Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

I. LA PLANIFICATION DES AGGLOMÉRATIONS

1. Verneuil-sur-Avre, Falaise, Pont-Audemer et Lisieux en Normandie1

Bernard Gauthiez

Texte intégral

  • 1 Une bibliographie plus complète de ces villes est donnée dans la bibliographie générale concernant (...)

1L’espace de ces villes de Normandie est très largement déterminé par une planification portant principalement sur l’organisation des voies, les places de marché, et leur disposition par rapport aux édifices majeurs. Leur développement est attribuable essentiellement aux XIe-XIIe siècles (à l’exception de Falaise-Guibray aux XIIIe-XIVe siècles). Il prend fin avant leur rattachement à la France en 1204. Le rôle joué par le seigneur urbain (roi, comte, évêque) est très important dans l’urbanisme pratiqué. Il explique une croissance par ajouts de morceaux successifs, bien reconnaissables à Verneuil, Pont-Audemer et Lisieux, et une formation parfois très rapide de la ville, sur à peine quelques décennies, à Verneuil.

2Pont-Audemer et Lisieux présentent un cas de figure fréquent en Normandie, celui d’agglomérations primitivement peu étendues, agrandies à coups de lotissements planifiés. Lisieux a pour origine une cité gallo-romaine dont les structures ne paraissent pas avoir beaucoup pesé sur la forme de la ville médiévale.

VERNEUIL-SUR-AVRE

3La ville est localisée aux confins sud du département de l’Eure, sur la rivière Avre, qui formait la frontière entre la Normandie et le comté de Dreux. Son développement, on le verra, est d’ailleurs intimement lié à cette frontière. Le relief de son site est doux, marqué par des thalwegs peu profonds, mais propices à des activités artisanales du fait d’une présence d’eau en suffisance.

4Le choix de ce site est déterminé par l’étendue de l’urbanisation, et particulièrement de la partie enclose, près de 45 ha (autant que l’« écusson » de Montpellier, pour situer les choses). La forme des quartiers pouvait laisser penser que l’urbanisation y avait été organisée. C’est enfin la seule ville normande pour laquelle Pierre Lavedan a énoncé une possibilité d’urbanisme (Lavedan et Hugueney 1974, 96b) (Fig. 1, 2 et 3). Si cette importance s’impose à l’œil, elle ne trouve pas de contrepartie dans les sources écrites, du moins pour les périodes tardives, à partir du XIIIe siècle. La raison en est certainement l’absence d’établissements religieux importants très impliqués dans le foncier de Verneuil. Cependant, l’importance précoce de la ville, dès sa création, a laissé des traces dans les chroniques et les textes historiques du XIIe siècle, et les documents administratifs normands subsistants. La bibliographie est assez réduite. La référence majeure est l’ouvrage d’Auguste Leprévost sur les communes de l’Eure. Th. Bonnin avait le projet de former un « Cartulaire de la ville de Verneuil », comme il l’avait fait pour Louviers, mais je n’ai pas trouvé trace du manuscrit (Leprévost 1864, 347). Il n’y a pas de données archéologiques, mis à part une étude assez succincte des parties en élévation des églises.

1. Analyse morphologique

  • 2 ADE III Pl 1301.

5L’analyse est menée sur la base du cadastre ancien, approuvé en 18372. La première approche de la morphologie du site conduit à distinguer plusieurs unités relativement distinctes, organisées, mais aussi semble-t-il réunies par différents éléments qui les rendent cohérentes du point de vue de la voirie et de la disposition des édifices religieux (Fig. 4).

6Tracé d’enceinte 1

7Ce tracé est matérialisé au sud-ouest par un tronçon de courtine encore en élévation sur une longueur d’environ 500 m (1a). Des tours espacées de 50 à 60 m cantonnaient cette courtine. Sa trace est ensuite plus difficile à suivre dans le détail, mais elle est nettement soulignée par l’hydrographie, dont la mise en place suivant une telle configuration, sur le pourtour de la ville, est sans doute déterminée par le fossé longeant le mur. La structure est la moins lisible au sud, tout en restant assez claire. Elle est de ce côté probablement jalonnée par une grosse forme ronde, d’environ 17 m de diamètre, inscrite dans le parcellaire (5a). Il s’agit ici d’une tour. La zone non aedificandi qui accompagne la fortification est large de 50 m. Elle s’élargit en un point sur le front est pour laisser place à une forme due probablement à la présence d’un bastion d’époque moderne (1b). Il en est vraisemblablement de même au sud-ouest (1c).

8Forme de lotissement en fuseau 2

9Cette forme est définie par une rue principale (2a) s’élargissant en triangle devant une église, puis s’orientant vers une autre église au sud de la ville. Le lotissement se développe principalement vers le nord-est entre cette rue et un thalweg arrosé par un cours d’eau dont la courbure paraît avoir déterminé l’emplacement de deux rues parallèles (2b). Vers le sud-ouest, d’autres rues sont présentes, dont une (2c) est parallèle à 2a. Une autre s’en détache et vient buter sur ce qui semble avoir été l’emprise d’un grand établissement religieux (2d). Les rues de la structure 2 ont connu des remaniements en trois points. Elles paraissent s’être prolongées sur l’emprise 2d, et y avoir été ensuite supprimées. Leur extrémité sud-est a été modifiée lors de l’établissement de la grande route 10. Enfin, leur extrémité nord-ouest, aux abords d’une porte de l’enceinte, suggère qu’elles ont été en ce point tronquées lors de la mise en place de cette dernière. Il semble en effet qu’elles devaient antérieurement se prolonger et converger vers le chemin extérieur présent en ce point dans l’alignement de la rue de 2 longeant l’église.

10Possibilité de clôture propre à une partie de 2 : 3

11La structure 2 apparaît relativement fermée, par la convergence de ses rues 2a et 2b à leurs extrémités, par la présence d’un cours d’eau au nord-est, enfin par une limite parcellaire assez continue longeant la rue 2a au sud-ouest à environ 30 m. De plus, la présence de la grosse tour 5a, en élévation de nos jours, suggère, en association avec les structures 5, la présence d’un château en ce point. La structure 2 est orientée vers ce possible château, et peut lui être directement associée.

12Structure de lotissement est 4

13Le quartier s’organise au long d’un parcours 4a qui paraît antérieur à l’urbanisation du site. 4a est dans la continuité parfaite du chemin extra-muros au nord, de même d’un chemin au sud-est. Une branche pouvait primitivement s’en détacher vers un franchissement de l’Avre. Le lotissement a été conduit semble-t-il en établissant à l’ouest de 4a une rue nouvelle parallèle 4b, de même au sud une rue parallèle 4d à un chemin 5d qui devait relier le site du château à 4a. La rue 4d se retourne ensuite vers le nord d’une façon quasi rectiligne (4c) jusqu’à rejoindre 4a à proximité d’une porte de la ville. Ce faisant, elle libère un vaste espace allongé le long duquel ont été placées deux églises, dont l’une devant une place 4e trois fois plus longue que large, et l’autre desservie par une rue triangulaire au nord. La rue 4f qui prolonge le côté ouest de la place 4e vers le nord et vers le sud a un tracé dont la relative irrégularité peut provenir d’un urbanisation déjà en partie en place le long de 4a. Les rues 4b, 4c, 4e, 4d et 4f déterminent des bandes de parcelles d’une longueur de 40 à 50 m de rue à rue, équivalente à celle des parcelles de 2. La parallélisme de 4d avec l’enceinte, de même la disposition des rues 4 aux abords des portes nord-est et sud-est, suggèrent une mise en place du mur 1 chronologiquement proche, et ayant déterminé en partie au moins la morphologie de la place et de la rue 4c. L’axe principal, la rue 4a, a été élargi de façon à former une place en forme de rue allongée s’évasant en triangle. On peut supposer ici une fonction de marché.

14Lotissements proches du château 5

15On trouve, de part et d’autre du secteur de la tour 5a, délimité par une continuité parcellaire de forme ovoïde 5b qui pourrait être le site d’un château, deux ensembles de parcelles définies par de mêmes caractéristiques. L’ensemble 5c est constitué de deux bandes de parcelles encadrant la rue 5d en direction de l’église 4g, et limitées en arrière par une ligne très nette. Cette ligne est marquée du côté sud-est par une rue (4d) qui pouvait se prolonger plus loin vers le sud-ouest, comme le suggère une amorce de voie. L’ensemble 5e est de même composé d’une rue centrale et de deux bandes de parcelles parallèles, délimitées en arrière par une ruelle. Ces bandes de parcelles font toutes de l’ordre de 50 m de profondeur. La morphologie de 5e et de 5c, très similaire, suggère une mise en place contemporaine. Cependant, alors que 5c ne peut être qu’antérieur à la structure 4, il est impossible d’établir la chronologie relative de 5e.

16Structure de lotissement nord-ouest 6

17Elle est formée d’un ensemble de rues qui encadrent une église. Ces rues sont parallèles au sud-ouest (6a) entre l’église et le cours d’eau séparant 6 de 2. Elles sont, au nord de l’église, en forme d’éventail (6b), divergeant depuis l’ouest vers l’est, jusqu’à rejoindre le nord de la structure 4. Cette différence pourrait indiquer une mise en place étagée dans le temps, avec tout d’abord les rues 6a, puis les rues 6b. La rue majeure du quartier, la plus large et la plus densément urbanisée, semble être 6c, dans le prolongement d’un chemin extérieur à l’enceinte au nord-ouest, et qui se poursuit vers l’est, après une inflexion vers le sud, en arrière des rues de la structure 4. Le raccordement de 6c en 6d manifeste clairement une postériorité de 6c. La rue 6e serait un aménagement lié à la mise en place des rues 6a.

18Voirie structurant l’ensemble : 7

19Plusieurs rues permettent une liaison aisée entre les différentes unités de lotissement précédemment décrites.

  • 7a relie la structure 2 à 6c, en arrière de 4. La façon dont elle traverse les rues 2b, en biais par rapport au parcellaire dominant, indique une postériorité, ce qui n’est pas le cas au niveau de 6c.
  • 7b relie 2 et 6. Là encore, sa traversée des rues 2b, en biais, suggère une postériorité par rapport à celles-ci. par contre, de même que pour 7a, le prolongement de 7b se fait en toute cohérence en travers de 6.
  • 7c, rue reliant la rue 6c à 4, et en travers de plusieurs rues de 4. Le biais du tracé au niveau de 4, par rapport au parcellaire voisin, suggère là aussi une postériorité de 7c.
  • 7f, autre rue, entre 6b et 6a, liant une rue de 6b à la structure 4, recoupe en biais le parcellaire de cette dernière structure, là encore, la postériorité est manifeste.
  • 7d-7e est une rue qui longe en retrait la fortification au nord et au nord-ouest. Le tracé 7d, dans le prolongement de ce qui paraît avoir été la limite ouest du lotissement 6, marqué par une rue en retour de 6c vers 6b, est vraisemblablement contemporaine de la mise en place de celle-ci. Elle vise à raccorder 6 à 2. 7e est une rue qui fit partie intégrante de 6b. Ces rues, dont le tracé n’est pas parfaitement parallèle à celui du mur 1, lui sont très probablement antérieures.

20Fossé pouvant avoir eu une vocation défensive 8

21Le bras de l’Avre qui évite l’agglomération par le sud, et enserre le lotissement 5e, a une forme qui permet de supposer que sa mise en place pourrait avoir eu pour objet de protéger ce lotissement. 8 est en continuité à l’ouest avec le fossé longeant la courtine, et se raccorde près du château par un bras longeant le côté est de 5e.

22En 8a, la disposition des tracés parcellaires et du bâti, dans l’espace séparant 5e du château supposé, semble dessiner une forme d’ouvrage défensif, peut-être une barbacane, protégeant l’accès à la ville depuis le sud.

23Alignements remarquables reliant les églises et intégrant pour partie la fortification 9

24Un examen des alignements reliant au moins trois éléments remarquables de la topographie de la ville conduit à noter a. une ligne reliant les deux églises les plus au nord et la porte nord-ouest de la ville, b. une ligne reliant les deux églises du sud et une porte de la ville au milieu de la section ouest de la courtine, c. une ligne reliant les deux églises les plus à l’est et les portes nord-est et sud-est de l’enceinte. La matérialité des éléments éventuellement reliés, si l’on examine plus avant l’hypothèse que leur disposition n’est pas fortuite, repose sur des architectures pour l’essentiel disparues. Ces éléments pouvaient consister en tours associées aux portes ou en des tours d’églises. Aux deux lignes orientées vers le nord-ouest, on peut ajouter une troisième, constituée par la courtine nord de l’enceinte, qui semble avoir convergé au même point localisé à l’extérieur de la ville close. Cette configuration, dont la probabilité de mise en œuvre volontaire doit être évaluée, mais qui paraît en première analyse ne pas pouvoir être due au hasard, impliquerait une phase finale de mise en place de la morphologie d’ensemble de l’agglomération visant à lui donner une cohérence que la juxtaposition des unités précédemment décrites ne pouvait donner. Cette cohérence se retrouve dans le tracé même de l’enceinte, qui cerne de façon régulière les unités de lotissement, et dans les rues 7. Elle est donc établie par ailleurs.

25Grandes routes 10

26Les routes 10 ont une largeur importante et régulière, et esquissent autour de la ville une étoile raccordée à un boulevard longeant le fossé de l’enceinte. Leur tracé diverge des orientations parcellaires voisines, dans lesquelles elles sont venu trancher, de même qu’elles ont par endroit recoupé des chemins plus anciens en place, eux-mêmes placé dans la continuité de rues intra-muros.

27Ces éléments conduisent à esquisser les phases suivantes de morphogenèse de l’espace de Verneuil-sur-Avre :

28Phase I :

29Apparition d’un château (5b). Ce château a pour effet, ou pour objectif, de capter un trafic qui semblait auparavant être assuré par un franchissement de l’Avre plus en aval, dans le prolongement de 4a. A ce nouveau franchissement, qui oblige à traverser un affluent de la rivière, sont bientôt associés deux lotissements (5e et 5c).

30Phase II :

31Création du lotissement 4, de part et d’autre de la rue 4a, avec ménagement d’un élargissement pour créer un espace de marché. A ce lotissement sont ajoutées avec vraisemblablement un léger retard deux églises.

32Phase III :

33Création du lotissement 2, centré sur une église, et principalement placé (rues 2b) entre un chemin ancien longeant un affluent de l’Avre et l’affluent lui-même. Cet ensemble est placé sur une croupe au confluent de l’Avre et de cet affluent.

34Phase IV :

35Création du lotissement 6a au nord-ouest, et mise en place des rues de raccordement 7 avec les autres lotissements.

36Phase V :

37Mise en place de l’enceinte 1, avec peut-être positionnement des portes à partir des alignements formés par les églises. Mise en place d’une déviation de l’Iton depuis l’amont arrosant les fossés est et nord, le premier creusé dans la faible pente sur laquelle est établie le lotissement 4, le second en travers d’une structure identique, et traversant un léger thalweg arrosé par un petit cours d’eau déjà en place (déviation de l’Iton mentionnée et lisible sur les cartes IGN au 1/25 000e).

38Phase VI :

39Achèvement de l’extension urbaine. Mise en place des lotissement de comblement de l’aire enclose 6b au nord et 2c au sud-ouest. Aménagement suivant une forme proche de celle que nous connaissons de la place entre les églises à l’est de 4. L’îlot placé dans le prolongement de cette place est peut-être une occupation à dater de cette époque. Peut-être établissement du bras de l’Avre 8 pour protéger 5e, et mise en place de 8a.

40Phase VII :

41Déprise de l’habitat, d’où des parcellaires de recombinaison par effacement de parcellaires plus fins, notamment dans 5e, 6b et 2c, et probablement effacement de sections de rues particulièrement en 2c.

2. Formation et évolution de l’espace urbain (Fig. 4 et 5)

A. Une ville née de rien

Avant la ville

42Les premières mentions de Verneuil font état, au moment où des aménagements nouveaux sont entrepris qui conduiront à la création d’une ville, d’une paroisse Saint-Martin du Vieux-Verneuil, possédée par l’évêque d’Evreux, sur les terres de laquelle la ville est établie (Leprévost 1864, 344). La localisation de l’église paroissiale Saint-Martin ne fait pas de doute. Elle se trouvait en rive droite de l’Avre, face à la ville. Sa localisation était vraisemblablement liée au point de franchissement dans le prolongement de 4a que nous avons évoqué. Les dîmes de Verneuil seront confirmée au chapitre d’Evreux, peu de temps après la construction du château, « au même niveau que la dîme de cette terre avant qu’un château y soit fondé » (sicut decimam terrae ipsius antequam castellum ibi fundaretur) (RRAN 1956, II, n° CCLII).

43La dédicace à Saint-Martin est probablement la trace de l’ancienneté de l’occupation rurale du site. On en retrouve peut-être un écho aussi dans l’ensemble des lieux de culte qui sont attestés beaucoup plus tardivement autour de l’église appelée à l’époque moderne la Madeleine. En effet, le pouillé de l’évêché d’Evreux établi vers 1370, donne au même lieu de culte le nom de Saint-Pierre, église dite juncta ecclesia Sancti Jacobi (RHF Pouillés, II, 190). Aucune autre mention de ces lieux de culte n’a été rencontrée, si ce n’est celle de la rue Saint-Jacques, qui prolongeait vers le nord le côté ouest de la place devant la Madeleine.

Un château royal

44Le texte évoqué plus haut, datant de 1131 (RRAN 1956, II, n° CCLII), donne la raison de l’apparition d’une ville en ce point : un castellum, construit là où il n’y en avait pas auparavant. Robert de Torigny, dans ses interpolations de la Gesta de Guillaume de Jumièges, évoque dans un texte célèbre la construction du château de Vernoilum à la date de 1119 (Guillaume de Jumièges, 309). Dans sa Chronique, cependant, c’est à la date de 1135 que sa construction, à partir de rien, est abordée, et dans une liste qui reprend mot à mot celle du texte de 1119, simplement en l’allongeant (Robert de Torigny, I, 197). La date de 1119, traditionnellement retenue (Leprévost 1864, 344), ne s’impose donc pas, même si celle de 1135 n’est pas non plus acceptable, puisqu’une mention assurée date de 1131. Cependant, les circonstances politiques du règne de Henri Ier, et notamment sa difficile guerre contre Louis VI, Baudouin VII de Flandres, Foulque V d’Anjou et un nombre important de rebelles normands, sont propices à une telle décision à la date la plus reculée. En particulier, Henri Ier connaît une cuisante défaite en 1118 à Alençon (Orderic, IV, 331), et des villes proches du site de Verneuil étaient aux mains des rebelles, comme L’Aigle et Breteuil-sur-Iton (Orderic, IV, 315). Il pouvait donc s’agir pour lui de consolider sa frontière sud, face aux alliés français et angevins, de pair avec notamment le château de Nonancourt, tout proche. La victoire de Henri Ier à Brémule contre Louis VI met fin à cette guerre en 1119. Une nouvelle crise, avec menace d’invasion angevine par le sud de la Normandie, intervient en 1123.

Une ville très tôt formée

  • 3 Cette donation est confirmée en 1137 (RRAN 1968, III, n° 281).

45L’étape qui a suivi le construction du château nous est donnée par deux actes de Henri Ier en faveur de l’évêque d’Evreux. Le premier, en 1128, concerne les églises de Verneuil, les dîmes des moulins, les péages et deux mansiones in burgo (RRAN 1956, II, n° CCVIII). Le développement urbain a donc nettement démarré. Si l’on retient les hypothèses de phasage retenues, la structure 4 est alors probablement en place, c’est peut-être elle qu’on appelle sous le nom de burgus. Les péages, au pluriel, renvoient peut-être aux différents points de traversée de l’Avre. Il a déjà été question du second texte, de 11313. Il n’est plus alors question des églises, mais les dons sont étendus au « cens des maisons et à la dîme de tous les fours et moulins qui appartiennent au château, et du tonlieu, du pasnage et du péage de Verneuil ». En plus du château et des églises, le développement urbain comprend maintenant des équipements et probablement un marché. De plus, dans le même texte, on mentionne le clausum villae. Il semble donc que la clôture de la ville soit en place, probablement encore sous forme d’une palissade.

46La plus grande part des structures de lotissement décrites dans l’analyse morphologique est donc vraisemblablement en place à cette époque, soit peut-être 12 ans après la construction du château. En effet, aucun texte n’évoque par la suite la poursuite de l’urbanisation. Le contenu différent des deux actes de 1128 et de 1131 et leur faible écart chronologique est une indication du processus d’urbanisation. Il est possible que l’établissement d’une clôture soit intervenu entre les deux dates.

47L’oppidum de Verneuil brûle en 1134 (Orderic, V, 41). En 1141, lors d’un siège par Geoffroi Plantagenêt la ville n’est pas prise, mais « ensuite, les habitants de la ville forte de Verneuil, dans laquelle on comptait 13 mille hommes rassemblés, qui jusque là menaçaient terriblement et frémissaient en faveur du roi, considérant que déjà nombreux étaient ceux qui avaient cédé aux Angevins, leur détermination première commença à fléchir, et, la fortification rendue, se soumirent au joug du comte Geoffroi et de Mathilde » (Vernolienses autem oppidani, in quorum conventu XIII milia hominum computabatur, qui olim pro rege terribiliter frendebatur et minitabantur, considerantes quod Andegavensibus jam plures cederent... emolliri a pristino rigore coeperunt, et, munitione reddita, dominatum Josfredi consulis et Mathildis susceperunt) (Orderic, V, 132). Robert de Torigny place cette reddition en 1143, soit très peu de temps avant la prise de Rouen par Geoffroy (Robert de Torigny, I, 229), mais les circonstances décrites par Orderic Vital plaident pour la même année, 1141. Les bourgeois de Verneuil disposent d’une charte de franchise dès cette époque, dont ils peuvent profiter à partir du moment où ils possèdent une maison et payent le cens correspondant, « ce qui les fait bourgeois ». Le lot de chacun comprend trois acres de terres extramuros et un jardin accompagnant la maison intra-muros (Petit-Dutaillis 1970, 43). Leur décision de 1141 est un très rare exemple en Normandie de bourgeois décidant apparemment seuls de l’avenir de leur ville.

48Verneuil a alors atteint son plein développement, décrit aussi par Roger de Hoveden en ces termes : « il y avait trois bourg à Verneuil devant le château et chacun d’entre eux était séparé des autres par un fort mur et un fossé rempli d’eau, et l’un d’entre eux était appelé le grand bourg » (erant inter (sic) Vernolium tres burgi praeter castellum et unusquisque illorum erat separatus ab altero forti muro et fossa aqua plena, et unus illorum dicebatur magnus burgus) (Leprévost 1864, 344). Cette description confirme directement l’analyse morphologique. Les trois bourgs correspondent certainement aux structures 2, 6 et 4, cette dernière plus particulièrement au Grand Bourg, peut-être évoqué en 1128. Les fossés séparant les bourgs correspondent aux cours d’eau lisibles sur le cadastre ancien. L’évocation de murs entre ces unités est plus problématique, puisqu’aucun élément morphologique ne permet de les localiser. Peut-être Roger de Hoveden n’entendait-il que le mur présent autour de la ville.

49L’activité architecturale à cette époque est illustrée de nos jours par des parties importantes de l’église Notre-Dame, par des éléments de la Madeleine (façade et certainement nef), par la nef de Saint-Nicolas, des fragments de Saint-Jean et la nef de la chapelle de l’Hôtel-Dieu (Baudot 1968, IV B 184-6). Une communauté juive apparaît dans les sources en 1198 et 1202 (MRSN 1198, 11 ; RNTL 1204, 107 ; 110). Un autre indice de développement est donné par la mention en 1208 d’une domus... cum camera lapidea, donnée à l’abbaye Notre-Dame de l’Estrée par un bourgeois (Leprévost 1864, 347).

50L’importance des dons faits à l’évêché d’Evreux ne s’explique pas seulement par la propriété des dîmes du lieu antérieurement à l’urbanisation. Elle est à placer dans le contexte de construction du château, face au royaume de France et à des voisins turbulents. En ce sens, Henri Ier se ménageait l’appui de l’évêque, qui exerçait aussi la charge de comte d’Evreux. Il s’agissait aussi de contribuer au financement de la reconstruction de cette ville, et en particulier de sa cathédrale, gravement touchée lors de la rébellion de 1119 (Guillaume de Jumièges, 313).

Une grande ville

51La ville apparaît assez densément occupée du point de vue du linéaire de rues. Les espaces vides à l’intérieur de l’enceinte étaient certainement peu nombreux. La superficie enclose est donc un indicateur à prendre en considération. Elle est de 44,7 ha, ce qui est considérable, puisque cela place Verneuil au second rang de ce point de vue en Normandie au milieu du XIIe siècle, derrière Rouen, environ 50 ha avec des quartiers extérieurs importants, et nettement devant Caen et peut-être Dieppe, avec respectivement 32 ha château compris et environ 35 ha.

52L’autre indicateur d’importance nous est donné par le montant de la ferme de la ville, mais pour une date plus tardive, 1180, alors que, nous le verrons, Verneuil est depuis des décennies en première ligne dans les affrontements avec le roi de France. Elle est à ce moment de 700 L., constante de 1180 à 1198, ce qui est remarquable pour une ville très souvent touchée par la guerre. C’est moins que Dieppe, 1200 L. la même année, et que Caen, 1000 L. en 1180. C’est plus que Falaise, 640 L., et que Pont-Audemer, environ 650 L.

B. Une deuxième moitié de XIIe siècle difficile

53Les données dont nous disposons pour la période suivant la phase de création sont principalement relatives aux faits militaires qui concernent Verneuil. Chaque crise politique majeure du pouvoir anglo-normand a ses contrecoups sur la frontière du duché, où les souverains français cherchent à tirer parti d’un moment de faiblesse. En 1153, c’est à l’occasion de la phase finale de la succession d’Etienne en Angleterre, pendant laquelle le futur Henri II a traversé la Manche et délaissé la Normandie : « un certain vicus – rue ?, quartier ? – du castrum – château, ville forte ? – de Verneuil » (quendam vicum castri Vernolii) est alors brûlé. Dans un autre passage, Robert de Torigny précise « une partie du bourg de Verneuil » (quandam partem burgi Vernolii) (Robert de Torigny, I, 270 ; 277). Il s’agissait peut-être du petit quartier non inclus dans le mur d’enceinte, au sud-ouest du château (5e), parcouru par une chaussée centrale évoquée dans un texte de 1195 (MRSN 1195, 73). Henri II renforce un peu plus tard, en 1169, la frontière dans cette région, par « des fossés profonds et larges entre France et Normandie » (Robert de Torigny, II, 13). Une nouvelle crise intervient en 1173, le roi de France vient alors assiéger Verneuil, défendue par ses bourgeois. L’arrivée d’une armée conduite par Henri II à Breteuil l’oblige à s’enfuir (Robert de Torigny, II, 39 ; 42). Un nouveau siège intervient en 1194, cette fois par Philippe-Auguste, qui profite de la captivité de Richard-Coeur-de-Lion. Il dure trois semaines, et, aux dires de Rigord, une partie des murs est détruite ; mais le roi doit laisser la ville sans avoir pu la prendre (Rigord, 118). Enfin, lors de la campagne finale de 1203, Philippe n’essaiera même pas de prendre Verneuil, qui se rend avec Rouen au début de 1204 (Rigord, 165s).

54On voit à ces tentatives opiniâtres combien Verneuil était pour le roi de France un obstacle important dans ses campagnes au sud de la Normandie, et comment elle a tenu son rôle avec fermeté. Ce rôle a certes pu être tenu grâce aux bourgeois, qui bénéficiaient de franchises généreuses, mais aussi parce que le roi pourvoyait au maintien de la place. Dans le compte de l’Echiquier de 1180, 300 L. des 700 L. du revenu de la ferme sont employés « pour la garde du château », et l’on procède à divers travaux à la tour et à sa chapelle, de même « dans la réfection des moulin de Verneuil brûlés du fait de la guerre », ce qui nous renseigne peut-être sur un épisode d’attaque de la ville non retenu par un chroniqueur (plutôt que sur celui de 1174) (MRSN 1180, 27). Dans le compte conservé de 1195, après la tentative de siège avortée de 1194, on travaille « aux opérations des murs du château de Verneuil et à la chaussée et au moulin en dehors de la ville et aux greniers et à faire deux chambres et le pont vers la porte neuve » (MRSN 1195, 73). Les dommages concernent cette fois en partie l’intérieur de la ville, mais il s’agit surtout de réparer et de compléter le système de défense, d’où cette porte neuve impossible à localiser sans plus d’information.

55La fortification de la ville est alors une machine de guerre en parfait état de marche, constamment entretenue. On y ajoute encore en 1200-1201 un mur in medio ville, pour la somme de 1000 L. (MRSN 1200-1201, 80). La somme est trop faible pour qu’il s’agisse d’un ouvrage très important. Il pourrait s’agir cependant d’un complément aux murs du château vers la ville, ou même de travaux à l’un des possibles murs décrits peut-être par Roger de Hoveden entre les trois quartiers.

56Verneuil est, à la fin du XIIe siècle, une prévôté, au centre d’un baillage (MRSN 1198, 11).

C. Un endormissement séculaire

57Après la conquête de la Normandie, en 1204, Philippe-Auguste confirme la commune (Cart. Normand, n° 102). Il construit aussi, sur le site du château, une grosse tour, à l’instar de Falaise, Rouen, Vernon, etc. Elle est encore en élévation. Je n’ai cependant pas pu explorer les sources permettant de suivre le devenir de la ville avec quelque détail jusqu’à la fin du Moyen Age. L’enquête, ici, reste en large part à faire. On peut tout au plus, en l’état de l’information recueillie, localiser quelques événements. Des Cordeliers s’installent en ville, probablement au XIIIe siècle, dans la paroisse Saint-Laurent, dans l’angle sud-ouest de l’enceinte (Leprévost 1864, 345). On n’en a plus trace par la suite. Les revenus du bailliage de Verneuil en 1296 montrent que la circonscription de Gisors, qui en fait alors partie de même que celle de Vernon, pèse d’un poids nettement plus considérable, alors que la ville y est à l’origine beaucoup plus petite. Des Juifs sont toutefois encore présents à Verneuil, devenue vicomté (Fawtier 1930, 16 ; 14).

58Le pouillé de l’évêché d’Evreux déjà évoqué, des environs de 1370, donne la liste des lieux de culte de la ville. Quatre paroisses patronnées par l’évêque sont présentes, Saint-Jean, Saint-Pierre jointe à Saint-Jacques (la future Madeleine), Saint-Laurent et Notre-Dame. Trois chapelles patronnées par des laïcs sont aussi citées, celle du château, Sainte-Marie, et Saint-Nicolas. Le lieu de culte placé au centre du quartier nord-ouest, et bien identifiable sur le cadastre ancien pourrait être une ancienne paroissiale, déclassée du fait de la décroissance démographique de la ville. Saint-Nicolas pourrait être l’ancienne chapelle des Cordeliers.

59Pendant la Guerre de Cent Ans, Verneuil est encore en première ligne, du fait de sa localisation. Elle est prise par les Anglais en 1356, puis à nouveau en 1417, cette fois abandonnée peu de temps après. Elle est à nouveau prise, reprise un moment par les Français, puis à nouveau par les Anglais, en 1424 (Leprévost 1864, 345). La bataille de Verneuil, qui eut lieu alors à côté de la ville, est l’une des plus importantes de la guerre. La tour est, lors de ces événements, à plusieurs reprises un dernier refuge pour les défenseurs, et les murs apparaissent en assez bon état de défense (Cousinot de Montreuil, 223).

60Beaucoup plus tard, en 1627, le monastère de Saint-Nicolas de Verneuil est fondé. Il occupe une emprise bien reconnaissable au sud-ouest de l’enceinte (Leprévost 1864, 346). Son implantation a probablement contribué à effacer un certain nombre de sections de rues. De plus, sa chapelle semble avoir été à l’origine l’ancien lieu de culte des Cordeliers, apparemment abandonné depuis la fin du Moyen Age. La titulature de la chapelle, Saint-Nicolas, en serait inchangée.

61Le dernier apport morphologique marquant l’espace de la ville est relatif à la structure 10. Il s’agit très certainement d’un réseau de routes mises en place à la fin du XVIIIe siècle et au début du suivant, comprenant des routes de rase campagne, et un anneau incomplet établi à l’emplacement de la zone non aedificandi qui longeait le mur. On tirait ainsi profit du démantèlement des fortifications, décidé par Richelieu un siècle et demi auparavant.

62L’histoire de Verneuil, au travers de ces bribes d’information, est évidemment difficile à suivre. Il semble cependant qu’un déclassement prononcé soit intervenu à la fin du Moyen Age et pendant la période moderne. Le nombre d’habitants, à une époque proche de celle à laquelle le cadastre a été établi, en 1835, est faible par rapport aux indications relatives à un maximum au XIIe siècle : 4178. Il explique l’état d’abandon partiel de l’intra-muros. Cependant, pour que cet abandon soit aussi marqué, il faut que les maisons aient eu le temps de disparaître, et la recomposition parcellaire d’intervenir. C’est donc un phénomène ancien.

63La population de la ville a connu un nouveau point bas en 1936, avec 3544 habitants.

3. Conclusion

64La ville de Verneuil est l’un des rares cas où l’on peut être à peu près sûr qu’il n’y avait avant son développement aucun noyau urbanisé sur le site. Le territoire utilisé est distrait d’une paroisse dont le lieu de culte était extérieur à la ville. Le développement urbain a été extrêmement rapide, en moins de deux décennies toute l’emprise de la ville est remplie de maisons, et l’enceinte établie. Les causes d’un tel développement sont difficiles à cerner avec assurance. Parmi elles, on peut cependant placer l’importance des franchises dont disposait la population, une probable politique incitative de l’évêque d’Evreux visant à accroître ses revenus, l’effet d’entraînement économique des grands travaux militaires royaux. Verneuil est clairement le pivot de la défense de la frontière sud-est pour les souverains anglo-normands. De plus, il n’y avait pas de ville importante, ni du point de vue de la taille, ni de celui du statut hiérarchique, dans la région. Evreux est à plus de 40 km au nord-est, et aucun site urbain majeur n’est présent avant des distances bien plus importantes dans les autres directions.

65Cependant, Verneuil n’a jamais atteint un statut hiérarchique correspondant à sa taille. Ce n’est qu’un doyenné au XIVe siècle. C’est il est vrai un baillage, petit, à la fin du XIIe siècle, et un plus grand à la fin du XIIIe siècle, mais cette fonction est essentiellement administrative et fiscale. Un ordre mendiant s’installe bien probablement au XIIIe siècle, mais il n’a pas laissé de traces passé le Moyen Age. La fonction militaire permise par un puissant château et une enceinte urbaine complète est un temps un facteur de maintien relatif, surtout aux XIVe-XVe siècles. En fait, pendant les siècles qui suivent le XIIe, Verneuil-sur-Avre n’est plus qu’une ville très médiocre.

66Une dernière conclusion peut être tirée de la confrontation des éléments morphologiques aux sources textuelles. Il est clair qu’il n’y a pas eu de projet de créer une grande ville (la superficie enclose est vers 1140 de l’ordre de celle de Paris, supérieure à celle de Chartres, etc.). Il n’est même pas sûr qu’il y ait eu projet de former une ville, tant la croissance urbaine paraît s’être faite par morceaux, les premiers très petits, ajoutés les uns aux autres. Dans le processus de développement, ce n’est que tardivement, avec la mise en place de la structure 6 tout d’abord, et surtout avec la création de l’enceinte, qui semble partager certaines caractéristiques avec celle de Pont-Audemer (notamment les éléments rayonnants du tracé) que l’aménagement de la ville dans son espace est envisagé dans toute son ampleur. De ce point de vue, l’émergence voulue par le roi d’un corps de bourgeois aux responsabilités étendues a peut-être été un facteur décisif. A Verneuil, en somme, le roi et ses ingénieurs ont pensé les équipements militaires et vraisemblablement aussi les lotissements, et les bourgeois auraient pensé, les événements de 1141 en témoignent, la ville en tant qu’unité politique et territoriale, d’où un aménagement matérialisant dans l’espace cette unité (selon une mise en forme d’ailleurs probablement assurée par les milieux techniques royaux, voir le chapitre de synthèse « l’urbanisme en Normandie au Moyen Age d’après l’analyse morphologique des plans de villes ».).

FALAISE

67La ville de Falaise est située dans le sud du département du Calvados, près du centre de la Normandie. Elle se développe sur un éperon séparant la vallée de la rivière Ante, très encaissée, d’où des falaises, et celle, moins marquée, d’un petit affluent prenant sa source non loin de là, la fontaine de Crécy. L’éperon mesure environ 1 kilomètre de long par 300 m de large au maximum. L’agglomération comporte une seconde composante, Guibray, dont le centre est à 800 m à l’est de l’extrémité sud de l’éperon de la ville. Guibray est en situation de plateau, comme la plupart des lieux habités de la région (Fig. 6, 7 et 8).

68Elle compte à l’époque de l’achèvement du cadastre ancien 9581 habitants. L’espace en est densément urbanisé au début du XIXe siècle, et fortement concentré dans l’ancienne ville close, dont on lit encore bien la trace sur le cadastre ancien. Falaise bénéficie d’une assez riche historiographie, du fait qu’elle est la ville d’origine de Guillaume-le-Conquérant. L’auteur le plus important est certainement Jean-Marie Vallez (Vallez 1961). Toutefois, si la ville paraît avoir été plutôt privilégiée sous l’angle de la recherche historique, les archives qui la concernent ne sont pas très riches et sa destruction presque complète en 1944 a effacé l’essentiel des traces qui, dans le bâti d’alors, permettaient d’éclairer son histoire.

1. Analyse morphologique

  • 4 Il faut ajouter à ces documents un plan établi pour tracer la traversée routière de Falaise en 177 (...)

69La ville a été très gravement touchée et sinistrée à 92 % (Guide Bleu 1950, 509) lors des combats de l’été 1944. Seule une faible partie n’en a pas été reconstruite. L’analyse doit donc être menée sur un document antérieur, en l’occurrence le cadastre ancien approuvé en 1829 (ADC mi 239-240). Un complément d’information est donné par un plan établi en 1788 (ADC 386 Edpt/502), qui livre un certain nombre de toponymes et d’emplacements de monuments détruits par la suite4 (Fig. 9 et 10).

70La compréhension du site de Falaise oblige à analyser ses deux composantes distinctes, la ville à proprement parler, entourée de remparts encore au XVIIIe siècle, et le quartier de Guibray, éloigné d’un peu plus de 600 m, centré sur une église. En retenant ces deux composantes de Falaise, on ne fait que reproduire une démarche adoptée par tous les historiens de la ville, et une réalité juridique attestée anciennement. La morphologie du secteur qui les sépare permettra de tisser quelques liens chronologiques entre les événements qui concernent chacune de ces parties.

Falaise ville close

71Quartier de la Grande rue 1

72Forme organisée suivant un axe de symétrie reliant l’église de la Trinité au sud et la façade de l’église Saint-Gervais au nord. Une photographie ancienne montre comment celle-ci était perceptible de la grande rue de la Trinité. Deux rues sont disposées de part et d’autre de cet axe, à peu près à égale distance, à 55 m au niveau de leur débouché au sud sur la place de la Trinité : la rue Camp Fermant à l’ouest, et la rue Basse à l’est. Leur disposition par rapport à la Grande rue est symétrique, mais non parallèle. Elles se prolongent vers le sud au-delà de la Trinité en formant les côtés est et ouest de la place qui l’entoure, jusqu’aux abords de la porte sud de la ville. Il n’y a cependant pas de point de convergence identifiable par un événement topographique particulier à ce niveau. Une rue transversale les recoupe à environ 100 m de l’axe de l’église de la Trinité, et forme le côté nord de la place qui devait entourer celle-ci (rue de la Mairie et du grand-duc). Elle se prolonge vers le nord-est par la rue Porte-Philippe-Jean et vers le sud-ouest par la rue Porte-Guibray.

73Axe donjon-Trinité 2

74L’axe de composition (2a) architecturale du donjon du château, situé au sud-est de la ville sur une éminence, est exactement celui de la nef de l’église de la Trinité, à quelque 250 m de distance.

75Il semble de plus que du donjon divergent des lignes vers les portes de la ville, l’une est le prolongement de 2a jusqu’à la porte Guibray, l’autre, 2b, lie le donjon à la porte Philippe-Jean et à la porte Lecomte au nord. Ces axes de visée ont pu être utilisés pour déterminer l’emplacement de ces portes.

76Il semble enfin que le secteur compris 2c autour de l’église de la Trinité à l’intérieur des rues parallèles de 1 et de leur prolongement à ce niveau témoigne d’un lotissement irrégulier d’une place auparavant libre de constructions.

77Rues du nord de la ville 3

78Ces rues présentent des parcours courbes qui contrastent fortement avec celles de la structure 1. Leur organisation par rapport à celle-ci laisse penser qu’elles ont pu être établies postérieurement. 3a contourne ainsi Saint-Gervais pour déboucher sur une sortie qui donne vers l’ouest. 3b arrive sur la rue Basse pour en former le prolongement, mais sans être parfaitement dans sa continuité, comme en témoignent un changement d’axe et des décalages dans l’alignement des maisons. 3c, enfin, passe au chevet de Saint-Gervais pour venir se raccorder à la Grande rue d’une façon biaise. La question se pose ici de l’antériorité de la grande rue. En effet, les limites parcellaires de part et d’autre de la rue 3c, au niveau de la rue de la Poissonnerie, n’ont pas exactement la même orientation, ce qui serait le cas si la rue avait été tracée au travers de lots donnant sur la Grande rue. De plus, l’arrondi à l’extrémité sud de 3c, à son point de raccordement avec la Grande rue, détermine des limites parcellaires qui tendent à rester perpendiculaires au front bâti au fur et à mesure qu’il s’arrondit. Enfin, le prolongement de 3c vers le nord montre que les rues 3a et 3b ont été établies postérieurement à elle, ce qui est visible dans la configuration de leur débouché, et que la rue devait former très tôt dans la formation de l’agglomération un chemin majeur. Ces éléments suggèrent que 3c pourrait être l’un des premiers chemins présents sur le site (il passe au milieu de la croupe sur laquelle Falaise est localisée), et qu’il pourrait être antérieur à 1, tout en ayant été réaménagé dans sa partie sud lors de la mise en place de cette structure. Dans cette hypothèse, la rue 1b serait contemporaine ou de peu postérieure à 1, les dispositions parcellaires relatives à la rue Camp-Fermé et à 1b appuyant plutôt cette dernière possibilité.

79Le mur d’enceinte 4

80Le tracé du mur, tel qu’il est connu à la fin du XVIIIe siècle, et encore largement visible de nos jours, a certainement été conçu pour englober les urbanisations développées dans le cadre de 1 et 3. Le fait qu’il ne soit pas parfaitement parallèle à la rue Basse, ni de même aux rues 3, implique plutôt une postériorité du mur ; son raccordement au château, au sud-ouest, étaie cette hypothèse.

81Lotissements organisés extérieurs 5

82Ces structures, 5a et 5b, paraissent le fruit de lotissements volontaires, du fait de la régularité des parcellaires associés. Elles sont localisées sur des chemins d’accès majeurs à la ville, vers l’ouest et vers le nord. De ce côté, la présence d’un lieu de culte juste au-delà du lotissement suggère la création d’une paroisse rendue nécessaire par la croissance du faubourg.

83Structure de clôture 6

84Les limites parcellaires constituent en ce point un arrondi qui sépare nettement un quartier relativement densément occupé et un espace rural. Elles suggèrent une clôture destinée à protéger un quartier extérieur. Cette protection pouvait se prolonger vers le nord-est par le cours d’eau, englobant au total un secteur d’environ 3 ha.

85A l’intérieur de la ville, de l’autre côté du mur, la rue 7 desservant la porte localisée à l’est de Saint-Gervais s’inscrit parfaitement dans l’orientation des parcelles donnant sur la rue 3c. De plus, la bande de parcelle très peu profonde qui la borde sur son côté sud indique un percement tardif par rapport à la même rue.

Guibray

86Structure d’enclos 8

87Les limites parcellaires indiquent autour de l’église de Guibray un enclos qui cependant n’est pas centré sur le lieu de culte. Cet enclos est traversé par un chemin est-ouest qui conduit à Falaise au niveau de la Trinité. Un chemin y pénètre du sud ; un autre du nord, débouchant face à l’église.

88Structure d’enclos 9

89Les limites parcellaires suggèrent en ce point l’emplacement d’une clôture, placée presque parfaitement à environ 90 mètres autour de 8. Cet espacement conduit à reproduire à l’identique, par homothétie, la forme irrégulière du noyau enclos initial. Il est de plus possible que 9 ait été entourée d’un fossé, qui pourrait expliquer le dessin des parcelles à l’ouest et à l’est en particulier.

90Chemins d’évitement 10

91Les structures d’enclos 8 et 9 semblent avoir conduit à établir des chemins pour les contourner. La disposition de ces chemins permet d’esquisser leur chronologie relative.

9210a vient buter sur 8, mais traverse directement 9, il est donc vraisemblablement postérieur à 8 et antérieur à 10.

9310b vient longer 9 à l’est, mais pas en situation de contrescarpe, il s’agit donc vraisemblablement d’un chemin préexistant à 9 et le long duquel l’enclos aurait été placé. La distance entre 8 et 9 déterminée en ce point par la présence d’un chemin préexistant, aurait été reproduite sur les autres côtés, où aucune contrainte comparable n’apparaît.

9410c longe 9 par le sud et débouche à l’est au niveau de Saint-Marc sur le chemin est-ouest préexistant. Sa localisation contre 8 depuis l’ouest suggère qu’il a été déterminé par elle, avec tout d’abord un biais destiné à le raccorder à la place localisée au sud-ouest de l’église. Le fait que 10c ne soit pas en situation de contrescarpe peut cette fois s’expliquer par une postériorité telle que le fossé avait pu s’effacer de la topographie.

Tracés entre Falaise et Guibray

95L’organisation des chemins entre les deux parties de l’agglomération laisse entrevoir plusieurs phases dans leur mise en place, parfois un lien entre elles.

9611. Chemins présents les plus tôt, soit peut-être avant la mise en place du lotissement du parcellaire.

9712. Chemins dont les orientations sont cohérentes avec les limites parcellaires rurales, et donc probablement contemporains de l’établissement de ce découpage.

9813. Chemins biais par rapport aux orientations 12. Le plus remarquable est celui qui passe au nord de Guibray selon une direction est-ouest, et se dirige vers une porte de la ville.

9914. Chemin liant Guibray et la porte de la ville précédemment évoquée. Son débouché sur 8 montre qu’il lui est postérieur, et pourtant il est associé aux orientations de la trame parcellaire rurale, dans laquelle l’enclos 8 s’inscrit parfaitement. Au nord-ouest, ce chemin permet de desservir une porte, après un détour.

100Ces éléments conduisent à proposer comme hypothèse de morphogenèse du site les étapes suivantes, en faisant l’hypothèse complémentaire que la mise en place des principaux éléments de Falaise-ville et de Guibray est à peu près contemporaine :

101Phase I : chemins 11, avec l’église de Guibray, qui est placée à un carrefour qui semble avoir été important.

102Phase II : structure 2a et mise en place de la structure du parcellaire rural, chemins 12. L’église de la Trinité et le donjon sont présents.

103Phase III : structure 1 et enclos 8. L’église de Saint-Gervais apparaît.

104Phase IV : structure 3.

105Phase V : clôture de la ville 4 englobant 1, 2 et 3. Les structures de lotissement 5 sont de peu antérieures ou légèrement postérieures à cette clôture, qui pouvait primitivement passer au niveau de 6.

106Phase VI : aménagement du chemin 14 et de la rue 7, correspondant à une nouvelle porte dans le mur 4, au niveau de Saint-Gervais. Cette porte conduit à l’établissement du chemin 13.

107Phase VII : enclos 9 autour de Guibray et fixation du tracé de 4, sûrement en pierre maintenant.

108Phase VIII : Mise en place du contournement de Guibray 10c.

2. Formation et évolution de l’espace urbain

A. Des débuts obscurs

  • 5 Je n’ai pu retrouver son origine, elle est mentionnée sans référence par German 1984, 46.

109Les origines de Falaise ne sont pas explicitées dans les sources. Selon l’historiographie, il existait, vers 840, un castrum et une église sur le site, mais l’information paraît à considérer avec grande prudence5. Le site de Guibray, toutefois, a connu une occupation au haut Moyen Age, attestée par des sépultures autour de l’église Sainte-Marie (doranlo 1945, 121). S’il y a quelques traces d’une occupation antique à Falaise même, rien ne suggère une agglomération (Delacampagne 1990, 90).

110Rien de sûr, donc, avant le XIe siècle. A ce moment, pourtant, Falaise apparaît rapidement comme une agglomération de quelque importance. Le tonlieu est cité en 1024-26, et le site est confié à la même époque à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen (Fauroux 1961, n° 52 ; 53). Un siège du castellum Falesie à l’époque du duc Richard II, vers 1027, laisse penser qu’il pouvait être construit en pierre (Guillaume de Jumièges, 98), ce que semble confirmer une analyse archéologique des fondations sur lesquelles repose le donjon actuel (German 1984, 49). On connaît l’histoire de la rencontre du duc avec Arlette, probablement fille d’un pelletier, alors qu’elle travaillait en contrebas du château, et la naissance du futur roi Guillaume qui en fut le fruit l’année suivante. Le murus du castellum Falisae est évoqué vers 1036 (Guillaume de Jumièges, 118).

  • 6 Il est impossible, sans sources vérifiées, de retenir les assertions selon lesquelles Saint-Gervai (...)

111En 1066, les églises de Falaise sont données, de même que celle de Guibray, à l’abbaye de la Trinité de Caen récemment fondée, par Stigand de Mézidon (Fauroux 1961, n° 231). Cette donation implique vraisemblablement qu’il s’agit déjà d’églises paroissiales, même si elles ne sont pas explicitement dénommées comme telles. On peut alors affirmer que la ville est née, et a connu déjà un certain développement. En effet, les églises de Falaise ne peuvent être que la Trinité et Saint-Gervais6.

112Il reste difficile d’attribuer ces mentions aux structures morphologiques décrites dans l’analyse du plan. L’axe liant Saint-Gervais et la Trinité devait exister en 1066, alors qu’elles sont implicitement évoquées. Le tonlieu implique quant à lui la présence d’un marché. Celui-ci était placé, selon des sources plus tardives, devant Saint-Gervais. La boucherie est mentionnée en 1124-35 comme macellum (Orderic, V, 206), c’est le Magnus vicus en 1129 (RRAN, II, n° 1572). Il y a donc lieu de penser que la structure 2 est au moins en partie en place dès le milieu des années 1120. Les actes de 1024-26 et de 1025-26 seraient ainsi le reflet direct d’un développement récent, voire en cours. Les dénominations les plus anciennement attestées des rues formant la structure 2 confirment le fait qu’elles constituaient un ensemble perçu comme tel. L’axe principal, qui correspond en partie à la boucherie, est le Magnus vicus au XIIe siècle, ou Maior rua au début du XIIIe, et les deux rues qui l’encadrent rua Alta et rua Bassa (voir tableau des toponymes).

  • 7 Cependant, de même que la réfection des murs de la ville a jusqu’ici été datée du XIIIe siècle (vo (...)

113Ce développement est vraisemblablement postérieur à la mise en place de la structure 1. La forme de celle-ci (Fig. 11) est étroitement comparable à la composition formée à Fécamp par la résidence datable de Guillaume-Longue-Epée (avant 943) et la collégiale de la Trinité, du moins dans son orientation de 990 (voir monographie sur Fécamp). Les données archéologiques sont insuffisantes pour l’instant pour dater avec précision l’apparition de la première résidence aristocratique sur le site du donjon, on l’a vu présente au début du XIe siècle, et d’une église sur le site de la Trinité, que les éléments en élévation du transept ne font pas remonter au delà du XIIIe siècle (Musset 1968, IV b 71), bien qu’elle soit certainement citée en 10667. On peut, dans l’attente d’éléments de confirmation archéologique, faire l’hypothèse que cette structure est elle aussi du Xe siècle. Il est possible que la construction d’un château accompagné d’un lieu de culte ait répondu à la nécessité pour Guillaume-Longue-Epée de créer un point d’appui au centre de la Normandie, une région qu’il maîtrisait mal, face notamment à Riouf, chef des révoltés de Normandie occidentale qui avancera jusqu’à la Risle puis la Seine à l’est en 935 (voir le chapitre de synthèse « l’urbanisme en Normandie au Moyen Age d’après l’analyse morphologique des plans de villes ».). Lucien Musset a insisté sur ce rôle stratégique de Falaise en Normandie centrale à propos des événements de 1027 (Musset 1968, IV b 69).

114Les sources trop rares ne permettent pas de saisir les phases de développement de l’agglomération. Elles donnent tout juste quelques points de repère, bien insuffisants. Les mentions d’éléments de la topographie de la ville suggèrent que tout est en place à la fin du XIIe siècle, mais depuis quand ? Le château est mentionné comme reconstruit en 1123 (Robert de Torigny, I, 165). Les alignements qui paraissent le relier aux portes de l’enceinte suggèrent que celle-ci est alors elle aussi en travaux (structure 2a et 2b). C’est peut-être le fruit du serment de fidélité prêté par les bourgeois de Falaise au roi Henri Ier en 1106, « qui avait rénové les lois données par son père » (Orderic, IV, 232). L’enceinte était toutefois déjà puissante en 1105, du fait du siège que dut lever le roi avant de pouvoir, un peu plus tard, prendre la ville pacifiquement. Le tracé de la fortification avait probablement été fixé de façon définitive quelque temps auparavant. La construction, ou reconstruction, des principaux édifices a été bon train à cette époque. Si l’on ne sait rien d’une éventuelle reconstruction de la Trinité dans l’axe du château, l’architecture existante de Saint-Gervais et de Notre-Dame de Guibray indique une édification vers la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle (Musset 1968, IV B 70). Saint-Gervais aurait été consacrée en 1134 (Libourel 1990, 23).

115En fait, la date du début de ces reconstructions, la fin du XIe siècle, comme c’est le cas pour la paroissiale Saint-Laurent, au nord à l’extérieur de la ville (Libourel 1990, 54), pourrait indiquer un apogée urbain à la fin du règne de Guillaume-le-Conquérant ou peu après, apogée retrouvé sous Henri Ier, mais non dépassé avant longtemps. La structure 3, encadrée par les reconstructions de Saint-Gervais et de Saint-Laurent, date certainement au plus tard de cette période. Le tracé de l’enceinte, si l’on retient sa mise en place au plus tard au début du siècle (les portes sont mentionnées en 1138, Orderic, V, 115-6), confirme cette datation.

116La forme des lotissements 5, et particulièrement de celui du nord, en direction de Saint-Laurent, montre une probable postériorité par rapport à la mise en place de l’enceinte et de sa porte. La rue y est en effet nettement plus large qu’intra-muros. Il est possible qu’il s’agisse d’opérations de la fin du XIe siècle ou du début du XIIe. Chacun d’entre eux est associé à une paroissiale, Saint-Laurent au nord, et Saint-Adrien, la paroisse du Val d’Ante, à l’ouest. Ces deux lieux de culte sont à chaque fois disposés après les lotissements en partant de la ville.

117On peut encore attribuer au XIIe siècle la création de l’hôpital Saint-Michel de Bocey en 1127, qui sera transformé en abbaye de Prémontrés en 1160 par Henri II, et la fondation de la léproserie Saint-Lazare/Sainte-Madeleine en 1178 (German 1984, 106). Il se peut toutefois que cette dernière soit plus ancienne. Enfin, Les Templiers s’implantent en ville vers 1190, et l’hôtel-Dieu est fondé en 1201 par un bourgeois, Heute Bertin, et ses frères (German 1984, 109 ; 111).

118Falaise est une ville clé dans le dispositif des villes ducales puis royales en Normandie, d’où probablement ce développement et la présence d’une fortification urbaine déjà au tournant des XIe-XIIe siècles. Henri Ier y tenait le trésor royal en Normandie en 1135 (Orderic, V, 50). Sa position centrale était de ce point de vue un atout majeur. De fait, Falaise n’a cessé de rester ville ducale puis royale, et le pouvoir n’y fut pas partagé jusqu’à la création de la commune.

B. La crise du rattachement de la Normandie à la France et le renouveau avant la guerre de Cent Ans

  • 8 Contrairement à ce qui est affirmé par exemple dans Libourel, 1990, 18-19.

119Les comptes de l’Echiquier subsistants mettent en relief les efforts faits pour conserver à Falaise sa valeur défensive. En 1180, le donjon est réparé, et l’on acquiert une terre en contrebas pour y faire un vivarium, un étang faisant office de fossé de protection (MRSN 1180, 16). En 1198, on répare les logements du château, on continue à travailler aux viviers, et les portes de la ville, comme la porte Lecomte au nord et la poterne vers l’ouest, font l’objet d’investissements importants (MRSN 1198, 44 ; 49-50). En 1202 encore, des travaux au château sont effectués (RNTL 1204, 113). Il s’agit donc, perceptible au travers des rares comptes conservés, d’une remise en état probablement complète de l’enceinte et du château. La reconstruction de l’enceinte, que les détails architecturaux, comme à la porte des Cordeliers, l’ancienne porte Ogise, avaient fait dater du règne de Philippe-Auguste, est donc certainement le fait des Plantagenêt8. D’autres indices d’une activité de construction intense peu avant la conquête française sont l’achèvement en 1203 de l’abbatiale Saint-Jean, et peut-être les travaux à la Trinité évoqué ci-dessus (GC XI, col. 755).

120D’ailleurs, le siège de 1203 par Philippe-Auguste n’aura duré que 7 jours, vite abrégé par des bourgeois abandonnés par leur roi Jean-sans-Terre, et craignant d’inutiles destructions (Guillaume le Breton, 234). La brièveté de ce siège contraste avec les dommages aux principaux édifices religieux de la ville qui lui ont été, non sans exagération, attribués (German 1984, 117-18). Ce sont en fait des parties d’édifices datées de la première moitié du XIIIe siècle, comme pour la Trinité, qui ont fait attribuer au siège de tels dégâts. S’ils ne semblent pas faire de doutes tout en restant limités pour l’église Notre-Dame de Guibray, endommagée, puis reconsacrée en 1208, on doit rechercher une date plus vraisemblable pour la plupart de ces reconstructions : la deuxième moitié du XIIe siècle.

  • 9 Il y a un doute pour la période entre 1180 et 1198. Le compte de l’Echiquier pour 1198 donne 640 L (...)
  • 10 Il faut y ajouter Saint-Adrien du Val d’Ante, qui correspond aux urbanisations extra-muros vers le (...)

121Le choc du rattachement à la France a été à n’en pas douter terrible sur le plan économique. Le montant de la ferme de la prévôté passe de 640 L. au total en 1180 (marché plus moulins) à 540 L. en 12049, puis à 250 L. en 1215. La réduction totale dépasse 60 %. Mais le montant de la ferme en 1316, 700 L. (Sauvage 1938, 71), indique une récupération probablement complète, qu’on lit aussi au nombre de feux connu vers 1335, 1600 pour les trois paroisses principales de la ville10, Notre-Dame de Guibray, la Trinité et Saint-Gervais (RHF Pouillés, II, 229-30). L’agglomération pouvait compter environ 2000 feux au total, en ajoutant en particulier la paroisse du Val d’Ante.

  • 11 La source ADC 386 Edpt/1 n’est pas foliotée de façon fiable et régulière.
  • 12 Locum qui situs est iuxta portam Falesie qui dicitur porta Ogisii, et extenditur in latum versus p (...)
  • 13 Concession de plus du mur et du fossé qui s’étendent devant leur terrain, avec autorisation de per (...)

122La bourgeoisie de Falaise a profité d’une situation assez exceptionnelle parmi les grandes villes normandes au XIIIe siècle. Philippe-Auguste, se défiant de Caen et surtout de Rouen, y a en effet pratiquement toujours tenu l’Echiquier de Normandie pendant son règne. Ce fut une cause certaine, bien que d’importance difficile à mesurer, de redémarrage économique. Le château fit alors l’objet de travaux importants, comprenant l’ajout d’une grosse tour ronde au donjon. Les fossés sont élargis en ce point en 1206 (Vallez 1961, 51). Les bourgeois pouvaient aussi profiter de la commune instituée en 1203 par le roi Jean, et confirmée par Philippe-Auguste en 1204 (Cart. Normand, XVII ; ADC 386 Edpt/111). La prospérité de la ville justifie probablement l’implantation d’un couvent de Cordeliers sur un terrain concédé par un bourgeois en 125312, et amorti par le roi en 125613.

  • 14 En 1202 le roi doit 48 L. à Benlivenge et Jacobus judei de Falaisia ; on annule en 1203 une dette (...)
  • 15 Morellus de Falesie, Judeus, est au nombre des quatre otages juifs normands détenus par Philippe-A (...)
  • 16 Le microfilm ADC 2 mi 526 regroupe le « Matrologe de la léproserie Saint-Lazare », ici précisé « S (...)

123Elle est aussi illustrée par la présence d’une communauté juive, financièrement puissante, attestée au début du XIIIe siècle14. L’un des responsables en est à cette époque Samuel de Falaise, célèbre tossafiste, mais aussi banquier (Golb 1985, 302-12 ; 359-67)15. Du point de vue de la morphologie, on ne note pas de modifications très significatives de l’espace urbain. Aucun lotissement nouveau, par exemple, n’a pu être identifié pour les XIIIe-XIVe siècles. On peut toutefois mentionner un curieux emploi du mot « bourg ». Les emplois les plus anciens de ce mot, à Falaise, remontent aux années 1260, ce qui est remarquablement tardif par rapport au développement urbain, achevé alors depuis longtemps. De plus, dans l’un des deux textes concernés, de 1267 (l’autre est de 1261), on localise une maison in burgo Sancti Gervasii, et une autre in burgo Sancte Trinitatis (ADC 2 mi 526, SL, f° 39 v° ; 42 r°16). De sorte que le mot « bourg », dans ce cas précis, pourrait avoir été employé pour « paroisse ». L’ensemble du territoire de la ville bénéficiait en effet du droit de bourgage (Vallez 1961), et par ailleurs l’analyse morphologique ne permet pas de distinguer de structures associées en particulier à chacune de ces deux églises.

Le développement des lieux d’échange économique

  • 17 Voir un plan de 1777, ADC CPL 113.

124L’un des moteurs du redéveloppement de Falaise est probablement la draperie. Les étaux des drapiers, placés devant Saint-Gervais, sont complétés sous saint Louis par une halle aux blés, une blaateria, attestée en 1265 (Vallez 1961, 57). Les grains se vendaient auparavant devant l’Hôtel-Dieu, près de la Trinité (ADC Edpt/1). Il est possible que ce soit à cette époque qu’une partie de la place supposée libre autour de cette église ait été lotie (structure 2c). La halle aux blés nouvellement construite prend la forme d’un quadrilatère d’environ 25 m de côté17. Il est possible que le bâtiment ait aussi été prévu pour abriter, comme dans les halles construites par saint Louis à Rouen, les drapiers.

La foire de Guibray : une création du XIIIe siècle

125Ce sont peut-être ces derniers qui conduisent à de nouveaux aménagements extra-muros. Le premier signe de l’apparition d’un lieu d’échange à Guibray est vers 1204 l’octroi d’une foire de trois jours par le roi Jean aux lépreux de Saint-Lazare (ADC 2 mi 526, SL, f° 124 v°). Elle s’appellera plus tard la « Petite Guibray ». En 1254, on mentionne la Guibray. Il s’agit certainement de la foire principale, dont les droits sur le poids sont alors cédés par la paroisse à l’Hôtel-Dieu (ADC 2 mi 526, HD, f° 166 r°). Un estalum apparaît à la même époque à proximité de l’église (ADC 2 mi 526, SL, f° 140 v°). Il est possible que l’aménagement conjoint de la halle aux blés devant Saint-Gervais, dans la ville close, et de halles associées à la foire, à Guibray, vers le milieu du siècle, soit à lier à l’établissement de la porte Aaliz (citée en 1267) et de la ruelle qui la dessert, avec une nouvelle sortie vers Guibray (structure 7).

126Les aménagements associés à la foire apparaissent clairement dans les textes à partir du début du XIVe siècle. En 1303, on mentionne le champ ou fiet la foire de Guibray, où est assise la halle de Saint Lo (ADC 2 mi, SL, f° 120 r°). Cette halle des marchands de Saint-Lô est dite à côté de l’enclos aux malades (ADC 2 mi, SL, f° 250 v°). En 1306, la petite halle est évoquée, dont quatre postées, soit deux par rang, sont louées aux marchands de Thorigny. Elles sont de même localisées en leur aclos (ADC 2 mi 526, SL, f° 122 r°). L’hôpital Saint-Lazare paraît avoir mené une politique foncière l’éloignant de sa mission première, que les bourgeois lui rappellent, tout en l’autorisant à vendre dix loths, en 1317. La mission de soigner les lépreux des trois principales paroisses de la ville est encore rappelée en 1324, à l’occasion d’assises royales (ADC 2 mi 526, SL, f° 141 v° ; 132 v°). En 1414, sont mentionnées les parties de halles louées aux marchands de Bernay, Montivilliers et Rouen (Vallez 1961, 61).

  • 18 « Abrégé du papier terrier du domaine de Falaize », fouage de 23 sous pour la paroisse de Guibray, (...)

127Les revenus de la foire se montent en 1316 à 70 L., contre 5 L. à la foire Saint-Laurent et 20 L. à la foire Saint-Gervais, plus ancienne, et déjà existante en 1157 (Vallez 1961, 62). Elle est alors bien établie. La question est de savoir dans quelle mesure la morphologie des alentours de l’église Saint-Gervais peut lui être liée. Sur le cadastre ancien, on remarque très bien un secteur composé des loges des marchands, au nord-est de l’église, et un secteur plus large formé d’auberges typiquement organisées autour de cours carrées. Un certain nombre de toponymes est aussi présent, qu’on retrouve sur une gravure de 1658. D’autres pourtant ne sont pas mentionnés sur cette dernière, sur laquelle on distingue une rue de la Madeleine, située à l’intérieur de la structure 9 (Libourel 1990, 42-3). Ces éléments conduisent à penser que la configuration du quartier de Guibray est au XVIIe siècle assez différente de celle du début du XIVe siècle. Elle serait alors le fruit d’un redéveloppement après une phase d’abandon marquée, qui peut être suivie par quelques données chiffrées relatives au nombre de feux à Guibray. Celui-ci est de 400 vers 1335 (RHF Pouillés, II, 229), et passe à 198 en 1353 (Nortier 1957-58, 113), puis à 69 en 154818 (ADC A 365, f° 208 r°). La chute démographique fut donc brutale et profonde à la fin du Moyen Age. La récupération ne s’est pas encore opérée au milieu du XVIe siècle, à la différence de la ville close. L’architecture des auberges de Guibray témoignait avant 1944, et encore pour partie aujourd’hui, d’une phase de construction intense aux XVIIe-XVIIIe siècles (Libourel 1990, 44-7). L’occupation bâtie, telle qu’on la constate au début du XIXe siècle, est donc à attribuer pour l’essentiel à la période moderne.

  • 19 Les archives de l’abbaye ont malheureusement disparu. Elle avait été favorisée par le roi au début (...)
  • 20 800 écus d’or en 1418, 500 L. en mars 1419 (ADC 386 Edpt/1).

128Cette évolution du quartier de Guibray explique aussi que les loges de la foire, à l’époque moderne, viennent s’appuyer à l’est sur la structure 9, décrite comme la trace d’une clôture et de son fossé. Or, le 16 juillet 1422, quelques années après la prise de la ville par les Anglais, à la fin de 1417, le roi Henri V enjoint aux religieux de l’abbaye de Cormeilles de détruire les fortifications qu’ils avaient fait construire et de remplir les fossés attenants (ADC 386 Edpt/1). Les biens de l’abbaye consistent principalement dans la seigneurie de la terre de Guibray, qu’ils possédaient (Musset 1976, 4)19. La fortification visée pourrait correspondre à la structure 9, mais le texte n’est pas assez explicite. La mention en 1420 d’un palliz à côté du moulin du Pré à Guibray est peut-être une autre allusion à ce système fortifié (ADC 2 mi 526, SL, f° 117 v°). Son démantèlement, alors que le roi favorise activement les travaux aux murs de la ville20, n’a pu que contribuer à la différence d’évolution entre cette dernière et Guibray, et un recouvrement démographique plus rapide, après la guerre de Cent Ans, à l’abri de fortifications puissantes.

C. Une période moderne active

129Après la tourmente et la libération de la ville le 22 juillet 1450 par les Français, la prospérité semble être revenue d’une manière comparable à bien d’autres villes. Là encore, on ne peut identifier de nouvelles extensions urbaines, et la reprise urbaine consiste pour l’essentiel dans la réoccupation d’espaces plus ou moins abandonnés intra-muros, comme, en 1476, ces jardin et place ou soulloit avoir maison et jardin, rue Porte le Comte (ADC 2 mi 526, SL, f° 72 v°). On a vu cependant que la ville close est la première à retrouver un niveau démographique comparable à celui atteint au XIVe siècle, avec en 1548 654 feux dans la paroisse de la Trinité contre 700 vers 1335, et de même à Saint-Gervais 567 contre 500. On voit à ces chiffres un léger déplacement du centre de gravité de la ville, peut-être dû à la concentration des lieux d’échange économique autour de Saint-Gervais.

130La foire de Guibray sera à l’origine, aux XVIIe-XVIIIe siècles, d’une très forte poussée de croissance démographique, manifeste dans l’architecture des maisons de la ville telles qu’on pouvait les voir avant 1944. La population de Falaise atteint un sommet historique à environ 15 000 habitants aux alentours de 1780, soit entre 50 et 100 % de plus que son sommet médiéval (qu’il soit à situer au XIIe siècle ou au début du XIVe).

131Les modifications morphologiques attribuables à cette période sont cependant probablement assez peu importantes. Il est probable, on l’a vu, que la configuration de détail du quartier de Guibray, et en particulier de la répartition des auberges et des loges de la foire, soit à dater de cette époque, et non du Moyen Age. Au XVIIe siècle quelques couvents de la Contre-Réforme s’implantent en ville, les Capucins en 1616 à Guibray, puis en 1620 intra-muros, les Ursulines en 1623 rue Camp-Fermé puis en 1662 à Guibray, le séminaire en 1662. Plus tard, les sœurs de la Providence arrivent vers 1698 ou avant, puis les sœurs de la Charité en 1781 rue Camp-Fermé (German 1984, 186 ; 225). La fin du XVIIIe siècle est plus active, avec le percement de la route de Caen à Tours, achevé en 1780 au travers de la ville, mais encore à compléter au niveau de Guibray en 1829. En complément, les anciennes portes sont presque toutes détruites, Philippe-Jean en 1740, du Château et de Caen en 1779, de Guibray en 1788. L’hôtel de ville est construit en 1780-86, et l’hôpital général achevé en 1754 (German 1984, 219 ; 211-2). Enfin, la Révolution et sa suite amèneront quelques nouvelles modifications, comme le lotissement du terrains des Cordeliers avec le percement d’une rue sous l’Empire, la démolition des arcades localisées à l’ouest de la place Saint-Gervais, d’origine ancienne puisque déjà présentes en 1777 avant le percement de la traversée de la ville (ADC CPL 113), et vers 1822 la création du « Quartier Saint-Jean » à l’emplacement de l’ancienne abbaye, avec établissement de deux rues nouvelles se croisant au niveau du transept de l’église (German 1984, 280 ; 292).

132Passé l’apogée de la fin du XVIIIe siècle, quand Falaise est la deuxième ville de Basse-Normandie, le XIXe est une période de déclin continu et marqué. On ne compte plus que 7 000 habitants vers 1910, et à peine 4 300 au début des années 1930, soit un niveau proche de celui d’après la peste de 1348. C’est une ville fossilisée, remarquablement conservée, que détruisent les bombes de 1944.

133Evolution de la population de Falaise :

  • 21 La paroisse comptait au moins 43 familles en 1279 (ADC 386 Edpt/1).

Note 21.

3. Conclusion

134Le développement de Falaise a pour l’essentiel pris place aux XIe et XIIe siècles, du moins pour la ville close, dont la configuration est lors du rattachement à la France fixée dans ses grandes lignes pour la période qui a duré jusqu’en 1944. Il est le fruit d’une volonté politique ducale, liée au rôle de place-forte du château en Normandie centrale, rôle qui est probablement à l’origine de l’apparition d’une urbanisation en ce point. Le site de Guibray a connu une évolution différente, puisque les données à notre disposition montrent que l’urbanisation n’y a vraiment pris toute son ampleur qu’au début du XIVe siècle, après vraisemblablement quelques décennies très dynamiques. Ici, c’est la présence d’une foire qui devint majeure en Normandie qui a provoqué le développement urbain. Après une tentative de fortification avortée au début du XVe siècle, cependant, cette partie de l’agglomération de Falaise a pratiquement disparu, pour retrouver une nouvelle vigueur avec le renouveau de la foire aux XVIIe-XVIIIe siècles.

135Un aspect frappant de l’histoire de Falaise, et peut-être dans ce cas particulièrement bien renseigné, est celui de la fluctuation de sa population. Celle-ci est passée par des sommets successifs (fin du XIIe siècle, début du XIVe, XVIIIe), entre lesquels des étiages où la réduction est de plus de moitié ont pris place (début XIIIe siècle, fin XIVe, début XXe).

PONT-AUDEMER

136L’agglomération de Pont-Audemer n’apparaît qu’au XIe siècle dans les textes. Elle est localisée sur un petit fleuve côtier, la Risle, à une quinzaine de kilomètres de l’estuaire de la Seine. Le premier noyau urbain est né au croisement du fleuve, navigable encore au début du XXe siècle par des embarcations d’une certaine taille, et d’une importante route longeant la côte en retrait. Pont-Audemer était au Moyen Age, ce qui peut surprendre aujourd’hui, un port maritime parmi les plus importants en Normandie

137L’aspect du site au début du XIXe siècle, alors qu’il compte 5305 habitants, est celui d’une ville compacte, densément occupée, et au tracé présentant de fortes régularités. C’est un premier élément entrant dans sa sélection (Fig. 12, 13 et 14). Le deuxième est la présence en archives de sources abondantes (notamment les cartulaires de l’abbaye voisine de Saint-Pierre de Préaux et du prieuré hospitalier de Saint-Gilles), particulièrement pour le XIIe siècle, une période clé dans sa formation. En revanche, les archives communales anciennes, assez importantes, ne sont pas classées. La ville a surtout été étudiée au XIXe siècle, et principalement par un érudit local, Canel. Elle n’est de ce fait qu’allusivement évoquée dans l’historiographie récente.

1. Analyse morphologique

  • 22 Les plans utilisés sont les suivants : plans de 1731 et 1757, Bibliothèque Canel, Pont-Audemer ; 1 (...)

138L’examen du plan de la ville est effectué sur la base fournie par le cadastre napoléonien (ADE III Pl 926, 1835), complété par des plans d’archives. Ceux-ci ne permettent pas une restitution parcellaire pour le XVIIIe siècle, mais sont précis quant à la configuration des fortifications et des édifices publics et religieux à cette époque22 (Fig. 15 et 16).

139Structure du noyau urbain 1

140Elle est formée d’une place en forme de rue évasée occupée par une grande halle axiale, de deux lotissements latéraux, et d’une église.

1411a. Du fait que le parcellaire est moins régulier à l’est de la place, de même que l’alignement des façades des maisons, il semble que la place ait été formée par élargissement vers l’ouest d’un axe viaire déjà existant. Cet axe devait traverser le bras sud de la Risle un peu à l’est du pont actuel, puis former, de façon similaire, le côté est de la place 4a. Au nord, après le pont sur le bras de la Risle, cet axe donne sur un noeud de chemins donnant accès aux deux directions de la vallée et à un vallon par lequel la montée sur le plateau est facilitée, vers une voie romaine conduisant à Lillebonne par Aizier.

1421b. Place triangulaire avec halle axiale. La forme de cette place pose une question délicate. En effet, il semble que ce site soit le premier site d’urbanisation de Pont-Audemer (voir arguments développés infra). Il est notamment antérieur aux structures 3 et 4. Pourtant, la forme de la place est très proche de celle de 4a, ce qui pourrait suggérer une contemporanéité. On peut supposer ici un remodelage de la structure 1b de façon à lui donner précisément une forme identique à celle de 4a, peu de temps après la mise en place de cette dernière.

1431c. Ensemble loti aux limites plus ou moins perpendiculaires à 1b. Quelques limites parcellaires, en particulier celles qui sont les moins perpendiculaires, devaient être en place lorsque le lotissement est intervenu.

1441d. Ensemble loti à la forme régulière, probablement contemporain de 1b et de 1c, non déterminé par des limites plus anciennes.

1451e. Petit lotissement régulier, occupant un espace peut-être affecté à l’origine à un usage de place, le long du bras sud de la Risle, et paraissant avoir été recoupé par la rue donnant sur le pont actuel.

1461f. Idem, le long du bras nord de la Risle. Ces parcelles contrastent avec l’orientation dominante donnée par la perpendiculaire à 1b.

1471g. Eglise Saint-Ouen, entourée d’une zone au parcellaire lâche, différente dans sa morphologie de celles décrites en 1c et 1d, peut-être constituée à l’origine sur une aire de cimetière ?

148Tracé possible de défense 2 autour de la structure 1

1492a. Fossés entourant les lotissements 1c et 1d. Le fossé est est dans le prolongement d’un fossé présent au sud du bras sud de la Risle. Ce fossé est peut-être un cours d’eau ancien, utilisé pour cerner la nouvelle occupation urbaine, et peut-être recoupé par le bras sud de la Risle, qui serait un aménagement anthropique, contemporain ou antérieur (ce qui est le plus probable), de l’ensemble 1.

1502b. Limites parcellaires suggérant, par l’arrondi formé au débouché de 1a, une défense au-delà du bras sud de la Risle, peut-être bordée par un fossé.

151Ensemble formé de deux rues larges bordées de lotissements réguliers aux parcelles perpendiculaires délimitées par des ruisseaux, avec une rue de liaison transversale : 3

1523a. La rue est de l’ensemble 3 débouche au sud du bras sud de la Risle par une place triangulaire, et surtout un pont qui a déterminé une inflexion très marquée des chemins qui s’y raccordent, et forment une continuité sur le côté sud de la vallée (Le chemin qui provient de l’est pourrait avoir été déterminé, en seconde hypothèse, par le besoin d’accéder à la rive de la Risle, un peu plus à l’ouest de 3a).

1533b. Le pont au sud de 3a a un pendant au nord.

1543c. Le terrain de l’église Notre-Dame du Pré paraît avoir à l’origine comporté le côté est de la rue

1553d, du fait du moindre niveau de régularité du lotissement de cet espace si on le compare au reste de la structure 3, du double arrondi formé par le ruisseau à l’ouest de 3, et de la saillie du chevet de l’église sur la voie, bien attestée sur les plans anciens, qui indique probablement que l’édifice est antérieur à la rue.

1563d. La rue ouest de 3 débouche perpendiculairement sur l’accès infléchi vers 3a, et paraît donc nettement postérieure. Sa mise en place aurait pu comporter trois phases : section au nord contemporaine de la mise en place de la structure 3, puis accompagnement du lotissement de la partie est du clos autour de Notre-Dame du Pré, enfin percement vers l’accès à 3a par delà le bras sud de la Risle, et établissement d’un pont en ce point.

1573e. L’opération 3 est accompagnée de l’établissement de petits canaux à l’arrière des parcelles, placés à équidistance entre deux rues. Le dessin du réseau hydraulique de la ville, dans l’ensemble, apparaît comme fortement modelé suivant les exigences d’une urbanisation planifiée.

1583f. L’opération 3 déborde en rive droite de la rive, où des rues prolongent les rues 3a et 3d. On peut ici faire l’hypothèse de ponts ou de passerelles permettant d’établir la continuité entre ces portions de voirie.

159Dans l’ensemble, la création de la structure 3a a pu conduire à supprimer l’accès de 1a vers le sud, d’où le lotissement 1e, et le percement d’une rue de raccordement transversal à proximité, à peu près dans l’axe de l’église Saint-Ouen. Cette modification de l’accès sud de la ville a pu avoir pour objectif de favoriser la nouvelle urbanisation en dérivant le flux profitant jusque-là à 1. La rue 3a devient l’axe de symétrie de la ville, en effet, l’espacement entre les rues 3a, 1a et 3d est identique, d’environ 62 m. De même, Notre-Dame du Pré est localisée, par rapport à cet axe, symétriquement par rapport à Saint-Ouen. Son axe est de plus orienté vers cette dernière. Les rues principales de 3 mesurent environ 15 m de largeur.

160Structure d’urbanisation autour de la place sud 4

1614a. Place formée par élargissement du chemin 1a, vers l’ouest, de façon à y loger un marché axial avec halle.

1624b. Lotissement régulier du côté est de 4a, jusqu’à un ruisseau probablement préexistant, car non participant à la convergence des tracés 4 (voir 2a).

1634c. Lotissement régulier du côté ouest de 4a, par des parcelles perpendiculaires, jusqu’à une rue longeant un ruisseau, avec rues secondaires transversales (destinées à faciliter l’accès au cours d’eau ?).

1644d. Place formée au débouché de 3a par recul des alignements sud des chemins y conduisant, sur une ligne régulière bordée de parcelles perpendiculaires, limitées par une rue arrière. La façon dont le nouvel alignement vient buter sur la rue en arrière de 4c suggère une postériorité de 4d par rapport à 4c.

1654e. Lotissement occupant une partie de la place 4a, et donc postérieur à sa mise en place.

166La mise en place de la structure 4 a semble-t-il conduit au rétablissement d’un accès direct, avec pont, à la structure 1, au travers de 2b et du lotissement 1e.

167La structure 4 a été composée suivant un ensemble remarquable de tracés rayonnants. En effet, l’alignement de 4b, celui de 4c, la rue arrière de 4c, de même deux segments de l’enceinte telle qu’elle est connue au XVIIIe siècle, convergent en un même point localisé au sud-est en dehors de la ville. Aucun élément ne matérialise ce point. A l’autre extrémité de ces alignements, la rue arrière de 4c pourrait avoir visé un point remarquable du château, en rive droite de la Risle sur une colline, peut-être le donjon ; L’axe de 4 vise la façade de Saint-Ouen, probablement plutôt une tour que son portail principal.

168De possibles clôtures autour du quartier Saint-Aignan, en rive droite de la Risle : 5

1695a. Ensemble de lignes parcellaires suggérant une clôture incluant le site de l’église Saint-Aignan, et encadrant le débouché de 1a de ce côté.

1705b. Sections de voirie pouvant avoir été induits par 5a.

1715c. Ensemble de lignes suggérant une autre clôture, plus large.

1725d. Sections de voirie pouvant avoir été induits par 5c

1735e. La conformation des bras de la Risle à l’ouest de la ville suggère le creusement d’un fossé entre un bras nord, plus tard abandonné, et le bras principal, dans l’alignement de la fortification au sud.

174Eléments de la fortification telle qu’elle est connue au XVIIIe siècle, emplacement du mur et du fossé 6

1756a. Rues tracées sur la contrescarpe de l’enceinte, permettant un raccord de la route venant du sud vers le chemin longeant le côté sud de la Risle, vers l’ouest et vers l’est.

1766b-6c. Deux espaces au sortir de portes de la ville, au nord et au sud, paraissent avoir été occupé par des dispositifs défensifs disparus, d’où des vides informes.

1776e. Le détail de la configuration des rives et des bras secondaires de la Risle suggère en ces points des aménagements liés à la fortification, du fait qu’ils en sont dans le prolongement.

178Alignements remarquables 7

179L’analyse du plan, complété par les données du XVIIIe siècle, conduit à supposer que certains alignements de voies et de bâtiments ne sont pas fortuits. Outre ceux signalée pour 4, on peut évoquer les suivants :

  • 23 Connu au début du XVIIe siècle, voir la gravure évoquée note 1.

1807a. La structure 1 est axée sur l’église Saint-Aignan, plus particulièrement son clocher23, en rive droite de la Risle.

1817b. L’église Notre-Dame du Pré est axée vers Saint-Ouen (vers la tour de la croisée du transept ?), elle n’est donc pas orientée de façon classique, ni perpendiculairement à la rue qui la borde, ce qui aurait été plus rationnel.

1827c. La rue et le pont entre 1 et 4 sont axés sur les pignons des halles occupant les deux places.

183Structures diverses 8

1848a. L’église Saint-Aignan était entourée d’un périmètre oblong, d’environ 65 m par 40 m, certainement à usage de cimetière.

1858b. Rues transversales bordées d’étroites parcelles, paraissant provenir du lotissement de parcelles plus grandes perpendiculaires aux axes des urbanisations 1 et 3.

186Ces éléments sont reliés de telle manière qu’une chronologie relative des principales phases de mise en place peut être esquissée.

187Phase I : axe 1, et peut-être église Saint-Ouen.

188Phase II : Lotissements et place 1, accompagnés de la structure défensive 2 et du développement en rive droite, autour de Saint-Aignan, défendu par 5a.

189Phase III : Lotissements et rues 3, peut-être associés à un nouveau château, induisant les tracés associés à 3a, et les lotissements 1e et 1d. La rue 3a devient l’axe majeur de la ville. Création de Notre-Dame du Pré, associée spatialement à Saint-Ouen. Puis établissement de la rue transversale axée sur Saint-Ouen et du prolongement de 3d.

190Phase IV : Etablissement de la place et des lotissements 4, autour d’une place de marché nouvelle, avec rétablissement d’un lien direct avec 1 et remodelage de 1a, suivant une composition rayonnante pouvant tenir compte des édifices majeurs présents dans le site. Etablissement d’une fortification d’ensemble, de même peut-être en rive droite, ici appuyée sur le château.

191Phase V : Lotissement 4d, et lotissement partiel de la place 4a.

192Phase VI : Etablissement de la clôture attestée au XVIIIe siècle, excluant le secteur peut-être auparavant protégé de la rive droite, et probablement en léger retrait au sud-ouest. En deuxième temps, des ouvrages avancés ont été édifiés, au devant des portes donnant sur les ponts en rive droite de la Risle, et au sud-ouest. Les rues de contrescarpe 6a sont alors établies.

2. Formation et évolution de l’espace urbain (Fig. 17)

A. Le haut Moyen Age

193Le site de Pont-Audemer apparaît avec deux composantes au haut Moyen Age. En 715, on mentionne, à l’occasion de la confirmation par Dagobert II d’une donation de Childebert III à l’abbaye de Fontenelle, la via publica quae dicitur ad Duos Pontes (Gesta Fontanellensis, 29). Le contexte laisse penser avec une probabilité raisonnable que le site ainsi dénommé est celui de la ville de Pont-Audemer, point de traversée de la vallée de la Risle par une voie antique conduisant de Lillebonne et Caudebec-en-Caux à Lisieux (Saforge 1969). Les dédicaces des lieux de culte les plus anciens à apparaître dans les sources, Saint-Ouen et Saint-Germain, et le nom même d’Audomar, associé à pont dans le toponyme, sont vraisemblablement d’autres indices de l’ancienneté d’une occupation le long de cette voie de traversée de la vallée de la Risle, la dernière avant la mer. Ces noms sont probablement antérieurs à la période normande, qui n’a pas laissé des traces très profondes de ce point de vue dans l’entourage immédiat de Pont-Audemer, mais est bien présente dans une périphérie plus lointaine. La deuxième composante, correspondant à l’abbaye de Préaux, serait localisée là où le testament d’Anségise abbé de Fontenelle, en 829, cite un monasterium (Gesta Fontanellensis, 112). Les textes nous donnent donc de rares informations, qui ne sont cependant pas étayées par des données archéologiques (Fig. 17a).

B. La première urbanisation de Pont-Audemer au XIe siècle

194Les sources sont beaucoup plus nombreuses pour le XIe siècle. Tout d’abord, l’église de Pont-Audemer est donnée à l’abbaye de Fécamp, en 1025 (Fauroux 1961, n° 34). Il s’agit certainement de Saint-Ouen. Puis, le développement d’une urbanisation sur le site de la ville de Pont-Audemer et la création des abbayes Saint-Pierre et Saint-léger dans un vallon proche de 5 km, à Préaux, apparaissent associés. Pont-Audemer est pour la première fois citée lors de la fondation de l’abbaye d’hommes Saint-Pierre de Préaux, en 1034-35, par Honfroi de Vieilles. En effet, elle reçoit en dotation tous ses biens dans la villa Pratelli, excepté son dominium Pontis-Audomari, ou encore sauf le mercatum nomine Audimeri Pontis, qu’on peut identifier avec la structure 1a avant son remodelage supposé (ADE H 711, f° 33 v°, 97 r° ; Fauroux 1961, n° 94). Le site est certainement « le port de mer, où la Risle rapidement rejoint un pont » (le portus maris... ubi rapide pontum Risela petit), qu’évoque Orderic Vital à cette occasion (Orderic, III, 428). Un tonlieu est attesté dès 1034-35 (ADE H 711, f° 2 r°).

195Peu après, en 1067-87 (ADE H 711 f° 114 v°), il existe à Pont-Audemer plusieurs églises, qui sont alors données par Robert et Roger de Beaumont à l’abbaye de Préaux. Dans une confirmation du pape Innocent, probablement en 1132, elles sont nommées Saint-Germain et Saint-Ouen (ADE H 711, f° 5 r°). Dès le règne de Guillaume le Conquérant, la possession de ces églises est un enjeu économique important, revendiqué avec force par les moines de Préaux, qui en voient un moment le bénéfice détourné au profit d’un clerc nommé Hugo Turulfi filius, suite à une décision unilatérale de l’abbé (ADE H 711, f° 97 r°).

  • 24 A ceci près que la façade de l’église Saint-Ouen fut par la suite, à la fin du XVe siècle, reconst (...)

196Ces éléments suggèrent un développement du site dans le courant de la deuxième moitié du XIe siècle, après une fondation du premier noyau urbain vers 1034-35, date à laquelle apparaît le marché, probablement à côté d’un lieu de culte préexistant, Saint-Ouen. En effet, nul autre marché que celui qui jouxte cette église n’est attesté avant le siècle suivant. Les structures 1a à 1d sont, suivant ce raisonnement, probablement en place dès cette époque, du moins pour le côté est de la place. En effet, il est possible que le côté ouest, que sa morphologie rattache à 3, ait été modifié par la suite en fonction de 4. Nous verrons plus loin dans quelles possibles circonstances. A l’origine, la place de marché a pu être formée par un simple élargissement du chemin de traversée de la vallée, dont le côté sud n’aurait, donc, pas sensiblement bougé24. Le pont sur la Risle est mentionné par Orderic, on l’a vu, il l’est à nouveau dans un acte datable d’entre 1166 et 1204 (ADE H 711, f° 44 r°). Le lotissement If est à l’emplacement d’une poissonnerie attestée au XVIe siècle, en bordure de la Risle (Canel 1835, 265) (Fig. 17b).

C. La réorganisation du tournant des XIe-XIIe siècles, l’extension à l’ouest du noyau initial

197Il y a peu de sources directes sur la mise en place des ensembles de tracés 2 et 3, mais il est cependant possible d’en cerner la datation au travers d’éléments indirects. Pour ce faire, nous disposons d’une part de la première mention des éléments qui les composent, d’autre part des datations relatives impliquées par les rapports morphologiques entre les tracés, et particulièrement avec les structures 4 et 7.

  • 25 Confirmation des biens de Préaux par le pape Innocent.
  • 26 La date est donnée par la présence comme témoin de Henricus filius Radulfi filius Durandi, et par (...)

198Le premier élément de l’ensemble 3 à apparaître dans les textes est l’église Notre-Dame-du-Pré, mentionnée vers 1135 sans autre précision (BMR Y 200 f° 15 r°). La paroisse n’existe avec certitude qu’en 1169, lorsqu’elle est explicitement dénommée comme telle dans une bulle d’Alexandre III (Inventaire 1779, I). Elle n’existait pas en 1132, du moins comme paroisse (ADE H 711, f° 5 r°25, 171 v°). Elle apparaît en fait comme telle probablement à la suite d’un accord passé vers 113526 entre le comte Galeran de Meulan, seigneur de la ville, et l’abbaye de Préaux, par lequel, « si de nouveau des églises étaient construites dans la dite ville, elles devront passer dans la puissance – la possession – de Saint-Pierre sans qu’il ait contestation » (si novo ecclesie in prefate villa constructe fuerint in potestatem ecclesie Sancti Petri omnium remote calumnia transeant) (ADE H 711, f° 40 r°). La rue aux Juifs est attestée à partir de la fin du XIIe siècle (1166-82), et la rue du Sépulcre, qui donne sur le chevet de Notre-Dame du Pré, en 1219 (BMR Y 200, f° 14 v° et 52 v°). Le donjon est lié à la structure qui nous occupe par un alignement probable sur la rue du Sépulcre, sans qu’on puisse dire par cette disposition lequel élément a précédé l’autre.

  • 27 Il est aussi possible, mais douteux, que la Buco vico ne soit qu’une mauvaise transcription du top (...)

199Il est peut-être possible de resserrer la fourchette de datation. Lors de la fondation du prieuré Saint-Gilles, en 1135, des actes de donation mentionnent une mansio dans la Buco vico, qui pourrait être l’extrémité sud de la rue du Sépulcre (BMR Y 200, f° 8 r°)27, dont on a vu que son prolongement vers le sud n’était probablement pas en place à l’origine (structure 3d). Cette hypothèse est renforcée par l’apparition d’un nouveau moulin au même moment, près d’un pont tout proche (BMR Y 200, f° 7 r°). Ce moulin n’est autre que le moulin Harundel, près de la planca (le pont) de la ruella Sancte Marie de Prato (BMR Y 200, f° 26 v°). Cette ruelle Sainte-Marie, où sont encore concédées 5 aree vers 1135 (BMR Y 200 f° 19 r°), n’est donc vraisemblablement autre que la rue du Sépulcre attestée en 1219, du moins sa partie sud, percée vers 1135. L’enclos supposé 3c autour de Notre-Dame du Pré est peut-être ceint encore en partie au milieu du XIIe siècle d’un mur, le murum sancte Marie de Prato, supprimé lors du percement du vicus Bucus (BMR Y 200, f° 15 r°). Ce mur, toutefois, pourrait aussi être le mur d’enceinte de la ville.

200Un peu plus tôt, les abords sud de la ville font l’objet d’un réaménagement en 1118, auquel nous allons revenir longuement par la suite. Le débouché de la rue aux Juifs lui est, du fait de sa morphologie, clairement antérieur. La fortification qui protège ce quartier à l’ouest est vraisemblablement en place lorsque l’oppidum de Pont-Audemer est cité lors d’un nouveau siège en 1123 (Leprevost, Orderic, I, 188). Dans la mesure où le mur à l’ouest de la ville est associé spatialement au château en rive droite, par un alignement des structures de part et d’autre de la Risle, il y a lieu de penser que le tracé de la fortification évoquée indirectement en 1123 est bien celui que nous connaissons de ce côté sur les plans de la ville au XVIIIe siècle. Cependant, le cadastre ancien montre que l’église Notre-Dame-du-Pré a été allongée vers l’ouest au delà d’un fossé, peut-être en liaison avec un déplacement de la ligne de fortification (voir infra). Celle-ci, en 1123, pourrait donc avoir été localisée au niveau du fossé franchi un peu plus tard par l’agrandissement de l’église ; une configuration qu’on retrouve à l’est de la ville, où un fossé est aussi présent par derrière Saint-Ouen.

  • 28 Ce fait va dans le sens d’un percement plus tardif de la rue 3d, qui évite un chœur déjà édifié, s (...)
  • 29 Ces parties sont discernables sur une gravure du XIXe siècle, Tiroir n° 8, n° 44, Bibl. Canel, Pon (...)
  • 30 1120 : Robertus noster monachus ecclesiam parrochie totam a fundamento construxit et aliam ecclesi (...)

201Les deux dénominations du lieu de culte du quartier, Notre-Dame-du-Pré, et le Sépulcre, connues à partir du XIIIe siècle, renvoient toutes deux à des événements de l’extrême fin du XIe siècle, à la prise du Sépulcre de Jérusalem pour le second, et à la recréation du prieuré Notre-Dame-du-Pré à Rouen pour le premier, en 1093 par Robert duc de Normandie, dont le comte Robert I de Meulan était très proche (Houth 1981, 31). L’activité de Pont-Audemer pendant cette période est illustrée par d’importants travaux à l’église Saint-Ouen, notamment le gros œuvre du transept et les murs latéraux du chœur, qui subsistent de nos jours (Baudot 1968, IV B 27). Avant sa destruction définitive en 1944, le bâtiment de l’église Notre-Dame-du-Pré comportait deux parties, un chœur roman et donc contemporain de l’apparition du lieu de culte dans les textes28, l’autre gothique et plus tardive29. L’activité de construction des églises de la ville et de ses abords concerne aussi à cette époque Saint-Aignan, dont la première mention est de 1101-46 (ADE H 711, f° 117 v°), Saint-Germain dont l’architecture témoigne d’une édification pour l’essentiel effectuée vers la fin du XIe siècle (Baudot 1968, IV B 27), et deux églises proches de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux30. L’église abbatiale est elle-même dédicacée le 16 novembre 1097 (GC XI, col. 837).

  • 31 Aucun élément ne permet de dater directement la mise en place des rues en rive droite de la Risle (...)
  • 32 Ce texte est une liste des revenus de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, non datée. Elle mentionne t (...)

202L’extension de la ville vers l’ouest, y compris sur la rive droite de la Risle, avec des rues en concordance et selon une composition régulière incluant le creusement de canaux nouveaux et de possibles ponts nouveaux31, est donc à placer vers l’extrême fin du XIe. Elle est probablement l’œuvre de Roger de Beaumont et de son fils Robert I de Meulan, héritier de Hugues de Meulan par sa sœur Adeline, devenue sa femme. Il est probable que ce quartier a porté, au moins en partie, le nom de Ruella, toponyme attesté sur le cadastre ancien un peu à l’aval de Pont-Audemer. L’abbaye de Préaux a possédé des droits dans ce secteur avant que l’église du Sépulcre, si l’on retient l’hypothèse d’une fondation à cette époque, soit érigée en paroisse (ADE H 711, f° 171 v°32). De même, une famille de chevaliers dépendants des Beaumont, les Harenc, y avait-elle des biens importants (BMR Y 200, f° 15 r°). L’axe majeur de la ville devient alors la rue aux Juifs, au détriment du Magnus vicus où se trouve le Marchil (BMR Y 200, f° 91 v° et 51 r°, 1221).

203Les Juifs à Pont-Audemer :

  • 33 Celle-ci doit encore 400 L. à un Juif en 1249 (Eudes, 59).
  • 34 Il est possible que le Calot connu à Rouen pour y acquérir une terre gagée en 1234, soit le même h (...)
  • 35 Le nom même de ce personnage, qu’on retrouve à Rouen et à Falaise (voir monographie), et si l’on s (...)

204La présence des Juifs est fortement attestée dans la ville, dès la première moitié du XIIe siècle. Des tossafistes (commentateurs de la Torah), comme Shemariah ben Michaël et Jacob de Pont-Audemer, y sont alors connus (Golb 1985, 151 ; 159). Après 1166, un Gillebertus filius Roberti Judei fait don d’une terre près de Notre-Dame-du-Pré à Saint-Gilles (BMR Y 200, f° 15 r°). Des Juifs sont à cette époque reçus dans la léproserie. Les Juifs sont encore présents au siècle suivant. Jean sans Terre leur doit 800 L. en 1203 (Golb 1985, 282) ; la créance de 50 L. d’un nommé Deulebenie est annulée en 1203 (RNTL 1204, 128). Vers 1210, Deus Le Croisse Dortem, de Pont-Audemer, est emprisonné au château de Paris avec trois autres juifs de villes importantes en Normandie (Cart. Normand, n° 207). En 1260, Leen de la Torete, Juif, qui des deniers au visconte changeit et en pernoit la moitié plus de change que de droit, est mentionné (Cart. Normand, n° 664). En 1247, le Juif Kalotus de Pont-Audemer doit délaisser une créance de 600 L. qu’il avait sur l’abbaye de Préaux (ADE H 711, f° 170 v°)33. La maison d’un personnage homonyme, Calot34, probablement la même personne, est vendue par le bailli de Pont-Audemer à la commune en 1267, et devient alors le noyau de la maison de ville (Canel 1835, 78)35. Cette maison était localisée rue aux Juifs (Inventaire 1779, III, 261). On n’a par la suite plus mention de Juifs. On doit supposer que les exactions exercées contre eux vers le milieu du XIIIe siècle, et les mesures édictées au concile de Pont-Audemer en 1267, ont conduit à leur départ. Le fait que la maison de ville soit au XIIIe siècle située dans la rue aux Juifs montre l’importance de cet axe. Peut-être la représentation de la communia, sur laquelle Saint-Pierre de Préaux percevait un droit avant le milieu du XIIe siècle, était-elle déjà à cette époque localisée ici (ADE H 711, f° 171 v°).

  • 36 Ces droits comprennent la possession de terres, de revenus, d’hypothèques, de biens matériels, de (...)

205Le fait que les Juifs, après des exactions en Normandie à l’occasion de la première croisade, aient fait l’objet d’une protection particulière du duc de Normandie Robert Courteheuse, puis de droits très étendus sous Henri Ier, confirmés par ses successeurs, donne un contexte favorable à la datation de ce quartier vers la fin du XIe siècle (Golb 1985, 102-3 ; 138-40)36.

  • 37 Il est dit sapiens et modestus heros par Orderic Vital (Orderic, III, 426).

206De plus, les comtes de Pont-Audemer sont associés, dès Guillaume le Conquérant, à l’exercice du pouvoir, et, à la fin du XIe siècle, à l’abbaye du Bec, dont ils furent parmi les principaux donateurs. Ainsi, vers 1093, le nouvel abbé du Bec est-il Guillaume de Beaumont, cousin de Robert de Meulan. De même, et ceci nous rapproche de l’urbanisme à Pont-Audemer, Robert de Meulan est témoin à un diplôme dans lequel Robert Courteheuse, duc de Normandie, rappelle que le prieuré Notre-Dame du Pré, à Rouen, a été placé sous l’autorité de l’abbaye du Bec. Roger de Beaumont son père, peu avant sa mort, avait donné à l’abbaye le tonlieu, le passage et la mouture des moulins à Pont-Audemer (Houth 1981, 31 ; n° 17, 42). Il est donc vraisemblable que les sources de l’urbanisme attribuable à Robert de Meulan, à Pont-Audemer, après la mort de son père Roger de Beaumont en 109537, sont normandes, et proches géographiquement (voir sur ce point le chapitre de synthèse « l’urbanisme en Normandie au Moyen Age d’après l’analyse morphologique des plans de villes ».).

207Il y a cependant une difficulté de datation de la structure 3 due aux multiples éléments qui la composent. On est conduit pour la résoudre à penser que l’extension de Pont-Audemer vers l’ouest, attestée pleinement dans les années 1130, est le fruit d’un projet de Roger de Beaumont (présence de Notre-Dame-du-Pré dans le programme, peut-être en référence au prieuré homonyme de Rouen réactivé en 1093, présence des moulins avant 1095), et d’une mise en œuvre continuée par son fils Robert, peu après sa mort en 1095 (Sépulcre peut-être en référence à la prise du Saint-Sépulcre de Jérusalem en 1099, Juifs favorisés par Robert après 1096). Si cette hypothèse est juste, la présence concomitante d’une communauté juive et d’un lieu de culte consacré pour partie au Sépulcre pourrait témoigner d’un programme urbanistique aussi réfléchi que la mise en forme du quartier telle que le plan permet de l’approcher. C’est probablement aussi à cette époque que Roger de Beaumont construit son château de Pont-Audemer, à l’instar de Beaumont (-le-Roger), où un château est évoqué dans le même texte vers 1090 (Canel 1835, 24). Les rues nouvelles établies à l’ouest du noyau initial de l’agglomération de prolongent d’ailleurs en rive droite de la Risle (Fig. 17c).

La mainmise de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux sur les abords de la ville

  • 38 Abbaye qui semble n’avoir eu que des liens très ténus avec la ville.

208Avant de pousser plus avant la description de l’évolution de la ville de Pont-Audemer, il est nécessaire d’évoquer les abords de l’agglomération. Dès la deuxième moitié du XIe siècle, l’abbaye Saint-Pierre de Préaux mène une politique active d’acquisition de droits et de biens fonciers dans la vallée de la Risle et sur les plateaux environnants. Le moyen utilisé est principalement, à l’occasion de la mort proche de chevaliers, l’échange du monachatum contre un bien donné. Ce moyen a pu être efficace parce que, créateur de Saint-Pierre et de sa voisine féminine Saint-Léger38, Honfroi de Vieilles a fini sa vie moine, de même que tous ses successeurs. Il est vrai que c’était une pratique courante à cette époque. De sorte que l’église Saint-Pierre est devenue le lieu de sépulture des comtes de Beaumont, puis de Meulan. Cette politique touche aussi les abords immédiats de la ville. Entre 1078 et 1095, Anschetillus de Campeniaco donne ainsi la dîme de Saint-Germain. Un peu plus tard, le chevalier Seibertus filius Ricerii, qui est aussi burgensis, donne sa terre de Bulgirua, qui comprend un bois et un jardin. De même, Odo filius Bernuci, sa femme et son fils donnent une terre in Burdario (ADE H 711, f° 105 r° et 113 r°). En 1106, Les limites de la « banlieue » (banlevia) de l’abbaye sont déterminées par Saint-Germain, la domus Lazarorum, Pont Giroldi, et la Foeteleie (ADE H 711, f° 115 r°). La léproserie est à identifier avec le futur hôpital Saint-Gilles, dont nous aurons l’occasion de reparler, à l’entrée sud de la ville telle que nous venons de la décrire (argument en faveur d’une absence d’urbanisation conséquente, à cette date, au sud du bras sud de la Risle). Le Pont Girould est peut-être le toponyme actuel Pont-Joli, à quelques kilomètres au sud-est de la ville sur la Risle. La Foeteleie n’a pas été identifiée, mais doit logiquement se trouver quelque part, à proximité de Pont-Audemer, vers le sud.

  • 39 En 1106, le duc Robert octroie une juridiction à Préaux sur sa banlieue, y compris l’assaut des ma (...)
  • 40 Ivonis etiam Carnotensis sultus amicitia, literas ab eo petiit ad Robertum Mellenti comitem, ubi c (...)

209En plus de sa présence aux portes de la ville, l’abbaye semble avoir créé un burgus à Préaux, entre 1067 et 1087, mais on n’en a plus de trace par la suite (ADE H 711, f° 103 v°)39. Menacé un temps par la politique très personnelle menée par l’abbé Ansfridus sous Guillaume le Conquérant, le temporel de l’abbaye bénéficie ensuite de solides appuis, comme celui que l’évêque Yves de Chartres manifeste auprès de Robert I de Meulan vers 111040.

D. La croissance à partir de 1118, puis à nouveau après 1135, et l’extension vers le sud

  • 41 Don par Anschetillus de Campiniaco filius Saffredi, sous Roger de Beaumont, avant 1095 et après 10 (...)
  • 42 Actes de Galeran II, comte de Meulan (Houth, 1981, I, 181, texte revu d’après ADE H 711, f° 115 v° (...)

210Il est un peu plus aisé de suivre l’évolution urbaine à partir de 1118. Peu de temps après la mort de son père, Galeran, qui a hérité de ses fiefs continentaux, décide de détruire des maisons dans la paroisse Saint-Germain, en Bourgerue, à la sortie sud de la ville. Il détruit, entre autres, la grange dîmière que l’abbaye Saint-Pierre y avait édifiée après en avoir reçu les droits correspondants41. L’abbé de Préaux ne fut pas sans réagir, et demanda à Galeran, devant la tombe de ses aïeux, de réparer le préjudice (ADE H 711, 115 r°-116 v°42). Il fut peu après décidé sur place de reconstruire une partie des maisons détruites. Il est intéressant de constater que celles qui furent ainsi réédiffiées ne sont pas celles dont la conservation avait été demandée par l’abbé. En particulier, la grange dîmière dut être déplacée vers l’église Saint-Germain. Il n’en est plus fait mention dans le secteur par la suite.

  • 43 Ce toponyme Bourgerue, largement attesté au XIIe siècle, suivant des graphies variables, est formé (...)

211La localisation des destructions et reconstructions, en Bourgerue43, est assurément, d’après des mentions plus récentes, celle du quartier de forme triangulaire au sud du bras sud de la Risle. On peut donc penser qu’elles président à son urbanisation sous sa forme actuelle. Il est probable que ce soit à ce moment que Galeran ait décidé d’établir la longue place triangulaire que nous avons décrite en 4a. La destruction dut avoir précisément pour but le dégagement d’une aire ménagée par l’élargissement vers l’ouest d’un axe viaire préexistant. Dans cette hypothèse, le côté est n’a pas bougé.

212Les détails de l’acte de 1118, décrivant les interventions de Galeran en Bourgerue, et l’accord passé avec Préaux, méritent qu’on l’examine plus en détail. La possibilité d’intervenir directement dans l’espace urbain est une prérogative ducale. Le comte en dispose donc par délégation du duc. Elle permet, on le voit, en cas de nécessité, l’expropriation et la modification du cadre spatial. La nécessité, dans le cas présent, n’est pas celle d’une guerre ou d’un incendie, ou de tout autre événement assimilable à un cas de force majeure, non mentionné dans l’acte, et dont nous aurions sans doute des échos dans d’autres sources. De ce fait, elle est probablement celle d’un projet de remodelage urbain. Par ailleurs, les terres en questions appartiennent pour l’essentiel à des chevaliers dépendants du comte (parfois appelés « barons » dans les textes). Les abords de la ville, d’autres textes en témoignent pour cette époque, sont alors encore largement possédés par des laïques. Il est probable que Galeran, pour mener à bien son projet, dut passer un accord avec les chevaliers concernés. Cette réalité suggère une forte implication des laïques dans le développement urbain, voire dans le lotissement des terres dans le but d’y construire des maisons, ce qu’on pouvait déjà dire de l’agrandissement vers l’ouest à la fin du XIe siècle.

  • 44 Voir à ce sujet la synthèse régionale : une forme triangulaire régulière est très improbable avant (...)
  • 45 Cette hypothèse rend cependant mal compte du débouché indirect de la rue joignant Saint-Ouen à la (...)

213Les sources renseignant sur la ville sont ensuite pratiquement muettes jusqu’à 1123-24, date de la prise et de l’incendie de la ville, puis du siège du château par Henri Ier, suite à une rébellion de Galeran. Les habitants de Pont-Audemer, réconciliés avec le roi, commencèrent ensuite à reconstruire leurs maisons, mais Galeran, à peine revenu sur place, réduisit en cendres ce qui avait été relevé (Orderic, IV, 449). En l’absence de détails supplémentaires sur ces destructions, nous en sommes réduits aux conjectures. S’agit-il d’une simple punition, ou bien d’une occasion mise à profit par Galeran pour réaliser un aménagement particulier ? En faveur de cette hypothèse, énoncée déjà par Canel au siècle dernier, peut être avancée la forme remarquablement régulière, et surtout triangulaire, de la place de marché 1. Il se pourrait que son alignement ouest ait été à l’origine plus rapproché de Saint-Ouen, et que Galeran ait mis à profit ces destructions pour le reculer, et ainsi d’une part donner une forme triangulaire équivalente à celle du marché de Bourgerue à la place, au lieu d’une disposition en forme de rue large ou plutôt de fuseau44, et d’autre part rendre le côté de la place parallèle à la rue aux Juifs45. Galeran fut ensuite pris par le roi, et emprisonné pour dix années (Guillaume de Jumièges, 296).

214Sa libération fut le prélude, on l’a vu, à une période de forte activité dans la ville. En paix avec le roi, dont il devient l’un des proches, il fonde en particulier, en 1135, le prieuré de Saint-Gilles, une léproserie localisée certainement à l’emplacement de celle qu’un texte de 1106 déjà cité évoquait. Il est doté d’un terrain en Bourgerue, et d’un certain nombre de biens dont son cartulaire rend compte (BMR Y 200). Les donations comprennent une maison « dans le Mercatorio et deux acres en dépendant à l’arrière » (BMR Y 200, f° 13 v°). Ce Mercatorium est sans aucun doute la place du marché 4a, située dans le prolongement de celle située devant l’église Saint-Ouen, 1, appelée le Marcheil. Les textes font apparaître un certain nombre de maisons dans ce secteur de la ville, dont l’urbanisation est certainement rapide à cette époque, comme en témoignent aussi des mentions de groupes de maisons, probablement des lotissements, tant à Saint-Germain, avec par exemple des tènements occupés par huit tenanciers, qu’à Notre-Dame, avec Vareas (BMR Y 200, f° 21 v° ; f° 19 r°). Les deux acres de terre (environ 1,7 ha) évoqués plus haut correspondent peut-être à l’emplacement de la structure 4d, et à une partie de l’emprise de la place plus au nord.

  • 46 Il est bien sûr possible que des proches de Galeran aient pu être chargés de la réalisation des pr (...)

215La création du quartier de Bourgerue, au sud de la ville, est donc à attribuer à Galeran à partir de 1118, mais son développement fut retardé du fait de sa rébellion contre Henri Ier, et ne prit un plein effet qu’après 113546. Vers 1141, Galeran appelle ce quartier novus burgus meus (ADE H 711, f° 39 r° ; Houth 1981, n° VIII, 83).

Le mur

  • 47 L’emploi du mot par Orderic Vital semble faire référence au château (Orderic, I, 188), alors que S (...)
  • 48 Elle est vraisemblablement localisée au nord-est de la ville, sur la route de Rouen. Le prieuré de (...)

216C’est vers cette période qu’il faut placer au plus tard la réalisation d’une enceinte autour de la nouvelle urbanisation. En effet, pendant les années 1136-38 (Houth 1981, 48-9), les Meulan sont en guerre contre leurs puissants voisins, aux fiefs centrés sur la haute vallée de la Risle, et alliés au comte d’Anjou, les Tosny. La fortification est attestée en général par le mot d’oppidum se référant à 112347, et peut-être en détail par la mention du « mur de Sainte-Marie du Pré », vers le milieu du XIIe siècle (cf. supra, BMR Y 200, f° 15 r°). Elle est aussi présente en rive droite au XIIe siècle, dans un quartier peu évoqué dans les textes, celui de Saint-Aignan, sous la forme d’une « terre près de la poterne », à proximité du château, et de la « porte de Corneville »48 (BMR Y 200, f° 15 r°). Il faut attendre 1260 pour que soit évoquée la porte des Molins, au sud-est de la ville (BMR ms. Martainville Y 94, f° 90 v°).

  • 49 De Gisleberto Formentin XL s. de fossatis de Ponte Audomari « pour les fossés de Pont-Audemer ». L (...)

217La longueur totale de l’ouvrage n’est pas connue avec précision, mais peut être approchée par le montant de la ferme des fossés, 40 sous, dus en 1198 par Gislebertus Formentin, qui permet de l’estimer à environ 2 000 m, en concordance avec les structures 5c et 6 (MRSN 1198, 62)49.

218De ce côté de la ville, la clôture de la ville est certainement appuyée sur le château, mentionné Chastel sur le cadastre du XIXe siècle. Les éléments parcellaires décrits en 5 en témoignent. Par ailleurs, un plan de 1757 localise de ce côté une porte de Rouen au nord-est, probablement à l’emplacement de la porte de Corneville, une porte de Saint-Mards, vers le nord-ouest, et une porte de Quillebeuf, vers le nord (Bibl. Canel, Pont-Audemer). Il ne s’agit à l’évidence pas, ou plus, à cette époque, de structures fortifiées, mais de simples barrières. Ces localisations sont cohérentes avec les tracés 5c, sans cependant qu’il soit possible de trancher entre une position d’escarpe ou de contrescarpe.

219On peut conclure sur une fortification étendue aux deux parties de la ville, en rives nord et sud de la Risle, et incluant le quartier de Bourgerue. De ce côté, il semble que l’enceinte pouvait former une pointe plus avancée vers le sud, ce que suggèrent le tracé 6b sud, et un texte de 1480, qui évoque une maison assise en Bourgerue, l’en dit que l’eritage sur quoy elle seoit a esté pris en la fortiffication (Bibl. Canel, Pont-Audemer, Hôpital, Registre de rentes de 1480, n° 2).

220L’ensemble couvrait environ 28,5 ha. La nature exacte de l’ouvrage est mal connue, faute de fouilles et de textes explicites. Il est possible que la partie centrale de la ville, placée entre deux bras de la Risle, et formant une « île » (ADE 7 H 711, f° 39 r°), était au moins en partie protégée dès la fin du XIe siècle par des fossés en eau, bien repérables sur le plan, voire un étang à l’amont, comme il est indiqué sur le cadastre ancien. La clôture en rive droite est peut-être le « palis du château » mentionné en 1195 (MRSN 1195, 63). La fortification était encore en usage au XIVe siècle (ADE H 1313) (Fig. 17d).

L’économie à Pont-Audemer au XIIe siècle et au début du XIIIe

  • 50 Le contexte de cette guerre est la succession de Henri Ier en Normandie, disputée entre le roi Eti (...)

221En 1123, Orderic Vital qualifie la ville de « très grande et très riche » (Orderic, IV, 449). La richesse des sources permet d’esquisser la nature des activités économiques pratiquées. L’une des plus importantes d’entre elles est vraisemblablement la pêche, et particulièrement celle du hareng. On en a trace dans le nom d’un fief voisin juste à l’aval de la ville (ADE H 711, f° 38 r°), et surtout dans un tarif de droits à acquitter par les commerçants de Pont-Audemer, de la fin du XIIe siècle, qui concerne le millier de harengs (BMR Y 200, f° 89 v°-90 r°). La mesure d’un millier de harengs se retrouve dans l’octroi à un certain nombre d’établissements religieux par les comtes de Meulan de quotas à prélever sur la prévôté de la ville. Ces dons dessinent la carte des établissements fondés par les comtes ou localisés dans leurs domaines. Ils esquissent aussi, par leur localisation, un réseau d’échanges centré sur la vallée de la Risle. La rivière, navigable sur une partie de son cours par de petites embarcations, conditionnait fortement ces échanges (voir fig. 18). Il n’est dès lors guère surprenant que les fiefs des Beaumont, puis des Tosny, aient été en partie constitués autour de la vallée, et même que l’enjeu économique des villes s’égrenant sur son cours ait contribué à la guerre qui les a opposés en 1136, puis en 1138 (Houth 1981, 48-9)50. Un des moyens pour éviter que le conflit reprenne fut, pour Galeran de Meulan, de donner après 1141 à Robert de Neubourg un tiers du revenu des moulins de Pont-Audemer, soit 18 L., et surtout 300 L. à prélever annuellement sur le domaine de la ville (la prévôté), en l’échange de son inféodation et du droit d’usage de son château (ADE H 711, f° 39 r°).

  • 51 En 1182-90, Robert de Meulan donne à l’église Notre-Dame de l’Estrée une mesure de sel à prendre s (...)

222Il est possible que le conditionnement du hareng ait conduit à un développement des activités liées au sel. Ici aussi, l’abbaye Saint-Pierre de Préaux est impliquée, puisqu’elle reçoit entre 1066 et 1087 une saline, donnée par un baron de l’entourage des Beaumont (ADE H 711, f° 144 r°). Le tarif déjà évoqué prévoit une taxe par mesure de sel51, et une rue Salarius ou Sannarius, à Saint-Aignan, est attestée au début du XIIIe siècle, et en 1255-56 (BMR Y 200 f° 52 r° ; Cart. Normand, n° 1189). En rive droite de la Risle, sa localisation permet sans doute de localiser le port. Un commerce du vin, en partie octroyé par Galeran à l’abbaye du Valasse, était aussi localisé dans cette rue (Cart. Normand, n° 1189).

223D’autres activités sont connues par des mentions plus rares, comme celle de la pêche des saumons de la Risle, en 1135, ou de la chasse aux cygnes entre 1166 et 1204. Ce sont des droits comtaux (ADE H 711, f° 40 v° ; f° 43 v°). C’est le cas encore de l’élaboration des textiles et du cuir, attestée par, dès 1135, la mention de moulins Tanereix et Folereix, à fouler et à tanner. Ces derniers accompagnent la modification introduite dans le quartier Bourgerue par la création du prieuré Saint-Gilles (ADE H 711, f° 40 r° ; BMR Y 200, f° 9 v°). Enfin, les forgerons étaient nombreux dans la paroisse Saint-Germain dès le milieu du XIIe siècle, tirant profit des nombreux petits cours d’eau qui parcouraient l’espace entre l’église et la ville. On les connaît notamment du fait de cessions par des chevaliers à l’abbaye de Préaux (ADE H 711, f° 113 r°, 116 v°, 117 r°). Ils furent certainement un enjeu dans la lutte menée par l’abbaye pour disposer de plus de contrôle sur la ville, et sur ses revenus. Un vicus Fabrorum est connu à Saint-Germain en 1230 (BMR Y 200, f° 100 v°).

  • 52 La halle est, si ce n’est encore en place, du moins avec une configuration identique en 1692, date (...)
  • 53 Concedimus burgensibus nostris de Ponte-Audomari ut faciant halas apud Ponte-Audomari ubi melius p (...)

224On a vu qu’au marché du début du XIe siècle, le Marcheil, avait été adjointe, vraisemblablement à partir de 1118, une seconde place de même vocation, le Mercatorium. Les stalles du Marcheil sont attestées en 1155. Vers 1250, puis en 1329, celles qui sont possédées par Préaux occupent 13 emplacements, soit 6,5 postees (Cart. Normand, n° 87 ; ADE H 711, f° 176 r° et 176 r°)52. La halle du marché de Bourgerue est une construction plus tardive, autorisée en 1223-4 par Louis VIII53. La dîme qui y est perçue est évoquée peu de temps après (ADE 7 H 711, f° 92 r°). Cette halle nouvelle était au moins pour partie une halle aux blés, une Blaerie (BMR ms. Martainville Y 94, f° 90 v°). La halle ancienne est celle de la boucherie (ADE 7 H 710). En sus des marchés, deux foires sont connues, une foire comtale, à l’époque de Galeran (ADE H 711, f° 116 r°), et une foire de 3 jours octroyée au prieuré Saint-Gilles lors de sa création, par le roi Henri Ier, en 1135 (BMR Y 200, f° 17 v°).

  • 54 Il s’agit ici certainement de Southampton, ce qui suggère une ligne de trafic qui, d’ailleurs, n’a (...)
  • 55 gazeau 1988.

225Les liens avec l’Angleterre, bien attestés pour ce qui est des comtes de la ville, qui passent une part importante de leur temps Outre-Manche à partir du règne de Guillaume-le-Conquérant jusqu’à Henri II, sont aussi connus commercialement. Ainsi, le tarif de la fin du XIIe siècle prévoit-il des bateaux chargés de harengs en provenance d’Angleterre, et, plus simplement, « si un navire vient d’Angleterre dans la Risle »... (BMR Y 200, f° 89 v°-90 r°). Des Anglais résidaient dans la ville, comme ce Rogerus de Hanton54, un agent du comte chargé des transactions trans-Manche55, dont on mentionne la maison au milieu du XIIe siècle (BMR Y 200, f° 9 v°).

226On a vu que les Juifs de la ville avaient un rôle majeur comme banquiers. Des bourgeois aussi assuraient ce service, ainsi pour un prêt de 500 L. à l’abbé de Caen en 1195, ou pour un emprunt royal en 1198 (en fait vraisemblablement une taxe), auquel les trois plus gros contributeurs apportent chacun 90 L., un niveau qui place les grands bourgeois de Pont-Audemer parmi les plus riches en Normandie (MRSN 1195, 64 ; MRSN 1198, 65).

  • 56 Cet emprunt de 200 L., destiné à des travaux au château de Beaumont, s’adresse aussi aux Juifs de (...)

227Cette économie, que tous les indices montrent très prospère au XIIe siècle, a conduit au développement d’un corps urbain assez précocement. On a vu que vers les années 1130 une communa était présente. On n’en sait malheureusement pas plus à son sujet. De cette réalité témoignent d’autres sources, comme celle qui mentionne les legitimi homines de Pont-Audemer, entre 1166 et 1204 (ADE H 711, f° 44 r°). En 1204, c’est aux probi homines que le roi Jean fait un emprunt (RNTL 1204, 114)56. De sorte qu’en 1204, Philippe-Auguste, lorsqu’il confirme la commune de Pont-Audemer, ne fait qu’entériner une situation probablement présente d’ancienneté (Cart. Normand, n° 77). Les maires et pairs de la commune sont ensuite souvent cités, du moins au XIIIe siècle, de même que les bourgeois, dont les mentions depuis le XIIe siècle abondent. La ville, en 1204, comptait probablement 1600 feux, d’après un compte de monnéage, soit une population de peut-être 7-8000 habitants (RNTL 1204, 124).

228La richesse de la ville ne fut pas sans susciter des convoitises, comme en témoignait déjà au XIe siècle la question des églises. On a trace à plusieurs reprises d’exactions, ainsi sous Galeran, lorsque Raoul fils Durand doit apporter à l’abbaye Saint-Pierre de Préaux un droit non versé sur la foire (ADE H 711, f° 116 r°) ; ou sous Robert II, entre 1166 et 1204, lorsque les prévôts détournent une part des revenus destinés à l’abbaye (ADE H 711, f° 36 r°). Vers 1275, un procès est intenté contre Jean de Nevi, le vicomte de la ville, qui avait extorqué 100 sous aux maires Raoul Gaidre et Jean Ginart (Cart. Normand, n° 1229).

Les agents du développement urbain entre la fin du XIe siècle et les années 1130

229On a vu quel pouvait avoir été le rôle des comtes tenant la ville dans son développement. Leur formation et le milieu culturel feront l’objet d’un développement particulier dans le cadre du chapitre de synthèse sur la formation des villes en Normandie. Il faut aussi revenir sur le rôle à nouveau joué par l’abbaye de Préaux dans le courant du XIIe siècle.

230Sous Galeran de Meulan, l’homme clé paraît avoir été Raoul fils de Durand, un chevalier, qui, suivant l’acte de 1118 déjà mentionné, lui a conseillé de procéder aux destructions dont nous sommes informés. Cet homme n’est pas inconnu, il est chargé par Galeran, peu après 1118, d’une mission auprès de l’abbaye de Préaux, à laquelle, peu avant sa mort, il donne pro suo monachatu le fief Harenc dans la Ruelle (ADE 7 H 711, f° 116 r° et 38 r°). Il semble, en ayant ainsi eu des droits dans ce secteur de la ville, avoir été impliqué dans son agrandissement vers l’ouest, près de Notre-Dame. Lors du siège du château de Pont-Audemer en 1123, il est probablement le commandant du château (Leprevost, Orderic, IV, 450). Son fils Henri de Pont-Audemer, connu à partir des environs de 1130, eut des fonctions importantes auprès de Galeran, puis de Henri II, mais on n’a pas de détails sur ce dont il fut précisément chargé (Leprevost, Orderic, IV, 448 ; ADE 7 H 711 f° 38 r°, 39 r°, 40 r°). La présence auprès du comte d’hommes compétents du point de vue militaire est encore attestée par la mention, parmi les témoins d’actes antérieurs à la mort de Galeran en 1166, d’un Hunfridus Lengigneor (Houth 1981, n° XII-XIII, 84-86). Les textes nous donnent donc quelques indications sur l’entourage du comte, sans cependant résoudre complètement la question. La maîtrise d’œuvre de l’agrandissement vers Notre-Dame-du-Pré et celle du quartier de Bourgerue pourraient avoir été assurées par Raoul fils Durand.

E. La ville arrêtée, fin XIIe-XIVe siècles

  • 57 C’est la mention la plus ancienne d’une largeur à respecter pour une voie que j’ai rencontrée.
  • 58 BMR ms. Martainville Y 94, f° 90 v° : et touz icelz qui en tiennent entre la Blaerie et la porte d (...)

231Après la phase de vive croissance de Pont-Audemer sous Galeran, on assiste à une stagnation de l’étendue urbanisée. La seule opération de lotissement qui soit attribuable à la fin du XIIe siècle est la structure parcellaire au sud de 4d. C’est probablement cette structure qui est évoquée dans un acte du comte Robert de Meulan à la fin du XIIe siècle, qui récapitule un certain nombre de donations faites au prieuré Saint-Gilles, dont une « une rue libre de 12 pieds de largeur descendant de la rue Royale vers leur jardin…que leur a donnée Hugues Harenc, en échange de la part de ces frères de 3 aires de terre près de leur maison » (BMR Y 200, f° 15 r°). La ruelle de 12 pieds est bien présente sur le plan57. Le terrain correspondant était donc à l’origine certainement une propriété du prieuré Saint-Gilles. Encore au XVIIIe siècle l’hôpital perçoit la majeure partie des rentes concernées (ADE C 294). Le lotissement de la bande de terre longeant le bras sud de la Risle de ce côte, face à 4d, pourrait dater de la même époque. Il est en place en 1260, date à laquelle le roi y perçoit tous les cens58. Ce lotissement est peut-être à lier à la construction de la halle autorisée par Louis-VIII en 1223-24, qui a pu induire un nouveau développement du quartier.

232L’évolution que connaît la ville au XIIIe siècle est contrastée. La situation économique pourrait s’être stabilisée, voire détériorée. On constate un regain des prétentions de l’abbaye de Préaux. Les structures politiques et administratives se figent selon un modèle commun à de nombreuses villes du royaume.

La situation économique

  • 59 La source est datable par la liste des établissements religieux bénéficiaires de dons comtaux à pr (...)

233Le montant des revenus de la prévôté est un indicateur pour lequel plusieurs valeurs sont connues aux XIIe et XIIIe siècles. La plus ancienne concerne le don fait par Galeran à Robert de Neubourg, vers 1141, de 300 L. à prendre annuellement sur ce revenu, que ce dernier croisse ou décroisse (ADE H 711, f° 39 r°-v°). Ce même revenu, perçu par l’héritier de Robert de Neubourg vers la fin du siècle, est de 268 L. (BMR Y 200, f° 89 v°)59. Le montant total du revenu de la prévôté nous est donné par le montant de sa dîme hebdomadaire donnée par Galeran à l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, soit entre 1118 et 1166, qui se monte vers le milieu du siècle à 60 L. (ADE H 711, f° 2 v° et 207 v°). Galeran avait donc probablement donné la moitié de ce revenu à Robert de Neubourg. La baisse du revenu de la prévôté serait ainsi d’environ 10 % entre vers 1141 (montant total de 600 L., plus 54 L. pour les moulins) et la fin du siècle (environ 534 + 54 L.). Pour la suite, la construction de nouvelles halles a pu conduire à un surcroît d’activité. Elle peut aussi être attribuée, avec une confirmation de la commune en 1224 (ADE H 711 f° 165 r°), à une politique de Louis VIII en faveur de certaines villes normandes déjà identifiée à Rouen (Gauthiez 1991, I, 241). En 1260, le revenu total de la ferme de la prévôté se monte à 7 L. 10 s. par semaine pour le marché, soit 390 L. par an, en sus de 140 L. pour les moulins, pour un total de 530 L. (BMR ms Martainville Y94, f° 90 r°). En 1284, à l’occasion d’une confirmation par le roi Philippe de certains droits des bourgeois et de la cession de certains autres, la ferme de la prévôté dans son ensemble est concédée pour 400 L. annuelles (ADE H 711 f° 165 r°). Le niveau d’activité, si l’on suit ce montant, qui ne paraît pas avoir été sous-évalué par le roi, a baissé continûment, d’abord lentement, 10 %, entre le milieu et la fin du XIIe siècle, puis encore de 10 % entre cette période et 1260 (- 25 % pour le seul marché). La baisse qui intervient entre 1260 et 1284, 25 %, est plus marquée, et touche certainement aussi les moulins. Au total, la ferme de la prévôté de Pont-Audemer a donc perdu 40 % de sa valeur depuis le milieu du XIIe siècle (plus de 50 % pour le seul marché). On peut penser que cette chute est associée à une réduction de la population de la ville.

  • 60 Comme le laissent penser aussi les biens importants que l’abbaye Saint-Pierre de Préaux possédait (...)
  • 61 Le rôle de l’Echiquier de cette année comporte un article : « pour la réparation de la grande sall (...)
  • 62 Un Pierre de Meulan, petit-neveu de Galeran, possède toutefois encore des biens à Pont-Audemer ver (...)
  • 63 En 1257, 1259, 1260, 1265, 1267, (Eudes, 286 ; 356 ; 388 ; 526 ; 586).

234Les causes de ce déclin sont à chercher principalement dans la rupture des liens avec l’Angleterre, produite par l’annexion de la Normandie par Philippe-Auguste en 1204. Les possessions de la famille des Meulan de part et d’autre de la Manche sont alors disjointes, et sans doute les liens économiques qui les reliaient60. L’affaiblissement de l’économie urbaine, cependant, intervient avant cette date. Les biens de Robert de Meulan en Normandie sont cédés à Jean sans Terre en 1203 (Houth 1981, n° 131, 133), et le château de Pont-Audemer avant 119561. Ils tombent dans le domaine royal français une fois la conquête achevée. Robert de Meulan mourra peu de temps après (Houth, 1981, 97-98)62. La déconnexion de la Normandie et de l’Angleterre a probablement nui aux activités des Juifs, qui sont aussi l’objet, à partir du milieu du XIIIe siècle, de décisions qui conduiront, en 1306, à leur éviction du royaume. Il n’est pas innocent, à cet égard, qu’à l’occasion des nombreux conciles provinciaux tenus par l’archevêque de Rouen à Pont-Audemer, à Saint-Ouen ou à Saint-Aignan63, les Juifs aient fait l’objet de mesures particulières. Le 5 septembre 1257, il est interdit aux chrétiens de travailler pour des Juifs chez eux, et ces derniers sont obligés de porter un signe distinctif (Eudes, 287 ; 388). Ces mesures sont réitérées au concile du 26 janvier 1260 (Eudes, 388). La maison fieffée par le roi en 1282, rue aux Juifs, est vraisemblablement un bien usurpé (Cart. Normand, n° 1000).

235Malgré un contexte qui n’évolue pas favorablement, la ville reste assez active. On le voit à la croissance des revenus tirés des moulins au début du XIIIe siècle, ou au fait que la commune finance des représentants pro negocio ville à Rouen et Paris en 1260 (Cart. Normand, n° 648). C’est toujours une ville maritime importante en 1340, quand elle contribue pour 5 navires à la bataille de l’Ecluse, soit autant que Cherbourg, et seulement deux de moins que Rouen (Leprévost 1864, 553).

La croissance de l’influence de l’église sur la ville

  • 64 L’église est en reconstruction vers 1290 (ADE H 342). La substitution du nom de Saint-Gilles par S (...)
  • 65 Le prieuré est placé sous l’autorité de l’abbaye de Saint-Vincent du Bois à Chartres, puis transfo (...)

236Il semble que les comtes, dès Robert I de Beaumont, aient cherché à mettre en place à Pont-Audemer et dans sa région une influence faisant contrepoids à celle de l’abbaye de Préaux. La destruction de la grange dîmière de Bourgerue, en 1118, est à la fois le prélude à une opération d’agrandissement urbain, et une tentative de rompre l’encerclement de la ville petit à petit mené par Préaux au travers d’incitations au don de biens fonciers en échange du monachatum. L’abbaye a pu réussir, peu après, à obtenir que Notre-Dame-du-Pré lui soit donnée, et pourtant, on peut faire l’hypothèse qu’à l’exemple de l’église homonyme de Rouen, Robert puis Galeran de Meulan souhaitaient en faire un prieuré. C’est ce que Galeran réussira à faire, au faîte de sa puissance, en 1135, à Saint-Gilles. La réussite de ce prieuré, pour lequel il faut tout de même en 1150-53 demander une confirmation des biens à l’archevêque, puis au pape, n’est cependant pas assurée sur le long terme (Houth 1981, n° 39, 38 ; n° 89, 79). De fait, il n’est plus question de Saint-Gilles en 1214, mais d’un hôpital Saint-Jean, aussi appelé Maison Dex (BMR Y200, f° 50 v°-25 v° ; ADE H 711, f° 15 v°)64. Guère plus de réussite avec la fondation de la collégiale de Corneville, à quelques kilomètres à l’amont, sur la Risle, par Galeran et son neveu Gilbert de Corneville65, avant 1143 (Houth 1981, 52).

  • 66 La politique de l’abbaye comprend encore à cette époque des défrichements, comme celui de 10 acres (...)
  • 67 La valeur de ce marché était évaluée à 78 L. en 1260, ce qui peut correspondre à un revenu annuel (...)

237Le monopole religieux de l’abbaye de Préaux sur la ville sera définitivement acquis sous Robert, qui succède à Galeran à sa mort en 1166. Elle se voit même donner un bénéfice sur Saint-Gilles (ADE H 711, f° 7 r°). En fait, la principale source historique sur la ville, le cartulaire de Préaux, a probablement été rédigée pour fixer les droits acquis à Pont-Audemer et dans ses environs par l’abbaye bénédictine. La date de cette rédaction, entre 1224-27 et 1234, sous l’abbatiat de Bernard de Combon, est celle de son apogée (GC XI, col. 839)66. En 1257, Louis IX octroie à Saint-Pierre de Préaux le droit d’établir un marché (GC XI, col. 835)67. Robert II de Meulan ne fut pas en reste auprès d’autres abbayes, en les dotant de divers biens, mais aussi de maisons à Pont-Audemer. En bénéficièrent le Bec et Lyre entre 1166 et 1182 (Houth 1981, n° 45-46, 113-14), le Valasse en 1185-87 (ADSM 18 H 28), ou encore Bonport à sa création en 1197 (ADE H 220).

  • 68 Cette installation est donc probablement contemporaine de celle de Rouen (Gauthiez 1991, I, 272).
  • 69 D’après Trésor Des Chartes, reg. 56, n° 428.
  • 70 En 1261, 1266, 1269, 1270, 1279, 1305, 1321... (Canel 1835, 77). Voir aussi note 63.

238L’évolution de Pont-Audemer, une fois devenue domaine royal, est commune à d’autres villes du royaume. Les Templiers s’y installent à la fin du XIIe siècle (Leprévost 1864, II, 557). Un ordre mendiant, les Carmes, s’y implante relativement tardivement, au début du XIVe siècle (Canel 1835, 79)68. Leur vaste terrain à Saint-Aignan, contre le rempart, est amorti par le roi en 1318 (Leprévost 1864, II, 566)69. Préaux, à n’en pas douter, dut s’opposer à ces nouveaux venus. L’importance économique de la ville, enfin, est reconnue dans sa situation hiérarchique. Elle est en 1260 à la tête d’une vicomté qui comprend les sergenteries de Brionne (dont Beaumont-le-Roger), Montfort-sur-Risle, de Roumois, de Quillebeuf, d’Espaigne, du Mesnil et de la Londe, soit le cœur des anciens domaines des Meulan en Normandie (BMR Martainville Y 94, f° 43-98). Cette circonscription est presque complètement comprise entre Risle et Seine, jusqu’aux abords de Rouen à l’est, avec Elbeuf. Elle n’était encore en 1224 qu’un doyenné (ADE H 711, f° 21 v°). En 1246, sans qu’on sache à quelle date le changement est intervenu, c’est un archidiaconé (ADE H 711, f° 170 v°). La ville comporte quatre paroisses (RHF Pouillés, II, II, 7, 255). C’est dans la seconde moitié du XIIIe siècle, certainement du fait de sa position centrale en Normandie, un lieu souvent retenu pour réunir des conciles provinciaux70.

L’état d’abandon du système de défense au XIVe siècle

  • 71 La liste du 10 octobre 1419, très complète, concerne 67 sites (n° 675).
  • 72 Dans ce contexte, les biens fonciers anglais de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux sont cédés entre 1 (...)
  • 73 Les derniers éléments subsistant en élévation du château durent disparaître peu de temps après la (...)

239De l’histoire de Pont-Audemer avant la grande peste de 1346 et le début de la guerre de Cent Ans, il y a peu à dire. Il semble qu’elle continue son lent déclin. Déjà au XIIIe siècle, le château est peu entretenu. Vers 1260, une enquête est conduite contre le vicomte, qui a fet du chastel du Pont Audemer estables a pors et a vaches, et pourtant ce même vicomte y siège pour mener son enquête, cette même année, sur les revenus du roi (Cart. Normand, n° 664 ; BMR Martainville Y 94, f° 174 r°). Elle n’est pas au nombre des villes dont on décide en 1346 ou après la mise en défense, et sa population n’a pas d’elle-même demandé ce droit. En 1384, les religieuses de l’abbaye Saint-Léger de Préaux acquièrent une maison en ville par telle condition que sy ladicte ville de Pont-Audemer estoit enforchie par le temps advenir, lesdittes religieuses pourraient aller demourer en ladicte maison (ADE H 1313) : l’enceinte n’est plus un refuge solide à cette époque, du fait des graves dommages subies lors d’un siège par Du Guesclin en 1378, pendant lequel le château, les murs et les tours avaient été ruinés, (Canel 1835, 92-93). Le déclin s’est ensuite accéléré. Prise fin 1417 par les Anglais, Pont-Audemer ne fait pas partie, en 1419, des châteaux et villes fortifiées entretenus par l’occupant en Normandie (Rôles, n° 648, n° 675)71. Au vu de l’importance antérieure de la ville, cette situation est surprenante. Il n’est pas possible encore de faire la part des guerres et des épidémies dans ses causes. Cependant, un certain délaissement de la part de l’autorité royale, dont elle dépendait, est perceptible dès le XIIIe siècle. Il venait s’ajouter à la disparition d’un puissant patron, le comte de Meulan, à l’affaiblissement des relations avec l’Angleterre72, à la disparition des Juifs. En 1448, peu avant la reprise de la ville par la France, elle est dite place et forteresse (ADE II F 4069), mais il semble que l’expression renvoie plus alors à un statut traditionnel qu’à une réalité physique73.

F. Le renouveau urbain de la fin du XVe siècle

  • 74 Cet inventaire manuscrit, d’un grand intérêt du fait de son niveau de détail, ne renvoie cependant (...)

240Peu après la reprise de la ville aux Anglais (8 août 1449), le 5 septembre, le roi accorde une exemption de taille pour 6 ans jusques à n’agueres que ladicte ville par le comte de Dunois et autres nos gens de guerre par puissance et d’assaut a été prise sur eux (les Anglais) et réduite en notre obéissance ; et que à l’occasion de ladicte prise et de certain feu bouté et mis en aucunes parties de ladicte ville pendant ledict assaut lesdits suppliants ont perdu tout leur vaillant ; et parties de leurs maisons arses et brûlées... Par quoi sont demeurés comme du tout détruits et la ville tellement diminuée qu’elle est en voye de tourner à ruine. Requerant que pour leur aider à eux remettre sus et eviter qu’ils n’aient cause d’abandonner icelle ville et que par ce moyen elle demeure inhabitée nous plaise les exempter et affranchir... et à ce que qui se pouroient être absentés de ladicte ville y retournent plus volontiers (Inventaire 1779, I, 15-16)74.

241La récupération semble avoir été rapide. Une nouvelle exemption de taille est octroyée en 1455 pour réparer les remparts (Inventaire 1779, I, 17-19). Dans un premier temps, les ouvrages sont de bois, ce qui montre l’état de dégradation du système de défense antérieur. Ils sont peu à peu, entre 1464 et la fin du siècle, remplacés par des structures de pierre. Des compléments sont, dans un troisième temps, apportés aux portes, sous la forme de grosses tours ou de boulevards (Inventaire 1779, I, 23-119). Toutefois, le repeuplement de la ville apparaît encore timide en 1473, date à laquelle le roi ordonne de raser les faubourgs. Le montant des revenus de la prévôté, 286 L. 11 s. en 1477 (Fawtier 1930, 265), est encore à ce moment très faible par rapport à son sommet du XIIe siècle. Les mesures initiées par le roi ne furent en fait suivies d’effet qu’en 1481, quand des lettres patentes nous apprennent que ladite ville qui etoit fort depopulée... Nous (le roi) avons ordonné ladite ville estre fortifiée, et les maisons des fauxbourgs jusques à un grand trait d’arc loin de l’enclos d’icelle estre abattues, et avons ordonné mettre et ediffier les maisons des fauxbourgs de ladite ville au dedans l’enclos d’icelle pour icelle peupler et habituer de maisons (Inventaire 1779, I, 70-71).

  • 75 En 1489-90, les maîtres maçons de l’œuvre d’icelle se retiroient dans une des chambres de l’hôtel (...)
  • 76 Inventaire 1779, I, 39-40. Ils étaient implantés depuis 1471 dans le faubourg.
  • 77 Comme la structure 8b ou la ruelle parcourant la parcelle de l’actuel musée Canel.

242C’est un programme d’urbanisme d’une certaine ampleur qui est alors mis en œuvre. En parallèle à l’achèvement des fortifications, le long desquelles, à l’extérieur, on ménage un chemin de 24 pieds de largeur, qui correspond aux tracés 6a (Inventaire 1779, I, 89), on refait les chaussées des rues de l’intra-muros, impraticables. Elles étaient, pour cette raison, un obstacle majeur au repeuplement. La ferme du pavage est dans ce but redonnée aux bourgeois (Inventaire 1779 I, 71). Une halle neuve est construite peu avant 1487 rue du Sépulcre (Inventaire 1779, I, 90). Elle est renseignée par un plan de 1731 (Bibl. Canel, Pont-Audemer). L’église Saint-Ouen est reconstruite à partir de 1485 (Inventaire 1779, I, 87)75. La fontaine devant les halles est réparée en 1467 (Inventaire 1779, I, 35). Entre-temps, les Cordeliers ont profité de l’abandon intérieur pour acquérir un terrain de près d’une acre et demie, le long du rempart au sud-ouest, en 147376. L’hôtel de ville est agrandi en 1495 par l’achat d’une maison jointe, rue aux Juifs ; enfin, la halle aux Blés est reconstruite en 1503 (Inventaire 1779, I, 259-137). C’est probablement de cette époque que datent les ruelles, publiques ou privées, transversales aux rues principales, et parfois encore bordées d’architectures datables de la fin du XVe siècle ou du XVIe77.

  • 78 Cette tour ne semble pas être mentionnée dans les travaux de la reconstruction. Son nom peut-être, (...)

243L’espace urbain intra-muros ne paraît pas avoir connu de modification sensible lors de la reconstruction. Aucun texte ne mentionne de déplacement d’alignement ni de refonte du tracé des rues, ce qui implique une grande stabilité par rapport à l’état antérieur à la guerre. La seule nouveauté, de ce point de vue, est l’achat d’une maison pour faire une rue entre la grande rue et la tour Saint-Louis, à l’angle nord-est de l’enceinte78, en 1490 (Inventaire 1779, I, 100). Par contraste, il semble que le tracé de la fortification reconstruite soit en certains secteurs complètement nouveau. Les sources confirment ainsi les hypothèses faites lors de l’analyse morphologique. On a vu ce qu’il en était pour la partie sud de l’enceinte. De ce côté, la nouvelle porte est achevée ou presque achevée en 1489 (Inventaire 1779, I, 94). A l’ouest, le déplacement de la rivière des moulins, derrière le Sépulcre vers la Ruelle, suggère une modification de l’emplacement du mur, supposée plus haut (Inventaire 1779, I, 93). Enfin, et surtout, au nord, la nouvelle ligne de la fortification est établie sur la berge sud de la Risle. Elle implique un abandon, au moins relatif, du quartier Saint-Aignan. Il s’agit d’abord d’une palissade protégée par des ouvrages avancés dont la trace est visible en 6b. La construction des ouvrages définitifs, en pierre, intervient à partir de 1481 face à la rue aux Juifs, mais n’est pas terminée en 1506 (Inventaire 1779, I, 74-78-141). La porte de Rouen, face à la grande rue, n’est entreprise sous sa forme définitive qu’en 1524 (Inventaire 1779, I, 206-7). Dès lors, la paroisse Saint-Aignan est hors l’enclos de la ville (Fig. 16).

G. Un nouveau déclin jusqu’à la fin du XVIIIe siècle

  • 79 En 1477, la ville est taxée autant que Louviers pour un avitaillement de navires du roi de Portuga (...)

244L’enquête historique a été menée, pour cette période, plus superficiellement. La raison en est que l’espace de la ville ne connaît plus que des évolutions mineures. Passée la très active reconstruction des années 1470-152079, les événements morphologiques se raréfient. Hormis le lotissement de la halle aux Poissons, le long de la rive de la Risle, qui correspond à la structure morphologique 1f, en 1596 (Canel 1835, 265), et qui marque un affaiblissement des fonctions portuaires, l’essentiel est dû aux ordres de la Contre-Réforme.

245Les Carmes, installés à Saint-Aignan à l’intérieur de l’ancienne enceinte, se replient dans la nouvelle enceinte, réduite, en 1598, où leurs bâtiments sont achevés en 1618 (Canel 1835, 80). Les Ursulines s’installent au faubourg Saint-Germain en 1662 (ADE H 1579), précédés en ville par les Carmélites en 1641 (Leprévost 1864, 557).

246L’hôtel de ville passe de la rue aux Juifs à la Grande rue à la suite de l’achat d’une maison jointe à l’ancien hôtel, en 1721 (Inventaire 1779, I, 261). Plus tard, vers 1770-1780, la nouvelle route vers Rouen, en rive droite de la Risle, fait l’objet d’actifs travaux (Inventaire 1779, I, 256 ; ADE C 18).

  • 80 Sans la connaissance du nombre précis de religieux, il n’est pas possible de le déterminer précisé (...)
  • 81 Une grande seulle anciennement à usage de grenier à sel, place de la Poissonnerie, un grand bâtime (...)

247Un bilan précis, par lequel nous cloront l’exposé sur la formation morphologique de Pont-Audemer, peut être fait à partir du Rolle de la ville et fauxbourgs du Ponteaudemer, dressé entre août 1752 et avril 1755 (ADE C 294). 1108 maisons et quelques jardins sont évalués, abritant 1244 feux et 3567 habitants, y compris les religieux. Le ratio du nombre d’habitants par feu est donc faible, puisqu’inférieur à 380. Cette faiblesse s’explique peut-être par la dégradation de l’économie de la ville, liée au fort déclin de la draperie à cette époque. Elle se traduit par la présence, Grande rue, de plusieurs maisons inhabitées. Les faubourgs sont de peu d’ampleur. On compte 12 cotes d’imposition pour celui de la Ruelle, 106 pour Saint-Aignan, le plus important, 20 pour celui de la porte de Bernay, au sud-est, et 46 pour celui de Saint-Germain. Au total, ils réunissent 188 cotes d’imposition, soit environ 17 %, dont près de 10 % pour Saint-Aignan, qui, tout en étant exclue de l’enceinte, reste de la franche bourgeoisie, du franc aleu et du franc bourgage de la ville (ADE G 1005). Au sud de la Risle, la paroisse Saint-Germain, bien qu’en partie comprise intra-muros, est maintenant exclue de ces droits urbains, et forme un fief indépendant. L’activité économique en hausse est celle de l’élevage, sur des prairies et herbages en extension. Les marchés, par les produits vendus, reflètent des commerces parfois fort anciens, comme ceux de la tannerie et des cuirs, du bétail, des chevaux, de la volaille, du fromage ou des légumes, témoins parfois d’échanges importants, avec les poissons frais et salés. D’ailleurs, les greniers à sel apparaissent en trois endroits différents dans le rôle81. Pont-Audemer est alors à la tête d’une élection regroupant 157 paroisses.

248C’est probablement un point bas dans l’histoire de la ville, puisque Canel parle de 4599 habitants en 1793, de 5291 en 1806, et d’un nouveau maximum de 6733 en 1846 (Canel 1885, 378). On a vu qu’il y en avait 5305 en 1835. De nouveaux réaménagements interviennent au début du XIXe siècle. Les murs en bordure de la Risle sont abattus en 1821-22. En 1828, la place du Marché aux Chevaux est transférée à l’est du rempart, et la place face à la Grande rue en rive droite de la Risle est établie suite à la destruction de la porte de Rouen construite au XVIe siècle. En 1846, la halle de la Grande rue, destinée à la boucherie et aux toiles (celle du sud est vouée aux blés), est détruite pour être remplacée par une promenade, peu de temps après supprimée (Canel 1885, 266 ; 276 ; 264). Passée cette période, la ville connaîtra une atonie encore sensible de nos jours. Il faudra attendre les destructions de 1944 et la reconstruction qui s’ensuivit pour retrouver d’importantes modifications dans sa morphologie.

3. Conclusion

249L’analyse de l’histoire morphologique de Pont-Audemer permet de mettre en regard la plus grande partie des structures spatiales et des sources écrites qui en éclairent les circonstances d’apparition. Cette situation est probablement assez exceptionnelle. On a vu, pour ce qui est des sources écrites, qu’elle est due probablement à une rivalité entre deux établissements religieux impliqués dans le développement de la ville (outre bien sûr le hasard de la conservation de archives). L’explication, pour ce qui est de la morphologie, tient dans la personnalité très particulière des comtes qui ont possédé la ville, les Beaumont-Meulan, qui l’ont modelée suivant une conception de l’espace très structurée (voir « L’urbanisme en Normandie au Moyen Age d’après l’analyse morphologique des plans de villes ».). Il a été possible, pour Pont-Audemer, de retracer avec quelque détail le devenir de la ville, au travers de périodes de récession (après 1204, probablement aux XIVe-XVe siècles, puis encore au XVIIIe siècle) ou de croissance (forte au XIIe siècle, renouveau marqué à la fin du XVe siècle, puis au XIXe). L’importante de ces fluctuations est remarquable, on la retrouve dans d’autres sites. Il faut s’attacher à en discerner les causes. Elles paraissent assez claires pour le XIIIe siècle. La ville n’était pas une ville royale, et elle a subi, comme d’autres, le choc de la conquête française et de l’affaiblissement des liens maritimes avec l’Angleterre. Pour le XIVe siècle, la non remise en état de l’enceinte est une cause importante, cumulée (les deux sont évidemment liées) avec le départ du siège administratif qui y était placé.

250On remarquera que l’apogée de la ville, en termes d’étendue et de nombre d’habitants, se situe probablement vers le milieu du XIIe siècle, et qu’elle a connu, y compris spatialement, une importante rétraction par la suite. La crise du début du XIIIe siècle, et l’affermissement des droits de l’abbaye de Préaux depuis le comte Robert de Meulan, après 1166, expliquent peut-être l’absence avant le début du XIVe siècle de tout ordre mendiant dans la ville. C’est certainement une anomalie majeure si l’on considère la manière dont ces ordres s’implantent en général en France, y compris dans des villes beaucoup plus petites. Cette anomalie se retrouve dans d’autres villes normandes importantes.

251Dénomination des lots fonciers :

252domus :

253début XIIe s. : faber et domus, à Saint-Germain et Bourgerue, ADE H 711, f° 116 v°.

254c. 1135 : domus in Mercatorio, domus à Bourgerue, BMR Y 200, f° 13 v°.

2551141-59 : domus, en Bourgerue, ADE H 711, f° 39 r°.

256début XIIIe s. : domus apud Burgerua in vico Fabrorum, BMR Y 200, f° 27 r°.

257début XIIIe s. : domus in vico Salario, BMR Y 200, f° 27 r°.

2581219 : domus in vico Sancte Marie de Prato, BMR Y 200, f° 52 v°.

2591221 : domos cum plateis et gardigno, planche aux Juifs, BMR Y 200, f° 91 v°.

2601221. : domus cum platea in Magno vico, BMR Y 200, f° 91 v°.

2611227 : terra et domus, à Pont-Audemer, CART. NORMAND, n° 55.

2621248 : domus cum platea, rue aux Juifs, BMR Y 200, f° 104 r°.

2631268 : domus lapidea, domus in Burgo, ADE H 711, f° 156 v°.

2641282 : platea cum domo, rue aux Juifs, ADE III F 390.

265mansura-masura :

266début XIIe s. : masura à Saint-Germain, ADE H 711, f°117 r°.

267c. 1135 : masura infra murum Sancte Marie de Prato, BMR Y 200, f° 15 r°.

268c. 1135. : masura in Burgerua, BMR Y 200, f° 5 r°.

2691166-1204 : mansura à Saint-Germain, ADE H 711, f° 57 v°.

2701166-1204 : masura sub castello, Leprévost 1864, 556.

2711214 : masura in Burgerua, BMR Y 200, f° 25 r°.

272début XIIIe s. : mansura iuxta pontem de Burgerua, BMR Y 200, f° 33 v°.

273début XIIIe s. : mansura in vico Judeorum, BMR Y 200, f° 93 v°.

2741231 : masura in Burgerua, BMR Y 200, f° 100, r°.

2751230 : masura in vico fabrorum, BMR Y 200, f° 100, v°.

2761247 : masura à Notre-Dame du Pré, BMR Y 200, f° 104 r°.

2771266. : masura in burgo, ADE H 711, f°136 v°.

278area :

279c. 1135 : V areas in Ruella, BMR Y 200, f° 19 r°.

2801214. : area terre retro Hospitale iuxta aquam, BMR Y 200, f° 50 v°.

281fin XIIe s. : III areas terre, BMR Y 200, f° 15 r°.

282terra-tenementum :

283début XIIe s. : terra in Bulgirua, ADE H 711, f° 116 v°.

284c. 1135. : terrae et tenementa à Saint-Germain (8 occupants), BMR Y 200, f° 21 v°.

285masnagium :

2861197. : hospites cum masnagio ante stalla, ADE H 220.

287Mansio :

288c. 1135. : mansio in Buco vico, BMR Y 200, f° 8 r°.

289Masucagium :

2901225. : masucagium in burgirua, BMR Y 200, f° 95 r°.

291Dons en harengs prélevés sur la vicomté de Pont-Audemer.

292Voir figure 18. Les numéros renvoient à la localisation des établissements

Etablissement monastique

nombre de harengs annuels

source

(source générale : BMR Y 200)

prieuré Saint-Gilles

1

5000

abbaye du Valasse

2

6000

prieuré de Gournay sur Marne

3

5000

+ Houth 1981, n° 54, 72, 1147-54

abbaye de Sainte-Giemble

4

2000

prieuré de Grantmont (Rouen ?)

5

5000

abbaye de Hautes Bruyères

6

2000/3000

+ Houth 1981, n° 58-73, 1156

abbaye de Noe

7

3000

abbaye de la Chaise-Dieu

8

2000

abbaye de Lyre

9

2000/5000

+ Houth 1981, n° 14, 11, 1139 ; n° 46, 114, 1166-82

abbaye de la Trappe

10

2000

abbaye de Corneville sur Risle

11

1000

abbaye Saint-Georges de Boscherville

12

1000

Sainte-Marie de Bray

13

2000

abbaye de Tiron

14

4000

+ Houth 1981, n° 4, 61, 1120

abbaye du Breuil

15

2000

abbaye du Bec-Hellouin

16

1000

ADE H 200

léproserie du Grand-Beaulieu

17

5000

+ Houth 1981, n° 44, 73, c. 1150

abbaye Notre-Dame de l’Estrée

18

1000

+ Houth 1981, n° 75, 120, 1166-82

293Au total, le nombre de harengs donnés par le comte de Meulan sur la prévôté de Pont-Audemer, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, se monte à 51-55 000.

LISIEUX

294La ville est localisée au centre de la Normandie, à quelque 30 km de la côte, à peu près à mi-chemin entre Caen et Rouen. Elle s’étend au fond de la vallée d’un fleuve côtier, la Touques, en un point où il est rejoint par de petits affluents. La vallée est profondément entaillée dans un plateau (Fig. 19, 20 et 21).

295La ville a été détruite à 90 % en 1944, et le plan de reconstruction n’a qu’en partie respecté ses dispositions anciennes (Dutour 1995, 118). L’ensemble constitué par les maisons de Lisieux présentait avant cette date un caractère exceptionnel. Il n’en reste que de rares épaves. Les photographies anciennes montrent cependant qu’il comportait un nombre important d’édifices du XVIIe et du XVe siècles. Certaines maisons, reconnaissables à leur pignon gablé et à leur rez-de-chaussée à hauteur réduite du fait des pavages successifs des rues, ayant conduit à relever leur niveau, dataient du XIVe siècle (rue aux Fèvres notamment, voir Marie-Cardine 1933, 80). Elles sont autant d’indices d’une fixité des alignements des rues.

296L’historiographie est relativement riche, mais soit ancienne (Formeville 1873), soit spécialisée par périodes, comme l’Antiquité, ou la fin du Moyen Age (Neveux 1996). L’archéologie a surtout porté sur la période antique (Lemaître 1984-85).

1. Analyse morphologique

297L’examen du plan de la ville est effectué sur la base fournie par le cadastre de 1825 (ADC 2 mi 284) (Fig. 22 et 23), complété en partie par un plan d’ensemble de 1785 retranscrit au début du XXe siècle d’après un original maintenant disparu (BSHL 1907). Ce document permet principalement de restituer les éléments majeurs disparus après la Révolution, comme les fortifications et un ensemble d’édifices religieux. On remarque sur le plan de Lisieux des structures correspondant à une urbanisation volontaire, et des ensembles parcellaires attribuables à des enclos.

298Place allongée, de forme courbe, abritant dans son axe une longue halle 1.

299Cette place débouche par un rétrécissement au nord, en direction de la cathédrale. Celle-ci a pu déterminer, par un élément architectural remarquable, son implantation. La place est accompagnée de deux bandes de parcelles perpendiculaires, 1a qui va vers l’ouest jusqu’au cours de l’Orbiquet, 1b dont la profondeur vers l’est est bien moindre, et limitée par une ligne parcellaire bien marquée sur une partie de sa longueur. La place pouvait à l’origine se prolonger vers le sud, et comprendre l’îlot inscrit entre la rue d’Orbiquet et la place du Crochet (1c), comme semble l’indiquer le prolongement direct de son côté ouest en rue d’Orbiquet. Dans cette hypothèse, la place du Crochet était peut-être dans un premier temps une partie du cimetière de Saint-Jacques, supprimée pour établir la continuité de la rue au Char vers le sud, et bordée à l’ouest par la Boucherie. Celle-ci devait donner plus directement, de la sorte, au sud de la porte d’Orbec. Cette dernière commande deux chemins d’accès à la ville par le sud, la rue du Pont Bouillon et la route d’Orbec, qui convergent vers elle en une patte d’oie irrégulière (1d).

300Ensemble loti 2.

301Les rues au Char et du Bailli, tracées assez régulièrement, et réunies au sud par la rue Saint-Jacques, sont accompagnées par trois bandes de parcelles de configuration similaire, s’appuyant à l’ouest sur la limite arrière de 1b, et à l’est sur l’ancien rempart. Le débouché de la rue au Char sur la rue Porte de Paris, rétréci, suggère une antériorité de celle-ci par rapport à 2. La rue a été tracée de façon à rejoindre directement la porte d’Orbec et sa mise en place a conduit à une modification des abords de celle-ci (cf. 1c).

302Le quartier de la Couture 3.

303Formé de la Petite Couture au nord, de la Couture du Milieu et de la Grande Couture au sud, il est organisé selon un axe qui réunit une halle à l’est, puis deux rangées d’étaux à l’ouest. De part et d’autre de cet axe sont disposées deux fois deux rangées de parcelles réparties entre l’Orbiquet au nord et un ruisseau, la rivière des Tanneurs, au sud. L’ensemble paraît composé avec soin. Le côté nord du triangle allongé que constitue la Couture du milieu se dirige vers l’église Saint-Jacques à l’est, dans ce qui pourrait être une continuité visuelle voulue. La structure 3 est complétée à l’est par une bande de parcelles placées entre la rue Coin Mercière et l’Orbiquet. La mise en place de ce quartier régulier a conduit semble-t-il à aménager un certain nombre de liaisons avec les quartiers environnants. Un axe nord-sud, dans sa partie centrale la rue Coin Mercière, débouche au sud sur un chemin (3a) qu’il rejoint au delà d’une dérivation de l’Orbiquet. Au nord, la rue Coin Mercière se prolonge par la rue Pont Mortain, visiblement percée après coup (3b), du fait du léger désaxement de son débouché sur la Petite Couture, et de son rétrécissement à l’abord de la Grande rue. La rue Pont-Mortain est accompagnée d’un ensemble de parcelles, serrées, qui tranche par sa morphologie avec les grandes parcelles qui bordent au sud la Grande rue jusqu’à l’Orbiquet.

304A l’ouest, la rue du Moulin à Tan réunit de même la Petite Couture à la Grande rue, mais selon un tracé plus étroit, accompagné de maisons aux parcelles peu profondes (3c). On peut supposer ici le lotissement d’une grande parcelle, telles que celles que nous venons d’évoquer. Ici, le désaxement de la voie à l’approche de la Grande rue suggère de même la préexistence d’un bâtiment bordant déjà la rue lors du percement (peut-être celui dont dépendait la grande parcelle nouvellement lotie). Dirigée vers l’ouest et rejoignant la route de Caen face à Saint-Désir, la rue de Bretagne puis Porte de Bretagne est aussi manifestement un percement ultérieur (3d), visant à permettre un débouché plus direct du nouveau quartier de ce côté. L’irrégularité du tracé en témoigne, qui vient buter en partie sur le côté d’une parcelle bordant la Petite Couture d’un côté, et suivre le mouvement du côté d’une parcelle donnant sur le boulevard Saint-Désir de l’autre.

305A l’est, une rue a de même été établie pour relier le quartier de la Couture à la place du Crochet et à l’église Saint-Jacques. Il s’agit de la rue aux Fèvres (3e), bordée de maisons aux parcelles peu profondes, et comme insérée dans un cadre déjà en place.

306Enfin, on peut remarquer que la partie sud du quartier n’a été que partiellement urbanisée. Une place importante y est localisée (3f), qui ne semble pas s’insérer dans le schéma symétrique de l’ensemble. Son origine pourrait être un état d’abandon, ou de faible développement initial.

307Grande rue 4.

308La Grande rue est bordée, surtout au sud, mais en partie aussi au nord, par de longues parcelles perpendiculaires. La structure paraît, au nord, oblitérée par de vastes emprises religieuses (Ursulines et Grand Séminaire). L’urbanisation de ce secteur, dans sa forme, n’est vraisemblablement pas le fruit d’une organisation volontaire.

309Rue Porte de la Chaussée 5.

310Au nord de la rue du Bouteiller, et jusqu’à la porte de la Chaussée, de vastes parcelles disposées de part et d’autre de la rue Porte de la Chaussée et de la place du Friche forment un ensemble cohérent, limité au sud par une ligne de fonds de parcelles donnant sur le rue du Bouteiller (5a), et se prolongeant jusqu’à la cathédrale vers l’est par la rue des Chanoines. La mise en place de ce quartier semble s’être opérée en plusieurs étapes : a), rue large 5b axée sur la façade de la cathédrale, prolongée par la rue du Bouteiller, doublant l’itinéraire de la Grande rue, et la rejoignant à proximité du pont de la Touques, cet ensemble est peu de temps après protégé par une possible clôture 8 ; b), création de la chaussée, puis lotissement d’abord du secteur compris entre l’évêché et la chaussée, dans un second temps de celui compris au nord-ouest entre 8 et la chaussée.

311Saint-Désir 6.

312Le boulevard Saint-Désir est de largeur importante, environ 15 m, et bordé de deux rangées de parcelles en lanières, disposées perpendiculairement. Ces parcelles butent à l’est sur la Touques, et à l’ouest d’une part sur une limite commune, d’autre part sur un chemin. Cette structure est axée sur l’ancienne église Saint-Désir au sud.

313Mur de la Cité 7.

314Le mur de la cité antique des Lexovii est en partie reconnu archéologiquement, et son tracé peut-être complété par le plan de 1785. Son emplacement est donc localisé assez précisément à l’est et au sud (7a). Au nord, il passait approximativement à l’emplacement du mur sud du bâtiment principal de l’évêché pour rejoindre un angle situé au nord-est du doyenné (7b). La tracé est plus incertain à l’ouest. Un arrachement est de nos jours visible au milieu de la tour sud de la façade de la cathédrale (7c). De ce point, on rejoint vers le sud un ensemble de limites parcellaires et de bâtiments continues, à peu près jusqu’au niveau de l’église Saint-Jacques (7d). Plus au sud, deux tracés sont possibles. L’un est matérialisé par une ligne visible dans le parcellaire, dans l’alignement de la précédente, et s’éloigne progressivement de l’Orbiquet (7e). Un second tracé oblique vers le sud et borde de plus près ce dernier (7f). Ces deux tracés sont reliés au sud par un biais qui ne se trouve pas dans la continuité de l’emplacement du mur de la cité de ce côté. Il y a donc deux possibilités de localisation du mur antique de la ville au sud-ouest, dont l’une peut correspondre à une modification médiévale.

315Un enclos autour de la Grande rue 8.

316L’individualisation du quartier de la Grande rue (4) est possible d’une part du fait de sa structure interne, on l’a vu, mais aussi, d’autre part, par la limite parcellaire décrite en 5a au nord, et par une limite de tracé comparable à l’ouest (8a), où elle divise nettement le champ des parcelles donnant sur le rue du Bouteiller et celui de celles qui donnent sur la Grande rue. Ces dernières sont plus régulières, et viennent par un biais comme mordre sur la dernière des précédentes. Ces éléments conduisent à faire l’hypothèse d’un enclos, peut-être fortifié, enfermant le quartier de la Grande rue, limité au sud par l’Orbiquet, et dont le tracé aurait été recoupé par la dernière enceinte de la ville vers la Touques.

317Limite autour de la Couture 9.

318Ce quartier, étudié en 3, est cerné au nord et à l’est par l’Orbiquet, et de même au sud et à l’ouest par un petit ruisseau formé par une dérivation de l’Orbiquet, la rivière des Tanneurs. Ce cours d’eau a manifestement eu une fonction économique, mais pourrait aussi avoir eu pour vocation de délimiter clairement le nouveau quartier de la Couture. Il ne s’agirait pas à proprement parler d’une fortification, mais d’une fermeture matérialisant la limite entre le dedans et le dehors de la ville. Par la suite, les constructions ont enjambé le cours d’eau, probablement à la suite de la construction de l’enceinte 10.

319Le mur au XVIIIe siècle 10.

320La dernière structure d’enclos ou de fortification dans la ville nous est livrée par le plan de 1785, que confirme dans le détail le parcellaire napoléonien, sur lequel un certain nombre de tours sont encore visibles. Cette enceinte était bordée de fossés déjà en partie remplacés par un boulevard à la fin du XVIIIe siècle. L’emplacement de celui-ci n’est pas exactement celui des fossés. La comparaison des plans de 1785 et napoléonien montre par exemple que le bord est du boulevard longeant la ville à l’est est en avant de la limite antérieure du chemin de contrescarpe. Cette même comparaison permet de dater le lotissement du bord du boulevard en ce point d’entre les deux plans.

321On voit, au fur et à mesure de l’analyse des structures de la ville en plan, qu’un certain nombre d’éléments permettent d’esquisser une chronologie relative, qu’il est possible de traduire en phases :

322Phase I :

323Mise en place de l’enceinte au Bas-Empire 7. Elle est plus tard parcourue par deux axes, l’un est-ouest réunissant la porte de Paris et la place du Marché, l’autre nord-sud partant de cet axe vers le sud par la porte d’Orbec, et longeant le côté ouest de la postérieure Boucherie.

324Phase II :

325Création de la Boucherie 1, bordée de lotissements. Peut-être en même temps, développement du quartier de la Grande rue 4, plus tard protégé par une fortification 8.

326Phase III :

327Création du secteur Saint-Désir 6, bordé de lotissements, sur la rive ouest de la Touques.

328Probablement à peu près à la même époque, mise en place du quartier des chanoines 5.

329Phase IV :

330Création du quartier de la Couture 3, accompagné des percements permettant de le relier au reste de la ville 3a-3b-3c-3d-3e. Cette structure est limitée par 9.

331En parallèle avec cette création, on peut situer, sans pouvoir parler de synchronisme, la mise en place du quartier 2, lui aussi associé spatialement à Saint-Jacques.

332Phase V :

333La fortification 10 est établie, reprenant en partie le tracé du mur antique, entourant le quartier de la Couture mais sans reprendre le tracé du cours d’eau qui l’enserrait (ce qui laisse penser que celui-ci était à cette époque densément utilisé pour des activités diverses). La porte ouest est fixée à la Touques. Le mur écorne ensuite la structure 8 et vient protéger 5 au nord. Au nord-est, elle englobe l’évêché et une partie de son jardin. C’est peut-être dans ce cadre qu’il faut situer le lotissement partiel de 1, en 1c.

2. Formation et évolution de l’espace urbain (Fig. 24)

A. Le rapport de la morphologie médiévale à celle de la ville antique, et le début du Moyen Age

La ville antique

334Avant d’analyser l’évolution morphologique de Lisieux au Moyen Age, il y a lieu de se poser la question du degré de persistance de la ville antique de Noviomagus Lexoviorum, dont de multiples éléments ont été enregistrés à l’occasion de fouilles ou de découvertes diverses. Le bilan de ces découvertes a été cartographié par Claude Lemaître (Lemaître 1984-85, 15). Malgré une faible précision morphologique, que seule une enquête bibliographique lourde aurait permis de pallier, il est possible de tirer un certain nombre de conclusions de la comparaison de la ville antique avec le plan du début du XIXe siècle.

335Le réseau des rues modernes, en place à la fin du Moyen Age comme l’attestent de nombreuses maisons médiévales, pour certaines du XIVe siècle, subsistant avant 1944, ne paraît qu’en de rares points se superposer au réseau gallo-romain.

L’enceinte du Bas Empire

  • 82 Le site urbain comprenait une seconde partie, au lieu-dit Vieux-Lisieux, d’une étendue comparable. (...)

336Le tracé de l’enceinte édifiée au Bas Empire (7) est assez sûr, du moins sur la majeure partie. Il n’a pas été formellement reconnu à l’est, mais on voit mal comment un déplacement significatif aurait pu intervenir ici, sauf antérieurement à la mise en place de la morphologie qui fait l’objet de cette étude. Au nord, il a été rencontré lors de travaux à l’ancien évêché, et se situe à environ 30 m au delà de la nef de la cathédrale, parallèlement à elle (Lemaitre 1984-85, 26). Le prolongement de cette ligne conduit à la tour localisée au nord-est de l’enceinte urbaine telle qu’attestée en 1785. A l’ouest, la maçonnerie du mur antique est encore visible noyée dans celle de la tour sud de la façade de la cathédrale, en limite ouest de la tour (7c). Plus au sud, une longueur de 150 m de mur a pu être reconnue lors de la Reconstruction, de même qu’une section proche de la porte d’Orbec au sud (Lemaitre 1984-85, 26). La section sud-ouest (7e-f) reste incertaine. Des travaux de destruction y ont été menés dès 1423 (Lesquier 1928). L’enceinte enclôt un peu moins de 8 ha, soit nettement moins que la superficie maximale connue de la ville antique, qu’on peut évaluer à un minimum d’environ 20 ha82.

337La question des portes est plus problématique. En effet, aucune d’entre elles n’a été rencontrée archéologiquement, à l’exception peut-être d’une entrée localisée dans l’axe de la rue Petite Couture, vers l’ouest (Lemaitre 1984-85, 26). Cette hypothétique porte n’aura toutefois pas influé sur l’organisation des voies à l’intérieur du castrum, puisqu’aucune rue médiévale ne lui correspond. Devant cette absence d’informations, on ne peut que supposer l’existence de portes là où des rues franchissent le périmètre du mur. C’est le cas entre la rue Etroite et la Grande Rue au nord-ouest, au niveau de la porte de Paris médiévale au nord-est, et de celui de la porte d’Orbec au sud. De ce côté, la présence d’une patte d’oie (1d) renforce cette hypothèse.

  • 83 Cette conclusion diverge de celle de François Neveux (1996, 124).

338A l’intérieur de l’enceinte, si la persistance d’un passage entre les deux possibles portes au nord est vraisemblable, aucun autre tracé de rue médiévale ne paraît être déterminé par une voie antique. Les rues médiévales ont en effet des orientations qui ne semblent pas correspondre à celles de l’Antiquité, à l’exception des rues au Char et du Bailli. L’analyse morphologique de ces rues, toutefois, implique une mise en place relativement tardive, et conduit à écarter une origine antique83.

339Dans l’ensemble donc, à l’intérieur de la cité, aucune rue ne semble reprendre l’emplacement d’une rue antique. Les emplacements de portes ont cependant, par le fait qu’elles permettaient seules les entrées dans ce périmètre, dû déterminer un cheminement est-ouest, dont toutefois la courbure n’a rien d’antique. Le tracé de la liaison avec une possible porte au sud ne s’impose pas non plus avec évidence. A l’extérieur de la ville, des voies conduisant vers Brionne -Bréviodurus à l’est, et vers Condé sur Iton/Condate puis Dreux au sud-est, sont connues par l’Itinéraire d’Antonin (Lemaitre 1984-85, 25). On peut raisonnablement penser, ce qu’ont fait de précédents auteurs, qu’elles conduisaient aux portes supposées de ces côtés. Vers l’ouest, la question du point de traversée de la vallée de la Touques et de l’Orbiquet reste pendante. Rien ne permet de supposer, aux abords de la ville, une permanence de tracés antiques, pour ne pas parler d’emplacements de voies. On peut juste remarquer l’alignement formé par le pont de la Touques et les portes possibles au nord de l’enceinte du bas Empire, qui laisse penser qu’un pont antique, dans le prolongement d’une voie dont le tracé a ensuite changé, a pu subsister jusqu’au point de déterminer l’emplacement du pont médiéval. Le cours de l’Orbiquet a été canalisé dès le IIe siècle (Lemaitre 1984-85, 19), puis utilisé pour défendre le mur du bas Empire à l’ouest. Il devait alors vraisemblablement couler vers le nord au moins jusqu’au niveau de la façade de la cathédrale actuelle.

L’effacement de la ville antique

340L’effacement de la morphologie de la ville antique peut être retracé en partie au travers de l’abandon des aqueducs, comblés, et des termes ; dont les décombres sont nivelés et laissent place à une occupation plus lâche et moins pérenne (Lemaitre 1984-85, 27). Pour le IVe siècle, Claude Lemaître fait l’hypothèse de l’occupation du castrum par une garnison militaire d’origine germanique, attestée par la Notitia Dignitatum, et suggérée par des indices archéologiques. A la raréfaction de l’occupation intra-muros correspond une forte rétraction extra-muros. La nécropole extérieure du Grand-Jardin, au nord du castrum, est abandonnée vers la fin du IIIe siècle. Celle de Saint-Germain, au nord-ouest pourrait apparaître dès le IVe siècle, prenant la place d’une zone précédemment urbanisée (Lemaitre 1984-85, 25-28). C’est un autre argument pour supposer une porte face à la rue Etroite. Cette nécropole n’a été que très peu active passé le IVe siècle.

Le début du Moyen Age

  • 84 Sur cette période, voir aussi Lisieux avant l’an mil, essai de reconstitution, catalogue d’exposit (...)

341On n’a, pour la période du haut Moyen Age, que de rares informations topographiques sur la ville de Lisieux. Les évêques sont mentionnés épisodiquement, sûrement à partir de 538, lorsque Theudobaudis assiste au concile d’Orléans, et peut-être à partir de la fin du IVe siècle (Musset 1948, 9). On ne connaît que six évêques dont l’authenticité soit indiscutable antérieurement à la période normande (Neveux 1984-85, 32-33). Les édifices religieux sont semble-t-il rares. La cathédrale est présente, sous la forme d’un édifice présent probablement sous l’actuel (BSHL 1924-25, n° 26, 130). Un lieu de culte est probablement aussi présent à l’emplacement de Saint-Désir au moins depuis la période carolingienne (Musset, 1948, 13, n. 38). Des sépultures du haut Moyen Age, d’époque mérovingienne, suggèrent la présence d’un lieu de culte précoce à Saint-Germain, dont le nom est lui-même un indice d’ancienneté. Il en va peut-être ainsi de Saint-Aignan, un peu plus au sud, qui n’est cependant attestée comme église qu’au XIIe siècle (Neveux 1984-85, 35 ; Formeville 1873, I, 120)84.

342Les destructions menées par les Normands, avec un probable incendie en 877 ou 890-91, ne firent peut-être qu’accuser l’état de « ruralisation », déjà avancé, de Lisieux. La liste des évêques, il est vrai bien mitée pour les siècles précédents, s’arrête en 876 avec Hairard, pour ne reprendre que peu avant 980 avec Roger (Neveux 1984-85, 32-34).

B. Le renouveau au XIe siècle

  • 85 « mur (de la ville) que l’évêque Herbert détruisit pour construire l’église » Cujus muros (urbis) (...)

343Les sources sont encore très lacunaires jusqu’au milieu du XIe siècle. Un renouveau est alors nettement perceptible. La reconstruction de la cathédrale est entreprise par l’évêque Herbert, en poste à partir de 1022, mais résident sur place de 1026 à 1049 (Robert de Torigni, I, 224). Elle sera dédicacée par son successeur Hugues d’Eu en 1060 (Dosdat 1995, 31). Ce faisant, pour donner à l’édifice plus d’ampleur qu’à la cathédrale antérieure, Herbert détruit en partie le mur de la cité85. On a vu qu’il était cependant encore visible en ce point. Cette action a pu être interprétée comme le signe d’une paix générale dans le duché, telle qu’il n’aurait plus été utile de protéger les villes. Il semble qu’on puisse, toutefois, proposer une toute autre interprétation. Tout d’abord, les destructions apportées à l’enceinte antique par Herbert furent limitées au percement d’une porte, voire de deux ou trois, donnant sur la nouvelle église. La conservation du massif du mur de l’enceinte dans la maçonnerie de la tour en témoigne. Il n’était pas question d’abattre l’enceinte, mais d’un simple aménagement qui ne pouvait beaucoup nuire à sa valeur défensive.

344Il est aussi possible, sans que cela soit en contradiction, que la mise en place d’une clôture nouvelle autour du quartier à l’ouest de la cité (8) a pu conduire à une perte de fonction, au moins partielle, de l’enceinte antique de ce côté de la ville. On peut donc faire, pour la structure 8, l’hypothèse d’une mise en place avant 1049, et en conséquence dater le développement du quartier de la Grande rue de cette époque au plus tard. La protection en était assurée, au sud, par l’Orbiquet. Cette hypothèse est corroborée par le développement du chapitre de la cathédrale et ses implications spatiales d’une part, et la création du quartier Saint-Désir d’autre part.

345L’existence de la rue 5b dans l’axe de la cathédrale, morphologiquement antérieure au lotissement à l’ouest de la Chaussée, serait donc aussi à dater du milieu du XIe siècle, d’autant qu’elle implique le percement du mur antique.

346Le lotissement à l’ouest de la Chaussée (5) est le quartier des Chanoines, où réside une partie importante du chapitre de Saint-Pierre. Un document de 1685 le situe précisément entre la rue du Bouteiller et l’enceinte, au nord, de part et d’autre de la Friche des Chanoines (Formeville 1873, I, 482). Si la destruction partielle du mur antique peut impliquer l’existence d’une nouvelle clôture, l’existence du quartier des chanoines, dans sa configuration de la fin du XVIIe siècle (neveux 1996, pl. XXVII), implique aussi la présence de cette même limite, puisqu’elle est morphologiquement déterminée par elle au sud (5a). Les dignitaires du chapitre de Lisieux se multiplient dans les textes à partir du milieu du XIe siècle, et les années 1070-80 sont, de ce point de vue, décisives (Spear 1995, 97-98). Il y eut donc probablement une opération de répartition des terres de ce nouveau quartier pour répondre aux exigences dues au développement du chapitre. L’organisation de l’espace du quartier laisse supposer d’abord un découpage progressif entre la Chaussée et la Cathédrale, le long de la rue 5b, puis une mise en place assez rapide du lotissement 5. Tout ceci suggère une réforme du chapitre peu étalée dans le temps. Cela implique aussi l’absence de disponibilités foncières suffisantes autour de la Grande Rue. La rue du Bouteiller, dont les débouchés ouest et est sont conditionnés par la clôture 8, devait alors déjà exister. On a vu qu’elle servait de débouché de la cathédrale vers le pont de la Touques.

  • 86 Une telle localisation, étroitement associée à une ancienne porte séparant l’ancien quartier du no (...)

347On peut remarquer, de plus, que la tour sud de la façade de la cathédrale édifiée au XIe siècle, dont des éléments sont encore en place (Huard 1919), est proche de la porte nord-ouest de l’enceinte du castrum, supposée pour l’Antiquité, mais assurée pour le Moyen Age. La localisation en ce point du centre de l’administration de la ville tel qu’il est connu à partir du XIVe siècle, la cohue de l’évêque, qu’on retrouve au milieu du XVe siècle (BML ms n° 1, f° 79), délimité par l’allée de la Ronce, est probablement le fruit d’une volonté de placer le centre du pouvoir urbain au point de rencontre des unités qui composent l’espace de la ville, en ce cas, avant le XIIe siècle, la cité et le quartier de la Grande rue86.

  • 87 Lucien Musset considère cependant que le bourg mentionné ici n’est probablement pas localisé à Lis (...)

348Ce développement rapide du quartier, en quelques décennies tout au plus au milieu du XIe siècle, a un symétrique en rive gauche de la Touques. En 1049-58, le duc Guillaume donne à l’évêque Hugues « un lieu appelé Saint-Désir placé dans le suburbium de Lisieux, pour construire un monastère en l’honneur de La Sainte-Vierge Marie mère de Dieu et de Saint Désir ». En plus du lieu, la paroisse est aussi donnée « de la divison du fleuve jusqu’à la limite de la lieue », de même que « tout un bourg, de la division du pont et tous les revenus en provenant » (Fauroux 1961, n° 140). Les termes de cet acte laissent entendre que la paroisse, voire le bourg, existaient déjà à ce moment87. Le Burgus Abbatisse est mentionné en 1204, à Lisieux (RNTL 1204, 93). La construction de l’église de la nouvelle abbaye est suffisamment avancée pour que l’évêque Hugues y soit enterré en 1077 (Orderic, II, 310). Sous ce même Hugues, la cathédrale est achevée (Orderic, II, 308), et fait l’objet d’une nouvelle dédicace en 1063 (GC XI, col. 768). Un concile provincial y est tenu en 1055, suivi par d’autres en 1106-07 (Orderic, II, 241 ; IV, 233-269) (Fig. 24a).

349Ces éléments montrent un développement marqué de la ville au milieu du XIe siècle, mais ne rendent pas compte de la structure morphologique 1. Dans la mesure où elle semble difficilement pouvoir être postérieure, il est probable qu’elle soit antérieure. Il est tentant d’y voir une urbanisation contemporaine de la reconstruction de la cathédrale, visant à dégager des financements dans ce but, tout comme le bourg l’abbesse permettait de contribuer au financement de la création de la nouvelle abbaye de Saint-Désir. Elle serait alors à rapporter au début du XIe siècle, peut-être à la période ayant suivi l’arrivée de l’évêque Hugues en 1026.

C. L’extension urbaine : un maximum atteint au XIIe siècle

  • 88 Vicus per quem itur de Piscioneria apud ecclesiam sancti Iacobi Lexoviensis, vicus qui nuncupatur (...)

350Les grandes lignes de l’agglomération sont en place avant la fin du XIe siècle, à l’exception des structures 2 et 3. Celles-ci sont délicates à dater. La mention la plus ancienne des rues de 2 est tardive, 1292, pour la rue au Char et la rue du Bailli (BML ms n° 1, f° 40 v°)88. La création de ce quartier dominé par le chapitre est à mettre en relation avec la dédicace par l’évêque Jean de la paroissiale Saint-Jacques, qui serait intervenue en 1132 (Formeville 1873, II, 46). La paroissiale aurait alors remplacé une chapelle dédiée à Saint-Maur (Lescroart 1984-85, 111). En 1320, le chapitre possédait un grand nombre de rentes dans ce quartier dont la forme régulière montre une origine voulue comme telle (BML ms n° 1, f° 16 r°).

351La structure 3 pose le même problème de datation. Le bourg de la Couture est mentionné en 1218 (Sauvage 1928, n° XXIX), et en 1215 comme le « nouveau bourg de cette ville, dit la Culture » (Léchaudé d’Anisy 1834, n° 116). On le rencontre encore dans le nom d’un habitant de Lisieux en 1180, Ricardus de Cultura (MSRN 1180, 32). L’association spatiale du bourg de la Couture avec l’église Saint-Jacques plaide pour une mise en place contemporaine. Une photographie prise avant la destruction du quartier en 1944 montre que le côté nord de la place dite Couture du Milieu était aligné sur l’église, avec un fort effet visuel. La forme de la place centrale, un triangle allongé, est par ailleurs apparentée à celle des places de Pont-Audemer que nous avons pu dater de probablement 1118 et 1124, au plus tard de 1135. Sa création serait alors à attribuer à l’évêque Jean, dont la Chronique de Normandie nous dit qu’il ceint la ville de fortifications (GC XI, col. 774). Il reste que les termes employés sont quelque peu contradictoires avec la réalité physique du site, où l’on a décrit toutefois une limite effective (9) sous la forme d’une dérivation de l’Orbiquet. Si l’on en croit l’obstacle que la Petite rivière d’Orbiquet (BML ms n° 1), ou « rivière des Tanneurs » , présentait encore en 1844 (Moisy 1915, 144), il pouvait constituer la base d’une défense sommaire au XIIe siècle. C’est avec ces éléments en tête qu’il faut sans doute envisager le siège de Lisieux en 1136 par Geoffroi d’Anjou (Orderic, V, 69-71). Il n’est pas question, dans la description des événements par Orderic Vital, de quartiers extérieurs. La ville apparaît, évoquée certes en termes elliptiques, comme une unité. Le siège fut levé après un incendie de la ville provoqué par les défenseurs, Bretons, après une sortie par le comte de Meulan et ses troupes normandes. La ville voit l’année suivante le roi Etienne rassembler une armée contre Geoffroi, mais l’évêque, « sans espoir d’un quelconque secours, ne voulant plus subir la guerre avec les Angevins, voyant ceux-ci prendre complètement le dessus de ce côté de la Seine, et plusieurs de ses voisins soumettre pacifiquement leurs villes fortifiées, après avoir consulté ses amis, fit la paix avec le comte d’Anjou pendant la dernière semaine de carême » (Orderic, V, 84 ; 132). La raison principale de la reddition n’est donc pas alors la difficulté à défendre la ville, mais l’isolement politique et militaire.

  • 89 Cf. à Rouen, la vetera Lormeria correspond à la vieille rue Ecuyère, des armes y étaient fabriquée (...)

352Les rues de raccordement du quartier de la Couture 3 avec le reste de la ville sont aussi peu renseignées. La rue aux Fèvres 3e est vraisemblablement la Lormeria (rue des fabriquants d’armes) qui apparaît dans un nom de personne en 1180 (MRSN 1180, 32), et qu’on cite en 1320 (BML ms n° 1, f° 16 r°)89. La Couture paraît donc devoir être datée d’avant 1136.

La stabilisation spatiale et sociale sous l’évêque Arnoul

353L’évêque Jean, chapelain de Henri Ier, justicier en Normandie, meurt en mai 1141, et est remplacé par son neveu Arnoul. Celui-ci ne semble pas avoir contribué au développement spatial de Lisieux. Il doit d’ailleurs verser une lourde amende de 900 L. à Geoffroy Plantagenêt pour se voir confirmer le siège de l’évêché (PL 201, lettre n° 71, coll. 101). Les sources lui attribuent la reconstruction de la cathédrale et l’agrandissement de la résidence épiscopale. Jean, déjà, « accrut beaucoup le siège épiscopal d’édifices et d’ornements ». Arnoul construisit une « très belle demeure » (Robert de Torigni, II, 107 ; I, 224). La nouvelle résidence épiscopale déborde de l’enceinte antique vers le nord-ouest, dans la direction du quartier des chanoines. Il est possible que cet état de fait soit présent depuis la création de celui-ci, du fait de la continuité spatiale des deux implantations. Une telle situation est étroitement parallèle à celle du Mans, où le complexe épiscopal s’étend extra-muros à la même époque (Renoux 1995, 197-200, 191).

  • 90 Il en fait lui-même le bilan à l’adresse du pape Lucius III, vers 1181 : cum me mille ducentas lib (...)

354La reconstruction de la cathédrale, gravement affectée par l’incendie en 1136, puis remise en état par Jean (le mariage de Henri II et d’Aliénor d’Aquitaine y aurait été célébré en 1152), est entreprise vers 1170 (Huard 1919, 7-8). Cet édifice gothique, dont la construction suit d’abord un plan très « français », sera achevé au début du XIIIe siècle suivant une architecture d’inspiration plus normande. Entre 1170 et 1180, les sommes qu’Arnoul a pu concentrer dans la reconstruction de la cathédrale et du palais épiscopal, 12 500 L., sont considérables90. L’économie de la ville aurait donc mis quelques décennies après 1136 pour retrouver un niveau suffisamment actif, à même de contribuer aux financements nécessaires. Ce phénomène pourrait expliquer l’irrégularité de l’occupation de 3, manifeste dans la place 3f.

355Une autre nouveauté attribuable à Arnoul est la création d’un hôpital, dont la chapelle est dédiée à saint Thomas-le-Martyr (Léchaudé d’Anisy 1834, n° 116, 29), et qui fait l’objet d’une sauvegarde en 1181-85 par le pape Lucius III (ADC H suppl. 486).

  • 91 Par exemple Blangy, Livarot, ou un Anglais, pour l’extérieur. Les noms de personnes renvoyant à de (...)
  • 92 Taneor, Carnifex, Canbiator, Faber, Aurifaber.
  • 93 Un nom très peu fréquent en Normandie. Du fait de sa position exposée dans ce texte, il s’agit pro (...)

356L’action de l’évêque conduit Lisieux à une période de vive effervescence sociale, culminant en 1180-81. Un aspect de cette situation concerne les relations entre l’évêque et son chapitre, qui lui reproche de « dilapider les biens de l’église à des fins personnelles » (Renoux 1995, 177). Arnoul vit en fait comme un grand seigneur de la cour de Henri II, pour qui il fut un moment justicier (MRSN 1180, 32-3). Le chapitre est aussi opposé à la population de la ville. Nous ne connaissons de ce point de vue qu’un événement, à dire vrai remarquable, daté de 1180. Cette année là, à l’Echiquier, un certain nombre d’habitants de Lisieux sont condamnés à de fortes amendes : « pour avoir pris part à une rixe nocturne à Lisieux » . Le compte de l’Echiquier distingue deux groupes de personnages impliqués. Le premier est formé de 73 noms d’habitants, qui nous renseignent sur leurs origines géographiques, à extérieur et à l’intérieur de la ville91, et sur des activités exercées92. La ville présente alors, d’après les localisations géographiques données, une configuration qui ne changera pas beaucoup pendant les deux siècles suivants. Le deuxième groupe de personnages, moins nombreux (23, mais on omet ici probablement des hommes d’armes dépendants du chapitre) est constitué de dignitaires du chapitre de la cathédrale, au premier rang desquels le doyen, le chantre, le trésorier..., accompagnés de serviteurs comme un medicus, un rasor, ou un Gohier cementarius, cité en tout premier93. La somme des amendes des premiers se monte à 118 L. 15 s., celle de ces derniers à 269 L. 10 s. Elles sont considérables, et, avec le nombre important des participants, montrent l’importance de l’enjeu.

  • 94 Un burgenses est mentionné à l’Echiquier de 1180, un texte évoqué infra parle de cives.

357Il est possible d’interpréter de diverses manières cet événement qui fut certainement un tournant dans l’histoire de la ville. Le corps social urbain paraît unifié, et composé d’hommes dépendants d’un statut unique, désignés par Burgenses ou cives94, sans que l’emploi de tel ou telle désignation renvoie à un quartier donné. Les habitants de l’ancienne cité et ceux des nouveaux quartiers sont donc confondus. Ce corps social est à forte composante économique, comme en témoigne le nom des personnes impliquées, ou encore la mention d’un Juif, Guillaume. En second lieu, il semble que la conduite de l’évêque Arnoul ait conduit à cette forte réaction de la population lexovienne pour des raisons qu’on peut qualifier de culturelles. Nous y reviendrons dans la synthèse régionale.

Le statut du gouvernement de Lisieux

  • 95 Son neveu Sylvester avait pu bénéficier, grâce à lui, de 450 L. annuelles revenus. A son autre nev (...)

358En troisième lieu, il est clair que l’importance de la rixe implique que l’enjeu en est le gouvernement urbain, soit dans sa forme, soit dans son exercice. L’évêque Arnoul, avait suscité une forte opposition de la part du chapitre dans sa manière de gérer les affaires de l’église locale. On sait, d’après ses lettres, qu’il avait pratiqué un népotisme, qu’on peut qualifier a posteriori d’exemplaire95. Il était de plus accusé à cette époque par l’archevêque Gautier de Coutances, de dilapider les biens de son église. Les données qu’il livre dans ses lettres avec quelque ingénuité laissent entr’apercevoir un détournement de fonds à grande échelle organisé à son profit, à celui de ses neveux, et pour la construction de la cathédrale et du palais épiscopal.

  • 96 Le rôle tenu par Arnoul dans l’affaire Becket avait rendu difficile ses relations avec Henri II (T (...)
  • 97 PL 201, lettre n° 110, coll. 132, où Guillaume Fils Raoul fait proclamer « publiquement par les ma (...)
  • 98 Tous n’ont cependant pas été condamnés, et deux archidiacres de Lisieux, Gislebertus et Johannes d (...)

359En 1180, l’évêque est suspendu à la suite de ces graves accusations, relayées aussi par des chanoines96. Un procurator, Guillaume Fils Raoul, est alors nommé pour assurer ses fonctions temporelles. Tout en accaparant les revenus épiscopaux, au-delà même de ce que sa fonction prévoyait, il s’appuie sur les cives pour faire pression sur le chapitre97. La tension suscitée par Guillaume Fils Raoul mène à la bataille nocturne entre le chapitre et les citoyens de Lisieux. Il est intéressant de noter que l’amende que le chapitre dut verser était nettement plus importante que celle des habitants de la ville. Ceux-ci ont certainement été condamnés pour le simple fait de la rixe, alors que le chapitre et ses dépendants l’ont été, peut-être à tort si l’on considère le jeu de Guillaume Fils Raoul, pour l’avoir provoquée98.

  • 99 PL 201, lettre n° 128, coll. 148.

360Ces événements conduisirent à une remise en question des pratiques auparavant en place. En effet, la population de Lisieux, en accord avec l’évêque et le chapitre, disposait alors d’un statut particulier, d’une libertas specialis, explicitement évoquée (PL 201, n° 105, coll. 126). On ne sait rien de ce statut, faute de sources, mais il était certainement plus favorable que celui du simple bourgage, et pouvait consister en franchises, ou même en une forme de commune adaptée aux circonstances. Cet état des choses était vraisemblablement le fruit d’une évolution assez récente, dont on ne connaît pas les antécédents. En effet, Henri II avait concédé à Arnoul 200 L. de revenu sur la ferme de la prévôté de la ville (après 1150, probablement avant 1170)99 ; ce qui laisse penser que la ville était jusqu’au milieu du XIIe siècle gérée suivant une formule courante, impliquant un agent royal local. Le statut de la ville de Lisieux est en partie remis en question après 1180.

  • 100 Son montant est de 25 L. en 1180 (MRSN 1180, 27), 35 L. en 1184 (MRSN 1184, 37) ; 35 L. en 1195 (M (...)
  • 101 Robertus Vicecomes reddit compotum de 95 L pro habenda recognitione de vicecomitatu Lexovini (« Ro (...)
  • 102 Cette confirmation rappelle celle des communes normandes à la même époque.

361La nomination d’un nouvel évêque, Raoul, entraîne une pacification qui voit le chapitre retrouver ses prérogatives. La prévôté était semble-t-il, en 1180, limitée à l’aire urbaine, et il subsistait en dehors une vicomté de Lesvino, de Lieuvin, dont la faiblesse de la ferme montre qu’elle était de petite extension100. Elle semble être le reliquat d’une vicomté antérieure plus conséquente, comprenant de fait la ville de Lisieux, diminuée à un moment non précisé par l’extraction de la ville du fait de l’octroi à celle-ci d’un gouvernement particulier impliquant les bourgeois. En 1195, un certain Robertus Vicecomes prend en ferme cette vicomté de Lieuvin101, et va chercher en 1199 à s’emparer de la vicomté, présumée, de la ville de Lisieux, sur l’argument qu’elle dépend héréditairement de la vicomté de Lieuvin. Il est alors jugé que les prérogatives de l’évêque de Lisieux, à ce moment et depuis 1191 Willelmus de Rupietra, devront rester complètes dans la ville et dans la banlieue (BML ms n° 1, f° 1 r°). Ces droits sur les libertés de la ville et de la banlieue sont confirmés par Philippe-Auguste en 1204 (Cart. Normand, n° 92)102. Les prérogatives de l’évêque du point de vue militaire sont réaffirmées en 1231 (SNRF, 143). En fait, le jeu de Guillaume Fils Raoul aura probablement conduit à l’affirmation d’un pouvoir épiscopal nettement moins assuré auparavant.

362En parallèle à cette affirmation des droits épiscopaux sur la ville et ses environs, on constate la mauvaise volonté des condamnés du parti du chapitre en 1180 à payer leurs amendes. Dans le rôle de l’Echiquier de 1184, si quelques bourgeois ne se sont pas encore exécutés, ceux du chapitre n’ont rien versé (MRSN 1184, 36 ; 38). Le total restant dû en 1195 est encore de 220 L., en totalité par le parti du chapitre (MRSN 1195, 80). Il n’en est plus fait mention par la suite. Il est fort possible, vu l’évolution politique et la tentative de prise de contrôle de la ville par un laïque, que le solde n’ait jamais été versé.

363En bref, on est donc passé, de 1180 au début du XIIIe siècle, d’un gouvernement urbain dans lequel, à l’instar d’autres villes importantes comme Rouen ou Pont-Audemer, les bourgeois avaient un poids important, à un gouvernement dominé par l’évêque, aux détriments de ces mêmes bourgeois et du chapitre. Cette évolution s’est faite à l’occasion de la remise en ordre consécutive à l’épiscopat d’Arnoul.

364Le gouvernement de Lisieux prend alors une forme qu’il conservera pratiquement jusqu’à la fin de l’ancien régime. L’appellation de la ville elle-même reste civitas, comme à l’occasion d’une taille en 1198 (MRSN 1198, 16). Mais l’étendue de la circonscription administrative dépendant de la ville est peu claire. Elle concerne la banlieue, à laquelle est ajoutée Saint-Germain de Livet au plus tard en 1201 (Formeville 1873, I, XIX). Cette étendue sera appelée à partir de la fin du Moyen Age le comté de Lisieux. Administrativement, elle ne sera jamais plus importante, à l’exception de la taille de 1198, quand Lisieux a été momentanément le centre d’une circonscription fiscale d’évidence très vaste, la ballia de lexovino (MRSN 1198, 16). Un doute subsiste toutefois, si l’on prend compte la mention sous Richard-Coeur-de-Lion du comitatus Lisuin, sur la Touques (Neveux 1996, 203). Elle est peut-être la trace, avec d’autres indices précédemment évoqués, d’une unité de juridiction à l’origine vaste, morcelée par la suite. La présence d’un évêque aux commandes de la ville et de sa banlieue, à l’exclusion d’un représentant du duc, fut certainement un point de faiblesse pour le maintien d’une circonscription administrative étendue et puissante, d’autant que de puissants voisins, comme les Beaumont à l’est, développaient aux marges du diocèse des honores considérables, centrés sur des villes puissantes, comme Pont-Audemer.

D. La fin du Moyen Age

Un XIIIe siècle calme

365Il y a peu à dire sur la période qui va de la fin du XIIe siècle à la guerre de Cent Ans, du fait il est vrai d’un nombre de sources limité, mais aussi de peu d’apports nouveaux dans la morphologie de la ville.

  • 103 Dont « un millier de bons harengs » (ADC H suppl. 479).

366L’hôpital fondé vers la fin des années 1170 est en 1200 appelé l’Hôtel-Dieu, et fait l’objet de diverses donations (ADC H suppl. 479)103. Sa localisation, sur l’Orbiquet à l’extrémité ouest de la Grande rue, est alors assurée. Il est joint quelques années plus tard, vers 1215-1217, à un établissement de Mathurins (Léchaudé d’Anisy 1834, n° 29, 116 ; ADC H suppl. 479). L’évêque Jourdain transfère en 1217 sur le même site, avec apparemment la volonté de regrouper les établissements hospitaliers en un seul point, un ptochodochium antiquum auparavant localisé hors de la ville (GC XI, coll. 781). L’économie urbaine semble alors assez active, puisque la ferme de la prévôté est, lorsqu’elle est prise en charge par l’archevêque de Rouen à l’approche de la mort de l’évêque Guillaume II, assignée à 600 L., soit 50 % de plus que peu après le milieu du XIIe siècle, à un moment où la ville avait il est vrai souffert du conflit de succession de Henri Ier (GC XI, coll. 782). C’est probablement à cette époque que le quartier de la Couture a atteint son plein développement. Les hallas pannorum évoquées en 1320 y étaient localisées, probablement au centre de la Grande Couture, témoignant de l’activité de la draperie dans le quartier (BML ms 5, f° 16 r°- 20 r°).

  • 104 Ces dons sont confirmés, de même que celui de l’eau et d’une rue, en 1256 (GC XI, coll. 783).

367Le dernier apport notable de cette époque est l’implantation en périphérie d’un couvent de Dominicains. Leur arrivée serait à dater de 1248 (Marie-Cardine 1899, 14). Ils sont assurément là en 1251 (Léchaudé d’Anisy 1834, n° 167, 36). L’évêque Guillaume leur a donné la capellam Beatae Mariae de Prato et l’antiquum ptochodochium, au milieu d’une île de la Touques (GC XI, coll. 782)104. La chapelle Notre-Dame du Pré, associée avant 1217 à un hôpital, l’était aussi à une foire, encore existante en 1230 (Sauvage 1928, n° XXVI, 354).

368L’étendue maximale urbanisée, pour le moyen âge, peut être abordée par le biais de la liste des revenus du chapitre, hormis les prébendes, établie en 1320 (BML ms 5, f° 16 r°-20 r°). Elle n’apporte en fait rien de nouveau par rapport à ce qui pouvait être connu auparavant (voir tableau des noms de rues). L’extension maximale de l’agglomération peut donc être placée avec une certaine assurance dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Ajoutons une mention du port de la ville, à la Chaussée, au nord, à la fin du XIIIe siècle (Sauvage 1928, n° XXIII, 352), d’écoles, de « maisons de prostituées » et de « lupanars » fréquentés par le neveu de l’évêque, en 1249 (Eudes, 62).

Les effets de la guerre de Cent Ans

369La guerre de Cent Ans, dont les effets se cumulent avec les épidémies, a pesé sur l’étendue urbanisée et, dans un second temps, a conduit à construire une nouvelle enceinte.

370La réduction de l’étendue urbanisée est, pour l’instant, impossible à mesurer. Un moulin à foulon est fieffé à nouveau en 1438, on évoque à cette occasion qu’il avait été fieffé depuis 1338, puis ruiné par les guerres. Une place vide est mentionnée à Saint-Jacques (ADC G 211). Rien n’indique une rétraction, ni l’abandon de quartiers auparavant peuplés.

371Cette impression de relatif maintien de la ville est confirmée par la construction d’une nouvelle enceinte. Si la nécessité en était évidente depuis les premiers raids anglais du milieu du XIVe siècle, les moyens financiers pour la réaliser ne sont mobilisés que tardivement.

  • 105 Rappel d’un commandement du roi Charles aux evesque, doyen, chappitre, bourgoys, manans et habitan (...)

372Tout d’abord, une fortification restreinte a été établie autour de l’évêché et de la cathédrale par l’évêque Guillaume Guitard, peu après la prise de la ville par le duc de Lancastre en 1356 (Lesquier 1928, 198). Il s’agit du « fort de Lisieux », auquel les habitants de la ville sont tenus, encore en 1400, de contribuer (BML ms 5, f° 6 r°-7 r°)105. Son emplacement est bien connu par les actes de fieffe de sections du fossé qui l’accompagnaient, lors de sa suppression. Elle intervient en 1434 au nord-ouest de la façade de la cathédrale, près de la tour Saint-Laurent, puis en 1442 au nord-est du cimetière de Saint-Germain, et en 1443 au chevet de la cathédrale, vers l’est. Cette dernière fieffe préside à la reconstruction en 1444 de la chapelle Notre-Dame sur un emplacement voisin (BML ms 5, f° 92 r° ; 73 r° ; 51 r° ; ADC G 268). Son identification sur le plan n’avait pas été faite lors de l’analyse morphologique. Cependant, la confrontation des données issues des textes avec le détail du parcellaire permet de proposer une localisation assez précise du fossé accompagnant la structure (voir restitution proposée fig. 24b).

373Ce fort ne protège qu’une faible part de la ville, en fait uniquement le siège du pouvoir. La protection du reste de son étendue pouvait donc s’imposer. La décision en fut prise probablement en 1407 par le roi, en accord avec l’évêque (BML ms 5 f° 7 v°). Les travaux ne durent pas avancer rapidement, en effet, on renonce à défendre Lisieux lors de l’avancée des Anglais en 1417 (Cousinot, 162). La ville est prise le 3 août. Le tracé de l’enceinte mise en œuvre à cette époque, et dont les portes sont achevées vers 1426-27 (Lesquier 1928, 214-19) est bien connu par le plan de 1785 et les traces qu’elle a laissé sur le cadastre ancien. Elle englobe l’essentiel des quartiers dont le développement est attesté aux XIIe-XIVe siècles, en rive droite de la Touques. En s’appuyant au sud et à l’est sur les restes de l’enceinte du Bas Empire, elle exclut de fait les faubourgs qui avaient pu se développer au sortir des portes d’Orbec et de Rouen. A l’ouest, elle est tracée sur la rive du cours d’eau, et seul le quartier Saint-Désir n’est pas de ce côté protégé (Bourg l’Abbesse en 1453, BML ms 5, f° 115 r°). La nouvelle fortification est donc assez ambitieuse, et place Lisieux parmi les villes les plus actives de la période en Normandie.

Le renouveau à partir de 1450 et l’époque moderne

  • 106 BML ms 5, f° 74 r° : Comme Jehan Leroux feron de la paroesse de Saint Germain de Lisieux eust de n (...)

374Les maisons de Lisieux, telles qu’elles existaient avant leur destruction en 1944, dataient souvent de la fin du XVe siècle et du début du XVIe. Elles témoignaient ainsi de l’intense reconstruction qui avait alors eu lieu. Ce phénomène est aussi présent dans les textes, avec par exemple cette maison dans la Grande rue dont on autorise l’alignement le 13 juillet 1453106, ou la mention d’une maison neuve, à l’angle de la rue aux Fèvres et de la place du Croquet en 1507 (ADC G 211). La reconstruction concerne aussi les halles (BML ms 5, f° 95 v°), et les églises Saint-Germain (Moisy 1915, 140) et Saint-Jacques. L’architecture de cette dernière est encore là pour en témoigner.

375Après la reconstruction de la tour sud de la façade de la cathédrale en 1579, un certain nombre d’ordres de la Contre-Réforme font leur arrivée dans la ville. Il s’agit des Capucins en 1613, des Ursulines en 1628, des Eudistes (séminaire et collège) en 1653, de la Providence en 1683, ou encore des Frères des Ecoles Chrétiennes en 1776 (Moisy 1915, 157-60). Leur localisation préférentielle est la rue du Bouteiller, en arrière de la Grande rue. Le couvent du Bon Pasteur est quant à lui installé au sud de la ville, à une date indéterminée. La halle de la Couture est reconstruite en 1745 (Moisy 1915, 143).

376Le visage de Lisieux tel que le cadastre ancien nous le restitue porte enfin la marque des interventions nombreuses de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe. La ville acquiert l’emprise des remparts en 1780-81, et procède ensuite à des réaménagements comme l’ouverture de la rue d’Alençon au sud en 1783, d’une rue entre la rue Bailli et le boulevard en 1789 (Moisy 1915, 134-5 ; 129 ; 136). Les portes sont détruites un peu plus tard, celle de la Chaussée au nord en 1797, celle de Caen en 1798, celles de Paris et d’Orbec en 1808 (Formeville 1873, I, 562). L’église Saint-Aignan, qui datait de 1365, est détruite en 1791, suivie par Saint-Germain en 1798 (Moisy 1915, 154-40). L’étendue de l’agglomération est à cette époque stable, probablement depuis le XIIIe siècle, voire le milieu du XIIe. On compte 1153 maisons en 1768 (Moisy 1915, 124), et 4914 habitants de 1835.

3. Conclusion

377Lisieux a une histoire morphologique qui rappelle beaucoup celles de Pont-Audemer et de Falaise. En cela, le fait qu’il s’agisse d’un siège d’évêché n’a pas apporté de différence significative. C’est dû à l’abandon poussé de l’espace urbain pendant le haut Moyen Age et à sa reconstitution seulement à partir du XIe siècle. C’est dû aussi au caractère du pouvoir, essentiellement séculier, exercé sur la ville par l’évêque qui en est, semble-t-il, le seigneur pendant les phases formatives, les XIe-XIIe siècles. La relative atonie au XIIIe siècle explique peut-être la présence d’un seul ordre mendiant, mais l’activité du XVe siècle révèle une vigueur qui différencie Lisieux des deux villes citées ci-dessus. Les sources, enfin, permettent de cerner avec quelque précision des faits morphologiques remontant au XIe siècle, ce qui est en soi d’un intérêt certain, mais sont trop rares pour arriver à une datation sûre pour des événements du XIIe siècle.

ABRÉVIATIONS

378ADE
Archives Départementales de l’Eure

379ADC
Archives Départementales du Calvados

380ADSM
Archives Départementales de la Seine-Maritime

381AN
Archives Nationales

382BML
Bibliothèque Municipale de Lisieux

383BMR
Bibliothèque Municipale de Rouen

384BSHL
Bulletin de la Société Historique de Lisieux

385PL
Patrologia latina, édition Migne

Bibliographie

Sources

Cart. Normand
« Cartulaire Normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi », éd. L. Delisle, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XVI, Paris-Caen, 1852.

Cousinot
Chronique, éd. Vallet de Viriville, Delahays, Paris, 1859

Cousinot de Montreuil
Chronique, éd. Vallet de Viriville, Delahays, Paris, 1859.

Eudes
Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, éd. Th. Bonnin, Rouen, 1852.

Fawtier (R.) 1930
Comptes du trésor (1296, 1316, 1384, 1477), Paris.

Gesta Fontanellensis
Gesta sanctorum patrum Fontanellensis coenobii, éd. Dom F. Lohier et J. Laporte, Rouen-Paris, 1936.

Guillaume de Jumièges
Gesta normannorum ducum, éd. J. Marx, Rouen-Paris, 1914.

Guillaume Le Breton
Vie de Philippe-Auguste, Coll. des mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Guizot, Paris, 1825.

Inventaire 1779
« Inventaire et extrait historique des titres et papiers de la ville de Pont-Audemer fait en 1779 », 3 vol., manuscrit.

Orderic
Orderic Vital, Ecclesiasticae Historia, éd. A. Leprévost, 5 vol., Paris, I : 1838, II : 1840, III : 1845, IV : 1852, V : 1855.

MRSN
« Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae », I, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XV, Paris 1846, éd. Léchaudé d’Anisy, 1180, 1-33 ; 1184, 34-38 ; 1195, 39-86 ; II, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XVI, éd. Léchaudé d’Anisy et A. Charma, Paris-Caen, 1852 ; 1180, XXIX-XXX ; 1198, 1-79 ; 1201, 80 ; 1203, 82-104.

RHF Pouillés, II
Recueil des Historiens de la France, pouillés, II, éd. A. Longnon, Paris, 1893.

RHF XIII
Recueil des Historiens de la France.

Rigord
Vie de Philippe-Auguste, Coll. des mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Guizot, Paris, 1825.

RNTL 1204
« Rotuli Normanniae in Turri Londinensi », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XV, Paris 1846, éd. Léchaudé d’Anisy, 93-129.

Robert de Torigni
Chronique, 2 vol., éd. L. Delisle, Rouen, 1872.

Roles
« Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny », éd. A. Charma Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 23, 1858.

RRAN
Regesta Regum Anglo-normannorum, I Willelmi Conquestoris et Willelmi Rufi 1066-1100, éd. H. W. C. Davis ; II Henrici primi 1100-1135, éd. Ch. Johnson et H. A. Cronne ; III Regi stephani ac Mathildis imperatricis ac Gaufridi et Henrici ducum Normannorum 1135-1154, éd. H. A. Cronne et R. H. C. Davis, Clarendon Press, Oxford, 1913, 1956-1968.

SNRF
« Scaccarium Normanniae sub regibus Francie », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XV, Paris 1846, éd. Léchaudé d’Anisy, 137-161.

Vegece 1878
« Institutorum rei militaris », Collection des auteurs latins publiés sous la direction de M. Nisard, Ammien-Marcellin, Jornandès, Frontin, Vegece, Modestus, Paris.

Bibliographie

Baudot (M.)1968
« Pont-Audemer », et « Verneuil-sur-Avre », Dictionnaire des églises de France, IV, Robert Laffont, Paris.

Brandenbourg (A.) 1989
La cathédrale, Paris.

Canel (A.) 1835
Essai historique, archéologique et statistique sur l’arrondissement de Pont-Audemer, 2 T., Paris.

Canel (A.) 1885
Histoire de la ville de Pont-Audemer, Paris.

Cardine (P.M.) 1984-5
« Lisieux de la fin du Moyen Age à l’époque classique », Art de Basse-Normandie, n° 89, 90, 91.

Delacampagne (F.) 1990
Carte archéologique de la Gaule, le Calvados 14.

Doranlo 1945
« Les origines de Falaise et les voies antiques de sa région », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XLIV, 1942-45.

Dosdat 1995
« Les évêques de la province de Rouen et la vie intellectuelle au XIe siècle », Les évêques normands au XIe siècle, dir. P. Bouet et F. Neveux, Presses universitaires de Caen.

Dutour (F.) 1995
Le Calvados : 1945-1947, Caen.

Fauroux 1961
« Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066) », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XXXVI, Caen.

Formeville (H. de) 1873
Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, 2 vol., Lisieux.

Gauthiez (B.) 1991
La logique de l’espace urbain, formation et évolution : le cas de Rouen, 2 vol., thèse EHESS, Paris.

Gazeau (V.) 1988
« Le domaine continental de l’abbaye de Notre-Dame et Saint-Léger de Préaux au XIe siècle », L. Musset, J.M. Bouvris et V. Gazeau, Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIIe siècles), Cahier des Annales de Normandie n° 22, Caen.

GC XI
Gallia Christiana, XI, Paris, 1759.

Germann (P.) 1984
Histoire de Falaise, Condé-sur-Noireau.

Golb (N.) 1985
Les Juifs de Rouen au Moyen Age, portrait d’une culture oubliée, Pub. de l’univ. de Rouen n° 66, Rouen.

Grant (L.) 1990
« The choir of St Etienne at Caen », Medieval architecture and its intellectual context, éd. E. Fernie et P. Crossley, Hambledon Press, Londres.

Guide Bleu 1950
Guide bleu France automobile en un volume, Paris.

Houth (E.) 1981
« Les comtes de Meulan, IXe-XIIIe siècles », Mémoires de la société historique et archéologique de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, LXX, Pontoise.

Huard (G.) 1919
« La cathédrale de Lisieux aux XIe et XIIe siècles », Etudes lexoviennes, II.

Lavedan (P.) et Hugeney (J.) 1974
L’urbanisme au Moyen Age, Genève.

Lechaudé d’Anisy 1834
Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. VIII, IIe partie.

Lemaître 1984-85
« Lisieux dans l’Antiquité », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, Lisieux.

Leprévost (A.) 1862-1864
Mémoires pour servir à l’histoire du département de l’Eure ; 2 t., éd. L. Delisle et L. Passy, Hérissey, Evreux.

Lescroart (Y.) 1984-85
« L’église Saint-Jacques », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, spécial Lisieux.

Lesquier (J.) 1928
« Les fortifications de Lisieux au XVe siècle », Etudes lexoviennes, III, Paris-Caen.

Libourel (J.-L.) 1990
Falaise, coll. Image du patrimoine n° 76, Caen.

Marie-Cardine (P.) 1933
Lisieux, le pèlerinage, la ville, Arthaud, Grenoble.

Moisy (A.) 1915
« Lisieux sous Louis XVI », Etudes lexoviennes, I, Paris-Caen.

Musset (L.) 1948
« Les villes épiscopales et la naissance des églises suburbaines en Normandie », Revue de l’histoire de l’église de France, 34.

Musset (L.) 1968
« Falaise », Dictionnaire des églises de France, IV, Robert Laffont, Paris.

Musset (L.) 1976
« Foires et marchés en Normandie à l’époque ducale », Annales de Normandie, 26.

Neveux (F.) 1984-85
« Lisieux au Moyen Age », Art de Basse-Normandie, 89-90-91, spécial Lisieux.

Neveux (F.) 1996
Bayeux et Lisieux, villes épiscopales à la fin du Moyen Age, éd. du Lys, Caen.

Nortier (M.) 1957-8
« Recherches sur l’étendue, les subdivisions et la population des vicomtés de Caen et de Falaise au XIVe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 54.

Petit-Dutailly (Ch.) 1970
Les communes françaises, caractère et évolution des origines au XVIIIe siècle, Albin Michel, Paris.

Renoux (A.) 1995
« Lisieux », Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, dir. A. Renoux, Pub. de l’univ. du Maine, Le Mans.

Saforge (J.-P.) 1969
« L’habitat gallo-romain chez les Calètes et les Véliocasses », Bulletin de la Société Normande d’Etudes Préhistoriques, T. 39, fasc. 3, 141-46 et carte hors texte.

Sauvage (R. N.) 1928
« Fragments d’un cartulaire de St-Pierre de Lisieux », Etudes lexoviennes, III, Paris-Caen.

Sauvage (R. N.) 1938
« Cartulaire communal de Falaise », Mélanges de la société d’Histoire de la Normandie, XIVe série.

Spear (D.) 1995
« L’administration épiscopale normande, archidiacres et dignitaires des chapitres », Les évêques normands du XIe siècle, éd. P. Bouet et F. Neveux, Presses universitaires de Caen.

Türk (E.) 1977
Nugae Curialium, le règne d’Henri II Plantagenêt (1145-1189) et l’étique politique, Droz, genève.

Vallez (J.-M.) 1961
« Recherches sur l’histoire sociale et économique de Falaise du XIe siècle à la guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, LV, 1959-60, Rouen.

Notes

1 Une bibliographie plus complète de ces villes est donnée dans la bibliographie générale concernant la Normandie, à la suite du chapitre de synthèse « l’urbanisme en Normandie au Moyen Age d’après l’analyse morphologique des plans de villes » (IV.16).

2 ADE III Pl 1301.

3 Cette donation est confirmée en 1137 (RRAN 1968, III, n° 281).

4 Il faut ajouter à ces documents un plan établi pour tracer la traversée routière de Falaise en 1777, et qui donne le détail de structures détruites peu après, comme les halles et la porte vers le nord-ouest (ADC CPL 113).

5 Je n’ai pu retrouver son origine, elle est mentionnée sans référence par German 1984, 46.

6 Il est impossible, sans sources vérifiées, de retenir les assertions selon lesquelles Saint-Gervais aurait primitivement porté le titre de Saint-Christophe et Saint-Jacques (Libourel 1990, 2).

7 Cependant, de même que la réfection des murs de la ville a jusqu’ici été datée du XIIIe siècle (voir infra), alors que les sources la placent assurément à la fin du XIIe, il est fort possible que cette partie de la Trinité soit elle aussi à dater du XIIe siècle. L’architecture gothique a souvent conduit en Normandie à dater des édifices du XIIIe siècle, qui avaient été construits plusieurs décennies auparavant (Grant 1990).

8 Contrairement à ce qui est affirmé par exemple dans Libourel, 1990, 18-19.

9 Il y a un doute pour la période entre 1180 et 1198. Le compte de l’Echiquier pour 1198 donne 640 L. au total, mais une autre source donne 540 L. pour la date quo rex Ricardus ivit ultra mare, soit 1190 (ADC 386 Edpt/1).

10 Il faut y ajouter Saint-Adrien du Val d’Ante, qui correspond aux urbanisations extra-muros vers le sud et l’ouest, Saint-Laurent au nord, Saint-Nicolas paroisse du château, et Saint-Jean paroisse de l’abbaye homonyme.

11 La source ADC 386 Edpt/1 n’est pas foliotée de façon fiable et régulière.

12 Locum qui situs est iuxta portam Falesie qui dicitur porta Ogisii, et extenditur in latum versus plateam oppositam initio vici qui primo egreditur a vico protenso versus portam predictam ad parrochiam Sancte Trinitatis..; ex una parte vicum prenominatum, e alia turrem Hedum « un lieu situé près de la porte de Falaise appelée porte Ogise, et qui s’étend en largeur vers la place en face du début de la rue qui monte de la rue par laquelle on accède à la porte vers (l’église) paroissiale de la Sainte-Trinité ; et (en longueur) d’un côté la dite rue, et d’autre la tour Hedon » (ADC 386 Edpt/1).

13 Concession de plus du mur et du fossé qui s’étendent devant leur terrain, avec autorisation de percer une poterne et de clorre le fossé à l’extérieur (ADC 386 Edpt/1).

14 En 1202 le roi doit 48 L. à Benlivenge et Jacobus judei de Falaisia ; on annule en 1203 une dette de l’évêque de Lisieux envers Deodonum judeus de Falaisia (RNTL 1204, 113 ; 124).

15 Morellus de Falesie, Judeus, est au nombre des quatre otages juifs normands détenus par Philippe-Auguste vers 1210 à Paris (Cart. Normand, n° 207).

16 Le microfilm ADC 2 mi 526 regroupe le « Matrologe de la léproserie Saint-Lazare », ici précisé « SL », et le « Matrologe de l’Hôtel-Dieu » de Falaise, ici précisé « HD ».

17 Voir un plan de 1777, ADC CPL 113.

18 « Abrégé du papier terrier du domaine de Falaize », fouage de 23 sous pour la paroisse de Guibray, probablement à 4 deniers par feu.

19 Les archives de l’abbaye ont malheureusement disparu. Elle avait été favorisée par le roi au début du XIIIe siècle, notamment par un don en 1234 de 30 chênes ad stalla... facienda (CART. NORMAND, n° 411). On ne sait cependant s’il peut s’agir de halles localisées à Guibray.

20 800 écus d’or en 1418, 500 L. en mars 1419 (ADC 386 Edpt/1).

21 La paroisse comptait au moins 43 familles en 1279 (ADC 386 Edpt/1).

22 Les plans utilisés sont les suivants : plans de 1731 et 1757, Bibliothèque Canel, Pont-Audemer ; 1742, ADSM 12 Fi 582 ; 1775, AN N III Eure 29. Voir aussi la gravure de la fin du XVIe siècle montrant la ville, attribuée de façon erronée à Lisieux (Cardine 1984-5, 51).

23 Connu au début du XVIIe siècle, voir la gravure évoquée note 1.

24 A ceci près que la façade de l’église Saint-Ouen fut par la suite, à la fin du XVe siècle, reconstruite en légère saillie sur cet alignement.

25 Confirmation des biens de Préaux par le pape Innocent.

26 La date est donnée par la présence comme témoin de Henricus filius Radulfi filius Durandi, et par le fait que, incarcéré par Henri Ier jusque vers 1134, Galeran n’était probablement pas en situation de concéder à Préaux de futures églises avant la fin de la décennie (Leprevost, Orderic, IV, 448).

27 Il est aussi possible, mais douteux, que la Buco vico ne soit qu’une mauvaise transcription du toponyme Bourgerue, dont la graphie est fort variable dans les textes, et dont il sera largement fait état infra.

28 Ce fait va dans le sens d’un percement plus tardif de la rue 3d, qui évite un chœur déjà édifié, saillant sur le tracé de la rue nouvelle établie dans le prolongement de 3a.

29 Ces parties sont discernables sur une gravure du XIXe siècle, Tiroir n° 8, n° 44, Bibl. Canel, Pont-Audemer.

30 1120 : Robertus noster monachus ecclesiam parrochie totam a fundamento construxit et aliam ecclesiam quia longuscule a villa abearat similiter in elemosinam tribuit Sancti Legerii « notre moine Robert construisit complètement l’église paroissiale depuis ses fondations et donna à (l’abbaye) Saint-Léger une autre église peu distante du village, en aumône » (ADE H 711, f° 106 r°-v°).

31 Aucun élément ne permet de dater directement la mise en place des rues en rive droite de la Risle faisant face à celles de l’opération 3. La cohérence de leur disposition avec celles-ci rend cependant vraisemblable une création contemporaine.

32 Ce texte est une liste des revenus de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, non datée. Elle mentionne trois églises, Saint-Germain, Saint-Ouen et Saint-Aignan, mais Notre-Dame n’apparaît pas. Une autre liste de même objet mentionne un peu plus tard cette église. L’abbaye disposait de droits sur ce secteur de la ville depuis un don fait par Raoul fils Durand lorsqu’il était devenu moine, probablement peu avant sa mort, donc après 1123 (ADE H 711, f° 207 v°; 38 r°).

33 Celle-ci doit encore 400 L. à un Juif en 1249 (Eudes, 59).

34 Il est possible que le Calot connu à Rouen pour y acquérir une terre gagée en 1234, soit le même homme (Golb 1985, 328).

35 Le nom même de ce personnage, qu’on retrouve à Rouen et à Falaise (voir monographie), et si l’on suit le raisonnement de Norman Golb, implique un rôle de chef de communauté, voire de représentant des Juifs d’un ensemble géographique régional. Ces mentions renforcent l’impression d’importance de la communauté juive de Pont-Audemer, à la fois d’un certain niveau culturel et impliquée dans les affaires d’argent du duc-roi (Golb 1985, 382-85).

36 Ces droits comprennent la possession de terres, de revenus, d’hypothèques, de biens matériels, de libertés et de coutumes, d’aller et venir sans droits de douane en Normandie et Angleterre, etc.

37 Il est dit sapiens et modestus heros par Orderic Vital (Orderic, III, 426).

38 Abbaye qui semble n’avoir eu que des liens très ténus avec la ville.

39 En 1106, le duc Robert octroie une juridiction à Préaux sur sa banlieue, y compris l’assaut des maisons, ce qui suggère un début d’agglomération (ADE 7 H 711 f° 115).

40 Ivonis etiam Carnotensis sultus amicitia, literas ab eo petiit ad Robertum Mellenti comitem, ubi commendata ejus prudentia et religione, quod in revocandis monasterii possessionibus elaboraret et maxime probatur et comitis postulatur auxilium : nec ille desuit auxilio, sed collatis saepe beneficiis Pratellum ditavit, ubi et terrae mandatur anno 1110 (GC XI, col. 838).

41 Don par Anschetillus de Campiniaco filius Saffredi, sous Roger de Beaumont, avant 1095 et après 1078, Guillaume étant abbé (ADE H 711, f° 104 v°).

42 Actes de Galeran II, comte de Meulan (Houth, 1981, I, 181, texte revu d’après ADE H 711, f° 115 v°- 116 r°). Peu après le 5 juin 1118 :
De destructione domorum Sancti Germani de terra Rogeri Harenc et de terra Fichet ex precepto Galeranni comitis Post mortem Roberti comitis de Mellent, Gualerannus comes, filius ejus, adhuc puer, consilio Radulfi filii Durandi precepit ut destruentur domus Sancti Germani de terra Rogerii Harenc et de terra Fichet. In crastino autem venit idem Gualerannus, quem Ricardus abbas privatim duxit in capitulum ante sepulturam patris sui et aliorum parentum suorum inivi jacentium ; precatus est ipsum, ut pro anima patris sui sineret stare domum Eudonis fabri qui ferrabat caballos et asinos Sancti Petri, et domum atque granciam Willelmi Isoret decimatoris, ubi coadunatur decima Sancti Petri. Cui idem comes respondit : « Ego quidem non debeo nec possum donare vobis terram militorum meorum, sed si cadant aut non cadant alie domus, tamen iste domus pro quibus me precamini, pro anima patris mei dono et concedo vobis et monachis, ne ampliius per preceptum meum destruatur ».
Testes : Morinus de Pinu, Lucas de Barra, Willelmus Isore.
Non longe autem post hec, prepositi Pontis Audomari, scilicet Robertus filius Giroldi et Willelmus Comes, precepto Gualeranni comitis, ut dixerunt, destruxerunt cum aliis domibus domum Willelmi Isore et domum Goiffredi fabri, quem Hugo Fichet jam dederat Sancto Petro. Tunc comes requisitus ab abbate Ricardo in Bulgerua vocavit idem comes Willelmum Comitem et jussit permitti reedificari has duas domus.
Testes : Willelmus de Pino, Radulphus de Bellomonte, et jussit esse quietas jure elemosine.
(“Après la mort de Robert, comte de Meulan, le comte Galeran, son fils encore enfant, sur le conseil de Raoul fils de Durand, ordonna que l’on détruise des maisons à Saint-Germain, de la terre de Roger Harenc et de la terre Fichet. Le lendemain-même Galeran vint en personne (à Pont-Audemer). L’abbé Richard le conduisit dans le chapitre devant la sépulture de son père et d’autres de ses parents ensevelis en ce lieu. Il le pria, pour l’âme de son père, de laisser debout la maison de Eudes le forgeron qui ferrait les chevaux et les ânes de Saint-Pierre, et de même, de bonne grâce, la maison de Guillaume Isoret, dîmier, et la grange où l’on réunit les dîmes de Saint-Pierre. Le comte lui répondit : « Je ne dois ni ne peux moi-même vous donner la terre de mes chevaliers, mais cependant, que les maisons qui restent tombent ou ne tombent pas, pour l’âme de mon père, je vous donne et concède, à vous et à vos moines, cette maison pour laquelle vous m’avez prié, et qu’il ne soit plus détruit par mon ordre ». Témoins : Morin de Pinu, Lucas de Barra, Guillaume Isore.
Peu de temps après cela, les prévôts de Pont-Audemer, à savoir Robert fils de Giroud et Guillaume Lecomte, à ce qu’ils dirent sur l’ordre du comte Galeran, détruisirent avec d’autres maisons la maison de Guillaume Isore et la maison de Geoffroi le forgeron, que Hugues Fichet avait autrefois donnée à Saint-Pierre. Alors, le comte, appelé par l’abbé Richard à Bourgerue, fit venir Guillaume Lecomte et ordonna sur son serment qu’on entreprenne la reconstruction de ces deux maisons. Témoins : Guillaume de Pino, Raoul de Beaumont. Et il ordonna qu’elles soient libres du droit d’aumône »).

43 Ce toponyme Bourgerue, largement attesté au XIIe siècle, suivant des graphies variables, est formé des noms rue et bourg ; on en trouve une autre occurrence à Rouen avant 1229, dans un contexte d’extension urbaine sous la forme d’un lotissement (Gauthiez 1991, I, 240), et, sans datation, sous la forme d’une extension de village dans le Vexin Normand, à Longchamps (27). Le toponyme rue est très fréquemment utilisé en Normandie, dès le XIe siècle (cf. le vicus Selvaticus, en 1079, Leprevost, Orderic, III, 36) pour désigner une urbanisation accompagnant un chemin, souvent fruit d’un lotissement, qu’elle soit isolée ou le prolongement d’un site déjà développé. Dans le cas de Pont-Audemer, son emploi suggère l’existence d’un faubourg en voie d’urbanisation, et disposant peut-être du droit de bourgage. Le toponyme Ruella, déjà évoqué, a une même origine. Le mot rue n’implique pas de droit de bourgage, il pouvait souvent correspondre à des urbanisations de type faubourg.

44 Voir à ce sujet la synthèse régionale : une forme triangulaire régulière est très improbable avant le début du XIIe siècle.

45 Cette hypothèse rend cependant mal compte du débouché indirect de la rue joignant Saint-Ouen à la rue aux Juifs.

46 Il est bien sûr possible que des proches de Galeran aient pu être chargés de la réalisation des projets du comte pendant sa captivité, mais sa réaction en 1118, puis en 1124, lorsque certains des habitants avaient commencé à reconstruire, tend à faire penser qu’il souhaitait contrôler de près les travaux.

47 L’emploi du mot par Orderic Vital semble faire référence au château (Orderic, I, 188), alors que Siméon de Durham parle des habitatores autem illius oppidi, ce qui renvoie certainement à la ville (RHF XIII, 81).

48 Elle est vraisemblablement localisée au nord-est de la ville, sur la route de Rouen. Le prieuré de Corneville, à quelques kilomètres dans cette direction, à l’endroit où la route de Rouen quitte la vallée de la Risle, est fondé par Galeran de Meulan avant 1143 (Houth 1981, n° 35, 68). La porte est aussi évoquée dans la source de 1260.

49 De Gisleberto Formentin XL s. de fossatis de Ponte Audomari « pour les fossés de Pont-Audemer ». Le montant de la ferme, 40 sous, peut être comparé aux montants connus du bail de deux sections de fossé à Rouen en 1220 et 1257, sections dont la longueur est dans les deux cas d’environ 550 mètres pour 10 sous (GAUTHIEZ 1991, I, 173).

50 Le contexte de cette guerre est la succession de Henri Ier en Normandie, disputée entre le roi Etienne et le comte d’Anjou Geoffroi.

51 En 1182-90, Robert de Meulan donne à l’église Notre-Dame de l’Estrée une mesure de sel à prendre sur la prévôté de Pont-Audemer (Houth 1981, n° 96, 124).

52 La halle est, si ce n’est encore en place, du moins avec une configuration identique en 1692, date à laquelle Préaux y possède de même 13 emplacements sur 6 travées et demi (ADE 7 H 710).

53 Concedimus burgensibus nostris de Ponte-Audomari ut faciant halas apud Ponte-Audomari ubi melius poterunt ad utilitatem ville sue ad recipiendum et vendendum omnes mercandisias que venient in villam suam... Salvis nobis aliis halis quas habebamus in eadem villa (« Nous concédons aux bourgeois de Pont-Audemer (le droit) de construire des halles où ils le pourront le mieux pour l’utilité de la ville, pour recevoir et vendre toutes marchandises qui viennent dans leur ville... (en préservant le droit) de nos autres halles que nous avons dans la même ville ») (Cart. normand, n° 317). Il ne s’agit pas d’une autorisation de marché, mais de construire sur un domaine public royal.

54 Il s’agit ici certainement de Southampton, ce qui suggère une ligne de trafic qui, d’ailleurs, n’a rien de surprenant.

55 gazeau 1988.

56 Cet emprunt de 200 L., destiné à des travaux au château de Beaumont, s’adresse aussi aux Juifs de la ville.

57 C’est la mention la plus ancienne d’une largeur à respecter pour une voie que j’ai rencontrée.

58 BMR ms. Martainville Y 94, f° 90 v° : et touz icelz qui en tiennent entre la Blaerie et la porte des Molins de la partie de Saint Oen ont sorpris sur le fro le roy.

59 La source est datable par la liste des établissements religieux bénéficiaires de dons comtaux à prélever sur les revenus de la prévôté, parmi lesquels on trouve celui de 60 sous à l’abbaye de Savigny, donnés après 1183 (Houth 1981, n° 97, 124). Les unités monétaires sont de même valeur.

60 Comme le laissent penser aussi les biens importants que l’abbaye Saint-Pierre de Préaux possédait en Angleterre (ADE H 711, f° 181-202).

61 Le rôle de l’Echiquier de cette année comporte un article : « pour la réparation de la grande salle et du palis du château de Pont-Audemer » (MRSN 1195, 63). D’autres travaux au château sont mentionnés en 1203 (RNTL 1204, 129).

62 Un Pierre de Meulan, petit-neveu de Galeran, possède toutefois encore des biens à Pont-Audemer vers 1214, à Bourgerue (BMR Y 200, f° 25 v°).

63 En 1257, 1259, 1260, 1265, 1267, (Eudes, 286 ; 356 ; 388 ; 526 ; 586).

64 L’église est en reconstruction vers 1290 (ADE H 342). La substitution du nom de Saint-Gilles par Saint-Jean a aussi concerné Louviers, à peu près à la même époque.

65 Le prieuré est placé sous l’autorité de l’abbaye de Saint-Vincent du Bois à Chartres, puis transformé en abbaye. L’église est dédicacée en 1147. En 1287, l’abbaye est détruite de fond en comble par un incendie, elle ne s’en relèvera pas (GC XI, col. 298-99).

66 La politique de l’abbaye comprend encore à cette époque des défrichements, comme celui de 10 acres et demie, plus une vergée, concédé en 1220 dans la « notre couture appelée la grande couture » (ADE H 711, f° 77 r°). Le prieuré de Saint-Gilles fit à la même époque, vers 1222 comme en témoigne la série des actes présents, rédiger un cartulaire destiné manifestement à fixer ses propres droits (BMR ms Y 200). La rivalité urbaine entre les deux établissements est donc à l’origine des connaissances exceptionnelles que nous pouvons avoir de l’évolution de Pont-Audemer dans le siècle précédent.

67 La valeur de ce marché était évaluée à 78 L. en 1260, ce qui peut correspondre à un revenu annuel d’environ 10 L., soit environ 3 à 5 % de celui de Pont-Audemer (BMR Martainville Y 94, f° 81 r°)

68 Cette installation est donc probablement contemporaine de celle de Rouen (Gauthiez 1991, I, 272).

69 D’après Trésor Des Chartes, reg. 56, n° 428.

70 En 1261, 1266, 1269, 1270, 1279, 1305, 1321... (Canel 1835, 77). Voir aussi note 63.

71 La liste du 10 octobre 1419, très complète, concerne 67 sites (n° 675).

72 Dans ce contexte, les biens fonciers anglais de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux sont cédés entre 1350 et 1353 au roi Jean (GC XI, col. 840).

73 Les derniers éléments subsistant en élévation du château durent disparaître peu de temps après la cession de son emplacement par la Couronne à un nommé Denise, en 1763, pour 3 ha 9 a (ADE Q 649).

74 Cet inventaire manuscrit, d’un grand intérêt du fait de son niveau de détail, ne renvoie cependant pas à une documentation inventoriée au moment de l’enquête.

75 En 1489-90, les maîtres maçons de l’œuvre d’icelle se retiroient dans une des chambres de l’hôtel de ville, pour faire le pourtrait et jet du dedans du portail et tours de ladite église, et faire les moules jets et adresses dudit œuvre où ils besognoient chacun jour (Inventaire 1779, I, 96).

76 Inventaire 1779, I, 39-40. Ils étaient implantés depuis 1471 dans le faubourg.

77 Comme la structure 8b ou la ruelle parcourant la parcelle de l’actuel musée Canel.

78 Cette tour ne semble pas être mentionnée dans les travaux de la reconstruction. Son nom peut-être, et sa situation, laissent penser qu’elle pourrait avoir été construite par Philippe-Auguste peu après la prise de la Normandie, à l’exemple des tours de Vernon, Rouen, Falaise, etc.

79 En 1477, la ville est taxée autant que Louviers pour un avitaillement de navires du roi de Portugal, à concurrence de 600 L., contre 1500 à Rouen et 800 à Honfleur, ce qui suggère une vitalité retrouvée (Inventaire 1779, I, 57).

80 Sans la connaissance du nombre précis de religieux, il n’est pas possible de le déterminer précisément.

81 Une grande seulle anciennement à usage de grenier à sel, place de la Poissonnerie, un grand bâtiment à usage de grenier à sel rue du Sépulcre, un grenier à sel nouvellement construit à Saint-Aignan.

82 Le site urbain comprenait une seconde partie, au lieu-dit Vieux-Lisieux, d’une étendue comparable. Ce site est mal connu. Un « amphithéâtre-théâtre » y a été reconnu (Lemaitre 1984-85, 17-18). Une telle configuration rappelle celle d’Evreux et de Vieil-Evreux.

83 Cette conclusion diverge de celle de François Neveux (1996, 124).

84 Sur cette période, voir aussi Lisieux avant l’an mil, essai de reconstitution, catalogue d’exposition, Musées de la ville de Lisieux, 1994.

85 « mur (de la ville) que l’évêque Herbert détruisit pour construire l’église » Cujus muros (urbis) Herbertus episcopus propter ecclesiam aedificandam destruxerat, Chronique de Normandie, citée dans GC, XI, col. 774. On peut ajouter qu’il ne peut s’agir, vu la faible quantité des matériaux qui pouvait provenir du percement de portes dans l’enceinte antique, de pourvoir à la construction de la nouvelle cathédrale en pierres et maçonneries.

86 Une telle localisation, étroitement associée à une ancienne porte séparant l’ancien quartier du nouveau, est fréquente dans les villes du nord de la France. On la trouve à Rouen, où l’hôtel de ville et le beffroi sont localisés au Gros-Horloge à la jonction de la cité et du bourg du XIe siècle, à Evreux de même, à Caen enfin, entre la clôture du XIe siècle et le quartier Saint-Jean, pour ne citer que des exemples géographiquement proches. Il implique que le nouveau quartier soit protégé par une enceinte, rendant caduc l’usage militaire de la porte où le pouvoir urbain est placé.

87 Lucien Musset considère cependant que le bourg mentionné ici n’est probablement pas localisé à Lisieux. Le texte n’est en effet par très clair sur ce point. Une relecture conduit toutefois à penser que l’interprétation ici donnée est la plus probable (ADC 2 H 135, copie de la charte de fondation de l’abbaye de Saint-Désir de Lisieux par Guillaume, prince des Normands).

88 Vicus per quem itur de Piscioneria apud ecclesiam sancti Iacobi Lexoviensis, vicus qui nuncupatur Baallie (« la rue par laquelle on va de la Poissonnerie à l’église Saint-Jacques, la rue qu’on appelle du bailli »).

89 Cf. à Rouen, la vetera Lormeria correspond à la vieille rue Ecuyère, des armes y étaient fabriquées (gauthiez 1991, I, 172)

90 Il en fait lui-même le bilan à l’adresse du pape Lucius III, vers 1181 : cum me mille ducentas libras et eo amplius perpetuas acquisisse constaret, et thesauro etiam intulisse quingentas et duodecim millia librarum extantibus aedificiis impendisse, ipsamque ecclesiam episcopalem ex parte sumptibus meis et acquisitionibus innovatam ; ad communiam quoque canonicorum sexcentas libras annuas et perpetuas acquisivi, atque mensam episcopalem quingentis libris et eo amplius annuis et perpetuis augmentavi (PL 201, n° 71, coll. 101). Ce texte est cité et traduit dans A. Brandenbourg (1989, 260-1).

91 Par exemple Blangy, Livarot, ou un Anglais, pour l’extérieur. Les noms de personnes renvoyant à des localisations intérieures sont les plus anciennes mentions de rues de la ville : de Loremario, de Intrapontes (lire « inter »), de Cultura.

92 Taneor, Carnifex, Canbiator, Faber, Aurifaber.

93 Un nom très peu fréquent en Normandie. Du fait de sa position exposée dans ce texte, il s’agit probablement de l’architecte de la cathédrale alors en cours de reconstruction.

94 Un burgenses est mentionné à l’Echiquier de 1180, un texte évoqué infra parle de cives.

95 Son neveu Sylvester avait pu bénéficier, grâce à lui, de 450 L. annuelles revenus. A son autre neveu, Hugues de Nonant, il avait donné cinq églises pour environ 100 L. de revenu, une prébende à l’église de Lisieux pour 50 L., un archidiaconé de 100 L... (PL 201, Arnulfi Lexoviensis episcopi epistolae, n° 113, coll. 136 ; n° 127, coll. 146). Rappelons qu’Arnoul avait lui-même obtenu l’évêché de son oncle Jean.

96 Le rôle tenu par Arnoul dans l’affaire Becket avait rendu difficile ses relations avec Henri II (Türk, 1977, 59-66).

97 PL 201, lettre n° 110, coll. 132, où Guillaume Fils Raoul fait proclamer « publiquement par les marchés et les foires royales » l’interdiction de partir donné à Arnoul, et la privation de ses revenus. Dans la lettre n° 105, coll. 126, Arnoul se plaint que « dans la cité, qui a été jusqu’à ce jour pourvue d’une liberté spéciale, le préfet s’empare de mon autorité pour son propre compte, qui usurpe quotidiennement devant mes yeux, avec violence, mes revenus pour lui-même, et afflige les citoyens de peines indignes... ».

98 Tous n’ont cependant pas été condamnés, et deux archidiacres de Lisieux, Gislebertus et Johannes de Neelfa, probablement opposants à Arnoul, seront nommés en 1184 aux postes d’évêques de Rochester et de Chester en Angleterre (Robert de Torigny, I, 129-30).

99 PL 201, lettre n° 128, coll. 148.

100 Son montant est de 25 L. en 1180 (MRSN 1180, 27), 35 L. en 1184 (MRSN 1184, 37) ; 35 L. en 1195 (MRSN 1195, 76).

101 Robertus Vicecomes reddit compotum de 95 L pro habenda recognitione de vicecomitatu Lexovini (« Robert, vicomte, rend compte de 95 L. pour avoir reconnaissance de la vicomté de Lieuvin ») (MRSN 1195, 76).

102 Cette confirmation rappelle celle des communes normandes à la même époque.

103 Dont « un millier de bons harengs » (ADC H suppl. 479).

104 Ces dons sont confirmés, de même que celui de l’eau et d’une rue, en 1256 (GC XI, coll. 783).

105 Rappel d’un commandement du roi Charles aux evesque, doyen, chappitre, bourgoys, manans et habitans.. ; qu’ilz repparassent ou feissent repparer la dicte forteresse.

106 BML ms 5, f° 74 r° : Comme Jehan Leroux feron de la paroesse de Saint Germain de Lisieux eust de nouvel fait construire et ediffier le devant d’une maison a luy appartenant, seant sur la Grande rue de Lisieux iouxte d’un coste les hoirs Michiel Legendre, d’autre coste Henry Benard, d’un bout les dis hoirs et d’autre bout la dicte rue. Et pour ce que la saillie dudit ediffice estoit trop passante sur la dicte rue tant hault que bas, par quoy eust este sur ce empeschement mis par la justice de reverend pere en dieu Monseigneur l’evesque et conte de Lisieux. Pour laquelle cause les jures de la ville eussent este fait venir pour veoir et visiter ledit ediffice, affin de le recuider ou autrement en ordonnat et appoinctant selon raison a les advis et consciences en raison et que la chose le requiert.

Table des illustrations

Légende Note 21.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 699k

Auteur

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540