au total, 15 masures (Cart. Louviers, I, n° CLXXXII). Il avait reconnu en 1248 devoir au chapitre de Notre-Dame de Rouen 26 L. de rente sur ses maisons à Louviers, héritées de son père Gillebert (ADSM G 3892).

    • 32 Gilebertus de Plancheio possède encore en 1261 plusieurs tènements (Arch. Dép. Seine-Maritime G 388 (...)

    1251 : Radulphus de Plancheio, bourgeois, donne à Saint-Taurin 27 s de rente et sa « grande maison de pierre » près du Martré (Cart. Louviers, I, n° CXCI)32.

  • 1253 : Thomas de Spineto, chevalier, vend à Roger del Martroi une série de maisons, dont le nombre n’est pas donné précisément mais dépasse la dizaine, pour 80 L. (Cart. Louviers, I, n° CXCXII).

  • 1257 : Gillebert Toupelin vend à Saint-Taurin, pour 55 L., 15 rentes (Cart. louviers, I, n° CCXIV).

  • 1296 : Laurent Loche vend à Saint-Taurin des biens divers, dont sa grant meson de pierre (Cart. Louviers, I, n° CCXCIX).

  • 33 Certaines maisons aux abords de la halle comportaient de grandes caves aux voûtes nervurées (Godard(...)

95La liste n’est pas close. Ces textes montrent qu’un certain nombre de bourgeois de Louviers avaient au milieu du XIIIe siècle établi des fortunes dont l’importance transparaît dans le montant des rentes cédées et leur résidence dans des maisons de pierre, signe évident de richesse33. La famille la plus riche semble avoir été celle des Planchey, mais les Martroi (ADSM G 3889), Loche, Berselou, ou Toupelin, faisaient partie aussi de la grande bourgeoisie locale (Cart. Louviers, I, n° CXCI). Si les fortunes sont évidentes, leur origine est moins aisée à discerner, du moins dans les textes du XIIIe siècle. Parmi les très rares données concernant la nature des biens cédés, on mentionne en 1249 des pentorii à deux reprises, pour des rentes assez élevées de 24 et 12 s (Cart. Louviers, I, n° CLXXXII). Des « penteurs » sont encore mentionnés en 1257 (Cart. Louviers, I, n° CCXIV). Il s’agit d’installations de séchage des draps, qu’on retrouve dans d’autres grands centres de production, comme à Rouen, à la même époque, dans un contexte de fort développement de cette industrie (Gauthiez 1991, I, 238-41).

96Il est par ailleurs remarquable que les ensembles de rentes faisant l’objet des cessions évoquées ci-dessus forment en certains cas des blocs de masures accolées les unes aux autres. Dans le cas de la vente de 1249, par exemple, le plus important bien cédé est un pré comportant un jardin, une voie (privée), un grenier et des masures. Le reste de la vente concerne encore un ensemble de masures accolées, aux rentes modulées (8s, 8s, 4s, 4s, 8s) qui témoignent d’un lotissement régulier.

97Ces données conduisent à supposer un système économique cohérent, associant un bourgeois, résidant dans ce cas dans une maison de pierre localisée sur le marché (autrement appelé Martré à Louviers), lieu d’échange, et une population d’artisans et d’ouvriers œuvrant pour lui et logés dans des maisons, souvent modestes, qu’il possède. Pour prendre comme parallèle une situation plus récente, aux modalités proches, la maison de maître et le lotissement ouvrier sont au XIXe siècle la manifestation construite d’un rapport social comparable, à ceci près qu’au XIIIe siècle le lieu de vente est vraisemblablement associé à la résidence du maître, et que la production est assurée au lieu de résidence des ouvriers. Une situation souvent décrite pour le XIXe siècle, qu’on rencontre donc à Louviers au XIIIe siècle, et qui dut induire un espace urbain à la forme voisine de ce que livre le plan cadastral du début du XIXe siècle.

98Il est en effet difficile, en l’absence d’une recherche archéologique sur les maisons et d’une étude de l’évolution du découpage parcellaire dans la ville, qui devrait nécessairement décrire en détail les situations de la fin du Moyen Age et des XVIIe-XVIIIe siècles – période où le développement de l’industrie textile est très vif à Louviers – de dire dans quelle mesure le parcellaire du XIXe siècle est l’héritier direct de cette situation du XIIIe siècle. On y retrouve de grandes maisons à proximité de la place du marché, et des lotissements de petites maisons, d’un seul tenant, décrits plus haut. Cependant, si ces formes correspondent bien à ce que les textes du XIIIe siècle décrivent, elles peuvent tout aussi bien provenir du développement ultérieur, qui dut engendrer des formes identiques, puisque basé sur un rapport social des bourgeois et des ouvriers très comparable.

99Les textes plus tardifs montrent que le développement et la richesse de Louviers sont dus, certainement dès cette époque, comme le suggèrent les penteurs, à la draperie. Celle-ci est évoquée en 1302, à l’occasion de la reconstruction de la halle qui lui était affectée (Cart. Louviers, II, n° CCCIV). En 1346, le chroniqueur Jean Le Bel parle de la grosse ville qu’on clame Louviers, là où on fait la plus grosse drapperie qui soit en France, probablement avec quelque exagération. Froissart, quant à lui, évoque Louviers comme la ville en Normandie où l’en faisoit la plus grant plenté de draperie (Cart. Louviers, II, n° XXXXLIX, n° CCCL). A la foire du Lendit, dans le courant du XIVe siècle, les drapiers de Louviers sont cités juste après ceux de Rouen (Cart. Louviers, II, n° CCCIII).

100La draperie a ainsi induit à Louviers un développement spatial et probablement social de type proto-industriel, suivant des formes plus communes pour des périodes beaucoup plus tardives. L’action de l’archevêque de Rouen, à la fois urbanistique sur la place du marché, et politique dans le statut des habitants, fut donc particulièrement efficace. La forme urbaine du développement de Louviers au XIIIe siècle est à mettre en parallèle avec celui de la paroisse Saint-Maclou de Rouen à la même époque, possédée par le chapitre de Notre-Dame de Rouen, et largement dû lui aussi à la draperie (Gauthiez 1991, I, 193 ; 239). Les interventions de l’archevêque en faveur de la ville, mais aussi de l’abbaye Saint-Taurin d’Evreux qui y possédait des droits importants, et y construit un nouveau moulin en 1252 (ADE H 793, f° 94), ont encouragé son développement.

C. La réorganisation urbaine du XIVe siècle

La place du marché

  • 34 Il n’y a pas d’autre lieu de marché connu dans la ville. L’adjectif « neuf » renvoie donc aux réamé (...)

101En 1302, l’archevêque baille pour 70 L. de rente aux bourgeois et à la draperie de Louviers les nouvelles halles, vraisemblablement construites en remplacement de l’ancienne (Cart. Louviers, II, n° CCCIV). Ces nouvelles halles, détruites en 1860, prennent la forme d’un long vaisseau de pierre (Godard 1911, 51). On évoque à cette époque la maison du Poids, elle aussi présente depuis longtemps puisqu’en 1324 elle est dite « vieille et ancienne », et à réparer. 400 L. seront dépensées à cet effet. D’autres bâtiments sont présents à cette époque sur la place. La prison est toujours là, et l’on décide alors de mettre à profit un espace encore disponible pour construire une Monnaie, d’autre halles et une Mercerie (Cart. Louviers, II, n° CCCXXIII). Les opérations décidées en 1324 sont d’une ampleur telle que la place est dite en 1328 le Neuf-Marché34 (Cart. Louviers, II, n° CCCXXVIII).

102En l’espace de quelques années, pendant le premier quart du XIVe siècle, la place du marché a ainsi été complètement réaménagée. Les bâtiments publics et commerciaux forment un véritable centre d’affaires, comprenant les services nécessaires, poids, monnaie et prison, et des halles consacrées aux merciers, aux drapiers, mais aussi vraisemblablement à la laine (Cart. Louviers, II, n° CCCLXXIV), et aux bouchers, comme plus tard (Godard 1911, 51). La plupart de ces fonctions était cependant présente depuis le XIIIe siècle sur le site. Outre la reconstruction de bâtiments vétustes, leur probable remplacement par une architecture plus pérenne dans le cas de la halle principale, et outre quelques nouveautés, il semble que l’espace résiduel, déjà en partie occupé par des maisons, ait été à cette époque complètement loti, d’où peut-être les maisons longeant la place à l’est, derrière la chapelle Saint-Martin, dont la nef est elle aussi reconstruite. Formant un îlot assez régulier à l’est des halles, elles sont évoquées en 1324.

Le redécoupage paroissial

  • 35 Toutes deux sont dites hactenus capellas simplices sine cura (« jusqu’ici des chapelles sans cure » (...)

103La réorganisation de la place du marché, qui en fait n’est plus une place, mais, on l’a dit, un centre d’affaires où les espaces vides sont devenus rares, est à n’en pas douter rendue possible par les moyens financiers dégagés par une grande activité économique. En parallèle, il semble que la population ait continué à s’accroître depuis le XIIIe siècle. C’est l’un des attendus donnés à la décision prise en 1330 de subdiviser l’unique paroisse urbaine en trois. Avec l’accord du chapitre d’Evreux, patron de Notre-Dame, et cum grandi vel forte majori parte de sufficientoribus et notabilioribus parrochianis ecclesie dicti loci, deux nouvelles paroisses sont détachées, Saint-Germain, au nord, et Saint-Gilles, plus tard dite Saint-Jean, qui fait jusqu’alors office de chapelle de l’Hotel-Dieu, à l’est35. Toutes deux dépendent ensuite aussi du chapitre d’Evreux (Cart. Louviers, II, n° CCCXXX). La même décision établit le nombre de messes à donner dans la chapelle nouvellement construite, de manière admirable, dans le cimetière, sous le vocable de Sainte-Mauxe. En 1324, peut-être pour compenser la baisse de revenus de la paroisse Notre-Dame, l’archevêque de Rouen cède au chapitre d’Evreux une trentaine de rentes pour la fondation de deux chapelles (Cart. Louviers, II, n° CCCXXXIV).

104Ces deux opérations, liant remodelage spatial et remodelage administratif, visent à donner plus de cohérence au fonctionnement urbain, en adaptant ses aspects majeurs aux besoins induits par l’activité économique et le développement démographique. Le parallélisme avec les décisions que les plus rares textes du XIIIe siècle laissent pressentir peu après 1198 est frappant. La population de la ville peut-être estimée par un compte de fouage de 1328, qui donne 972 feux. Elle pouvait alors avoisiner 4 500-5 000 habitants (Guibert 1895, 11).

105Le dernier apport à la topographie de Louviers à cet époque est constitué par la création d’un collège de Bons-Enfants, en 1340, sur la rue de Rouen (Cart. Louviers, II, n° CCCXVI).

La création d’une enceinte et la guerre de Cent-Ans

106En août 1346, la ville est prise et saccagée par les troupes anglaises (Cart. Louviers, II, n° CCCXLVII). Il faut cependant attendre 1366 pour que sa protection soit sérieusement envisagée. L’absence d’un statut à proprement parler urbain, et le fait que Louviers ne fait partie d’aucune hiérarchie de ce point de vue, furent certainement des obstacles majeurs en ce sens. C’est d’ailleurs à la demande des habitants, et sur l’accord du roi qui leur prête 50 pics et 50 houes, que les travaux des fossés sont alors commencés (Cart. Louviers, II, n° CCCLXVII). Il faut abattre plusieurs maisons et masures pour asseoir la fortification, qui apparaît déjà suffisamment forte en 1368 pour qu’une compagnie de routiers ne puisse prendre la ville (Cart. Louviers, II, n° CCCLXIX ; CCCLXX ; ADSM G 983). L’archevêque construit, dès cette époque, un chastel, semble-t-il localisé à l’angle nord-ouest de la fortification (Cart. Louviers, II, n° CCCLXXIV). Celle-ci, longue de 2 450 m environ, est dans un premier temps formée d’un large fossé et d’une palissade de bois, remplacée par la suite par un mur de franche matière (Cart. Louviers, II, n° CCCLXXVII). Elle oblitère une bande de terrain d’environ 50 m de largeur, et enserre environ 28 ha.

107Les événements de 1346 amènent une rupture dans le dynamisme de la ville, rupture accentuée par les épidémies consécutives. S’il est impossible pour l’instant d’en évaluer les effets précis, on sait du moins que des maisons purent être, dès 1349, abandonnées (Cart. Louviers, II, n° CCCXVI). Outre l’enceinte, il reste pour le Moyen Age à évoquer une certaine prospérité au début des années 1400. Elle est perceptible en 1402, lorsqu’une maison est reconstruite selon un alignement nouveau, laquelle ediffication porrait estre faite sans lesion du chemin et du bien publique, mais en seroit la ville grandement decoree et adournee (Cart. Louviers, II, n° CCCCVI), et en 1409, date à laquelle l’abbaye de Saint-Taurin d’Evreux cède aux bourgeois le Champ de ville, à la sortie de la porte du Neubourg, pour servir au curage de la ville, de cours aux chevaux et de champ de foire (Leprévost 1864, 352). Il s’agit de la structure morphologique VIII.

108La ville connaît jusqu’au milieu du XVe siècle une situation faite de sièges multiples. Elle est prise en 1418 par Henri V, reprise pour peu de temps par les Français en 1429, à la suite d’une « escalade », suivie par une reprise en 1431 par les Anglais, qui rasent les murs. Louviers, enfin, est définitivement reprise en 1440, et les murs alors reconstruits (Cart. Louviers, II, n° CCCCXXXVI ; CCCCLII ; CCCCLXX ; DXVI ; DXVII ; DXXXVIII ; DXXXIX).

D. Louviers après le Moyen-Age

109L’enquête n’a pas, pour la période qui va du XVe au XVIIIe siècle, été menée de manière approfondie. L’espace de la ville ne connaît pas avant 1796 de modification majeure, et semble rester, du moins en plan, proche de la situation du milieu du XIVe siècle.

110Dans le cadre de la reconstruction après 1450, on peut signaler la réédification des halles, abîmées lors de la guerre, et l’agrandissement de l’église Notre-Dame vers le sud-est (Cart. Louviers, III, n° DLXXXV ; DCXIII). Plus tard, en 1621, des Pénitents de Sainte-Barbe s’implantent en ville, malgré l’opposition des bourgeois (Cart. Louviers, IV, n° DCCIII).

111La ville connaît aux XVIIe-XVIIIe siècle à nouveau un fort développement de la draperie, qui reproduit des formes d’occupation de l’espace probablement assez proches de celles du Moyen Age (Chaplain 1984). Les préoccupations de voirie, vives dans une ville où le nombre des portes est limité, conduisent, à la demande des drapiers, à percer en 1767 l’enceinte dans le prolongement de la Grande Rue vers le sud (Cart. Louviers, IV, n° DCCCIV). Une nouvelle route en direction d’Evreux est alors mise en place, entre 1767 et 1771, avec une largeur supérieure à celle de l’ancienne. Le 8 germinal An V (1796), la vente de l’enceinte et des fossés est prescrite au profit des Biens Nationaux, suivant un plan de l’ingénieur des Ponts et Chaussées Dutens (Cart. Louviers, IV, n° DCCCXXXIV). Sur le plan cadastral de 1823, ils ont laissé place à un boulevard de ceinture large de 25 à 35 m et à des portions de terrains rattachées à des habitations de l’intra-muros.

112Les grandes interventions urbanistiques des périodes suivantes conduiront à toujours plus effacer la ville ancienne. L’église Saint-Jean est détruite en 1825, la chapelle Saint-Martin en 1851, les halles en 1860, le pont des Quatre-Moulins, principal pont au sud de la ville, en 1904... (Thibout 1946). Les bombardements de 1944 ne feront que compléter ce que le siècle de l’industrie avait activement entrepris.

3. Conclusion

113Le cas de Louviers présente d’évidentes différences avec les autres villes étudiées dans ce dossier. Ces différences sont en fait vraies à l’échelle de la Normandie entière. La ville est née tardivement, à partir du développement d’activités utilisant l’eau, et tout particulièrement la draperie. Ce développement a été favorisé par l’octroi par le seigneur de la ville, l’archevêque de Rouen, de franchises adaptées. Il a de même procédé aux réaménagements urbains rendus indispensables par une croissance rapide, qu’on peut suivre à la montée de la ferme. Ainsi, vers 1200, puis encore au début du XIVe siècle, l’aménagement de la place centrale est-il reconçu. Cet urbanisme n’a pas laissé de trace dans la régularité des tracés urbains, mais a conduit à adapter les équipements aux activités économiques. Il n’est, de ce fait, pas discernable à l’analyse du plan. Un autre aspect du développement particulier de Louviers est l’apparition de lotissements « ouvriers » au XIIIe siècle, associés à des résidences de grands bourgeois et aux locaux abritant l’élaboration des draps. Si leur présence en plan est plus probablement le fait du regain d’activité textile à l’époque moderne, ils sont bien présents dans les textes. Là encore, le plan ne peut probablement pas nous renseigner directement sur un état ancien. Il est trop empreint des évolutions ultérieures.

114La draperie fait de Louviers une ville importante à partir du milieu du XIIIe siècle. Cette situation, cependant, n’entraîne pas l’installation d’ordres mendiants, ni de statut hiérarchique que cette taille aurait pu impliquer. Toutefois, les bourgeois seront en mesure de financer une fortification importante au XIVe siècle, c’est encore une évolution particulière. Enfin, la ville est restée d’une taille significative jusqu’à nos jours. C’est l’un des très rares cas de ville nouvelle, bien que probablement non voulue comme telle, de la fin du Moyen Age en Normandie, et ce fut une réussite durable.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abréviations

ADE
Archives Départementales de l’Eure

ADC
Archives Départementales du Calvados

ADSM
Archives Départementales de la Seine-Maritime

AN
Archives Nationales

BML
Bibliothèque Municipale de Lisieux

BMR
Bibliothèque Municipale de Rouen

BSHL
Bulletin de la Société Historique de Lisieux

PL
Patrologia latina, édition Migne

Sources imprimées

Cart. Louviers
Cartulaire de Louviers, éd. Th. Bonnin, Evreux puis Rouen-Paris, I, 1871 ; II, 1871 ; III, 1878 ; IV, 1879.

Chronique de la Pucelle
Ed. M. Valet de Viriville, Chronique de la Pucelle, suivie de la chronique normande de Pierre Cochon, Delahays, Paris, 1859.

Henri II
Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, éd. L. Delisle et E. Berger, 4 vol., Paris, 1909-1924.

Lot (F.) 1913
Recueil des actes de Charles II le Chauve, dir., Paris, 3 vol.

marx (J.) 1914
Guillaume de Jumièges, Gesta normannorum ducum, éd., Rouen-Paris.

Mortet-Deschamps 1995
Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Age, rééd. CTHS, Paris.

Orderic
Orderic Vital, Ecclesiasticae Historia, éd. A. Leprévost, Paris, I, 1838 ; II, 1840 ; III, 1845 ; IV, 1852 ; V, 1855.

RHF XI
Recueil des Historiens de la France, « Ex chronico Fiscanensi », Paris, 1767.

RHF XIII
Recueil des Historiens de la France.

RRAN
Regesta Regum Anglo-normannorum, I Willelmi Conquestoris et Willelmi Rufi 1066-1100, éd. H. W. C. Davis ; II Henrici primi 1100-1135, éd. Ch. Johnson et H. A. Cronne ; III Regi stephani ac Mathildis imperatricis ac Gaufridi et Henrici ducum Normannorum 1135-1154, éd. H. A. Cronne et R. H. C. Davis, Clarendon Press, Oxford, 1913, 1956-1968.

Bibliographie

Bardet (J.-P.) 1987
« L’économie normande du XVIe au XVIIIe siècle », Histoire de la Normandie, dir. Bouärd (M. de), Privat, Toulouse.

Chaplain (J.-M.) 1984
La chambre des tisseurs, Louviers : cité drapière 1680-1840, Champ-Vallon, Seyssel.

Cousin (don P.) 1959
« Le monastère de Fécamp des origines à sa destruction par les Normands », L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Durand et Fils, Fécamp.

Deck (S.) 1960
« Formation des communes en Haute-Normandie et communes éphémères », Annales de Normandie, II, n° 4, pp. 317-29.

Desert (G.) 1962
« Mesures agraires anciennes et nouvelles dans le Calvados », Annales de Normandie, II, 12e année, juin, pp. 69-72.

Fauroux (M.) 1961
« Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066 », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen.

Gauthiez (B.) 1991
La logique de l’espace urbain, formation et évolution : le cas de Rouen, 2 vol., thèse EHESS, Paris.

Godard 1911
« Conférence », Bulletin de la société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, t. XII, 1909-10, Louviers.

Golb (N.) 1985
Les Juifs de Rouen au Moyen Age, portrait d’une culture oubliée, Pub. de l’univ. de Rouen n° 6, Rouen.

Guibert (H.) 1912
« Les origines de Louviers », Bulletin de la société d’Etudes diverses de l’arrondissement de Louviers, XIII, 1911.

Lanfry (G.) 1956
« La cathédrale dans la cité romaine et la Normandie ducale », Les cahiers de Notre-Dame de Rouen.

Laporte (J.) et De Beaurepaire (Ch.) 1982
Dictionnaire topographique de la France, département de la Seine-Maritime, Bibliothèque Nationale, Paris.

Musset (L.) 1959
« La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous l’abbatiat de Jean de Ravenne (1028-1078) », L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Durand et Fils, Fécamp.

Remy-Watte (M.) 1990
Le camp du Canada à Fécamp, catalogue d’exposition, Fécamp.

Renoux (A.) 1990
« Châteaux et résidences fortifiées des ducs de Normandie aux Xe et XIe siècles », Les mondes normands (VIIIe-XIIe s.), actes du IIe Congrès International d’Archéologie Médiévale (Caen, 2-4 oct. 1987), pp. 113-24.

Renoux (A.) 1991
Fécamp, du palais ducal au palais de dieu, CNRS, Paris.

Renoux (A.) 1994a et 1994b
« Palais et châteaux des ducs de Normandie », et « Abbaye de la Trinité », Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, dir. Renoux (A.), Publications de l’université du Maine, p. 48 et p. 179.

Thibout (M.), 1946
dans Bulletin de la société normande d’études préhistoriques, XXXIV, fasc. III.

Vipard (P.) 1990 dans Bulletin de la société « Inscriptions funéraires et dédicaces », Les dossiers de l’archéologie, n° 144, janv. 1990, p. 72-8.

Wheeler (M.) et Richardson (D.M.) 1957 dans Bulletin de la société « Hill-Forts of Northern France », Reports of the Research Committee of the Society of the Antiquaries of London, XIX, Oxford.

Notes

1 Le fluvium Fiscannum est mentionné en 860 (ADSM G 3680), mais son usage maritime n’apparaît dans les textes que vers 1035, à l’occasion d’un projet d’expédition du duc Robert en Angleterre. Il y fait alors attendre sa flotte apud Fiscannum in littore porti (Guillaume de Jumièges, 109).

2 La ville compte 9 123 habitants en 1835, pour une configuration sensiblement équivalente.

3 Cette expression sera employée à propos de formes en plan qui sont issues, ou semblent être issues, de processus de formation s’étendant sur une certaine durée, à la différence des structures homogènes, qui renvoient à des opérations d’urbanisme ou de lotissement dont la durée de mise en place sur le terrain est courte. Les exemples qui vont suivre, des gains de terrains sur la rive, ou l’apparition d’une forme en « patte d’oie », aux tracés peu rigoureux, au débouché d’une porte d’enceinte qui polarise des cheminements, illustrent cette différence de logique de formation. La distinction est aussi celle de structures viaires figées dans leurs grandes lignes dès leur apparition, et de structures correspondant à la mise en place progressive des éléments urbains, jusqu’à former des ensembles que l’urbanisation fige.

4 En effet, les décalages d’alignement ne se font pas par un retrait des limites parcellaires perpendiculairement à la rue, ce que produisent les décisions d’élargissement des voiries lorsque pour y parvenir on adopte l’application de procédures d’alignement à chaque reconstruction. Au contraire, les avancées sur la voie prennent ici la forme de langues de terrain aux bords arrondis, qui viennent se raccorder à des alignements de façades de maisons dont l’emplacement semble de ce fait antérieur aux empiétements.

5 Si l’on admet qu’un tracé plus irrégulier renvoie à une plus grande ancienneté. Ce phénomène, par ailleurs bien attesté, peut connaître toutefois des exceptions dues à des circonstances particulières.

6 Sur l’hypothèse qui localise le baile à l’extérieur des murs, voir A. Renoux (1991, 115-22, 228, 310-3, 316), qui souligne le fait qu’on ne rencontre dans les actes des XIIe-XIIIe siècles aucune mention de fossé ni de talus dans le secteur au nord/nord-est de l’abbaye (1991, 318).

7 Dates de l’épiscopat de Mauger, alors archevêque de Rouen selon la source.

8 Le bilan de l’analyse de la céramique rencontrée en fouille conclut sur d’éventuels contacts avec l’Angleterre vers les VIIe-IXe siècles (Renoux 1991, 20).

9 Je rejoins ici Annie Renoux : « Les contingences naturelles ont eu peu de poids dans le choix de l’implantation du vestige » (1991, 357).

10 L’ensemble suggère que le site du lieu de culte de la Trinité n’a pas changé, ni de place ni d’orientation, depuis l’oratoire de Guillaume-Longue-Epée. Ce qui laisse entière la question de la localisation de l’église dédiée à la Vierge évoquée dans les textes du XIe siècle (Renoux 1991, 451-2).

11 Les limites de cette église (Renoux 1991, 458) confirment pleinement l’hypothèse morphologique d’une façade à l’origine réglée sur le côté ouest du cloître. Celui-ci, reconstruit plus tard, aurait conservé sous forme fossile l’alignement d’origine.

12 Voir notamment le compte de la débite du bourgage de 1311 (ADSM, 7 H 9, f° 137 v°), et des textes antérieurs (ADSM, 7 H 9, f° 18 v°, 1235 et 1249 paroisse Sainte-Croix ; 7 H 623, 1218 Froide rue).

13 La pêche concernait principalement le hareng et le maquereau, comme en témoignent le droit de Makerello confirmé par Henri II (ADSM 7 H 9 f° 15 v°) et un compte de la Recepte de la harengueson et macqueleson du havre de Fescamp, de 1508 (ADSM 7 H 595). Voir aussi Mollat et Nortier, 1959-63.

14 Nam cancellum veteris ecclesiae quam Ricardus dux construxerat dejecit, et eximiae pulchritudinis in melius renovavit, atque in longitudine ac latitudine decentem augmentavit. Navem quoque basilicae, ubi oratorium Sancti Frodmundi habetur, eleganter auxit (« il détruisit le chœur de la vieille église qu’avait construite le duc Richard, et le reconstruisit en mieux d’une beauté sublime, et il l’augmenta fortement en longueur et en largeur. De même, il agrandit de façon élégante la nef de la basilique, où se trouvait la chapelle de Saint Fromond »).

15 L’église est à nouveau l’objet d’une dédicace en 1223 (BMR ms A 316, f° 134 v°).

16 Il ne doit pas être confondu avec un homonyme, aristocrate, présent dans les sources à la même époque (Renoux 1991, 536).

17 Le perré est évoqué sous le nom de Murs de la Mer en 1412 (ADSM Terrier 32 f° 31 r°). Les mentions de cet ouvrage ne renvoient pas à une fortification, mais bien à un ouvrage de génie civil.

18 Une autre source donne 400 maisons brûlées (Renoux 1991, 596).

19 En tout état de cause, le terrier de 1412 aurait probablement multiplié les mentions de maisons détruites par les Anglais, si cela avait été le cas.

20 Une certaine stabilité du marché immobilier transparaît dans les clauses de maintien des biens concédés, incluses dans certains actes. Ainsi, en 1237, on précise à l’occasion de la cession pour 4 sous de rente annuelle d’une dimidium stallum cum fundo in Bolengeria que si autem predictum stallum aliquo casu coruerit vel combustum fuerit, ego et mei heredes de catallo nostro sub obligatione verum nostrarum ubicumque fuerint reficiemus (« un demi étal avec le fonds de terre dans la Boulangerie... si cet étal par quelque hasard était endommagé ou incendié... ») (ADSM 7 H 587). De même, pour une domus cum fundo terre, concédée par l’hôpital en 1240, ita quod debemus dictum domum retinere in tali statu in quo michi tradiderunt vel in meliori (« de même, nous devons tenir cette maison dans un état identique ou meilleur que le sien quand on nous l’a fieffée ») (ADSM 107 HP 2).

21 Après le terrier de 1412, citons par exemple les terriers de la baronnie de l’abbaye en 1461-62-65 (ADSM 7 H 592-3-4), ou, à l’autre bout de la période, le cadastre de 1830 et un recensement par rue des propriétaires et des locataires de la fin du XVIIIe siècle (Arch. Mun. Fécamp CC 41).

22 L’abbaye de Fécamp a agi de même à Rouen, où elle possédait la paroisse du prieuré Saint-Gervais, forte de 707 feux en 1347, exclue en totalité de la fortification décidée en 1346, qu’elle refusa longtemps de cofinancer (Gauthiez 1991, 280).

23 D’autres villes, Eu, Verneuil-sur-Avre, et peut-être Bayeux, eurent auparavant des clôtures plus vastes.

24 L’une d’elles est appelée via Regia en 1212 (Cart. Louviers, I, n°CXXV).

25 Dont le gardien est peut-être au début du XIIe siècle Rodbertus de Loveriis, cité comme témoin à une charte en faveur de l’abbaye de Saint-Evroult (Orderic, II, 406).

26 Il est vrai que les données de cette sorte sont complètement absentes des textes pour aussi la période antérieure... Mais les actes deviennent nombreux au XIIIe siècle.

27 Une autre mention est de 1210 (Cart. Louviers, I, n°CCII). Un accord intervient en 1213 entre Thomas de Louviers et l’abbaye Saint-Taurin sur le patronage de la paroisse de la ville (ADE H 793, f° 43-48).

28 Du fait des éléments archéologiques.

29 Le Mercier, au début de ce siècle, défendait l’opinion qu’il existait déjà un lieu de culte paroissial à l’emplacement de Notre-Dame (1906, 20s).

30 Le rôle de l’Echiquier de Normandie mentionne en 1198 une taille encore due par les Homines de Louviers (MRSN 1198, 76).

31 Un Gilbert des Planches est cité avec d’importants bien à Louviers en 1217 (Arch. dép. Eure H 759).

32 Gilebertus de Plancheio possède encore en 1261 plusieurs tènements (Arch. Dép. Seine-Maritime G 3889).

33 Certaines maisons aux abords de la halle comportaient de grandes caves aux voûtes nervurées (Godard 1911, 53). De même, Une grande maison gothique en pierre, comportant 2 étages, était encore visible au début du XIXe siècle. Deux gravures de 1816 et 1834 en donnent une image plus ou moins fidèle (Le Mercier 1906, 17-22). Elle était connue sous le nom de « maison des Templiers », mais, dans la mesure où aucune mention de ceux-ci n’est connue dans la ville, il s’agit vraisemblablement d’une maison de bourgeois.

34 Il n’y a pas d’autre lieu de marché connu dans la ville. L’adjectif « neuf » renvoie donc aux réaménagements récemment effectués.

35 Toutes deux sont dites hactenus capellas simplices sine cura (« jusqu’ici des chapelles sans cure »).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende (Les numéros sont la légende du plan toponymique – fig. 5 –. Les mentions entre parenthèses renvoient à des toponymes voisins)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

Auteur

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540