Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

II. LE DÉVELOPPEMENT DIT SPONTANÉ

8. Angers. La Cité et ses abords immédiats

François Comte

Texte intégral

1L’importance de la ville d’Angers (chef-lieu de cité puis de diocèse, capitale régionale, berceau de la dynastie Plantagenêt) nous a conduit à restreindre cette étude à un quartier où l’analyse morphologique pouvait être mis en œuvre. Le secteur étudié porte sur la rive gauche de la Maine, partie la plus ancienne de la ville, qui a été principalement l’objet de recherches archéologiques. La Doutre (rive droite) ne se développe qu’à partir du XIe siècle et est encore terra incognita du point de vue archéologique (Comte et Siraudeau 1990).

2Autour de la Cité bien délimitée par l’enceinte du Bas-Empire s’est développée toute une série de bourgs dont la plupart sont liés à des établissements religieux, à l’exception du bourg d’Angers entouré d’une enceinte et qui reste difficile à caractériser. Un tracé hypothétique est proposé à partir de quelques textes, limites parcellaires et éléments subsistants. Au sud de la Cité, le prieuré de l’Evière avait deux bourgs au XIIe siècle dont l’un était vraisemblablement aussi protégé par une enceinte. A partir de mentions d’une porte, des limites de censives et d’indices parcellaires, nous avons tenté de reconstituer là encore son tracé. Enfin la grande enceinte urbaine élevée sous Saint Louis a conduit à un bouleversement urbain considérable dont nous étudions deux phénomènes d’urbanisation : l’un intra-muros, rue Toussaint et l’autre à l’extérieur de la muraille porte sur la constitution de l’enclos de Saint-Laud. On a donc choisi de ne présenter pour Angers que les traces les plus décelables liées à la fortification et ses conséquences (fig. 1).

  • 1 Cadastre de 1840 : sections J, H2, E1 et cadastre de 1810 : section C2.

3Ce travail de reconstitution topographique a été réalisé à partir du cadastre de 1840-41, premier plan parcellaire complet de la ville1. Seul le parcellaire est figuré et corrigé d’après le cadastre actuel ramené à l’échelle 1/2000. Certains éléments du cadastre de 1810 ont été utilisés pour le quartier de l’Evière.

SITUATION GÉOGRAPHIQUE ET ÉVOLUTION URBAINE

  • 2 L’essentiel des renseignements sont extraits de ces documents d’où l’absence de références dans ce (...)

4Pour une étude d’ensemble de la ville d’Angers, on peut se reporter au Document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain (Comte et Siraudeau 1990). Ce quartier étudié a fait en partie l’objet d’un mémoire de DEA en 19972. Un rapide état des connaissances depuis l’Antiquité est nécessaire pour situer cette étude.

5L’intérêt de la situation géographique de la Cité et de ses abords immédiats peut se résumer par cinq facteurs. Celle-ci est placée à la rencontre de trois grandes régions naturelles : Armorique, Val de Loire et bassin parisien. Elle repose sur l’une des bandes de schiste bleu avec au nord des grès et au sud des arkoses, contrairement aux communes limitrophes qui sont déjà dans le bassin parisien. A seulement quelques kilomètres de la Loire, Angers doit à son point de passage unique, qui est au pied de la Cité, d’être sur les grands axes routiers antiques est-ouest. La Maine est un site de confluence (Loir, Sarthe et Mayenne) au centre de la cité gauloise des Andes, propice aux échanges. Placée sur un éperon rocheux dont la hauteur oscille entre 40 et 45 m N.G.F., la Cité domine de plus de 30 m le cours de la Maine. A l’Evière le point culminant est à 40 m N.G.F. Par conséquent ces quartiers sont à l’abri des inondations et ont une position naturelle facile à fortifier. Cet emplacement permet de contrôler facilement les échanges fluviaux (nord-sud) et terrestres (est-ouest). C’est cette position privilégiée qui a contribué au développement d’Angers. C’est pourquoi, sans accorder une importance démesurée au déterminisme géographique, force est de constater les atouts dont jouit ce site, encore immédiatement perceptibles sur les cartes géologiques et topographiques à grande échelle.

6Tout naturellement, les chercheurs angevins ont placé l’oppidum des Andes à Angers dans l’actuel quartier de la Cité. Remise en cause par Michel Provost en 1978, cette intuition des archéologues du XIXe siècle est confirmée par les récentes fouilles du château. Les quelques restes d’habitat modeste d’artisans ainsi que le mobilier comportant des amphores républicaines et des monnaies gauloises se rapprochent de ceux trouvés dans les oppida de Gergovie ou du Mont-Beuvray, d’après Olivier Buchsenschutz. Il y a aussi des indices d’une fortification qui confirmerait cette hypothèse archéologique. Le nom même de Juliomagus, outre l’hommage à Jules César, implique l’existence d’une activité économique reconnue (magus = marché) que l’initiative augustéenne va transformer rapidement en chef-lieu de cité.

7De l’organisation urbaine, on connaît quelques éléments de voirie. Si l’on perçoit assez bien la régularité de la trame orthogonale, des doutes subsistent sur la manière dont les gallo-romains s’accommodèrent des irrégularités du relief. Les importantes pentes ne semblent pas avoir entravé le plan régulier puisque les principaux axes viennent se croiser précisément dans la Cité. Le decumanus (maximus ?) venant de la route de Tours a été retrouvé en 1996 place Sainte-Croix. Il longeait la cathédrale et se dirigeait vers la Maine. Un second decumanus partant de l’amphithéâtre et mis au jour sur le site de Saint-Martin/Gaumont en 1991 se dirigeait en droite ligne sur l’actuel pont de Verdun. Il est fortement probable que le point de franchissement n’a pas varié depuis l’Antiquité. Même s’il reste relativement lâche, l’habitat se développe rapidement dans les premières décennies du Ier siècle, au terme desquelles toutes les infrastructures urbaines son déjà en place. Par la suite, le développement de l’habitat semble se ralentir nettement. Quant aux lieux publics dans la Cité, ils sont supposés plus qu’attestés, ainsi le forum au niveau de la cathédrale. Sur le site du château, les importants travaux édilitaires découverts laissent penser à l’installation d’une terrasse avec un petit sanctuaire au centre. En contrebas de la Cité, les grands thermes publics de la ZAC République sont en limite nord de la ville antique.

8Au Bas-Empire, à la jonction des IIIe et IVe siècles, une enceinte est érigée sur le point culminant de la ville. Elle forme un ovale enfermant une dizaine d’hectares, qui est percé de trois ou quatre portes. Son tracé n’est pas totalement connu, en particulier en bordure de Maine. Les fondations reposent soit directement sur le schiste ardoisier soit sur une ou deux assises de blocs calcaires de remploi, en particulier les tours. Michel Provost a très justement repéré la régularité des tours circulaires et en a restitué onze. Il existait aussi quelques contreforts et trois tours carrées. Toute la Cité n’est pas concentrée dans la « Civitas Andegavorum » et des réoccupations sporadiques sont attestées en son pourtour immédiat.

9A Angers, le christianisme remonte au IVe siècle avec la présence d’un évêque Défensor mentionnée pour la première fois lors de l’élection de saint Martin à Tours en 371. La cathédrale est citée en 470 lors du siège d’Angers par Childéric. Les controverses sur l’emplacement du premier édifice chrétien n’ont plus cours depuis qu’en 1987 Luce Piétri conclut à la pérennité du site actuel comme dans beaucoup d’autres endroits (Piétri 1987, p. 74-75).

10Angers commence à prendre la physionomie qu’elle connaîtra pendant plusieurs siècles. La Cité rassemble les fonctions militaire par son enceinte, et religieuse par la cathédrale. Elle est probablement peu peuplée car l’évêque d’Angers Thalasius la nomme civitatula en 461. La domus ecclesiae est en bordure de l’enceinte. La Cité sert déjà de lieu de résidence au pouvoir civil. Beppolène, duc du limes de Bretagne, avec Angers et Rennes comme point d’appui, manque de se tuer en passant à travers le plancher d’une grande maison à trois étages. C’est sans doute une construction antique réaménagée à l’époque mérovingienne. A l’est de la Cité, les memoriae des premiers évêques s’installent dans la nécropole paléochrétienne. Le suburbium civitatis est mentionné dès le VIIe siècle.

11La période carolingienne renforce le caractère défensif de la ville d’Angers. En 851, le comte s’installe à l’ouest de la Cité à la suite d’un échange de terrain avec l’évêque. Ainsi il contrôle le passage de la Maine sous la double menace bretonne et viking. La Cité devient même un lieu de refuge : l’évêque de Nantes Landran et les moines de Saint-Sauveur de Prüm s’y installent au sud en 872.

12Tout près de la Cité, au chevet de la cathédrale, la chapelle Sainte-Croix fut élevée par l’évêque saint Lézin à la suite d’un miracle. A l’intérieur des murs, un petit atelier monétaire devait exister. Il semble être aux mains de l’évêque si l’on en croit d’autres lieux d’émission en Anjou.

13L’habitat à l’intérieur de la Cité n’est pas vraiment dense. On peut encore échanger des terrains en 851 et donner des terres pour servir de refuge. Après le siège des scandinaves en 871, Angers, momentanément ruinée et en partie désertée, semble se relever assez vite. Vers 882-886, l’évêque Rainaud abandonne aux chanoines trente terrains et maisons dans la Cité.

14Au Xe siècle, un événement majeur va avoir une répercussion sur ce secteur : c’est la naissance d’une dynastie comtale avec Foulque le Roux dont le successeur va élever la première comitalis aula. Dans la Cité et les bourgs voisins, les XIe et XIIe siècles constituent une grande période de construction : érection ou rétablissement de bâtiments religieux (dédicace de la cathédrale en 1025) et mentions de plus en plus fréquentes de maisons de pierre. La mise en place du réseau paroissial semble relativement tardive puisque plusieurs limites de paroisses sont précisées dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Durant la même période dominée par la dynastie Plantagenêt, la cathédrale et le palais de l’évêque sont réédifiés dans la Cité. A l’extérieur, autour des collégiales et monastères, se développe une couronne de bourgs.

15Les conflits entre Capétiens et Plantagenêts atteignent assez durement la ville jusqu’à la conquête définitive de l’Anjou par les premiers en 1214, date de la défaite de Jean sans Terre à la Roche-aux-Moines, située à moins d’une douzaine de kilomètres d’Angers. Représenté par un bailli, le roi de France établit une forteresse assez vaste pour protéger la tête de pont de son armée contre la Bretagne, aux velléités expansionnistes, et également pour s’assurer la fidélité de la ville. Ce château est prolongé par une enceinte urbaine édifiée à partir de 1232. Ces constructions bouleversent totalement la Cité : un quart de sa superficie est accaparé ; deux églises appartenant à l’évêque sont détruites et la collégiale Saint-Laud est transférée à l’extérieur des remparts antiques et médiévaux. C’est à Angers la dernière fondation de paroisse, dont le nombre de dix-sept ne varie plus jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Moins traumatisante mais toute aussi radicale fut l’installation des frères prêcheurs entre 1220 et 1225, qui occupèrent la chapelle Notre-Dame de Recouvrance et détruisirent trois maisons canoniales afin d’édifier leur couvent. Il s’agit d’ailleurs d’un des rares cas en France où les mendiants purent s’implanter à l’intérieur de la Cité. C’est également au XIIIe siècle que sont édictés les statuts du chapitre cathédral qui cherchent à exclure les femmes et les laïcs de la Cité et qui contribuent donc à identifier cette dernière avec le quartier canonial. Dès lors la Cité, dont le parcellaire est définitivement mis en place au XIVe siècle, prend l’image d’un quartier à part (Comte 2001a).

LA CITÉ : ANALYSE MORPHOLOGIQUE

1. Les rues

16La visite de quelques maisons de la Cité nous a confortés dans l’idée que le tracé actuel des rues était en place depuis sans doute les XIIe et XIIIe siècles. Ce réseau est lui-même héritier de la voirie antique. Trois rues nord-sud : rue du chanoine Urseau (partie basse), prolongée par la rue Saint-Evroult (partie haute), ainsi que la rue du Vollier et la partie de la rue Donadieu de Puycharic près du château, remontent au Haut-Empire. Deux autres sont également attestées à cette période : la rue Rangeard et la Montée Saint-Maurice qui prolonge le decumanus maximus sous la rue Saint-Aubin. L’installation des portes au Bas-Empire a tenu compte de ces rues. Le tracé s’est néanmoins modifié pour s’adapter à la forme grossièrement ovale de l’enceinte. C’est ainsi que la rue Saint-Evroult suit le tracé de l’enceinte, il en est de même pour la rue Donadieu de Puycharic qui se prolongeait par la rue du Parvis Saint-Maurice. A l’intérieur d’autres rues ont été retracées séparant les anciens îlots antiques en deux (rue Saint-Aignan et une rue disparue partant du parvis Saint-Maurice vers le château, dont il ne reste que l’impasse Pierre-Janson). De même, perpendiculairement fut créée la rue des Jacobins. Des modifications ont pu intervenir, c’est ainsi que la rue Saint-Paul a été désaxée par rapport à la rue des Jacobins. Mais les principales modifications sont dues à la construction du château qui a largement taillé dans l’ancien réseau. Une grande place : la promenade du Bout-du-Monde longe le fossé. Il est possible que ce fossé ait été creusé jusqu’à une ancienne rue qui a été élargie. Deuxième modification majeure, l’installation du couvent des Jacobins au XIIIe siècle, dont l’enclos s’est constitué au détriment d’anciennes rues. Enfin, l’agrandissement de la cathédrale a interrompu l’un des principaux axes nord-sud. C’est également autour de la cathédrale, qu’eurent lieu les principales créations, suite au vandalisme révolutionnaire et impérial : place sur les anciens bâtiments capitulaires, élargissement du parvis après la destruction du porche ainsi que de la montée Saint-Maurice, après démolition des annexes de maisons canoniales.

2. Le parcellaire

17L’observation du plan cadastral nous conduit à trois observations :

  • La Cité, avec ses grandes parcelles, tranche sur le reste de la ville mais visiblement il n’y a pas d’organisation structurée. On a l’impression d’une urbanisation spontanée malgré l’autorité du chapitre cathédral devenu le principal propriétaire du quartier au XIIIe siècle.
  • Deux types de parcelles existent : de très grandes parcelles orientées perpendiculairement à la rue et situées en bordure de l’enceinte, ainsi que dans les îlots proches de la cathédrale. Mais, également, de plus petites parcelles, de part et d’autre de la rue Saint-Aignan et de la montée Saint-Maurice.
  • Malgré l’impression de quartier figé, on perçoit un regroupement parcellaire, pour aboutir à de plus grandes parcelles et, à l’inverse, des redécoupages de grandes parcelles en bordure de rue comme dans la rue des Filles-Dieu.

18Au-delà des modifications de voirie signalées, on sait par la visite des bâtiments que le morcellement tel qu’il est cadastré en 1840 ne correspond pas à l’état d’avant la Révolution. Trois îlots sont concernés : celui entre les rues Saint-Paul et la Montée Saint-Maurice où il n’y avait qu’une maison canoniale ; celui entre la place Monseigneur Freppel et la rue Rangeard où il n’y avait là aussi qu’une maison canoniale, devenue celle du doyen, enfin l’îlot entre la rue des Jacobins et la rue Duvêtre où n’étaient installés que le couvent des Jacobins, deux maisons canoniales et deux maisons de chapelains. L’idée de permanence complète même dans un quartier comme la Cité est un leurre. Nous avons donc confronté ces observations avec la reconstitution du quartier au début du XVe siècle (plan dans Matz et Comte 2002).

19L’étude régressive est indispensable pour toute recherche de ce type. Deux documents ont servi de fil directeur : les déclarations de 1675 et « le censier du Grand fief de Saint-Maurice en ville et dans les faubourgs » de 1767-1789 dressé par Thorode (Arch. dép. Maine-et-Loire, G 402 et 407). Quoique moins précis que d’autres réalisés à la même époque, ces registres ont permis d’élaborer un premier plan. Pour chaque maison, les confronts sont donnés pour les quatre côtés. En partant des maisons bien connues, on peut suivre pas à pas les maisons décrites. Les remembrances des fiefs inscrites dans le censier du XVIIIe siècle remontent parfois jusqu’au XVe siècle. On peut ainsi suivre les modifications intervenues.

  • 3 Le travail de Massiet du Biest a été utilisé dans plusieurs études sur cette ville, voir en partic (...)

20Le censier du fief de Saint-Maurice de 1415 (Arch. dép. Maine-et-Loire, G 404) est moins précis car les confronts sont plus sommaires mais il nous donne toujours le nom de l’occupant ; ce qui permet de déterminer le statut de la maison. Toutes les demeures de la Cité ne sont pas décrites dans ce censier. Il y a des oublis, comme par exemple la maison canoniale Saint-Paul, ou des informations connues seulement par les confronts. Le chapitre cathédral n’est pas le seul seigneur de la Cité. Il existait plusieurs autres fiefs moins importants. Le fief du Roi n’est connu que par des documents de Saint-Maurice car le premier censier du roi est de 1544 (id., C 220). Le chapitre Saint-Julien d’Angers possédait tout un îlot près du château. Lorsqu’il existait des « trous » dans le parcellaire, il fallait recourir à des sources extérieures au chapitre cathédral. Aucun travail d’ensemble, comme celui réalisé pour Tours, n’a été réalisé sur les fiefs à Angers3. Les modifications ont touché tous les îlots entre le plan du XVIIIe siècle et celui du XVe siècle. Des parcelles ont dû être subdivisées, comme par exemple la maison de Cunaud et la maison de Saint-Maurille. Les éléments architecturaux, tel un pignon fossile, nous ont aidés à trancher. Il en est de même pour la maison de la confrérie Saint-Julien, incluse par la suite comme dépendance de la grande maison canoniale voisine. En revanche des parcelles ont parfois été réunies comme par exemple une maison de la rue Saint-Aignan, ou la maison canoniale Sainte-Catherine, qui atteint une taille plus raisonnable par la suite.

21Enfin le XVe siècle, après les profondes interventions du XIIIe siècle, a été marqué par toute une série de modifications : reconstruction du cloître, agrandissement de l’église paroissiale Saint-Maurice au détriment d’une maison canoniale et d’une maison de chapelain, disparition des maisons religieuses n’appartenant pas au chapitre cathédral, augmentation de l’enclos épiscopal, de nouveaux offices et de nouvelles chapellenies provoquent la construction de maisons sur des terrains libres ou en divisant les parcelles existantes.

L’ENCEINTE DU BOURG D’ANGERS

22Le premier bourg connu d’Angers reste problématique. Cité seulement deux fois en 924 et au milieu du XIe siècle, on sait qu’il est situé près des murs de la Cité, dans la partie nord-est de la ville, de part et d’autre d’une grande voie de sortie antique, la rue Saint-Nor devenue Saint-Laud (Brühl 1975). Cette localisation est fondée sur l’existence d’une fortification qui a retenu depuis longtemps l’attention des historiens. Depuis Hiret, au début du XVIIe jusqu’à J. Mallet, très récemment, plusieurs tracés ont été proposées (Mallet 1965, a repris toutes les informations antérieures).

  • 4 Le censier de la cathédrale de 1415 cite dans ce secteur les « muris antiquis ville Andegavis » (G (...)
  • 5 Mentionnée toujours à côté de la porte Angevine sous le nom de Vetera porta en 1229 (Arch. départ. (...)

23On connaît avant tout les portes : la Porte Chapellière, au bas de la rue Baudrière, qui n’a été détruite qu’au XIXe siècle et la Porte Girard à l’extrémité de la rue Saint-Laud, localisée souvent d’après l’inscription sur une maison détruite. Tout le long de la Maine, entre ces deux portes, des tronçons ont été retrouvés dont, la dernière fois, en 1981, ZAC de la République (Comte 1987). Grâce à cette découverte et aux éléments subsistants dans le parcellaire, on connaît très bien le front continu de la muraille, en arrière des rues de la Poissonnerie et de la Parcheminerie qui forment une sorte de voie de contrescarpe, soulignant ainsi l’enceinte. Le retour vers la rue Saint-Laud ne peut se faire qu’en arrière de la rue Valdemaine4. Toutes ces rues ceinturaient l’enceinte et des maisons venaient prendre appui sur le mur, c’est ainsi que le tracé peut se suivre sur le cadastre. Il n’est donc pas possible de situer la porte Girard à l’endroit du carrefour où était situé le logis Girard. La porte doit être cherchée plus en arrière. Un sondage effectué rue Saint-Georges, à proximité de l’impasse Fourmi, nous a permis d’éliminer une hypothèse de G. d’Espinay (1875) qui pensait reconnaître une tour d’angle. Cette dernière existe bien mais est vraisemblablement celle que l’on voit encore depuis la rue de l’Espine. Cette tour est d’ailleurs en correspondance avec celle qui a été localisée au XIXe siècle dans une maison de l’impasse du Cul-de-Cheval. Entre ces deux tours on peut suivre, là encore, des limites parcellaires. Le point le plus délicat est en fait de savoir comment revenait la muraille vers la Cité. Deux indices anciens sont fournis par la mention de la maison des Créneaux, où s’est construit l’hôtel Pincé (Pean de la Tuillerie, p. 335 note 1) et un texte parlant du comblement d’un fossé au XIIe siècle sur le territoire de Saint-Maurille, soit à proximité de cette maison, d’après la reconstitution des limites de paroisses (Marchegay 1874-1876, p. 147-148). Louis-Michel Thorode (1897, p. 11), au XVIIIe siècle, disait que « cette ancienne ville était fermée à l’orient par un mur qui suivait et renfermait la rue Saint-Laud depuis une porte de ville » jusqu’à un mur, dans une boutique, qui séparait les paroisses de Sainte-Croix et de la cathédrale. La reconstitution du parcellaire, pour retrouver les noms des propriétaires fournis par Thorode et retracer les limites des paroisses, n’a pas confirmé exactement cette interprétation. La plupart des auteurs font revenir cette enceinte vers la porte Angevine. L’un d’eux cite même la porte du Pain avec une mauvaise localisation. Cette porte du Pain était exactement à l’entrée de la Place Neuve, à côté de ce qui était le lieu de vente du pain, d’où ce nom5. Ayant localisé cette porte en haut de la rue de l’Oisellerie, il est possible de suivre les lambeaux de limites subsistant dans le cadastre pour retrouver un tracé presque cohérent.

24Hormis les trois portes mentionnées, deux autres portes devaient exister à chaque extrémité de la rue de la Roë, à cause de la proximité du port du même nom. Celle du bas de la rue aurait été vue par V. Godard-Faultrier et appelée porte Sauneresse à cause de la proximité du port homonyme. En revanche, vers Saint-Maurille, aucun texte n’a été retrouvé. Plusieurs poternes existant en direction de la Maine ont été relevées par G. d’Espinay (1875, p. 32-33).

25On peut retrouver des tours appartenant à cette enceinte restituée dans ses grandes lignes dans la vue cavalière d’Adam Vandelant de 1576 (fig. 3). Les tours sont approximativement aux endroits où l’on situe le mur. On connaît la date d’abandon de ce mur grâce aux dernières fouilles citées plus haut. Il faut situer la destruction au XIVe siècle, date logique puisque l’enceinte de Saint Louis l’englobait. En revanche la date de construction est ignorée. Peut être est-elle contemporaine de sa première mention. C’est également au Xe siècle qu’ont été construites les enceintes des bourgs de Saint-Martin à Tours et de Saint-Martial à Limoges. Le petit appareillage cubique pourrait corroborer cette hypothèse.

  • 6 Les limites proposées dans le plan n’ont pu être cependant établies qu’avec des documents de la fi (...)

26On ne voit pas quelle autorité aurait pu entreprendre cette construction. Aucun établissement religieux n’y est implanté et il n’a aucune unité paroissiale, car ce bourg est partagé entre les paroisses de Saint-Pierre, la cathédrale, Saint-Maurille et même Sainte-Croix6. Le bourg d’Angers a une fonction nettement économique, à proximité du pont et du port et englobe deux rues importantes : la rue Baudrière (premier nom de rue attesté à Angers) et la rue Saint-Laud. Les activités artisanales sont connues au Moyen Âge central : boucheries, poissonnerie, artisanat du cuir, marché du pain. Le très vieux schéma de la Cité et du bourg marchand proposé naguère par H. Pirenne semble s’appliquer ici. Cependant l’aspect défensif de ce mur doit être relativisé de par son tracé et sa dépendance vis-à-vis de la Cité qui le domine. En somme, à part ses limites, les renseignements, hypothétiques compte tenu des sources, sont des plus minces sur cette muraille.

L’EVIÈRE ET SES DEUX BOURGS : UNE AUTRE ENCEINTE ?

27Le quartier de l’Evière est situé face au château en bordure de la Maine. Il occupe un site de hauteur qui fut apprécié dès l’Antiquité. Une place était appelée la butte de l’Evière. La présence de la rivière et surtout les traces d’adductions antiques ont donné son nom au quartier. Abandonné au Bas-Empire, le coteau était couvert de vignes et bordé de prés au milieu du XIe siècle. Il attira l’œil du comte Geoffroy Martel qui nous parle « d’un ample espace, situé près de la Cité d’Angers sur une colline en pente douce » (Mallet 1987). La proximité d’une porte de la Cité nommée un temps porte de l’Evière et la proximité d’un port ont été pris en compte dans la fondation du prieuré de la Trinité de Vendôme où la communauté, par deux fois, viendra se réfugier.

  • 7 BnF, coll. Touraine-Anjou, t. XIII1, fol. 36500 : Aiveria ; ms. lat. 20225, fol. 217 : Acueria.

28Autour de ce monastère se développe un bourg. Il est mentionné une première fois en 1109 (Métais 1894, t. 2, n° 422, p. 191). Le comte Foulque fait remise à l’abbaye de Vendôme de toutes ses « coutumes » et revenus sur le bourg. En 1112, Abbon de Briollay donne à l’abbé Geoffroy de Vendôme et à son abbaye le bourg « Aimeria » à savoir le bourg neuf et le bourg vieux (Métais 1894, t. 2, n° 427, p. 197-200). Le nom d’Aimeria n’avait pas été identifié. Or le titre de l’acte du cartulaire de l’abbaye de la Trinité de Vendôme est très explicite : « De burgo quem abbas Gauffridus emit apud Andegavam ». La qualité et le nombre de terrains montrent l’importance du don. Les occurrences de ce texte mentionnent Aiveria ou Acueria7. Le doute de l’identification avec l’Evière n’est plus permis. Les deux bourgs seraient probablement face au prieuré, l’un dans la partie haute, l’autre le long de la Maine. Cette hypothèse est renforcée par la mise en évidence d’une enceinte et l’opposition entre les grandes parcelles sur la hauteur et les plus petites le long de la Maine.

29La présence d’une enceinte supposée était fondée sur l’importance de ce bourg (d’Espinay 1875, p. 39-40). Le tracé proposé, assez délirant, qui allait de la rue Saint-Laud en englobant la rue Toussaint jusqu’à l’Evière, avait été mis en cause à juste titre par J. Mallet (1965, p. 241). Divers éléments plaident néanmoins en faveur d’une enceinte :

  • la mise en évidence d’une porte Saint-Germain, qui ne peut être isolée8, mentionnée par des textes du XIIIe siècle et figurée sur le plan d’Angers de Jouvin de Rochefort et de Thibaudeau ;
  • cette porte est placée au départ de la rue principale de l’Evière appelée Grande rue pavée ;
  • une tour avait été découverte en arrière de la rue Kellerman par l’architecte Dainville (d’Espinay 1879, p. 37).

30Le cadastre de 1810 permet de proposer un tracé qui correspond à une ligne de rupture topographique derrière l’actuel boulevard du Général de Gaulle (fig. 2). L’étude de la limite de la censive de l’Evière est venue renforcer cette hypothèse. Entre le château et ce mur probable, les terrains dépendaient de la paroisse Saint-Aignan. Seul le tracé ouest nous est inconnu. Deux possibilités existaient : soit au niveau du front de taille du schiste comme au château, soit plus haut où un fossé a été découvert lors des fouilles de la clinique Saint-Sauveur de l’Evière (communication J. Brodeur). Les tracés dans le parcellaire ne contredisent aucune des deux propositions. La rue Kellerman, en bordure de l’enceinte, a été tracée entre le mur et l’enclos primitif de l’Evière. On s’explique mieux ainsi les axes de circulation du quartier essentiellement orientés perpendiculairement à la rivière (Comte 1997, fig. 27). Cette enceinte a sans doute été malmenée lors de la guerre de Cent ans et n’a pas été rebâtie. Les aveux de la seconde moitié du XVe siècle n’en font nullement état.

DEUX URBANISATIONS CONSÉCUTIVES À L’ENCEINTE DU XIIIE SIÈCLE : RUE TOUSSAINT ET ENCLOS DE SAINT-LAUD

31A partir de 1232, l’enceinte urbaine et le château vont commencer à être édifiés. Bien des habitants vont être contraints de se reloger hors la Cité à la fois à l’intérieur de la nouvelle muraille (exemple de la rue Toussaint), mais aussi hors les murs (exemple de l’enclos canonial Saint-Laud).

1. Rue Toussaint

32De part et d’autre de la rue Toussaint, mais principalement le long du mur antique, étaient concentrées les propriétés urbaines de l’abbaye Toussaint. Au XVIIIe siècle, l’abbaye possédait encore la majorité des maisons de la rue. Ce patrimoine urbain a été constitué au cours du XIIIe siècle. Quelques parcelles allongées sont caractéristiques des rues commerçantes (rue Saint-Aubin, Baudrière, Saint-Laud). Entre deux tours de l’enceinte et limitée par le mur et la rue Toussaint, une bande de parcelles plus régulières peuvent faire penser à un lotissement, mais rien n’est assuré. Des contrats et titres de propriété conservés dans le fonds de l’abbaye Toussaint laissent penser qu’il y a volonté de la part de l’abbaye d’acquérir par don et achat la plupart des terrains qui l’environnent.

33La première mention date de 1224. Dans une transaction entre Amaury de Craon, sénéchal d’Anjou et l’abbaye Toussaint, des maisons, celliers et jardins situés rue Toussaint sont cédés à l’abbaye. Elles sont situées en partie dans le fief de l’abbaye et dans celui du chevalier Garin Avenchon (Comte 1985, n° 10, p. 96-97).

34Dans des textes de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle, on signale encore des jardins dans la rue : « Courtil davant liglese de Touz Sainz » (Arch. dép. Maine-et-Loire, H 1279) ainsi que dans les confronts des baux de location des maisons (id., H 1277). Ces terrains encore libres n’ont pas tardé à être construits par Toussaint. A la fin du Moyen Âge, l’abbaye ne perçoit que des loyers de maisons sans aucune mention d’espace libre. Ces terrains étaient restés en jardins car le chapitre Saint-Maurice interdisait toutes ces constructions proches de l’enceinte de la Cité. Les raisons militaires ne tenant plus après l’érection de l’enceinte de Saint Louis, les chanoines tentent d’avancer d’autres raisons : l’écoulement des eaux de toiture au pied de l’enceinte ou la nécessité de garder un espace minimal pour visiter le mur et le réparer le moment venu (id., G 400). Des procès-verbaux constatant l’état de dégradation du mur ont été dressés à plusieurs reprises, comme en 1409. Un procès est alors entamé contre Toussaint, qui avance pour sa défense que « de tout temps les maisons sont contiguës au rempart ». Comme ailleurs, sur le pourtour de l’enceinte, les habitations ont supprimé tout terrain libre en bordure immédiate du mur. L’essentiel semble s’être achevé dans les décennies qui ont suivi la construction de l’enceinte de Saint Louis.

2. L’enclos de Saint-Laud

35Le chapitre Saint-Laud fondé à l’intérieur de la Cité va être contraint de par la construction du château de quitter la proximité du palais comtal. Le transfert est décidé en septembre 1234, ers le quartier au sud du château près l’Evière. L’abbaye Saint-Aubin donne à Saint-Laud l’église Saint-Germain, petite paroisse rurale, ainsi que la maison Saint-Hilaire et un volier (jardin planté de vignes) à proximité de l’église. Louis IX confirme l’accord la même année. Il fut stipulé que le roi donnerait aux chanoines un clos de vignes d’environ neuf arpents situé près de l’église Saint-Germain pour construire des maisons (herbergamenta) pour les chanoines et chapelains, les chanoines ne pouvant recevoir des laïcs ou des clercs étrangers sans l’autorisation du roi (Comte, Juret et Matz 1994).

36L’ensemble de ces constructions va s’organiser autour d’une vaste cour devant l’église. Les neuf chanoines, le curé et quelques chapelains y logent quoique le nombre de maisons canoniales soit insuffisant au XVe siècle. Plusieurs chanoines n’ont à cette époque qu’un jardin. L’aspect de ce quartier canonial avec son grand mur de clôture et ses maisons regroupées autour de la cour rectangulaire, dite cour claustrale, date du XIIIe siècle. Il en reste peu de chose, surtout après les bombardements de 1944. Le quartier canonial est longé par le grand chemin de Frémur qui, dans ce secteur, est créé lui aussi au XIIIe siècle.

37L’urbanisation de la Cité est très différenciée de ses abords qui ont chacun leur propre évolution. A l’intérieur de la Cité, les tissus urbains conservent, en revanche, un parcellaire ancien. Dans les abords, les quelques traces fossilisées sont dans un état fragmentaire, ce paramètre nous a conduit à étayer par d’autres sources l’analyse morphologique. Il semble maintenant assuré de trouver en dehors de l’enceinte antique non plus une seule ²deuxième enceinte², mais des enceintes de bourgs démantelées à la fin du Moyen Âge et dont le souvenir s’est effacé aussi bien dans les plans anciens et le parcellaire que dans l’histoire angevine.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BRÜHL 1979
Brühl (Carlrichard), Palatium und Civitas… Band I : Gallien, Wien et Köln, Böhlan, 1975, p. 152-160.

COMTE 1985
Comte (François), L’abbaye de Toussaint d’Angers des origines à 1330 : introduction historique et cartulaire, Angers, Société des études angevines, 1985, 206 p.

COMTE 1987
Comte (François), « Angers », dans Barral i Altet Xavier, dir., Le paysage monumental autour de l’an mil, Paris, Picard, 1987, p. 588-593.

COMTE 1997
Comte (François), La Cité d’Angers : topographie d’un quartier canonial (XIIe-XVe s.), Université d’Angers, mémoire de DEA Sciences de la ville, 1997, 133p. + 31 fig.

COMTE 2000
Comte (François), Vues et plans d’Angers. L’image de la ville à l’époque moderne, Angers, 1996-1997 (revue en 2000), 40 plans commentés, dactyl.

COMTE 2001a
Comte (François), « Angers sous les premiers comtes apanagés (2e moitié du XIIIe siècle) », L’Europe des Anjou, Aventures des princes angevins du XIIIe au XVe siècle, Paris, Somogy, 2001.

COMTE 2001b
Comte (François), « Messieurs de l’Église d’Angers… à l’ombre du clocher de Saint-Maurice », 303, Arts, recherches et créations, n° 70 : spécial cathédrales des Pays de la Loire (2001), p. 118-123..

COMTE et SIRAUDEAU 1990
Comte (François) et Siraudeau (Jean), Angers, document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, Tours, CNAU, 1990, 129 p. + 13 pl.

COMTE, JURET et MATZ 1994
Comte (François), JURET (Laurence), MATZ (Jean-Michel), « Le quartier canonial Saint-Laud », dans Picard Jean-Charles, dir., Les chanoines dans la ville, Paris, De Boccard, 1994, p. 95-107.

ESPINAY 1875
Espinay (Gustave d’), Les enceintes d’Angers, 1875, 74 p.

MALLET 1965
Mallet (Jacques), « Les enceintes médiévales d’Angers », Annales de Bretagne, 1965, t. 72, p. 237-262.

MALLET 1987
Mallet (Jacques), « Modalités du mécénat des comtes et comtesses d’Anjou au XIIe siècle » dans Barral i Altet dir., Artistes, Artisans et production artistiques au Moyen Âge, Paris, Picard, 1987, t. II, p. 45-49.

MARCHEGAY 1874-1876
Marchegay (Paul), Choix de documents inédits sur l’Anjou, Les Roches-Baritaux, chez l’auteur, 1874-1876, 187 p.

MATZ et COMTE 2002
Matz (Jean-Michel) et Comte (François), Fasti Ecclesiae Gallicanae. Diocèse d’Angers, Turnhout, Brepols, 2002.

METAIS 1893-1904
Cartulaire de l’abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, publié par l’abbé Charles Métais, Paris, Picard et Chartres, chez l’auteur, 1893-1904, 5 vol.

PÉAN DE LA TUILLERIE 1868
Péan de la Tuillerie (Julien), Description de la ville d’Angers..., nouvelle édition, par C. Port, Angers, Barassé, 1868, XXV-603 p.

PIETRI 1987
Pietri (Luce), « Angers », dans Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. T.V. : Province ecclésiastique de Tours, Paris, De Boccard, 1987, p. 67-81.

THORODE 1897
Thorode (Louis-Michel), Notice de la ville d’Angers [v. 1773], publié par E. Longin, Angers, Germain et Grassin, 1897, XX-395 p.

Notes

1 Cadastre de 1840 : sections J, H2, E1 et cadastre de 1810 : section C2.

2 L’essentiel des renseignements sont extraits de ces documents d’où l’absence de références dans cette première partie.

3 Le travail de Massiet du Biest a été utilisé dans plusieurs études sur cette ville, voir en particulier Recherches sur Tours, Tours, Laboratoire d’Archéologie Urbaine, 1981, vol. 1.

4 Le censier de la cathédrale de 1415 cite dans ce secteur les « muris antiquis ville Andegavis » (G 404, fol. 44 r°).

5 Mentionnée toujours à côté de la porte Angevine sous le nom de Vetera porta en 1229 (Arch. départ. de Maine-et-Loire, 1 Hs B21, fol. 18) et sous le nom de Porta Panis au XIVe siècle (Bibl. mun. Angers, ms 737 (663), fol. 21 v° et 42 v°) et sur le lieu de vente du pain près de la Boucherie (Péan de la Tuillerie 1868, p. 147 note 1).

6 Les limites proposées dans le plan n’ont pu être cependant établies qu’avec des documents de la fin de l’Ancien Régime.

7 BnF, coll. Touraine-Anjou, t. XIII1, fol. 36500 : Aiveria ; ms. lat. 20225, fol. 217 : Acueria.

8 Parmi ces quelques mentions, une seule permet une localisation puisqu’on précise que la porte Saint-Germain s’ouvre devant le Campus belli, c’est-à-dire les Lices actuellement place de l’Académie (Arch. dép. de Maine-et-Loire, 1 Hs B 188). Quant aux plans qui montrent cette tour, voir le commentaire dans Comte 2000, plans 36 et 39.

Auteur

Service Patrimoine Historique, Ville d’Angers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540