Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Un loisir urbain, les cafés-concerts en Lorraine allemande et française 1870-1914

Jean-Christophe Diedrich

Texte intégral

  • 1 Alain Corbin, L’avènement des loisirs 1850-1960, Aubier, Paris, 1995, p. 11.

1Au cours du xixe siècle s’impose « la distinction entre les pratiques de loisir jugées enrichissantes, qui relèvent de la sphère de l’amateurisme, et des distractions considérées comme peu respectables, appauvrissantes » comme celles des cafés-concerts, loisir décrié par la plupart des critiques de l’époque pour sa vulgarité et son indigence artistique. Ce loisir qu’on surnomme aussi « caf’conc » est en fait un établissement à la fois salle de concert et estaminet, réunissant dans son enceinte un public qui paie en consommations le plaisir d’entendre des romances, des chansonnettes voire des morceaux d’opéra (selon le Grand dictionnaire Larousse du xixe siècle)1.

2Ces spectacles connaissent un grand succès dans la capitale et bientôt en province (se diffusant sur ce modèle partout en Europe). Au moment où ce loisir tend à s’imposer sur l’ensemble du territoire français, la Lorraine va connaître une division douloureuse suite au traité de Francfort (10 mai 1871) puisqu’une grande partie du département de la Moselle est annexée ainsi que deux cantons de la Meurthe-et-Moselle. C’est dans ce contexte géopolitique inédit que se développe d’abord difficilement puis avec succès ce loisir urbain. En quoi la création de cette nouvelle frontière va-t-elle transformer le café-concert tant en Lorraine allemande qu’en Lorraine française ?

LES CAFÉS-CONCERTS DANS LES LORRAINE

LA LENTE IMPLANTATION DES CAFÉS-CONCERTS

3La Lorraine comme beaucoup d’autres régions de France regarde Paris quand il s’agit de culture et de divertissement. Si à Paris, il existe plus d’une centaine de cafés-concerts au commencement du Second Empire, leurs débuts dans l’Est de la France sont timides. Les premières ouvertures d’établissements proposant ce nouveau type de loisir urbain se diffusent des grandes villes aux plus petites, Metz en 1857, Nancy l’année suivante, Bar-le-Duc l’année d’après, Épinal en 1864. Ainsi, avant 1870, les principales villes de l’espace lorrain sont concernées, les foyers secondaires demeurant pour le moment à l’écart.

  • 2 Pierre Brasme, La population en Moselle au xixe siècle, Éditions Serpenoise, Metz, 2000, p. 122.
  • 3 François Roth, Histoire de la Lorraine, l’époque contemporaine, Metz, Éditions Serpenoise et PUN, (...)

4La guerre de 1870 et ses conséquences vont incontestablement troubler le développement de ce loisir si on considère l’extrême rareté des annonces faites dans la presse locale des années 1870-73 - tant en Moselle qu’en Meurthe. Par la suite, la situation semble rapidement évoluer d’autant que dans le nouvel espace divisé par le traité de Francfort, les garnisons n’ont jamais été aussi nombreuses de part et d’autre de la nouvelle frontière. En Lorraine allemande, on compte ainsi 15 000 soldats stationnés en 1871, 22 000 en 1885 et 46 000 en 1905 dont plus de 23 000 dans la seule agglomération messine2. L’autre capitale lorraine, Nancy connaît durant la période la même militarisation et passe d’un effectif de 8 000 soldats en 1890 à 11 000 en 1913. D’autres villes connaissent le même phénomène, telles Lunéville (5 000 soldats), Épinal (plus de 10 000 soldats), St-Mihiel et sa région (8 000 soldats), Toul (9 000 soldats) ainsi que Bar-le-Duc et Verdun (10 000 soldats en 1910), près de 100 000 soldats stationnant au final alors dans l’espace lorrain3.

  • 4 René Bour, La Lorraine, ses hommes, ses activités, Metz, Smel, 1976, p. 52.
  • 5 Jean-Christophe Diedrich, « Café-concert et music-hall à Metz 1857-1914 » in A Quatre temps, la mu (...)

5Cette forte militarisation de la Lorraine concentre dans les centres urbains une population masculine friande de divertissements. Ainsi, à partir du milieu des années 1870, on constate une multiplication de l’offre partout en Lorraine4. A Metz, 25 établissements donnent des concerts ou spectacles en 1878, la plupart d’entre eux étant destinés à ce public militaire : des publicités sont donc faites le week-end essentiellement dans la presse germanique (La Metzer Zeitung en particulier), et les tenanciers proposent assez régulièrement des tarifs avantageux aux soldats quand les spectacles sont payants. Au milieu des années 80, la plupart des établissements messins sont tenus par des immigrés allemands arrivés de fraîche date en Moselle5 qui se révèlent être très inventifs. Ils généralisent la publicité dans la presse en utilisant des illustrations qui accrochent le regard du lecteur et organisent de nombreux événements pour divertir cette garnison germanophone installée dans une ville encore majoritairement francophone et parfois hostile à ces nouveaux venus. Georg Huber, brasseur d’origine munichoise, multiplie ces manifestations le plus souvent teintées de patriotisme. Ainsi, en 1878, lors de la fête anniversaire de l’Empereur, un cortège aux flambeaux est organisé dans la ville suivi d’un concert dans sa brasserie. Ce patriotisme devient plus prégnant encore quand les annonces publicitaires faites par voie de presse sont illustrées de l’allégorie de l’Allemagne, Germania tenant un glaive et un bouclier aux armoiries de l’Empereur.

  • 6 Le Messin, 7 janvier 1886.

6Si le développement du café-concert s’appuie d’abord sur une volonté d’affirmation identitaire et patriotique, il utilise également des traditions festives nationales comme les fêtes de carnaval, fêtes de la bière ou du cochon. Ces traditions éloignent donc des scènes de la Lorraine allemande le spectacle dit parisien composé habituellement de chanteuses de romance, de comiques troupiers ou de saynètes comiques. Dans le même temps, la nécessité d’occuper une troupe toujours plus nombreuse avec un contenu le plus souvent patriotique a obligé les autorités à porter un regard complaisant sur les autorisations d’ouverture de ces établissements. La surveillance comme la censure ne semblent ainsi aucunement restreindre le développement de ce loisir urbain qui laisse même la place au développement d’établissements destinés à un public francophone comme l’Hôtel du Nord ou le Café de la Bourse (dont une partie du spectacle est en français)6.

  • 7 Archives départementales (AD) des Vosges, 4 M 345, Cafés-concerts et représentations théâtrales, 1 (...)
  • 8 Pauline Fournet, Anastasie leur coupe le sifflet, le café-concert et la censure au début de la III (...)
  • 9 Eva Kimminich, « Chansons étouffées, recherche sur le café-concert au xixe siècle », Politix, n°14 (...)

7De l’autre côté de la frontière, le développement de ce loisir paraît plus hésitant, et les autorités préfectorales ou municipales sont encore très pointilleuses. À Épinal, par exemple, un arrêté préfectoral datant du 11 novembre 1873 oblige tout chanteur, qu’il se produise dans la rue ou dans les cafés-concerts, à ne chanter que le répertoire qui aura été visé par la censure. Les artistes doivent également obtenir une autorisation de la police municipale. Quant aux tenanciers, ils doivent préalablement à toute représentation soumettre leur programme aux autorités et les autorisations pour des spectacles ne sont en général accordées que pour une séance7. La jeune République continue encore à prendre des mesures très contraignantes à l’égard de ce divertissement considéré à la fois comme un lieu de tous les vices. Aussi la censure continue à édulcorer les textes dans les représentations des misères sociales, dans les luttes des classes ou le nationalisme8. Cette censure évolue d’ailleurs sur la période. En effet, si elle porte au départ sur le caractère immoral de certaines chansons, on constate qu’à la fin du siècle, la répression frappe avant tout les allusions critiques envers le pouvoir politique comme le constate Eva Kimminich dans l’analyse des 7 000 textes refusés et placés dans le Fonds des Archives nationales9.

  • 10 Maurice Cajelot, Petite histoire nancéienne des spectacles de divertissement, du Caf’conc au Music (...)
  • 11 AD de la Meuse, I1 72, débits de boissons et cafés-concerts.
  • 12 Ce décalage est également constaté pour Lyon par Jean-Luc Roux, Le Café-concert à Lyon, Éditions l (...)

8Néanmoins, la ville de Nancy va connaître un grand dynamisme dans le domaine au milieu des années 1880, son équipement en salles de spectacles se révélant digne d’une capitale régionale. Le premier de ces établissements est le Casino des Familles inauguré en novembre 1884 rue St-Georges ; le second, l’Éden nancéien situé place St-Jean, ouvrira quant à lui ses portes moins d’un an après en offrant une capacité de plus de 1 000 personnes. Ces deux salles spécialisées sont les premières véritables grandes salles de Lorraine dédiées uniquement au café-concert, et se lancent dans une concurrence néfaste qui met en difficulté à plusieurs reprises l’Éden, racheté en définitive par son concurrent et son directeur, Armand Bel10. À ce moment, l’exemple d’une spécialisation semble être suivi partout en Lorraine française, et à Bar-le-Duc en 1889, Gustave Henrion ouvre le café-concert des Variétés avec scène et jeu de décor11. À cette date, ce loisir s’impose donc dans les grandes villes lorraines alors que les cafés-concerts parisiens connaissent une amorce de déclin à la fin des années 189012.

9Ainsi, la militarisation de la Lorraine a permis le succès du café-concert avec une véritable accélération au milieu des années 1880.

L’ÂGE D’OR DU CAFÉ-CONCERT EN LORRAINE 1890-1910

10C’est à partir des années 1890 que ce loisir se diffuse plus largement dans la plupart des localités urbaines tout en se généralisant pour devenir une véritable industrie. C’est d’ailleurs dans un contexte de forte industrialisation que le « caf’conc » gagne l’ensemble des villes lorraines. L’intensification de l’exode rural et l’industrialisation du nord de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle entraînent une urbanisation rapide et parfois anarchique de ces régions. Ceci s’accompagne de l’implantation de nouveaux établissements dédiés plus spécifiquement aux loisirs des ouvriers. Dans cet espace plus ouvert aux flux, plus dynamique et plus riche, le café-concert s’affirme comme l’un des principaux loisirs urbains.

  • 13 Nous entendons ici par café-concert, tout débit qui présente plus ou moins régulièrement des conce (...)

11Il apparaît après un recensement qui ne peut, hélas, pas être exhaustif, (nous avons recensé d’après les archives des différents départements, des annonces dans la presse, des annuaires et des registres des Bureaux de bienfaisance) un total de 170 établissements de café-concert sur l’espace lorrain entre 1890-1910 (Ill. 1). On constate d’abord la domination des deux capitales régionales Metz et Nancy. L’agglomération messine avec 76 établissements paraît sur-représentée, ceci ne pouvant s’expliquer que par la très forte concentration militaire et le regard bienveillant des autorités. La définition même du café-concert13 dans sa plus large acception peut éventuellement grossir ce chiffre. Pourtant près de 66 % des établissements se trouvent en Lorraine annexée où d’autres villes montrent leur vitalité dans ce domaine, Sarreguemines, Forbach ou Thionville étant des garnisons, Moyeuvre-Grande ou Rosselange bénéficiant du dynamisme des industries sidérurgiques et minières proches (Ill. 2).

Illustration 1 : Les cafés-concerts en Lorraine, 1890-1910

Illustration 1 : Les cafés-concerts en Lorraine, 1890-1910

12Quant à la Lorraine restée française, on constate que les deux départements à dominante rurale que sont la Meuse et les Vosges demeurent à l’écart de l’engouement engendré par ce loisir, tandis qu’en Meurthe-et-Moselle, il se diffuse dans le réseau des petites villes ainsi que dans les zones industrielles telles que Longwy ou Villerupt.

Illustration 2 : Café Scala de Moyeuvre-Grande (Moselle)

Illustration 2 : Café Scala de Moyeuvre-Grande (Moselle)

13Si inégale que soit l’implantation des cafés-concerts dans les deux Lorraine, les années 1910 marquent le début d’un déclin. Certes, à cette date, le café-concert s’est mué en music-hall, c’est-à-dire qu’il propose des spectacles de variétés, un formidable mélange des genres faisant autant appel à la tradition du cirque que du théâtre mais aussi à toutes les innovations récentes y compris le cinéma.

  • 14 Archives municipales de Verdun, série I 33.

14C’est justement ce dernier qui va lentement transformer ce vaste réseau de salles de spectacle si différentes par leur aspect en salles obscures. Ainsi, de grands établissements vont connaître ce lent glissement comme par exemple L’Éden Théâtre de Metz où les séances de cinéma s’intègrent lentement au spectacle de variétés. Toujours à Metz, l’Eldorado devient cinéma en 1912, alors que l’année suivante à Verdun, c’est le Café-concert de l’Univers qui se transforme en Éden Cinéma14.

DU CAFÉ AUX « TEMPLES DES LOISIRS »

15Ces évolutions quantitatives passent sous silence la diversité de ces établissements. Sous l’appellation générique de café-concert, des réalités différentes existent dans les faits. Du simple débit dans lequel le patron a l’habitude de recevoir quelques artistes payés d’une soupe ou de quêtes, à la salle de spectacle spécialisée, débordante de luxe et de stuc, ces salles déclinent toute la diversité de la notion de café-concert.

LA MULTIPLICITÉ DES ÉTABLISSEMENTS

  • 15 AD de Meurthe-et-Moselle. 4 M 128, Lettre du Sous-Préfet de Toul au Préfet de Meurthe datant de 19 (...)

16S’il n’est pas réellement possible d’établir une typologie du contenu des spectacles faute de sources, une classification des établissements permet de saisir une part de cette diversité. En respectant l’ordre chronologique d’apparition, il faut évoquer tout d’abord les premiers débits qui accueillent de façon irrégulière des musiciens ou des chanteurs. Après la disparition des goguettes au début du Second Empire, les cafés-concerts multiplièrent ces expériences pour en faire une activité d’appoint. Cette pratique est attestée par exemple par l’annonce du Café Schmitt dans la Saargemunder Zeitung du 24 décembre 1878 qui accueille pour l’occasion le couple praguois, Carlo Chyba et Anneta en soubrette allemande, ou encore par le Café du Commerce de Toul15. Ces cafés qui aménagent à la hâte une scène sont nombreux dans toute la Lorraine, et ne laissent, à part quelques annonces ou quelques autorisations, que peu de traces.

17Certains débits, sous la pression de la réglementation municipale ou de la concurrence, envisagent alors d’aménager leur débit soit en y installant une simple estrade, soit en construisant une salle attenante à celle du débit agrémentée d’un décor plus ou moins luxueux. Là encore, les exemples, sont nombreux tant en Lorraine allemande qu’en Lorraine française. À Metz, l’un des premiers cafés-concerts, le Café du Midi, aménage une scène et devient à partir du début des années 1880 le Bavaria où le spectacle devient la principale activité. Toujours à Metz, la scène de la Germania voit le jour dans son jardin d’hiver en 1895.

18Certains aussi ouvrent pour la belle saison un jardin à proximité de la salle de débit qui devient alors un jardin-concert, mais c’est surtout dans la périphérie des villes qu’on retrouve ces jardins-concerts : autour de Metz, on en dénombre cinq, le plus connu étant celui d’Oesterreich dans la périphérie messine (l’île de Chambière).

19Enfin, pour répondre à une clientèle de plus en plus exigeante, des salles sont spécialement construites à cet effet. À Nancy, en 1884, on voit ainsi naître le Casino des Familles et l’Éden en 1885, à Metz la salle de la Cigogne en 1890, le Colosseum en 1895, à Bar-le-Duc la salle de spectacle Café des Oiseaux (Ill. 3) qui devient théâtre municipal, à Sarreguemines la Saalbau, etc…

20Pour compléter cette offre, les puissantes brasseries des deux Lorraine vont construire de vastes débits qui donneront la possibilité d’organiser toutes sortes d’activités dont celles des concerts et spectacles. À Nancy, on trouvera par exemple la Brasserie Vagner (Ill. 4) servant la bière des Grandes brasseries réunies de Maxéville, avec une salle de 1600 places, et proposant des séances de cinéma ou des concerts. À Metz, la Cigogne est achetée par la Brasserie Lorraine en 1890 pour en faire une salle de spectacle polyvalente.

Illustration 3 : Café des Oiseaux à Bar-le-Duc (Meuse)

Illustration 3 : Café des Oiseaux à Bar-le-Duc (Meuse)

Illustration 4 : Brasserie Vagner à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

Illustration 4 : Brasserie Vagner à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

21On trouve enfin, des Hôtels-palaces qui vont également proposer des salles et compléter leur activité par des concerts, comme le Terminus de Metz, ou l’Hôtel Schillerhof de Thionville.

22Mais c’est sans doute le Palais de Cristal de Metz qui va proposer le concept le plus original et novateur. Construit en 1909, il est en effet conçu comme un temple du loisir qui intègre en son sein tout l’éventail des loisirs : il est donc à la fois piscine, bain privé, salle de billards, jeu de quilles, casino-restaurant, bar américain, salle de cinéma et salle de café-concert appelé Zillerthal et accueillant près de 2 000 personnes. Ce complexe va connaître ainsi un véritable succès malgré une concurrence toujours plus forte.

CAFETIER OU CHEF D’ENTREPRISE ?

  • 16 Armand-Paul Vogt, La vie théâtrale à Nancy 1882-1914, propos d’entracte, souvenirs et anecdotes, I (...)

23La diversité des établissements proposant des concerts est une réalité mais ce qui unit la plupart de ces tenanciers, c’est qu’ils sont au départ limonadiers. Profitant de cette mode, les débitants de boissons ayant des locaux suffisamment vastes et étant suffisamment entreprenants se lancent dans le métier d’entrepreneur de loisir. Mais beaucoup continuent à exercer avant tout leur métier de cafetier, accueillant plus ou moins régulièrement quelques artistes de passage, ce qui constitue un véritable complément de revenu. Parmi ces limonadiers lancés dans l’aventure du monde du spectacle, on nous décrit ainsi le père Henrion16, tenancier d’un des tout premiers cafés-concerts nancéiens situé à l’angle de la rue St-Jean et Mazagran :

« c’était un ancien petit cordonnier, aux manières dépourvues d’élégance et dont les pataquès firent à cette époque le tour des journaux, (…) le Sieur Henrion semblait extrait d’un album de Daumier ou de Gavarni, affligé d’un mufle de bouledogue sur lequel chevauchait de travers un binocle en or, il avait l’aspect le plus rébarbatif qu’on puisse imaginer ».

  • 17 AD de la Meuse. I1 72, débits de boissons et cafés-concerts.

24La soi-disant grossièreté de ce personnage ici décrite n’empêche pas ce personnage de poursuivre une carrière plutôt brillante. En effet, on le retrouve en 1885 à la tête du prestigieux Éden de Nancy pour sans doute deux saisons. En 1889, il établira à Bar-le-Duc17 un autre établissement appelé le Variété, puis il abandonne alors la direction de ce dernier pour s’établir à Amiens où il dirige le Casino.

  • 18 Étrennes nancéiennes, 1906, p 77.

25Si les premiers entrepreneurs sont encore considérés comme des limonadiers finalement très éloignés du monde des spectacles, les grandes salles construites depuis peu ne peuvent supporter l’amateurisme en la matière. La seconde génération va ainsi rapidement se professionnaliser. Pour beaucoup, ces nouveaux entrepreneurs appartiennent déjà au milieu du café-concert. Armand Bel (de son vrai nom Armand Ferdinand Lefèvre) né à Neuilly en 1861, fils de négociant et propriétaire du Casino et de l’Éden de Nancy débuta comme chanteur (au Concert Européen puis à l’Alcazar d’été de Paris) à l’âge de 16 ans18, crée plusieurs revues locales au Havre et se produit dans les plus grandes villes de France avant d’être nommé secrétaire au Casino de Paris puis administrateur à Nancy. Ce talentueux entrepreneur devenu propriétaire fait fructifier pendant une vingtaine d’années les deux établissements nancéiens.

26À Metz, la plupart des établissements sont tenus par des limonadiers mais pour les quelques salles plus spécialisées, on retrouve des directeurs artistiques provenant du monde du spectacle. C’est par exemple, Gruneberg, artiste au Colosseum, qui se lance à partir de 1895 dans la direction d’un nouvel établissement, le Gambrinushall, avec l’idée de présenter des spectacles en français pour attirer une clientèle francophone, mais dont le passage éphémère à la tête de l’établissement tend à prouver que le pari du bilinguisme n’est pas synonyme de réussite. La position de directeur artistique comme celle de tenancier, qui se confondent souvent sont finalement très précaires. Les difficultés peuvent aboutir parfois à des faillites, comme c’est le cas pour le dénommé Kurz -ce dernier avait repris la succession des Variétés de Bar-le-Duc en 1896 après avoir été garçon de café au Buffet de la Gare et quatre ans au Café des Oiseaux (l’autre grand café-concert de Bar-le-Duc), mais il est finalement déclaré en faillite en 1905.

27À travers les destins de ces quelques tenanciers, il apparaît que ces entrepreneurs qui ont réussi à se spécialiser n’ont pas pour autant limité les risques. Ce loisir qui incarne le loisir urbain populaire à la mode souffre en effet rapidement de la désaffection du public et des difficultés réglementaires.

UN COMMERCE RISQUÉ ET SOUS HAUTE SURVEILLANCE

28La concurrence entre ces établissements engendre une véritable émulation tant sur le contenu des spectacles que sur la façon de les diriger, mais elle génère aussi des difficultés à la mesure des investissements mobilisés.

  • 19 Archives Municipales de Nancy, Bureau de Bienfaisance, 1 Q 2 C, 1808-1923.

29Des locaux luxueux (rénovés régulièrement), des publicités nombreuses et des artistes recrutés de plus en plus loin et pour de courtes périodes alourdissent la facture des plus grands établissements. Aussi la moindre baisse de fréquentation fragilise ce commerce si sa gestion n’est pas rigoureuse. Dans les deux plus importants établissements nancéiens dirigés par Armand Bel en 1891 les recettes dépassent les 128 000 francs sur l’année (Ill. 5)19. Ces résultats très honorables sont le fruit d’une programmation très adaptée à la demande : les deux établissements ferment donc durant les mois d’été quand les spectateurs désertent les salles pour la campagne alors que l’Éden redémarre la saison plus tôt afin que les deux établissements n’entrent pas en concurrence au moment où les spectateurs ne sont pas encore trop nombreux.

Illustration 5 : Évolution des recettes des établissements d’Armand Bel de Nancy sur l’année 1891 (d'après les Archives municipales de Nancy, bureau de Bienfaisance)

Illustration 5 : Évolution des recettes des établissements d’Armand Bel de Nancy sur l’année 1891 (d'après les Archives municipales de Nancy, bureau de Bienfaisance)

30Quand à la mi-septembre le Casino ouvre ses portes (Ill. 6), l’Éden n’organise plus que des bals ou des programmes dits complémentaires comme des opérettes par exemple. Cette gestion savante de ces deux établissements joue sur la complémentarité et permet de s’inscrire dans la durée, avec des bénéfices substantiels.

  • 20 La Soirée Nancéienne (1893-1907) succède en quelque sorte au journal plus généraliste Le Petit Nan (...)

31Mais les moyens mis en œuvre pour attirer le spectateur sont de plus en plus lourds. La publicité dans la ville tend à augmenter elle aussi, surtout pour les établissements très spécialisés qui doivent communiquer quasi quotidiennement par affiches mais surtout dans les principaux quotidiens locaux ; le plus bel exemple est ainsi le Colosseum de Metz qui rend compte par voie d’annonces de son programme détaillé dans la Metzer Zeitung mais également dans le Courrier de Metz et Le Messin. À Nancy, le Casino d’Armand Bel préfère investir dans une publication qui est un journal-programme de ses salles de spectacle et du théâtre municipal de Nancy. Ce journal, La Soirée Nancéienne20, décrit avec précision l’affiche du soir, et le journaliste rédige un compte-rendu de la soirée de la veille dans un style on ne peut plus laudatif. À chaque fois, le renom des artistes venant de Paris ou des pays anglo-saxons, leur talent dans leur spécialité sont autant d’arguments publicitaires. La nouveauté, la variété du spectacle proposé et parfois le sensationnalisme sont les autres arguments avancés par la presse.

Illustration 6 : Le Casino (des familles) extrait de Nancy-Artiste, n°15, 1886

Illustration 6 : Le Casino (des familles) extrait de Nancy-Artiste, n°15, 1886

32Ces charges financières sont doublées d’autres contraintes. Les règlements en Lorraine allemande comme en Lorraine française fragilisent encore l’entreprise. Outre les chicanes administratives liées à l’ouverture même de la salle (avec progressivement une réglementation qui impose des normes de sécurité strictes contre l’incendie, sortie de secours etc…), à l’autorisation des spectacles ou à la censure, l’entrepreneur de spectacle doit également assurer les frais occasionnés par la garde de police pour le maintien du bon ordre ainsi que ceux des pompiers. Ledit entrepreneur est également tenu d’acquitter, au profit des indigents, le droit dit des pauvres qui finance le Bureau de Bienfaisance de la ville. Cet impôt doit selon la loi du 8 thermidor an V s’élever à 10 % de la recette mais, comme tous les cafés-concerts ne demandent pas un droit d’entrée, les entrepreneurs négocient généralement un abonnement mensuel qui leur est sans doute plus favorable. Ainsi, des établissements comme le Casino de Nancy paient mensuellement plus de 1 000 francs en 1891 alors que le Colosseum de Metz dépense pour sa part un peu moins, autour de 200 francs.

  • 21 Archives Municipales de Bar-le-Duc (aux AD). I1 72 : débits de boissons, cafés-concerts 1852-1905.

33Enfin, si les cafés-concerts tentent d’attirer de plus en plus les familles, il n’en demeure pas moins qu’il existe des salles de spectacle où la morale est mise à mal. Les artistes qui en majorité sont des femmes sont le plus souvent exploités par des entrepreneurs à la fois peu scrupuleux et pressés par les contraintes financières décrites plus haut. Là, certains n’hésitent pas à se transformer en « négriers ». La frontière avec la prostitution s’estompe alors, entraînant des dénonciations et de nouvelles réglementations. À Bar-le-Duc en 1897, les tenanciers de maison close considèrent que les artistes féminines de café-concert, se livrent ouvertement à l’ » inconduite » ce qui concurrence leurs établissements. Ils demandent alors au maire de limiter le nombre des femmes qui se produisent sur les scènes de Bar-le-Duc21. Le Commissaire de police de la ville, quant à lui, a dénombré durant la même année, 92 artistes femmes contre seulement 49 hommes, et propose ainsi de limiter le nombre de femmes par spectacle à trois comme l’a déjà fait la ville de Cambrai, précise-t-il. Ailleurs, un artiste engagé depuis un mois à Bar-le-Duc chez Kurtz n’hésite pas à dénoncer cette exploitation, constatant que les femmes sont insuffisamment payées (40 à 50 sous) et qu’elles sont contraintes de ce fait à se prostituer :

  • 22 Idem.

« À la cuisine qui sert de passage aux artistes pour aller sur la scène, il y a toujours cinq ou six clients bien souvent en état d’ivresse qui stationnent autorisés toujours par la Direction qui ne sont là que pour manquer de respect aux artistes femmes, en leur passant la main soit dans la poitrine, ou sous les jupes, se permettant de les tutoyer en leur offrant des consommations qu’elles sont obligées le plus souvent d’accepter sous la pression de la Direction »22.

  • 23 AD de Meurthe-et-Moselle, 4 M 128.
  • 24 Archives Municipales de Bar. I1 72. Quelques exemplaires s’y trouvent.

34Ces pratiques ne sont pas isolées, bien sûr, si l’on en croit la riche correspondance développée en 1907 entre le tenancier Mutelet de Villerupt, les autorités et les artistes se plaignant de la prostitution clandestine qui s’y développe. Les époux Mutelet obligent les femmes qui remontent dans leur chambre avec un client à acheter une bouteille de champagne à cinq francs23. La dénonciation de ces pratiques par l’une des artistes de l’établissement n’est pas soutenue, une autre lettre envoyée aux autorités signées par les autres employés de la maison dément toutes les allégations de la première. Dans ces conditions, il n’est pas facile de lutter contre la prostitution clandestine qui s’étend dans les garnisons lorraines et surtout les villes industrielles de cette époque. Mais profitant de vives polémiques autour de la question de la « Traite des Blanches » et sous la pression de l’Union syndicale des artistes lyriques (concerts et Music-halls) dont le siège est à Paris, et qui publie régulièrement sa propre revue24 pour dénoncer ces dérives, des mesures vont être prises.

  • 25 Jean-Christophe Diedrich, « La prostitution à Metz 1815-1914 », Cahiers Lorrains, n°199, décembre (...)

35Le 18 décembre 1906, une circulaire ministérielle concernant la moralisation des cafés-concerts français est adoptée. On prévoit dans l’article 3, l’interdiction de loger dans l’établissement les artistes. Ces derniers devront quitter l’établissement une demi-heure après la représentation, les quêtes étant également proscrites. Ainsi, le Casino de Toul tenu par Maillard est accusé par la revue de ne pas respecter le nouveau règlement puisqu’il loge encore ses artistes. Il s’en défend et il semble qu’après cette date, les dérives les plus flagrantes aient disparu en Lorraine française. De l’autre côté de la frontière, la prostitution clandestine a atteint les mêmes proportions mais sans doute davantage dans les débits de boissons que dans les cafés-concerts qui sont en général des établissements plus en vue et plus surveillés25.

36La situation des cafés-concerts de part et d’autre de la frontière connaît globalement des similitudes tant dans les contraintes administratives que réglementaires mais les divergences entre les deux Lorraine s’expriment davantage dans le contenu même des spectacles.

LES CAFÉS-CONCERTS LORRAINS ENTRE INFLUENCE PARISIENNE ET ALLEMANDE

37Des distinctions vont progressivement voir le jour dans la pratique de ce nouveau loisir au sein de l’espace lorrain divisé par le traité de Francfort.

DES INFLUENCES DIFFÉRENTES DE PART ET D’AUTRE DE LA FRONTIÈRE

38Avec l’apparition durant les décennies 1880 et 1890 de grandes salles de spectacle dans toute la Lorraine, la professionnalisation s’est accrue. On ne se contente plus d’une pâle imitation de ce qui se fait à Paris. Ainsi, le recrutement s’internationalise et devient d’ailleurs de plus en plus varié. Les artistes viennent de plus en plus loin et restent pour la plupart, peu de temps, quelques jours ou quelques semaines ; les troupes locales recrutées à l’année servent à compléter le programme et à combler les éventuelles périodes d’absence d’artistes. Les grandes salles lorraines (à Nancy et Metz essentiellement) peuvent révéler par leur programmation le goût du public et donc de réelles influences culturelles. La mise en place d’une nouvelle frontière va-t-elle influencer le contenu de ce loisir ? Metz regarde-t-elle d’abord les scènes de Berlin, de Cologne ou de Munich pour recruter ses artistes là où Nancy lorgne de son côté vers Paris ?

  • 26 Chiffres obtenus à partir de l’analyse des 136 troupes programmées durant l’année 1907 et signalée (...)

39En étudiant, les programmes des deux principales scènes lorraines, on constate que les artistes recrutés pour le Casino de Nancy viennent à 75 % de France, la plupart du temps de Paris26, 18 % sont Anglo-Saxons, 6 % sont Espagnols ou Turcs et seulement une troupe se désigne comme étant allemande (la Kastori Truppe, est une troupe d’acrobates qui se produisait auparavant aux Folies Bergères de Paris). Ainsi, force est de constater que la frontière politique est devenue une frontière culturelle, et que les artistes allemands ne jouent pas sur les scènes lorraines françaises. Le regain des tensions entre les deux États est une explication qui ne tient que pour une courte période puisque la frontière n’est pas en l’occurrence complètement imperméable dans d’autres domaines. L’esprit revanchard qui a touché durement la région est une autre explication qui doit être nuancée voire complétée par des considérations plus artistiques. Les cafés-concerts sont d’abord et surtout à l’origine parisiens, avec des genres préétablis, ce qui explique que les artistes d’outre-Rhin ne sont pas la cible des recruteurs en la matière alors que les artistes anglo-saxons incarnent sans aucun doute une certaine modernité, un exotisme quand ils se présentent comme venant du Nouveau-Monde. Enfin, les artistes turcs, dont les spectacles sont très spécialisés, complètent l’offre en proposant des hommes extraordinaires venus d’Orient, d’une force incomparable.

  • 27 Le Courrier de Metz, 19 octobre 1900.

40Quant aux établissements de la Lorraine allemande, ils offrent une programmation bien différente. Sur 323 troupes et artistes passés entre 1895 et 1913 dans les établissements messins (en fait surtout le Colosseum qui devient plus tard l’Éden Théâtre, Ill. 7), 40 % viennent du Reich (la plupart de Cologne ou de la Rhénanie). On retrouve également des Autrichiens, des Italiens et des artistes d’Europe centrale comme le petit prodige musical âgé de sept ans, Kun Arpad qui vient du conservatoire de Pest27, et enfin 20 % d’Anglo-Saxons. Mais surtout, ce qui semble plus intéressant, c’est l’importance des artistes français et surtout parisiens puisqu’ils représentent 28 % des artistes recrutés sur la scène messine. Ce chiffre tend à prouver que Metz demeure partagée entre deux influences qui répondraient aux goûts des deux communautés cohabitant dans la ville. La cohabitation linguistique se prolonge ainsi sur la scène même si les autorités sont vigilantes. Ainsi, en septembre 1912, le directeur artistique du Colosseum, le Français M. d’Albrey chargé du recrutement des comédiens, présente un spectacle presque exclusivement en français. Le concessionnaire M. Weil poussé par les autorités intervient alors pour rétablir la domination de la langue de Goethe dans la programmation.

  • 28 Le Courrier de Metz, 10 janvier 1909.

41La situation messine demeure néanmoins originale. La ville accueille de nombreux artistes parisiens et dans une bien moindre proportion des artistes nancéiens : c’est le cas de la petite scène du Café des Roches d’Henri Maire qui propose chaque week-end des artistes exclusivement francophones comme l’atteste le programme du 10 janvier 1909, où trois artistes français dont la femme, Mlle Roger, viennent de Nancy28.

42Ainsi, l’influence parisienne demeure importante tant en Lorraine que dans le Reichsland (Lorraine allemande). Mais à l’inverse, l’influence de la culture germanique ne traverse pas la frontière et reste cantonnée en Lorraine allemande. Cette frontière n’est donc poreuse que dans un sens. Le café-concert germanophone marqué davantage par le folklore et le caractère traditionnel des fêtes comme celles de la bière, du carnaval ou des fêtes impériales ne peut sans doute pas atteindre l’esprit français si critique à l’égard de la culture des vainqueurs de Sedan.

Illustration 7 : Éden Théâtre, ancien Colosseum de Metz (Moselle)

Illustration 7 : Éden Théâtre, ancien Colosseum de Metz (Moselle)
  • 29 Blaise Aurora, Histoire du cinéma en Lorraine, du cinématographe au cinéma forain 1896-1914, Metz, (...)

43L’autre conclusion à apporter est que les liens entre les deux capitales lorraines sont à cet égard très limités. Ainsi n’y a t-il pas de troupes qui traversent régulièrement la frontière. Cette même rupture entre les deux capitales lorraines s’observe d’ailleurs dans le cinéma forain puisque les circuits des forains qui présentent des projections cinématographiques à la fin du xixe siècle s’organisent sans jamais traverser cette frontière29. Nancy, nouvelle capitale lorraine, constitue en quelque sorte une vitrine mais aussi un rempart à la germanité. Quand elle « tolère » une troupe venant d’Alsace-Lorraine, c’est surtout pour s’en amuser ou se dépayser, comme en mars 1902 lorsque le Casino accueille le comique alsacien Bloch qui imitera l’accent de deux vieilles Alsaciennes.

44En Lorraine annexée, il semble que cette culture allemande appliquée à ce loisir urbain ne se développe pas de manière identique. Certes, Metz possède quelques scènes qu’on qualifiera d’internationales, mais le reste du Reichsland est beaucoup plus germanisé que Metz (où la population indigène demeure jusqu’au début du xxe siècle encore majoritaire). Les annonces des spectacles passées dans les journaux de Thionville, de Forbach ou de Sarreguemines sont à cet égard marquées d’une germanité plus profonde.

LES PRÉMICES D’UNE CULTURE URBAINE PROVINCIALE

  • 30 Armand-Paul Vogt, Le théâtre à Nancy depuis ses origines jusqu’en 1919, imp. Grandville, Nancy, 19 (...)
  • 31 Idem.

45La frontière qui traverse la Lorraine marque donc en général une rupture culturelle assez efficace (sauf pour Metz). Le contexte international pesant entre l’Allemagne et la France influence sans doute les scènes lorraines qui tentent de renforcer une identité locale finalement plus consensuelle. Par ailleurs, les établissements qui proposent à un bas prix un mélange de tous les spectacles vivants réunissent un public populaire large. On peut estimer par exemple que le Casino de Nancy pouvait accueillir durant la saison 1891 jusqu’à 120 000 spectateurs30. Une véritable culture populaire voit le jour, très souvent critiquée par les élites. En 1921, Armand-Paul Vogt, dans son histoire du théâtre à Nancy, ne traite qu’en quelques pages des cafés-concerts tout en convenant de l’importance du phénomène : « Ces deux établissements fondés par deux sociétés anonymes rivales, étaient appelés à avoir une énorme influence sur les goûts et les habitudes de nos concitoyens »31.

  • 32 Jean-Luc Roux, op. cit..

46Comme le constate Jean-Luc Roux pour Lyon32, afin de diversifier encore l’offre, les cafés-concerts vont proposer des revues locales. À Nancy, le Casino proposera durant sa période faste ce type de spectacle s’inspirant d’abord de l’actualité locale. La première s’intitulant Nancy tout le monde descend d’Émile Roussel et Georges Gugenheim, est mise en scène pour la première fois en 1880 et reprise par le Casino plusieurs fois. Les hommes illustres, les rues de Nancy et les faits divers y sont abordés. Mais la grande histoire apparaît également, la mémoire de 1871 étant alors évoquée quand les artistes chantent sur des décors évoquant la place Thiers (figure patriotique puisqu’il est considéré comme le libérateur du territoire de l’occupation allemande) et sa statue.

Vos petits fils vers moi viendront
Chercher un triste écho de l’an soixante et onze
Mes pages alors leur diront
La guerre avait vomi ses horreurs et ses rages
Et son cortège de forfaits
Le flot envahisseur contemplait les ravages
Que ses lourds canons avaient faits
(…) Il fallait marchander la Lorraine et l’Alsace…

47En 1893, Nancy s’amuse de Favart, pièce composée de 49 tableaux abordant divers thèmes, mais dont l’un des moments les plus forts, d’après les critiques, demeure l’interprétation de la Marseillaise par un artiste incarnant Rouget de l’Isle. Une autre grande revue à succès créée en 1902, Nancystons pas, est une fantaisie en deux actes d’Armand Lefèvre (le directeur du Casino). Dans cette pièce, toutes les actualités défilent et pour chacune l’auteur a trouvé une petite critique ironique. Tous les thèmes y passent, des élections aux scandales en passant par des arrêtés municipaux de la ville sur les charrettes.

48Sans que cela soit le sujet central de ce nouveau loisir, les thèmes nationalistes semblent apparaître en filigrane dans de nombreuses productions. En 1886, lorsque Thérésa vient chanter au Casino, elle est surtout applaudie pour son interprétation des chants de Déroulède.

  • 33 Diedenhofer Zeitung, 9 septembre 1908.

49En Lorraine allemande, le nationalisme semble également apparaître dans les sujets abordés par les revues. Mais plus que les paroles, c’est la forme qu’adopte ce nouveau loisir qui renforce l’identité allemande. La langue allemande qui certes cohabite avec la française à Metz domine néanmoins. Ailleurs, dans le Reichsland, les chansons et les artistes ne laissent en généralque très peu de place à la culture française. À Sarreguemines comme à Forbach, les troupes de passage sont allemandes même si on remarquera une exception, dans le restaurant Hilsaner à Thionville, où se produit en septembre 1908 une troupe proposant des variétés alsaciennes-lorraines33. Le spectacle est en apparence traditionnel, la langue pratiquée est l’allemand et les thèmes sans doute locaux. Mais peut-on réellement évoquer l’existence d’une culture lorraine germanophone dans ce domaine ? Les sources nous manquent encore.

50Ainsi, les cafés-concerts de l’espace lorrain sont marqués par la frontière politique et le contentieux historique de la défaite de 1871. Si dans les grandes salles de Lorraine allemande, on perçoit une diversité des influences tant allemandes que parisiennes ou même américaines, la réciproque n’est pas vraie pour la Lorraine demeurée française qui s’est fermée aux influences germaniques. Quant au café-concert qui a connu ses heures de gloire durant les années 1890-1910 en Lorraine, il connaît un déclin irrémédiable face au rouleau compresseur qu’est le cinéma qui remplacera tant dans le cœur du public populaire que dans les salles de spectacle, le loisir urbain et populaire, le « caf’conc’ » qui a caractérisé la fin du xixe siècle partout en Europe occidentale.

Notes

1 Alain Corbin, L’avènement des loisirs 1850-1960, Aubier, Paris, 1995, p. 11.

2 Pierre Brasme, La population en Moselle au xixe siècle, Éditions Serpenoise, Metz, 2000, p. 122.

3 François Roth, Histoire de la Lorraine, l’époque contemporaine, Metz, Éditions Serpenoise et PUN, 1992, p 257.

4 René Bour, La Lorraine, ses hommes, ses activités, Metz, Smel, 1976, p. 52.

5 Jean-Christophe Diedrich, « Café-concert et music-hall à Metz 1857-1914 » in A Quatre temps, la musique en Moselle des origines à nos jours, St-Julien-lès-Metz, Archives Départementales de la Moselle, 2002, p. 153-172.

6 Le Messin, 7 janvier 1886.

7 Archives départementales (AD) des Vosges, 4 M 345, Cafés-concerts et représentations théâtrales, 1853-1923.

8 Pauline Fournet, Anastasie leur coupe le sifflet, le café-concert et la censure au début de la IIIe République : 1871-1906, mémoire dactylographié IEP de Grenoble, Olivier Ihl (dir.), 1996, 242 p.

9 Eva Kimminich, « Chansons étouffées, recherche sur le café-concert au xixe siècle », Politix, n°14, 1991, p. 19-26.

10 Maurice Cajelot, Petite histoire nancéienne des spectacles de divertissement, du Caf’conc au Music-Hall, Mémoire de l’Académie Stanislas, 1985, p. 489-503.

11 AD de la Meuse, I1 72, débits de boissons et cafés-concerts.

12 Ce décalage est également constaté pour Lyon par Jean-Luc Roux, Le Café-concert à Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, Lyon, 1996, p. 39.

13 Nous entendons ici par café-concert, tout débit qui présente plus ou moins régulièrement des concerts ou spectacles.

14 Archives municipales de Verdun, série I 33.

15 AD de Meurthe-et-Moselle. 4 M 128, Lettre du Sous-Préfet de Toul au Préfet de Meurthe datant de 1907.

16 Armand-Paul Vogt, La vie théâtrale à Nancy 1882-1914, propos d’entracte, souvenirs et anecdotes, Imp. Lorraine, Nancy, 1922, p 43.

17 AD de la Meuse. I1 72, débits de boissons et cafés-concerts.

18 Étrennes nancéiennes, 1906, p 77.

19 Archives Municipales de Nancy, Bureau de Bienfaisance, 1 Q 2 C, 1808-1923.

20 La Soirée Nancéienne (1893-1907) succède en quelque sorte au journal plus généraliste Le Petit Nancéien (1884-1891) ; ce quotidien va progressivement évoluer pour prendre la forme d’un livret-programme avec des photographies des artistes les plus en vue et quelques publicités.

21 Archives Municipales de Bar-le-Duc (aux AD). I1 72 : débits de boissons, cafés-concerts 1852-1905.

22 Idem.

23 AD de Meurthe-et-Moselle, 4 M 128.

24 Archives Municipales de Bar. I1 72. Quelques exemplaires s’y trouvent.

25 Jean-Christophe Diedrich, « La prostitution à Metz 1815-1914 », Cahiers Lorrains, n°199, décembre 2001, p. 355-393.

26 Chiffres obtenus à partir de l’analyse des 136 troupes programmées durant l’année 1907 et signalées dans La Soirée Nancéienne.

27 Le Courrier de Metz, 19 octobre 1900.

28 Le Courrier de Metz, 10 janvier 1909.

29 Blaise Aurora, Histoire du cinéma en Lorraine, du cinématographe au cinéma forain 1896-1914, Metz, Serpenoise, 1996, 220 p.

30 Armand-Paul Vogt, Le théâtre à Nancy depuis ses origines jusqu’en 1919, imp. Grandville, Nancy, 1921, 176 p. D’après l’auteur le prix des places est de 1 franc pour le rez-de-chaussée, 1,5 franc pour les loges, de moins de 1 franc pour les galeries, on peut donc estimer qu’en moyenne, le prix d’une place vaut environ 1 franc.

31 Idem.

32 Jean-Luc Roux, op. cit..

33 Diedenhofer Zeitung, 9 septembre 1908.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Les cafés-concerts en Lorraine, 1890-1910
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Illustration 2 : Café Scala de Moyeuvre-Grande (Moselle)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Illustration 3 : Café des Oiseaux à Bar-le-Duc (Meuse)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Illustration 4 : Brasserie Vagner à Nancy (Meurthe-et-Moselle)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Illustration 5 : Évolution des recettes des établissements d’Armand Bel de Nancy sur l’année 1891 (d'après les Archives municipales de Nancy, bureau de Bienfaisance)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Illustration 6 : Le Casino (des familles) extrait de Nancy-Artiste, n°15, 1886
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Illustration 7 : Éden Théâtre, ancien Colosseum de Metz (Moselle)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

Auteur

Université de Metz

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540