Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

II. LE DÉVELOPPEMENT DIT SPONTANÉ

7. Rodez

Jean Catalo

Texte intégral

1Installée sur un piton rocheux à 600 m d’altitude, dominant une boucle de la rivière Aveyron (fig. 1), la ville de Rodez s’étend sur une superficie d’environ 21 ha jusqu’au début du XIXe siècle. Son urbanisme débute sous le règne d’Auguste avec la création de ce chef-lieu de la cité rutène sous le nom de Segodunum. La ville du Bas-Empire va subir de nombreuses phases de transformation durant tout le Moyen-Age. Cette évolution a déjà fait l’objet de plusieurs études historiques et notamment celles de B. Suau (SUAU 1971, 1973, 1983). Dans l’Atlas historique des villes de France (SUAU 1983), cet auteur exploite au mieux une riche documentation de la fin du Moyen-Age pour établir la topographie particulièrement changeante de Rodez. Des fouilles urbaines récentes (Dix ans… 1995) ont apporté de nouveaux éléments propres à reconsidérer quelques hypothèses proposées jusqu’alors.

2L’analyse morphologique permet de mettre en perspective ces nouvelles données avec les sources manuscrites déjà exploitées. Cette approche ne saurait donc prétendre à l’exhaustivité que seule pourrait offrir une étude systématique de la documentation selon une optique morphologique. Néanmoins la chronologie et l’organisation de l’urbanisme ruthénois peuvent être précisées et complétées. C’est le cas par exemple pour des filiations restées obscures entre la topographie antique et l’urbanisme médiéval. L’analyse morphologique conduit à un certain nombre de propositions qui sont autant de pistes pour la recherche archéologique et historique future.

ANALYSE MORPHOLOGIQUE (FIG. 3) (LA TOPONYMIE EST DONNÉE FIG. 5)

  • 1 Rodez comptait 7 000 habitants en 1805.

3Le support d’analyse est constitué par les cadastres anciens de 1808 et 1809 dont les plans ont été assemblés et redessinés à l’échelle 1/5000e (fig. 2)1. À l’exception des institutions religieuses, la ville ancienne a peu évolué jusqu’au XIXe siècle, depuis l’installation du rempart acquis au XVe siècle. C’est essentiellement au sein de cette agglomération enclose que se distinguent les différentes unités urbaines.

4I. La ceinture des boulevards isole une grande forme oblongue où la densité du parcellaire est la plus forte. À l’ouest, l’enceinte des Cordeliers crée une protubérance (Ia) rattachée à l’ensemble. Ce système de chicane est aussi adopté à l’est autour de la rue de la Bullière (Ib). À l’extrémité de cette rue, le tracé forme un angle droit avant de se poursuivre vers le nord. La parcellisation assez régulière de la rue de la Bullière compose une entité autonome Ib délimitée à l’ouest par un tracé parcellaire continu. Les boulevards forment une ligne de contrescarpe parallèle au premier tracé. Une proportion non négligeable de la superficie enclose présente de grandes parcelles au bâti peu dense et constitue une véritable oblitération du découpage primitif.

5II. L’unité I apparaît divisée en deux par une ligne allant de la place du Lycée à la rue de Bullière en passant par la rue du séminaire. Parallèlement et à l’ouest de la rue de la Bullière, elle se poursuit vers le nord dans l’axe du tracé de l’unité I qu’elle rejoint. Au sud de cette ligne, l’organisation des rues et du parcellaire se différencie nettement de la partie septentrionale de l’unité I.

6III. Une ligne parcellaire presque continue, inscrite dans un axe est-ouest, relie le point de jonction entre I et II à l’est, et l’angle nord-ouest de l’évêché.

7IV. Un tracé parcellaire continu isole un quadrilatère relativement régulier autour de la cathédrale Notre-Dame. L’unité ainsi définie s’adosse au tracé II sur le côté méridional et au tracé de l’unité I côté occidental.

8V. Au sud de la ville, une ligne parcellaire très nette dessine une structure de forme quadrangulaire centrée sur l’église Saint-Amans.

9VI. Au nord de Saint-Amans, une forme oblongue est centrée sur la place du Bourg (VI). Elle apparaît à l’origine d’un réseau de rues concentriques (rue Saint-Just, rue Sainte-Catherine, rue du Bousset, rue de l’Olmet, rue des Toiles, rue de la Barrière). La rue de la Barrière (VIa) et les rues de l’Olmet et de la Paume (VIb) au départ de la place dévient, autour de l’unité V selon un parcours de contournement pour se raccorder à l’axe rectiligne (ouest-est) de la rue du Bourguetnau, tangente à cette unité de plan. Le parcellaire dans le prolongement de la rue du Lycée (VIc) et la rue Saint-Just (VId) peuvent aussi correspondre à des voies de contournement, du tracé II cette fois. La forme VI autour de la place du bourg semble avoir abouti à un englobement matérialisé par un tracé parcellaire courbe (VIe) souligné, à l’intérieur de cette nouvelle unité, par des rues postérieures (VIf) raccordant les accès principaux : rue des Pénitents-blancs, rue du Bousset, rue de l’Olmet. Cette limite se rattache à l’unité V, qui lui est donc antérieure. Au nord, les tracés II et VIe se trouvent alors juxtaposés. L’oblitération du parcellaire intercalaire semble être en partie le résultat d’un fossé dont la contrescarpe ou le parcours de contournement est partiellement perceptible rue du Séminaire et place Le Normand.

10VII. La partie la plus méridionale de la forme I se présente comme une unité autonome en forme d’extension des ensembles V et VI. Elle se caractérise par des concentrations autour de deux rues de même orientation : la rue du Bourguet-nau (VIIa) et la rue du Bal (VIIb). Cette dernière s’insère au point de contact entre les deux unités V et VI. Deux lignes parcellaires parallèles au nord de cette rue suggèrent la fermeture de l’enceinte à cet endroit, mais l’articulation avec la contrescarpe est difficile à définir en raison d’une oblitération postérieure due au Lycée. Les lotissements apparaissent antérieurs à la forme I mais postérieurs au raccordement des déviations autour de Saint-Amans (cf. V et VI).

11VIII. Un parcellaire assez régulier (VIIIa) se remarque autour d’un tracé en « V » des rues d’Embergue et Embergue-droite. Il se démarque de l’orientation régulière plus au sud et suggère une densité parcellaire liée à l’organisation de la porte de l’Embergue qui est l’entrée nord de la ville. Le manque d’une véritable régularité de détail empêche d’y voir un lotissement. Plus au sud, le parcours sinueux de la rue Embergue peut correspondre au contournement d’un obstacle défini par de nombreux tracés parcellaires qui dessinent une ligne courbe (VIIIb).

12IX. Deux chemins parallèles à la route conduisant vers l’Auvergne et le Lyonnais forment un quadrilatère régulier entre le carrefour de Saint-Cyrice et la porte de l’Embergue au nord de la ville. L’organisation régulière des parcelles dessine deux autres lignes parallèles dans chaque bande de terrains de part et d’autre de la route. L’ensemble suggère un véritable lotissement de petites parcelles, côté route, et de plus grandes derrière, côté chemins (lanières à l’ouest, carrées à l’est).

DONNÉES TOPOGRAPHIQUES ET ARCHÉOLOGIQUES

1. Données de la topographie médiévale

13Jusqu’au XVe siècle, Rodez se divise en deux entités enfermées par des remparts distincts : la Cité au nord, le Bourg au sud. Un certain nombre d’informations sur cette ville médiévale repose sur un remarquable fonds d’archives. Il s’agit en particulier des livres d’estimes datés de 1355, 1397 et 1449 pour la Cité, et de 1407-1470 pour le Bourg. Les biens immobiliers y sont énumérés rue par rue avec tous leurs confronts. Les travaux de B. Suau (SUAU 1971, 1973 et 1983) s’appuient sur cette documentation complétée de comptes consulaires, archives ecclésiastiques et minutes notariales. Ces sources ont été confrontées à une iconographie dont fait partie le précieux dessin à la plume : plan du bourg de Rodez en 1495. Cette documentation permet en particulier de replacer avec précision les différents portails de la ville, les institutions civiles et religieuses. Les mentions de murs « vieilh » tirées des confronts des estimes venant à l’appui des autres sources, la localisation des remparts successifs de la Cité et du Bourg (dont certains existent encore) ne semblent pas devoir être remise en cause.

14Ces différents tracés apparaissent d’ailleurs très clairement dans le parcellaire du cadastre du XIXe siècle. Ils concordent avec certains de ceux issus de l’analyse morphologique. Les remparts du XVe siècle correspondent à la forme I. La structure II correspond à l’enceinte de la Cité ouverte au sud par le portail Saint-Etienne. Le tracé III est un mur « vieilh » sur lequel s’insère le portail Saint-Maurice rue Embergue. Les portails Penavayre, Saint-Roch et du Terralh s’inscrivent sur le tracé IV qui est la clôture épiscopale appelée « le tour Notre-Dame ». Le tracé de l’unité V, nommé « mur vieilh » ou mur de « Mossen lo Comte » dans les textes, est ouvert au nord par la porte Saint- Amans et au sud par la porte Martelenque. Enfin le tracé de la forme VI se combine avec les portails Saint-Just, du Pas, Saint-Jacques, Saint-Fabien et Sainte-Catherine parfaitement localisables sur le dessin à la plume de 1495. La chronologie de ces différentes enceintes et leurs éventuelles superpositions sont moins assurées dans la mesure où les archives du bas Moyen-Age rendent compte d’un état final de la topographie de la ville.

2. Données archéologiques anciennes

15Les inventaires d’archéologie gallo-romaine de Rodez ont recensé plus de 140 gisements urbains (ALBENQUE 1947, BALSAN et DAUSSE 1980) (fig. 4). Ils témoignent de la ville antique qui débordait largement de la butte primitive. Il s’agit le plus souvent de vestiges de bâti, habitat ou architecture monumentale (amphithéâtre, thermes publics ? …), partiellement fouillés. Ces travaux anciens s’intéressaient essentiellement aux vestiges gallo-romains. Quelques tronçons de voies et d’égouts ont été identifiés parmi ces différents sites, place Emma-Calvé, impasse Denys-Puech, à la Préfecture, boulevard François-Fabié, rue Abbé-Bessou ou rue de la Barrière (DAUSSE, GRUAT et PAILLER 1990). Ces découvertes archéologiques, faites en même temps que les travaux d’urbanisme, ont généralement négligé les vestiges d’occupation médiévale, et donc l’influence de l’urbanisme antique sur le parcellaire médiéval. La seule exception à cette règle concerne sans doute les tronçons de rempart du Bas-Empire découverts en 1929 et 1978 sous l’enceinte du XVe siècle. Cette constatation a induit l’hypothèse selon laquelle le rempart de la Cité (partie nord de la ville) reprenait dans sa totalité le tracé de l’enceinte du Bas-Empire.

3. Données archéologiques récentes

16La première véritable fouille stratigraphique médiévale a été réalisée rue de la Barrière en 1987, mais les vestiges anciens étaient peu nombreux. Entre 1990 et 1993, la fouille de Jacobins-Raynaldy a permis l’exploration de 6 500 m2 au cœur de la ville ancienne (CATALO et al. 1994) (fig. 4). Ce chantier a permis l’identification de bâtiments augustéens et de 50 m de rues de la même époque. Au milieu du Ier siècle de notre ère, un forum est implanté dans cette zone. Il est bordé, sur les 80 m de longueur reconnue, de boutiques donnant sur une rue avec son égout. Côté intérieur, un large portique donnait sur l’area et le temple dont les substructions ont été découvertes. Au sud, le mur de clôture de l’area était muni d’un porche dans l’axe du temple. Tout cet ensemble fonctionne jusqu’au VIe siècle, époque à laquelle les constructions servent de carrière à l’exception du mur de clôture méridional. L’aire publique est occupée par des habitats parasites. Le mur d’enceinte médiéval de la Cité a ensuite divisé l’espace du forum par le milieu. Dans la zone enserrée par cette construction, au nord des puits-citernes mérovingiens ont été découverts. Au sud, des constructions médiévales s’adossent à la face méridionale de l’ancien mur de clôture de l’area. L’intérêt de la zone de fouille pour la topographie médiévale est qu’elle se situe à la jonction de la Cité et du Bourg. Les seules structures sur les quelques dizaines de mètres qui séparent ces deux entités urbaines appartenaient à l’Hôpital du Pas. Contrairement aux hypothèses émises jusqu’alors, le rempart de la Cité ne reprenait pas le tracé de l’enceinte du Bas-Empire. Cette dernière est peut-être à rechercher au sud du forum qui est encore en fonction à l’époque de son érection.

17L’orientation du forum, de la rue qui le borde et du carrefour à son angle sud-est, correspond à celles des voiries gallo-romaines découvertes auparavant et à celle des constructions mises au jour lors de fouilles de la dernière décennie. Les orientations antiques successives à 17° est et à 22° est reconnues sur tous les sites récents (site du Parmentier) sont celles de nombreuses limites parcellaires du cadastre de 1808-9 notamment aux centres du Bourg et de la Cité. D’autres chantiers (place du bourg, La Madeleine) ont également fournis de nouvelles informations sur la nécropole de Saint-Amans.

FORMATION ET EVOLUTION DE L’ESPACE URBAIN

1. L’Antiquité

18Il est hors de propos de reprendre ici l’étude des traces de l’urbanisme antique. Cependant il convient de constater que la ville gallo-romaine était bien plus étendue que la ville médiévale si l’on se réfère à l’inventaire des vestiges archéologiques. Connu sur quelques longueurs au nord-est de la ville (ALBENQUE 1947 ; BALSAN et DAUSSE 1980), le rempart érigé au plus tard avant la fin du IVe siècle semble responsable d’une réduction de la superficie de Rodez. L’hypothèse du tracé de cette enceinte du Bas-Empire repris par l’enceinte médiévale de la Cité proposée par B. Suau (SUAU 1983) et F. Prévot (PREVOT 1989) correspond à la partie septentrionale de la forme I jusqu’au tracé II. Elle est plus vraisemblable pour la partie septentrionale. En revanche, le maintien des structures du forum durant l’Antiquité tardive infirme la proposition selon laquelle il aurait été repris par le rempart médiéval de la Cité sur son flanc méridional.

19La forme semi-circulaire au nord-est de la ville (VIIIb), entre le boulevard de la République et la rue d’Embergue peut éventuellement être rattaché à l’urbanisme antique. La seule hypothèse proposée à ce jour pour cette déformation parcellaire est celle de la localisation d’un théâtre qui se trouverait ainsi dans l’axe du forum (et de son temple) et des vestiges d’architecture monumentale découverts dans la rue Aristide-Briand (CATALO et al. 1994).

2. Le haut Moyen-Age (fig. 6)

Les lieux de culte

20La datation et la localisation des lieux de culte les plus anciens sont les principales sources d’informations pour le haut Moyen-Age (PREVOT 1989). Le groupe épiscopal est en place avant le VIe siècle comme le montre la consécration du baptistère en 476-477. L’église cathédrale, attestée au VIe siècle, est accompagnée de l’église Saint-Pierre-le-Doré. Cette dernière, comme trois autres édifices (Saint-Vincent, Saint-Maurice, Saint-Etienne), n’est mentionnée que très tardivement. Pourtant, l’ancienneté de ces sanctuaires est probable compte tenu de leur hagionyme et des indices archéologiques connus : fouilles de Saint-Vincent (PONS 1894-1899), matériaux de remploi à Saint-Pierre-le-Doré (VIALETTE 1890 ; BOUSQUET 1948). Tous ces sites se situent à l’intérieur du tracé hypothétique de la ville enclose au Bas-Empire.

21La basilique Saint-Amans, hors les murs et attestée au VIe siècle, est considérée comme bâtie sur la tombe du premier évêque ruthénois, dans la nécropole méridionale à la sortie de la ville, à l’instar du modèle toulousain de la basilique Saint-Sernin. Un ensemble se développe aussitôt, puisqu’il apparaît dans les possessions de l’évêque de Verdun au VIIe siècle et sous la forme d’un prieuré au XIe siècle (PREVOT 1989). Signalons encore au IXe siècle la création par le comte d’un monastère de femmes à Saint-Sernin sous Rodez situé à 1 km de la ville (fig. 1).

Les enceintes de la Cité

  • 2 Vita S. Amantii, suivie des Miracula (BHL 351-352), éd. B. Krush, MGH, AA, II-7, II-10, III-12, II (...)

22L’enceinte la plus ancienne serait celle du Bas-Empire, peut-être plus étendue au sud que celle du Moyen-Age qui s’y superpose (II). Le tracé III correspondrait à un rempart plus récent signalé dans les textes par des mentions de « mur vieilh ». Il réduirait la zone déjà enclose avec le portail Saint-Maurice positionné sur ce tracé au nord. Il se combinerait avec le tracé II et son portail Saint-Etienne au sud. Une nouvelle enceinte quadrangulaire composée des tracés II et III associés au rempart du Bas-Empire à l’est et à l’ouest serait ainsi constituée. B. Suau place cette contraction sur la partie la plus haute de la ville vers le IXe siècle (SUAU 1983). Pourtant, plusieurs indices plaident pour une datation plus ancienne. Le texte de la vita de saint Amans, rédigé au VIIe siècle, situe au sortir de la ville l’épisode de la mise à bas de l’idole du forum par l’évêque Amantius2. Or les vestiges archéologiques du forum se situent bien à l’intérieur de la cité enclose à l’époque d’Amantius à la fin du IVe siècle. L’auteur fait donc plutôt référence à une localisation du monument au moment de son écrit. En effet, le forum est devenu une carrière de matériaux dès le VIe siècle et sa moitié méridionale se trouve à l’extérieur du tracé sud du rempart de la Cité médiévale (II) (CATALO et al. 1994). À cet emplacement, place Raynaldy, les fondations du mur qui a servi de rempart à la Cité médiévale n’ont pu être datées lors des fouilles de ce secteur, mais aucune occupation entre le VIe et le XIIe siècle n’a été relevée à l’extérieur alors que des puits du VIIe siècle étaient présents au nord et à l’intérieur de cette limite (CATALO et LLECH 1995 a et b). Cette deuxième enceinte pourrait s’établir au VIIe siècle.

23Une troisième enceinte, identifiée dans les textes comme le « Tour Notre-Dame » avec ses portails Penavayre, Saint-Roch et du Terralh compose une nouvelle limite au nord et à l’est du groupe épiscopal. Elle correspond au tracé IV. Si l’on accepte l’hypothèse du groupe épiscopal à l’intérieur des deux précédentes enceintes, ce « Tour Notre-Dame » se combine avec ces dernières pour former l’enclos élevé par les chanoines lorsqu’ils obtinrent le droit d’adopter la vie régulière. Cette enceinte est donc postérieure aux deux autres et offre aussi une fourchette chronologique large pour le tracé III : VIe siècle (abandon du forum)-IXe siècle (constitution de la clôture canoniale). La présomption de la mise en place d’une deuxième enceinte (III) reprenant partiellement le rempart du Bas-Empire au VIIe siècle s’en trouve confortée.

24La partie septentrionale de l’enceinte du Bas-Empire ne disparaîtrait pas pour autant avec la création de nouveaux remparts durant le haut Moyen-Age. À la fin du XIe siècle, il reste une ligne de défense puisque plusieurs chevaliers y tiennent des maisons fortes à certains endroits de son tracé supposé, occidental et septentrional notamment (SUAU 1983).

3. Les XIe-XIIe siècles (fig. 7)

La dynamique du Bourg

  • 3 Plan du bourg de Rodez en 1495, dessin à la plume, Arch. comm. de Rodez, Bourg, ii 5, parchemin 87 (...)

25L’unité de plan V autour de Saint-Amans est connue dans les textes tardifs sous la mention « mur vielh » ou « mur de Mossen lo Comte » (SUAU 1983). Les droits du prieuré et ses possessions sont engagés en 1028 au comte de Rouergue. Il est le centre de querelles de réforme et de successions. Mais quand apparaît le comté de Rodez vers 1100, le comte Raymond de Saint-Gilles, qui revendiquait l’héritage du Rouergue, tient déjà Rodez depuis 1082 (BOUSQUET 1981, p. 58-59). La position de la première maison comtale à l’intérieur de l’enceinte de Saint-Amans près de la porte Martelenque date probablement de cette époque tout comme l’enceinte elle-même. La porte Martelenque (entrée sud) et la porte Saint-Amans (entrée nord) sont encore représentées sur un plan du bourg de 14953, même si les remparts successifs n’y figurent pas.

  • 4 Suivi de travaux d’assainissement en 1997, communication orale de D. Rigal et B. Pousthomis.

26Des voies de contournement de clôture (VIa et VIb) de l’unité V rejoignent d’autres tracés qui évitent l’enceinte de la Cité suivant la rue Saint-Just (VIc) et la rue du Lycée (VId). Leur point de jonction se fait place du Bourg. Au Moyen-Age, cet espace est à la fois un marché et un cimetière. La fonction funéraire, peut-être héritée de la nécropole Saint-Amans, est attestée en 1293 par la volonté de l’évêque d’interdire l’activité marchande sur le site d’un ancien cimetière (BOUSQUET 1981, p. 74). L’archéologie confirme la réalité de ce lieu de sépulture, pourtant éloigné de l’église Saint-Amans, avec la découverte de sarcophages grossiers à logette céphalique, datés entre le XIe et le XIIIe siècle4.

27L’établissement d’une nouvelle enceinte (tracé VIe), au nord de la première, est identifiable dans le découpage parcellaire et la localisation des nouveaux portails représentés sur le plan de 1495. La donation et la fondation de l’Hôpital du Pas en 1190, situé à la jonction entre Cité et Bourg, place la construction de cette enceinte avant cette date. Comme un premier accord entre les deux entités de la ville signé en 1177 autorisait à creuser des fossés (valla) (BOUSQUET 1981, p. 65), la fortification a donc été sans doute réalisée entre ces deux dates. Une bulle papale de 1144, qui qualifie le bourg de suburbium (faubourg) (BOUSQUET 1981, p. 55), semble confirmer cette chronologie si le mot s’appliquait effectivement à l’extension du bourg, lorsque celle-ci n’était pas enclose. Les fouilles du site des Jacobins-Raynaldy ont révélé que cette nouvelle enceinte du bourg reprenait, au sud de la place Raynaldy, le mur antique qui limitait la place du forum, alors que toutes les autres constructions gallo-romaines avaient fait l’objet d’une récupération de matériaux (CATALO et al. 1994). Le maintien et la réutilisation de ce mur sont peut-être le signe d’une urbanisation médiévale précoce. Les rues qui longent l’intérieur de l’enceinte de l’unité VI (VIf) se raccordent aux voies de contournement VIa, VIb, VIc et VId et sont postérieures à la clôture de l’extension du bourg.

28Avant le XIIIe siècle, aucun fossé ne vient perturber l’espace réservé à l’hôpital du Pas par l’accord de donation commun de 1190. Cette unique institution commune, sur l’unique passage entre les deux parties rivales de la ville, matérialise, du portail Saint-Etienne au portail du Pas, le statu quo temporaire du conflit récurrent entre le pouvoir de l’évêque et celui du comte. Aucune autre construction ne pourra prendre pied dans cette zone tampon avant l’époque moderne. À l’ouest du passage, aucun indice archéologique ne permet de confirmer la présence d’un fossé ou d’un parcours de contournement, que tend à indiquer la courbure des tracés parcellaires. Plus au sud, les portails Saint-Jacques et Saint-Fabien assurent les passages pour le contournement du premier bourg Saint-Amans. Ils se raccordent à deux voies parallèles (rue du Bal et rue du Bourguet-nau) qui se démarquent des formes rayonnantes des unités V et VI.

29En résumé, l’enceinte du premier Bourg semble s’établir à la fin du XIe siècle. Les tracés des voies de contournement qui partent de la future place du Bourg placent l’émergence de ce second pôle du Bourg avant la création qui l’enserre entre 1144 et 1190. Ce dynamisme urbain est favorisé dès 1171 par la volonté du comte qui gratifie la population du Bourg de dispenses de péages (BOUSQUET 1981, p. 67).

Reconquête de l’espace de la Cité

30Les travaux de fortification de la Cité ne sont mentionnés dans les textes qu’à partir de 1205-1208, quand les consuls demandent en vain la contribution des chanoines (BOUSQUET 1981, p. 65). Il s’agit peut-être alors d’une simple remise en état de l’ancien rempart du Bas-Empire. En effet, le portail de l’Embergue, à l’extrême nord, est mentionné en 1220 contre un « mur vieilh » courant jusqu’au château de Caldegouse, attesté dès la fin du XIe siècle (SUAU 1983). Ce dernier est en fait un point fort, une des tours les plus conséquentes des fortifications de la Cité. D’autres tours qui se répartissent le long de l’enceinte septentrionale de Rodez au XVe siècle portent les noms de fiefs tenant un secteur de la muraille à la fin du XIe siècle : de Corbières, de Penavayre, de l’Arpajonie (SUAU 1983).

31La trame initiale semble se maintenir entre cette ligne de défense et l’enceinte du VIIe siècle à l’exception du secteur lié à la porte de l’Embergue (VIIIa). La densité parcellaire autour des deux rues d’Embergue est éventuellement un exemple d’une réurbanisation de cette zone qui rendait nécessaire une reprise des anciennes fortifications en 1205-1208. La réalité d’un tel phénomène est difficile à assurer en raison de l’oblitération du parcellaire primitif à l’angle nord-ouest de la Cité par le nouvel évêché et le couvent des Annonciades à l’époque moderne.

4. 1200-vers 1350 (fig. 8)

La poursuite de l’extension urbaine

32Après l’accord de paix de 1190, la concurrence entre Cité et Bourg n’est que plus forte et devient presque caricaturale. La volonté de prééminence est maintenant clairement affichée. Une exemption de la taille pendant cinq ans est promise pour toute installation dans le Bourg avec les privilèges édités en 1214. De son côté, l’évêque renouvelle les privilèges de la Cité en 1244 (BOUSQUET 1981, p. 69). Concrètement, la Cité renforce ses lignes de défense à partir de 1205-1208, mais on parle encore d’un fossé neuf en 1254. Le fossé de 8 m de large, découvert en avant du mur de la Cité, rue du Séminaire, correspond à cette période. En même temps, le comte englobe sous un nouveau rempart le parcellaire de la rue du Bal et de la rue du Bourguet-nau (VIIa et b). Cette partie correspond sans doute au « bourg Saint-Dalmas » mentionné en 1281 (BOUSQUET 1981, p. 62) du nom de l’église au sud de Saint-Amans qui a pris plus tard le vocable de La Madeleine. Le Bourg présente alors la forme d’une grappe issue d’ajouts successifs et non un plan rayonnant malgré la position centrale du noyau primitif.

33Le XIIIe siècle est aussi la période d’extension d’un faubourg au nord de la ville à partir de la chapelle Saint-Cyrice et d’une léproserie mentionnée en 1204 (BOUSQUET 1981, p. 67). Seule l’analyse morphologique (IX) donne une idée de son mode de constitution. Bien qu’il appartienne à la Cité, le comte est peut-être à l’origine de nouveau quartier puisqu’un arbitrage sur la foire de la place Saint-Cyrice reconnaît son droit traditionnel en 1278 (BOUSQUET 1981, p. 74). Ce lotissement ne résista pas à la situation de repli devant la menace anglaise de la fin du XIVe siècle, en raison de sa position hors les murs. La gache, c’est-à-dire l’entité administrative et fiscale, qu’il constituait, disparaît entre 1355 et 1397 (BOUSQUET 1981, p. 88).

La bipolarité facteur d’émulation

34Les querelles entre le comte et l’évêque se cristallisent autour des hommages des chevaliers et du statut de Saint-Amans. Elles se matérialisent par une véritable course à l’établissement d’institutions religieuses, économiques et politiques. Les demeures des deux seigneurs sont la première traduction architecturale de cette rivalité. La salle comtale est entre la porte Saint-Amans et le portail Saint-Jacques, qui est le point de jonction des trois parties du bourg et l’associe à une halle marchande place de l’Olmet. L’évêché est reconstruit ou agrandi avant 1221 alors que la première pierre de la nouvelle cathédrale est posée en 1277 (BOUSQUET 1981, p. 76). Les maisons religieuses se succèdent : les Cisterciens de Bonnecombe dans le Bourg dès 1179, puis en 1203-1205, ceux de Bonneval en 1182, les religieuses du Monastère dans le Bourg, de Nonenque dans la Cité en 1246, les Hospitaliers dans la Cité, les Templiers dans le Bourg, les Franciscains près du Bourg en 1232, les Dominicains dans la Cité en 1283 (BOUSQUET 1981, p. 71).

35L’évêque tente de résister à la suprématie du comte sur les lieux de foire (arbitrage de 1278, tentative d’interdit de la place du Bourg en 1293) en créant la place de la Cité avant 1309. Le plan initial de cette place est inconnu mais semble se raccorder à l’axe préexistant entre le portail Saint- Maurice et le portail Saint-Etienne. Le chapitre fonde une galerie de bouchers au « mazel », porte Saint-Etienne, qui concurrence la boucherie installée place du Bourg. La représentation municipale ne profite guère des rivalités et reste sous la coupe des deux seigneurs. Les premières listes consulaires n’apparaissent qu’en 1262-1263. Les différents projets d’hôtel de ville de la Cité ou du Bourg échouent : en 1309 place de la Cité pour les uns et en 1310 place du Bourg pour les autres. Les consuls achètent finalement une maison en 1335 et ceux du Bourg se déplacent vers Saint-Amans en 1364 (BOUSQUET 1981, p. 68). Ces maisons consulaires ainsi que les places marchandes se répartissent de part et d’autre d’un axe économique fort qui va du portail de l’Embergue à Saint- Amans en passant par la rue Embergue, le portail Saint-Maurice, la place de la Cité, la rue Neuve, le portail Saint-Etienne, le portail du Pas, la place du Bourg et le portail Saint-Amans.

5. La ville unifiée jusqu’au XVIIIe siècle (fig. 9)

36Les événements de la guerre de Cent Ans conduisent les deux seigneurs de Rodez à protéger la Cité et le Bourg avec un seul et unique rempart commencé en 1350 (I). Son achèvement n’est réalisé qu’après 1419. Entre-temps les Cordeliers (Ia) ont réussi à rattacher leur couvent aux fortifications par un mur de défense construit vers 1360. Cette unification des remparts oblige à un aménagement des fortifications pour des entrées communes à l’ouest et à l’est. Côté occidental, il s’organise autour de la tour Grosse. Côté oriental, c’est la tour de la Bullière qui est le point fort de la protection de la rue du même nom qui mène à la fois à la Cité et au Bourg. La forme liée à ce rempart semble là découler plutôt d’une nécessité de poliorcétique que de la volonté de protéger un éventuel faubourg (Ib). Cette ligne de fortifications est défendue par des fossés remplacés par les boulevards actuels (Ic)

37L’organisation urbaine se fait alors à partir d’une division de la ville en « gaches » (quartier) (SUAU 1983). Contrairement à la construction civile qui marque un temps d’arrêt après 1351, le chantier de l’église et du cloître des Dominicains de 1349 à 1361 et de 1375 à 1451 semble se poursuivre en dépit des difficultés financières dues à l’effort de défense. Les hôpitaux d’initiative privée, répartis équitablement entre les deux pôles de la ville, foisonnent : hôpital Saint-Jacques en 1346, hôpital Hébrard en 1356, hôpital Sainte-Croix en 1373, hôpital Vigouroux avant 1374, hôpital Bastier avant 1371, hôpital Matas avant 1375, hôpital Laparra en 1381 (NOUGARET 1982).

38B. Suau (1971 et 1973) et J. Bousquet (1967 et 1981) ont parfaitement décrit l’urbanisme du XVe siècle à Rodez. Les constructions d’hôtels des riches marchands ou de la cathédrale (commencée en 1277 et poursuivie vers 1450) modifient peu l’organisation générale de la ville acquise à la fin du XIVe siècle. Cette phase d’embellissement architectural est contemporaine de l’affirmation du pouvoir royal au dépend de la dynastie d’Armagnac. Avec le nouvel évêché entreprit en 1514, commence une longue période de construction de grands ensembles ecclésiastiques intra-muros responsables en général de l’oblitération du parcellaire ancien : le couvent des Annonciades en 1520, le collège des Jésuites en 1581 et qui est devenu lycée, le couvent de Sainte-Catherine et la reconstruction de l’évêché au XVIIe siècle, le séminaire au XVIIIe siècle. A l’extérieur des remparts entretenus jusqu’au XVIIe siècle, les secteurs transformés les plus proches de la ville sont celui de l’hôpital général créé en 1676 et les promenades installées au XVIIIe siècle.

CONCLUSION

39L’analyse morphologique du plan de Rodez au XIXe siècle permet de relever un grand nombre d’unités de plan différentes. Bien que cette étude se soit limitée en grande partie aux sources publiées, les différentes étapes de la morphogenèse médiévale de la ville ont été précisées grâce aux informations archéologiques les plus récentes. L’enceinte du Bas-Empire, semble à l’origine de l’organisation de la Cité, avec probablement des étapes marquées du VIIe siècle jusqu’au XIe siècle. L’émergence du pouvoir comtal à cette époque entraîne un développement en grappe du Bourg autour de l’église Saint-Amans et une reconquête de l’espace de la Cité jusqu’au XIVe siècle. Ces deux parties rivales donnent alors à Rodez un aspect dichotomique. L’éventuelle tentative d’une extension par le faubourg Saint-Cyrice semble ensuite avoir été stoppée par la guerre de Cent Ans réunissant la ville dans un rempart commun, et par la prise en main du pouvoir royal au XVe siècle.

40Plusieurs constantes du développement urbain médiéval émergent des différentes entités morphologiques de la ville. En premier lieu, il s’agirait plutôt de structures dynamiques (exception faite du faubourg Saint-Cyrice ?). L’opposition entre le comte et l’évêque pendant près de 500 ans a stimulé l’urbanisation mais apparemment sans véritable politique délibérée, au regard de la documentation consultée. La rivalité des pouvoirs est pourtant responsable d’une bipolarisation bien marquée par un espace non-urbanisé entre la Cité et le Bourg. La chronologie de l’évolution morphologique de la ville donne le sentiment d’un va et vient incessant des orientations données par les deux seigneurs sur leur zone d’influence respective : à l’extension du Bourg fin XIIe siècle répond la ligne de défense et la reparcellisation du nord de la Cité ; à la reprise des fortifications de la Cité au XIIIe siècle répond le rempart du Bourguet-nau au sud du Bourg ; à l’installation des Franciscains répond celle des Dominicains ; à la place du Bourg répond celle de la Cité… La vision de la Cité épiscopale contre le Bourg comtal est pourtant trop simplificatrice, ces pouvoirs ne semblent pas chercher à être novateurs mais à encadrer le tissu urbain au mieux de leurs intérêts. Le déplacement de la maison comtale, recentrée à la jonction de l’ancien et du nouveau Bourg, apparaît comme l’illustration de ce phénomène.

41En second lieu, beaucoup de tracés et d’unités morphologiques, quelle que soit leur datation, semblent souvent s’organiser en fonction de structures déjà en place : implantation des lieux de culte, premier bourg autour de la basilique Saint-Amans, localisation de l’extension du Bourg au XIIe siècle entre le Bourg Saint-Amans et la Cité épiscopale déjà formés, partie septentrionale du rempart médiéval de la Cité superposé à l’enceinte du Bas-Empire. Pourtant, au sud, le premier pôle d’extension que constitue l’église Saint-Amans s’estompe au profit de la place du Bourg dont la fonction de cimetière et marché apparaît plus dynamique.

42La bipolarité des villes médiévales est relativement fréquente dans le midi de la France (HEERS 1990, p. 177-180). À Rodez, l’urbanisme semble influencé à la fois par d’anciennes lignes directrices, mais aussi par des contraintes issues d’enjeux politiques et économiques (hôpital du Pas, querelles sur les marchés). Cette adaptation perpétuelle donne lieu à des transformations morphologiques parfois peu harmonieuses (fig. 8). Après la réunification du début du XVe siècle, l’étendue et la forme de la ville se stabilise jusqu’au XIXe siècle quelle que soit la vigueur de la situation économique. Les reconstructions, les hôtels particuliers, les communautés religieuses de l’époque moderne oblitèrent une partie du parcellaire, mais ne modifient pas son organisation générale. Cette unité et cette permanence semblent aller de pair avec la disparition de l’opposition entre pouvoir comtal et pouvoir épiscopal au profit de l’affirmation du pouvoir royal.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALBENQUE 1947
Albenque (A.), Inventaire de l’archéologie gallo-romaine du département de l’Aveyron, Rodez, 203 p.

BALSAN et DAUSSE 1980
Balsan (L.), Dausse (L.), Suite de l’inventaire de l’archéologie gallo-romaine de Rodez (1948-1979), Procès-verbaux des séances de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, 43, 2e fasc.

BOUSQUET 1948
Bousquet (L.), La cathédrale prégothique de Rodez, études d’histoire et d’archéologie rouergates, II, Rodez, 1948.

BOUSQUET 1967
Bousquet (J.), L’état de la Cité de Rodez au milieu du XVe siècle, Revue du Rouergue, janvier-mars 1967, t. XXI, n° 81.

BOUSQUET 1981
Bousquet (J.), « Mort et résurrection des fonctions urbaines, IVe siècle-1304 » et « Deux républiques bourgeoises jumelles, 1305-1562 », dans Histoire de Rodez sous la direction de Enjalbert (H.), Privat, Toulouse, 1981, p. 49-117.

CATALO et BOUDARTCHOUK 1991
Catalo (J.), Boudartchouk (J.-L.), Le forum de Rodez du IVe au VIIe siècle, XIIIe journées internationales d’archéologie mérovingienne de Clermond-Ferrand (3-6 oct. 1991), A.F.A.M.

CATALO et al. 1994
Catalo (J.), Llech (L.), Massan (P.), Ipiens (A.), Le forum de Rodez premiers résultats, Mémoire de la Société Archeologique du Midi de la France, t. LIV, 1994, p.11-58.

CATALO et LLECH 1995
Catalo (J.) et Llech (L.), « Vestiges et mobilier mérovingiens sur le site des Jacobins à Rodez » et « Les vestiges médiévaux du site des Jacobins-Raynaldy à Rodez », dans Dix ans d’archéologie en Aveyron, recherches et découvertes, catalogue d’exposition, Musée du Rouergue (juin 1995-octobre 1996), 1995, p. 291-300.

DAUSSE, GRUAT et PAILLER 1990
Dausse (L.), Gruat (Ph.), Pailler (J.-M.), Rodez, dans Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule, rapport préliminaires : les sites urbains, Deuxième colloque Aquitania, Bordeaux, 1990, p. 165-172.

Dix ans d’archéologie en Aveyron 1995
Dix ans d’archéologie en Aveyron, recherches et découvertes, catalogue d’exposition, Musée du Rouergue (juin 1995-octobre 1996), 1995.

HEERS 1990
Heers (J.), La ville au Moyen Age, Fayard, Paris, 1990.

NOUGARET 1982
Nougaret (R.), Hôpitaux et léproseries de Rodez du milieu du XIVe siècle à 1676, Ecole des Chartes, 1982.

PONS 1894-1899
Pons (H.), Note sur des fouilles exécutées dans l’ancienne chapelle Saint-Vincent à Rodez, Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, 15, 1894-1899, p. 80-96.

PREVOT 1989
Prévot (F.), Rodez, dans Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, VI province ecclésiastique de Bourges, Paris, 1989, p. 41-49.

SUAU 1971
Suau (B.), La ville de Rodez au milieu du XVe siècle, thèse de l’Ecole des chartes, dactyl., 4 volumes, 1971.

SUAU 1973
Suau (B.), La Cité de Rodez au milieu du XVe siècle d’après le livre d’« estimes » de 1449, extr. Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. CXXXI, 1973, p. 151-175.

SUAU 1983
Suau (B.), Rodez, Atlas historique des villes de France, Paris, 1983.

VIALETTE 1890
Vialette (L.), Eglise Saint-Pierre-le-Doré, Procès-verbaux des séances de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, 15, 1890, p. 118-124.

Notes

1 Rodez comptait 7 000 habitants en 1805.

2 Vita S. Amantii, suivie des Miracula (BHL 351-352), éd. B. Krush, MGH, AA, II-7, II-10, III-12, III-15, III-18, III-22, V-32. Voir PREVOT 1989 sur la datation de ce texte. Merci à J.-L. Boudartchouk pour son aide.

3 Plan du bourg de Rodez en 1495, dessin à la plume, Arch. comm. de Rodez, Bourg, ii 5, parchemin 870 x 750 mm.

4 Suivi de travaux d’assainissement en 1997, communication orale de D. Rigal et B. Pousthomis.

Auteur

Institut National de Recherches Archéologiques Préventives

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540