Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Village et ville au Moyen Âge

 | 
Bernard Gauthiez
, 
Elisabeth Zadora-Rio
, 
Henri Galinié

INTRODUCTION

Les approches morphologiques des agglomérations : essai d’historiographie

Elisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

  • 1 Nous remercions Dominique Iogna-Prat, Monique Bourin, Bernard Chevalier et Pierre Portet d’avoir a (...)

1Ce volume représente l’aboutissement du programme de recherches sur la Morphogenèse des agglomérations médiévales mené au sein du Groupement de Recherches du CNRS « Sociétés et cadres de vie au Moyen Age : approches archéologiques »1. Les objectifs poursuivis étaient, en premier lieu, de mesurer la part de l’urbanisme et de la planification dans le développement des agglomérations médiévales, en prenant en compte tout l’éventail de l’habitat groupé, du village à la ville ; en second lieu, d’identifier et de tenter de rendre compte des différences régionales dans la forme des agglomérations et dans la chronologie de leurs phases de développement. Les travaux de ce groupe se sont poursuivis de 1995 à 2000, à raison de deux ou trois réunions par an.

2L’étude de la morphologie des agglomérations, comme celle des parcellaires ruraux, a fait l’objet, depuis plus d’un siècle, de très nombreux travaux dans divers champs disciplinaires – géographie, urbanisme et architecture, histoire, histoire de l’art, archéologie. En raison du cloisonnement des recherches, qui se sont souvent ignorées mutuellement, il est très difficile d’avoir un aperçu d’ensemble de ces travaux qui poursuivent des objectifs différents et révèlent des conceptions antinomiques de l’analyse morphologique, tant par la place qu’y tiennent les documents planimétriques que par les échelles d’analyse et les méthodes mises en œuvre. Ce sont ces différences d’approche, rarement explicites dans les publications, que je voudrais tenter de cerner dans ces quelques pages, qui n’ont pas la prétention de présenter un panorama historiographique exhaustif.

3L’idée que le plan constitue une source privilégiée pour l’histoire des villes remonte au XIXe s. (Quatremère de Quincy 1832 ; Lenoir, Landry, 1854 ; Fritz 1894). La forme des agglomérations a d’abord été appréhendée de façon globale et a conduit à des typologies élémentaires. Dans un ouvrage monumental publié en 1895, Siedlung und Agrarwesen des Westgermanen und Ostgermanen, der Finnen, Römer, Kelten und Slaven, August Meitzen a proposé une typologie des formes de l’habitat groupé qu’il s’est efforcé de mettre en relation avec des formes d’organisations socio-culturelles : il a distingué ainsi les « villages en tas » (Haufendorf) associés à un parcellaire laniéré, dans lesquels il voyait un type d’habitat propre aux tribus germaniques et l’expression d’une organisation sociale originellement égalitaire ; le « village rond » (Rundling) avec son parcellaire à mailles trapues qu’il jugeait caractéristique des Slaves occidentaux, le « village de défrichement » (Waldhufendorf), ou village-rue, qu’il attribuait au Moyen Age central, etc. Meitzen était convaincu de la pérennité des structures parcellaires et de la possibilité de reconstituer à travers elles l’organisation originelle des villages (Nitz 1995). Même si bon nombre de ses hypothèses, en particulier les présupposés ethniques, ont fait l’objet depuis longtemps de nombreuses critiques et sont actuellement rejetées, même si son nom n’est plus guère cité dans les travaux récents, la typologie qu’il a proposée, comme l’idée que la morphologie entretient une relation univoque avec les structures sociales, ont durablement marqué les recherches ultérieures (Lavedan 1926a : 408 ; Lebeau 1996).

4En France, l’historien de l’art Pierre Lavedan, dans son Histoire de l’urbanisme qui va de l’Antiquité à l’époque contemporaine, a proposé une répartition des villes médiévales en trois types : les villes d’origine antique, les villes d’accession, nées spontanément auprès d’un château ou d’un monastère, et les villes créées, tout en insistant sur le fait que cette distinction génétique ne rend pas compte des plans : « aucun rapport nécessaire n’apparaît entre l’origine et le plan de la ville » (Lavedan 1926a : 240). Il a souligné également la difficulté de reconnaître, en pratique, la création urbaine : les deux risques d’erreurs principaux sont, d’une part, de prendre pour l’acte de création d’une ville la fondation du château qui a suscité sa formation progressive, et d’autre part, de confondre urbanisme et statut juridique : « pour beaucoup d’historiens, une ville neuve est celle qui reçoit certains privilèges attestés par une charte d’affranchissement » (Lavedan 1926a : 281). Faute de critère de distinction satisfaisant, il conclut à la nécessité de « renoncer à une distinction théorique léguée par l’histoire des origines. Il suffit pour l’étude de l’architecture d’étudier séparément les villes neuves (spontanées ou volontaires, bastides ou autres) et les anciennes villes romaines » (Lavedan 1926a : 440).

5La morphologie des villes neuves lui paraissait réductible à quelques types, caractérisés par leur géométrie :

  1. Les plans radio-concentriques, qui pouvaient répondre à deux principes générateurs : soit l’enveloppement, dans le souci de protéger un point précieux, soit l’attraction, dans le but de mettre tous les points de la cité en relation directe avec le centre.
  2. Les plans réguliers spontanés engendrés par des faits géographiques simples, tels qu’une rivière, ou une route.
  3. Les plans dits en échiquier, avec un quadrillage régulier, dont l’exemple type est représenté par les plans de bastides.

6Pierre Lavedan explique le mécanisme de ce qu’il appelle la « loi de persistance du plan » par le geste spontané du propriétaire qui est de rebâtir sa demeure sur le même emplacement (Lavedan 1926b : 92).

7La question de l’origine des formes est posée en terme d’influence, dans une perspective d’histoire de l’art : le plan radio-concentrique renverrait à des influences barbares, depuis le camp d’Attila jusqu’aux Rundlings slaves (avec référence aux travaux de Meitzen), ou bien à Jérusalem et à la conception théologique de la Cité de Dieu, ou encore à des influences grecques et musulmanes ; pour les plans dits en échiquier, Lavedan évoque plus particulièrement les influences romaines.

8Les éléments du plan que Lavedan prend en compte dans l’analyse sont limités au contour général des villes et au réseau viaire. Seul le tracé des rues et des îlots est figuré sur les plans qui accompagnent la publication de 1926. Dans le nouvel ouvrage sur l’urbanisme au Moyen Age, publié en 1974 en collaboration avec Jeanne Hugueney, le réseau viaire a été complété par les limites de parcelles, mais ni les formes parcellaires ni le bâti n’ont été pris en compte dans le texte.

9L’influence de Lavedan a été considérable dans des champs disciplinaires divers : histoire, histoire de l’art, urbanisme, géographie. Cela a rarement été le cas des travaux ultérieurs qui sont marqués par un fort cloisonnement que soulignent de récentes études historiographiques (Slater 1990a ; Darin 1998 ; Gauthiez 2001).

10Dans les années soixante, les recherches sur la morphologie urbaine ont été relancées en Italie par des praticiens de l’architecture : les travaux de Saverio Muratori, à la fin des années 50, suivis par ceux de Carlo Aymonino, d’Aldo Rossi et de Gian-Franco Caniggia, ont tenté de lier l’analyse urbaine à la conception du projet architectural, afin d’ancrer celui-ci dans l’histoire du lieu d’intervention. Ils se sont intéressés davantage aux habitations qu’aux monuments, et ont contribué à promouvoir le tissu urbain ordinaire comme objet d’étude. Leurs travaux ont porté davantage cependant sur la typologie du bâti que sur la morphologie du parcellaire (Merlin 1988 : 28 ; Darin 1993 : 48-49). Ce courant de recherche a eu une influence marquante sur les analyses urbaines menées en France dans les années 1970-80 dans le cadre des Ecoles d’architecture, en particulier celle de Paris-Belleville (Bernard Huet) et celle de Versailles (Jean Castex et Philippe Panerai), suivies par d’autres (Darin 1998). La visée historique de ces recherches sur le tissu urbain n’a, en général, qu’une importance secondaire, et leur enjeu principal est de trouver dans l’analyse morphologique les fondements de projets urbains à venir (Gauthiez 2001).

11Les recherches menées par les géographes se sont développées indépendamment des travaux des architectes. Leur origine remonte à la fin du XIXe et au tout début du XXe s., notamment en Europe centrale, mais elles ont connu un renouvellement méthodologique important dans les années soixante grâce aux travaux de M.R.G. Conzen, géographe d’origine allemande émigré en Angleterre, qui a proposé une approche à la fois plus analytique et plus dynamique des plans de villes (Conzen 1960 ; 1968 ; 1981).

12Le travail de Conzen revêt une importance particulière pour avoir attiré l’attention sur la division parcellaire comme facteur important de l’évolution morphologique. Dans un article de présentation de ses principes d’analyse (Conzen 1968) il a proposé de voir dans le plan urbain la résultante de trois systèmes complexes de formes : le réseau viaire, les parcelles individuelles et leur agrégation en îlots, et le bâti. Dans le paysage urbain, ces trois systèmes sont interconnectés : chacun des éléments conditionne les autres. Les formes les plus anciennes, celles qui ont la plus grande importance fonctionnelle, comme les rues, tendent à constituer des cadres morphologiques conditionnant la genèse et la croissance des formes plus tardives, et sont en retour modifiées par celles-ci. En ce sens, les rues, les îlots et les bâtiments sont intégrés dans l’espace et le temps et forment des combinaisons dynamiques, reconnaissables sous la forme d’unités de plans distinctes. Conzen a souligné l’importance de cette notion d’« unité de plan » pour analyser le caractère composite des villes médiévales et de leur mode de développement. L’identification des unités de plans est fondée sur l’analyse de la largeur des voies, sur la forme, la taille, l’orientation et le mode de groupement des parcelles. Elle conduit à son tour à l’identification des « coutures » (seams) qui relient entre elles les différentes unités de plans. La prise en compte des trois éléments constitutifs du plan impose de conduire l’analyse à une échelle qui ne soit pas inférieure au 1/5000e, car celle-ci représente un seuil au dessous duquel l’identification des bâtiments individuels devient malaisée. Conzen s’est intéressé, aussi, aux processus de transformation : le « burgage cycle » ou processus cyclique de densification du bâti, puis d’abandon progressif et enfin de reconstruction, à l’intérieur des parcelles laniérées des villes médiévales ; les phénomènes de « croissance interne », tels que la colonisation des places de marché, ou encore la constitution de « franges urbaines » à l’extérieur des murs ou des limites urbaines, qui séparent la ville intra-muros des zones périphériques et sont associées à des formes d’occupation du sol caractéristiques (Conzen 1968). Conzen s’est efforcé également de définir les temps d’évolution du tissu urbain : les activités – c’est-à-dire l’utilisation du sol et des bâtiments – ont le rythme de transformation le plus rapide (à l’échelle de la décennie), le bâti évolue moins vite (à une échelle séculaire), les structures parcellaires et viaires étant les plus durables. Parmi les concepts introduits par Conzen, citons encore celui de « période morphologique », qui désigne une phase de l’histoire sociale et culturelle définies par les formes matérielles qu’elle crée (Bandini 1988).

13La méthode de Conzen, qui permettait d’appréhender de façon plus dynamique le développement urbain, n’a connu longtemps qu’une diffusion étrangement limitée. En Angleterre même, l’exemple de l’analyse morphologique de la ville d’Alnwick (Conzen 1960) n’a guère suscité d’émulation au cours des vingt années qui ont suivi, ainsi que le souligne Terry Slater (Slater 1990a : 6). C’est seulement à partir de la fin des années 70 et le début des années 80, que l’influence de Conzen a marqué les travaux des géographes (Sheppard 1974 ; Slater 1981 ; Slater 1990a et 1990 b) et à un moindre degré ceux des archéologues (Biddle, Hill 1971 ; Barley 1976 ; Galinié, Randoin 1979 ; Haslam 1984 ; Clarke, Simms 1985). Le Groupe de Recherche sur la Morphologie Urbaine créé par Terry Slater à l’Université de Birmingham vers la fin des années 80 a fédéré les recherches des géographes qui se situent dans la lignée de Conzen. Une partie de leurs travaux s’intéressent spécifiquement aux villes médiévales (Slater 1981 ; 1988 ; 1990b ; 1998 ; Bradley 1990 ; Lilley 2000).

14En France, les travaux de Conzen ont été longtemps ignorés ou passés sous silence, à de rares exceptions près, telles que les travaux sur la ville de Tours (Galinié 1981) ou le colloque Morphologie urbaine et parcellaire organisé en 1985 par Pierre Merlin, Ernesto d’Alfonso et Françoise Choay (Merlin 1988). Jusqu’à ces dernières années, son influence a été faible même parmi les géographes et les urbanistes. Il est révélateur à cet égard de constater que Bernard Gauthiez, qui a proposé, dans sa thèse sur Rouen, sous le terme d’« opération d’urbanisme », un outil d’analyse proche des « unités de plan » de Conzen, l’a fait indépendamment de lui (Gauthiez 1991 : 28) ; les travaux de Conzen ne sont cités ni dans les importantes études historiographiques que l’urbaniste Michael Darin a consacrées à la morphologie urbaine (Darin 1993 ; Darin 1998), ni dans la thèse du géographe Gaetan Desmarais sur la morphogenèse de Paris (Desmarais 1995).

15C’est dans la lignée des travaux des architectes italiens que se sont inscrites les recherches conduites par des historiens d’art autour d’André Chastel sur l’évolution morphologique du quartier des Halles, à Paris. Ils se sont intéressés principalement aux processus de transformation du bâti et à la relation dialectique entre l’architecture et la parcelle (Boudon 1975 ; Boudon et al. 1977).

16Contrairement à ces travaux et contrairement aux géographes de la lignée de Conzen, les historiens se sont intéressés à la morphologie urbaine pour identifier le plan des villes à une époque donnée beaucoup plus que pour étudier les processus de transformation.

17Les historiens de l’Antiquité se sont efforcés de retrouver dans le plan des villes le modèle orthogonal de l’époque romaine, à partir de l’analyse de l’orientation des voies et de la métrologie, avec une méthode proche de celle qui était utilisée pour identifier les traces de centuriations. La reconstitution de quadrillages réguliers, réalisée à partir de quelques indices dispersés sur une vaste surface, a conduit parfois à des restitutions abusives, critiquées à juste titre (Dumasy 1988 : 150).

18Les historiens médiévistes se sont intéressés assez tôt au plan des agglomérations, dans la lignée de Lavedan, mais sans référence aux travaux de Conzen ni à ceux des architectes italiens. Parmi les recherches marquantes, il faut citer celles de Maurice Beresford sur les villes neuves d’Angleterre et d’Aquitaine (Beresford 1967), de Gabriel Fournier sur les villages et les villes d’Auvergne d’après l’Armorial de Revel, sur les villages castraux et sur les fondations d’Alphonse de Poitiers (Fournier 1973 ; 1978 ; 1985), et ceux de Charles Higounet sur les bastides du sud-ouest (Higounet 1975 ; 1979 ; 1985 ; 1992), sur les villeneuves du Bassin Parisien (Higounet 1978 ; 1991), ainsi que sur la colonisation allemande et l’urbanisation en Europe centrale et orientale (Higounet 1989). Ces recherches ont porté essentiellement sur les fondations de villes et de villages, parmi lesquelles celles qui présentent un plan régulier ont occupé une place de choix. Bien que ces travaux fassent largement appel aux plans cadastraux et aux photographies aériennes, la morphologie des agglomérations n’est pas l’objet véritable des recherches. Le but n’est pas tant de comprendre la genèse et l’évolution des formes que d’illustrer, à travers des plans-types, des processus historiques tels que le rôle polarisateur du château, la mise en place des pouvoirs seigneuriaux, le rassemblement des hommes dans le cadre d’opérations de colonisation agraire ou de consolidation de frontières. De façon générale, les historiens médiévistes se sont intéressés à la genèse de l’habitat groupé, à l’échelle régionale ou micro-régionale, plus qu’à la genèse des formes, à l’échelle de l’agglomération. L’approche typologique est globale : les composantes du plan ne sont guère analysées et l’intérêt porte uniquement sur les phases médiévales. La perspective adoptée, qui privilégie les origines, laisse peu de place à l’analyse de la dynamique d’évolution.

19Les archéologues ont, plus encore sans doute que les historiens, une longue habitude d’utilisation des plans cadastraux et des photographies aériennes. Ils ont longtemps fait appel à la morphologie uniquement pour retrouver, à travers les formes conservées dans le plan parcellaire, la trace de structures disparues, en particulier les fossés comblés, les clôtures ou les enceintes détruites, les voies anciennes. L’objectif poursuivi n’était pas l’analyse de la forme des agglomérations mais l’identification de ce qui, dans le plan, pouvait être attribué au Moyen Age ou à l’Antiquité. Dans les années 70-80, ces travaux se sont inscrits dans le développement de l’archéologie du paysage et des méthodes de prospection : à travers l’analyse du parcellaire et du réseau viaire, il s’agissait de localiser des villages disparus, d’étudier les relations entre l’habitat et la forme des champs, d’identifier des tracés de fortification (Taylor 1974 ; Aston, Rowley 1974 ; Aston, Bond 1976). A la différence des travaux des historiens, ceux des archéologues se sont généralement inscrits dans la longue durée. En ville comme en milieu rural, l’analyse des plans cadastraux a constitué l’un des éléments des méthodes d’évaluation du potentiel archéologique qui ont été élaborées à partir de la fin des années 70 et des années 80 (Barley 1976 ; Galinié, Randoin 1979). En dépit des apparences et du recours à une même source – les documents planimétriques – cette approche n’a qu’un rapport lointain avec l’analyse morphologique. Elle est toujours sélective et elle isole, dans le plan, ce qui est interprétable par référence à des structures archéologiques ; elle s’intéresse principalement à la trace et non à la forme.

20Le plus souvent, les archéologues et les historiens se sont limités à l’étude de la topographie historique, analysant les relations, dans le plan, des éléments (églises, châteaux...) connus par les sources écrites, ou complétant le silence des textes par la mise en évidence de tracés d’enceintes identifiés dans les documents planimétriques. C’est dans cette perspective que se situent les deux volumes publiés à l’issue d’un précédent programme de recherche du GdR « Sociétés et cadres de vie au Moyen Age : approches archéologiques », qui portait sur l’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes (Fixot, Zadora-Rio 1989 ; Fixot, Zadora-Rio 1994). Face au modèle de l’incastellamento, ces volumes ont attiré l’attention sur le rôle des églises en tant que pôles de regroupement de l’habitat, et suggéré l’hypothèse que les limites de l’espace protégé par le droit d’asile et les institutions de paix avaient pu s’inscrire durablement dans la morphologie des agglomérations. La contribution de D. Baudreu et J.P. Cazes allait plus loin : à partir de prospections aériennes qui ont révélé des enclos circulaires ou ovalaires autour de vestiges d’églises (identifiées par un hagiotoponyme ou par des plans anciens), ils ont proposé l’appellation générique de villages ecclésiaux pour ces sites dans lesquels ils ont vu une première génération villageoise, qui aurait servi de modèle au village castral avant d’être supplantée par lui (Baudreu, Cazes 1994). La notion de village ecclésial, qui a reçu un accueil très favorable dans le milieu des médiévistes, est riche d’ambiguïtés : elle a tantôt un sens génétique (village dont l’existence a été induite par celle d’un lieu de culte), tantôt un sens hiérarchique et fonctionnel (centre paroissial par opposition aux écarts), tantôt enfin un sens morphologique défini par la présence d’une église en position centrale à l’intérieur d’un enclos associé à un habitat groupé. L’absence de château joue également un rôle implicite dans la définition : le castrum peut comporter ou non une église, il sera toujours défini comme village castral. Il faut admettre que le village ecclésial n’est pas un concept morphologique, puisque des formes très diverses peuvent être rangées sous cette appellation générique : ni la position centrale de l’église, ni la présence d’un enclos autour de celle-ci ne sont des conditions nécessaires. Le village ecclésial, comme le village castral, se définit par opposition à l’habitat dispersé plus qu’il ne désigne une forme d’agglomération. Le village ecclésial, comme le village castral, n’est un concept opératoire que dans la problématique de la place respective des pouvoirs laïcs et des pouvoirs ecclésiastiques dans la formation de l’habitat groupé. Même si les travaux qui s’inscrivent dans cette perspective font une place importante à la morphologie (Fabre et al. 1996), l’analyse des formes reste partielle et subordonnée à la problématique historique.

21Conzen écrivait en 1968, avec un sens tout britannique de l’understatement : « Perhaps one might hazard the suggestion that because of their particular training historians as a whole have not been specially plan-conscious in their work », et on retrouve sous la plume de Françoise Choay, vingt ans plus tard, la même constatation formulée avec moins d’amabilité : « La récente Histoire de la France urbaine témoigne de la timidité des historiens face à la réalité spatiale des villes. Il faudrait écrire une histoire de la longue durée de cette méfiance (peut-être aussi du mépris) de nos historiens à l’égard de l’espace physique » (Merlin 1988 : 150). Les choses ont évolué au cours de la décennie suivante (Bourin 2002) : les historiens médiévistes utilisent désormais de plus en plus les cadastres et depuis le milieu des années 90, la plupart des thèses d’histoire régionale, dont beaucoup sont dues à des archéologues, contiennent des plans d’agglomérations – mais toujours pas d’analyse morphologique : les plans sont là pour illustrer des types de processus historiques, le plus souvent le regroupement de l’habitat autour de l’église ou du château, mais seuls les monuments et les tracés d’enceinte font l’objet de commentaires. Dans les travaux d’histoire urbaine, le plan est en général uniquement le support de l’information historique, et non une source de la recherche : l’ouvrage remarquable d’Etienne Hubert, intitulé Espace urbain et habitat à Rome du Xes. à la fin du XIIIes., qui analyse les structures matérielles de la ville, telles qu’elles apparaissent à travers les sources écrites, et les rapports qu’elles entretiennent avec les structures familiales, sociales, économiques et politiques, ne contient que quelques plans schématiques illustrant le propos (Hubert 1990).

22Cette faible prise en compte des documents planimétriques caractérise aussi les recherches morphologiques qui s’inspirent de la géographie structurale, dont l’objectif est de comprendre comment des faits d’ordre anthropologique, politique, économique etc., acquièrent une localisation dans l’espace, et d’expliquer comment le tissu des formes architecturales se trouve géographiquement articulé par des structures morphologiques abstraites (Desmarais 1995 : 34). Dans l’ouvrage que Gaetan Desmarais a consacré à la morphogenèse de Paris, les éléments du plan ne sont nullement analysés, mais servent seulement de support à un schéma abstrait fondé sur un savoir préalable de nature historique et anthropologique, qui fait appel à la sémiologie d’A.J. Greimas et à la théorie morphodynamique de René Thom.

23Dans les années 90, l’analyse morphologique a connu un renouvellement important grâce aux travaux de Gérard Chouquer et de Bernard Gauthiez qui prennent, l’un et l’autre, les documents planimétriques comme source première de l’analyse des formes.

24A l’exception d’une étude du plan de Besançon (Chouquer 1994) et d’une participation à l’analyse du plan de Tours dans le présent volume, les recherches de Gérard Chouquer ont porté, comme on sait, principalement sur les paysages ruraux, notamment les centuriations romaines. Dans ses travaux récents, marqués par un rapprochement avec la géoarchéologie, il a tenté de formaliser les principes de transmission des formes. Ce qu’il appelle l’uchronie est la capacité des formes à être réactivées après des phases de latence et d’effacement. La transmission des formes peut donc être discontinue ; elle peut se faire au même endroit (isotopie) ou avec un déplacement, sous la forme d’une ligne parallèle (isoclinie) (Chouquer 2000). Contrairement à ce que pouvait laisser penser la « loi de persistance du plan » de Lavedan, il n’y a donc pas de relation mécanique entre la trace archéologique et la forme parcellaire (Robert, à paraître).

  • 2 Carto- et photo-interprètes ont, quelquefois, la faiblesse de négliger les données de l’archéologi (...)

25Son étude sur Besançon (Chouquer 1994) se situe à mi-chemin de son parcours intellectuel. Il adopte en effet dans ce texte le point de vue des archéologues, qu’il récusera par la suite (Chouquer 2000 : 48-50), selon lequel l’analyse morphologique sert à spatialiser les informations ponctuelles issues des fouilles2. A partir du plan cadastral napoléonien, il établit deux états distincts de la ville de Besançon, l’un pour le Moyen Age, l’autre pour l’Antiquité, avec des méthodes radicalement différentes. Pour la ville gallo-romaine, tout repose sur une confrontation entre, d’une part, les orientations des bâtiments antiques connus par les fouilles, anciennes ou récentes, et, d’autre part, celles des rues et des limites parcellaires du cadastre napoléonien, le résultat étant une restitution du plan orthonormé antique (Chouquer 1994 : 394). Conformément à une pratique répandue chez les historiens de l’Antiquité, Gérard Chouquer interprète encore, dans cet article, l’imbrication des orientations comme une superposition témoignant de phases d’aménagement successives, mais il s’interroge sur leur succession si resserrée dans le temps : ainsi, dans les 2500 m2 fouillés sur l’emplacement du nouveau parking de la Mairie, où il a identifié quatre ou même cinq orientations distinctes, il note que « sur cette petite zone toutes les orientations sont intimement contigües et même superposées entre elles à la suite d’évolutions et de reconstructions (...). Dans ce quartier, la chronologie des orientations se joue en quelques décennies (...). C’est un fait quelque peu surprenant, car si on devait le généraliser à l’échelle de la ville, cela signifierait-il que l’urbanisme antique ait été régi par plusieurs orientations privilégiées et que la mise en place de celles-ci ait été faite en une cinquantaine d’années ? (...). Ce resserrement de la chronologie, quant à la mise en place des réseaux d’urbanisme, s’il devait être confirmé par d’autres fouilles à l’avenir, pourrait être l’un des apports majeurs de la fouille du parking de la Mairie » (Chouquer 1994 : 393). Pour la ville médiévale « la méthode est une lecture fidèle des formes enregistrées sur le plan cadastral, cherchant moins un plan global (à l’inverse de ce que les antiquisants sont tentés de faire pour la ville antique) que les divers plans juxtaposés qui sont susceptibles d’avoir conditionné progressivement son espace ». La justification implicite de cette différence de traitement de la ville médiévale et de la ville antique repose sur le postulat de l’existence d’une ou plusieurs planifications d’ensemble de la ville gallo-romaine, dans lesquelles s’inscrivent les orientations des édifices antiques, et du caractère limité des transformations médiévales ; elle repose aussi sur une conception stratifiée du plan contre laquelle il s’est élevé ultérieurement. Dans ses travaux récents (Chouquer 2000), il tend de plus en plus à mettre en doute les interprétations chronologiques, et même à récuser la possibilité de rendre compte des formes par des processus historiques.

26L’approche de Bernard Gauthiez présente, par rapport à celle de Gérard Chouquer, un certain nombre de différences importantes.

27La première tient à la méthode d’analyse : pour Gérard Chouquer, les formes planimétriques se décomposent en réseaux linéaires avec deux niveaux hiérarchisés : celui des « structures intermédiaires », représenté par les voies ou les lignes fortes du parcellaire, qui jouent un rôle organisateur, et celui du parcellaire qui constitue la trame. L’orientation des structures intermédiaires et à un moindre degré celle du parcellaire jouent un rôle déterminant dans l’identification des réseaux orthonormés qui peuvent être étroitement imbriqués, et présenter des discontinuités internes. Si on y voit des planifications successives, on peut considérer que les orientations cohérentes définissent les aires d’extension de chacune des planifications, et les discontinuités qui trouent les réseaux peuvent être comprises comme des effacements. Dans cette hypothèse, la logique de l’interprétation ne pose pas problème, mais ses implications pratiques laissent perplexes, tout particulièrement en ville, quand on pense aux travaux de reconstruction qu’implique tout changement d’orientation des voies dans un tissu urbain, surtout à des dates aussi rapprochées. Si on considère, en revanche, comme Gérard Chouquer l’a montré de façon convaincante dans ses travaux récents, que les différences d’orientation ne représentent pas des strates de planifications successives puisqu’elles sont souvent attestées simultanément par les vestiges archéologiques, on voit mal ce qui peut justifier encore l’importance donnée au tri des orientations dans l’analyse morphologique : quelle signification peut-on donner à l’imbrication des orientations, si on ne les interprète plus comme des strates successives ? Qu’est-ce qui justifie de considérer comme un même réseau les linéaments isoclines de part et d’autre d’un hiatus des formes, qu’on ne peut plus interpréter comme un effacement ?

28Dans les travaux de Bernard Gauthiez, les formes planimétriques ne sont pas analysées comme des réseaux de lignes : les orientations de la voirie et du parcellaire sont utilisées uniquement pour guider la décomposition du plan en unités discrètes, caractérisées par une structure géométrique propre qui les distingue du reste du plan. Pour Bernard Gauthiez, l’étude des unités de plan, de leurs modes de raccordement et d’interaction (ce que Conzen appelait les « coutures » du plan), et l’établissement de leurs relations d’interdépendance, jouent un rôle central. Les unités de plan, lorsqu’elles sont juxtaposées, sont souvent interdépendantes, en particulier lorsque la mise en place de l’une induit des aménagements qui retentissent sur les autres. L’identification de ces interactions apporte des informations utiles pour établir leur chronologie relative. Bernard Gauthiez distingue les unités de plan, qui correspondent à des opérations d’urbanisme volontaire, de ce qu’il appelle les structures dynamiques, qui désignent les formes qui paraissent avoir été déterminées par une configuration particulière de la topographie : entrent dans cette catégorie, par exemple, le chemin établi pour contourner une ville lorsqu’une nouvelle enceinte est mise en place, ou la patte d’oie créée par la convergence des voies au débouché d’une porte, ou les gains sur la rive d’un fleuve, ou encore les tracés soulignant, sur un relief escarpé, les courbes de niveau et leurs perpendiculaires (Gauthiez 1999a).

29La définition de la planification n’est pas non plus la même chez Gérard Chouquer et Bernard Gauthiez.

30Pour Gérard Chouquer, la planification des réseaux est définie par la rigueur géométrique des tracés qui doivent répondre à deux critères : 1) le maintien d’une orientation plus ou moins stricte ; 2) la périodicité métrologique des éléments intermédiaires et parcellaires, ce qui se traduit par la définition d’un niveau hiérarchique accentué, sous la forme d’unités (masses parcellaires) ou de lignes (limites des réseaux antiques) (Chouquer 2000 : 141-142).

31Pour Bernard Gauthiez, la distinction entre le « spontané » et le « planifié » est en grande partie une question d’échelle : le « spontané » peut être défini comme le cumul de décisions individuelles, délibérées, d’aménagement de l’espace, à une échelle ne dépassant pas celle d’un bâtiment ou d’une parcelle. Par opposition, il considère comme un aménagement planifié de l’espace urbain, donc à une autre échelle, l’existence d’unités de plan régulières, ou encore les alignements et la composition dans l’espace urbain des édifices majeurs dans des configurations ne pouvant être attribuées au hasard. La taille de l’agglomération intervient aussi dans la définition : la création d’un petit lotissement sur un terrain privé apparaîtra négligeable dans une ville d’une certaine taille mais semblera importante dans un village.

32Au-delà de la méthode d’analyse, la différence tient aussi en partie à la conception de la causalité des formes : alors que Bernard Gauthiez part du postulat de l’intelligibilité historique du plan, Gérard Chouquer va dans le sens d’une affirmation de l’autonomie de la morphologie par rapport aux processus historiques et fait appel au paradigme de l’auto-organisation pour rendre compte de la dynamique des formes (Chouquer 2000).

33Au sein du groupe de travail, le débat a porté, principalement, sur la confrontation des sources écrites et des sources planimétriques. Les sources archéologiques ont joué un rôle moindre, car elles n’étaient disponibles que pour une minorité de sites, mais elles étaient néanmoins virtuellement très présentes dans le débat, un peu à la manière de la statue du Commandeur, pour freiner les enthousiasmes interprétatifs.

34Le degré d’élaboration collective a été poussé assez loin puisque chaque notice a été discutée et corrigée à plusieurs reprises. Les méthodes et le vocabulaire de l’analyse ont été harmonisés jusqu’à un certain point, mais pas totalement. La règle adoptée, qui était d’analyser séparément les plans et la documentation textuelle et de confronter les résultats dans un second temps, a été suivie, mais pas par tous. Les discussions ont parfois été vives. Elles ont porté sur la confrontation des sources, mais aussi sur l’interprétation des formes et la signification qui pouvait leur être attribuée. La démarche de Bernard Gauthiez, pour qui la compréhension de la forme passe par l’identification du concepteur et du maître d’ouvrage et celle de leur milieu culturel, a été largement débattue. Cette approche prosopographique, qui met au premier plan les acteurs de l’urbain et leur formation intellectuelle, est apparue comme une piste de recherche à développer, mais pleine d’embûches, peut-être insurmontables : comment définir les milieux culturels et, surtout, comment les comparer et définir leurs aires d’influence ? Cette question soulève une difficulté qui a constitué la pierre d’achoppement de nos travaux : comment rendre compte des différences régionales que manifestent de manière évidente les plans d’agglomérations ? Les travaux d’histoire régionale ne sont guère menés dans une perspective comparatiste, et il est tout aussi difficile de comparer les spécificités des contextes économiques, sociaux ou politiques que celles des milieux culturels.

35L’apport de Bernard Gauthiez, au sein du groupe de travail, a été fondamental. La plupart des historiens et des archéologues qui y ont participé avaient une expérience certaine du travail sur les plans cadastraux, mais cette longue pratique de la reconnaissance des formes ne doit pas être confondue avec l’analyse morphologique pour laquelle elle peut même constituer un handicap, dans la mesure où elle conduit à éliminer instinctivement les formes qui ne sont pas interprétables en fonction d’hypothèses historiques préalables. Il n’est sans doute pas excessif de dire que passer de la topographie historique à l’analyse morphologique demande une rééducation.

36Au terme de ce travail, comment en voyons-nous le résultat ?

37Ce n’est ni une synthèse sur la morphogenèse des agglomérations au Moyen-Age, ni un atlas des formes urbaines, mais plus modestement, une collection d’essais dont certains portent sur une ville, voire sur un quartier, d’autres sur des ensembles de localités à l’échelle régionale ou micro-régionale. Nous avons mesuré l’investissement que demande la prise en compte des documents planimétriques comme une source à part entière, avec ses limites mais aussi son autonomie face aux sources écrites et archéologiques. Chaque monographie devient rapidement un puits sans fond, en particulier en raison du traitement des sources écrites qui doit prendre en compte non seulement les sources médiévales mais aussi les sources modernes et contemporaines. Encore avons-nous totalement éludé l’étude de l’architecture qui subsiste en élévation : son analyse était impossible à envisager dans le cadre de ces travaux, mais il est certain qu’elle aurait permis d’affiner, voire de modifier certaines hypothèses.

38En dépit de ces limites, les acquis nous paraissent importants. Sur le plan méthodologique, les études réunies dans ce volume montrent que l’analyse morphologique des plans cadastraux est susceptible de nous documenter sur des processus historiques impossibles à connaître par d’autres sources et d’apporter un éclairage nouveau sur les informations données par les sources écrites et l’archéologie. Sur le plan historique, elles montrent qu’il n’y a pas de lien entre la désignation des agglomérations (villa nova, burgus...) et leur morphologie, et qu’il n’y a guère de relation non plus entre l’existence d’un acte de fondation ou d’une charte de coutume et la mise en œuvre d’un plan régulier. La confrontation de l’analyse morphologique et des sources écrites conduit également à reconsidérer (et à réviser à la baisse ?) le rôle des établissements monastiques dans le développement des agglomérations. Les études réunies indiquent clairement que la place et la chronologie de la planification sont très variables selon les régions, et que le développement des agglomérations n’est jamais un processus continu : entre deux phases d’extension peuvent intervenir des épisodes de stagnation, de densification du bâti, ou au contraire de rétraction. Les périodes de croissance des agglomérations varient, elles aussi, selon les régions : en Anjou-Touraine et en Normandie, elles ne paraissent pas s’étendre, sauf exceptions, après le milieu du XIIe s., alors qu’en Languedoc, le développement se poursuit aux XIIIe - XIVe s., voire au-delà. Les études contenues dans ce volume montrent, enfin, que ce sont les mêmes schémas d’organisation qui sont utilisés dans les très petites agglomérations et les plus grandes, comme l’indiquent les études de Bernard Gauthiez sur la Normandie ou de Jean-Loup Abbé sur le Languedoc, et qu’il n’y a pas entre elles de différence essentielle quant à la manière d’envisager l’espace.

Bibliographie

Bibliographie

ABBÉ 1993
Abbé J.L.- Formation d’un paysage médiéval dans le Bassin parisien : Villeneuve l’Archevêque (Yonne), Archéologie médiévale, XXIII : 57-105.

ABBÉ 1996
Abbé J.L.- Permanences et mutations des parcellaires médiévaux in Les formes du paysage, Tome 2, Archéologie des parcellaires, Actes du colloque d’Orléans (mars 1996), G. Chouquer dir. : 223-233.

ASTON, BOND 1976
Aston M., Bond J.- The Landscape of Towns, London, 1976.

ASTON, ROWLEY 1974
Aston M., Rowley T.- Landscape Archaeology. The introduction to Fieldwork Techniques on Post-Roman Landscapes, London, 1974.

BANDINI 1988
Bandini M.- La contribution britannique à la morphologie urbaine in Merlin 1988 : 80-91.

BARLEY 1976
Barley M.W. ed.-The plans and topography of medieval towns in England and Wales, CBA Research Reports n° 14, London, 1976.

BAUDREU, CAZES 1994
Baudreu D., Cazes J.P.- Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude, in M. Fixot, E. Zadora-Rio 1994 : 80-97.

BERESFORD 1967
Beresford M.W.- New Towns of the Middle Ages, London, 1967.

BIDDLE, HILL 1971
Biddle M., Hill D.- Late Saxon planned Towns, The Antiquaries Journal 51, 1971 : 70-85.

BIDDLE 1976
Biddle M.- The Evolution of Towns : Planned Towns before 1066 in Barley 1976 : 19-36.

BOND 1990
Bond C.J.- Central place and medieval new town : the origins of Thame, Oxfordshire in The Built Form of Western Cities, essays for M.R.G. Conzen, in Slater T. R. ed., Leicester, London : 83-106.

BOUDON 1975
Boudon F.- Tissu urbain et architecture : l’analyse parcellaire comme base de l’histoire architecturale, Annales E.S.C., 1975 : 773-818.

BOUDON et al. 1977
Boudon F., Chastel A., Couzy H., Hamon F.- Système de l’architecture urbaine, le quartier des Halles à Paris, Paris, 1977.

BOURGEOIS 2000
Bourgeois L. dir.- Les petites villes du haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen Age, I, Poitiers, 2000.

BOURIN 2002
Bourin M., avec la collaboration d’E. Zadora-Rio.- Analyses de l’espace, in Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Age en France et en Allemagne, J.C. Schmitt et D.G. Oexle dir., Paris, 2002 : 493-510.

BRADLEY 1990.
Bradley J.- The role of town-plan analysis in the study of the medieval Irish town in The Built Form of Western Cities, essays for M.R.G. Conzen., Slater T. R. ed., Leicester, London : 39-59.

CHOUQUER 1994
Chouquer G.- Le plan de la ville antique et de la ville médiévale de Besançon, Revue archéologique de l’Est et du Centre, 45, fasc. 2, n° 166, juil.-déc. 1994 : 361-407.

CHOUQUER 2000
Chouquer G.- L’étude des paysages. Essai sur leurs formes et leur histoire, Paris 2000.

CLARKE, SIMMS 1985
Clarke H.B., Simms A. eds.- The Comparative History of Urban Origins in non-Roman Europe, Oxford, 1985.

CONZEN 1960
Conzen M.R.G.- Alnwick, Northumberland : an essay in town-plan analysis, Publications of the Institute of the British Geographers, 27, Londres, 1960.

CONZEN 1968
Conzen M.R.G.- The use of town plans in the study of urban history in The study of urban history, M.J. Dyos, ed., Londres, 1968.

CONZEN 1981
Conzen M.R.G.- The urban landscape. Papers by M.R.G. Conzen edited by J.W.R. Whitehand, Londres, 1981.

CONZEN 1988
Conzen M.R.G.- Morphogenesis, morphological regions and secular human agency in the historic townscape, as exemplified by Ludlow. In Urban historical geography. Recent progress in Britain and Germany, D. Denecke, G. Shaw eds, Cambridge University Press, Cambridge, 1988 : 253-271.

DARIN 1993
Darin M.- Introduction à l’histoire morphologique des villes. Ouvrage multigraphié diffusé par Ville Recherche Diffusion, Ecole d’Architecture de Nantes, rue Massenet, 44300 Nantes.

DARIN 1998
Darin M.- The study of urban form in France, Urban Morphology, Journal of the International Seminar on Urban Form, 1998 : 63-76.

DEMOLON et al. 1994
Demolon P., Galinié H., Verhaege F., dir.- Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de la France (VIIe-XIIIe siècle), actes du IVe congrès d’Archéologie Médiévale, Douai, 1991, Archaeologia duacensis n° 11/Maison des sciences de la ville de l’université de Tours n° 7, Société archéologique de Douai, Douai, 1994.

DESMARAIS 1995
Desmarais G.- La Morphogenèse de Paris. Des origines à la Révolution. Paris, 1995.

DUMASY 1988
Dumasy F.- Les villes de la Gaule romaine au Haut-Empire in La ville neuve. Une idée de l’Antiquité ? Paris, 1988.

FABRE et al. 1996
Fabre G., Bourin M., Caille J., Debord A.- Morphogenèse du village médiéval (IXe-XIIe siècle), actes de la table ronde de Montpellier 22-23 février 1993, Cahiers du patrimoine n° 46, Montpellier, 1996.

FANELLI 1968
Fanelli G.- L’analisi della forma urbana, in Detti E., Di Pietro G., F., Fanelli G., Città murate e sviluppo contemporaneo, Ed. C.I.S.C.U., Lucques, 1968 : 39-59.

FARON, HUBERT 1995
Faron O., Hubert E., dir.- Le sol et l’immeuble, les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (XIIe-XIXe siècle), Ecole française de Rome, PUL, Rome-Lyon, 1995.

FIXOT, ZADORA-RIO 1989
Fixot M., Zadora-Rio E., dir.- L’Eglise, le terroir, Monographie du CRA n° 1, Paris, 1989.

FIXOT, ZADORA-RIO 1994
Fixot M., Zadora-Rio E., dir.- L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du IIIe congrès international d’archéologie médiévale (Aix-en-Provence 1989), Documents d’Archéologie française n° 46, Paris, 1994.

FOURNIER 1973
Fournier G.- Châteaux, villages et villes d’Auvergne d’après l’Armorial de Guillaume Revel, Paris, 1973.

FOURNIER 1978
Fournier G.- Le château dans la France médiévale, Paris, 1978.

FOURNIER 1985
Fournier G., Fournier P.F.- Villes et villages neufs au XIIIe siècle en Auvergne : à propos des fondations d’Alphonse de Poitiers, Journal des Savants, 1985 : 189-230.

FRITZ 1894
Fritz J.- Deutsche Stadtanlagen, Strasbourg, Heitz, Mündel, 1894.

GALINIÉ 1978
Galinié H.- Archéologie et topographie historique de Tours, IVe-XIe siècle, Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters 6, 1978 : 33-56.

GALINIÉ 1981
Galinié H.- Recherches sur la topographie de Tours, IVe-XIe siècle, Thèse d’Histoire, Université de Caen, 1981.

GALINIÉ 2000
Galinié H.- Ville, espace urbain et archéologie, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, Tours, 2000.

GALINIE, RANDOIN 1979
Galinié H., Randoin B., avec Kemp R. et Holtz M.- Les archives du sol à Tours, survie et avenir de l’archéologie de la ville, Tours, 1979.

GAUTHIEZ 1991
Gauthiez B.- La logique de l’espace urbain, formation et évolution ; le cas de Rouen, thèse EHESS, Paris, 1991.

GAUTHIEZ 1993
Gauthiez B.- La ré-occupation planifiée de la Cité de Rouen au haut Moyen Age, The British Archaeological Association Conference Transactions for the year 1986, XII, Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen, Londres, 1993 : 12-19.

GAUTHIEZ 1998
Gauthiez B.- The Planning of the Town of Bury St Edmunds : A Probable Norman Origin, in The British Archaeological Association Conference Transactions XX, Leeds, 1998 : 81-96.

GAUTHIEZ 1999a
Gauthiez B.- Approche morphologique des plans de villes, archéologie et sources écrites, Revue archéologique de Picardie, n° spécial 16, Archéologie des villes, démarches et exemples en Picardie, Amiens, 1999 : 17-25.

GAUTHIEZ 1999b
Gauthiez B.- Lyon entre Bellecour et Terreaux, urbanisme et architecture au XIXe siècle, Lyon, 1999.

GAUTHIEZ 2001
Gauthiez B.- L’approche de la morphologie urbaine aujourd’hui, Ville d’hier, ville d’aujourd’hui en Europe, Actes des entretiens du patrimoine 2001, Paris, 2001.

HASLAM 1984
Haslam J., dir.- Anglo-Saxon towns in Southern England, Phillimore, Chichester, 1984.

HIGOUNET 1975
Higounet C.- Paysages et villages neufs du Moyen-Age, Bordeaux, 1975.

HIGOUNET 1978
Higounet C.- Les villeneuves des campagnes parisiennes au Moyen Age. Actes du 100e Congrès National des Sociétés Savantes (Paris 1975), Section Philologie et Histoire, 1978 : 69-86.

HIGOUNET 1979
Higounet C.- Les bastides en question, Urbanisme, 1979 : 6-19.

HIGOUNET 1985
Higounet C.- Nouvelles réflexions sur les bastides « cisterciennes, Les Cisterciens de Languedoc (XIIIe-XIVe s.), Cahiers de Fanjeaux 21 : 127-137.

HIGOUNET 1989
Higounet C.- Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen-Age, Paris, 1989.

HIGOUNET 1991
Higounet C.- Défrichements et villeneuves du Bassin Parisien (XIe-XIVe siècles), Paris-Bordeaux, 1991.

HIGOUNET 1992
Higounet C.- Villes, sociétés et économies médiévales, Bordeaux, 1992.

HUBERT 1990
Hubert E.- Espace urbain et habitat à Rome du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle, Ecole Française de Rome, 1990.

LARKHAM 1998
Larkham P.J.- Urban morphology and typology in the United Kingdom, in Typological process and design theory, Petruccioli A., dir., Cambridge, 1998.

LAVEDAN 1926a
Lavedan P.-Histoire de l’urbanisme, Antiquité, Moyen Age, Paris, 1926.

LAVEDAN 1926b
Lavedan P.- Qu’est-ce que l’urbanisme ? Paris, 1926.

LAVEDAN, HUGUENEY 1974
Lavedan P., Hugueney J.- L’urbanisme au Moyen Age, Paris, 1974.

LEBEAU 1996
Lebeau R.- Les grands types de structures agraires dans le monde, 6e édition mise à jour, Paris, 1996.

LENOIR, LANDRY 1854
Lenoir A., Landry P.- Théorie des villes. Comment les villes se sont formées, Revue générale de l’architecture et des travaux publics, vol. 12, 1854 : 291-298.

LILLEY 2000
Lilley K.- Mapping the medieval city : plan analysis and urban history, Urban history, t. 27, 1 : 5-30.

MALFROY 1998
Malfroy S.- Urban tissue and the idea of urban morphogenesis, in Typological process and design theory, Petruccioli A., dir., Cambridge, 1998.

MERLIN 1988
Merlin P., D’Alfonso E., Choay F., dir.,-Morphologie urbaine et parcellaire, Presses de l’université de Vincennes, Paris, 1988.

MURATORI 1960
Muratori S.- Studi per un’operante storia urbana di Venezia, Istituto poligrafico dello stato, Rome, 1959.

NITZ 1995
Nitz H.J.- La géographie historico-génétique de l’occupation des sols en Allemagne, Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, 30-31, 1995 : 45-70.

PALLISER 1976
Palliser D.M.- Sources for Urban Topography : Documents, Buildings and Archaeology in Barley 1976 : 1-7.

PALLISER 1987
Palliser D.M.- The medieval period in Schofield (John), Leech (Roger) eds Urban Archaeology in Britain, CBA Research Report 61, Londres, 1987 : 54-68.

PANERAI et al. 1977
Panerai P., Castex J., Celeste P.- Lecture d’une ville : Versailles, CORDA, Paris, 1977.

PINON 1994
Pinon P.- La lecture des persistances dans les formes urbaines et leur interprétation historique : le cas des villes d’origine romaine en Gaule in Mélanges Raymond Chevallier, Tome 1, vol. 2, Tours, 1994 : 39-47.

QUATREMÈRE DE QUINCY 1832
Quatremère de Quincy.- Dictionnaire historique d’architecture, t. II, art. « ville », Paris, 1832 : 672.

ROBERT, à paraître
Robert S.- Archéologie préventive et morphologie : deux points de vue scientifiques différents. Actes du colloque AGER, Besançon 2000, à paraître.

SHEPPARD 1974
Sheppard J.A.- Metrological Analysis of Regular Village Plans in Yorkshire, The Agricultural History Review, 22, 1974 : 118-135.

SLATER 1981
Slater T.R.- The analysis of burgage patterns in medieval towns, Area, 13, 1981 : 211-216.

SLATER 1988
Slater T.R.- English medieval town planning in Urban historical geography. Recent progress in Britain and Germany, D. Denecke, G. Shaw eds, Cambridge University Press, Cambridge, 1988 : 93-105.

SLATER 1990
Slater T. R. ed.- The Built Form of Western Cities, essays for M.R.G. Conzen, Leicester, 1990.

SLATER 1990a
Slater T. R.- Urban morphology in 1990 : developments in international cooperation, in Slater 1990 : 3-22.

SLATER 1990b
Slater T.R.- English medieval new towns with composite plans : evidence from the Midlands in Slater 1990 : 60-82.

SLATER 1998
Slater T.R.- Benedictine town planning in medieval England : evidence from St Albans, in The Church in the medieval town, Slater T.R., Rosser G. eds., Aldershot, 1998 : 155-176.

TAYLOR 1974
Taylor, C. C.- Fieldwork in medieval archaeology, London, 1974.

Notes

1 Nous remercions Dominique Iogna-Prat, Monique Bourin, Bernard Chevalier et Pierre Portet d’avoir accepté d’assister à certaines séances, d’avoir participé aux discussions et d’avoir relu certaines contributions. Notre reconnaissance va aussi tout particulièrement à Monique Ségura pour la part qu’elle a prise dans l’organisation des réunions, et plus encore dans la préparation du manuscrit.

2 Carto- et photo-interprètes ont, quelquefois, la faiblesse de négliger les données de l’archéologie, voire même des textes, et de conduire leurs analyses sur des documents quasiment muets. La logique courante est de conduire l’analyse d’une forme puis de l’illustrer ou de la confirmer par quelques données de fouilles. Cette étude propose, en inversant cette démarche, de faire en quelque sorte de l’analyse morphologique l’élément permettant de spatialiser les données ponctuelles issues des fouilles et des textes (Chouquer 1994 : 362).

Auteur

CNRS, Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540