Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Architecture des loisirs en France dans les stations thermales et balnéaires (1840-1939)1

Bernard Toulier

Texte intégral

  • 1 Cet article s’inspire en partie de Bernard Toulier, Villes d’eaux. Architecture publique des stati (...)
  • 2 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage. 1750-1840, Paris, Flammario (...)

1Dès la fin du xviiie siècle, les saisons passées aux eaux s’inscrivent dans le rythme de vie nomade de l’aristocratie. L’engouement pour la cure thermale, puis, à partir de la Restauration pour la saison aux bains de mer se développe au cours du xixe siècle2. Au milieu du xixe siècle, la ville d’eaux est un haut lieu de sociabilité. Que l’on s’ennuie ou que l’on se divertisse, que l’on soit malade ou bien portant, la cure thermale ou balnéaire est :

  • 3 Félix Mornand, La vie des eaux, Paris, V. Lecou, 1853.

« La continuation obligée des élégances de l’hiver ; […] le premier devoir social de tout homme qui tient à l’estime de soi ; plus encore à celle d’autrui ; s’en dispenser, laisser fuir toute une saison sans apparaître à Vichy, Dieppe, ni à Bade ni à Hombourg, ce serait non seulement une faute de goût, un solécisme impardonnable, mais un crime de lèse-société »3.

  • 4 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1978 (1ère édit. 1899).

2La ville d’eaux avec ses buvettes, ses cercles et ses casinos, ses parcs et ses digues-promenades est un vaste théâtre où baigneurs et curistes ont autant l’occasion de voir que d’être vus. Ces espaces de mises en scène sont des lieux privilégiés où s’exerce le « loisir ostentatoire » d’une « classe oisive », selon l’expression de Thorstein Veblen4.

3Le temps médical est associé à une période de plaisirs et de distractions : le temps des loisirs rentre pleinement dans l’organisation du temps du curiste. La ville d’eaux est à la fois une ville médicale (Vichy, Aix-les-Bains, Luchon, Bagnères-de-Bigorre, Châtel-Guyon,…), voire parfois une ville-hôpital (Berck-sur-Mer) et aussi une ville de divertissements et de loisirs (Monte-Carlo), ville des eaux et ville au bord de l’eau où sévit la « fièvre des loisirs ».

4La ville d’eaux s’organise autour des équipements collectifs dévolus à la médecine, aux loisirs, à l’hébergement et aux transports. Les grands édifices structurants spécifiques des stations balnéaires et thermales, établissements de bains, casinos, hôtels sont identiques. Seule la nature et les usages de l’eau semblent différencier les stations. Sur le littoral, la ville linéaire ouverte sur la mer, accrochée au rivage, dresse ses fronts de mer le long des plages. La ville thermale, repliée sur elle-même dans les massifs montagneux est agglomérée autour du lieu d’émergence de la source minérale, le griffon. Ces villes nouvelles établies au bord de l’eau ou autour des sources forment des « villes-parcs » et des « cités-jardins ». Leur création nécessite d’importants travaux d’aménagements pour domestiquer le paysage et créer un urbanisme de loisirs et de services, aux antipodes de la ville industrielle.

  • 5 Jérôme Penez, Histoire du thermalisme en France au xixe siècle : eau, médecine et loisirs, Paris, (...)

5Stations thermales et stations balnéaires sont des villes de villégiature. Les stations thermales aux vertus curatives existent depuis l’Antiquité. Les stations balnéaires, situées en bord de mer sont nées en Europe entre la seconde moitié du xviiie siècle et le premier quart du xixe siècle. Le balnéaire possède donc un retard sur le thermalisme de plusieurs siècles. Si les pratiques balnéaires s’inspirent des pratiques thermales, leur différence dépasse la simple localisation des eaux. La fonction médicale des villes balnéaires est beaucoup moins avérée que dans les villes thermales5. Celles-ci sont des agglomérations dont l’origine ou la fonction emblématique sont le repos et la détente, le divertissement et le sport, et la visite des curiosités naturelles et culturelles.

LA CRÉATION DES VILLES D’EAUX

6La création des stations thermales et balnéaires s’inscrit à la fois dans le mouvement de l’avènement des loisirs et de la médicalisation de la société française du xixe siècle, le développement des moyens de transport et l’accroissement exponentiel du tourisme. Les villes d’eaux forment des réseaux urbains liés à la nature de leurs activités et à leur spécialisation médicale ou climatique mais aussi à leur degré d’accessibilité lié à la proximité des grands centres urbains et de Paris.

LES AMÉNAGEMENTS URBAINS ET LES ESPACES DE DÉAMBULATION

  • 6 André Rauch, « Les vacances et la nature revisitée », dans A. Corbin (dir.), L’avènement des loisi (...)

7À la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, le renouveau du thermalisme témoigne d’un changement d’attitude par rapport à la nature, jugée jusque-là étrangère et sauvage. La montagne dominatrice et écrasante autour des stations thermales, devient le lieu du sublime. La mer, incontrôlable, déchaînée et tumultueuse se transforme en un lieu de délectation. L’eau thermale, l’Océan, la douceur hivernale du Midi méditerranéen puis les Alpes à la fin du xixe siècle, hier pratiquement méconnus ou inconnus, sont prétextes à des plaisirs mondains6.

  • 7 Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme. xvie-xixe siècles. Origine et développement du to (...)

8Dans le milieu balnéaire, ce changement s’opère par un « retournement » et l’invention de nouvelles pratiques pour le touriste attiré par la mode des lieux de villégiature. Au lieu de se détourner de cette nature hostile, l’homme romantique recherche un « point de vue » dominant la nature sauvage devenue décor de théâtre. Ces nouvelles villes romantiques créent des espaces fonctionnels et hiérarchisés pour apprivoiser et recomposer la nature7. Curistes ou baigneurs sont séduits par les excursions proposées par les guides de voyage autour du lieu de séjour : ce sont des « résidents » mais aussi des « touristes ».

DIGUES ET JETÉES

9Les digues - appelées aussi suivant les régions « seuils de garantie », « terrasses » ou « remblais » - sont édifiées pour contenir l’amplitude de la marée, résister aux grandes tempêtes qui érodent la falaise et préserver les constructions des assauts des vagues. Dès 1822, à Nice, la communauté anglaise se cotise pour ouvrir une promenade sur la mer, la Beach Road, la future Promenade des Anglais. La municipalité niçoise relaye bientôt la colonie britannique : elle élargit à plusieurs reprises (1844, 1856, 1862) la promenade à 11 mètres de largeur avec trottoir, soutenue par une perrée côté plage. En 1903, elle est prolongée jusqu’à l’hippodrome. À l’apogée de l’âge d’or niçois, en 1931 la Promenade des Anglais est dédoublée en deux voies de 10 mètres et gagne encore une quinzaine de mètres sur la plage.

  • 8 Gaëlle Delignon, « De la défense des côtes à un espace du loisir, la digue de Saint-Malo-Paramé », (...)
  • 9 Gaëlle Delignon, « La promenade au Clair de Lune à Dinard, un aménagement tardif au plus près des (...)

10La digue-promenade, plantée ou non, ménage une vue sur la mer. Cette fonction d’agrément est complémentaire de la fonction sécuritaire d’origine. La digue est bordée d’un front de mer, véritable « vitrine architecturale de la station », ensemble de bâtiments alignés sur la ligne de côte, face à la mer (Ill. 1). La digue garantit une meilleure accessibilité aux hôtels, aux casinos et aux villas et abrite les cabines de bains. Avec ses terrasses et ses kiosques, elle joue également le rôle de tribune tournée vers la plage, où les promeneurs peuvent « à loisir » observer les baigneurs8. À Dinard, la promenade au Clair de Lune (1920-1935), conçue au plus près des eaux pour la déambulation balnéaire au bord des rochers est bordée par le paysage exotique d’une palmeraie achetée à l’Exposition coloniale de 1931 à Paris9.

Illustration 1 : Nice, Palais de la Méditerranée et Promenade des Anglais

Illustration 1 : Nice, Palais de la Méditerranée et Promenade des Anglais

Collection particulière, Bernard Toulier

  • 10 Didier Hebert, Deauville. Une cité de villégiature de la Côte Fleurie, Cabourg, Cahiers du Temps, (...)

11La digue est aussi le point de départ d’autres promenades. Des chemins piétonniers sont constitués de planches de bois posées sur le sable. Les célèbres « planches » de Deauville ou de Trouville, lieux de déambulation où les baigneuses rivalisent d’élégance forment durant la saison un réseau autour des établissements de bains et le long de la plage, reliant la digue à la mer par une série de diverticules perpendiculaires à la côte10.

12Les estacades de Trouville ou d’Arcachon sont utilisés comme débarcadères pour l’accostage des bateaux venant du Havre ou de Bordeaux. La « Jetée-promenade » de Nice est une estacade bâtie pour le casino (Ill. 2).

Illustration 2 : Nice, Palais de la jetée-promenade

Illustration 2 : Nice, Palais de la jetée-promenade

Collection particulière, Bernard Toulier

JARDINS, PARCS ET PROMENADES PUBLICS

13Digues, estacades, falaises et dunes stabilisées composent le nouveau paysage marin domestiqué. Des forêts de pins comme à Arcachon ou La Baule, des plantations d’oyats sur les stations de la Côte d’Opale sont chargés de fixer les dunes en bord de mer.

14Les promenades publiques, aménagées pour la déambulation et la détente, l’agrément et la rencontre sont également des espaces privilégiés de sociabilité pour la société balnéaire et thermale. Durant le second quart du xixe siècle, Adolphe Moreau, un agent de change parisien, s’associe avec d’autres curistes pour financer la réalisation de la « promenade horizontale », entre les Eaux-Bonnes et les Eaux-Chaudes, un des lieux les plus remarquables du thermalisme pyrénéen.

  • 11 Marie-Claire Mussat, La Belle Époque des kiosques à musique, Paris, Du May, 1992.

15La promenade thermale est recommandée par le corps médical pour faciliter l’assimilation de l’eau de source. Le parc thermal, aménagé à l‘origine aux abords des sources relie et unifie les principaux établissements de la station dans une promenade paysagère à travers la ville. Certaines villes possèdent plusieurs parcs. À Vichy, le plus ancien est localisé à proximité des griffons et le second, plus romantique et plus récent, est situé au bord de l’Allier. Dans de nombreuses stations, le parc s’ouvre au-delà de l’espace urbain, sur des « panoramas naturels ». Parcs et promenades sont agrémentés de mobiliers urbains comme les kiosques à musiques, construits à partir du troisième quart du xixe siècle11.

JEUX, SPORTS ET LOISIRS

16La ville d’eaux, d’abord ville de soins est aussi une ville de plaisir et s’organise en fonction de ses deux pôles. L’objectif exclusivement médical du thermalisme est tempéré par celui de la distraction apportée notamment par le jeu et le sport.

LES CASINOS ET LES LIEUX DE SPECTACLES

  • 12 Ralph Tegtmeier, Les casinos dans le monde, Arbook International, 1989 (inventaire des principaux (...)
  • 13 Loi du 15 juin 1907 portant sur la nouvelle réglementation des cercles et des casinos dans les sta (...)

17Le casino est l’édifice de représentation par excellence de la station12. Reprenant un décret de 1808, la loi de 1907 autorise les jeux de hasard « dans des locaux spéciaux, distincts et séparés » pendant la « saison des étrangers »13. Le ministère de l’Intérieur y exerce un contrôle de validation à l’ouverture et une étroite surveillance des joueurs, notamment pour détecter les escrocs qui se déplacent de casinos en casinos, entre les villes balnéaires et les villes thermales. Outre les jeux d’argent, le casino permet aussi de jouer à des jeux de « société » comme les jeux de cartes, les échecs, le tric-trac, les dominos,…

18La présence du casino est un signe distinctif de l’importance de la station. Les petites plages ne possèdent pas de casinos et seules les stations thermales réputées bénéficient de leur présence. Dans les petites stations, des « salons » s’ouvrent dans les hôtels, ou sont abrités dans des « cercles » indépendants et privés, comme à Salies-de-Béarn. Les salons et les cercles, aux statuts privés particuliers offrent à la clientèle des baigneurs et des curistes des salles de conversation, de lecture, de correspondance, de réunion et de jeux (billard notamment) avec bibliothèque, fumoir,…

19Durant la première moitié du xixe siècle, salons, salles de jeux, salles de sports (escrime) et de spectacles sont le plus souvent intégrés à l’établissement de bains. Dans les stations balnéaires, la double fonction du casino associé à l’établissement de bains ou à l’hôtel persiste également, parfois jusque dans les années 1920, particulièrement dans les villages thermaux.

20La majorité des stations thermales et balnéaires possède un casino. La « reine des villes d’eaux », Vichy ne possède un casino-théâtre indépendant qu’en 1865. Le cycle de constructions des casinos suit celui des termes : leurs apogées se situent dans les années 1890, 1920 et après la Seconde guerre mondiale.

21Dans son Encyclopédie de l’architecture et de la construction publiée en 1898 par Paul Planat, Gustave Rives recommande que le casino soit :

« placé à l’endroit le plus agréable de la station balnéaire […] sa situation et son orientation ont une très grande influence sur les résultats de son exploitation. Il faut que ses abords soient d’accès faciles, larges, bien entretenus, la façade principale au soleil et, si la configuration du pays le permet, le bâtiment sera bien abrité. Autour de lui des espaces seront réservés pour les jeux et les exercices du corps ; enfin, et c’est là une des conditions essentielles de sa vitalité, il doit être à proximité du meilleur endroit de la plage où l’on se baigne, ou près de l’établissement thermal ».

22Lieux de plaisirs et lieux médicaux marquent l’espace urbain. L’emplacement des ensembles et des édifices de loisirs est choisi avec soin, comme celui du casino. Sur le littoral, à Dieppe ou à Biarritz, le casino est face à la mer, au centre de la station, entouré d’espaces ouverts réservés aux distractions de plein air. À Cabourg ou à Stella-Plage, le casino est le point de convergence d’un plan radio-concentrique. À Deauville, il est situé au point focal de la symétrie urbaine. Paquebot des plaisirs, le casino est exposé à tous les regards et participe à la mise en scène de la ville d’eaux, comme à la Jetée de Nice. À Vichy, les ornements aquatiques du casino, temple des loisirs et des plaisirs dialogue depuis 1865 avec l’établissement thermal, temple de la médecine, édifié à l’autre extrémité du parc thermal.

  • 14 Gustave Rives, « Casino », dans Paul Planat, Encyclopédie de l’architecture et de la construction, (...)
  • 15 Véronique Orain, « Un complexe balnéaire, le casino-balnéum de Dinard », dans F. Muel et B. Toulie (...)

23Quand Gustave Rives, auteur du casino Marie-Christine du Havre (1910), rédige quelques années auparavant les conseils théoriques pour l’édification d’un casino, il conseille de le diviser selon les différents services : « 1. la ‘‘Salle des fêtes’’ et ses annexes, les salons, la salle de lecture, de conversation, 2. Le ‘‘Café restaurant’’, le billard, le fumoir, les cabinets particuliers, 3. Le ‘‘Cercle’’ comprenant les salles de jeu (Ill. 3), des salles d’écarté, de baccarat, une salle de correspondance, la bibliothèque avec salle de lecture, la salle d’escrime, etc »14. Ces multiples fonctions -avec salles de bals et de réceptions - nécessitent des entrées séparées, selon les types de publics, et une réglementation des accès réservés pour les salles de jeux. La lisibilité des fonctions se traduit aussi par une multiplication des volumes et des toitures. À partir des années 1920, le casino s’ouvre aux bains de soleil avec le balneum-solarium du casino de Dieppe (1932) et à la culture physique avec les piscines du casino de La Ciotat (1928), du Palm-Beach de Cannes (1929), du casino-balnéum de Dinard (1929)15 et du casino municipal de Menton (1933).

24Cafés et restaurants sont intégrés au programme de ces casinos-théâtres. Les premiers « cafés-concerts » apparaissent dans les stations thermales dans les années 1860.

25À partir des années 1860-1870, les casinos se dotent de salles de théâtre capables de rivaliser avec les théâtres parisiens : Deauville (1866), Les Sables d’Olonnes (1876), Monaco (1878), Nice (1879-1884). À Vichy, l’adjonction du théâtre de Charles Le cœur (1898-1902) classe Vichy au même rang que les meilleurs établissements de la capitale : sa capacité de spectateurs la place juste après l’Opéra (Ill. 4). Vichy, reflet des fastes parisiens s’enorgueillit un temps d’obtenir le titre de « capitale » d’été de la France.

Illustration 3 : Biarritz, Casino Bellevue, Salle des petits chevaux

Illustration 3 : Biarritz, Casino Bellevue, Salle des petits chevaux

Collection particulière, Bernard Toulier

Illustration 4 : Vichy, Plan du casino-théâtre. Extrait de « Vichy et ses environs », Guide Diamant, 1924

Illustration 4 : Vichy, Plan du casino-théâtre. Extrait de « Vichy et ses environs », Guide Diamant, 1924

Collection particulière, Bernard Toulier

  • 16 Bernard Toulier, « Les casinos de la Côte basque, 1858-1929 », dans Biarritz, le casino. 1929-1994(...)

26Le parti ternaire de la façade principale du casino, avec deux ailes entourant un corps central est très fréquent, comme dans d’autres bâtiments publics (ex. les gares). On accède aux vastes halls et par les nombreux accès aménagés en façade. La façade néo-classique du casino de Monte-Carlo (1878-1879) par Charles Garnier, avec ses campaniles est un archétype dont s’inspirent de nombreux casinos comme celui de Royan édifié par Gaston Redon (1896), ou les casinos de Saint-Raphaël, Hyères ou Biarritz (casino Bellevue)16. Le casino de Monte-Carlo sert de source d’inspiration pour celui de Vittel, édifié par le même architecte trois ans plus tard : atrium ouvert sur arcades et clochetons des pavillons. Le casino de Monte-Carlo s’inscrit dans la tradition des grands casinos européens de Spa ou de Baden qui recherchent dans le classicisme français les signes de distinction et de convenance propres à la respectabilité de ces temples de jeu. Le premier casino de Vichy (1865) et celui de Contrexéville (1899) empruntent au style de la Renaissance et aux grands édifices classiques.

27Le casino est fortement influencé par les modes factices et éphémères véhiculées par les Expositions universelles, depuis le « Palais de Crystal » du casino de Dieppe (1857) jusqu’au chalet suisse du Kursaal de Riva-Bella (1904). Les petits pavillons d’expositions sont parfois réutilisés, comme celui du Cercle des ouvriers de l’Exposition universelle de 1889, remonté à Calais, ou encore celui du Bouillon-Duval, reconstruit à Mers-les-Bains en 1891. Le casino se prête facilement au jeu des styles du pittoresque au mauresque, du néoclassique au néorégional, de l’Art déco au style international en évitant le néogothique trop connoté et l’Art nouveau, réservé pour la décoration intérieure.

LES ÉTABLISSEMENTS SPORTIFS

  • 17 Le premier stand de tir est construit à Aix-les-Bains en 1851.
  • 18 Chasse à courre au renard, héritée des usages à l’anglaise à Biarritz ou chasse au gibier d’eau su (...)

28Dans ces villes d’eaux, de nombreux établissements sportifs sont issus ou hérités des goûts aristocratiques et du goût anglais. Les stations offrent un déploiement intense d’activités mondaines et sportives, comme les régates, le tir au pistolet ou aux pigeons (Ill. 5)17, la chasse18, la pêche, le croquet, le tennis ou le golf. L’architecture sportive s’intègre au programme de la ville-parc. Les petits bâtiments construits pour abriter les clubs et les vestiaires des jeux de tennis, de criquet ou de golf ornent le grand parc urbain. Ces nouvelles fabriques de jardin pour le sport en forme de kiosques ou de chalets dilatent l’espace du parc thermal ou de la station balnéaire. Sortes de petites résidences d’été, elles s’inscrivent dans la tradition des constructions vernaculaires de la « ferme ornée » de Watelet, ou du hameau de Marie-Antoinette. Certains chalets en bardage d’écailles de sapin et de bois découpées sont préfabriqués en hiver et montés en quelques jours comme le pavillon de lawn-tennis (construit par André Colin) ou le chalet du golf-club construit à Vittel pour la saison 1911.

Illustration 5 : Monte-Carlo, tir aux pigeons et à l’arrière plan le casino

Illustration 5 : Monte-Carlo, tir aux pigeons et à l’arrière plan le casino

Collection particulière, Bernard Toulier

LE GOLF

29Les nouveaux paysages du bord de mer sont le lieu privilégié d’implantation de terrains de golfs dessinés le plus souvent par des architectes anglais qui les implantent sur les falaises ou sur les grandes étendues des landes et des dunes. Les Anglais, déjà installés à Pau où ils ouvrent un golf dès 1856 sont à l’initiative de la création du golf de Dinard, installé sur la commune de Saint-Briac en 1890 et de celui de Paramé-Rotheneuf implanté trois ans plus tard à La Guimorais. Colt, le créateur du Sauningdale Golf, dessine en 1912 le golf du domaine d’Abadia à Hendaye, agrandit vers 1923-1924 le golf du Phare à Biarritz, et crée en 1926 le golf de Chantaco à Saint-Jean-de-Luz. Avant 1914, on pouvait pratiquer le golf dans les stations thermales d’Aix-les-Bains, de Vichy, de Luchon, de Vittelet d’Évian.

LA PISCINE

  • 19 Richard Klein, Le Touquet-Paris-Plage. La Côte d’Opale des années trente, Paris, IFA/Norma, 1994, (...)

30La période de l’entre-deux guerres verra également l’éclosion des piscines sportives. La valeur thérapeutique de l’eau s’efface au profit de l’exercice sportif qui entretient et régénère le corps du curiste ou du baigneur. La piscine devient autonome, qu’elle soit couverte dans une station thermale comme Vittel (Fernand César, 1936) ou découverte dans une station balnéaire comme Le Touquet-Paris-Plage (Louis Quételart, 1949)19.

LES TRIBUNES DE COURSES

  • 20 Didier Hebert, op.cit., Histoire des hippodromes de Deauville, p. 47-53.

31Des tribunes sont édifiées pour les spectateurs des courses hippiques (Ill. 6), nautiques puis cyclistes, et les compétitions de tir. Dès 1859 à Deauville, le premier plan d’urbanisme de la ville nouvelle prévoit l’édification d’un hippodrome20. Ce sont parfois de simples constructions en bois comme les tribunes du vélodrome ou du tir aux pigeons de Vittel construits en 1905. Avant 1914, des concours hippiques sont organisés dans les villes thermales d’Aix-les-Bains, Vittel, Plombières et Vichy.

Illustration 6 : Deauville, hippodrome, tribunes

Illustration 6 : Deauville, hippodrome, tribunes

Collection particulière, Bernard Toulier

  • 21 Véronique Orain, Gaëlle Delignon, Henri Fermin, « Les équipements sportifs de l’anglomanie », dans (...)

32Les tribunes pour les courses de yachts utilisent plus volontiers les terrasses de bâtiments comme celles du Grand-Hôtel des Régates de Saint-Adresse (Ernest Daniel, 1907) ou du Yatch-Club de Dinard (Yves Hémar, 1932). Sur le bord de mer, parapets et digues servent aussi de tribunes. De 1840 à 1897, des courses de chevaux pour le plat et les haies sont organisées sur la Grande-Grève de Saint-Malo, avant d’être transférées à partir de 1902 sur l’hippodrome installé dans la plaine marécageuse asséchée de Marville21. Les courses traditionnelles s’ouvrent également aux sports mécaniques comme à Monte-Carlo pour l’automobile et l’hydravion.

LES MUSÉES ET LIEUX DE CURIOSITÉS

33Curistes et baigneurs sont avides d’explorations et de découvertes. L’installation d’un cercle scientifique est incluse dans le programme de construction du casino de Nice de L. Amat, élaboré en 1864 avec cabinets de physique et de géographie, observatoire d’amateur avec télescope, salon d’étude et de travail.

34Les stations balnéaires ouvrent de nombreux cabinets de curiosités et des musées sur le milieu marin comme par exemple le musée marin des Sables d’Olonne (Amédée Odin, 1900), l’aquarium du muséum d’histoire naturelle de Dinard (Yves Hémard, 1934) le musée de la mer de Biarritz (Joseph Hiriart, François Lafaye et R. Laccoureye, 1932-1935) sur l’Océan Atlantique, l’Institut de biologie maritime de Tamaris (Paul Page, 1900) ou le Musée océanographique de Monaco (Delefortrie, 1899-1910) sur la Méditerranée.

  • 22 Catherine Bertho Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Éditi (...)

35L’emploi du temps du curiste ou du baigneur, avide d’explorations de mondes inconnus exposés dans des cabinets de curiosités ou des musées, laisse une large place aux promenades et aux excursions de découvertes des lieux romantiques et pittoresques des environs. Les guides touristiques présentent un choix d’itinéraires à destination de châteaux et d’églises ou de sites de curiosités. Ânes et chevaux de location mènent l’excursionniste à travers les dunes ou en montagne… À partir du début du xxe siècle, le curiste-baigneur-excursionniste utilise l’automobile ou l’autocar et la bicyclette22.

36L’architecture des villes d’eaux est conditionnée par la présence des sources thermales et la proximité de la mer pour aboutir à une sorte de cité utopique, organisée autour de la trilogie « thermes-casino-hôtels ». Les villes d’eaux sont des espaces de féerie hors du temps et du territoire du quotidien.

37Les villes de villégiature sont de véritables temples de loisirs élitaires au prétexte thérapeutique. La multiplication des spectacles et des activités de loisirs dans les théâtres, les salles de jeux et les bals concourent à la distraction, jusqu’à l’étourdissement dans une ville temporaire et éphémère.

38Dès la première moitié du xixe siècle, l’histoire de la construction de ces villes d’eaux est un éloge du temporaire et de l’éphémère : à chaque « saison », la ville d’eaux se doit de présenter et de « produire » un visage nouveau pour attirer curiste ou baigneur sous peine de disparaître face à la concurrence et aux impératifs de l’industrie des loisirs et de l’entreprise thermale. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la ville d’eaux, considérée souvent comme l’anti-ville industrielle n’échappe pas aux règles du « capitalisme ». Au-delà du rythme saisonnier des prestations et des services autour du médical, certaines villes commencent à produire des animations et des divertissements pour le loisir durant toute l’année, préfigurant la ville de villégiature de la seconde moitié du xxe siècle.

Notes

1 Cet article s’inspire en partie de Bernard Toulier, Villes d’eaux. Architecture publique des stations thermales et balnéaire, Paris, Dexia Éditions/Imprimerie Nationale Éditions, 2002.

2 Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage. 1750-1840, Paris, Flammarion, 1990, 408 p. (1ère édit. 1988).

3 Félix Mornand, La vie des eaux, Paris, V. Lecou, 1853.

4 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1978 (1ère édit. 1899).

5 Jérôme Penez, Histoire du thermalisme en France au xixe siècle : eau, médecine et loisirs, Paris, Economica, 2005.

6 André Rauch, « Les vacances et la nature revisitée », dans A. Corbin (dir.), L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, p. 83-117.

7 Marc Boyer, Histoire de l’invention du tourisme. xvie-xixe siècles. Origine et développement du tourisme dans le sud-est de la France, Paris, Éditions de l’Aube, 2000, p. 268-269 (cartes des stations « touristiques » en 1838 et 1869). Voir aussi, du même auteur, L’invention du tourisme, Paris, Gallimard, 1996.

8 Gaëlle Delignon, « De la défense des côtes à un espace du loisir, la digue de Saint-Malo-Paramé », dans F. Muel et B. Toulier (dir.), La Côte d’Émeraude. la villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo, Paris, Éditions du patrimoine, 2001, p. 84.

9 Gaëlle Delignon, « La promenade au Clair de Lune à Dinard, un aménagement tardif au plus près des eaux », dans F. Muel et B. Toulier (dir.), op.cit., p. 86.

10 Didier Hebert, Deauville. Une cité de villégiature de la Côte Fleurie, Cabourg, Cahiers du Temps, 2004, p. 28.

11 Marie-Claire Mussat, La Belle Époque des kiosques à musique, Paris, Du May, 1992.

12 Ralph Tegtmeier, Les casinos dans le monde, Arbook International, 1989 (inventaire des principaux casinos français en activité, p. 248-250).

13 Loi du 15 juin 1907 portant sur la nouvelle réglementation des cercles et des casinos dans les stations balnéaires, thermales et climatériques.

14 Gustave Rives, « Casino », dans Paul Planat, Encyclopédie de l’architecture et de la construction, Paris, Dujardin, 1898.

15 Véronique Orain, « Un complexe balnéaire, le casino-balnéum de Dinard », dans F. Muel et B. Toulier (dir.), op.cit., p. 110-111.

16 Bernard Toulier, « Les casinos de la Côte basque, 1858-1929 », dans Biarritz, le casino. 1929-1994, Paris, IFA/Norma, 1994, p. 20.

17 Le premier stand de tir est construit à Aix-les-Bains en 1851.

18 Chasse à courre au renard, héritée des usages à l’anglaise à Biarritz ou chasse au gibier d’eau sur la Côte picarde, par exemple.

19 Richard Klein, Le Touquet-Paris-Plage. La Côte d’Opale des années trente, Paris, IFA/Norma, 1994, p. 150.

20 Didier Hebert, op.cit., Histoire des hippodromes de Deauville, p. 47-53.

21 Véronique Orain, Gaëlle Delignon, Henri Fermin, « Les équipements sportifs de l’anglomanie », dans F. Muel et B. Toulier, op.cit., p. 105-106 (carte des principaux lieux de pratique sportive sur la Côte d’Émeraude, avant 1940).

22 Catherine Bertho Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Éditions Odile Jacob.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Nice, Palais de la Méditerranée et Promenade des Anglais
Légende Collection particulière, Bernard Toulier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Illustration 2 : Nice, Palais de la jetée-promenade
Légende Collection particulière, Bernard Toulier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Illustration 3 : Biarritz, Casino Bellevue, Salle des petits chevaux
Légende Collection particulière, Bernard Toulier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Illustration 4 : Vichy, Plan du casino-théâtre. Extrait de « Vichy et ses environs », Guide Diamant, 1924
Légende Collection particulière, Bernard Toulier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Illustration 5 : Monte-Carlo, tir aux pigeons et à l’arrière plan le casino
Légende Collection particulière, Bernard Toulier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Illustration 6 : Deauville, hippodrome, tribunes
Légende Collection particulière, Bernard Toulier
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteur

CNRS, UMR 8150, Centre André Chastel

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540