Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

II. LE DÉVELOPPEMENT DIT SPONTANÉ

9. Lodève

Laurent Schneider

Texte intégral

1Avec 1007 feux en 1342, Lodève, cité épiscopale et ancienne agglomération antique mentionnée par Pline l’Ancien, occupe logiquement la première position du diocèse, loin devant les bourgs les plus peuplés tel Clermont qui comptait alors 600 feux ou encore sur les marges du diocèse Gignac et Aniane qui en comptaient respectivement 614 et 495.

2La ville médiévale, qui s’inscrit dans le confluent de la Lergue (à l’est) et de la Soulondres (au sud), est située au pied du causse du Larzac dans une cuvette encaissée au milieu d’un cirque de montagne.

3Malgré quelques études pionnières (Martin 1900 et Appolis 1936), l’histoire du développement de l’agglomération est encore largement embryonnaire, principalement du fait de l’absence de recherches et de découvertes archéologiques notables tout au long des XIXe s. et XXe s. En conséquence l’analyse proposée ici ne saurait être que succincte et se limite à l’identification des grands pôles de l’organisation urbaine.

ANALYSE MORPHOLOGIQUE

4Suivant l’expression que l’on doit à Plantavit de la Pause, évêque lodévois du XVIIe s., le plan de la ville médiévale est comparable à un violon. Établie au confluent de La Lergue et de La Souloudres au pied du causse du Larzac, l’agglomération s’étire en effet d’est en ouest sur environ 500 m de long, en s’incurvant après un rétrécissement central, jusqu’au rivage des rivières. L’assemblage des feuilles du cadastre de 1825 permet de repérer plusieurs sous-ensembles distincts à l’intérieur de ce plan en violon, signature morphologique imputable au dessin de l’enceinte de 1351. Au point le plus haut de l’agglomération, au nord-ouest, une rue courbe (I) enveloppe la cathédrale (I.1) et deux groupes d’îlots. L’un d’eux (I.2) est d’ailleurs dénommé « île de l’abbaye » sur le cadastre. Ce tracé recoupé par un îlot rectangulaire (II), qui a fait disparaître également la ligne de l’enceinte de 1351, pourrait marquer le souvenir d’un enclos, enceinte et/ou fossé associés au groupe épiscopal.

5Au sud, à l’extérieur de ce périmètre, mais presque contiguë à lui, une anomalie parcellaire (III.1) signale l’existence possible d’un noyau circulaire de plus petite dimension. L’actuelle rue de l’Union adopte en effet un curieux tracé : rectiligne à l’est, elle s’incurve ensuite dans le quartier du Capistolat. Des hôtels modernes ont brisé la régularité de la forme, mais il semble possible de distinguer une structure circulaire plus ou moins complète dans le parcellaire voisin. Celle-ci possède un diamètre compris autour de 50 m et paraît associée à un dispositif plus important dont le dessin serait donné pour partie par le tracé de la rue de l’Union et celui de la Fraternité (III).

6Dans la zone basse de la ville, la convergence de plusieurs voies vers une petite place (V) permettrait de reconnaître un autre pôle de l’agglomération lodévoise. Ces voies ont induit un parcellaire rayonnant. L’existence d’une patte d’oie au nord ouest de la place fait songer à la présence d’une porte. Au sud, une vaste place, où se trouve encore une halle (IV), constitue un autre point fort dans l’organisation de la ville basse.

7A l’extérieur de l’enceinte et du confluent sur la rive droite de la Soulondres, un autre pôle (VI) s’est formé au pied de la colline de Montbrun, où se trouvent les ruines d’un château (VII). Enfin, cette fois-ci sur la rive droite de la Lergue, des îlots rectangulaires délimités par des rues se croisant perpendiculairement font songer à un lotissement (VIII). On retrouve d’ailleurs une disposition analogue à l’extérieur du confluent dans le quartier des Carmes (X).

ANALYSE DES SOURCES ÉCRITES

8Dans sa liste des oppida latina de Gaule narbonnaise, Pline l’Ancien fait mention des lutevani qui et foroneronienses (NH III, 4, 37), indication d’où l’on a retiré que l’organisation de la « ville » gallo-romaine pourrait dater de l’époque césarienne (Christol, Goudineau 1987-1989). Une inscription du Ier siècle de notre ère [C(olonia ?) Claud(ia) Luteva], à vrai dire la seule inscription mentionnant Lodève, indique ensuite que l’agglomération a reçu le titre de colonie probablement sous Claude (Gascou 1995). Pour la fin du IVe s. ou le début du Ve s. la Notitia Galliarum mentionne une civitas lutevensium parmi les cinq cités de Narbonnaise Première, avec, sur certains manuscrits, la mention id est Luteva castrum (Février 1989, 62). Enfin, la Table de Peutinger place l’étape routière de Loteva (entre Cessero et Condatomagus) sur un itinéraire reliant le littoral méditerranéen à la Gaule centrale.

  • 1 Sur ces différents points, voire la récente analyse donnée dans Schneider, Garcia 1998, 90-101.
  • 2 C. Lod., n° 3 (817)... aut de rebus que moderno tempore tam de beneficio suo quam de rebus proprie (...)
  • 3 C. Lod., n° 11, p. 12 (988)... Imprimis Domino et Salvatorio nostro Jesu Christo in ipsa civitate (...)

9Lodève a détenu un siège épiscopal avant 421-422, mais le nom du premier évêque connu n’apparaît qu’en 506. Passée sous la domination des Francs dans le second tiers du VIe s., sans doute entre 532 et 589, la ville est de nouveau rattachée au royaume wisigothique jusqu’en 6831. A partir de cette date, la liste épiscopale s’interrompt jusqu’en 817, année où réapparaît dans un acte de Louis le Pieux un évêque portant le nom de Sisemond. Les souverains carolingiens dotent alors l’Eglise lodévoise d’un nouveau temporel, dont il est spécifié dans ce même acte de 817 qu’il était de nature récente2. A la fin du Xe s., celui-ci est considérablement augmenté par l’apport du patrimoine de Fulcran, saint évêque de la cité dont la vita rapporte qu’il aurait notamment reconstruit la cathédrale (Saint-Geniès) et transféré dans la cité un monastère jadis situé hors les murs. Ce monastère dédié au Sauveur comportait deux autres autels dédiés à l’Ascension et à la sainte-Croix3. D’après la vita écrite au XIVe s. par B. Gui, le monastère aurait été établi dans un ancien sanctuaire dédié à la Sainte-Croix que Théodoric, évêque de la première moitié du Xe s., consacra finalement au Sauveur (Martin 1900, 34).

  • 4 C. Gel., p. 84 et 374.

10Comme les textes ne laissent rien entrevoir du pouvoir laïc avant le dernier tiers du Xe s., on peut douter qu’une charge comtale ou vicomtale spécifiquement attachée à Lodève ait existé avant ce siècle. Au début du XIe s., la vicomté est passée aux mains de la maison de Carlad, puis dans le dernier tiers du siècle à celle de Millau4, avant d’échoir au début du XIIe s. au comte de Rodez.

  • 5 C. Lod., n° 18, p. 23. Abbaciam Sancti Salvatoris cum ipsa civitate Lutevensi in qua sita est et c (...)
  • 6 C. Lod., n° 24, p. 27... abbatiam S. Salvatoris cum ipsa civitate Lodove cum ecclesia S. Petri, ec (...)
  • 7 C. Lod., n° 42, p. 38... turris de castro de Monte Bruno et domus dicte turri contiguas et quod ha (...)
  • 8 C. Lod., n° 60, p. 67. Guillelmus de Lodova fundator et patronus ecclesie seu capelle Beate Marie (...)

11Ce n’est en fait qu’à partir du milieu du XIIe s. que la documentation écrite permet d’envisager quelques points de la topographie de l’agglomération. Une bulle d’Eugène III mentionne en 1145, l’abbaye Saint-Sauveur ainsi qu’un castrum5. D’une autre bulle, cette fois-ci d’Alexandre III, datée de 1162, on peut retenir que l’agglomération comprenait également deux autres églises, l’une dédiée à Saint-Pierre, l’autre à Saint-André tandis que le castrum évoqué vingt ans plus tôt prend alors le nom de Montbrun6. Celui-ci comporte un barri mentionné pour la première fois en 12137. Le développement rapide de ce nouveau faubourg est tel qu’en 1268 y est fondée une chapelle (Notre-Dame de Beaulieu)8. Le noyau a comporté sa propre enceinte ainsi que deux portes mentionnées dans un compoix de 1401 (Demaille 1997, 85).

  • 9 C. Lod., n° 64, p. 73. Plusieurs des habitans de Lodève remostrent au sr Evesque et a sa Court que (...)
  • 10 C. Lod., n° 90, p. 110 (... Raymundus Galhaci, hostalerius loci predicti, in quadam una cavarum pr (...)

12D’autres faubourgs ont pu exister dès la seconde moitié du XIIIe s. si l’on se fie à une mention allusive de 1288 dans un acte réglementant la fabrication des draps9. Le compoix de 1401 permet d’en repérer au moins deux autres, Villeneuve et Villefranche, ce dernier étant de surcroît repéré dans un acte de 134010.

  • 11 C. Lod., n° 63, p. 53. Proponunt vallo seu fossato circuitus dicte civitatis libere ad ipsam civit (...)
  • 12 C. Lod., n° 105, p. 130. Analyse historique de la fortification de la ville au début de la guerre (...)

13Dans la charte communale de 1262, l’article 13 évoque les fossés et vallons qui entourent la cité, que l’évêque ne pourra plus s’approprier11, mais ce n’est qu’en 1351 qu’une enceinte unique enveloppe le bâti du confluent, donnant à la ville sa forme en violon12.

  • 13 C. Lod., n° 58, p. 52. Nono dicunt ipsum dominum episcopum prohiberi ab eo quod compellit parrochi (...)

14Dans la charte de 1262 est fait allusion (article 9) également au four de la paroisse Saint-Pierre situé à proximité de l’église13.

  • 14 C. Lod., n° 119, p. 154... institui opus seu fabricam pontis Lodove siti in ripeira Lerge juxta vi (...)

15Enfin, l’œuvre du pont de la Lergue, détruit par une crue en 1422 (Martin 1900, 295), est mentionnée en 1424 dans le Codicille de Lucie Montagnac14.

3. Analyse des sources archéologiques

16Lodève est sans doute l’agglomération antique la plus mal connue de Narbonnaise. Les fort modestes découvertes du XIXe s. n’ont concerné, à l’exception du quartier du Puits, que les abords de la ville actuelle et se rapportent pour l’essentiel à des témoignages funéraires. La documentation a été cependant sensiblement renouvelée à partir des années 1980 (Schneider, Garcia 1998, 208-215). Une fouille de sauvetage réalisée en 1980 dans l’angle nord-est du cloître de la cathédrale a livré un lambeau de sol des IIIe-IVe s. et montré que des sarcophages avaient été installés dans des loges maçonnées établies perpendiculairement au mur méridional de la crypte, vestige d’un sanctuaire « préroman » à chevet plat doté de trois nefs que l’on ne sait toujours pas dater correctement.

17En 1982, puis en 1985, des sondages ponctuels effectués au cœur de la ville, dans les jardins de l’Hôtel Fleury, ont révélé des couches d’occupation du haut Empire associées à un bâtiment orienté autour de 42° ouest. Les couches qui scellent l’arasement de ces vestiges contiennent encore de gros fragments de tuiles ou de dolia ainsi que des pierres sur une trentaine de centimètres d’épaisseur, puis les sédiments deviennent de plus en plus sombres et ne contiennent plus que de fines inclusions lors des cinquante centimètres suivants. Enfin deux exhaussements de terrain, l’un au cours des XIVe-XVe s., l’autre à la fin du XIXe s. semblent indiquer que les lieux sont demeurés vierges de toute construction jusqu’au début du XXe s. et ce depuis les IVe-Ve s. (Schneider, Garcia 1998, 211-213).

18Une opération de sauvetage urbain conduite en 1997 dans la ville basse autour de la place des Halles n’a pas permis de détecter des vestiges en place antérieurs au XIe s., mais la découverte d’un cimetière confirme que l’ancienne église Saint-Pierre se trouvait bien sous la halle (Paone 1997, 86).

ESSAI D’INTERPRÉTATION

1. La ville antique

19Celle-ci demeure toujours insaisissable. Le seul point d’occupation reconnu dans les limites de la ville médiévale concerne le quartier de l’Hotel-Fleury et, légèrement plus à l’ouest, celui du Puits où l’on découvrit plusieurs amphores en 1891 en perçant la rue de la République. L’orientation du bâtiment du haut Empire de la Cour Fleury (42° ouest) reste peu prégnante dans le parcellaire contemporain, à l’exception toutefois des quartiers situés aux abords même de la découverte. On peut cependant réserver une attention particulière à l’axe urbain que constitue la rue du Mazel prolongée par celle du Cardinal-Fleury, axe isocline aux structures du haut Empire. A. Perez (1995, 58) le désigne d’ailleurs comme le decumanus de la ville en même temps que celui du cadastre rural Luteva B. L’hypothèse peut paraître séduisante mais demande encore une validation archéologique mieux étayée.

20En fait, la maigreur du dossier invite à douter sinon de l’importance même de l’agglomération antique, fut-elle promue au rang de colonie, du moins de la localisation de Luteva qu’il faut peut-être placer à plus grande distance du confluent et non pas sous l’emprise de la ville médiévale et moderne. C’est du moins ce que pourraient indiquer les fouilles de la place des Halles qui n’ont pas révélé de niveaux antiques structurés dans la ville basse. L’histoire géo-morphologique du confluent est peut-être aussi à prendre en considération car la Lergue et la Soulondres comportent toutes deux de curieux méandres qui peuvent faire songer à un déplacement des lits entre l’Antiquité et le Moyen Age. L’agglomération antique s’est peut-être déployée, plus haut sur les pentes, à l’écart d’un confluent qui fut sans doute instable, et à l’extérieur de l’enceinte médiévale, c’est-à-dire à l’ouest et au nord de la cathédrale (Garmy, Schneider 1998, 227). Comme ces terrains sont aujourd’hui presque intégralement bâtis, seule une campagne de sondages permettrait de confirmer ou d’infirmer une telle hypothèse.

2. La ville de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Age

21Si Lodève a comporté un siège épiscopal dès le premier quart du Ve s., aucun témoignage archéologique certain ne permet de connaître la physionomie et la localisation du sanctuaire paléochrétien, bien que celui-ci soit traditionnellement situé sous la cathédrale actuelle. L’analyse morphologique permettrait de formuler une nouvelle hypothèse en associant la structure circulaire III1 à un enclos ecclésial, inclus lui-même dans un dispositif plus vaste suggéré par le tracé courbe des rues de l’Union et de La Cavalerie. L’ensemble paraît du moins avoir été partiellement recoupé par l’enclos (I) du quartier épiscopal actuel. De même, la « Grand Rue » reliant la partie haute à la partie basse de la ville recoupe le dispositif et constitue un argument supplémentaire pour défendre l’hypothèse de son antériorité sur toutes les autres unités de plan reconnues à l’intérieur de l’agglomération médiévale. S’agit-il pour autant du site épiscopal paléochrétien ? Cette perspective obligerait à admettre un léger déplacement de la cathédrale entre la fin de l’Antiquité et celle du Xe s., car le sanctuaire que l’évêque Fulcran consacre en 975 après l’avoir agrandi semble bien correspondre à la crypte de la cathédrale actuelle (Nougaret 1987, 434). Pour être surprenant, un tel déplacement n’est pas totalement impossible si l’on considère que l’Eglise lodévoise, dont la liste des évêques s’interrompt entre 683 et 817, a pu être totalement ruinée entre la fin du VIIe s. et celle du VIIIe s. C’est aussi ce que suggère la très faible consistance du temporel à l’aube du IXe s. (Schneider, Garcia 1998, 97-98). Dans cette optique, le lieu d’implantation de la cathédrale actuelle trouverait son origine à la fin du VIIIe s. ou au début du IXe s., au moment où l’ancienne Septimanie est intégrée au royaume des Francs et l’antique Eglise de Lodève relevée.

22On ne peut cependant écarter une autre hypothèse. D’après la vita de saint Fulcran rédigée par Bernard Gui dans le premier tiers du XIVe s., le saint évêque de la cité transféra un monastère (rural ?) à l’intérieur de l’agglomération et l’implanta dans un sanctuaire préexistant jadis dédié à la Sainte-Croix mais que son prédécesseur, Théodoric, aurait consacré et dédié au Saint-Sauveur. De fait, en 988 dans son testament, Fulcran dote avant même le maître-autel de la cathédrale un monastère dédié au Sauveur dont l’un des trois autels secondaires est consacré à la Sainte-Croix. On aurait là, comme cela a déjà été suggéré par P.-A. Février, le souvenir d’un groupe épiscopal antérieur au Xe s., constitué d’au moins deux sanctuaires distincts, l’un étant dédié à la Sainte-Croix puis au Sauveur, l’autre au martyr arlésien Geniès. L’anomalie parcellaire III1 conserve peut-être le souvenir de l’un, sinon de ces deux lieux de culte primitifs.

3. Le développement polynucléaire des XIIe et XIIIe s.

23Du fait de l’absence de document écrit et de découvertes archéologiques significatives, l’histoire de l’agglomération au XIe s. demeure totalement inconnue. La mention de deux nouvelles églises en 1162, Saint-André et Saint-Pierre, ainsi que celle d’un castrum, fournissent au siècle suivant des indications sur le nouveau développement de l’agglomération.

4. La formation d’une agglomération basse à proximité du confluent

24Le développement urbain dans la zone basse, que l’on pense avoir été inoccupée dans l’Antiquité et le haut Moyen Age, s’est effectué autour de deux pôles principaux : le sanctuaire Saint-Pierre et la Place Neuve.

25L’église Saint-Pierre, qui se trouvait sous la place des Halles, dont de récentes fouilles ont révélé une partie de son cimetière et des lambeaux de couches des XIe-XIIe s., est en fait marginalisée à une cinquantaine de mètres au sud de la Place Neuve, cœur véritable de cette agglomération basse qu’un faisceau de rues convergentes met en relation avec les autres pôles de l’agglomération et le rivage de la Lergue. Dans l’axe de la rue du Mazel, un itinéraire (rues Cardinal-Fleury et de la Vieille Commune) permet notamment de relier l’extrémité nord de l’enclos de la cité épiscopale proprement dite, où l’érudition locale situe l’emplacement de l’église Saint-André, ce que confirme peut-être la découverte de tombes sous la place Alsace-Lorraine au XIXe s. Sur cet itinéraire vient se greffer (?) un autre axe majeur, dit Grand-rue de Saint-Geniès, qui rejoint lui aussi l’enclos de la cité à proximité de « l’île de l’abbaye » où devait se trouver une porte. A l’autre extrémité il se prolonge jusqu’au pont de la Lergue dont l’existence n’est assurée qu’à partir du XVe s.

  • 15 Compoix de 1416, f° 44v.
  • 16 Compoix de 1560, f° 56v.

26Ces rues qui convergent toutes vers l’ancienne place des Tables15, devenue Place Neuve du fait d’un agrandissement réalisé vers 156016, ont induit un parcellaire rayonnant difficile à interpréter en l’état. Au nord-ouest de la Place-Neuve, notamment, la Grand-Rue Saint-Genies et celle du Cardinal-Fleury forment une curieuse patte d’oie qui pourrait indiquer l’existence d’une porte, mais ce seul indice ne permet pas vraiment d’assurer que la ville basse ait comporté son propre système de fortification.

  • 17 Compoix de 1438, consulat du jeudi I hostal en Borc nou, voir également E. Martin 1900, p. 324, n° (...)

27Toujours est-il que les quartiers de la Place Neuve et de l’église Saint-Pierre constituent au cours des XIe-XIIe s. le cœur d’un nouveau pôle de l’agglomération lodévoise, assez clairement détaché nous semble-t-il du noyau épiscopal situé plus haut et à quelque 200 m de distance. D’après E. Martin, l’espace compris entre les deux voies de raccordement (Grand-rue Saint-Geniès et Cardinal-Fleury/Vieille-commune) est sans doute resté vierge de toute construction jusqu’au moment de l’édification de la grande enceinte de 1351 réunissant désormais les deux pôles. C’est du moins ce que suggère la mention d’un « Bourg neuf » en 143817, qui figure sur un plan du XVIIIe s. et dont le souvenir est conservé aujourd’hui par la rue des « Bourneaux » localisée à proximité de l’enclos de la cité, au nord de l’ensemble III et de la Grand-rue Saint-Geniès. C’est aussi ce que semblent montrer les sondages réalisés dans la cour Fleury en 1982 et 1985, bien que la surface explorée fût inférieure à 50 m2. Le parcellaire de l’agglomération est d’ailleurs nettement plus aéré entre le « bourg » Saint-Pierre et les abords orientaux de la cathédrale.

28L’histoire de la formation de cette ville basse au cours des XIe-XIIe s. doit être également associée à l’histoire du confluent de la Lergue et de la Soulondres, car cette extension nouvelle de l’agglomération a dû nécessairement s’accompagner d’un aménagement du cours des deux rivières qui forment ici toutes deux de curieux méandres que le contexte géologique local ne permet pas vraiment d’expliquer.

29Le « no man’s land » et la coupure détectable dans le dessin parcellaire du XIXe s. entre la cité épiscopale proprement dite (I, II, III) et l’agglomération basse (IV et V) marquent peut-être le souvenir d’un ancien lit de la Lergue, limite orientale de la ville de la basse antiquité et du haut Moyen Age.

30Avouons cependant qu’en l’absence de données archéologiques fiables et nombreuses, l’analyse morphologique ne permet pas à elle seule de trancher entre de multiples hypothèses.

5. A l’extérieur du confluent : le castrum et le barri de Montbrun

  • 18 C. Lod., p. 28 (1167) et p. 28-29 (1188).
  • 19 C. Lod., p. 40-41.

31Si Lodève a possédé un siège vicomtal à partir de la seconde moitié du Xe s., on ne sait pas si les vicomtes ont disposé d’une forteresse à l’intérieur de la cité. Leur domaine lui-même paraît bien modeste et se trouve pour l’essentiel à l’extérieur des limites du pagus, taillé en partie sur les terres monastiques de Saint-Sauveur d’Aniane dans le bassin moyen de l’Hérault (Schneider 1997). Le castrum de Montbrun n’apparaît dans la documentation écrite qu’au milieu du XIIe s., près de 150 ans après que la lignée vicomtale locale se soit éteinte. En 1167, l’évêque de la ville détient six mois de domination sur la tour de Montbrun et le comte de Rodez les six autres, droits vendus à l’évêque en 118818. La famille des « De Lodève » a disposé également de droits sur le castrum, qui furent inféodés à l’évêque en 124619.

  • 20 C. Lod., n° 58, p. 51. In barrio ultra pontem Solundri.

32Bien que les fouilles réalisées dans les années 1980 sur le puech de Montbrun aient livré du mobilier antique remanié, le château ne paraît pas antérieur au XIIe s. Les sources écrites, d’origine ecclésiastique, nous montrent que la forteresse fut attachée dès le milieu du XIIe s. au domaine de l’Eglise lodévoise, mais l’initiative de sa construction est peut-être due aux comtes de Rodez désireux de disposer d’un point d’appui à proximité de la cité lorsque ceux-ci héritèrent de la vicomté au début du XIIe s. Toujours est-il qu’un bourg – le barri de Montbrun – s’est rapidement formé au pied de la forteresse sur les berges de la Soulondres et de la Lergue. Explicitement mentionné dès 1213, le pôle était relié à la ville basse du confluent par un pont cité pour la première fois en 126220, ce qui pourrait indiquer que depuis la plaine de l’Hérault le principal itinéraire d’accès à la cité se faisait par la rive droite de la Lergue et par un franchissement de la Soulondres. Le grand axe urbain constitué par les rues Cardinal Fleury et Mazel aboutit lui aussi sur le rivage de la Soulondres et désigne peut-être un franchissement antérieur à la formation du barri. Le château de Montbrun verrouillerait ainsi le principal accès à l’agglomération avant (?) qu’un pont ne soit jeté sur la Lergue et qu’un nouvel itinéraire (rue de La Lergue) ne soit établi dans sa direction depuis la place des Tables.

6. L’évolution du XIVe s.

  • 21 Vilafranca f°38v et Vilanova f° 22r.

33La mention d’une Villefranche en 1340 et l’existence du toponyme Villeneuve au nord de la ville, toponymes par ailleurs nommés dans le compoix de 140121, ont été interprétées par E. Martin (1900, 317-318) comme des tentatives, sans lendemain, de créations de lotissements royaux du début du XIVe s., respectivement au sud de la ville sur la rive gauche de la Soulondres et au nord sur la rive droite de La Lergue. Si le parcellaire ne semble pas avoir conservé de souvenir de ces faubourgs entre le barri et la place Saint-Pierre (IX), le tracé orthogonal de plusieurs rues du côté de Villeneuve pourrait accréditer une telle hypothèse mais cette forme régulière demeure indatée, comme d’ailleurs celles que l’on peut voir à l’extérieur du confluent dans le quartier des Carmes (X).

34Le fait marquant de l’histoire urbaine lodévoise du XIVe s. demeure sans aucun doute la construction d’une grande enceinte en 1351 qui enveloppa pour la première fois les pôles de la ville basse et celui du quartier épiscopal, soit une superficie totale d’un peu plus de 11 ha.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Appolis 1936
APPOLIS (E.) - Lodève, étude de géographie urbaine, Cahiers d’Histoire et d’Archéologie, 9, Nimes, 1936, p. 45-76.

Christol, Goudineau 1987-1989
CHRISTOL (M.), GOUDINEAU (C.) - Nimes et les Volques Arécomiques au Ier s. av. J.-C., Gallia, 45, 1987-1988, p. 87-103.

C. Lod.
MARTIN (E.) - Cartulaire de la ville de Lodève dressé d’après des documents inédits, Montpellier, 1900, 494 p.

Demaille 1997
DEMAILLE (E.) - La gestion de l’espace urbain et rural à Lodève d’après le compoix de 1401, Mémoire de maîtrise d’Histoire, Université de Montpellier 1997, 198 p.

Février 1989
FÉVRIER (P.-A.) - Lodève, In : Topographie des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, VII, Province ecclésiastique de Narbonne (Narbonensis prima). Paris : De Boccard 1989, p. 61-64.

Garmy, Schneider 1998
GARMY (P.), SCHNEIDER (L.) - Lodève et son territoire dans l’Antiquité et le haut Moyen Age, In : CLAVEL-LEVEQUE (M.) et VIGNOT (A.) Ed., Cité et territoire II, Actes du IIe colloque européen de Béziers, 24-26 octobre 1997, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 1998, p. 223-241

Gascou 1995
GASCOU (J.) - A propos d’un décurion de Lodève (Hérault), Zeitfschrift für Papyrologie und Epigraphik, Band 105, 1995, p. 89-95.

Martin 1900
MARTIN (E.) - Histoire de la ville de Lodève depuis ses origines jusqu’à la révolution, Montpellier, Serres, 1900, 2 vol., 391 et 425 p.

Nougaret 1987
NOUGARET (J.) - Lodève (Hérault). Cathédrale Saint-Geniès-Saint-Fulcran, Crypte In : Barral I Altet X., (Dir.), - Le paysage monumental de la France autour de l’An Mil, Picard, 1987, p. 433-434.

Paone 1997
PAONE (F.) - Lodève, Place du Marché, Bilan scientifique de la Région Languedoc-Roussillon, Ministère de la Culture, 1997, p. 86-87.

Pérez 1995
PEREZ (A.) - Les cadastres antiques en Narbonnaise occidentale. Essai sur la politique coloniale romaine en Gaule du sud, Paris, CNRS, 1995, 313 p. (Revue Archéologique de Narbonnaise, 29).

Schneider 1997
SCHNEIDER (L.) - Une vicaria languedocienne du Xe siècle : Popian en Biterrois, Autour de l’An Mil, Annales du Midi, T. 109, n° 219-220, Jui./Déc. 1997, p. 401-442.

Schneider, Garcia 1998
SCHNEIDER (L.), GARCIA (D.) - Le lodévois. Arrondissement de Lodève et commune d’Aniane, Cabrières, Lieuran-Cabrières et Péret, Carte Archéologique de la Gaule, 34-1, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1998, 332 p.

Notes

1 Sur ces différents points, voire la récente analyse donnée dans Schneider, Garcia 1998, 90-101.

2 C. Lod., n° 3 (817)... aut de rebus que moderno tempore tam de beneficio suo quam de rebus proprietatis quam habere videtur abstrahere et minuere.

3 C. Lod., n° 11, p. 12 (988)... Imprimis Domino et Salvatorio nostro Jesu Christo in ipsa civitate Luteva, in ipso loco quem, annuente Deo, vel ejus inspirante clementia, eligi pro acquirenda aeterna vita monasterium stabilire, ad altaria quae sunt consecrata in honorem Salvatoris mundi et santae apparitionis sive Dominicae Ascensionis ac vivificae sacrataeque Crucis ecclesiam quae fundata in hororem...

4 C. Gel., p. 84 et 374.

5 C. Lod., n° 18, p. 23. Abbaciam Sancti Salvatoris cum ipsa civitate Lutevensi in qua sita est et cum castrum.

6 C. Lod., n° 24, p. 27... abbatiam S. Salvatoris cum ipsa civitate Lodove cum ecclesia S. Petri, ecclesiam S. Andree cum capelis suis et cum castro de Monte Bruno...

7 C. Lod., n° 42, p. 38... turris de castro de Monte Bruno et domus dicte turri contiguas et quod habeat in turri majore dicti castri et furni sui barrii dicti Castri.

8 C. Lod., n° 60, p. 67. Guillelmus de Lodova fundator et patronus ecclesie seu capelle Beate Marie de Bello Loco site in stari suo apud Montem Brunum...

9 C. Lod., n° 64, p. 73. Plusieurs des habitans de Lodève remostrent au sr Evesque et a sa Court que, a cause des tromperies et mauvaistie de certains drapiers de la ville et fauxbourgs de Lodève...

10 C. Lod., n° 90, p. 110 (... Raymundus Galhaci, hostalerius loci predicti, in quadam una cavarum predictarum sita in loco vocato Villafrancha...). Voir également Demaille 1997, 85 pour d’autres mentions de ces deux faubourgs.

11 C. Lod., n° 63, p. 53. Proponunt vallo seu fossato circuitus dicte civitatis libere ad ipsam civitatem pertinere et quod sibi dominus episcopatus vel alter ejus auctoritate seu nomine apropriaverunt in statum pritinum reducatur. Un siècle plus tôt, en 1162, ces fossés avaient déjà fait l’objet d’un accord entre le comte de Rodez et l’évêque de Lodève (C. Lod., n° 21, p. 24). Autre mention vers 1261 (C. Lod., n° 57, p. 50).

12 C. Lod., n° 105, p. 130. Analyse historique de la fortification de la ville au début de la guerre de Cent Ans.... certains articles en papier sans aulcun signe et forme probante contenant comme antienement la Ville de Lodève n’estoict que ce quy est depuis la porte de Brossenelle jusques a la porte devers l’archidiaconné et l’abbaye, et que de la jusques a la tour dicte du Provost. En laquelle sité n’estoient que les esglises de S. Ginieys et S. André, l’abaye, avecque les cimetieres et maisons episcopalles et aultres apartenans a gens d’Eglize. Le reste de la ville n’estant auculnemen clos, ains dessaparé ca a la despuis l’oratori jusques a l’hospital de S. Thomas. Laquelle ville feust cloze et fermée l’an trois cens cinquante ung a raison de la guerre quy estoict alhors contre les enemis du Roy.

13 C. Lod., n° 58, p. 52. Nono dicunt ipsum dominum episcopum prohiberi ab eo quod compellit parrochianas Sancti Petri de Lodova decoquere ad furnum situm in dicta parrochia propre ipsam ecclesiam...

14 C. Lod., n° 119, p. 154... institui opus seu fabricam pontis Lodove siti in ripeira Lerge juxta villam et etiam dictum pontem qui dictus pons confrontatur cum dicta villa...

15 Compoix de 1416, f° 44v.

16 Compoix de 1560, f° 56v.

17 Compoix de 1438, consulat du jeudi I hostal en Borc nou, voir également E. Martin 1900, p. 324, n° 4 citant plusieurs autres mentions repérées dans des actes notariés de 1452 et 1453.

18 C. Lod., p. 28 (1167) et p. 28-29 (1188).

19 C. Lod., p. 40-41.

20 C. Lod., n° 58, p. 51. In barrio ultra pontem Solundri.

21 Vilafranca f°38v et Vilanova f° 22r.

Auteur

CNRS, Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne, Aix-en-Provence

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable