Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

I. LA PLANIFICATION DES AGGLOMÉRATIONS

Introduction

Bernard Gauthiez et Elisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

1La planification, définie comme un ordre géométrique provenant d’une intervention volontaire, n’est pas toujours aisée à reconnaître sur les documents planimétriques. Certaines régularités peuvent résulter de contraintes fortes dues à la topographie du site ou à la prégnance d’aménagements antérieurs plutôt que d’opérations d’urbanisme. Le plan régulier d’une agglomération peut ainsi avoir été hérité de celui du parcellaire rural qui l’a précédée : c’est le cas de Stratford-on-Avon (Palliser 1987 : 57) et de bien d’autres. D’autre part, des opérations de planification bien attestées ne se traduisent pas toujours par des tracés parfaitement réguliers : on ne peut pas réduire les formes planifiées aux tracés rigoureusement orthonormés ou circulaires, et dans la définition de la planification, il importe plus d’évaluer le caractère volontaire de l’organisation de l’espace que les performances des arpenteurs. Les études menées sur Winchester (Biddle, Hill 1971), sur Rouen, sur Bury-Saint-Edmunds (Gauthiez 1993 ; 1998) ont révélé ainsi des opérations de planification incontestables qui ont engendré des tracés qui ne sont pas rigoureusement rectilignes.

  • 1 C’est ce que disait, déjà en 1832, Quatremère de Quincy : C’est effectivement au plan de l’ensembl (...)

2La planification n’affecte pas nécessairement tous les éléments constitutifs de l’espace urbanisé. Elle peut porter sur une des composantes indépendamment des autres : le réseau viaire, le parcellaire, la composition des édifices majeurs ou l’alignement du bâti. Le « planifié » et le « spontané » ne constituent pas des catégories distinctes mais représentent les deux extrêmes d’un spectre continu : les tissus urbains qu’on qualifie de « spontanés » résultent d’un cumul de décisions individuelles à l’échelle d’une ou plusieurs parcelles1.

3L’analyse morphologique tend à montrer qu’il n’y a guère de fondation ex nihilo en ce sens qu’on ne fait jamais complètement table rase des structures antérieures, mais qu’il existe différents degrés de prise en compte de celles-ci, qu’il s’agisse du découpage foncier, de la voirie, des éléments du bâti ou d’espaces fonctionnels (foire, cimetière...).

4La permanence des structures planimétriques des villes antiques est certainement moins importante qu’on ne l’admet encore généralement. Les données archéologiques dont on dispose montrent qu’il est le plus souvent illusoire de vouloir retrouver le plan de la ville antique à travers les plans cadastraux subcontemporains. C’est ce qui résulte des travaux portant sur les villes anglaises (Biddle, Hill 1971), ainsi que des recherches conduites à Tours et à Rouen. Les phénomènes de subsistance sont dus le plus souvent à des contraintes, telles que la position des portes dans les enceintes du Bas Empire, ou le caractère prégnant de certains vestiges architecturaux (théâtres, amphithéâtres...). Ces rémanences n’impliquent pas une continuité fonctionnelle ni même physique : une rue antique peut devenir une simple limite parcellaire, et celle-ci peut à son tour conditionner la mise en place de nouvelles rues bien plus tard. L’étude du plan de Lisieux, dans ce chapitre, montre que le tracé des rues à l’intérieur du castrum est en partie conditionné par les emplacements probables des portes de l’enceinte du Bas-Empire, mais qu’il est essentiellement déterminé par une organisation médiévale, avec un degré d’indépendance important par rapport aux structures antiques telles qu’on les suppose.

5Dans cette première partie consacrée à la planification, trois régions – Normandie, Auvergne, Languedoc – sont représentées. Les plans révèlent des différences immédiatement perceptibles d’un corpus à l’autre. En Normandie, les plans sont organisés à partir d’un axe de composition, constitué d’une rue large ou d’une place de marché, au bout duquel se trouve une église ou un château ; c’est parallèlement à cet axe que sont tracées les rues secondaires bordées de lotissements. En Languedoc, on ne retrouve pas ce type de planification, mais on observe deux organisations distinctes : soit des formes concentriques, centrées sur une église, soit des formes en échiquier, parfois centrées sur une place de marché, mais dépourvues d’axe majeur de composition. En Normandie, il n’existe qu’un seul cas comparable : le plan du Petit-Andelys, avec une place de marché centrale au milieu de laquelle est située l’église. Le caractère rigoureusement rectiligne des tracés apparaît essentiellement dans les plans en échiquier en Languedoc et dans un certain nombre de plans axés normands. Pour ce qui est des deux exemples auvergnats du corpus, les premiers noyaux d’urbanisation régulière sont situés de part et d’autre d’une longue rue de marché au tracé assez peu rectiligne. Les extensions périphériques procèdent de l’échiquier plus ou moins régulier.

6Les plans normands sont très clairement distincts des plans du Languedoc. La composition le long d’un axe est présente dans la plupart des opérations d’urbanisme en Normandie, depuis le Xe s., à Rouen, jusqu’au XIIe s. Les formes concentriques du Languedoc, interprétées le plus souvent comme des enclos ecclésiaux, n’avaient sans doute pas pour vocation initiale l’urbanisation. On les trouve aussi bien dans des agglomérations qui sont restées modestes (Espéraza, Couiza) qu’à Montpellier. Les tracés rectilignes apparaissent en Normandie dans la deuxième moitié du XIe s. et s’y développent à la fin du XIIe s. Le plan en échiquier, déjà présent au Petit Andely en 1196, est dominant en Languedoc aux XIIIe-XIVe s. et apparaît dans les villes auvergnates dans des extensions datant du XIIIe s. On assiste alors probablement à une uniformisation des pratiques et des savoir-faire. Le modèle, une fois établi, sera durable : on retrouve des formes pratiquement identiques, à Grenoble, dans deux lotissements datant l’un des XIIIe-XIVe s, l’autre de l’époque moderne, de même qu’à Couiza, en Languedoc, au XVIe s.

7Les études micro-régionales portant sur le Languedoc (vallée de l’Aude et vallée de l’Hérault) et l’analyse du plan de Montpellier montrent qu’il n’y a pas de différence dans l’approche de l’organisation spatiale entre les villages et les agglomérations importantes.

Bibliographie

Bibliographie

BIDDLE, HILL 1971
Biddle M., Hill D.- Late Saxon planned Towns, The Antiquaries Journal 51, 1971 : 70-85.

GAUTHIEZ 1993
Gauthiez B.- La ré-occupation planifiée de la Cité de Rouen au haut Moyen Age, The British Archaeological Association Conference Transactions for the year 1986, XII, Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, Londres, 1993 : 12-19.

GAUTHIEZ 1998
Gauthiez B.- The Planning of the Town of Bury St Edmunds : A Probable Norman Origin, in The British Archaeological Association Conference Transactions XX, Leeds, 1998 : 81-96.

PALLISER 1987
Palliser D.M.- The medieval period in Schofield (John), Leech (Roger) eds Urban Archaeology in Britain, CBA Research Report 61, Londres, 1987 : 54-68.

Notes

1 C’est ce que disait, déjà en 1832, Quatremère de Quincy : C’est effectivement au plan de l’ensemble des bâtiments, des places et des rues d’une ville, qu’il appartient de faire juger de ces dispositions, et de nous apprendre si les constructions ont été soumises, dès le principe, à un ordre régulier et symétrique, ou si, résultats primitifs de causes fortuites et de rapports accidentels, l’ordonnance et les distributions de cette ville se sont combinées, au gré d’une multitude de convenances isolées et particulières (Dictionnaire historique d’architecture, II, art. « ville »).

Auteurs

Direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, Paris

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540