Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte et Image dans les Mondes hispaniques et hispano-américains

 | 
Jean-Pierre Castellani
, 
Monica Zapata

V. Discours politiques, constructions identitaires, chroniques

Du récit de l’événement à sa représentation : le chroniqueur et le sculpteur face à la guerre de Grenade

Catherine Gaignard

Texte intégral

1Notre propos, ici, est d’envisager une étude comparative entre le récit de certains faits marquants de la guerre de Grenade et la représentation de ces événements réalisée par le sculpteur Rodrigo Alemán sur les stalles de la cathédrale de Tolède. Pour les épisodes de la guerre de Grenade, nous nous appuierons sur la narration des chroniqueurs de l’époque – principalement Pulgar – mais aussi Valera et Bernáldez. Nous mettrons, ainsi, en exergue les interactions existantes entre le texte et le document iconographique et nous verrons comment l’Histoire est revisitée par l’Art.

2Par ailleurs, nous nous intéresserons au rôle de premier plan joué par don Pedro Gonzalez de Mendoza – « El Gran Cardenal » –, à la fois témoin oculaire de ces mêmes événements et commanditaire de ces œuvres d’art.

3Ce ne sont pas moins de cinquante quatre stalles (Homenaje, 1971) qui furent ainsi réalisées pour commémorer les différents épisodes de la guerre de Grenade et l’exécution de ces stalles dura de 1489 à 1495. Le voyageur allemand Miinzer, lors du séjour qu’il effectua en Espagne en 1494-1495, s’arrêta, en janvier 1495, à Tolède où il fut, sans doute, l’un des premiers à pouvoir admirer ces sculptures achevées. Il nous en parle en ces termes :

Nous n’avons pas vu, en Espagne, de cathédrale comparable en splendeur à celle de Tolède. Elle a une longueur de deux cent vingt pieds pour une largeur de quarante sept. Elle comporte deux nefs de chaque côté et, derrière le chœur, il y a de superbes chapelles fort bien décorées : c’est là que se trouvent les sépulcres royaux.

Les stalles du chœur sont en grand nombre et viennent d’être terminées par un sculpteur de Basse Allemagne.

Sur chacune d’entre elles est magnifiquement sculptée une scène de la conquête d’une ville ou d’un château du royaume de Grenade si bien que l’on peut contempler la guerre de Grenade comme si elle se déroulait devant nos yeux. (MÜNZER, 1991 : 247-249)

4Ces indications sont d’autant plus intéressantes quand on sait que Münzer revenait d’un long périple en Andalousie lorsqu’il séjourna à Tolède en janvier 1495. Il avait ainsi pu admirer, dans la réalité, ces prestigieux sites grenadins qu’il retrouvait maintenant immortalisés dans le bois.

5Par ailleurs, il nous précise l’origine germanique du sculpteur. Cela n’est pas pour nous surprendre puisque, à l’époque : « Dans les pays germaniques, la sculpture en bois de tilleul, de noyer et de chêne est la technique artistique qui connut son apogée dans la seconde moitié du XVe siècle et à l’aube du XVIe. Jamais auparavant ni plus tard, la popularité de cet art ne fut aussi extraordinaire » (BIALOSTOCKI, 1993 : 383). Les sculpteurs originaires d’Allemagne ou des Pays-Bas étaient donc particulièrement prisés pour exécuter retables à volets et stalles sculptées.

  • 1 Les stalles de la cathédrale d'Ulm furent exécutées entre 1469 et 1474 sous la direction du sculpt (...)

6C’est une quinzaine d’années avant celles de Tolède que furent réalisées les splendides stalles des cathédrales de Constance, de Weingarten et d’Ulm1. Il est à supposer que Munzer les connaissait mais on peut, aussi, penser que Rodrigo Alemân aurait pu être l’un des élèves de ces remarquables sculpteurs de bois que furent Nikolaus Gerhaert et Jôrg Syrlin le Vieux...

  • 2 Auparavant, à partir de 1483, il avait fait réaliser d'importants travaux architecturaux. Ces addi (...)

7Ainsi, le cardinal Mendoza, en commandant à un sculpteur d’origine allemande les stalles de la cathédrale de Tolède s’inscrivait dans le courant artistique religieux de son temps. Ces stalles représentaient les derniers travaux qui furent exécutés sous son mécénat puisqu’il mourut le 14 janvier 14952.

8Grâce aux archives de la cathédrale, nous possédons le décompte de ces travaux et nous savons qu’ils se déroulèrent en trois phases : en 1489, « Maestre Rodrigo, entallador » reçut la commande des vingt premières stalles, facturées 10.000 maravédis l’unité et payées en 1490. Le 1° janvier 1493, il perçut une somme légèrement supérieure pour vingt autres stalles et, le 10 janvier 1495, le solde des travaux pour les quatorze stalles restantes, celles qui font face au chœur. On note, toutefois, une importante augmentation des prix puisqu’elles furent évaluées à 10.300 maravédis pièce. Sur ces cinquante quatre stalles, nous avons choisi de nous attacher à six d’entre elles pour leur spécificité. Il s’agit de celles représentant les villes d’Alhama, d’Alora, de Setenil, de Moclín, de Malaga et d’Almería.

9Alhama fut la riposte chrétienne à la prise de Zahara par les Maures et marqua le déclenchement du conflit armé qui s’acheva, dix ans plus tard, par la signature des capitulations et la chute du royaume nasride. Mais, alors que Zahara n’était qu’une simple place forte sur la Frontière, Alhama était alors une ville florissante située seulement à huit lieues de la capitale. La douleur éprouvée par le sultan Muley-Hacén, à la perte de cette cité, « Ay de mi Alhama ! » sera immortalisée par maints romances (CORREA, 1999 : 353-363). Fort logiquement, cette prise d’Alhama – qui eut lieu le 28 février 1482- correspond à la première des stalles de la cathédrale de Tolède.

10Nous devons au chroniqueur Fernando del Pulgar un récit minutieux de ces événements dans sa Crónica de los Reyes Católicos (PULGAR, 1943, chap. CXXVII, « De cómo se tomó la cibdad de Alhama » : 5-13). Nous apprenons, ainsi, que le succès de l’entreprise reposa sur l’effet de surprise, sur un faible nombre d’assaillants – deux cents hommes seulement – et, surtout, sur le courage et l’agilité de seize d’entre eux qui s’emparèrent de la place par escalade grâce à l’arme de siège la plus simple et la plus ancienne : l’échelle. Nous connaissons même le nom de certains de ces hommes : le premier à escalader fut Juan de Ortega suivi par Martin Galindo. Ils tuèrent les deux sentinelles maures qui étaient sur les remparts puis ouvrirent une porte de la forteresse pour permettre une entrée massive des Chrétiens.

11Mais, les Maures s’étant ressaisis, réinvestirent les remparts d’où ils firent pleuvoir sur les assaillants javelots et carreaux d’arbalète. C’est pourquoi, dans un second temps, les Espagnols dirigés par don Rodrigo Ponce de Léon, par Pedro Enríquez, oncle du roi, et par Diego de Merlo durent avoir recours à l’artillerie afin d’ouvrir une brèche dans les fortifications. Ce récit de l’événement est corroboré par un autre chroniqueur, Andrés Bernáldez (BERNÁLDEZ, 1962).

12Nous pouvons constater que le sculpteur respecte la véracité des faits mais que, dans un raccourci, il superpose les différentes phases puisqu’il nous présente, en même temps, l’artilleur au premier plan et la technique de l’escalade avec plusieurs échelles (Image n° 1). Toutefois, nous pouvons relever deux erreurs : la première concerne la forme des tours qui, dans l’architecture arabe de l’époque, était carrée et non ronde ; la seconde est un problème de perspective relatif à la disproportion existante entre la taille des individus et la hauteur des remparts. Enfin, nous pouvons remarquer que, dans un souci didactique, le sculpteur a cru bon d’identifier la scène en indiquant le nom de la ville sur l’un des tours. Ce procédé, un peu naïf, sera repris pour les autres stalles.

13La stalle suivante est consacrée à la prise d’Alora (Image n° 2). C’est le roi Ferdinand, en personne, qui mit le siège devant Alora le 11 juin 1484 et la ville se rendit une semaine plus tard. C’est cette reddition que le sculpteur met en scène. Les deux personnages, au premier plan, sont, évidemment, le roi, à cheval, montant à la genette, et, en face de lui, le gouverneur maure d’Alora, à genoux, en signe de soumission, venant remettre au souverain chrétien les clefs de la cité.

14Le panneau forme une sorte de diptyque : à gauche, le monde chrétien, le roi, son porte-étendard, des soldats ; de l’autre côté, la communauté musulmane d’Alora symbolisée par son alcade, suivi de plusieurs notables en marlote et turban. Au fond, on voit les remparts de la ville qui portent les traces de la cause de la reddition : les dommages irréversibles provoqués par l’artillerie chrétienne (KOCH, 1980 : « Les canons et l’artillerie »).

15Pulgar souligne le rôle essentiel que joua l’artillerie dans la prise d’Alora : non seulement on utilisa les bombardes habituelles mais, pour la première fois, des ribaudequins, canons montés sur roues, extrêmement mobiles (PULGAR, chap. CLX, « Cómo el Rey tomó la villa de Alora » : 120-121).

  • 3 Don Pedro Gonzalez de Mendoza, « El Gran Cardenal », naquit à Guadalajara en 1428. Il était le cin (...)

16La reddition de Setenil qui eut lieu le 20 septembre 1484 occupe la troisième stalle (Image n° 3). Si sa composition n’a rien de très original et reste assez proche de celle d’Alora, illustrant la dichotomie vainqueurs/vaincus ; par contre, cette stalle offre l’intérêt de la première représentation graphique du « Gran Cardenal », don Pedro González de Mendoza3. Il est juché sur une mule – la monture des prélats – aux côtés du roi Ferdinand. Archevêque de Tolède et primat d’Espagne depuis 1482, il était alors la plus haute autorité ecclésiastique en Espagne. Il était donc tout naturel qu’il se trouvât présent dans cette guerre de Grenade, dernière étape de la Reconquête, qui allait affirmer le triomphe de la Croix sur le Croissant. A gauche du roi, se trouve le marquis de Cadix qui fut l’un des principaux artisans de la prise de la ville (PULGAR, chap. CLXI, « Cómo el Rey tomó la villa de Setenil » : 126-128).

17C’est lui qui conseilla au roi cette action militaire ainsi que nous l’indique Valera :

Après avoir pris la ville d’Alora, le roi demanda au marquis où il lui semblait qu’il fallait aller ensuite. Le marquis lui répondit que rien ne pouvait causer plus de dommages aux Maures que de s’emparer de Setenil.

Le roi ordonna alors au marquis d’aller y mettre le siège. Le dimanche 5 septembre 1484, le marquis partit de Marchena et le lundi, à l’aube, il était devant Setenil avec six cents lances de sa Maison. (VALERA, 1927, chap. LIX)

18Ce sont ces mêmes lances que le sculpteur a immortalisées, en fond de panneau, derrière une croix monumentale et l’étendard royal.

  • 4 La reddition de Moclin eut lieu le 17 juin 1486. Il s'agit de la onzième stalle de la cathédrale.

19La stalle consacrée à la reddition de Moclín4 présente plusieurs points très intéressants, tout d’abord au niveau de la composition (Image n° 4). Il s’agit d’un des rares exemples où la scène est organisée autour d’un axe central, en l’occurrence, ici, la porte d’entrée de la cité par laquelle cherchent à s’enfuir les Musulmans. Le second point notable est la présence de la reine Isabelle et de sa fille, la princesse Jeanne. Enfin, les Espagnols, pour pouvoir s’emparer de cette cité qui occupait une position stratégique et qui était, donc, particulièrement bien fortifiée, durent avoir recours à une nouvelle technique militaire : celle des boulets incendiaires (PULGAR, 1943, chap. CXC).

20Passons maintenant à la stalle consacrée à Malaga (Image n° 5). Bernâldez, Valera et Pulgar consacrent, chacun, un chapitre entier de leur chronique à un événement qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques : une tentative d’assassinat des Rois Catholiques lors du siège de Malaga en juin 1487 (BERNALDEZ, 1962, chap. LXXXIV ; VALERA, 1927, chap. LXXXV et PULGAR, 1943, chap. CCXVI).

21Depuis le lundi 7 mai 1487, les Rois Catholiques avaient mis le siège devant Malaga. Un mois plus tard, un Maure fanatique tenta de les assassiner. Abusé par les bijoux et la tenue somptueuse de dona Beatriz de Bobadilla – marquise de Moya – et par le port majestueux de don Álvaro de Portugal, il crut qu’il s’agissait du roi Ferdinand et de la reine Isabelle et se précipita dans leur tente pour les tuer, don Álvaro de Portugal fut grièvement blessé au visage. Si ces informations se retrouvent chez les trois chroniqueurs, ils nous présentent, par contre, un récit différent de l’événement. Pour Bernáldez, les deux protagonistes étaient en train de jouer aux échecs, le Maure était vêtu d’un burnous sous lequel il avait dissimulé un cimeterre et il fut ceinturé avant d’avoir le temps de blesser la marquise. Valera nous dépeint un assassin âgé et de petite taille, cachant une épée sous son burnous : doña Beatriz et don Alvaro devisaient sous une tente quand le Maure y fit irruption, il porta un violent coup d’épée au visage de don Alvaro tandis que la marquise eut une légère estafilade. Ni Bernâldez ni Valera ne nous fournissent d’explications justifiant la méprise du Maure. En revanche le récit de Pulgar, très détaillé, nous donne une version plus cohérente.

22Il ne s’agissait pas d’un habitant de la ville assiégée de Malaga mais d’un Tunisien, natif de Djerba, arrivé depuis peu en Andalousie. Il se serait présenté au camp chrétien en déclarant qu’il avait des informations de première importance pour la prise de la ville mais qu’il ne les communiquerait qu’aux Rois Catholiques en personne. La reine Isabelle qui se trouvait alors seule sous sa tente refusa de le recevoir dans l’immédiat. Il fut amené près de la tente de don Álvaro et de doña Beatriz de Boabadilla où, trompé par l’apparence des occupants, il crut qu’il allait pouvoir perpétrer son crime. Il poignarda don Álvaro et la marquise avant d’être ceinturé par don Ruy López de Toledo qui arrivait avec quelques soldats. Pulgar ajoute quelques détails assez macabres : le Maure fut lynché puis son corps, coupé en morceaux, fut précipité par une baliste au-dessus des remparts de Malaga. En représailles, les Maures de Malaga tuèrent un captif chrétien de haut rang et envoyèrent son corps ficelé sur un âne au campement chrétien. A partir de ce moment-là, de sérieuses mesures de protection furent prises. Nous pouvons voir que le sculpteur suit la version de Pulgar et nous fournit un instantané de la scène.

23La dernière stalle (Image n° 6) qui a retenu notre attention est celle de la capitulation de « El Zagal » à Almería, le 24 décembre 1489 (PULGAR, 1943 : 430-434). On voit très nettement le cortège royal composé du roi, de la reine Isabelle, d’une des infantes et de soldats ; au fond, on distingue la croix, l’étendard du roi et des lances qui donnent une idée de nombre. Le Maure qui vient rendre hommage aux souverains est « El Zagal », oncle de Boabdil. Il s’agit d’un des moments essentiels du conflit puisque, après cette date, seuls Boabdil et ses fidèles pourront encore s’opposer aux Rois Catholiques.

  • 5 Si Pulgar et les autres chroniqueurs restent très concis sur ces mesures, nous pouvons trouver l'i (...)

24Par ailleurs, la reddition de « El Zagal » s’accompagnait de la signature de capitulations, le 11 février 1490, qui seront les dernières avant celles de Grenade, le 25 novembre 1491. Il ne s’agissait pas seulement de mesures à court terme comme le pardon royal mais de véritables règles de vie pour les années à venir5.

  • 6 Les Maures d'Almeria conservaient leur liberté de culte, leurs mosquées et quiconque les empêchait (...)
  • 7 Les Rois Catholiques prévoyaient des mesures d'allégement fiscal en ne conservant « el diezmo » q (...)

25C’est ainsi qu’étaient prévues des mesures à caractère religieux6 et à caractère économique7. Pour cette stalle, l’artiste a choisi le moment où les Rois Catholiques vont faire leur entrée dans Almeria reconquise et, là encore, l’artiste reste fidèle aux chroniqueurs.

26Ainsi, nous pouvons constater que la Chronique et le travail du sculpteur se complètent et s’éclairent mutuellement. La source livresque va nous fournir une information détaillée tandis que l’iconographie doit aller à l’essentiel et va donc permettre d’avoir la quintessence de l’événement. On peut sans doute regretter chez Rodrigo Alemán quelques stéréotypes et quelques imprécisions concernant l’architecture arabe mais le plus grand mérite de cet artiste est de nous offrir un magnifique galerie de portraits des grands personnages de l’époque et d’avoir réalisé une véritable histoire graphique de la guerre de Grenade.

  • 8 « El Gran Cardenal » sera d'ailleurs enterré dans cette même cathédrale, à quelques mètres des tom (...)

27Comme dans un livre d’images – on oserait presque dire comme dans une bande dessinée – les principaux héros de cet événement majeur de l’Histoire d’Espagne défilent sous nos yeux : Isabelle la Catholique, Ferdinand d’Aragon, le marquis de Cadix, le comte de Cabra mais aussi le cardinal Mendoza. En commandant à Rodrigo Alemán la sculpture de ces stalles, « El Gran Cardenal »8 a fait œuvre de Mémoire. Grâce à lui, nous pouvons visualiser cette dernière guerre médiévale qui permit de réaliser l’unité de l’Espagne.

Image n° 1 : La prise d’Alhama

Image n° 2 : La prise d’Alora

Image n° 3 : La reddition de Setenil

Image n° 4 : La reddition de Moclin

Image n° 5 : Les Rois Catholiques pendant le siège de Malaga

Image n° 6 : La capitulation de « El Zagal »

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BERNÁLDEZ, Andrés (1962), Memorias del reinado de los Reyes Católicos, Manuel Garcia Moreno y Juan de Mata Carriazo (éd.), Madrid, Espasa-Calpe.

BIALOSTOCKI, Jan (1993), L’Art du XVe siècle des Parler à Durer, Paris, Librairie Générale Française.

CORREA, Pedro (1999), Los romances fronterizos, edición comentada, t. l, Universidad de Granada.

GAIGNARD, Catherine (2005), « Une famille de pouvoir : les Mendoza, comtes de Tendilla, marquis de Mondéjar » in Pouvoirs de la famille, Familles de pouvoir, Actes du colloque de l’Université de Toulouse - Le Mirail 2000, Michel Bertrand (éd.), CNRS-UMR 5136, Université de Toulouse- Le Mirail, collection « Méridiennes ».

Homenaje al Profesor Carriazo, En la Frontera de Granada (1971), t. l, Sevilla, Facultad de Filosofía y Letras.

KOCH, H. W. (1980), La guerre au Moyen Age, Paris, Nathan.

MÜNZER, Jerónimo (1991), Viajepor España (1494-1495), Madrid, Polifemo.

PULGAR, Fernando del (1943), Crónica de los Reyes Católicos, Juan de Mata Carriazo (ed.), Madrid, Espasa-Calpe.

VALERA, Mosén Diego de (1927), Crónica de los Reyes Católicos, Juan de Mata Carriazo (éd.), Revista de Filología Española, Anejo VIII, Madrid.

Notes

1 Les stalles de la cathédrale d'Ulm furent exécutées entre 1469 et 1474 sous la direction du sculpteur de bois Jôrg Syrlin le Vieux, celles de la cathédrale de Constance furent réalisées en 1477-1478.

2 Auparavant, à partir de 1483, il avait fait réaliser d'importants travaux architecturaux. Ces additions s'ajoutaient à celles précédemment commandées par différents souverains castillans ainsi que par des archevêques de Tolède, depuis la pose de la première pierre par Fernando III, le 11 août 1227.
Sur cet illustre lignage des Mendoza (GAIGNARD, 2005 : 89-97).

3 Don Pedro Gonzalez de Mendoza, « El Gran Cardenal », naquit à Guadalajara en 1428. Il était le cinquième fils de don Iñigo Lôpez de Mendoza, marquis de Santillane, et de dona Catalina de Figueroa. Il gravit tous les échelons de la carrière ecclésiastique : évêque de Calahorra puis de Sigüenza, archevêque de Séville et, enfin, archevêque de Tolède. Il jouissait de revenus ecclésiastiques considérables auxquels vinrent même s'ajouter, en 1478, ceux de l'abbaye de Fécamp que le roi de France lui concéda pour sa médiation politique à propos du Roussillon.

4 La reddition de Moclin eut lieu le 17 juin 1486. Il s'agit de la onzième stalle de la cathédrale.

5 Si Pulgar et les autres chroniqueurs restent très concis sur ces mesures, nous pouvons trouver l'intégralité des clauses de ces capitulations dans le CO. DO. IN 11 : 476-479.

6 Les Maures d'Almeria conservaient leur liberté de culte, leurs mosquées et quiconque les empêchait d'exercer librement leur religion était aussitôt puni.

7 Les Rois Catholiques prévoyaient des mesures d'allégement fiscal en ne conservant « el diezmo » que sur l'huile.

8 « El Gran Cardenal » sera d'ailleurs enterré dans cette même cathédrale, à quelques mètres des tombeaux royaux mais aussi de ces splendides stalles dont il fut le commanditaire. Son tombeau, de style italien, sera réalisé durant l'archiépiscopat de son successeur : Cisneros.

Table des illustrations

Légende Image n° 1 : La prise d’Alhama
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Image n° 2 : La prise d’Alora
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Image n° 3 : La reddition de Setenil
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Image n° 4 : La reddition de Moclin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Image n° 5 : Les Rois Catholiques pendant le siège de Malaga
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Image n° 6 : La capitulation de « El Zagal »
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/6342/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

Auteur

Université de Paris X-Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540