Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

II. LE DÉVELOPPEMENT DIT SPONTANÉ

6. Grenoble

Alain Badin de Montjoye

Texte intégral

  • 1 Un exemplaire original de cette gravure est conservé à la Bibliothèque Municipale d’Etude de Greno (...)
  • 2 BM Grenoble, original sur parchemin, Cd 751.

1On jugera probablement qu’il y a quelque paradoxe dans le choix de Grenoble pour un exercice d’analyse morphologique du tissu urbain. Non que manque la matière pour ce faire ou une suffisante qualité de celle-ci, bien au contraire : ainsi la démarche régressive consistant à éliminer à partir du cadastre napoléonien, puis des divers plans et figurations disponibles établis à l’époque moderne, les ajouts, retranchements et modifications de toute nature, pour aboutir à une restitution la plus plausible du tissu urbain médiéval, présente, s’agissant de Grenoble, d’incontestables attraits. Si abondante et régulière est la succession dans le temps des plans anciens de la ville qu’à peu près toutes les étapes importantes du développement urbain s’en trouvent documentées. De sorte que c’est le recours à la méthode qui apparaît sans objet : avec la perspective cavalière gravée sur bois vers 1575 par Pierre Prévost1, pour la réédition de la Cosmographie Universelle de Münster, et surtout le plan réalisé, sans doute en 1536, par Jean Lefebvre2, pour répondre à une commande de François Ier, on dispose d’un véritable « instantané » de la ville au sortir du Moyen-Age.

2Il reste que l’analyse morphologique, pour qui ne saurait se contenter de cet instantané, fournit une méthode de questionnement des documents qui permet d’approfondir l’approche des processus et des dynamiques à l’œuvre dans la constitution de la ville médiévale. Aussi bien, aurait-on pu se limiter à un travail de lecture des plans du XVIe siècle, pour tenter d’en dégager des indices éclairant la formation et l’évolution de la ville des origines à la fin du Moyen-Age. Cependant, la tentation était forte de faire, à partir de l’exemple de Grenoble, une sorte de mise à l’épreuve de la méthode elle-même, en se plaçant dans les conditions d’étude qui prévalent pour la plupart des agglomérations considérées dans ce volume : la conservation du seul cadastre napoléonien. Le risque en a été pris, en dépit des écueils inévitables – subjectivité, voire soupçon de falsification – auxquels s’expose qui prétend adopter la difficile posture de l’ignorance méthodique de ce qu’il sait.

LE CADASTRE DE 1810 : ANALYSE MORPHOLOGIQUE

3La ville, établie de part et d’autre de l’Isère, telle qu’elle apparaît sur le plan cadastral de 1810 (fig. 1), est pour l’essentiel de sa superficie installée sur la rive gauche. C’est dans l’agglomération de la rive gauche que se lisent les indices les plus sûrs d’étapes successives de développement. Deux de ces indices se distinguent assez nettement d’emblée : une masse ovoïde, au centre, qui s’étend jusqu’en bordure de l’Isère, et, à la périphérie, le contour polygonal d’une enceinte bastionnée, caractéristique de la période moderne.

4La partie centrale se laisse interpréter comme le plus ancien noyau urbain identifiable, dont la forme s’expliquera de la manière la plus plausible par la contrainte d’une enceinte, dont trois rues, deux au nord (rue Brocherie et rue Chenoise) et la troisième au sud (rue Jean-Jacques-Rousseau), épousent à quelque distance le tracé (fig. 2, 1). La convergence en patte d’oie de plusieurs voies invite à localiser au nord-est (fig. 2, a) l’une des portes ouvertes dans l’enceinte.

5Entre ce premier noyau et l’enceinte bastionnée moderne, le tissu urbain ne présente pas, loin s’en faut, une parfaite homogénéité. Au découpage assez lâche, en larges parcelles, des secteurs organisés le long des rues spacieuses qui suivent le contour de l’enceinte moderne, s’oppose la juxtaposition serrée de parcelles en lanière, bordant les rues étroites de certains quartiers. Cette organisation compacte, qui prédomine également sur la rive droite, s’observe particulièrement au nord et au nord-est, de même qu’au sud et au sud-ouest du noyau primitif. Dans la mesure où une semblable morphologie du parcellaire se retrouve aussi à l’intérieur de la première enceinte, on peut supposer qu’elle signale, à l’extérieur, l’emprise de premiers faubourgs.

6Celui de la rive droite (fig. 2, 5) se concentre le long d’une voie unique, au pied de la montagne qui domine la ville. Il est relié par un pont au faubourg nord de la ville de la rive gauche (fig. 2, 2) qui lui-même regroupe des maisons en bordure de l’Isère et de part et d’autre du chemin qui conduit à la porte de la ville. La limite de son extension le long de la berge est fournie par une tour carrée, couronnée de mâchicoulis, encore conservée aujourd’hui (fig. 2, c). Au débouché de la porte, la voie qui conduit vers le sud-est se montre également bordée de maisons réglées sur le même parcellaire serré.

7Plus complexe apparaît, à l’opposé, au sud-ouest du premier noyau, l’autre quartier de faubourg de la rive gauche (fig. 2, 4). Celui-ci s’organise le long de voies parallèles, au curieux tracé courbe, recoupées à angle droit par deux rues. Il semblerait qu’on ait affaire ici à une véritable opération de lotissement, limitée vers le sud-ouest par un bras du Drac, appelé Draquet, et à laquelle appartiendraient les îlots attenants, bâtis de part et d’autre d’une longue place de plan trapézoïdal (aujourd’hui place Grenette) qui évoque une place de marché. Cette place, sur laquelle débouche une des rues de la ville enclose, permet d’ailleurs de supposer là l’emplacement d’une deuxième porte de l’enceinte (fig.2, b). Quant à l’espace vide, au sud-est de cette place, il a des dimensions qui peuvent évoquer un enclos monastique, que sa situation, en bordure d’une des rues modernes, ne permet pas de rapporter en toute certitude à la période médiévale.

8De l’analyse morphologique du plan cadastral de 1810, il ressort donc un schéma probable d’évolution urbaine à partir d’un premier noyau fortifié sur la rive gauche. L’urbanisation de secteurs hors les murs au nord-est et au sud-ouest et celle de la rive droite sont sensiblement antérieures à l’Epoque moderne, au cours de laquelle la ville est dotée d’une nouvelle enceinte.

9Il n’est pas possible de préciser la chronologie relative de ces divers agrandissements, dont un seul, celui du sud-ouest, paraît correspondre à une opération raisonnée de lotissement. Pareillement, on ne saurait placer dans le temps l’extension du bâti le long de l’Isère, en aval du pont, qui suppose disparu en cet endroit tout un tronçon de la primitive enceinte, dont le pied, originellement, devait baigner dans l’eau.

LES DONNEES HISTORIQUES

  • 3 Dans la très abondante bibliographie, nous ne retiendrons ici que les deux principaux ouvrages gén (...)
  • 4 Un premier bilan de l’archéologie grenobloise a été produit, voici dix ans : Alain de Montjoye, Gr (...)

10De nombreux travaux, principalement depuis un siècle et demi, ont permis l’examen et la critique d’à peu près toutes les données disponibles pour la connaissance de l’histoire de la ville3. Si, parmi ces données, les apports de l’archéologie sont loin d’être négligeables et peuvent se révéler décisifs encore4, on peut considérer que, pour l’essentiel, un savoir historique solide sur la ville est déjà constitué.

  • 5 F. Baucheron, F. Gabayet, A. de Montjoye, op. cit., p. 27 - 37.
  • 6 Fouilles de A. Bocquet, rue de la République (1963) ; de A. Bocquet et M. Colardelle, parking Lafa (...)
  • 7 Hippolyte Müller, Les origines de Grenoble, Grenoble, 1930.
  • 8 In : Vital Chomel (dir), op. cit., p. 29.
  • 9 Jean-Pascal Jospin, Grenoble gallo-romain, nouvelles données de topographie historique : les fouil (...)

11La première mention d’une agglomération au bord de l’Isère, aux confins du territoire des Allobroges, est fournie par la correspondance de Cicéron : en 54 av. J.-C., le général romain L. Munatius Plancus y fait par deux fois franchir l’Isère à ses troupes. On ne saura probablement jamais, du fait des bouleversements profonds introduits à l’Epoque moderne et au XIXe siècle par des travaux de fortification, si la bourgade gauloise, appelée Cularo, comportait un oppidum sur le site de hauteur qu’offre le Mont Rachais, au nord-ouest du confluent de l’Isère et du Drac. On ne méconnaît plus, en revanche, et ce depuis les fouilles récentes de la place Notre-Dame5, que, dès ce temps et même sensiblement avant, la rive gauche était habitée. Ces fouilles et d’autres, en 1963 et 19746, ainsi que de nombreuses observations archéologiques conduites à partir de la fin du siècle dernier7, n’ont pas suffi cependant pour qu’on puisse se faire une idée, même sommaire, de la ville dans les quatre premiers siècles de son existence. Qu’on puisse parler de ville dès le Ier siècle de notre ère, les quelque quatre-vingt-dix inscriptions que son sol et ses édifices ont livrées ne laissent, sur ce point, aucun doute : fonctionnaires, magistrats, sacerdotes constituent l’élite d’une population urbaine fortement latinisée, si l’on s’en rapporte aux patronymes. Mais la réalité de cette ville échappe à toute appréhension. Des tentatives ont été faites, par exemple, d’identifier dans l’actuel réseau viaire la survivance d’un système de voies orthogonal, que l’on est toujours enclin à vouloir restituer dès l’instant qu’il est question d’une ville gallo-romaine du Haut-Empire. La proposition en ce sens, produite par A. Laronde en 19768 (fig. 3), outre qu’elle implique d’importantes rectifications des tracés actuels et doit admettre encore d’inexplicables désaxements, se heurte à une grave incompatibilité avec les rares directions de rues ou murs antiques qu’ait fournies l’observation archéologique. L’une, presque parfaitement nord-sud, est celle de l’ancienne rue de l’Ecu (fig. 3 a), dans l’axe de laquelle H. Müller a vu, à la fin du siècle dernier, les vestiges profondément enfouis d’une rue pavée et qui est apparemment la même que celle de murs du Ier au IIIe siècle de notre ère, observés lors des fouilles de la place Notre-Dame (fig. 3 d). Une autre direction, sensiblement infléchie vers l’est, paraît avoir coexisté avec la première sur le site de la place Notre-Dame et se trouve être aussi celle des vestiges du Ier siècle de notre ère (fig. 3 c), fouillés en 1974 à l’emplacement de la Maison du Tourisme (parking Lafayette). Enfin, nettement infléchie cette fois vers l’ouest par rapport au nord, apparaissait la direction des murs gallo-romains observés en 1909, lors de la démolition du quartier de l’ancienne halle (fig. 3 b)9. Quoique difficiles à relier entre eux, puisque la plupart ne sont pas datés précisément, tous ces vestiges ne plaident guère en faveur d’une organisation orthogonale de la ville antique. On retiendra, en tout cas que la morphologie urbaine, pas plus celle du début du XIXe siècle que l’actuelle, d’ailleurs, n’offre de trait qui puisse à coup sûr être rapporté à la première phase d’existence de la ville.

  • 10 F. Baucheron, F. Gabayet, A. de Montjoye, op. cit., p. 39 - 56.
  • 11 Elisabeth Chatel, Etude sur les portes de l’enceinte gallo-romaine de Grenoble, d’après deux dessi (...)
  • 12 C’est à la même époque, peu avant semble-t-il, que l’empereur Gratien, prenant sous sa protection (...)

12La construction, à la fin du IIIe siècle, d’une puissante enceinte, à l’intérieur de laquelle la ville s’est quelque peu réduite, a laissé, en revanche, une empreinte durable dans le tissu bâti. A l’espace enclos par cet ouvrage, de quelque 9 ha, correspond, bien sûr, ce que nous avons appelé « premier noyau urbain » (fig. 2, 1). L’enceinte de Cularo est même, parmi celles de la Gaule du Bas-Empire, une des mieux connues pour son tracé et ses modes de construction, grâce à de nombreuses observations anciennes et récentes10, et de surcroît la mieux datée. Les inscriptions de dédicace par les co-empereurs Maximien et Dioclétien, qui ornaient ses deux portes monumentales, ont été relevées dès le XVIe siècle et, pour la porte Viennoise, à nouveau en 1803, au moment de sa démolition11. Cette dernière porte se dressait là, précisément, où l’analyse du plan cadastral de 1810 nous incitait à placer une entrée de la ville (fig. 2 a). La seconde, appelée porte Romaine, s’ouvrait à l’opposé, où on l’attendait (fig. 2 b), au débouché d’une des rues sur la place formée à l’extérieur. Hormis, peut-être, les axes de circulation qui conduisent aux portes, il est impossible de reconnaître dans les rues telles qu’elles apparaissent au début du XIXe siècle et qu’on les retrouve, pour la plupart, encore préservées de nos jours, l’effet d’une organisation qu’on pourrait, sans hésiter, faire remonter au Bas-Empire. Aucune des fonctions et des édifices abritant celles-ci ne sont connus pour cette période, si l’on excepte l’ensemble cathédral, dont l’installation au sud-est de la ville, dans un renfoncement du rempart, s’est faite vers la fin du IVe siècle (fig. 4 a)12. Autant dire que la chronologie relative des rues qu’on pourrait tirer de l’examen du plan reste d’une portée historique très limitée, puisqu’aucun des autres repères topographiques, à l’intérieur de la ville enclose, n’est documenté avant les premières années du XIIe siècle.

13C’est, en effet, avec les cartulaires de l’évêque saint Hugues Ier de Châteauneuf (1080-1132) que commence de s’écrire l’histoire médiévale de la ville. Pour la période intermédiaire du haut Moyen-Age, c’est à l’archéologie seule qu’on doit quelques éclairages, qui concernent avant tout la rive droite, où le site de Saint-Laurent (fig. 4 b), complexe cimétérial chrétien faisant suite à une nécropole du Bas-Empire, révèle la fonction strictement funéraire de l’endroit. A l’intérieur de la ville elle-même, ce sont essentiellement les églises dont les cartulaires font état : églises Saint-Jean (fig. 4 c), de la Madeleine (4 d), priorale Saint-Pierre (4 e) située hors les murs, toutes disparues aujourd’hui mais dont les emplacements sont connus de sources médiévales. La première mention de l’église Saint-André (4 g) n’est pas antérieure à 1228. C’est probablement peu avant cette date que sont établis les franciscains (4 f), tandis que les dominicains (4 h) s’installent en 1288. Appréhender cette topographie religieuse a certes son intérêt, mais ce n’est pas pour autant – et c’est cela que l’on voudrait ici – déterminer l’impact qu’elle a pu (ou non) avoir dans la formation du tissu urbain. Dans deux cas, cependant, cette relation est possible. Ainsi, – c’est le premier cas – la fondation en 1012 du prieuré de Saint-Laurent, sur les ruines du complexe funéraire antérieur, est probablement l’événement déclencheur d’un changement radical de fonction de l’espace de la rive droite. Peu à peu, auprès du nouveau monastère qui, dès le XIIe siècle, est attesté comme tenant lieu de paroisse, ont dû s’installer des habitations, constituant, entre l’église et le pont (autre pôle d’attraction), un véritable faubourg, probablement le plus ancien de Grenoble. On croit discerner le second cas dans la ville de la rive gauche : lorsqu’en 1288, les dominicains vinrent s’établir, l’évêque leur concéda l’ancienne église Saint-Pierre et une partie de la place du Breuil (aujourd’hui place Grenette), pour y construire leur monastère. C’est bien l’emplacement de ce monastère, bâti dans le courant du XIVe siècle, détruit pendant les guerres de Religion, rebâti, puis remplacé après la Révolution par une halle, qui se lit encore sur le plan cadastral de 1810, au sud de la place Grenette (fig. 2, 3). On peut donc supposer que la présence de ce monastère n’est pas étrangère au développement de l’habitat autour de la place du Breuil et vers le sud, générant ce quartier structuré que nous avons désigné par le n° 4 (fig. 2).

  • 13 Transcription manuscrite par Pilot de Thorey (fin du XIXe siècle), BM Grenoble, ms R 7906, f°33.

14Très peu d’informations nous sont parvenues concernant ce faubourg sud-ouest, ainsi évoqué, comme lieu de la signature d’un acte notarié en 1501, par la formule : in villa nova seu burgo Brolii13.

  • 14 Jules Marion, Cartulaires de l’Eglise cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de saint Hugues, Pa (...)

15On en sait un peu plus sur le faubourg nord-est, dit faubourg de l’Ile, dont le développement peut s’être fait en plusieurs étapes. La plus ancienne serait le lotissement des terrains de part et d’autre de la voie conduisant du pont à la porte Viennoise, qu’un accord passé entre l’évêque Hugues II et le dauphin Guigues IV, vers 114014, désigne comme vicus : il est localisé hors les murs, proche de la porte de l’Evêque (c’est ainsi qu’était appelée, au Moyen-Age, la porte Viennoise) et son importance se déduit du soin qu’eurent les deux seigneurs d’en partager les revenus. L’extension de l’habitat au bord de l’Isère, en amont du pont et du petit port ou débarcadère installé à son pied, n’est pas attestée avant le début du XIVe siècle, époque où s’y trouve installée la boucherie. Enfin, ce sont les comptes consulaires de 1338 qui fournissent les plus anciennes mentions d’un habitat regroupé le long de la voie qui, depuis la porte Viennoise, s’étend vers le sud-est, appelée aux XIVe et XVe siècles rue des Chauchières ou Tres la Clotra (Retro Claustrum), aujourd’hui Très-Cloîtres.

16Les données de l’histoire médiévale paraissent donc corroborer les interprétations proposées sur la base de l’analyse morphologique du cadastre napoléonien. L’examen du plan de 1536 va nous contraindre, nous allons le voir, à réviser quelques-unes de ces interprétations.

LE PLAN DE 1536

17Les divers commentateurs de ce document exceptionnel n’ont pas su, semble-t-il, reconnaître autant qu’il conviendrait la remarquable exactitude avec laquelle aussi bien l’ensemble de la ville que les détails de son organisation ont été rendus. Pour certains des quartiers parmi les mieux conservés aujourd’hui – les rues Brocherie et Chenoise, par exemple, qui longent, l’une à l’intérieur et l’autre à l’extérieur, toute la portion nord de l’enceinte antique –, il est possible de vérifier, au nombre et à la dimension des parcelles représentées, la minutie dont a fait preuve l’auteur du plan. On est donc assuré que la représentation qu’il nous fournit, une fois transposée dans les proportions exactes du cadastre actuel (fig. 5), coïncide de très près avec la réalité du temps.

18Cette réalité est, dans l’ensemble, assez conforme à ce qu’on a cru pouvoir déduire à partir du cadastre de 1810. La ville y apparaît, pour une bonne part encore, enfermée dans son enceinte du Bas-Empire et, à quelques détails près, le lacis des rues apparaît inchangé. On notera, toutefois, que la patte d’oie qui nous a permis de localiser la porte Viennoise est une forme récente, postérieure au XVIe siècle. Mais il est vrai que la porte s’est maintenue comme entrée de la place Notre-Dame jusqu’au début du XIXe siècle. C’est dans les espaces de faubourgs que certaines déductions se révèlent erronées. Si, concernant le quartier de la rive droite et les extensions nord et nord-est de la rive gauche, il y a peu à dire, hormis ce qu’on apprend des dispositions du couvent disparu des franciscains ou cordeliers, la révélation du faubourg sud-ouest surprend davantage. Sans doute le couvent des frères prêcheurs occupe-t-il l’emplacement attendu, mais l’actuelle place Grenette apparaît comme le résultat d’importants remodelages de l’ancienne place du Breuil et la villa nova désignée au début du XVIe siècle se réduit à quelques rangées de maisons, en bordure ouest de la place et regroupées le long de la voie de direction sud-est – actuelle rue Saint-Jacques – qui conduisait vers le village d’Echirolles. En réalité, au début du XVIe siècle, comme d’ailleurs par la suite, l’extension de l’habitat était limitée vers le sud-ouest par le cours du Draquet. C’est un recul de ce bras d’eau, de quelque 300 m, qui a permis, plus tard seulement, l’urbanisation de l’espace au-delà de la rue Saint-Jacques. Force est de constater qu’aucune trace de l’ancien cours, non plus d’ailleurs que de celui qui s’est maintenu jusqu’après 1810, ne s’est conservée dans la morphologie urbaine d’aujourd’hui. Plus encore, tous les documents anciens concordent sur ce point, l’enceinte bastionnée, telle qu’elle a été conçue par l’ingénieur de Lesdiguières, Jean de Beins, et réalisée à partir de 1592, est venue enserrer au plus près le faubourg Saint-Jacques, dans les dimensions qu’il avait déjà en 1536 (fig. 6). De la portion de cette enceinte qui fermait la ville au sud-ouest il faut bien constater que, dès 1810, le parcellaire ne conservait plus aucune trace significative permettant d’en soupçonner l’existence. De fait, les contours d’enceinte qui se lisent de ce côté sur le plan cadastral correspondent à un agrandissement de la ville commencé en 1627, mais véritablement réalisé à partir de 1671 par les ducs de Créqui, successeurs de Lesdiguières. Aussi bien, les maisons de la rue Saint-Jacques mises à part, tout le quartier d’habitation, dont les caractéristiques morphologiques semblaient indiquer l’origine médiévale, est assurément le produit d’une opération de lotissement, mais dont la réalisation appartient entièrement à l’Epoque moderne.

19Le plan de 1536 appellerait d’autres commentaires. On en retiendra deux. En premier lieu, à voir les excroissances symétriques que forment, de part et d’autre du noyau antique, les faubourg de l’Ile et de Saint-Jacques, on pourrait être tenté de penser que les couvents de Mendiants, qui en occupent une bonne part de l’espace, ont joué un rôle déterminant dans la formation de ces nouveaux quartiers. La question peut rester posée concernant la maison des dominicains : on sait seulement que le bras de rempart qui l’enserre et qui laisse toutes les maisons du faubourg à l’extérieur des fortifications n’a été réalisé que vers le milieu du XVe siècle. Mais, pour ce qui est du couvent des franciscains, son installation s’est faite, on l’a vu, en marge d’un faubourg dont les textes attestent l’existence quelque trois quarts de siècle auparavant.

  • 15 La tour de Sassenage (XIIIe siècle) en est un vestige.

20Notre seconde observation est que les lieux d’exercice du pouvoir, autres pôles organisateurs de l’espace urbain, composent à Grenoble, au XVIe siècle et déjà au Moyen Age, une topographie assez remarquable. Premiers seigneurs de la cité, les évêques (ils se donnent traditionnellement le titre d’« évêque et prince de Grenoble ») se sont taillé autour de l’ensemble cathédral un véritable fief urbain, incorporant une grande portion de l’enceinte antique et même l’une des deux portes monumentales qui s’y ouvraient, la porte Viennoise. A partir du milieu du XIe siècle, la toute-puissance épiscopale se voit concurrencée et peu à peu mise en échec par la dynastie des comtes d’Albon, dauphins de Viennois, lesquels en fondant la collégiale Saint-André en 1228, puis en installant auprès d’elle les instances du gouvernement comtal et un palais, dans le courant du XIVe siècle, créent à l’opposé de la ville, à l’ouest, et toujours en appui contre l’enceinte, le centre de leur domination. Face à ce double pouvoir seigneurial tend à s’affirmer un tiers pouvoir, celui de la communauté des habitants, peu à peu organisée. Ce sont les consuls qui entreprennent, à la fin du XIVe siècle, la construction en bordure de l’Isère, derrière le couvent des cordeliers, de la tour de l’Ile, véritable donjon en miniature, dans laquelle ils établissent l’administration municipale. Se dessine alors dans l’espace urbain un étonnant schéma triangulaire, dont on ne résistera pas à la tentation de forcer un peu l’interprétation : à la base du triangle, dans le périmètre de la cité antique, les deux fiefs seigneuriaux, le laïque et l’ecclésiastique, rivalisant de tours et de clochers, tandis qu’à la pointe, reléguée en marge d’un faubourg, l’expression aussi résolue qu’indigente des prétentions bourgeoises à l’autonomie. Pour nuancer quelque peu ce tableau, on observera tout de même que le faubourg dit de l’Ile, à la fin du XIVe siècle est probablement depuis longtemps déjà considéré comme faisant partie intégrante de la ville : dès le XIIIe siècle, de puissants feudataires de l’évêque n’ont pas jugé indigne d’y établir une orgueilleuse maison forte15. Il existe, d’autre part, des déterminations historiques suffisantes pour expliquer l’emplacement de la tour de l’Ile : les consuls, conformément à l’obligation faite aux habitants d’entretenir à leurs frais les fortifications de la ville, ont élevé cet ouvrage militaire pour renforcer, en une période troublée, le rempart protégeant le faubourg. Il reste que l’expression des pouvoirs, dont la forme symbolique est par prédilection la tour, constitue un aspect particulier de la morphologie urbaine médiévale et qu’elle s’affirme à Grenoble de manière singulière.

21Au terme de ces considérations, qui peuvent avoir paru quelque peu décousues, il nous faut conclure.

22Dans le cas de Grenoble, les caractéristiques morphologiques apparaissent bel et bien, le plus souvent, significatives de réalités qu’on doit s’attacher à décrypter, mais nullement, de manière constante et fiable en tout cas, de périodes précises de l’histoire. Il se révèle que des formes, apparemment similaires ou analogues ne sauraient suffire pour fonder des présomptions de contemporanéité et que, bien au contraire, l’interprétation qu’il convient d’en faire, en termes de dynamique d’évolution urbaine, n’est pas la même selon les époques. On en retiendra deux exemples.

23Le premier porte sur le rôle joué dans le développement urbain par certaines églises, comme pôle d’attraction de l’habitat. Une telle dynamique, bien connue et décrite dans le cas de nombreuses autres cités, apparaît à l’œuvre à Grenoble, à la période du XIe siècle, ce dont témoigne parfaitement le faubourg Saint-Laurent. En revanche, au XIIe siècle, ce sont des pôles strictement économiques, le pont et le port sur l’Isère, qui favorisent la création d’un nouveau quartier, le faubourg de l’Ile, en bordure duquel, au XIIIe siècle, viendra s’installer un couvent de mendiants ; et pourtant, la chronologie de ces installations, bien documentée par les textes, ne peut être à coup sûr déduite de la lecture du plan.

24Le second exemple est fourni par l’observation du parcellaire. Dans les secteurs de la ville correspondant au premier noyau fortifié et aux faubourgs médiévaux, celui-ci présente cet aspect caractéristique de lanières juxtaposées, perpendiculaires à la rue, dont tant de villes montrent l’usage constant à la période médiévale. La recherche archéologique des dix dernières années a montré que c’est à partir du XIIIe siècle, au moins, et au cours du XIVe que ce parcellaire a été mis en place à Grenoble, dans tout l’espace urbanisé, faubourgs compris. Pour ces périodes, cette caractéristique morphologique constitue donc un marqueur chronologique fort. Un découpage parcellaire identique, observé dans des quartiers identifiés comme lotis seulement à l’Epoque moderne, appelle donc de nouvelles interprétations. Il faut y voir, cette fois, un marqueur sociologique et l’indice d’une hiérarchisation de l’espace habité, avec – ce qui n’existait guère à la période médiévale – quartiers riches, aux demeures spacieuses et aérées, réservés à l’élite et quartiers populaires, que l’on continue de bâtir selon une conception urbaine plus étriquée, héritée des âges précédents.

25Observons, pour finir, qu’à Grenoble, si les formes urbaines et leurs évolutions témoignent souvent de logiques intelligibles, on chercherait en vain, pour autant, les effets de véritables plans d’urbanisme dont bien des villes médiévales étudiées dans ce volume montrent la réalité. Comment, au reste, s’en étonner ? S’agissant d’une agglomération deux fois millénaire, il eût été surprenant que l’analyse morphologique révélât pour la Grenoble médiévale de ces dispositions régulières ou calculées, indices d’une urbanisation pensée sur des programmes cohérents. Les contraintes que représentaient, à chaque période, les aménagements hérités des âges précédents ont plus que les volontés politiques déterminé, au Moyen-Age, le cadre urbain.

26Toutes les étapes de cette urbanisation, si elles n’étaient diversement documentées par des plans, ne pourraient plus, certes, être restituées à partir du seul cadastre napoléonien. A partir de ce document, pourtant, nombre d’entre elles, y compris à l’intérieur du seul Moyen-Age, peuvent être, on l’a vu, reconnues. Et de ce que, là où elles se sont révélées erronées, les interprétations tirées de l’approche strictement morphologique aient pu paraître, à première lecture, convaincantes il ne faudrait rien conclure précipitamment. Si ce n’est, sans doute, que la recherche historique et la démarche archéologique ne relèvent pas des sciences exactes. Ce qu’on savait déjà.

Notes

1 Un exemplaire original de cette gravure est conservé à la Bibliothèque Municipale d’Etude de Grenoble (dorénavant BM Grenoble), sous la cote Pd 4 (10).

2 BM Grenoble, original sur parchemin, Cd 751.

3 Dans la très abondante bibliographie, nous ne retiendrons ici que les deux principaux ouvrages généraux : Auguste Prudhomme, Histoire de Grenoble, Grenoble, 1888 et Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, Toulouse, 1976.

4 Un premier bilan de l’archéologie grenobloise a été produit, voici dix ans : Alain de Montjoye, Grenoble, (Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France), Tours, CNAU, 1990. On trouvera un exposé des données les plus récentes dans : François Baucheron, Franck Gabayet, Alain de Montjoye, Autour du groupe épiscopal de Grenoble : deux millénaires d’histoire, (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 16), Lyon, Direction Régionale des Affaires Culturelles, 1998.

5 F. Baucheron, F. Gabayet, A. de Montjoye, op. cit., p. 27 - 37.

6 Fouilles de A. Bocquet, rue de la République (1963) ; de A. Bocquet et M. Colardelle, parking Lafayette (1974).

7 Hippolyte Müller, Les origines de Grenoble, Grenoble, 1930.

8 In : Vital Chomel (dir), op. cit., p. 29.

9 Jean-Pascal Jospin, Grenoble gallo-romain, nouvelles données de topographie historique : les fouilles de H. Müller (1909 - 1913) sur l’îlot de l’ancienne halle, dans Art et Archéologie en Rhône-Alpes, n° 5, 1989.

10 F. Baucheron, F. Gabayet, A. de Montjoye, op. cit., p. 39 - 56.

11 Elisabeth Chatel, Etude sur les portes de l’enceinte gallo-romaine de Grenoble, d’après deux dessins du XVIe siècle, dans Cahiers archéologiques, t. 38, 1990, p. 17 - 24.

12 C’est à la même époque, peu avant semble-t-il, que l’empereur Gratien, prenant sous sa protection la ville nouvellement promue au rang de chef-lieu de cité, lui donne son nom : Gratianopolis.

13 Transcription manuscrite par Pilot de Thorey (fin du XIXe siècle), BM Grenoble, ms R 7906, f°33.

14 Jules Marion, Cartulaires de l’Eglise cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de saint Hugues, Paris, 1869, n° CXXII C.

15 La tour de Sassenage (XIIIe siècle) en est un vestige.

Auteur

Conservation du Patrimoine de l’Isère, Musée Dauphinois, Grenoble

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540