Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

I. LA PLANIFICATION DES AGGLOMÉRATIONS

3. Villes et villages du Languedoc central : le cas du bassin moyen de l’Hérault

Laurent Schneider

Texte intégral

1Le corpus qui est présenté ici met en exergue quelques villages du bassin moyen de l’Hérault, en pays méditerranéen. Il s’agissait au début de ce programme de développer des analyses micro-régionales et c’est dans cette optique qu’a été constitué le corpus qui suit. Le bassin médian de l’Hérault, partagé au Moyen Age entre les vicomtés de Lodève en rive droite de l’Hérault et de Béziers en rive gauche est aujourd’hui caractérisé par une pullulement de petites communes (Fig. 1). Le compartimentage communal atteint en effet sur ces sols l’une des plus fortes densités du bas-Languedoc. Le terroir des communautés, généralement inférieur à 1 000 ha peut descendre jusqu’à 600 ha et plus exceptionnellement se réduire à moins de 300 ha comme Jonquières ou Poujols. Le contraste est particulièrement patent avec la zone du littoral languedocien. Entre Narbonne et Montpellier où la plupart des terroirs ont été affectés par la construction de châteaux, la maille des communes s’élargit pour atteindre un module compris entre 2 000 et 4 000 ha. La concentration de l’habitat s’y est faite dans un jeu de concurrence par l’absorption de centres anciens remodelant ainsi la mosaïque des territoires antérieures, car on est là, comme l’a montré M. Bourin dans un secteur où « l’incastellamento » languedocien fut particulièrement vigoureux. Par contraste donc, le bassin moyen de l’Hérault, espace de transition entre le secteur littoral et l’arrière-pays montagnard offre une situation où le réseau des habitats groupés est particulièrement dense mais où les pôles de regroupement distant en moyenne de trois à 1,5 km sont demeurés pour la plupart de très modestes villages qui n’ont pas connu le développement des gros bourgs de la basse plaine et des périphéries urbaines de Narbonne, Béziers ou Agde. C’est donc à une poussière villageoise que nous avons affaire ici.

  • 2 Dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche du ministère de la Culture (Lodève et son territo (...)

2Le corpus réuni voudrait fournir un premier reflet de cette situation particulière2. La plus grosse agglomération présentée, Clermont-l’Hérault, a certes au milieu du XIVe s. une superficie enclose comprise autour de 5 ha, mais à l’autre extrémité Plaissan ne compte que 0,35 ha, Saint-Félix-de-Lodez 0,68 et Canet 0,73 ha.

3Seconde caractéristique de ce corpus, à l’exception de Clermont, l’un des rares sites castraux à avoir généré un bourg, la genèse des autres villages retenus n’est pas liée à la présence d’un château. Trois d’entre-eux sont associés à des sites d’églises comptant parmi les seigneuries les plus importantes de l’abbaye de Gellone tandis que trois autres correspondent à des refondations du bas Moyen Age.

CLERMONT-L’HÉRAULT

4Clermont, agglomération castrale qui occupe la seconde place du diocèse par le nombre de ses feux en 1342 (600), s’est développée au contact de la plaine du bassin moyen de l’Hérault et d’une chaîne de petites collines, sur la rive gauche du Rhônel, modeste affluent de la Lergue, à quelques kilomètres seulement de son point de confluence avec l’Hérault.

1. Analyse morphologique

5L’assemblage des cinq feuilles de la section D du cadastre de 1836 constitue le principal support de l’analyse morphologique (Fig. 2 à 4).

6La première unité de plan qui se dégage d’évidence est celle de la ville enclose (Fig. 4). Depuis le château médiéval établi en rebord de plateau, le tracé de l’enceinte est suggéré entre autres par l’existence de trois tours circulaires (IIa, IIb, IIc) tandis que le périmètre des fossés semble se confondre avec des esplanades. Celles qui sont situées à l’ouest, de part et d’autre de la porte de la Frégère, s’identifient avec le marché aux boeufs (IId) et le marché au blé (IIe). A l’intérieur de cette grande enceinte qui enveloppe, château inclus, près de 5 ha, plusieurs sous-ensembles peuvent être distingués. Le château proprement dit (I) comporte côté plateau une enceinte flanquée de huit tours circulaires précédée d’un large fossé encore partiellement conservé (Ia). L’enceinte se referme côté ville en angle droit et délimite une surface d’un peu moins de 4 000 m2. Quatre rues ou segments de rue en hémicycle (Ib, Ic, Id, Ie) en répercutent la forme dans le parcellaire de la ville et pourraient désigner l’extension d’un premier bourg accroché à la pente du coteau. Une place triangulaire que le cadastre associe à un ancien marché au blé (III), délimitée par le tracé de plusieurs rues (l’une – IIIa – est dite du vieux marché à l’huile), sépare en effet ce premier pôle de la ville basse qui s’étire sur le bas de pente en direction du sud et du sud-est (IV). Curieusement, à l’intérieur de l’enceinte, les voies ne convergent pas vers les deux portes méridionales, mais aboutissent sur une rue courbe, anomalie parcellaire peut-être imputable à un vestige d’enclos (V) antérieur à la construction de la grande enceinte.

7Si aucune voie ne traverse clairement l’agglomération de part en part, trois axes principaux sont tout de même identifiables. Le premier (VI), rue du Portail Naou grossièrement nord-sud, demeure associé à la porte nord-est (IIf), longe la place de l’ancien marché au blé et s’achève sur le tracé courbe des rues Souveraine et de la Sonerie. Il s’agit apparemment d’un itinéraire local lié à l’enclos V et/ou au premier noyau d’habitat fixé auprès de la forteresse. Les deux autres chemins sont antérieurs à la formation du bourg castral. L’un (VII) d’axe est/ouest (rue de la Croix-Rouge) longe l’agglomération enclose et l’église Saint-Paul (IX) au sud et se prolonge par la rue de la Frégère après avoir franchi l’hypothétique enclos V. Le développement de l’agglomération a probablement perturbé le tracé du second chemin (VIII) qui pénètre dans l’agglomération au nord-est par la porte et le « plan » du Rougas (IIg) puis se raccorde (rue Filandière) à l’enclos V, au portail Saint-Paul (IIh) et au chemin VII au prix d’un tracé sinueux. Depuis la porte du Rougas, un diverticule le mettait peut-être en relation avec la place de l’ancien marché au blé, la rue Bosène et la porte du faubourg de la Frégère. Dans cette hypothèse, les îlots qui se sont développés autour de la Fontaine de la ville (X) auraient recoupé son tracé.

8A l’intérieur de l’enceinte toujours, la régularité de certains îlots bâtis peut faire songer à des lotissements. Les traces les plus nettes se situent à l’ouest et au sud-ouest de l’agglomération (IVa et IVb), mais une entreprise identique peut aussi se discerner au sud-est (IVc).

9A l’extérieur de l’enceinte plusieurs unités de plan sont visibles. L’église Saint-Paul est associée à un îlot triangulaire que découpe le tracé de plusieurs rues (IX) au sud de l’enceinte. A l’ouest, à l’intérieur du triangle formé par la rue de la Frégère et des Rumes, plusieurs rues se recoupent à angle droit (XI) ce qui fait songer à un aménagement planifié. Au sud-ouest également les rues de la Fraternité et de Saint-Martin délimitent un îlot rectangulaire (XII). Plus au sud, un étrange méandre du Rhônel (XIII) fait songer à une dérivation du cours primitif dont la rue des Canquières a peut-être gardé le souvenir.

10L’installation d’un couvent des Dominicains dans le premier tiers du XIVe s. est par ailleurs à l’origine du développement du seul faubourg situé sur la rive droite du Rhônel (XIV). Enfin, un îlot rectangulaire au nord-est de la ville signale là encore une modeste entreprise de lotissement le long du chemin de Rougas (XV).

2. Sources écrites

  • 3 (vers 1140)... via publica mercatorum Claromontesium euncium ad Ginnac, C. Gel., p. 172 ; (1158) C (...)

11Bien que trois hommes, Arnaud-Pons, Raimond-Etienne et Guilhem associent leur nom à celui de « Clermont » respectivement en 1080, 1127 et 1130, l’identification avec la localité lodévoise ne peut être tenue pour certaine. Ce n’est en définitive qu’à partir du deuxième tiers du XIIe s. que le site commence réellement à être documenté. Parmi plus d’une dizaine de mentions qui concernent principalement les hommes, on peut signaler l’existence d’une voie marchande conduisant de Clermont à Gignac vers 1140, le règlement d’une sentence conclue en 1158 apud Claromentem castrum, in ecclesia Sancti Pauli ejusdem videlicet castri, une exemption datée de 1195 par A. de Clermont des droits de leude et de péage dans le castrum de Clermont et enfin une donation en alleu avec reprise en fief par Pierre-Raymond de Montpeyroux et sa famille de tout ce qu’ils ont in castello Clarimontis et in villa et parochia seu terminio ejusdem castelli à Guilhem VII de Montpellier en 11603.

12La documentation concernant le XIIIe s., moins riche, concerne surtout l’histoire du consulat. L’opposition de la ville au seigneur du lieu, de même que la résistance au roi de France en 1242 au temps de la dernière guerre du comte de Toulouse ont entraîné par la suite et à titre de représailles la perte du consulat. L’affaire ne fut définitivement réglée qu’en 1347 avec la reconnaissance du consulat (Bourin-Derruau 1987, 386-388). P. Barral (1918) a livré entre autres une étude détaillée d’une transaction passée en 1341 entre Bérenger-Guilhem de Clermont et les habitants représentés par 710 chefs de familles en vertu de laquelle la ville retrouve toutes ses franchises. On peut en retenir notamment que les consuls mettent en place une police des draps et obtiennent le droit d’établir une maison commune. Les articles XXII et XXIII précisent que personne ne doit établir un passage, construire un porche ou édifier une maison qui ne fut dans l’alignement, l’article XXI concerne l’achat de maisons afin d’établir une place publique qui appartiendrait à la communauté tandis que le seigneur se réserve le droit de construire des boutiques, de placer des établis, de les louer à des particuliers, celui aussi d’édifier des locaux sur les arches ou piliers situés sur la place publique. Enfin, vu le manque de bois à brûler les fours à plâtre seront désormais strictement réservés à l’usage local (article XXIV).

13E. Martin (1892), qui consulta une version de l’Histoire des Seigneurs de Clermont-de-Lodève écrite vers 1645 par Dom Julien rapporte qu’à la date de 1418, Arnaud de Clermont fait réparer les murailles de la ville et construire une porte à l’entrée de chacun des quatre faubourgs de la ville.

  • 4 Histoire chronologique des anciens Guilhems, seigneurs et comtes de Clermont de Lodève, attribuée (...)

14Pour Dom Julien4, il y eu une muraille primitive avec quatre tours carrées encore visibles dans le second tiers du XVIIe s. et vaguement localisées par lui (chap. VI), deux tours étant « incorporées par des particuliers, la troisième se trouvant dans le monastère des religieuses de Gorjan tandis que la quatrième sert aux officiers du seigneur pour y tenir leur audience » (Combarnous 1960, TAP. 12, n° 9).

15Un plan de la fin du XVIIIe s. aujourd’hui disparu a été partiellement reproduit et publié, mais les interprétations et schématisations qui y sont reportées n’en font pas une source très fiable (Combarnous 1960). On peut néanmoins remarquer l’existence de deux murs parallèles reliant l’enceinte de la ville à l’église Saint-Paul, murs démolis en 1765 lorsque l’on commence à aménager l’espace libre des anciens fossés. La même année, à la suite de pluies torrentielles qui furent à l’origine de dégâts considérables, les consuls font établir un rapport qui désignera les maisons à détruire et celles dont il faudra réduire ou supprimer les surplombs, les passages couverts et les escaliers extérieurs (Grandjouan 1988, 8).

3. Sources archéologiques

16Le sol de Clermont, à l’exception notable d’une récente opération d’archéologie du bâti sur un îlot de la vieille ville, n’a jamais fait l’objet de fouille. Contrairement à une tradition locale, la recherche archéologique récente a cependant démontré que le site du château médiéval n’avait jamais accueilli d’habitat protohistorique, l’oppidum indigène occupé entre le VIe et le IIIe s. av. J.-C. se trouvant sur les hauteurs de la Ramasse en rive droite du Rhônel (Garcia 1993). A environ 1,5 km au nord-est de la ville médiévale se trouve également une agglomération gallo-romaine de plaine, site de Peyre-Plantade occupé entre le IIe s. av. J-C. et le IIe s. ap. (Schneider, Garcia 1998, 167-172). Mis à part quelques sites d’habitats dispersés (La Madelaine et Saint-Etienne de Rougas), tous localisés à distance de la ville actuelle, on ne connaît actuellement aucune implantation certaine rattachable à la fin de l’Antiquité ou au Haut Moyen Age. En l’état actuel des connaissances et là encore contre une tradition historiographique tenace, qui depuis les écrits de Dom Julien au XVIIe s. attribuait des vestiges de fortification de la ville et du château aux Ve-VIe s. et aux Wisigoths, l’amorce du développement de la ville médiévale Clermont ne paraît guère antérieure au XIe s.

17Les vestiges du château actuellement visibles, une enceinte flanquée, côté plateau, de huit tours demi-cylindriques que l’on considéra longtemps dater de la seconde moitié du XIIe, semblent en fait postérieurs à la croisade des Albigeois et seraient un exemple de l’importation en Languedoc des traditions des architectes du nord. Selon F. Journot (1990, II, 91), ces vestiges ne remonteraient guère au-delà de la deuxième moitié du XIIIe s.

18De même la datation de la grande enceinte de la ville placée selon les auteurs au XIIe, XIIIe ou XIVe s. est difficile à préciser. Le segment occidental comporte encore des vestiges d’un chemin de ronde disposés sur des consoles à trois ressauts ainsi qu’une tour ronde dont le sommet conserve des consoles à deux ressauts destinées à soutenir des mâchicoulis. L’appareil qui est peu soigné contraste avec celui de l’enceinte du château et fait songer à une construction « économique », peut-être de la fin du Moyen Age. Cette section est différente en tout cas du tronçon de courtine où s’ouvre le « portail Nau », passage très haut sous-arc plein-cintre dont les claveaux et les chaînes utilisent un appareil bien taillé. Enfin, la porte du Rougas présente des parements extérieurs à bossage.

19Par les textes, on sait que l’église Saint-Paul est paroissiale au moins depuis la seconde moitié du XIIe s. Le sanctuaire actuel n’a rien conservé cependant de cette époque. Il s’agit d’un édifice construit en deux grandes étapes entre la fin du XIIIe s. et celle du XIVe s. La première phase aurait été achevée en 1331, sur la foi d’une pièce aujourd’hui perdue citée par A. Durand (1867, 122-123) qui aurait été conservée jusqu’au XVIIe s. dans les archives de la paroisse. A cette date, un certain Bernard (Bernard Gui) évêque de Lodève accorde au prieur de l’église de Clermont la faculté de faire bénir le cimetière du nouveau sanctuaire. D’après A. Signoles (1975, 201), la nouvelle église ne comportait alors que trois travées. Il faut attendre le milieu du XIVe s. pour que la construction des trois travées supplémentaires, des chapelles latérales et du porche nord soit quasiment achevée et la fin du siècle pour l’établissement de la façade occidentale, la grande rose à remplage flamboyant ne paraissant pas antérieure au XVe s.

4. Essai d’interprétation : les étapes du développement urbain de Clermont

A. Eglise, château et marché : le développement polynucléaire du XIIe s.

20La ville de Clermont s’est développée autour de deux pôles principaux, celui de l’église paroissiale et celui du château ce que traduit encore fort bien la topographie des lieux. L’église Saint-Paul, située à l’extérieur des murailles à proximité du Rhônel est à plus de 300 m du château perché à 185 m d’altitude. A la fin du XIIe s. encore, la distinction opérée par les scribes entre castrum et villa peut apparaître comme un écho de cette double structuration. Le site de l’église Saint-Paul est sans doute le plus ancien. Il jalonne un vieil itinéraire d’axe nord-est/sud-ouest qui peut se confondre avec la voie des marchands allant de Clermont à Gignac, mentionnée vers 1140. Comme celle-ci « jalonne » également l’agglomération gallo-romaine de Peyre-Plantade, sise dans la plaine du Rhônel à 1,5 km de distance du cœur de la ville médiévale, il n’est pas exclu que l’itinéraire soit lui-même d’origine antique. On l’a vu, le sanctuaire actuel remonte au plus tôt aux dernières années du XIIIe s. et les travaux se sont étalés au moins jusqu’au milieu du siècle suivant. Sans que l’on considère qu’il s’agisse d’un argument déterminant, l’église antérieure pouvait se situer ailleurs, peut-être légèrement plus au nord vers l’actuel quai du Planol, au centre (?) d’un enclos (V) fossilisé en partie par la courbure des rues Souveraine et de la Sonerie, vers où converge notamment la rue de Fontaine de la ville et du Portail Neuf, principale voie du bourg qui n’est pas dans l’axe de l’église actuelle.

21Le château actuel, hormis peut-être la tour dite des « Guilhem » n’a rien conservé de la phase du XIe-XIIe s. Malgré le rôle politique que semblent jouer les seigneurs de Clermont à partir de la seconde moitié du XIIe s., c’est-à-dire dès que l’on dispose de documents écrits, l’établissement de la forteresse est vraisemblablement postérieur à la première grande vague de fondation castrale du premier tiers du XIe s. S’il est vrai que l’absence de dévotion des hommes de Clermont envers les grands sanctuaires locaux de Gellone et d’Aniane contribue à biaiser le dossier et retarde probablement l’apparition du site dans les sources écrites, il est tout de même troublant de constater que ceux-ci n’interviennent pas lors des grands événements où assiste l’aristocratie locale. Ainsi, vers 1030 aucun homme de Clermont n’est présent à la convenientia réglant la construction d’un pont dans les gorges de l’Hérault alors que s’y trouvent les sires des principales maisons castrales du bassin moyen de l’Hérault tels les Gignac, les Deux-Vierges, les Popian et les Nébian, cette dernière forteresse, mentionnée par ailleurs en 1038 étant implantée à seulement 3,5 km au sud de Clermont dans la vallée de la Dourbie (Schneider 1997). L’histoire de ces deux sites est sans doute étroitement liée. Forteresse du premier XIVe s., le castrum de Nébian ne s’est jamais complètement mué en centre de peuplement et correspond aujourd’hui à un site déserté. Concurrencé dès le milieu du XIIe s. par une fondation hospitalière, le castrum de Clermont a pu en constituer une sorte de relais à partir de la fin du XIe s. Le site clermontais s’impose en tout état de cause comme une place marchande dès le milieu du XIIe s.

22De cette première époque étendue jusqu’au milieu du XIIIe s. pourrait dater la formation d’un premier bourg en hémicycle sur les pentes méridionales du château, dont les rues (II) marqueraient la croissance progressive. Cette première ville était probablement enclose. Dom Julien a vu en 1635 à l’intérieur de la ville actuelle, quatre tours carrées qu’il a abusivement attribué à une enceinte wisigothique. Il pourrait s’agir en fait d’une enceinte des XIIe-XIIIe s. Comme il situe l’une de ces tours dans le monastère des religieuses de Gorjan, reconstruit intra-muros après les guerres de religion du XVIe s., il est possible que la rue du Portail Neuf conserve le souvenir de cette première enceinte villageoise que des indices parcellaires permettraient de prolonger vers l’ouest jusqu’à la « Traverse de Malbouguet ». Au nord de la rue du Vieux marché à l’huile, deux impasses (l’une est dénommé du Four) s’achèvent d’ailleurs sur le tracé que l’on propose d’identifier.

  • 5 C. An., n° 226, p. 356... et est ista terra in villa de Giniaco, juxta mercadilium novum, et sicut (...)

23Au pied de cette hypothétique enceinte et au nord de l’enclos V, la grande place triangulaire que le cadastre du XIXe s. désigne encore comme l’ancien marché au blé et le vieux marché à l’huile, correspond de toute évidence au cœur économique de l’agglomération des XIIe-XIIIe s. Le premier texte mentionnant Clermont, que l’on situe vers 1140, ne concerne pas la villa, le castrum ou la paroisse mais bien les marchands de l’agglomération par l’intermédiaire d’une voie reliant le site clermontais à Gignac, autre grande place marchande du bassin moyen de l’Hérault. La comparaison avec le développement topographique de cet autre castrum est d’ailleurs frappante. Ici aussi, le château a été greffé sur une hauteur à quelques centaines de mètres du site de l’église. Un texte des années 1094-1108 évoque non seulement cette bipolarité mais aussi l’existence d’un marché neuf établi le long d’une voie reliant le site de l’église à celui du château5. Si à Gignac le toponyme du castrum reprend celui de la villa préexistante, la situation parait plus ambiguë à Clermont. Ici en effet le toponyme servant à désigner l’agglomération semble attaché à la forteresse et rappelle le cas des castra établis sur des sites neufs dont le nom a été forgé autour du radical mont, puig ou puech tels Puechabon, Montblanc ou Puissalicon. Il faudrait dès lors admettre que le développement rapide d’une agglomération auprès du château aurait éclipsé le nom de la villa primitive dans laquelle était implantée l’église Saint-Paul (Gorjan ?, Rougas ?, Cedras, toponymes associés aux autres paroisses englobées à la fin du Moyen Age dans le territoire de la seigneurie Clermontaise) ce qui revient finalement à minimiser l’importance du noyau ecclésial situé dans l’ombre du château, même si celui-ci constituait probablement le site primitif. En l’absence de documentation archéologique pour le XIIe s., il est clair que l’on reste dans le domaine de la conjecture. On proposera néanmoins l’hypothèse suivante. La dissociation topographique entre l’église Saint-Paul et le château, de même que l’existence probable d’un enclos matérialisé par une anomalie parcellaire sur le cadastre de 1836 permettraient de supposer que l’implantation de l’église est antérieure à celle du château. Comme celle-ci n’est pas associée dans les textes à une villa qui conserverait son propre toponyme, peut-être s’agissait-il d’un sanctuaire annexe dépendant de Saint-Etienne de Gorjan ou plus probablement de Saint-Etienne de Rougas, villa du haut Moyen Age dans laquelle les vicomtes de Lodève possédaient des biens avant 988 et dont on sait maintenant que l’origine du site est liée à un établissement antique (Schneider, Garcia 1998, 188-189).

B. Construction d’un nouveau château et d’une nouvelle enceinte, lotissements et développement des faubourgs : l’évolution de la seconde moitié du XIIIe s. et du XIVe s.

24A partir de la seconde moitié du XIIIe s., le paysage monumental de l’agglomération change profondément, mais la faiblesse du dossier archéologique ne permet pas d’avancer une chronologie fine de ces changements. La construction d’un nouveau château dans la seconde moitié du XIIIe s. constitue probablement le premier grand chantier de ce renouveau. Elle fut suivie au plus tôt à partir de la fin de ce même siècle et pendant toute la première moitié du XIVe s. par le long chantier de la nouvelle église Saint-Paul. L’édification de la grande enceinte pourrait être encore plus tardive et ne remonterait pas avant la seconde moitié du XIVe s. Le rétablissement du consulat en 1347 seulement serait du moins un argument à l’appui de cette dernière hypothèse. Même si la transaction de 1341, par ses articles XXII et XXIII, amorce d’un règlement d’urbanisme, laisse envisager l’existence d’un parcellaire bâti déjà resserré, cela ne suffit pas à prouver que la ville soit déjà totalement enclose. Si l’on peut se fier à l’Histoire chronologique des anciens Guilhems, seigneurs et comtes de Clermont-en Lodévois attribuée à Dom Julien et écrite vers 1645, l’enceinte aurait était établie avant 1418 puisque l’auteur rapporte qu’à cette date, Arnaud Guilhem de Clermont aurait commandé aux consuls de la ville « de faire de nouvelles fortifications aux murailles et tours. De dresser de nouveaux quatre pourtaux deffensables aux advenues des quatre faux bourgs de la ville qui sont la Frégue (Frégère), la Coutèlerie, la rue Sainct-Paul et la rue dite de Rougas, de continuer l’exercice des Albalestriers et Archers sans intermission » (Chap. XVI). On retiendra notamment de cette relation la mention de quatre faubourgs, indice que l’agglomération se serait développée à l’extérieur de l’enceinte avant le début du XVe s.

25A l’intérieur de la grande enceinte, sur la pente nord-occidentale du « Pioch », la forme du parcellaire suggère l’existence, sinon de véritables lotissements, du moins d’un espace bâti rationalisé. Réparti en différents îlots de part et d’autre de la « Traverse de Malbourguet » et délimité par la rue de Malbourguet et de la Descente, on peut encore discerner sur le plan cadastral de 1836 au moins six grandes parcelles presque carrées (environ 12 à 14 m d’est en ouest et 14 à 16 m du nord au sud) découpées par des unités souvent traversantes (Fig. 5, IVa). On aurait là, un nouveau noyau du développement urbain qui étira l’agglomération à l’extérieur de l’hypothétique première enceinte alors que la seconde enceinte n’était pas encore en chantier, phase que l’on proposera de situer presque empiriquement entre la fin du XIIe s. et celle du XIIIe s. Nulle part ailleurs dans la ville enclose, on ne peut observer une aussi forte régularité du parcellaire, même si l’on parvient à discerner au sud-ouest, au sud et au sud-est de la place de l’ancien marché au blé un ensemble de plusieurs îlots rectangulaires, orientés cette fois-ci nord-est/sud-ouest. Ces quartiers nouveaux ont pu se former eux-aussi avant que la grande muraille à tours circulaires ne soit construite car le parcellaire adossé à l’enceinte est orienté différemment.

26L’opération d’archéologie du bâti conduite sur l’un de ces îlots, celui d’Enoz, situé au sud de la place au blé, a permis d’identifier une série d’arcs brisés en tiers-point que l’on peut proposer de rattacher à la seconde moitié du XIIIe s. ou au XIVe s., seul indice de datation actuellement utilisable pour tenter de dater le développement de cette partie de la ville.

27La question de l’origine des faubourgs est tout aussi ambiguë si l’on admet que l’agglomération, à l’exception du noyau castral du XIIe s. demeura ouverte au moins jusqu’au milieu du XIVe s. La question centrale est de déterminer si la ville des années 1250-1350 a pu s’étirer à l’ouest et au sud-ouest jusqu’aux abords du Rhônel. D’un point de vue morphologique, le quartier de la Frégère semble bien s’être développé à partir d’un tracé régulateur, les deux rues des Tiradous et celle de la Poterie se croisant perpendiculairement à l’intérieur du triangle que forment la rue de la Frégère et le chemin des Rames, aujourd’hui chemin de la République. Alors que ce chemin est aujourd’hui relié à la rue du Pioch, le cadastre de 1836 montre que celui-ci s’interrompt à l’angle de la rue de la Poterie ce qui isole ces quartiers de la ville enclose. On pourrait dès lors soutenir que la construction de la grande enceinte et l’aménagement des fossés constituent la cause de cette séparation topographique insolite qui a réduit au rang de faubourg un vieux quartier de la ville médiévale, même si les quatre grandes parcelles découpées par le tracé des rues des Tiradous n’étaient pas totalement loties.

28C’est à partir de ces quartiers que la ville a pu s’étirer progressivement vers les rives du ruisseau du Rhônel et ce bien avant le développement de l’industrie drapière de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe s. Au sud-ouest de l’église Saint-Paul, les rues Neuve, de Saint-Martin et de la Fraternité reprennent l’orientation des rues des Tiradous et marquent probablement la dernière phase de croissance de l’agglomération médiévale.

29Dès le premier tiers du XIVe s., l’installation d’un couvent des Dominicains sur la rive droite du Rhônel a constitué également le point de départ d’un nouveau noyau de la ville, quartier de la Coutellerie, qui est aussi l’un des quatre faubourgs de 1418 cité par Dom Julien. Enfin, au nord-est de l’enceinte, dans le quartier de Rougas, un îlot rectangulaire aligné sur le chemin ceinturant les fossés correspond apparemment à un modeste lotissement opéré après la construction de la grande enceinte.

SAINT-JEAN-DE-FOS

30Situé au débouché des gorges de l’Hérault, en rive droite du fleuve, le village de Saint-Jean-de-Fos, ancienne dépendance de l’abbaye de Gellone qui comptait 90 feux à la veille de la grande peste en 1342, doit une partie de son dynamisme à sa situation géographique. Accroché sur les premières terrasses alluviales de l’Hérault, au pied de la barrière rocheuse que constitue le massif de la Séranne, il profite à la fois d’une ouverture vers la vallée de l’Hérault et surtout de la proximité du célèbre « Pont du Diable » construit en commun par les abbayes d’Aniane et de Gellone vers 1030, par où affluaient au moins depuis le XIIe s. les pèlerins se rendant à Gellone.

1. Analyse morphologique

31Le support planimétrique que fournit le cadastre de 1825 (Fig. 5 à 6) permet tout d’abord de distinguer une unité de plan ovalaire soulignée par plusieurs tracés courbes matérialisant les limites d’une enceinte et de fossés dont la largeur varie entre 11 et 18 m (Fig. 7, Ia et Ib). Entre ces lignes un intervalle vacant d’un peu moins de 3 m de large pourrait correspondre à un espace de circulation formant ceinture. Ainsi délimitée, l’assiette de l’agglomération enclose atteint environ 1,2 ha. A l’intérieur des murs, le parcellaire est extrêmement serré. L’église reléguée dans l’angle nord-est paraît associée, coté sud, à un probable enclos rectangulaire de petites dimensions (environ 40 x 30 m) dont les limites peuvent être soulignées par des traces parcellaires (IIa). Une rue orientée nord-sud, jalonnée de part et d’autre par les deux seules portes de l’agglomération, constitue par ailleurs un axe important au sein du village même si celui-ci n’a apparemment pas induit une disposition régulière du parcellaire.

32Le dessin des fossés suggère que l’accès principal du village, défendu par une puissante tour-porte, pouvait se faire par un passage en chicane (3). Un lambeau de chemin conservé en 1825 sur 130 m de long (III) renforce d’ailleurs cette hypothèse. Il pourrait également constituer l’ossature d’un parcellaire rural quasi-orthonormé, antérieur à l’agglomération, dont la rue d’axe nord-sud située à l’intérieur du village aurait pu faire partie.

33Enfin, à l’extérieur de l’enceinte, cette fois-ci côté sud, sur une superficie d’environ 1,5 ha apparaissent une dizaine d’îlots rectangulaires. Ces derniers se répartissent à partir d’un axe central, orienté nord-sud, que recoupent trois rues perpendiculaires. Les îlots les plus proches du vieux village s’étendent en profondeur (12 x 40 m) tandis que les plus éloignés sont disposés selon un axe est-ouest (60/97 m x 12 m). L’ensemble évoque un lotissement.

2. Analyse des sources écrites et archéologiques

  • 6 C. Gel., n° 160, p. 144... in pago dicto Lutovense, in primis videlicet fiscum litenis cum ecclesi (...)
  • 7 C. Gel., n° 507, p. 428 (1153)... ecclesia Sancti genesii de Ledens...

34Dès 804 apparaît dans la documentation écrite le fisc de Litenis avec ses deux églises, Saint-Geniès et Saint-Jean, mais aussi cum villa et villaribus6. Le rôle des deux églises dans la structuration de ce territoire a varié entre le début du IXe s. et la première moitié du XIe s. (Schneider 2000, 52-54). L’église mère devait être le sanctuaire dédié à Saint-Geniès. Le toponyme « Litenis » désignant le fisc du IXe s. est rattaché au vocable de l’église à partir du XIIe s.7. L’implantation de l’église à proximité d’un ancien itinéraire qui permettait de relier directement le centre monastique d’Aniane à la plaine lodévoise pourrait renforcer cette interprétation (Schneider 1996, 228-232).

35L’établissement d’un nouvel itinéraire facilitant la communication entre Aniane et Gellone au débouché des gorges de l’Hérault entre 1025 et 1031 a dû rompre l’ancien équilibre du terroir en favorisant cette fois-ci le site de l’église Saint-Jean.

  • 8 Les monastères d’Aniane et de Gellone entreprennent la construction en commun d’un pont dans les g (...)

36Dans le courant du XIe s., plusieurs mentions de la paroisse Saint-Jean du Gouffre Noir montrent combien la localité était associée au nouveau passage que les monastères avaient établi sur le cours de l’Hérault8.

  • 9 La bulle d’Alexandre III en faveur de Gellone a été publiée par Paul TISSET. L’abbaye de Gellone d (...)

37Les documents écrits demeurent relativement discrets sur l’histoire du site jusqu’en 1162. A cette date, un diplôme de Louis VII et une bulle du pape Alexandre III autorisent l’abbé de Saint-Guilhem à fortifier la villa de Saint-Jean9. Les termes des deux documents varient légèrement. Le précepte royal accorde à l’abbé la liberté de faire les fossés, les murs, une tour et toute la muraille nécessaire, la bulle papale accorde la libre faculté d’entourer la villa de fossés, de refaire ceux qui existent déjà et d’y construire des murs avec les édifices nécessaires à sa défense.

38Ce projet de mise en fortification doit désigner comme on l’a déjà suggéré le plan ovalaire que l’on peut lire encore aisément sur le cadastre de 1825. En revanche, on restera plus dubitatif sur la forme que pouvait revêtir l’agglomération antérieure.

  • 10 Gallia Christ., 280... fiscum Sancti Genesii Litenis et ecclesiam sancti Johannis cum villa atque (...)

39L’un des textes de 1162, faisant état de fossés à refaire, laisse supposer l’existence d’un système de fortification préexistant à celui qui est nettement fossilisé sur le cadastre et dont des vestiges sont encore visibles sur place. Celui-ci peut d’ailleurs être conforté par un nouveau texte qui fait état en 114910 de l’église Saint-Jean, de sa villa et de sa munitione. Ce document laisse entendre que la fortification semble intimement liée à l’église. L’on serait tenté de l’identifier aujourd’hui avec le clocher que l’on a élevé sur la première travée de la nef, vraisemblablement dans la même phase de construction que l’église romane de la première moitié du XIIe s. et peut-être aussi avec ce petit enclos rectangulaire suggéré par l’analyse morphologique, d’autant que dans l’angle nord-est, les vestiges d’une porte fortifiée (bretèche) sont encore visibles (2). La présence d’une tour-clocher sur l’église rappelle également la situation d’Olmet en Lodévois, site qualifié de forcia dans les documents du XIIe s. comme le sera également Saint-Jean dont l’ajout fos/forcia supplante dès le dernier tiers du XIIe s. celui de gurgito Nigro.

  • 11 Fonds Cassan, Registre Saint-Jean-de-Fos, Ms. 182 de la Société Archéologique de Montpellier.

40Le lotissement extérieur est plus difficile à dater, bien que l’on puisse proposer de le placer entre la seconde moitié du XIIIe s. et la première moitié du XIVe s. sur la base de comparaisons avec ce qui s’est produit à Montpellier (Fabre, Lochard 1992, 140-150). Aucun document écrit ne lui est cependant directement lié. Le 12 août 1362 une plainte des syndics11, fait bien allusion aux habitants qui, logeant hors de la forteresse, sont menacés en temps de guerre, mais rien ne permet de distinguer ceux qui vivaient éventuellement dans ces quartiers et ceux qui étaient disséminés en campagne. La cadastre de 1825 fournit peut-être une autre piste. Dans le lotissement méridional, la rue (5) flanquant une grande parcelle non bâtie est dénommée « rue de l’ancien cimetière », soit parce que celle-ci longeait ce cimetière situé dans cette hypothèse dans la parcelle IV, soit parce qu’elle y conduisait, auquel cas celui-ci aurait été implanté au pied de l’enceinte. Dans la première hypothèse, l’emplacement du nouveau cimetière aménagé après 1211 aurait pu être tracé en même temps que le lotissement, ce qui fournirait un terminus pour dater l’entreprise. Il est difficile de trancher cependant car la deuxième hypothèse est tout aussi probable, même si cela implique que les sépultures soient disposées en partie dans le grand fossé de la seconde moitié du XIIe s.

41Toujours est-il que dans la plainte de 1362, on évoque encore la présence de casaux et patus à l’intérieur de l’enceinte ce qui indique que l’espace fortifié n’était pas intégralement bâti.

SAINT-PARGOIRE (Fig. 8 à 10)

42Autre dépendance gellonienne, le village de Saint-Pargoire s’est développé au cœur du bassin moyen de l’Hérault à plus de 20 km de l’abbaye cette fois-ci en rive gauche du fleuve, en pays biterrois. Le dénombrement de 1342 fait état de 236 feux ce qui en fait un village bien plus peuplé que Saint-Jean-de-Fos même si dans le dénombrement lui sont associés sans distinction les feux de Campagnan, aujourd’hui encore très modeste bourgade du canton de Gignac.

1. Analyse morphologique

43Comme Saint-Jean-de-Fos, quoique le dessin obtenu sont moins régulier, le noyau central de Saint-Pargoire adopte à la fin de son évolution une forme grossièrement elliptique.

44En fait, le village peut être dissocié en deux points principaux. Au point le plus haut du relief se dresse l’église, vaste édifice entièrement reconstruit à la fin du XIIIe s. ou au début du XIVe s. Le porche s’ouvre à l’ouest et supporte un clocher carré défendu par une série d’archères. Une autre porte s’ouvre au sud. Elément majeur du village, le sanctuaire n’est pourtant pas au centre exact du village. Il barre en fait le rebord méridional du plateau sommital réservant ainsi une place auprès de laquelle se distribuent plusieurs bâtiments au septentrion. Ce noyau haut (I), légèrement elliptique à l’est de l’église mais plus rectiligne au nord et à l’ouest, pouvait être protégé par une enceinte et un fossé d’abord suggérés par un réseau de rues ceinturant l’ensemble. Des lambeaux de ce fossé sont peut-être fossilisés à l’est de l’église par un parcellaire rayonnant (Ia) et à l’ouest par un îlot isolé de forme triangulaire (IIb). La surface délimitée, environ 2 900 m2, reste voisine de celles observées sur d’autres dépendances monastiques telles Saint-Martin de Londres ou Baillargues (Schneider 1996).

45Le développement ultérieur du village de Saint-Pargoire répond sensiblement au même principe que celui des castra. Le noyau primitif, perché au plus haut du relief, est peu à peu enveloppé par de nouvelles habitations protégées derrière une seconde enceinte. Ici cependant les formes de l’expansion du bourg ont été conditionnées par le cours de deux ruisseaux. L’habitat s’est principalement étiré au sud-ouest dans un méandre (artificiel ?) de l’un des deux ruisseaux.

46La seconde enceinte doublée d’un fossé enveloppant la nouvelle excroissance est suggérée par plusieurs indications sur le cadastre de 1826 mais aussi par des vestiges archéologiques. Le ruisseau dont il a été question, séparé en deux branches prend le nom de « ruisseau des caves » au sud de l’agglomération (1), toponyme évocateur qui fait bien allusion à l’existence de fossés. Par ailleurs, la rue aménagée sur la branche septentrionale est dénommée « rue de derrière les murailles » (2). De l’enceinte proprement dite, il ne subsiste que peu de vestiges. Le seul tronçon identifié se situe au sud-est, mais l’on a signalé cependant l’existence d’une archère à étrier, postérieure aux années 1290, dans le parcellaire laniéré qui limite le noyau central de l’agglomération au nord (Fabre 1996, 217). Sur le cadastre de 1826, cinq portes sont visibles correspondant aujourd’hui le plus souvent à de simples passages sous porche ou sous arches dont on ne peut rien inférer en terme de chronologie. Notons néanmoins que quatre de ces portes s’ouvrent dans l’excroissance sud-orientale. L’existence d’un marché primitif situé à la jonction du noyau central (I) et de l’excroissance II, dont l’emplacement pourrait être désigné par la place figurée sur le cadastre du XIXe s., est peut-être à l’origine du développement du quartier, d’autant que la majorité des voies convergent vers ce lieu. Une halle couverte aménagée dans le rez-de-chaussée de la maison consulaire y fut encore aménagée au XVIIIe s. tandis que l’actuelle mairie construite dans la seconde moitié du XIXe reprenait le même parti architectural, un rez de chaussée étant ouvert sur la place (Fabre 1996, 218)

47A l’extérieur de l’agglomération fortifiée, au nord-est, plusieurs îlots rectangulaires font encore songer, comme à Saint-Jean-de-Fos, à un lotissement (III), même si ici l’ensemble est nettement moins régulier et le découpage parcellaire plus aéré. Enfin à l’extérieur de l’enceinte mais cette fois-ci au sud du village, le réseau des rues (IV) suggère lui-aussi l’existence d’un tracé régulateur.

2. Analyse des sources écrites

  • 12 C. Gel., p. 209-210.
  • 13 Vicano que vocant Sancto Paragorii (C. Gel., p. 211-212), vicanum que dicitur Sancto Paragorio (C. (...)
  • 14 C. Gel., n° 250, p. 211 (1031-1048)... de omne usum que inquirebat in parrochia Sancti Paragorii. (...)
  • 15 C. Gel., n° 200, p. 173... ad portam castri Sancti Paragorii...

48Comme Saint-Jean-de-Fos encore, l’église de Saint-Pargoire apparaît très tôt dans les textes. En 807, elle constitue un élément important du fisc royal de Miliacus cédé cum villa et ecclesia Sancti Parogorii à Gellone12. Dès le début du XIe s., le lieu est signalé comme un vican (pour vicus ?)13. Le lieu est encore désigné plus classiquement comme paroisse ou villa jusqu’à la fin du XIIe s.14. Enfin, en 1211, les scribes font allusion pour la première fois à un système de fortification15.

49Saint-Pargoire est assurément l’une des plus belles réussites de l’implantation gellonienne sur la rive gauche de l’Hérault, mais les sources écrites médiévales ne fournissent guère d’informations sur la topographie des lieux.

50On ne dispose donc pas d’élément chronologique pour dater correctement le développement du bourg, notamment l’excroissance sud-orientale et la mise en place de la seconde enceinte. Néanmoins, celle-ci pourrait bien être antérieure au mouvement de construction de clôture fortifiée du XIVe s. Comme Saint-Pargoire est un des éléments les plus anciens et les plus stables du temporel de Gellone, on proposera de dater cette excroissance de la seconde moitié du XIIe s. Dans ce sens, on comprendrait mieux que le site puisse être qualifié de castrum en 1211. Comme Saint-Pargoire n’a jamais comporté de château véritable, les scribes ont pu désigner par ce terme un village fort, c’est-à-dire protégé par une enceinte collective. Il reste difficile cependant de préciser à quelle enceinte pouvait appartenir la porte castrale mentionnée en 1211.

51Enfin, pour la seconde moitié du XIIIe s. ou la première moitié du XIVe s., le lotissement réalisé à l’extérieur des murs, rappelant celui de Saint-Jean-de-Fos autre dépendance gellonienne, traduit peut-être un projet de développement des deux plus grandes possessions de l’abbaye de Gellone dans le bassin moyen de l’Hérault.

52Des lotissements plus modestes (IV) ont pu être réalisés dans le même temps au sud de l’agglomération dans le quartier dénommé « Faubourg des Camps Naus » sur le cadastre de 1826. En tout cas, l’aménagement de ces îlots paraît antérieur à la grande parcelle (V) qui les recoupe en partie à l’est et qui correspond à un ancien cimetière désaffecté au XIXe s. et aujourd’hui en partie loti. Cette phase de translation qui rejette le cimetière à distance de l’église et à l’extérieur de l’agglomération enclose déjà observée à Saint-Jean-de-Fos, date peut-être à Saint-Pargoire du temps de la grande reconstruction du sanctuaire à la fin du XIIIe s. ou au début du XIVe s.

SAINT-FÉLIX-DE-LODEZ (Fig. 11 à 13)

53Avec seulement 60 feux en 1342, le village de Saint-Félix, ancienne seigneurie de l’abbaye de Gellone, apparaît comme l’une des plus petites agglomérations tenues par cette abbaye dans le bassin moyen de l’Hérault. Située comme Saint-Jean-de-Fos en rive droite du fleuve, en terre lodévoise donc, l’agglomération bien qu’implantée le long d’une ancienne voie de communication, strata publica mentionnée dans le premier tiers du XIe s. a souffert de la proximité et de la concurrence d’un autre site d’église, Saint-André-de-Sangonis, ancienne seigneurie des évêques de Lodève qui comptait déjà 118 feux en 1342.

1. Analyse morphologique

54Village de plaine, Saint-Felix affecte d’abord sur le cadastre du XIXe s. la forme d’un quadrilatère irrégulier, souligné par de vastes espaces dégagés par des rues et des esplanades (Fig. 13). Au nord, au sud et à l’ouest de ce premier noyau se trouvent par ailleurs des pôles « secondaires » associés à des chemins. Seul le noyau central comporte un parcellaire régulier (II). On peut y distinguer au moins trois îlots rectangulaires (environ 50 x 12 m pour les plus grands) établis perpendiculairement à une rue d’axe grossièrement nord-sud, à l’est de laquelle se trouve, reléguée dans l’angle nord-oriental du village, l’église. Cet ensemble qui fait songer à une entreprise planifiée de type lotissement est clairement recoupé au nord et à l’ouest par une enceinte (III) dont il subsiste encore une tour circulaire sur le cadastre dans l’angle nord-ouest.

55Au sud de l’agglomération, se distingue un grand corps de bâtiment (IV) associé à une parcelle massive. Une cour trapézoïdale (V), actuellement dénommée « cour du château » le met en contact avec un petit quartier détaché de l’agglomération que le cadastre de 1835 désigne comme un barri (VI).

56Enfin, la largeur exceptionnelle des esplanades au nord et à l’ouest de l’agglomération ainsi que l’existence d’une ligne curviligne dans le parcellaire rural au sud-ouest du village pourraient perpétuer le souvenir d’un enclos primitif (VII) beaucoup plus vaste que l’enceinte polygonale III.

2. Analyse des sources écrites et archéologiques

  • 16 C. Gel., p. 5 et 210... villam quam vocant Magaranciaz cum ecclesiam sancti Fecilicis...
  • 17 C. Gel., n° 42, p. 43 Dono... in comitatu Lutovensi, in parrochia Sancti Juliani de Avisaz... eccl (...)
  • 18 C. Gel., n° 541, p. 485... qui honor est in parrochia Sancti Felicis...
  • 19 C. Gel., n° 159, p. 143.
  • 20 C. Lod., n° 61, p. 68.
  • 21 L. Vert, p. 28 Ecclesia seu capella Sancti Felicis in plano Lodovesii ab antiquo dependens a predi (...)

57Bien qu’associée au cadre d’une villa16 en 807, l’église Saint-Félix apparaît encore vers 1070 comme une simple annexe de la paroisse Saint-Julien d’Avisaz17. Ce n’est qu’au début du XIIIe s., en 1207 que le sanctuaire est désigné pour la première fois comme une paroisse18. En 1210, un certain Pons de Vaillauques reconnaît tenir en fief de l’abbé Pierre de Gellone medietatem forcie Sancti Felicis que in plano Lutevensi est propre Avisaz, que les seigneurs de Montpeyroux Raimond, Gaucelm et Raimond-Bernard tiennent de lui19. En 1270, Aymeric de Clermont exempte de droit de péage les habitants de Lodève passant sur ses terres pour aller trafiquer à Montpellier, notamment in et per totum castrum de Sancto Felicie20. Enfin en 1331, une notice de l’évêque Bernard Gui rappelle la transformation que venait de subir le site21. L’église ou chapelle Saint-Félix, dit-il dépendait anciennement de l’église Saint-Julien, mais l’agglomération qui s’est formée demande qu’on y administre maintenant les sacrements.

  • 22 C. Gel., n° 40, p. 41... strata publica que venit de Bocaretz et vadit ad villam que vocatur Sagon (...)

58Le développement du bourg paraît lié en grande partie à la présence d’un vieil itinéraire, voie publique mentionnée pour la première fois entre 1038 et 104822 devenue au cours du XIIIe s. une grande artère marchande conduisant de Lodève à Montpellier. Sur le cadastre de 1835 cette voie est encore indiquée par la mention « ancien chemin de Lodève à Montpellier » (I). Elle pénètre dans le village en longeant la façade méridionale de l’église où se trouvent également les vestiges de la seule porte fortifiée encore partiellement conservée.

59L’émergence du village proprement dit, c’est-à-dire la création des îlots rectangulaires qui font songer à une entreprise planifiée, pourrait dater de la seconde moitié du XIIe ou du début du XIIIe s. moment où l’église acquiert un statut paroissial. Le fait que l’agglomération soit inféodée pour moitié à un laïc en 1211 suggère peut-être que l’aménagement du site et son peuplement ont pu s’opérer dans le cadre d’un paréage entre l’abbé de Gellone et un seigneur laïc. Le terme de forcia utilisé dès cette date pour désigner le lieu, puis celui de castrum en 1270 indiqueraient par ailleurs que le site ait comporté un point fort (résidence seigneuriale, tour sur l’église ?) ou une enceinte collective dès le début du XIIIe s. Il ne peut s’agir cependant de l’enceinte (III) visible sur le cadastre de 1835 du moins si l’on en juge d’après la tour circulaire de l’angle nord-ouest qui par son appareil fruste et mal assisé fait plutôt songer à une construction de l’époque moderne. Qui plus est cette enceinte recoupe clairement le parcellaire orthonormé (II) qui forme le cœur véritable du village.

60On peut proposer en revanche d’associer ce parcellaire de lotissement à l’hypothétique enclos VII. Celui-ci enveloppe une superficie d’un peu moins de 1,5 ha ce qui reste très proche finalement de la surface enclose à Saint-Jean-de-Fos en 1162. Dans ce sens, la construction de l’enceinte III marquerait une phase de rétraction de l’agglomération à la fin du Moyen Age ou au début de l’époque moderne. En revanche, aucun élément tangible ne permet d’associer le « château » (IV) à l’une ou l’autre de ces deux grandes phases.

VENDÉMIAN (Fig. 14 à 16)

61Vendémian compte 142 feux en 1342 ce qui en fait après Gignac, Le Pouget et Saint-Pargoire, la quatrième agglomération de l’ancienne enclave nord-orientale de la vicomté biterroise enchâssée dans le bassin moyen de l’Hérault sur la rive gauche du fleuve. Ses voisins immédiats, les castra du Pouget et d’Aumelas et les petits villages ecclésiaux de Plaissan, Saint-Amans-de-Teulet et Saint-Bauzille, comptaient respectivement à la même date 246, 90, 24, 37 et 35 feux.

1. Analyse morphologique

62Le cadastre du XIXe s., laisse aisément percevoir la forme générale de l’agglomération médiévale. Celle-ci s’inscrit dans un quadrilatère irrégulier (105 x 100 x 130 x 95 m) englobant approximativement 1,2 ha de superficie ce qui reste proche des périmètres fortifiés observés à Saint-Jean-de-Fos ou à Saint-Pargoire. Le tracé de l’enceinte est également représenté sur le cadastre où sont figurées six tours rectangulaires aujourd’hui détruites. Quatre d’entre-elles renforcent les angles tandis que les deux autres sont médianes aux flancs nord-est et sud-ouest.

63La porte principale s’ouvre à l’ouest. Aménagée dans une tour rectangulaire, elle repose à cheval sur la courtine. Une seconde porte, aujourd’hui détruite et légèrement désaxée, existait sur le côté opposé. Les fossés, larges d’environ 10 m, sont suggérés par le rythme des parcelles adossées à l’enceinte. La construction de l’enceinte n’a pas induit un profond bouleversement de l’ossature du parcellaire antérieur à l’intérieur de l’agglomération. Les deux portes s’ouvrent sur des chemins préexistants et plusieurs autres chemins ruraux, notamment sur les flancs nord et est (chemin de Gignac et de Montpellier, se prolongent à l’intérieur du bourg. Ceux-ci convergent vers l’îlot de l’église relégué dans l’angle sud de l’enceinte. Le sanctuaire prend place au centre d’un quartier quadrangulaire (48 x 48 m) qui semble avoir constitué le noyau villageois primitif (I), antérieur à la construction de l’enceinte que l’on vient de décrire.

64Malgré les contraintes topographiques que représentait le tracé des anciens chemins ruraux conservés à l’intérieur du village lors de l’aménagement de l’enceinte flanquée de tours, on a pu aménager plusieurs îlots réguliers d’une largeur comprise autour de 14 m à proximité de la porte nord-ouest (IIb) et de la courtine orientale (IIc).

2. Analyse des sources écrites et archéologiques

  • 23 L.I.M., n° 740 et 742.

65Les documents écrits sont inexistants avant le XIIe s., époque ou Vendémian est simplement évoqué comme siège de paroisse (Saint-Marcellin) et de villa dans lesquels Guillaume (du castrum) d’Aumelas possède des biens23.

66Une pièce aujourd’hui perdue mais dont de larges citations ont été données (Delouvrier 1896, 96-97 ; Bourrier 1977, 40) relate les conventions passées en 1389 entre le seigneur du lieu (Arnaud de Roquefeuil) d’une part et les syndics de la commune, d’autre part, aux termes de laquelle devaient être édifiés « murailles et barbacanes, portes et pont levis » et creusés des fossés, projet qui fut réalisé et qui correspond très certainement à l’enceinte quadrangulaire que l’on a décrite, dont il subsiste encore aujourd’hui de beaux tronçons.

67Le document fait allusion également à une forteresse antérieure : les syndics après avoir achevé la muraille pourront muer et changer la tour qui est dans la place vieille et faire des barbacanes aux murs, ainsi que bon leur semblera ; établir des ponts-levis et utiliser celui du portail de l’ancienne forteresse... Il semble bien que cette tour était au centre d’une première agglomération reléguée après 1389 dans l’angle sud du nouveau bourg (II) ou se trouve l’église. En fait, le centre exact de l’îlot qui enserre l’église est occupé par une tour-clocher aujourd’hui détachée du sanctuaire reconstruit pour sa part au XIVe s. Le plan de ce quartier fort régulier ne peut-être cependant correctement daté. On peut certes songer à un lotissement des XIIe-XIIIe s. car ce noyau est assurément antérieur à la fortification de 1389 (qui vient l’englober) mais l’on ne peut totalement exclure que les lieux aient également fait l’objet d’une recomposition parcellaire globale au moment des travaux opérés à la fin du XIVe s. Cette recomposition aurait pu être facilitée également par le rejet du cimetière ecclésial à l’extérieur de la nouvelle fortification. Sur le cadastre du XIXe s. un cimetière (aujourd’hui désaffecté) est en effet représenté au sud et à l’extérieur du village.

PLAISSAN (Fig. 17 à 19)

68Aujourd’hui encore modeste commune du canton de Gignac voisine de Vendémian, Plaissan, ne compte guère que 24 feux en 1342, ce qui en fait un site sous-peuplé comparable à des localités en voie de désertion complète telle dans cette micro-région Saint-Amans-de-Teulet.

1. Analyse morphologique

69Plaissan présente un plan d’une extrême régularité, inclus dans une enceinte rectangulaire de 63 x 58 m, dépourvue par ailleurs de flanquement. Le tracé de l’enceinte (Ia) et celui des fossés (IIb) se lisent aisément sur le cadastre de 1825. Une porte, signalée par la rue du Portalet, se dégage dans le flanc ouest. Le passage qui s’ouvre à travers le mur de courtine est couvert d’un arc plein-cintre et possède encore deux consoles d’une bretèche disposée à l’extérieur.

70A l’intérieur de l’enceinte, le parcellaire s’organise en six îlots. Trois d’entre-eux, longs de 42, 46 et 57 m, sont plaqués contre le rempart (IID, IIE et IIF), deux autres de même longueur (24 m) sont disposés au centre de l’agglomération (IIA et IIB) et un dernier également de 24 m s’adosse au rempart du flanc sud-est (IIC). Tous ont une largeur de 12/13 m.

71La régularité de l’ensemble n’est brisée que par la construction d’une église qui est venue se superposer sur la ligne orientale du rempart.

2. Analyse des sources écrites et des sources archéologiques

  • 24 C. An., p. 431 et 432.
  • 25 H.G.L., V, c. 1179.
  • 26 L.I.M., p. 687... parrochia S. Petri de Plaissano...

72Bien que la villa de Plaissan soit connue par les textes depuis la première moitié du IXe s.24 et encore mentionnée à la fin du XIIe s.25 (H.G.L., V, c. 1179), le village actuel ne réoccupe pas le site primitif. Comme de récentes fouilles et des prospections de surface l’ont montré celui-ci est en fait localisé au nord du village à quelque 300 m, dans et aux abords du cimetière actuel où était implantée l’église Saint-Pierre, paroissiale au moins depuis le XIIe s.26. Outre le cimetière lui-même qui est déjà à lui seul un indice, le cadastre de 1825 conserve encore le souvenir du sanctuaire puisque un ténement mitoyen est dénommé « Derrière l’église » (Fig. 17). Le site est en fait occupé des Ve-VIe s. jusqu’à la fin du Moyen Age (Schneider, Garcia 1998 : 246-249 et Schneider et al., 1998). L’ancienneté de ce lieu de peuplement est d’ailleurs souligné dans le parcellaire rural par la convergence de six chemins vers le cimetière. Enfin, une visite pastorale rappelle encore en 1635 que l’ancienne église de Plaissan « qui estaict dehors a esté tombée » (Segondy s.d, 707). L’église du village actuel est en fait un édifice néo-roman reconstruit au XIXe s. sur l’emplacement d’un sanctuaire du XVIIe s.

73Dans ce contexte, la localité actuelle apparaît davantage comme une fondation nouvelle, entreprise planifiée réalisée selon un plan concerté à distance du pôle primitif. Celle-ci pourrait dès lors dater de la seconde moitié du XIVe ou du XVe s. si l’on considère qu’avec seulement 24 feux, le dénombrement de 1342 fait peut-être allusion au site primitif de l’église Saint-Pierre alors en déclin. Avec une superficie enclose d’un peu moins de 3 500 m2, la seconde localité plaissanaise demeure toutefois une réalisation bien modeste.

CANET (Fig. 20 à 23)

74Situé en terre lodévoise, dans la plaine inondable aux abords de l’Hérault sur la rive droite du fleuve, Canet compte 140 feux en 1342.

1. Analyse morphologique

75Comme à Plaissan, le cadastre du XIXe s. permet tout d’abord d’identifier un plan quadrangulaire régulier enserrant un parcellaire orthogonal. L’enceinte de l’agglomération (85 x 83 m) pourvue de tours d’angle circulaires (Fig. 23, IA) est également visible sur le cadastre de même que des parcelles laniérées au nord et à l’ouest marquent sans doute l’emplacement d’anciens fossés (IB). A l’intérieur de l’enceinte, une rue centrale d’axe nord-sud s’ouvre au sud sur une porte fortifiée, figurée sur le cadastre de 1836 mais aujourd’hui détruite. La plupart des îlots sont adossés à l’enceinte. Seuls deux d’entre-eux, d’inégale superficie bien que disposés en parfaite symétrie de part et d’autre de la rue axiale, occupent la partie centrale de l’agglomération. Le plus important (IIB) à l’ouest de la rue atteint 22 x 49 m. La largeur est doublée par rapport aux îlots de Plaissan, mais les deux rangées d’habitations sont séparées par une étroite venelle. L’îlot oriental, de plus petite dimension (21 x 29 m) comportait lui aussi une venelle centrale. Il confrontait au sud une vaste place encore figurée sur un plan de la fin du XVIIIe s. (Combarnous 1975, 39), mais déjà lotie sur le cadastre de 1836. Celle-ci constituait la cour d’un château implanté dans l’angle sud-est de l’agglomération (IIC). Une partie de ses bâtiments formait saillie à l’enceinte.

76A l’extérieur de l’agglomération fortifiée le cadastre de 1836 signale l’existence de deux églises. L’une est implantée à proximité du flanc oriental de l’enceinte (3), l’autre est à plus de 200 m de distance de l’agglomération en direction du sud-est vers le fleuve (1). Entre ces deux sanctuaires se dégagent à l’intérieur du parcellaire rural, de petites parcelles bâties découpant quatre îlots rectangulaires (III) d’un module compris autour de 16 x 35 m pour deux d’entre-eux, de 15 x 26 m et 19 x 26 pour les deux autres. Ce quartier est désigné comme un barri sur le plan de la fin du XVIIIe s.

2. Analyse des sources écrites et archéologiques

  • 27 C. Lod., p. 3 et C. Gel., p. 45.
  • 28 L. Vert, p. 74.

77On possède peu d’informations écrites sur le passé ancien de Canet. La villa Canetum est apparue brièvement au IXe s.27, mais il faut attendre 1234, date où est évoquée la paroisse Saint-Martin de Canet pour que le site soit à nouveau mentionné28. Une visite pastorale de 1631 précise que l’église « écartée du village est souvent envahie par les eaux ; il faudra l’abandonner... ». Les inondations avaient en effet envahi l’église et les barris en 1620, 1621, 1622, 1624, 1628 et 1630 (Segondy 1954, 133). Le sanctuaire correspond donc à l’église située le plus près du fleuve à l’écart de l’agglomération fortifiée. De fait il subsiste encore aujourd’hui les ruines d’un édifice gothique qui a conservé notamment un chevet polygonal contreforté que l’on doit pouvoir dater de la fin du XIIIe s. ou du début du XIVe s. Un cimetière désaffecté en 1862 est du reste représenté à une cinquantaine de mètres au nord du sanctuaire sur le cadastre de 1836. La deuxième église (3) est un édifice moderne construit au XVIIe s., la date de 1636 étant gravée sur la clef de l’arc triomphal.

78En l’absence de texte, il est beaucoup plus difficile de dater l’agglomération fortifiée. La situation rappelle cependant le cas de Plaissan, non pas strictement dans la forme, mais plutôt dans la disposition des différents pôles de l’habitat. L’église Saint-Martin située avec son cimetière à proximité du fleuve pourrait désigner le vieux pôle de l’habitat du haut Moyen Age, connu uniquement par les textes, tandis que l’agglomération fortifiée correspondrait à une fondation planifiée de la fin du Moyen Age (XVe s. ?). L’analyse architecturale des fortifications masquées le plus souvent par des crépis de façade ne permet guère de préciser davantage, même si l’on peut distinguer partiellement par endroit un bel appareil de pierres taillées. La tour circulaire de l’angle nord-ouest conserve un appareil de ce genre dans ses parties basses tandis que la partie haute associe des matériaux divers dont des galets sans ordonnance précise et sans système d’assise. Dans cette partie supérieure se détache une archère-canonnière qui indique peut-être que tout ou partie des fortifications ont fait l’objet de remaniements aux Temps Modernes.

79Il est difficile également de dater le quartier III situé à l’extérieur des murs. Comme celui-ci est qualifié de barri à la fin du XVIIIe s. on peut d’abord songer à un développement tardif postérieur à l’agglomération planifiée. Malgré cela on ne peut totalement exclure qu’il s’agisse d’un quartier antérieur, reliquat de l’agglomération primitive associée à l’église Saint-Martin.

BILAN

80Avec ce modeste corpus micro-régional présenté ici dans l’attente des résultats de l’enquête systématique menée actuellement sur l’ensemble des agglomérations de l’ancien diocèse de Lodève apparaissent toutes les difficultés d’une approche morphologique conduite sur des agglomérations de très modeste taille. Qui plus est la rareté des sources écrites constitue très souvent un écueil à toute tentative de datation absolue des éventuelles opérations d’urbanisme identifiées. Néanmoins, même à cette échelle modeste, qui est celle des villages et non pas strictement des villes, peuvent être saisies les grandes lignes du développement urbain de cette micro-région languedocienne.

  • 29 Pour respecter la logique de présentation du volume, la notice sur la ville de Lodève, dont le pla (...)

81Le premier point qui pourrait être relevé concerne l’aspect polynucléaire qu’adoptent les deux seules agglomérations véritables du secteur, Lodève29 et Clermont, au cours des XIIe et XIIIe s.

82Lodève est partagée en trois pôles distincts que détache de surcroît la physionomie d’un site de confluent. Si aucune opération d’urbanisme régulier n’y est réellement détectable, la formation d’une ville basse au pied du confluent selon une dynamique malaisée à cerner, de même que l’émergence d’un pôle castral doté d’un barri (faubourg) sur un relief dominant cette fois-ci le confluent soulignent clairement cette phase d’extension urbaine qui s’opère auprès du vieux noyau épiscopal. A Clermont-l’Hérault, une agglomération nouvelle se forme rapidement au cours du XIIe siècle à partir de différents pôles juxtaposés : un château sur une hauteur, une église en bas de pente le long d’un vieil itinéraire, un marché à mi-pente. A partir du XIIIe s. des opérations limitées de lotissements ont pu accompagner ce processus mais aucune enceinte unique n’enveloppe les agglomérations clermontaise et lodévoise avant le milieu du XIVe s.

83Si dans cette micro-région, les châteaux rejetés en marge des vieux terroirs n’ont joué qu’un faible rôle (à l’exception notable de Clermont) comme point de fixation et de regroupement des populations rurales, de vieux sites d’églises ont constitué en revanche de véritables pôles d’investissements. A partir de la seconde moitié du XIIe s., les moines de Saint-Sauveur de Gellone (aujourd’hui Saint-Guilhem-le-Désert) en particulier ont su profiter de ces lieux traditionnels de cristallisation de l’habitat paysan pour promouvoir plusieurs de ces sites. A Saint-Jean-de-Fos, la construction d’une enceinte accompagne le nouveau développement du site tandis qu’à Saint-Félix de Lodez l’existence d’un urbanisme régulier fait songer à un processus volontaire de lotissement.

84Si dans ce dernier cas, la rétraction de l’agglomération à la fin du Moyen Age peut atténuer sur le long terme la réussite de ces opérations, ailleurs, la greffe prend. A Saint-Pargoire et à Saint-Jean-de-Fos des faubourgs nouveaux, véritables entreprises de lotissement effectuées à partir d’un tracé régulateur orthogonal peut-être dès la seconde moitié du XIIIe ou le début du XIVe s., permettent désormais d’intégrer ces vieux sites d’habitat parmi les principales agglomérations de la microrégion.

85Le processus est loin cependant d’être abouti à la fin du XIIIe s. Dans la seconde moitié du XIVe s., au XVe s. et peut-être aussi au XVIe s. la fondation de nouveaux villages met en valeur désormais l’importance nouvelle d’un urbanisme régulier orthogonal, opérations planifiées (Canet, Plaissan) qui viennent réanimer de très vieux sites d’habitat végétant depuis les XIIe-XIIIe s. Le phénomène qui touche principalement la rive droite de l’Hérault était demeuré jusqu’alors inaperçu et permet aujourd’hui de réévaluer la dynamique propre de ces XIVe-XVe s., dernière strate de créations et/ou de refondations villageoises dans une micro-région de l’arrière-pays languedocien ou l’impact des structures castrales dans le regroupement des populations rurales n’a eu finalement qu’un effet très partiel.

86Il reste que la forte densité des villages médiévaux de la moyenne vallée de l’Hérault a finalement empêché l’émergence de très grandes agglomérations. L’imbrication des seigneuries est à la source de concurrences trop fortes qui ont limité le rassemblement des hommes. Ainsi, le semi-échec de Saint-Félix-de-Lodez s’explique en grande partie par l’émergence simultanée, à moins de 4 km du bourg épiscopal de Saint-André-de-Sangonis implanté de surcroît le long de la même voie marchande. Prétendre saisir la dynamique urbaine et villageoise de cette micro-région oblige dès lors à mettre en place une enquête systématique qui tienne compte de l’histoire singulière de chaque pôle aggloméré. C’est ce que s’efforce de réaliser depuis 1997 l’équipe rassemblée dans le cadre du PCR (Projet Collectif de Recherche du Ministère de la Culture) « Lodève et son territoire ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

APPOLIS 1936 : APPOLIS (E.)
Lodève, étude de géographie urbaine, Cahiers d’Histoire et d’Archéologie, 9, Nimes, 1936, p. 45-76.

BARRAL 1918 : BARRAL (P.)
Considération sur le Régime municipal de Clermont-en-Lodévois, Montpellier, 1918.

BOURIN-DERRUAU 1987 : BOURIN-DERRUAU (M.)
Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle). Tome 1 : Du château au village (Xe-XIIe siècle), Tome 2 : La démocratie au village (XIIIe-XIVe siècle). Paris, L’Harmattan, 1987, 338 et 470 p.

BOURRIER 1977 : BOURRIER (R.)
Vendémian, village languedocien, Mémoire de 3e cycle, Ecole nationale des beaux arts, Paris, 1977.

C. AN. : CASSAN (L.), MEYNIAL (E.)
Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux : cartulaire d’Aniane, Montpellier : Société Archéologique de Montpellier, 1898, 450 p.

CHRISTOL, GOUDINEAU 1987-1989 : CHRISTOL (M.), GOUDINEAU (C.)
Nimes et les Volques Arécomiques au Ier s. av. J.-C., Gallia, 45, 1987-1988, p. 87-103.

C. GEL. : ALAUS (P.), CASSAN (L.), MEYNIAL (E.)
Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux : cartulaire de Gellone, Montpellier : Société Archéologique de Montpellier, 1900, 511 p.

C. LOD. : MARTIN (E.)
Cartulaire de la ville de Lodève dressé d’après des documents inédits, Montpellier, 1900, 494 p.

COMBARNOUS 1960 : COMBARNOUS (G.)
Clermont-l’Hérault, ancienne place-forte et vieux marché, Annales du Midi, 72, 1960, p. 257-272.

COMBARNOUS 1975 : COMBARNOUS (G.)
Les châteaux des guillem et de Clermont, Millau : Maury, 1978, 118 p.

DELOUVRIER 1896 : DELOUVRIER (Ab.)
Histoire de la vicomté d’Aumelas et de la baronnie du Pouget, Montpellier, 1896.

DEMAILLE 1997 : DEMAILLE (E.)
La gestion de l’espace urbain et rural à Lodève d’après le compoix de 1401, Mémoire de maîtrise d’Histoire, Université de Montpellier 1997, 198 p.

FABRE 1996 : FABRE (G.)
Les villages ronds ou en ellipse dans le canton de Gignac : études de cas, In : FABRE (G.), BOURIN (M.), CAILLE (J.), DEBORD (A.), Dir., Morphogénèse du village médiéval (IXe-XIIe siècles), Actes de la table ronde tenue à Montpellier, 22-23 fév. 1993, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, région : Languedoc-Roussillon, Montpellier, Cahiers du patrimoine n° 46, 1996, p. 227-241.

FABRE, LOCHARD 1992 : FABRE (G.), LOCHARD (T.)
Montpellier : la ville médiévale, I.G.M.R.A., région Languedoc-Roussillon, Collection Etudes du Patrimoine, 1992, 310 p.

FÉVRIER 1989 : FÉVRIER (P.-A.)
Lodève, In : Topographie des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, VII, Province ecclésiastique de Narbonne (Narbonensis prima). Paris : De Boccard 1989, p. 61-64.

GARCIA 1993 : GARCIA (D.)
Entre Ibères et Ligures : Lodévois et moyenne vallée de l’Hérault protohistoriques. Revue Archéologique de Narbonnaise, supplément n° 26, 1993, 355 p.

GARMY, SCHNEIDER 1998 : GARMY (P.), SCHNEIDER (L.)
Lodève et son territoire dans l’Antiquité et le haut Moyen Age, In : CLAVEL-LEVEQUE (M.) et VIGNOT (A.) Ed., Cité et territoire II, Actes du IIe colloque européen de Béziers, 24-26 octobre 1997, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 1998, p. 223-241

GASCOU 1995 : GASCOU (J.)
A propos d’un décurion de Lodève (Hérault), Zeifschrift für Papyrologie und Epigraphik, Band 105, 1995, p. 89-95.

GRANDJOUAN 1988 : GRANDJOUAN (M.-S.)
Clermont l’Hérault et son canton. Images du Patrimoine, Ministère de la Culture, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France-Région de Languedoc-Roussillon, Millau : Maury, 1988, 64 p.

H.G.L. : DEVIC (Cl.) et VAISSETE (J.)
Histoire Générale du Languedoc, 2e éd. revue et augmentée, Toulouse : Privat, 1872-1879.

JOURNOT 1990 : JOURNOT (F.)
Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne Héraultaise. Haut bassin de l’Orb et bassin de la Lergue Xe-XIVe siècle. Thèse de nouveau doctorat, 3 vol., Université de Haute Bretagne, Rennes II, juin 1990, dactyl.

L.I.M. : GERMAIN (A.) et CHABANNEAU (C.)
Liber instrumentorum memorialium - Cartulaire des Guilhems de Montpellier publié d’après le manuscrit original. Montpellier : Société Archéologique de Montpellier, 1884-1888, 849 p.

L. VERT : ROUQUETTE (J.)
Cartulaire de l’église de Lodève (Livre vert). Montpellier : éd J. Rouquette, 1923.

MARTIN 1892 : MARTIN (E.)
Chronique et généalogie des Guilhem seigneurs de Clermont, diocèse de Lodève et des diverses branches de leur famille, Marseille, 1892.

MARTIN 1900 : MARTIN (E.)
Histoire de la ville de Lodève depuis ses origines jusqu’à la révolution, Montpellier, Serres, 1900, 2 vol., 391 et 425 p.

MOULIAS-CARRAT 1996 : MOULIAS-CARRAT (D.)
Microtoponymie de l’ancienne barronie de Clermont-l’Hérault, Mémoire de D.E.A., Université de Montpellier III, 1996, 181 p.

NOUGARET 1987 : NOUGARET (J.)
Lodève (Hérault). Cathédrale Saint-Geniès-Saint-Fulcran, Crypte In : Barral I Altet X., (Dir.), - Le paysage monumental de la France autour de l’An Mil, Picard, 1987, p. 433-434.

PAONE 1997 : PAONE (F.)
Lodève, Place du Marché, Bilan scientifique de la Région Languedoc-Roussillon, Ministère de la Culture, 1997, p. 86-87.

PÉREZ 1995 : PEREZ (A.)
Les cadastres antiques en Narbonnaise occidentale. Essai sur la politique coloniale romaine en Gaule du sud, Paris, CNRS, 1995, 313 p. (Revue Archéologique de Narbonnaise ; 29).

SCHNEIDER 1996 : SCHNEIDER (L.)
Le rôle des dépendances monastiques dans la morphogénèse villageoise du Languedoc central. In : FABRE (G.), BOURIN (M.), CAILLE (J.), DEBORD (A.), Dir., Morphogénèse du village médiéval (IXe-XIIe siècles), Actes de la table ronde tenue à Montpellier, 22-23 fév. 1993, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, région : Languedoc-Roussillon, Montpellier, Cahiers du patrimoine n° 46, 1996, p. 227-241.

SCHNEIDER 1997 : SCHNEIDER (L.)
Une vicaria languedocienne du Xe siècle : Popian en Biterrois, Autour de l’An Mil, Annales du Midi, T.109, n° 219-220, Jui./Déc. 1997, p. 401-442.

SCHNEIDER, GARCIA 1998 : SCHNEIDER (L.), GARCIA (D.)
Le lodévois. Arrondissement de Lodève et commune d’Aniane, Cabrières, Lieuran-Cabrières et Péret, Carte Archéologique de la Gaule, 34-1, Académie des Inscription et Belles-Lettres, Paris, 1998, 332 p.

SCHNEIDER ET AL., 1998 : SCHNEIDER (L.) avec la coll. de BERGERET (A.), CAROZZA (L.), CHABAL (L.), COLOMER (G.), FOREST (V.), PRADAT (B.), RASCALOU (P.) ET RUAS (M.-P.)
Plaissan, Les Termes (Hérault) : deux établissements ruraux du haut Moyen Age languedocien, Artère du Midi, phase III, vol.12, AFAN-GDF-Ministère de la Culture, D.F.S. de fouille préventive déposé au SRA de Languedoc-Roussillon, Montpellier 1998, 152 p.

SCHNEIDER 2000 : SCHNEIDER (L.)
Sites sacrés, sites profanes. Recherches récentes sur les établissements ruraux du haut Moyen Age dans les périphéries monastiques de Saint-Sauveur d’Aniane et Saint-Sauveur de Gellone (Ve-XIe s.), In : AMADO (C.) et BARRAL I ALTET (X.) dir., Saint-Guilhem-le-Désert dans l’Europe du haut Moyen Age, Actes de la 2e table ronde de Gellone, Août 1998, Amis de Saint-Guilhem-le-Désert, Montpellier 2000, p. 47-64.

SEGONDY 1954 : SEGONDY (J.)
Les églises du diocèse de Lodève, 1954, Manuscrit inédit déposé à la bibliothèque municipale de Montpellier.

SEGONDY S.D. : SEGONDY (J.)
Visites pastorales des évêques de Béziers, Manuscrit inédit déposé à la bibliothèque municipale de Montpellier.

Notes

2 Dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche du ministère de la Culture (Lodève et son territoire de la fin de l’Age du fer à la fin du Moyen Age, programme triannuel 1998-2000), une équipe, constituée de J.-L. Abbé, M. Flamary, T. Panouillères, M. Sainte-Marie et L. Schneider, s’est donné pour objectif de procéder à une étude morphologique systématique de l’ensemble des villages du diocèse de Lodève.

3 (vers 1140)... via publica mercatorum Claromontesium euncium ad Ginnac, C. Gel., p. 172 ; (1158) C. Gel., p. 446 ; (1195) C. Non., p. 47-48 ; (1160) L.I.M., p. 713.

4 Histoire chronologique des anciens Guilhems, seigneurs et comtes de Clermont de Lodève, attribuée à l’abbé Julien, original de 1645 perdu. Il en existe cependant une transcription dactylographiée anonyme des années 1950. Sur la valeur du document, voir notamment les remarques de D. Moulias-Carrat (1996, 163-177).

5 C. An., n° 226, p. 356... et est ista terra in villa de Giniaco, juxta mercadilium novum, et sicut discurrit via que venit de castro et descendit ad ecclesiam, et ex altera parte affrontat se cum terra Sancti Petri et ex altera parte affrontat se juxta domum Ademari Plumbiarii.

6 C. Gel., n° 160, p. 144... in pago dicto Lutovense, in primis videlicet fiscum litenis cum ecclesiiis Sancti Johannis et Sancti Genesii, sub omni integritate, cum villis et villaribus....

7 C. Gel., n° 507, p. 428 (1153)... ecclesia Sancti genesii de Ledens...

8 Les monastères d’Aniane et de Gellone entreprennent la construction en commun d’un pont dans les gorges de l’Hérault, au lieu de Gurgito Nigro (C. Gel., n° 20, p. 23). L’église Saint-Jean du IXe s. devenue parrochia Sancti Johannis en 1042 (C. Gel., n° 17, p. 20) sera dénommée parrochia Sancti Johannis de Gurgite Nigro à partir de la seconde moitié du XIe s. (C. Gel., n° 15, p. 18). La forme Sancti Johannis de Fors s’impose au début du XIIIe s. (C. Gel., n° 560, p. 485, 1206).

9 La bulle d’Alexandre III en faveur de Gellone a été publiée par Paul TISSET. L’abbaye de Gellone des origines au XIIIe s. Réédition de 1992, Ed. du Beffroy, p. 219-223. Outre l’autorisation de mise en fortification qui parait être plutôt une reconnaissance d’un état déjà existant (Quisti etiam securitati vestre providere violentes, liberam vobis trinuirnus et facultam vallandi villam sancti Johannis et valles ibi factas reficiendi et muris eum alliisque ad tuitionem ejus edificiis circumdandi...), on y trouve une clause de protection... Ad pacem et quietem preterea monasterii vestri statuimus ut circa ipsium a villa Sci Johannis usque ad fossatos et usque ad eschossam nullus hominum capere vel rainam audeat aut violentiam exercere... Le diplôme de Louis VII est publié dans le Gallia Christiana T. VI, col. 282.

10 Gallia Christ., 280... fiscum Sancti Genesii Litenis et ecclesiam sancti Johannis cum villa atque munitione sua...

11 Fonds Cassan, Registre Saint-Jean-de-Fos, Ms. 182 de la Société Archéologique de Montpellier.

12 C. Gel., p. 209-210.

13 Vicano que vocant Sancto Paragorii (C. Gel., p. 211-212), vicanum que dicitur Sancto Paragorio (C. Gel., p. 212), vicano Sancti-Paragorii (C. Gel., p. 224), les mentions sont nombreuses tout au long du XIe s.

14 C. Gel., n° 250, p. 211 (1031-1048)... de omne usum que inquirebat in parrochia Sancti Paragorii. Au début du XIIe s. des maisons sont situées in villa Sancti Paragorii et des terres infra terminium ejusdem parrochie (C. Gel., n° 274, p. 226-227).

15 C. Gel., n° 200, p. 173... ad portam castri Sancti Paragorii...

16 C. Gel., p. 5 et 210... villam quam vocant Magaranciaz cum ecclesiam sancti Fecilicis...

17 C. Gel., n° 42, p. 43 Dono... in comitatu Lutovensi, in parrochia Sancti Juliani de Avisaz... ecclesiam Sancti Felicis cum ipso manso...

18 C. Gel., n° 541, p. 485... qui honor est in parrochia Sancti Felicis...

19 C. Gel., n° 159, p. 143.

20 C. Lod., n° 61, p. 68.

21 L. Vert, p. 28 Ecclesia seu capella Sancti Felicis in plano Lodovesii ab antiquo dependens a predicta ecclesia Sancti Juliani sed propter habitationem populi in eadem sacramenta ministrantur...

22 C. Gel., n° 40, p. 41... strata publica que venit de Bocaretz et vadit ad villam que vocatur Sagonias...

23 L.I.M., n° 740 et 742.

24 C. An., p. 431 et 432.

25 H.G.L., V, c. 1179.

26 L.I.M., p. 687... parrochia S. Petri de Plaissano...

27 C. Lod., p. 3 et C. Gel., p. 45.

28 L. Vert, p. 74.

29 Pour respecter la logique de présentation du volume, la notice sur la ville de Lodève, dont le plan ne révèle aucune opération d’urbanisme identifiable, a été placée dans la 2e partie (cf. chap. 9) [note des éditeurs].

Auteur

Chargé de recherche au CNRS (Aix-en-Provence, UMR 6572). Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540