Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

II. LE DÉVELOPPEMENT DIT SPONTANÉ

Introduction

Bernard Gauthiez et Elisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

1Le point commun des agglomérations réunies dans ce chapitre, qui sont toutes, à l’exception de Poissy, des chefs lieux de cités gallo-romaines, est d’avoir connu un développement au Moyen Age qui ne révèle aucune entreprise de planification de grande ampleur, ce qui ne signifie pas qu’elles n’ont pas subi des transformations importantes, comme le montrent en particulier les analyses de Grenoble et d’Angers. Il s’agit d’un développement dit spontané, fait d’interventions individuelles, de caractère ponctuel, qui peuvent aller jusqu’à la rue nouvelle ou au petit lotissement.

2L’intérêt des études sur Angers et Grenoble, d’un point de vue méthodologique, est de mettre l’accent sur les phénomènes qui interviennent précisément à cette échelle, et qui sont difficiles à identifier par l’analyse morphologique du plan cadastral : ainsi par exemple la profonde restructuration du tissu parcellaire à Angers, mise en évidence par les sources écrites. Leur intérêt est aussi de souligner les phénomènes d’oblitération qui peuvent faire disparaître des éléments importants de la topographie urbaine : ainsi l’effacement des enceintes de bourgs à Angers, démantelées à la fin du Moyen Age, ou, à Grenoble, un déplacement important de la rivière du Draquet, révélé par le plan de 1536, dont la morphologie parcellaire du cadastre napoléonien n’a conservé aucune trace.

3Comme dans le cas de Lisieux étudié dans la première partie, les structures planimétriques de la ville antique sont peu prégnantes. A Rodez et à Grenoble, les portes de l’enceinte du Bas-Empire conditionnent en partie le tracé des voies. A Lodève, aucune trace de la ville antique n’est plus perceptible dans le plan, et on peut même s’interroger sur son emplacement. Il n’y a guère qu’à Angers, aux abords de la cathédrale, dans la cité, que la permanence du réseau viaire paraît plus marquée.

Auteurs

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540