Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

III. POLITIQUE FONCIÈRE, RESSORT DE JURIDICTION ET DÉVOLUTION DE L'ESPACE

11. Téotolon, doyen de Saint-Martin, évêque de Tours au Xe siècle, et urbaniste ?

Henri Galinié, Gérard Chouquer, Xavier Rodier et Pascal Chareille

Texte intégral

1Alors que l’on a, au sein du groupe de travail, adopté le principe d’un examen en deux temps de la documentation, commençant par l’exposé des données morphologiques avant celles des autres sources, nous avons, dans la présentation de Tours, choisi de respecter l’ordre inverse qui correspond à la procédure de recherche. C’est, en effet, parce qu’un travail sur les sources écrites avait fait apparaître une opération d’envergure au Xe siècle que nous avons tenté d’en établir la réalité spatiale en faisant appel à l’analyse morphologique.

LES SOURCES ECRITES

2Dans le cas de Tours aux IXe et Xe siècles, le dossier de textes livre des indications topographiques à la fois typées et imprécises. Le recours à la transcription topographique directe des informations ne donne pas de résultat satisfaisant car le seuil quantitatif nécessaire pour permettre la réalisation de plans cohérents, à l’échelle de la ville, n’est pas atteint. Il faut donc abandonner toute idée de reconstitution fondée de l’espace urbain au pas séculaire. En réduisant l’objectif, il est, en revanche, possible d’examiner la situation de l’ouest de la ville médiévale, à partir des sources des deux monastères de Saint-Martin et de Saint-Julien aux IXe et Xe siècles, et tout particulièrement entre 918 et 943.

3Les actes de la chancellerie carolingienne concernant Tours, essentiellement le monastère de Saint-Martin au IXe siècle, puis les actes privés des monastères de Saint-Julien et de Saint-Martin au Xe siècle relèvent de deux domaines complémentaires en matière d’analyse spatiale. Deux aspects peuvent être étudiés en mettant en œuvre les différents dossiers de sources écrites : la maîtrise juridique et la maîtrise foncière, dans l’ouest de la ville.

1. Maîtrise juridique

4Les actes de la chancellerie carolingienne qui intéressent notre propos ici concernent presque exclusivement le monastère de Saint-Martin et couvrent un siècle, de 845 à 938. Le vocabulaire utilisé, à connotation juridique, permet de suivre l’évolution des droits de Saint-Martin. Pour résumer les résultats publiés en détail ailleurs (Galinié 1981), on y distingue très bien le mouvement suivant :

5- au IXe siècle, le monastère de Saint-Martin est toujours localisé, par les actes, dans le suburbium de la cité de Tours : in suburbio civitatis. Auprès du monastère, mais à l’extérieur et distinct, se trouve un burgus. Le monastère dispose de privilèges étendus dont l’immunité, le burgus d’exemptions plus étroites, mais l’un et l’autre forment des composantes du suburbium civitatis, au même titre que d’autres monastères ou édifices de moindre importance qui sont les seuls éléments documentés avec leurs possessions dans les environs immédiats de la cité : vignes, terres arables.

6Des actes du IXe siècle, il ressort que l’emprise du monastère stricto sensu s’étend au nord de la basilique, comprenant une église vouée à l’accueil et à la sépulture des pauvres : Notre-Dame de l’Ecrignole (849, 854).

7- Entre 903 et 918, les chanoines de Saint-Martin procèdent à l’édification d’une enceinte, autour de leur monastère. L’implantation de cette enceinte excède l’emprise du claustrum canonial au nord alors qu’au sud, à l’est et à l’ouest elle laisse hors les murs des édifices qui font partie à proprement parler du monastère, comme Saint-Venant, ou en dépendent, sans en faire partie, comme Saint-Pierre du Cimetière ou Saint-Clément (Galinié 1994). A partir de 918, date d’achèvement du castrum sancti Martini qui protège le monastère, on observe une action en deux temps, de la part de l’abbé laïc, le comte et marquis Robert :

8i) en décembre 918, il obtient de Charles III l’extension du privilège d’immunité à la totalité de l’emprise du castrum. ii) en juin 919, il obtient une nouvelle extension de l’immunité, du même castrum jusqu’à la Loire. Est ainsi constitué, en 919, un suburbium de Saint-Martin, hors les murs du nouveau castrum, enclave dans le suburbium de la cité (Boussard 1958).

9L’analyse des textes médiévaux et des plans modernes (fig. 3) permet de restituer avec une réelle précision l’emprise, entre castrum et Loire, de ce suburbium sancti Martini qui a la forme générale d’une bande de terrain de quelque deux cents mètres de large, joignant le monastère au fleuve. Vers le sud, hors de notre propos ici, il s’étend très largement jusqu’au Cher et constitue une réserve du monastère (Noizet 1997).

10La constitution de ce suburbium de Saint-Martin et sa mise sur un pied d’égalité juridique avec celui de la cité revêt l’allure d’un coup de force. En effet, pendant un siècle (920 à 1023-31), seuls les Robertiens, les chanoines de Saint-Martin et des souverains (Raoul puis Robert le Pieux) font usage des termes suburbium sancti Martini (en 920, 938 ?, 954, 966, 995-1004, 996-1004, 1023-1031).

11L’attitude de Téotolon, à ce sujet, est éloquente. En 920, il est doyen de Saint-Martin, donc chef réel de la communauté dont l’abbé laïc est le comte Robert ; on le voit alors utiliser pour la première fois l’appellation suburbium sancti Martini, dans un acte privé. On retrouve ce même Téotolon en 939, à son retour de Cluny, cette fois comme évêque de Tours, attaché à reconstituer le fonds du monastère de Saint-Julien. En 943, dans deux actes, Téotolon procède à des donations en faveur de Saint-Julien (Lorans 1980). Pour désigner les confronts des terres données, il retrace la genèse des propriétés, se réfère implicitement à l’acte de 920, énumère le castrum de Saint-Martin et l’église Saint-Pierre-le-Puellier, des terres ex potestate sancti Martini, cite diacres ou chanoines de Saint-Martin, mais évite soigneusement de se référer au suburbium de Saint-Martin, l’entité qui englobe ces différentes composantes, dont il a pourtant été le concepteur une vingtaine d’années plus tôt, alors qu’il occupait d’autres fonctions. Ainsi, l’évêque ignore le doyen qu’il a été. Laïcs ou ecclésiastiques du Xe siècle agissent de même : s’ils ne sont pas de Saint-Martin, ils ignorent le suburbium sancti Martini, ne se réfèrent qu’au suburbium civitatis, comme entité juridique.

La délimitation du suburbium entre castrum sancti Martini et Loire (fig. 2 et 3)

12La reconstitution de l’emprise des fiefs de Saint-Martin et de Saint-Julien, à partir des plans terriers du XVIIIe siècle (Galinié 1981), fait apparaître, entre le castrum et la Loire, une bande de terrain nord-sud, le fief du bourg Saint-Père, encadré à l’est et à l’ouest par des fiefs relevant de l’abbaye de Saint-Julien. Le fief du bourg Saint-Père et le fief occidental de Saint-Julien sont eux-mêmes séparés de la Loire par un fief du cellérier de Saint-Martin. Cette étroite bande est-ouest correspond très vraisemblablement à un gain sur le fleuve au cours du Moyen Age, en tout état de cause avant l’enceinte du XIVe siècle puisque le fief du roi, qui correspond à l’enceinte de 1356, l’entoure et certainement l’ampute. On propose de voir dans la limite septentrionale des fiefs du bourg Saint-Père et de Saint-Julien (ouest) la marque du trait de rive au Xe siècle, tel qu’il ressort des actes de 919, 920 et 943.

13J. Boussard (1958) a montré comment l’église Saint-Pierre-le-Puellier et son bourg avaient été restitués au chapitre de Saint-Martin en 1119. Il propose de voir dans cette « part éloignée du domaine royal » (qui n’est pas limitée à la seule partie qui nous occupe ici) ce que les Robertiens avaient obtenu des Carolingiens et qu’ils avaient conservé comme abbés laïcs, pendant tout le Xe siècle, puis intégré au domaine royal lors de leur accession au trône en 987. Pour cette zone entre castrum et Loire, qui correspond donc au bourg Saint-Père, nous proposons une identification avec la partie du suburbium sancti Martini qui nous importe ici.

14Si l’on accepte cette proposition, on est renvoyé à l’acte de juin 919. Ce sont 4 ha nouveaux qui bénéficient de l’immunité à cette date, en sus de ceux qui en disposaient déjà dans l’acte de décembre 918.

15Comparés aux milliers d’hectares dont dispose alors Saint-Martin, ce gain n’a de sens que dans l’examen de la relation du monastère au fleuve. Il faut donc le rapprocher d’un acte de Louis le Pieux de 816 qui exempte douze bateaux du monastère de Saint-Martin de toute forme de taxe sur les fleuves du royaume. Le monastère qui comprend quelque deux cents chanoines et leur familia, peut-être au total entre 1 500 et 3 000 personnes, s’est doté d’un système d’approvisionnement à partir de ses possessions en Touraine et ailleurs, notamment dans l’Allier.

16De ses possessions immunitaires au castrum lui-même, en passant par les voies d’eau, Saint-Martin est exempt de toute ingérence extérieure, sauf entre le point de déchargement sur la rive de la Loire, au droit du castrum et ce dernier à deux cents mètres dans les terres. Là, agents royaux ou autres, dans le suburbium civitatis, sont en mesure de faire prévaloir la règle générale à laquelle Saint-Martin est soumis, hors de ses terres immunitaires et des voies d’eau. Qu’un accès direct du castrum au fleuve soit créé, et la question est résolue. C’est la cause efficiente que nous proposons de retenir pour la modification, apparemment de détail, contenue dans l’acte de juin 919. L’acte de décembre 918 négligeait de prendre cet aspect en considération et les chanoines durent en pâtir.

17Il reste à examiner la réalité spatiale de l’équivalence créée par les gens de Saint-Martin entre immunité et suburbium.

2. Maîtrise foncière

18Dans le cadre de ces travaux collectifs sur la morphogenèse, la question que nous nous efforçons de résoudre est de savoir, dans le cas de Tours, si la création du suburbium de Saint-Martin en 919 s’est accompagnée d’une action de lotissement ou de toute autre forme d’organisation de l’espace. En somme, si la maîtrise juridique du sol de la part de l’abbaye de Saint-Martin, que nous venons d’examiner, s’est accompagnée d’une maîtrise foncière, et ce dans la perspective d’un aménagement urbain.

19Si les textes d’origine royale l’emportent en nombre à Saint-Martin jusqu’à 919, ensuite ce sont les actes privés de donations et d’échanges qui dominent, eux-mêmes relayés par un autre dossier exceptionnel, celui de l’abbaye de Saint-Julien que l’évêque Téotolon releva dans les années 940-943. Ces actes privés ne parlent pas de la même chose que les diplômes royaux. Ils sont moins attachés aux droits et plus descriptifs des biens. En 920, Téotolon, doyen de Saint-Martin, procède à une série d’échanges de terrains au nom du chapitre avec des laïcs ou des clercs. Il semble en ressortir à la fois une réorganisation des terres affectées au grangier de Saint-Martin pour l’exercice de sa charge et la récupération de terres. Téotolon échange des biens du monastère hors du nouveau suburbium contre des biens qu’il s’efforce d’acquérir pour le monastère dans ce même suburbium. Ce texte est le seul indice d’opérations foncières du chapitre de Saint-Martin qui nous est parvenu. La complication des échanges qu’il mentionne, le nombre élevé des personnes concernées sont une indication indirecte du morcellement de la propriété foncière mais en même temps de l’usage essentiellement agricole des terres mentionnées au début du Xe siècle, entre cité et Saint-Martin et entre Loire et Cher. L’urbanisation y apparaît faible, y compris à proximité du fleuve (Lorans 1980).

20Plus précis est le dossier de Saint-Julien. En 940-943, le même Téotolon, devenu entre temps évêque de Tours, entreprend de restaurer le monastère de Saint-Julien et d’en reconstituer le temporel pour y installer une communauté de moines clunisiens. A cette fin, il procède à des donations de ses propriétés personnelles dont certaines déjà mentionnées dans l’acte de 920 (Lorans 1980). Ces donations butent contre les possessions de Saint-Martin et le suburbium sancti Martini. Si l’on se reporte au plan des fiefs respectifs de Saint-Martin et de Saint-Julien, tel qu’il peut être reconstitué pour le XVIIIe siècle, la situation initiale du Xe siècle est lisible, sans trop de risque d’erreur, dans le secteur de la rive de la Loire (fig. 3). On y voit bien le fief du corps de l’abbaye de Saint-Julien encadrer les fiefs du chapitre ou des dignitaires de Saint-Martin. Il nous semble fort probable que cette configuration correspond à celle mise en place au Xe siècle, en deux temps : 918-919 pour Saint-Martin, 940-943 pour Saint-Julien. L’encadrement du suburbium sancti Martini par les fiefs de Saint-Julien est l’argument le plus fort pour identifier le bourg Saint-Père au suburbium de 919 et, de plus, y voir l’obstacle que Téotolon dut contourner en 943. C’est aussi un indice, sinon une preuve, soit de la mainmise foncière et non seulement juridique de Saint-Martin sur les terres, donc de leur inaccessibilité pour les gens de Saint-Julien, soit d’une affectation de ces terres à des usages – domestiques ? artisanaux ? commerciaux ? – qui s’opposaient au dessein déclaré de Téotolon qui était de fournir des terres arables aux moines de Saint-Julien.

LES INFORMATIONS ARCHEOLOGIQUES

21Elles s’accordent mal à une datation aussi étroite que 918-943. Les fourchettes des datations archéologiques, à partir de la céramique, sont de l’ordre du siècle, IXe-Xe ou Xe-XIe siècle(s), au mieux (fig. 1).

22Site 7, Saint-Martin dans le claustrum (Galinié et al. 1979, 1981, 1982)

23Les fouilles de Saint-Martin ne sont pas d’une grande utilité dans le raisonnement. Situées au sein du claustrum, elles en laissent voir des réorganisations successives, en affirment le caractère monastique ou canonial bien avant 900. Une éventuelle opération, vers 903-920, ne peut être soutenue par les données du terrain, même si les IXe, Xe et XIe siècles laissent voir des aménagements conduisant à des réorganisations fonctionnelles, notamment la réduction de l’aire funéraire au profit de ce qui semble être des maisons canoniales (Galinié 1994).

24Site 1, Saint-Pierre-le-Puellier dans le suburbium sancti Martini (Galinié et al. 1976)

25Les fouilles du site de Saint-Pierre-le-Puellier, au nord de l’église médiévale, pour leur part, n’attestent pas la présence du monastère haut médiéval (quelques objets redéposés), mais montrent une réoccupation des lieux relativement dense, à partir de la présence de fosses-dépotoirs datées IXe-Xe siècle(s). Celles-ci sont vraisemblablement localisées en fond de parcelles ou de terrains, en relation avec des bâtiments hors des limites de la fouille, peut-être en bordure de rue. L’utilisation du site aux IXe-Xe siècles semble tenir compte de murs antiques encore présents en élévation, sans que l’on puisse dire dans quel état de conservation ces murs se trouvaient, ni préciser s’ils servaient encore pour d’éventuelles constructions.

26Les fosses-dépotoirs ont livré de la céramique domestique, mais aussi un moule à médailles, seul indice d’une éventuelle activité de production artisanale (Motteau 1985). Fin Xe ou début XIe siècle, les deux tiers de la superficie fouillée furent affectés à un cimetière de type paroissial dès l’origine, selon les données anthropologiques sur la composition de la population (Theureau 1985, 1998). Ce cimetière était limité au nord par une clôture légère (en clayonnage ?) qui le séparait d’un atelier de chaufournier.

27Il est possible de conclure de ces données qu’on habitait au Xe siècle dans le suburbium, sans qu’on puisse en inférer l’étendue de l’habitat à partir d’un seul point d’observation, ni la nature des occupations des habitants.

28Site 4, dans le fief de Saint-Julien, partie ouest (inédit)

29Au nord, sur ce que l’on pense être le trait de rive antique, les premières traces d’occupation organisée, sur les sables alluviaux, datent du Xe-XIe siècle (Rocque 1998).

30Site 06, dans le fief de Saint-Julien, partie ouest (Galinié et al. 1980)

31La qualité de l’information archéologique est faible, du fait qu’il s’agit d’observations ponctuelles et non d’une fouille systématique comme sur les sites précédents. Les coupes stratigraphiques révèlent un hiatus entre les niveaux d’occupation antique et médiévale, marqué par une forte épaisseur de terres noires. Une rue est-ouest (fig. 1) apparaît, sans doute possible, comme une création médiévale, sans antécédent antique. Sa première surface est indatable et le premier bâtiment qui la borde appartient au XIIe-XIIIe siècle.

32En plan, on a pu observer une nécropole à laquelle succéda au Xe-XIe siècle un séchoir à grains. Les limites spatiales et qualitatives de cette observation invitent à ne pas extrapoler au sujet de l’usage du secteur. Dans l’optique de la problématique abordée ici, on peut cependant exclure de l’habitat dense au Xe siècle, mais on ne peut assurer que l’activité attestée de traitement des céréales soit liée à l’abbaye de Saint-Julien, en conclure que l’on a là, par exemple, une grange du monastère. Les fourchettes de datation archéologiques ne le permettent pas.

L’ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CADASTRE DU XIXe SIECLE

33L’analyse morphologique nécessite plusieurs lectures successives qui ne sont pas nécessairement cumulées :

  1. le plan considéré comme une entité,
  2. les unités de plan,
  3. les voiries remarquables.

34On a utilisé pour les lectures a) les orientations distinctes de trames parcellaires, b) les sous-ensembles présentant des similitudes d’organisation parcellaire, c) les ensembles viaires présentant une géométrie régulière.

35Les trois lectures livrent des informations de nature différente. La première tend à souligner la place de permanences depuis l’Antiquité, donc des superpositions et une densification selon des lignes de forces, les deux autres laissent une marge d’interprétation beaucoup plus large en matière d’opérations volontaires ou d’évolution spontanée.

1. Les orientations de la trame urbaine

36Le bloc morphologique retenu est celui qui, dans toute l’emprise urbaine de la ville pré-industrielle, montre le plan le plus complexe (fig. 4, 5). Partout ailleurs, le tissu est plus lâche, essentiellement formé de lotissements axés sur les principales rues. Pour autant, le bloc retenu est relié au reste du plan de la ville par divers liens :

  • un lien peu déterminant, il est compris dans la même enveloppe que le reste de la ville, l’enceinte du XIVe siècle.
  • un lien plus déterminant, il montre trois gisements (RODIER 2000) dominants dont deux dépassent largement son emprise (fig. 6) :
    • le gisement 77,5° qui est présent dans la totalité de l’emprise urbaine,
    • le gisement 65° qui s’étend majoritairement dans l’ouest de la ville,
    • le gisement 90° qui est, pour sa part, essentiellement présent dans le bloc étudié si l’on exclut sa présence sub-contemporaine à l’est de la ville, au-delà du rempart du Bas-Empire ;
  • enfin, ce bloc est partagé par une très forte césure de direction est-ouest qui se retrouve dans une bonne partie du reste de la ville et qui est interprétée comme un paléochenal parallèle à la Loire (voir fig. 7, la limite est-ouest entre les unités de plan 3 et 4).

37Le choix des gisements

38Pour restituer ce faisceau de trois gisements, on s’est laissé guider par quelques évidences du plan napoléonien qui servent de bases de départ à un travail de sélection.

39Première sélection

40Dans un premier temps, on a effectué des tris autour de quatre gisements distincts :

  • 75° qui correspond au mur ouest du castrum du Bas-Empire,
  • 82,5° qui correspond au mur ouest du castrum de Saint-Martin du Xe siècle,
  • 65° et 90° du fait de leur prégnance dans le plan.

41Deuxième sélection (fig. 6)

  • 1 Le SIG MapInfo a été utilisé pour la numérisation et le traitement de l’information et le tableur (...)

42Celle-ci a été réalisée à partir de la numérisation de la restitution manuelle du plan cadastral de 1836 faite par F. Ben Nejma (1992)1.

43L’analyse de la distribution de l’ensemble des gisements en fréquences cumulées (Tableau 1) souligne deux ruptures franches, l’une à 0 ou 90°, l’autre à 65°. En outre, il apparaît que 76 % des individus se répartissent entre 65° et 90°.

44Le choix des trois classes

  • 2 Cette marge est indispensable pour gommer les imperfections accumulées à chaque étape de la consti (...)

45Les deux premières classes ont été créées autour de chacune des ruptures en considérant qu’il s’agissait soit de changements significatifs, soit d’anomalies. Le centre de chaque classe est placé sur la rupture considérée (0° ou 90°, 65°) avec une marge de ± 5°2. En comparant le résultat à celui de la première sélection, les deux classes 65° et 90° se sont révélées communes.

46En revanche, l’analyse conjointe du plan issu de la première sélection et de la distribution des gisements nous a conduits à remplacer les gisements 75° et 82,5° par une seule classe centrée sur 77,5° ± 5°. Les deux gisements primitifs étaient trop proches l’un de l’autre et si celui de 75° paraissait être majoritaire et couvrir l’ensemble du plan, celui de 82,5°, pour sa part, se distinguait mal entre les gisements 75° et 90°, et réduisait la représentativité de chacune des classes. De plus, ni l’une ni l’autre ne se justifiaient d’après la distribution des gisements. En revanche, la classe centrée sur 77,5° correspond exactement au point d’inflexion de la courbe des fréquences cumulées entre 65° et 90°, soit au centre de la fourchette qui comprend la majorité des gisements. Le gisement 77,5° est présent dans l’ensemble du plan, il est fortement représenté, comprend des éléments structurants comme le castrum du Bas-Empire et celui de Saint-Martin et représente l’orientation majeure et permanente de la ville.

47Il est possible d’augmenter la fourchette de 5° de part et d’autre de 77,5°, puisqu’il s’agit de la partie la plus verticale de la courbe des fréquences cumulées (Tableau 1), cela aurait pour effet d’accentuer la présence de l’orientation principale de la ville sans pour autant gommer les deux autres orientations.

Tableau I

Tableau I

Tours – Analyse des orientations parcellaires, fréquences cumulées croissantes des valeurs de gisement

48Le contenu des trois gisements retenus

4977,5

50Le gisement 77,5 comprend le castrum du Bas-Empire. Il renvoie certainement à des orientations conservées de la ville antique ou engendrées par cette dernière.

51Dans l’ouest de la ville, au sein du bloc étudié, la basilique de Saint-Martin, les murs ouest et est du castrum du Xe siècle, l’essentiel du quartier canonial au sud de l’abbatiale, c’est-à-dire le claustrum, s’inscrivent dans le gisement.

5265

53Le gisement 65 forme un premier ensemble homogène au nord et à l’ouest de la ville, un deuxième au sud, tous deux au-delà de l’enceinte du XIVe siècle. La partie nord et nord-ouest est interprétée comme la marque de l’inflexion du trait de rive de la Loire, observée archéologiquement (cf. supra sites 4 et 06).

54L’ensemble sud et sud-ouest correspond aux boires, fossés et paléochenaux qui forment une limite à l’extension de la ville antique et médiévale. La façon dont les ensembles nord et sud entrent en contact à l’ouest est imprécise, donc les limites de chacun restent à définir.

55Enfin au point d’inflexion de la rive, dans le secteur au droit de Saint-Martin, les deux gisements 77,5 et 65 sont imbriqués.

5690

57Le gisement 90 est inclus dans la zone que couvre le gisement 77,5. Il concerne, dans le bloc étudié, un secteur situé au nord de la basilique et du quartier canonial – du monastère, du claustrum, en quelque sorte –, couvre donc la partie nord à l’intérieur du castrum du Xe siècle et une bande qui s’étend jusqu’à la Loire. Il est en concurrence avec la partie la plus orientale du gisement 65.

58Commentaire

59Il faut souligner :

  • que 77,5 renvoie le mieux à une trame d’origine antique pour les parties centrale et orientale de la ville, peut-être alignée par rapport au fleuve
  • que 65, pour l’essentiel localisé dans la partie occidentale de la ville antique et médiévale, peut correspondre à une inflexion permanente du parcellaire parallèlement au trait de rive observé archéologiquement de l’Antiquité au XIe-XIIe siècle, à cent cinquante mètres au sud dans les terres, formant peut-être une anse ou un méandre concave plus à l’ouest.

60Ces deux gisements sont bien articulés l’un par rapport à l’autre, ce qui n’est pas le cas du troisième.

61- que 90 s’inscrit à contresens dans le mouvement est-ouest, puisque dans la zone de contact entre 77,5 et 65, il forme une bande nord-sud en rupture franche.

2. Les unités de plan

62L’analyse par unités de plans conduit à identifier plusieurs formes cohérentes sur le cadastre napoléonien (Fig. 7) :

  • n° 1. Au nord, à l’ouest et au sud du bloc étudié, une structure linéaire aux parcelles de grande taille correspond au tracé du système défensif mis en place au milieu du XIVe siècle : rempart et fossé, connus architecturalement et archéologiquement. Les fiefs du XVIIIe siècle livrent la même information (Fig. 3).
  • n° 2. Au sud, une forme rectangulaire se distingue par son parcellaire lâche au sud de l’ex-basilique de Saint-Martin. Il s’agit du quartier canonial, à la fois au sein de l’enceinte du castrum du Xe siècle et au sud de cette dernière, jusqu’à l’unité n° 1.
  • n° 3. Immédiatement au nord du castrum, une perturbation correspond à un lotissement médiéval. Elle donne l’impression de rompre la forme de rues en patte d’oie qui existe au nord du castrum de Saint-Martin et qui indique une possible convergence de rues vers la porte de l’enceinte. Un paléochenal aurait influencé le tracé du mur nord du castrum, il aurait servi à constituer le fossé défensif, plus tard loti.
  • n° 4. Cette zone de parcellaire dense s’organise autour d’une place de marché à l’ouest hors du castrum, occupe la moitié nord de ce dernier et déborde vers l’ouest. Elle a subi des transformations dues aux contraintes imposées par les enceintes du Xe et du XIVe siècle. Elle est hors des axes principaux de circulation.
  • n° 5. Cette unité constitue la zone de contact entre la ville et le fleuve. Elle est organisée autour de voies nord-sud, plus ou moins parallèles. Le parcellaire y a une densité comparable à celle des unités 3 et 4.
  • n° 6. Elle est interposée entre l’unité 5 et le fleuve, ce que montre l’interruption du tracé rectiligne des voies nord-sud de l’unité 5. Elle correspond à un gain sur le fleuve antérieurement à la construction de l’enceinte du XIVe siècle.
  • n° 7a, 7b. Développements spontanés ou lotissements le long des deux voies qui assurent la jonction entre la cité et Saint-Martin.
  • Enfin, sans . Un ensemble de lignes du plan paraît être organisé en une forme d’aspect circulaire dont le centre se situerait aux abords de l’église médiévale de Saint-Pierre-le-Puellier. C’est autant un mouvement du parcellaire qu’une forme circonscrite et sa lecture reste délicate. Sur le strict plan formel, quelques éléments plaident pour une forme circulaire : rues curvilignes, au nord et à l’ouest, quelques limites rayonnantes à l’ouest. Ces formes identifiées sont en partie guidées par la connaissance préalable que l’on a tirée des textes, il y a donc risque de sur interprétation, tout particulièrement en ce qui concerne l’anomalie autour de Saint-Pierre-le-Puellier, dans laquelle, par analogie, on est tenté de voir les traces résiduelles d’un asile.

3. Les voiries remarquables (Fig. 9)

63- 1. L’intérieur du castrum de Saint-Martin répond à un plan régulier formé de deux fois deux tronçons de voies perpendiculaires, l’un nord-sud, l’autre est-ouest, articulés autour de la collégiale. Chacun des quadrants délimités est desservi par une voie secondaire dont l’ensemble forme un rectangle parallèle aux murs de clôture de 903-918. L’organisation interne, bousculée par la mise en place de l’abbatiale du XIIIe siècle puis par le percement de rues au XIXe siècle est difficile à observer sur plan.

64- 2. L’unité de plan 5 fait apparaître une série de 11 à 13 voies à peu près parallèles, entre la grande voie est ouest (la Grande Rue du Moyen Age) et le fleuve. Il faut noter que ces rues ne connaissent pas de correspondance directe au sud de la Grande Rue, à l’exception d’une rue qui semble dirigée vers la porte du rempart du castrum du Xe siècle.

CORRESPONDANCES DOCUMENTAIRES

65Il faut les considérer à des échelles successives.

1. A l’échelle de l’ouest de la ville considéré comme un ensemble (Fig. 6, 7 et 9)

66Il est possible pour chaque unité de plan (col. 1) de présenter les informations réunies par les lectures successives du plan (col. 2 et 3), en regard de ce que l’on sait par ailleurs (col. 4), pour faire apparaître la caractéristique majeure de chaque UP (col. 5) :

67Peut-on distinguer, dans la zone étudiée, la trace d’un urbanisme spécifique, qui serait indépendant de la trame antérieure et qui renverrait à des opérations de planification identifiables ?

68Le tableau II montre a) que, considérées séparément, gisements, unités de plan et trame viaire-parcellaire ne livrent pas d’éléments coordonnés et conclusifs et b) que, rapprochés les uns des autres, les trois se répartissent selon des associations hétérogènes qui ne s’accordent ni ne se complètent : l’image est brouillée.

69On admet donc établie par le tableau III, qui résume les informations issues de l’étude des formes, l’absence d’un urbanisme cohérent à l’échelle de toute la zone concernée (Saint-Martin, Saint-Julien).

2. Aux échelles plus restreintes des composantes de l’ouest de la ville (fig. 8)

70En faisant entrer dans le jeu ce que l’on sait des ensembles juridico-fonctionnels du Xe siècle, peut-on distinguer des opérations d’ampleur plus restreinte qui affecteraient des composantes de la zone considérée ?

71On considère dorénavant le bloc étudié, non plus seulement du point de vue de la forme globale mais comme un ensemble composite constitué du castrum, du suburbium et des deux secteurs de Saint-Julien, selon leur statut.

72Puisque ni l’unité de plan, ni les gisements ne fournissent de base (Tableau II), il faut soumettre à examen cette configuration à quatre composantes castrum, suburbium, Saint-Julien ouest, Saint-Julien est en évaluant : homogénéité des gisements, régularité de la voirie, à quoi l’on peut ajouter, à partir des textes et des fouilles, l’homogénéité d’usage selon de la dévolution du sol :

Tableau III – Analyse à l’échelle des composantes spatio-juridiques

Composante

Homogénéité des gisements

Régularité de la voirie

Homogénéité d’usage

Castrum

-

+

-

Suburbium

-

=

+

Saint-Julien ouest

+

+

? +

Saint-Julien est

+

+

? +

73Dans le tableau III, les composantes est et ouest de Saint-Julien partagent une homogénéité (gisement-voirie-usage) qui les distingue du couple castrum/suburbium : le gisement est identique, la voirie du même type, l’usage agricole du sol presque certain. En revanche, le couple castrumsuburbium de Saint-Martin est hétérogène. Pour ce dernier, l’homogénéité doit être recherchée à une échelle inférieure, en subdivisant l’espace interne du castrum (Tableau IV) :

Tableau IV - Analyse à l’échelle des composantes juridico-fonctionnelles

Composante

Homogénéité des gisements

Régularité de la voirie

Homogénéité d’usage

Castrum sud

+

+

+

Castrum nord

+

+

+

Suburbium

=

=

+

74A cette échelle, on obtient une homogénéité plus grande à l’intérieur de chaque composante, mais au détriment des statuts juridiques.

75En résumé, des tableaux ci-dessus (II, III et IV), il ressort que les caractéristiques partagées le sont à des degrés divers, dont aucune association terme à terme ou analyse unique ne rend compte de façon satisfaisante : ni juridique, ni architecturale, ni fonctionnelle puisque l’homogénéité de chaque composante ne lui est jamais propre, distincte, ou exclusive de ce qui l’entoure. Ainsi, le castrum, le claustrum, le suburbium ne sont chacun une limite, une entité, que partielles pour Saint-Martin, selon la caractéristique considérée. De plus, certaines de ces caractéristiques sont partagées avec l’extérieur, ici avec Saint-Julien :

Tableau V – Récapitulatif fonctionnel selon des associations tenant compte du découpage par statut juridique

  • 1 col. 2, les ensembles appartiennent à une même entité juridique (oui/non).

Association de composantes

21

partagent

ne partagent pas

St-Julien ouest
St-Julien est

oui

- gisement 77,5
- voirie régulière

Castrum sud
Castrum nord

oui

- voirie déterminée par le rempart
- Statut juridique

- usage du sol
- accès au claustrum
- gisements 77,5, 90

Castrum nord
Suburbium

oui

- gisement 90
- usage du sol

- voirie régulière
- gisement 65

St-Julien ouest/est
Castrum sud

non

- gisement 77,5

sans objet

Suburbium
Saint-Julien ouest/est

non

- voirie axée sur le fleuve

- usages du sol
- gisements

Castrum entier
Suburbium

oui

- statut juridique

- cf. supra

76Si la régularité des formes est évidente à l’œil, s’il existe de véritables quadrillages par petites zones selon les trois gisements retenus, on ne voit pas pour autant sur quels arguments formels s’appuyer pour distinguer une opération d’urbanisme globale au Xe siècle, surtout si l’on admet que le plan antique pouvait être composite et influencer le plan plus tardif. La présence conjointe des trois gisements de la trame urbaine dans la zone castrum/suburbium ne plaide pas pour la reconnaissance d’un urbanisme planifié. Les secteurs de Saint-Julien ouest et est sont les seuls à soutenir l’hypothèse d’une opération d’urbanisme.

77La seule analyse de cette partie du plan cadastral apporte un flot d’informations contradictoires et de questions. Les différentes sources doivent être confrontées selon leurs apports respectifs et leur relative complémentarité.

78Relèvent d’une logique comparable les actes de Saint-Martin, de Saint-Julien, publics ou privés et la reconstitution des fiefs du XVIIIe siècle. Leur complémentarité présuppose une quasi-invariabilité topographique des éléments constitutifs du plan des fiefs (fig. 3), ce qui ne signifie pas une immuabilité des droits. L’histoire connue de certains fiefs (Sainte-Maure, Saint-Père, fief du roi) montre, à première vue, des mobilités par ensembles cohérents et non des morcellements ou des dislocations de fiefs. L’encadrement du bourg Saint-Père, par le fief du corps de l’abbaye de Saint-Julien, établit la chronologie relative de l’une et de l’autre constitutions, et les dates de 919 et 943 peuvent être déduites des textes pour la chronologie absolue. Le plan ici donne de la réalité aux textes, de façon coordonnée.

79Les sources archéologiques, si on leur assigne ici de qualifier l’usage des lieux fouillés, font apparaître les éléments suivants :

  • l’hypothèse d’une rive du fleuve correspondant au Xe siècle à la limite sud du fief du cellérier de Saint-Martin est confortée (site 4),
  • la création médiévale du système viaire de Saint-Julien ouest est confortée si l’on extrapole à partir d’une rue (site 06),
  • l’utilisation agricole de ces terres occidentales est vraisemblable (site 06),
  • la présence d’habitations dans le suburbium de Saint-Martin au Xe siècle est assurée (site 1) sans que l’on puisse trancher quant à l’installation de ces habitations avant ou après 919. Les indices à vérifier vont dans le sens d’une occupation domestique ou artisanale du suburbium plutôt que dans celui d’une utilisation agricole.

80La lecture du cadastre du XIXe siècle peut, on l’a vu, répondre à deux logiques distinctes. Celle qui favorise une interprétation de formes cohérentes fondée sur le système viaire. Les fouilles du site 06 attestent alors une mise en place médiévale à Saint-Julien ouest, la régularité soutient l’hypothèse d’un système donc d’une planification. Celle qui met l’accent sur les inerties et donc limite l’intervention au niveau d’une organisation tenant compte de l’existant et non d’une ré urbanisation faisant table rase de l’existant.

81La reconstitution, même spéculative, de formes cohérentes, confrontée au résultat obtenu à partir des sources écrites et des emprises des fiefs milite pour une forme d’organisation au Xe siècle.

82A ce niveau, se distinguent bien trois ensembles cohérents :

  1. le castrum de Saint-Martin : 903-918 (plan de voirie, défense),
  2. le suburbium de Saint-Martin 919 et son organisation spatiale modulée selon l’existant : 920,
  3. Les terres de Saint-Julien de part et d’autre du suburbium de Saint-Martin (plan de voirie, 939-943).

83Au plan des usages, des pratiques, cette subdivision n’est pas satisfaisante, pas opératoire :

84Le castrum se subdivise en deux composantes :

  • Dans la partie sud, le monastère, le claustrum, l’orientation d’origine (gisement 77,5) reste très prégnante.
  • Dans la partie nord, le quartier laïc correspond au gisement 90 du plan, partagé avec le suburbium (fig. 6). Cela constitue un indice de réorganisation au nord du claustrum de Saint-Martin, affectant la seule partie nord du castrum mais partagée avec le suburbium, sans pour autant se traduire par un effacement complet des organisations antérieures, comme le montre la présence d’orientations concurrentes.
  • dans Saint-Julien est, le gisement 77,5 domine largement (fig. 6).
  • dans Saint-Julien ouest, le gisement 65 est très faiblement représentée. Sa présence dans les zones qui encadrent Saint-Julien ouest est bien plus soulignée (fig. 6). Si, comme on le pressent, le début de l’inclinaison de la rive commençait plus à l’est, dans l’Antiquité, la présence majoritaire du gisement 77,5, à Saint-Julien ouest, doit correspondre à une réorganisation selon une disposition qui ne tint pas compte d’un gisement ancien 65. La réorganisation fut alors influencée par les nouvelles conditions que représentaient le gain réalisé sur la Loire, au cours du haut Moyen Age, dans des conditions inconnues. Ce gain avait oblitéré les niveaux antiques et leurs contraintes. On accepte ainsi l’idée d’une refonte importante dont le plan régulier de voirie est la concrétisation.
  • L’unité de plan n° 5, pour sa part, milite pour un tropisme exercé par la Loire d’abord sur le suburbium puis, par analogie, sur les deux secteurs de Saint-Julien. Cette disposition n’a pas d’équivalent ailleurs à Tours. Cette unité 5 entretient pourtant des rapports différents avec les deux communautés religieuses. Pour Saint-Martin, par l’ensemble A2 (fig. 8), elle est en contact direct avec l’abbatiale ; pour Saint-Julien, elle se trouve à l’écart du monastère, accolée aux secteurs laïcs de Saint-Martin.

3. En résumé

  • 3 Un phénomène reste sans proposition d’explication : la rupture que représente le gisement 90 du ca (...)

85On est donc, selon les sources mises en œuvre et le traitement qu’on leur applique face à des trames parcellaires orientées différemment, à des formes cohérentes significatives, à des modèles de plan de voirie, à des ensembles juridico-fonctionnels distincts, à des secteurs d’usage différencié. Ces composantes partagent certains caractères, en même temps qu’aucune n’est totalement indépendante des autres. Chacune des façons d’organiser la documentation reflète une partie d’une réalité multiforme3.

4. Peut-on parler d’urbanisme ?

86Pour les possessions de Saint-Martin une telle interprétation est en opposition formelle avec l’analyse morphologique des trames parcellaires, sauf à considérer qu’elles appartiendraient toutes au Xe siècle, hypothèse irrecevable. L’imbrication des systèmes parcellaires au sein des ensembles cohérents contredit l’impression fondée sur les maîtrises juridique et foncière. Il n’y a pas de relation de cause à effet convaincante. L’argument morphologique ne soutient pas une opération d’urbanisme accompagnée de lotissement. Il tolère une mise en place en deux temps d’une organisation au Xe siècle, si celle-ci se fonde sur un existant prégnant dont on ignore l’essentiel pour l’instant (état des connaissances). Les contradictions dans les trames parcellaires rendent compte d’une multiplicité de facteurs inconnus pour l’essentiel, tant pour leur date que pour leurs causes. Elles attestent simplement que l’intervention, très vraisemblable à partir des sources écrites au Xe siècle, n’est pas à lire au niveau de la parcelle mais à celui d’une conception d’ensemble d’espaces dévolus à des activités que l’on ignore ou que l’on pressent.

87On ne lotit pas au Xe siècle. On ne fait pas table rase du passé. Dans les possessions de Saint-Martin, peut-être revoit-on la desserte viaire, l’adapte-t-on à l’existant comme le suggère l’anomalie de Saint-Pierre-le-Puellier, peut-être fabrique-t-on la patte d’oie en profitant de la mise en place des fossés du castrum et des destructions engendrées par les raids normands. Mais si le site 1 ne livre pas de signes d’occupation dense avant le IXe-Xe siècle, il montre en revanche des structures antiques, des orientations résiduelles. Il donne l’impression de laisser place à l’initiative, mais pas le champ libre : des contraintes existaient qu’il aurait fallu supprimer pour une réelle opération d’urbanisme. Il en va de même à Saint-Martin. Nous savons que la basilique du Ve siècle resta en usage jusqu’au XIe siècle, que le monastère, même ruiné en partie par les Normands, a une structure fondée sur les alignements romains. L’aménagement interne du castrum ne se fit pas en toute liberté. On s’adapta à l’existant comme à des lignes de force résiduelles dans la mise en place d’un nouveau système viaire. Le changement majeur intervenu en 918 touche l’affectation fonctionnelle de certains espaces au nord de la basilique, dans le castrum. De monastique au sens strict, cet espace devint profane. Il fut dévolu à des laïcs desservant le monastère mais hors des limites propres de celui-ci : c’est ce que signifie la nécessaire demande d’extension de l’immunité à tout ce qui se trouve intra-muros en 918.

88Pour les possessions de Saint-Martin, il faut retenir de ces informations inconciliables que des éléments divers coexistaient. Des formes d’occupation s’accommodant de surimpositions à l’existant ont prévalu. Parallèlement des lieux de juridiction particulière furent créés sans relation avec la réalité physique (l’asile de Saint-Pierre-le-Puellier) ou soumis aux contraintes existantes (suburbium sancti Martini). Cela a pour résultat que ces phénomènes ne sont pas réductibles à une explication simple, qu’ils échappent à une analyse rationnelle recherchant la cohérence d’un projet global où exercice des droits, possession, urbanisme seraient articulés et subordonnés l’un à l’autre.

89C’est à Saint-Julien ouest que l’on observe la principale opération d’aménagement sous la forme d’un plan de voirie régulier, dont tout porte à croire qu’elle avait un but agricole. A Saint-Julien est, que l’on sait avoir été couvert de vignes avant les incursions normandes, le même plan est observable, mais là, sans modification d’usage.

90Pour l’ensemble considéré, il est possible de hiérarchiser le degré de l’intervention, en se référant aux informations des tableaux II à V : faible dans le claustrum de Saint-Martin (castrum sud), fort dans le castrum nord, moyen dans le suburbium, fort à Saint-Julien ouest, moyen à Saint-Julien est, puis de poser pour hypothèse que le degré de l’intervention est à mettre en relation avec le maintien ou le changement de dévolution du sol engendré par les opérations du Xe siècle.

91L’hypothèse de travail que nous proposons est donc celle d’une réorganisation importante dans la première moitié du Xe siècle, fondée sur l’existant à cette époque, et lui assignant un sens nouveau, sans pour autant le modifier partout de façon égale, en profondeur. L’initiative des opérations reviendrait à Téotolon, doyen de Saint-Martin puis évêque de Tours, la réalisation se faisant en deux temps : 903-920 pour le castrum et son suburbium, 940-943, pour les terres de Saint-Julien. Il nous reste à voir quelles fins poursuivait Téotolon.

L’ŒUVRE DE TEOTOLON

92Bien entendu, il n’existe aucune source écrite descriptive des opérations qui auraient été menées au Xe siècle et des fins auxquelles elles répondraient. L’attribution de la paternité de ces deux réalisations à Téotolon repose sur le rapprochement des informations disponibles :

  • il était doyen de Saint-Martin en 918-919. C’est lui, et non l’abbé laïc, qui assurait le fonctionnement du monastère. L’abbé laïc s’occupe de la maîtrise juridique par l’obtention des extensions de l’immunité, le doyen de la maîtrise foncière.
  • il est l’acteur principal de l’acte privé de 920 qui réorganise l’espace et crée, de fait, le suburbium sancti Martini.
  • il était évêque de Tours et à l’origine du relèvement de Saint-Julien en 943.
  • il fut l’auteur, avec sa sœur Gersinde, de nombreuses donations pour reconstituer le temporel de Saint-Julien entre 939 et 943.

93Ces données textuelles peuvent être confrontées à une seule donnée essentielle pour emporter l’adhésion : la façon dont les biens de Saint-Julien butent contre ceux de Saint-Martin. C’est la preuve morphologique retenue de l’antériorité relative de la mise en place du fonds de Saint-Martin sur celui de Saint-Julien, dans l’état où ils nous sont parvenus au travers des plans du XVIIIe siècle. La validité du plan du XVIIIe siècle comme source pour le Xe siècle repose sur la relative complémentarité des informations contenues dans les sources écrites, archéologiques et planimétriques et, sinon sur leur confirmation réciproque, du moins sur l’absence d’oppositions rédhibitoires, dans la limite des réserves exprimées ci-dessus. Ce n’est pas pour autant la preuve de l’initiative de Téotolon. Le reste est affaire d’intime conviction.

Téotolon, chanoine, moine et évêque

94Il y eut vraisemblablement deux et un seul Téotolon. Deux, lorsqu’on le voit agir au titre de doyen puis d’évêque. Un seul, quand on le voit ordonner le monde, si l’on accepte la proposition selon laquelle les tractations auxquelles il se livra eurent pour but de mettre les choses en ordre. Pour Saint-Martin comme pour Saint-Julien, il organisait, mais toujours au profit d’une communauté religieuse, de chanoines ici, de moines là. La place des frères est distinguée de celle des laïcs. A Saint-Martin, la coupure n’est certainement pas entre castrum et suburbium, mais entre claustrum d’une part et moitié nord du castrum et suburbium d’autre part. A Saint-Julien, la coupure est moins directement lisible mais elle existe, tout aussi nette, entre l’environnement immédiat du monastère qui est dévolu à la culture de la vigne, au contact direct des moines et les zones planifiées, à l’écart, de part et d’autre du suburbium de Saint-Martin. Dans l’un et l’autre cas, il réunit les conditions nécessaires à l’environnement matériel des hommes de prières. Ces zones périphériques qu’il délimita et attacha aux monastères avaient vraisemblablement pour objet d’accueillir les populations au service des chanoines et des moines, mais qui devaient être séparées du monastère, au sens étroit du terme. Les fonctions distinctes de Saint-Martin et de Saint-Julien nécessitaient des dispositions appropriées à chaque cas. La communauté de Saint-Martin était d’une importance sans comparaison avec celle de Saint-Julien, et son rapport au siècle bien plus étroit.

95Si l’on cherche à comprendre l’intention de Téotolon, il semble que c’est dans cette direction qu’il faut s’orienter. Les dégâts des incursions normandes ont pu lui fournir l’occasion de réorganiser le monastère de Saint-Martin. Son but fut d’assurer les meilleures conditions de fonctionnement possibles à ceux dont il avait la charge, selon sa vision du monde ou plutôt selon celle de son milieu, et selon la charge qu’il occupait. L’administration de Saint-Martin ou de Saint-Julien, puisque l’objet d’une communauté de chanoines, de moines clunisiens est d’être entièrement voués à la louange de Dieu, demande que les conditions nécessaires à l’exercice de cette fonction soient satisfaites, chacun trouvant sa place là où elle est, dans l’ordre des choses. L’organisation spatiale bipartite du claustrum d’une part, et de l’ensemble castrum nord-suburbium d’autre part, répondrait à cette double fin : ordonner le monde et faire vivre 1 500 à 3 000 personnes 365 jours par an. Les deux cents chanoines à leur place, les laïcs liés à leur service là où ils devaient se trouver, tout proches mais hors du claustrum. C’est une opération fondée sur des objectifs similaires qu’il conduisit vingt ans plus tard pour Saint-Julien, dans des circonstances différentes. De plus, l’un et l’autre contextes, canonial et monacal, ne sont pas strictement identiques, les chanoines pouvant être considérés comme plus engagés dans le siècle que les moines.

96En aucun des cas l’action de Téotolon n’est alors d’ordre urbanistique. Dans cette optique, il n’avait pas pour intention de produire de l’urbain ou de mettre en place les conditions matérielles favorables au développement urbain, entre 920 et 943.

97S’il se trouve que son action prend place parmi les conditions objectives locales dont certaines préexistaient – la concentration de main d’œuvre dans le castrum et le suburbium, la monnaie san-martinienne, l’insertion dans des réseaux d’échanges, le dégagement de surplus – dont une nouvelle configuration quelques décennies plus tard facilita le développement urbain, cela ne relève pas de son intention.

98Au XIe-XIIe siècle, les chanoines de Saint-Martin jouèrent un rôle actif, eux qui avaient, depuis longtemps mais aux seules fins de leur propre auto-fonctionnement, mis en place un système d’échange complexe intégré dans le monde. A Saint-Martin, on était dans la société de son temps, mais selon ses propres règles qui demandaient que chacun fût à sa place. La situation n’était pas radicalement différente à Saint-Julien, vers 950, mais les choix réalisés plus tard par les moines, de même que le fonds sur lequel vivait l’abbaye, créèrent des conditions sans commune mesure.

99Ce n’est donc que par un raisonnement rétroactif, en jugeant à partir du résultat connu au XIIe siècle, que l’on serait conduit à voir dans Téotolon un précurseur, porteur d’un projet urbain, dans la première moitié du Xe siècle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BEN NEJMA 1992
Ben Nejma (F.) - Le cadastre ancien de Tours : étude de morphologie urbaine, m.m. de Géographie, Université de Tours, 1992.

BOUSSARD 1958
Boussard (J.) - L’enclave royale de Saint-Martin de Tours, Bulletin de la Société des Antiquaires de France, 1958 : 157-179.

GALINIE 1981
Galinié (H.) - La notion de territoire à Tours aux IXe et Xe siècles, Recherches sur Tours 1, 1981 : 73-84.

GALINIE 1994
Tours, dans J.-C. Picard (dir.) Les chanoines dans la ville, Paris 1994 : 357-364.

GALINIE et al. 1976
Fouilles archéologiques sur le site de Saint-Pierre-le-Puellier à Tours (1969-1974), rapport préliminaire, Bull. de la Soc. Archéol. de Touraine 38, 1976, 155-172.

GALINIE et al. 1979
Fouilles archéologiques à Tours (1978-1979), rapport préliminaire, Bull. de la Soc. Archéol. de Touraine 39, 1979, 201-248.

GALINIE et al. 1980
Fouilles archéologiques à Tours, 1980, rapport préliminaire, Bull. de la Soc. Archéol. de Touraine 39, 1980, 607-649.

GALINIE et al. 1981
Fouilles archéologiques à Tours, 1981, rapport préliminaire, Bull. de la Soc. Archéol. de Touraine 39, 1981, 1041-1084.

GALINIE et al. 1982
Fouilles archéologiques à Tours, 1982, rapport préliminaire, Bull. de la Soc. Archéol. de Touraine 40, 1982, 153-199.

GALINIE, RODIER 2001
Galinié (H.), Rodier (X.) -² Les modifications du trait de la rive gauche de la Loire dans l’ouest de Tours, in Géoarchéologie de la Loire moyenne et de ses marges, N. Carcaud et M. Garcin dir., 2001 : 29-36.

GASNAULT 1961
Gasnault (P.) - Le tombeau de saint Martin dans l’histoire et dans la légende, Revue d’histoire de l’Eglise de France 47, 1961 : 51-66

LELONG 1970
Lelong (C.) - L’enceinte du castrum sancti Martini à Tours, Bulletin Archéologique du C.T.H.S, 6, 1970 : 42-56.

LORANS 1980
Lorans (E.) - Le fief de Saint-Julien de Tours au Moyen Age, recherches de topographie et d’histoire urbaines, m.m. d’histoire, université de Tours, 1980.

NOIZET 1997
Noizet (H.) - Les relations du monastère de Saint-Martin de Tours avec ses possessions à l’époque carolingienne, m. m. d’histoire, Université de Tours, 1997.

ROCQUE 1999
Rocque (G.) - L’équipement céramique d’une maison médiévale de Tours (site 4) m. m. d’Histoire Université de Tours, 1999

THEUREAU 1998
Theureau (C.) - La population archéologique de Tours (IVe-XVIIe siècle) : étude anthropologique, Recherches sur Tours 7, Tours 1998.

Notes

1 Le SIG MapInfo a été utilisé pour la numérisation et le traitement de l’information et le tableur Excel pour le calcul des gisements. Les parcelles ont été saisies (E. Morisseau, X. Rodier) sous forme de lignes vectorisées, recalées sur le cadastre actuel dans le système de coordonnées Lambert.
Le calcul des gisements a été effectué à partir des coordonnées des lignes obtenues sous la forme point de départ (x1, y1), point d’arrivée (x2, y2). Le gisement obtenu est le gisement (?) exprimé en degrés à partir du 0 fixé sur le nord géographique.

2 Cette marge est indispensable pour gommer les imperfections accumulées à chaque étape de la constitution du plan : précision du levé de terrain, report sur papier, tirage, assemblage des feuilles, numérisation).

3 Un phénomène reste sans proposition d’explication : la rupture que représente le gisement 90 du castrum nord et du suburbium par rapport à leur environnement immédiat.

Notes de fin

1 col. 2, les ensembles appartiennent à une même entité juridique (oui/non).

Table des illustrations

Titre Tableau I
Légende Tours – Analyse des orientations parcellaires, fréquences cumulées croissantes des valeurs de gisement
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Tableau II
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

Auteurs

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours (1995-2001)

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

Université, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540