Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

V. Discours politiques, constructions identitaires, chroniques

Fonctions des illustrations des événements et des récits militaires du XVIIe siècle en Espagne et en France

Marie-Véronique Martinez

Texte intégral

1Cette étude est centrée sur les événements guerriers qui ont opposé l’Espagne et la France sur la frontière des Pyrénées entre 1637 et 1653. Des sièges qui ont touché des lieux stratégiques comme Leucate, Fontarabie, Salses, Perpignan, Gérone et Barcelone, il reste aujourd’hui des récits militaires et des illustrations qui, sans avoir connu un essor iconographique comparable à celui se rapportant au siège de Rocroi de 1643, n’en véhiculent pas moins une propagande mûrement réfléchie. Face à la variété des illustrations des faits militaires, nous nous contenterons d’analyser les fonctions des cartes et plans qui accompagnent tout événement de ce genre, des illustrations figurant dans les récits, ainsi qu’un exemple iconographique original.

  • 1 Cet ouvrage ne comporte ni lieu d’édition ni date d’impression. L’auteur a fourni un travail simil (...)

2L’iconographie se présente sous la forme de dessins, d’estampes, de plans, de croquis ou bien encore de cartes selon qu’elle accompagne un récit imprimé, une lettre, un rapport ou un atlas. Les plans ne sont publiés que pour asseoir ou confirmer une autorité naissante sur un territoire, mettre en valeur les campagnes menées par la monarchie, comme le montrent, pour la France, les plans gravés par Beaulieu et son fils, entre 1643 et 1697 intitulés Plans, profils et vues de camps, places, sièges, batailles, servant à l’histoire de Louis XIV1. Cet ingénieur militaire présent aux sièges de Collioure et de Perpignan de 1642 en fit graver la représentation par Collignon. À chaque fois, Louis XIII apparaît fièrement monté sur son cheval. Peu de temps après, Beaulieu fut nommé premier « Ingénieur et maréchal des Camps et Armées du Roi » et considéré comme le créateur de la topographie militaire française.

3En effet, Beaulieu a créé un style en présentant sur ses planches un plan des opérations militaires surmonté d’un profil de la ville où ces dernières s’étaient déroulées. Son recueil sur le Roussillon propose vingt-cinq représentations iconographiques dont cinq pour la seule ville de Perpignan. Les représentations se partagent en cartes, en plans et en profils. Les cartes représentent les gouvernements, c’est-à-dire les alentours des villes ; puis, Beaulieu dresse les plans des villes et des châteaux de ces mêmes lieux et reproduit à la suite tous les sites habités ayant un intérêt stratégique. Il achève intentionnellement son œuvre par une carte des cols du Perthus et du Panissas qui permettent de pénétrer en Catalogne, la reproduction de ces sites étant une manière de sous-entendre qu’ils appartiennent désormais à la France. Il se fait aussi l’écho du désir de centralisation du pouvoir monarchique en choisissant des échelles utilisées sur tout le territoire : la toise et les trois quarts de lieux.

4Ses Plans et profils des principales villes et lieux considérables des nouvelles régions à insérer dans la géographie française ont contribué à faire naître chez le lecteur un sentiment d’unité territoriale nationale. Cette production, qui prit son essor à la demande royale à partir de 1630 en France avec Nicolas Tassin, est indissociable de la propagande développée dans les récits qui veut que le pouvoir, quoi qu’il arrive, donne l’impression d’être fort et victorieux (TASSIN, 1637, 1634 et 1633). Un certain nombre de ces plans et cartes ont été imprimés dans le but d’être diffusés auprès de la population. Il est surprenant, à cet égard, que l’Espagne n’ait pas eu le même engouement pour ce genre de représentation. Il n’y existe pas, à cette période, d’entreprise équivalente. Sans doute faut-il en chercher la cause dans l’unification laborieuse du territoire comme le montrent les diverses échelles utilisées. En Espagne, l’échelle la plus utilisée est l’aune ; mais l’aune de Castille ne correspond pas à celle de Catalogne. Cette différence est révélatrice des tensions qui existent entre ces deux régions. En France, malgré les efforts d’unification territoriale de Louis XIII, on dispose encore de plusieurs lieues. Ainsi, la Provence, la Gascogne et le Languedoc sont réunis par une échelle commune, tandis que la Bourgogne en possède une autre. À l’époque, en matière de cartes, les documents publiés visent spécialement la délimitation des frontières. Michel Tavernier, en 1643, est un des premiers à publier une carte des frontières de la France, juste après la reddition de Perpignan qui revient aux Français en septembre 1642 (TAVERNIER, 1643). Cette carte représente encore la frontière franco-espagnole entre Leucate, en territoire français, et Salses, en territoire espagnol, même si cette forteresse a été conquise par Louis XIII quelques jours après la capitulation de Perpignan. Un an plus tard, en 1644, Nicolas Sanson n’a pas rectifié le tracé des frontières dont la ligne va du nord de Fontarabie au sud de Leucate (SANSON, 1644). Ce n’est qu’à la signature du Traité des Pyrénées que les frontières sont modifiées : désormais Salses et Perpignan apparaissent en territoire français dans l’œuvre de du Val (VAL, 1660). Ce géographe de Louis XIV présente les cartes des gouvernements avec le tracé des frontières ainsi que les profils-peu différents de ceux de Beaulieu-des places qui restent sous domination française en Roussillon : Perpignan, Salses, Elne, Collioure et Opoul. Ces cartes et plans, faits à la demande du pouvoir qui accorde son privilège pour leur publication, ont pour fonction de créer une unité nationale. En 1659, afin d’asseoir cette politique d’unification, l’État impose comme échelle la lieue française.

5Ces cartes ne sont plus dissociables de l’histoire du territoire qui ne cesse d’évoluer. Celui-ci est inventé, délimité, gravé dans l’esprit des lecteurs. La délimitation géographique des cartes représente l’espace en tant que territoire, superficie habitable et habitée par des personnes qui sont désormais de nationalité française. La monarchie désire uniformiser son territoire pour gagner en autorité auprès des provinces enclines aux rébellions. Le territoire est sa propriété et elle le modèle selon son idéologie.

6Toutefois, au XVIIe siècle, les cartes de provinces et de diocèses n’ont pas disparu, comme le montre l’œuvre de Nicolas Sanson (SANSON, 1644). Pour que la représentation des pays considérés offre une vision centralisée et unifiée, il faut encore un certain temps. Dans ce domaine, la France devance l’Espagne : en juillet 1747, Louis XV confie à Cassini l’exécution d’une carte générale du pays. Il s’est donc écoulé presqu’un siècle entre la Paix des Pyrénées et la première carte d’une France uniformisée. En effet, le XVIIe siècle, considéré comme une période de guerres, n’est pas en mesure d’élaborer ces cartes centralisatrices qui requièrent la paix. C’est donc par le biais des cartes militaires que la monarchie parvient à imposer son idéologie.

7L’iconographie de l’époque filtre les informations en taisant les défaites et en valorisant les victoires. Et c’est ainsi que les plans du siège de Fontarabie, bataille perdue par les Français en 1638, ne sont pas reproduits dans ce genre d’ouvrages. D’autre part, les représentations des forteresses ne sont pas toujours précises et fiables, non pas parce que les techniques interdisent précision et fiabilité, mais parce que ces qualités sont superflues, le public concerné étant peu érudit en la matière. Ces cartes, plans et profils s’adressent en réalité à de rares particuliers désireux d’être informés de l’évolution des événements, ou bien encore à des amateurs, voyageurs en l’occurrence. Le Portugais Francisco de Ollanda, par exemple, a voyagé en Espagne, entre 1539 et 1540, et il inclut dans son recueuil de dessins une vue de la forteresse de Salses (OLLANDA, 1940). Dans ce cas, l’image se substitue au texte pour mettre en valeur un site qui sort de l’ordinaire. Cette forteresse, construite par Ferdinand le Catholique entre 1497 et 1503, est conçue comme un lieu stratégique de transition devant le perfectionnement de l’artillerie. Elle présente de nouveaux concepts architecturaux dont le plus marquant est son enfoncement dans le sol qui la dévoile au soldat que lorsqu’il s’en approche.

8Les illustrations des événements militaires que nous venons d’évoquer ne figurent pas uniquement dans les œuvres purement iconographiques ; elles sont aussi intégrées dans les récits de guerre. À ce propos, deux œuvres sont représentatives de l’intention des auteurs de rendre le récit des événements plus véridique et plus vivant : celle de Moret (MORET, 1654), pour l’Espagne, qui retrace le siège de Fontarabie de 1638 et celle de Paulhac (PAULHAC, 1637), pour la France, qui rapporte le déroulement des opérations du siège de Leucate de 1637. Chacune de ces œuvres reproduit un plan précis des opérations selon les règles du genre. Il s’agit de visualiser l’action, de confirmer le positionnement des divers bataillons, de comprendre les tactiques d’attaque et de défense des camps ennemis. En fait, aucun des plans inclus dans les œuvres des auteurs cités ou de bien d’autres encore ne dessine la guerre sous ses traits les plus noirs. Seul Callot (CALLOT, 1633) refuse de graver le siège de Nancy en 1633 et d’effacer ce faisant les « misères » occasionnées par les combats. Son origine lorraine n’est sans doute pas étrangère à sa prise de position. Callot dépeint des situations dont peu d’auteurs osent parler, si ce n’est de façon furtive, sauf dans les écrits catalans contre le pouvoir en place, ou dans les écrits castillans qui admettent mal le désir d’indépendance d’une province. Á l’inverse des récits militaires, Callot ne vante pas le courage dont doivent faire preuve les soldats et ne chante pas davantage la victoire de la monarchie. Son œuvre commence un jour de solde où l’argent « attire le soldat, sans crainte des dangers » pour se terminer sur l’image d’un roi victorieux, « cet exemple d’un Chef plein de reconnoissance », qui aura laissé tuer (« du sang des enemis arrosent leurs Lauriers »), et voler « du beau nom de butin couvrent leurs voleries » en n’éprouvant aucun sentiment de responsabilité : « Et se vengent ainsi contre ces Malheureux/Des pertes de leurs biens, qui ne viennent que d’eux ».

9Les récits militaires imprimés en Espagne et en France dans la seconde moitié du XVIIe siècle donnent un tout autre écho de la guerre. Les écrits les plus longs font l’objet d’une édition spéciale et ne sont pas repris dans les gazettes de l’époque. En revanche, les écrits les plus courts paraissent faire office de presse et font l’objet d’impressions diverses, soit comme documents en tant que tels, soit comme écrits introduits dans d’autres ouvrages tels que des mémoires. En France, les texte imprimés à « L’Isle du Palais » à Paris sont repris dans la célèbre Gazette de Renaudot. La typographie de l’édition n’en est pas modifiée pour autant : seule la page de titre change si les imprimeurs sont différents. Dans ce cas, l’estampille de l’imprimeur est remplacée et les caractères sont disposés autrement. Les illustrations de la page de titre sont parfois modifiées tout en appartenant à un registre identique. Si l’on prend l’exemple d’un récit louant les mérites guerriers de Louis XIII intitulé : Relacion verdadera de las victorias que ha tenido la armada naval del christianissimo rey de Francia Luis XIII. conde de Barcelona, l’impression de Gabriel Nogues, faite à Barcelone en 1641, illustre la page de titre d’une simple frégate, alors que l’impression d’Enrique Castán, qui a vu le jour à Lérida la même année, joue sur la mise en valeur de la force des combats navals en illustrant la page de titre d’un navire en train de canonner. Lorsque le récit rapporte les fêtes religieuses qui ont été célébrées afin de rendre grâce pour la victoire obtenue, les pages de titres s’ornent d’estampes de saints. En 1641, dans l’écrit intitulé Relacio de las festas que la illustre ciutat de Barcelona ha fetas a sa insigne Patrona S. Eulalia, en accio de gracias de la vitoria alcansà en la Montana de Monjuich les imprimeurs barcelonais Deu et Mathevat choisissent respectivement une estampe représentant Sainte-Eulalie tenant une croix ou simplement la croix de la sainte protectrice de Barcelone.

10Les récits guerriers du XVIIe siècle, qu’ils soient espagnols ou français, se veulent fidèles aux événements. En jouant sur la présence du rapporteur, ils authentifient la véracité de leurs propos. Cette fausse quête de la vérité cache souvent une faiblesse documentaire du récit dont le seul pouvoir est d’endoctriner en se faisant l’écho de la propagande des monarchies en place. En fait, l’auteur, plus qu’il ne rédige, recopie et recompose un récit déjà existant et provenant parfois de la main même des dirigeants. Les illustrations suivent ce moule que trahit le manque d’originalité et de tracé personnalisé des dessins reproduits. Ces derniers sont rarement créés pour l’événement relaté comme le montrent les nombreux récits illustrés de façon identique. Ce sont des images stéréotypées qui dépeignent soit la victoire du camp de celui qui retranscrit un modèle de texte, soit la défaite des ennemis.

  • 2 Relacio verdadera de las faccions acerca de la victoria en dit Camp, Barcelona, Nogues, 1641.
  • 3 Relacio de la entrada del exercit del Rey de França y plaças que han rendidas, Barcelona, Matevat, (...)
  • 4 Carta enviada de tot lo que passa en Lleyda, Barcelona, Mathevat, 1644 ; Relacio verdadera de la s (...)
  • 5 Copia de una carta donant noticia de una gran traycio, Barcelona, Mathevat, 1643.
  • 6 Pour dix-neuf récits évoquant ce thème, nous avons recensé trois scènes de combats navals diférent (...)
  • 7 Relacio verdadera dels bons successos de la armada del Rey LIuys XIII, Barcelona, Romeu, 1641.
  • 8 Copia de una carta escrita per lo Arquebisbe de Bordeus donant avis de la vitoria tinguda en los p (...)
  • 9 Novas ordinarias de 26 de maig 1641. Traduida de frances, Barcelona, I. Romeu, 1641.
  • 10 Relacion verdadera del exemplar castigo que Dios ha embiado sobre el Exercito que el Rey de Franci (...)
  • 11 Relacion autentica de la especial proteccion de San Narciso, continuada en el prodigio de las mosc (...)

11Sur trois cent quarante-neuf écrits recensés en catalan, en espagnol ou en français, moins de la moitié sont illustrés : cent cinquante-six en page de titre et six en dernière page. Sur ces cent soixante-deux illustrations, il convient de relever soixante-trois drapeaux et trente-trois estampilles d’imprimeur. Sur les soixante-huit véritables illustrations restantes, treize ont été spécialement créées pour un événement. Le message de l’image suit les mêmes règles que le message écrit qu’il accompagne afin de convaincre le lecteur. Tout d’abord, la présence de drapeaux sur la page de titre laisse augurer une orientation du discours : le drapeau castillan accompagne les textes traitant les victoires des Castillans ; le drapeau catalan est estampé sur les écrits relatant les défaites des Castillans ; la fleur de lys reprend les textes français qui ont été traduits en catalan ou, lorsqu’elle est mêlée au drapeau catalan, les victoires de la France sur l’Espagne. Les illustrations renseignent aussi le lecteur sur les thèmes abordés : le chevalier au combat renvoie à un personnage important et victorieux2 ; la tour, à une reddition3 ; les portes de la ville entourée de soldats ou en flammes, à un siège4 ; la personne égorgée, à une trahison5 ; vaisseaux et galères aux combats navals6 où la force que confère la victoire peut prendre la forme de deux vaisseaux voguant sur une mer enfin calme et déserte7 ou bien encore, dans le cas de l’attaque de Roses et de Port-Vendres8, revêtir l’image d’une scène violente et mouvementée. Enfin, la présence de trois continents (Asie, Afrique, Europe) informe que le texte est une traduction des « Nouvelles Ordinaires » de la Gazette de Renaudot9. L’illustration la plus originale pour son thème et ses traits légèrement caricaturaux accompagne un texte de 1653 imprimé à Séville par Gómez de Blas10 sur l’invasion de taons qui s’abattit sur Gérone cette année-là. Le rapporteur précise que ces taons attaquèrent uniquement l’armée française qui fut obligée de faire demi-tour. Mise en déroute par de grosses mouches, elle en perdit quelque peu sa superbe et la ville de Gérone par la même occasion. L’auteur anonyme se fait fort de préciser que cette victoire est due à Dieu qui a puni les Français pour les sacrilèges commis. Une autre relation, imprimée à Madrid en 1653 par Diaz de la Carrera, insiste davantage dans le texte sur cet aspect de prodige : l’image qui accompagne le récit représente Saint Narcisse qui aurait protégé la ville11. En fait, l’emphase, l’hyperbole, l’exagération sont très rarement rendues dans les illustrations des récits. L’illustration est là pour égayer un écrit. Elle a une force de persuasion moindre et joue un rôle de séduction en attirant le regard d’un lecteur éventuel. L’image séduit, intrigue, amuse et constitue ainsi le premier pas vers la connaissance et l’assimilation d’un texte.

12Cependant, la représentation d’un événement par une fresque est aussi capable de tenir en haleine. Parmi les sièges choisis, il en est un qui jouit d’un corpus de textes particulièrement développé : le siège de Salses. Pour cet événement, nous disposons d’avis variés retranscrits dans de nombreuses relations imprimées, des lettres personnelles de soldats, des rapports d’hommes d’armée qui font que ce siège peut être recréé dans ses moindres détails techniques, politiques et humains. Jusqu’à il y a quelques années, on était en mesure d’affirmer qu’il n’existait pas d’illustration originale de cet événement. Or, une fresque, probablement peinte par un soldat d’origine italienne d’après les légendes, a été retrouvée dans un ancien moulin des environs de Valence. Sans doute a-t-il pris part aux combats car cette représentation reprend des renseignements fournis par des documents émanant de sources différentes. Si on regarde la fresque de gauche à droite et de haut en bas, on remarque la présence du drapeau castillan planté dans le donjon où les boulets viennent s’encastrer dans les murs de brique. Il s’agit vraisemblablement du premier siège de Salses qui s’est déroulé aux mois de juin et de juillet 1639 et pendant lequel les Espagnols étaient assiégés par les Français. En ce qui concerne les canons, les enceintes de briques de la forteresse ont la particularité d’amortir le choc des boulets. Des fûts de canon surgissent de toutes parts dans les bastions et l’assaut par échelle est rendu difficile par la configuration de la contrescarpe. On ne voit pas sur ce dessin les tentatives de travaux de sapes et de mines qui ont permis aux Français d’investir le fossé le 19 juillet avant d’y poser une mine. On n’y trouve pas davantage les caponnières de tir rasant qui interdisent de traverser le fossé pas plus que n’est mentionnée sur la contrescarpe la présence de logements français afin d’en déloger les Espagnols. L’auteur de la fresque dessine de nombreux morts ainsi que le ramassage des cadavres pendant la trêve conclue à cet effet. Il représente des soldats s’emparant des armes et des vêtements des défunts ennemis ; il ignore, par contre, la présence de femmes habillées en soldat ainsi que le vol de nourriture entre les garnisons. Les lances ne sont pas aussi nombreuses que dans les six pièces du Tabula Obsidionis Bredana de Callot ou dans Las Lanzas ο la rendición de Breda de Velazquez, mais elles dévoilent toutefois des compagnies importantes. Le peintre donne aussi des informations sur les divers canons utilisés à l’extérieur de la forteresse à proximité du moulin contre l’arrivée de renforts français depuis Tautavel. Il précise encore la provenance perpignanaise de certaines pièces de canon. Le chien présent au pied du canon peut être une simple représentation de la vie quotidienne d’un siège ou une allusion au rôle de messager qu’a eu l’un d’entre eux. En un mot, cette fresque donne vie à de nombreux textes qui ont été écrits sur ce siège, mais elle ne reprend pas certaines informations qui apparaissent dans quelques lettres manuscrites de soldats qui n’ont pas été imprimées. Le peintre a-t-il été blessé et envoyé à Valence avant la fin du siège, ce qui ne lui a pas permis de faire apparaître ces détails ? Se contente-t-il d’une version tout aussi stéréotypée que les textes demandés et censurés par la monarchie où l’on ne voit ni participation féminine, ni soldats squelettiques se jetant des murailles pour quémender de la nourriture ? Pourquoi peint-il le feu de l’action sans se démarquer de la narration qui en est faite dans les textes ? Peut-être parce que le pouvoir du récit est tel qu’il empêche toute retranscription imagée personnelle. L’auteur relate ou dessine en retranscrivant fidèlement certaines actions héroïques que l’on se plaît à raconter et en passant sous silence d’autres faits qui ne trouvent pas leur place dans l’art de raconter et de représenter de l’époque.

13Au Xlle siècle, images et récits militaires s’inscrivent dans un genre pictural et littéraire où la relation au sens strict laisse rapidement la place à une représentation, à une transformation et à un moulage des faits en fonction d’une idéologie établie. Écrits et iconographie militaires reposent sur un échange entre l’événement et les images idéalisées véhiculées par le pouvoir en place. L’illustration se fait à tel point l’écho de cette théorie qu’elle en oublie de représenter de façon personnelle la réalité quotidienne de la guerre. L’auteur de la fresque sur le siège de Salses est un auteur parmi d’autres qui refuse de se représenter personnellement, de s’insérer comme individu dans son œuvre, de laisser transparaître une émotion ou simplement de chercher à émouvoir. On est donc très loin de ce que feront plus tard, par exemple, Goya dans El dos de mayo ou Picasso dans Guernica.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CALLOT, J. (1633), Les misères et les malheurs de la guerre, Paris.

MORET, J. (1654), De obsidione Fontirabiae, Lyon.

OLLANDA, F. (1940), Os desenhos das antigualhas (1539-1540), Madrid, Tormo.

PAULHAC, M. (1637), Le siège de la bataille de Leucate avec le plan de la place assiégée, Toulouse, Colomiez.

SANSON, Ν. (1644), Les Isles Britanniques, l’Espagne, la France, « La France divisée en douze gouvernements », s. 1.

TASSIN, N. (1633), Les Cartes générales de toutes les provinces de France, s. 1., 1637 ; Les plans et profils de toutes les principales villes de France, Paris, Cramoisy, 1634, 10 vol. ; Les plans et profils de France et d’Espagne, Paris, Gobert.

TAVERNIER, M. (1643), Théâtre géographique de la France, s. 1. « Frontières de France et d’Espagne ».

VAL, P. du (1660), Les acquisitions de la France par la paix, Paris, chez l’auteur.

Notes

1 Cet ouvrage ne comporte ni lieu d’édition ni date d’impression. L’auteur a fourni un travail similaire pour de nombreuses régions de France dont la Catalogne et le Roussillon.

2 Relacio verdadera de las faccions acerca de la victoria en dit Camp, Barcelona, Nogues, 1641.

3 Relacio de la entrada del exercit del Rey de França y plaças que han rendidas, Barcelona, Matevat, 1641. Il existe plus de dix exemples de textes différents pour cette même illustration.

4 Carta enviada de tot lo que passa en Lleyda, Barcelona, Mathevat, 1644 ; Relacio verdadera de la senyalada vitoria del Rey de França, Barcelona, Matevat, 1641 ; Copia de la carta de la victoria de Viella, Barcelona, Romeu, 1643.

5 Copia de una carta donant noticia de una gran traycio, Barcelona, Mathevat, 1643.

6 Pour dix-neuf récits évoquant ce thème, nous avons recensé trois scènes de combats navals diférentes et sept séries d’estampes de vaisseaux.

7 Relacio verdadera dels bons successos de la armada del Rey LIuys XIII, Barcelona, Romeu, 1641.

8 Copia de una carta escrita per lo Arquebisbe de Bordeus donant avis de la vitoria tinguda en los ports de Rosas y Portvendres, Barcelona, Mathevat, 1641.

9 Novas ordinarias de 26 de maig 1641. Traduida de frances, Barcelona, I. Romeu, 1641.

10 Relacion verdadera del exemplar castigo que Dios ha embiado sobre el Exercito que el Rey de Francia tenia en el Principado de Cataluna, destruyendo la cavalleria con una plaga de Enxambres de Tabanos, ο Moscones, los quales luego que picavan a los cavallos, se hinchavan, y morian, Sevilla, Gomez de Blas, 1653.

11 Relacion autentica de la especial proteccion de San Narciso, continuada en el prodigio de las moscas, contra las armas Francesas, en este sitio de Gerona, Madrid, Diaz de la Carrera, 1653.

Auteur

Université de Lille-III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540