Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

III. POLITIQUE FONCIÈRE, RESSORT DE JURIDICTION ET DÉVOLUTION DE L'ESPACE

12. Saint-Denis

Michael Wyss

Texte intégral

  • 1 « Lettres du Prince Daulphin Charles adressées au Prevost de Paris pour fortifier l’Eglise de sain (...)
  • 2 Inventaire des titres de l’abbaye de Saint-Denis, par François Thomas, t. IV, n° 4533 (Archives na (...)

1Sur le plus ancien plan de la ville (1575), le « Pourtraict de la ville Saint-Denis en France » de François de Belleforest (fig. 1), l’enceinte médiévale renferme un espace d’environ 70 ha. Seuls 20 ha sont investis par le bâti civil et 4 ha par le complexe abbatial. Les deux tiers de la ville restants sont cultivés en vergers et en clos de vignes ; au sud de l’abbaye, un marécage est bordé de saussaies. Belleforest, qui dit avoir établi son plan avec l’aide des religieux de l’abbaye, ajoute que la ville « a esté de beaucoup plus grande (...) qu’elle n’est à présent » (Belleforest 1575, p. 278). Des textes datant du début de la guerre de Cent Ans confirment que les travaux de fortification de la ville, commencés en 1342, ont bouleversé l’espace urbain. En 1358, le régent Charles ordonne au prévôt de Paris de démolir des maisons « pour fortifier l’église de Sainct Denys »1 et, en 1370, le même Charles V donne à nouveau l’ordre d’abattre « toutes les maisons étant hors la forteresse et ville de Saint-Denis »2. Les archives de l’abbaye attestent que ces ordonnances ont été suivies d’effets. La ville se replie alors derrière une enceinte au périmètre plus restreint. Un premier coup d’œil sur le plan parcellaire (fig. 6 b) montre que le tracé de ce rempart recoupe un réseau de chemins secondaires suggérant l’idée que l’espace anciennement urbanisé s’étendait au-delà de l’enceinte du bas Moyen-Age.

2De 1973 à 1992, le centre de Saint-Denis a fait l’objet d’un important chantier de fouilles archéologiques qui concerna principalement les 13,5 ha du quartier en rénovation au nord de la basilique. Au total, ces recherches ont concerné environ 12 % de la superficie de la ville médiévale, dont 2 % furent fouillés de manière systématique et 10 % traités en terrassements à contrôle archéologique. Depuis 1992, les investigations portent sur l’emplacement du monastère, au sud de l’abbatiale, et ont été étendues à l’ensemble du territoire communal.

3L’archéologie a jeté une lumière nouvelle sur deux composantes majeures de la ville médiévale : le centre monumental et le castellum.

4Jusqu’au début du XIIe siècle, il faut probablement se représenter la basilique carolingienne comme un édifice bipolaire, doté d’une abside orientale dédiée à saint Denis et d’un massif occidental abritant la tombe de Pépin le Bref. Alors qu’au sud de l’édifice se fixèrent les bâtiments communautaires, ses abords nord furent investis par une grande nécropole ad sanctos (fig. 2). L’aire funéraire était bordée d’un cadre architectural formé d’églises secondaires et de galeries. Au nord-ouest de la basilique, furent mis au jour les vestiges d’un vaste complexe résidentiel que nous proposons d’identifier au palatium mentionné dans les sources écrites.

5Le castellum, la fortification du monastère commanditée en 869 par Charles le Chauve, est aujourd’hui documenté non seulement par les sources archivistiques mais aussi par l’archéologie. Des fouilles ont porté sur plusieurs tronçons des fossés, confirmant le plan ovale de cette enceinte (fig. 3) dont l’empreinte sur l’espace urbain demeure bien visible.

LA TOPOGRAPHIE DU SITE (fig. 4)

6À l’est d’un vaste méandre de la Seine, la ville est située dans une dépression alluviale que draine un réseau de cours d’eau, affluents de la Seine. Dans cette zone marécageuse, le relief est principalement formé par deux élévations de terrain. La plus importante, d’orientation nord-sud, domine la rive droite du fleuve. Elle est empruntée par l’Estrée, la voie antique qui, venant de Paris, longe le cours de la Seine jusqu’à Rouen. Le site de la basilique est implanté plus à l’est, sur une petite butte.

7Entre ces deux élévations de terrain, le ru de Montfort est le seul cours d’eau naturel qui traversait l’agglomération. Son faible courant permettait tout juste l’écoulement des eaux usées d’où son surnom de Merdret.

8Le Croult est une rivière canalisée à l’époque carolingienne. Le canal est mentionné pour la première fois en 832 dans la mense conventuelle qui fait également état de son curage. À l’origine, la dérivation, longue de 6,4 km, répondait principalement aux besoins du monastère. Par la suite, ce cours d’eau constituera la véritable infrastructure hydraulique de la ville médiévale.

9Selon les archives de l’abbaye, le ru de Montfort aurait matérialisé la limite territoriale entre le domaine de l’abbaye et celui de la seigneurie de Montmorency. Au XVIIIe siècle, la prévôté des marchands de Paris revendiquait encore le droit de percevoir des taxes sur certaines marchandises, à l’intérieur des murs de la ville, jusqu’à un regard grillagé, établi rue de la Boulangerie, au-dessus du Merdret.

L’ANALYSE MORPHOLOGIQUE (fig. 6a, b)

  • 3 Plans cadastraux de la commune de Saint-Denis reliés en atlas (Archives de Paris et de l’ancien dé (...)

10Notre étude est fondée sur les plans parcellaires qui furent confectionnés à l’usage des terriers de l’abbaye aux XVIIe et XVIIIe siècles (Wyss 1996). Malheureusement ce fonds présente une lacune, intra-muros, qui correspond à l’espace situé à l’ouest de la rue d’Enghien. Notre reconstitution du plan parcellaire a donc été complétée, dans ce secteur de la ville, par la feuille correspondante du plan cadastral du territoire de Saint-Denis levé en 1811-18143. Quant à notre reconstitution de l’abbaye médiévale, elle a été établie à partir des levés des anciens bâtiments que l’architecte Robert de Cotte fit exécuter, vers 1699, pour les besoins de la reconstruction du monastère.

11I - L’enclos abbatial (fig. 2 et 6a). L’enclos abbatial abrite une surface de 4 ha. Au nord de la basilique une succession de sept églises est implantée en arc de cercle à la périphérie du grand cimetière. Au sud, un tracé ovale similaire perdure dans un tronçon de l’enceinte monastique à l’intérieur duquel se sont adossées des habitations. Le côté ouest, rectiligne, paraît redressé. À l’est, plusieurs grandes parcelles de remembrement correspondent à des jardins et suggèrent des agrandissements successifs. Il faut également relever la différence d’orientation entre la basilique et les bâtiments communautaires, organisés autour du cloître.

12II - Le castellum (fig. 6a, 7 et 8). Etroitement raccordé à ce noyau monumental, le réseau viaire radioconcentrique du castellum couvre une surface d’environ 10 ha. La plupart des rues rayonnantes partent des portes de l’enclos abbatial. L’organisation circulaire est particulièrement bien conservée dans la moitié nord : le premier cercle (II, 1) subsiste dans les segments des rues des Étuves, du Caquet et du Pommier ; le deuxième cercle (II, 2) est formé par les rues du Sauger et de la Planche-Hasard ; le troisième cercle (II, 3) se lit dans la continuité des rues de la Tannerie et de la Fontaine que prolonge le tronçon courbe du Croult. Les îlots délimités par le premier et le deuxième cercle sont de petite taille. Ceux du troisième cercle sont organisés en bandes dont les longs côtés se caractérisent souvent par des décrochements. Rue de la Tannerie, plusieurs parcelles enjambent le cours du Croult qui double la rue, une vingtaine de mètres à l’est. Dans la moitié sud du castellum, le découpage parcellaire est plus grossier, la rue Saint-Jacques étant bordée de grandes parcelles en jardins.

13Dans le dispositif du réseau viaire radial, le grand cimetière et la place Panetière jouent un rôle de pivot. L’activité marchande de la Panetière (cf. infra) explique la présence de halles en bordure de cette place. Entourées d’une clôture, ces halles accueillent depuis 1444 la foire du Lendit avec ses loges disposées le long d’une dizaine de ruelles.

14III - Le Merdret (fig. 6a). Ce cours d’eau sépare deux organisations parcellaires distinctes.

15IV - Une possible clôture autour de l’habitat établi rue de la Boulangerie (fig. 6a). Au sud-ouest du castellum, la limite arrière des parcelles orientales donnant sur la rue de la Boulangerie forme un tracé courbe qui suggère une clôture disparue.

16V - Genèse d’une place à fonction économique (fig. 6a). La place du Marché-aux-Guesdes semble être née de la convergence de deux rues menant vers la porte d’accès à la clôture précédemment citée.

17VI - Le lotissement de la Bretonnerie et la Couture de l’abbaye (fig. 6b). A l’est du castellum, la rue Saint-Rémy commande un réseau de rues secondaires orthonormé. Le secteur au nord de la rue est appelé la Bretonnerie, un lieu-dit qui apparaît dès le XIIe siècle. Au sud de la rue, une grande parcelle correspond à la Couture, le verger de l’abbaye. Sa clôture, attestée dès le XIIIe siècle, présentait au sud-est un tracé irrégulier. Cette anomalie suggère la présence d’un obstacle, tel un habitat qui aurait préexisté à l’établissement de cette limite.

  • 4 Par convention nous conservons l’orthographe médiévale de « Saint-Rémy » pour désigner la rue, la (...)

18VII - La trace d’une possible fortification du faubourg Saint-Rémy4 (fig. 6b). Ce secteur est englobé, à l’est, par deux alignements de limites parcellaires qui se rejoignent en pointe, à l’est de l’église Saint-Remi. À cet endroit précis, la convergence de deux anciens chemins pourrait correspondre à l’emplacement d’une porte disparue. On remarque également que le Croult franchit cette ligne en formant un coude.

19VIII - Le lotissement de part et d’autre de la rue Compoise (fig. 6b). A l’ouest du castellum, la rue Compoise rejoint en ligne directe le prieuré de Saint-Denis-de-l’Estrée établi en bordure de la voie antique. De part et d’autre de la rue une surface d’environ 30 ha est desservie par six voies perpendiculaires qui viennent se greffer sur cet axe majeur.

20Le plan radio-concentrique du castellum (II) dévoile le rôle moteur qu’a joué le centre monumental (I) dans l’organisation spatiale du bourg. Rue de la Boulangerie (IV), un faubourg a pu se développer à l’abri d’une clôture adossée au rempart carolingien. Un marché (V) s’est installé devant l’hypothétique porte d’accès à cette clôture. Rues Saint-Rémy et Compoise, deux ensembles de voies secondaires relativement orthonormés (VI et VIII), constituent la trame d’éventuels lotissements. Le premier a pu être protégé par un dispositif défensif (VII). Finalement, la ville s’est dotée d’une enceinte plus réduite, passant plus près de l’abbaye et laissant en dehors la Couture et le lotissement de la Bretonnerie. Le tracé du rempart recoupe plusieurs anciens cheminements à commencer par la rue Catulienne (l’ancienne Estrée), la rue Gui-Ménard (une bifurcation de l’Estrée), et l’ancienne rue Puipensot qui rejoignait la rive de la Seine. Le rempart coupe également l’unité de plan VIII.

INTERPRETATION HISTORIQUE

1. L’Antiquité tardive, un établissement rural

21En l’absence de vestiges archéologiques, il convient de renoncer à chercher dans le parallélisme des rues perpendiculaires à la rue Compoise (VIII) le souvenir d’une hypothétique station routière établie en bordure de l’Estrée. Seul le site de la basilique atteste pour le moment une occupation aussi ancienne. Les fouilles y ont révélé un fossé parcellaire renfermant les rebuts d’un atelier d’épinglier, des inhumations établies en bordure d’une chaussée et deux bâtiments à l’architecture de pierre, distants de 150 m l’un de l’autre. Des tessons de sigillée d’Argonne et le mobilier funéraire des premières tombes de la nécropole situent les débuts de cette occupation vers la fin du IVe siècle. Dans l’ensemble, ces vestiges semblent correspondre à une petite exploitation rurale. Aussi peut-on se demander si le plus ancien nom connu pour Saint-Denis, le vicus Catulacensis (cf. infra), ne correspondait pas plutôt à un domaine appartenant à un certain Catullus.

22L’organisation interne de ce premier établissement nous échappe largement ; ce qui est certain, c’est qu’il a subi de profonds bouleversements, à partir du Ve siècle : la chaussée et l’aire d’inhumation furent abandonnées ; après un apport de terre, le site fut réoccupé par un habitat dont témoignent plusieurs foyers et fosses de stockage. Cette réorganisation de l’espace a également entraîné la suppression des deux constructions en pierre.

2. Le haut Moyen-Age, un site résidentiel

23Selon la Vie de sainte Geneviève, composée vers 520, Denis, le premier évêque de Paris, aurait été inhumé à 10 km au nord de la capitale, dans le vicus Catulacensis (Krusch 1896). Grégoire de Tours date la mission de l’évêque du règne de Dèce (249-251) (Grégoire de Tours, Latouche 1979, p. 54-55). L’archéologie confirme l’existence d’une nécropole du Bas-Empire à l’emplacement de la basilique et Patrick Périn n’exclut pas la possibilité que la tombe vénérée fut marquée, dès le IVe siècle, par un mausolée (Périn 1991). Geneviève aurait eu l’idée de construire une basilique, vers 451-459, selon la chronologie du récit (Heinzelmann, Poulin 1986). Les rois mérovingiens ont fait agrandir l’édifice. Entre 768 et 775, l’abbé Fulrad reconstruisit la basilique à partir des fondations. Pépin le Bref, mort en 768, aurait choisi de se faire inhumer devant l’entrée de l’église, ante limina basilicae (Krüger 1971, p. 179, 182). Charlemagne serait à l’origine du massif occidental qui fut édifié au-dessus de la sépulture du premier souverain de la dynastie carolingienne à avoir été sacré roi des Francs.

24Depuis le milieu du VIIe siècle, Saint-Denis est desservi par une communauté monastique dont les statuts juridiques avaient été décidés par la reine Bathilde, l’épouse de Clovis II (639-657).

25Jean Hubert, déjà, avait remarqué que l’orientation du cloître gothique était sensiblement différente de celle de l’abbatiale. Il en déduisit que les bâtiments conventuels perpétuaient le souvenir de constructions antérieures (Hubert 1952, p. 65-66, pl. XXI). Sachant que la basilique mérovingienne présentait déjà l’orientation de l’abbatiale actuelle, nous sommes enclin à penser que les premiers bâtiments communautaires se seraient établis à une certaine distance de l’église et qu’avec le développement architectural qui s’en suivit, les deux parties se seraient rapprochées posant aux bâtisseurs, dès l’époque carolingienne, des difficultés de raccordement, visibles dans l’implantation sensiblement désaxée de la crypte orientale dont la première extension remonte à 832 (fig. 2 et 3).

26Une porte latérale de l’abbatiale ouvrait vers le nord, sur la nécropole attenante à l’église. Dès le VIIe siècle, ce cimetière fut bordé d’une succession de chapelles funéraires et de galeries (fig. 3). Le tracé circulaire, que respecte l’implantation de ces constructions, pourrait avoir été engendré par une limite juridique qui englobait l’espace sacré de la basilique. Dans les sources écrites contemporaines, ce cadre architectural est désigné par le mot atrium ; il entourait un espace qui bénéficiait du même droit d’asile que l’abbatiale (Wyss 1996, p. 110).

  • 5 Diplôme de Charles III le Simple, daté du 8 février 898 (Lauer 1940, n° 10, traduction française d (...)

27Les gesta de Dagobert Ier, composés au début du IXe siècle, attribuent au roi la fondation d’un xenodochium (Krusch 1888, p. 411). Cet hospice est supposé être à l’origine de l’hôtel-Dieu, localisé dans le secteur sud-ouest de l’abbaye, près d’une porte du castellum5 (fig. 3).

  • 6 Testament de Fulrad : loca sanctorum beatorum martirum Dionisio, Rustico et Eleutherio, ubi ipsi d (...)

28Dagobert serait également à l’origine d’une foire annuelle (annuale mercatum) qui, jusqu’en 673, se tenait à proximité de l’abbaye, le 9 octobre, jour de la fête de saint Denis. Parallèlement, les rois mérovingiens ont doté le monastère de privilèges lui permettant d’organiser la circulation des biens (Levillain 1926 ; Levillain 1930). Le développement, à Saint-Denis, d’une importante production monétaire fut sans doute lié à ce système économique. Ébrégisèle frappa deux types de tremises portant le nom de CATULLIACUS et SCI DIONISII MONASTERIUM. Suivant le testament de Fulrad (777) les deux appellations se rapporteraient au même lieu6 ; mais Michel Dhenin n’exclut pas « la possibilité qu’Ébrégisèle ait été en même temps le monétaire d’une autorité émettrice civile, le vicus Catulliacus, et d’une autorité émettrice religieuse, le monastère de Saint-Denis » (Dhenin, 1988). Au VIIIe siècle, un atelier monétaire est également attesté par la découverte d’une empreinte de coins d’un denier de Pépin le Bref.

29Malgré la mention tardive d’un palatium à Saint-Denis, les données historiques plaident en faveur de l’existence, dès le VIIIe siècle de logements appropriés aux hôtes de marque de passage à l’abbaye royale. Ainsi, en l’hiver 754, le pape Étienne II établit sa résidence à Saint-Denis et, le 25 juillet de la même année, il procède, dans l’abbatiale, à l’onction de Pépin. Sous les premiers Carolingiens, les sources écrites ne consignent pourtant que de rares séjours orationis causa à l’abbaye ; antérieurement à l’abbatiat de Charles le Chauve, l’abbaye n’est que sporadiquement un lieu d’expédition d’actes royaux. Par contre, à partir de 867, ce souverain choisit Saint-Denis comme résidence de Pâques (Brühl 1969, p. 13-45 ; Brühl 1975, p. 25-33). Un ensemble de bâtiments d’habitation, mis au jour dans le prolongement ouest de l’atrium, pourrait parfaitement avoir fait partie de ce palais (fig. 3). Les constructions, aux fondations maçonnées, se distinguaient par des pièces intérieures décorées d’enduits peints et par des toits couverts de tuiles. Un aqueduc les alimentait en eau courante. Nous ignorons l’étendue du complexe palatial ; il a pu comprendre une chapelle dédiée à saint Cucuphas que l’historien Doublet a localisée une cinquantaine de mètres plus au sud (Doublet 1625, p. 1274). L’entrée de l’abbatiale fut certainement un lieu privilégié pour installer ce type d’établissement, mais la présence, hautement symbolique, du mausolée de Pépin a également pu déterminer le choix de son emplacement.

30Dans l’ensemble, l’étude historique et les données de la recherche archéologique concordent avec un site résidentiel marqué par une forte concentration de richesses aristocratiques. À ce propos, est significative la mise au jour, dans les niveaux de cette période, de fragments de verre à boire au décor réticulé et de tessons de céramique dite « de Tating » ornés de feuilles d’étain. Ces produits sont certes d’importation, mais leur présence à Saint-Denis est d’abord à mettre en rapport avec la fréquentation de l’abbaye par un groupe social privilégié.

  • 7 Diplôme de Carles le Chauve, daté du 19 septembre 862 : duos mansos in vico ejusdem coenobii (Tess (...)

31Dans une confirmation du partage des biens de l’abbaye de 832 sont cités deux manses dans le bourg du monastère7. Aux abords du centre monumental l’occupation du sol témoigne d’une grande mobilité. L’habitat à l’architecture de bois était disposé dans un réseau de fossés parcellaires dont l’orientation suivait le sens de la pente du terrain, cette organisation de l’espace préfigure le plan rayonnant de l’agglomération au réseau routier convergeant vers l’abbaye.

32L’archéologie atteste également l’existence de deux nécropoles dans un rayon de 400 à 600 m autour de la basilique ; mais on ne connaît pas d’habitations associées.

3. De 869 au XIe siècle, la formation d’un bourg monastique

33Les Miracles de saint Denis attribuent à l’abbé Fulrad (750-784) la construction d’une enceinte en bois (ligneus murus) autour du monastère (Hincmar, Mabillon 1672, p. 347 ; traduction française dans Wyss 1996, p. 42), mais l’on manque de repères pour fixer son tracé.

  • 8 Annales Bertiniani : Karolus rex abbatiam ipsius monasterii sibi retinuit, causas monasterii et co (...)
  • 9 Annales Bertiniani : castellum in giro ipsius monasterii ex ligno et lapide conficere coepit (Wait (...)

34En 867, Charles le Chauve retint pour lui l’abbatiat de Saint-Denis ; il confia la gestion de l’abbaye et l’exploitation des domaines au prévôt, au doyen et au trésorier, mais réserva tout ce qui touchait aux questions militaires à son vidame8. Par cette mesure de défense le souverain tentait de défendre le monastère des raids de pillage des Vikings. Deux ans plus tard, il fit entreprendre la construction d’une enceinte de bois et de pierre9. Ce castellum, enfermant un espace d’environ 8 ha, était formé d’une enceinte qui, de l’extérieur vers l’intérieur, comprenait un fossé d’eau, doublé par endroit d’un avant-fossé et d’une levée de terre que renforçait un mur. Une chaussée empierrée retrouvée sous la rue Sauger (II,2) faisait office de chemin de ronde. Les fossés étaient irrigués par le Croult. Le rempart comportait trois portes et une poterne qui survécurent sous la forme de fausses-portes jusqu’au XVIIIe siècle ; aussi leur emplacement, près d’une vingtaine de mètres en arrière des fossés d’eau, est-il connu avec une certaine précision. Mais ni la levée de terre, ni le mur cité dans plusieurs actes du XIIIe siècle, n’ont été reconnus en fouille. On ne peut donc être assuré que la continuité des décrochements observés dans le parcellaire, entre le chemin de ronde (II,2) et le fossé (II,3), soit liée à la présence de ce rempart.

  • 10 Diplôme de Charles III le Simple, daté du 8 février 898 (Lauer 1940, n° 10 ; traduction française (...)

35La décision, prise par Charles le Chauve, de confier à un lieutenant la protection du monastère a dû constituer une grave intrusion dans le domaine abbatial. Arguant que l’enceinte avait été construite sur une terre qu’ils possédaient anciennement, les moines obtinrent, en 898, que leur privilège d’immunité soit de nouveau étendu sur les terres situées à l’intérieur du castellum10. Progressivement, le monastère réussit à se constituer en seigneurie banale : en 1008, Robert le Pieux céda à l’abbé le droit de haute justice sur le bourg et son territoire, intra vel extra castellum (Newman 1937, n° 31). Aussitôt, les moines entrèrent en compétition avec les seigneurs de Montmorency dont la châtellenie s’était développée aux portes du castellum. Leur possession comprenait notamment la « terre de Saint-Marcel », par où passait le grand axe commerçant de l’Estrée.

  • 11 Confirmation dans un diplôme de Louis VI le Gros, de 1112 (Dufour 1992, n° 74 ; traduction françai (...)

36En 998, le roi Robert renonça à tenir sa cour à Saint-Denis trois fois l’an, à l’occasion des grandes fêtes religieuses (Félibien 1704, p. 117 et LXXXII). Philippe Ier (1060-1108) donna à l’abbaye la domus comprenant maison, curtis, hôtes et dépendances11. Sur le terrain, le sort des structures identifiées à ce palais est relativement complexe. L’aqueduc fut abandonné dès le début du IXe siècle, mais on peut observer que le tracé de son conduit coïncide avec le premier cercle de rues du castellum (II,1). Il est en effet possible que la tranchée d’implantation de l’aqueduc, remblayée seulement à mi-hauteur en prévision d’éventuelles réparations du conduit, se soit progressivement transformée en un chemin. Du côté de l’ensemble monumental, c’est au XIe siècle que la plupart des bâtiments résidentiels disparurent pour laisser place à une extension de l’habitat et du cimetière. Cependant, en s’adossant à un pan de mur toujours en élévation, l’église Sainte-Geneviève (fig. 2) démontre que certaines parties des constructions carolingiennes ont survécu jusqu’au début du XIIIe siècle.

37Dès la fin de l’époque carolingienne, les églises secondaires subissent des remaniements architecturaux qui semblent être liés à leur nouveau statut de paroisses. Après suppression des galeries et pièces annexes, des murs ou palissades furent édifiés entre les constructions subsistantes, conférant à l’ensemble monumental l’allure d’une enceinte autour de laquelle l’habitat venait s’agglomérer. Parallèlement, la lente transformation de la population inhumée dans le cimetière indique que la nécropole devint peu à peu cimetière paroissial.

  • 12 Prétendu abandon des droits et privilèges sur le territoire de l’abbaye de Saint-Denis par l’évêqu (...)

38L’abbaye semble avoir doté ses abords d’une multitude de sanctuaires (fig. 4). L’église Saint-Denis-de-l’Estrée citée dans les Miracles de saint Denis, rédigés vers 834 (Hincmar, Mabillon 1672, p. 351), attire notre attention, car elle faisait face à la basilique, à l’extrémité d’un axe qui pourrait avoir généré la rue Compoise. L’église voisine, dédiée à saint Martin, n’est mentionnée qu’à la fin du Xe siècle dans la Vie de saint Odilon (Jotsald, Migne 1853, col. 922). Saint-Marcel est également attestée dès le début du IXe siècle (Hincmar, Mabillon 1672, p. 346-347). Les trois édifices se trouvaient à proximité des deux nécropoles du haut Moyen-Age (cf. supra). La chapelle Saint-Remi est connue dès la fin du IXe siècle (Lauer 1940, n° 10), alors que l’église Saint-Quentin apparaît pour la première fois dans un texte rédigé entre 1061 et 106512.

39Le rôle de ces sanctuaires a pu être multiple. En tant que dépendances de l’abbaye, les deux églises de l’Estrée étaient associées à un hospice (Saint-Martin) et à une école monastique (Saint-Denis). Au XIe siècle, les deux églises Saint-Quentin et Saint-Remi servirent de repères pour délimiter le territoire de l’exemption spirituelle de l’abbaye. La plupart de ces églises vont devenir le siège de paroisses.

40Un objectif majeur de l’actuelle recherche archéologique à Saint-Denis concerne la question de la stabilisation de l’habitat autour du castellum. Cinq sites ont révélé des structures d’habitation, principalement des fosses de stockage. Les quatre plus anciens sites apparaissent à l’époque carolingienne. Le premier (fig. 4, site n° 1) fut mis en évidence à 600 m à l’est de l’abbatiale, précisément dans le secteur qui n’avait pas été englobé dans le jardin de la Couture. Un deuxième groupement d’habitation (fig. 4, site n° 2) a été repéré, 200 m au sud du castellum, à l’emplacement du futur couvent des carmélites. Le troisième site (fig. 4, site n° 3) atteste une intense occupation domestique sur l’aire d’inhumation de la nécropole associée à l’église Saint-Marcel. Il est relativement proche (200 m) d’un groupe d’habitations (fig. 4, site n° 4) repéré sur le bord ouest de l’Estrée et il est possible que ces deux ensembles de vestiges aient fait partie d’une même agglomération. À 800 m du castellum, le cinquième site (fig. 4, site n° 5) correspond à un établissement implanté en bordure d’un affluent de la Seine ; son occupation, plus tardive, se situe au XIe-XIIe siècle. Étant donnée la répartition de ces traces d’habitats par rapport à la topographie religieuse, le rôle des églises comme points d’ancrage pour des regroupements d’habitats n’est guère évident. Cependant, les observations sont encore trop ponctuelles et, en l’absence d’investigations sur les abords immédiats des églises, la documentation n’est pas suffisante pour traiter cette question de manière définitive.

4. Du XIIe au début du XIVe siècle, une ville moyenne, prospère

  • 13 Affranchissement par l’abbé Adam de l’aumônerie et de ses quatre chambres en 1110, d’après l’inven (...)
  • 14 Charte de l’abbé Suger affranchissant les hommes de la villa de Saint-Denis en 1125 (Suger, Lecoy (...)
  • 15 Diplôme de Louis VI le Gros, de 1112 (Dufour 1992, n° 70 ; traduction française dans Wyss 1996, p. (...)
  • 16 Charte de Suger, vers 1130 : aream unam ad domum faciendam ante monasterium (Suger, Lecoy de la Ma (...)

41L’abbaye pratiqua une politique favorable au développement du bourg, exemptant certains fours de boulangers des droits coutumiers13 et affranchissant les habitants de la main morte14. En 1112, le roi Louis VI le Gros autorisa cinq Juifs et leurs familles à s’établir dans le bourg fortifié, in burgo seu castello Sancti Dyonisii15. « L’équivalence entre castellum et burgus montre qu’à l’aspect lieu fortifié par une enceinte s’est ajouté celui d’une agglomération » (Roux 1988, p. 94). On sait que l’une des principales préoccupations de l’abbé Suger (1122-1151) fut la mise en valeur et le peuplement du domaine de l’abbaye par la création d’hostises. Vers 1130, un certain Robert l’Orfèvre acheta un terrain à bâtir situé devant l’abbaye16. Moyennant la redevance annuelle d’une mesure d’argent, l’abbé lui accorda toute liberté d’aliénation avec un habitant de la cité, un paysan et un sergent de la seigneurie de Saint-Denis. Suger désigne l’agglomération par les mots castrum, burgus ou villa et ses habitants par les termes homines, oppidani, mansionarii ou burgenses (Suger, Gasparri 1996).

42Vers le début du XIIe siècle, on installa à proximité de Saint-Denis la foire royale du Lendit. En 1124, Louis VI accorda à l’abbaye la justice et les coutumes de la foire.

43Cette période prospère coïncide avec d’importants travaux d’agrandissement de la basilique. Au cours de ce chantier, on décida, entre 1137 et 1140, d’ouvrir trois portails en façade. Chronologiquement, cette ouverture du monument vers l’ouest correspond à l’apparition dans les textes d’un espace dégagé devant l’église, la Panetière. Toutefois, la première mention par Suger de cette place, « que de toute antiquité on appelle Panetière, parce qu’on y trouve de tout à vendre et à acheter » (Suger, Gasparri 1996, p. 22-23), sous-entend une origine plus lointaine.

44Les bâtiments communautaires furent également reconstruits et enclos d’une muraille attribuée à l’abbé Mathieu de Vendôme (1258-1286).

45Dans l’organisation spatiale du castellum on remarque une étroite corrélation entre l’évolution architecturale du noyau monumental et la stabilisation progressive du réseau de rues rayonnantes. Ainsi la rue du Caquet apparut au IXe siècle sous la forme d’une zone de circulation caractérisée par une accumulation de déchets domestiques. Cette rue pénétrait dans le cimetière par une porte ménagée dans le mur de clôture, à l’ouest de l’église Saint-Barthélemy (fig. 2). Peu avant 1140, la construction dans l’aire d’inhumation de l’église Saint-Michel-du-Degré, adossée à la clôture, obtura cette porte et nécessita le percement, une quinzaine de mètres plus à l’est, d’un nouveau passage, la rue du Grand-Pichet, dont la chaussée est attestée dès la fin du XIIe siècle. Suite à cette modification du parcours, la rue du Caquet fut déviée vers la nouvelle porte. L’église Sainte-Geneviève, ajoutée à l’ensemble monumental durant la première moitié du XIIIe siècle, semble avoir déterminé de manière similaire le percement de la rue de la Fromagerie (fig. 2). La voie, que l’archéologie atteste dès la fin du XIIIe siècle, s’ouvrait en éventail sur la Panetière.

46Avec l’extension de l’habitat sur toute la surface du castellum, le bourg monastique affiche sa prééminence sur les autres groupements d’habitations. Est significative de cette éclosion la construction, coup sur coup, de quatre églises paroissiales (Saint-Michel-du-Degré et Saint-Michel-du-Charnier-Saint-Symphorien au XIIe siècle, Sainte-Geneviève et la Madeleine au XIIIe siècle) qui, au nord de l’abbatiale, s’adjoignirent aux trois autres dont la construction remontait au haut Moyen-Age : Saint-Jean, Saint-Pierre et Saint-Barthélemy. Ce n’est qu’en 1242, qu’est citée pour la première fois Saint-Jacques, une église située au sud de l’abbaye et réservée aux serviteurs des moines.

  • 17 Copie de la charte dans le Cartulaire blanc de Saint-Denis (Archives nationales, LL 1159, n° 21, p (...)

47Des réalisations touchant l’équipement hydraulique répondaient au développement des métiers de la rivière. Dès les Xe-XIe siècle, les fossés de l’enceinte s’envasèrent et des tronçons furent asséchés par la dérivation des eaux du Croult. De cette façon fut ouverte, vers 1200, la rue de la Fontaine, où un acte de 1225 signale douze hostises17. Progressivement les abords de la rivière se sont transformés en une zone d’activité artisanale comme en témoigne la toponymie des Poulies (emplacements où l’on étend les étoffes pour les faire sécher), de la rue de la Vieille-Tannerie et de la rue de la Tannerie (fig. 7). Durant le XIIIe siècle, les endiguements en palissades de clayonnage furent remplacés par des berges maçonnées.

48Des faubourgs se développèrent aux portes de l’enceinte et le long des voies d’accès au bourg fortifié. L’organisation orthogonale des deux réseaux routiers établis le long des rues Saint-Rémy et Compoise n’est pas sans suggérer une extension urbaine planifiée. Toutefois, les maigres données recueillies dans ces secteurs, lors de surveillances de travaux, laissent à penser que ces terrains furent faiblement occupés. Le bourg Saint-Marcel nous est mieux connu car il est documenté par un fonds d’archives renfermant de nombreuses pièces relatives aux litiges opposant l’abbaye aux seigneurs de Montmorency. Beaucoup de sentences, portant sur la voirie de ce faubourg, témoignent du trafic intense qui a dû profiter à son développement. L’église Sainte-Croix, citée en 1205, est considérée comme un démembrement de la paroisse Saint-Marcel. Nous ignorons encore l’emplacement exact de l’église Saint-Nicolas, qui devait de trouver entre la Seine et l’Estrée.

49Dans le courant du XIIIe siècle, de nouvelles portes sont citées (portes de l’Estrée, porte Neuve et porte Saint-Quentin) et l’on peut admettre que des défenses sommaires devaient protéger les faubourgs. Belleforest et Doublet ont vu, tous deux, un fossé à proximité de l’église Saint-Remi. C’était pour eux la preuve que la ville s’étendait anciennement jusqu’à cet endroit. Les toponymes de « fosses aux fines » et de la « motte Saint-Remi » semblent confirmer la présence d’ouvrages de défense ; mais ces témoignages étant tardifs, il est difficile de les prendre en compte pour affirmer que ce dispositif de défense était antérieur à l’abandon du faubourg. Une récente intervention archéologique a confirmé la présence d’un fossé sous la trace (VII) visible dans le parcellaire à l’est de la Couture (fig. 6b) ; sa datation, médiévale ou moderne, reste malheureusement incertaine. En l’état de la recherche, aucune source archéologique ou écrite ne permet de vérifier s’il existait une fortification du bourg Saint-Marcel, telle que la suggère l’analyse morphologique.

50Le toponyme de la place du Marché-aux-Guesdes (Marcheio, forum guede) ou Petit-Lendit se rapporte au commerce de la guède (pastel des teinturiers) qui s’y effectuait. Dans les sources écrites, la place se distingue par la présence de plusieurs granges appartenant à l’abbaye.

51Il faut attendre l’achèvement de l’exploitation de la stratigraphie du site pour savoir de combien la fixation du parcellaire est antérieure à l’apparition de l’architecture de pierre dans l’habitat urbain. Aux abords de l’ensemble monumental, la fouille a révélé plusieurs celliers voûtés construits en bel appareil, des caves et une salle basse (fig. 2). La plupart de ces constructions datent du XIIIe et début du XIVe siècle. Les sous-sols correspondent à des maisons, de plan carré ou rectangulaire, édifiées pour la plupart en bordure de rue et offrant en façade, indifféremment, leur mur gouttereau ou leur mur pignon. Des latrines et des puits aux parois maçonnées furent creusés, à l’arrière des maisons, dans les cours. Rue de la Boulangerie on remarque une trame bâtie plus homogène. Les constructions avec pignon sur rue était dépourvues de sous-sol. Lors de la fouille, l’activité spécifique des boulangers s’est révélée par l’omniprésence de fours ; elle pourrait également expliquer le creusement d’un puits dans chacune des boutiques sur rue.

5. Du milieu du XIVe au milieu du XVe siècle, une ville en difficulté

52En 1294, les seigneurs de Montmorency donnent à l’abbaye le bourg Saint-Marcel mettant un terme à une longue période de conflit de voisinage. Dorénavant les religieux sont les seuls maîtres sur le territoire de la ville.

  • 18 Copie d’une charte de Robert de Fontenay, abbé de Saint-Denis, datée du 30 décembre 1356 (Archives (...)

53À partir de 1342, on commence à fortifier la ville et, en 1356, l’abbé incite les habitants à « parfaire les fossés, murs, clôtures, portes et forteresses » en leur cédant les pêcheries des fossés18. Mais dix ans plus tard, la ville n’est toujours pas en état de résister. Aussi le roi ordonne-t-il la destruction du faubourg Saint-Rémy. La nouvelle enceinte englobait le bourg monastique, Saint-Marcel et le quartier de l’Estrée. La Couture fut également exclue de l’enceinte. Cette dernière était percée de cinq tours-portes établies au passage des principaux axes de circulation qui convergent sur la Panetière.

54Dans l’habitat civil on observe, tout au long de la seconde moitié du XIVe siècle, le maintien de l’activité de construction. Aux abords de l’abbaye, l’occupation bâtie atteint sa densité maximale. Cette augmentation de la population pourrait refléter le mouvement de repli stratégique, consécutif à l’abandon d’une partie des faubourgs.

55À partir du XVe siècle, la construction civile stagne, les réalisations architecturales n’étant plus que l’apanage du secteur religieux. Ainsi l’église Saint-Marcel fut agrandie au début du Xe siècle et dotée d’une crypte-ossuaire.

56Sur le plan économique, la ville entre dans une période difficile. Dès le milieu du XIVe siècle, les teinturiers dionysiens se trouvent en concurrence avec des artisans utilisant la racine de noyer. En 1368, un privilège royal vise à favoriser le repeuplement de la ville par des drapiers (Archives nationales, JJ 99). Parallèlement le revenu de l’abbaye est grevé par le déclin de la foire du Lendit.

57De 1410 à 1436, Saint-Denis est assaillie successivement par les Bourguignons, les Armagnacs et les Anglais. L’enceinte est partiellement démantelée hormis la fortification de l’abbaye que les occupants ont transformée en citadelle. À chaque passage des troupes, la ville se vide de ses habitants qui cherchent refuge à la capitale ; les archives de l’abbaye insistent d’ailleurs sur les dégâts qu’a subi l’habitat urbain.

6. Du milieu du XVe au milieu du XVIe siècle, la ville renaît

58Saint-Denis rencontre les plus grandes difficultés à se relever de la guerre de Cent Ans. Le roi Louis XI, informé des grandes pertes subies, avait pu se rendre compte, sur place, de « l’état pitoyable où la ville estoit réduite ; il apprit d’ailleurs que la désertion des habitants venoit des grandes charges à quoy on les avoit assujettis depuis les guerres » (Félibien 1706). Aussi, afin de favoriser son repeuplement, le roi accorde-t-il en 1482 une exemption d’impôts. Selon Doublet la ville retrouve alors une période de prospérité.

59Saint-Denis reste un actif centre textile comme en témoigne l’apparition, dans le courant du XVe siècle, de moulins à fouler les draps. L’activité artisanale locale bénéficie également du regain de la construction à l’intérieur de l’abbaye. Ainsi l’abbé Louis de Bourbon fait bâtir, à partir de 1530, un somptueux logis. Les comptes de construction citent les marchands et les artisans ayant participé aux travaux et qui, pour la plupart, habitaient Saint-Denis.

60Dans la ville, la désertion d’une partie de l’habitat entraîne un remembrement des parcelles. Le fait est illustré tant par la recherche archéologique que par la censive de l’abbaye. C’est uniquement le long des places et des rues commerçantes qu’une trame parcellaire plus dense se maintient.

7. Du milieu du XVIe au XVIIe siècle, une ville « très chrestienne »

61Place forte convoitée, car elle commande l’accès à la capitale depuis le nord, Saint-Denis fut particulièrement affectée par les événements militaires qui se déroulent jusqu’au milieu du XVIIe siècle en région parisienne. L’occupation de la ville par les huguenots (1567) est suivie par les troubles de la Ligue (1590-1591) et de la Fronde (1648-1652) ; cette dernière causa la ruine de cent treize maisons qui ne furent pas reconstruites.

62À la fin du XVIe siècle, l’enceinte urbaine est sommairement renforcée par l’ajout de bastions. La désertion de la ville créa une vacuité de l’espace civil. L’abbaye en tira profit pour se doter de vastes jardins d’agrément. Parallèlement, cinq communautés religieuses s’établissent intra-muros : les récollets en 1604, les carmélites en 1625, les ursulines en 1628, les annonciades célestes en 1629 et les visitandines en 1639. Dorénavant, plus d’un tiers de la ville est occupé par les enclos des communautés religieuses, dont les effectifs représentent environ 10 % de la population.

63Dans le secteur sud-ouest de la ville, la régression complète de l’espace urbanisé avait entraîné la disparition progressive d’une partie du réseau routier. Le phénomène y fut sans doute consécutif à la fortification de la ville, dont l’enceinte avait coupé trois anciennes voies de circulation (cf. supra). Vers 1640, la construction du couvent des ursulines, au milieu de parcelles en jardin, imposa l’ouverture d’une nouvelle rue. On appela cette dernière Puipensot, nom emprunté à l’ancien chemin abandonné, dont le tracé subsistait dans le mur sud de la clôture du couvent et dans la ruelle des Ermites (fig. 6b et 7).

8. Le XVIIIe siècle, une ville étape

64Entre 1724 et 1740, l’événement urbanistique majeur est le percement de la rue d’Enghien. L’opération s’inscrit dans la restauration du réseau routier du royaume par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. En 1780, la rue est déjà bordée de maisons et qualifiée de très commerçante. Parallèlement l’accès au monastère par la rue de l’Abbaye est amélioré, en 1738, au moyen d’un élargissement de la chaussée par retranchement des deux côtés de la rue (fig. 7 et 8). Il est intéressant de noter que le maître d’œuvre de cette opération n’est autre que Jacques Gabriel, l’architecte chargé de l’achèvement des travaux de reconstruction du monastère, qui, explicitement, visait par ce biais à dégager la perspective devant l’aile ouest de son bâtiment.

65En 1704, l’activité commerciale bénéficie de nouveaux privilèges fiscaux : la taille est remplacée par l’octroi. La création de manufactures de cuirs et de teinture d’étoffes fait revivre l’industrie. En dehors de la ville, l’infrastructure des moulins est en nette progression. La ville connaît d’abord une population stable d’environ 3 500 habitants. La croissance, qui débute vers 1750, porte le nombre de ses habitants à 4 700, à la veille de la Révolution.

CONCLUSION

66L’analyse morphologique du plan parcellaire de la ville de Saint-Denis semble confirmer le rôle moteur qu’a joué l’abbaye dans l’organisation spatiale de ses abords. En effet, dans le périmètre du castellum, le réseau viaire est en étroite connexion avec les portes du centre monumental. Au delà, la trame orthogonale de certains faubourgs permet d’entrevoir une volonté d’organiser le développement urbain. Au bas Moyen-Age, le resserrement du système défensif oblitéra une partie de l’espace urbanisé.

67Tel est le schéma d’évolution que nous pensons pouvoir déduire de l’étude combinée des données historiques et morphologiques. Au gré des résultats des fouilles, l’archéologie peut y apporter des précisions d’ordre chronologique et fonctionnel (nature de l’occupation du sol). Cependant, le point fort de l’archéologie de terrain réside en sa capacité de pouvoir mettre en évidence l’existence d’organisations antérieures qui n’ont pas laissé leur empreinte sur le plan parcellaire. C’est le cas des premières phases d’occupation du site de la basilique et des plus anciens groupements d’habitation repérés aux alentours du castellum. Les investigations sur la forme de la ville moderne et sur son sous-sol sont complémentaires.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ATSMA, VEZIN 1986
Atsma (H.), Vezin (J.), Ed. – Chartae Latinae Antiquiores, XVI. Zurich, Graf, 1986.

BELLEFOREST 1575
Belleforest (F. de) – Cosmographie universelle, Paris, Chesneau, 1575.

BRUHL 1969
Brühl (C.) – Fodrum, gistum, servitium regis. Studien zu den wirtschaftlichen Grundlagen des Königtums im Frankenreich und in den fränkischen Nachfolgerstaaten Deutschland, Frankreich und Italien vom 6. bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts. Cologne-Graz, 1969.

BRUHL 1975
Brühl (C.) – Palatium und Civitas. Studien zur Profantopographie spätantiker Civitates vom 3. bis zum 13. Jahrhundert. 1 : Gallien. Cologne-Vienne : Bohlau, 1975.

COMMISSION DES ARCHIVES 1906
Commission des archives – Documents pour servir à l’histoire de la ville de Saint-Denis : première partie : anciennes délibérations (1720-1789), Supplément au Bulletin Municipal Officiel. Saint-Denis, 1906 sq.

DHENIN 1988
Dhénin (M.) – Les monnaies de Saint-Denis (viie-ixe siècles). In : Cuisenier (J.) dir., Guadagnin (R.) dir. – Un village au temps de Charlemagne. : moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du viie siècle à l’An Mil : exposition Paris, Musée national des arts et traditions populaires, 1988-1989. Paris : RMN, 1988, p. 309-317.

DOUBLET 1625
Doublet (J.) – Histoire de l’abbaye de S. Denys en France. Paris : Heuqueville, 1625.

DUFOUR 1992
Dufour (J.) Ed. – Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), t. I Actes antérieurs à l’avènement et 1108-1125. Paris : De Boccard, 1992 (Chartes et diplômes).

FARDULFE, DUMMLER 1881
Fardulfe, Dümmler (E) Ed. – Fardulfi abbatis carmina. MGH Poetae t. I. Hanovre, 1881 p. 352-354.

FELIBIEN 1706
Félibien (M.) – Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denis en France – Recueil de pièces justificatives. Paris : Léonard, 1706. Réimpr. Paris : Editions du Palais-Royal, 1973.

FOURQUIN 1964
Fourquin (G.) – Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age : du milieu du XIIIe siècle au début du XIVe siècle. Paris : PUF, 1964. (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris, série « Recherches », t. X)

GREGOIRE DE TOURS, LATOUCHE 1979
Grégoire de Tours, Latouche (R.) Trad. – Histoire des Francs. Paris : Les Belles Lettres, 1979, 2 vol. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Age).

HINCMAR, MABILLON 1672
Hincmar, Mabillon (J.) Ed. – Miracula sancti Dionysii. Acta sanctorum ordinis sancti Benedicti, t. III-2. Paris, 1672, p. 343-364.

HEINZELMANN, POULIN 1986
Heinzelmann (M.), Poulin (J.-C.). – Les Vies anciennes de sainte Geneviève de Paris. Paris-Genève : Slatkine, 1986.

HUBERT 1952
Hubert (J.) – L’architecture religieuse du haut Moyen Age en France : plan, notices et bibliographie, Paris : Imprimerie nationale, 1952.

JOTSALD, MIGNE 1853
Jotsald, Migne (J.-P.) Ed. – Vita sancti Odilonis. PL, t. 142, Petit-Montrouge, 1853, col. 897-940.

KRUSCH 1885
Krusch (B.) Ed. – Passio sanctorum martyrum Dionisii, Rustici et Eleutherii. MGH Auct. ant., t. IV - 2. Hanovre : Hahn, 1885, p. 101-105.

KRUSCH 1888
Krusch (B) Ed. – Gesta Dagoberti Regis. MGH SS rer. Merov., t. II, Hanovre : Hahn, 1888, p. 396 - 425.

KRUSCH 1896
Krusch (B.) Ed. – Vita sanctae Genovefae virginis Parisiensis. MGH SS rer. Merov., t. III. Hanovre : Hahn, 1896, p. 215-238.

KRUGER 1971
Krüger (K.-H.) – Königsgrabkirchen der Franken, Angelsachsen und Langobarden bis zur Mitte des 8. Jahrhunderts. Ein historischer Katalog. Munich : Fink, 1971. (Münstersche Mittelalter-Schriften, 4).

LAUER 1940
Lauer (P.) Ed. – Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923). Paris, 1940.

LEBEL 1935
Lebel (G.) – Catalogue des actes de l’abbaye de Saint-Denis relatifs à la province ecclésiastique de Sens de 1151 à 1346. Paris : Imprimerie administrative centrale, 1935.

LEVILLAIN 1925
Levillain (L.) – Etudes sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne : II : les origines de Saint-Denis. Bibliothèque de l’École des Chartes, 86, 1925, p. 5-99

LEVILLAIN 1926
Levillain (L.) – Etudes sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne : III : privilegium et immunitates ou Saint-Denis dans l’Église et dans l’État. Bibliothèque de l’École des Chartes, 87, 1926, p. 20-97 et p. 245-346.

LEVILLAIN 1930
Levillain (L.) – Etudes sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne : IV : les documents d’histoire économique. Bibliothèque de l’École des Chartes, 91, 1930, p. 5-65 et p. 264-300.

NEWMAN 1937
Newman (W.-M.) – Catalogue des actes de Robert II, roi de France. Paris : Librairie du Recueil Sirey, 1937.

PERIN 1991
Périn (P.). – Quelques considérations sur la basilique de Saint-Denis et sa nécropole à l’époque mérovingienne. In : DUVOSQUEL (J.-M.) et DIERKENS (A.) Ed. – Villes et campagnes au Moyen Age. Mélanges Georges Despy. Liège : Du Perron, 1991, p. 599-624.

ROUX 1988
Roux (S.). – À l’ombre du monastère (de 869 à la fin du XIIe siècle). – La belle ville et ses malheurs (xiiie-xive siècles). In : BOURDERON (R.) et PERETTI (P. de) Dir. – Histoire de Saint-Denis. Toulouse : Privat, 1988, p. 85-136.

SUGER, GASPARRI 1996
Gasparri (F.) Trad. – Œuvres, t. I : Ecrits sur la consécration de Saint-Denis, L’œuvre administrative, Histoire de Louis VII. Paris : Les Belles Lettres, 1996 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen-Age).

SUGER, LECOY DE LA MARCHE 1867
Lecoy de la Marche (A.) Ed. – Œuvres complètes de Suger. Paris, 1867 (Société de l’histoire de France XXIX).

TARDIF 1866
Tardif (J.) Ed. – Monuments historiques : Carton des rois. Paris, 1866. Réimpr. Lichtenstein : Nendeln, 1977.

TESSIER 1952
Tessier (G.) Ed. – Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, t. II, Paris, 1952 (Chartes et diplômes).

WAITZ 1883
Waitz (G.) Ed. – Annales Bertiniani. MGH SS rer. Germ., t. XIII. Hanovre : Hahn, 1883.

WYSS 1996
Wyss (M.) Dir. – Atlas historique de Saint-Denis : des origines au XVIIIe siècle, Paris : MSH, 1996 (DAF ; 59).

Notes

1 « Lettres du Prince Daulphin Charles adressées au Prevost de Paris pour fortifier l’Eglise de sainct Denys, et à cet effet luy donner pouvoir d’abattre et démolir les maisons alentour, afin de la maintenir et defendre contre les ennemys du Royaume » (Doublet 1625, p. 994-995 ; Wyss 1996, p. 239).

2 Inventaire des titres de l’abbaye de Saint-Denis, par François Thomas, t. IV, n° 4533 (Archives nationales, LL 1192).

3 Plans cadastraux de la commune de Saint-Denis reliés en atlas (Archives de Paris et de l’ancien département de la Seine D 6 P2 4).

4 Par convention nous conservons l’orthographe médiévale de « Saint-Rémy » pour désigner la rue, la porte et le faubourg, mais réservons « Saint-Remi » au vocable de l’église.

5 Diplôme de Charles III le Simple, daté du 8 février 898 (Lauer 1940, n° 10, traduction française dans Wyss 1996, p. 229).

6 Testament de Fulrad : loca sanctorum beatorum martirum Dionisio, Rustico et Eleutherio, ubi ipsi domni corpore requiescunt in loco qui dicitur Cadolaco (Atsma, Vézin 1986, n° 623).

7 Diplôme de Carles le Chauve, daté du 19 septembre 862 : duos mansos in vico ejusdem coenobii (Tessier 1952, n° 247).

8 Annales Bertiniani : Karolus rex abbatiam ipsius monasterii sibi retinuit, causas monasterii et conlaborationem per praepositum, et decanum atque thesaurarium, militiae quoque curam per majorem domus sua commendatione geri disponens (Waitz 1883, p. 86).

9 Annales Bertiniani : castellum in giro ipsius monasterii ex ligno et lapide conficere coepit (Waitz 1883, p. 98).

10 Diplôme de Charles III le Simple, daté du 8 février 898 (Lauer 1940, n° 10 ; traduction française dans Wyss 1996, p. 229).

11 Confirmation dans un diplôme de Louis VI le Gros, de 1112 (Dufour 1992, n° 74 ; traduction française partielle dans Wyss 1996, p. 139).

12 Prétendu abandon des droits et privilèges sur le territoire de l’abbaye de Saint-Denis par l’évêque Landry, un faux du XIe siècle (Tardif 1866, n° 10).

13 Affranchissement par l’abbé Adam de l’aumônerie et de ses quatre chambres en 1110, d’après l’inventaire des titres de l’abbaye de Saint-Denis, par François Thomas, t. I, n° 208 (Archives nationales, LL 1189, édité dans Wyss 1996, p. 249).

14 Charte de l’abbé Suger affranchissant les hommes de la villa de Saint-Denis en 1125 (Suger, Lecoy de la Marche 1867, p. 319-321 ; traduction française dans Wyss 1996, p. 193).

15 Diplôme de Louis VI le Gros, de 1112 (Dufour 1992, n° 70 ; traduction française dans Wyss 1996, p. 192).

16 Charte de Suger, vers 1130 : aream unam ad domum faciendam ante monasterium (Suger, Lecoy de la Marche 1867, p. 331-332 ; traduction française dans Wyss 1996, p. 250).

17 Copie de la charte dans le Cartulaire blanc de Saint-Denis (Archives nationales, LL 1159, n° 21, p. 10 ; édité dans Wyss 1996, p. 194).

18 Copie d’une charte de Robert de Fontenay, abbé de Saint-Denis, datée du 30 décembre 1356 (Archives nationales, S 2252B ; édité dans Wyss 1996, p. 239).

Auteur

Unité d’archéologie, Ville de Saint-Denis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540