Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

V. Discours politiques, constructions identitaires, chroniques

De l’anecdote à la démonstration : les illustrations photographiques dans le récit de voyage d’un missionnaire, Al través de la selva oriental ecuatoriana (1938)

Emmanuelle Sinardet

Texte intégral

1Al través de la selva oriental ecuatoriana est le récit que le père dominicain Jacinto Marin propose du voyage effectué en 1933 depuis sa mission amazonienne de Canelos (MARÍN, 1938). Ce circuit de quelque trois mois à travers l'Amazonie équatorienne, pour inspecter plusieurs villages et fonder une nouvelle mission, l'amène à décrire ses péripéties, ses relations avec les Indiens, les paysages et la nature environnante, dans un ouvrage qui semble respecter les conventions du récit d'exploration et tente de faire participer le lecteur aux aventures et découvertes narrées. C’est peut-être au respect de cette convention que l’on peut a priori attribuer la richesse des illustrations. En effet, elles sont 29, c’est-à-dire nombreuses pour un récit relativement bref, de 85 pages. Surtout, il s'agit de photographies d'une qualité remarquable, reproduites sur un papier glacé luxueux. L'auteur et l'éditeur semblent avoir voulu accorder une place privilégiée aux illustrations et leur donner un statut aussi important que celui accordé au texte.

2C’est bien cela qui est surprenant, s’agissant d’un récit de voyage en Equateur réalisé par un Équatorien. De tels récits sont plutôt rares et ne bénéficient pas d'une illustration aussi soignée. Généralement de simples croquis font l’affaire. Lorsqu’il s'agit de photographies, elles sont alors très pauvrement reproduites. Quel est le statut de ces images photographiques ? Complètent-elles le texte ou le concurrencent-elles ? Sont-elles des illustrations de la narration ou, au contraire, fonctionnent-elle de façon autonome pour proposer une autre lecture du voyage de Jacinto Marin ? Dans quelle mesure et dans quel but ?

3Par l’analyse de ces relations entre images et texte, nous nous efforcerons de comprendre comment l’ouvrage étudié s'éloigne peu à peu du genre auquel il semble appartenir, celui du récit de voyage, et de l'exotisme convenu. Nous tenterons, notamment, de cerner comment elles construisent une démonstration en faveur de l'urgence de « civiliser » les provinces amazoniennes d'Equateur, et comment, derrière l'anecdote de récit de voyage, se cache un plaidoyer pour une rapide « incorpora[ción] » (MARÍN, 1938 : 84) des Indiens d'Amazonie à la vie du pays.

Le récit d’aventures et d’exploration, lֹ’Amazonie belle et sauvage

La photographie illustrant le texte

4L’Amazonie est traitée dans la narration comme une terre étrangère, dont les particularités seraient difficiles à appréhender pour le lecteur équatorien auquel l'ouvrage est destiné. Si cette Amazonie appartient territorialement à l'Equateur, elle n'est pas présentée comme véritablement, totalement équatorienne, puisqu'elle demeure mal connue, voire inexplorée. D'ailleurs, l'évocation des rares colons des Andes venus s'installer dans la région s'accompagne toujours de celle de leur isolement et de leur abandon, comme si cette terre voulait être hostile à la « civilisation ». Ce voyage amazonien relève ainsi du récit d'aventures dans la narration qui en est faite. Le prêtre missionnaire, qui en est le narrateur et le personnage principal, se pose même en explorateur.

5En même temps que lui, au fur et à mesure de son parcours, le lecteur découvre les particularités d'une région presque vierge. Certes, parce qu'il est missionnaire à Canelos, en Amazonie, le narrateur en sait bien davantage que le lecteur équatorien des Andes ou de la Côte, pour qui la région amazonienne, dans les années trente, reste encore inconnue ; mais le narrateur se présente bien en découvreur, parfois angoissé, souvent surpris. C'est cette expérience et les sentiments qu'elle suscite qu'il s'efforce de restituer, avec leurs effets de suspens, en décrivant au lecteur les paysages qu'il rencontre ou en dressant le portrait des Indiens qu'il croise. Le narrateur fait d'ailleurs du lecteur un alter ego : le lecteur représente cet Équatorien avec lequel il a en commun le mode de vie, la langue, la religion, les usages, les valeurs. En contrepoint, l'Amazonien incarne une forme d'altérité.

6Il semble donc peu surprenant, au premier abord, que l'ouvrage se distingue par le nombre élevé de ses illustrations. Lorsqu'on est confronté à une réalité étrangère, difficile à décrire dans sa complexité ou sa richesse, l'image se révèle être le mode de narration idoine. Parce qu'elle s'inscrit dans le champ du visuel et dépasse le cadre descriptif, elle se définit, dans ses effets, comme un espace d'efficacité. Elle « parle » directement au lecteur, et c'est ce pouvoir qui est mis ici à profit pour rendre compte de l'altérité. Notre ouvrage, s'il a beau se dérouler en Equateur et s'adresser à des lecteurs équatoriens, n'est pas sans rappeler certains récits richement illustrés d'explorations en Afrique ou en Asie au XIXe siècle.

  • 1 Par exemple, le chapitre VII est presque entièrement consacré à la légende de « los habitantes del (...)

7Il n'est pas surprenant non plus que ces illustrations soient des photographies. L'exploration s'inscrit ici dans une expérience vécue, qui n'a rien de la fiction. La photographie s'en veut la preuve, elle qui se pose par nature comme un témoignage direct du réel. Elle se présente aussi comme la mise « en images » du parti pris de la narration, qui relève souvent du discours ethnologique dans ses descriptions des coutumes locales. Les Indiens ne sont jamais présentés comme des sauvages idolâtres, mais comme les membres d'une culture différente qu'il faut comprendre pour en expliquer les valeurs. Cette culture n'est jamais condamnée, mais est l'objet de l'observation neutre du narrateur. Le récit fait d'ailleurs la part belle aux légendes qui permettent au lecteur d'entrer dans l'univers mental et culturel des Indiens1. De par leur statut même, les images tendent ici à illustrer la démarche de l'auteur, à en rendre compte. À tel point que l'ouvrage semble tenir autant du reportage photographique que du récit d'exploration, le premier se mettant au service du second dans une relation de complémentarité.

8La mise en page des illustrations renforce cette impression de double récit pour une même épopée, l'un en mots, l'autre en images. Loin d'être réduites et insérées dans le corps du texte ou bien de figurer en fin de narration comme annexes, les photographies occupent une pleine page intercalée. Il n'y a pas non plus de renvoi du texte vers l'image, mais une image apposée, avec une légende qui évoque les épisodes narrés, comme si les relations de complémentarité entre texte et image allaient de soi.

Texte et images complémentaires dans l'exotisme convenu

  • 2 « De quince a veinte canoas con su ir y venir, nos recordaban la famosa Fiesta de las Canoas de la (...)

9L'inscription de la narration dans le réel, en images comme en mots, et son ton ethnologique, ne sont en rien préjudiciables au récit d'aventures et de découvertes. L'exploration n'exclut pas ici un exotisme convenu, qui répond aux « horizons d'attentes » du lecteur équatorien des années trente. L'imaginaire collectif lié à « l'Oriente » équatorien s'est en partie construit avec la lecture du roman Cumandà, le grand succès de Juan León Mera, publié en 1879 (MERA, 1950). La représentation romantique de la nature et de l'Indien d'Amazonie avait alors fortement marqué les esprits, et notre ouvrage en reste empreint. Le narrateur n'hésite d'ailleurs pas à évoquer explicitement un passage du roman pour décrire une fête indienne, comme si l'œuvre de fiction avait été un récit du réel2. Malgré l'effort d'objectivité, la narration n'échappe donc pas aux clichés que Cumandá a contribué à diffuser. Et les illustrations les appuient.

  • 3 Photographie n° 23, « Hermoso ejemplar de las esbeltas palmas que embellecen los bosques del Orien (...)
  • 4 Photographie n° 10, « Una de las vertientes del Alto Curaray », où l'auteur prend soin de faire fi (...)
  • 5 Photographie n° 11, « Pifanero, director de la música del orfeón orientalista », pour n'en citer q (...)
  • 6 Photographie n° 7, jeune fille de pied « preparándose para la fiesta - El bosque proporciona adorn (...)
  • 7 Photographie n° 5, « Una hija del bosque en el ejercicio de la pesca [...] ».
  • 8 Photographie n° 19, « Al son de pífanos y tambores, una de las hijas del Tigre desarrolla una danz (...)
  • 9 Photographie n° 4, à Juanjiris, « El tradicional CAMARI, ofrenda de chicha, maní gallo y gallina q (...)

10Ainsi la nature est-elle toujours somptueuse, les arbres grandioses3; les torrents impressionnants de beauté sauvage4. Les Indiens sont à l'image de cette nature pittoresque, avec laquelle ils vivent en harmonie et dont ils ont su percer les secrets. Le narrateur les appelle d'ailleurs fréquemment « hijos del bosque », de la « selva » ou « del río », termes également déclinés dans les légendes des illustrations. Loin d'être des sauvages, ces Indiens manifestent un goût prononcé pour les arts, notamment la musique, ce que, de nouveau, illustrent les photographies5. En outre, ils sont habiles, adroits (plusieurs photographies les montrent en train de chasser ou de pêcher avec succès, fort bien équipés) et même sages, tempérés, avisés. Ainsi, dans l'épisode où l'on craint la destruction de la mission, tout juste fondée, par une attaque des jivaros, un vieil Indien conseille au missionnaire de ne pas quitter le village, lui expliquant que la menace jivaro n'est rien d'autre qu'une rumeur inventée par un de ses habitants ayant enlevé une jeune fille et craignant la réprobation du prêtre. Et le missionnaire, judicieux, suit ces bons conseils. Enfin, comme dans Cumandá, les femmes sont belles, travailleuses, joyeuses, généreuses et serviables, comme en témoignent encore les nombreuses photographies de coquettes parées de leurs plus beaux atours6, de pêcheuse7, de danseuses8 ou d'hôtesses offrant aimablement le « camari » rituel au visiteur fatigué9.

  • 10 Par exemple, photographie N° 25, un « valiente guerrero jívaro » brandit son javelot.
  • 11 Photographie n° 22, « Saltanto una de las correntadas del famoso Villano », ou bien photographie n (...)

11Ce jardin d'Éden n'échappe pas non plus aux clichés du récit d'exploration, riche en rebondissements et suspens. Nous l'avons vu, « l'Oriente » reste une terre lointaine et mystérieuse. Elle ne peut que regorger de dangers cachés. Quand il ne s'agit pas de la menace d'une attaque jivaro ou de l'allure peu engageante d'un guerrier1010, le lecteur découvre le « jaguar » (MARÍN, 1938 : 4), les eaux meurtrières de rivières difficilement accessibles1111 et, d'une façon générale, la faim, la fatigue et l'angoisse de se perdre dans cet immense océan vert, pour reprendre un autre cliché mis en mots tout au long de la narration. Fidèles au texte, les illustrations, jusque dans leur légende, rendent compte de cette représentation de l'Amazonie et de ses habitants. Le cliché au sens propre du terme (la photographie) illustre le cliché (le stéréotype) dans une évidente complémentarité entre texte et image.

L'illustration informant le texte : le rôle de la légende

12Cependant, l'illustration ne se contente pas de redoubler le texte. Elle n'est pas à son service. Elle l'informe, et ce, aussi bien par l'image que par la légende qui l'accompagne. En effet, la photographie et surtout sa légende se chargent d'introduire des informations que la narration omet. Et dans une relation texte/image où la complémentarité se ferait complicité, ces informations ne sont pas mineures.

13Tel est le cas exemplaire de la première illustration. Sur la photographie figure un homme vêtu en explorateur : bottes de cuir, chapeau, chemise claire à manches longues, pantalons sombres et longs. Il est accompagné de deux Indiens également vêtus à l'occidentale et d'un enfant que l'on devine indien ; on les suppose originaires d'Amazonie étant donné le canoë où ils ont pris place et qu'ils ont l'air de maîtriser dans ce paysage de forêt tropicale. La photographie est accompagnée d'une légende précisant l'identité de cet explorateur et le lieu où il se trouve : « En aguas del Bobonaza : el Reverendo Padre Jacinto D. Marín en viaje apostólico hacia el Villano ». Cette illustration ne fait l'objet d'aucun renvoi dans la narration, mais le lecteur suppose qu'il s'agit du missionnaire auquel se réfère le narrateur, dans le premier paragraphe de l'ouvrage, à la troisième personne. Cela est confirmé par la légende de l'illustration qui parle du « Reverendo Padre » et de son « viaje apostólico ». De même, la légende évoque les « Aguas du Bobonaza » qui font écho à l'information du premier paragraphe de narration textuelle, lequel situe le départ du voyage dans « el puerto de Uvillas, las hondas del Bobonaza ». De façon implicite, par le seul fait qu'elles soient intercalées après la page 3, la photographie et sa légende prennent tout leur sens grâce au texte. Mais la réciproque est vraie : l'illustration, simultanément, informe et enrichit la narration textuelle.

14La narration s'ouvre directement sur le voyage, sans aucune introduction, si ce n'est la précision de la date (le 2 février 1933) et du lieu. Rien n'est dit sur l'identité du missionnaire et sur la nature de son voyage. Plus déroutant, à la fin de ce premier paragraphe, la narration passe abruptement au « nous », sans même préciser qui sont les voyageurs accompagnant le missionnaire. Qui parle ? Une seule personne ou plusieurs ? S'il n'est pas le missionnaire, le narrateur est-il un autre voyageur, aventurier ou explorateur ? Les voyageurs sont-ils équipés et guidés ? Quelle est la raison de ce voyage ? C'est la photographie accompagnée de sa légende qui seule permet de répondre à ces questions que le texte laisse en suspens. Elle devient l'entrée en matière qui manque au texte. En effet, elle fournit le nom du missionnaire, qui s'avère être celui de l'auteur de l'ouvrage : le lecteur comprend que l'auteur et le personnage principal ne font qu'un. Elle informe aussi que le « nous » renvoie à ce religieux et à deux Indiens adultes accompagnés seulement d'un enfant. Le lecteur en déduit alors que le narrateur est aussi cet auteur-missionnaire, ce que le texte confirme par la suite, lorsque le narrateur parle à la première personne pour décrire les actions du missionnaire. Le lecteur en déduit également que, si le missionnaire n'est pas l'auteur des photographies sur lesquelles il figure, il en est le donneur d'ordres, et qu'étant entouré seulement d'Indiens sans autre accompagnateur venu des Andes ou de la Côte, il est vraisemblablement l'auteur de toutes les autres photographies. Enfin, la narration ne décrit jamais les personnages, leur âge, leur stature, leur nombre. C'est toujours l'illustration qui s'en charge. Elle complète le texte en fournissant les informations qui mettent le voyage en contexte. Ce faisant, elle en rend plus aisée la compréhension. En remplaçant l'introduction de rigueur, elle se substitue même au texte.

15Notons que la légende ne se contente pas de renvoyer la photographie au texte, de la situer par rapport aux événements narrés. Souvent longue et riche, dans presque la moitié des cas, elle est à elle seule une narration. Elle introduit même des personnages ou des épisodes que le texte n'évoque pas. La photographie n° 28, où l’on distingue en contre-jour quelques silhouettes d'Indiens dans la forêt, est accompagnée d’une longue légende, décrivant l'action, en l’occurrence le chemin retrouvé, alors que le texte ne mentionne pas cet épisode : « En la cima de la cordillera de Castanas, en el punto denominado “El Mirador”, desde donde se domina, en amplia mirada, la inmensidad del bosque. Augustín Andi, hijo de la selva, cual experto ingeniero, con mirada certera, señala la trocha de un carretero ». La légende ne se limite pas à rendre compte d’un rebondissement, nouvelle péripétie parmi toutes celles que narre le texte, mais précise le lieu, la route recherchée et l'habileté du guide. De nouveau, elle se substitue entièrement au texte.

16Le texte ne saurait se suffire à lui-même, comme les illustrations perdraient de leur sens si elles n'étaient pas mises en relation avec le texte. La situation des illustrations, leur insertion dans certains chapitres et entre des pages précises, ne relèvent pas du hasard. Elles répondent à une logique implicite de complémentarité, voire de complicité entre texte et image. L'efficacité narrative de la photographie et de sa légende est ici absolue. En comblant des lacunes du texte, elles évitent une narration laborieuse et des descriptions ennuyeuses. Et si parfois elles redoublent le texte, la photographie et sa légende le rendent également plus alerte. La lecture n'en est que plus agréable.

La démonstration : une Amazonie facilement « civilisable » et à « civiliser »

17Si les photographies illustrent le texte, on peut supposer que le rapprochement entre texte et image s’impose d’emblée, qu’il semble toujours évident au lecteur, malgré l'absence de tout renvoi explicite et systématique texte/image. Or il s'avère que les liens sont parfois fort lâches. Tel peut sembler le cas de la photographie n° 9, le portrait de « Santiago Hualinga, fervoroso e incansable sacristan que ha presenciado centenares de matrimonios en el pueblo de Saracayu », qui n’est même pas évoqué dans le texte. La légende, en rappelant un lieu cité dans le texte, Saracayu, paraît en prendre prétexte pour justifier l’insertion de la photographie. Elle forcerait, en quelque sorte, le texte et son sens, pour imposer l'illustration. La complicité deviendrait alors concurrence. Quelles sont ces photographies quelque peu « hors sujet » par rapport au texte ? Que représentent-elles ? Quel message transmettent-elles ?

Le texte balisé par l'illustration

18Lorsque l'on observe de plus près l'équilibre entre texte et image, il s'avère que les épisodes les plus importants dans l'économie du texte ne sont pas forcément illustrés. Tel est le cas des différentes rencontres avec les colons équatoriens ou les visites aux soldats en poste à la frontière avec le Pérou, épisodes pourtant décrits et commentés. Il y aurait ainsi un déséquilibre entre la narration « en mots » et celle « en images », la seconde ne reflétant pas les moments forts de la première.

19Cette impression de déséquilibre est renforcée lorsque l'on recense les thématiques des photographies. Il s'avère que les photographies renvoient principalement aux activités d'évangélisation de notre voyageur, bien que ces épisodes soient plutôt brefs dans le texte. Les photographies, qu'elles concernent les paysages, les lieux, les personnages, tendent toujours à mettre en scène une Amazonie évangélisée ou, du moins, en voie d'évangélisation. Ainsi, si le texte évoque une multitude de lieux dont une partie seulement est mise en images, les étapes du voyage renvoyant à des missions, pour leur part, sont toujours illustrées, par exemple la photographie n° 2, « El Puyo : población fundada por la Misión Dominicana [...] », ou bien la photographie n° 3, « Población de “Santa Teresita del Villano“, fundación dominicana y llevada a cabo por el entusiasmo y celo apostólico del R. Padre Jacinto D. Marin ». Il en va de même des acteurs de cette évangélisation, notamment à travers les portraits d'Indiens. La photographie n° 9, évoquée plus haut, en témoigne : l'Indien paré pour la fête est aussi un sacristain zélé, comme la légende ne manque pas de nous le rappeler.

  • 12 Voir notamment la photographie n° 14, « Pifaneros del Tigre ejecutan aires típicos y originales en (...)

20Justement, le déséquilibre est manifeste si l'on observe la prégnance du thème de la fête religieuse. Car presque une photographie sur quatre concerne, de près ou de loin, les deux fêtes organisées par notre missionnaire, qui ne sont pourtant que deux épisodes d'un voyage riche en rebondissements. Le « Domingo de Ramas, fiesta del triunfo para nuestro Divino Salvador », évoqué à la page 32, est illustré à plusieurs reprises et dans plusieurs de ses étapes, de sa préparation à sa célébration, même si celles-ci sont à peine mentionnées dans le texte. Il en est de même de la « Dolorosa del Colegio », décrite dans le chapitre 5.12

21Le jeu de correspondances implicites, extrêmement souple, entre texte et illustration fonctionne alors au profit de la fête religieuse et du voyage apostolique, et non au profit du récit d'aventures ou de découverte ethnologique. La photographie n° 11 et sa légende (« Pifanero, director de la música del orfeón orientalista ») n'évoquent pas d'emblée la célébration des Rameaux. Mais comme elles sont apposées à la page qui la décrit, le lecteur associe le musicien à la célébration religieuse.

22Dans d'autres cas, quand l'illustration est placée loin (parfois plusieurs chapitres) après les pages mentionnant la fête religieuse, la légende établit un lien, souvent superficiel, toujours anecdotique, avec le texte auquel la photographie est juxtaposée. La photographie n° 13 est ainsi apposée à une page évoquant les dangers et la difficulté de se déplacer sur le Curaray. Or elle ne représente en rien le fleuve puisqu'elle offre une vue du village lors de la célébration des Rameaux, avec une croix sur la place centrale, les rameaux, le prêtre et ses fidèles. C'est la légende qui crée le lien entre la photographie et le texte, en évoquant le fleuve Curaray pour situer l'action de l'image : « Domingo de Ramos – Primavera en el Curaray – Fiesta de las Palmas ». Force est pourtant de constater que le nom Curaray est le seul point commun entre l'épisode évoqué dans le texte et celui mis en scène dans l'illustration. La légende fonctionne ici au profit de la fête religieuse, qu'elle impose au texte.

23Enfin, la légende impose parfois sans ménagement une photographie, ne cherchant même pas à établir un lien, aussi artificiel soit-il, avec le texte auquel elle est juxtaposée. Tel est le cas de la dernière photographie de l'ouvrage, « Recolección de palmas en el bosque ; preparativos para la fiesta del Domingo de Ramos en el Curaray », placée sans autre forme de procès entre des pages qui n'ont plus rien à voir avec la fête.

24Un déséquilibre, une concurrence, sont manifestes entre le texte et l'image, lesquels semblent raconter deux voyages différents. L’un, « vu du texte », tiendrait plutôt du récit d'aventures et de découverte ; l'autre, « vu de l'image », tiendrait davantage de ce « viaje apostólico » qu'évoque la légende de la première illustration. Peut-être y a-t-il à cela une raison pratique : il est plus facile de prendre une photo lorsqu'on n'est pas en action, les appareils des années trente n'étant pas des instantanés. Pourtant, si l'on part du principe que les illustrations signalent les points importants du texte, qu'elles mettent en valeur certains aspects de la narration, le fait est que nous nous éloignons de la vision de l’Amazonie comme une terre d'obstacles insurmontables et de mystères menaçants. Bref, ce que l'on retient de l'ouvrage après sa lecture relève davantage du voyage « apostolique » que d'aventures.

25En outre, il en ressort que l'Amazonie reste peut-être différente de l'Equateur « civilisé », mais, avec sa population prête à accueillir le prêtre et la « civilisation », elle ne lui serait pas étrangère. Au contraire. Les images de fêtes religieuses sont prégnantes. Avec leurs villages riants et leurs habitants pacifiques, elles dépeignent des scènes connues, voire familières. Ce faisant, elles estompent la représentation de « l'Oriente » comme altérité. Certes, le texte contient aussi des éléments de représentation d'une Amazonie plus proche et familière, mais ils y sont disséminés. Les illustrations se chargent ici de les amplifier. Elles balisent le texte. Elles imposent à l'esprit du lecteur, en dernier recours, cette vision apaisée et sympathique de « l'Oriente ».

La mission civilisatrice du prêtre

26Nous l'avons vu, une partie des illustrations reflète un exotisme convenu. Mais l'Amazonie de Cumandá n'est en rien incompatible avec celle du missionnaire. Car la représentation du bon sauvage que le roman de Mera réactualise sert la représentation d'un « Oriente » évangélisé. Naturellement bon et généreux, l'Indien serait ici ouvert aux discours du prêtre et spontanément favorable à l'Évangile, qu'il aurait même hâte d'accueillir. Le missionnaire est d'ailleurs toujours bien reçu lors de son périple. Bref, l'Indien n'attendrait que l'occasion de renoncer à sa « sauvagerie », à sa « barbarie », pour vivre de façon « civilisée ».

27Le texte l'affirme ouvertement à plusieurs reprises, par exemple dans une conversation (par ailleurs peu réaliste) entre le missionnaire et un vieil Indien qui souhaite le voir rester et transformer la vie de sa communauté :

Quédate en nuestro pueblo, ensenando las verdades cristianas a nuestros hijos para que sean más tarde honrados y sumisos hijos de familia cumplidores de sus deberes y obligaciones. Quédate hasta pasar la fiesta del Nino Dios, que lo celebramos con verdadero regocijo. (MARÍN, 1938 : 75).

28D'une façon générale, l'ouvrage présente le missionnaire non seulement comme un guide spirituel, mais comme l'élément civilisateur tant attendu des Indiens. Or ce passage, comme bien d'autres, resterait anecdotique et apparaîtrait comme un échange de plus entre le missionnaire et les Indiens, si les illustrations n'avaient déjà préparé le lecteur à le remarquer, en participant à le rendre sensible à toute représentation de l'Amazonie comme un espace géographique et humain en attente de « civilisation » et facilement « civilisable ».

29Ce balisage du texte est appuyé par l'exaltation des réalisations de notre missionnaire, sur de nombreuses illustrations. En effet, les photographies le mettant en scène, et surtout la légende les commentant, le représentent en agent civilisateur dévoué. Narration à elle seule, la légende souligne l'œuvre civilisatrice du prêtre, car elle signale au lecteur les maisons, les villages, les routes, les institutions, évoqués dans le texte et représentés sur les photographies, que les missionnaires, d'après l'ouvrage, sont censés avoir apportés avec eux. Ainsi la photographie n° 2 montre-telle un bourg coquet et bien desservi, grâce au dévouement des Dominicains : « El Puyo : población fundada por la Misión Dominicana ; a cuyo esfuerzo, dicho pueblo, cuenta con una magnífica carreterra que le pone en comunicación con el pueblo de Mera ». Il en va de même de la photographie n° 3, « Población de “Santa Teresita del Villano”, fundación dominicana y llevada a cabo por el entusiasmo y celo apostólico del R. Padre Jacinto D. Marín ».

30Ce n'est pas seulement une Amazonie plus familière qui est ici mise en scène, mais une Amazonie sur le chemin de la civilisation, voire en partie civilisée. Malgré les distances et l'hostilité de la nature, les villages naissent et se multiplient, sont reliés par des voies de communication et sont progressivement désenclavés. D'ailleurs, comme l'exotisme convenu du « bon sauvage » rejoignait la représentation d'une Amazonie plus humaine, les dangers relevant du récit d'exploration rejoignent l'exaltation de l'œuvre du missionnaire. Ils donnent en effet à voir les difficultés qu'il doit surmonter et, partant, son abnégation. La légende se charge alors de saluer son courage, comme celle de la photographie n° 24 où l'on voit le missionnaire « Surcando el caudaloso Cunambo hacia Juanjiris ; viajes de inauditos esfuerzos y de heróicos sacrifïcios por Dios y la Patria ».

31De façon quasi autonome, indépendamment du texte, les illustrations tissent ainsi entre elles un réseau cohérent de sens produisant une représentation orientée de l'Amazonie : d'une part des Indiens demandeurs des bienfaits de la civilisation, de l'autre le missionnaire qui en est porteur. Qu’elles représentent la fête ou un village, un Indien ou le prêtre, les illustrations convergent vers la représentation d'une Amazonie en voie de civilisation. Simultanément, elles influencent la lecture du texte, car elles amplifient certains éléments de la narration textuelle. Elles attirent sur eux l’attention d’un lecteur qui ne les aurait peut-être pas remarqués d'emblée, par exemple la construction d'un canal qui fait gagner une heure de voyage (MARÍN, 1938 : 22) ou celle d’une école (MARÍN, 1938 : 78), toujours grâce aux efforts des missionnaires. Les illustrations proposent une lecture orientée du texte en faveur d'un voyage civilisateur, qui pose l'Église en courageuse pionnière, soucieuse de « débroussailler » tous les terrains, celui d’une géographie difficile autant que celui « des consciences » (MARÍN, 1938 : 24).

Pour une Amazonie « futura hacienda de [la] Patria » (MARÍN, 1938 : 19)

32L'exaltation du missionnaire dévoué travaillant sans relâche dans un milieu hostile est fort compréhensible s’agissant ici de l’expérience personnelle du narrateur et auteur. De même, celle de l'Église civilisatrice et pionnière n’a rien de surprenant de la part d'un Dominicain. Cependant, comment comprendre l’acharnement à présenter l’Amazonie comme désireuse d’être « civilisée » auprès du lectorat équatorien ?

33Les missions, en effet, n’ont pas à défendre une éventuelle légitimité à évangéliser et désenclaver les populations amazoniennes ; elle leur est acquise. L’État équatorien, pourtant laïque depuis le début du siècle, ne censure pas à l’époque leur travail en « Oriente ». Le pays traversant une très grave crise économique et politique, les caisses étant vides, il ne peut refuser de déléguer à l'Église une partie de ses responsabilités, dans ce vaste territoire qui n'est pas encore intégré à l'espace géographique et culturel national.

34L’ouvrage vise justement à démontrer la nécessité d’une intervention urgente de l’État en faveur d'une politique d’intégration des territoires amazoniens à la vie nationale. En d'autres termes, il ne s'agit pas seulement de « civiliser » mais « d’équatorianiser ». Cela peut sembler au premier abord surprenant de la part d'un missionnaire en Équateur, où les relations entre Église et État restent tendues depuis les réformes de laïcité du début du siècle. On pourrait imaginer que l’Église désirerait « civiliser » ces populations sans pour autant les « équatorianiser », car « équatorianiser », à l’époque, signifie adhérer à l’idéologie officielle d'un État Nation laïque où l'Église est exclue de la vie publique. Mais le missionnaire se définit aussi comme Équatorien, soucieux des intérêts de son pays, et estime que son travail apostolique doit servir également les intérêts nationaux. D'ailleurs, il se considère lui-même comme « un granito de arena » (MARÍN, 1938 : 84) dans la promotion du projet d'équatorianisation des régions amazoniennes.

35Le missionnaire patriote s’affiche à la toute fin du texte. Le plus surprenant est que sa démarche s’affiche avec lui à la dernière page, dans une conclusion brève mais vigoureuse. Le texte se présente en quelque sorte comme une énigme, celle de la démarche, dont la solution serait donnée dans les toutes dernières lignes :

El vivo deseo de que nuestros compatriotas y en especial nuestro gobierno llegue a persuadirse del mejor provenir que espera nuestro Oriente, ha sido para nosotros la razón de que con ellas hayamos traído nuestro granito de arena al acopio ya importante de materiales literarios que servirán a la erección del monumento grandioso que el Ecuador progresista debe levantar en las regiones amazónicas, monumento de civilización, de luz, de cultura y cristianización de todas estas tribus relegadas al olvido, para incorporarlas luego al concierto de las demás regiones civilizadas de la Patria ecuatoriana. (MARÍN, 1938: 84)

36Force est de constater que la conclusion se présente comme l’introduction qui fait défaut à l'ouvrage, mentionnant le lieu et la date de rédaction, l'appel à l’indulgence du lecteur, la présentation des acteurs, l’exposition des objectifs du récit. Or c’est bien parce que l’introduction est rejetée à la fin du texte que l’ambiguïté inhérente à la nature du voyage (aventure, exploration, ethnologie ou « apostolique », évangélisateur, « civilisateur »), cultivée par la complexe relation texte/image, n’est jamais levée avant la fin du récit. L’ouvrage peut alors continuer à proposer une lecture aussi distrayante qu’édifiante. Et si le récit, en définitive, s’avère aussi, voire surtout, une démonstration patriotique, comme l’affirme la conclusion, c’est selon les normes des docere et delectare classiques où persuader implique de solliciter les émotions du lecteur. Le contenu anecdotique relève ainsi d’une démonstration subtile, servie par le jeu entre texte et illustration, dont les jalons sont soigneusement posés et où le lecteur est guidé sans même en avoir conscience.

37Cette conclusion « coup de théâtre » invite à son tour à relire l’ouvrage, le texte, les photographies et leur légende, sous l’angle de l’appel à « l’incorporation » des populations amazoniennes. Il s’avère que des jalons sont posés qui présentent le travail civilisateur de l’Église comme absolument complémentaire de la mission d’intégration qui incombe à l’État central. Des expressions reviennent, associant « Dios y la Patria », aussi bien dans les illustrations, comme le fait la légende de la photographie n° 24 par exemple (« [...] heróicos sacrificios por Dios y la Patria »), que dans le texte, comme cette remarque, apparemment anodine, qui explique, après avoir décrit des difficultés rencontrées dans le voyage, que « los sudores y sacrificios de los Misioneros han sido siempre en benefïcio de los mismos pueblos y de la Patria » (MARÍN, 1938 : 80).

38Dès lors, s’il faut convaincre le lectorat que l’Amazonie vaut bien de coûteux et longs efforts d’intégration, on comprend que l’Indien soit dépeint comme une altérité qui tend à s’estomper. Cet Indien, parce qu’il est « civilisable », ne représente aucun obstacle à l’implantation d'infrastructures d'État. Au contraire, il en est demandeur. Il est alors du devoir moral de l'État de répondre à son attente et de lui permettre de devenir pleinement équatorien. Car l'Indien n'est pas ici seulement désireux de se « civiliser », mais bel et bien de « s'équatorianiser ». Il se sentirait même spontanément équatorien, aussi peu réaliste que cela puisse être. Les enfants de la mission de San Jacinto, dans leurs premières prières, demande ainsi à la Vierge de « copiosas gracias para su Patria y para su nuevo pueblo » (MARÍN, 1938 : 40). Le missionnaire s’émeut également de certaines réactions des Indiens, qui s’insurgent contre les revendications du Pérou sur les territoires équatoriens d’Amazonie : « Qué hermoso y digno de todo aplauso es este sentimiento patriótico de los hijos de la selva » (MARÍN, 1938 : 37).

39L’allusion aux revendications frontalières du Pérou n’est pas fortuite. Les tensions sont alors nombreuses entre les deux pays, et elles déboucheront moins d’une décennie plus tard sur un conflit et la perte, pour l’Équateur, d’une grande partie de ses territoires « d’Oriente ». Clairvoyant, l’auteur est ici pleinement conscient du danger et ne manque pas de rappeler que les missions sont aussi des postes avancés permettant de contrôler les frontières : les Indiens de San Jacinto, « como ellos mismos lo dicen, son centinelas [...] hacia la reconquista de nuestros derechos territoriales » (MARÍN, 1938 : 37). D’ailleurs, ils font d’excellents soldats, pour peu que l’État les éduque (MARÍN, 1938 : 31).

  • 13 «Al tener aquí a nuestras mujeres, claro que propenderíamos a formar colonias, única base del bien (...)

40Or jusqu’à présent, seule l’Église aurait conduit une action à même, sur le long terme, de protéger l’intégrité territoriale, comme le laisse entendre le narrateur lorsqu’il évoque les menaces péruviennes qui pèsent sans cesse sur l’Amazonie équatorienne, en mentionnant la fondation de Juanjiris par « el infatigable y ardoso patriota y benemérito religioso ecuatoriano Pedro Guerrero y Sosa O. P., quien pasó los mejores años de su vida internado en la selva trabajando por la catequización de los indios, agrupándolos en pueblos, y manteniendo cual ninguno la soberanía e integridad de nuestra Patria, expulsando del Oriente con brazo de Hierro a nuestros vecinos del Sur que venían, con pretexto de negocios, a plantar sus tiendas en nuestros ríos » (MARÍN, 1938 : 63). La menace péruvienne est également mise en scène à travers la rencontre avec les soldats d’un poste frontière péruvien. Certes, ils vivent pauvrement et isolés, et semblent peu menaçants ; mais ils sont les premiers à souhaiter coloniser l’Amazonie13. Cette menace fonctionne comme le repoussoir qui donne à la démonstration patriotique tout son sens.

41Bref, en termes géopolitiques et stratégiques, l’État ne tirerait que des avantages à « incorporer » rapidement l’Amazonie au territoire et à la culture nationale. La représentation sympathique de l’Amazonie participe à montrer que non seulement les efforts seraient mérités mais que toutes les conditions sont réunies pour qu’elle devienne « la futura hacienda de nuestra Patria » dont rêve le narrateur. Ses habitants sont accueillants. Il existe déjà une infrastructure minimale de communication. Elle regorge de richesses inexploitées : outre le « caucho », la « cacería variada y abundante », le « tabaco », « se abren nuevos horizontes », des horizons qui ne sont pas seulement ceux du voyageur qui s’enfonce dans la forêt mais ceux d’un Équateur se donnant la peine de développer la région ; ses « inmensas playas » renferment aussi du « platino y oro » (MARÍN, 1938 : 13-14). Il ne manque qu’une volonté politique qui ne doit pas tarder à s’affirmer sous peine que les Péruviens ne s’en emparent.

42C’est a posteriori seulement que l’on comprend le luxe de l’ouvrage, notamment de ses illustrations, fort surprenant pour le chercheur travaillant sur des récits de voyages dans les fonds équatoriens. Il ne s’agit justement pas de simples anecdotes de voyage, aussi « apostolique » et édifiant que soit ce dernier, mais d’une démonstration, certes peu grave, mais très sérieuse, qui se met au service des intérêts nationaux. Notre ouvrage rejoint ici les nombreux essais, généralement de meilleure qualité que les autres publications et bien plus luxueux, qui s’efforcent de cerner les menaces pesant sur un Équateur en faillite dans les années trente, et de définir pour l’État des solutions à mettre en œuvre de toute urgence. La crise, aussi bien économique et politique que culturelle et identitaire, est alors telle que l’abondante littérature de réflexion sur ses origines et ses solutions devient presque un genre. Elle le restera jusqu’à la fin des années quarante, où la perte des territoires amazoniens au profit du Pérou, ratifiée en 1942 par le Traité de Rio de Janeiro, contribue à définir l’Équateur comme un pays menacé de dislocation.

43Al través de la selva oriental ecuatoriana, comme son titre ne l’indique pas, appartient pleinement à ce genre, mais sans en avoir l’aridité ni l’alarmisme rebutant. C’est encore là que le pouvoir de l’image et la portée des illustrations prennent toute leur mesure. Les illustrations placent notre ouvrage à la croisée des genres, entre littérature de distraction et littérature « sérieuse ». D’une lecture à la fois plaisante et édifiante, guidée par les illustrations, cet ouvrage original dans le paysage littéraire de l’époque est autant un récit de voyage exotique qu’un essai équatorien de crise.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

MARÍN, Jacinto (1938), Al través de la selva oriental ecuatoriana, Quito, Editorial Santo Domingo.

MERA, Léon de [1879] (1950), Cumandá ο un drama entre salvajes, Madrid, Espasa-Calpe.

Notes

1 Par exemple, le chapitre VII est presque entièrement consacré à la légende de « los habitantes del agua y de los bosques », notamment aux hommes-dauphins, aux « Yacu-runa » (MARÍN, 1938 : 46).

2 « De quince a veinte canoas con su ir y venir, nos recordaban la famosa Fiesta de las Canoas de la animada y pintoresca Cumandá » (MARÍN, 1938 : 8).

3 Photographie n° 23, « Hermoso ejemplar de las esbeltas palmas que embellecen los bosques del Oriente ».

4 Photographie n° 10, « Una de las vertientes del Alto Curaray », où l'auteur prend soin de faire figurer un enfant afin de donner la mesure de la force du torrent. Elle illustre le texte de la page 29 auquel l'image est juxtaposée.

5 Photographie n° 11, « Pifanero, director de la música del orfeón orientalista », pour n'en citer qu'une.

6 Photographie n° 7, jeune fille de pied « preparándose para la fiesta - El bosque proporciona adornos y coloretes para el TOILET en las hijas de la selva » ; ou la Photographie n° 8, beau visage de « novia engalanada con típicos adornos para el matrimonio ».

7 Photographie n° 5, « Una hija del bosque en el ejercicio de la pesca [...] ».

8 Photographie n° 19, « Al son de pífanos y tambores, una de las hijas del Tigre desarrolla una danza original [...] ».

9 Photographie n° 4, à Juanjiris, « El tradicional CAMARI, ofrenda de chicha, maní gallo y gallina que ofrecen los novios [et en l'occurrence les " novias "] al Padre Misionero ». Le rite est répété au moment du départ, comme l'illustre la photographie n° 12 où « una de las hijas del Tigre brinda la histórica y sustanciosa chicha al Misionero R. Padre Jacinto D. Marín, en el momento de su partida ».

10 Par exemple, photographie N° 25, un « valiente guerrero jívaro » brandit son javelot.

11 Photographie n° 22, « Saltanto una de las correntadas del famoso Villano », ou bien photographie n°

24, «Surcando el caudaloso Cunambo hacia Juanjiris; viajes de inauditos esfuerzos y de heróicos sacrificios por Dios y la Patria».

12 Voir notamment la photographie n° 14, « Pifaneros del Tigre ejecutan aires típicos y originales en la fiesta de la Dolorosa del Colegio » ; la photographie n° 16, « Hacia el Tigre, conduciendo las palmas para la fiesta de la Dolorosa del Colegio » ; la photographie n° 17, « Por la inmensidad de la selva se dilata el eco suavísimo y consolador cántico del AVE MARIA que las hijas del Tigre elevan a la Dolorosa del Colegio durante la procesión » ; la photographie n° 18, « Después de la procesión : animado baile en la plaza del pueblo de San Jacinto del Tigre » ; la photographie n° 19, « Al son de pífanos y tambores, una de las hijas del Tigre desarrolla una danza original en la fiesta de la Dolorosa del Colegio » ; la photographie n° 20, « Pifaneros del Tigre ejecutan aires típicos y originales en la fiesta de la Dolorosa del Colegio » ; la photographie n° 26, « Embarcaciones provistas de palmas y flores para la fiesta de la Dolorosa del Colegio en el pueblo de San Jacinto del Tigre ».

13 «Al tener aquí a nuestras mujeres, claro que propenderíamos a formar colonias, única base del bienestar para el soldado y para los intereses de la Patria» (MARÍN, 1938: 29).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 522k

Auteur

Université de Paris III, CIREMIA

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540