Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

III. POLITIQUE FONCIÈRE, RESSORT DE JURIDICTION ET DÉVOLUTION DE L'ESPACE

Introduction

Bernard Gauthiez et Elisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

1A côté des opérations d’urbanisme identifiables par l’analyse morphologique parce qu’elles ont entraîné une planification des éléments constitutifs du tissu urbain (réseau viaire, parcellaire, bâti), il existe des actions de réorganisation de l’espace qui laissent des traces moins lisibles sur les documents planimétriques : ce sont celles qui portent non sur la forme mais sur la dévolution des espaces, sur les activités ou sur les usages.

2Les textes réunis dans cette partie portent sur des agglomérations dans lesquelles le rôle des acteurs à l’œuvre dans l’aménagement ou la maîtrise de l’espace urbain a pu être appréhendé. Dans le cas de Tours, la réorganisation foncière opérée au Xe s. par Téotolon, qui sépare le secteur des laïques de celui réservé aux chanoines de Saint-Martin, entraîne un réaménagement de la voirie, mais pas de planification du parcellaire. L’étude des bourgs acquis ou fondés par l’abbaye de Marmoutier aux XIe-XIIe s. montre que les moines n’ont pris qu’une faible part dans leur morphogenèse et incite à mettre en question l’importance qu’on accorde habituellement aux fondations de bourgs monastiques dans le développement urbain. A Fécamp, le rapport des acteurs locaux à l’espace a pu être saisi au moment où le contrôle de celui-ci changeait de main. Cela a permis de constater que la volonté de développement urbain et la pratique de la planification peuvent fortement varier à l’intérieur d’une même société, voire d’un même groupe social : l’abbaye, bénédictine, de Fécamp bloque le développement de la ville qu’elle finit par contrôler complètement ; l’abbaye, bénédictine, de Saint-Ouen à Rouen est le principal acteur du développement urbain planifié au nord-est de la ville. La politique urbaine, si elle peut s’expliquer en partie par des phénomènes qui interviennent à l’échelle d’une région, est aussi déterminée à l’échelon le plus local, dans des conditions que nous pouvons, dans l’état actuel des recherches, décrire mais pas expliquer (pourquoi l’archevêque de Rouen, une fois maître de Louviers, réorganise-t-il l’espace de la ville, mais sans la redessiner ? Pourquoi les moines de Saint-Ouen de Rouen font-ils œuvre de planificateurs, et pas ceux de Marmoutier ?).

Auteurs

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable