Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

I. LA PLANIFICATION DES AGGLOMÉRATIONS

2. Montferrand et Riom, XIIe-XVe siècle

Josiane Teyssot

Texte intégral

  • 1 J. Teyssot, Les relations seigneurs-villes : le cas des trois « capitales » de Basse Auvergne, Cle (...)

1Ces deux villes se sont essentiellement développées au Moyen-Age, pour des raisons avant tout politiques. En effet, Montferrand est créée au XIIe siècle par le comte d’Auvergne pour concurrencer l’évêque dont la cité, Clermont, se trouve à moins de 4 km. Riom existe dès l’époque gallo-romaine, mais sa grande chance historique est l’arrivée des Capétiens au début du XIIIe siècle : le roi s’empare d’une partie du comté et installe son administration locale à Riom, à environ 15 km de Clermont1. Montferrand et Riom ont donc des destinées très proches qui se reflètent dans leur topographie.

MONTFERRAND

1. Analyse morphologique

1) L’aspect général

  • 2 Montferrand est aujourd’hui englobée dans l’agglomération clermontoise. Les deux villes ont fusion (...)

2Montferrand se trouve sur une avancée du front de la faille de Limagne, entre 340 et 350 m d’altitude, à environ 4 km au nord-est de Clermont2. La ville ancienne de Montferrand couvre environ 21 ha et ressemble sommairement à un trapèze, orienté est-ouest, avec son côté le plus rétréci à l’est. Cette forme assez géométrique est en fait l’adaptation au site lui-même, une butte en éperon qui surplombe la plaine de Limagne à l’est et qui se raccorde au talus de la faille à l’ouest. La population s’est installée en priorité sur « l’arête dorsale » en la longeant.

3Deux ruisseaux, apparemment en dérivation artificielle d’après leurs cours régularisés, enserrent le tout, au nord et au sud. Il s’agit de deux bras de la Tiretaine.

  • 3 Services du cadastre de Clermont, boulevard Berthelot. Microfilm aux Archives départementales du P (...)

4A l’intérieur de cet ensemble, la densité de l’habitat varie aussi bien sur le cadastre actuel que sur celui dit napoléonien et qui date en réalité de 18313. Cet habitat est beaucoup plus dense, plus régulier, plus homogène, au centre du bourg, autour de la grande rue nord-sud, tandis qu’à l’ouest, il est plus lâche, avec des îlots vides ou des parcelles contrastées (fig. 1 et 2). Plusieurs unités de plan peuvent ainsi être reconstituées.

2) Les différentes unités de plan (fig. 3)

5Il y a deux unités de plan qui apparaissent tout de suite très nettement sur le plan : à l’est, un ensemble circulaire autour d’une place vide (1), et au centre, une forme très oblongue, presque rectangulaire (2), autour de l’axe nord-sud.

  • La première unité de plan (1), mieux conservée dans sa partie méridionale que septentrionale, se situe sur le sommet de la pente raide de l’éperon. Elle s’agence autour d’une place approximativement hexagonale ou octogonale, presque circulaire. Elle est transpercée par la grande rue est-ouest de la ville. Le parcellaire est rayonnant, avec des parcelles très petites et irrégulières. Côté nord, une ruelle en demi-cercle, parallèle à la place centrale, détache un îlot : cette ligne de fracture est aussi perceptible côté sud, non pas par une rue mais par des limites continues de parcelles ou d’édifices.
  • La deuxième unité de plan (2) présente un aspect totalement différent de la première. Elle se compose de dix îlots à peu près de même superficie (entre 2 500 et 3 000 m2 l’un) et de même forme, avec chacun huit à dix parcelles tournées vers la grande rue nord-sud qui constitue l’axe de l’ensemble. Ces parcelles, très allongées, comportent souvent une cour intérieure entre deux corps de bâtiment.

6Dans chaque îlot, en arrière de ces parcelles laniérées, se trouve une venelle les séparant d’autres parcelles, plus petites (d’une longueur moitié moindre), plus irrégulières, moins en lanières, et plutôt tournées vers les rues secondaires parallèles au grand axe nord-sud de la ville. Ces venelles traversent chaque bloc en entier, longitudinalement, sauf dans l’îlot faisant face à l’église. La disposition du bâti à l’intérieur de ces petites parcelles « arrières » diffèrent sensiblement des plus grandes : il n’y a pas de cour intérieure séparant deux corps de bâtiment, sauf dans une parcelle face à l’église et deux autres dans le second bloc à l’ouest, en partant du nord.

7Le reste de la ville apparaît beaucoup plus confus et plus difficile à rassembler.

  • Tout à fait à l’est, de grandes parcelles englobent de grands édifices et de vastes espaces non bâtis (unité de plan 6).
  • Autour de l’unité circulaire 1 déjà repérée, il y a au nord-ouest, au sud-est, et autour de l’église, un bâti dense séparé par des vides parfois importants comme au nord de la place hexagonale ou dans le grand îlot au sud de l’église : c’est l’unité 3a et 3b. Dans les parties denses, on retrouve par endroits ce qui semble une imitation des venelles intra-blocs de l’unité 2 oblongue déjà décrite (c’est le cas en particulier en 3b).
  • A l’ouest de la ville, l’unité 4 prolonge les rues de l’unité 2, en ligne droite le plus souvent. Certains îlots tentent là aussi de reproduire le système des venelles intérieures, mais celles-ci sont moins régulières, moins rectilignes. Elles disparaissent totalement dans les parties les plus au nord et les plus au sud. Une grande place rectangulaire perfore les blocs au nord, tandis que le grand îlot le plus au sud comprend de vastes enclos non bâtis et deux bâtiments enclavés dont un rond.
  • Enfin, tout autour de la ville, sauf à l’est et au nord-est, un bâti lâche s’accole aux dernières rues qui elles-mêmes forment un petit trapèze à l’intérieur du grand trapèze urbain : c’est l’unité de plan 5.

2. Evolution de l’espace urbain

1) Chronologie comparative

8En restant au niveau de l’étude des plans, c’est-à-dire en faisant abstraction de toute source écrite ou archéologique, on peut déjà établir une chronologie relative des différentes unités qui viennent d’être décrites.

9L’unité circulaire 1 à l’est de la ville paraît la plus ancienne avec un habitat rayonnant à partir d’elle. Elle est coupée postérieurement à sa construction par l’axe est-ouest de la ville. Le carrefour en limite sud témoigne probablement d’une porte d’enceinte disparue.

10Une première excroissance urbaine 3a s’opère ensuite vers l’ouest à partir de ce noyau circulaire : elle englobe l’église. Comme en 1, l’habitat est très serré, avec des parcelles petites et irrégulières. Par contre, l’extension 3b est sans doute postérieure : elle imite l’unité 2 avec ses venelles intérieures. Côté est, l’urbanisation est gênée par la pente plus raide du relief.

11L’unité oblongue 2 vient après 1 et 3a : elle coupe la première excroissance urbaine 3a. L’îlot sans venelle devant l’église démontre que 2 a récupéré là un bâti préexistant, tandis que la rue desservant la façade occidentale du sanctuaire est elle aussi plus tardive.

12Cette unité oblongue 2 se caractérise par son homogénéité et par sa régularité. Elle relève d’un urbanisme volontaire, avec un plan d’aménagement conçu par avance, le long de l’axe nord-sud, ce qui va à l’encontre de l’urbanisation spontanée précédente orientée est-ouest, le long et sur la crête de l’éperon naturel.

13L’unité de plan 2 débouche au sud sur une place en patte d’oie postérieure car elle a perturbé le lotissement à cet endroit-là : elle correspond cependant à une des portes de la ville médiévale. A l’extrême nord, une grande parcelle avec une cour intérieure vient là aussi déranger après coup la disposition d’origine du lotissement, à proximité d’une deuxième porte de ville.

14Cette volonté urbanistique visant à mettre en valeur l’axe nord-sud disparaît ensuite, et la ville s’étend à nouveau vers l’ouest, et non vers le sud et le nord (unité de plan 4). Seuls sont retenus la venelle interne des blocs (pas partout) et le prolongement des rues du lotissement central. De la même époque semblent également dater les îlots en 3b au sud-est et au nord de l’unité circulaire 1, car ils imitent eux aussi le lotissement.

15L’habitat « périphérique » (unité de plan 5), c’est-à-dire entre les deux trapèzes délimités par les rues les plus extérieures de la ville, apparaît comme un comblement spontané et incomplet plus récent entre deux enceintes dont les vestiges subsistent par endroits (tours d’Entrée de l’Eau et de la Gravière). Les grands bâtiments tout à fait à l’est interrompent ce comblement et sont donc les derniers éléments mis en place (unité de plan 6).

2) L’apport des sources écrites

  • 4 Archives communales de Montferrand aux A.D. du Puy-de-Dôme, série 3E 113 Dép. fonds II : inventair (...)

16Les éléments topographiques qui viennent d’être dégagés permettent de mieux utiliser les sources écrites (fig. 4). Celles-ci sont très abondantes car Montferrand a conservé d’importantes archives communales qui, malheureusement, restent encore très largement à dépouiller. Les données fournies ici sont donc fragmentaires4.

17La première mention de Montferrand date du pontificat de Calixte II (1119-1124) : le pape reçoit du comte Guillaume VI toutes les églises à venir de Montferrand. Il cède ensuite ce droit à l’abbaye de La Chaise-Dieu qui construit ainsi le prieuré Saint-Robert, au sud et à l’extérieur du site étudié.

  • 5 Gabriel Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, Aubier, 1978, p. 179-181.

18En 1126 ou 1127, Suger cite le château de Montferrand qui est assiégé par Louis VI venu au secours de l’évêque contre le comte. L’abbé de Saint-Denis raconte que les défenseurs abandonnent l’enceinte extérieure et les maisons qu’elle englobe (et qui sont brûlées par les attaquants), pour se réfugier dans le château qui comprend un donjon et une enceinte autour. Ce premier château correspond à l’unité circulaire 1 (fig. 3). Selon cette description du XIIe siècle et selon le plan cadastral, il s’agit sans doute d’un château à motte5.

  • 6 Paul-Edouard Robinne, Montferrand du XIIeau XVIIIesiècle, Clermont-Ferrand, CRDP, 1974, p. 9.

19Après cet épisode, le calme revenu, le village se reconstruit et se développe au milieu du XIIe siècle : c’est la première excroissance urbaine 3a constatée vers l’ouest et qui englobe la chapelle castrale. Il y a probablement une enceinte autour, avec une porte fortifiée à l’extrémité ouest, devant l’église, là où manque la venelle intérieure dans l’îlot (cette porte se voit d’ailleurs dans les bâtiments, notamment quand on les observe du haut du clocher voisin)6.

20En 1165, la ville est pillée par le comte Guillaume VIII le Vieux, oncle de Guillaume VII et usurpateur d’une grande partie du comté. Puis, entre 1166 et 1181, Guillaume VII et son fils Robert Dauphin réservent à La Chaise-Dieu le monopole de toute nouvelle construction de sanctuaires dans la ville : ils lui concèdent d’ailleurs une place à l’intérieur de l’enceinte pour construire une maison. Ces deux événements peuvent expliquer la reconstruction du château, au même endroit, mais cette fois-ci en pierre et de type « Philippe Auguste », sur le même plan presque circulaire.

  • 7 J. Teyssot, Les forteresses urbaines : les châteaux de Montferrand et de Riom, en Auvergne, au XIV(...)

21L’enceinte de ce château est partiellement détruite en 1633, mais le donjon demeure car il sert de prison jusqu’à la Révolution. Il disparaît au début du XIXe siècle7.

  • 8 Robert Dauphin a laissé Montferrand en douaire à son épouse un peu avant 1196. La charte a été pub (...)

22Le lotissement le long de l’axe nord-sud est engagé simultanément ou peu de temps après la reconstruction du château. Il est officialisé par la charte de franchises accordée aux habitants entre 1196 et 1199 par la comtesse G., femme de Robert Dauphin, et par son fils, le jeune Guillaume8. Ce lotissement est ensuite enclos dans une muraille qui est achevée avant 1229 puisqu’à cette date, les Franciscains installent leur couvent à l’extérieur des murs, au nord, près de la porte de Bise. Ce couvent reste en place jusqu’à la Révolution.

  • 9 J. Teyssot, Le marc d’or de Montferrand, dans Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1 (...)
  • 10 Catherine, fille de Guillaume Dauphin, apporte en dot la ville de Montferrand à son époux Guichard (...)
  • 11 G. Fournier, Châteaux, villages et villes..., op. cit., p. 84.

23Aux XIIIe-XIVe siècles, la ville déborde et s’étend, grâce en particulier à ses foires très renommées et que le roi Louis VIII avantage en 12259. C’est la phase de développement 3b et 4 constatée autour du château et à l’ouest du lotissement. Les habitants imitent alors vaguement le lotissement précédent, mais l’autorité seigneuriale s’étant affaiblie, l’urbanisation n’est plus autant contrôlée et elle redevient plus spontanée10. La grande place rectangulaire dans l’unité de plan 4 (place Poly actuelle) peut être un foirail ancien, du XIIIe siècle, englobé dans la nouvelle extension (c’est l’hypothèse de Gabriel Fournier), ou peut n’être qu’un percement moderne. Seul un dépouillement systématique des archives pourra répondre11.

  • 12 A.D. Puy-de-Dôme 3E 113 Dép. fonds II, CC 162 à 165. Par exemple, en 1368, les consuls font constr (...)
  • 13 Armorial de Guillaume Revel, BnF fr. 22297. Publié intégralement par Emmanuel de Boos, L’armorial (...)

24Au milieu du XIVe siècle, devant les dangers de la guerre de Cent Ans, les consuls organisent la construction d’une autre enceinte pour protéger ces nouveaux quartiers. Les registres des comptes consulaires, même s’ils ne sont pas très précis sur le détail des travaux mentionnent de très lourdes dépenses pour ces fortifications entre 1348 et 1368, ce qui suggère non pas un simple entretien ni une simple réparation, mais bien une véritable construction12. Cette muraille correspond au « petit trapèze » déjà signalé. C’est elle que dessine Guillaume Revel vers 145013. La démolition au début de 1997 par la Municipalité de Clermont-Ferrand d’un bâtiment du XVIIe siècle dit de la Tour de l’Entrée de l’Eau le confirme : sous l’édifice moderne se trouve effectivement la base d’une tour circulaire plus ancienne par laquelle entre une partie de la Tiretaine dans la ville pour assurer son approvisionnement en eau. Elle se situe au nord-ouest du plan de repérage.

25Ce rempart n’empêche pas la prise de la ville, par surprise, en février 1388 par la troupe du capitaine Perrot le Béarnais. Ce sac, le seul d’une ville importante en Basse Auvergne pendant la guerre de Cent Ans, ruine le commerce local et arrête l’extension du bourg. Il explique sans doute les nouvelles fortifications entreprises aux siècles suivants, alors que les communes voisines n’en font pas autant. Cette muraille et la dérivation extérieure de la Tiretaine sont donc repoussées de 30 à 40 m au XVIe siècle. Déjà entre 1491 et 1495, l’enceinte du XIVe siècle est sensiblement modifiée (arasement de tours, créneaux pour serpentines, remblaiement du rempart, etc.) pour une meilleure utilisation de l’artillerie. Entre 1574 et 1577, la dernière muraille, celle du « grand trapèze », est édifiée pour prévenir une éventuelle attaque protestante (les Huguenots prennent Issoire en 1577). L’espace laissé libre entre les deux murs permet la circulation des canons et reste peu densément bâti : c’est l’unité de plan 5. Ces remparts du XVe siècle subsistent aujourd’hui partiellement, avec leurs vastes fossés, encore élargis au XVIIe siècle.

26Toujours au XVIIe siècle, un couvent d’Ursulines s’installe à l’est (unité de plan 6) : il perturbe la clôture urbaine. Il s’agit actuellement du Musée des Beaux Arts-Roger-Quilliot.

27Les édifices religieux restent rares à l’intérieur de la ville. La charte de franchises de la fin du XIIe siècle interdit en effet aux clercs d’habiter Montferrand car ils sont exempts. Il n’y a donc que la chapelle castrale, devenue église Notre-Dame, qui est desservie à partir du XIVe siècle par un chapitre de chanoines, pour assurer le service paroissial, en remplacement du prieuré Saint-Robert, à cause des troubles de la guerre de Cent Ans. La grande parcelle largement vide au sud de l’église correspond à l’enclos du doyenné. Un établissement de Templiers s’implante aussi au nord-est de l’église, peut-être au XIIIe siècle.

  • 14 André Bossuat, Le bailliage royal de Montferrand (1425-1556), Paris, 1957.

28Montferrand est donc une ville neuve du XIIe siècle, établie autour d’une forteresse comtale dans le but de gêner l’évêque voisin. La bourgade se développe nettement jusqu’au milieu du XIVe siècle, puis elle périclite car son commerce est ruiné par la guerre. L’installation d’un bailliage royal de 1425 à 1556 ne constitue qu’un répit dans son déclin14. Montferrand est finalement absorbée par sa grande rivale, Clermont, en deux temps, en 1630 et 1731.

RIOM

1. Analyse morphologique

1) L’aspect général

29La ville a une forme grossièrement ovoïde et couvre environ 30 ha, à l’intérieur du boulevard circulaire qui l’enserre. Elle se trouve sur une petite butte sédimentaire à 355 m d’altitude, 20 m au-dessus des terres marécageuses avoisinantes. Riom se situe en contrebas de la faille de Limagne, sur un des mamelons faisant la liaison entre l’escarpement géologique (à l’ouest de la ville) et la plaine de Limagne elle-même (à l’est). Comme à Montferrand, deux cours d’eau en dérivation artificielle encadrent l’agglomération : le Ponthurin qui coule dans le faubourg nord, hors le noyau médiéval, et l’Ambène qui passe dans le faubourg sud, mais dont un bras traverse les quartiers méridionaux de la vieille ville.

  • 15 Ce plan d’assemblage du XIXe siècle se trouve au service du cadastre de Riom, 49 rue de Toulon. Mi (...)

30L’habitat est ici beaucoup plus dense qu’à Montferrand (fig. 5 et 6). Cependant, il s’agit d’une vision contemporaine car il n’existe pas de cadastre napoléonien pour Riom : seul subsiste un plan général de 1811, sans aucun détail du parcellaire15.

2) Les différentes unités de plan (fig. 7)

31Elles sont plus difficiles à cerner qu’à Montferrand en raison de la densité plus forte de l’habitat sur un cadastre plus récent. Les unités de plan suivantes apparaissent.

  • Au nord-ouest, l’unité de plan 1 est la plus évidente. C’est un quadrilatère aux angles très arrondis qui comprend l’église Saint-Amable et cinq petits îlots à proximité. Une rue, large et est-ouest, coupe très nettement en deux cette unité et rejoint la place du parvis. Les deux îlots les plus au sud ont un parcellaire dense, plutôt rayonnant, tandis que ceux au nord de Saint-Amable sont au contraire nettement moins bâtis, avec de grands édifices et des espaces vides. A l’intérieur de ces îlots, on peut suivre une limite parcellaire médiane et presque continue (en pointillés sur le plan des ensembles topographiques), parallèle aux rues qui entourent cette première unité de plan : cette limite interne est plus difficile à repérer côté est. L’îlot central, isolé, côté sud, présente une trame plus serrée à l’est qu’à l’ouest.
  • L’unité 2 enserre l’axe nord-sud au centre de la ville : elle ressemble beaucoup à la seconde unité de plan observée à Montferrand. Elle comporte elle aussi dix îlots ayant chacun entre 3 700 et 6 600 m2 environ. Leur forme et leur superficie sont plus régulières à l’est qu’à l’ouest. Comme à Montferrand, il existe des parcelles laniérées tournées vers la rue principale et vers la rue arrière, souvent composées, chacune, d’une cour intérieure entre deux corps de bâtiment. Mais les parcelles arrières ne sont pas forcément plus petites que les autres. La venelle intra-bloc est également présente mais de manière discontinue, surtout à l’ouest de la grande rue16. Les deux îlots les plus au sud de cette unité de plan sont singuliers : celui à l’ouest est nettement plus étroit que les autres, avec des parcelles moins en lanières, et une absence totale de venelle, même si une limite parcellaire médiane semble se dessiner ; celui à l’est comprend seulement une église, Notre-Dame du Marthuret, et à côté, un bâtiment isolé sur une grande place, ce qui traduit probablement des démolitions et des réaménagements postérieurs à l’unité 2. A l’opposé, côté nord, cette unité de plan 2 présente un décrochement par rapport aux unités voisines. Le dernier îlot côté est va vers le nord en se rétrécissant, tandis que les deux derniers blocs à l’ouest ont une limite arrondie pour l’un, et une absence de bâti côté arrière pour l’autre.

32Le tracé des rues dans cette unité de plan 2 est à noter. D’abord, l’axe nord-sud est particulièrement large : 15 m de large de part et d’autre du carrefour principal des Taules. Contrairement à celui de Montferrand, cet axe est incurvé : au sud, vers l’église du Marthuret, où il se resserre, et au nord, vers la porte de Layat. La pente raide du relief explique cela au nord, mais pas au sud où ce handicap naturel existe moins.

33Pour le reste de la ville, les distinctions à faire ne sont pas toujours aisées.

34- Au sud de l’unité de plan 1, il y a un quartier aux rues et au parcellaire assez confus, sans orientation ou caractéristique prédominante. C’est l’unité 3 qui va de la porte de Mozac à l’ouest, à celle de l’Hôpital au sud. Le ruisseau Ambène, partiellement couvert de nos jours, la traverse, et deux rues, l’une au nord et l’autre au sud, semblent parallèles à ce cours d’eau : tous les trois contredisent l’orientation globalement nord-sud et est-ouest des axes des deux précédentes unités. Les autres rues sont rarement rectilignes, avec des culs-de-sac pour la desserte interne de certains gros îlots. En effet, ces îlots sont de tailles et de formes très variables et irrégulières, sans venelle intérieure, sauf dans les deux grands îlots à l’est, au contact de l’unité 2. Les rues convergent enfin vers une ouverture sur le boulevard, à mi-chemin entre les deux portes de ville. Cette convergence entraîne la forme triangulaire des îlots qui la bordent.

35Dans cette unité 3, les parcelles sont en général plus compactes, moins laniérées que précédemment, avec moins de cours intérieures. Il y a cependant de nombreux espaces vides, comme ces deux grandes places au centre du quartier et en bordure de l’Ambène.

36- Dans le quart nord-ouest de la ville, les unités de plan 4a et 4b, de taille restreinte, sont difficiles à définir. 4a semble prolonger ce qui existe au sud par son habitat très dense, mais les trois petits îlots qui la composent sont néanmoins plus réguliers avec une venelle interne ou une limite médiane pour deux d’entre eux, ce qui rappelle l’unité 2. L’îlot central est cependant deux fois plus étroit que ses voisins. Il y a peu de cours intérieures, et une grande parcelle non bâtie dans le bloc le plus à l’ouest. 4b ne comporte, elle, qu’un seul îlot, de forme triangulaire, avec des petites parcelles serrées sur la rue à l’est, des parcelles plus grandes sur la rue au sud, et avec de grands espaces vides à l’arrière des deux.

37- La vaste unité de plan 5, à l’est de la ville, tente, comme cela existe aussi à Montferrand, de reproduire le modèle de l’unité 2. Les îlots sont encore plus grands qu’au centre de Riom, et la plupart comportent une venelle ou une limite médiane, avec de part et d’autre des parcelles qui regardent chacune leur rue nord-sud. Mais ces parcelles sont souvent plus grandes que dans 2, avec de larges espaces vides : la densité du bâti est nettement plus faible que dans toutes les unités précédentes, notamment en 5b. Les rues ne se répondent pas exactement le long de la grande rue est-ouest (rue de l’Hôtel-de-Ville), ce qui permet de distinguer les sous-unités 5a et 5b. Enfin, toutes les rues sont incurvées, comme des cercles concentriques autour de deux cœurs qui seraient situés plus à l’ouest, l’un pour les incurvations de 5a, l’autre pour celles de 5b. La pente quasiment nulle en allant des Taules à la porte est de la ville (porte de la Bade) n’explique pas ce phénomène. Par contre, la descente du relief vers le sud et le nord peut justifier les courbes les plus accentuées, en particulier dans la partie la plus méridionale de 5a.

38Au sud de 5a justement, les deux derniers îlots diffèrent sensiblement des autres. Un est nettement plus petit, avec une venelle désaxée. Le second semble « coincé » contre le boulevard, avec des grandes et des très petites parcelles, sans venelle interne (sauf dans sa partie occidentale), et avec des culs-de-sac. Il est le dernier bloc traversé par l’Ambène qui poursuit son cours au-delà du boulevard. La rue Lafayette, au nord, dessine un coude qui contraste sensiblement avec le tracé orthonormé des rues de l’unité de plan 2, juste à côté. Cette rue ne traverse pas l’îlot pour déboucher sur le boulevard, contrairement à ce qui se passe un peu plus à l’est, avec deux rues qui aboutissent à un même carrefour, au sud de 6c.

39- Les grands bâtiments périphériques, 6a, 6b, 6c, peuvent être réunis. De grandes dimensions, ils se sont visiblement surimposés en détruisant les anciens îlots, comme le prouve le morceau-témoin d’îlot avec venelle centrale au sud de 6c (actuellement collège Michel de Lhospital).

2. Evolution de l’espace urbain

1) Chronologie comparative

40La première unité de plan, celle autour de Saint-Amable, paraît la plus ancienne avec son habitat grossièrement rayonnant : elle rappelle le château-origine de Montferrand. Toutes les autres unités qui la côtoient sont visiblement obligées de s’adapter à elle, en particulier l’unité de plan 2. La rue (Saint-Amable) qui perfore ce noyau d’est en ouest est postérieure. Elle est plus large ici que près du carrefour des Taules où elle commence. Elle a détaché le pâté de maisons isolé qui devait à l’origine toucher l’église elle-même sur son flanc sud. Tout le bâti au nord de cette rue a semble-t-il été remanié car il ne ressemble pas à la partie sud de 1, et parce que l’îlot à l’ouest de Saint-Amable est en connexion évidente avec la place semi-circulaire des Halles (6a).

41L’unité de plan 3 vient ensuite : l’unité 2 doit en effet s’adapter à elle et ne peut pas se développer plus au sud à cause d’elle, d’où en particulier le dernier îlot très étroit au sud-ouest de 2. Il s’agit là d’une extension urbaine spontanée, sans plan d’aménagement préconçu, d’après le désordre des rues et du parcellaire, et malgré une tentative de reprise des deux grands îlots à l’est : les fragments de venelle intérieure tendent à prouver qu’on a essayé de les mettre aux normes de l’unité de plan 2 voisine. Cette extension 3 semble cependant s’organiser grossièrement autour de l’Ambène et peut-être aussi autour des deux places au centre du quartier.

42L’unité de plan 2 est le troisième élément chronologique. Comme à Montferrand, il relève d’un urbanisme volontaire lié au grand axe nord-sud. L’îlot du Marthuret, au sud, a été largement démoli par la suite : ce qui existait à l’origine là explique sans doute la déviation et le rétrécissement de la grande rue à cet endroit.

43Les unités de plan 4a, 4b, 5a, 5b suivent. Elles reproduisent toutes plus ou moins le modèle de l’unité 2. Dans 4a, il y a un parcellaire réaménagé comme les deux îlots au sud-est de 3, le résultat étant là plus marqué. 4b a été très remanié : il est donc difficile de trancher. Par contre, l’unité 5 ne récupère pas ou peu une occupation préexistante. C’est un prolongement du lotissement central de la ville, mais comme à Montferrand, il n’est plus aussi rigoureusement établi que dans l’entreprise d’urbanisme volontaire initiale. Il faut cependant tenir compte des éventuels regroupements modernes de parcelles. Seuls les deux îlots de la partie méridionale de 5a composent avec des constructions antérieures. La division en deux par une rue transversale de l’îlot le plus à l’est de 5b (près du Palais de Justice), est un changement postérieur car les deux blocs de part et d’autre présentent une grande similitude et une continuité évidente.

44Les différences entre 5a et 5b ne sont sans doute pas d’ordre chronologique : il n’y a pas assez de différences structurelles entre les îlots pour le justifier (mis à part celui le plus à l’ouest de 5b où les parcelles sont nettement plus grandes qu’ailleurs). Le relief n’explique pas non plus une utilisation du terrain plus tardive ou plus précoce car on est sur le sommet plat de la butte des deux côtés de la rue de l’Hôtel-de-Ville. Il s’agit vraisemblablement de deux tranches d’une même opération de lotissement, organisées à des dates rapprochées ou simultanées. L’ampleur de cette seconde vague d’urbanisme volontaire a rendu obligatoire le partage en deux du travail sur le terrain.

45Contrairement à Montferrand, l’urbanisme volontaire s’est donc poursuivi à Riom au-delà du lotissement axial. Cette deuxième phase, à laquelle correspondent les unités 4 et 5, aurait seulement changé d’optique par rapport à l’époque antérieure. Soit le maître d’œuvre n’est plus le même, entraînant avec lui de nouvelles exigences, soit les nécessités du temps se sont modifiées (besoin de plus de place pour chaque parcelle si l’activité majeure de la ville a varié, par exemple), soit les deux ont eu lieu à peu près au même moment.

46Une autre remarque s’impose : l’occupation du sol est partout dense dans la ville. Il n’y a pas comme à Montferrand des zones périphériques mal remplies, ce qui démontre la réussite des deux actions successives d’urbanisme volontaire observées.

47Enfin, les grands édifices sur le pourtour de la ville (6a, b, c) sont les derniers éléments mis en place car ils se surimposent en détruisant entièrement ou partiellement des îlots. La Maison Centrale au nord (ancien couvent des Cordeliers, 6b) et le collège Michel de Lhospital au sud (6c) ont probablement fait disparaître une ou plusieurs rues étant donnée leur superficie respective. Avec le percement de la rue Saint-Amable et la transformation du secteur des Halles (6a) à l’ouest de la ville, ce sont les seules modifications notables du tracé des rues depuis les origines : tous les regroupements postérieurs de parcelles ne remettent jamais en cause ce tracé.

2) L’apport des sources écrites

  • 17 Voir ma thèse, Riom, capitale et bonne ville d’Auvergne, 1212-1557, Nonette, CREER, 1999.

48Les sources écrites sont moins abondantes à Riom qu’à Montferrand, même si elles sont importantes et variées (fig. 8). Il n’existe pas en particulier une aussi belle série de comptes municipaux17.

  • 18 Gabriel Fournier, Le peuplement rural en Basse Auvergne au haut Moyen-Age, Clermont-Ferrand, 1962, (...)

49Le nom de Riom vient de rico et mago, deux racines celtiques signifiant riche marché. Cette étymologie de Ricomagum révèle une installation humaine dès avant ou pendant l’occupation romaine, installation dont il ne reste aucune trace aujourd’hui. La première mention écrite date seulement du Ve siècle : Grégoire de Tours, Auvergnat d’origine, cite le vicus Ricomagensis et son saint patron Amable. Jusqu’au XIIIe siècle, de rares documents évoquent Riom, d’abord comme un vicus mérovingien, avec un atelier monétaire, et surtout comme un centre de pèlerinage et de culte rendu à saint Amable. Dès le Ve siècle existe une église paroissiale, dédiée à saint Amable à partir du XIe siècle, avec à côté un baptistère Saint-Jean. Un marché se perpétue également car une des branches de la voie Régordane (ou Chemin des Français) passe par la ville18.

  • 19 Cette Vita n’est connue que par deux copies des XVIIIe et XIXe siècles : A.D. Puy-de-Dôme, 34 G 14 (...)

50A cette phase historique du haut Moyen-Age peut correspondre l’unité de plan 1 (fig. 7) relevée sur le cadastre. On a là de toute évidence un enclos ecclésial dont le mur d’enceinte, en bois ou en pierre à l’origine, doit passer par la limite parcellaire signalée en pointillés sur le plan des ensembles topographiques. Les habitants ont ensuite accolé leurs maisons sur ce mur, en occupant tout ou partie d’un fossé extérieur. Les rues limitant cette unité suivent donc le bord extérieur de ce fossé disparu. La Vita Amabilis, hagiographie légendaire datant sans doute du milieu du Xe siècle, confirme cette disposition générale. Ce texte évoque l’oppidum de Saint-Amable, et non de Riom, qui subit un siège lors d’une des nombreuses querelles entre l’évêque et le comte. Les seigneurs assaillants comblent le fossé avec du bois pour s’emparer de l’enceinte, mais le feu prend et les Riomois ne doivent leur salut qu’aux reliques de leur saint patron qu’un clerc hisse sur le rempart pour repousser les flammes19.

  • 20 Cette activité de la tannerie est très florissante jusqu’au XVIe siècle et ne disparaît qu’au débu (...)
  • 21 A.C. de Riom, série D, délibérations municipales de 1919-1925, p. 182, 297-298, 304-305, 326, 437, (...)

51L’unité de plan 3 n’est mentionnée dans aucune source documentaire conservée avant le XIIIe siècle, mais comme il a été démontré dans la chronologie relative précédente, elle constitue une excroissance spontanée de la ville, en contrebas du noyau initial 1, et avant l’installation du premier lotissement (unité 2), probablement aux XIe-XIIe siècles. Ce développement est lié à l’Ambène qui, on le sait avec certitude pour la fin du Moyen-Age, alimente des ateliers de tannerie importants et plusieurs moulins à grains et à huile20. La patte d’oie relevée au sud-ouest correspond à une ouverture secondaire du rempart postérieur, la Poterne, qui donne accès à un faubourg agricole très exploité, le Bardon. La grande place que Gabriel Fournier identifie à tort à un ancien foirail médiéval à l’origine de l’essor de tout le quartier, ne date que du début du XXe siècle, quand la Municipalité a démoli un îlot insalubre21. De même, la deuxième place vide de cette unité 3 résulte d’une démolition d’anciennes tanneries ruinées, il y a environ vingt-cinq ans : depuis, des immeubles HLM ont été construits dessus.

  • 22 Il pourrait s’agir de Guillaume VII au milieu du XIIe siècle, avant que son oncle ne le dépossède (...)

52L’unité de plan 2 autour de l’axe central nord-sud de la ville (rues de l’Horloge et du Commerce actuellement) est un lotissement semblable à celui rencontré à Montferrand, même si les îlots riomois sont deux fois plus vastes, avec des parcelles plus nombreuses et plus grandes et irrégulières. Il est alors tentant de lui attribuer une datation identique ou très proche, c’est-à-dire la deuxième moitié du XIIe siècle. Ce serait donc le comte d’Auvergne qui aurait initié les deux entreprises, avant l’arrivée des Capétiens en Auvergne en 121222.

  • 23 A.N. J 273 n° 2 et J 327 n° 12. Charte publiée dans J. de Laborde, Inventaires et documents. Layet (...)

53La seule mention d’un lotissement dans les textes riomois figure dans la première tentative de charte de franchises de 124923. Ce document reprend en grande partie la charte de Montferrand un demi-siècle plus tôt, avec les mêmes premiers articles, ce qui confirme la parenté topographique entre les deux villes. Il peut s’agir là du second lotissement relevé à Riom (unités de plan 4 et 5), malgré les similitudes de dimensions avec celles de Montferrand. Alphonse de Poitiers, qui vient de choisir Riom comme capitale pour surveiller de près l’évêque et le comte Dauphin, poursuit l’aménagement de sa ville qu’il agrandit vers l’est pour qu’elle rejoigne la forteresse qu’il fait construire (aujourd’hui Palais de Justice en 6b), mais il continue d’imiter le modèle montferrandais. Quand il octroie la charte définitive, dite Alphonsine, en juillet 1270, il n’évoque plus du tout le découpage du sol, ce qui peut suggérer un achèvement de l’action entreprise précédemment.

  • 24 Pour les Cordeliers, A.C. Riom, CC 59 et GG 120. Certains historiens, dont G. Fournier, sur une le (...)

54En 1263, Alphonse accorde également la remise d’un cens dû sur une place infra muros sur laquelle des clercs séculiers veulent construire une seconde église, celle de Notre-Dame du Marthuret. Cette expression peut évoquer soit une enceinte autour du premier lotissement (unité de plan 2), de même type qu’à Montferrand, soit la clôture définitive de Riom, celle qui correspond au boulevard extérieur actuel. Cette dernière enceinte peut aussi dater du XIVe siècle, comme l’agrandissement relevé à Montferrand au début de la guerre de Cent Ans. Les archives riomoises ne sont pas très explicites à cet égard : de 1347 à 1396, le roi puis le duc de Berry renouvellent régulièrement le droit de barre pour réparer « les murs, fossez et autres forteresses d’icelle ville », sans jamais évoquer clairement une construction à neuf. On semble plus réparer qu’édifier ex nihilo. Par ailleurs, les Cordeliers dont le couvent se trouvait au faubourg nord de Layat, hors la ville, obtiennent le droit en 1357 de s’installer à l’intérieur des murs pour se mettre à l’abri de la guerre. Ils sont dès lors localisés en 6b. Le rempart le plus extérieur est donc déjà achevé à ce moment-là, et les impôts levés ne financent plus que l’entretien ou un achèvement potentiel. Alphonse de Poitiers semble bien l’initiateur à la fois du second lotissement dans la ville et de la dernière enceinte urbaine, celle-ci s’appuyant sur le château-fort princier à l’est, en coupant et en contraignant l’urbanisation spontanée méridionale (sud de 3 et de 5a)24.

  • 25 A.D. Puy-de-Dôme 25 G 24 et 25 G 25. Transcriptions dans J. Teyssot, Riom, capitale et..., op. cit (...)

55L’église du Marthuret quant à elle a brûlé au début du XIVe siècle. Elle est alors reconstruite, toujours à la même place. En 1427 et en 1438, les chanoines qui l’administrent obtiennent des ducs de Bourbonnais, nouveaux ducs d’Auvergne, un débordement de leur église d’abord sur la rue au nord, pour renforcer un pilier du chevet, et surtout sur le grand axe nord-sud (rue du Commerce) pour embellir et agrandir le grand portail occidental25. Cette modification explique, au moins en partie, l’incurvation de la rue du Commerce. Au sud de l’église et en face (de l’autre côté de la rue principale) se trouvait par ailleurs un cimetière autorisé au début du XVe siècle. Toujours au sud du sanctuaire existait enfin l’hôpital Saint-Cassi ou Maison-Dieu, cité dès le XIIIe siècle, qui relevait de l’abbaye Saint-Amable. Désaffecté après la construction d’un nouvel hôpital dans le faubourg sud de la ville à la fin du XVIIe siècle, il est ensuite transformé en caserne, avant d’être démoli dans les années 1960 pour laisser la place à la Poste.

56Le décrochement constaté au nord de l’unité de plan 2 se justifie par la démolition de la porte de Layat et son remplacement par une fontaine monumentale, en contrebas, à la fin du XVIIIe siècle. L’arrondi des deux derniers îlots au nord-ouest de cette unité 2 peut s’expliquer par la pente raide du relief à cet endroit, ou par une structure préexistante démolie pour faire place au lotissement (on pense en particulier à une tour comtale, mentionnée lors de la conquête capétienne en 1212-1213, et que G. Fournier croit discerner dans les immeubles dessinés par Revel vers 1450).

57Dans la première moitié du XVIIIe siècle, Louis XV fait vendre et démolir les remparts de la ville et la rue intérieure qui les longeait, malgré les protestations des habitants qui, à l’origine, ont payé leur édification. Le fossé extérieur est alors comblé pour former les boulevards actuels.

58Les grands édifices périphériques sont, à l’ouest, les Halles construites en 1793-1795, avec l’aménagement semi-circulaire de la place publique devant (6a). C’est la fin du percement du grand axe est-ouest commencé au début du XVIIIe siècle. En effet, le cloître de Saint-Amable obligeait jusque là à contourner l’enclos du haut Moyen-Age. On a donc percé l’unité de plan 1 vers 1730, et on a ensuite largement ouvert la ville vers l’ouest. Au nord-est des Halles, le reste de 6a correspond à des îlots très remaniés au XIXe siècle pour y établir le Bureau de Bienfaisance (remplacé depuis par des écoles privées), et pour percer une rue dans le reste des remparts pour accéder plus facilement au nouveau cimetière en contrebas du boulevard (cette rue est à nouveau en cul-de-sac maintenant).

  • 26 Riom. Le Palais de Justice et la Sainte-Chapelle. Puy-de-Dôme, Inventaire régional d’Auvergne, Cle (...)

59Au nord, dans 6b, le couvent des Cordeliers a été désaffecté à la Révolution puis aménagé en prison : la Maison Centrale actuelle conserve encore le cloître et l’église qui sont laissés à l’abandon. A l’est, toujours dans 6b, se trouve le Palais de Justice construit en 1830-1840, après démolition du palais ducal de Jean de Berry, lui-même remplaçant à la fin du XIVe siècle la vieille forteresse d’Alphonse de Poitiers, et dont le duc n’avait conservé que le donjon circulaire ou Tour Bonan26. La rue qui traverse l’îlot le plus à l’est de l’unité 5b a été percée après 1840 pour faciliter l’accès au nouveau Palais. 6c correspond au collège Michel de Lhospital, autrefois collège des Oratoriens, construit au XVIIe siècle et étendu au XVIIIe.

60Ailleurs dans la ville, le tracé des rues n’a pas été modifié en profondeur malgré les tremblements de terre de 1477 et 1490. Il y a simplement eu des regroupements de parcelles, notamment dans la ville haute (5b), pour permettre aux élites judiciaires (Riom reste le siège de la justice provinciale jusqu’à nos jours) de rénover leur habitat en fonction de l’évolution des goûts et des techniques du bâtiment. Les maisons adoptent ainsi la pierre de Volvic comme principal matériau de construction dès le XVIe siècle. Seule une maison en bois et à colombages subsiste, celle dite Mazuer, qui se trouve rue de l’Hôtel-de-Ville, à l’angle sud-est de l’îlot de l’unité 2. Enfin, par mesure d’hygiène, les venelles internes des îlots sont peu à peu couvertes à partir du XVIIIe siècle.

61Riom est donc une agglomération beaucoup plus ancienne et plus complexe que Montferrand. Elle est née autour d’un enclos ecclésial du haut Moyen-Age probablement assis lui-même sur une occupation gallo-romaine. Après une expansion spontanée autour d’activités économiques liées à l’Ambène et à la grande route nord-sud, elle connaît deux phases d’urbanisation volontaire, au centre et à l’est. Les comtes d’Auvergne et Alphonse de Poitiers, prince apanagiste, sont sans doute à l’origine de ces deux phénomènes, au XIIe et au XIIIe siècle. Après les difficultés des deux siècles suivants, Riom ne se fige pas autant que Montferrand. La ville reste dynamique grâce à ses institutions judiciaires, d’où des embellissements notoires dans l’habitat bourgeois de la ville. Mais Riom déborde peu de ses remparts médiévaux car Clermont, choisie par Catherine de Médicis en 1551 comme seule capitale d’Auvergne, commence son essor spectaculaire que la révolution industrielle du XIXe siècle accentue encore. L’étude du cadastre clermontois reste à faire pour compléter définitivement ce tableau des trois capitales médiévales auvergnates.

Notes

1 J. Teyssot, Les relations seigneurs-villes : le cas des trois « capitales » de Basse Auvergne, Clermont, Riom et Montferrand du XIIe au XVe siècle, dans Seigneurs et seigneuries au Moyen-Age, 117e Congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand 1992, Paris, CTHS, 1993, p. 319-329. Voir plan topographique régional.

2 Montferrand est aujourd’hui englobée dans l’agglomération clermontoise. Les deux villes ont fusionné en 1731 (d’où le nom de Clermont-Ferrand) alors qu’elles étaient bien distinctes au Moyen-Age.

3 Services du cadastre de Clermont, boulevard Berthelot. Microfilm aux Archives départementales du Puy-de-Dôme.

4 Archives communales de Montferrand aux A.D. du Puy-de-Dôme, série 3E 113 Dép. fonds II : inventaire dressé par E. Teilhard de Chardin en 1902, deux volumes imprimés, complétés par l’inventaire dactylographié de F. Leclercq. La synthèse historique la plus intéressante et la plus exacte à ce jour est celle de Gabriel Fournier dans Châteaux, villages et villes d’Auvergne au XVe siècle, d’après l’Armorial de Guillaume de Revel, Genève, Droz, 1973, p. 78-85. Voir également A-G. Manry, Histoire de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, 1975, rééd. 1990, et Anthony Lodge, Le plus ancien registre de comptes des consuls de Montferrand, en provençal-auvergnat, 1259-1272, Clermont-Ferrand, Mémoires de l’Académie des Sciences et Belles-Lettres, 1985.

5 Gabriel Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, Aubier, 1978, p. 179-181.

6 Paul-Edouard Robinne, Montferrand du XIIe au XVIIIe siècle, Clermont-Ferrand, CRDP, 1974, p. 9.

7 J. Teyssot, Les forteresses urbaines : les châteaux de Montferrand et de Riom, en Auvergne, au XIVe siècle, dans Colloque de Château-Gaillard, Danemark 1996, CRAM, 1998, p. 231-239.

8 Robert Dauphin a laissé Montferrand en douaire à son épouse un peu avant 1196. La charte a été publiée par Paul Porteau, Quatre chartes de coutumes du Bas Pays d’Auvergne, dont trois en langue d’oc, Gap, 1943, p. 7-23, et traduite par Pierre Charbonnier, La Charte de Montferrand, dans Montferrand 1196-1996 (direction J. Teyssot), Clermont-Ferrand, Il était une fois Montferrand, 1996, p. 5-12. Le lotissement est indiqué dans les trois premiers articles de cette charte : « Las peazos que foront donadas al chami dévont aver XVI brassa. de lonc e VIII brassa. d’ample. Las altras, fors del chami, XII brassa. de lonc e VI brassa. d’ample. E chascuna peazos dona al senhor l’an Ia carta de froment vendent et comprant, enaisi com es talhada lhi carta en la peira josta la chapela » (traduction : « Les parcelles qui furent données le long du chemin, doivent avoir 16 brasses de long et 8 de large. Les autres, hors du chemin (axe nord-sud), doivent avoir 12 brasses de long et 6 de large. Chaque terrain donne au seigneur par an une quarte de froment, vendant et achetant, comme la quarte taillée dans la pierre près de la chapelle »). Pierre Charbonnier indique dans Les anciennes mesures locales du Massif Central d’après les tables de conversion (Clermont-Ferrand, Institut du Massif Central, 1990, p. 226) que la brasse équivaut à 1,6778 m. Les parcelles loties à Montferrand sont donc de 26,84 m x 13,42 m, et de 20,13 m x 10,06 m, soit respectivement 360,19 m2 et 202,50 m2. Ces superficies existent toujours dans la réalité pour de nombreuses parcelles actuelles du centre de Montferrand : le lotissement médiéval modèle encore le paysage urbain. Ces dimensions en brasses réapparaissent dans plusieurs autres chartes auvergnates comme celle de Riom en 1249 et celle du Cendre en 1259. G. Fournier, Le « Fort du Cendre » : à propos d’un épisode de la guerre du Bien Public (avril 1475), dans Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1997, n° 732-733, p. 314 et p. 328 (note 9).

9 J. Teyssot, Le marc d’or de Montferrand, dans Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1999, n° 741, p. 65-74.

10 Catherine, fille de Guillaume Dauphin, apporte en dot la ville de Montferrand à son époux Guichard de Beaujeu en 1226. Leurs descendants la possèdent jusqu’en 1292, date à laquelle Louis II de Beaujeu, criblé de dettes, vend Montferrand au roi Philippe le Bel. Les consuls se sont peut-être substitués à leur seigneur pour assurer le minimum de régularité respecté dans ces extensions 3b et 4 du XIIIe siècle.

11 G. Fournier, Châteaux, villages et villes..., op. cit., p. 84.

12 A.D. Puy-de-Dôme 3E 113 Dép. fonds II, CC 162 à 165. Par exemple, en 1368, les consuls font construire des bretèches, dont celles de l’entrée de l’eau.

13 Armorial de Guillaume Revel, BnF fr. 22297. Publié intégralement par Emmanuel de Boos, L’armorial d’Auvergne, Bourbonnois et Forestz de Guillaume Revel, Nonette, Editions Creer, 1998, 2 volumes.

14 André Bossuat, Le bailliage royal de Montferrand (1425-1556), Paris, 1957.

15 Ce plan d’assemblage du XIXe siècle se trouve au service du cadastre de Riom, 49 rue de Toulon. Microfilm aux A.D. du Puy-de-Dôme. Il existe par ailleurs le plan dit Cante, du nom de celui qui le réalisa d’après des données de 1794 (Bibliothèque municipale de Clermont, CA 299). Lui aussi ne montre que les rues et les îlots bâtis, sans détailler le parcellaire, mais il place les bâtiments principaux. Le plan utilisé dans la présente notice est celui en service actuellement et qui date des années 1970.

16 Rappel : comme à Montferrand, une venelle intra-bloc est un espace vide séparant deux rangées de parcelles à l’intérieur d’un îlot bâti, ce qui se traduit sur les plans par une petite ruelle (d’environ 1m de large) traversant longitudinalement chaque îlot. Cette venelle est à la fois une limite de propriété, un coupe-feu éventuel, et surtout un égout à ciel ouvert. Cet espace, plus ou moins public à l’origine, est progressivement accaparé par les riverains, surtout à Riom où s’opèrent des regroupements de parcelles à l’époque moderne. Les propriétaires recouvrent alors ces venelles, tout en continuant à les utiliser pour leurs latrines et l’écoulement des eaux de toit : ces venelles deviennent ainsi (surtout au XVIIIe siècle) des tunnels, mais au niveau du sol, non enterrés.

17 Voir ma thèse, Riom, capitale et bonne ville d’Auvergne, 1212-1557, Nonette, CREER, 1999.

18 Gabriel Fournier, Le peuplement rural en Basse Auvergne au haut Moyen-Age, Clermont-Ferrand, 1962, p. 138-145.

19 Cette Vita n’est connue que par deux copies des XVIIIe et XIXe siècles : A.D. Puy-de-Dôme, 34 G 14, p. 948-965, et B.M. de Clermont, manuscrit n° 622, folios 158-168. Transcrite dans Edmond Morand, L’abbaye Saint-Amable de Riom, 1930, p. 325-338.

20 Cette activité de la tannerie est très florissante jusqu’au XVIe siècle et ne disparaît qu’au début du XXe siècle. Voir J. Teyssot, Les tanneries de Riom, dans Tanneries de Riom et des environs, Colloque tenu à Riom en 1985, Riom, B.M., 1987, p. 12-26.

21 A.C. de Riom, série D, délibérations municipales de 1919-1925, p. 182, 297-298, 304-305, 326, 437, et registre des arrêtés municipaux 1903-1904, p. 156-157. Gabriel Fournier, Châteaux, villages et villes..., op. cit., p. 100-106.

22 Il pourrait s’agir de Guillaume VII au milieu du XIIe siècle, avant que son oncle ne le dépossède d’une partie de son comté vers 1160. Ou bien Guillaume VIII, l’usurpateur, ayant pris Riom et les terres de Limagne alors que son neveu ne conserve plus que les plateaux occidentaux et Montferrand, aurait imité Guillaume VII puis son fils Robert Dauphin et la femme de celui-ci, la comtesse G. Les archives des comtes d’Auvergne ont brûlé au XVIIIe siècle : on ne peut donc trancher avec certitude. Il est à noter que ces deux lotissements auvergnats ressemblent à d’autres hors d’Auvergne, de la même époque, comme celui de Villefranche-sur-Saône (F. Bonnet, Etude sur Villefranche en Beaujolais à la fin du Moyen-Age, Lyon 3, 1980, mémoire de maîtrise dactylographié, plans p. 10 et 16).

23 A.N. J 273 n° 2 et J 327 n° 12. Charte publiée dans J. de Laborde, Inventaires et documents. Layettes du trésor des Chartes, Paris, 1875, tome III, p. 58-64. Voir aussi J. Teyssot, Le mouvement communal en Auvergne, XIIe-XVe siècles, dans Annales du Midi, Toulouse, 1997, n° 218, p. 201-210. Cette charte n’a jamais été officialisée par Alphonse de Poitiers, prince apanagiste de 1241 à 1271 : les Riomois n’ont probablement pas satisfait à ses exigences financières. Rappel : les dimensions des lots à bâtir citées en 1249 sont les mêmes que celles indiquées par la comtesse G. à Montferrand en 1196-1199, c’est-à-dire 16 brasses sur 8 et 12 brasses sur 6, soit 26,84 m x 13,42 m et 20,13 m x 10,06 m, pour respectivement 360,19 m2 et 202,50 m2. Contrairement à Montferrand, ces dimensions se retrouvent rarement dans la réalité riomoise actuelle : la trame du lotissement médiéval est donc moins bien conservée à Riom.

24 Pour les Cordeliers, A.C. Riom, CC 59 et GG 120. Certains historiens, dont G. Fournier, sur une lecture erronée du texte de 1263 (supra muros au lieu d’infra muros), pensent qu’il y a eu une enceinte datant du XIIe siècle autour du faubourg sud (unité de plan 3), passant au sud et à l’est du Marthuret, par la rue Lafayette actuelle. Cela ne correspond pas aux observations faites ici à partir du plan cadastral. S’il y a eu une muraille entre celle de l’enclos ecclésial 1 et celle des XIIIe-XIVe siècles, elle ne peut que passer autour du premier lotissement autour de l’axe central nord-sud. Il existe d’ailleurs une série de pigeonniers ou de tours d’escaliers à vis, à peu près alignés, et bien visibles du haut de la tour du Marthuret, sur la bordure orientale de ce lotissement (rue Croisier actuelle). G. Fournier, Châteaux, villages et villes..., op. cit., p. 104-106. J. Teyssot, Riom, capitale et..., op. cit., p. 349-354.

25 A.D. Puy-de-Dôme 25 G 24 et 25 G 25. Transcriptions dans J. Teyssot, Riom, capitale et..., op. cit., p. 400-402.

26 Riom. Le Palais de Justice et la Sainte-Chapelle. Puy-de-Dôme, Inventaire régional d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 1999, collection Images du Patrimoine.

Auteur

Université, Clermont-Ferrand

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540