Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

I. LA PLANIFICATION DES AGGLOMÉRATIONS

4. Montpellier

Gislaine Fabre et Thierry Lochard

Texte intégral

  • 1 Fabre, Ghislaine, Lochard, Thierry. Montpellier : la ville médiévale. Paris : Impr. Nat., 1992. Et (...)

1La ville de Montpellier fait l’objet d’un travail d’Inventaire qui donne lieu à la constitution de dossiers et à un programme de publications thématiques portant sur l’architecture et l’urbanisme. Sur la morphogenèse plus particulièrement, nous renvoyons le lecteur à notre publication, Montpellier : la ville médiévale, ce qui nous dispensera de surcharger ce texte de notes et de justifications détaillées1.

  • 2 Sournia, Bernard, Vayssettes, Jean-Louis. Montpellier : la demeure médiévale. Paris : Impr. Nat., (...)

2Le cadastre contemporain, la vue aérienne ou l’approche du terrain mettent en évidence des organisations très anciennes conservées dans la ville actuelle ; il s’agit de les cartographier et de tenter leur explication. Cependant, a contrario, les caractéristiques du milieu urbain très dense et en mutation permanente occultent aujourd’hui des structures repérées grâce à l’étude. L’approche archéologique n’a livré des informations précises qu’à l’occasion des fouilles de sauvetage (place de la Canourgue, place Jean Jaurès, cour de l’ancien couvent de la Visitation), confirmant d’ailleurs des hypothèses issues de la documentation. Par ailleurs, l’étude de la demeure a éclairé la typologie architecturale médiévale, avec quelques monographies particulières2.

3La seule analyse morphologique ne suffit donc pas à restituer les étapes du développement urbain. Elle constitue néanmoins une première approche incontournable, source d’hypothèses que la recherche historique vient confirmer ou infirmer. La richesse de la documentation permet en outre de proposer des datations assez fines pour un grand nombre d’éléments morphologiques bien connus ailleurs, mais fonctionnant ici avec une logique remarquable.

  • 3 Les fouilles entreprises récemment à l’occasion de la construction d’une ligne de tramway livreron (...)

4Dans notre publication sur Montpellier médiéval, nous avons localisé de nombreux édifices suburbains ainsi que l’enceinte venant les protéger au XIVe s., dite la Palissade. Cependant, la ville a perdu tous ses faubourgs lors des conflits religieux du XVIe s. et en particulier avec la construction d’une enceinte bastionnée, elle-même arasée en 1624. Ces profonds bouleversements sont suivis, aux XVIIe et XVIII.e s., d’aménagements très importants : la construction d’une citadelle à l’est et, à l’ouest, la création de la place royale du Peyrou. En outre, à partir de 1840 avec l’extension urbaine consécutive à l’arrivée du chemin de fer et à l’accroissement massif des ressources viticoles et des habitants, les faubourgs connaissent une réorganisation radicale. Tous ces faits rendent illusoire la recherche des traces médiévales dans la topographie actuelle des faubourgs montpelliérains3. Nous limitons donc notre analyse morphologique à l’intra muros, c’est-à-dire au périmètre urbain inclus dans la limite des boulevards, vestiges des fossés de la Clôture commune du XIIIe s. Notons toutefois que cette zone n’est pas exempte de mutations aux époques modernes et contemporaines. Les ordres religieux de la Contre Réforme et les élites remembrent des parcelles, parfois même des îlots entiers pour l’établissement de leur institution ou de leur demeure. Le XIXe s., notamment la période haussmannienne, éventre le centre ancien dans des quartiers constitutifs de la ville médiévale, comme celui des marchés.

  • 4 Ce document est conservé aux Archives communales de Montpellier (série II).

5Le fonds cartographique choisi pour le report de cette étude morphologique est un plan conservé aux Archives Communales de Montpellier (Fig. 2). Ce document porte le nom du Trésorier de France à l’initiative de son élaboration, en 1788, le Sieur Flandio de la Combe. Il ne nous en reste qu’une copie sans date mais que divers détails, comme la présence d’une place Louis XVI, renvoient à la Restauration, circa 18204. La comparaison avec le cadastre napoléonien et les correspondances nombreuses entre les numéros de parcelle des matrices de 1788 et ceux inscrits sur le plan des années 1820, rendent incontestable la filiation entre l’original perdu et la copie. Il s’agit du plan parcellaire le plus ancien connu pour Montpellier et, malgré les distorsions topographiques inévitables à cette date, d’un document fiable pour notre travail.

PRINCIPAUX REPÈRES HISTORIQUES

1. Un projet urbain du XIe s.

  • 5 Duhamel-Amado, Claudie. « Aux origines des Guilhems de Montpellier, questions généalogiques et ret (...)

6Montpellier est une ville neuve, sans substrat antique. Elle appartient aux Guillaume, descendants de saint Guilhem, membres de la grande aristocratie carolingienne. L’étude de Claudie Duhamel-Amado sur leur lignage met en évidence le redéploiement patrimonial de ces membres, précocement implantés dans la moyenne vallée de l’Hérault jusqu’à leur réception du manse de Montpellier donné en 985 par le comte de Melgueil (Mauguio) pour services rendus5. Le choix du site s’avère judicieux : un évêché isolé sur l’île de Maguelone et un comté, celui de Melgueil, un temps nomade et de moindre prestige que les nouveaux maîtres de Montpellier. Par des conflits et des accords, les Guillaume imposent dès le XIIe s. leur pouvoir régional et leur ville.

7Les premiers indices d’aménagement d’un village castral apparaissent dans les années 1040. Entre 1090 et 1103, les textes décrivent cet ensemble : le château Saint-Nicolas et sa « condamine », territoire dans sa dépendance où prennent place les marchés et le lieu de culte, la chapelle de pèlerinage Sainte-Marie. Les plus anciens documents montrent une structure polynucléaire : sur la colline même de Montpellier le village Saint-Firmin à proximité du site castral ; à l’est, la villa de l’évêque de Maguelone, sur la colline de Montpelliéret (voir infra : le site). Là se développe un habitat autour de l’église Saint-Denis. Les initiatives de Guillaume V et surtout de Guillaume VI, dans la première moitié du XIIe s., accroissent la puissance de Montpellier par toute une série de mesures, politiques, économiques et démographiques : affirmation de leur pouvoir face aux potentats locaux, accords avec Gênes et Pise, réouverture du port antique de Lattes, contrôle de la monnaie melgorienne, soutien aux hôpitaux, aux ordres religieux avec le contrôle des implantations concurrentes (clunisiens), faveurs accordés aux émigrants, etc.

8En 1130-1140, une enceinte urbaine réunit, sous le contrôle du bourg castral, le noyau Saint-Firmin et le nouveau quartier Sainte-Croix où Guillaume VI a implanté son palais vers 1129. L’acte d’enclore manifeste, à Montpellier comme ailleurs, l’affirmation d’un pouvoir sur la ville naissante. Il provoque une violente sédition d’une partie de la chevalerie urbaine ; entre 1140 et 1143, Guillaume VI, chassé de Montpellier, ne parvient à assiéger victorieusement la ville qu’avec l’appui du Pape, des Gênois, des Pisans et des Catalans. Après sa reprise en main par les Guillaume, la ville connaît une période de très grande prospérité dans la seconde moitié du XIIe s. Un système politique pré-consulaire se met en place. Les métiers majeurs qui fondent la vie économique sont très actifs : changeurs, teinturiers, poivriers. Les marchands montpelliérains représentent le Languedoc aux foires de Champagne et installent des comptoirs dans les principaux ports méditerranéens. L’université, avec l’enseignement du droit et de la médecine, donne déjà à cette ville sa particularité : un grand centre financier, carrefour des échanges entre Méditerranée et pays nordiques, doublé d’un centre intellectuel renommé. Dès les années 1160, l’évêque de Maguelone possède sa « salle » dans la zone de Montpelliéret qui borde la route. Se crée alors un quartier « urbain » de sa coseigneurie nettement opposé au caractère rural de la majeure partie des biens épiscopaux, notamment sur le sommet de la colline près de la paroisse Saint-Denis. Ce partage entre les Guillaume et les prélats maguelonais dure jusqu’en 1293, date à laquelle Philippe le Bel se substitue à l’évêque. La limite des deux pouvoirs emprunte les axes majeurs de la topographie médiévale (route de pèlerinage, route de Mauguio). Le statut de coseigneurie ne prend fin qu’en 1349 avec l’entrée de Montpellier dans le giron des rois de France.

2. Une métropole méridionale

9L’année 1204 voit une double révolution : l’arrivée au pouvoir d’un lignage concurrent, celui du roi d’Aragon et, en contre partie de leur complicité, l’octroi aux habitants d’une charte de franchise extrêmement libérale. Les libertés urbaines sont comparables à celles des cités italiennes ; la ville atteint alors son apogée. Les consuls tirent parti de la minorité de leur seigneur Jacques Ier et de la situation particulière de Montpellier, enclave aragonaise dans le midi capétien. Les historiens évaluent entre 35 000 et 40 000 le chiffre de ses habitants au XIIIe s., ce qui la place largement en tête des cités voisines, à un rang comparable à celui de Rouen, deuxième ville du domaine français après Paris. Les consuls tirent parti de la minorité de leur seigneur Jacques Ier et de la situation particulière de Montpellier, enclave aragonaise dans le midi capétien. Leurs premières décisions marquent une prise de possession de la ville, politique et économique, mais aussi topographique. C’est d’abord, dès 1205, la construction d’une seconde enceinte, la Clôture commune. L’autre initiative d’envergure porte sur l’aménagement d’un centre civique, religieux et marchand, au milieu de la vieille Condamine : les consuls s’approprient l’église Sainte-Marie qui, sous le nouveau vocable de Notre-Dame des Tables devient l’église-mère de la communauté, siège de ses assemblées ; ils implantent la maison consulaire à proximité immédiate. Enfin, avec une réglementation contraignante, ils fixent les marchés dans ce même secteur et construisent, dès 1212, une poissonnerie. La croissance démographique du XIIIe s. se traduit par une densification de l’intra muros. Au faubourg, de nouvelles institutions viennent accompagner le développement urbain ; ce sont notamment les ordres mendiants, au nombre de sept et dont les principaux, respectant la règle des 500 pas, forment un quadrillage spectaculaire de la ville aux quatre points cardinaux. Sur le Puy Arquinel, le « quartier latin » montpelliérain accueille les écoles de droit et de grammaire.

10Après l’achat de sa coseigneurie à l’évêque de Maguelone par Philippe le Bel en 1293, Montpelliéret reçoit les institutions provinciales de la monarchie : la Monnaie, le Tribunal du Petit Scel. Ce mouvement de conquête capétienne de l’enclave aragonaise s’achève en 1349 lorsque Jacques de Majorque vend Montpellier à Philippe de Valois. Au lendemain de la Peste Noire de 1348 et alors que la France est engagée dans le conflit ruineux qui l’oppose à l’Angleterre, cette annexion scelle le début du déclin de la métropole médiévale. En 1364, le pape Urbain V tente de soutenir l’université défaillante. Ancien élève et professeur de Montpellier, il crée, entre autres, le très vaste collège-monastère Saint-Benoît (cathédrale et université de Médecine actuelles). En 1445, Jacques Coeur fait de Montpellier le centre de ses affaires avant de lui préférer Marseille. Ces tentatives restent des sursauts éphémères. La Palissade, enceinte précaire destinée à protéger les faubourgs des raids anglais, est entreprise en 1364 : par son ampleur, elle restitue l’apogée topographique de la ville médiévale ; par l’aspect dérisoire de sa conception, elle révèle cruellement la crise des finances communales. Montpellier à la fin du Moyen Age perd sa qualité de place marchande et bancaire ; elle entre dans une période de déclin économique et démographique durable ; elle change aussi de statut : les Capétiens puis les Valois en font une ville d’autorité, la capitale administrative du Languedoc oriental.

11La spécificité de l’histoire médiévale de Montpellier tient dans la réussite d’une ville nouvelle. Comme nous l’avons montré dans la publication des résultats de nos recherches, avec la contribution décisive de Claudie Duhamel-Amado, ce succès est la conséquence d’un acte politique : il faut voir dans la genèse de Montpellier un véritable projet urbain mené à bien entre la fin du Xe et le début du XIIe s. par le lignage des Guillaume.

ANALYSE MORPHOLOGIQUE

1. Le site (Fig. 1)

12Le site de Montpellier s’étend sur trois collines : à l’ouest, le promontoire du Puy Arquinel (occupé depuis le XVIIIe s. par la place royale du Peyrou) ; à l’est, celui de Montpelliéret (mis à niveau avec la ville au XVIIe s. et utilisé pour servir de socle à la citadelle) ; au centre la ville intra muros, sur une colline culminant à 50 m., limitée au nord par le ruisseau du Merdanson (Verdanson). Le report des courbes de niveaux montre la plus forte déclivité de la partie nord et une pente plus douce vers le sud où s’opère le plus grand développement. Du haut de son « puech », la ville domine le réseau routier antique formé de la voie domitienne et du chemin du sel. La route de pèlerinage qui se substitue à une époque inconnue à la via Domitia, utilise le vallon séparant la colline de Montpellier de celle de Montpelliéret.

13Le réseau hydraulique répond aux nécessités d’une implantation urbaine importante : le ruisseau du Merdanson reçoit très tôt tanneries et draperies ; au sud, celui des Aiguerelles fixe les horticulteurs. Ces deux rivières se jettent dans le Lez, fleuve côtier coulant à 1,5 km environ, à l’est de la ville. Dans l’Antiquité ce fleuve servait de lien entre le port de Lattara (Lattes) et le relais de Substantio sur la via Domitia.

14Ce site est donc favorable, sans être exceptionnel, semblable à celui de multiples villae ou castra naissants dans l’explosion démographique et urbaine du XIe s.

2. Les structures morphologiques (Fig. 4)

15Le territoire de l’analyse est bien circonscrit par les boulevards actuels qui ont occupé progressivement l’emplacement de l’enceinte dite la Clôture commune, à partir de la Révolution.

16- Le chemin de pèlerinage (Fig. 4, n° 1)

17A l’intérieur de ce périmètre une première structure, encore bien visible, se compose du tracé d’un axe routier et d’un carrefour (Fig. 4, n° 1a). La route d’orientation nord-sud emprunte les rues actuelles du Pila-Saint-Gély, de la Vieille-Aiguillerie, Jacques-Coeur et Grand-Rue-Jean-Moulin. On retrouve ici le chemin de pèlerinage qui correspond aussi à la route entre Saint-Gilles, Nîmes au nord et Béziers au sud, plus largement entre l’Italie, la France et l’Espagne. Au sud-est, la rue de la Loge actuelle se prolonge et constitue hors les murs la route du port de Lattes et de la mer. Trois bifurcations se dirigent vers la place Jean Jaurès actuelle : au nord, la rue de l’Aiguillerie (Fig. 6, n° 25), à l’est, la rue de la Loge (Fig. 6, n° 29) et au sud, la rue de l’Argenterie (Fig. 6, n° 44). La place, occupée sur le plan dit de Flandio par une halle, correspond à l’emplacement de l’église Sainte-Marie, puis Notre-Dame des Tables, démolie à la Révolution.

18Cette structure dynamique formée de la route de pèlerinage, d’une patte d’oie reliant l’église et la route et du carrefour entre voies terrestre et maritime constitue, comme nous le verrons avec l’étude historique, le dispositif majeur du développement urbain.

19- Le quartier de la Condamine (Fig. 4, n° 2)

20A l’ouest de la route un alignement semi-circulaire, composé des rues actuelles Embouque-d’Or, des Trésoriers-de-France, de la Croix-d’Or et Cauzit signale la limite, peut-être fortifiée, d’un quartier organisé autour de l’église Sainte-Marie. S’il s’agit d’une enceinte, englobe-t-elle d’autres secteurs ? à la même époque ? postérieurement ? Nous ne le savons pas. Par ailleurs, la pérennité de la vocation marchande du secteur se manifeste aussi sur le plan dit de Flandio, par la présence de la boucherie et de la halle. Il semble qu’il faille restituer ici le centre marchand de la ville médiévale.

21- Le quartier Saint-Firmin (Fig. 4, n° 3)

22Au nord-ouest de ce quartier central, une structure circulaire se signale par son empreinte tout à fait prégnante dans la morphologie urbaine. Les percées du XIXe s. en écornent la partie nord. La construction de l’église Sainte-Anne moderne, à proximité et au sud, peut masquer certaines composantes du quartier médiéval. Depuis les balbutiements de la cartographie urbaine au début du XVIIe s., les plans postérieurs figurent ce cercle avec une constance révélatrice de son évidence aux yeux des topographes successifs. Le quartier situé sur la colline même de Montpellier présente un noyau central d’un diamètre de 50 à 60 m environ. Ces données peuvent indiquer un enclos ecclésial. La position de l’église et du cimetière attenant est connue grâce à des plans anciens (relevé de l’architecte D’Aviler en 1700) et à une campagne de fouille occasionnelle menée en 1909 par la Société archéologique de Montpellier. Sur le plan dit de Flandio, un jardin pérennise l’emplacement de la nécropole. La rue médiane d’orientation est-ouest, traversant de part en part le noyau circulaire, est atypique dans ces espaces de sûreté bien connus par ailleurs.

23Il est possible de proposer une restitution de toute cette zone avec un quotient de probabilité important. Cette opportunité ne se retrouve qu’avec certains lotissements des XIIIe et XIVe s. et avec la Clôture commune.

24- La rue Carbonnerie (Fig. 4, n° 4)

25La rue Carbonnerie présente un tracé rectiligne, contrastant avec le caractère courbe des voies du centre médiéval. Elle forme la limite sud du quartier du Cannau, un secteur particulièrement bouleversé par l’époque moderne qui attire l’attention par sa forme singulière. Il occupe la plate-forme nord de la colline en fort surplomb par rapport à la route de pèlerinage.

26- La première enceinte urbaine (Fig. 5, n° 5a, b, c et d)

27L’analyse morphologique apporte de minces indices sur l’existence d’une première enceinte urbaine. Des alignements, fossilisés dans le tissu urbain, sont nettement lisibles, à l’est de la Condamine et à proximité de la place actuelle de la Canourgue, au nord-ouest de la ville. Par ailleurs de grandes parcelles possèdent des jardins en contrebas, signe d’un lotissement des fossés. Elles se situent près de la Condamine : du nord-est au sud-est, les hôtels Baudan de Varennes, Bachy du Cayla, des Trésoriers de France et de la Roche (Fig. 4, n° 5a) ; dans le quartier Sainte-Croix : hôtel d’Audessan (Fig. 4, n° 5b) ; à l’est de Saint-Firmin : les hôtels de Montcalm et des Trésoriers de la Bourse (Fig. 4, n° 5c). Entre Saint-Firmin et la Condamine, le décrochement en baïonnette de la rue Bras de Fer et du « plan » du Sauvage peut indiquer la présence d’une porte (Fig. 4, n° 5d).

28Le parcellaire alerte l’historien des formes urbaines et ouvre une piste de recherche dont la documentation détient les réponses possibles.

29- Le quartier du Peiron (Fig. 4, n° 6a, b et c)

30L’extrémité ouest de la colline se distingue nettement par l’organisation presque régulière du tissu urbain, déterminée par l’axe du palais de justice et par la présence d’une place attestée sur les plans terriers comme « plan de l’Orgerie » (Fig. 4, n° 6a). Il s’agit de l’espace public le plus vaste de la ville médiévale (les autres places datent en effet des destructions liées aux guerres de religion). Deux cheminements d’orientation est-ouest mettent en relation ce secteur avec la Condamine : la rue Saint-Firmin (Fig. 4, n° 6b) et la rue de la Barralerie, plus au nord, au tracé rectiligne trahissant une opération d’urbanisme concertée (Fig. 4, n° 6c). L’aménagement de ces cheminements nouveaux permet de dater le quartier ouest d’une façon relative comme postérieur à la première enceinte urbaine dont il constitue un faubourg.

31- Les lotissements réguliers (Fig. 4, n° 7a, b, c et d)

32Sur les pentes nord et sud de la colline prennent place quatre lotissements réguliers. Ces quartiers présentent dans la topographie contemporaine un dessin orthogonal remarquable de la trame viaire. Cette caractéristique apparaît nettement dans les quartiers sud-ouest (celui « de la Valfère », Fig. 4, n° 7a) et nord-ouest (celui « du Légassieu », Fig. 4, n° 7b) qui révèlent l’ampleur du phénomène et sa portée. L’orthogonalité et le parallélisme rigoureux des tracés de rues ordonnés sur celui de l’enceinte, la régularité des îlots manifestent une maîtrise dans le domaine de l’urbanisme qui ne laisse aucun doute sur le caractère sinon autoritaire, du moins concerté de tels aménagements. Ces traits se retrouvent dans le quartier nord-est où la régularité du tracé s’adapte au relief ici très accentué (Fig. 4, n° 7c) et au sud-est de la ville (entre les portes de Lattes et de la Saunerie, Fig. 4, n° 7d).

33Les caractéristiques fondamentales du tissu urbain permettent de reconnaître en maints endroits de petites parcelles régulières, rectangulaires ou carrées, de développement en façade limité entre 5 et 6 m environ, pour une profondeur variant de 6 à 10 m ou parfois plus, avec ou sans courette, et disposées régulièrement dans l’îlot.

  • 6 Ginouvez, Olivier. DFS. Faculté de Droit (ancien couvent de la Visitation), à paraître.

34Peut-on en déduire une forte densité d’occupation dès le Moyen-Age, dès la création de ces lotissements ? La question reste sans réponse définitive. Des fouilles récentes vont sans doute apporter de précieuses informations sur ce sujet6.

35- La seconde enceinte (Fig. 4, n° 8)

36La vue aérienne et le plan de la ville actuelle font apparaître avec clarté l’image de la ville médiévale sous la forme d’un « écusson » délimité par les boulevards actuels Ledru-Rollin, du Jeu de Paume, de l’Observatoire, Victor Hugo, Sarrail, etc. On reconnaît ici le tracé d’une enceinte que l’on peut reconstituer sur la plus grande partie de son parcours grâce à une iconographie moderne abondante, la seule exception portant sur le front est, démoli au début du XVIIe s. De cette fortification dite la Clôture commune (dont on verra qu’elle date du début du XIIIe s.), deux tours subsistent aujourd’hui (Fig. 4, n° 8a et 8b), avec également quelques vestiges de courtine englobés dans des constructions privées et deux portes reconstruites postérieurement.

37Au-delà d’une analyse détaillée du tracé qui a été proposée dans notre publication et qui suppose une interprétation historique significative (voir infra), retenons ici le fait que les caractères les plus marquants de l’urbanisme de la période se retrouvent dans cet agrandissement. C’est tout d’abord le changement d’échelle : l’enceinte quadruple grosso modo la superficie enclose, avec un territoire de 45 ha environ qui reste modeste comparé aux villes du nord de la France, mais place cependant Montpellier parmi les grandes villes de l’armature urbaine du Languedoc. C’est ensuite la régularité du tracé : dans l’emplacement des dix portes qui peuvent être précisément localisées et des tours, dans le tracé rectiligne, dans les angles formés par la courtine au nord-ouest et au sud.

38La fortification répond donc sans conteste à un parti d’ensemble. L’archéologie de son tracé et de ses dispositions la signale comme un élément concerté.

ANALYSE HISTORIQUE

39- Le château Saint-Nicolas (Fig. 5, n° 1)

  • 7 1090 : convention entre l’évêque de Maguelone et le seigneur de Montpellier. Liber instrumentorum (...)

40Des textes primordiaux conservés dans le Cartulaire seigneurial, datés de 1090 pour l’un, de 1103 pour le second, nous informent sur l’existence à cette date d’un château (castellum)7. En 1090, l’église Saint-Nicolas est citée et des documents postérieurs l’identifient comme la chapelle castrale (1103 et sq.). Cet ensemble date selon nos recherches du milieu du XIe s., d’après des mentions de fours antérieurs à 1042 (date des derniers actes connus de Guillaume II). En 1103, nous possédons une description précieuse du château : il est défendu par sa propre enceinte, ouverte par deux portes au moins (mur, demi-tour, porte du château... juxta murum...,...usque ad bisturrem...,...juxta portam castelli...). Un autre texte de la même période mentionne la tour et la forteresse de Guillaume (...de ipsa turre et de ipsa forteza...). Le caractère militaire de l’ensemble castral ne laisse donc aucun doute. Ce rôle stratégique est assigné probablement dès l’origine au château de Montpellier. En 1103, un dénombrement partiel y localise plus de 13 maisons (au moins 9 estare, 1 solarium, 4 domos). Cet habitat intra muros suppose une place forte assez vaste, mais dont l’emprise et la superficie restent hypothétiques. Les documents permettent aussi de restituer la structure de la porte et de la chapelle Saint-Nicolas : l’oratoire est porté par le porticum, passage couvert qui contrôle l’accès au château par la rue « française » (actuellement rue de l’Aiguillerie). Souvent associé aux entrées et passages le saint donne ici son vocable à une église-porte.

  • 8 Guiraud, Louise. « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen-Age », Mémoires de la sociét (...)

41La destruction du château intervient avant 1150, après le conflit de 1143 opposant le seigneur, Guillaume VI, et une partie de ses chevaliers, pour le contrôle de la ville en plein essor. L’emprise et la restitution du castellum deviennent, de ce fait, extrêmement difficiles. Les bouleversements topographiques postérieurs (remembrements privés du Moyen Age et religieux de la période moderne, en particulier le couvent des Capucins) en ont effacé toute trace. La localisation de l’arc Saint-Nicolas due à l’historienne Louise Guiraud n’en devient que plus précieuse8 (Fig. 4, n° 1a). Les risques encourus par les maisons le jouxtant en cas de démolition ont sauvé et la porte et la chapelle. L’ensemble survit à l’arasement du château et ne disparaît qu’au XVIe s. lors des conflits religieux. Le castellum se trouve donc aux abords de la place Pétrarque actuelle ; de part et d’autre de la rue de l’Aiguillerie, à l’ouest, ou bien encore à l’est ? Rien ne permet de conclure avec assurance. La deuxième proposition est certes plus favorable du point de vue stratégique, puisque le château dominerait alors tous les environs, du nord-ouest au sud-est, sur 180 degré environ ; pour cette raison, nous la retenons à titre d’hypothèse. Ainsi localisé, et c’est là le fait essentiel, le château fort contrôle la route et la Condamine.

42Au nord, le quartier du Cannau amortit la pente très forte dans ce secteur (Fig. 5, n° 1b). Le quartier reste peu peuplé encore à la fin du XIIe s. et le toponyme Camp nov apparaît avant 1447. Cette dénomination indique peut-être un bâti postérieur à celui du côté sud de la rue Carbonnerie, connue par les textes dès le XIVe s. et qui apparaît avec cette régularité sur les plans les plus anciens (terriers de la fin XVIe s.). Par ailleurs, la difficulté d’interprétation de ce quartier est aggravée par la proximité d’une zone où des mutations viaire et parcellaire datent du Moyen Age : ainsi les empiètements sur la partie nord de la rue Petite-Loge actuelle et le remembrement de deux parcelles à la fin XIIIe ou au début du XIVe s. pour l’aménagement d’un hôtel particulier. Sans doute faut-il interpréter ce plateau comme un glacis au pied du château.

43- La Condamina (Fig. 5, n° 2)

  • 9 Voir le texte de 1103 cité en note supra.
  • 10 Liber instrumentorum memorialium, p. 266, acte n° CXXXI (2e moitié du XIe s.) «... unam tabulam qu (...)

44Le texte de 1103 cite la Condamine et donne des éléments de description. Cette zone, dans la dépendance directe du château, abrite à cette date, une quinzaine de demeures, confrontant l’église Sainte-Marie (mentionnée dès 1090) ou proches d’elle (comme pour le château, ce dénombrement est partiel)9. La mention indirecte d’un marché ressort d’un document du début du XIIe s.10. Les activités économiques autour de l’église (change en particulier) et dans le quartier avoisinant se précisent au cours de la première moitié du XIIe s. (Fig. 5, n° 2a). Les données textuelles ne permettent pas de savoir si la Condamine est enclose ou non à l’origine, protégée par un simple fossé ou une palissade ; les seuls indices sont les mentions défensives dans les parties du texte de 1103 concernant le château, et a contrario, leur absence totale dans la Condamine. Cependant l’existence d’un porticum, en 1126, peut indiquer une entrée fortifiée (Fig. 5, n° 2b). Sa mention comme portail (portale) en 1157, avec le même nom (Obilion), nous permet de le localiser précisément. La présence d’une porte en 1126 rend plus difficile l’interprétation historique du tracé semi-circulaire identifié : à quelle phase de développement de la Condamine correspond-il ? S’agit-il de son emprise originelle ou celle d’un développement spatial postérieur ?

  • 11 Heers, Jacques. La ville au Moyen Age en Occident : paysages, pouvoirs et conflits. Paris, 1990, p (...)

45Il est impossible de restituer le tissu urbain, sinon par quelques monographies particulières donnant des indications typologiques sur les demeures médiévales des XIIIe-XIVe s. Il convient de retenir l’indication globale d’une structure de type « médina » dans la partie sud de la Condamine, comparable à celle proposée par Jacques Heers pour le quartier marchand de Gênes : une organisation spatiale correspondant aux structures d’habitat clanique et aux impératifs économiques (entrepôts)11. Il est vrai qu’après la « révolution consulaire » de 1204, les nouveaux maîtres de la ville créent, près de l’église-mère de la communauté, un centre politique et marchand par des initiatives autoritaires et des travaux (maison commune, reconstruction de l’église rebaptisée Notre-dame des Tables, création de marchés, dont une poissonnerie couverte, etc.). Le quartier se densifie et accueille les élites économiques aussi bien que les petits boutiquiers, dans une lutte constante entre le respect de l’espace public et les prétentions privées.

46- Le carrefour, la route (Fig. 4, n° 1 et 1a)

47La documentation ne permet pas de dater l’abandon progressif de la via Domitia au profit de la route médiévale (cami roumieu, cité en 1118) entre la France et l’Espagne, sur ce tronçon de plaine littorale où se fixe Montpellier. Il est difficile de savoir si le nouveau chemin préexiste au village castral, ou si l’implantation de Montpellier suscite cette modification du réseau routier. Cependant, en 1103 sûrement, dès les années 1040 peut-être, le château domine et contrôle la route de pèlerinage. On peut émettre l’hypothèse que la route détermine le choix de l’emplacement de la place forte et lui est donc antérieure. Les textes confirment l’importance du carrefour formé par la route et le chemin de Centrayrargues, vers la mer et le siège du comté, Melgueil (Mauguio, actuellement). Comme nous l’avons signalé, le porticum de la Condamine dès 1126 ouvre précisément sur cette dernière voie. Depuis la route de pèlerinage, les principales rues mentionnées parmi les premières : les rues Française [actuellement de l’Aiguillerie], de Centrayragues [actuellement de la Loge] et de l’Argenterie convergent vers l’église Sainte-Marie. La relation entre la Condamine et le chemin de pèlerinage, subsiste dans la topographie actuelle : le chemin « contourne » la Condamine à l’est. La porte-chapelle Saint-Nicolas et la porte sur la route de la mer, l’une présente dès 1090, la seconde en 1126, viennent corroborer le dispositif topographique analysé supra, comme l’élément clef de l’organisation dynamique du village castral.

48- Le quartier Saint-Firmin (Fig. 4, n° 3)

49La forte présence topographique de ce secteur se traduit par des hypothèses contradictoires dans l’historiographie montpelliéraine : emplacement du château primitif ou de la première paroisse ? Le sujet est d’autant plus ardu que la recherche nécessite le recoupement de sources éparses et lacunaires, sans que les conclusions ne dépassent le stade de l’hypothèse. Le lieu de culte, Saint-Firmin, est mentionné en 1113, puis en 1114 avec titre de paroissiale. Un acte de 1132 atteste la présence d’une enceinte collective, probablement rudimentaire. Le secteur atteint probablement à cette date son extension maximale. En effet, le cimetière primitif est rejeté hors les murs avant 1114 (existence d’une seconde nécropole désaffectée dès le milieu du XIIe s. ; troisième cimetière paroissial en service dès 1167, loin de la ville, au sud, sur la route de Béziers). La position périphérique de l’église se retrouve dans d’autres enclos ecclésiaux ainsi que dans certaines fondations villageoises ecclésiastiques ; cela peut-il signifier une valeur prophylactique accordée à la présence de l’église comme l’hypothèse a été soutenue pour les chapelles sur porte de château (le cas se retrouve à Montpellier avec la chapelle castrale Saint-Nicolas) ? L’église incluse dans l’enceinte peut-elle induire la préméditation d’un lotissement enclos ? Aucun vestige de fortification n’est actuellement lisible sur toute la périphérie du secteur ; de même l’emplacement des portes reste inconnu. La tentative de retrouver les tracés viaires primitifs ou des modules parcellaires se heurte aux modifications topographiques du secteur (destruction de l’église au XVIe s., notamment).

50Nos conclusions privilégient le lotissement d’un enclos ecclésial par un lignage aristocratique allié mais non assujetti aux Guillaume : celui de grands aristocrates biterrois, les Arnaud de Sauvian. Leur patrimoine est apparemment autonome par rapport, à la fois à l’évêché de Maguelone et à la seigneurie des Guillaume. Guillaume Arnaud de Sauvian, allié et parent de Guillaume V, possède l’église et l’honor ecclésial avant 1097. Guillaume Arnaud de Sauvian a-t-il investi un enclos ecclésial préexistant ? A-t-il aménagé sur la colline de Montpellier un bourg antérieur à la création du château Saint-Nicolas ? A-t-il contribué au développement du site en fondant un bourg satellite de peuplement ? L’évêque de Maguelone a peut-être tiré profit de la participation de Guillaume Arnaud et de Guillaume V à la Première Croisade pour ériger ce lieu de culte en église paroissiale, afin de s’ouvrir une emprise sur le site de Montpellier. Guillaume Arnaud meurt avant 1097 (probablement en Palestine) et un autre lignage allié des Guillaume, celui des Ebrard, semble recevoir le patrimoine de Saint-Firmin. Il faut attendre 1144-1146, pour voir Guillaume Ebrard reconnaître tenir ses biens en fief de Guillaume VI. Après la sédition urbaine de 1143, ce dernier cède son palais de Sainte-Croix au prieur de Saint-Firmin dont il reçoit en échange les propriétés dans ce quartier. Ainsi en 1144, Guillaume VI dispose-t-il d’une « salle » à Saint-Firmin. Il s’agit là de l’unique trace d’une demeure du seigneur de Montpellier dans ce secteur où n’existe aucune trace, formelle ou textuelle, d’un château, d’une tour, pas plus que de fonctions marchandes. Saint-Firmin reste la seule paroisse de Montpellier jusqu’à la Contre-Réforme. Les autorités ecclésiastiques refusent d’en créer d’autres malgré la croissance urbaine et les suppliques des autorités civiles. Le problème de la datation relative de ce village ecclésial et du village castral reste à résoudre. Cependant, la vitalité du village castral indique sans conteste, son rôle prédominant et moteur dans la genèse de Montpellier.

51- Le faubourg de Montpelliéret (Fig. 5, n° 3)

52La documentation permet d’attribuer la fondation de Montpelliéret à l’évêque Arnaud de Maguelone (1029-1060). En 1090, sont mentionnés l’église de Montpelliéret, le cimetière et le « cap manse ». Cette église de Monte peslairet, mentionnée sans vocable en 1090, correspond assurément à l’église Saint-Denis de Montpelliéret. Des textes et des plans antérieurs à sa destruction, au XVIe s., et au réaménagement complet du site au XVIIe s. (Citadelle), permettent une localisation assez précise de l’église avec son cimetière attenant. A la fin du XIe s., l’habitat paraît en phase de croissance importante. A plusieurs reprises dans l’acte de 1090 et dans le serment contemporain qui lui fait suite apparaissent des indices d’un accroissement du secteur épiscopal : la mention des édifices faits ou à faire à Montpelliéret ; l’engagement souscrit par Guillaume de ne pas en empêcher la construction mais au contraire d’y contribuer si l’évêque le souhaite. En 1113, enfin, Saint-Denis de Montpelliéret apparaît avec le statut de paroisse ce qui confirme l’existence alors d’un noyau peuplé, doté en outre de fours. Jamais cependant, dans l’histoire médiévale et moderne de Montpellier, le bourg épiscopal ne se montre en mesure de rivaliser avec la puissante ville voisine et conserve l’aspect d’un faubourg agricole. Il est permis de penser que, malgré la promesse faite en 1090 à l’évêque, les seigneurs de Montpellier, comme pour d’autres villae ou castra, ne sont pas étrangers à cette stagnation du bourg concurrent de Montpelliéret. Entre 1154 et 1156, l’évêque de Maguelone achète plusieurs maisons à la « Flocaria », soit sur la bordure est de la route. La première mention de la résidence épiscopale date de 1163. Le terrain doit être assez vaste, un îlot entier au moins d’après les textes. Bien connue plus tard, cette demeure se situe dans l’actuelle rue Salle-l’Evêque (Fig. 5, n° 3a). Le choix de l’emplacement est judicieux : hors les murs, mais à proximité immédiate de la ville et de la route, sur un point dominant le faubourg de Nîmes. Avec la présence dans ce secteur industriel d’un clan aristocratique (les Adalguerius, futurs châtelains de Boutonnet) et la résidence urbaine de l’évêque, l’évolution du quartier semble déjà accomplie. Les industries textiles abandonnées au profit d’un commerce de luxe laissent la place à un quartier résidentiel. La nécessité qu’éprouve l’évêque à disposer en permanence d’une demeure et du siège de sa juridiction à proximité immédiate de Montpellier apporte un ultime témoignage de l’importance reconnue à la ville des Guillaume, dès lors et pour longtemps la principale agglomération du diocèse de Maguelone. A partie de 1293, Montpelliéret passe dans le domaine des rois de France. Ils y implantent très vite la monnaie, le tribunal du Petit Scel, le siège de la justice royale. La spécialisation du quartier en secteur résidentiel de la noblesse, des officiers royaux et de la bourgeoisie se confirme au XVe s. (demeure de Jacques Coeur). Cette histoire singulière (co-seigneurie et point d’ancrage des capétiens en terre aragonaise) explique la topographie du secteur. Au Moyen Age, on peut sans doute y rattacher les petites parcelles oblongues et perpendiculaires à la voie qui dominent au nord-est, résidus des maisons d’artisans du textile. Il s’agit du seul indice révélant un faubourg linéaire d’origine médiévale. Les autres signes particuliers de la zone, bien plus apparents, sont la prédominance d’un très grand parcellaire et la présence d’espaces libres nombreux et vastes. Le secteur se démarque ainsi nettement de la densité exceptionnelle qui caractérise la ville intra muros. On peut signaler également le grand nombre d’institutions religieuses réunies ici. Faut-il les attribuer à la Contre-Réforme où y voir la conséquence de la coseigneurie épiscopale sur Montpelliéret ? Quelques vestiges architecturaux de la chapelle des Pénitents, trahissant l’appropriation d’une église médiévale incitent à privilégier une occupation du quartier dès le Moyen Age. On imagine l’ampleur du palais épiscopal, on connaît celle de l’Hôtel de Jacques Coeur. Cependant, les remembrements modernes et contemporains sont venus amplifier les fonctions résidentielles et religieuses du secteur, rendant illusoire la restitution d’une topographie médiévale.

53- Sainte-Croix (Fig. 5, n° 4)

54Le quartier palatin de Sainte-Croix n’est plus visible dans la ville actuelle, notamment en raison de sa mutation en quartier canonial dès les années 1150, suivie, à l’époque moderne, des travaux inachevés pour la construction d’une cathédrale (place de la Canourgue actuelle) et des aménagements de vastes hôtels particuliers.

55Depuis 1103, les viguiers ont la garde du seul château connu dans la ville au début du XIIe s., le château Saint-Nicolas. Guillaume V ne semble pas s’être aménagé une résidence urbaine. Aucun texte n’en témoigne, nulle trace dans la topographie ne laisse entrevoir un quartier seigneurial avant celui, bien attesté, de Sainte-Croix. L’hypothèse la plus vraisemblable consiste à voir en Guillaume V un chef de clan résidant volontiers dans ses nombreuses possessions rurales. L’itinérance des aristocrates détenteurs d’un vaste patrimoine est un phénomène bien connu. Précisément, Guillaume V, dont la seigneurie réelle est brève (entre 1103, date probable de sa majorité et 1121) et entrecoupée par sa participation aux conflits internationaux, s’occupe en priorité d’agrandir son assise foncière ; dès 1114, son premier testament témoigne de cette politique expansionniste.

56Dans les années 1120-1140, avec la seigneurie de Guillaume VI, Montpellier semble devenir le centre privilégié du clan et cette transformation, étape finale d’un lent processus, trouve sa concrétisation dans la construction d’un palais. Guillaume VI se comporte comme un véritable « prince urbain ». Il renforce ses positions dans la ville en portant la croissance hors du secteur concédé aux viguiers. Il commence l’aménagement d’un nouveau quartier à l’ouest de la colline. Il fait construire là le palais Sainte-Croix (Fig. 5, n° 4a). La première mention de cet édifice apparaît dans son testament, rédigé en 1146 : Guillaume VI y mentionne l’église Sainte-Croix qu’il a fait édifier près de sa demeure à son retour de Jérusalem, en 1128. Des achats de terres et des mentions éparses convergent et permettent de dater le palais et la chapelle Sainte-Croix des années 1128-1129. Les textes signalent le caractère résidentiel de cette demeure. Ses descriptions successives (1146, 1151), le terme employé (estare) ne permettent pas d’entrevoir un quelconque élément de fortification. Le nouveau quartier seigneurial de Sainte-Croix est peut-être pourvu d’un four dès 1128 ; la mention d’un four neuf en 1139 apporte un nouveau signe de sa vitalité. Guillaume VI accroît ses propriétés pour lotir et drainer des forces vives hors du quartier vicarial, là où il a établi sa nouvelle résidence. L’emplacement approximatif de la demeure seigneuriale est connu, soit la parcelle occupée par l’hôtel Richer de Belleval (aujourd’hui annexe du Palais de Justice. En 1151, l’ancienne résidence Sainte-Croix, cédée au prieur de Saint-Firmin, devient le siège du gouvernement ecclésiastique. Une nouvelle église Sainte-Croix est consacrée en 1200 comme succursale de la paroisse Saint-Firmin pour le quartier ouest. L’installation au nord-ouest de la ville du membre le plus éminent du clergé montpelliérain avant le transfert de l’évêché au XVIe s., préfigure la forte spécialisation cléricale de ce quartier au fil des siècles et jusqu’à nos jours.

57- L’enceinte de Guillaume VI (Fig. 4, n° 5a, b, c et d)

  • 12 Liber instrumentorum memorialium, p. 96, acte n° LV (1140) « Vallum ad muniendam villam suam in ho (...)

58Une enceinte urbaine est datée par l’historiographie de 1090 ; la restitution qui a été proposée correspond à celle que l’analyse morphologique laisse supposer à travers les quelques indices signalés. Or, la relecture critique des textes et leur mise en perspective par rapport aux recherches récentes nous ont permis de proposer une datation entre 1130 et 1140 et d’en attribuer l’initiative à Guillaume VI. Dans un acte de 1140, par exemple, apparaît une mention capitale : le seigneur « a fait construire une enceinte pour fortifier sa ville »12. Les textes signalent également cinq nouvelles portes en une vingtaine d’années, entre 1139 et 1164 (on ne retient ici que les mentions précisément datées). Par ailleurs, la superficie réduite du territoire enclos nous semble conforme aux interprétations généralement apportées au développement des villes au début du XIIe s. Enfin, l’entreprise seigneuriale s’inscrit dans un mouvement général d’essor urbain et de fortification des villes et des bourgs satellites languedociens et provençaux.

59La localisation des portes mentionnées entre 1139 et 1164 sous les termes de portale ou portalet est difficile. A partir de l’analyse morphologique, il est cependant possible d’envisager celle de la porte Saint-Guilhem citée en 1164, entre la Condamine et le village de Saint-Firmin, dans le décrochement en baïonnette de la rue Bras de Fer remarqué supra (Fig. 4, n° 5d). L’on connaît par ailleurs les portes Saint-Nicolas (accès au château du même nom) sur la rue de l’Aiguillerie et la porte d’Obilion, citée en 1126, future porte de Lattes au début XIIIe, donc sur la rue de la Loge (Fig. 5, n° 1 et 2b).

60Les sources sont trop partielles pour éclairer quelques aspects obscurs dans la description de la ville du XIIe s. esquissée : le quartier du Cannau est-il hors les murs, au nord-est de la ville, ou la nouvelle enceinte l’englobe-t-elle au contraire ? De même, l’évolution du quartier du Peiron que notre restitution laisse hors les murs à l’extrémité occidentale est en réalité mal connue dans la première moitié du XIIe s.

61Aboutissement de la stratégie urbaine des seigneurs de Montpellier, la première enceinte marque la naissance, dans la première moitié du XIIe s., d’une ville rassemblant plusieurs noyaux jusqu’alors indépendants (la Condamine et le noyau Saint-Firmin) ainsi que le nouveau quartier seigneurial de Sainte-Croix. Le territoire urbain intra muros apparaît dans ces grandes lignes : la ville forme une sorte d’ellipse d’environ 440 m de long et 260 m de large environ.

62- Villa nova (Fig. 5, n° 5)

  • 13 Liber instrumentorum memorialium, p. 277, acte n° CXLIV (1139) : «... in quo orto edificatur et co (...)

63Preuve incontestable de la croissance urbaine, plusieurs mentions de l’année 1139 signalent la création d’un faubourg dit Villa nova situé « hors la porte qui va à Béziers », près du chemin de pèlerinage. Aucune charte n’explicite la mise en place d’un lotissement. On sait seulement qu’à cette date, Guillaume VI constitue une rente perpétuelle à l’hôpital Guilhem en dédommagement du préjudice causé par les constructions édifiées dans le jardin de cette institution charitable et sur des terres attenantes, propriétés, elles, de la famille seigneuriale13. L’hospice a été créé pour les indigents par les parents du seigneur, antérieurement donc à 1121. Son emplacement n’est pas connu précisément : l’acte le situe hors la ville, au sud, près du chemin de Saint-Jacques. Tel les hospitalia florissant à cette époque en relation avec la pérégrination, l’établissement a sans doute eu aussi pour vocation l’accueil des pèlerins.

64Toutes ces indications permettent de localiser grosso modo Villa nova entre les fossés sud de la ville et la commanderie du Temple. La présence des Ordres militaires (Temple mais aussi Hospitaliers de Saint-Jean) a peut-être un rapport avec la mise en place de cette structure, même si l’initiative seigneuriale paraît plus probable. D’ailleurs, comme dans le quartier Sainte-Croix, le seigneur se réserve les droits d’un four neuf, soustrayant le nouveau faubourg à la juridiction vicariale.

65L’imprécision de la localisation est en partie due à la difficulté de restitution du faubourg qui provient moins de l’absence de structure que de sa complexité. La trame viaire y apparaît très hétérogène, avec certains indices d’organisation spatiale, comme le parallélisme des rues au nord, qui définit des îlots réguliers et correspond peut-être à un aménagement volontaire. Au sud, dans la zone plus proche du passage de l’enceinte du XIIIe s., les rues suivent son tracé et nous nous trouvons probablement en présence du lotissement progressif des terrains vierges englobés dans cette seconde enceinte.

66- Le château fort du Peiron (Fig. 5, n° 6)

67Redevenu maître de sa ville en 1143, après la sédition évoquée supra, Guillaume VI entreprend immédiatement l’érection d’un château à l’extrémité ouest de la colline de Montpellier, au point culminant du relief. Les termes employés pour décrire le dernier château des Guillaume désignent une véritable place forte : turrim, castrum, vallum, munitiones. La ville acquiert alors un élément fort et durable, siège du pouvoir pour toute la période médiévale. Doté de sa propre enceinte, le nouveau château seigneurial se dresse très probablement à l’extérieur de l’enceinte urbaine. Les phases de la construction sont connues : en 1143, pause de la première pierre de la chapelle castrale ; achèvement et embellissement du château par Guillaume VII en 1152. En 1162, le projet semble exécuté. Sous Guillaume VIII, la chapelle fait l’objet de plusieurs travaux d’ornement et d’agrandissement, signalés en 1152 (« ad opus capelle et ecclesiam quam, Deo auctore, fundaturus sum in castello meo »), puis en 1201.

68Les destructions et remaniements postérieurs rendent très hypothétique toute tentative de restitution du château et de ses environs. Bien que tardifs, des textes et des documents nous renseignent cependant sur l’état des lieux à la fin du XIIe s. Nous connaissons la position de la chapelle, du passage d’entrée à la cour du château et celle du donjon (appelé « Tour de Montpellier » par la chronique municipale du début du XIIIe s.). On peut ainsi avancer l’hypothèse que la forteresse des derniers Guillaume avait grosso modo la même emprise que le Palais de la Cour des Comptes, Aides et Finances de l’époque classique. Là s’élève l’actuel Palais de Justice (construit a novo en 1843), dernier titulaire d’un lieu voué au pouvoir depuis 1143 avec une remarquable pérennité.

69Tout le secteur séparant le château de la ville reçoit dans cette deuxième moitié du XIIe s. des aménagements privilégiés. Guillaume dote le faubourg d’équipements visant à fixer l’activité économique près du nouveau siège du pouvoir féodal. Il établit tout d’abord un marché, renouvelant l’association place marchande-château, telle qu’elle existait au début du XIe s., entre les tables de la Condamine et le castellum Saint-Nicolas. Il y implante ensuite une orgerie et une place destinée au commerce du cuir. Il favorise des fonctions commerciales et artisanales près de sa résidence, portant délibérément vers l’ouest l’activité urbaine au détriment des centres anciens mais toujours actifs de la Condamine. La politique seigneuriale allie la diplomatie (allusions au bien-être de tous), la contrainte (monopole de la vente du cuir), et l’engagement pécuniaire (le seigneur possède des tables et des ouvroirs, achète un « plan » et ses successeurs agrandissent leur patrimoine dans ce secteur ouest par des acquisitions répétées de terres). A la fin du XIIe s., toute la partie ouest, hors les murs, se trouve sous le contrôle ou dans le patrimoine des seigneurs et ce jusqu’à la fin de la période médiévale. L’existence et la direction de la rue Saint-Firmin qui traverse le noyau circulaire d’est en ouest ne s’explique que par la volonté de désenclaver le secteur Saint-Firmin et de le mettre en communication avec la Condamine et le nouveau quartier seigneurial (Fig. 6, n° 34). L’ouverture de cette rue signalerait donc l’une des plus anciennes interventions autoritaires repérées du seigneur sur la voirie montpelliéraine. Les consuls décident, eux, de doubler cet axe au sud avec l’ouverture de la rue de la Baralerie avant 1253 (Fig. 6, n° 21).

70- Les lotissements concertés (Fig. 4, n° 7a, b, c et d)

71Les grandes opérations d’urbanisme identifiées sur les pentes de la colline – dans lesquelles il est évidemment possible de reconnaître des lotissements concertés – ne sont pas documentées. Elles s’inscrivent dans une chronologie relative par rapport à la construction de l’enceinte du XIIIe s. : soit elles constituent un agrandissement que la fortification vient protéger ; soit, hypothèse retenue d’après la recherche, l’enceinte répond à d’autres impératifs dans son tracé et englobe de vastes espaces vides d’habitat qui reçoivent ces lotissements réguliers (voir infra). Une seule mention concerne un secteur proche de l’église Sainte-Anne, que le roi d’Aragon concède en 1237 pour la construction de maisons et d’échoppes : s’agit-il du lotissement de la Valfère lui-même ? Il est impossible de répondre avec assurance, malgré la forte présence de la structure morphologique elle-même.

72La chronologie reste donc hypothétique, mais ces opérations coïncident bien sûr avec le développement urbain que l’étude situe au XIIIe et au début du XIVe s. (dans le deuxième quart du XIIIe s. dans le quartier de la Valfère, avec des mentions de maisons et de cours, et la construction d’un four également). Autre élément de chronologie manifeste : la construction de cinq succursales intra muros qui modifie la topographie religieuse de la période et souligne l’essor démographique du début du XIIIe s. Trois d’entre elles concernent précisément les quartiers nouveaux.

73Enfin, des vestiges et quelques élévations confirment les datations des XIIIe et XIVe s. Plus globalement, on peut sans aucun doute faire remonter à la même période le parcellaire qui subsiste aujourd’hui à Montpellier dans ces quartiers.

74Les nouveaux quartiers accueillent les immigrés, les catégories sociales les plus pauvres, comme les travailleurs de la terre et les petits artisans, la base sociale de la révolte populaire du début du XIVe s. Ils abritent également des activités artisanales et notamment les plus insalubres, comme la fonte des graisses ou du suif au « Légassieu » au nord-ouest de la ville par exemple, une boucherie située à proximité et qui donne son nom à une rue, ou encore, au sud, une triperie mentionnée dès 1250 dans une maison dite « la catalogne ».

75Les lotissements montpelliérains répondent tout à fait au modèle des aménagements liés à l’essor démographique et à l’immigration urbaine des XIIIe s. et XIVe s. L’étude amène d’ailleurs à s’interroger sur la similitude typologique et la coïncidence chronologique frappantes des opérations urbaines dans les deux capitales d’Aragon, Perpignan et Montpellier ; ce qui laisse à penser que les rois d’Aragon sont intervenus dans l’urbanisation de la ville languedocienne. On l’a d’ailleurs déjà signalé à propos de Jacques Ier. Même si nous n’avons pas la preuve de la présence autour du roi d’urbanistes actifs, il faut rattacher le cas de Montpellier au contexte plus large des échanges économiques, culturels et artistiques du monde méditerranéen. La formidable activité de bâtisseurs des rois de Majorque trouve certainement quelques échos dans l’urbanisme montpelliérain.

76- L’enceinte du XIIIe s. : la Clôture commune (Fig. 4, n° 8)

77La fortification qui donne à la ville sa forme caractéristique d’écusson est la mieux connue puisqu’il en subsiste de nombreux plans et des vestiges architecturaux, mais elle fait paradoxalement l’objet d’hypothèses divergentes sur les circonstances de sa création. Le chantier est en effet très peu documenté. Les mentions des portes de la Saunerie et du Pila Saint-Gély en 1205 sont peut-être l’indice des premiers travaux. On sait également qu’en 1206, les « Ouvriers de la Commune Clôture » passent un contrat avec les propriétaires des carrières de Caunelles (près de Saint-Jean de Védas, dans la périphérie de Montpellier) pour l’achat des pierres nécessaires au chantier de l’enceinte. Les acquisitions des terrains pour la création des fossés s’échelonnent, elles, entre 1218 et 1223, les premiers achats concernant le secteur est. L’archéologie, enfin, attribue l’enceinte au début du XIIIe s. et non au milieu du XIIe s.

78La première mention de cette « clôture commune » est donnée dans un acte de 1196 qui, par sa concision et ses imprécisions, pose plus de problèmes qu’il n’en résout. Un possible financement appuie peut-être l’hypothèse d’un projet d’agrandissement de la fortification urbaine : le seigneur, Guillaume VIII, s’engage à ne demander aucune justification pour les comptes ou toute autre cause dans les affaires de la clôture. Mais l’acte stipule peut-être au contraire une simple délégation de pouvoir sur l’entretien et la charge d’une fortification existante, celle construite en 1140.

79En 1204, le roi d’Aragon, Pierre II et sa femme, Marie, confirment l’acte de 1196. Les différences entre les deux documents s’inscrivent dans l’évolution du contexte politique. Le roi et la reine ont en face d’eux, en 1204, des représentants élus par la communauté, alors que les administrateurs précédents étaient désignés par le seigneur. De plus, les hommes ont changé : les huit personnes choisies en 1196 par Guillaume appartiennent à son proche entourage, alors que les sept « ouvriers » élus en 1204 nous sont inconnus. Enfin, le texte de 1204 diffère aussi de la charte qu’il confirme par un nouveau membre de phrase : la fonction des administrateurs est élargie à la construction de la clausura. Il semble donc bien que soit alors envisagé une campagne de travaux concernant une seconde enceinte ; ce que confirmerait un acte de 1205 par lequel le roi autorise que la ville soit emmurée et fortifiée. Dans cette période de mise en place du consulat, fiscalité et défense sont liées : la construction d’une fortification semble bien être le souci primordial du nouveau pouvoir consulaire, comme l’indique l’article 95 de la grande charte de 1204 portant sur les outils institutionnels et fiscaux pour la réalisation prévue.

80L’historique du chantier doit également prendre en compte deux structures majeures déjà évoquées : à l’ouest la forteresse seigneuriale et, à l’est, la route de pèlerinage. Il faut attendre un violent conflit en 1206 et, conséquence directe, le démantèlement du château fort (pérennisé en 1207 dans un accord entre le roi et la Ville) pour que la limite ouest de la fortification puisse être acquise. Cette destruction, l’arasement de l’enceinte castrale et l’inclusion du château dans la ville confirment ainsi la capacité de la Ville à aménager le territoire urbain en fonction de ses intérêts. L’intégration de la route de pèlerinage dans le nouveau périmètre enclos, quant à elle, est préparée par les Guillaume. En effet, la route constitue une frontière fixée à une date indéterminée entre la zone d’influence des seigneurs de Montpellier et celle du comte de Mauguio. Cependant, par un contrat passé en 1189 avec le comte de Toulouse, détenteur depuis 1172 du comté de Mauguio, Guillaume obtient la maîtrise des axes principaux de circulation sur un très vaste territoire, du Vidourle à l’est jusqu’à l’Hérault à l’ouest, et de Montpellier à la mer. Avant le retour du comté de Mauguio dans le domaine pontifical, en 1215, Montpellier dispose donc du chemin de pèlerinage. Ce fait permet d’avancer une explication concernant le fait qu’à partir de 1205, la « clôture commune » englobe le chemin des pèlerins sur tout son parcours entre les deux collines de Montpellier et de Montpelliéret. Cette extension urbaine, rendue politiquement et juridiquement possible, présente une valeur économique au moins aussi forte que la mainmise par la communauté sur l’espace féodal. Les mentions des huit portes de la nouvelle enceinte s’échelonnent entre 1205 et 1232. Deux nouvelles portes viennent plus tardivement s’ajouter aux huit précédentes : le « portail neuf de l’évêque » à l’est, après 1260 et, à l’ouest, une porte venant doubler avant 1270 celle du Peyrou, mentionnée comme « porte vieille » en 1266.

  • 14 Heers, Jacques. « Conclusions ». In : Fortifications, portes de villes, places publiques dans le m (...)

81La fortification témoigne avec force du mouvement de solidarité et de prise de conscience des élites urbaines qui en sont à l’origine. Elle prend en compte, à Montpellier comme ailleurs, l’accroissement topographique et démographique ; comme l’écrit Jacques Heers, « les nouvelles défenses affirment la gloire d’une cité, une réussite, une prétention »14.

Tableau des rues mentionnées au Moyen Age

  • 15 GOURON, André. La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Age. Paris, 1958.
  • 16 Liber Instrumentorum memorialium. Cartulaire des Guilhems de Montpellier. Publié par Alexandre Ger (...)
  • 17 GUIRAUD, Louise. « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen Age ». Mémoires de la Sociét (...)
  • 18 Archives communales, Inv. EE. Archives de la Ville de Montpellier. Inventaires et documents. Fonds (...)
  • 19 Archives communales, Inv. t. 1. Archives de la Ville de Montpellier. Inventaires et documents. « G (...)
  • 20 GRASSET-MOREL, Montpellier, ses sixains, ses îles, ses rues et ses faubourgs. Montpellier, 1908.
  • 21 GERMAIN Alexandre. « Etudes archéologiques sur Montpellier ». Mémoires de la Société archéologique (...)
  • 22 GERMAIN Alexandre. Histoire du commerce de Montpellier antérieurement à l’ouverture du port de Cet (...)
  • 23 GUIRAUD Louise. L’antique cimetière Saint-Firmin de Montpellier et ses abords. Mémoires de la Soci (...)
  • 24 AIGREFEUILLE Charles (d’). Histoire de la ville de Montpellier. Réed. Marseille, 1976.
  • 25 BARRAL Marcel. Les noms de rues à Montpellier du Moyen Age à nos jours. Montpellier, 1989.

Dénomination actuelle

Mention ou nom ancien

Date

Référence

Alexandre-Cabanel (rue)

Vaccarie magna
(grande triperie)

1250

Gouron A., La règlementation des métiers..., p. 11915

Aiguillerie (rue de l’) Section entre l’arc Saint-Nicolas et le carrefour avec la rue Vieille Aiguillerie

Rue Française
(Carreria Francisca)

1104

Liber Instrumentorum..., p. 20716

Idem

Carreria francisca alias dicta vulgariter lagulharie

entre 1327 et 1344

Citée par Guiraud. L., Rech. topogr. p. 27717

Idem
Section entre l’arc Saint-Nicolas et la place des Tables

Rue de la Corragerie
(Carreria Corajarié)

1296

Archives communales, Inv. EE 67818

Idem
Carrefour des rues Aiguillerie, Ecole-Laïques et Ecole-de-Pharmacie

Plan d’En Camburat
(trivio vocato de Camburat)

1294

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 101

Ancien-Courrier (rue de l’)
Section entre la rue Saint-Guilhem et la rue du Bras-de-Fer

Rue des Anes

1404

Guiraud L., Rech. topogr., p. 193

Idem
Section entre la rue Saint-Guilhem et la rue de l’Argenterie

Rue droite

1446

Archives communales, Inv. EE 272

Arc-d’Arènes (rue)
Disparue

Petite Correjarié

1404

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 275

Argenterie (rue de l’)

Rue de la Frenarié

1302

Guiraud L., Rech. topogr., p. 191

Idem

Rue de la Soquarié

1302

Guiraud L., Rech. topogr., p. 191

Idem

Rue de l’Argenterie

1446

Archives communales, Inv. EE 272

Barralerie (rue de la)

Rue de la Barralerie

1253

Archives communales, Inv. t. 1, 298919

Bras-de-Fer (rue du)

Davalade de Saint-Paul

1480

Citée par Guiraud L., Rech. topog., p. 193

Canourgue (plan de la)

Plan dit de Sainte-Croix

XVe s.

Guiraud L., Rech. topogr., p. 214

Carbonnerie (rue de la)

Rue Carbonnerie

1407

Grasset-Morel. Montpellier, ses sixains..., p. 50, n. 120

Castellane (place)

Plan de la Pellisaria

1379

Archives communales, Inv. EE 45

Coquille (rue de la)

Rue Faufrach

1387

Guiraud L., Rech. topogr., p. 118

Embouque-d’Or (rue)

Carriera dicta Bocados

1342

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 240

En-Gondeau (rue)

Rue d’En Gaudon

1431

Germain A., Etudes archéologiques..., p. 24221

Etuves (rue des)

Rue des Bains

1267

Archives communales, Inv. EE 141

Fournarié (rue)

Rue Fournarié ou Fornarié

1525

Guiraud L., Rech. topogr., p. 225

Friperie (rue de la)

Pelherie

1231

Archives communales, Inv., t. 1, 2993-2994

Grand-Rue-Jean-Moulin

Caminus sancti Jacobi

1139

Liber Instrumentorum..., p. 316

Herberie (rue de l’)

Rue de la Draperie

1194

Germain A., Histoire du commerce, t. 1, p. 18822

Jacques-Coeur (rue)

Rue de la Flocaria

1183

Cartulaire de Maguelone, reg. E, f° 143 v°

Jean-Jaurès (place)

Plan des Tables

1352 ; 1391

Archives communales, Inv. EE 38

Idem

Plan des Changeurs

1382 ; 1391 ; 1396

Archives communales, Inv. EE 45, 47, 49

Idem

Plan du Consulat

1382

Archives communales, Inv. EE 46, 272

Loge (rue de la)

Chemin qui mène à Centrairargues

1126

Liber Instrumentorum..., p. 92

Idem

Carrieram fustarie

1273

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 93

Idem

Rue Fustarié d’obilion

1293

Archives communales, Inv. t. 1, 3005

Idem

Plan de l’Herberie

1376

Archives communales, Inv. t. 1, 200

Montfolfier (rue)

Canabasseria petroni (canabasserie du Peyrou)

1301

Guiraud L., Rech. topogr., p. 207

Olivier (plan de l’)

Plan de l’Olivier

1353

Grasset-Morel. Montpellier, ses sixains..., p. 182

Palais (plan du)

Plan de l’Orgerie

1168

Guiraud L., Rech. topogr., p. 328

Idem

Plan peillarié

1387

Guiraud L., Rech. topogr., p. 201

Palais (rue du)

Carriera publica

1254

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 200, n. 2

Idem

Rue de la Draperie ou de la Canabasserie du Peyrou

1326

Archives communales, Inv. EE 348

Idem (partie disparue)

Rue Sabatarié

1387

Guiraud L., Rech. topogr., p. 201

Idem

Rue Draperie Sainte-Croix

1387

Guiraud L., Rech. topogr., p. 206

Idem

Rue Draperie Rouge

1469

Guiraud L., Rech. topogr., p. 207

Idem

Rue Draperie Vieille

1525

Guiraud L., Rech. topogr., p. 207

Pastourel (plan)

Plan d’En Tornamira

1439

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 190

Pelleterie (rue de la)

Rue de la vieille Tenturerie

1343

Archives communales, Inv. EE 383

Petit-Paris (rue du)

Rue de la Saunerie

1261

Archives communales, Inv. EE 210

Petit Scel (place du)

Placiam sive platheam que est ante ecclesiam Sancte Anne

1237

Guiraud L., L’antique cimetière Saint-Firmin..., p. 21423

Petite-Corraterie (impasse de la)

Corratarie

1477

Guiraud L., Rech. topogr., p. 223

Petite-Loge (rue de la)

Rue dite de la Petita Pebraria

Après 1384

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 173

Pila-Saint-Gely (rue du)

Rue Saint Gely

1264

Archives communales, Inv. EE 788

Providence (rue de la)

Carriere nova furni legatorii (Rue du Legassieu) ; bocaria

1360

Archives communales, Inv. t. 1, C. 307

Roucher (rue)

Vaccarie vielhe

1217

Gouron A. La réglementation des métiers..., p. 119

Saint-Firmin (rue)

Rue de la Peilherie

1231

Archives communales, Inv. t. 1, 2993

Idem

Rue de la Friperie

1269

Archives communales, Inv. t. 1, 2994

Idem

Rue droite de la Fabrarié

1480

Guiraud L., Rech. topogr., p. 196

Saint-Guilhem (rue)

Rue Saint-Guilhem

1275

Archives départementales de l’Hérault, G. 3941

Saint-Paul (rue)

Plan devant Saint-Paul

1239

Aigrefeuille C. (d’), citée par Grasset-Morel, Montpellier, ses sixains..., p. 23324

Sainte-Croix (rue)

Descente Sainte-Croix

1404

Guiraud L., Rech. topogr., p. 215

Sauvage (plan du)

Plan d’En Bedos

1449

Guiraud L., Rech. topogr., p. 193

Université (rue de l’)

Rue de la Blanquerie

1136

Liber Instrumentorum..., p. 378

Valfère (rue de la)

Rue de la Valfère

1364

Archives communales, Inv. t. 1, 43

Idem

Carriera Vallis fere

1410

Guiraud L., Rech. topogr., p. 297

Verrerie (rue de la)

Rue de la Verrerie

XIVe s.

Barral M., Les noms de rues..., p. 12225

Vieille-Aiguillerie (rue de la)

Agulhariam veterem ; peyrolerie

1263 ; 1301

Citée par Guiraud L., Rech. topogr., p. 93 et 228

Vieille-Intendance (rue de la)

Rue Descente Saint Germain

1404

Guiraud L., Rech. topogr., p. 215

(plan disparu)

Plan d’En Civade

1302

Archives communales, Inv. EE 678

(plan disparu)

Plan de l’Herberie

1205

Guiraud L., Rech. topogr., p. 310-311

(rue disparue)

Rue de la Vieille Corraterie ou Corraterie de Saint-Germain

1480

Guiraud L., Rech. topogr., p. 223

(rue disparue ; actuellement rue Placentin)

Rue de la Grolarié

1480

Guiraud L., Rech. topogr., p. 201

(rue disparue)

Rue de la Canabasserie

1365

Guiraud L., Rech. topogr., p. 207

Notes

1 Fabre, Ghislaine, Lochard, Thierry. Montpellier : la ville médiévale. Paris : Impr. Nat., 1992. Etude du Patrimoine ; 3 ; voir aussi : ID. « Montpellier : des villae à la ville (Xe-XIIe s.) », In Le Pouvoir et la Terre, 63° Congrès de la Fédération Hist. du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 1991, Montpellier, 1993, p. 51-68 ; Fabre, G. « La seigneurie : impact topographique. Enceintes urbaines et châteaux-forts de Montpellier (1140-1206) ». In Congrès nat. des Soc. Savantes, (117, 1992, Clermont-Ferrand), p. 399-435.

2 Sournia, Bernard, Vayssettes, Jean-Louis. Montpellier : la demeure médiévale. Paris : Impr. Nat., 1991. Etudes du Patrimoine ; 1.

3 Les fouilles entreprises récemment à l’occasion de la construction d’une ligne de tramway livreront sans doute de nouvelles informations sur la topographie des faubourgs.

4 Ce document est conservé aux Archives communales de Montpellier (série II).

5 Duhamel-Amado, Claudie. « Aux origines des Guilhems de Montpellier, questions généalogiques et retour à l’historiographie ». Etudes sur l’Hérault, n° 7, 1992.

6 Ginouvez, Olivier. DFS. Faculté de Droit (ancien couvent de la Visitation), à paraître.

7 1090 : convention entre l’évêque de Maguelone et le seigneur de Montpellier. Liber instrumentorum memorialium, p. 69, acte... ; et totum estare n° XL. « Guirpivit autem Guillelmul de Munt pesler ad Gotafredum episcopum ecclesiam Sancte Marie de Mont peslier... in ecclesia beati Nicholai... ». « Guillaume de Montpellier restitue l’église Sainte-Marie de Montpellier à Godefroi, évêque de Maguelone... [acte passé] dans l’église Saint-Nicolas...». 1103 : convention entre le seigneur de Montpellier et ses viguiers. Liber instrumentorum memorialium (cartulaire des seigneurs de Montpellier ; A.C. Montpellier), p. 207, act n° C. «... castellum quod est situm juxta portam Sancti Nicholai in Montepessulano, sicut est clausum cum turribus et muris, cum ingressu et regressu, et illiud spatium terre quod est sub ecclesia Sancti Nicholai ab utraque parte vie publice, a porta Guillelmi de Burgoira usque ad portam que dicitur Sancti Nicholai, preter viam, que sufficienter ampla remaneat. Dono vobis... estare... et estare... et totum estare... ; et illiud spatium terre, quod est inter domum... et domum... juxta murum ; et domum... cum curte usque ad bisturrem et usque ad viam Francisca ; et solarium... ; et domos... que sunt juxta portam castelli ; et totum estare... ; et totum estare... ; et estare... ; et totum estare ; et totum estare ; et in la Condamina totum estare... ; et totam domum ; et totum solarium ; et totum estare... ; et totum estare ; et totum estare... ; et totum estare... ; et totum estare... ; et totum estare... ante portam Sancte Marie ; et tptum estare vetulum... de via per quam itur juxta Sanctam Mariam usque ad viam per quam itur ante domum... ; et juxta domum... cum planp quod est ante domum... et domun... ; et duas domos... ; et domos... « (transcription Alexandre Germain ; les points de suspension remplacent les titres de propriété). Traduction : « ... le château qui est situé à côté de la porte Saint-Nicolas à Montpellier, comme il se trouve clos de tour et de murs avec entrée et sortie et l’espace de terre qui est en bas de l’église Saint-Nicolas, chemin qui doit rester suffisamment large... Je vous donne la demeure d’Untel, etc... ; et dans la Condamine, la maison d’Untel, etc. ».

8 Guiraud, Louise. « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen-Age », Mémoires de la société archéologique de Montpellier, 1899, 2e série, t. 1, p. 274.

9 Voir le texte de 1103 cité en note supra.

10 Liber instrumentorum memorialium, p. 266, acte n° CXXXI (2e moitié du XIe s.) «... unam tabulam qui est en merca de Monte Pessulano et ista tabula nominata est inter tabula Petri Bocardi et tabula Ugoni Letdario...» ; Id., p. 209, acte n° C (1103) «... et in la Condamina... totum estare Petri Bocardi... viam per quam itur ante domum Hugonis Letdarii...». Id., p. 219, acte n° CIV (1139) et p. 239, acte n° CXV (1183) : mentions de tables dans la Condamine.

11 Heers, Jacques. La ville au Moyen Age en Occident : paysages, pouvoirs et conflits. Paris, 1990, p. 426.

12 Liber instrumentorum memorialium, p. 96, acte n° LV (1140) « Vallum ad muniendam villam suam in honore episcopi Guillelmus erigi fecit ».

13 Liber instrumentorum memorialium, p. 277, acte n° CXLIV (1139) : «... in quo orto edificatur et costruitur Villa nova... in censu de Villa nova constructa tam in predicto orto quam in alio meo proprio orto sibi adjuncto...».

14 Heers, Jacques. « Conclusions ». In : Fortifications, portes de villes, places publiques dans le monde méditerranéen. Paris, c. 1980, p. 326.

15 GOURON, André. La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Age. Paris, 1958.

16 Liber Instrumentorum memorialium. Cartulaire des Guilhems de Montpellier. Publié par Alexandre Germain. Société archéologique de Montpellier, 1884-1886.

17 GUIRAUD, Louise. « Recherches topographiques sur Montpellier au Moyen Age ». Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 1899, 2e série, t. 1, p. 89-335.

18 Archives communales, Inv. EE. Archives de la Ville de Montpellier. Inventaires et documents. Fonds de la Commune Clôture et affaires militaires, 1974, t. 12.

19 Archives communales, Inv. t. 1. Archives de la Ville de Montpellier. Inventaires et documents. « Grand chartier ». t. 1.

20 GRASSET-MOREL, Montpellier, ses sixains, ses îles, ses rues et ses faubourgs. Montpellier, 1908.

21 GERMAIN Alexandre. « Etudes archéologiques sur Montpellier ». Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 1860-1869, 1ère série, t. 5, p. 261-310.

22 GERMAIN Alexandre. Histoire du commerce de Montpellier antérieurement à l’ouverture du port de Cette. Montpellier, 1861.

23 GUIRAUD Louise. L’antique cimetière Saint-Firmin de Montpellier et ses abords. Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 1907, 2e série, t. 3, fasc. 2, p. 195-213.

24 AIGREFEUILLE Charles (d’). Histoire de la ville de Montpellier. Réed. Marseille, 1976.

25 BARRAL Marcel. Les noms de rues à Montpellier du Moyen Age à nos jours. Montpellier, 1989.

Auteurs

Service Régional de l’Inventaire, Languedoc-Roussillon

Service Régional de l’Inventaire, Languedoc-Roussillon

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540