Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

I. LA PLANIFICATION DES AGGLOMÉRATIONS

5. Planification et aménagement de l’espace urbain de la moyenne vallée de l’Aude au Moyen-Âge. Espéraza, Couiza, Quillan, Limoux

Jean-Loup Abbé

Texte intégral

1Le cadre du travail dans lequel s’inscrit cette étude (GDR 94, groupe 13 : Morphogenèse des agglomérations au Moyen-Age) offre l’opportunité d’aborder une histoire méconnue, celle de l’urbanisation de la moyenne vallée de l’Aude. Il est en effet possible, à travers cet exemple, d’évaluer dans quelle mesure la forme des agglomérations, au Moyen-Age, est due à la mise en œuvre d’un plan concerté, ce qui est l’objectif principal de ce projet.

2Les agglomérations choisies, Couiza, Espéraza, Limoux et Quillan, ont été retenues à partir de trois critères :

  • un critère morphologique, primordial : elles présentent des plans réguliers et orthonormés, plus ou moins complexes en fonction de leur développement, pouvant toucher une partie ou la quasi-totalité du site.

  • un critère géographique : elles appartiennent à la moyenne vallée de l’Aude, au sud de Carcassonne (du nord vers le sud : Limoux, Couiza, Espéraza, Quillan). La distance séparant Quillan et Limoux, aux deux extrémités, ne dépasse pas 25 km. Les sites subissent la contrainte du relief : la vallée est encadrée par des hauteurs de plus en plus marquées de Limoux vers Quillan (de 300 à 600 m), celles des massifs pré-pyrénéens des Corbières, à l’est, et du Razès, à l’ouest.

  • un critère historique : elles font partie du comté médiéval de Razès. Cité depuis la fin du VIIIe siècle, il est tenu, conjointement avec le comté de Carcassonne, par la famille des Trencavel à partir de la fin du XIe siècle. Il entre dans le domaine royal au XIIIe siècle, à la suite de la croisade albigeoise (1229).

3Il s’agit donc d’un ensemble ayant une forte cohérence. Cette cohérence permet, au-delà des monographies qui suivent, de mener des comparaisons dont l’intérêt est de traiter des agglomérations de tailles actuelles très différentes (1 250 habitants à Couiza, 9 600 à Limoux). C’est encore plus le cas au Moyen-Age : l’importance de Limoux, ville à part entière, tranche avec les autres.

4L’intérêt historique de cette approche morphologique est de mieux appréhender le renouvellement de la structuration de l’habitat groupé dans ce que Ch. Higounet appelait la « frange orientale » des bastides (HIGOUNET 1949). L’historien des villeneuves médiévales opposait un Midi aquitain « dense » et un Midi languedocien « vide » en fondations de bastides. La moyenne vallée de l’Aude était rattachée au dernier. En fait, derrière l’absence de bastides apparaissent d’autres opérations d’urbanisme. Elles permettent de tenter une réévaluation du processus d’urbanisation en Languedoc qui a fait l’objet de plusieurs travaux récents (FABRE et al. 1993 ; SCHNEIDER 1996 ; CATAFAU 1998).

5En dehors des travaux monographiques des érudits locaux (Couiza : MARCEL 1989 ; Espéraza : FOURIE 1973 ; Quillan : BOURREL 1974 ; pour Limoux, cf. notice), les agglomérations de la moyenne vallée de l’Aude ont peu attiré les chercheurs. Aussi il faut saluer le travail pionnier d’A. Sabarthès qui, dès 1926, s’est penché sur l’urbanisation médiévale de Limoux, même si le parcellaire n’est pris en compte qu’en partie (SABARTHES 1926). L’étude de C. Peytavie sur cette même ville vient de renouveler cette approche. Le développement urbain y occupe une place importante, malgré là aussi une utilisation marginale des sources parcellaires (PEYTAVIE 1996). Je n’oublie pas les travaux sur les villages du Razès menés par D. Baudreu (réf. infra) qui vient de mettre récemment en valeur le parcellaire régulier de Pieusse. Ce village, proche de Limoux, entre dans notre champ géographique (BAUDREU 1998).

  • 1 Cartes utilisées : Carte générale des Monts Pyrénées (1730) (A. D. Aude, 1Fi 1342), Cassini (A. D. (...)

6Les sources sont d’importance très variable. Le document planimétrique fondamental est le plan du cadastre « napoléonien », à l’exception de Limoux qui conserve un plan de compoix du XVIIIe siècle. Les cartes régionales élaborées à la fin de l’Ancien Régime sont précieuses pour déterminer les principaux itinéraires et leur rôle dans la genèse des sites1. Par contre, les informations archéologiques se révèlent le plus souvent limitées et peu utilisables dans le domaine de l’urbanisation : c’est à l’évidence une lacune importante. Cette région du Languedoc est par ailleurs relativement déficitaire en sources écrites médiévales, sauf en ce qui concerne Limoux, et le recours aux documents d’Ancien Régime est indispensable. C’est le cas des compoix et des inventaires d’archives. Cette fragilité des informations disponibles et exploitables invite à une grande prudence en matière d’interprétation.

7L’ordre de présentation des monographies correspond à une hiérarchisation des opérations d’urbanisme. Il tient compte de la dimension des ensembles régularisés et en même temps de la complexité des différentes phases. C’est ce qui m’amène à traiter en premier lieu Espéraza, puis Couiza, Quillan et enfin Limoux.

  • 2 Mes remerciements vont aussi à ceux qui m’ont apporté des informations précieuses : D. Maso pour Qu (...)

8Je voudrais ici remercier D. Baudreu qui m’a signalé l’intérêt de ce dossier dont nous avons discuté à plusieurs reprises : ses connaissances et ses réflexions m’ont été particulièrement utiles2.

AMENAGEMENT ET PLANIFICATION DES QUARTIERS PERIPHERIQUES : ESPERAZA ET COUIZA

ESPÉRAZA

9Espéraza est situé à l’extérieur d’un méandre de la rive gauche de l’Aude, entre Quillan et Limoux (fig. 1). L’agglomération, à 241 m d’altitude, s’étend sur un terrain en légère pente montant vers le nord. À 300 m de l’église, le relief est déjà marqué et dominé par la colline de Mont Marot (338 m). Le site impose par conséquent des contraintes. De plus, la confluence de l’Aude avec un ruisseau intermittent, le Ravanel, représente une autre difficulté. Ses crues provoquent des inondations dans le village qu’il traverse. C’est la raison pour laquelle il est détourné à l’est d’Espéraza au XIXe siècle (fig. 1 et 2).

  • 3 Sur l’aménagement routier de la vallée de l’Aude entre Limoux et les Pyrénées aux XVIIe et XVIIIe s (...)

10Le site est un carrefour de communication (fig. 2). Jusqu’au XVIIe siècle, le grand chemin en provenance de Carcassonne et de Limoux en suivant la vallée de l’Aude sur la rive gauche traverse Espéraza en direction de Quillan. Quelque 700 m plus à l’est, il se subdivise en un embranchement conduisant au pays de Foix (Ariège) par le chemin de Fa. Enfin, dans le village, un pont reliait cet itinéraire à divers chemins irriguant le massif des Corbières. Au XVIIIe siècle, une nouvelle route est aménagée le long de la vallée, de Couiza à Quillan, entièrement sur la rive droite : Espéraza se trouve désormais en marge du principal axe de circulation3.

11Néanmoins, l’agglomération connaît un vigoureux essor à la fin du XIXe et au début du XXe siècle grâce à l’industrie de la chapellerie. Sa population passe de 750 habitants au milieu du XVIIIe siècle à plus de 3 000 dans les années 1930 (aujourd’hui 2 200). Sur le plan cadastral de 1827, l’habitat aggloméré couvre autour de 4,7 ha sur la rive gauche de l’Aude.

1. Sources

  • 4 Plan parcellaire de 1827 : A. D. Aude, WP 6862.
  • 5 Compoix de 1714 : A. D. Aude, non coté ; 1733 : A. M. Espéraza, 1G1 ; 1769-1771 : A. D. Aude, 3J 89
  • 6 Les actes des Templiers se trouvent principalement dans : GERARD, MAGNOU 1965 (Cart. Douzens par la (...)

12Le cadastre napoléonien de 1827 est la référence de l’analyse morphologique, aucun plan antérieur n’étant conservé4. Les vestiges archéologiques sur le territoire communal sont rares et répertoriés très approximativement. De plus, ils ne concernent pas le village lui-même. Les sources écrites sont peu nombreuses pour la période médiévale et le premier compoix conservé date de 17145. C’est ce qui fait tout l’intérêt des archives des ordres militaires. En effet, les Templiers de la commanderie de Douzens possèdent des biens à Espéraza depuis les années 1130, biens repris par les Hospitaliers au début du XIVe siècle. Les actes mettent surtout en valeur la constitution du temporel au XIIe siècle. Le plus intéressant dans le cadre de cette étude est néanmoins une série de reconnaissances envers les Hospitaliers datées de 1338, 1498, 1625, 1663 et 1689 et dont les informations se révèlent tout à fait essentielles6.

2. Analyse morphologique : régularités de la place et du parcellaire

13Le plan parcellaire du XIXe siècle (fig. 2, 3 et 4) met en valeur des composantes assez hétérogènes, qui correspondent en tout cas à des logiques différentes.

  • 7 Les toponymes urbains mentionnés sont ceux des compoix du XVIIIe siècle.

14En premier lieu, l’église, entourée de quelques éléments bâtis, est au centre d’une place bordée par l’Aude. De forme presque semi-circulaire, d’un diamètre variant de 60 à 80 m, cette dernière constitue un espace vide significatif par sa superficie au cœur du bâti. Cette place polarise une série de rues. L’une, vers l’ouest, assure la liaison avec le pont, deux autres, au nord, au tracé continu à défaut d’être parfaitement rectiligne, rejoignent la Grande rue7 qui traverse le village d’ouest en est.

15Le bâti est dense au sud de la Grande rue et à l’est de la rue de Ravanel, sans que les îlots présentent une morphologie et un découpage interne réguliers. Au-delà des deux axes cités, l’agglomération se ruralise : les parcelles construites bordent les chemins sans aller plus loin. Cette frange de l’espace urbain contient néanmoins l’unité de plan la plus marquée.

16En effet, au nord de la Grande rue, entre le Ravanel et le chemin d’Antugnac, un système parcellaire orthogonal s’applique à l’ensemble des parcelles (fig. 4, secteur B3). Des limites fortes structurent les parcelles, d’orientation ouest-est (l1, l2, l3 et l4 sur la fig. 4) ou nord-sud (l5). Les chemins de Ravanel et plus encore d’Antugnac ont un tracé régularisé en conformité avec ces orientations. Les parcelles elles-mêmes sont laniérées à proximité de la Grande rue. Au lieu-dit « les Aires », elles affectent une très grande régularité, associant des unités complémentaires de tailles différentes. La disposition du bâti, aligné à cet endroit comme à d’autres, en retrait par rapport à la rue contrairement au rang méridional, conforte l’analyse morphologique.

17Il est frappant d’observer que ce parcellaire géométrique est limité au sud par la Grande rue. Celle-ci est en effet le point de contact, comme une sorte de frontière, entre les deux espaces qui viennent d’être décrits. L’hypothèse de son antériorité à leur mise en place ressort fortement de cette étude. Le village se serait d’abord développé spontanément autour de la place de l’église avant qu’un lotissement volontaire au nord, en rupture avec la phase précédente, donne son allure définitive à l’agglomération du début du XIXe siècle.

18Enfin, la rive droite présente un petit parcellaire régulier de deux îlots placé à la tête du pont. Il s’agit de parcelles rurales sur le plan cadastral. L’hypothèse d’un lotissement antérieur est un cas de figure à envisager.

3. Les informations archéologiques et écrites et l’interprétation du plan : le village ecclésial et l’hypothèse d’un lotissement des Templiers

  • 8 Notes d’archéologie audoise, Bull. SESA, t. LXXVIII (1978), p. 92, t. LXXX (1980), p. 112, t. LXXXI (...)

19Espéraza est situé dans une vallée à forte présence gallo-romaine. À Garnaud, à un peu plus d’un kilomètre au nord-est d’Espéraza, et à Fa (fanum), à deux kilomètres et demi à l’ouest (fig. 1), des vestiges de villae ont été identifiés8. Par leurs situations en bordure du chemin de Carcassonne au pays de Foix, elles autorisent à faire de ce dernier un itinéraire antique au niveau d’Espéraza : la Grande rue pourrait en constituer un tronçon. Son antériorité dans l’analyse morphologique de l’habitat trouverait là une confirmation.

  • 9 Guilhem Raymond, identifié comme un seigneur d’Alaigne, a acquis les droits seigneuriaux (directum) (...)
  • 10 Arnaud Guilhem d’Espéraza est témoin d’une donation de Guilhem d’Alaigne en 1134 (Cart. Douzens, D (...)
  • 11 Plusieurs actes de donation dans les Cart. de Douzens entre 1134 et 1159. Cartographie des possessi (...)

20Le lieu d’Espéraza est cité à partir de la fin du XIe siècle. De cette date jusqu’à la croisade albigeoise, il est tenu principalement par les seigneurs d’Alaigne9. Ce sont des fidèles de haut rang des vicomtes de Carcassonne et de Razès, les Trencavel. Eux-mêmes se parent occasionnellement du titre de vicomte. Des droits et des biens sont aux mains d’autres nobles dont les actes laissent percevoir la parenté avec les seigneurs d’Alaigne, y compris ceux qui portent le surnom « d’Espéraza » dès 113410. De la même année datent les premières donations foncières aux Templiers qui constituent un temporel significatif géré à partir de la commanderie de Douzens11.

  • 12 Voir, par exemple, les réclamations des ayants droit des faidits (ceux dont les biens sont confisqu (...)

21En moins d’un siècle, le paysage seigneurial est recomposé brutalement. La croisade albigeoise a pour effet de confisquer les biens des seigneurs laïques d’Espéraza, rebelles à l’autorité royale. Ces biens sont repris par la Couronne12. Puis la suppression de l’ordre du Temple en 1312 fait passer son temporel dans le patrimoine de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.

  • 13 Charte de Philippe V relative au Salin de Carcassonne : Ordonnances des rois de France (par la suit (...)

22La dénomination de l’habitat évolue. Dans le premier acte, datable de 1077-1097 (cf. note supra), Guilhem Raymond d’Alaigne détient la seigneurie sur l’ecclesia de Asperazano. En 1120 encore, le pape Calixte II confirme les possessions de l’abbaye bénédictine d’Alet. Elles comportent l’ecclesia S. Mariae d’Esperazano dans une liste où figurent des villae et des castra (HGL, V, c 877). A partir de 1140, le terme de villa s’impose. Cependant, en 1320, Espéraza figure sur une liste de quatorze castra locaux, mais il semble que le mot désigne sans grande précision des villages recevant des droits13.

  • 14 FAVREAU, MICHAUD, MORA 1988, p. 23. Peintures accompagnées de l’inscription : Petrus sanavit infirm (...)
  • 15 L’hypothèse de l’enclos ecclésial a déjà été faite par D. Baudreu : BAUDREU 1995a, p. 619-620. Sur (...)

23Le vocable d’ecclesia prend tout son relief en le rapprochant d’autres données. L’église actuelle, plusieurs fois remaniée, conserve quelques vestiges de peintures murales attribuables à l’époque romane14. Il y a donc tout lieu de considérer qu’il s’agit de l’église Sainte-Marie du XIIe siècle. Le plan parcellaire la situe au centre d’un place de 60 à 80 m de diamètre. Comment ne pas voir dans ce dispositif un enclos ecclésial mis en place selon les canons des conciles de Paix de l’an mille ? Tous les éléments vont dans ce sens et portent à faire d’Espéraza un village ecclésial du XIe siècle. Il répond aux stipulations du concile provincial de Narbonne de 1054 (déjà énoncées dans l’assemblée de Paix de Toulouges de 1027) qui définit autour de l’église un périmètre sacré de 30 pas bénéficiant du droit d’asile. L’abbaye d’Alet, qui en revendique la possession en 1120, a pu en être l’instigatrice : le vocable Sainte-Marie est à la fois le sien et celui de l’église d’Espéraza15.

  • 16 Le lieu-dit « la Salle », indiqué sur le cadastre du XIXe siècle, 200 m à l’est du village et en bo (...)
  • 17 Compoix de 1714 : A. D. Aude, non coté, f. 10v et 98r.
  • 18 En 1714 : « la muraille du fort » (A. D. Aude, non coté, 155r), en 1733 : « al fort joignant l’égli (...)
  • 19 Exemples de mise en fortification de l’église en l’absence de château dans l’Aude : La Digne-d’Amon (...)

24L’hypothèse ecclésiale du village est renforcée par le fait qu’aucune défense seigneuriale, tour ou château, n’est connue sur le site16. Aucune mention d’enceinte communautaire n’a été relevée et le plan n’en suggère pas non plus. Par contre, l’espace ecclésial originel semble servir de lieu de défense collective. En effet, entre la place et la rue de Ravanel, le lieu-dit « le Pourtal » en 1714 rappelle probablement une porte qui a pu être fortifiée sur le périmètre de l’enclos17. Surtout, en 1714 et 1733, les compoix emploient le terme de « fort » avec une « muraille » pour désigner les constructions du centre de la place qui entourent l’église (fig. 4)18. Aucun texte antérieur n’atteste la fortification de l’église et de son site immédiat, mais ce dispositif, associé au toponyme, l’assimile vraisemblablement aux forts villageois des XIVe-XVe siècles attestés dans toute l’espace méridional19.

25La genèse du parcellaire géométrique situé au nord de la Grande rue n’est pas directement renseignée par la documentation écrite. Par contre, la méthode régressive s’avère fort utile. La matrice du cadastre napoléonien souligne l’unité fonctionnelle de cet ensemble. La Grande rue est bordée de petites parcelles laniérées servant pour la plupart d’aires à céréales (entre cette rue et les limites l4, fig. 4). Elles se prolongent (entre l3 et l4) par d’autres parcelles quasi identiques affectées à l’habitation (fig. 3). Au-delà (entre l2 et l3), des parcelles encore allongées mais plus grandes sont cultivées comme jardin ou en champ, ce dernier usage étant généralisé plus au nord. Cette stricte répartition spatiale sous forme de triptyque aire/maison/jardin-champ est très marquée dans le secteur des « Aires ».

26L’unité de cette zone est aussi toponymique. Les compoix du XVIIIe siècle qualifient de « barris » (c’est-à-dire de faubourg) tout ce qui se trouve au nord et à l’ouest de la Grande rue (B1, B2 et B3, fig. 4). Les dénominations sont d’ailleurs très fluctuantes : le « barri d’Amont » de 1771 recouvre ce qui était appelé ainsi, mais aussi simplement le « barri », en 1714 (B2+B3). Seul le « barri d’Aval » (B4), à l’est de la place et à proximité de l’Aude, se distingue de cet ensemble.

27Le terme de barri souligne encore la spécificité des quartiers ainsi nommés. Or, le rapprochement avec les reconnaissances seigneuriales envers les Hospitaliers est édifiant. Ils apparaissent les détenteurs quasi exclusifs des parcelles des barris au nord et à l’ouest du village. La dernière reconnaissance du XVIIe siècle, en 1689, y compte 28 « biens » (cultures, aires, bâtis) et le premier compoix du XVIIIe siècle, en 1714, en répertorie 27. Même si l’appellation des barris apparaît encore une fois très mouvante du XIVe au XVIIe siècle (voir légende des barris fig. 4), les Hospitaliers tiennent à l’évidence le nord du village depuis le XIVe siècle (13 biens recensés dans le « barri du Trial » en 1338). Il ne peut s’agir que d’un legs des Templiers dont ils ont repris les domaines peu auparavant.

  • 20 En 1338, la 4e reconnaissance porte sur un « pailher » (local pour entreposer la paille) et une air (...)

28Plus délicate est la datation de ce parcellaire, tel qu’il apparaît au XIXe siècle. S’agit-il d’un aménagement récent, d’époque moderne, ou plus ancien, pouvant remonter au Moyen-Age ? L’examen des reconnaissances permet de proposer une hypothèse. Tout d’abord, dès 1338, 5 maisons (domus ou hospitium) sont mentionnées dans le barri. Leur nombre passe à 10 en 1498 et à 21 en 1689. Ensuite, en 1498, à deux reprises, la maison est associée à une aire (pour battre les céréales) et à un jardin, voire un champ, dans la définition du bien reconnu. Le document de 1338 est plus avare en précisions, mais suggère aussi de telles associations20. Par conséquent, l’opération de lotissement suggérée par le plan cadastral a pu être mise en place à la période médiévale, même si les subdivisions ont été effectuées au fur et à mesure des besoins.

  • 21 ...unum localem in villam de Cabriacho in quo possumus facere duas mansiones unamquemque de tres br (...)

29Si la documentation disponible pour Espéraza ne permet pas d’aller plus loin, les archives des Templiers de Douzens apportent des éléments de comparaison intéressants. Dans son étude sur la formation du temporel, L. Macé fait observer que les Templiers acquièrent à plusieurs reprises au XIIe siècle des terrains à bâtir (locales). C’est le cas à Douzens même où il apparaît que ces acquisitions en bordure de l’enceinte du castrum sont à l’origine d’un barri mentionné pour la première fois en 1246. Dans le faubourg Saint-Vincent de la Cité de Carcassonne, les Templiers obtiennent en 1150 quatre terrains à bâtir : IIIIor locales ad aedificandum ibi domos (Cart. Douzens. Carcassonne : A 147, p. 134-135). Enfin, à Cabriac, près de Douzens, ils obtiennent des terres, une vigne et un local au village sur lequel il est possible de construire deux maisons de trois brasses chacune21 (Cabriac et Carcassonne : MACE 1990, p. 89-92 ; Douzens : MACE 1998).

30Le lotissement bordant le village d’Espéraza pourrait tout à fait s’intégrer dans ces acquisitions réalisées par les Templiers. Les exemples de Douzens et de Cabriac sont très suggestifs. Ils invitent à réfléchir au rôle que les ordres militaires ont pu jouer dans la genèse des agglomérations, en particuliers pour les quartiers périphériques.

31Quant aux îlots réguliers de la rive droite, aucune information sur un éventuel lotissement ne se dégage des sources écrites (compoix, reconnaissances). Cette hypothèse n’est pas pour autant à écarter.

4. Conclusion

  • 22 Le pont est attesté à partir de 1296 : une charte royale de 1320 relative aux salins de Carcassonne (...)

32L’évolution morphologique du village d’Espéraza distingue nettement deux étapes majeures. Possible création de l’abbaye d’Alet au XIe siècle, le noyau ecclésial est toujours lisible sur les plans actuels et a engendré un réseau de rues assurant la liaison avec le pont22 et avec l’axe de circulation en direction de Limoux, Quillan et Foix sur la rive gauche de l’Aude. L’agglomération connaît un deuxième souffle à partir d’un aménagement de l’espace au nord de la Grande rue. Il prend la forme d’un lotissement rural géométrique, en partie laniéré. L’hypothèse d’une opération volontaire initiée par les Templiers au XIIe ou au XIIIe siècle est envisageable. En définitive, le village semble bien se structurer au cours du Moyen-Age central, par la juxtaposition de deux ensembles hétérogènes séparés par un axe de circulation pouvant être d’origine antique.

COUIZA

33Peuplé aujourd’hui d’environ 1 250 habitants, Couiza est intercalé entre Espéraza et Alet, au confluent de l’Aude et de son affluent la Sals (fig. 1). Le village s’est d’abord implanté sur la rive gauche de cette rivière avant de s’étendre sur la rive droite à l’époque contemporaine. Le site d’origine est pratiquement plat à cet endroit, avec de très légères ondulations (altitude comprise entre 220 et 225 m). Aussi, les violentes crues de la Sals provoquent des inondations mentionnées depuis le XVIIe siècle. Fréquentes et dévastatrices, elles nécessitent à toutes les époques des travaux de protection du village et d’aménagement du pont sur la Sals. Le site est dominé au sud par des pentes raides à moins de 100 m des limites de l’agglomération. Elles culminent à Rennes-le-Château à près de 500 m d’altitude.

34Carrefour des vallées de l’Aude et de la Sals (prolongée par celle du Réalsès), Couiza est au contact de l’itinéraire reliant Carcassonne et le Roussillon, d’une part, et de plusieurs voies secondaires du massif des Corbières, dont celle de Rennes-le-Château, ancien centre du Razès à qui ce lieu a donné son nom (fig. 5). Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, la route de la vallée de l’Aude franchit la Sals légèrement en amont de Couiza, puis l’Aude par un deuxième pont face au village de Montazels en direction d’Espéraza. Ensuite, le nouveau tracé routier des années 1780 fait que l’axe principal reste sur la rive droite de l’Aude.

35Comme Espéraza, Couiza devient au cours du XIXe siècle un petit centre industriel dominé par la chapellerie. La population double entre la fin du XVIIIe siècle et les années 1850 (de 525 à 1 000 habitants) avant de stagner avec le déclin des diverses activités au cours du XXe siècle. Le plan cadastral de 1832 représente donc une agglomération en pleine croissance d’environ 3 ha de superficie sur la rive gauche de la Sals.

1. Sources

  • 23 A. D. Aude, WP 6858.
  • 24 A. D. Aude, 4E 103 (Couiza), 1G1 (1699) et 1G2 (1719).
  • 25 A. D. Haute-Garonne, reconnaissances de 1663 : H, Malte, Douzens, 1391 et de 1689 : Douzens, 1401. (...)

36Elles sont en tout point comparables à celles qui sont disponibles pour Espéraza. L’analyse morphologique est conduite à partir du plan cadastral de 1832, faute de documentation planimétrique antérieure23. Aucune information archéologique éclairant la genèse du site n’est disponible. Deux compoix sont conservés, datés de 1699 et 171924. Le premier a été traité pour cette étude. Les autres sources écrites sont disparates, à l’exception, une fois encore, des reconnaissances envers les Hospitaliers qui figurent d’ailleurs dans les mêmes cahiers que celles d’Espéraza. Pour Couiza, les premières datent de 1498, mais elles ne sont connues que par leur mention dans celles de 166325.

2. Analyse morphologique : diversités et parentés d’un processus d’urbanisation volontaire

37Le plan parcellaire du XIXe siècle (fig. 5, bâti : fig. 6 et schéma d’interprétation : fig. 7) permet de détecter plusieurs unités de plan avec des régularités tout à fait remarquables.

38C’est en premier lieu le quartier de l’église qu’il faut observer. En effet, l’édifice est bordé sur son flanc méridional par des parcelles bâties, une rue et au-delà de celle-ci une autre rangée de parcelles bâties qui affectent toutes un tracé curviligne marqué qui produit un système radioconcentrique. Il reste néanmoins partiel car il est inobservable dans les autres directions autour de l’église. Celle-ci n’est par ailleurs pas au centre de cet espace circulaire ébauché.

39L’interruption de la structure radioconcentrique se comprend si un deuxième ensemble morphologique est pris en compte. De manière très spectaculaire, une vaste unité de plan se développe selon un quadrillage quasi-orthonormé de rues à la périphérie occidentale et méridionale du quartier de l’église. Des rues larges (environ 5 m) et parfaitement rectilignes délimitent des îlots rectangulaires de largeurs équivalentes (autour de 22 m). Le découpage parcellaire interne est assez lâche, la majorité des parcelles ayant un usage agraire (« patu » – terrain découvert – sans affectation précise, jardin).

40Il faut souligner la diversité des contacts de cette unité de plan, qui occupe la moitié de l’agglomération. En premier lieu, elle intègre plusieurs parcelles rurales le long de l’Aude. La variété d’usage des parcelles pose par conséquent la question des objectifs et des résultats obtenus par les concepteurs de cette opération bien évidemment volontaire. D’autre part, une rue particulièrement longue – 175 m – et d’orientation ouest-est (actuelle rue d’Aude) assure une sorte de trait d’union entre ce quartier et, d’un côté, les berges de l’Aude, de l’autre, la grande route en direction de Limoux et de Carcassonne. Cette voie est amenée à perturber le quartier entre la place principale (celle du marché) et la place Sainte-Anne en le traversant de part en part.

41Le contact avec le secteur de l’église est complexe. Néanmoins, le parcellaire radioconcentrique est enveloppé par le réseau des rues de la deuxième unité de plan. Il faut aussi envisager que celle-ci se développe au nord de la place principale jusqu’à la Sals. Les orientations dominantes (nord-sud) sont identiques. Il n’est donc pas improbable qu’un fragment du système environnant l’église ait été oblitéré à cet endroit, reparcellisé, réorienté suivant le nouveau cadre.

42Le grand quartier orthonormé apparaît, par sa morphologie et les zones de contact avec les autres secteurs, postérieur à ceux-ci. C’est le cas pour celui de l’église, enveloppé, voire oblitéré. Le cas de figure est similaire avec la partie de l’agglomération située entre les deux places (marché et Sainte-Anne). La rue étroite et sinueuse, bordée de deux rangées de micro-parcelles bâties (la seule avec ces caractéristiques) et reliant les places, est sectionnée par la nouvelle trame. Il est tout à fait envisageable d’en faire une étape intermédiaire entre les deux principales unités de plan.

43Un dernier secteur est à prendre en compte. Au sud-est du village, au-delà de la route actuelle de Limoux à Quillan, entre la place Sainte-Anne et le cimetière, un vaste îlot approximativement trapézoïdal présente quelques régularités sensibles. Plusieurs grandes limites parcellaires le traversent presque entièrement, avec une inflexion dans la partie la plus au nord. Surtout, les limites longitudinales sont rigoureusement parallèles et équidistantes (21 à 22 m). Si l’on retrouve la largeur des îlots du quartier orthonormé au sud et à l’est de l’agglomération, la différence d’orientation, l’absence de rue et de contact entre les deux secteurs, invitent à ne pas les assimiler. La parenté métrologique soulève par contre la question d’éventuelles influences. À la périphérie du village, cette unité, qui peut se concevoir comme un lotissement, est difficile à dater. Elle est postérieure au noyau villageois, mais le contact avec les autres parties étant peu marqué, il n’est guère possible d’en dire plus.

3. Les informations des sources écrites et l’interprétation du plan : du noyau ecclésial au projet princier

  • 26 La seule découverte archéologique notable dans l’agglomération est celle de deux polissoirs ou aigu (...)

44Les sources écrites font état de Couiza seulement à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle. Si l’occupation antique de cette partie de la vallée de l’Aude est avérée (villa de Garnaud à 1,5 km : voir la notice sur Espéraza), le site n’a pas d’histoire connue avant la partie centrale du Moyen-Age26.

45C’est en 1156-1157 que la dénomination apparaît comme anthroponyme (Geraldus de Couizano) d’une famille de nobles fidèles aux vicomtes de Carcassonne (Cart. Douzens, A 82, p. 79). Elle est dépossédée à la suite de la croisade des Albigeois et ses biens sont assignés avec d’autres en 1231 à Pierre de Voisins, seigneur d’Ile-de-France et proche de Simon de Montfort (HGL, VIII, col. 943). Ses descendants conservent Couiza jusqu’en 1518 : Françoise de Voisins épouse alors Jean de Joyeuse et lui transmet les possessions dont elle est héritière.

46Comme à Espéraza, les Templiers tiennent des biens-fonds et des dépendants : c’est l’objet de la donation de Géraud de Couiza en 1156-1157. Les Hospitaliers reçoivent ce fief qui correspond très vraisemblablement aux reconnaissances conservées à partir de 1498 (cf. supra).

  • 27 Cart. Trencavel, n° 609, 244v ; copie dans Doat, 168, 290r-291r.
  • 28 ...apud forciam de Cauisiano in Redesio superiori in domo Beatricis uxori Guillelmi de Baris militi (...)

47L’habitat est qualifié de villa pour sa première mention en 1189 et il en est de même au XIIIe siècle. Castrum n’est pas utilisé, par contre il faut relever en 1189 et en 1223-1227, celui de forcia. Dans le premier cas, Raymond de Couiza reconnaît tenir de Roger Trencavel, vicomte de Carcassonne et de Razès, totam fortiam vel fortias et munitiones se trouvant ou pouvant se trouver à l’avenir in villa de Covisano27. Dans le second, Raymond de Roquefeuil, chevalier faidit et frère du rebelle notoire Bernard Aton de Niort, est blessé probablement à la suite d’un affrontement avec l’armée royale. Il se réfugie « à la force de Couiza... dans la maison de Béatrice, femme du chevalier Guilhem de Baris »28.

  • 29 A. D. Aude, 4E 103, 1G1, p. 120, 131, 133.
  • 30 Idem, p. 5, 57, 129.

48La « force » pourrait désigner une fortification seigneuriale excentrée : en 1263, Pierre de Voisins a une résidence (plusieurs domus) près du moulin de Couiza, à proximité du futur château de Joyeuse. Mais la confusion n’est guère possible. Le compoix de 1699 localise des biens « à la force », dont l’un est « proche l’église »29, une « rue de la force » confronte l’église et la place30. Cette rue permet d’accéder à l’intérieur de la force, comme le plan parcellaire le montre (fig. 7). Il faut par conséquent rapprocher la forcia de l’unité de plan radioconcentrique qui entoure l’église. À cet endroit, une légère éminence du terrain est favorable à une mise en défense en même temps qu’à une protection – fragile – des crues de la Sals.

49Le texte de 1223-1227 révèle que la force est bâtie : s’y trouve en tout cas la maison des seigneurs du lieu. Faisait-elle office de pôle défensif ? Ou l’église jouait-elle ce rôle ? La comparaison avec d’autres sites proches est instructive. À proximité de Limoux, le village de Magrie est d’origine ecclésiale. L’église, mentionnée à partir de 1162, est fortifiée, avec une archère romane. Le terme de forcia est employé de 1195 à 1218 pour désigner « le groupe des maisons agglomérées autour de l’église » selon D. Baudreu (BAUDREU 1986, 67). À Casal Revin, village déserté proche de Magrie, la forcia désigne l’habitat fortifié, bien que sans église. En 1232, la distinction est faite entre la forcia superior, avec mur et fossé, et le barrium forci, c’est-à-dire le faubourg (SIRE 1993, p. 46-53 et SIRE 1994).

50Couiza se trouve dans le même cas de figure. La force désigne le quartier semi-circulaire qui entoure l’église. Son extension première est probablement effacée par des remembrements ultérieurs du parcellaire. Il semblerait que la rue en courbe allant de l’église à la place (rue de l’église en 1699 comme aujourd’hui) fossilise une ancienne enceinte et que les parcelles qui la bordent sur le rang sud-ouest correspondent à l’emplacement du fossé.

  • 31 Selon une analyse d’acte faite au XVIIe siècle : « Délaissement fait par un certain prêtre de Monta (...)
  • 32 FEDIE 1880, p. 83-84 : « Ils consistaient en de grandes auges en grès de pays assez tendre, affecta (...)

51L’église Saint-Jean-Baptiste est attestée seulement en 1212. Elle est tenue par le monastère voisin d’Alet31. Aujourd’hui, elle n’a plus rien de médiéval, tant elle a été remaniée. Néanmoins, le plan parcellaire montre qu’elle a pu jouer un rôle défensif, à la limite de la force. À l’instar de Magrie, la morphologie à tendance circulaire, la présence de l’église polarisant l’espace, invite à proposer une origine ecclésiale pour la forcia de Couiza. D’autres éléments y concourent. En premier lieu, le diamètre de l’espace circulaire potentiel est exactement de 60 m. Ensuite, trois tombeaux ont été trouvés vers 1860 à côté de l’église lors de sa reconstruction. Même s’ils n’ont pas fait l’objet d’une étude scientifique, ils doivent provenir du premier cimetière avant son déplacement au sud-est du village32. Enfin, le lien avec le monastère d’Alet, à Couiza et à Espéraza, permet de supposer un contexte de fondation commun.

52L’hypothèse la plus certaine consiste à identifier le parcellaire autour de l’église comme le vestige d’une unité de plan plus étendue, celle d’un enclos ecclésial du XIe siècle que les moines d’Alet ont pu fonder. Fortifié (par l’église ? par une tour ? par une enceinte ?), l’enclos sacré devient une « force », un pôle de défense investi par l’aristocratie locale.

53Si la lisibilité du centre ecclésial est amoindrie, c’est parce qu’elle est oblitérée à la suite d’une autre phase capitale, celle qui voit la mise en place d’une série d’îlots rectangulaires très allongés et limités par des rues parfaitement rectilignes. Aucun document ne fait allusion à cette évidente opération d’urbanisme planifié qui remodèle entièrement le village pour lui donner sa morphologie et son extension sur le cadastre du XIXe siècle. Aucun terme particulier ne désigne ce secteur du village. Pourtant, l’érudit audois L. Fédié affirme dans son étude sur le Razès parue en 1880 que cette « nouvelle ville » est l’œuvre de Guillaume de Joyeuse (FEDIE 1880, p. 107).

54Avec les Joyeuse, Couiza était entré depuis 1518 (cf. supra) dans le patrimoine d’une des plus grandes familles de la noblesse française du XVIe siècle. En acquérant la baronnie d’Arques, c’est-à-dire la seigneurie des Voisins, Jean de Joyeuse transfère le siège de cette seigneurie d’Arques, dans la vallée du Réalsès, à Couiza. Il choisit ainsi un lieu d’accès plus aisé. Il entreprend la construction du château dit « de Joyeuse » vers 1540 sur la rive droite de l’Aude, près des anciennes « maisons » des Voisins. Cet édifice imposant, toujours visible, est achevé par son fils Guillaume qui lui succède de 1555-1560 jusqu’à sa mort en 1592 (DEBANT 1973). Guillaume, lieutenant général du roi, maréchal, chef de la Ligue et pourfendeur des calvinistes en Languedoc, résida fréquemment dans le nouveau château.

  • 33 idem, p. 108 : « ...le vicomte (Guillaume) de Joyeuse donna à chacune de ses rues le nom d’un membr (...)

55L. Fédié lui attribue le « nouveau » village ainsi que la restauration de l’église paroissiale. Il aurait voulu créer un asile pour les populations après les dévastations perpétrées par les réformés. Malheureusement, aucun document n’appuie cette thèse qui n’est pourtant pas à rejeter, au contraire. Cet auteur constate en effet que les rues du nouveau lotissement portent les noms de membres de la famille de Joyeuse. Le compoix de 1699 le confirme. Sur la fig. 7 ont été relevées les voies identifiées. La rue de Joyeuse est évidemment la plus emblématique. Celle de Saint-François porte le nom d’un fils de Guillaume, archevêque de Narbonne et cardinal (il vit jusqu’en 1615). La rue Scipion est celle d’un autre fils, lieutenant général en Languedoc après son père (il meurt en 1592 à la bataille de Villemur). Enfin la chapelle et la place Sainte-Anne rappellent à l’évidence un troisième fils, le plus célèbre, amiral de France, favori d’Henri III, mort à la bataille de Coutras en 158733.

56L’argument toponymique est tout à fait recevable pour faire de la deuxième unité de plan une création princière liée aux Joyeuse. Ils détiennent la seigneurie de Couiza de 1518 à 1646. S’il est impossible d’affirmer que Guillaume de Joyeuse en est certainement le promoteur, il est par contre probable que l’opération revienne à son père Jean ou à lui-même. Ce sont les bâtisseurs du château et Guillaume restaure l’église : le nouveau village donnerait un peu plus d’envergure à la modeste force qui fait face au domaine seigneurial. Cette opération de prestige qui touche l’ensemble du site pourrait dater du milieu du XVIe siècle, époque des travaux au château et à l’église. Les noms de rues auraient été attribués ultérieurement, au début du XVIIe siècle, après la mort des fils de Guillaume.

57Cette opération d’urbanisme villageois ne semble pas avoir atteint ses objectifs. Le compoix de 1699, mais aussi le plan cadastral de 1832, présente un espace resté rural dans sa grande majorité, à l’exception de la rue Saint-Jean. L’urbanisation de ce quartier ne viendra qu’avec l’industrialisation, surtout après 1850. L’entreprise, fruit d’une politique princière menée avec éclat, n’était vraisemblablement pas adaptée aux potentialités locales. Les guerres de Religion, actives dans la région pendant les années 1570 et 1580, ont pu jouer leur rôle dans cet insuccès prolongé.

58Au-delà de l’espace ainsi réorganisé, le réseau des nouvelles rues se surimpose vers l’est sur le secteur compris entre la place principale et la place Sainte-Anne. Ce quartier est appelé dans le compoix de 1699 « barri d’amont » et dans les reconnaissances hospitalières, « barri tirant à Rennes ». La première dénomination se justifie par une légère surélévation de relief, la seconde par le fait que la « rue du barri d’amont », certainement celle qui joint les deux places par un tracé irrégulier, se prolonge par le chemin conduisant à Rennes-le-Château (fig. 7, barri : B). La densité du bâti (fig. 6) contraste avec la ruralité du quartier neuf. Aucun texte ne mentionne le barri avant le XVIIe siècle, mais l’analyse morphologique incite à situer sa formation avant l’entreprise des Joyeuse, probablement aux XIIIe-XIVe siècles si l’on se réfère à la chronologie régionale de ces quartiers périphériques.

59L’unité de plan située à l’est du village, caractérisée par des limites parcellaires parallèles et équidistantes incluses dans un vaste îlot, est identifiée par les sources écrites comme le bien-fonds des Hospitaliers à Couiza. En effet, les reconnaissances du XVIIe siècle localisent la petite vingtaine de biens tenus d’eux entre le chemin de Rennes, celui de Caderonne (près d’Espéraza, future route de Quillan au XVIIIe siècle) et la rue du pont au cimetière. La chapelle Sainte-Anne est aussi citée comme confront : disparue depuis, elle pourrait correspondre aux trois parcelles situées au centre de la place du même nom.

60En tout cas, les Hospitaliers possèdent l’essentiel, sinon la totalité de ce grand îlot. Les reconnaissances de 1663 précisent que tous les biens dénombrés, sauf un sur dix-neuf, figuraient dans celles de 1498, non conservées. L’implantation à cette date est donc sûre et correspond vraisemblablement à la donation faite aux Templiers au milieu du XIIe siècle. Par contre, il est plus difficile d’en connaître l’occupation et l’usage. Sept maisons associées à des jardins figurent en 1663 : l’état des lieux en 1498 est méconnu, et à plus forte raison avant cette date.

61L’hypothèse d’un lotissement à l’époque médiévale, au moins partiel, est à considérer. Les grandes parcelles allongées en seraient l’ossature. Il faut remarquer que leur largeur, 21-22 m, se retrouve à Espéraza (fig. 4). Dans le barri des Hospitaliers de cette agglomération, elle correspond aux intervalles des limites intermédiaires structurant l’espace entre la Grande rue et la limite l2, perpendiculairement à ces deux axes. Cette similitude est à relever, ainsi que celle qui est avec les îlots du quartier des Joyeuse à Couiza. Elle témoigne de la permanence des solutions morphologiques en matière d’urbanisme villageois.

4. Conclusion

62Ainsi la morphogenèse de Couiza met en valeur quatre éléments principaux :

  • le pôle ecclésial, à l’origine du village, devient à la fin du XIIe siècle une force assurant la défense de la communauté ;

  • le barri étiré le long d’un chemin traduit le développement de l’habitat par une occupation spontanée de l’espace ;

  • le lotissement planifié des Joyeuse bouleverse la structure de l’habitat en enveloppant, perturbant ou oblitérant plusieurs éléments antérieurs ;

  • l’îlot des Templiers/Hospitaliers crée un autre point de développement organisé, en marge du village.

63À l’exception de l’intervention du XVIe siècle, la parenté structurelle avec Espéraza est frappante : enclos ecclésial, barri, lotissement des ordres militaires sont communs. Par contre, le résultat est plus complexe à Couiza. Les opérations d’urbanisme ont du mal à se pérenniser. En effet, l’enclos devenu force a été vraisemblablement en grande partie effacé ; l’implantation des ordres militaires reste modeste et semi-rurale ; le « village neuf » du XVIe siècle se remplit mal, avec un découpage parcellaire faible et inégal. Il n’en reste pas moins que l’urbanisation de Couiza est dominée par une suite de décisions volontaires qui rendent largement compte de l’organisation actuelle de l’espace urbain.

UNE VILLENEUVE ANTERIEURE AUX BASTIDES : QUILLAN34

  • 34 Une précédente étude aborde les thèmes de l’urbanisation et des affrontements politiques liés à la (...)

64Quillan, peuplé aujourd’hui de 3 600 habitants, est situé dans un petit bassin intercalé entre deux secteurs escarpés (647 m à Bitrague) de la vallée de l’Aude (fig. 8). La ville s’étend principalement sur la rive gauche, où le relief est bien dégagé en direction de l’ouest : sur près de 500 m, le versant de la vallée s’élève très progressivement de 280 à 300 m d’altitude. Sur la rive droite, la ville est dominée par un château installé sur un promontoire.

65Comme à Espéraza et Couiza, l’organisation des voies de communication est profondément remaniée à la fin de l’Ancien Régime (fig. 9). Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, la route menant aux pays de Foix et de Sault par le col du Portel et celle qui conduit au Roussillon et à la Haute Vallée de l’Aude par sa rive gauche sont réaménagées. Surtout, un nouvel itinéraire en direction de Limoux et de Carcassonne est réalisé sur la rive droite et se connecte aux précédents par le pont.

66Jusqu’au XVIIe siècle, les axes majeurs de circulation sont disposés autrement. La route de Limoux est implantée sur la rive gauche, depuis Couiza en passant par Espéraza et le village de Campagne. Le Roussillon est atteint en empruntant un chemin de la rive droite (réutilisé pour la nouvelle route de Limoux) menant au col Saint-Louis. L’itinéraire vers la Haute Vallée par la rive gauche est secondaire.

67Le site de Quillan met par conséquent en contact des itinéraires importants au niveau régional. Le relief de bassin facilite ces échanges et l’essor d’une agglomération. La rive gauche de l’Aude est logiquement celle de la voie suivant la vallée, appelée dans les textes médiévaux le « chemin public ». L’urbanisation de Quillan y a trouvé naturellement son terrain.

  • 35 En 1255, le chevalier Raymond de Niort perçoit des droits sur « la leude qu’il recevait du bois ou (...)

68Le développement de la ville a été favorisé par une succession d’activités économiques stimulantes. Dès le XIIIe siècle, une « leude » (droit de tonlieu) du bois est mentionnée35. Le commerce du bois est lié à la présence des forêts de la Haute Vallée et du pays de Sault. Les troncs d’arbre descendaient le cours de l’Aude et un port était aménagé sur la rive gauche, en aval de la ville (fig. 11). Cette activité de radellerie est restée importante jusqu’au XIXe siècle. À partir du XVIIIe siècle, le textile, la métallurgie, puis la chapellerie au siècle suivant et les matières plastiques après 1950 confortèrent l’essor de la ville avant de péricliter tour à tour, laissant aujourd’hui l’agglomération dans une situation fragile.

1. Sources

  • 36 A. D. Aude, 1757 W 390.
  • 37 A. M. Quillan, 1G1 et 1G2 : le compoix de 1713 est conservé en deux exemplaires. C’est le second qu (...)

69Le plan cadastral de 1826 sert de référence à l’étude planimétrique36. Les informations archéologiques relèvent une occupation du terroir de Quillan depuis la protohistoire, mais rien qui puisse aider à comprendre la genèse de la ville, y compris au Moyen-Age (Bull. SESA, t. LXXXI, 1981, p.108-109 et t. LXXXII, 1982, p. 99). Par contre, une campagne de fouilles conduites depuis 1994 au château sous la direction de D. Maso a permis de préciser les conditions de sa construction (MASO 1995, 1996, 1998a et 1998b). Les sources écrites médiévales sont très réduites et éparses. Il faut par conséquent s’appuyer sur un inventaire des archives des archevêques de Narbonne, seigneurs de Quillan, réalisé en 1639 (Inv. Rocque, seigneurie de Quillan : III, 2, f. 284r-314r.). Il s’agit d’analyses d’actes du Xe au XVIe siècle, plus ou moins détaillées, plus ou moins fiables, mais qui compensent partiellement la disparition de la plupart des originaux. Comme pour les études précédentes, les compoix sont indispensables. Le plus ancien date de 1713 et a été traité dans la perspective de cette étude37.

2. Analyse morphologique : une urbanisation volontaire et planifiée

70Le plan cadastral de 1826 (fig. 9, 10 pour le bâti et 11 pour le schéma d’interprétation) laisse apparaître sur la rive gauche de l’Aude une nette opposition entre les espaces séparés par la limite des remparts et des fossés. À l’intérieur de cette double ceinture linéaire, un microparcellaire étroit et régulier, des îlots laniérés parallèles, des voies de circulation orthogonales dessinent une unité de plan homogène qui réunit la quasi-totalité du bâti urbain. À l’extérieur, de grandes parcelles géométriques, mais sans organisation apparente et presque sans construction, montrent qu’au début du XIXe siècle, la ville ne s’est pas encore étendue au-delà des remparts : sa morphologie et son emprise ont par conséquent assez peu évolué depuis leur mise en place. La superficie enclose représente 4,4 ha.

  • 38 Les toponymes urbains sont ceux du compoix de 1713.

71Examinons l’organisation de l’unité de plan homogène qui vient d’être décrite. Quatre grandes rues longitudinales et parallèles la structurent sur une distance d’environ 250 m. L’une, la Grande rue38, est un tronçon de l’ancien chemin de Limoux. Les rues sont d’une largeur presque constante de 6 m. Les îlots correspondent à un module de 25 m de largeur entre la Grande rue et la rue de Sault, et de 12,5 m, soit la moitié, entre cette dernière et la rue Droite. Le découpage interne des îlots est le plus souvent régulier. La plupart des limites parcellaires relient les bordures longitudinales des îlots. Un axe médian, nettement conservé entre la rue de Sault et la rue Droite, divise les îlots en deux rangées de parcelles et se matérialise parfois par un passage étroit à l’arrière des habitations, encore indiqué localement sur le plan cadastral.

72Ce dispositif est caractéristique d’un lotissement de villeneuve médiévale qu’il reste à mieux déterminer par la suite. Il faut encore remarquer que l’orientation dominante nord-sud est conservée dans une rue bordant à l’est l’îlot du couvent Saint-Dominique. Mais elle ne se situe pas dans l’exact prolongement de la rue de Sault. De même, à l’ouest, deux rues, l’une longeant l’îlot du couvent, l’autre en façade de l’église Notre-Dame, forment un autre axe. Oblique par rapport aux quatre rues principales, il s’aligne par contre sur l’orientation des remparts à l’ouest de la ville.

73Autrement dit, le canevas orthogonal qui structure la majeure partie de la ville comporte des secteurs hétérogènes qui renvoient à des étapes différentes de l’urbanisation. Ainsi, à aucun moment, l’enceinte urbaine ne suit l’orientation des artères majeures de la villeneuve. Cette distorsion plaide en faveur d’une postériorité significative de la clôture par rapport à la fondation.

74Dans la ville, la place centrale, celle du marché, occupe un emplacement primordial, au carrefour du pont et du grand chemin de la vallée (Grande rue et rue de la Hille). Le chemin venant de Limoux joue un rôle déterminant dans le lotissement, étant qualifié de « Grande rue ». C’est en fait l’axe de la fondation. À l’inverse, l’église paroissiale Notre-Dame, loin de la place, contiguë au rempart, orientée inhabituellement vers le sud, paraît tout à fait secondaire dans la structuration de l’espace urbain.

75Au sud de la place, deux îlots « résistent » à la géométrie générale. Leur forme irrégulière, les orientations divergentes des parcelles qui les composent, l’étroitesse et la continuité hésitante de la rue de la Hille font de cet espace un élément autonome qu’il est difficile de mieux caractériser. Enfin, le château de la rive droite reste à l’écart de la ville, isolé par son promontoire.

  • 39 Plans reproduits dans ABBE 1995, p. 116. Il s’agit bien sûr d’exemples particulièrement significati (...)

76L’analyse morphologique met au premier plan l’opération planifiée de la fondation d’une villeneuve. Elle occupe la quasi-totalité de l’espace urbain, à l’exception de quelques îlots irréguliers au sud, et de sa frange occidentale qui paraît influencée par le tracé postérieur des remparts. La marginalité de l’église paroissiale et du château, ainsi que la centralité de la place du marché, assimilent cette fondation aux villeneuves et bastides des XIIIe-XIVe siècles. La comparaison des plans rapproche Quillan de certaines fondations du chemin de Saint-Jacques, comme Viana en Navarre (PASSINI 1993, 78), ou de bastides comme Montréal-du-Gers (LAVEDAN, HUGUENEY 1974, p. LIX). Créations de la première partie du XIIIe siècle (respectivement en 1219 et 1255), elles permettent d’envisager comme première hypothèse une datation proche pour la villeneuve de Quillan39.

3. Les informations archéologiques et écrites et l’interprétation du plan : le succès d’une villeneuve archiépiscopale

  • 40 Sur les Albédun, seigneurs du Bézu (proche castrum de Quillan), et leur présence à Quillan : SIRE 1 (...)
  • 41 Première mention des archevêques à Quillan en 994 : Inv. Rocque, II, 614v ; III 2, 300v, 98, 2.

77Quillan est cité pour la première fois en 900 (Inv. Rocque, III 3, 456v, 2). Dès 994, il est fait mention de biens tenus à Quillan par la famille des seigneurs de Niort, puissant lignage du proche pays de Sault. D’autres lignages seigneuriaux laïques sont présents, comme celui d’Albédun40, ou encore des établissements monastiques locaux, Joucou ou Saint-Martin-Lys. Les archevêques de Narbonne occupent une place importante à Quillan depuis au moins 994, place confirmée en 1165 par Louis VII qui reconnaît leurs droits dans ce lieu41. La seigneurie éminente est depuis au moins cette date entre les mains des archevêques. Elle le reste jusqu’en 1789, malgré de vifs conflits de pouvoir les opposant au XIIIe siècle aux seigneurs de Niort, d’un côté, et au roi, de l’autre (ABBE 1995, 119-124).

78La genèse de l’habitat est difficile à réaliser à partir du vocabulaire puisque celui-ci provient essentiellement de l’inventaire du XVIIe siècle. Le notaire Rocque emploie presque toujours l’expression de « lieu de Quillan » lorsqu’il veut être précis, la première fois pour un texte de 964. En principe, le « lieu » désigne l’habitat lui-même. Ainsi, en 1026, un bien-fonds est situé « d’autan (= l’est) la rivière d’Aude, midi le lieu de Quillan » (Inv. Rocque, III 2, 299v, 97, 14). Il s’agit bien là d’un village. Il est donc implanté sur la rive gauche de l’Aude au moins depuis le début du XIe siècle.

79Cependant, les ambiguïtés sont loin d’être levées. En 1165, lorsque Louis VII confirme les privilèges de l’Eglise de Narbonne, les droits s’étendent sur le castrum de Quilhano cum villa sua et terminis (Gallia christiana, VI, Inst., c 44) : castrum peut fort bien désigner là une fortification seigneuriale et villa, le village même. Mais le château actuel de la rive droite ne peut remonter au XIIe siècle : il est édifié au tournant des XIIIe et XIVe siècles et les fouilles récentes n’ont révélé aucune construction défensive antérieure (MASO 1995, 1996, 1998a et 1998b, BAYROU 1993). L’archevêque Pierre de la Jugie dénombre néanmoins au milieu du XIe siècle parmi ses biens une rocheria qui pourrait désigner une fortification, le castrum cité en 1165 (LAURENT 1886, 84). Aucune localisation précise ne peut cependant confirmer cette éventualité.

  • 42 ...unum locale ad ibi construendam unam domum sitam in villa nova de Quilhano : A. D. Haute-Garonne (...)

80Après 1165, aucun texte conservé ne désigne Quillan avant 1280. À partir de la fin du XIIIe siècle, ils hésitent entre castrum et villa pour qualifier l’habitat et ne livrent par conséquent pas de véritable information. Par contre, le terme de « ville neuve » est employé à deux reprises et il s’agit là d’un point essentiel. En 1255, l’archevêque de Narbonne achète une pièce de terre confrontant « d’une part avec la ville neuve de Quillan et d’autre part avec le chemin public », selon l’inventaire Rocque (Inv. Rocque, III 2, 308r, 101, 20). Et en 1291, un terrain est cédé pour construire une maison in villa nova de Quilhano42. Si ces indications ne permettent pas de connaître la date de fondation de la villeneuve, elles confirment que dans la seconde moitié du XIIIe siècle l’urbanisation planifiée de la rive gauche de l’Aude est perçue comme telle et qu’elle n’est pas trop ancienne, le terme n’étant plus employé au XIVe siècle. Il faut par conséquent envisager une fondation au cours de la première moitié du XIIIe siècle, au plus tôt pendant la seconde moitié du XIIe siècle. Cette fourchette chronologique est conforme aux hypothèses de l’analyse morphologique.

81Le village de Pieusse, à 3 km au nord de Limoux sur la rive droite de l’Aude, est à rapprocher de Quillan (BAUDREU 1998, 50-52). En effet, en 1168, un noble porte le nom d’Ysarn de Villa Nova de Punciano. Cette « ville neuve de Pieusse » correspond manifestement à plusieurs îlots au sud du château et contenant des parcelles laniérées. C’est une véritable planification qui remonte par conséquent aux premières décennies du XIIe siècle. Quillan et Pieusse sont appelées « ville neuve », mais leurs morphologies diffèrent. Aux îlots de formes variées avec de longues parcelles (Pieusse) répondent des îlots laniérés aux parcelles rectangulaires sans longueur excessive (Quillan). Il s’agit de deux phases de l’urbanisme de fondation, correspondant grossièrement aux XIIe et XIIIe siècles.

  • 43 1690 : Dénombrement de l’archevêché de Narbonne, B. M. Narbonne, ms 310, f. 119 ; 1360 : LAURENT 18 (...)
  • 44 Hypothèse proposée par D. Maso.

82Les remparts de Quillan ne sont pas cités dans la documentation avant le XVIIe siècle : il est difficile de connaître l’époque de leur mise en place que l’étude morphologique situe dans une phase d’urbanisation postérieure à celle de la fondation. Deux indices invitent à confirmer ce net décalage. Le premier est relatif à une maison possédée par l’évêque d’Alet. En 1690, elle confronte « du côté du septentrion avec la muraille de la ville, rue entre deux », alors qu’en 1360, elle jouxte une tenure appartenant à des particuliers et des « rues publiques »43. Le rempart n’existerait donc pas encore à cette dernière date. Par ailleurs, les vestiges du mur encore en élévation au nord-ouest de la ville, caractérisés par un appareil irrégulier, sans pierres de taille, font envisager une construction tardive, post-médiévale44. L’enceinte urbaine de Quillan est par conséquent à placer après la seconde moitié du XIVe siècle et avant la fin du XVIe, en relation avec la guerre de Cent Ans ou avec celles de Religion.

83Le compoix de 1713 permet de déterminer l’emplacement des portes de la ville. Elles sont au nombre de trois. L’une est au nord, la porte Notre-Dame, une autre au sud, la porte de la Hille : elles confirment l’importance de l’axe de circulation le long de la rive gauche de l’Aude. La porte de la Michance, tournée vers l’ouest et le col du Portel, semble secondaire. Elle ne donne pas accès à une artère urbaine majeure et son nom, dérivé probablement de l’occitan mieg : demi, moitié, signifierait qu’elle se trouve entre les deux portes principales.

  • 45 Aucun document médiéval ne mentionne le « Pont Vieux ». Des travaux au début du XVIIe siècle sont e (...)

84La confrontation des sources a permis d’identifier et de caractériser la villeneuve de Quillan. Il est beaucoup moins aisé de reconstituer l’agglomération antérieure. Elle paraît exister depuis au moins le début du XIe siècle et sa localisation sur la rive gauche de l’Aude, à proximité du fleuve, est manifeste, cela a été dit. Il est tentant de la rapprocher du secteur de la ville situé entre la place et la porte de la Hille : il échappe à l’emprise de la principale unité de plan et son urbanisation semble plus spontanée. La place du marché assure le contact de ce qui serait interprétable comme les deux âges de l’agglomération. Enfin, sa localisation au contact du franchissement de l’Aude (mais qu’en était-il au XIe siècle ?45) et de l’itinéraire principal de la vallée se justifie pleinement. Ce quartier de la Hille serait ainsi le noyau initial de l’agglomération, marginalisé à partir du XIIIe siècle avec l’aménagement de la villeneuve.

85Ce schéma est séduisant et semble en effet le plus proche de la réalité. Mais ce n’est qu’une hypothèse. D’autant que des incertitudes demeurent, en particulier à propos de la nature du pôle de ce premier habitat. Est-ce une fortification, le castrum... cum villa sua de 1165 ? S’il s’agit de la rocheria citée au XIVe siècle, elle trouverait pourtant plus sa place sur la rive droite escarpée.

  • 46 Inv. Rocque, III 3, 456v, 2 (900) et III 2, 299v, 97, 18 (1035).

86Une église a-t-elle joué un rôle primordial ? Il faut cette fois-ci prendre en compte l’existence possible de plusieurs lieux de culte au Xe siècle sur le territoire de Quillan. Le plus anciennement cité par l’inventaire Rocque est Saint-Romain. En 900, un « serment fait par certains habitants de Quillan au-devant la maison de Saint-Romain » confirme une transaction. Et en 1035, une donation porte sur « un clos dans le lieu de Quillan joignant l’église de Saint-Romain confrontant d’autan la rivière d’Aude »46. Ainsi, cette église joue un rôle important aux Xe-XIe siècles et paraît très liée au village et à ses habitants. L’archevêque de Narbonne dispose du « fief de Saint-Romain » dès 994. C’est peut-être alors le siège de la paroisse. Mais dès le début du XIIe siècle, l’hagionyme n’est associé qu’à un terroir : l’église semble avoir alors disparue.

  • 47 Néanmoins, sur la rive droite, le lieu-dit au sud du château est aujourd’hui dénommé « Lacapelle » (...)

87La même source évoque au Xe siècle des « maisons » de Saint-Pierre et de Saint-Jean qui disparaissent ensuite, sauf, là aussi, comme toponymes. Leur localisation à Quillan est tout aussi difficile et hypothétique47.

  • 48 A. D. Aude, XXIII C 4. Sur les églises transformées en fort, cf. notice sur Espéraza et BAUDREU 199 (...)
  • 49 A. M. Quillan, 1G2, p. 249. Le souvenir de l’église déclassée et en ruine s’estompe au cours du XVI (...)

88L’évolution la plus intéressante porte sur Notre-Dame de Quillan, c’est-à-dire l’église paroissiale figurant sur le plan cadastral de 1826. Marginalisée géographiquement par rapport à la villeneuve, associée au rempart, orientée au sud (cf. supra), sa disposition et sa localisation surprennent. En fait, c’est une construction du XVIIe siècle (1677 : HYVERT 1947). Elle correspond à la translation d’une église ayant le même vocable. En effet, pendant les affrontements religieux du XVIe siècle, en 1573, les troupes catholiques étaient établies « au fort de l’église dudit Quillan », « à l’église dudit Quillan hors ladite ville »48. Trop exposée, ou ruinée, ou simplement trop éloignée, elle fut donc déplacée en ville. Sa localisation première est révélée par le compoix de 1713. La situation de la porte Notre-Dame, au nord de la villeneuve, loin de l’édifice du XVIIe siècle, ne se comprend que par la proximité de l’ancien lieu de culte. Celui-ci est ainsi désigné à propos de la déclaration d’un terrain vacant « proche les masures (= les ruines) de l’église de Notre-Dame du cimetière »49. Ce dernier a conservé le même emplacement : l’église Notre-Dame se trouvait à environ 1,5 km de la villeneuve, en bordure du chemin de Limoux et de l’Aude (fig. 8 et 11).

  • 50 Inv. Rocque, III 2, 298v, 97, 2. Le notaire l’appelle toujours Notre-Dame, mais le seul texte médié (...)
  • 51 Malgré la mention de chanoines, l’hypothèse d’une communauté canoniale semble à rejeter. C’est le c (...)
  • 52 Le texte de 1140 (cf. note précédente) est accompagné par ces quelques mots écrits au XVIIe siècle  (...)

89Au Moyen-Age, sous la dénomination de Sainte-Marie, elle est attestée dès le Xe siècle, précisément en 93050. Elle bénéficie d’un nombre très important de donations jusqu’au milieu du XIIe siècle. À partir de 993, les actes de l’inventaire Rocque font état de « chapelains », de « chanoines » ou encore de « clercs » et d’un « prévôt » (1041 pour ce dernier). Une communauté semble donc s’être formée autour de l’an mille, voire dès le début du Xe siècle. Son origine est malaisée à cerner, mais l’option la plus vraisemblable est qu’il s’agit d’un prieuré méconnu de l’abbaye d’Alet51. Sainte-Marie a fini par supplanter les autres églises, en particulier Saint-Romain. Son décimaire est mentionné en 1237 et à partir du XIIIe siècle, elle appartient à l’archevêque de Narbonne52.

90Ne faut-il pas supposer que l’acquisition de l’important patrimoine foncier du prieuré, issu des donations, a pu favoriser la fondation de la villeneuve ? Sainte-Marie avait reçu des terres « à la plaine » ou « au pla » de Quillan, c’est-à-dire dans le bassin de la rive gauche. La maîtrise foncière de cet espace à partir des années 1220, et plus encore 1240, si l’hypothèse de la confiscation de patrimoine d’Alet est la bonne, n’a pu que faciliter la décision épiscopale de créer une villeneuve dont la première mention est justement de 1255.

91La genèse de l’agglomération de Quillan avant la villeneuve est encore incertaine : l’imprécision de l’inventaire du XVIIe siècle, tant pour le contenu des actes que pour le vocabulaire, empêche d’être trop affirmatif. Plusieurs inconnues restent : la nature et l’ampleur d’un habitat sur la rive droite, le lien géographique entre les églises Saint-Romain et Sainte-Marie, d’une part, et l’habitat, d’autre part, la localisation précise de ce dernier avant le XIIIe siècle, posent toujours problème. Cependant, il est permis d’envisager que le quartier de la Hille, sur la rive gauche, près du pont, constitue le noyau initial de la ville sur lequel s’est greffée la villeneuve. L’église Saint-Romain devait être intimement liée à ce premier village probablement contemporain du Xe siècle. La communauté religieuse de Sainte-Marie s’impose dans la vie spirituelle locale, tout en restant à l’écart des habitants. Cette dichotomie entre le lieu de culte paroissial et l’agglomération, qui n’a rien d’exceptionnel d’ailleurs, perdure jusqu’au XVIIe siècle.

4. Conclusion

92Le XIIIe siècle constitue une phase essentielle de l’urbanisation de Quillan. Une villeneuve est édifiée à partir d’une première agglomération aux contours mal identifiables. La construction du château, celle, peut-être aussi, du pont, complètent une réorganisation remarquable de l’occupation de l’espace. Il s’agit d’une opération d’urbanisme volontaire dont il faut souligner qu’elle est la seule connue des archevêques de Narbonne dans le grand mouvement de fondations des XIIe-XIVe siècles. La régularité du plan, des îlots comme des rues, celle de l’orientation des principaux axes, la superficie couverte en définitive, font un succès de cette entreprise.

93Jusqu’au début du XIXe siècle, Quillan se résume quasiment à sa villeneuve. Le reste de l’agglomération est secondaire :

  • la rive droite est avant tout le siège du château du XIVe siècle,

  • le quartier de la Hille, près de la place, est enclavé dans l’espace régularisé, tout en occupant une partie du cœur de l’agglomération,

    • 53 L’« hôpital avec enclos » est cité pour la première fois dans un dénombrement des biens de la commu (...)

    les remparts qui ne remontent probablement pas au-delà du XVe siècle favorisent probablement l’urbanisation du sud-ouest de la villeneuve, autour de la nouvelle église paroissiale, du couvent des Dominicains, tous deux du XVIIe siècle, et d’un hôpital53.

94Quillan est-elle une ville à la fin du Moyen-Age ? La question est difficile à trancher. La superficie de la villeneuve (4,4 ha) ne dépasse pas celle de certains villages : Espéraza l’égale, par exemple. Par contre, la présence d’un châtelain, gardien d’un château important, et d’un baile de l’archevêque au XIVe siècle valorise son rôle administratif. L’absence apparente de consuls à l’époque médiévale est à noter : est-elle le fruit d’une résistance des archevêques à cette institution concurrente ? L’activité économique est mal connue : le flottage du bois, la présence de moulins, dont un drapier en 1291, incitent à penser qu’elle est relativement dynamique. Enfin, si le célèbre critère des ordres mendiants est pris en compte, il faut observer que les Dominicains sont là, mais seulement au XVIIe siècle.

95Il s’agit, semble-t-il, d’un gros village médiéval, mais dont plus d’un trait, et en particulier une morphologie largement régulière, confèrent un visage et des fonctions propres à une petite ville. Quillan témoigne sans conteste de l’essor urbain du XIIIe siècle.

UN URBANISME REGULIER COMPLEXE : LIMOUX

  • 54 Le nom de Limoux, Limosus, semble provenir d’un terme latin signifiant bourbeux, marécageux, limone (...)
  • 55 En 1277, deux cents maisons et le moulin d’en Quatre, près du Pont Vieux, sont emportés : BUZAIRIES (...)

96À 25 km au sud de Carcassonne, Limoux, qui compte aujourd’hui 9 600 habitants, occupe un petit bassin de la moyenne vallée de l’Aude (fig. 12). Encadré par des collines qui ne dépassent guère 250 m d’altitude, sauf au sud (presque 400 m au-dessus de Taïch, la « Serre de Limoux » des textes médiévaux), un large espace dégagé et formé par les alluvions permet à l’agglomération actuelle de se développer de part et d’autre du fleuve, en particulier vers le nord (plaine de Flassian) et l’ouest (vallée du Cougain)54. La ville elle-même, dans son extension médiévale, n’est marquée par aucun relief sensible. Celui-ci s’élève très progressivement de 165 à 175 m d’altitude depuis les rives de l’Aude. L’habitat butte néanmoins sur des pentes plus raides au sud, ce qui a limité son développement dans cette direction. Comme les autres sites de la vallée, Limoux est tributaire des crues de l’Aude évoquées dès le XIIIe siècle : les ponts, les moulins et les habitations proches en souffrent et doivent être parfois reconstruits55.

97Plus encore que Quillan, Limoux bénéficie d’une situation de carrefour qui explique son essor. Le grand axe de circulation de la Méditerranée à l’Atlantique n’est distant que d’une vingtaine de kilomètres. Au sud, le relief devient plus montueux, mais la vallée de l’Aude permet d’accéder aux Pyrénées et au Roussillon. Les cours d’eau adjacents facilitent la liaison avec les régions voisines : le pays de Foix et le Toulousain par le Cougain et les collines du Bas-Razès à l’ouest, le massif des Corbières par la vallée de Saint-Polycarpe à l’est. Cette convergence des voies de communication est déjà bien en place au Moyen-Age et est accentuée par l’essor urbain, de nature essentiellement économique.

  • 56 Sur l’économie limouxine au Moyen-Age : ROMESTAN 1964 et ABBE 2000.

98En effet, Limoux doit son expansion médiévale à des activités demandant de la main d’œuvre et procurant des revenus importants. Il s’agit des artisanats du drap et du cuir, auquel il faut ajouter le flottage du bois : dès le XIIIe siècle, ces productions réputées en Languedoc et le commerce qui en découle sont florissants56. Il en est ainsi pendant tout l’Ancien Régime et jusqu’au XIXe siècle avec l’industrialisation du textile. Mais la concurrence provoque alors le déclin irrémédiable de ces activités traditionnelles. La chaussure et la viticulture ne peuvent au XXe siècle les compenser. À l’inverse, le Limoux médiéval illustre tout à fait le dynamisme économique des villes méridionales.

1. Sources

  • 57 A. D. Aude, WP 6873.
  • 58 Compoix de 1544 à 1753 : A. D. Aude, 4E 206 (Limoux) CC 7 à 33. Pour celui de 1753 : CC 21 à 33. Pl (...)

99À la différence des autres agglomérations étudiées, le plan cadastral napoléonien n’est pas le seul document planimétrique57. En effet, les compoix limouxins sont conservés depuis 1544 et celui de 1753 inclut les plans du parcellaire urbain et de l’ensemble du territoire58. Le plan utilisé ici reste néanmoins celui du XIXe siècle, mais en tenant compte de certaines informations contenues dans le compoix de 1753. Le traitement complet de cette source reste néanmoins à faire, autant d’un point de vue planimétrique que de celui des textes.

100Les données archéologiques sont limitées pour une telle agglomération. Elles apportent néanmoins des informations sur la période gallo-romaine, grâce en particulier à la fouille de la villa de Flassian, à 1,5 km au nord du centre de Limoux. Des prospections proches de la ville apportent aussi matière à réflexion sur la genèse médiévale de l’habitat, par exemple sur le rôle joué par la colline de Lacanal.

101Contrairement aux autres cas abordés, les sources écrites sont relativement nombreuses et variées pour les temps médiévaux, surtout à partir du XIIIe siècle. Il s’agit bien sûr des archives consulaires, traitant des privilèges concédés par les seigneurs, de la fiscalité (même si le premier compoix conservé ne date que de 1544), de l’enceinte urbaine, de procédures judiciaires et des questions religieuses (CHOMEL 1958).

  • 59 À l’exception, dans ce dernier cas, comme pour Quillan, de l’inventaire Rocque du XVIIe siècle : In (...)

102Les documents émanant des seigneurs laïques avant le XIIIe siècle sont par contre rares. Il en est de même des archives des établissements monastiques impliqués à Limoux : Alet, Saint-Hilaire, Saint-Polycarpe et de celles des archevêques de Narbonne, Limoux étant situé dans leur diocèse59.

  • 60 A. D. Haute-Garonne, H Malte, inventaire 61, Douzens, f. 103r-129r : Limoux.
  • 61 A. D. Aude, H 514 : Répertoire des Titres de Prouille, t. III. Limoux : p. 1 à 699. Indiqué par la (...)
  • 62 Les érudits ont édité une partie des sources limouxines, en particulier celles qui sont relatives a (...)

103Deux heureuses exceptions viennent compenser ces lacunes. Le fonds des Templiers, puis des Hospitaliers, de Limoux apportent des informations à partir du XIIIe siècle60. Le second apport est celui des Dominicaines du monastère de Prouille, près de Fanjeaux, patronnes de la paroisse Saint-Martin depuis 1207. Les archives du monastère sont connues à travers un inventaire réalisé en 1788 : le tome III traite de Limoux61. Si les réserves habituelles sur ce type de document sont de rigueur, l’intérêt manifeste vient du très grand nombre d’actes du XIIIe siècle analysés et disparus depuis lors62.

104Le bilan des sources est donc loin d’être négligeable. Même si une part importante est constituée de documents d’Ancien Régime (inventaires d’archives et compoix), elles permettent une étude approfondie de l’urbanisation. L’ensemble n’a pu être examiné dans le cadre de cette monographie, mais celles de la période allant jusqu’au XIIIe siècle inclus ont été traitées. Les autres ont fait l’objet de sondages approfondis. Les archives communales de la fin du Moyen-Age et les compoix modernes restent encore à prendre en compte de manière exhaustive.

2. Analyse morphologique : richesse et diversité d’un processus d’urbanisation volontaire

  • 63 Le tarif d’allivrement de chaque quartier pour l’année 1457 figure dans le cartulaire des règlement (...)

105Le plan parcellaire, établi d’après le cadastre du XIXe siècle (fig. 13, 14 pour le bâti, 15 pour le schéma d’interprétation), donne l’image d’un urbanisme régulier et en même temps composite. Presque partout, les rues forment des réseaux de voies parallèles dont l’orientation majeure, nord-sud, est celle de la vallée de l’Aude. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un ensemble harmonieux s’inscrivant dans une seule unité de plan. Au contraire, plusieurs secteurs s’individualisent, comme autant de cadres spécifiques liés à des interventions différentes (fig. 15). Le choix a été fait pour désigner les différents quartiers de la ville d’emprunter le découpage fiscal du milieu du XVe siècle. Les « mandements » désignent les secteurs de la ville devant contribuer de manière proportionnelle aux impositions. Ils sont alors cinq : la Blanquerie, l’Eglise, la Foire, la Toulzane et la Trinité (fig. 15)63. Il est important d’observer par avance l’adéquation globale des unités de plan et de l’identification des quartiers révélée par la fiscalité. La genèse de la ville est mémorisée à la fin du Moyen-Age, même si les limites précises des « mandements » ne nous sont pas connues.

  • 64 Les noms des rues sont ceux qui figurent sur le compoix de 1753 et le plan cadastral de 1829.

106Sur la rive gauche, la partie méridionale de la ville au sud de l’axe de la rue de la Goutine au Pont Neuf se distingue du reste de l’agglomération par la morphologie et la métrique de ses îlots. Deux ensembles se distinguent et déterminent des unités de plan. Dans ce qui est appelé au XVe siècle le « mandement de l’Eglise », une série de rues parallèles avec un espacement variable délimitent des îlots étroits, et même laniérés entre la rue de la Parerie64 et l’Aude. Le parallélisme, rigoureux à proximité de l’église Saint-Martin, disparaît au sud au profit d’un effet de convergence qui réunit la plupart des rues aux abords du pont.

107Dans le quartier de la Foire, plus à l’ouest, un autre ensemble homogène présente des similitudes. Là aussi, sur un espace plus réduit, cinq voies étroites et perpendiculaires à la rue de la Goutine ont un tracé relativement continu, mais qui en définitive s’incurve pour converger vers une patte d’oie en bordure de l’enceinte.

108Dans un cas comme dans l’autre, le processus d’urbanisation apparaît contrôlé sans être d’une régularité formelle parfaite. Dans le premier cas (quartier de l’Eglise), la largeur des rues varie de 4 à 7,5 m, alors que celle des îlots, là où ils restent rectilignes, passe de 14 à 31 m (cf. tableau 1). Pour le deuxième ensemble (quartier de la Foire), si l’orientation des rues n’est guère stricte, les mesures sont homogènes : 4-5 m de largeur pour les rues, 18,5 m pour quatre séries d’îlots sur cinq.

109Cette parenté des deux unités de plan, marquée avant tout par de longs îlots laniérés et en fuseau à leur extrémité méridionale, ne doit pas masquer ce qui semble être deux processus d’urbanisation opérés dans des contextes différents. Le parcellaire régulier du quartier de l’Eglise occupe une place centrale dans l’agglomération, entre l’église et le Pont Vieux. La rue de la Parerie, qui en constitue l’axe principal, débouche sur la place et se prolonge par la rue de la Trinité continuée par la route de Carcassonne. Elle joue par conséquent un rôle essentiel dans l’organisation de la ville. La convergence des rues vers la porte du Pont Vieux et le pont lui-même révèle leur subordination à ce point de passage sur le fleuve, ce qui justifie par conséquent l’appellation de cet ouvrage. Ce quartier est ainsi lié à des éléments majeurs de l’agglomération. Cette situation, combinée avec une morphologie à la fois régulière et fuselée et à une densité du découpage parcellaire indiquant un peuplement dense, permet d’envisager qu’il s’agit là d’une phase fondamentale, liée au premier développement de la ville.

110Dans le quartier de la Foire, les choses ne se présentent pas ainsi. L’espace triangulaire occupé par les rues parallèles obéit à deux contraintes. À l’ouest, la ligne des remparts limite les îlots dont certains paraissent tronqués. D’autre part, ceux qui sont situés le plus à l’est subissent aussi un effet identique qui paraît provoqué par la présence de deux grands îlots. Le manque de place expliquerait ainsi l’étroitesse des rues et des îlots d’un quartier qui semble par conséquent subordonné ou subir l’intervention (avec le rempart) d’autres éléments du parcellaire et de la topographie.

111La moitié nord de la ville sur la rive gauche (mandements de la Trinité et de la Toulzane) se présente sous un tout autre jour. Certes, les tracés parallèles des voies principales y dominent aussi. Mais ce qui fait la spécificité de cette partie de la ville, c’est une grande régularité, une géométrie parfaite engendrée par le réseau viaire. Le quartier de la Trinité, tout d’abord, prolonge d’une certaine façon celui de l’Eglise puisque leurs artères majeures structurent symétriquement la ville de part et d’autre de la place. Mais ce qui est différent, c’est le strict parallélisme des orientations viaires, qui deviennent à certains endroits celles de limites parcellaires. C’est aussi la quasi-équidistance des rues formant l’ossature du quartier selon une orientation nord-sud. Des rues (6-8,5 m) et des îlots (27,5-34 m) plus larges qu’au sud et un parcellaire aéré caractérisent aussi cette unité de plan. Tout cela suggère une urbanisation plus rigoureuse qu’au sud de la ville, avec une volonté d’urbanisme, mais sans se traduire par un découpage parcellaire régulier.

112Ces mêmes caractéristiques se retrouvent un peu plus à l’ouest, dans le mandement de la Toulzane. Trois grands îlots rectangulaires très allongés (environ 130 m), dont l’un, double, est traversé par une limite parcellaire longitudinale, présentent l’allure d’un lotissement planifié. Sa particularité est d’être orienté est-ouest, à la différence de tous les autres secteurs. Il faut relever que le contact entre les deux unités morphologiques qui viennent d’être décrites est réalisé par une juxtaposition sans raccordement complexe. La structure en forme de lotissement de la Toulzane se greffe sur un des axes principaux du quartier de la Trinité qui lui sert en fait de point d’appui et qui par conséquent serait antérieur.

113La rive droite répond à un schéma beaucoup plus simple. Trois rues parallèles et équidistantes forment la charpente de tout le quartier. La rue de la Blanquerie est à l’évidence la plus importante : elle relie deux portes opposées et, au-delà, l’itinéraire majeur sur cette rive de l’Aude. Elle remplit la même fonction que les rues de la Parerie et de la Trinité sur l’autre rive. Les autres rues ne font que la doubler, soit entièrement pour deux d’entre elles, soit partiellement pour deux autres. Les premières, à l’est de la rue de la Blanquerie, ont gardé leur géométrie initiale et délimitent des îlots rectangulaires dont la régularité affecte non seulement la forme, la superficie, mais aussi le découpage parcellaire interne relativement dense. Aussi, la morphologie de ce quartier de la Blanquerie rappelle les plans de nombreuses villeneuves et bastides des XIIIe-XIVe siècles, marqués par une géométrie orthogonale rigoureuse du parcellaire urbain.

Tableau 1 – Les unités de plan à Limoux et à Quillan

Tableau 1 – Les unités de plan à Limoux et à Quillan

Largeur (en m) des rues principales et des îlots, classés par ordre croissant, d’après les plans cadastraux du XIXe siècle

  • 65 C’est le cas, par exemple, de la rue de la Trinité pour laquelle un alignement des façades a été mi (...)

114Le tableau permet de synthétiser les données métrologiques relatives aux unités de plan morphologiques à Limoux. Les chiffres sont à prendre comme des ordres de grandeur : les plans cadastraux ne sont pas d’une rigueur absolue et les résultats sont arrondis. Des alignements, des élargissements ou rétrécissements de rues ont pu être réalisés depuis la mise en place de la voirie65. Il reste que la multiplication des calculs limite les approximations.

  • 66 L’îlot de 12,5 m à Quillan correspond en fait à un demi-îlot de 25 m en bordure de la villeneuve.

115Globalement, il est possible de constater que largeur de rue et largeur d’îlot vont de pair. La spécificité des quartiers de l’Eglise et de la Foire par rapport aux autres est nette : l’étroitesse des dimensions est sensible, malgré une hétérogénéité certaine pour le secteur de l’Eglise, qui laisse supposer une genèse plus complexe. La comparaison avec Quillan permet de rapprocher la villeneuve avec les îlots de la Blanquerie, à quelques mètres près66. C’est un autre argument de poids pour rapprocher ce dernier quartier des fondations du Moyen-Age central.

116Cette approche morphologique de la ville de Limoux révèle une agglomération sous l’emprise d’une urbanisation marquée par une géométrie linéaire et parfois orthonormée. Cette dominante ne se traduit pas par une quelconque uniformité. Au contraire, les unités de plan, au nombre de cinq, se caractérisent par des structures variées qui permettent de proposer les hypothèses chronologiques suivantes. Le quartier le plus ancien paraît celui de l’Eglise, avec ses îlots fuselés et les relations qu’il entretient avec l’église Saint-Martin et le Pont Vieux.

117À l’ouest et au nord de ce premier noyau, des opérations d’urbanisme ont donné naissance à différents quartiers qui développent la ville. Celui de la Foire, proche par la forme des îlots de l’Eglise, serait le plus ancien. Ceux de la Toulzane et de la Trinité, malgré les oppositions d’orientation, traduisent une autre période de l’urbanisation où la maîtrise de l’espace est plus manifeste, à la fois par la régularité et par l’ampleur des interventions. Dans les cas de la Foire et de la Toulzane, il faut vraisemblablement envisager des lotissements, même si les parcelles ne présentent pas de réelle régularité dans le second quartier. Enfin, la rive droite est entièrement organisée selon le plan d’une villeneuve : c’est l’opération la plus spectaculaire.

118Il est frappant de constater la grande régularité du plan urbain de Limoux. Peu de place est laissée en fait à un développement spontané, ce qui met en avant l’intervention décisive des autorités seigneuriales et des principaux maîtres du sol dans la genèse de la ville. Les quartiers du sud de la rive gauche s’apparentent par leur organisation laniérée aux processus d’urbanisation du XIIe siècle. Par contre, les quartiers nord et celui de la rive droite, plus géométriques et réguliers, correspondent bien aux réalisations des XIIIe-XIVe siècles. L’opposition des deux pôles que représentent l’église Saint-Martin, d’un côté, et la place du marché, de l’autre, symbolise les mutations de l’espace urbain limouxin.

3. Les informations écrites et archéologiques et l’interprétation du plan : l’urbanisme limouxin et l’intervention du pouvoir laïque, des vicomtes de Carcassonne aux rois de France

  • 67 Bilan des informations archéologiques dans PEYTAVIE 1996, p. 17-20 et carte 6 des annexes.

119Le bassin de Limoux, naturellement favorable à un peuplement important, a connu une occupation significative depuis l’époque néolithique. À l’époque gallo-romaine, plusieurs sites de villae semblent identifiables sur le territoire de Limoux. Il s’agit de Sales et de Marceille sur la rive droite. Sur la rive gauche, la villa de Flassian a été fouillée entre 1983 et 1987. Enfin, à Limoux même, des éléments de matériel antique découverts à proximité du centre de la ville sur la rive gauche, datés des Ier-IVe siècles ap. J.-C., laissent entrevoir l’existence d’un établissement autonome, peut-être d’une villa67.

  • 68 Sur la genèse des sites ecclésiaux en Razès : BAUDREU 1995a et 1995b.

120À Flassian, l’utilisation agricole des bâtiments de la villa semble se poursuivre pendant le premier Moyen-Age (VIe-VIIIe siècles). Il n’est pas impossible d’envisager, ici comme à Sales et à Marceille, que le premier lieu de culte soit lié au pôle domanial d’origine gallo-romaine. L’hypothèse peut aussi être retenue en ce qui concerne Limoux avec l’église Saint-Martin68.

  • 69 HGL, II, c 256. Charles le Chauve confirme un acte de Louis le Pieux par lequel l’abbaye de Saint-H (...)
  • 70 HGL, V, c 295. Le pape Benoît VII confirme en 982 une donation à l’abbaye de Saint-Hilaire par le c (...)
  • 71 HGL, V, c 675-677 et Chartes de La Grasse, p. 177-180, n 123. Raymond Roger (de Limoux) cède son dr (...)
  • 72 Il semble bien qu’il faille écarter les actes de 881, 899 et 922 par lesquels l’Eglise de Narbonne (...)
  • 73 Acte passé à cette date par le commandeur des Templiers de Douzens ad Limosum in domo militia (A. D (...)

121Limoux est mentionnée dans des sources écrites à partir de 84469. Il s’agit alors d’un fisc royal. Un siècle plus tard, en tout cas à partir des années 950, les comtes de Carcassonne et de Razès en sont les maîtres70. C’est le cas ensuite pendant toute la période des Trencavel, jusqu’aux premières années du XIIIe siècle. Une famille de fidèles, surnommée « de Limoux » et citée à partir de 108271, tient cependant plus directement la ville, avec des droits et des biens importants. Les abbayes bénédictines proches profitent des libéralités royales et nobiliaires : les sources en font état pour Saint-Hilaire dès 844, Saint-Polycarpe à partir de 1082, Alet avant 1176. Elles deviennent ainsi d’importants propriétaires fonciers à Limoux72. Les Templiers, présents sur la rive droite en 123473, devaient déjà être possessionnés au XIIe siècle.

  • 74 L’évolution politique et religieuse est retracée dans les ouvrages des érudits indiqués supra et re (...)

122En 1207, Saint-Hilaire est dépossédé de la paroisse de Limoux au profit de la nouvelle communauté dominicaine de Prouille (cf. supra). C’est l’annonce des bouleversements provoqués par la croisade des Albigeois. La ville s’oppose à plusieurs reprises aux croisés et à leurs successeurs, comme en témoigne l’épisode de la « guerre de Limoux » en 1226-1227. La seigneurie de Limoux est confiée dès 1209 à un compagnon de Simon de Montfort, Lambert de Thury, puis en 1231, à Pierre de Voisins, aussi seigneur de Couiza. Ses descendants possèdent Limoux en co-seigneurie avec le roi de France dès la fin du XIIIe siècle, avant que ce dernier n’en devienne seigneur unique en 137674.

  • 75 En 982, la donation à l’abbaye de Saint-Hilaire (cf. n. 95) porte sur des ecclesias quae in vico Li (...)

123Depuis le IXe siècle, Limoux est désigné le plus fréquemment par le vocable de villa, aussi bien dans le sens de domaine rural avant le XIe siècle que dans celui d’habitat pour désigner la ville par la suite, et ceci jusqu’à la fin du Moyen-Age. Cependant, à deux reprises, en 982 et en 1011, le terme de vicus est employé alors qu’il est fort rare à cette époque dans les régions méridionales. Il paraît ici synonyme de villa au sens de territoire, plus que d’habitat75. Son usage sert-il à caractériser un domaine avec une agglomération assez importante ? Il est impossible de répondre nettement, mais c’est tout à fait concevable.

124Quant au terme de castrum, il n’est pas tout à fait absent. Il n’est cependant employé qu’au XIIIe siècle, concurremment avec villa, dans le contexte de la croisade. Pierre des Vaux-de-Cernay l’utilise dans l’Hystoria Albigensis ainsi que des sources judiciaires civiles et religieuses. Néanmoins, l’ambiguïté sur la nature de l’habitat et même du site qu’il désigne en réalité invite à être prudent. Ce point sera réexaminé plus loin.

  • 76 HGL, V, c 675-677 et Chartes de La Grasse, p. 177-180, n 123 : cf. note supra. Les auteurs du Recue (...)
  • 77 Doat, 71, f. 302.

125À quel moment est-il possible de dire qu’un habitat groupé existe ? Des indices essentiels apparaissent dans la donation de 1082 du vicomte Bernard Aton Trencavel à l’abbaye de Saint-Polycarpe76. Il cède une villa dénommée Cazelles proche de la Serre de Limoux dont les limites atteignent ad Capud Pontum. Il s’agit vraisemblablement du Pont Vieux. De plus il cède trois pugnères de sel par jour de marché à prendre sur son droit de leude à Limoux. Par le même acte, Raymond Roger de Limoux renonce à son droit de leude au profit des moines. Un peu plus tard, en 1120, l’église Saint-Martin est citée pour la première fois77 et les vestiges archéologiques font en effet remonter l’édifice roman au moins au XIIe siècle (FAUCHEUX 1994).

  • 78 1246 : RTP, III, 439. En 1277, le « Vieux Marché » confronte in via publica quam vocant via hospita (...)

126Par conséquent, Limoux se présente déjà au tournant des XIe-XIIe siècles comme un centre actif avec un pont et un marché, c’est-à-dire un point de passage et de rencontre qui profite de l’essor économique de cette période. Le marché pourrait se situer tout près de l’église, du côté nord. C’est en tout cas là que les textes, à partir de 1246, situent le lieu-dit « Marché Vieux », par opposition avec celui qui occupe désormais la place principale78. Ainsi, au moins dès le début du XIIe siècle, l’église associée au marché et le pont encadrent un espace que l’analyse du parcellaire définissait comme le secteur premier de la ville. Dès 1184, le Répertoire des Titres de Prouille évoque d’ailleurs la « vieille ville » (RTP, III, p. 374), localisée près de la tête du pont de pierre (prope caput pontis lapidei) en 1263 (SABARTHES 1926, p. 208).

  • 79 Cart. Trencavel, n° 263, 84 v et HGL, V, c 851.
  • 80 Cart. Trencavel, n° 252, 80 v ; Doat, 167, f. 106-108 ; HGL, V, c 1130-1131.
  • 81 En 1173, une maison voisine la « muraille de la cave » (RTP, III, p. 401) ; en 1176, un terrain jou (...)

127La ville du XIIe siècle est aussi protégée par des fortifications. En 1115, Raymond Roger de Limoux possèdent des tours (turres) qu’il cède avec des maisons et des biens ruraux à Bernard Aton Trencavel79. Font-elles vraiment partie d’un rempart ? Ou ne faut-il pas plutôt y voir des défenses isolées, comme la forcia citée en 1152, où réside son parent Guilhem et qui semble extérieure à la ville80 ? Par contre, à cette dernière date, une porta Forona est un indice plus décisif de l’existence d’une enceinte collective, définitivement attestée en 1173. À partir de cette date, une « muraille de la cave » ou « muraille de la ville » est mentionnée, donc un véritable rempart, doublé d’un fossé appelé « cave » ou vallum selon les textes81. La question de la localisation de cette enceinte, délicate, sera abordée un peu plus loin.

  • 82 En 1172, des serments sont prêtés à Roger Trencavel présent in curia Limosi (HGL, VIII, c 285). Le (...)
  • 83 Le vicus de Limoux est mentionné avec « ses églises » en 982. Il pourrait s’agir de Saint-Martin et (...)
  • 84 Donation de Raymond Roger de Limoux à Saint-Polycarpe : B. N., ms. lat. 11826, n° 11.

128Les analyses des textes et des plans se rejoignent par conséquent pour situer le noyau urbain dans le mandement de l’Eglise, la « vieille ville » du XIIIe siècle, où se concentrent derrière un rempart les habitations, l’église paroissiale, mais aussi le port assurant le commerce du bois et probablement une résidence seigneuriale, à proximité de Saint-Martin82. La convergence des îlots en direction du Pont Vieux conduit à penser que l’habitat s’est développé à partir d’un probable noyau ecclésial83 en direction du pont, autour d’un axe de circulation privilégié qui pouvait être la rue de la Parerie. Il s’agit peut-être de la voie qui va du pont au marché (via que vadit de ponte ad mercadal) citée en 110884.

  • 85 PEYTAVIE 1996, p. 150. Sur la politique foncière de Prouille à Limoux : p. 140-150.

129À partir du XIIIe siècle, l’enrichissement des sources écrites s’accompagne d’un déplacement de leurs centres d’intérêt. Désormais, les quartiers du nord de la rive gauche et celui de la rive droite monopolisent les indications sur l’essor urbain. C’est surtout la seconde moitié du siècle qui paraît décisive. Le quartier de la Trinité est appelé dans les années 1270-1280 le « barri de Limoux » ou le « barri de Prouille » par le Répertoire de Prouille. Cet espace hors du rempart semble encore peu urbanisé, comme le prouvent les multiples baux passés par le monastère dominicain et où dominent les jardins et les vergers. Mais se multiplient aussi les accensements de locales, donc de parcelles à bâtir. Il s’agit bien d’un « nouveau quartier en gestation »85 : les grandes voies parallèles du plan parcellaire peuvent être une traduction urbanistique de cette mutation.

130D’autres signes marquent cet essor. La place du marché, mentionnée dès 1179, est agrandie en 1270. Surtout, un nouveau pont est entrepris dans les années 1260, le Pont Neuf, afin de faciliter les communications entre les deux rives. L’urbanisation de la rive droite est par conséquent bien avancée dès cette époque, même s’il faut attendre 1324 pour qu’elle soit désignée en tant que telle comme le barrium ville blanche (AMARGIER 1962, 322). Le terme désigne les « blanchets » ou tanneurs qui travaillent les cuirs et les peaux et qui ont donné le nom de « Blanquerie » au quartier et à la rue principale, tout comme la rue de la Parerie souligne la prégnance de l’artisanat du textile sur la rive gauche. Le registre de Prouille montre que ces tanneurs sont déjà fort nombreux à Limoux dans les années 1230-1240 (ABBE 2000, 126-127).

131Il semble bien, par conséquent, que la Blanquerie ait fait l’objet d’une opération d’urbanisme que le plan reproduit clairement et qui pourrait remonter au milieu du XIIIe siècle, la rendant contemporaine du mouvement des bastides, comme la morphologie de cette unité de plan le laissait entendre. La construction d’un nouveau pont sanctionne ce rééquilibrage urbain sur les deux rives.

  • 86 L’emplacement de l’église des Dominicains, à l’extrémité du grand axe urbain est-ouest résultant de (...)
  • 87 Étude de l’implantation des établissements ecclésiastiques dans PEYTAVIE 1996, p. 109-117 et carte, (...)

132Les informations manquent, en l’état des recherches, sur les quartiers de la Toulzane et de la Foire. Pourtant, la localisation des nouveaux établissements religieux aux XIIIe-XIVe siècles n’est pas dépourvue de signification. Au nombre de six, ils renforcent le caractère urbain de Limoux tout en apportant la preuve de l’attraction d’une ville dont la paroisse est cédée aux Dominicaines dès 1207. Presque tous les couvents sont implantés dans les trois quartiers de la Blanquerie, de la Trinité et de la Toulzane. C’est le cas des Trinitaires en 1219, des Antonins, des Dominicains86, des pénitentes dominicaines (Sainte-Marthe) au début du XIVe siècle, et enfin des Augustins, auparavant à l’extérieur de la porte de la Goutine, dans la seconde moitié du XIVe siècle. Seuls, les Franciscains sont relogés en 1360 à l’intérieur de la nouvelle enceinte, tout au sud de la rive gauche. L’implantation de leur premier couvent, cité en 1292, reste cependant ignorée87. Le plan (fig. 15) garde l’empreinte des grandes parcelles occupées par les établissements. Il s’agissait à l’évidence de lieux encore peu urbanisés et qui pouvaient par conséquent les accueillir. L’absence d’implantation conventuelle dans le lotissement du quartier de la Foire laisse entendre, a contrario, qu’il est déjà en place et bâti.

  • 88 Étudiant les fondations urbaines en France, B. Cursente semble opter à propos de Limoux pour un tra (...)

133Il faut verser au dossier de l’expansion urbaine au XIIIe siècle l’article sur « L’Albigéisme à Limoux et le prétendu déplacement de cette ville » écrit en 1926 par l’érudit audois A. Sabarthès (SABARTHES 1926). Reprenant les écrits des historiens locaux du XIXe siècle (Buzairies, Fonds-Lamothe), il pose la question de l’éventuel déplacement du site de la ville. Certains textes et des vestiges archéologiques (des silos) laissent entendre qu’un habitat était implanté en hauteur, sur le Pech de Lacanal, à un peu plus d’un kilomètre du centre, au nord-ouest (fig. 12). Sabarthès réfute les allégations de ses prédécesseurs. Ils considéraient qu’il pouvait s’agir du site primitif de la ville, déplacée au bord de l’Aude, là où elle est aujourd’hui, à la suite de la croisade des Albigeois et de la résistance des Limouxins. Il préfère envisager qu’il s’agît d’une fortification de hauteur88.

  • 89 Analyse du site de Lacanal dans D. BAUDREU 1995c, p. 340-341.
  • 90 ...dictus comes fecit villam dirui de podio, et misit eam in plano... (HGL, VIII, c. 1391-1392).
  • 91 « ...C’est pourquoi lorsqu’ils (les habitants) demandèrent le pardon royal et retournèrent à la pai (...)

134Il n’est pas possible de traiter ici cette question complexe, encore débattue et qui nécessiterait une intervention archéologique approfondie sur le site de Lacanal89. Ce qu’il faut tenter de savoir, c’est l’impact éventuel de cette affaire sur l’urbanisation de la ville. Les textes sur lesquels s’appuient les historiens sont constitués par les Enquêtes royales de 1262. Elles examinent les plaintes des ayants droit s’estimant lésés par les confiscations de biens consécutives à la croisade. Les réclamations au sujet de Limoux, déposées principalement par les consuls mais aussi par l’abbaye Saint-Polycarpe, portent sur des terrains confisqués. Les témoins sollicités par les enquêteurs rappellent que Simon de Montfort avait fait détruire la villa située sur la hauteur pour la transférer en plaine90. Lorsque la ville se révolte en 1226-1227 – c’est l’épisode de la « guerre de Limoux », les habitants fortifient de nouveau la hauteur. Vaincus, ils doivent accepter une « paix », probablement en 1228. Parmi les mesures, le transfert de la ville, « là où elle est » (in loco ubi est) en 1262, précisent les témoins, est réalisé à la demande du roi91. Comme les Limouxins se révoltent à nouveau en 1240 et 1242, les biens-fonds sur lesquels la ville est construite sont confisqués : c’est le motif de la plainte.

  • 92 En 1209, à propos de Simon de Montfort : « le comte vint à un certain castrum appelé Limoux dans le (...)

135De cette présentation des faits, rédigée peu après les événements, il faut le souligner, il est difficile de connaître la nature et l’ampleur de cette « villa » de hauteur. Simple fortification, provisoire ou permanente, accompagnée d’un habitat ou non ? L’expression de castrum de Limoso employée au XIIIe siècle (cf. supra) servait-elle à la désigner ou bien est-ce la munitio qu’aurait édifiée Simon de Montfort92 ? Il n’est pas possible de trancher, d’autant qu’aucune source complémentaire n’évoque ce site.

  • 93 C’était aussi l’hypothèse retenue par A. Sabarthès, mais sans analyse morphologique.

136Pour ce qui est du transfert in plano, la réponse n’est pas non plus évidente. Pourtant, le quartier de la rive droite, la Blanquerie, pourrait correspondre à cette opération. Sa morphologie, révélant une entreprise planifiée, son urbanisme identique à celui des villeneuves, les éléments apportés par les textes (construction du Pont Neuf), militent tous en faveur de cette hypothèse93. La chronologie s’affinerait ainsi. Qu’il y ait eu ou non un embryon d’habitat au début du XIIIe siècle, la rive droite est urbanisée de manière décisive à partir de la fin des années 1220 (à la suite de la « paix de Limoux ») selon un plan régulier de villeneuve. La construction du pont vers 1260 sanctionne sa réussite, en tout cas son développement. Cette villeneuve de la rive droite daterait par conséquent du deuxième tiers du XIIIe siècle.

  • 94 Sur la genèse de la villeneuve de Carcassonne : MOT 1973.

137Comment ne pas faire le rapprochement avec Carcassonne ? À la suite du siège de 1240 par Raymond Trencavel, le pouvoir royal châtie les Carcassonnais qui ont soutenu le vicomte en détruisant les bourgs de la ville accolés à la Cité. À partir de 1248, un nouveau bourg, emblématique de l’urbanisme géométrique, est construit sur la rive opposée de l’Aude afin de mettre à distance les citadins du siège du pouvoir politique94. Ce qui se passe à Limoux après 1228 préfigure le comportement des représentants du pouvoir royal à Carcassonne. Dans les deux cas, les sites et quartiers sensibles de hauteur sont détruits au profit de nouvelles agglomérations en terrain plat, plus faciles à contrôler. D’ailleurs, la Blanquerie de Limoux n’a pas alors de rempart, et celui du bourg neuf de Carcassonne s’apparente surtout à une digue contre les inondations.

  • 95 J. FROISSART, Chroniques, édité par S. Luce, Société d’Histoire de France, Paris, 1868-1888, t. V, (...)

138La chevauchée du Prince Noir en 1355, pendant la guerre de Cent Ans, continue à rapprocher la destinée des deux villes. Le fils du roi d’Angleterre Edouard III ravage alors le Languedoc et s’attaque en particulier aux villes : Narbonne, Carcassonne et Limoux sont brûlées par son armée. Froissart décrit ainsi la prise de Limoux : Si fu tantost prise et conquise et grant avoir dedens, et y eut ars et abattu... plus de IVc maisons et biaus hosteuls, dont a fu grans damâges95. Les destructions durent être effectivement importantes : le roi accorde aux habitants de nombreux privilèges pour la reconstruction de la ville et des remparts. D’ailleurs, Froissart rapportait que ceste ville de Limous pour le temps d’adont estoit foiblement fermée.

  • 96 Dès 1350, la construction de remparts est envisagée par des lettres de Philippe VI car la ville, es (...)

139Une nouvelle enceinte est par conséquent construite après 1355, comme en bien d’autres lieux, à commencer par Carcassonne. Son tracé (fig. 15), parfaitement lisible sur le plan du XIXe siècle, englobe les quartiers des deux rives de l’Aude. Des espaces peu urbanisés sont à l’intérieur de la clôture : la Toulzane, la Trinité et l’est de la Blanquerie, ce qui met à l’abri les couvents. Les deux seuls restant à l’extérieur, les Augustins et les Franciscains (encore que le premier emplacement des Mineurs soit ignoré), sont alors déplacés (cf. supra)96.

  • 97 RTP, III, p. 121.

140Il n’est pas inconcevable que ce soit à l’intérieur des remparts du XIVe siècle que le nord de la rive gauche se soit réellement urbanisé. En effet, l’ancien barri de Limoux (quartier de la Trinité, cf. supra) est appelé bourguet neuf en 137997. L’expression traduit vraisemblablement une densification sensible du bâti, hypothèse qu’il reste néanmoins à étayer. Quant au lotissement du quartier de la Foire, il semble au contraire avoir été limité, voire réduit par la nouvelle enceinte. Plusieurs îlots biseautés dans la partie occidentale du quartier pourraient avoir été tronqués à cette occasion.

141Cette clôture du XIVe siècle repose la question des limites de la première enceinte, celle qui serait du XIIe siècle. Sur la fig. 15, un tracé (en pointillés) est proposé. Cette hypothèse manque encore d’éléments satisfaisants pour la confirmer, mais repose sur plusieurs observations. Tout d’abord, deux effets en patte d’oie sont remarquables. Le premier, aux abords du Pont Vieux, a déjà été étudié. Le second est situé dans l’angle sud-ouest de la place, au débouché de la rue de la Goutine. Trois rues importantes de la partie méridionale convergent là, dont l’une est interrompue par un petit îlot triangulaire.

142Dans ce cas, comme dans le premier, ces effets pourraient être le résultat de portes d’enceinte orientant les itinéraires. C’est évident pour la porte du Pont Vieux qui pourrait aussi avoir existé dès la première enceinte, contrôlant un passage essentiel. L’autre patte d’oie pourrait résulter d’anciens chemins aboutissant à cette porte et effacés par les nouveaux aménagements des quartiers nord. La proximité de la place, citée dès 1179, celle de la « muraille de la cave » près de l’église et du Vieux Marché en 1173, vont dans ce sens. Mais cette hypothèse pose le problème du débouché de la rue de la Parerie : comment envisager deux ouvertures si proches ?

  • 98 Hypothèse suggérée par B. Gauthiez.

143Enfin, le lotissement de la Foire pourrait avoir subi la contrainte de cette enceinte. Le rétrécissement et la courbure de plusieurs îlots de sa bordure orientale ont pu être provoqués par la limite d’un fossé que rappelleraient les deux larges îlots qui bordent le lotissement à cet endroit98.

144Alors que la ville de Limoux paraît au terme de cette étude profondément marquée par une urbanisation volontaire, les textes abordent rarement les entreprises qui en sont à l’origine. Et tout d’abord, jamais le terme de « villeneuve » ou de « bastide » n’apparaît. Les nouveaux quartiers sont dits barri ou bourguet. La ville reste toujours la villa de Limoso. Qualifier Limoux de villeneuve serait par ailleurs abusif. Il faut réserver le terme à la rive droite, là où les conditions historiques et la morphologie parcellaire autorisent à employer le mot.

145Depuis la fin du XIIe siècle (1178) et tout au long du XIIIe siècle, le Répertoire de Prouille évoque des locales, donc des parcelles accensées ou achetées devant être construites. Mais le dynamisme que révèlent ces nombreuses mentions ne traduit pas forcément une entreprise d’urbanisation volontaire.

  • 99 Cart. Trencavel, n° 264, 85r-86r ; Doat, 71, f. 81r-83v ; PEYTAVIE 1996, annexes, p. IX-XII.
  • 100 « Et nous donnons de même la moitié de tout ce terroir que nous avons, ou devons avoir, du fossé de (...)

146Un seul texte peut se comprendre dans cette perspective. Il s’agit d’un accord passé en 1176 par lequel le vicomte de Carcassonne Roger Trencavel procède à des échanges de terrains à Limoux avec l’abbé d’Alet99. En particulier, ce dernier cède à Roger deux terrains dont l’un va du vallum, donc du fossé, de la ville de Limoux jusqu’au ruisseau de Tressalla (non localisé). L’abbé et le vicomte s’en partagent les revenus, sauf là où Roger fera construire des maisons : les revenus lui resteront entièrement. Il s’agit d’un paréage, partiel, entre les deux seigneurs comme l’a montré C. Peytavie100.

  • 101 RTP, III, p. 401.

147Il n’est malheureusement pas possible de localiser précisément les terrains dont la construction est envisagée. Leur situation indique bien que la ville se développe et manque d’espace intra muros. En 1179, par exemple, Roger Trencavel accense un local sur la place pour construire une boutique101. Mais il ne serait pas impossible que l’espace réservé en 1176 corresponde au lotissement de la Foire, proche des remparts et dont la morphologie pourrait en faire une réalisation du XIIe siècle.

4. Conclusion

148Il ne s’agit que d’une première approche de la morphogenèse de la ville de Limoux : beaucoup d’inconnues, en tout cas d’incertitudes restent, et le conditionnel a été souvent employé. Néanmoins, il a été possible de mettre en valeur toute la richesse de cette agglomération médiévale du point de vue de l’urbanisation volontaire, parfois planifiée, qui a été mise en œuvre et de l’urbanisme qui en est le produit. Quatre temps forts du développement urbain peuvent être proposés :

  • à partir d’un probable noyau ecclésial, un premier centre urbain (XIe-XIIe siècles) se développe entre l’église paroissiale et le Pont Vieux et se dote d’une enceinte au cours du XIIe siècle. Le parcellaire fuselé se met alors en place. C’est la « vieille ville » du XIIIe siècle.

  • à la fin du XIIe siècle, les vicomtes Trencavel (Roger en tout cas) semblent vouloir organiser le processus d’urbanisation, en liaison avec les établissements monastiques détenteurs de nombreux terrains (paréage de 1176 avec les bénédictins d’Alet). Le lotissement de la Foire pourrait témoigner de cette étape.

  • au milieu du XIIIe siècle, la rive droite s’urbanise sur le modèle des villeneuves régulières et orthogonales, peut-être à la suite d’une initiative royale liée à la croisade.

  • l’urbanisation des quartiers nord de la rive gauche est plus progressive et paraît durer tout au long des XIIIe-XIVe siècles, comme pour le « barri de Limoux » devenant le « bourguet neuf ». Les deux parcellaires réguliers qui structurent cette partie de la ville ne peuvent être datés plus précisément. La nouvelle clôture de la deuxième moitié du XIVe siècle a pu accélérer l’aménagement de cet ensemble.

  • 102 Textes dans : BUZAIRIES 1851, p. 31-64 (citation p. 39) ; SABARTHES 1930, p. 50-70 et 80-89 (textes (...)

149Il faut mettre en parallèle cette croissance de l’agglomération et deux actes concédés en 1292 par Guillaume de Voisins, seigneur de la ville, à la communauté. Ces chartes de franchises énumèrent les droits des consuls. Y figurent en bonne place le contrôle de l’aménagement du lit de l’Aude, le droit pour chacun de construire des maisons, la libre circulation et la propreté des rues. Cette maîtrise de l’urbanisme par les citadins s’appuie sur leur fierté. L’une des dispositions prévoit en effet que chaque propriétaire doit relever sa maison si elle est en ruine, « afin que l’aspect de la ville ne soit pas modifié par les ruines » (ne ipsius villae ex ruinis reformetur aspectus). Le visage de la ville doit être le miroir de sa prospérité102.

  • 103 Dans la version du manuscrit d’Amiens des Chroniques de Froissart, l’auteur, qui est moins explicit (...)

150L’enceinte limouxine du XIVe siècle englobe environ 26 ha (19 sur la rive gauche, 7 sur la rive droite). En comparaison, et toujours en se fondant sur les limites des remparts urbains, Carcassonne a une superficie de 33 ha dans la villeneuve (après 1355) auxquels il faut ajouter les 8 ha de la Cité ; Narbonne atteint 35,5 ha et Montpellier, 45,5 ha (CAILLE 1995, p. 85). Sans être de la même taille, Limoux s’avère à la fin du Moyen-Age une ville languedocienne assez importante103. Il est difficile de proposer un chiffre pour la population, y compris en utilisant les estimations proposées pour les autres villes, tant les variations de densité peuvent être grandes et fluctuantes. Néanmoins, en sachant qu’au début du XIVe siècle, Carcassonne aurait compté 10 000 habitants dans sa villeneuve, Narbonne, 30 000 et Montpellier 40 000, selon l’historiographie traditionnelle, Limoux pouvait avoir au moins de 4 à 5 000 habitants, voire jusqu’à 7 à 8 000.

ABREVIATIONS

151Bull. SESA : Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude.

152Cart. Douzens : GERARD, MAGNOU 1965.

153Cart. Trencavel : Cartulaire des Trencavel (Liber Instrumentorum Vicecomitalium), Société archéologique de Montpellier, ms. 10.

154Chartes de La Grasse : MAGNOU-NORTIER, MAGNOU 1996

155Doat : collection de Doat, Bibliothèque Nationale.

156HGL : DEVIC, VAISSETE 1876-1892.

157Inv. Rocque : Inventaire des actes et documents de l’archevêque de Narbonne, rédigé par le notaire Antoine Rocque, 1639, B. M. Narbonne, ms 314.

158Ordonnances : Ordonnances des rois de France, t I, Paris, 1723.

159RTP : Répertoire des Titres de Prouille (A. D. Aude, H 514).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ABBE 1995
Abbé (J.-L.), « Quillan au XIIe siècle : renouveau urbain et conflits de pouvoir », Bull. SESA, t. XCV, 1995, p. 111-124.

ABBE 2000
Abbé (J.-L.), « La société languedocienne et le catharisme au XIIIe siècle : le cas de Limoux (Aude) », dans Religion et société urbaine au Moyen-Age. Études offertes à Jean-Louis Biget, éd. P. Boucheron et J. Chiffoleau, Publ. de la Sorbonne, Paris, 2000, 567 p., p. 119-139.

AMARGIER 1962
Amargier (P.), « Fondation des couvents dominicains de Limoux et de Revel, 1324, 1377 », Annales du Midi, 1962, p. 321-324.

BAUDREU 1986
Baudreu (D.), « Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas de Bas-Razès (Aude) », Archéologie du Midi Médiéval, t. 4, 1986, p. 49-73.

BAUDREU 1995a
Baudreu (D.), « Eglises et villages à l’époque romane dans la partie pyrénéenne de l’ancien diocèse de Narbonne », Xe colloque international d’archéologie de Puigcerdà (10-12 novembre 1994), Puigcerdà, 1995, p. 615-624.

BAUDREU 1995b
Baudreu (D.), « Le Bas-Razès aux XIe-XIIe siècles, formes castrales et ecclésiales de l’habitat groupé », dans P. Sénac (dir.), Histoire et archéologie des terres catalanes, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 1995, p. 187-228.

BAUDREU 1995c
Baudreu (D.), « Images villageoises en Bas-Razès (Aude) : aspects planimétriques et monumentaux au Moyen-Age », dans Europe et Occitanie. Les Pays Cathares, Actes de la 5e session d’Histoire Médiévale organisée par le Centre d’Etudes Cathares, 1er-5 septembre 1992, collection Heresis, 5, 1995, p. 311-343.

BAUDREU 1998
Baudreu (D.), « Tipologia del vilatge medieval dins le bassin d’Aude e regions vesinas (Lengadoc occidental) », Territori i Societat a l’Edat Mitjana, II, Publ. de l’Université de Lleida, Lleida, 1998, p. 50-52.

BAUTIER 1967
Bautier (R.-H.), Recueil des actes d’Eudes, roi de France (888-898), Paris, 1967, CLVIII-283 p.

BAYROU 1993
Bayrou (L.), « Essai sur le château de Quillan », Bulletin monumental, t. 151-1, 1993, p. 229-241.

BOURREL 1974
Bourrel (A.), Quillan (Aude). Petite monographie géographique et historique, Quillan, 1974, 71 p.

BRIOIS, POPLIN, RODET-BELARBI 1995
Briois (F.), Poplin (F.), Rodet-Belarbi (I.), « Aiguisoirs, polissoirs médiévaux en os (XIe-XIVe siècle) dans le sud-ouest de la France », Archéologie du Midi Médiéval, t. 13, 1995, p. 197-213.

BUZAIRIES 1851
Buzairies (L.-A.), Libertés et coutumes de la ville de Limoux, Limoux, 1851, rééd. Lacour, Nîmes, 1997, 128 p.

BUZAIRIES 1852
Buzairies (L.-A.), Règlements et sentences consulaires de la ville de Limoux, Limoux, 1852, rééd. Lacour, Nîmes, 1997, 106 p.

CAILLE 1995
Caille (J.), « L’élan urbain en Languedoc du XIe au XIVe siècle. L’exemple de Narbonne et de Montpellier », Archéologie du Midi Médiéval, t. 13, 1995, p. 79-90.

CASTEL 1989
Castel (H.), « Le chemin de Mont-Louis (Chemin de Vauban ou chemin des canons) », Bull. SESA, t. LXXXIX, 1989, p. 59-68.

CATAFAU 1998
Catafau (A.), Les celleres et la naissance du village en Roussillon, Llibres del Trabucaire et Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 1998, 717 p.

CAZES 1999
Cazes (J.-P.), « A propos de la maison de Laurac », Heresis, 29, 1999, p. 31-47.

CHOMEL 1958
Chomel (V.), Répertoire numérique des Archives communales de la ville de Limoux antérieures à 1790, Carcassonne, 1958, 57 p.

CURSENTE 1993
Cursente (B.), « Les villes de fondation du royaume de France (XIe-XIIIe siècles) », dans R. Comba, A. Settia (dir.), Il borghi nuovi, Cuneo, 1993, p. 39-53.

DEBANT 1973
Debant (R.), « Le château de Couiza », Congrès archéologique des Pays de l’Aude, Congrès de la Société d’archéologie française, Paris, 1973, p. 160-169.

DEBAX 1997
Débax (H.), Structures féodales dans le Languedoc des Trencavel, thèse de Doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 1997, 2 vol., 660 p.

DEVIC, VAISSETE 1876-1892
Devic (C.), Vaissète (J.), Histoire générale de Languedoc, troisième édition, Privat, Toulouse, 1876-1892.

DIVORNE et al. 1985
Divorne (F.), Gendre (G.), Lavergne (B.), Panerai (P.), Essai sur la régularité. Les bastides d’Aquitaine, du Bas-Languedoc et du Béarn, Archives d’architecture moderne, Bruxelles, 1985, 128 p.

ESCOURROU 1995
Escourrou (C.), L’occupation du sol dans le canton de Couiza (Aude) au Moyen-Age, mémoire de Maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1995, 2 vol.

FABRE et al. 1993
Fabre (G.), Bourin (M.), Caille (J.), Debord (A.) dir., Morphogenèse du village médiéval (IXe-XIIe siècle), Actes de la table ronde de Montpellier, 22-23 février 1993, L’Inventaire, Cahiers du Patrimoine n° 46, Association pour la connaissance du patrimoine de Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1996, 299 p.

FAUCHEUX 1994
Faucheux (A.), « Le décor sculpté médiéval de l’église Saint-Martin de Limoux », Bull. SESA, t. XCIV, 1994, p. 103-116.

FAVREAU, MICHAUD, MORA 1988
Favreau (R.), Michaud (J.), Mora (B.), Corpus des inscriptions de la France médiévale, 12, Aude, Hérault, CNRS, Paris, 1988, 320 p.

FEDIE 1880
Fédié (L.), Le comté de Razès et le diocèse d’Alet, Carcassonne, 1880, rééd éd. L. Schrauben, Bruxelles, 1979, 236 p.

FONDS-LAMOTHE 1838
Fonds-Lamothe (L.-H.), Notices historiques sur la ville de Limoux, Limoux, 1838, rééd. Lacour, Nîmes, 1994, 275 p.

FOURIE 1973
Fourié (J.), Espéraza, essai historique, Espéraza, 1973, 303 p.

GERARD, MAGNOU 1965
Gérard (P.) et Magnou (E.), Cartulaires des Templiers de Douzens, Collection de documents inédits sur l’Histoire de France, vol. 3, Paris, 1965, 363 p.

HIGOUNET 1949
Higounet (Ch.), « La frange orientale des bastides », Annales du Midi, t. LXI, 1949, p. 359-367, repris dans Paysages et villages neufs au Moyen-Age, Bordeaux, 1975, p. 255-263.

HYVERT 1947
Hyvert (R.), Inventaire des monuments historiques de l’Aude, dact., 1947, Quillan (A. D. Aude, 58J 14).

LAURENT 1886
Laurent (P.), Livre vert de l’archevêché de Narbonne, Paris, 1886, 160 p.

LAURET, MALEBRANCHE, SERAPHIN 1988
Lauret (A.), Malebranche (R.), Séraphin (G.), Bastides, villes nouvelles du Moyen-Age, éd. Milan, Toulouse, 1988, 315 p.

LAVEDAN, HUGUENEY 1974
Lavedan (P.), Hugueney (J.), L’urbanisme au Moyen-Age, Arts et Métiers graphiques, Paris, 1974, 184 p. et CXXX p.

MACE 1990
Macé (L.), La commanderie templière de Douzens : étude de la constitution du patrimoine au XIIe siècle, mémoire de Maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1990, 176 p.

MACE 1998
Macé (L.), « Morphogenèse villageoise et aménagement seigneurial. L’exemple de Douzens (Aude) », Archéologie Médiévale, t. XXVIII, 1998, p. 149-160.

MAGNOU-NORTIER, MAGNOU 1996
Magnou-Nortier (E.), Magnou (A.-M.), Recueil des chartes de l’abbaye de La Grasse, t. I, 779-1119, Coll. des documents inédits sur l’Histoire de France, section d’histoire médiévale et de philologie, vol. 24, éd. du C.T.H.S., Paris, 1996, 344 p.

MARCEL 1989
Marcel (A.), Couiza, une ville, un canton, Couiza, 1989, 315 p.

MASO 1995
Maso (D.), « Quillan, le château », Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon 1994, D.R.A.C. Languedoc-Roussillon et Service Régional de l’Archéologie, Montpellier, 1995, p. 75.

MASO 1996
Maso (D.), « Quillan, le château », Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon 1995, D.R.A.C. Languedoc-Roussillon et Service Régional de l’Archéologie, Montpellier, 1996, p. 46-47.

MASO 1998a
Maso (D.), « Quillan, le château », Bilan scientifique de la région Languedoc-Roussillon 1997, D.R.A.C. Languedoc-Roussillon et Service Régional de l’Archéologie, Montpellier, 1998, p. 43-44.

MASO 1998b
Maso (D.) avec la collaboration de J.-P. Cazes, Commune de Quillan (Aude). Surveillance des décaissements et fouille de sauvetage au château de Quillan, Rapport de fouille préventive, mars-avril 1997, Service régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1998, dact., 39 p.

MOT 1962
Mot (G.), Carcassonne, ville basse, 1247-1962, Limoux, 1962, 73 p.

PASSINI 1993
Passini (J.), Le Chemin de Saint-Jacques, Maisonneuve et Larose, Paris, 1993, 248 p.

PEYTAVIE 1996
Peytavie (Ch.), La paroisse dans le bassin limouxin au Moyen-Age. L’église Saint-Martin de Limoux (Aude), mémoire de Maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1996, 164 p.

ROMESTAN 1964
Romestan (G.), « Les marchands de Limoux dans les pays de la Couronne d’Aragon au XIVe siècle », Annales du Midi, t. LXXVI, 1964, p. 403-414.

SABARTHES 1923
Sabarthès (A.), « Trois chartes de la commune de Limoux », Bull. philologique et historique (jusqu’en 1715) du CTHS, année 1921, 1923, p. 211-222.

SABARTHES 1926
Sabarthès (A.), « L’Albigéisme à Limoux et le prétendu déplacement de cette ville », Bull. philologique et historique (jusqu’en 1715) du CTHS, année 1924, 1926, p. 193-223.

SABARTHES 1930
Sabarthès (A.), Les manuscrits consulaires de Limoux (Aude). Étude historique et philologique, Paris, 1930, 353 p.

SCHNEIDER 1996
Schneider (L.), Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (VIIIe-XIIe siècle), thèse de doctorat, Université de Provence, 1996, 3 vol, 612 p.

SIRE 1993
Sire (B.), La commanderie de Magrian (Aude) aux XIIe et XIIIe siècles, mémoire de Maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1993, 232 p.

SIRE 1994
Sire (B.), « La commanderie hospitalière de Magrie aux XIIe-XIIIe siècles », Bull. SESA, t. XCIV, 1994, p. 93-102.

SIRE 1997
Sire (B.), « Albédun et son histoire, XIe-XVe siècles », Bull. SESA, t. XCVII, 1997, p. 73-87.

Notes

1 Cartes utilisées : Carte générale des Monts Pyrénées (1730) (A. D. Aude, 1Fi 1342), Cassini (A. D. Aude, 1Fi 791), Diocèse d’Alet (1781) (A. D. Aude, 1Fi 862) et Carte routière générale de la Province de Languedoc (1789-1791) (A. D. Aude, 1Fi 1254).

2 Mes remerciements vont aussi à ceux qui m’ont apporté des informations précieuses : D. Maso pour Quillan, J. Caille et C. Peytavie pour Limoux. Les commentaires de plans parcellaires par B. Gauthiez ont été tout à fait stimulants. Enfin, la consultation des sources a toujours été facilitée par l’obligeance de ceux qui les conservent. Je remercie à ce titre les Archives Départementales de l’Aude, la Bibliothèque Municipale de Narbonne et les Mairies de Couiza, Espéraza et Quillan.

3 Sur l’aménagement routier de la vallée de l’Aude entre Limoux et les Pyrénées aux XVIIe et XVIIIe siècles : CASTEL 1989.

4 Plan parcellaire de 1827 : A. D. Aude, WP 6862.

5 Compoix de 1714 : A. D. Aude, non coté ; 1733 : A. M. Espéraza, 1G1 ; 1769-1771 : A. D. Aude, 3J 89.

6 Les actes des Templiers se trouvent principalement dans : GERARD, MAGNOU 1965 (Cart. Douzens par la suite). Ceux des Hospitaliers sont conservés dans le fonds de l’ordre de Malte, Grand-Prieuré de Saint-Gilles, commanderie de Douzens, aux Archives Départementales de Haute-Garonne (série H, Malte, Douzens). Reconnaissances de 1338 : H, Malte, Douzens, 1338 ; de 1498 : Douzens, 1365 ; de 1625 : Douzens, 1382 ; de 1663 : Douzens, 1391 et de 1689 : Douzens, 1401.

7 Les toponymes urbains mentionnés sont ceux des compoix du XVIIIe siècle.

8 Notes d’archéologie audoise, Bull. SESA, t. LXXVIII (1978), p. 92, t. LXXX (1980), p. 112, t. LXXXI (1981), p.108-109, t. LXXXII (1982), p. 99. À Garnaud, les vestiges seraient ceux d’un habitat des Ier - IIe siècles ap. J. C.

9 Guilhem Raymond, identifié comme un seigneur d’Alaigne, a acquis les droits seigneuriaux (directum) sur Espéraza selon un acte non daté du cartulaire des Trencavel, mais qui a dû être rédigé entre 1077 et 1097 (période pendant laquelle la vicomtesse Ermengarde de Carcassonne et son fils Bernard Aton, cités dans le texte, gèrent en commun leurs honneurs). Texte : Cartulaire des Trencavel (Liber Instrumentorum Vicecomitalium, par la suite Cart. Trencavel), conservé par la Société archéologique de Montpellier, n° 223, 68v (voir DEBAX 1997, tableau p. 552, qui date le document du début du XIIe siècle) ; collection Doat, 166, 32r-v et Histoire générale de Languedoc (DEVIC, VAISSETE 1876-1892, par la suite : HGL), V, c 740.

10 Arnaud Guilhem d’Espéraza est témoin d’une donation de Guilhem d’Alaigne en 1134 (Cart. Douzens, D 2, p. 273-274). Avec les Alaigne et les Espéraza, les seigneurs de Rennes (le-Château) et du Bézu sont possessionnés dans le territoire villageois.

11 Plusieurs actes de donation dans les Cart. de Douzens entre 1134 et 1159. Cartographie des possessions templières p. 364 bis. Un mémoire de maîtrise étudie la formation du temporel des Hospitaliers de Douzens, mais laisse de côté Espéraza, Couiza et Limoux : MACE 1990.

12 Voir, par exemple, les réclamations des ayants droit des faidits (ceux dont les biens sont confisqués) : HGL, VII, c 214 ; Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXIV, éd. par L. Delisle, Paris, 1904, p. 591, n° 645.

13 Charte de Philippe V relative au Salin de Carcassonne : Ordonnances des rois de France (par la suite : Ordonnances), t I, Paris, 1723, p. 719.

14 FAVREAU, MICHAUD, MORA 1988, p. 23. Peintures accompagnées de l’inscription : Petrus sanavit infirmos (Pierre a guéri les malades).

15 L’hypothèse de l’enclos ecclésial a déjà été faite par D. Baudreu : BAUDREU 1995a, p. 619-620. Sur les dispositions conciliaires : BAUDREU 1995b, p. 196-197.

16 Le lieu-dit « la Salle », indiqué sur le cadastre du XIXe siècle, 200 m à l’est du village et en bordure de l’Aude, fait peut-être référence à une ancienne résidence seigneuriale (fig. 1). À Laurac (Lauragais), le site de « la Salle » correspondrait à la résidence des seigneurs de Laurac aux Xe-XIe siècles : CAZES 1999, p. 33-34.

17 Compoix de 1714 : A. D. Aude, non coté, f. 10v et 98r.

18 En 1714 : « la muraille du fort » (A. D. Aude, non coté, 155r), en 1733 : « al fort joignant l’église », « dans le fort au-devant de l’église », « muraille dudit fort » (A. M. Espéraza, 1G1, 18r, 39r, 41r).

19 Exemples de mise en fortification de l’église en l’absence de château dans l’Aude : La Digne-d’Amont, Villagailhenc, Moussan : BAUDREU 1998, p. 59.

20 En 1338, la 4e reconnaissance porte sur un « pailher » (local pour entreposer la paille) et une aire au barri du trial, la 11e porte sur une aire confrontant deux maisons au même lieu, la 21e y associe une maison, une terre et un jardin. En 1498, deux biens comportent l’un, une maison, un jardin, une aire et un pailher (f. 28v), l’autre, une maison, deux jardins, une aire, un pré et un champ (f. 30v) au même barri (référence des reconnaissances, n. supra).

21 ...unum localem in villam de Cabriacho in quo possumus facere duas mansiones unamquemque de tres brasca : Cart. Douzens, A 7, p. 16-17.

22 Le pont est attesté à partir de 1296 : une charte royale de 1320 relative aux salins de Carcassonne insère un acte de 1296 indiquant les conditions de transport du sel pour certaines communautés par le pont d’Espéraza, village royal (per pontem de Sperazano villa propria Domini Regis ; Ordonnances, t. I, p. 721).

23 A. D. Aude, WP 6858.

24 A. D. Aude, 4E 103 (Couiza), 1G1 (1699) et 1G2 (1719).

25 A. D. Haute-Garonne, reconnaissances de 1663 : H, Malte, Douzens, 1391 et de 1689 : Douzens, 1401. cf. n. supra.

26 La seule découverte archéologique notable dans l’agglomération est celle de deux polissoirs ou aiguisoirs pouvant dater des Xe-XIVe siècles : BRIOIS, POPLIN, RODET-BELARBI 1995, p. 199 et 211. Synthèse des trouvailles archéologiques sur le territoire communal : ESCOURROU 1995, p. 102-114.
Il faut écarter l’identification avec la villa de Cuvicianus, dépendance de l’abbaye bénédictine de Lagrasse, citée dans un acte de 876. Il s’agit en fait de Couize, sur la commune de Palairac, dans le massif des Corbières. Cet acte, sur lequel s’appuyèrent les érudits locaux pour justifier une origine carolingienne de Couiza (FEDIE 1880, p. 83), est de plus suspect... : MAGNOU-NORTIER, MAGNOU 1996, p. 50-51 (Recueil des chartes de l’abbaye de La Grasse, par la suite : Chartes de La Grasse).

27 Cart. Trencavel, n° 609, 244v ; copie dans Doat, 168, 290r-291r.

28 ...apud forciam de Cauisiano in Redesio superiori in domo Beatricis uxori Guillelmi de Baris militis... (Doat, 24, 99v).

29 A. D. Aude, 4E 103, 1G1, p. 120, 131, 133.

30 Idem, p. 5, 57, 129.

31 Selon une analyse d’acte faite au XVIIe siècle : « Délaissement fait par un certain prêtre de Montazels en faveur du monastère d’Alet de l’église de Saint-Jean de Couvizan avec de la raison (sic) qu’elle dépendait dudit monastère » (Inventaire des actes et documents de l’archevêque de Narbonne, rédigé par le notaire Antoine Rocque, 1639, B. M. Narbonne, ms 314, II, 342v, n° 20 ; par la suite : Inv. Rocque).

32 FEDIE 1880, p. 83-84 : « Ils consistaient en de grandes auges en grès de pays assez tendre, affectant un ovale allongé, c’est-à-dire la forme d’une baignoire. Le couvercle était d’une seule pièce et recouvrait complètement l’orifice du tombeau ».

33 idem, p. 108 : « ...le vicomte (Guillaume) de Joyeuse donna à chacune de ses rues le nom d’un membre de sa famille. Elles s’appelèrent et s’appellent encore : Rues de JoyeuseSaint-JeanSainte-MarieSaint-GuillaumeSainte-AnneSaint-FrançoisSaint-HenriSaint-GeorgesScipion. » La rue Saint-Jean est plutôt à mettre en relation avec l’église, bien qu’elle rappelle aussi Jean de Joyeuse, acquéreur de la seigneurie ; pour Marie, l’identification est invérifiée ; pour Henri et Georges, autres fils de Guillaume, et Guillaume même, il faut croire L. Fédié, enfant du pays, lorsqu’il affirme que ces rues sont toujours dénommées ainsi lorsqu’il écrit en 1880, même s’il n’a pas été possible de le confirmer.

34 Une précédente étude aborde les thèmes de l’urbanisation et des affrontements politiques liés à la croisade des Albigeois : ABBE 1995.

35 En 1255, le chevalier Raymond de Niort perçoit des droits sur « la leude qu’il recevait du bois ou fustaige des forêts de Sault ». Inv. Rocque, III 2, 286r, 15.

36 A. D. Aude, 1757 W 390.

37 A. M. Quillan, 1G1 et 1G2 : le compoix de 1713 est conservé en deux exemplaires. C’est le second qui a été utilisé.

38 Les toponymes urbains sont ceux du compoix de 1713.

39 Plans reproduits dans ABBE 1995, p. 116. Il s’agit bien sûr d’exemples particulièrement significatifs, d’autres pourraient être ajoutés. Sur l’urbanisme des villeneuves et des bastides, outre les deux ouvrages cités : DIVORNE et al. 1985 et LAURET, MALEBRANCHE, SERAPHIN 1988.

40 Sur les Albédun, seigneurs du Bézu (proche castrum de Quillan), et leur présence à Quillan : SIRE 1997.

41 Première mention des archevêques à Quillan en 994 : Inv. Rocque, II, 614v ; III 2, 300v, 98, 2.

42 ...unum locale ad ibi construendam unam domum sitam in villa nova de Quilhano : A. D. Haute-Garonne, M 1, Eaux et Forêts, Quillan. Copie du XVIIe siècle de l’acte d’origine. Mentionné aussi dans Inv. Rocque, III, 292r, 61.

43 1690 : Dénombrement de l’archevêché de Narbonne, B. M. Narbonne, ms 310, f. 119 ; 1360 : LAURENT 1886, p. 142. L’édifice était situé au début de la Grande rue.

44 Hypothèse proposée par D. Maso.

45 Aucun document médiéval ne mentionne le « Pont Vieux ». Des travaux au début du XVIIe siècle sont entrepris pour le restaurer : HYVERT 1947.

46 Inv. Rocque, III 3, 456v, 2 (900) et III 2, 299v, 97, 18 (1035).

47 Néanmoins, sur la rive droite, le lieu-dit au sud du château est aujourd’hui dénommé « Lacapelle » et comporte une impasse Saint-Pierre. Et au nord du château, une rue Saint-Jean jouxte l’ancien chemin du Roussillon par le col Saint-Louis. Mais un acte non daté de l’inventaire Rocque (III, 284r) évoque une donation à Quillan « à la maison de Saint-Pierre ou au titre de Saint-Jean fondés au lieu de Niort », à une quinzaine de kilomètres. Il est certain que l’éventualité de la très grande proximité de quatre lieux de culte contemporains laisse perplexe. Quel terme Rocque traduit-il par « maison » ? Il n’est pas à exclure qu’il s’agisse de mansum... Il reste que les fouilles du château ont mis au jour des silos recoupés par ses fondations, ce qui laisse entrevoir une occupation de la rive droite de l’Aude au XIIIe siècle : MASO 1998a, p. 44 et MASO 1998b, p. 10, 15, 21.

48 A. D. Aude, XXIII C 4. Sur les églises transformées en fort, cf. notice sur Espéraza et BAUDREU 1998, p. 59.

49 A. M. Quillan, 1G2, p. 249. Le souvenir de l’église déclassée et en ruine s’estompe au cours du XVIIIe siècle, à tel point que la porte Notre-Dame est appelée la « porte du port » en 1791 : A. D. Aude, 1Q 38 (Domaines), non folioté. Estimation des biens nationaux du clergé séculier à Quillan : évêque d’Alet.

50 Inv. Rocque, III 2, 298v, 97, 2. Le notaire l’appelle toujours Notre-Dame, mais le seul texte médiéval la citant, en 1140, emploie le vocable de Sainte-Marie.

51 Malgré la mention de chanoines, l’hypothèse d’une communauté canoniale semble à rejeter. C’est le concile de Rome de 1059 qui demande aux clercs desservant une église de mener une vie commune. Cette pratique se met progressivement en place par la suite. Or, Rocque emploie le terme de « chanoines » pour plusieurs actes à partir de 1018 : cette précocité est invraisemblable. Je remercie D. Le Blévec pour ses réflexions à ce sujet.
Le seul texte médiéval évoquant Sainte-Marie est un acte de 1140 connu par une copie du XVIIe siècle. Sont nommés le prévôt (praepositus) Arnould et les clerici de sancta Maria de Quilhano (A. D. Haute-Garonne, M 1, Eaux et Forêts, Quillan). Un laïc, Pierre Raymond, reconnaît leur avoir pris par force un moulin. Il veut néanmoins le conserver car il estime y avoir des droits et propose en échange des gages qu’il tient sur divers biens fonciers. Or, il fait cette offre à Raimundus abbas. L’établissement qu’il dirige n’est pas indiqué. C’est néanmoins le nom de l’abbé d’Alet au début du XIIe siècle. La Gallia Christiana le cite jusqu’en 1126, avec l’indication d’une église que lui a restitué un certain Pierre Raymond en 1113 (VI, c. 269-270). Est-ce le même qu’en 1140 ?. Par ailleurs, les cartulaires de Douzens font état de l’abbé Raymond en 1134-1135 (Cart. Douzens, A 38, p. 49). Aucun autre abbé n’étant connu avant 1162, l’abbé du texte de 1140 a de fortes chances d’être celui d’Alet. Que Sainte-Marie de Quillan soit un prieuré de ce monastère serait assez logique : les églises d’Espéraza et de Couiza lui appartiennent aussi, et, comme à Alet et à Espéraza, le lieu de culte est dédié à Marie.

52 Le texte de 1140 (cf. note précédente) est accompagné par ces quelques mots écrits au XVIIe siècle : « ...en faveur de l’église Sainte-Marie de Quillan, et du prieur et des clercs de ladite église, au lieu et place desquels est le sieur archevêque de Narbonne ». Or, en 1222, le monastère d’Alet est réuni à l’Eglise de Narbonne pour avoir soutenu les seigneurs du Midi contre les croisés et les moines sont chassés. Ces derniers obtiennent leur rétablissement en 1233, mais ils doivent laisser en 1246 une partie de leurs biens à l’archevêque et au chapitre de Narbonne (HGL, VI, p. 560-561). Ainsi pourrait s’expliquer le fait que l’archevêque de Narbonne tienne Sainte-Marie au XIIIe siècle et que les clercs n’y soient désormais plus mentionnés. L’appartenance antérieure à Alet y trouverait aussi une confirmation.

53 L’« hôpital avec enclos » est cité pour la première fois dans un dénombrement des biens de la communauté en 1687 (A. D. Hérault, C 2956, Quillan). Il peut être évidemment, et probablement, très antérieur. Le compoix de 1713 le localise en bordure nord de l’îlot situé à l’ouest du couvent des Dominicains. Aucune porte n’est alors mentionnée à cet endroit : il s’agirait, là comme en d’autres points, d’une ouverture du XVIIIe ou du début du XIXe siècle.

54 Le nom de Limoux, Limosus, semble provenir d’un terme latin signifiant bourbeux, marécageux, limoneux.

55 En 1277, deux cents maisons et le moulin d’en Quatre, près du Pont Vieux, sont emportés : BUZAIRIES 1852, Tableau historique de la ville, p. 24, 27 et 61.

56 Sur l’économie limouxine au Moyen-Age : ROMESTAN 1964 et ABBE 2000.

57 A. D. Aude, WP 6873.

58 Compoix de 1544 à 1753 : A. D. Aude, 4E 206 (Limoux) CC 7 à 33. Pour celui de 1753 : CC 21 à 33. Plan des biens situés dans l’enceinte urbaine : CC 24.

59 À l’exception, dans ce dernier cas, comme pour Quillan, de l’inventaire Rocque du XVIIe siècle : Inv. Rocque, III, 236 r-248 r pour la seigneurie des archevêques à Limoux.

60 A. D. Haute-Garonne, H Malte, inventaire 61, Douzens, f. 103r-129r : Limoux.

61 A. D. Aude, H 514 : Répertoire des Titres de Prouille, t. III. Limoux : p. 1 à 699. Indiqué par la suite : RTP, III.

62 Les érudits ont édité une partie des sources limouxines, en particulier celles qui sont relatives aux franchises urbaines : BUZAIRIES 1851, BUZAIRIES 1852, FONDS-LAMOTHE 1838, SABARTHES 1923, SABARTHES 1930.

63 Le tarif d’allivrement de chaque quartier pour l’année 1457 figure dans le cartulaire des règlements et ordonnances consulaires : A. D. Aude, 4E 206 (Limoux) AA 2, édité dans SABARTHES 1930, p. 256 et 258.

64 Les noms des rues sont ceux qui figurent sur le compoix de 1753 et le plan cadastral de 1829.

65 C’est le cas, par exemple, de la rue de la Trinité pour laquelle un alignement des façades a été mis en œuvre au XVIIIe siècle.

66 L’îlot de 12,5 m à Quillan correspond en fait à un demi-îlot de 25 m en bordure de la villeneuve.

67 Bilan des informations archéologiques dans PEYTAVIE 1996, p. 17-20 et carte 6 des annexes.

68 Sur la genèse des sites ecclésiaux en Razès : BAUDREU 1995a et 1995b.

69 HGL, II, c 256. Charles le Chauve confirme un acte de Louis le Pieux par lequel l’abbaye de Saint-Hilaire détient des moulins situés dans la villa de Limoux.

70 HGL, V, c 295. Le pape Benoît VII confirme en 982 une donation à l’abbaye de Saint-Hilaire par le comte de Carcassonne Roger (comte depuis au moins 957).

71 HGL, V, c 675-677 et Chartes de La Grasse, p. 177-180, n 123. Raymond Roger (de Limoux) cède son droit de leude à Limoux à l’abbaye de Saint-Polycarpe. Guilhem de Limoux, peut-être fils du précédent, est qualifié de minister du vicomte de Carcassonne en 1152 (Doat, 167, f. 106-108 et HGL, V, c 1130-1131).

72 Il semble bien qu’il faille écarter les actes de 881, 899 et 922 par lesquels l’Eglise de Narbonne reçoit par donation royale la villa de Limoux et ses églises de Sainte-Eulalie et de Flassian. R.-H. Bautier considère qu’il s’agit d’actes interpolés au milieu du XIe siècle. Le seul acte sincère serait une charte d’Eudes de 890 dans laquelle ni Limoux, ni Flassian, ne figurent : BAUTIER 1967, p. 103-113 à propos de l’acte de 881, sur Limoux : p. 107-108. Aux arguments qu’il développe, il faut ajouter le fait que l’église de Flassian n’a jamais fait partie de la villa de Limoux. Je remercie J. Caille de m’avoir signalé l’analyse de ces documents par R. H. Bautier.

73 Acte passé à cette date par le commandeur des Templiers de Douzens ad Limosum in domo militia (A. D. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 25, n° 10). Des biens fonciers ruraux dans les terroirs de Limoux sont tenus par les Templiers depuis au moins 1218.

74 L’évolution politique et religieuse est retracée dans les ouvrages des érudits indiqués supra et renouvelée par C. Peytavie, avec une mise au point très éclairante sur le conflit entre Saint-Hilaire et Prouille au sujet de la paroisse (PEYTAVIE 1996, p. 40-48 et 67-80).

75 En 982, la donation à l’abbaye de Saint-Hilaire (cf. n. 95) porte sur des ecclesias quae in vico Limoso. En 1011, le comte de Carcassonne Roger et sa femme Adalaïs donnent à Saint-Hilaire un alleu dans le comté de Razès, dans les dépendances du vicus ou (et dans la ?) villa de Limoux... deux casales avec leurs jardins et leurs aires, et avec les terres qu’ils y ont : in comitatu Redense, in ajacentia de vico vel in villa quae vocatur Limoso ; donamus nos prescriptus Rogerius comes et conjux mea Adalaiz in jamdicta villa casales duos cum ipsis ortalibus, et cum ipsas areas, et cum terris quae ibi habemus... (HGL, V, c 358).

76 HGL, V, c 675-677 et Chartes de La Grasse, p. 177-180, n 123 : cf. note supra. Les auteurs du Recueil des chartes de l’abbaye de La Grasse précisent cependant qu’il peut s’agir d’un acte remanié dans le contexte du conflit opposant les abbayes d’Alet et de Lagrasse pour le contrôle de Saint-Polycarpe.

77 Doat, 71, f. 302.

78 1246 : RTP, III, 439. En 1277, le « Vieux Marché » confronte in via publica quam vocant via hospital. L’hôpital en question est situé entre le chevet de Saint-Martin et le Pont Neuf (FONDS-LAMOTHE 1838, p. 98, n. 1). Peut-être que la mention en 1292, parmi les lieux de marché de la ville, d’une platea sive atrium juxta domum Dei de Limoso rappelle le marché d’origine (BUZAIRIES 1851, p. 19).

79 Cart. Trencavel, n° 263, 84 v et HGL, V, c 851.

80 Cart. Trencavel, n° 252, 80 v ; Doat, 167, f. 106-108 ; HGL, V, c 1130-1131.

81 En 1173, une maison voisine la « muraille de la cave » (RTP, III, p. 401) ; en 1176, un terrain jouxte le vallum villae de Limoso (Cart. Trencavel, n° 264, 85r-86r ; Doat, 71, f. 81r-83v ; PEYTAVIE 1996, annexes, p. IX-XII).

82 En 1172, des serments sont prêtés à Roger Trencavel présent in curia Limosi (HGL, VIII, c 285). Le texte de 1173 cité dans la note précédente mentionne une « muraille de la cour » proche de l’église. Il faut néanmoins rappeler que la source étant un inventaire du XVIIIe siècle, la prudence reste de rigueur sur l’exactitude des traductions et de l’interprétation des textes.

83 Le vicus de Limoux est mentionné avec « ses églises » en 982. Il pourrait s’agir de Saint-Martin et de Sainte-Eulalie. Cette dernière figure comme église de Limoux dans les actes remaniés au milieu du XIe siècle en faveur de l’Eglise de Narbonne (cf. n. supra). Sur les villages ecclésiaux de la vallée du Cougain : BAUDREU 1995b, p. 205.

84 Donation de Raymond Roger de Limoux à Saint-Polycarpe : B. N., ms. lat. 11826, n° 11.

85 PEYTAVIE 1996, p. 150. Sur la politique foncière de Prouille à Limoux : p. 140-150.

86 L’emplacement de l’église des Dominicains, à l’extrémité du grand axe urbain est-ouest résultant de la construction du Pont Neuf dans le prolongement de la rue de la Goutine, est intéressant. Sans ressortir à un véritable urbanisme monumental, il témoigne d’une utilisation de l’espace qui ne paraît pas le fruit du hasard. Tout comme l’église Saint-Martin tenue par les Dominicaines occupe le cœur de la rive gauche au XIVe siècle, l’église du couvent dominicain exerce son emprise sur l’autre rive en s’inscrivant dans la perspective de l’artère débouchant du pont. Merci à B. Gauthiez pour cette analyse suggestive.

87 Étude de l’implantation des établissements ecclésiastiques dans PEYTAVIE 1996, p. 109-117 et carte, annexes, plan 1.

88 Étudiant les fondations urbaines en France, B. Cursente semble opter à propos de Limoux pour un transfert d’agglomération en plaine : « les officiers royaux détruisirent le castrum de hauteur, et reconstruisirent l’agglomération dans la plaine » (CURSENTE 1993, p. 52, n. 25).

89 Analyse du site de Lacanal dans D. BAUDREU 1995c, p. 340-341.

90 ...dictus comes fecit villam dirui de podio, et misit eam in plano... (HGL, VIII, c. 1391-1392).

91 « ...C’est pourquoi lorsqu’ils (les habitants) demandèrent le pardon royal et retournèrent à la paix, la ville de Limoux fut détruite en ce qui concerne ses fortifications de hauteur, et transférée en plaine... Lorsque le roi fit transférer la ville de Limoux là où elle est, il la fit édifier sur les biens des hommes de cette ville... » : ...Quare cum venirent ad misericordiam D. regis, et revocarentur ad pacem, villa de Limoso fuit diruta de fortalitiis montis, et mutata in planum... (idem) ;... cum d. Rex fecit transferri villam Limosi in loco ubi est fecit ipsam edificari in prediis hominum dicte ville... (HGL, VII, c. 239).

92 En 1209, à propos de Simon de Montfort : « le comte vint à un certain castrum appelé Limoux dans le Razès où il construisit une fortification » :... ivit comes ad quoddam castrum quod dicitur Limosum in territorio Reddensi ubi faceret munitionem... : P. des VAUX-DE-CERNAY, Hystoria Albigensis, éd. par P. Guébin et E. Lyon, Paris, 1926, p. 123 (qui traduit ubi faceret munitionem par « pour y mettre une garnison »). Lorsque Bernard Carsiprès, marchand limouxin, dépose devant l’Inquisition en 1248, il évoque des rencontres avec des cathares vers 1218 in castro de Limoso, expression qu’il emploie pour des époques diverses (Doat, 32, 113r-124v). Pour les deux sources, le contexte semble indiquer qu’il s’agit de la ville. L’expression n’est pas impropre puisqu’une enceinte urbaine existe.

93 C’était aussi l’hypothèse retenue par A. Sabarthès, mais sans analyse morphologique.

94 Sur la genèse de la villeneuve de Carcassonne : MOT 1973.

95 J. FROISSART, Chroniques, édité par S. Luce, Société d’Histoire de France, Paris, 1868-1888, t. V, p. 352.

96 Dès 1350, la construction de remparts est envisagée par des lettres de Philippe VI car la ville, est-il dit, n’en dispose pas. La ville est présentée comme longa vel dispersa et extensa (BUZAIRIES 1852, Histoire, p. 30-31, n. 74) : au noyau initial de la « vieille ville » se sont ajoutés des faubourgs encore peu bâtis le long du fleuve. C’est ce que suggèrent ces qualificatifs.

97 RTP, III, p. 121.

98 Hypothèse suggérée par B. Gauthiez.

99 Cart. Trencavel, n° 264, 85r-86r ; Doat, 71, f. 81r-83v ; PEYTAVIE 1996, annexes, p. IX-XII.

100 « Et nous donnons de même la moitié de tout ce terroir que nous avons, ou devons avoir, du fossé de la ville de Limoux jusqu’au ruisseau de Tressalla, à l’exception de l’aire, de l’étable et de la grange que nous gardons ainsi qu’il a été délimité, et à l’exception de ce que vous donnerez là pour construire des maisons dont nous ne demanderons rien à personne... » : Et damus (les moines d’Alet) similiter medietatem totius terminii illius quod habemus, vel habere debemus de vallo villae de Limoso usque ad regum de Tressalla, excepta area et boal et paller quod nobis ibi retinimus sicut mensuratum est, et excepto hoc quod vos ibi dabitis ad domos aedificandas de quibus aliquid ab aliquo non requiremus... Plus loin, pour désigner le même usage :... dabitis ad corrigendas domos... (Cart. Trencavel, n° 264, 85r-v ; PEYTAVIE 1996, p. X).

101 RTP, III, p. 401.

102 Textes dans : BUZAIRIES 1851, p. 31-64 (citation p. 39) ; SABARTHES 1930, p. 50-70 et 80-89 (textes en occitan).

103 Dans la version du manuscrit d’Amiens des Chroniques de Froissart, l’auteur, qui est moins explicite sur la prise de la ville (si le prissent et fusterent et y conquissent grant avoir), évoque Lymous, qui est une bone ville et grosse alors que Carcassonne est présentée comme une moult grosse ville et grande (Narbonne n’est pas décrite ainsi). La hiérarchie urbaine est bien perçue par le chroniqueur (J. FROISSART, Chroniques, Livre I, le manuscrit d’Amiens, édité par G. Diller, Droz, Genève, 1992, t. III, p. 70, pour Carcassonne, et 73, pour Limoux).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les unités de plan à Limoux et à Quillan
Légende Largeur (en m) des rues principales et des îlots, classés par ordre croissant, d’après les plans cadastraux du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Université, Montpellier

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540