Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

II. LE DÉVELOPPEMENT DIT SPONTANÉ

10. Poissy

Luc Bourgeois

Texte intégral

SITUATION ET SITE

1Poissy est établi dans la partie convexe d’un méandre de la Seine, à égale distance de Meulan, Saint-Germain-en-Laye et Pontoise (fig. 1). La zone urbanisée, qui couvre environ 30 ha au début du siècle dernier, s’est développée sur une terrasse d’alluvions anciennes de bas niveau (Fy de la carte géologique). Le site paraît peu contraignant pour l’expansion urbaine, si l’on excepte la basse terrasse inondable (Fz) qui borde le cours actuel du fleuve. Au sud, une pente douce est couronnée par les buttes-témoins qui portent les massifs boisés de Laye (actuelle forêt de Saint-Germain) et de Cruye (actuelle forêt de Marly).

  • 1 C’est sur cet itinéraire qu’est établie la maladrerie de Poissy, attestée au XIIe siècle (Cartulair (...)
  • 2 Helgaud de Fleury, § 26.

2La ville médiévale s’est structurée autour d’une route Paris-Rouen qui emprunte le tracé de l’actuelle Grand’Rue avant de franchir la Seine pour gagner la Normandie par la rive droite du fleuve. Les sources médiévales attestent que cet axe est doublé par un itinéraire en rive gauche, qui suit la ligne de crête à distance de Poissy (actuelle N 13)1, et par la circulation fluviale2.

LES ORIGINES

  • 3 Noël 1869, p. 9 ; Labaraque 1948, p. 3.
  • 4 Bourgeois 1995b, vol. I, chap. V et IX.
  • 5 Bories 1901, p. 7-8 ; Erlande-Brandenburg 1971, p. 86.
  • 6 Sirat 1979 ; Mutz 1988.

3Des découvertes éparses réalisées en bordure de Seine et aux abords de la collégiale Notre-Dame attestent une occupation antique sans jamais étayer l’existence d’un habitat aggloméré. La présence d’une villa royale mérovingienne, supposée par plusieurs historiens locaux3, n’est pas mieux attestée, même si le site s’inscrit dans une nébuleuse de possessions fiscales. Il est par contre certain que Poissy constitue le chef-lieu du pagus du Pincerais au moins dès la fin du VIIe siècle4. Les cimetières mérovingiens permettent de distinguer au moins deux pôles d’occupation, l’un aux environs de la collégiale5, l’autre, une centaine de mètres à l’est, sur le versant dominant l’ancien prieuré de Dominicaines6. L’existence probable d’un groupe ecclésial du haut Moyen Age sera analysée infra.

  • 7 Morrison et Grunthal, n° 1614.
  • 8 In sede nostra Pissiaco, ea que pater meus et antecessores nostri predicto loco concesserant (Actes (...)
  • 9 A. D. Yvelines, G315.

4Plusieurs indices marquent la présence du pouvoir royal en ce lieu au moins dès le Xe siècle. Des deniers au nom de Raoul, roi de France (923-936) sont frappés à Poissy7. Henri I, dans sa confirmation des biens de la collégiale, rappelle les donations effectuées par son père et ses prédécesseurs, ce qui nous ramène au moins au règne d’Hugues Capet8. Les capétiens fréquenteront assidûment jusqu’au XIIIe siècle leur résidence de Poissy, terre qui dépendra directement des rois de France jusqu’en 16519. Un autre élément d’attraction apparaît capital dans le développement de cette petite ville : la présence d’un très important marché drainant le bétail normand pour l’approvisionnement de Paris entre le XIIIe siècle et la création de l’abattoir de La Villette en 1867.

CADRES DE L’ANALYSE MORPHOLOGIQUE

  • 10 A. D. Yvelines, G382.

5Nous sommes bien mal armés pour étudier l’origine de cette petite agglomération, qui n’est pas signalée dans les sources écrites avant le XIe siècle. L’urbanisme débridé des quarante dernières années a défiguré le centre ancien au point d’effacer presque totalement la trame urbaine médiévale et moderne, sans que des observations architecturales et archéologiques viennent suivre cette mutation en profondeur. Le support d’analyse est constitué par le plan cadastral achevé en 1821 (fig. 2). Un plan terrier de la fin du XVIIe siècle ou de la première moitié du XVIIIe siècle, découvert dans le fonds d’archives de la collégiale de Poissy10, a apporté quelques éléments complémentaires (fig. 3).

6La morphologie de la ville sur ces documents amène à distinguer cinq grands ensembles :

  1. les tracés circulaires issus de l’escarpe et de la contrescarpe du fossé de l’ancien castellum royal (I) et l’empreinte de son principal franchissement ;

  2. les unités de plan établies sous la cote 25 m N.G.F., qui marquent l’aménagement de la zone inondable ainsi que l’accès au fleuve et au pont ;

  3. un ensemble de tracés orthogonaux orientés à 40° E, décelés à l’est du castellum ;

  4. les autres unités homogènes et structures dynamiques comprises dans l’enceinte de réunion ;

  5. l’enclos du couvent de Dominicaines Saint-Louis, qui couvre une superficie équivalente à celle de la ville close.

FORMATION ET EVOLUTION DE L’ESPACE URBAIN

1. Le castellum capétien

7Les textes du XIe siècle mentionnant la fortification pisciacaise la dénomment castellum, oppidum, palatium ou sede regalis mais jamais castrum. Il semble que cette structure contenait uniquement la résidence princière et ses annexes ecclésiastiques. Le parcellaire moderne a fossilisé autour de la collégiale deux formes semi-circulaires emboîtées (fig. 4, Ia, Ib), tronquées à l’ouest par l’enclos du prieuré royal Saint-Louis établi en 1304 (V). L’espace compris entre les deux formes arrondies correspond à l’emprise de l’ancien fossé, loti après la désaffection du château, c’est-à-dire probablement au XIVe siècle. L’habitat privé présent au XVIIIe siècle est concentré entre escarpe et contrescarpe, sur un parcellaire très découpé. Les fossés étaient primitivement en eau, comme en témoigne la présence d’une rue des Tanneries le long de ce parcours. La surface interne de l’ancien château, fractionnée en grandes parcelles de même orientation, reste le domaine d’édifices communautaires. L’espace emmuré, qui semble dépourvu de flanquements, se réduit à une aire d’une centaine de mètres de diamètre dont l’accès principal devait être établi au niveau de la rue de l’Eglise. Une empreinte fossilisée au cœur de l’îlot bordant le fossé au nord-est prolonge cet accès (Ic), qui devait donc se diriger en ligne droite vers l’actuelle Grand’Rue.

  • 11 A. D. Yvelines, G335 (vidimus du XVIIe siècle).
  • 12 A. D. Yvelines, G 394 (1577).
  • 13 Erlande-Brandenburg 1971.
  • 14 Froissart, livre I, éd. Luce, t. III, p. 150 : « et en sa departie mist le feu à Poissy en l’ostel (...)
  • 15 Actes Charles V, n° 407.
  • 16 Darney 1895, p. 11.
  • 17 Le 5 août 1577, les habitants de Poissy sont autorisés à prélever les matériaux du Vieux Château (A (...)

8L’organisation interne du castellum Ia ne peut être clairement déduite de la lecture des plans mais les sources d’archives et les découvertes archéologiques permettent d’en préciser la structure (fig. 3). La partie nord abritait la collégiale, rebâtie par Robert le Pieux, l’hôtel-Dieu attesté en 1213 et placé dans la juridiction du chapitre11, le cimetière, ainsi que quelques bâtiments qui pourraient correspondre aux structures collectives et à des maisons du chapitre. La partie sud était occupée par le château royal que les délibérations capitulaires du XVIIe siècle localisent entre la façade occidentale de la collégiale et l’actuelle rue Meissonier12. L’opulent prieuré de Dominicaines que Philippe le Bel établit en 130413 vint occuper une partie de son emprise. Le roi d’Angleterre Edouard III, quittant Poissy en 1364, précipite l’agonie du château en l’incendiant14. Trois ans plus tard, Charles V transfère à Saint-Germain-en-Laye le titre de la chapelle du château après démolition de sa résidence15. Les deux îlots du domaine royal qui subsistent entre la clôture des Dominicaines et la collégiale constitueront dorénavant un espace occupé par des masures et des jardins, mais qui demeure symboliquement matérialisé puisqu’une charte de Charles VI datée du 17 janvier 1404 signale l’existence d’une haie séparant le parvis de l’église de l’ancien château16. Elle correspondait vraisemblablement à la limite parcellaire qui longe la tour-porche sur les plans anciens. Différents textes issus des délibérations capitulaires montrent que des vestiges du château subsistèrent longtemps dans cet espace intermédiaire17.

  • 18 Bourgeois 1995a, fig. 15.

9Le partage primitif de l’espace castral entre une résidence aristocratique, une collégiale et un hôtel-Dieu se retrouve avec les mêmes dispositions dans d’autres villes régionales, en particulier à Mantes-la-Jolie18.

2. Un groupe ecclésial du haut Moyen Age ?

  • 19 Helgaud de Fleury, § 9.
  • 20 Actes Henri I, n° 124 ; Actes Philippe I, n° .XII.

10L’analyse de trois textes du XIe siècle permet de penser que l’enceinte de la résidence royale vient occulter un groupe d’édifices religieux antérieur et jette une ombre sur l’identification du tracé semi-circulaire précédemment décrit. Helgaud de Fleury, dans son apologie de Robert le Pieux, nous apprend en effet l’existence de « trois monastères » à Poissy, édifices dont il souligne l’antiquité : monasteria tria ab antiquis viris didicium facta. Ils étaient respectivement consacrés à la Vierge, à saint Jean et à saint Martin19. Deux actes confirmatifs d’Henri Ier (1060) et Philippe Ier (1061) en faveur de Notre-Dame de Poissy précisent quelque peu la géographie de cet ensemble : deux édifices religieux étaient bâtis dans le castellum, le troisième s’élevant à l’extérieur de l’enceinte20. Plusieurs indices permettent de critiquer l’identification classique de ces trois sanctuaires à la collégiale Notre-Dame, à l’église Saint-Martin de la paroisse voisine d’Achères et à la chapelle Saint-Jean-Baptiste de la Grange-Saint-Louis, en marge du territoire de Poissy.

  • 21 Ibid. et Helgaud de Fleury, § 9 et 28 ; Hugues de Fleury, cap. III (éd. Waitz, p. 381).
  • 22 Actes Philippe Ier, n° XII (le passage mentionnant la dédicace est une addition au texte originel).
  • 23 Prache 1983, p. 253-255, Quainon 1985.
  • 24 Viollet-le-Duc 1859, t. II, p. 126, n.1 et p. 128 ; Bories 1901, p. 103 ; Quainon 1984, pl. 54.
  • 25 Actuellement rue Saint-Louis et partie nord-ouest de la rue du Petit-Marché.
  • 26 Décimes Chartres.
  • 27 A.N. K191, n° 1 ; copie d’après des vidimi royaux de 1463 et 1485. Cité par Luchaire 1890, n° 141.
  • 28 A. D. Yvelines, G335
  • 29 Actes Charles V, n° 407.
  • 30 Note du chanoine Bellier, A. D. Yvelines, G394 et G310, p. 128.
  • 31 G312, p. 164.
  • 32 Le Moine 1775.

11Seule subsiste aujourd’hui la collégiale Notre-Dame, reconstruite et dotée par Robert II21 mais dont la dédicace n’interviendra que vers 106122. Les étages inférieurs de la tour-porche, inspirée de celle de Saint-Germain-des-Prés, remontent à cette campagne de construction23, ainsi que des vestiges découverts sous l’édifice lors de travaux24. Aucune source ne mentionne plus l’église Saint-Martin après 1061. Toutefois, une « rue de la Tannerie ou du Tripot anciennement de Saint-Martin » existe encore sur le plan G310. Elle relie l’accès du castellum à la rue conduisant au pont de Seine25. Le vocable martinien attesté en 1351 pour une des chapelles de la collégiale marque probablement la translation du titre de l’ancienne église26. Les sources modernes permettent également de localiser l’église Saint-Jean. En 1112, Louis VI abandonne à Notre-Dame de Poissy la vigne de Saint-Jean, objet d’un litige avec le chapitre, à condition que l’office divin soit célébré dans la chapelle Saint-Jean27. D’autre part, une chapelle Saint-Jean est attestée en même temps que celle de l’hôtel-Dieu dans un acte de 121328. Ces deux mentions concernent très probablement la chapelle castrale dont Charles V transféra le titre en 136729. Le bâtiment semble avoir subsisté puisqu’un texte de 1686 décrit une « masure [qui] estoit anciennement la chapelle du chasteau des rois »30, transformée en grange dîmière vers 171831, et qui subsistait encore sur 45 pieds de long en 177532. Il s’agit probablement du bâtiment quadrangulaire orienté qui se dressait près de la tour-porche de la collégiale sur le plan-terrier étudié (fig. 3).

  • 33 Expilly 1768, t. V, p. 715.

12La mention au début du XIe siècle de ces trois églises groupées dans un espace d’un peu plus de 100 m de long indique-t-elle la présence d’une abbaye du haut Moyen-Age ? C’est possible, mais l’emploi par Helgaud du terme monasterium est peut-être outré, comme souvent à la même époque. Dès le XVIIIe siècle, l’abbé Expilly doutait d’une interprétation de ce mot au premier degré33. Les actes de 1060 et 1061 ne parlent d’ailleurs que d’ecclesiae.

13Plus qu’un ensemble monastique, les édifices de Poissy représentent probablement un groupe ecclésial précoce, qui trouve logiquement sa place dans ce pôle du pouvoir mérovingien. L’église mariale associée à un baptistère dédié à Saint-Jean-Baptiste serait alors complétée par un sanctuaire titré de Saint-Martin, marginal et peut-être à vocation funéraire.

  • 34 Erlande-Brandenbourg 1971, p. 85.

14Quelle articulation peut-on envisager entre cet ensemble et la résidence royale des premiers capétiens ? Pour Alain Erlande-Brandebourg – qui retient une origine monastique de cet ensemble – les trois sanctuaires sont implantés « sur un terrain qui entourait le château. On peut donc en déduire que la fondation monastique était d’origine royale et que le château préexistait à sa fondation »34. La localisation des trois églises, telle que nous proposons de la restituer, semble aller à l’encontre de cette thèse. Le castellum capétien paraît en effet briser un complexe religieux antérieur, incluant l’église Saint-Jean à la résidence royale et Notre-Dame à son environnement, et rejetant à l’extérieur l’église Saint-Martin, qui périclite au cours du Moyen-Age.

3. Les berges de la Seine

  • 35 Van Dijk 1949.
  • 36 Id.
  • 37 Id.

15Une vaste prairie, qui forme avant la Révolution le fief du pré de l’Orge, séparait le castellum du cours majeur de la Seine (fig. 4, IIa). Elle est parcourue de limites parcellaires sinueuses que nous proposons d’interpréter comme d’anciens bras du fleuve alimentant les fossés et la tannerie associée et comme une ancienne rive (IIb). Le gardien des Capucins précise encore en 1780 : « la rivière portait son lit jusqu’à notre église »35. Cet ensemble de terres inondables est barré par une chaussée surélevée permettant d’accéder au pont (IIc). Les bords de cette chaussée sont progressivement occupés, à l’ouest par un îlot d’habitat mentionné au début du XVIIe siècle36, à l’est par le couvent de Capucins fondé en 1617 à l’emplacement d’une maison37.

  • 38 Du Plessis 1740, t. II, p. 799.
  • 39 Guégan de l’Isle 1884.
  • 40 Le Bourg d’en Bas (1400, A. D. Yvelines, G399), Bourgez d’en Hault (1455, A. D. Yvelines, G395).

16Le pont, attesté en 116238, mais dont les abords ont livré au siècle dernier des armes de l’âge du Bronze et une série de monnaies romaines39, est précédé par le hameau du Bourget (IId), établi à la rencontre du passage de la Seine et d’une route longeant la rive gauche. Ce satellite attesté en 1400 est composé de plusieurs îlots densément bâtis qui semblent marquer des gains progressifs sur la zone humide40. Une patte d’oie signale le passage obligé par la porte barrant la route d’Achères.

  • 41 Robert II ou l’un de ces prédécesseurs donne à Notre-Dame de Poissy la dîme des bateaux allant et v (...)
  • 42 Cart-Notre-Dame de Paris, t. I, p. 284-285.

17Le port de Poissy est attesté dès la première moitié du XIe siècle, voire un peu avant l’an Mil41. Le portus Pissiaci est à nouveau signalé en 1189 à l’occasion d’un accord entre le chapitre cathédral de Paris et Colin d’Andrésy42. Il est possible que ce port, établi au Bourget à l’époque moderne, ait à l’origine été situé plus près du castellum, mais la présence de bras du fleuve aujourd’hui disparus ou l’existence d’une place de la Harengerie à l’amorce de la chaussée du pont ne fournissent pas d’arguments décisifs dans ce sens.

4. Une première enceinte urbaine ?

  • 43 La présence d’une communauté juive est attestée entre 1208 et 1212 (Registres Philippe-Auguste, com (...)
  • 44 Comptes royaux 1285-1314, n° 3426, 3435 et 3443.

18En connexion avec le castellum et à l’est de celui-ci, un certain nombre de limites parcellaires orthonormées, légèrement désaxées par rapport aux structures internes de l’enceinte royale, semblent esquisser un enclos plus vaste, qui longe l’ancienne rue de la Juiverie43 et la partie occidentale de la rue des vieilles Etuves (fig. 4, IIIa et IIIb). Quelques lignes de même orientation se distinguent au nord-est de la Grand’Rue (IIIc). Près de l’angle nord du castellum, cette forme se termine abruptement sur la prairie inondable. L’amorce d’une venelle et un décrochement dans le parcellaire semblent indiquer l’existence d’un accès disparu (IIId). L’extrémité sud-ouest de ce noyau a pu être perturbée par le couvent d’Ursulines établi au XVIIe siècle. C’est probablement à l’ouest de ce secteur qu’il faut situer les maisons et les vignes achetées en 1299 par le roi pour la création de l’enclos des Dominicaines44.

  • 45 La rue de la Barre pourrait rappeler cette enceinte.
  • 46 Le marché établi à proximité de la porte du castrum constitue un trait topographique fréquent dans (...)

19Deux sous-ensembles doivent être distingués dans cette zone. Au nord (IIIa), un parcellaire assez dense est encadré par deux segments courbes qui pourraient indiquer l’existence d’une défense45. L’empreinte de l’accès Ic apparaît comme noyé dans ce premier sous-ensemble. Au sud (IIIb), entre la rue de l’Ermitage et la rue des vieilles Etuves, les parcelles irrégulières et de grand module n’ont conservé que ponctuellement la trame étudiée. La place du petit Marché s’inscrit à la jonction de ces deux sous-ensembles, au contact du fossé46. L’axe Paris-Rouen, matérialisé par la Grand’Rue, est laissé à l’écart, mais une bretelle partant de la place de la Harengerie vient rejoindre en diagonale la porte du château. Les îlots intercalés entre la Grand’Rue et la rue de la Juiverie constituent un raccordement hétérogène. Leur partie occidentale (IVa) présente une morphologie générale proche des îlots de l’ensemble III et a pu relayer d’anciens fossés alors que le front établi contre la Grand’Rue relève déjà du lotissement IVb (voir infra).

5. Le quartier du Marché aux Boeufs

  • 47 Bories 1901.
  • 48 Navarro-Mussy 1992.

20Le quartier du Marché aux Boeufs correspond à l’espace triangulaire compris entre la rue du Mouton et la porte de Paris. La présence du marché à cet emplacement semble récente lorsque Louis IX en confirme les privilèges en 124547. En effet, les plus anciens témoignages livrés par l’opération archéologique menée en 1993 remontent au XIIIe siècle et il faut attendre la seconde moitié du XIVe siècle pour que cet espace connaisse une urbanisation notable48. Il est donc aujourd’hui certain que ce lieu d’échange était à l’origine établi dans un secteur péri-urbain.

  • 49 Noël 1976, p. 197.

21Au nord, entre la petite rue du Mouton et la Grand’Rue, l’îlot bâti illustré par les plans anciens se met en place dans le courant du XIVe siècle mais il semble appuyé sur l’ensemble bâti qui le jouxte au nord-ouest (fig. 4, IVb1). Son implantation amène un rétrécissement de la petite rue du Mouton, préexistante et qui se prolongeait largement sur la place du marché. L’îlot situé sur l’autre face de la petite rue du Mouton fut partiellement démoli au XVe siècle à l’occasion d’une première extension de la place (IVb2). Vers la rue du Cep, une officine de potiers produisant à la fin du XIVe siècle des pichets « très décorés » et de la céramique flammulée indique la faible densité de l’occupation à cette époque. Au sud, le bâti présent le long de la Grand Rue ne paraît pas remonter au Moyen-Age. Certes, la chapelle de la corporation des bouchers établie à partir de 164849 à l’angle est construite sur une cave antérieure, mais aucun mobilier médiéval n’a été découvert dans cette zone. D’autre part, l’architecture des maisons de module carré fermant les faces est et sud de la place suggère une opération de lotissement du XVIIe siècle (IVc). La partie occidentale de la place est située hors de l’emprise fouillée. Elle demeure largement ouverte sur la rue du Cep. Le plan et la position de l’îlot rectangulaire qui barre cet axe pourrait indiquer la présence de halles ou d’une boucherie remplacée avant le XVIIIe siècle par de l’habitat privé (IVd).

22Le secteur du Marché aux Boeufs de Poissy apparaît comme un espace qui connaît un double mouvement d’accroissement et de fermeture. Le champ de foire utilisé au XIVe siècle, contenu entre la petite rue du Mouton et la Grand’Rue, s’étend dès le XVe siècle vers la rue du Cep, qu’il atteint au plus tard dans le courant du XVIIe siècle. L’ultime agrandissement, qui vient détruire tout le quartier compris entre la Grand’Rue et la rue du Bois, prend place entre 1825 et 1830, c’est-à-dire peu avant le déclin de la fin du Second Empire. Parallèlement, il faut sans doute attendre le XVIIe siècle pour que cette place de marché soit limitée sur toutes ses faces par un front bâti.

6. L’enceinte de réunion et l’expansion autour de la Grand’Rue

  • 50 La porte au Dames est signalée en 1400 (A.D. Yvelines, G399) et la porte du Bourget en 1455 (A.D. Y (...)

23La datation de l’enceinte de réunion pose problème : traditionnellement attribuée au règne de Philippe-Auguste, elle n’apparaît clairement dans les sources consultées qu’en 140050 et c’est probablement au XIVe siècle qu’il convient d’attribuer les quelques vestiges subsistants.

  • 51 A. D. Yvelines, G383 et G386.

24La zone comprise entre la Grand’Rue et l’enceinte de réunion est caractérisée par un parcellaire laniéré orienté à 40° E et traversant les îlots de part en part. Aucun prolongement de ces parcelles extra muros n’a été mis en évidence. Cette trame parcellaire IVb se retrouve en trois points situés à l’ouest de la Grand’Rue : au débouché de la rue des Vieilles-Etuves, près de la porte de Paris et dans les îlots établis entre la rue du Mouton et le Marché aux Boeufs, dont l’achèvement remonte au XIVe siècle (fig. 4, IVb1 et b2). C’est à la même période que nous trouvons la première mention de deux axes majeurs, la Grand’Rue (1374) et la rue de Conflans (1341)51.

25A l’est de la Grand’Rue, le découpage semble tenir compte des ouvrages rythmant l’enceinte, chaque tour étant marquée par une limite parcellaire. Au sud de la rue du Cep, se sont des inflexions dans le réseau viaire qui semblent jouer ce rôle (IVe). On retrouve dans cette dernière zone un parcellaire laniéré, irrégulier et faiblement bâti, irrigué par des voies qui sont toutes signalées avant le milieu du XVe siècle (fig. 3). L’implantation des Ursulines en 1647 signale probablement une zone faiblement occupée auparavant.

26La construction de l’enceinte de réunion va également entraîner la captation des anciens accès au castellum par les portes : porte de Paris pour la rue du Cep, porte de Conflans pour la rue de Conflans.

CONCLUSION

27Le noyau originel de la ville, polarisé autour d’une résidence capétienne relayant un vicus du haut Moyen-Age, est établi au contact d’une route Paris-Rouen et du fleuve, mais il laisse à distance ces deux axes de communication, ainsi que la voie de crête sur laquelle la ville est uniquement représentée par sa maladrerie.

28Une collégiale qui concentre le pouvoir paroissial sur l’ensemble de la ville et un fastueux couvent de Dominicaines qui semble empêcher toute autre création conventuelle jusqu’au XVIIe siècle (Capucins, Ursulines) pèsent fortement sur l’évolution de la ville après la disparition de la résidence royale. Ces deux ensembles constituent des blocages fonciers qui empêchent le développement de la ville vers l’ouest.

  • 52 Manuscrit remis en mars 1999.

29C’est donc surtout vers l’est et le sud que tend le développement urbain médiéval, autour d’un quartier commerçant particulièrement dynamique aux XIVe et XVe siècles. Au nord, un médiocre faubourg a été gagné sur la zone inondable et artificiellement réuni par l’enveloppe un peu trop ample de l’enceinte de réunion52.

Bibliographie

SOURCES IMPRIMEES

Actes Henri I : Catalogue des actes d’Henri Ier, roi de France (1031-1060), éd. F. Soehnée. Paris : Champion, 1907.

Actes Philippe I : Recueil des actes de Philippe Ier, roi de France (1059-1108), éd. M. Prou. Paris : Impr. Nat., 1908.

Actes Charles V : Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), éd. L. Delisle. Paris, 1874.

Cart. Notre-Dame de Paris : Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, éd. B. Guérard. Paris, 1840, 4 t.

Comptes royaux 1285-1314 : Compte royaux (1285-1314), éd. R. Fawtier, t. 1. Paris, Impr. Nat., 1953 (R.H.F., documents financiers, III/1).

Décimes chartres : Comptes de décimes du diocèse de Chartres, 1351, éd. A. Longnon, Pouillés de la province de Sens. Paris, Impr. Nat., 1904.

Froissart : Chronique de Froissart, éd. S. Luce. Paris, 1872, 3 vol.

Helgaud de Fleury : Epitoma vitae Rotberti regis, éd. et trad. R.-H. Bautier et G. Labory, Vie de Robert le Pieux. Paris : éd. du C.N.R.S., 1965.

Hugues de Fleury : Liber qui modernarum regum Francorum continet actus a. 1108, éd. G. Waitz, M.G.H, Scriptores, IX, p. 276-295.

Registres Philippe-Auguste : Les registres de Philippe-Auguste, t. 1, éd. J. W. Baldwin. Paris, Impr. Nat., 1992 (R.H.F., doc. financiers et administratifs, VII).

BIBLIOGRAPHIE

BORIES 1901
Bories (E.).- Histoire de la ville de Poissy. Paris : Champion, 1901 (2e éd. : 1925).

BOURGEOIS 1995a
Bourgeois (L.).- Agglomérations secondaires antiques et noyaux urbains du haut Moyen Age dans l’Ouest parisien. In : C. Lorren et P. Périn dir., L’habitat rural du haut Moyen Age (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne, actes des XIVe journées internationales d’archéologie mérovingienne. Rouen, 1995, p. 81-102 (Mém. A.F.A.M., VI).

BOURGEOIS 1995b
Bourgeois (L.).- Territoires, réseaux et habitats : l’occupation du sol dans l’Ouest parisien du Ve au Xe siècle. Thèse de doctorat à l’Université Paris I-Sorbonne, 1995, 5 vol.

BRUHL 1975
Brühl (C. R.).- Palatium und Civitas. Studien zur Profantographie spätantiker Civitates vom 3. Bis zum 13. Jahrhundert, I : Gallien. Cologne-Vienne, 1975.

DARNEY 1895
Darney (G.).- Monographie de Poissy. Maisons-Lafitte : Lépicé, 1895.

DU PLESSIS 1740
Du Plessis (M.-T.-C.).- Description géographique et historique de la Haute-Normandie, divisée en deux parties. La première comprend le pais de Caux et la seconde le Vexin. Paris-Nyon : Didot et Gittard, 1740, 2 vol.

ERLANDE-BRANDENBURG 1971
Erlande-Brandenburg (A.).- La priorale Saint-Louis de Poissy. Bull. Monum., t. 129, 1971, fasc. 2, p. 85-112.

EXPILLY 1768
Expilly (abbé).- Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France. Paris, 1768, t. V.

GANSHOF 1943
Ganshof (F.-L.).- Etude sur le développement des villes entre Loire et Rhin au Moyen Age. Paris, 1943.

GUEGAN DE L’ISLE 1884
Guégan de l’Isle (P.).- Recherches préhistoriques dans le département de Seine-et-Oise et les environs de 1879 à 1884. Bull. Com. Antiqu. Arts Seine-et-Oise, IV, 1884, p. 79-92.

LABARAQUE 1948
Labaraque (R.).- Poissy à travers les âges. Poissy, 1948.

LE MOINE 1775
Le Moine.- Remarques sur le château et l’abbaye de Poissy. In : Suite de la clef au journal historique sur les matières du temps, 117, janvier 1775, p. 443-449.

LUCHAIRE 1890
Luchaire (A.).- Louis VI le Gros. Paris : Picard, 1890.

MEULEMEESTER 1992
Meulemeester (J. de).- Les castra carolingiens comme élément de développement urbain dans quelques villes des Pays-Bas méridionaux. Rev. du Nord-Archéologie, n° 296, 1992, p. 13-28.

MUTZ 1988
Mutz (R.).- Recueil de quelques connaissances concernant le cimetière mérovingien de Poissy. Rapport dactyl., 1988.

NAVARRO-MUSSY 1992
Navarro-Mussy (M.).- Fouilles archéologiques de la place de la République à Poissy. Chronos, n° 26, 1992, p. 8-22.

NOEL 1869
Noël (O.).- Histoire de la ville de Poissy depuis les origines jusqu’à nos jours. Poissy, 1869.

NOEL 1976
Noël (N.).- Poissy et son histoire. Poissy, 1976.

PRACHE 1983
Prache (A.).- Ile-de-France romane. La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1983.

QUAINON 1985
Quainon (F.).- La collégiale de Poissy : étude de l’édifice du XIIe siècle. Mémoire de maîtrise à l’université Paris IV-Sorbonne, 1985.

RENOUX 1992
Renoux (A.).- Evocation morphologique des palais normands et capétiens à la fin du Xe siècle et au début du XIe siècle, In : M. Parisse, X. Barral i Altet dir., Le roi de France et son royaume autour de l’an Mil. Paris, Picard, 1992, p. 194-200.

SIRAT 1979
Sirat (J.).- Découverte mérovingienne à Poissy. Chronos, 6, 1978, p. 3-4.

VAN DIJK 1949
Van Dijk (W. C.).- Les Capucins de Poissy. Poissy, notre paroisse, juin 1949.

VIOLLET-LE-DUC 1859
Viollet-le-Duc (E.).- Dictionnaire raisonné d’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854, 10 vol.

Notes

1 C’est sur cet itinéraire qu’est établie la maladrerie de Poissy, attestée au XIIe siècle (Cartulaire de Davron, B.N., ms. lat. 5288, f°79).

2 Helgaud de Fleury, § 26.

3 Noël 1869, p. 9 ; Labaraque 1948, p. 3.

4 Bourgeois 1995b, vol. I, chap. V et IX.

5 Bories 1901, p. 7-8 ; Erlande-Brandenburg 1971, p. 86.

6 Sirat 1979 ; Mutz 1988.

7 Morrison et Grunthal, n° 1614.

8 In sede nostra Pissiaco, ea que pater meus et antecessores nostri predicto loco concesserant (Actes Henri I, n° 124).

9 A. D. Yvelines, G315.

10 A. D. Yvelines, G382.

11 A. D. Yvelines, G335 (vidimus du XVIIe siècle).

12 A. D. Yvelines, G 394 (1577).

13 Erlande-Brandenburg 1971.

14 Froissart, livre I, éd. Luce, t. III, p. 150 : « et en sa departie mist le feu à Poissy en l’ostel du roy... ».

15 Actes Charles V, n° 407.

16 Darney 1895, p. 11.

17 Le 5 août 1577, les habitants de Poissy sont autorisés à prélever les matériaux du Vieux Château (A. D. Yvelines, G394). Des vestiges subsistent malgré tout puisque « le Vieil Chasteau » est à nouveau mentionné en 1605 (« ruelle qui tend de ladicte [église] en l’abbaye dudit lieu, tenant d’ung costé aux religieuses d’icelle abbaye et au vieil chasteau » (G367). Un bail de 1686 décrit un jardin appelé « le jardin de la chapelle du chasteau... avec quelques portions de caves qui sont dessous » (G310, p. 128).

18 Bourgeois 1995a, fig. 15.

19 Helgaud de Fleury, § 9.

20 Actes Henri I, n° 124 ; Actes Philippe I, n° .XII.

21 Ibid. et Helgaud de Fleury, § 9 et 28 ; Hugues de Fleury, cap. III (éd. Waitz, p. 381).

22 Actes Philippe Ier, n° XII (le passage mentionnant la dédicace est une addition au texte originel).

23 Prache 1983, p. 253-255, Quainon 1985.

24 Viollet-le-Duc 1859, t. II, p. 126, n.1 et p. 128 ; Bories 1901, p. 103 ; Quainon 1984, pl. 54.

25 Actuellement rue Saint-Louis et partie nord-ouest de la rue du Petit-Marché.

26 Décimes Chartres.

27 A.N. K191, n° 1 ; copie d’après des vidimi royaux de 1463 et 1485. Cité par Luchaire 1890, n° 141.

28 A. D. Yvelines, G335

29 Actes Charles V, n° 407.

30 Note du chanoine Bellier, A. D. Yvelines, G394 et G310, p. 128.

31 G312, p. 164.

32 Le Moine 1775.

33 Expilly 1768, t. V, p. 715.

34 Erlande-Brandenbourg 1971, p. 85.

35 Van Dijk 1949.

36 Id.

37 Id.

38 Du Plessis 1740, t. II, p. 799.

39 Guégan de l’Isle 1884.

40 Le Bourg d’en Bas (1400, A. D. Yvelines, G399), Bourgez d’en Hault (1455, A. D. Yvelines, G395).

41 Robert II ou l’un de ces prédécesseurs donne à Notre-Dame de Poissy la dîme des bateaux allant et venant au port de Seine. Cette concession est confirmée en 1060 et 1061 (voir les actes d’Henri I et Philippe I cités supra).

42 Cart-Notre-Dame de Paris, t. I, p. 284-285.

43 La présence d’une communauté juive est attestée entre 1208 et 1212 (Registres Philippe-Auguste, comptes, L).

44 Comptes royaux 1285-1314, n° 3426, 3435 et 3443.

45 La rue de la Barre pourrait rappeler cette enceinte.

46 Le marché établi à proximité de la porte du castrum constitue un trait topographique fréquent dans les noyaux urbains du nord de la Loire (Ganshof 1943 ; Meulemeester 1992).

47 Bories 1901.

48 Navarro-Mussy 1992.

49 Noël 1976, p. 197.

50 La porte au Dames est signalée en 1400 (A.D. Yvelines, G399) et la porte du Bourget en 1455 (A.D. Yvelines, G386).

51 A. D. Yvelines, G383 et G386.

52 Manuscrit remis en mars 1999.

Auteur

Université, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540