Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine

 | 
Robert Beck
, 
Anna Madœuf

II - Formes et usages du temps et de l’espace

Les divertissements quotidiens d’un citoyen bavarois au xixe siècle

Robert Beck

Texte intégral

  • 1 Ce journal est conservé aux archives municipales de Landshut. Nous avons utilisé pour cette recherc (...)
  • 2 Alois Staudenraus, Topographische-Statistische Beschreibung der Stadt Landshut in Bayern und ihrer (...)

1Durant 51 ans, de 1821 à 1872, Franz Caspar Krieger, citoyen de la ville bavaroise de Landshut, a tenu un journal intime1. Né en 1795 à Vilshofen sur le Danube, près de Passau et de la frontière de l’Empire des Habsbourg, il apprend le métier de passementier. Arrivé à Landshut, il s’y marie en 1818 avec la fille d’un maître-passementier local. Grâce à ce mariage, il obtient à la fois le statut de maître-artisan et la propriété d’une belle maison au centre de la ville. Ces deux « acquisitions » lui confèrent en outre le droit de bourgeoisie, dont ne profitent que 595 habitants de la ville, sur un ensemble de plus de 7 500 habitants en 18342.

  • 3 Ce n’est qu’à ses vieux jours que la goutte l’en empêchera périodiquement.
  • 4 Quelques remarques, faites en français, font penser cependant à des aventures extraconjugales. On p (...)
  • 5 Peter Reinhold Preissler, Wirtschaft und Gesellschaft Landshuts in der Zeit von 1834 - 1914, Disser (...)

2Krieger tient ce journal avec une grande précision, n’oubliant aucune journée3. Certes, il ne se perd pas dans des réflexions philosophiques sur sa vie intérieure et ne confie que rarement ses sentiments et secrets à son journal4. Il ne fournit pas non plus d’indications sur les motivations qui l’ont poussé à tenir ce journal. Mais ces notes quotidiennes permettent de suivre l’évolution des pratiques de cet homme dans la longue durée, ainsi que celle du tableau politique, social, religieux et culturel de la société urbaine dans laquelle il évolue. Krieger note minutieusement tous ses loisirs, alors qu’il n’évoque que très rarement son travail. En étudiant les pages de ce journal, le lecteur est frappé par l’importance ludique, sociale et culturelle que la vie des loisirs recèle pour son auteur, ainsi que par les liens qui existent entre les loisirs et la religion catholique, dont la pratique est unanime dans cette ville5, sise au cœur de la Bavière catholique, à 60 km au nord-est de Munich. En 1800, Landshut devient ville universitaire et un des centres du romantisme et du renouveau catholique en Allemagne avant que l’université ne soit transférée à Munich en 1826. La présence d’une élite intellectuelle et d’une vie estudiantine assez riche donne un nouvel élan à cette ville de province plutôt endormie.

  • 6 Simon Hölz, Das Landshuter Bürgertum von 1866 bis 1871, Zulassungsarbeit zur Lehramtsprüfung für Gy (...)
  • 7 En 1835, on recense huit églises, ainsi que trois églises de couvents, et au moins une douzaine de (...)
  • 8 Tavernes à bière ou à vin, brasseries, cafés, caves, jardins…

3Après le départ de l’Université, elle retombera dans sa langueur, dont ni le renforcement de la garnison ni le transfert du gouvernement de la Basse-Bavière en 1838 ne la sortiront. Il faut attendre l’arrivée du chemin de fer en 1858 pour que cette ville connaisse un nouvel essor. Peu industrialisée, Landshut possède aussi une société assez figée au sein de laquelle une couche traditionnelle composée de « vieilles familles », mais aussi de fabricants, de commerçants et de maître-artisans exerce sa domination6. Toutefois, la ville de Landshut est riche de deux infrastructures : celle des établissements religieux d’abord7, et celle des débits de boissons ensuite8. C’est dans ce cadre qu’il faut situer les divertissements de F. C. Krieger.

L’IMPORTANCE DES TAVERNES DANS LA VIE DE F. C. KRIEGER

  • 9 Il lui arrive même d’y aller plusieurs fois par jour, notamment (mais pas seulement) les dimanches (...)
  • 10 1er/2/1830.

4D’ores et déjà, il faut citer l’occupation principale des loisirs de ce bourgeois, à savoir la fréquentation quasi quotidienne des tavernes et autres débits de boissons de sa ville9. Le seul fait d’en être privé provoque aussitôt ses lamentations, preuve de l’importance capitale qu’il attribue à ce loisir. « Ah, que nous sommes pauvres », confie-t-il à son journal quand un temps trop froid l’empêche de quitter la maison10.

  • 11 Traduction du mot allemand « Keller ».
  • 12 Nous avons pris les informations concernant ces « caves » dans Uli Walter, « Bierpaläste », in Wirt (...)

5En hiver, ce sont les tavernes et les cafés de la ville qu’il fréquente. Lors de la belle saison en revanche, ce sont les « caves »11, dont l’ouverture définit une véritable saison, allant du 1er mai jusqu’au mois d’août, qui l’attirent. Dans le cas de ces « caves », il s’agit de bâtiments à côté des caves où les brasseries stockent leur bière. Ces lieux, situés dans les faubourgs de la ville, se transforment depuis la fin du xviiie siècle en véritables lieux de divertissement, offrant de nombreuses attractions, musique, danse, jeux, illuminations, spectacles, feux d’artifice12. Le public s’attable dans les jardins ou dans le bâtiment dont l’architecture peut offrir une certaine richesse (Ill. 1). On comprend mieux alors l’enthousiasme de F. C. Krieger qui note en 1850 : « 1er mai. Très belle journée : ouverture générale des caves. Ah, quelle belle époque ! ». Complétons ce tableau avec les tavernes et jardins situés dans les environs de la ville, souvent annexes d’un moulin, château, voire église, et qui constituent des buts prisés d’excursion de la population de la ville aux beaux jours.

Illustration 1 : « Caves » et lieux d’excursion que fréquentait F. C. Krieger, dans les environs de Landshut. Gravure de 1843

Illustration 1 : « Caves » et lieux d’excursion que fréquentait F. C. Krieger, dans les environs de Landshut. Gravure de 1843

Source : Begegnung mit Landshut, Alfons Beckenbauer, Verlag Friedrich Pustet, 1979, p. 54

LA SOCIABILITÉ TAVERNIÈRE

  • 13 23/3/1840.
  • 14 Le 19/4/1835, ce dernier prend lui-même la direction d’une taverne, ce qui provoque les regrets de (...)
  • 15 La mort de Negele en 1846 provoque une rupture générale dans les relations de Krieger.

6Comment expliquer cette attirance qu’exercent ces lieux publics sur un homme comme Krieger ? D’entrée de jeu, il faut évoquer la sociabilité qu’offrent ces lieux. Quand son médecin veut limiter sa consommation quotidienne de bière à deux demi-litres, Krieger se montre complètement désespéré : « Quelles mauvaises perspectives pour la convivialité ! »13. En principe, Krieger n’y va jamais seul mais, avant 1846, toujours en compagnie de son voisin Negele14. Dans les tavernes etc., Krieger retrouve toujours le même cercle d’amis qui constitue un premier réseau restreint de sociabilité tavernière. Il ne s’agit même pas d’un seul cercle mais de plusieurs qui se superposent : le 6 octobre 1825, Krieger remarque bien un premier cercle d’amis qui, comme tous les soirs, se retrouve dans la même taverne, et il décrit ensuite un second cercle dont les membres viennent se joindre à eux périodiquement. Il est vrai que Krieger va entretenir des liens très forts avec les membres du premier cercle pendant de longues années, alors que la composition du second est soumise à de fortes fluctuations15. En général, Krieger change à partir de 1850 régulièrement les membres de son cercle : ceux de 1850 ne ressemblent pas du tout à ceux de 1860, ni à ceux de 1870.

  • 16 27/5/1835. Voir aussi 2/5/1855.
  • 17 2/12/1821.
  • 18 5/4/1835 ; 25/4/1870.
  • 19 14/5/1870.

7Lieu de convivialité, la taverne peut ainsi devenir un lieu de création de forts liens d’amitié : « fraternité avec Joseph » note Krieger dans son journal après une soirée passée ensemble dans une des « caves »16. Assez rares, en revanche, sont les occasions de disputes et de violences évoquées. Un soir, une dispute intervient entre des étudiants attablés dans une taverne et le groupe de Krieger, que les premiers ne veulent pas accepter dans cet endroit17. La ségrégation sociale qui règne dans les tavernes, etc. de la ville, peut expliquer cette relative tranquillité dans ces débits de boissons fréquentés par Krieger. Rares sont aussi les disputes au sein du cercle des amis de Krieger dont nous n’avons trouvé que deux évocations18. Notamment le conflit avec un ecclésiastique, qui fait partie de son entourage tavernier à ses vieux jours, est cause d’un grand chagrin car pendant plusieurs semaines, Krieger se trouve tout seul pour boire sa « bière du soir »19.

  • 20 Le 1er/12/1830 : « chez [le tavernier] Hilz où nous nous rendons quasiment tous les jours depuis un (...)
  • 21 Le 4/12/1840 : « le soir, comme d’habitude le vendredi, au “Voglbräu” ».

8Ce réseau habituel a ses lieux habituels, notamment lors de la mauvaise saison où ce cercle peut fréquenter, jour après jour, la même taverne, située en principe à quelques minutes de leur domicile20. Il leur arrive aussi d’attribuer un jour spécifique à une taverne21.

  • 22 Son ami Negele, à titre d’exemple, est maître tourneur et propriétaire d’une maison. Les autres mem (...)
  • 23 1er/7/1840 ; 28/12/50.
  • 24 21/11/1830.

9Ce cercle d’amis est assez homogène sur un plan social. Il s’agit de maître-artisans, de petits fabricants, commerçants etc., qui jouissent tous du droit de bourgeoisie, sans faire partie pour autant de la notabilité22. Cette dernière semble fréquenter généralement d’autres lieux de divertissement, mais des rencontres entre elle et la bourgeoisie moyenne ne sont pas exclues. Le jeu, notamment le tarot, peut les réunir même autour de la même table, et Krieger note, avec une certaine fierté avoir pratiqué ce jeu avec des membres de la « bonne société » de la ville23, tout comme il n’oublie pas de noter des conversations avec ces mêmes personnes24. Il n’existe donc pas un cloisonnement étanche entre les diverses franges de la bourgeoisie, tandis que les classes populaires semblent exclues des tavernes fréquentées par F. C. Krieger.

10Cette sociabilité tavernière est surtout masculine, même si Krieger note de temps à autre la présence de quelques femmes parmi eux. Leurs propres épouses et filles sont en principe exclues de la vie tavernière habituelle de tous les jours. La saison des caves, ainsi que la fréquentation des lieux d’excursion en dehors de la ville, changent cette donnée. Les dimanches de Pâques et de la Pentecôte, par exemple, Krieger se retrouve en compagnie de sa femme, qui l’accompagne aussi lors des soirées d’été dans les caves. Les femmes sont aussi présentes lors des sorties vers les nombreuses fêtes patronales dans les paroisses des environs de Landshut. Elles accompagnent aussi leurs maris et pères aux festivités du carnaval et de la Sainte Catherine, de même aux festivités organisées par les associations, comme la société de tir, dont Krieger fait partie.

  • 25 22/2/1835.

11La sociabilité informelle des tavernes se fonde aussi sur des rencontres fortuites. Krieger évoque ainsi des causeries avec des habitants de sa ville natale, ou avec d’autres passementiers de passage et rencontrés par hasard dans une des tavernes25. Même origine géographique et professionnelle se trouve donc à la base de longues discussions.

  • 26 16/5/1830 ; 25/5/1830.

12Avant 1832, les tavernes etc. constituent aussi des lieux où s’exprime un certain esprit de contestation envers les autorités locales, sous la forme de chansons satiriques ou de déclamations à l’encontre des notables de la ville26. Au moins avant la période répressive qui frappe la Bavière à partir de 1832, les tavernes représentent donc un certain espace de liberté d’expression (Ill. 2).

Illustration 2 : Interview de taverne, ici fréquentée par des étudiants. Croquis de 1826

Illustration 2 : Interview de taverne, ici fréquentée par des étudiants. Croquis de 1826

Source : Begegnung mit Landshut, Alfons Beckenbauer, Verlag Friedrich Pustet, 1979, p. 202

  • 27 16/6/1821 ; juillet 1821.
  • 28 4/3/1848 ; 16/7/1870.

13Au début des années 1820, les tavernes constituent aussi un lieu d’information grâce aux journaux, qu’on peut y acheter ou qu’on y apporte27. Or cette activité disparaît, si l’on suit le journal de Krieger, dès 1825 - preuve d’une certaine répression et surveillance de la vie tavernière par les autorités ? Néanmoins, la taverne reste un lieu important d’information sur les événements locaux, nationaux et internationaux - c’est attablé dans le jardin d’une taverne que Krieger apprend à la fois la nouvelle des émeutes à Munich en mars 1848, et la déclaration de guerre de la France à la Prusse28.

  • 29 13/7/1821.
  • 30 22/12/1825.
  • 31 16/6/1825.
  • 32 1er/6/1821.

14Pour expliquer l’attractivité de ces lieux et de la sociabilité qu’ils offrent, il est aussi impératif d’évoquer un des éléments constitutifs de la sociabilité tavernière, c’est-à-dire la conversation dont la qualité constitue pour Krieger un des critères d’une soirée réussie. L’auteur nous fournit quelques indications sur les sujets : les rumeurs, par exemple celle de l’assassinat du commandant du régiment local par un braconnier29, ou encore cet homme déguisé en fantôme, qui effraie les gens la nuit en sonnant à leurs portes : « Dans toutes les tavernes, on ne parle que de cela »30. Des catastrophes survenues, comme le feu qui ravage entièrement un moulin dans les environs de Landshut, animent la conversation31. Des sujets plus culturels aussi : après une promenade vers la ruine d’un ancien château fort dans les environs de la ville, leur conversation à la taverne porte sur l’histoire de la Bavière32.

  • 33 21/11/1830. Krieger est en général bien informé : en 1830, il donne un récit minutieux des événemen (...)
  • 34 Il s’agit de la question d’une future adhésion du royaume de la Bavière à une Allemagne sous domina (...)
  • 35 13/10/1825.
  • 36 12/10/1821.

15Ces conversations prennent aussi un caractère politique, comme en 1830, au sujet de la suppression du ballottage33. Arrivé à un certain âge, Krieger commence cependant à éviter ces discussions, comme en 1869 quand les débats animés entre progressistes et ultramontains le retiennent à la maison34 ! Les événements au sein de la maison royale de Bavière préoccupent entièrement Krieger et ses amis. Le décès du roi Maximilien Joseph en 1825 « anime » toute la soirée à la taverne35. Un sujet de conversation est aussi le passage du couple royal à Landshut en 1840, à l’occasion duquel la ville s’est illuminée, décorée et transformée en scène de nombreux défilés. Les soirées tavernières offrent aussi au groupe de Krieger l’occasion de montrer leur patriotisme : pour célébrer la fête du roi, ils sont tous attablés dans une des tavernes de la ville, sous le portrait du monarque, et ils chantent, au son d’une petite musique, des chansons « patriotiques », et un des attablés déclame le poème La Cloche de Schiller36.

  • 37 10/8/1840.

16Des problèmes domestiques ne sont pas absents des conversations : la fugue de son fils est vivement discutée le soir dans son cercle d’amis37. Les récits de voyage d’un des habitués lors de son retour constituent un autre grand sujet de conversation.

BIÈRE ET DIVERTISSEMENTS TAVERNIERS

  • 38 Uli Walter, op. cit., p. 23.
  • 39 Alois Staudenraus, op. cit., p. 199-200, indique pour 1836, 5 taverniers à vin, auxquels il faut op (...)
  • 40 6 janvier 1840.
  • 41 Dont les idées ont certainement circulé dans la ville à l’époque de l’université.

17Cette convivialité s’organise autour de la bière qui, depuis le début du siècle, est en train de se substituer au vin dans la société bourgeoise, après avoir été considérée comme la boisson des classes inférieures. Suite à la vague nationaliste du début du xixe siècle et à l’enthousiasme pour le Moyen Âge que celle-ci véhicule, une culture tavernière bourgeoise autour de la bière se développe, dont une forte consommation en société ne subit plus la même désapprobation qu’avant38. Certes, le vin résiste encore. Plusieurs tavernes à vin existent toujours à l’époque de Krieger à Landshut, où le vignoble couvre une partie des coteaux jusqu’au milieu du xixe siècle39. Mais les visites de Krieger chez les taverniers à vin sont rares, tout comme sa consommation de vin reste assez limitée. Ce dernier constitue une boisson exceptionnelle, boisson de fête40, alors que la bière est la boisson quotidienne. Krieger s’inscrit donc pleinement dans cette nouvelle culture tavernière bourgeoise où règne la bière, même s’il serait vain de chercher chez ce patriote bavarois des tendances germano-nationalistes41.

  • 42 4/10/1821.
  • 43 8/5 et 23/5/1840.
  • 44 26/7/1830.
  • 45 3/7/1821 ; 21/7/1825. La qualité et la quantité de la bière dépendent beaucoup des possibilités de (...)

18La consommation de bière possède donc une importance capitale pour lui. La qualité de la bière joue également un rôle important dans le choix de l’établissement qu’il fréquente. Krieger note ainsi qu’ils sont allés au Dräxlmaierkeller, « où il y a une bière excellemment bonne »42, ou encore au Firmerkeller, pour sa « très bonne bière »43. De même, il lui arrive de changer d’établissement car la bière possède un trop fort goût d’eau44 ou tout simplement, parce qu’elle est mauvaise45.

  • 46 25 - 27/12/1821 ; 9/10/1825.
  • 47 28/10/1821 ; 25/7/1835 ; 28/8/1840. Voir aussi Theo Herzog, op. cit., p. 95.

19Les jeux peuvent compléter cette convivialité, mais aussi constituer de nouveaux cercles de convivialité, étant donné qu’on les pratique souvent pour l’argent, comme le tarot. Le jeu de quilles, également pratiqué pour l’argent, a surtout lieu lors de la belle saison, notamment dans les caves et jardins des tavernes situées à l’extérieur de la ville et disposant d’assez d’espace pour des pistes. Plus rarement, Krieger pratique le tir46. Krieger et ses consorts pratiquent aussi un jeu traditionnel d’une grande cruauté pour nos sensibilités, « battre le coq » : il s’agit de frapper avec un fléau un coq dont les yeux sont bandés, jusqu’à sa mort. Une version « adoucie » de ce jeu, pour faire plaisir aux enfants, consiste à enfermer le coq dans une ruche pour qu’il ne soit pas touché directement47.

20Krieger abandonne tous les jeux dans l’espace public à partir de la cinquantaine : à partir de 1850, il pratique le tarot uniquement dans un cadre privé.

  • 48 16/6/1821 ; 26/6/1821 ; 3/9/1821 ; 31/12/1821 ; 25/5/1830.
  • 49 4/1/1821 ; 19/1/1825.

21La convivialité autour de la bière est aussi souvent liée au plaisir de la musique. Souvent, notamment lors des « jeunes années » de Krieger, ce sont des membres de son cercle eux-mêmes qui sortent la guitare pour accompagner leurs chansons48. Quant à Krieger, il lui arrive d’accompagner des chants d’enfants ou d’étudiants avec sa flûte49.

  • 50 Les trompettistes d’un régiment jouent ainsi tous les samedis en été dans le jardin de la même tave (...)
  • 51 16/8/1821.
  • 52 31/7/1830.
  • 53 26/7/1835.
  • 54 16/8/1840.

22Les diverses musiques des régiments ou de la garde territoriale animent à leur tour des soirées dans les tavernes, caves et jardins50, tout comme des sociétés musicales. Mais ce sont des musiciens de l’extérieur qui occasionnent un véritable plaisir auditif. Krieger confie alors à son journal la présentation d’une belle chanteuse étrangère qui s’accompagne à la harpe, et qui réunit visiblement plaisir visuel et auditif51. Ces musiciens viennent d’autres villes en Bavière52 mais aussi de l’étranger. Le 10 octobre 1840, trois filles et leur frère handicapé du Tyrol présentent des « chansons des Alpes ». Ces musiciens sont souvent originaires de la Bohème voisine, comme ces neuf musiciens de Prague, offrant une « musique merveilleuse »53. Or c’est le passage d’un musicien de la cour royale de Bavière dans une des tavernes qui constitue l’apogée musical pour Krieger. Ce flûtiste, cédant aux pressions des consommateurs et accompagné d’un piano, présente deux morceaux de sa propre composition dont la beauté enthousiasme Krieger54.

  • 55 3/3/1840.

23La musique peut fournir l’occasion de danser, notamment lors du carnaval et de la Sainte Catherine, générant ainsi une sociabilité mixte. Des danses ont aussi lieu dans les « caves » lors de la belle saison, et lors des fêtes patronales. Krieger, jusqu’à un certain âge, semble assez apprécier ce plaisir55.

  • 56 26/7/1825.
  • 57 13/6/1840.
  • 58 4/8/1830.

24Les taverniers et propriétaires des caves organisent encore d’autres divertissements pour attirer la clientèle, comme des feux d’artifice ou des représentations de la Laterna magica, montrant apparitions de fantômes ou danses des sorcières56. Ils arrangent aussi des illuminations57 et des promenades nocturnes, après musique et danse58.

  • 59 De toute façon, le tabac fait partie de l’ambiance tavernière, comme le montre une remarque faite l (...)
  • 60 « Wandertag » en allemand.

25Ces débits de bière constituent aussi le cadre d’une vie associative assez riche de la ville ; Krieger lui-même fait partie de plusieurs associations : d’une société de tir, d’une « Société des Bourgeois » et, après 1848, de la « Société pour la Monarchie constitutionnelle et la liberté religieuse », et finalement aussi d’une « Chambrée de fumeurs et priseurs »59. Toutes ces associations se réunissent dans les tavernes (ou cafés), et la « Société des bourgeois » organise même une « randonnée »60 hebdomadaire vers une des tavernes de la ville, choisies alternativement.

  • 61 12/7/1835.
  • 62 29/10/1850.

26Ces associations organisent à leur tour des fêtes avec musique et danse, ainsi que des tournois de quilles61. Tout en utilisant les infrastructures des tavernes, la « Société des Bourgeois » arrange aussi des représentations théâtrales et des conférences, par exemple sur les plus nouvelles techniques de la télégraphie62. Ces associations ne constituent donc pas seulement un support de convivialité mais, en dehors d’objectifs politiques, elles contribuent à l’information et l’instruction de la population. Krieger lui-même fréquente avec plaisir ces réunions, et la vie associative constitue un élément important de ses loisirs. À partir d’un certain âge, il se retire cependant de cette vie associative, avec une seule exception : le 21 juillet 1870 où il assiste à la fête donnée par la « Société des Bourgeois » en l’honneur des troupes bavaroises qui partent pour la guerre.

  • 63 À cela s’ajoute que Krieger est victime d’une cécité croissante. Pour la vie de F. C. Krieger, voir (...)

27La vie tavernière joue donc un rôle essentiel dans la vie de ce bourgeois, si l’on suit son journal intime. Cependant, cette vie tavernière perd de son exubérance au cours des années, ce qu’on pourrait attribuer à l’âge avancé de F. C. Krieger - seulement, Krieger note en général tous les amusements et divertissements dont il est témoin, même s’il n’y participe pas directement. La conclusion s’impose qu’à partir des années 1840, la vie des tavernes (et des caves, etc.) ne représente plus ce caractère animé, cette dimension de fête et d’exubérance, dont elle était le cadre auparavant, et qu’elle prend en revanche des formes plus régulières et « apaisées » où le client n’est plus acteur mais simple consommateur. La bière, quelques jeux et la sociabilité constituent dorénavant les seuls facteurs pour expliquer toute l’importance que la vie des tavernes garde encore pour Krieger. Le 8 février 1872, il note qu’il ne peut plus fréquenter les tavernes, et qu’il va donc arrêter son journal intime63.

LES DIVERTISSEMENTS NON -TAVERNIERS DE F. C. KRIEGER

PROMENADES ET EXCURSIONS

28Les autres divertissements de F. C. Krieger sont étroitement liés à la bière et à la vie tavernière. D’entrée de jeu, il convient de citer la promenade qui, à partir d’un certain âge, se pratique pour des raisons de santé : le 16 avril 1855, Krieger fait ainsi une longue promenade avec quelques amis, « pour avoir un peu de mouvement à l’air libre ». Mais généralement, les buts des promenades sont quasiment toujours des tavernes à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville. Certaines tavernes des environs de la ville, comme celle de Piflas (Ill. 1), proposant de beaux jardins pour s’attabler, vivent d’ailleurs surtout de ces promeneurs dont le flot ne se déverse pas seulement les dimanches et fêtes. Même les promenades « ordinaires » intra-muros et extra-muros, sont quasiment toujours agrémentées d’un séjour dans une taverne.

Illustration 3 : Intérieur de la taverne de Klausenberg près de Landshunt, lieu d’excursion également fréquenté par F. C. Krieger

Illustration 3 : Intérieur de la taverne de Klausenberg près de Landshunt, lieu d’excursion également fréquenté par F. C. Krieger

Croquis réalisé par un prisonnier de guerre français en 1870/71

29Ces promenades ont lieu intra-muros, à l’occasion par exemple de visites pour montrer les curiosités de la ville, notamment les églises, ou pour satisfaire la curiosité au sujet de nouveaux bâtiments ou de nouvelles institutions, comme la gare. Le cimetière de la ville constitue également un des promenoirs, sans que Krieger, avant la mort de son épouse en 1861, n’ait une raison spécifique de s’y rendre - signe d’une certaine familiarité avec ce lieu d’ultime repos.

30Les heures de la soirée, notamment en été, voient Krieger et ses acolytes franchir les portes de la ville pour un tour à travers les faubourgs. Certaines destinations de préférence se distinguent : il s’agit du jardin de l’ancienne cour ducale de Landshut, ouvert au public en 1837, et dont la beauté attire Krieger notamment vers les années 1850, et de la paroisse d’Au, située à une heure de marche à travers prairies et forêts, avec son jardin ouvert aux promeneurs assoiffés.

  • 64 17/7/1825.
  • 65 12/10/1825.

31De temps à autre Krieger participe à des excursions vers des contrées plus lointaines : après un bout de chemin effectué en voiture (en train après 1858), celles-ci se composent d’un mélange d’attractions culturelles (visites d’églises, de châteaux, de villages et villes en général), et de joyeusetés. Ces excursions remplissent des journées entières, avec des départs bien matinaux et des retours nocturnes, et avec des distances parcourues à pied de plus d’une vingtaine de kilomètres. Elles mettent surtout le jeune Krieger dans un état d’euphorie : « je peux dire qu’il s’agissait d’un des jours les plus heureux de ma vie »64, ou encore, « ce jour était un des plus joyeux de ma vie »65 s’exclame-t-il à la fin de son récit.

  • 66 24/4/1825.
  • 67 12/5/1860.
  • 68 Spaziergänge in und um Landshut, Landshut, Attenkofer, 1838, p. 91.

32Le charme de ces promenades et excursions est étroitement lié à la sensibilité visuelle : à plusieurs reprises, Krieger quitte sa réserve ordinaire pour s’exclamer devant la beauté d’un panorama dont il jouit, par exemple, sur les hauteurs du château de Landshut66, tout comme il souligne tout le bonheur que lui procure la vue d’une nature en pleine floraison au mois de mai67. L’auteur, ainsi que ses compagnons, recherchent systématiquement de belles vues en montant sur des clochers ou grimpant sur les hauteurs des collines. Les buts d’excursions situés dans les environs de Landshut sont également pourvus de panoramas dont les contemporains vantent la beauté : au sujet d’Eugenbach, également fréquenté par Krieger, un auteur contemporain vante la vue « dont aucune imagination n’est capable de décrire la beauté »68. La beauté du paysage, liée aux rayons et à la lumière du premier soleil, explique certainement aussi les heures matinales de certaines promenades de Krieger qui le conduisent toutes vers des lieux panoramiques, comme ce 22 mai 1825 : ce jour-là, il monte à 4 h du matin sur une des collines qui entourent Landshut, et qui est connue pour la beauté de son panorama.

  • 69 En 1825, le gouvernement de Bavière limite le droit à la musique lors des fêtes patronales aux dima (...)
  • 70 Spaziergänge, op. cit., p. 81-82.

33Les nombreuses fêtes patronales dans les environs de la ville, dans un rayon d’une bonne dizaine de kilomètres constituent un des buts appréciés des promenades. Ces fêtes, malgré la volonté du gouvernement bavarois de les concentrer sur un seul dimanche, ont lieu à partir d’avril jusqu’en novembre. En dépit d’un nombre considérable de faits de violence69, ces fêtes patronales sont également fréquentées par un « public cultivé »70 et constituent un lieu de rencontre entre les diverses classes de la société urbaine et rurale.

34Les buts de promenade peuvent aussi prendre un caractère macabre : le 2 juillet 1830, Krieger, en compagnie de sa femme et de quelques amis, se fait conduire à la ville d’Erding, pour y assister à l’exécution publique d’un assassin qui aura lieu le lendemain. Après avoir observé minutieusement le travail du bourreau au sein d’une foule de badauds bien nombreuse, et écouté les paroles d’un des ecclésiastiques locaux après la mort du condamné, Krieger et consorts se rendent dans une taverne pour y déguster une bière « particulièrement bonne »…

LES SPECTACLES

  • 71 Voir Heinrich Egner, « Bernlochner-Konkurs und Theaterkrach », Landshuter Zeitung, 23/7/1994.

35F. C. Krieger est beaucoup moins concerné par la vie théâtrale, un des grands divertissements des sociétés urbaines du xixe siècle, au moins quant à sa propre assistance aux représentations : nous n’en avons recensé que 25 pour l’ensemble de la période concernée - avec un net avantage pour ses premières années, notamment 1821 (5). Pourtant, la ville connaît régulièrement des saisons théâtrales, d’automne jusqu’au printemps, et Krieger lui-même note minutieusement dans son journal les noms et la nature des pièces, copiant très probablement ces informations dans la presse locale. On ne peut donc pas nier un certain intérêt de Krieger pour la vie théâtrale de sa ville, mais qui se heurte probablement aux tarifs élevés demandés par les entrepreneurs de théâtre71 ? Toujours est-il que Krieger, arrivé à un certain âge, se privera entièrement de ce divertissement.

36Complétons ce tableau avec quelques concerts, en dehors de l’univers tavernier, et avec quelques représentations de cirque, auxquels Krieger assiste également de façon irrégulière, en principe pour faire plaisir à ses enfants.

LES LOISIRS DOMESTIQUES

  • 72 1er/1/1850.
  • 73 3/10/55. Notons qu’il s’agit d’une des très rares occasions d’activités communes de Krieger avec so (...)
  • 74 22/10/1848 ; 11/1/1860.

37La plupart des loisirs de F. C. Krieger se situent dans l’espace public, et assez exceptionnels restent dans son récit les divertissements dans un cadre privé. Dans ces rares évocations, on peut distinguer des rassemblements joyeux chez un de la « bande » durant les jeunes années de Krieger : ils boivent, chantent et jouent dans une ambiance bien animée, simple transfert de celle de la taverne vers l’espace privé. Mais à partir de 1840, ces réunions changent de caractère pour devenir des réunions paisibles de voisinage : « le soir chez M. Kusterer où nous jouons au tarot - comme lors de tous les jours de fête en hiver »72, ou « De nouveau à la maison. D’habitude nous jouons le soir aux cartes, avec Mme Groeschl, mon épouse et Walburga »73. Certes, on peut considérer cet « apaisement » comme la conséquence d’un âge avancé, mais on pourrait aussi le mettre en parallèle avec la disparition du caractère joyeux, qui caractérisait la vie des tavernes, à la même époque. Cette sociabilité domestique inclut aussi une présence féminine, qui s’organise autour des jeux de cartes et des jeux de société74. Cette sociabilité domestique disparaît cependant lors de la belle saison au profit de celle des caves.

  • 75 24/7/1825. Complétons cette liste des loisirs d’un bourgeois bavarois par des baignades lors de la (...)

38Le jeune Krieger, vers 1825, pratique encore une autre forme domestique de loisir en invitant ses amis pour leur faire la lecture des débats de la diète bavaroise, à une époque de relative liberté de la presse dans le royaume75.

RELIGION ET LOISIRS

  • 76 16/4/1870.
  • 77 27/3/1825.
  • 78 26/1/1830.
  • 79 25/9/1835.

39Le lecteur de ce journal est frappé par les liens qui existent entre les loisirs et la religion chez F. C. Krieger. Ceci s’explique d’abord par le fait d’une société où le catholicisme règne en maître absolu, marquant de son empreinte à la fois la vie publique et privée. Le clergé cherche en outre à donner un certain éclat aux cérémonies et manifestions religieuses. Krieger souligne en effet à plusieurs reprises la beauté d’une cérémonie qui l’a frappé, comme celle de la résurrection du samedi des Pâques76, celle d’un prône77 ou encore celle d’une cérémonie de prise de voile par une novice dans l’église d’un des couvents de la ville78. L’Église sait donc se mettre en scène à travers ses cérémonies, processions, visites de l’archevêque ou encore lors des jubilés, comme celui de 1835 qui dure une semaine : des processions affluent de toutes les paroisses des environs proches et moins proches, dont les cierges immenses, les crucifix, les drapeaux portés par des vierges, la présence du clergé et des notables marquent l’esprit des spectateurs. Des animations musicales entourent ces cérémonies du jubilé en ville, et toutes les tavernes sont pleines à craquer. Krieger y rencontre même deux moines capucins, une « joyeuse compagnie » selon ses notes79. En suivant le récit de cette semaine du jubilé dans son journal, l’impression se dégage qu’il s’agit plutôt d’une semaine de plaisirs que d’une semaine de dévotion.

  • 80 17/4/1840.

40Lors de la semaine sainte, les paroisses organisent des musiques sacrées le jeudi, et des représentations de la tombe du Seigneur, parfois accompagnées de mises en scène picturales de la ville de Jérusalem80. Krieger assiste aux musiques sacrées, et il fait régulièrement le tour des tombes du Seigneur dans les églises, buts de ses promenades - mais il n’oublie jamais de fréquenter ensuite une taverne.

  • 81 « chez le tavernier Vogl, proche de l’église du Saint-Esprit », 21/4/1835.
  • 82 12/1/1825.

41L’église et la taverne sont en effet proches - à la fois dans l’espace et dans l’organisation du temps. Les débits de boisson entourent les bâtiments sacrés, et Krieger indique leur emplacement par rapport à l’église la plus proche81. Dans le jardin du château de Piflas, but d’excursion prisé par les habitants, l’église forme une unité spatiale avec l’espace prévu pour les consommations des promeneurs (Ill. 1). Cette proximité ne semble pas déranger le clergé de la ville qu’on peut même trouver en tant que client dans les tavernes - Krieger évoque à plusieurs reprises des conversations avec des ecclésiastiques. Ceux-ci ne reculent même pas devant un jeu de tarot82. À la fin de la vie de Krieger, un ecclésiastique fait même partie de sa sociabilité tavernière quotidienne.

  • 83 8/7/1821.
  • 84 9/12/1821
  • 85 19/3/1825 ; 1/1/1840.
  • 86 16/4/1870.
  • 87 28/5/1835.

42Dans l’organisation du temps de Krieger, les cérémonies religieuses se juxtaposent à ses divertissements, tavernes et, plus rarement, promenades. Ces dernières peuvent s’effectuer pour assister à une messe dès 6 h du matin dans une église sur les hauteurs de la ville83. Les exemples d’un voisinage temporel entre cérémonies religieuses et visite des tavernes sont plus que nombreux : dans la matinée dominicale, dès la fin de la messe, il va dans une taverne84. De même, l’après-midi dominical, avant d’assister au prône ou à l’exposition du Saint Sacrement, il retrouve ses amis dans une taverne85. Le vieux Krieger qui, à l’âge de 75 ans, fréquente encore plus régulièrement les églises, n’oublie quand même pas sa bière quotidienne : le samedi de Pâques il va d’abord dans une église pour la cérémonie de la résurrection, ensuite dans une taverne, pour finalement assister à une seconde cérémonie de résurrection dans une autre église86. Cette complémentarité entre vie religieuse et vie tavernière dans la perception de Krieger s’exprime aussi quand il montre la ville à des visiteurs : en général, ils font le tour des églises, des tavernes et des caves87.

LES LOISIRS DE F. C. KRIEGER DANS LE RYTHME DU TEMPS

43Le lien entre le facteur religieux et les loisirs se révèle aussi dans le caractère du support temporel des divertissements de F. C. Krieger : il s’agit en général du temps sacré des dimanches et fêtes religieuses, dont le nombre est bien élevé : nous en avons relevé une trentaine pour l’année 1825. Suite à sa fonction de receveur de loterie, Krieger perd le profit de nombreux dimanches durant les années 1830 et le début des années 1840, ce qui semble le mettre plutôt de mauvaise humeur : il se plaint de ce surcroît de travail, et il se sent exclu de la société ce jour-là.

44Les soirées constituent le second grand temps de ses loisirs : en 1825, il ne passe pas une seule soirée de mercredi à la maison, ni même la quasi-totalité des autres soirées : 333 sur 365 !

45Krieger n’hésite pas non plus à quitter son travail en cas de visite, ou en cas de beau temps. Le lundi tout particulièrement est un jour préféré pour se promener, pour s’attabler dans une cave, ou pour se rendre à une fête patronale -en 1850, il « débauche » même son compagnon. S’agit-il d’une forme de Saint-Lundi, de ce chômage du lundi certainement familier pour l’ancien compagnon qu’était Krieger avant 1818 ? Quoi qu’il en soit, les limites entre temps de travail et temps des loisirs gardent encore chez Krieger ce caractère flou, si typique d’une conception préindustrielle du travail.

46Ces rythmes changent quand Krieger se retire des affaires, mais la fidélité à sa bière quotidienne reste inchangée : à l’âge de 75 ans encore, il va tous les jours, de 4 à 6 heures de l’après-midi, dans une des tavernes de son voisinage.

47La lecture de ce journal montre donc toute la portée que possèdent les loisirs pour cet homme de l’époque du Biedermeier - au point de constituer l’essentiel d’un récit qui s’étend sur 51 ans. L’importance que F. C. Krieger attribue à ses loisirs, s’explique par le fait que ceux-ci constituent un élément essentiel de la personnalité de ce bourgeois. Certes, c’est son statut de maître-passementier et de propriétaire qui définit son rang social au sein de cette société urbaine - mais ce sont ses loisirs qui constituent l’élément décisif de son identité. Sa position sociale ne sert que de base pour la pratique des loisirs qui dominent sa vie, au détriment de la nouvelle valeur morale et sociale du travail -signe de la résistance d’un catholicisme moins ouvert aux règles et normes du capitalisme triomphant, et étroitement lié à la vie des loisirs ?

48Ces loisirs, au sein de cette société bourgeoise à l’époque préindustrielle représentent aussi un élément capital de la vie sociale et politique, ce qui explique également leur importance. Cependant, leur caractère joyeux et exubérant commence à disparaître à partir des années 1830/40 pour faire place à une vie des loisirs plus réglée et -même si F. C. Krieger ne le dit pas - codifiée.

49L’auteur de ce journal vit donc -mais en est-il vraiment conscient ? -la transition de l’exubérance festive vers des loisirs normés qui les rendent acceptables aux nouvelles élites de la société bourgeoise et capitaliste. Mais l’Église catholique semble, dans cette Bavière fervente, suivre cette évolution pour maintenir les liens étroits établis entre la vie religieuse et la pratique des loisirs -au point qu’on peut se demander si cette relation si forte ne constitue pas une des clés pour comprendre l’ancrage si profond du catholicisme dans cette région ?

Notes

1 Ce journal est conservé aux archives municipales de Landshut. Nous avons utilisé pour cette recherche, qui est loin d’être achevée, les années 1821, 1825, 1830, 1835, 1840, 1848, 1850, 1855, 1860, 1866 et 1870. Nous profitons de cette occasion pour remercier MM. Tausche et Bauer pour le soutien offert à nos travaux.

2 Alois Staudenraus, Topographische-Statistische Beschreibung der Stadt Landshut in Bayern und ihrer Umgebung, Landshut, Attenkofer, 1835, p. 173.

3 Ce n’est qu’à ses vieux jours que la goutte l’en empêchera périodiquement.

4 Quelques remarques, faites en français, font penser cependant à des aventures extraconjugales. On peut noter en général que Krieger note en français des faits touchés par les interdits de la société : jeux de hasard, aventures extraconjugales.

5 Peter Reinhold Preissler, Wirtschaft und Gesellschaft Landshuts in der Zeit von 1834 - 1914, Dissertation en sciences économiques, Université de Nuremberg-Erlangen, 1973, p. 229.

6 Simon Hölz, Das Landshuter Bürgertum von 1866 bis 1871, Zulassungsarbeit zur Lehramtsprüfung für Gymnasium, Université de Ratisbonne, dir. Prof. Peter Schmid, 2001, p. 35.

7 En 1835, on recense huit églises, ainsi que trois églises de couvents, et au moins une douzaine de chapelles. Alois Staudenraus, op. cit., p. 71-166.

8 Tavernes à bière ou à vin, brasseries, cafés, caves, jardins…

9 Il lui arrive même d’y aller plusieurs fois par jour, notamment (mais pas seulement) les dimanches et fêtes : il va dans une taverne après la messe, chez un cafetier l’après-midi, et de nouveau dans une taverne le soir.

10 1er/2/1830.

11 Traduction du mot allemand « Keller ».

12 Nous avons pris les informations concernant ces « caves » dans Uli Walter, « Bierpaläste », in Wirtshäuser in München um 1900, Munich, Buchendorfer Verlag 1997, p. 25.

13 23/3/1840.

14 Le 19/4/1835, ce dernier prend lui-même la direction d’une taverne, ce qui provoque les regrets de Krieger qui insiste sur le fait que celui-ci était, depuis son arrivée à Landshut en 1818, sa compagnie quotidienne pour aller boire leur bière.

15 La mort de Negele en 1846 provoque une rupture générale dans les relations de Krieger.

16 27/5/1835. Voir aussi 2/5/1855.

17 2/12/1821.

18 5/4/1835 ; 25/4/1870.

19 14/5/1870.

20 Le 1er/12/1830 : « chez [le tavernier] Hilz où nous nous rendons quasiment tous les jours depuis un mois ».

21 Le 4/12/1840 : « le soir, comme d’habitude le vendredi, au “Voglbräu” ».

22 Son ami Negele, à titre d’exemple, est maître tourneur et propriétaire d’une maison. Les autres membres de son réseau, tous propriétaires de leur maison, exercent les métiers de drapier, perruquier, imprimeur... Le fait d’être propriétaires de leurs maisons suggère qu’il s’agit de maîtres artisans.

23 1er/7/1840 ; 28/12/50.

24 21/11/1830.

25 22/2/1835.

26 16/5/1830 ; 25/5/1830.

27 16/6/1821 ; juillet 1821.

28 4/3/1848 ; 16/7/1870.

29 13/7/1821.

30 22/12/1825.

31 16/6/1825.

32 1er/6/1821.

33 21/11/1830. Krieger est en général bien informé : en 1830, il donne un récit minutieux des événements des Trois Glorieuses et de la fuite de Charles X. Journal, année 1830, « annexe ». Ces événements enrichissent à coup sûr les conversations tavernières.

34 Il s’agit de la question d’une future adhésion du royaume de la Bavière à une Allemagne sous domination prussienne.

35 13/10/1825.

36 12/10/1821.

37 10/8/1840.

38 Uli Walter, op. cit., p. 23.

39 Alois Staudenraus, op. cit., p. 199-200, indique pour 1836, 5 taverniers à vin, auxquels il faut opposer 51 brasseurs et taverniers à bière.

40 6 janvier 1840.

41 Dont les idées ont certainement circulé dans la ville à l’époque de l’université.

42 4/10/1821.

43 8/5 et 23/5/1840.

44 26/7/1830.

45 3/7/1821 ; 21/7/1825. La qualité et la quantité de la bière dépendent beaucoup des possibilités de conservation, ce qui explique le fait d’une bière en train de « tourner ». Les brasseurs de Landshut, malgré leur nombre élevé, sont encore en 1810 incapables d’assurer l’approvisionnement de la ville en bière. Theo Herzog, Landshut im XIX. Jahrhundert, Landshut, Residenzverlag, 1994 (1ère édition 1969), p. 38.

46 25 - 27/12/1821 ; 9/10/1825.

47 28/10/1821 ; 25/7/1835 ; 28/8/1840. Voir aussi Theo Herzog, op. cit., p. 95.

48 16/6/1821 ; 26/6/1821 ; 3/9/1821 ; 31/12/1821 ; 25/5/1830.

49 4/1/1821 ; 19/1/1825.

50 Les trompettistes d’un régiment jouent ainsi tous les samedis en été dans le jardin de la même taverne.

51 16/8/1821.

52 31/7/1830.

53 26/7/1835.

54 16/8/1840.

55 3/3/1840.

56 26/7/1825.

57 13/6/1840.

58 4/8/1830.

59 De toute façon, le tabac fait partie de l’ambiance tavernière, comme le montre une remarque faite le 2 novembre 1855 : « D’horribles maux de tête. Sans bière et sans tabac ».

60 « Wandertag » en allemand.

61 12/7/1835.

62 29/10/1850.

63 À cela s’ajoute que Krieger est victime d’une cécité croissante. Pour la vie de F. C. Krieger, voir Heinrich Egner, « Ein grosser Tagebuchschreiber tritt ab », Landshuter Zeitung, 1er/12/1992.

64 17/7/1825.

65 12/10/1825.

66 24/4/1825.

67 12/5/1860.

68 Spaziergänge in und um Landshut, Landshut, Attenkofer, 1838, p. 91.

69 En 1825, le gouvernement de Bavière limite le droit à la musique lors des fêtes patronales aux dimanches et aux fêtes patronales des vraies paroisses, pour limiter la violence dans le district où se situe Landshut. Krieger, 10/10/1825.

70 Spaziergänge, op. cit., p. 81-82.

71 Voir Heinrich Egner, « Bernlochner-Konkurs und Theaterkrach », Landshuter Zeitung, 23/7/1994.

72 1er/1/1850.

73 3/10/55. Notons qu’il s’agit d’une des très rares occasions d’activités communes de Krieger avec son épouse.

74 22/10/1848 ; 11/1/1860.

75 24/7/1825. Complétons cette liste des loisirs d’un bourgeois bavarois par des baignades lors de la belle saison et en hiver par le jeu du curling sur les étangs gelés dans les environs de la ville.

76 16/4/1870.

77 27/3/1825.

78 26/1/1830.

79 25/9/1835.

80 17/4/1840.

81 « chez le tavernier Vogl, proche de l’église du Saint-Esprit », 21/4/1835.

82 12/1/1825.

83 8/7/1821.

84 9/12/1821

85 19/3/1825 ; 1/1/1840.

86 16/4/1870.

87 28/5/1835.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : « Caves » et lieux d’excursion que fréquentait F. C. Krieger, dans les environs de Landshut. Gravure de 1843
Légende Source : Begegnung mit Landshut, Alfons Beckenbauer, Verlag Friedrich Pustet, 1979, p. 54
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Illustration 2 : Interview de taverne, ici fréquentée par des étudiants. Croquis de 1826
Légende Source : Begegnung mit Landshut, Alfons Beckenbauer, Verlag Friedrich Pustet, 1979, p. 202
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 3 : Intérieur de la taverne de Klausenberg près de Landshunt, lieu d’excursion également fréquenté par F. C. Krieger
Légende Croquis réalisé par un prisonnier de guerre français en 1870/71
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/636/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

Auteur

Université François-Rabelais de Tours, CEHVI

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540